Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Troisième partie. Synthèse, thématique des données archéologiques

Chapitre V. Les terrains de jeu de balle en Arizona

Texte intégral

1Les structures dites "terrains de jeu de balle" en Arizona ont été identifiées pour la première fois au XIXe siècle par Cushing, mais il n'avait pas mis la forme de ce type de structures en rapport avec une fonction. En 1935, Finkley émit l'hypothèse qu'il pouvait s'agir de terrains et, en 1937, Haury (Haury, Gladwin, Gladwin and Sayles 1937) publia le premier rapport de fouilles sur le terrain de Snaketown, identifié comme tel. Cette hypothèse s'appuyait sur plusieurs données : la forme du terrain, l'impossibilité de découvrir une autre fonction, la présence de balles en Arizona (Amsden 1936, Haury 1937), et l'existence d'un groupe de traits mexicains ou supposés tels dans cette région.

2Depuis cette époque, la polémique n'a cessé de se développer, avec des fortunes diverses, et le nombre de terrains, d'augmenter. Les hypothèses formulées par les adversaires de cette idée sont les suivantes (Wasley-Johnson 1965) : il pourrait s'agir de réservoirs d'eau, un type de structure nécessaire dans une culture agricole établie dans un environnement désertique et qui pratique l'irrigation. Il pourrait s'agir de fosses d'argile, zone d'extraction de la matière première nécessaire à la fabrication des céramiques. Il pourrait s'agir de places ou de lieux de réunion. Enfin certains ont même mentionné la possibilité de leur identification comme corrals, ce qui pose un double problème : ou bien ces structures seraient antérieures à la Conquête, ce qui impliquerait l'existence d'un élevage, ou bien elles seraient postérieures, mais la datation du terrain ne 1 de Snaketown contredit ce fait. Il est donc évident que le problème reste posé et un examen est rendu d'autant plus nécessaire que le nombre de terrains est en augmentation constante ; si certains auteurs vont jusqu'à affirmer la présence de 90 terrains, nous avons été en mesure d'en identifier un minimum de 75, dans toute la partie orientale et centrale de 1'Arizona.

V/1. LES ANCIENNES CULTURES DE L'ARIZONA ET LEUR CHRONOLOGIE

3L'aire couverte par les terrains (90 selon Kelley 1964-65) comprend la moitié orientale de l'Arizona, c'est-à-dire la région de Bisbee, Tucson, Phoenix et Flagstaff ; en d'autres termes, ce sont les vallées du Río Verde, du Gila, du Río San Pedro et de leurs affluents, avec une pointe vers la partie occidentale du Nouveau Mexique (où l'on a trouvé un terrain). Le plus ancien terrain a été identifié au centre de cette zone, à Snaketown, et les plus récents datent de 1100-1300 après J.-C. Ils semblent en fait correspondre à quatre cultures bien définies.

4La première en date est la culture Hohokam, établie dans la zone désertique du Centre-Sud de l'Arizona. Il s'agit, pour présenter les choses de la façon la plus simple, d'une culture agricole qui pratiquait l'irrigation. La plupart des sites sont donc localisés près de rivières ; ce ne sont le plus souvent que de simples villages ou des maisons isolées : dans le cadre général d'un habitat dispersé, on ne trouve que quelques grands sites, comme Snaketown, qui comportent des places et parfois un terrain sur le bord du village. Il semble que cette culture ait possédé une religion assez développée. C'est dans ce cadre qu'ont été identifiés le plus grand nombre de traits "mexicains" pour reprendre les données de Kelley (1964-65). Ils sont de plusieurs sortes : on trouve tout d'abord l'existence même d'une agriculture spécialisée (avec en particulier le mais, le coton, le piment, la courge...), qui s'appuie sur un système de cultures irriguées très complexe ; cela suppose par ailleurs une organisation sociale assez complexe, avec des autorités centrales, une hiérarchie et un habitat permanent. La présence, dans ces villages sédentaires, de structures spécialisées, est, selon Kelley, un autre apport mexicain ou mésoaméricain. Le quatrième trait est la présence d'une technologie développée qui inclut des clochettes de cuivre, des meules et des mortiers, une céramique proche de celle que l'on trouve dans la culture de Chalchihuites..., ainsi que l'existence d'un art religieux avec, entre autres choses, des figurines et de la sculpture. A leur tour, ces derniers éléments trahissent l'existence d'une religion assez évoluée avec des cultes de la fertilité, de la pluie, de la guerre, et d’un clergé relativement important et spécialisé.

