Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Troisième partie. Synthèse, thématique des données archéologiques

Conclusion. Unité et diversité du jeu de balle en Mésoamérique

Texte intégral

1En conclusion des chapitres ci-dessus, et tout en considérant provisoirement à part les cas des terrains de l'Arizona et des Antilles, on a pu mettre en valeur certaines différences mineures dans les formes de jeu, mais il semble que, par delà ces variantes, ce soit le caractère unitaire qui prime, et ce depuis l'origine jusqu'après la Conquête.

2De nombreuses variantes sont en effet apparues lors de l'examen des divers points envisagés ici. Sans revenir ici sur la typologie proprement dite, on a pu déterminer l'existence de types distincts, à valeur locale ou temporelle bien définie, comme de plans au sol assez différents (bien que présentant des points communs et une évolution progressive) ; dans le cadre des sites, il a fallu constater le particularisme de chacun, comme des grandes régions, ainsi que 1'infinie variété des orientations, des emplacements... ; enfin, sur le plan du jeu lui-même, les tenues diffèrent selon les régions (zone maya et côte du golfe en particulier), avec des phénomènes d'interaction, et dans le temps, le compte des points évolue, avec le rôle particulier des anneaux, dans le jeu postclassique. On pourrait donc considérer ces différences comme essentielles si, par ailleurs, certains traits primordiaux ne venaient manifester l'unité fondamentale du jeu.

3Lorsque l'on considère en effet les éléments essentiels du terrain (l'allée et les structures latérales), on constate qu'ils présentent plus de points communs que de différences, et que tous les types sont consacrés au même jeu. Bien plus, on a vu que les différences de plans ne présentaient peut-être pas des caractères aussi opposés qu'on pouvait le croire au premier abord. Sur le plan même du jeu, si les tenues diffèrent d'une région à une autre, la présence de joueurs porteurs de tenues distinctes sur un même terrain tendait à souligner l'importance fondamentale du jeu, par delà les contrastes apparents. Enfin, et c'est là le trait le plus notable, le jeu présente une valeur propre (symbolisme ou appartenance à un culte défini), qui se traduit dans tous les domaines de façon constante : le caractère cérémoniel de la structure, ses associations avec des constructions à destination religieuse, le rôle de 1'iconographie... montrent l'importance de cet aspect dans l'histoire du jeu. De plus, si ce trait est encore peu évident aux origines du jeu (il est cependant plus sensible au Préclassique qu'au Classique Ancien), il apparaît de façon claire au Classique Récent pour se maintenir jusqu'au Postclassique et même après la Conquête, sur certains sites (Kaminaljuyu par exemple).

4Il est évident que le maintien de la fonction fondamentale de ce culte s'exerce dans des contextes géographiques et culturels différents, ce qui se traduit par des manifestations extérieures distinctes, mais le fond reste le même. Il importe donc de voir ici son évolution dans le temps.

5Avant le Classique Récent, l'on peut tout au plus noter quelques phénomènes qui relient le jeu à des cultes (funéraires par exemple), mais le peu de données disponibles interdit de pousser plus avant les conclusions. Ce n'est qu'au Classique Récent que se produit un développement majeur, tant du jeu (zone maya) que du culte (la côte du Golfe), ce dernier connaissant une expansion croissante. Il s'agit essentiellement d'un culte de la fertilité (ce qui peut d'ailleurs s'interpréter de différentes manières) dont le trait essentiel réside dans des sacrifices par décapitation, en liaison avec le jeu. En même temps, on note un lien avec des rites funéraires qui peuvent s'interpréter de différentes manières : il peut s'agir du lieu où vont les morts (cf. le rôle du jeu dans le Tlalocan de Teotihuacan), comme du problème du passage de la vie à la mort (par référence à la vie et à la mort des astres et de la végétation)... Il est en tous cas certain que cette conception de la fertilité et du rôle du terrain dans le culte s'intègrent dans une cosmogonie et une conception du monde. Le problème de l'orientation de certains terrains, de la répartition des sculptures et des axes, et surtout de l'importance du centre du terrain, conçu comme centre du monde, sont des indications encore ténues, mais suffisantes, de ce phénomène.

6Vers la fin du Classique Récent, des cultes guerriers commencent à se développer, et on assiste à une transformation progressive du culte "pacifique" du jeu de balle en culte plus violent ; mais l'interprétation de fond reste la même et les deux aspects du culte coexistent sur des sites comme El Tajín ou Chichen Itza. Enfin, au Postclassique Récent, ces cultes guerriers évoluent à leur tour, avec une importance accrue des fonctions des astres. Mais, même dans ce contexte (où les cultes agraires et de fertilité gardent leur valeur, avec des divinités telles que Tlaloc, Tlazolteotl...), on note la persistance de la fonction du jeu, comme le démontre le mythe de Huitzilopochtli relaté par Tezozomoc. Il y a donc évolution des formes du culte, mais maintien du sens profond, par delà les modifications.

7Il semble que l'origine de ce culte soit à chercher dans les cultures de la côte du Golfe : cela est évident au Classique Récent, mais si l'origine olmèque du jeu est démontrée, cela vaut aussi dès le Préclassique. Le fait n'a rien d'étonnant, compte tenu de ce que cette région est la seule qui produise en abondance le caoutchouc nécessaire au jeu. Au Classique Récent, le culte connaît une expansion sans précédent, mais dont l'origine ne peut être trouvée dans le jeu lui-même ; il est évident que ce dernier constitue une manifestation extérieure du culte et, en tant que tel, son développement est une simple preuve de l'expansion de ce dernier. Il est tout aussi évident que le culte lui-même ne saurait connaître une telle expansion sans un support plus vaste, tel que la présence physique de fidèles de ce culte, ou une expansion territoriale des gens qui le pratiquent. Sans en venir à considérer le culte comme une simple superstructure, incapable de connaître un développement propre (l'existence de manifestations de ce culte dans des régions qui n'ont pas connu d'influence directe des cultures de la côte du Golfe le démontre), il est tout aussi évident que les régions de plus fortes densités du jeu et du culte sont celles où la présence matérielle de ces cultures de la côte se font le plus sentir. Dans ces conditions, il apparaît que le développement du culte est indissociable d'une expansion territoriale et des conflits que cela peut susciter. Ainsi s'expliquent certains aspects politiques ou économiques du jeu, son lien avec la guerre, et sa transformation progressive de culte "pacifique" à culte "guerrier". Il convient d'ailleurs de remarquer ici que, dans les derniers siècles précédant la Conquête, ce caractère politico-économique du jeu apparaît de façon plus sensible, par exemple dans le conflit opposant les dirigeants de Tenochtitlan et de Xochimilco, et dans l'annexion de ce dernier territoire, suite à un jeu perdu par l'empereur Axayacatl. Tel que le jeu est envisagé ci-dessus, il est alors possible de procéder à une étude d'ensemble du symbolisme et de la fonction, en tenant compte de l'ensemble des données, fournies tant par l'archéologie que par l’ethnohistoire ou l'ethnologie, ce qui va être présenté dans la dernière partie de ce travail.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search