Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Troisième partie. Synthèse, thématique des données archéologiques

Chapitre III. Les sculptures associées aux terrains

Texte intégral

1Les terrains de jeu de balle contiennent (on l'a vu ci-dessus, IIe Partie, Chap. III) un nombre relativement élevé de sculptures de tous types. On a pu relever, par exemple, plus de 80 marqueurs, une cinquantaine de sculptures à tenons, une soixantaine d'anneaux (au minimum)... Un certain nombre de ces sculptures (panneaux, stèles...) présentent des points communs avec les sculptures isolées, étudiées au Chapitre V de la IIe Partie. Il a cependant paru préférable de dissocier les deux groupes pour l'étude, et ce pour une raison simple : si les données iconographiques sont souvent comparables, les sculptures associées présentent des caractères propres ; elles exercent en effet une fonction très précise sur le plan architectural, dans la détermination des axes ou du centre des terrains. Il est même possible de constater que leur iconographie dépend partiellement de leur position (cf. Cohodas 1975). Il semblait donc préférable de les étudier comme un tout homogène, par contraste avec les représentations isolées. De plus, fréquemment, les types de sculptures sont différents : si les éléments isolés incluent des figurines, des maquettes, des jougs..., ces objets n'ont jamais été découverts en association avec des terrains. Par contre, les marqueurs, les anneaux... ont le plus souvent été découverts in situ. Les circonstances et le contexte les opposent donc assez fortement pour rendre, ici aussi, nécessaire une subdivision de l'étude.

2Cependant, au moment de procéder à une analyse de ces données, il convient de rappeler brièvement les conclusions obtenues lors de l'étude du premier groupe : il avait été possible d'identifier avec certitude, et selon des critères précis, deux types de représentations de joueurs, ceux porteurs de ceintures simples (zone maya surtout), et ceux revêtus de ceintures épaisses et lourdes, du type joug. Ces deux types de joueurs avaient pu être mis en relation directe avec les terrains, et on avait pu démontrer qu'ils représentaient en fait deux variétés géographiques ou culturelles du même jeu. De plus, l'existence de représentations de personnages en tenue de joueur, mais dans des attitudes immobiles, figées (adoration...) avait permis de supposer une participation à un culte. Enfin, plusieurs caractères de ce culte avaient pu être définis : les nombreux liens entre le jeu et les sacrifices humains par décapitation, entre ces deux éléments et les cultes de la fertilité étaient apparus à maintes reprises, ainsi que certains liens avec des rites funéraires. Toutes ces données tendaient à souligner l'existence, au Classique Récent, d'un culte lié ou impliquant le jeu, culte originaire de la côte du Golfe, et qui se serait répandu progressivement à partir du Tabasco vers le Yucatan au nord, et le long de l'Usumacinta vers le sud et les Hautes Terres mayas. Cette expansion du jeu reflète apparemment une expansion moins visible, mais plus réelle des peuples de la côte du Golfe ; le jeu ne serait alors qu'une manifestation superficielle d'un contexte plus important. Et il n'aurait pas seulement une valeur religieuse mais également historique. Au moment d'entreprendre l'étude de l'iconographie des terrains, il importe de garder en mémoire ces conclusions (carte 7).

III/1. LES DIFFERENTS TYPES DE SCULPTURES ASSOCIEES

A) Les marqueurs

  • 1 La plupart d'entre eux, à l'exception de deux ou trois, ont été découverts en fouilles, et plus pr (...)
  • 2 Il existe quelques exemples de marqueurs carrés ou non sculptés (Copán III).

3On les a identifiés sur une quarantaine de sites (bien que certains, comme Laguna Perdida, ne contiennent pas de terrains et que, dans le cas de Chinkultic, on ne sache toujours pas avec certitude si le marqueur trouvé à La Esperanza à quelques kilomètres, provient bien de ce site) ; certains terrains contenant trois ou cinq marqueurs, le nombre de sculptures de ce type s'élève maintenant à 80. Il s'agit en fait de disques plats, de 50 à 70 cm de diamètre, trouvés en général au centre ou sur l'axe longitudinal d'un terrain1. La moitié d'entre eux sont sculptés, de motifs assez différents (joueurs, scènes, dignitaires...), tandis que les autres ne sont que des disques plats, sans motifs2.

  • 3 Incidemment, dans la mesure où le terrain est de type V (Palangana), la présence d'un marqueur au (...)

