Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Quatrième partie. Le jeu de balle : son déroulement sa fonction son symbolisme

Chapitre I. Données ethnologiques sur des jeux d'origine précolombienne

Texte intégral

  • 1 Il est évident, et nous en sommes conscients, que pour des ethnologues, l'étude de ces jeux peut p (...)

1La présence au Mexique, dans le Nord-Ouest ou dans la région de Oaxaca, de jeux mal connus mais très différents des jeux d'origine européenne, a été remarquée à diverses reprises depuis la fin du siècle dernier. Plusieurs enquêtes sur le terrain, réalisées depuis quelques années, par des chercheurs comme I. Kelly (1943), W. Sweezey ou T. Leyenaar (1972), ont permis de reconnaître dans ces jeux un mélange d'apports européens et de survivances "du jeu précolombien". Il est évident au vu de ce qui a été défini dans les chapitres précédents (cf. en particulier IIe Partie, Chap. VI), qu'il est peu probable que seul le Tlachtli ait laissé des souvenirs ; et la diversité des jeux précolombiens a probablement influé sur les survivances locales, ou facilité à des degrés divers la réceptivité à des influences d'origine étrangère. Dans ces conditions, il est impossible d'envisager ces survivances comme un tout et ici, comme en ce qui concerne les autres domaines, une approche systématique sera choisie. Cette approche seule permettra d'éviter l'écueil d'une assimilation entre jeux différents, écueil que n'a pu éviter Stern(1948) quand il utilise des données ethnologiques relatives à des jeux différents et d'autres, d'ordre ethnohistorique, pour tenter une description du jeu dans le Nord-Ouest. Il est en mesure de voir de nombreux points, mais sa méthode l'amène à ne pas tenir compte de particularismes qui peuvent, en fin de compte, permettre certaines identifications ou certains rapprochements. Car tel est, en définitive, le but d'une telle approche : l'étude des survivances ne présente d'intérêt pour nous que si elle peut permettre des rapprochements avec des jeux identifiés aux périodes antérieures1 et si, dans ces conditions, elle fournit des informations suffisantes pour tenter de reconstituer des faits, de donner chair et vie à ce squelette dont l'archéologie a permis la construction. C'est donc dans cette direction qu'il convient de diriger les recherches, en distinguant au maximum les types de jeu différents, les apports étrangers et les constantes.

  • 2 Les données d’I. Kelly sont étudiées par Grace (1952) en comparaison de celles fournies par le Sr (...)

2On dispose, à l'heure actuelle, de données de types divers sur quatre régions distinctes. La mieux connue, relativement, est le Nord-Ouest (Etats de Jalisco, Nayarit, Sinaloa), sur laquelle plusieurs chercheurs ont fait porter leurs analyses, et ce depuis le XIXe siècle (Bancroft 1875). Outre ce dernier, on peut citer les noms de Beals (passim), d'Isabel Kelly (1943)2, de A. Ibarra Jr (1960), de Ted Leyenaar (1974 a et b) et d'A. Oliveros (1972). Tous s'accordent à reconnaître l'existence de variantes distinctes, et le dernier, Ted Leyenaar, a clairement présenté deux techniques de jeu différentes, bien qu'il n'ait pas poussé la distinction assez loin. Nous distinguerons donc, dans le Nord-Ouest, le jeu avec les hanches (Ulama de Cadera) et le jeu avec les avant-bras (Ulama de Brazo).

3En ce qui concerne la région de Oaxaca, le jeu dit de la "Pelota mixteca", plus souvent décrit (Perez Bazan et Manterola 1936, Bolaños Cacho 1946, Stern 1948, Grace 1952, Sweezey 1972) est, en définitive, moins bien connu. Malgré une récente représentation à Monte Alban (cf. Excelsior 6/2/1977) et l'existence de divers règlements, de nombreux points restent encore obscurs. Les règlements distinguent deux variantes, mais les différences ne portent que sur la disposition du terrain, apparemment.

4Il faut enfin mentionner diverses références : une pour un jeu avec des battes dans le Michoacan (Corona Nuñez 1946), une autre d'Ibarra (1960) pour un jeu semblable au Sinaloa. D'autres enfin, pour le jeu de balle des Tarahumaras, par exemple.

I/l. LE JEU AVEC LES HANCHES : "ULAMA DE CADERA"

5Ce sera le premier étudié, car de nombreux traits permettent de le comparer avec le tlachtli, donc avec le jeu qui nous intéresse directement.

