Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Quatrième partie. Le jeu de balle : son déroulement sa fonction son symbolisme

Chapitre II. Le Tlachtli : ses modalités et son évolution

Texte intégral

1Au terme de l'analyse présentée au chapitre précédent se pose une question. Dans la mesure où l'on a relevé un nombre important de traits permettant de mettre en relation le jeu dit "Ulama de Cadera" avec le tlachtli précolombien, peut-on inverser cette relation, et partir des données et des modalités du jeu actuel pour en déduire celles du jeu ancien ? Cette démarche, pour imprécise qu'elle soit, s'appuie cependant sur des arguments relativement solides : l'étude présentée ci-dessus, par groupes de données et par périodes, a permis de relever certains traits caractérisant le jeu, tant à l'époque de la Conquête que dans les siècles antérieurs. On dispose ainsi d'informations ou d'hypothèses qui, par comparaison, permettront peut-être de donner du tlachtli une vue plus complète. Il est cependant évident que l'on ne peut accepter de faits que lorsque les recoupements sont suffisants, et d'autre part qu'il convient de tenir compte de certaines variétés locales ou temporelles du jeu. L'évolution ainsi reconstituée du jeu laissera donc subsister quelques ombres, que des études ultérieures dissiperont peut-être.

II/1. LE JEU ET SES MODALITES

A) Le terrain

2Au contraire de certains jeux, le tlachtli et le "Ulama de Cadera" se pratiquent sur des terrains bien délimités, présentant certains traits communs, que l'on peut résumer dans le tableau suivant :

Données Archéologiques

Données Ethnohistoriques

Données Ethnologiques

Terrains construits

Terrains construits

Terrains aménagés

Forme : rectangle ou I

Forme : I

Forme : rectangle

Long et étroit

Long et étroit

Long et étroit

Sol lisse

Sol lisse

Sol lisse

Profil : talus et mur

Profil : talus et mur

Pas de profil.

Zones terminales : présentes, parfois

Zones terminales : mineures

Pas de zones terminales

Deux axes : transversal et longitudinal

Deux axes : transversal et longitudinal

Un axe : transversal

3On constate immédiatement la similitude des données de l'archéologie et de l'ethnohistoire (codices et chroniques), malgré l'existence de différences mineures (comme, par exemple, la disparition des plans rectangulaires des terrains de type palangana). Il est plus difficile d'expliquer les différences entre les terrains précolombiens et actuels : elles proviennent toutes d'une même cause, l'absence de construction ; tout le soin mis dans l'aménagement d'une aire de jeu ne compense pas l'absence de profil, de talus... Cela pourrait constituer une différence majeure, si d'autres données ne venaient par ailleurs appuyer l'hypothèse de la similitude des jeux (cf. ci-dessous). Par conséquent, il convient de chercher l'explication de ce phénomène. Il provient, vraisemblablement, de la répression exercée par l'Inquisition contre le jeu en tant que pratique religieuse païenne, répression dont plusieurs chroniqueurs se sont fait l'écho. Il est évident qu'une telle attitude ne peut avoir que deux conséquences : tout d'abord l'arrêt de la construction de terrains, et l'abandon de ceux qui existent. Si d'autre part certains groupes désirent poursuivre leur pratique du jeu, il devient nécessaire de jouer sur des terrains discrets, que de simples lignes sur le sol suffisent à délimiter. On doit par ailleurs tenir compte d'un fait : les rares données dont on dispose, concernant le jeu en période historique (Santaren...) parlent de monticules utilisés comme structures latérales ; on se trouverait donc en présence dans certains cas d'une lente disparition des éléments architecturaux du jeu, et d'une modification progressive des techniques de jeu, poussée jusqu'à la disparition de toute architecture.

B) L'équipement

4Il comprend trois groupes d'objets très différents : la balle, les protections corporelles (contre les chocs de la balle et les contacts violents avec le sol) et les ornements.

