Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Troisième partie. Synthèse, thématique des données archéologiques

Chapitre IV. Le jeu dans les Iles

Texte intégral

1Le jeu de balle fut un des premiers traits culturels observés par les Espagnols à leur arrivée dans les Iles : Hispaniola, c'est-à-dire ce qui est actuellement Haïti et Saint-Domingue, est le lieu privilégié du jeu ; les observations d'Oviedo et de Las Casas, faites sur cette île, trouvent une confirmation dans les trouvailles archéologiques de terrains. Hispaniola est l'île sur laquelle les informations sont les plus nombreuses et les plus complètes.

2On dispose de données plus fragmentaires au sujet de plusieurs autres îles proches :

  • Puerto Rico ferait l'objet d'une référence tirée d'Oviedo, selon Stern (1948) ; c'est plutôt sur les résultats des fouilles qu'il est possible de s'appuyer pour confirmer l'existence du jeu. C'est à Puerto Rico que se situent la plupart des terrains fouillés, à Utuado par exemple (Willey 1971)1.
  • Sainte-Croix et les Iles Vierges compteraient, selon Hatt (1924), un nombre relativement important de terrains : on manque cependant de données précises à leur sujet.
  • La partie orientale de Cuba, selon Ekholm (1961) et Enriquez (1968) compterait également plusieurs terrains, mais là aussi, ces deux auteurs se contentent d'affirmations générales, sans donner de détails : noms de sites, nombres de terrains, dimensions...
  • Enfin, selon Stern (1948), on trouverait chez les chroniqueurs des évidences quant à l'existence du jeu dans les Bahamas, mais l'étude des textes ne nous a pas permis de découvrir des preuves confirmant ou infirmant cette affirmation. Il reste cependant que les Bahamas formeraient, dans l'aire de répartition du jeu aux Antilles, une extension vers le nord, alors qu'un simple regard sur la carte ns 8 montre que le jeu se rencontre en général dans la zone sud-est des Caraïbes. En l'absence de preuves plus tangibles, il convient donc de ne pas faire entrer cette zone dans une analyse rigoureuse. Il faut par ailleurs noter que, dans la partie occidentale de Cuba comme dans les îles situées plus à l'ouest, aucun auteur n'a jamais fait mention de l'existence du jeu ou de terrains. Un dernier point doit être souligné : l'essentiel des données disponibles provient des chroniques (Oviedo, Las Casas) et non des fouilles qui, malgré de nombreuses affirmations, n'ont présenté jusqu'à présent que peu de résultats tangibles.

VI/1. LES GROUPES CONCERNES PAR L'ETUDE ET LA CHRONOLOGIE

3Quatre groupes différents constituaient la population des Antilles au moment de l'arrivée des Espagnols : les Tainos, les Lucayans, les Caribes et les Ciboney. D'après l'ensemble des informations disponibles, seuls les deux premiers groupes pratiquaient le jeu de balle : c'est en effet à leur sujet que Las Casas et Oviedo écrivent leurs descriptions du jeu. Selon la plupart des auteurs (Stern, Rouse, Loven, Alegria...), le jeu est une des activités caractéristiques du groupe Taino. Stern (1948) affirme que le groupe Lucayan le pratique également, mais il est seul à soutenir cette hypothèse. Il faut noter ici que ces groupes appartiennent à la famille linguistique Arawak, dont l'essentiel des représentants se rencontre au Vénézuela et en Amérique du Sud. Ni les Caribes (également originaires du Vénézuela (Rouse 1965)), ni les Ciboney, dont la culture est dite "marginale", ne connaissent le jeu : la preuve la plus évidente réside dans l'absence de terrains dans les zones côtières occupées par les Caribes.

  • 2 Le problème des origines du jeu sera examiné au Chapitre VI/4.