5La culture Anasazi, établie, à une époque légèrement postérieure, dans les parties nord et centrale de l'Arizona et dans le Nord-Ouest du Nouveau Mexique, c'est-à-dire dans une région de plateaux, a hérité de nombreux traits de la culture Hohokam, mais s'est développée aussi de façon autonome. Il s'agit également d'une culture agricole, mais les villes y sont plus nombreuses, et si les terrains n'ont pas été identifiés partout, lorsqu'ils existent, ils occupent une position plus centrale. On retrouve ici un nombre plus restreint de traits "mexicains", avec en particulier l'agriculture (maïs, coton), l'irrigation, l'habitat permanent, la technologie, l'art religieux et la religion. Certains auteurs (Ferdon 1955) considèrent que la présence de structures circulaires et de piliers suggère des apports extérieurs, mais cela reste très incertain.

  • 1 Il ne s'agit pas ici d'entrer dans le détail d'une étude exhaustive de ces différentes cultures ma (...)

6La culture Sinagua, établie à la même époque dans le Nord de l'Arizona, présente des traits communs avec le cas précédent1.

7Enfin, la culture Mogollon, contemporaine des précédentes, est plutôt localisée dans le Sud-Ouest du Nouveau Mexique et le Sud-Est de 1'Arizona, c'est-à-dire une zone de montagnes. Là aussi, il s'agit d'une culture agricole, où l'on pratique l'irrigation, et dont la religion reflète ces préoccupations. On trouve peu de terrains dans cette région, mais la céramique possède des traits communs avec celle de Chalchihuites.

8Sur le plan de la chronologie, si la plupart des auteurs (Hauryl945, 1956, Chard 1940, Schroeder 1955) sont d'accord, il existe cependant quelques différences, en particulier chez des auteurs plus récents (McGregor 1965). On peut résumer en un tableau simple les données d'ensemble :

9Mais McGregor apporte les corrections suivantes : il isole la phase Gila Butte, dans une période dite d'installation et regroupe les deux phases suivantes (Santa Cruz et Sacaton) dans ses périodes d'ajustement et de dissémination. Enfin, les dernières phases sont considérées comme un tout, dans la période classique. Ce changement de chronologie, qui ne porte que sur les grandes divisions, semble mineur, mais est mieux adapté, comme on le verra plus bas, à l'évolution d'ensemble des terrains en Arizona.

V/2. LES TERRAINS DE JEU DE BALLE EN ARIZONA

10Actuellement au nombre de 90 en Arizona et au Nouveau Mexique, les terrains de jeu de balle peuvent être localisés par grandes aires (cf. carte no 9). Il est cependant impossible d'établir une carte complète, vu l'imprécision de nombreuses localisations (certains auteurs comme Chard mentionnent par exemple l'existence de nombreux terrains dans la vallée moyenne du Río Verde...). On peut cependant voir aisément que les terrains de type X (Snaketown) (cf. IIe Partie, Chap. III/86) sont, dans l'ensemble, situés plus au sud que ceux du type XI (Chap. III/87), tandis que les terrains dits de transition occupent des localisations très différentes, au sud comme au centre de la région. La structure type est une aire formant dépression, entourée par deux structures symétriques en croissant ; les deux structures ne se rejoignent pas ; il existe à chaque extrémité de la dépression une sortie, plus ou moins vaste. En fonction de l'orientation et des dimensions, il est possible de différencier deux types (X et XI ou Snaketown et Casa Grande), dont les principaux caractères sont résumés dans le tableau suivant, ainsi que les traits spécifiques de trois terrains de type intermédiaire :

Type X

Chavez Pass

Tres Alamos

Verde Valley

Type XI

ESE-ONO
grands
zones terminales

E-O
petit
une sortie
une zone term.

NO-SE
Grand
sorties

N-S
Grand
sorties

N-S
Petit
sorties

murs en talus
sol travaillé
marqueurs

murs en talus

murs en talus

murs en talus

murs en talus
sol travaillé
marqueurs

Hohodam

Ansazi-Mogollon

Hohokam ?

Hohokam ?

Anasazi-Hohokam
Sinagua-Mogollon

Gila Butte-StaCruz-Sacaton

?

Sta Cruz-Sacaton

Sta Cruz-Sacaton

Gila Butte-Sta
Cruz-Sacaton

11Il ressort de ce tableau que, si l'on est en présence de types bien définis et individualisés, il existe des cas intermédiaires qui trahissent l'existence d'une évolution locale d'un type à l'autre. Bien plus, l'existence sur certains sites (Snaketown, Citrus Site) de deux terrains, l'un plus ancien, de type X, et l'autre plus récent, de type XI, confirme ce point. Un troisième élément vient appuyer ce fait : il s'agit des reconstructions périodiques de terrains (cinq dans le cas de Ridge Ruins), qui prouvent une durée de ce type de structures et le maintien de sa fonction. On peut par ailleurs noter une certaine superposition chronologique des types X et XI : cela est dû au fait que si le terrain le plus ancien est celui de Snaketown (type X), la construction de terrains de ce type a apparemment connu son apogée en phase Santa Cruz et s'est poursuivie après, tandis que l'apogée du type XI a été constatée en phase Santa Cruz et Sacaton, mais que certains terrains peuvent avoir été construits antérieurement (cf. III/87). C'est en fonction de cette évolution qui distingue la phase Gila Butte des autres, et isole la phase Santa Cruz que la chronologie de McGregor semble ici plus appropriée.