5Pour ce qui est de la balle, le problème se pose différemment selon les époques. Les données archéologiques sont en effet d'ordre purement iconographique, si l'on excepte les deux exemples de balles trouvées en Arizona. Dans ces derniers cas, on sait avec certitude que les balles étaient en caoutchouc, et l'exemple analysé pèse 198 gr et mesure 86 pour 53 mm. Il est évident que ces dimensions n'ont plus aucune commune mesure avec les dimensions d'origine, que l'on suppose supérieures ; il en va de même pour le poids. Mais cela ne permet pas d'affirmer une similitude totale avec les balles utilisées en Mésoamérique. Dans ce domaine, l'iconographie donne deux représentations contradictoires : certaines balles sont grosses (à peu près deux fois le volume de la tête) mais elles comportent toujours un glyphe inscrit (cf. Edzná st. 8, Chichen Itza str. 2 D 1...). D'autres sont plus petites (environ 15 cm de diamètre) et sont en général associées à des joueurs en action (à Piedras Negras, Lubaantun...). Il semble donc possible de justifier cette différence non par l'existence de deux types de balles, mais de deux intentions distinctes : lorsque le réalisme l'emporte sur le symbolisme, la balle est représentée avec ses dimensions normales, c'est-à-dire petite. Mais aucun élément ne permet de définir la consistance de la balle.

6L'analyse des données ethnohistoriques permet de combler partiellement ce fossé. Dans les codices, on retrouve un même contraste entre les balles utilisées comme symboles (Codex Borgia) et celles de style réaliste (Maggliabecchiano 80). Ces dernières peuvent à leur tour être mises en rapport avec les balles décrites par les chroniqueurs (cf. annexe 1), en caoutchouc non vulcanisé, d'un diamètre de 10 (Clavijero) à 20 cm (Pomar).

7Les balles utilisées actuellement sont également en caoutchouc non vulcanisé, d'un diamètre de 16 à 19 cm et d'un poids de 3,3 à 3,8 kg. On doit rappeler que les chroniqueurs insistent tous sur le poids élevé de la balle. Il est donc probable que l'on se trouve bien en présence du même genre de balle fabriquée de la même façon.

8Pour ce qui est de la tenue proprement dite, on a vu qu'elle pouvait comprendre des éléments utiles et des ornements (boucles d'oreilles, colliers, coiffures de plumes...). Ces ornements, représentés tant en sépulture que dans les codices, ont disparu totalement à l'heure actuelle. Dans la mesure où leur présence était partiellement liée aux caractères religieux du jeu, leur disparition devrait être attribuée aux actions répressives des conquérants. Par contre, le problème est différent en ce qui concerne les vêtements de protection. Les divers types peuvent être envisagés dans le tableau ci-dessous :

Données Archéologiques

Données Ethnohistoriques

Données Ethnologiques

Ceintures épaisses (joug)

Ceintures épaisses ?

Ceintures épaisses

Bandes sur torse

Jupe à pans, ou culotte

Culotte

Pagne

Pagne

Pagne

Gants

Gants

Genouillère (une)

Genouillères

9Les vêtements mentionnés dans la première partie du tableau sont ceux qui servent à protéger directement le corps contre les coups de la balle. Ils peuvent en fait être réduits à trois : le pagne, porté non seulement dans le jeu mais aussi dans d'autres circonstances et dont la présence n'est pas significative, une jupe à pans (en zone maya) ou une culotte (portée par les joueurs vus par Christoph Weiditz (pl. photo no 1), parfois absente mais toujours représentée de façon assez souple et dure (l'on sait que les culottes étaient en cuir) ; il est probable que les pans identifiés sur certaines stèles ou sur des panneaux étaient également en cuir ou en peau. Plus intéressant est le problème des ceintures pouvant être de deux types : hautes (jusqu'aux aisselles) et souples, enroulées autour de la poitrine, sur plusieurs figurations de la zone maya ; plus étroites et massives, portées à hauteur des hanches, sur des figurations du Haut Plateau, de la côte du Golfe ou d'autres zones. On peut alors concevoir qu'elles soient constituées d'un seul bloc, en fibres ou en bois (elles s'apparenteraient alors aux jougs. Cf. le joug en bois de Tikal ou les "ceintures" qui pendent au bras de certains joueurs dans les codices) ; il est également possible d'envisager qu'elles soient constituées d'une longue bande en fibres végétales ou en cuir, enroulées autour des hanches : tel est le cas des ceintures actuelles qui exercent alors une fonction un peu comparable à celle des jupes Spans. Dans tous les cas, ces ceintures existent, et on a vu plus haut que les différences d'aspect n'impliquaient pas de différences dans les techniques de jeu. C'est l'existence de la ceinture qui importe et non sa forme.