ANTECEDENTS

6Entre les données fournies par les textes des chroniqueurs et les enquêtes ethnologiques, quelques textes permettent de disposer de points de comparaison et de reconstituer une évolution. Il ne faut pas oublier que, peu de temps après la Conquête, le jeu de balle fut interdit, pour des raisons théoriquement humanitaires, en fait sous la pression de l'Inquisition, afin de lutter contre le paganisme. Cette interdiction ne put être appliquée dans toute sa rigueur de façon immédiate, et de nombreuses années après la Conquête, on trouve encore, dans certains inventaires de biens, ou dans des comptes rendus de procès, mention de balles ou d'autres objets relatifs au jeu. Bien plus, il est probable que le jeu s'est maintenu dans certaines régions, de façon simplifiée. On peut trouver deux raisons à ces survivances. D'une part, le jeu existait déjà dans certaines zones que les Espagnols ne contrôlèrent que très tardivement, comme le Nord-Ouest. Il s'agissait probablement d'une version simplifiée du jeu, moins chargée de connotations religieuses. La Conquête plus tardive de ces zones, à une époque où l'influence de 1'Inquisition était en décadence, le caractère même du jeu, ont certainement été cause d'une répression moins systématique. De plus, il est évident que la Conquête de ces zones s'est faite avec un appui massif de troupes et de colons indigènes venus du Plateau mexicain (Tlaxcaltèques, Aztèques...), tous gens qui connaissaient le jeu mais qui étaient dans l'impossibilité de le pratiquer sur leur propre territoire. Quelle pouvait être la réaction de ces gens lorsque, pour des raisons d'éloignement et de défaut de surveillance, ils étaient en mesure de revenir à des pratiques antérieures ? Il est certain que, dans certains cas, de vieilles coutumes ou habitudes réapparaissaient, hors de leur contexte religieux. C'est probablement ainsi qu'il faut expliquer l'existence du jeu chez les Coras, Opatas, Acaxees, au XVIIIe siècle, en même temps que l'utilisation d'un vocabulaire d'origine étrangère. Le terme vatey mentionné par le Père Alegre au sujet du jeu dans le Nord-Ouest (cf. texte no 3, Annexe no 2, Ière Partie, Chap. III/5) est nettement un terme apporté par les Espagnols et leurs alliés, et il serait difficile de lui trouver une origine locale. Il en est de même pour d'autres termes nahuatl, distincts des langues ou dialectes locaux, tels que "hule" ou "taste" (cf. plus bas).

  • 3 Beals, The Comparative Ethnology of Northern Mexico before 1750, UC-IA no 2, Berkeley.

7Il n'est donc pas surprenant de rencontrer, au XVIIIe ou au XIXe siècles, des références au jeu précolombien, pratiqué dans des zones reculées, chez des auteurs comme Clavijero (annexe 2, texte no 5), le père Alegre (texte no 3), ou Landivár (texte no 12). Ces derniers (à l'exception de Landivár) situent le jeu chez les Acaxees, les Opatas, les Coras et les Tarahumaras ( ?). Beals3 fait mention de l'existence du jeu dans la région de Tegualtiche (Jalisco), chez les Cazcan, d'après les Noticias Varias de Nueva Galicia (Guadalajara 1878, p. 357). Dans le courant du XIXe siècle, Chavero reprend les données précédentes (1887) et confirme l'existence du jeu en Sonora et Sinaloa, dans la même zone.

  • 4 A. Kinney Griffith, Les cent premières années de Nino Cochise, Seuil Paris 1973.

8Bancroft, à son tour (1875), parle d'un jeu de balle avec les hanches, pratiqué par les Acaxees, sur un terrain carré. Il mentionne, en outre, l'existence de danses, de défis, entre villages voisins... Au début du XXe siècle, un observateur rapporte l'existence d'un jeu de balle avec les hanches chez les Yaquis (Capitaine Stayton 1911, cité par Schroeder 1949), et d'autres informations récentes confirment cette affirmation4. Toutes ces données sont cependant très imprécises, à la fois sur le plan territorial et sur le plan des techniques de jeu. Elles suffisent cependant pour confirmer le maintien, dans les Etats du Nord-Ouest, d'un jeu avec les hanches, en voie de lente disparition. Il est possible, à l'heure actuelle, de trouver des éléments suffisants pour analyser le jeu lui-même.

INFORMATIONS

9Quatre auteurs ont travaillé dans cette zone. Il s'agit de :

  • Isabel Kelly (1943) (informateur V. Zamorano), qui situe le jeu dans l'Etat de Nayarit (vallée d'Acaponeta et village de Camalotita) et dans le Sinaloa (région de Mazatlan),
  • Alfredo Ibarra Jr (1960), qui parle des Municipios de Mazatlan et de Concordia,
  • Ted Leyenaar (1974a et b), (informateur Don Ramon), pour les villages de El Haval et El Chilillo (municipio Mazatlan),
  • Arturo Oliveros (1972) (informateur José Gárate), pour le village d'El Quelite, près de Mazatlan (cf. carte no 10).

10En d'autres termes, la zone envisagée se réduit au nord du Nayarit et à la partie sud du Sinaloa, c'est-à-dire une zone beaucoup plus restreinte que celle définie au siècle dernier. Bien plus, dans les villages où le jeu se pratique encore, le nombre de joueurs tend à diminuer, au point que Leyenaar (1974) explique que l'organisation d'un jeu, actuellement, oblige à réunir les joueurs de plusieurs villages. Il s'agit donc bien d'un jeu en voie de disparition rapide.

CONDITIONS MATERIELLES DU JEU

Le terrain,

11ou taste (du nahuatl tlachtli), est une zone lisse, longue et étroite. Sa longueur peut varier de 41,75m à 67 m (sauf pour I. Kelly qui donne une longueur de 13,50m) et sa largeur de 2,25m à 5m. Les limites du terrain sont tracées au sol avec le pied, ce qui leur donne une largeur de 10cm, et les angles sont parfois indiqués par des pierres (Kelly). Le terrain est toujours orienté nord-sud, selon Oliveros.

12En son centre, le terrain est divisé transversalement par une ligne ou analco (ce qui signifie "de l'autre côté de la rivière") et les extrémités s'appellent chichi (Kelly, Oliveros), ou chivo (Leyenaar).

La balle,

13hule, est en caoutchouc plein. I. Kelly donne quelques indications sur sa fabrication : on utilise le caoutchouc d'un arbre local (Aguama, Bromelia sp.) mêlé à de l'eau et à des racines (ou du jus de racines) de Machaquana (Operculina rhodocalix), et la balle est fabriquée par dépôts de couches successives. Selon Oliveros, certains centres comme Cacolotlan (municipio Rosario) sont spécialisés dans la fabrication de ces balles. Leur diamètre atteint 16,3 à 19,6cm, et elles pèsent 3,360 à 3,800 kg. La balle pouvait atteindre en 1943 le prix de 25 à 60 pesos, ce qui en fait un objet très cher et précieux qu'il importe de conserver : après chaque partie, on la retravaille donc, on la lave et on la conserve dans un tissu, afin qu'elle garde sa forme.