  • 2 Il existe cependant, à Chavez Pass par exemple (Colton 1940), des dépressions irrégulières creusée (...)

12On est donc ici en présence de structures artificielles qui comportent des éléments architecturaux précis (murs de pierres, sols de caliche ou de sable, marqueurs) et qui évoluent dans le temps. Bien plus, ces structures occupent progressivement une place de plus en plus importante dans les villages. Dans ces conditions se repose le problème de l'examen de la fonction réelle de ces "terrains". En fonction des hypothèses présentées plus haut, il est possible de réexaminer le problème. Il est impossible de considérer ces dépressions comme des fosses argileuses d'où l'on extrayait la matière première pour la poterie : la présence de sols de sable ou de caliche exclut cette possibilité ; bien plus, tous les terrains ne sont pas creusés dans des zones argileuses2.

13Le même argument vaut pour l'hypothèse de réservoirs : le fond devrait être imperméable, ce qui n'est pas le cas du sable ou du caliche, et ce qui n'expliquerait pas la présence de marqueurs. Enfin, en ce qui concerne l'hypothèse de corrals, rien ne permet de supposer l'existence d'un élevage qui rendrait nécessaires de telles structures. En définitive, il s'agit bien, dans la majorité des cas, de structures construites (et reconstruites) et spécialement aménagées en vue d’une activité déterminée.

14Or, la présence de balles a pu être établie avec certitude (Amsden 1936, Haury 1937). L'une fut trouvée en fouilles (sur le site de Toltec), l'autre dans une collection privée. L'analyse chimique permit d’établir que l'une des balles était fabriquée à partir du guayule (Parthenium argentatum ou Asclepias subulata) mélangé à des résines. La balle pèse 198 gr et mesure 86 sur 53 mm. Ces données permettent d'affirmer l'existence du jeu dans cette région, ou plus exactement d'un jeu de balle. L'hypothèse selon laquelle les dépressions représenteraient les aires de jeu est donc vraisemblable et trouve une confirmation partielle dans la présence, sur 13 terrains, de marqueurs, au centre ou sur l'axe : leur existence ne se justifierait pas sur un autre type de structure. En définitive, il est donc probable qu'un certain nombre de ces dépressions furent des terrains, même si certains cas douteux doivent être réexaminés afin d'établir leur appartenance à cette catégorie.

V/3. L'ORIGINE DU JEU DE BALLE EN ARIZONA

15L'existence du jeu étant ainsi établie, il reste à définir son origine. Il peut tout d'abord s'agir d'une origine locale, et d'un jeu de balle différent du tlachtli. La variété des jeux mésoaméricains rend possible cette hypothèse.

16Mais plusieurs éléments viennent la contredire. Tout d'abord, l'existence de terrains construits et aménagés, avec des marqueurs, rendrait peu vraisemblable l'idée d'une évolution totalement indépendante mais parallèle : un jeu local ne pourrait présenter tant de traits communs. D'autre-part, l'utilisation d'une variété locale de caoutchouc, moins évidente que la variété mésoaméricaine, implique l'idée d'un apport externe, dans la mesure où il s'agit visiblement d'une adaptation aux nécessités ; il existe une grande variété de jeux aux Etats-Unis (Culin 1905) qui utilisent des balles plus simples, en bois, en cuir... La fabrication même d'une balle en caoutchouc implique l'idée d'un rapport externe, d'une importation.

17Ce point est à mettre en relation avec 1'abondance des traits "mexicains" signalés par Kelley (1964-65) et divers auteurs. Pour résumer, ces traits sont les suivants : une agriculture développée, une technique d'irrigation, une technologie particulière, des villages permanents et une société complexe, une religion également complexe qui inclut un art religieux et un clergé, et des ressemblances avec la céramique de cultures du Nord-Ouest mexicain (culture de Chalchihuites en particulier). Parmi ces traits, il est évident que tous ne sont pas d'origine mexicaine ou mésoaméricaine et peuvent avoir été le fruit d'un développement local ; la ressemblance n'implique pas la diffusion à partir d'un centre unique, et de nombreux éléments ne représenteraient ainsi qu'une adaptation à des circonstances propres (comme 1'irrigation par exemple, et ses implications). Le seul élément précis sur lequel on puisse s'appuyer pour confirmer l'existence de relations reste la technologie, et plus particulièrement la céramique. Celle-ci permet d'établir l'existence de contacts entre le Nord-Ouest mexicain et le Sud-Ouest des Etats-Unis, dès l'apparition de la culture Hohokam. Il est donc possible que le jeu de balle soit venu par la même voie ; l'examen des données relatives au jeu va permettre de trancher le problème.