4Dans ces conditions, la chronologie la plus importante, en ce qui nous concerne, est celle qui correspond au groupe Taino. Elle est encore soumise à quelques hésitations ou contradictions, peu significatives cependant. On sait avec certitude que le jeu se pratiquait encore lors de l'arrivée des Espagnols et même après la Conquête (cf. l'anecdote du prisonnier espagnol, dont le sort fut l'enjeu d'une partie, au Chapitre III/10, Ière Partie). Il est donc évident que le jeu constitue un des traits des phases tardives d'occupation. Rouse (1965) donne pour le jeu une chronologie simple, suivie par Stern (1948) : selon lui, il serait caractéristique de la Période IV (A. D. 1000 - 1500), définie plutôt d'après les sites de l'intérieur des terres (car les zones côtières sont soumises aux raids des Caribes, donc moins peuplées). De plus, et cela intervient largement dans les idées de Rouse, cette période est celle où les contacts extérieurs sont les plus nombreux : il ne faut pas oublier que, selon Rouse, le jeu est un apport extérieur2.

5Il existe cependant une incertitude quant aux origines, et Willey choisit de donner une idée largement antérieure. Selon lui (1971), le jeu ferait son apparition en Période III B, entre 700 et 1000. Willey se base, pour appuyer son affirmation, sur l'expansion Arawak :

  • En phase "Saladoïde" (c'est-à-dire en Période III A : A. D. 300 - 700), les groupes Arawak font mouvement vers le nord, à partir du Vénézuela, et font leur apparition à Puerto Rico.
  • En Période III B (A. D. 700 - 1000), c'est-à-dire au cours de ce que Willey appelle "Ostionoid Subtradition", on assiste à une expansion vers le nord, l'ouest et le sud, depuis Puerto Rico, et en phase "Ostiones" à l'apparition du jeu sur cette dernière île : Willey considère cette date comme probable, mais présente peu d'arguments pour appuyer son hypothèse.
  • A Haïti, au cours de la même période ("Meillacoid Subtradition"), il n'existe aucun terrain. La situation est équivalente à Saint Domingue ("Chicoid Subtradition").
  • En Période IV, au cours de phases très différentes : Boca Chica à Saint Domingue, Capa-Esperanza à Puerto Rico, Carrier à Haïti et Pueblo Viejo à Cuba (partie orientale de l'île), tous les éléments relatifs au jeu sont en usage ; on compte de nombreux terrains sur les sites ainsi que les divers types de sculptures habituellement reliées au jeu (cf. Chapitre IV/3) : les colliers de pierres ("collars"), les pierres coudées ("elbow stones") et les pierres à trois pointes ("three-pointed stones"). Le jeu est donc surtout caractéristique de la Période, mais Willey en fait remonter l'origine en Période III B, à Puerto Rico. Le développement se fait alors d'est en ouest, donc vers la Mésoamérique et non à partir de cette aire. Willey se fait ainsi le tenant d'une origine locale du jeu et d'une ancienneté relative. Il n'est pas question d'envisager ici le problème des origines géographiques, sur lequel nous reviendrons plus bas ; seul l'aspect chronologique et aucun des deux auteurs n'apporte d'arguments décisifs sur ce point : dans l'état actuel des connaissances, il est seulement possible de présenter l'hypothèse suivante : lorsque le jeu est connu avec certitude, en Période IV, il a déjà acquis un degré de complexité tel qu'il est nécessaire de faire remonter ses origines à une date ou une localisation différentes.

IV/2. LE JEU ET SON ROLE SOCIAL

  • 3 Oviedo, Historia general y natural de las Indias.... Part. I, livre III, Chap. II, 1959. Las Casas (...)

6Peu d'informations réellement intéressantes ont pu être relevées en ce qui concerne le jeu dans les îles : il ne s'agit pas pour nous de refaire ici une étude approfondie des textes de chroniqueurs (Las Casas, Oviedo, Carli)3 déjà analysés dans la première partie (cf. Chapitre III). Le jeu batey consiste apparemment à maintenir le plus longtemps possible en l'air une balle que se renvoient deux équipes. Le compte des points, établi d'après les fautes corporelles, les sorties de la balle, ou selon d'autres critères, est encore mal défini. Les divers textes sont peu prolixes sur les autres aspects du jeu et, dans ces conditions, il semble difficile d'entrer dans le détail d'une description.