10En ce qui concerne les gants et les genouillères, ils disparaissent à l'époque de la Conquête. Cela est peut-être dû à la simplification croissante du jeu, mais on peut difficilement accepter cette idée si les techniques de jeu sont restées les mêmes. Il est par contre possible de mettre en liaison deux points. On sait que, dans le jeu actuel, les joueurs occupent des positions fixes, ce qui implique que le même joueur recevra, dans la plupart des cas, la balle sous le même angle. Or, il est aisé de constater que la plupart des joueurs représentés ne portent qu'un gant et une genouillère, en général du même côté. Cela implique que le joueur doit entrer en contact avec le sol de façon continue sur son flanc protégé, donc en recevant la balle sous le même angle : on est donc en mesure de déduire de cela que les joueurs occupaient des positions fixes sur le terrain.

C) Les joueurs

11A l'exception de certaines divinités féminines parfois identifiées dans certaines représentations des codices, dans un contexte symbolique très particulier, dans tous les autres cas, seuls les hommes peuvent jouer. Ils sont au nombre de deux ou trois par équipe, d'après les données archéologiques, de 1 à 8 selon les codices et les chroniques, et de 1 à 5 selon l'ethnologie. De plus, l'archéologie comme 1'ethnohistoire attestent l'existence d'équipes inégales, tandis que l'ethnologie reste muette sur ce point.

12Tous les éléments analysés ci-dessus permettraient tout au plus une comparaison des divers jeux, les points de ressemblance n'étant pas plus nombreux que les différences. Il est évident que l'évolution historique (et en particulier la répression du jeu) permet d'expliquer la disparition des caractères les plus évidents (les terrains, certaines parties de l'équipement) et que d'autre part cette disparition est progressive. L'analyse du jeu lui-même va permettre de démontrer l'unité des divers jeux envisagés.

D) Le jeu

13Dans tous les cas (archéologie, ethnohistoire, ethnologie), il s'agit d'un jeu compétitif, violent, qui oppose deux équipes, soit pour le jeu lui-même soit pour d'autres motifs, religieux, divinatoires... Le jeu consiste essentiellement à se renvoyer d'un camp à l'autre une balle de caoutchouc, en ne la frappant qu'avec la hanche (A, EH, E), et parfois même (E) en n'utilisant que la même hanche pendant tout le jeu. La partie commence par un service à la main (EH, E), qui est rattrapé avec la hanche et envoyé dans le camp adverse. Il peut être bon, auquel cas le jeu commence, ou mauvais et le service est alors renouvelé (EH, E). S'il est bon, un joueur de la seconde équipe renvoie la balle et le jeu continue jusqu'à ce que l'une des équipes fasse une faute ou marque un point. Les balles peuvent être hautes (A, EH, E) ou basses (A, EH, E), à ras du sol, ce qui oblige les joueurs à plonger.

14Il existe, dans les chroniques, des hésitations quant aux parties du corps pouvant entrer en contact avec la balle : hanches, épaules... On peut rapprocher ce fait de l'existence d'un jeu dit "ulama de brazo" qui présente avec le "ulama de cadera" de nombreux traits communs ; de plus, on sait que les joueurs se mettent d'accord, avant le jeu, sur son déroulement, le nombre de points... Il est donc possible d'envisager que, si le jeu-type ne permet que l'usage des hanches, il puisse exister des tolérances touchant d'autres parties du corps. Toutefois, on peut noter que les interdits corporels sont les mêmes dans tous les cas, soit les mains, les pieds et la tête (A, EH, E).

15Le jeu se déroule sur la longueur du terrain, les meilleurs joueurs se plaçant au centre (EH, E), tandis que les joueurs mineurs (et peut-être celui chargé du service) se placent aux extrémités du terrain (EH, E). Ce point contredit un argument souvent avancé sur l'impossibilité de jouer sur de longs terrains : plusieurs auteurs ont contesté la possibilité de jouer sur des terrains aussi vastes que celui de Chichen Itza (str. 2 D 1). Or, les terrains utilisés pour l'ulama atteignent 67 et 100 m, pour un nombre de joueurs égal ou inférieur à 10 (si les personnages des panneaux de Chichen Itza représentent des équipes réelles, ils seraient 14 sur le terrain). Le jeu en long est donc possible, même sur le plan archéologique.