4La plupart des marqueurs connus (soit 32, plus 10 marqueurs sur des sites frontières comme Toniná ou Tenam Rosario), ont été identifiés sur 11 sites des Basses Terres mayas. Ils sont localisés surtout dans la partie sud des Basses Terres (vallée du Motagua, vallée de l'Usumacinta, Belize...) ; les sites frontières sont au Chiapas (Chinkultic, Toniná, Tenam Rosario), et peut-être au Honduras (Los Naranjos). On compte en outre, dans les Hautes Terres mayas, trois cas douteux : Huil, où l'on a trouvé, au centre de la superstructure ouest, un autel circulaire. Sa localisation rend peu probable une fonction de marqueur ; il s'agit, de toute évidence, d'un autel destiné au culte. A Zacualpa, la présence d'un disque en tuf sur le site a donné lieu à des hypothèses sur sa fonction de marqueur (Wauchope 1948), mais sans preuves. Enfin ; à Los Cerritos-Chijoj (Lehmann 1976), après l'abandon du terrain, les occupants du site posèrent au centre de ce dernier un autel circulaire, orné de têtes de morts et de gueules de serpents. Il ne s'agit pas d'un marqueur, mais sa localisation l'en rapproche et prouve le maintien de l'idée du jeu sur ce terrain3.

5Les autres marqueurs ont été identifiés au Chiapas (3 sites dont 2 préclassiques), à Oaxaca (2 sites), dans l'État de Puebla (à Metlaltoyuca : selon Ochoa Salas, 1972), dans l'Ouest (2 sites, 3 maquettes) et surtout en Arizona (11 sites). En d'autres termes, malgré une dominante certaine pour deux régions (Basses Terres mayas et Arizona), la présence de marqueurs n'est pas inconnue ailleurs. En ce qui concerne les types, il existe une variété suffisante (types ouverts I, II ; types fermés VII, V, III, v. I, X, XI), pour permettre d'affirmer que la présence de cette sculpture n'est pas liée à un type.

6Les premiers marqueurs ont pu être identifiés dès le Préclassique, à El Vergel (diamètre du marqueur : 65 cm) et à San Mateo (diamètre 65 cm), dans la région de La Angostura. On possède par ailleurs une indication antérieure : un puits, au centre du terrain supposé de La Venta. Au Classique Ancien, E. Kelley (1976) mentionne la présence d'un marqueur possible sur le terrain de Gualterio Abajo, à l'une des extrémités de la structure ouest. La plus grande partie des autres marqueurs sont du Classique Récent (ceux des Basses Terres mayas, du Chiapas, de Oaxaca), ou de la fin de cette période (Yagul, Metlaltoyuca, Amapa et les maquettes de l'Occident). Seuls deux marqueurs sont datés du Postclassique : celui de Los Cerritos-Chijoj, dont on a vu plus haut la signification, et celui de Los Naranjos (Baudez et Becquelin 1973), dont l'identification reste incertaine. Le cas des terrains de l'Arizona mérite d'être considéré à part : les terrains du type X (Citrus Site, Snaketown) contiennent déjà des marqueurs, tradition reprise, aux siècles suivants, pour les terrains du type XI.

7Il semble donc que la tradition des marqueurs apparaisse dès le Préclassique et se répande plus ou moins selon les mêmes lignes que les terrains eux-mêmes (Chiapas, Nord de la Mésoamérique), pour se poursuivre au moins dans cette dernière région, et de là passer en Arizona. En même temps, la tradition est reprise dans les Basses Terres mayas et quelques régions voisines (Chiapas, Oaxaca). Mais les deux zones d'expansion majeure restent les Basses Terres mayas et l'Arizona.

8Dans le cadre même du terrain, la répartition des marqueurs apporte de nouvelles informations. Le plus souvent, le terrain compte un marqueur au centre (à El Vergel, Monte Alban..., en Arizona). Il arrive cependant que ce seul marqueur ne soit pas au centre, mais à une extrémité de l'allée (comme à Citrus Site), ou sur une structure (à Altar de Sacrificios). Le principe de symétrie demanderait alors qu'il y ait un autre (ou d'autres) marqueur, sur la structure opposée ou à l'autre extrémité de l'allée. Mais l'on sait', par l'étude des jeux actuels (cf. IVe Partie, Chap. I) que, pour certains de ces jeux, on utilise une seule pierre (la Botadera), placée à une extrémité du terrain. Dans ces conditions, il est impossible de trancher la question : seules des fouilles peuvent donner la réponse. Cependant, il est fréquent de voir appliqué le principe de symétrie, avec la présence, sur l'axe longitudinal, de trois marqueurs ; tel est le cas à Copán où chaque terrain compte trois marqueurs, et peut-être six (deux séries de trois superposés, pour Copán II), à Chichen Itza, à Toniná, à Amapa, ou à Snaketown.