  • 4 Adjuntas (Alegria 1951), Hatillo (Alegria 1951), Jayuyas (Alegria 1951), Lares (Alegria 1951), Utu (...)

7On peut toutefois tenter une synthèse des informations recueillies et étudiées dans les chapitres précédents. Sur le plan des données architecturales, le nombre de terrains, évalué à une cinquantaine, semble relativement élevé, mais en fait, on dispose d'informations très fragmentaires : les affirmations des chroniqueurs ont trouvé une confirmation partielle dans l'étude des données archéologiques ; selon les premiers, dans les villages, les terrains de jeu sont très abondants et occupent une double position : certains sont au centre du village, d'autres à la périphérie. Ils sont de plan rectangulaire, ou ovale, avec une longueur égale au triple de la largeur (Oviedo) et une ligne (transversale ou longitudinale ?) les partage en deux moitiés. Le terrain est délimité par des murs latéraux bas. Les données archéologiques, très peu nombreuses, ne sont en fait détaillées que pour une dizaine d'exemples, situés à Barrio Caguanas (Alegria 1951, Willey 1971, fig. 6-22, p. 388), et à Barrio Arriba de Arecibo (Haeberlin 1917, Krickeberg 1948)4. Les plus connus sont situés à Porto-Rico : il est fréquent, à Utuado ou à Orocovis, de trouver un nombre élevé de terrains (jusqu'à une quinzaine pour un même site), au centre et à la périphérie des sites, ainsi que l'affirmaient Oviedo et Las Casas. Ce sont en général des rectangles, de forme plus ou moins allongée, dont les dimensions varient entre 27 - 70 m de long sur 2 - 37 m de large (ce qui donne des terrains très différents, de 50m x 8 ou de 50 m x 37 par exemple). Ils sont délimités par des alignements de pierres dressées, de faible hauteur (quelques dizaines de centimètres au maximum). Il n'a pas été possible de déterminer l'existence de lignes sur le sol. Les informations des chroniqueurs ont donc trouvé une confirmation partielle dans les données archéologiques. Il n'en est pas de même pour tout ce qui concerne le jeu proprement dit pour lequel seuls les chroniqueurs sont en mesure de donner quelques idées en l'absence de tout élément iconographique.

8On sait, d'après les descriptions d'Oviedo, que les balles sont faites de certains sucs mêlés à des racines... ( ?) soit selon une technique assez semblable à celle utilisée en Mésoamérique. Il est évidemment possible qu'Oviedo ait fait état ici de données empruntées à l'aire mésoaméricaine, en procédant à un amalgame selon le schéma suivant : les jeux étant semblables dans les deux zones, et les balles également, la fabrication doit s'effectuer selon des méthodes similaires. Cela est rendu incertain par l'absence, à l'heure actuelle, d'hévéas dans la zone envisagée (Stern 1948). Stern, cependant, suivant en cela Loven (1935) et Oviedo, affirme la présence d'arbres à caoutchouc sur les îles, à l'époque de la Conquête. Il est impossible, dans l'état actuel des connaissances et en l'absence d'études palynologiques, de trancher la question. Il semble cependant peu probable qu'Oviedo se soit trompé ou n'ait pas noté une différence de fabrication, dans la mesure où il insiste fortement sur la balle et ses qualités, de nature inconnue pour lui.

9Les joueurs, très nombreux (de 10 à 20 selon Oviedo, de 20 à 30 selon Las Casas), sont répartis en deux équipes sur le terrain. Aucun chroniqueur ne précise s'ils sont nobles ou s'il s'agit de professionnels, mais ils insistent tous sur le fait que les femmes peuvent jouer, dans des conditions particulières, tous les joueurs sont nus, à l'exception des femmes mariées qui portent un pagne.