E) Le compte des points

16Il est pratiquement impossible de se prononcer sur ce sujet, d'après les données archéologiques, mais l'abondance des données ethnohistoriques et ethnologiques compense partiellement cette difficulté.

Données Archéologiques

Données Ethnohistoriques

Données Ethnologiques

Fautes corporelles

Fautes corporelles

Fautes corporelles

Sorties par le fond

Sorties par le fond

Balle morte

Balle morte

Buts ?

Anneaux

Anneaux

17L'existence de fautes corporelles (EH, E) peut être déduite, sur le plan archéologique, du fait que tous les joueurs en action sont montrés en train de frapper la balle avec la hanche ; il s'ensuit que vraisemblablement le contact, de la balle avec une autre partie du corps entraînait le compte d'une faute. En ce qui concerne la sortie de la balle par le fond du terrain (EH, E), la délimitation progressive des zones terminales et la fermeture des terrains tendent à prouver que ce type de points pouvait exister antérieurement. Pour ce qui est du point désigné par le terme de "balle morte", il est impossible de démontrer que le fait de ne pas rattraper la balle pouvait coûter un point dans le tlachtli. Durán insiste cependant sur le fait que l'on plaçait des joueurs dans les angles des zones terminales pour empêcher la balle d'y tomber et de ne pouvoir être renvoyée. Ce fait ne peut s'expliquer que par la disposition architecturale des terrains, disposition existant dès le Classique Récent. Il est donc vraisemblable que, les mêmes causes produisant les mêmes effets, ce type de points existait aussi au Classique Récent. Par contre, on a vu que de nombreux auteurs ont tendance à interpréter les têtes à tenons, les marqueurs, comme des buts ; rien ne permet ultérieurement de confirmer cette interprétation, car dès l’époque de la Conquête, on ne trouve plus d'autres sculptures que les anneaux et, actuellement, il n'existe pas de buts dans le "ulama de cadera". Il convient donc d'envisager leur rôle avec prudence, et ce n'est que dans le cas des sculptures â tenons, dont la position sur le terrain est comparable à celle des anneaux, que l'on peut maintenir cette hypothèse.

18Pour ce qui est des anneaux, on est en présence d'un phénomène très particulier, limité aux cultures postclassiques du Haut Plateau mexicain. Ces anneaux ont probablement une signification particulière mais, pour le jeu, leur rôle est celui d'un point spécial : tout joueur faisant passer la balle à travers l'anneau annule tous les points précédents et gagne la partie et les vêtements des spectateurs. Ce point n'est donc pas comptabilisé, mais modifie tout le déroulement du jeu.

19Il est enfin possible de mentionner deux faits. On sait que le nombre de points peut être fixe (E), ou défini avant le jeu par accord entre les parties (EH). Cela implique une certaine souplesse que l'on retrouve dans d'autres domaines. D'une part, il existe des points, mais aussi des "rayas" (EH, E), sorte de points spéciaux à jouer à part, peut-être pour les fautes. D'autre part, le compte des points varie pour les deux équipes en même temps. En ethnologie, le fait qu'une équipe marque un point précis peut entraîner la perte de tous les siens par l'équipe adverse. Ixtlilxochitl, dans son récit de la partie disputée par Moctezuma et Nezahualpilli, semble indiquer l'existence d'un phénomène semblable à l'époque de la Conquête (cf. Ière Partie, Chap. III/9). En d'autres termes, il semble que, dans le tlachtli, ait existé une certaine souplesse, tant dans les modalités du jeu que dans le compte des points, en même temps qu'une grande complexité, et que ce double phénomène joint aux difficultés inhérentes à la pratique du jeu après la Conquête soit à l'origine de certaines imprécisions dans l'établissement de rapprochements entre le tlachtli et le "ulama de cadera".

II/2. DESCRIPTION ET EVOLUTION DU JEU DE BALLE

20En fonction des divers rapprochements établis ci-dessus, on est maintenant en mesure de présenter une synthèse ou un historique du jeu de balle, depuis ses origines jusqu'à la Conquête.