La tenue des joueurs

14se compose d'un pagne, zapeta, et d'une ceinture, chimal ou chimalli, en fibres de racines de figuier séchées, enveloppant un morceau de cuir. Sa longueur atteint 2,50m, ce qui permet de l'enrouler autour des hanches, en protégeant celles-ci complètement. A l'exception de ces deux éléments, les joueurs sont nus.

LE JEU

Les joueurs

15peuvent être de 1 à 5 par équipe, chaque équipe ou taure étant composée d'hommes de 15 à 35 ans. Ils se répartissent sur le terrain en ligne, ou en V, selon I. Kelly. Deux d’entre eux ont des positions particulières : l'un, le "golpeador" (ou "jondeador") est placé au fond du terrain et fait les services. Au centre du terrain se trouve le "malero" ou "analquero" ou "chintero" (selon Ibarra Jr), c'est-à-dire le joueur principal. Selon Ibarra Jr, le "malero" occupe une autre position. Les deux ou trois joueurs restants occupent des positions intermédiaires. Outre les joueurs, deux juges ou "veedores" contrôlent le bon déroulement du jeu.

Le jeu

16consiste à se renvoyer la balle le plus longtemps possible. Au début, un juge met la balle en jeu avec la main et le "golpeador" procède au service. Avec la main, il envoie la balle au sol, et au rebond, il la rattrape avec la hanche. A l'exception du service, il est interdit de toucher la balle avec une autre partie du corps, et il semble qu'un joueur doive toujours utiliser la même hanche. La balle, envoyée par le "golpeador" dans le camp adverse, doit être rattrapée à la volée ou après le premier rebond, et renvoyée à son tour.

17Le jeu est en 7 points et peut se pratiquer avec des balles hautes et basses. Une balle haute est jouée en hauteur (jusqu'à 35m) et les joueurs doivent sauter pour l'attraper. Les premier, quatrième et cinquième points sont obligatoirement des balles hautes. Les autres points (2, 3, 6 et 7) sont des balles basses qui obligent les joueurs à plonger sur le sol (Planches 76, 76 ; pl. photos 42, 43).

Le compte des points

18représente l'aspect le plus complexe du jeu. On compte en "rayas" d'après des fautes ou des points. Si une balle jouée par l'équipe A n'est pas renvoyée par l'équipe B, l'équipe A marqué un point. Si l'équipe A réussi à envoyer la balle assez loin pour que les joueurs de B ne puissent plus la rattraper, A marqué un point. Si la balle frappe un joueur sur une partie du corps autre que la hanche, le jeu est annulé.

19C'est le décompte des points qui reste le plus difficile. Nous n'envisagerons pour l'instant que le cas de l'équipe A, sans tenir compte du fait que les points marqués par B entraînent également des variations dans le décompte. A, au service, peut marquer les points 1, 2 et 3, sans problème particulier. Si, à 3, A perd un point, le jeu passe à "urre tres" ; si A perd alors un autre point, il revient à 0. Si, au contraire, A marque un nouveau point, il passe à 4, ce qui entraîne un changement de camp et de service. Les points 5, 6 et 7 ne posent pas de problèmes. Si, parvenu à 7, le résultat est le suivant : A = 7, B = 0, deux cas peuvent se poser. Si A marque un point, on dit "ganan" ; si A perd un point, on tombe en situation de "urre siete" : la perte de trois nouveaux points fait tomber A à 0.

20Il ne s'agit là que d'une description très simplifiée du compte, dans la mesure où les variations du compte de A influent sur le compte de B et réciproquement. Le nombre de possibilités est donc beaucoup plus vaste en réalité, et le jeu s'en trouve prolongé de façon interminable.

21Ce trait est d'autant plus sensible qu'il existe d'autres éléments qui peuvent influer sur le jeu. Si, par exemple, le "malero" de l'équipe au service stoppe la balle à son premier renvoi, l'équipe A a le droit d'envahir le camp adverse, donc de réduire sa marge de manoeuvre. Si la balle frappe une autre partie du corps que la hanche, elle est dite "quemada" (brûlée : on constate en effet la présence d'une tache de sueur sur la balle), et la partie est annulée. Si un joueur fait un mauvais service (par exemple en dépassant l'analco), on appelle cette faute "guala" et le jeu est annulé. Les joueurs sont en mesure de faire volontairement des fautes, pour prolonger le jeu.

CONCLUSIONS D’ENSEMBLE

  • 5 Elle ne précise cependant pas s'il s'agit d'une abstinence sexuelle, alimentaire, ou des deux.

22Tout d'abord, et bien que le côté sport domine nettement, on peut constater l'existence de certaines connotations religieuses dans ce jeu. Il se pratique les jours de fête et les dimanches. Cela n'implique pas obligatoirement un caractère religieux, dans la mesure où le dimanche est simplement un jour de repos, donc libre, mais le jeu se pratique aussi certains jours précis comme pour la Saint-Jean, la Saint-Pierre, la Saint-Jacques, le Samedi Saint, le jour de Notre Dame de Fatima... De plus, Kelly mentionne deux règles précises : la veille d'un jeu, on doit pratiquer l'abstinence5, et après le jeu, on prend un bain. Les auteurs plus récents ne mentionnent pas l'existence de ces rites de purification qui ont peut-être disparu. Mais Oliveros rapporte un fait curieux : quand un joueur est blessé, on lui donne à boire de l’"agua de tasté", c'est-à-dire de l'eau mêlée de terre du terrain. Il y a là nettement une allusion au pouvoir magique, curateur ou consolateur, du terrain, donc un élément de croyance en son pouvoir.