  • 4 L'existence de ces trois marqueurs permet d'expliquer pourquoi, à Altar de Sacrificios, le seul ma (...)

9Le cas de Metlaltoyuca est plus intéressant : il existe bien trois marqueurs, mais ils sont alignés sur l'une des structures latérales ; la question de leur fonction (et de leur identification correcte) se pose alors. Il existe enfin trois terrains qui comptent cinq marqueurs : à Yaxchilan (str. 14) et à Piedras Negras (str. R 11), ils sont en croix ; trois marquent l'axe transversal et trois l'axe longitudinal, le marqueur central étant au point d'intersection. A Tenam Rosario, les cinq marqueurs sont disposés en X, un au centre et les quatre autres à chaque angle des banquettes4.

10Les marqueurs servent donc le plus souvent à marquer le centre du terrain (ils sont alors parfois accompagnés de caches, comme à Toniná ou Chapatengo) et l'axe longitudinal du terrain. Lorsqu'ils sont au nombre de cinq, ou lorsqu'ils sont accompagnés d'autres sculptures (cf. ci-dessous), ils contribuent aussi à marquer un ou des axes transversaux, divisant alors le terrain en quatre zones (l'allée tout au moins). Lorsqu'ils ne désignent que l'axe longitudinal, le terrain est divisé en deux zones seulement.

11Il est donc possible de définir, a priori, une des fonctions des marqueurs. Ils déterminent des axes sur les terrains (cf. ci-dessous), axes de jeux ou limites de zones pour chaque équipe. Mais, de toute évidence, ce n'est pas là leur seule fonction. Ils peuvent également être interprétés comme les pierres sur lesquelles on aurait mis en service la balle, ou comme les points sur lesquels la balle devait tomber ou frapper, dans certains cas. Rien ne permet, pour l'instant, de trancher la question. Cependant, certains auteurs ont souligné que le choc répété d'une lourde balle sur des pierres sculptées aurait effacé le dessin, ce qui n'est pas apparent dans la plupart des exemples connus (Chinkultic, Copán, Toniná...). La présence même de sculptures poserait d'ailleurs un éventuel problème de faux rebonds... Il est donc possible de concevoir une autre fonction, plus symbolique, qui ferait intervenir l'iconographie.

12En effet, si la moitié environ des marqueurs ne comportent aucune sculpture (ceux de l'Arizona, certains des Basses Terres mayas comme Mountain Cow, ou Copán III) et valent par conséquent uniquement par leur position sur le terrain), si, par ailleurs, on dispose d'informations insuffisantes sur un grand nombre d'autres soit par manque de données (comme à Metlaltoyuca, à Altar de Sacrificios...), soit par suite de la disparition des motifs (comme pour la première série de marqueurs de Copán II ou pour celui de Chapatengo), on connaît un certain nombre d'exemples dont l'iconographie est déchiffrable. On trouve d'abord des exemples isolés comme les marqueurs d'Amapa dont le sommet est sculpté en petites cupules, ou celui de Yagul qui porte un motif en forme de tête de serpent, ou encore celui de Los Naranjos qui montre une tête de singe à droite et une autre, d'iguane ou de lézard, à gauche. Dans ces exemples isolés, il est difficile, hors de tout contexte, de pousser l'analyse.

13Par contre, de nombreux autres marqueurs (tous sauf un), des Basses Terres mayas ou des Hautes Terres mayas du Chiapas, se présentent de la même façon : ce sont des disques de 60 à 75 cm de diamètre, pour 15 à 25 cm d'épaisseur, dont le centre est occupé par un motif principal et dont la périphérie comporte parfois un texte glyphique (parfois daté, comme à Chinkultic ou à Toniná). On peut les classer en deux grands groupes : d'une part les disques comportant les textes périphériques : le motif central montre alors un personnage (dignitaire ou joueur) et parfois des motifs annexes (Pl. photo no 30, 31).

