Version classiqueVersion mobile

Tratado de hechicerías y sortilegios de Fray Andrés de Olmos

 | 
Georges Baudot

Prologue

Texte intégral

1/fol. 388 r/

  • 1 Fr. Juan de Alameda (cf. le renvoi de l'opuscule antérieur dans le prologue) Ramirez.

2En vertu du prologue que le très Révérend Père, Frère Martin de Castaneda, théologien, philosophe et prédicateur fort averti, fit au livre où il compila les sortilèges, exorcismes, incantations, superstitions et leurs remèdes, en vertu également de l'avertissement du très Révérend Don Alonso de Castille, évêque de Calahorra qui y est joint, étant donné l'exhortation que l'auteur lui-même fait au lecteur, il m'a semblé qu'il y avait là matière à écrire en langue indienne quelque vingt-cinq années après qu'il plût à Dieu (non que je le mérite) de me faire venir, moi, le plus humble des Mineurs1, en cette Nouvelle Espagne, avec le très Révérend Frère Don Juan de Zumarraga, premier évêque de Mexico, de la Province de l'immaculée Conception de Notre-Dame, car j'ai quelque peu entendu parler de semblables sortilèges et exorcismes qui existeraient, affirme-t-on parmi ces indigènes, Indiens simples, et qui, à leur manière, ne sont pas moins préjudiciables aux âmes et aux corps que ceux qui se pratiquent ou ont été pratiqués en ce /monde de vieux chrétiens selon le livre en question. Pour glorifier et louer Notre Seigneur Jésus-Christ, éclairer les âmes de ces peuples nouveaux chrétiens et confondre le vieil ennemi notre tentateur, j’ai entrepris de tirer dudit livre ce qui a semblé convenir le mieux à ces êtres-ci, laissant le reste, comme on pourra le voir en comparant, et ajoutant en langue mexicaine quelques autres choses ou pratiques, fort variées comme le montre l'expérience, que connaissent ou exercent les sorciers en cette Nouvelle Espagne. J'ai été circonspect et ai abordé le sujet de sorte qu'il éclaire et ne souille point les lecteurs ou auditeurs, car vaine est la médecine qui nuit plus qu'elle ne guérit, apporte la contagion plus que le salut, donne la mort plutôt que la vie.

3Les médecins de l'esprit évoquent le sujet ou une parcelle du thème pour mieux y remédier ou en parler, et qu'on ne dise point que c'est là renouveler ou remettre en mémoire des maux vieux et oubliés, car on en connaît présentement, on en entend et on en voit de nouveaux et de mauvais. Dans Jérémie, [c 1] Dieu dit : Regarde, j'ai mis en ta bouche mes paroles ; regarde aujourd'hui je t'ai établi sur les nations et sur les royaumes pour arracher et renverser, pour exterminer et démolir, pour bâtir et planter. Et Dieu enseigne ici clairement à l'ouvrier de sa vigne à arracher d'abord les mauvaises herbes des vices, hérésies, sortilèges, exorcismes et superstitions et ensuite /fol. 388 v/ à planter les vertus et à introduire en l'église des personnes bonnes et capables car, comme le dit la glose ordinaire sur les autres paroles, on ne pouvait édifier de bons ouvrages si on ne détruisait pas tout d'abord les mauvais, ni planter le bien sans arracher d'abord le mal. Et c'est fort bien dit, car ce serait construire sur du sable et non point sur la pierre ferme qu'est le Christ, ce serait guérir en tâtonnant ou superficiellement le mal et il ne suffit point, semble-t-il, de dire qu'on touche parfois à ce sujet dans des sermons d'une part parce que c'est un sujet en soi, d'autre part parce que toucher ainsi ce n'est qu'effleurer sans atteindre la plupart du temps au vif du sujet si ce n'est en passant. C'est ce qui a dû m'arriver comme de ne pas avoir suffisamment insisté sur une chose si nécessaire bien que j'y aie quelque peu travaillé.