21Le jeu prend apparemment naissance au Préclassique, dans le contexte de la culture olmèque ou des cultures qui ont hérité certains traits de cette culture. Bien que l'on n'ait pas de certitudes touchant la datation des terrains les plus anciens (La Venta, San Lorenzo ?), plusieurs traits pointent vers une origine olmèque. D'une part cette région produit le caoutchouc nécessaire à la fabrication des balles, d'autre part la distribution des terrains au Préclassique Récent laisse supposer une origine commune olmèque : les terrains ne sont pas localisés dans des zones productrices de caoutchouc, et les relations entre les différentes régions (Tehuacan, Oaxaca, Chiapas, Huasteca...) sont insuffisantes pour expliquer une diffusion du jeu à cette époque. On ne dispose pas d'éléments très précis sur le déroulement du jeu, et l'on sait seulement qu'il s'agit vraisemblablement d'un jeu par équipes, pratiqué sur un terrain. Dans la mesure où l'on ne connaît que quelques marqueurs (au Chiapas), il est vraisemblable que les points sont comptabilisés en fonction d'autres éléments (sorties du terrain ? balle morte ?). La figurine trouvée à Cuicuilco (Matos 1968) portant une grosse ceinture laisse supposer que frapper la balle avec la hanche est déjà un trait distinctif de ce jeu. On doit se souvenir ici qu'il existe à la même époque un autre jeu de balle, représenté à Dainzú, et très différent de celui qui nous intéresse.

22Au Classique Ancien, le jeu connaît une éclipse momentanée dans de nombreuses régions, et l'absence de données iconographiques précises ne permet pas d'en donner une description. L'existence de terrains de cette époque dans les Hautes Terres du Guatemala (A. Ichon, inf. personnelles), dans la Huasteca, et peut-être dans la vallée de Tehuacan, montre cependant que ce jeu continue à être pratiqué. Bien plus, alors que le jeu le mieux connu de cette époque reste celui du Tlalocan, à Teotihuacan, la même peinture montre un terrain et deux joueurs, dans des postures comparables à celles des joueurs de Ch. Weiditz (pl. photo no 1) ; si les peintures du Tlalocan sont bien destinées à évoquer la région de la côte du Golfe, cela tendrait à prouver que le jeu se maintient dans cette région sous la même forme. Il s'agirait du jeu d'équipe, destiné aux hommes, et au cours duquel on se renvoie la balle avec les hanches. Des fouilles dans l'Etat de Veracruz devraient faire apparaître des terrains du Classique Ancien.

23La renaissance du jeu au Classique Récent, sous deux formes distinctes, s'expliquerait alors aisément. En effet, on a pu constater que le jeu connaît un développement énorme en zone maya (Basses puis Hautes Terres) : cela s'expliquerait par le maintien du jeu dans les Hautes Terres au Classique Ancien. Pour ce qui est de la région de la côte du Golfe, si les hypothèses formulées ci-dessus sont confirmées, on assisterait simplement à un développement continu, accompagné d'un ensemble de croyances religieuses qui aboutirait à la constitution d'un culte se diffusant progressivement depuis cette région vers les zones voisines. L'existence de ce double courant expliquerait ainsi certaines différences dans les techniques de jeu, tant du point de vue des terrains que des équipements (en particulier pour ce qui est des ceintures). Cependant, l'unité fondamentale du jeu se marque dans la coexistence des divers aspects (techniques, religieux...) sur les terrains, les sculptures... Il s'agit bien du même jeu, avec des différences de détail mineures. On peut déjà préciser quelques traits : il s'agit d'un jeu compétitif, opposant deux équipes de quelques joueurs chacune sur un terrain long et étroit. Le jeu est violent, ce qui rend nécessaire le port de protections, et consiste à se renvoyer, avec les hanches, une balle de caoutchouc dure, massive, de 15-20 cm de diamètre. Les balles peuvent être hautes (cf. Edzná st. 8), ou basses (cf. le panneau de la vallée de l'Usumacinta illustré par Wardwell 1967), et les différences de tenues n'ont pas une importance primordiale. Les joueurs occupent sur le terrain des positions fixes (indiquées par le port de protections, gant et genouillère, d'un seul côté du corps), et l'on peut supposer qu'ils exercent alors des fonctions précises (service...). En ce qui concerne le compte des points, il est plus difficile d'être affirmatif : il est probable que les fautes corporelles ou les sorties de la balle sont comptées, ainsi peut-être que le fait qu'un joueur ne puisse rattraper la balle. Il subsiste également un doute sur le rôle comme but de certaines sculptures (sculptures à tenons...). La fonction des autres types de sculptures (marqueurs, panneaux...) reste encore à définir.