14D'autre part, les disques ne comportant pas d'inscriptions périphériques (ils peuvent cependant, comme à Cancuen, être accompagnés de textes) montrent, dans la plupart des cas, deux joueurs en tenue et parfois en jeu (Pl. photo no 32, 33). Le premier grand groupe peut, à son tour, se subdiviser en trois sous-groupes : le premier montre un personnage assis sur le sol ou sur une banquette, tenant dans les bras une barre cérémonielle. Il peut s'agir d'un dignitaire plutôt que d'un joueur, dont la présence sur le terrain s'explique soit par l'iconographie d'ensemble (à Toniná, cf. Becquelin et Baudez, en préparation), soit par le texte d'accompagnement (Pl. photo no 30). Le second sous-groupe montre, à la place du dignitaire, un joueur en position, comme à Chinkultic : un genou en terre, bras gauche étendu, il s'apprête à frapper la balle avec la hanche. Il porte la tenue traditionnelle : genouillère, protection des hanches et grosse ceinture, mais aussi le collier, le panache... Un groupe de six glyphes se rapporte directement au joueur, en supplément à l'inscription périphérique. Enfin, le troisième sous-groupe ne comprend que les marqueurs du site de Tenam Rosario (Agrinier 1976, 1977) : le personnage central n'est ni un dignitaire ni un joueur, mais un homme accroupi, bras écartés, porteur d'une grosse ceinture et (disque no 1) d'un épieu, ou (disque no 2) d'une guirlande. P. Agrinier les interprète alors comme des représentations liées à la paix et à la guerre. Il faut noter, sur l'un des marqueurs, que le personnage porte un crâne sur la poitrine.

  • 5 Ceci ne vaut bien entendu que lorsque les marqueurs ont été trouvés in situ : dans le cas du marqu (...)

15Dans tous les cas envisagés ci-dessus, il est possible de faire les remarques suivantes : le personnage est seul ; il est accompagné d'un texte propre et d'une inscription périphérique. Le marqueur est souvent isolé, comme à Toniná, ou le même site ne comprend qu'un ou deux marqueurs sculptés sur trois ou cinq5. Enfin, ils proviennent tous de la même région, c'est-à-dire de la frontière occidentale de la zone maya. Il est donc possible de les considérer comme une variété régionale, par opposition au second groupe de marqueurs.

  • 6 L'analyse de Cohodas (1975), pour convaincante qu'elle soit, présente l'inconvénient de ne tenir c (...)

16Ce second groupe comprend les trois marqueurs de Copán II et de Lubaantun, et les exemples isolés de Cancuen et de Laguna Perdida (dans ces deux derniers cas il s'agit de terrains d'existence encore non prouvée : il est donc possible que de futures recherches fassent apparaître d'autres exemples sur ces deux sites). Dans tous les cas, deux joueurs sont représentés, face à face, parfois séparés par une balle. A Laguna Perdida (Morley 1938), le joueur de droite a un genou en terre (dans une attitude semblable à celle du joueur de La Esperanza - Chinkultic), l'autre étant debout. Tous deux portent des genouillères et une grosse ceinture de protection, souple. Entre les deux se trouve une balle. La situation est similaire sur le marqueur de Cancuen (cf. pl. photo no 33), sauf que les deux joueurs se font face, debout, dans des attitudes ramassées. Tous deux portent les genouillères, les protections de cuisses, des ceintures souples qui montent sous les aisselles, et de hautes coiffures en panache. Dans les deux cas, les joueurs sont accompagnés de textes glyphiques. Les marqueurs de Lubaantun montrent également des joueurs en tenue (pagne, ceinture, coiffures simples), plus schématiques, dans des attitudes plus violentes : on a l'impression qu'ils sautent, bondissent au sol... Entre eux se trouve la balle. Sur chaque marqueur, on trouve au minimum un texte glyphique. Enfin, les trois marqueurs de Copán II, décrits et interprétés par de nombreux chercheurs (Cohodas 1975), présentent trois scènes distinctes. Le marqueur nord montre deux personnages en tenue, séparés par une balle suspendue au bout d'une corde. Le joueur de gauche est agenouillé, l'autre est debout, devant une plante. Le personnage de gauche est vêtu comme un joueur et son attitude est comparable à celle du joueur de La Esperanza - Chinkultic. L'autre a une posture plus figée et ne semble pas pouvoir être considéré comme un joueur. Le marqueur central montre deux joueurs en tenue, un genou en terre, de part et d'autre d'une balle sur laquelle est inscrit un glyphe. Alors que le joueur de gauche porte la tenue maya typique (ceinture souple montant aux aisselles...), celui de droite a une ceinture un peu plus simple, sur le devant de laquelle on voit une tête de profil qui évoque une "hacha". De plus, son gant est zoomorphe. Le marqueur sud enfin montre deux personnages en tenue, séparés par une balle suspendue. Le joueur de droite (au contraire de ce qui est décrit sur le marqueur nord, est agenouillé, tandis que le joueur de gauche se tient debout, devant une plante desséchée. Dans les trois cas, les joueurs se tiennent sur des socles, sur lesquels on voit soit des masques de divinités, soit des dessins de type glyphique. En définitive, et sans préjuger du sens particulier des trois marqueurs6, il est possible de constater que les trois doivent être considérés ensemble, formant un tout, de style narratif. Le parallèlisme des marqueurs sud et nord, les différences d'attitude et l'absence de textes importants (autres que quelques glyphes sur le marqueur central) permettent de considérer ces trois sculptures comme la description continue d'un évènement (rite ou symbolisme mythique) et par voie de conséquence, on peut concevoir qu'il en soit de même pour les trois marqueurs de Lubaantun (Pl. photo no 32-33.)

