Version classiqueVersion mobile

Tratado de hechicerías y sortilegios de Fray Andrés de Olmos

 | 
Georges Baudot

Exhortation au lecteur Indien

Texte intégral

1/fol. 390 r/

2Ecoute bien ce qui va être raconté. Mon cher enfant, éveille-toi, regarde, apprends, sois vigilant afin de former ton intelligence, d'entendre, de comprendre ce que je veux te dire, ce que je veux te déclarer, ce que je veux te révéler. Si tu es vraiment baptisé, si tu as reçu l'eau du seul vrai Dieu, appelée saint baptême, tu es né, ainsi, dans sa demeure, tu as été purifié, tu as été secouru. Alors tu as été sauvé des mains de tes ennemis, des grands parasites de l'arbre, de ceux qui se vautrent dans les ordures, des bêtes venimeuses, des hommes-hiboux, des Diables qui sont tombés du ciel parce qu'ils étaient orgueilleux, présomptueux, vaniteux, eux qui étaient près, tout près à côté du seul vrai Dieu, ils ne lui ont pas obéi, ils sont tombés de là, sur nous, dans les airs ; et certains partout sur terre. D'autres en outre, sont allés tomber là-bas, chez les morts, dans le lieu appelé enfer : lieu fort mauvais, funeste. Mon cher enfant, mon trésor, peut-être n'as-tu pas entendu raconter comment ces diables rassemblent tous leurs efforts, font tout leur possible pour s'emparer, pour se saisir de quelqu'un, pour se jouer de lui, pour le gouverner, pour le soumettre, pour le prendre dans des liens, dans un trou, dans une corde. Et ainsi avec eux on pleure, on est affligé, déchiré, tourmenté, brûlé affreusement. Ils sont pleins de haine, de colère, ils s'irritent, ils s'emportent contre un homme lorsqu'ils le voient obéir aux Paroles de Dieu qui éclaire, qui instruit, qui enseigne, qui enrichit. Ils refusent absolument d'aller là-bas, dans le ciel ; ils ne veulent pas se glorifier là-bas, connaître la paix et la joie avec Lui, auprès de Lui, du vrai Dieu, du sauveur du monde, de Notre Seigneur Jésus-Christ.

3Il est venu se pencher sur vous lorsque son cœur a permis la tristesse. Aussi sera-t-il connu, compris, aimé, obéi ; on pensera à lui, on l'appellera, on le recherchera, pour être sauvé dans sa Sainte Eglise, où Dieu accorde les Saints Sacrements, pour qu'on ne tombe pas dans le péché, pour que soit sauvé celui qui lui ouvre son cœur, son esprit, son /fol. 390 v/ âme bienheureuse. Alors la guerre étant survenue, elle détruit seulement alors, elle terrasse les bêtes venimeuses, les Diables.

4Alors le brouillard va se déchirer, la fumée va se dissiper, se lever, s'arrêter, et alors également une doctrine, une règle, un modèle, un exemple seront donnés, proposés pour être suivis, pour être imités. Il est venu alors les établir parmi ses chers adeptes. Et alors, devant toi, par ici, est venu, mandé, envoyé par Lui, son visage, sa tête, sa plume, ici, sur terre, son émeraude, pour que tu l'écoutes, pour que tu l'honores. Si tu es un vrai bon chrétien, tu t'es incliné, tu as ouvert ton cœur, tu as réglé ta conduite, ayant compris, ayant saisi sans fumée, sans combat. En ton sein, dans ta gorge, il est peut-être tombé, il est tombé goutte à goutte, il a pénétré. Il survient de tous côtés, il t'a libéré, lui, ton père spirituel, il t'a alors donné la terre lourde, la plume épaisse, alors sur ta tête, sur toi, il a passé la main ; il t'a accordé les cheveux dans le cou, la couverture, la natte de quelqu'un de noble extraction, de haute naissance ; peut-être s'approche-t-il de toi, s'attache-t-il à toi, pour te donner le Souffle, la Parole, la Fleur, le Fruit du Vrai Dieu.

5Et maintenant tu as oublié, lorsque tu as été baptisé, tu as détesté, méprisé, abandonné le Diable, le mauvais, tu as craché sur lui et sur toute sa manière de vivre, de sorte que le père t'a donné le baptême pour que Dieu t'aide afin que tu sois fait bon chrétien si tu n'as pas de duplicité dans le cœur, si tu n'as pas deux langues. Le père ne te donnera point l'eau de Dieu, le baptême, si tu ne le pries pas, si tu ne le veux pas. Et à présent, si vraiment, de bon cœur, tu appartiens à Dieu, là-bas, derrière toi, derrière ton dos, ton épaule, tu relègueras l'épouvantable, l'effrayant, le malheureux, le funeste, le mauvais, l'injuste monde diabolique.

6Mais maintenant, observe bien, écoute bien, regarde bien la sorcellerie, le vol, la séduction, ou les choses diaboliques et comment sont trompés ceux qui ne sont pas de bons chrétiens, ceux qui n'ont pas une bonne croyance, qui ne se dévouent pas à notre Seigneur Jésus-Christ. N'écoute pas ce qu'on te dira, ne te trouble pas /fol. 391 r/. Si tu ne comprends pas bien quelque chose, interroge aussitôt le père et ne t'incline pas non plus devant quelqu'un si tout d'abord tu ne l'as pas entendu, car il est le représentant de Notre Seigneur Jésus-Christ. Si un homme aveugle guide un autre aveugle, tous les deux tomberont dans le trou, dans le précipice, dans l'abîme. Ainsi, si quelqu'un interroge quelqu'un qui ne comprend pas bien, il sera pour cela grandement trompé, abusé par le Diable. L'homme qui ne questionne pas le père, souhaite peut-être faire des choses bonnes ou nourrit des pensées qui le perdront, le tourmenteront, le blesseront. Parce qu'il sera très bon, l'homme du peuple, l'homme humble, suivra celui qui est au-dessus de lui, il ne s'intéressera nullement, il ne s'attachera point dans son visage, dans son cœur, il ne croira point comme ceux qui suivent le Diable, à tout ce que veut celui-ci pour que l'homme du peuple se livre à lui pour le tromper.

7Il sait beaucoup de choses, le Diable, il est né il y a très longtemps. Il y a longtemps, il a trompé des chrétiens qui ainsi brûlèrent, furent tués sur la place du marché. Certains par la pierre, le bâton, le scorpion, l'ortie ont été frappés par les Seigneurs, les pères appelés inquisiteurs par l'institution appelée Sainte Inquisition qui recherche ce qui est caché dans la vie de quelqu'un ou si quelque chrétien désire s'éloigner de Dieu et faire de mauvaises choses ou s'il souhaite dans son cœur des choses impures comme tuer quelqu'un ou le rendre malheureux pour satisfaire son cœur et ainsi se donner volontairement au Diable. Puis Dieu consent à ce que ce soit bien connu et ainsi le méchant est méprisé et est jugé en public, dans le temple et au marché. Mais pour que personne ne dise qu'il ne connaît pas la faute, les choses mal faites, alors ici seront rassemblées toutes les façons qu'a le Diable de tromper les gens. Je te supplie mon enfant, de faire très attention pour ne pas entendre de travers. Mais si tu vois quelque chose d'obscur, de peu compréhensible, pose des questions au père qui a ainsi parlé. C'est tout.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search