24Il est probable que la fermeture progressive des terrains obéit à un désir de mieux définir les limites du terrain, mais cela entraîne probablement des modifications mineures dans les techniques de jeu, ne serait-ce qu'en limitant la marge de manoeuvre des joueurs, qui ne peuvent plus courir avec la même aisance pour couvrir le fond du terrain. Il ne s'agit cependant pas de différences fondamentales, et l'unité des plans et des profils de terrains montre que le déroulement est fondamentalement semblable pour l'ensemble des régions où il se pratique.

25Cette version du jeu semble se maintenir jusqu'à la Conquête (et peut-être même au-delà) pour la plus grande partie de l'aire mésoaméricaine, le Haut Plateau mexicain y compris. Cependant, on note, dès la fin du Classique Récent, l'apparition dans cette dernière région, d'une variante dans le compte des points, qui va partiellement modifier le déroulement du jeu : il s'agit, de toute évidence, des anneaux dont la fonction est très particulière. On a vu que leur origine pouvait être trouvée dans le jeu pratiqué à Teotihuacan, et plus particulièrement dans les stèles composites qui servent de but. En changeant de jeu, ces buts se modifient pour devenir des anneaux placés au sommet des talus, au milieu des structures latérales ; il s'agit, pour les joueurs, de faire passer la balle par l'anneau et de gagner ainsi la partie, en annulant tous les points antérieurs. Cela ne modifierait pas fondamentalement la technique de jeu si les sculptures à tenons ont la même fonction. Mais cela change en tous cas le cours du jeu ainsi que les buts et motivations des joueurs. Cependant, du fait même que ces anneaux n'ont pas été identifiés sur tous les terrains de cette période, et d'après les descriptions des chroniqueurs, il est évident que le caractère de base du jeu ne s'en trouve pas modifié, et que les méthodes traditionnelles du jeu continuent à être en vigueur. Telle est la situation que rencontrent les conquérants à leur arrivée, et tel est le jeu qu'ils décrivent, fascinés et admiratifs (cf. Ière Partie, Chap. III). Mais leur admiration se mêle de méfiance, de sentiments d'hostilité dûs aux caractères religieux et cérémoniels de cette pratique. Et, en dépit de l'intérêt suscité (plus par la balle d'ailleurs que par le jeu lui-même), le tlachtli va faire l'objet d'une répression ambiguë : ce n'est pas le caractère rituel du jeu que l'on invoquera pour l'interdire, mais le danger encouru par les joueurs, les paris...

  • 1 Bien que l'on n'ait pu, jusqu'à présent, faire état d'un texte juridique portant sur l'interdictio (...)

26Cette interdiction reste d'ailleurs non formulée1, mais s'exerce dans le cadre de la conversion des indigènes et de l'abandon des pratiques païennes Le jeu va donc disparaître de la majeure partie de Mésoamérique, mais va connaître une survie clandestine chez certains groupes ; cette clandestinité implique la disparition de tous les signes visibles dans la plupart des cas, soit les terrains eux-mêmes, les ornements, les rites... Mais il est évident que le caractère religieux reste présent, et de nombreux signes viennent le confirmer, que ce soit l'offrande d'un os de cheval au centre d'un terrain à Kaminaljuyu, les rites préliminaires chez les Acaxees (Santaren), ainsi que le soin mis à attendre que le prêtre dise la messe pour commencer à jouer, ou la présence chez un Indien condamné pour idolâtrie, d'une balle. Cependant, sans support matériel, isolé et réprimé, dans des régions où l'ensemble de la culture mésoaméricaine, et en particulier le contexte religieux, est une réalité lointaine, le caractère religieux tend à diminuer, puis disparaître, tandis que le jeu se simplifie, dans sa forme, pour devenir ce qui actuellement n'est plus qu'une survivance locale : le "ulama de cadera" ou le "ulama de brazo". Ces jeux ne sont plus que l'ombre du jeu précolombien et ont perdu ce qui faisait la force du tlachtli, soit le contexte religieux, le symbolisme. C'est sur ce dernier aspect qu'il convient maintenant de se pencher, afin de restituer au jeu son sens et sa fonction.

Notes

1 Bien que l'on n'ait pu, jusqu'à présent, faire état d'un texte juridique portant sur l'interdiction du jeu, il n'est pas exclu que des recherches dans les archives ne fassent apparaître ultérieurement un tel document.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search