17En fonction des conclusions précédentes, l'iconographie des marqueurs s'éclaire partiellement : on est en présence de sculptures qui possèdent une logique interne. D'une part certains groupes de marqueurs s'organisent de façon à décrire un évènement ou un mythe, d'autre part il existe des marqueurs isolés (Toniná, Chinkultic...) qui ont une valeur propre, comparable, mais leur isolement rend nécessaire la présence d'un texte explicatif (les glyphes de la périphérie). L'analyse des marqueurs de Toniná (en fonction, comme on le verra ci-dessous, de l'iconographie d'ensemble du terrain), et surtout des deux exemples de Tenam Rosario (avec leur contraste guirlande-épieux, interprété par P. Agrinier comme une opposition entre la paix et la guerre) devrait permettre de souligner ce contraste entre les deux groupes, et éventuellement de définir leur symbolisme respectif.

B) Les sculptures à tenons

18Elles sont d'une étude beaucoup plus simple, mais en même temps plus problématique, car la présence de sculptures de même type sur d'autres structures rend parfois douteuse leur identification. On a ainsi (Miles 1964-65) identifié des sculptures à tenons sur des sites sans terrains connus, à Los Tarros ou Panteleón par exemple. Ce sont des sculptures qui représentent le plus souvent des têtes d'animaux (parfois on a trouvé des têtes humaines et même, dans certains cas, des corps entiers) montées sur un tenon, verticalement ou horizontalement (pl. photo no 34).

19Trente sites ont ainsi fourni plus de 50 exemples de ce type de sculptures, sans compter cinq sites sur lesquels, à l'emplacement des tenons sur les terrains, on a trouvé des trous de la forme et des dimensions requises (ce sont les sites de Chutixtiox, Comitancillo, Xolchun, Xolpacol et Oncap). La majeure partie de ces sites sont localisés dans les Hautes Terres du Guatemala (13 cas) et dans les régions voisines du Motagua (9 cas), du Chiapas (2 cas) ou de la côte pacifique (1 cas). Hors de cette zone, des sculptures de ce type ont été signalées à Edzna (2 têtes) et à Chichen Itza (terrain 2 D 9 : une tête ; terrain 3 E 2 : une tête). Ces trois derniers exemples, isolés, ne peuvent être inclus ici avec certitude. Comme dans le cas précédent, les types représentés sont très différents (types II, IV, V, VII et VIII).

20Ce groupe de sculptures fait son apparition au Classique Récent (à Kaminaljuyu et à Copán II par exemple), et se continue jusqu'au Postclassique Récent (à Iximché, Mixco Viejo...). Il s'agit donc, de toute évidence, d'une variété très localisée, dont la valeur ne recoupe pas complètement celle des marqueurs puisque les deux groupes peuvent être contemporains et même, dans certains cas (Copán II et III, Toniná) coexister sur un même terrain.

  • 7 Lorsque l'on se trouve en présence d'un terrain possédant une seule sculpture à tenon (à Chalchita (...)