23En définitive, il est aisé de constater que de nombreux traits permettent de rapprocher ce jeu du Tlachtli précolombien. Outre les aspects "cérémoniels" mentionnés ci-dessus, on retrouve dans cette étude des éléments comme l'existence d'un terrain formel, d'une balle de caoutchouc (fabriquée selon une méthode proche de celle décrite par les chroniqueurs), d'une ceinture sur les hanches, seule partie du corps avec laquelle on peut frapper la balle... L'existence de balles hautes et basses est également attestée chez les chroniqueurs. Enfin, le vocabulaire même, avec des mots comme taste ou analco (qui, par ailleurs, pose certains problèmes d'interprétation, par suite de la mention de l'eau dans le mot ; il pourrait exister dans ce terme un sens caché, lié à l'importance de l'eau), est d'origine clairement nahuatl et permet de confirmer l'origine du jeu.

I/2. LE JEU AVEC L'AVANT-BRAS : "ULAMA DE BRAZO"

ANTECEDENTS

24On ne dispose que de rares données anciennes sur ce jeu : les chroniqueurs font en effet parfois mention de l'utilisation de l'avant-bras, mais cela semble exceptionnel. Aucun texte récent ne mentionne ce type de jeu et il faut attendre 1923 pour avoir une référence de James Kempton sur un jeu au bras, à Mocorito. Cette référence est reprise par Judd ("Progress in the Southwest" in Essays in Historical Anthropology of North America, Smithsonian Misc. Col., vol. 160, pp. 417-444, 1940), sans plus de détail. En 1932, Beals décrit le jeu avec les bras pratiqué chez les Cahitas mais cela entre déjà dans le domaine des enquêtes ethnologiques.

INFORMATIONS

25On dispose de données apportées par quatre auteurs :

  • Beals (1932) donne du jeu une description succinte et le situe chez les Cahitas.
  • Isabel Kelly (1943) ne fait que mentionner l'existence d'un jeu différent de celui qu'elle analyse, et donne quelques noms de villages où il se pratique : à Tamazula, Nio, Guasava, Bamoa et, bien sûr, Mocorito.
  • A. Ibarra Jr ajoute à cette liste le village de Badiraguato.
  • Leyenaar (1974 a et b) présente l'étude la plus complète et la mieux documentée, sur le jeu pratiqué actuellement à Mocorito et Guamuchil. Son informateur s'appelle José Rosario Romero Cabrera.

26La zone dans laquelle se rencontre ce type de jeu se réduit donc à la partie nord de l'Etat de Sinaloa, autour de Guasave et Culiacan. Ce jeu reste, en définitive, malgré 1'enquête de Ted Leyenaar, plus mal connu et il est plus difficile de l'identifier avec un jeu d'origine précolombienne (cf. carte no 10).

CONDITIONS MATERIELLES DU JEU

Le terrain

27ou taste, est une aire lisse d'au moins 100m de long (en réalité, les lignes latérales sont illimitées) sur 1,40m à 2,20m de large. Les limites latérales sont tracées avec les pieds', ce qui leur donne une largeur de 10 cm environ.

28Le terrain est partagé par une ligne transversale centrale ou analco. Les extrémités sont désignées par le terme de chivo. En d'autres termes, la disposition du terrain et le vocabulaire sont semblables à ceux de l'"Ulama de Cadera".

La balle

29est en caoutchouc massif, mais elle est plus petite que la balle du jeu précédent, et elle ne pèse que 450-500 gr. Bien que Leyenaar ne donne aucune précision sur sa fabrication, il est probable que le procédé et le matériau sont assez semblables. On la conserve dans un moule en bois.

Les joueurs

30sont en général habillés, mais leur tenue comporte deux éléments : d'une part une genouillère (dont la présence n'est pas obligatoire), d'autre part une bande de coton de 3 cm sur 3m, enroulée autour de l'avant-bras droit, afin de le protéger contre les chocs de la balle (pl. photo 41).

LE JEU

Les joueurs

31Chaque équipe se compose de 1 à 7 joueurs (1 à 4 selon Beals), disposés en ligne. Quatre d'entre eux ont des fonctions particulières : le "topador" se trouve au centre, suivi immédiatement du "secundo golpe". Le "chivero"., comme son nom l'indique, est au fond, c'est-à-dire près du chivo ; le "malero" est chargé des services (male).

32En outre, chaque équipe est accompagnée d'un juge ou "veedor".

La technique de jeu

33est assez similaire à celle de l’"Ulama de Cadera" : le service s'effectue en tenant la balle dans la main gauche et en la frappant avec le bras droit. Après le service, la main ne doit plus toucher la balle. Le service (et le jeu) peut comporter des balles hautes et basses (à ras du sol), ce qui oblige les joueurs à plonger pour attraper la balle (pl. photo 41, planche 77).

Le compte des points

34semble plus complexe encore que dans le jeu déjà étudié : cela est probablement dû au fait que Leyenaar a porté plus d'attention au décompte des points pour ce jeu, et dans ces conditions, il a été porté à simplifier celui de l'"Ulama de Cadera".