10Les deux équipes se répartissent sur toute la longueur du terrain ("a la luenga de la plaza"), de part et d'autre d'une ligne, dont le sens n'est pas mentionné. Ils se renvoient la balle le plus longtemps possible, dans toutes les positions, pour rattraper balles hautes et basses (ce qui implique qu'ils doivent parfois poser les mains à terre). Ils ont le droit de frapper la balle avec des parties du corps bien définies : épaules, coude, tête, hanches, genoux, selon Oviedo ; épaules, hanches, fesses pour les hommes, poings et genoux pour les femmes, selon Las Casas. Cette dernière énumération implique l'existence d'une différence entre les sexes d'une part, d'autre part l'idée qu'il puisse exister des fautes corporelles qui jouent probablement un rôle dans le compte des points. Selon Alegria (1951) et Loven (1935), le fait de laisser tomber la balle à terre ferait perdre un point également, ce qui est plausible : mais aucun texte ne vient étayer cette affirmation.

  • 5 Il est significatif de constater que le jeu en Mésoamérique, chargé de sous-entendus religieux et (...)

11Quant au rôle social ou religieux du jeu, il est encore plus difficile à saisir, dans la mesure où cet aspect semble avoir complètement échappé aux observateurs espagnols. On sait par ces derniers que le jeu se pratique en présence des chefs, assis devant le terrain, que les terrains sont souvent construits au centre des villages, ce qui leur donne une importance certaine dans la vie sociale ; on sait également que l'on joue pour les fêtes, pour les grandes occasions, que les joueurs ou les spectateurs parient, entre individus ou entre cités... Toutes ces données indiquent une importance sociale certaine, dans laquelle domine un aspect plutôt sportif et politique (ou économique) que religieux. Deux faits viennent confirmer cette absence de rôle religieux : l'absence totale de mythes relatifs au jeu et, surtout, le fait que le jeu n'a pas été interdit par les Espagnols pendant de longues années5. Toutefois, Alegria (1951) et Stern (1948) mentionnent tous deux un fait : lors de la révolte de 1511, le sort d'un prisonnier espagnol fut fixé par une partie jouée sur un terrain,-il peut s'agir alors d'un simple pari : il semble cependant peu probable qu'un évènement aussi exceptionnel ait pu être tranché par un simple jeu, sans implications religieuses précises. Ce n'est qu'une simple indication qui ne permet pas de résoudre la question. Il semble malgré tout probable que le jeu soit simplement relié à un contexte social, si ne se posait pas un problème annexe plus important : celui des "colliers de pierres", des "pierres coudées" et des "pierres à trois pointes". Ces divers objets, parmi les plus remarquables et les plus abondants de la culture Taino, ont fréquemment été mis en rapport avec le jeu. L'abondance même de ces objets donnerait au jeu une place hors de proportion avec le rôle qui lui est traditionnellement attribué, et en ferait l'activité dominante dans la vie des habitants des îles. Willey (1971) a fort justement souligné l'importance du débat sur lequel il convient de s'attarder ici.

IV/3. LE PROBLEME DES "STONE COLLARS" OU ANNEAUX DE PIERRE

12D'après les informations archéologiques, un type d'objets de pierre a été fréquemment rencontré dans les fouilles, à Porto-Rico et dans les îles voisines. Il n'est pas exceptionnel que certains aient été trouvés sur des terrains de jeu de balle, en particulier à Orocovis et Utuado (Barrio Caguanas) (Rouse 1952). Il s'agit de "collares de piedra", c'est-à-dire d'anneaux de pierre, de pierres coudées ("elbow stones") ou de pierres à trois pointes ("three-pointed stones"). En 1495, un chroniqueur fit une référence à des "collares de piedra", mais il est impossible de déterminer la fonction de l'objet en question ou sa nature. Dans ces conditions, on ne peut s'appuyer pour l'étude que sur le seul matériel archéologique.

13Les anneaux de pierre sont des objets assez grands, taillés dans une pierre dure et lissés. Ils se répartissent en deux types (Ekholm 1961) :

  • un type d'anneaux minces, plus légers, ouverts, comportant une partie lisse et une partie plus épaisse. Le poids varie de 3 à 12 kg et ils mesurent de 29,2 à 34,6 cm de long pour 18,3-24,8 cm de large. Les dimensions internes des anneaux sont, en moyenne, de 31,9cm pour 21,1 cm.
  • un type d'anneaux plus massifs, lourds, de forme ovale. Leur poids atteint de 5,5 à 21 kg et ils mesurent entre 30,2 et 33,5 cm de long pour 20,7 à 24 cm de large. Leurs dimensions intérieures sont remarquablement proches de celles des anneaux du premier type : 31,7 sur 21,8 cm. Une des extrémités de l'objet, plus épaisse, peut porter des motifs décoratifs : têtes, jambes et bras, dessins géométriques.