21Ces sculptures se présentent en général au nombre de deux7 et sont alors disposées sur l'axe transversal du terrain. Elles sont en général fixées au point de contact du talus et du mur vertical, mais dans le talus ; cela implique une différence de disposition selon les types : lorsque le talus est de faible pente, comme à Copán, La Unión..., le tenon doit être vertical, sinon il occuperait trop de place sur le talus. Par contre, lorsque la pente du talus s'accentue (types VII, VIII : Toniná, Iximché, Mixco Viejo...), la présence d'un tenon vertical poserait des problèmes pour la solidité. Par conséquent, les tenons deviennent horizontaux. Ce n'est donc pas en fonction d'un type mais plutôt en fonction de la pente du talus que joue la différence (au contraire de ce que Borhegyi souhaitait démontrer).

22Il existe trois terrains, au minimum, sur lesquels on a découvert plus de trois sculptures à tenon : Toniná (3 tenons plus une sculpture isolée) ; Copán (6 perroquets à tenons verticaux) et Guaytan (terrain no 2 : 5 têtes de serpents). Selon le principe de symétrie, on sait que chaque terrain comptait six sculptures à tenons, réparties à raison de trois par structure latérale, une au centre et une à chaque extrémité des talus. Elles déterminent ainsi deux axes longitudinaux (un le long de chaque talus) et trois axes transversaux, aux extrémités et au centre du terrain. Sur les terrains de Toniná et de Copán II et III, ces axes se croisent avec l'axe longitudinal central indiqué par les marqueurs : la combinaison aboutit par conséquent à la présence de deux axes qui se croisent au centre (Copán II), ou à celle de trois axes longitudinaux et trois axes transversaux à Toniná et Copán III, délimitant ainsi quatre zones différentes, dans l'allée.

23Mis à part leur rôle dans la détermination des axes, il est probable que les sculptures à tenon aient également une autre fonction ; il est cependant difficile de la déterminer. Ils peuvent avoir servi de marqueurs ou de buts ou avoir une fonction symbolique, dans le cadre de la signification du jeu et du terrain.

  • 8 On ne note qu'une seule exception, à Chichen Itza (str. 2 D 9), où une sculpture à tenon a été ide (...)

24De ce point de vue, il est difficile d'aller au-delà d'une simple constatation sur la nature même des sculptures : ce sont, dans la plupart des cas, des représentations zoomorphes en ronde-bosse, têtes de serpent, de perroquet ou de jaguar, dans l'énorme majorité des cas8. Leur symbolisme est d'autant plus difficile à définir que dans certains cas ces sculptures montrent un visage humain dans la gueule de l'animal : s'agit-il alors d'un homme porteur d'un masque ? Les associations mêmes des animaux sont très mal définies : le jaguar par exemple est à la fois associé à la terre, à la nuit... Et, quant aux animaux que l'on aurait tendance, d'après les affirmations des chroniqueurs (et en dépit du décalage chronologique) à identifier au jeu (le singe...), ils ne sont pas représentés dans ce groupe. Il existe cependant un autre groupe qui inclut des têtes anthropomorphes et des corps humains entiers, sur des sites comme Guaytan (deux sculptures, têtes), Iximché (str. C 7 : une tête humaine à tenon), Tenam Puente (deux captifs) et Toniná (str. H 6/2-3 : six captifs). Il est évidemment un peu abusif de classer ces deux groupes de sculptures ensemble puisque rien ne permet d'affirmer que les têtes seules peuvent représenter des captifs. Mais le fait que, dans les deux cas, il s'agisse de représentations anthropomorphes, les fait considérer à part. Dans le cas de Toniná et de Tenam Puente, il s'agit avec certitude de corps en ronde-bosse, montrés à genoux, les bras liés derrière le dos. Bien que les attitudes diffèrent légèrement, comme le démontre le point d'attache du tenon (sur les fesses à Tenam Puente, sous les genoux à Toniná), la signification est apparemment la même. On connaît relativement peu de choses sur le terrain ou le site de Tenam Puente, mais à Toniná, l'iconographie du terrain cadre parfaitement avec celle du site : le thème du captif occupe en effet une place essentielle dans la sculpture du site, et sur le terrain même ce thème revient douze fois ; on compte six sculptures à tenons et six panneaux (cf. ci-dessous) présentant la même iconographie. Ce point est à mettre en relation avec le motif du marqueur central : un dignitaire assis en tailleur, tenant dans les bras une barre cérémonielle ; il est dès lors évident (Baudez et Becquelin, en préparation) que le thème central consiste dans le problème de la captivité. S'agit-il de véritables captifs ? De représentations symboliques ? Il est toutefois certain que jouer se rapporte non pas au jeu lui-même ou à son sens propre, mais à une fonction autre, plus importante, dans laquelle la captivité joue un rôle précis. C'est la captivité que l'on célèbre par le jeu, que ce soient des conquêtes ou des prisonniers ou, de façon plus abstraite, le principe même de la Conquête. Les textes qui accompagnent les panneaux peuvent éclairer ce point.