35Les types de points sont semblables : une faute corporelle entraîne la perte d'un point ou un changement de service. Si la balle est envoyée au-delà des "limites" de fond, l'équipe qui vient de jouer marque un point. Si, par contre, elle sort latéralement, on procède à un nouveau service. Si la balle n'est pas renvoyée par une équipe, celle-ci perd un point. Enfin, si la balle est mal envoyée par un joueur, cela s'appelle guala : si un joueur de l'équipe adverse prend la balle à la main, la première équipe perd un point et il y a changement de service.

36En ce qui concerne le décompte des points, comme dans le cas précédent, nous ne prendrons en considération qu'une équipe (A), les points de l'équipe B n'étant mentionnés que lorsque les deux scores changent. Les points 1 et 3 sont comptés normalement (le point no 2 n'existe pas). Si A marque 3 et perd un point, il se trouve en situation de "Hurra tres" (cf. le "Urre tres" du "Ulama de Cadera"). S'il perd un nouveau point, il tombe à 0. Si au contraire, parvenu à 3, il marque encore, il passe à 4 puis à 5. Parvenu à 5, A fait chuter B à 0 et les deux équipes changent de camp. On se trouve alors en situation de "Male Cinco" : si B marque alors un point, on passe en situation de "Tambor de Cinco". Si B marque trois nouveaux points, A retombe à 0, il y a de nouveau changement de camp et "Male Cinco". Si, au contraire, A est à 5 et B à 3, et que A marque un point, il passe à 6 et on se trouve à nouveau en situation de "Hurra Tres". Si A marque un nouveau point, il passe à 7 et B retombe à 0. Parvenu à ce score, deux possibilités sont envisageables : si B marque un point, on est en situation de "Hurra Siete" ; trois nouveaux points marqués par B entraînent un retour au "Tambor de Cinco" et deux nouveaux points font passer le décompte des points à 0 pour A et 5 pour B : on est alors ramené à une situation de type "Male Cinco". Si, au contraire, A est à 7 et marque un nouveau point, cela s'appelle "se van". Un autre point termine la partie et se nomme "ganan".

  • 6 Beals affirme cependant que chaque partie se joue en 21 points. Mais cela n'est appuyé par aucune (...)

37On constate tout d'abord que le nombre de points joués est le même que dans le cas de "Ulama de Cadera" (8 au total)6. La manière de compter est fondamentalement la même. Mais, et cela est plus sensible ici, on voit que les scores des deux équipes varient en même temps et que, si l'on prend en compte les deux scores, on trouve cinq variables : pour chaque équipe existent des points gagnés et perdus, et le score d'une équipe peut modifier celui de l'autre. Dans ces conditions, il est évident que le décompte des points peut varier à l'infini et que toute partie est interminable.

CONCLUSIONS D’ENSEMBLE

38Bien que Beals signale l'existence de jeux entre villages, accompagnés de paris, et que Leyenaar confirme cette tradition (il parle de parties entre joueurs de Mocorito et de Guamuchil), il est difficile de pousser plus loin une analyse de la valeur du jeu. Il se pratique le dimanche, mais cela est normal (cf. plus haut).

39Dans l'ensemble, il semble que l'on soit en présence d'un jeu plus simple, moins chargé de signification, mais qui présente cependant de nombreux points communs avec le "Ulama de Cadera" : le type de terrain, la terminologie, le décompte des points et le caractère même du jeu sont semblables. Dans ces conditions il est à peu près certain que l'on se trouve confronté à deux variantes du même jeu, et cela nous amène à rappeler les incertitudes signalées chez les chroniqueurs (cf. Ière Partie, Chap. III/9) quant aux parties du corps qui peuvent ou ne peuvent pas toucher la balle ; il est possible qu'il ait existé diverses variantes de jeux, assez proches, mais se différenciant par des caractères mineurs.

I/3. AUTRES TYPES DE JEUX

A) Les jeux de balle avec battes

40Il existait, avant la Conquête, un jeu de balle pratiqué avec des battes, à Teotihuacan et, peut-être, dans l'Ouest du Mexique (cf. Ile Partie, Chap. VI). L'existence actuelle de jeux pratiqués avec des battes en divers points de la région ouest du Mexique n'est peut-être pas une coincidence.

41Corona Nuñez (1946), le premier, a reporté l'existence d'un jeu de ce type à Cuitzeo, dans le Nord du Michoacan. Ce jeu s'appelle "juego de la pelota de lumbre" et ne nécessite pas de terrain particulier. On peut y jouer dans les rues, sur des espaces plats... La balle est faite de racines de maguey séchées et enflammées. On joue de nuit, en se renvoyant, de part et d'autre d'une ligne, la balle avec des battes. Bien que l'auteur ne soit pas plus explicite, il est évident que s'il n'existe pas de terrain formel, il existe cependant une aire de jeu partagée en deux camps, occupés chacun par une équipe. On peut tout au plus rapprocher ce jeu (en tenant compte d'une évidence négative) de celui de Teotihuacan où aucun terrain consacré à un jeu opposant deux équipes armées de battes n'a pu être découvert.

42A. Ibarra Jr (1960) parle, à propos de la partie nord de l'Etat de Sinaloa, d'un jeu qui oppose deux équipes qui se disputent, à coups de battes, une citrouille enflammée, la nuit. Il est vraisemblable que ce jeu peut être rapproché du précédent. Il s'appelle "El Palillo".

43J. Lardé (1942), de son côté, parle d'un jeu pratiqué avec une balle de bois et des battes, mais il ne donne pas de localisation précise. Enfin, il existe de rares mentions d'un jeu similaire chez les Tarahumaras mais, sur ce point, on ne connaît pas de références précises ni d'étude.