18C'est tout d'abord le problème des dates qui se pose. Le premier terrain du Sud-Ouest, à l'heure actuelle, est celui de Snaketown, de phase Gila Butte, c'est-à-dire d'une période correspondant au Classique Récent ou Moyen en Mésoamérique. Or, si l'on examine les datations des terrains du Nord-Ouest mexicain, on s'aperçoit que le terrain de Gualterio Abajo correspond au début du Classique Ancien, puis viennent ceux de Teuchitlan et d'un terrain sans nom du Jalisco, et de Schroeder Site. Tous sont localisés dans le Bajío ou sur le flanc oriental de la Sierra Madre Occidentale. Les autres terrains dans cette zone (La Quemada, Teul, Casas Grandes) ou sur la côte apparaissent plus tard (Amapa, El Piramide). Bien plus, sur la côte, le jeu, malgré son maintien jusqu'à l'époque actuelle, ne semble pas remonter bien au-delà de la Conquête : la simplicité du jeu, sans terrain construit, l'usage du terme vatey pour désigner le tlachtli, pointent vers un apport contemporain ou postérieur à la Conquête, pour les cultures côtières (Acaxees...).

  • 3 Lister 1955, The Recent Status of the Archaeology of Western Mexico. A distributional Study. Unive (...)

19Logiquement donc, la voie intérieure (le long du flanc oriental de la Sierra Madre Occidentale) semble plus vraisemblable que la voie côtière, et ce bien que divers auteurs (Beals, Corbett, Schroeder, Kelly, Sauer et Brand) aient formulé une préférence pour cette dernière. Bien plus, la concordance des dates et des données architecturales trouve sa confirmation dans l'existence de liens à la même époque entre les cultures Hohokam et de Chalchihuites. Ce point élimine également l'hypothèse de Lister (1955)3, selon laquelle 1'influence se serait faite sentir à travers le Chihuahua, en fonction de la présence dans cet Etat, du terrain de Casas Grandes, à une époque postérieure. Il n'est cependant pas impossible que l'existence de ce (de ces ?) terrain, postclassique, ait joué un rôle dans le développement des terrains de type XI, puisque ces derniers connaissent leur apogée et leur meilleure caractérisation à cette époque. Les terrains les plus anciens de ce type (Gatlin Site I, Rock Ball-Court Site, Citrus Site T/13-2) présentent en effet des traits moins prononcés (leur orientation par exemple est aberrante, par rapport au type). Par ailleurs, les terrains de type X, avec leurs larges sorties interprétées comme des zones terminales, sont dans l'ensemble plus ouverts (comme les terrains de Gualterio Abajo ou Schroeder Site) que ceux du type XI très fermés (comme le terrain de Casas Grandes). Il est donc maintenant possible d'envisager l'évolution suivante : vers le début du Classique Récent (ou un peu avant), le jeu et ses corollaires (terrain et balle) firent partie d'un groupe de traits introduits en Arizona (culture Hohokam) par suite de contacts entre le Sud-Ouest des Etats-Unis et le Nord-Ouest du Mexique. De ce point de départ, on assiste à une évolution et à un développement local, assez lents au début, mais qui s'accélèrent et se précisent à partir de la phase Sacaton, peut-être en liaison avec une nouvelle reprise de contacts à cette époque avec l'aire mésoaméricaine. Ces contacts, que ce soient les premiers ou les derniers, se font en suivant le flanc oriental de la Sierra Madre, et ce n'est que beaucoup plus tardivement et sans liaison avec le Sud-Ouest des Etats-Unis (où le jeu a déjà disparu) que le jeu apparaît et se développe sur la côte, peut-être même en fonction de l'expansion espagnole dans cette zone.

Notes

1 Il ne s'agit pas ici d'entrer dans le détail d'une étude exhaustive de ces différentes cultures mais seulement de les identifier et de mettre en relief leurs caractères essentiels, en particulier du point de vue qui nous intéresse ici : ce sont donc plutôt les traits dits "mexicains" qui nous importent et non ceux qui permettent de distinguer entre elles ces différentes cultures.

2 Il existe cependant, à Chavez Pass par exemple (Colton 1940), des dépressions irrégulières creusées dans l'argile : il peut alors s'agir d'une telle activité.

3 Lister 1955, The Recent Status of the Archaeology of Western Mexico. A distributional Study. University of Colorado, Study no 5, Boulder.

Table des illustrations

Titre Périodes
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5818/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search