C) Les panneaux

25Ils n'ont été identifiés que sur 8 sites, et on enregistre parmi eux une plus grande variété que parmi les autres types de sculptures associées. Sur plusieurs sites (Piedras Negras K 6, Chichen str. 1-2, Palo Gordo), on n'a noté que la présence d'un panneau isolé en général, disposé sur le talus, tandis que sur d'autres sites il s'agit de véritables ensembles, comme à Chichen Itza (terrains 3 C 10, 2D9, 2 D1, Monjas ou groupe Est), à Toniná (str. H 6/2-3) et au Tajín (str. 5-6 et 24-25). Ce sont, dans tous les cas, des pierres rectangulaires, de dimensions très variées, sculptées en bas-relief et les motifs eux-mêmes reflètent cette grande variété.

  • 9 Il est possible que certains panneaux analysés au Chapitre V (IIe Partie) et trouvés hors de leur (...)
  • 10 Dans ces derniers cas, le style, comme la position des panneaux, permettent de les considérer comm (...)

26Si le nombre de sites envisagés est faible (8 au total)9 leur répartition est très différente des cas précédents : on trouve des panneaux sur des terrains de la côte du Golfe, au Yucatan (Chichen Itza), au Chiapas et dans les Hautes Terres du Guatemala10.

  • 11 Ce n'est pas sur l'occupation d'ensemble du site, continue pendant ces deux périodes, que l'on dis (...)

27Du point de vue de la datation, le problème se complique du fait de controverses assez importantes, au sujet du placement chronologique de certains sites, encore mal connus, paradoxalement. Si on ne connaît pas de doutes sur la datation classique récente de sites comme Piedras Negras, Palo Gordo ou Toniná, le problème est déjà plus complexe en ce qui concerne Chichen (dans le Quiché) ou Cobá : sur le premier site, une même phase semble regrouper le Classique Récent et le Postclassique Ancien, tandis que, pour Cobá, l'appartenance au Classique Récent (présence de stèles datées...) se complète par l'existence d'influences mexicaines (les anneaux : ci-dessous), encore mal datées, et qui peuvent être apparues aussi bien au Classique Récent qu'au début du Postclassique. Le placement chronologique d'El Tajín reste encore incertain : on hésite encore entre le Classique Récent (plus probable) et le début du Postclassique Ancien11 (Il en va de même pour Chichen Itza, au sujet duquel se déroule une double controverse : la plupart des auteurs (Tozzer 1957, Ruppert 1952...) admettent traditionnellement une position au début du Postclassique, avec une occupation classique récente, auparavant. Ces mêmes auteurs considèrent en général les rapports de ce site avec les cultures du Haut Plateau dans le sens d'une influence de Tula sur Chichen Itza (Ruz 1962, 1964a et b). La nature de cette influence s'est vue modifiée, en même temps que sa date, par Thompson (Maya History and Religion 1972), dans le sens d'une double influence, l'une au Classique Récent, l'autre, de Tula, au début du Postclassique. Mais une autre école (Parsons 1967-69, Pasztory 1972, Cohodas 1975) tend à considérer que l'occupation de Chichen Itza (et en particulier la construction du terrain...) remonte à ce qu'ils désignent sous le nom de Classique Moyen, et que nous préférerions désigner par le terme "débuts du Classique Récent". Cela implique que certains traits considérés jusqu'à présent comme reflétant une influence toltèque (entre autres choses les panneaux du terrain 2D 1) seraient en fait l'expression d'une culture locale ou plutôt le résultat d'un apport d'autres cultures (Moser 1975). On rejoint ici, partiellement, l'idée de Kubler (1962) sur la possibilité d'une influence qui aurait joué dans le sens Chichen Itza-Tula. On a vu plus haut que, selon nous, cette deuxième série d'hypothèses semble plus plausible, au sens où il a été possible de constater à Chichen Itza l'existence de traits mexicains mais non toltèques (la décapitation...), et d'autre part, où certains éléments à Tula (le terrain no 2) semblent tenir leur origine dans des influences venues du Yucatan. Il semble par conséquent que l'on doive envisager d'un côté l'existence d'influences mexicaines antérieures, durant le Classique Récent, d'autre part la possibilité d'échanges, à double sens, entre Tula et Chichen Itza, au début du Postclassique. Dans la mesure où l'on attribue à ces influences mexicaines antérieures une origine de la côte du Golfe, on retombe ici sur le problème de la datation d'El Tajín, et de la culture de cette région. Il est tout au plus possible de considérer une date du Classique Récent, en l'absence de données plus précises.