44Il est certain qu'un rapprochement avec le jeu précolombien de Teotihuacan constitue une hypothèse possible, mais il ne faut pas négliger les très nombreux jeux du même type auxquels les Indiens d'Amérique du Nord s'adonnaient à l'époque de la Conquête de l'Ouest. On trouve de multiples exemples de jeux comme Lacrosse, le Shinny... (Culin l903, 1907), mais il est cependant possible de constater que ces jeux sont plus répandus parmi les tribus de l'Est des États-Unis (Iroquois, Cherokees, Menominees...) que dans la région frontière avec le Nord-Ouest mexicain. Ces jeux existent cependant en Californie. En définitive, il est impossible de trancher la question et d'établir avec certitude un rapport entre jeu actuel avec battes et jeu précolombien.

B) Les jeux de halle au pied

45Ce type de jeux a été représenté une fois dans les peintures du Tlalocan, à Teotihuacan. On ne dispose sur ce thème d'aucune indication supplémentaire, que ce soit dans les chroniques ou à l'époque coloniale. Il existe cependant quelques informations sur des jeux actuels, dans lesquels on frappe la balle avec le pied. L'un d'entre eux est signalé par Ibarra (1942), dans l'Isthme de Tehuantepec. La balle ne peut être frappée qu'avec les pieds.

46Un autre jeu, plus connu, a été étudié chez les Tarahumaras. Il consiste en fait en une course sur un parcours défini, entre deux équipes qui font courir une balle, ou un anneau, ou un morceau de bois. Ce jeu se pratique également dans le Sud-Ouest des Etats-Unis et on en trouve même quelques exemples, plus au nord, chez les Bannocks (Culin 1903). Dans ces conditions, il est peu probable qu'il puisse être rapproché du jeu dépeint dans le Tlalocan.

I/4. LA "PELOTA MIXTECA"

ANTECEDENTS ET INFORMATIONS

  • 7 A l'exception, toutefois, de certaines références de Cordova

47On ne dispose d'aucune donnée précise antérieure à 1903 et, chez les chroniqueurs, rien ne permet d'établir l'existence d'un jeu semblable7. Les informations disponibles sont au nombre de cinq règlements, descriptions ou enquêtes, qui permettent d'établir que le jeu peut se présenter sous deux formes différentes.

  • En 1903, d'après les informations d'Espiridion Peralta, on dispose d'un règlement en 32 articles pour le jeu pratiqué à Oaxaca (in Grace 1954).
  • En 1936, le département d'Éducation Physique de l'Etat, sous l'inspiration de K. Bolaños Cacho, publie un règlement du jeu (reproduit et traduit par Grace, 1954).
  • La même année, une description anonyme (cf. Grace 1954) d'une partie à Tlaxiaco permet de compléter certaines données du règlement et de le rendre plus vivant.
  • En 1953, un informateur anonyme décrit une partie vue à Oaxaca et le témoin affirme que le jeu se pratique à Oaxaca et dans quelques villages des environs. Cette affirmation confirme la thèse de Stern (1948) selon laquelle le jeu se pratique à Xoxocotlan.
  • Enfin, en 1972, W. Sweezey parle d'une enquête faite sur le terrain et donne du jeu une interprétation plus complexe que les descriptions antérieures. Il affirme, en particulier, que le jeu est pratiqué par les Mixtèques et les Zapotèques, qui l'ont importé dans diverses régions dans lesquelles ils se sont installés, en particulier dans les Etats de Oaxaca, Veracruz et Puebla, à Puebla et même à Mexico, au Parque Balbuena. L'aire de répartition du jeu reste donc assez floue ; elle est probablement beaucoup plus restreinte que la carte ne peut le laisser penser.

CONDITIONS MATERIELLES DU JEU

Le terrain

48ou "pasajuego", est une aire rectangulaire lisse, délimitée par deux lignes parallèles "escases laterales", longues de 70 à 100m. Le terrain est donc ouvert à ses extrémités. Il comporte cependant deux lignes transversales "escases transversales", de 9 à 12m de long, qui constituent le critère essentiel de différenciation des deux variantes mentionnées plus haut.

  • 8 Mais Sweezey ne mentionne l'existence d'aucune ligne transversale.
  • 9 Lorsque des murs limitent ainsi le terrain, la balle ne peut pas sortir ; elle va rebondir sur les (...)

49Dans le jeu "a lo largo", on ne trouve qu'une ligne transversale au centre du terrain8, qui sépare donc le terrain en deux parties égales. Dans le jeu "con raya", une deuxième ligne réduit un des camps (celui qui n'a pas le service) : elle est en effet placée à 8 m en arrière de la ligne centrale. L'espace ainsi délimité porte le nom de "cajón" et constitue la zone dans laquelle on doit effectuer le service. Ceci concerne le terrain type. Cependant, dans le cas du jeu décrit en 1953, la partie se déroulait dans un espace fermé par trois murs, le quatrième côté étant marqué par une ligne9.

La balle

50est en cuir ou en caoutchouc. Dans ce dernier cas, la préparation inclut du tissu, mais il est impossible de donner plus de détails. Son diamètre peut aller de 8 à 12 cm et son poids varie de 170 à 280 g (bien qu'un des textes lui attribue un poids d'une livre, soit 450 g). Afin que la balle conserve sa forme, on la garde dans un sac pendu, ce qui évoque les textes des chroniqueurs.