14Les pierres coudées ("Elbow stones") sont en forme de "Boomerang" avec une bosse, fréquemment décorée elle aussi. Les pierres à trois pointes, qui varient de quelques centimètres à 20 cm de long, sont parfois lisses, parfois porteuses de motifs de têtes "zemis". Ces trois types d'objets forment un complexe souvent trouvé en association et parfois relié au jeu de balle.

  • 6 Les deux types de "collares" comportent de ces renflements qui seraient destinés à frapper la ball (...)

15Ernst (1892) puis Lothrop (1923) ont été les premiers à tenter un rapprochement entre les anneaux de pierre et les jougs de l'aire mésoaméricaine. Selon tout un groupe de chercheurs (Lothrop 1923, Ekholm 1946, 1949, 1961, Rouse 1952), les jougs seraient portés à la ceinture comme protection corporelle dans le jeu de balle : des figurines, des sculptures sont venues apporter une confirmation partielle de cette hypothèse, tandis que la découverte d'un joug en bois à Tikal (Guillemin 1968a, 1968b) modifiait légèrement cette hypothèse. Les jougs devenaient alors une réplique en pierre, à usage officiel ou cérémoniel, des ceintures en bois ou en fibres étant portées dans le jeu. Les jougs, ainsi identifiés, sont datés de la fin du Classique et attribués à la culture totonaque, de la côte du Golfe. Ekholm (1961) accepte l'hypothèse selon laquelle les jougs sont des ceintures (ou des répliques de ceintures) portées lors du jeu, et il assimile les jougs aux "collares", en considération de plusieurs faits : tout d'abord, leur forme est assez semblable, en forme de fer à cheval ou de cercle (plusieurs jougs sont complètement fermés). Deuxièmement, les deux catégories d'objets sont en pierre dure, sculptés et lisses. Troisièmement, les dimensions sont très voisines, en particulier les dimensions internes : Ekholm a tenté (une expérience qui a été renouvelée par divers chercheurs, en particulier par l'auteur) de faire porter jougs et "collares" autour de la ceinture, et de mettre en relation les mensurations de hanches de diverses populations (Mayas, Yaquis...) avec les mesures internes des deux catégories d'objets. Il a ainsi pu prouver que jougs et "collares" pouvaient parfaitement être portés autour des hanches, la partie lisse sur la hanche, la partie plus épaisse étant, selon lui, destinée à recevoir le choc de la balle6. Il est fréquent, par ailleurs, de rencontrer jougs et "collares" en association avec des terrains, en particulier en ce qui concerne la seconde catégorie d'objets. Enfin, la date d'apparition des jougs et des "collares" est à peu près simultanée, vers la fin du Classique et le début du Postclassique. Tous ces éléments rendent assez cohérente une hypothèse de fonctions similaires pour les deux catégories d'objets.

16Mais il existe plusieurs objections à cette hypothèse. Tout d'abord, il nous semble que G. Ekholm, dans son raisonnement, s'appuie sur des éléments et des jugements non confirmés. Premièrement, il part d'une hypothèse non prouvée, sur l'utilisation des jougs durant le jeu : même dans le cas où seules des répliques en bois seraient portées, aucune étude n'a confirmé cette hypothèse de façon définitive. Ensuite, le raisonnement d'Ekholm obéit à deux syllogismes contradictoires. Selon lui, on a, d'un côté, une équivalence du type : les jougs servent dans le jeu ; les "collares" sont semblables aux jougs ; donc les "collares" servent dans le jeu. D'un autre côté, il affirme que les "collares" sont associés au jeu ; les jougs également,-donc que les deux catégories d'objets ont une fonction semblable. Dans ces conditions, le raisonnement nous semble entaché de doute.