4Et puisque cette plaie maudite grandit ou reverdit et que je m'en vais approchant de ma fin, j'ai pensé écrire dans la limite de mes possibilités, même si ce n'est là que montrer le chemin pour que ceux qui sont plus savants en toute chose en fassent une voie large et exposent mieux /le sujet/. Si sur un arbre vert surviennent de telles choses, qu'en sera-t-il de l'arbre sec ? Si la vieille chrétienté brûle, il n'y a point à s'étonner que la nouvelle s'embrase, car l'ennemi ne ressent pas moins de jalousie, de colère et de rancœur envers ceux-ci qui depuis peu se sont sauvés d'entre ses griffes, qu'envers ceux qui depuis longtemps lui ont échappé des mains. Et chaque jour, il cerne et encercle sa proie pour la combattre à nouveau, et il n'y trouve d'empêchement que dans la foi déterminée car il ne s'effraie que peu ou point du tout de la foi tiède ou morte. D'après / ?/ il y a trois formes d'infidélité. La première de l'intention : lorsqu'on s'écarte des choses dont on a su qu'elles convenaient aux nécessités de la foi, on manque délibérément à l'église en croyant le contraire, et c'est là un très grand péché mortel. Si la personne est chrétienne, cela s'appelle péché d'hérésie et elle doit être excommuniée si elle l'a manifesté en quelque acte extérieur, quand bien même devant elle seule, et on en réserve l'absolution au Pape, comme pour les autres cas de la cène du Seigneur. La deuxième par les premiers mouvements imparfaits, lorsque par des tentations et des propos entendus on vacille presque en ces choses qui sont de la foi / ?/ on doit cependant errer par consentement délibéré et ceci assurément est un péché /fol. 389 r/ d'infidélité mais véniel en raison de l'imperfection de la réalisation. La troisième par l'ignorance de la matière. Car ou bien on sait que la matière convient à la foi, mais on ne sait pas qu'on se trompe à son sujet ou bien on ne sait pas que cela a trait à la foi, chose qu'assurément on lui impute, et dans l'un et l'autre cas, en croyant penser justement on confirme que l'erreur qu'on ne voit pas est une erreur, matériellement on encourt le péché d'infidélité comme il arriva à St Cyprien, martyr en 32 ap. J.-C. praeptev hoc qu'il appela le baptême des hérétiques : ablutions du Diable. St Augustin les réprimande et parce qu'en ceci ils n'errent que matevialiter dans leur foi et non formaliter : c'est-à-dire, non point par l'intention, car, comme ces personnes pensent tout à fait être dans la foi de la Sainte Mère Eglise, lutter pour elle et mobiliser leur entendement pour la servir, elles n'encourent donc point de péché mortel.

5Mais toutefois on pèche par la trop grande similitude, ce qui chez Cyprien fut plus excusable par sentence du LXXX / / des évêques et finalement par la grâce du martyre qu'il reçut, cette faute fut totalement absoute. L'ignorance est donc un péché, selon le Docteur déjà cité, lorsque quelqu'un doit savoir quelque chose de par le droit ou de par le fait et qu'il ne fait pas ce qui est en son pouvoir pour le savoir.

6Et enfin, il dit que l'ignorance n'est alors cause de péché que dans le cas où, si on savait que cela est un péché, on ne le ferait point. Et elle n'excuse pas non plus le péché, si on n'est pas innocent. Elle diminue cependant le péché, car alors elle augmente la volonté. De sorte que parfois l'ignorance est une excuse en partie, mais non tout à fait. Et d'après les Docteurs, en ceci personne ne doit prendre métier avec lequel il puisse causer de dommage notoire à son prochain, s'il n'a d'abord été suffisamment instruit pour l'exercer, car, comme le dit Notre-Seigneur, si l'aveugle guide l'aveugle, ils tomberont tous deux dans le trou, c'est-à-dire en enfer, où l'ignorant sera en état d'ignorance à tout jamais.

7Ainsi, de même qu'est louable l'ignorance du mal et du vice, de même est fort préjudiciable l'ignorance du bien, de ce qui est obligatoire et vertueux ; à ce propos, on pourra consulter dans un genre rhétorique Marc Aurèle au chapitre XXIX et au /fol. 389 v) chapitre XXX, car cette Nouvelle Espagne connaît désormais un mélange de diverses nations, et là où il y a faute, là naît la confusion. Je désire par ceci avertir les uns et les autres de sorte que de même que certains attrapent la langue ou la coutume corrompue, ce poison, cette pestilence ou quelque chose de semblable ne soit pas attrapé ou ne passe de l'un à l'autre. Et pour éviter ceci j'implore humblement le secours de Dieu et je demande que s'aiguise et s'éveille la vigilance et la diligence des bergers et recteurs de son église, qu'ils fassent preuve d'une telle sollicitude auprès des âmes dont ils ont la charge qu'enfin, avec elles, ils règnent pour toujours dans le ciel. Amen.

Notes

1 Fr. Juan de Alameda (cf. le renvoi de l'opuscule antérieur dans le prologue) Ramirez.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search