La tenue de jeu

51selon les textes donnés par Grace, ne diffère pas fondamentalement de la tenue quotidienne. Elle comporte chemise, pantalon, ceinture, sandales et visière (pour protéger du soleil ?), pour l'ensemble des joueurs. Un élément supplémentaire peut intervenir : il s'agit d'un gant. Mais, et c'est important, il existe un jeu sans gant, dit "a mano fria" (pratiqué en particulier à Tlaxiaco), dont il est impossible de dire s'il s'agit d'une simple variante d'habillement ou si le jeu obéit à des règles différentes. Lorsque le gant existe, il est en fait constitué par un bloc de cuir clouté, attaché à la main, de façon à immobiliser le poignet (afin que celui-ci résiste aux chocs). Le gant, qui peut peser jusqu'à 6kg, n'est en général porté que sur une seule main. Cependant, il existe des cas où un joueur porte deux gants : cette disposition a amené Sweezey (1972) à formuler une hypothèse sur la ressemblance avec les "knuckle-dusters" de certaines figurines olmèques, c'est-à-dire avec des objets qui couvrent la main et sont attachés aux articulations. Cette hypothèse reste cependant très incertaine. Il est plus aisé de comparer ces gants avec l'un des panneaux de Dainzú qui représente une main gantée, tenant une balle de petit format. Le gant a un aspect lourd et massif qui peut évoquer une protection proche des gants de la "pelota mixteca" (Planche 73).

LE JEU

Les joueurs

52doivent être des hommes jeunes, dans une forme physique parfaite : selon le règlement de Bolaños Cacho, le Coime, c'est-à-dire la personne qui contrôle le bon déroulement du jeu, peut récuser un joueur, s'il estime que ce dernier court un risque en se présentant sur le terrain. En effet, la violence du jeu est extrême, et des cas d'accidents mortels ont été signalés, par exemple lorsqu'un joueur reçoit la balle dans la figure ou au creux du ventre. Chaque équipe compte de 1 à 5 joueurs, dont un capitaine ; les positions qu'ils occupent sont fixes. L'équipe, (au service) est disposée en Y, avec trois joueurs appelés "rayas" en V, deux sur une ligne près du centre et un en arrière. Les deux autres, le "saque" (qui procède aux services) et le "contraresta" sont en ligne derrière ce troisième joueur. L'équipe B compte deux joueurs ou "rayas" devant la ligne centrale, deux autres dans le "cajón" et un dernier, le "resto" au fond du terrain. Chaque joueur porte un brassard, rouge ou bleu selon les équipes. Enfin, deux juges ou "chazeros" contrôlent le déroulement du jeu, sous la direction du Coime.

Le jeu

53consiste à se renvoyer la balle à main nue ou avec le gant. Le service s'effectue en faisant rebondir la balle sur la "botadera", c'est-à-dire une pierre placée à une distance fixe (environ 40 m) de la ligne centrale. La "botadera" peut changer de place latéralement, à condition que cala soit déclaré, faute de quoi l'équipe qui a modifié son emplacement perd un point. Le service consiste à frapper la balle au rebond, soit de bas en haut, soit à l'horizontale, soit par-dessus la tête. Si le jeu est "a lo largo", la balle doit être envoyée au-delà de la ligne centrale ; si le jeu est "con raya", elle doit atterrir dans le "cajón". La balle est alors renvoyée, à la volée ou au premier rebond, et les échanges se poursuivent.

Le décompte des points

54fait intervenir de multiples éléments. Outre le changement de place non déclarée de la "botadera", il existe au minimum sept manières de marquer ou de perdre des points. Si la balle frappe un joueur, il perd un point (sauf si la balle continue son vol, auquel cas on marque une "raya") ; si la balle fait plus d'un rebond, l'équipe qui l'a laissée rebondir perd un point (mais on peut ramasser la balle au sol si elle n'a rebondi qu'une fois). Si la balle sort par le fond, l'équipe qui l'a expédiée marque un point. Tenir la balle ou jouer avec les deux mains fait perdre un point. Gêner volontairement un autre joueur également. Enfin, un mauvais service entraîne la perte d'un point.

55Il existe un autre système qui intervient dans le décompte. On a vu plus haut qu'une faute corporelle mineure entraînait la perte d'une "raya". De même, une balle sortie du terrain latéralement fait marquer une "raya". Si au premier renvoi de la balle, un joueur de l'équipe au service arrête la balle, on marque une autre "raya". Les "rayas" sont des lignes imaginaires indiquées par un bâton tenu par un juge, à la hauteur de l'endroit où s'est produit l'incident (sortie de la balle, faute corporelle...). Ces lignes ne peuvent pas être passées par l'équipe contre laquelle elles ont été marquées. En marquant des "rayas", on peut donc réduire le camp et la marge de manoeuvre de l'équipe adverse. Lorsqu'une équipe a un score de 40 plus une "raya", ou a marqué deux "rayas", on change de camp et de service, et on joue les "rayas" pour des points.

56On compte en 15, 30, 40, jeu, comme au tennis (ce qui est probablement une influence européenne), avec la nécessité de disposer de deux jeux gagnants : le système des avantages est donc utilisé lorsque les deux équipes sont á égalité à 40. Une "raya" vaut 15 points et 2 en valent 30.

CONCLUSIONS D’ENSEMBLE

57Des influences européennes sont plus sensibles ici que dans les autres jeux envisagés : on les remarque en particulier dans le service (très proche du service du volley-ball) ou dans le compte des points, similaire à celui du tennis. De même, l'aspect religieux du jeu n'apparaît nulle part, et à l'exception de paris obligatoires, rien ne laisse supposer qu'il s'agisse d'autre chose que d'un simple sport.