17D'autre part, Ekholm et les autres chercheurs nous semblent négliger plusieurs faits : ils ne tiennent aucun compte du fait que les "collares" ne sont pas des objets isolés, mais font partie, comme les jougs (liés aux "hachas" et "palmas") d'un complexe qui inclut deux autres types d'objets. Or les hypothèses relatives aux pierres coudées ou aux pierres à trois pointes ne sont pas satisfaisantes : on a parlé de contrepoids (Fewkes 1907, 1913, Ekholm 1961), de pièces accrochées aux anneaux... Aucune de ces hypothèses n'a trouvé de confirmation ni ne s'appuie sur la moindre preuve. Dans ces conditions, il semble difficile de trancher la question. Par ailleurs, les formes sont, malgré tout, assez différentes, dans la mesure où les "collares" sont tous fermés, ce qui reste exceptionnel pour les jougs. Enfin, il se pose un problème de poids : tout comme les jougs, les "collares" sont portables, mais il est difficile de courir ou de sauter après une balle avec 10 à 15 kg autour des hanches. En Mésoamérique, le joug en bois de Tikal a permis d'apporter une première réponse à ce problème ; il n'en est pas de même pour les Antilles. L'absence de toutes preuves, archéologiques, iconographiques ou textuelles, interdit donc pour l'instant d'avancer la moindre certitude sur ce point. Il existe cependant deux éléments qui vont à l'encontre de cette hypothèse dans le domaine logique : on constate un décalage certain entre le rôle du jeu tel qu'il est décrit par les chroniqueurs et tel qu'il a été établi au chapitre précédent (Chap. III/2), et l'importance énorme du complexe "stone collars" - "elbow stones" - "three-pointed stones". Assimiler les deux reviendrait à conférer au jeu une importance primordiale dans la société comme dans la religion Taino. D'autre part, l'hypothèse d'Ekholm implique et tend à prouver qu'il existe un lien entre la Mésoamérique et les Antilles, et que le jeu des Antilles vient de la Mésoamérique. Or, cette hypothèse ne tient pas compte de plusieurs données : il est peu vraisemblable que seuls les jougs aient fait l'objet d'un apport, à l’exclusion des "hachas" et des "palmas". De plus, un regard sur la carte montre qu'il existe un espace sans jeu et sans terrains dans la zone intermédiaire entre les Antilles et l'aire mésoaméricaine. Enfin, il n’existe, à notre connaissance, aucun joug dans le Yucatan, c'est-à-dire dans la partie de l'aire mésoaméricaine la plus proche des Antilles. Cela signifie qu'une influence aurait dû s'effectuer à partir de la côte du Golfe, soit une distance double de la distance minimum, à une époque à laquelle aucun contact n'est prouvé. Il importe donc, pour apporter une réponse, d'envisager les diverses hypothèses relatives aux origines du jeu.

IV/4. L'ORIGINE DU JEU AUX ANTILLES

18La question fondamentale, en ce qui concerne le jeu dans les îles, réside dans l'origine du jeu et dans les éventuels contacts avec d'autres aires. Trois hypothèses ont été envisagées : celle d'une origine locale, vite abandonnée, celle d'une origine mésoaméricaine et plus précisément yucatèque, soutenue par Loven (1935), Ekholm (1961), et de façon plus hésitante par Rouse (1964-65) et celle, enfin, d'une origine sud-américaine, défendue par Morales Patiño (1950), Stern (1948), Alegria (1951) et Willey (1972).

19L'hypothèse d'une origine locale est la moins défendable, dans la mesure où l'existence d'un trait culturel aussi complexe que le jeu, qui implique l'exploitation et la fabrication du caoutchouc, la construction de terrains et des notions plus abstraites telles que les équipes, le jeu..., est difficilement envisageable en soi. Il n'est évidemment pas impossible de penser qu'il puisse y avoir plusieurs centres d'élaboration du jeu, mais il est peu vraisemblable que trois foyers d'élaboration aient coexisté sans contact.

