Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Annexes et planches

Annexe No 1

La balle et ses caractères

Texte intégral

1Ce point mérite un examen plus approfondi que les textes des chroniqueurs ne le permettent : la surprise évidente des Espagnols en présence d'un matériau nouveau et de ses différents usages, rend leurs descriptions très incertaines. On sait par les textes que la gomme ("olli", "ulli", "ule") de certains arbres ("ulquahuitl"), recueillie par incision, puis séchée ou préparée par cuisson avec diverses herbes, donne une pâte noire, avec laquelle on forme des boules molles et élastiques de quelques livres (quatre livres peut-être). Certains chroniqueurs confirment l'existence d'autres usages que celui de la fabrication de balles : rituels (par exemple les marchands aztèques brûlent du caoutchouc dans leurs cérémonies), ou fonctionnels, pour imperméabiliser certains vêtements. Cela permet d'expliquer la richesse du tribut payé par les Terres Chaudes à Tenochtitlan : 16 000 balles annuelles pour les villages de Tochtepec, Otatitlan, Michapan et la zone habitée par les Olmecas (le peuple du caoutchouc). Il est évident que, malgré son importance, le jeu de balle ne pouvait à lui seul justifier une telle production.

2Toutes ces informations sont cependant à la fois fragmentaires et imprécises : aucun chroniqueur ne donne par exemple de détails sur les divers ingrédients utilisés pour la préparation des balles. Cette imprécision vient de l'ignorance dans laquelle se trouvaient les chroniqueurs, puisqu'en Europe on ne connaissait ni la matière ni ses usages possibles. Cette ignorance explique la confusion des descriptions, mais justifie également l'intérêt porté par les Espagnols à toutes les manifestations de l'existence du caoutchouc. Le premier, Christophe Colomb en parle, puis tous les chroniqueurs, en particulier Oviedo qui décrit la balle et sa fabrication. En 1797, un vice-roi de Mexico fait procéder à une longue série d'expériences sur l'extraction, la préparation et l'utilisation du caoutchouc (Lowe et Ries, 1944), ce qui prouve l'intérêt soutenu porté à cette matière mais également la lenteur mise à comprendre ses qualités et ses avantages.

3Il n'est pas nécessaire de revenir sur la diversité des espèces connues en Amérique, dont l'étude a été faite (Stern 1948). Plusieurs plantes sont en mesure de fournir la matière première : l'Hévéa (Siphonia) et le Sapium se rencontrent dans le bassin de l'Amazone ; le Castilla (Elastica Cervantes) également dans l'Amazonie, mais aussi au Mexique : c'est probablement l'espèce qui correspond à l'arbre appelé "ulquahuitl" en nahuatl. Le Hancornia présente plusieurs variétés dont l'une, Apocynum, pourra fournir du caoutchouc au Sud-Ouest des Etats-Unis, tandis que le Guayule, qu'on rencontre dans une zone proche, permet de ravitailler le Nord-Ouest du Mexique. De multiples espèces sont ainsi disponibles et, même si cela implique des techniques d'extraction et de préparation différentes, la matière première se rencontre sur l'ensemble du territoire envisagé, les Antilles inclues, si l'on en croit le témoignage de Las Casas (Stern 1948).

4La zone de production du caoutchouc recoupe donc approximativement l'aire où le jeu se pratique, et les zones sans production locale disposent d'autres ressources, par le commerce, ou par le tribut, du type aztèque.

5Il ne faut cependant pas perdre de vue que le caoutchouc n'est peut-être pas la seule ressource utilisée pour la fabrication de balles. De même qu'en Europe à cette époque, on utilise les poils, le cuir …, il semble que d'autres types de balles soient utilisés pour d'autres jeux (cf. Chap. III/5), avec d'autres matériaux. Il peut donc exister des zones où le caoutchouc n'est pas présent, mais où le jeu se pratique. D'autre part, toutes les "balles" connues an Amérique, et en particulier en Mésoamérique, n'ont pas obligatoirement le même usage, et par conséquent il ne faut pas assimiler la présence de balles à celles du caoutchouc ou du jeu. Quelques rares exemplaires de balles ont pu être trouvés en fouilles : deux, extraites du Cenote de Chichen Itza se trouveraient au Peabody (Grace, 1954), mais on n'en sait guère plus. Une balle se trouvait en Arizona (Amsden 1936), dans les ruines d'un site Hohokam, en 1924 : elle est dure et massive.

6Il existe par ailleurs de très nombreuses représentations de balles sur des figurines (en particulier de la région de Jalisco-Nayarit (cf. IIe Partie, Chap. V) ou de Jaina), ou sur des stèles (Santa Lucia Cotzumalhuapa, El Baúl …) et des marqueurs de terrains de jeu (Chinkultik …). Leurs dimensions sont très variées, depuis celles qui tiennent dans le creux de la main des figurines jusqu'à certaines qui sont plus grosses que la tête des joueurs. Différents facteurs entrent ici en ligne de compte : tout d'abord, il semble que l'assimilation boule-balle soit trop facilement faite ; on ne doit pas oublier qu'il existe une grande quantité d'objets ronds : balles de fronde ou boules de "masa" par exemple (Taladoire 1975). Tout objet de ce genre ne doit pas être systématiquement considéré comme une balle. D'autre part, lorsque l'objet peut être relié avec certitude au jeu de balle, comme à Chinkultik ou sur certaines stèles de la côte pacifique, il ne s'ensuit pas qu'il s'agisse d'une balle. Souvent, dans les codices par exemple, un cercle occupe le centre du terrain, tandis que l'un des joueurs tient à la main une balle, de dimensions moindres (Codex Colombino 2, Durán cap. 23 La II) ; les anneaux sont également marqués par des cercles et la balle représentée à côté du terrain (Codex Aubin 19). Il est donc prématuré, souvent, d'interpréter tout objet rond comme une balle, en l'absence de données supplémentaires. D'autre part lorsqu'il existe une certitude sur l'identification de la balle, on constate une homogénéité certaine des proportions (cf. les codices ou les figurines). Il faut cependant rappeler que les dimensions de la balle peuvent être exagérées, dans le cas d'une représentation symbolique de son rôle.

7Pour terminer, il convient de revenir sur un point soulevé par Borhegyi (1968 a), à propos des boules de pierre trouvées en zone maya et interprétées par lui comme servant à un jeu de balle. Il paraît inconcevable étant donné le poids, l'absence totale d'élasticité et la dureté de ces boules qu'elles aient pu servir lors d'un jeu du type envisagé ici. Il serait plus probable qu'elles aient été utilisées pour un autre jeu, où le corps n'aurait pas eu à subir leur choc, par exemple celui des quilles … Mais cela même n'est pas certain et la diversité de ces boules et de leurs origines incite à orienter les recherches dans une autre direction.

8En définitive, il apparaît qu'une grande prudence est de mise dans l'interprétation des données, et que l'explication de la fonction de ces balles doive être plus nuancée. Il ne faut pas généraliser trop vite, mais procéder à des études de cas individuels, ainsi qu'il a été fait dans le courant de ce travail.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search