58Il est donc difficile de retracer l'origine précolombienne de ce jeu, sauf si l'on considère certains traits communs avec le "Ulama de Brazo" et le panneau de Dainzú, ou les hypothèses de Sweezey. Il existe toutefois, dans les langues indigènes (cf. Ière Partie, Chap. III/5), un certain nombre de termes, notamment en zapotèque, qui désignent un jeu de balle à la main qui pourrait être rapproché de la "pelota mixteca". En effet, le terme pour désigner la balle n'est pas le même que celui qui désigne la balle en caoutchouc du tlachtli. On aurait donc une possibilité de rapprocher ces jeux et d'obtenir sinon une preuve du moins une présomption sur la continuité d'un autre jeu d'origine précolombienne. Un autre élément vient confirmer cette hypothèse : la "pelota mixteca", tout imprégnée qu'elle soit d'influences européennes, reste un jeu indigène, fortement ancré dans les traditions zapotèques et mixtèques, au point que ceux-ci le conservent quand ils sortent de leur territoire et que seuls ils le pratiquent. Il semble donc que le jeu constitue un facteur de l'individualité mixtèque ou zapotèque : en tant que tel, il serait peu vraisemblable que ce jeu ne s'intègre pas à un ensemble de traditions, ce qui lui confère au moins une "antiquité" relative.

I/5. CONCLUSION A UNE ETUDE DES DONNEES ETHNOLOGIQUES

59Quatre jeux ou types de jeux, et plusieurs variantes, ont donc pu être déterminés de façon distincte dans cette analyse. Il est difficile, dans certains exemples, de définir la part des apports extérieurs et ce qui peut remonter à des origines précolombiennes, d'autant plus que divers facteurs ont joué pour modifier certains caractères des jeux. Les interdictions formulées par les Espagnols, l’abandon relativement rapide des religions indigènes, le fait que le jeu n'ait pu se conserver que dans des régions éloignées, difficiles, sans contacts avec les sources mêmes des jeux, ont entraîné une série de modifications telles que l'abandon de terrains construits ou la perte de certaines significations. D'autre part, il est évident que les jeux n'ont cessé d'évoluer et de s'adapter à de nouveaux contextes culturels. On ne peut donc souvent que constater des ressemblances, sans être en mesure de retracer une évolution complète.

60Un jeu, le "Ulama de Cadera", échappe partiellement à ce phénomène, dans la mesure où les informations disponibles représentent une certaine continuité temporelle (cf. tableau no 19). D'autre part, c'est à propos de ce jeu que se manifeste la plus grande continuité, tant dans le vocabulaire que dans les méthodes de jeu, par comparaison avec les données ethnohistoriques ou historiques. Le cas du "Ulama de Brazo", moins bien défini, reste cependant assez semblable, dans la mesure où les textes des chroniqueurs reflètent certaines incertitudes quant aux méthodes de jeu et où les dictionnaires permettent de distinguer plusieurs variantes dans le jeu de type tlachtli.

61La "Pelota mixteca" représente fondamentalement le cas le plus intéressant, dans la mesure où il s'agit d'une tradition profondément ancrée dans les cultures mixtèques ou zapotèques. Or, aussi bien le dictionnaire de Cordova que les panneaux de Dainzú présentent des caractères qui sont comparables avec ce jeu : utilisation de gants assez forts, balle de petites dimensions, d'un type différent de la balle du tlachtli, jeu avec la main... L'absence de données précises, relatives à ce jeu durant les derniers siècles antérieurs à la Conquête et pendant la période coloniale, interdit cependant de passer du stade de l'hypothèse d'une continuité à celle d'une certitude. Il est certain toutefois que la "Pelota mixteca" remonte à une période relativement ancienne.

62En ce qui concerne les autres types de jeux, avec battes ou avec les pieds, l'on doit se contenter, en l'absence de données plus complètes, de les mettre en parallèle avec des jeux plus anciens, sur lesquels on ne possède d'ailleurs que peu de données. Il est toutefois tout aussi difficile de parler d'un jeu de balle sur le plan ethnologique que sur le plan archéologique : l'étude des données disponibles dans les domaines archéologique, ethnohistorique, historique et ethnologique, a permis de faire apparaître une diversité et une spécificité des jeux qui rend nécessaire une approche prudente dans cette étude (cf. tableau no 19).

TABLEAU No 19.Types et modes de jeu identifiés aux différentes époques

TABLEAU No 19.Types et modes de jeu identifiés aux différentes époques

Notes

1 Il est évident, et nous en sommes conscients, que pour des ethnologues, l'étude de ces jeux peut permettre des constatations sur la capacité de résistance à l'influence espagnole, ou sur la manière de régler certains conflits, mais, cet aspect, essentiel pour l'étude du jeu lui-même, reste étranger à cette étude, et nous renvoyons le lecteur aux auteurs eux-mêmes.

2 Les données d’I. Kelly sont étudiées par Grace (1952) en comparaison de celles fournies par le Sr Carlos Linga.

3 Beals, The Comparative Ethnology of Northern Mexico before 1750, UC-IA no 2, Berkeley.

4 A. Kinney Griffith, Les cent premières années de Nino Cochise, Seuil Paris 1973.

5 Elle ne précise cependant pas s'il s'agit d'une abstinence sexuelle, alimentaire, ou des deux.

6 Beals affirme cependant que chaque partie se joue en 21 points. Mais cela n'est appuyé par aucune démonstration.

7 A l'exception, toutefois, de certaines références de Cordova

8 Mais Sweezey ne mentionne l'existence d'aucune ligne transversale.

9 Lorsque des murs limitent ainsi le terrain, la balle ne peut pas sortir ; elle va rebondir sur les murs et rester en jeu : cela signifie que les règles peuvent être assouplies et adaptées aux circonstances.

Table des illustrations

Titre TABLEAU No 19.Types et modes de jeu identifiés aux différentes époques
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search