20C'est en partant de cette constatation que plusieurs chercheurs ont essayé de découvrir une origine probable en Mésoamérique, et en particulier au Yucatan. Le premier, Loven (1935), a affirmé que l’existence de terrains construits dans les deux régions rendait vraisemblable un contact et un apport mésoaméricains. Nordenskjöld (1920), partant de la même constatation, avait cependant nuancé son affirmation en indiquant que la balle venait plus probablement d'Amérique du Sud. Le principal défenseur de cette théorie, G. Ekholm (1961), reprend cette idée de la ressemblance des terrains et trouve une confirmation dans la ressemblance entre les jougs et les anneaux de pierre.

21De nombreux arguments, à la fois généraux et particuliers, jouent contre cette hypothèse. C'est Morales Patiño (1950) qui a présenté la première et la plus systématique des critiques contre l'idée d'un contact entre l'aire mésoaméricaine et les Antilles.

22Ses idées, résumées d'une façon succinte, peuvent se présenter ainsi : si l'hypothèse d'un contact était plausible, les preuves en seraient infiniment plus nombreuses et plus variées. L'existence d'un trait culturel tel que le jeu ne constitue pas en soi une preuve suffisante, en l'absence de données anthropologiques, linguistiques, mythologiques ou ethnologiques communes. Outre les très nombreuses différences dans des domaines aussi variés que la culture, les méthodes agricoles..., on note l'absence, aux Antilles, d'outils tels que les "metates" ou, dans l'aire mésoaméricaine, d'éléments issus des Antilles. Morales Patiño envisage la possibilité technique de tels contacts. Le peu que l'on sache des techniques de navigation, en général, obtenues par l'étude de documents postclassiques, rend possible un contact. Mais, une étude des éléments qui auraient pu être transmis d'une zone à l'autre montre que tous sont dûs à des contacts postcortésiens. On ne dispose, à l'exception du jeu, d'aucune preuve de relations. En ce qui concerne le jeu proprement dit, Morales Patiño ne se livre à aucune analyse précise. Il est cependant possible de compléter son étude par les conclusions obtenues dans l'analyse des textes de chroniqueurs (1ère Partie, Chap. III) et des terrains (IIe Partie, Chap. III/89). Tout d'abord, sur le plan du jeu, de nombreux éléments différencient les deux aires ; en ce qui concerne les joueurs, ceux des îles ne sont pas des professionnels : hommes et femmes du commun jouent, en grand nombre, nus généralement. Le jeu mésoaméricain implique l'existence d'un faible nombre de joueurs professionnels, tous des hommes, lourdement harnachés. De plus, le jeu mésoaméricain a des implications religieuses et mythologiques, totalement absentes du jeu des îles. Sur le plan archéologique, il est difficile en fait de comparer l'architecture des terrains mésoaméricains avec les aires de jeu des Antilles, aménagées et délimitées par des pierres dressées. D’autre part, la présence de "collares de piedra", forme antillaise du joug, ne peut s'expliquer par un contact avec le Yucatan, puisque le joug ne se rencontre pas dans cette région. Il faudrait donc envisager un contact avec la côte du Golfe, soit direct soit indirect, mais alors, la distance qui sépare les deux régions est plus que doublée. En effet, on se trouve ainsi confronté à un problème d'ordre géographique : l'existence du jeu a été constatée dans la partie orientale des Antilles, mais la Jamaïque ou la partie occidentale de Cuba, les îles les plus proches de la côte mexicaine, sont vierges de tout terrain. Dans ces conditions, il faudrait admettre que les contacts se seraient établis par-delà ces îles, a.ec une région lointaine, sur une distance triple de celle qui sépare Hispaniola du Vénézuela.

23Dans ces conditions, il semble beaucoup plus logique de chercher un éventuel lien entre les îles et l'Amérique du Sud. Cette hypothèse a été défendue par de nombreux chercheurs qui s'appuient sur de multiples traits. Tout d'abord, il est évident que les populations des îles et de la côte sud-américaine appartiennent au même groupe linguistique Arawak (Stern 1948). D'autre part, on constate de nombreux traits communs aux groupes Tainos et Otomacs par exemple. Enfin Willey (1972) a démontré, par l'étude des données chronologiques, que la diffusion du jeu s'était effectuée dans un sens est-ouest, vers la Mésoamérique (cf. Chap. VIII/1).

