Version classiqueVersion mobile

Tratado de hechicerías y sortilegios de Fray Andrés de Olmos

 | 
Georges Baudot

Avant-propos

Texte intégral

1On sait assez aujourd'hui que la jeune histoire des mentalités, que l'étude socio-historique et critique des religions et des pratiques religieuses se doit de recourir de plus en plus à des matériaux que l'on pouvait juger, il y a peu encore, stériles et ennuyeux, voire singuliers et surprenants. Dans le cas précis du Mexique où les phénomènes d'acculturation revêtent une importance extrême, l'inventaire et l'analyse des éléments de civilisation imposés et adaptés par les Espagnols dans le premier siècle de leur présence comporte un intérêt exceptionnel. Surtout quand il s'agit des éléments de culture apportés par ceux des Espagnols qui avaient à leur charge la transformation des croyances amérindiennes, c'est-à-dire les religieux évangélisateurs qui tentèrent au xvie siècle d'édifier une nouvelle chrétienté en Amérique et de remplacer le système cosmologique cohérent et bien structuré des Mexicains préhispaniques par un édifice chrétien calqué sur celui de l'Espagne.

2L'étude en profondeur des composantes de l'évangélisation, des outils qu'elle a requis et des expériences qu'elle a réalisées, pourrait alors se faire maintenant, après tant de belles études qui ont reconnu les trajectoires de la fondation de l'Eglise, par les textes que cette évangélisation a suscités et, donc, procéder méticuleusement texte à texte en fouillant les entrailles secrètes de ceux-ci. Nous pensons, bien sûr, et dans un premier temps, à toute la littérature en apparence anachronique et fastidieuse que sont les traités doctrinaux, les catéchismes, les manuels et autres ouvrages pieux rédigés dans les langues amérindiennes par les évangélisateurs du xvie siècle pour aider à la conversion de leurs catéchumènes indiens.

3Dans cet esprit, nous proposons donc le Traité des sorcelleries et sortilèges du religieux franciscain Fray Andrés de Olmos qui, en 1553, représente un modèle exceptionnellement exemplaire du genre.

  • 1 Voir Georges Baudot, Utopie et Histoire au Mexique. Les premiers chroniqueurs de la civilisation m (...)

4Nous avons longuement exposé ailleurs le rôle primordial et l'impact hors série de Fray Andrés de Olmos dans les utopies qui président à la fondation du Mexique chrétien, comme pour la sauvegarde de la civilisation précolombienne des Mexica1. Olmos a été, effectivement, au cœur de la grande aventure séraphique au Mexique et au carrefour de plusieurs Mexiques indiens. L’essai que représente le Traité des sorcelleries et sortilèges en langue náhuatl pour introduire dans les consciences indigènes les éléments d'une démonologie européenne issue d'un modèle espagnol élaboré vingt-six ans auparavant, n'est pas la moins séduisante ni la moins importante des entreprises du Frère Mineur. Son rôle dans la genèse de certains syncrétismes, dans la réinterprétation des doctrines chrétiennes par les Indiens (probablement à rebours de ce qu'il avait souhaité), n'a pas dû être négligeable. Enfin, le Traité des sorcelleries... est un document linguistique du plus vif intérêt, puisqu'il nous propose un des premiers grands textes coloniaux en langue náhuatl dont l'analyse lexicographique et stylistique recèle plus d'une surprise.

5Nous nous limitons, néanmoins, à présenter ici brièvement, au cours des pages suivantes, le texte, l'auteur et les circonstances immédiates de l'élaboration du Traité. En effet, dans un premier temps (le plus urgent) il convenait d'abord de procurer une édition soigneuse du texte náhuatl, sa traduction française aussi précise que possible, le tout accompagné d'un appareil de notes succinctes, réduites au minimum pour éclairer une première lecture. Bref, nous avons souhaité surtout fournir un instrument et un document de travail mis à la portée de tous.

6L’édition de ce texte a été aussi, au début tout au moins, une agréable expérience de travail collectif réalisée par les étudiantes du séminaire de recherches sur la langue et la littérature náhuatl que nous dirigeons à l'Université de Toulouse-Le Mirail.

7De la sorte, Mlles Lucette Scholzen, Michèle Julien, Iris Gimenez, Christine Mazeau et Béatrice Bérasatégui ont d'abord procédé sous notre direction à un établissement préliminaire du texte et à une première tentative de traduction raisonnée. Puis, l'une d'entre elles, Mlle Iris Gimenez, a réuni en un seul texte les différentes versions de ses camarades. Nous avons alors, nous-mêmes, repris cet ensemble, revu le microfilm du manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Mexico, vérifié l'établissement du texte, révisé et parfois réélaboré la traduction. Nous assumons donc entièrement la responsabilité des textes qui sont ici proposés.

8Pour finir, qu'il nous soit permis de dire notre vive reconnaissance au Conseil Scientifique de l'Université de Toulouse-Le Mirail pour avoir accepté, financé et soutenu, au cours des années 1971, 1972 et 1973, notre programme de recherches qui comportait, entre autres choses, cette édition. La Mission Archéologique et Ethnologique Française au Mexique a bien voulu accepter de publier cet ouvrage dans ses collections et nous tenons aussi à lui exprimer notre profonde gratitude.

Notes

1 Voir Georges Baudot, Utopie et Histoire au Mexique. Les premiers chroniqueurs de la civilisation mexicaine (1520-1569). Toulouse, Privat éditeur, 1977, pp. 119-240.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search