24En ce qui concerne le jeu, et sans aller jusqu'à évoquer des traits culturels aussi peu caractéristiques que les anneaux (Alegria 1951, Enriquez 1968), il existe de nombreux traits communs aux deux aires : la présence d'équipes nombreuses et mixtes sur le terrain, la nudité des joueurs, l'absence de données religieuses, la manière de marquer les points, sont semblables dans les deux cas (cf. Ière Partie Chap. III). De plus, les Otomacs jouent sur des aires spécialement aménagées (Gumillá, El Orinoco ilustrado...), très proches des terrains des îles. Tous ces éléments, joints au fait que la distance à parcourir est moindre et que le "trajet" est facilité par la présence d'un chapelet d’îles entre les deux zones, rendent l'hypothèse d'une origine sud-américaine probable et plus cohérente avec la chronologie (Willey 1972).

25Cependant, quelques chercheurs, comme Krickeberg (1948), envisagent une origine sud-américaine commune pour le jeu des Antilles et celui de l'aire mésoaméricaine. Outre des problèmes de diffusion, il est impossible de présenter une preuve de cette hypothèse, en l'absence de datation du jeu sud-américain. Si l'on a une idée de l'ancienneté du jeu en Mésoamérique, on ne dispose d'aucun élément permettant de dater le jeu en Amérique du Sud. Dans ces conditions, il serait prématuré de conclure à l'antériorité de l'un par rapport à 1'autre. En définitive donc, il est possible de relier le jeu connu aux Antilles aux jeux relevés au Vénézuela (Stern 1948), chez les Otomacs en particulier. Il reste évidemment une possibilité que des contacts accidentels aient entraîné une contamination du jeu des îles par des éléments mésoaméricains (Rouse 1964-65), ce qui expliquerait l'existence des anneaux de pierre ("collares de piedra"), semblables aux jougs. Cette hypothèse s'appuie cependant sur un présupposé qui, nous l'avons vu (Chap. IV/3), est loin d'être prouvé ; de plus, il est contradictoire de déduire que des objets semblables (jougs et anneaux de pierre) ont une fonction similaire (le jeu) puis de s'appuyer sur ce présupposé pour en déduire l'existence d'un lien culturel : il faut d'abord prouver que le contact a eu lieu, pour pouvoir en déduire une fonction similaire pour des objets proches les uns des autres.

Notes

1 Fewkes (1907) donne, en outre, la liste de terrains suivante : 1 sur la rive du Río Manati, 1 aux sources du Río Bayaman, 1 entre Comeric et Baranquillas, 1 sur chacun des sites suivants : Arenas, Cayuco, Salto Arriba, Vivi Abajo, Jayuya, Mameyer, Paro de Palma, Alonso et Alfonso, soit un total de 12 terrains supplémentaires.

2 Le problème des origines du jeu sera examiné au Chapitre VI/4.

3 Oviedo, Historia general y natural de las Indias.... Part. I, livre III, Chap. II, 1959. Las Casas, Historia Apologética..., cap.

4 Adjuntas (Alegria 1951), Hatillo (Alegria 1951), Jayuyas (Alegria 1951), Lares (Alegria 1951), Utuado (Alegria 1951, Willey 1971, Rouse 1952), Barrio Arriba de Arecibo (Haeberlin 1917), Orocovis (Alegria 1951)... Cf. Introduction, note.

5 Il est significatif de constater que le jeu en Mésoamérique, chargé de sous-entendus religieux et mythologiques, a immédiatement été l'objet d'un interdit, jeté par l'Inquisition, au point que la possession d'une balle devenait un motif de condamnation.

6 Les deux types de "collares" comportent de ces renflements qui seraient destinés à frapper la balle, le poids même du "collar" formant contrepoids contre la violence du choc.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search