28Cependant l'examen de la fonction de ces panneaux peut fournir quelques données sur leur date. Leur position, tout d'abord, permet de les considérer non comme des buts ou des éléments jouant un rôle dans le jeu ; sur deux terrains tout d'abord (Cobá, str. du groupe D, et Chichen Itza 3D 4), les panneaux occupent des positions hors du terrain : sur la superstructure à Chichen Itza, ou au sud du terrain à Cobá. Dans un autre groupe de sites (Toniná, Piedras Negras K 6, Chichen str. 1-2, Palo Gordo), les panneaux sont disposés sur les talus, au centre ou aux extrémités. A Chichen Itza (str. 2 D 1, 3 C 10, 2 D 9, Nonnes et groupe Est), ils sont sur les bords verticaux des talus et des banquettes. Enfin, à El Tajín, ils sont sur les murs des structures latérales. Si la position ne signifie rien par elle-même, par contre on peut constater que sur plusieurs sites (Chichen Itza, Toniná, El Tajín), les alignements de panneaux définissent des axes longitudinaux (le long des talus ou des structures latérales) et transversaux (aux extrémités et au centre du terrain). On retrouve ici le même type de répartition que dans le cas des sculptures à tenons, aspect souligné à Toniná par le fait que chaque panneau est associé à et complète, sur le plan iconographique, un captif à tenon. C'est donc plutôt sur le plan de l'iconographie qu'il convient d'orienter les recherches.

29Il convient ici de ne pas envisager l'étude iconographique par thèmes, mais par ensembles ou par terrain. Un premier ensemble regroupe les panneaux de Chichen et de Palo Gordo, qui montrent un oiseau : ce sont deux perroquets gravés à Palo Gordo (donc un motif comparable à celui d'un certain nombre de têtes à tenons) et un oiseau non identifié à Chichen. Un deuxième groupe réunit les deux dalles de Cobá, qui représentent des captifs agenouillés, dans des attitudes de suppliants, et les six dalles de Toniná où le sommet de chaque dalle montre le bas du corps (genoux et pagne) des captifs représentés sur les sculptures à tenons, tandis que le reste du panneau comporte un texte de huit glyphes qui accompagne le motif principal. Si l’on ne peut se prononcer dans le cas de Cobá, dans le cas de Toniná il est évident que l’iconographie des panneaux ne vaut pas par elle-même, mais seulement dans le contexte d'ensemble du terrain ; on retrouve ici le lien entre le thème de la captivité et le dignitaire du marqueur central envisagé ci-dessus. A Piedras Negras enfin, le panneau montre deux joueurs et une balle engagés dans une partie : on peut noter ici une ressemblance, due à la simplicité des costumes, avec les marqueurs de Lubaantun.

30A Chichen Itza, l'iconographie varie légèrement en fonction des terrains. Le cas du terrain 3 D 4 (où le panneau est localisé dans la superstructure) se rapproche des précédents : huit guerriers "toltèques" tiennent huit "mayas" par les cheveux, ce qui est un symbole de captivité. Le caractère guerrier est ici mis en valeur, de façon nette. Par contre, sur les panneaux des autres terrains (à l'exception du terrain 2 D1), les personnages représentés sont toujours des joueurs en tenue, parfois en cortèges (str. 2 D 9 et groupe des Monjas), accompagnés de balles. Sur le panneau central de la str. 3 C 10, on note la présence d'un joueur agenouillé, tandis que sur le terrain du groupe des Monjas, on remarque une tête coupée. L'iconographie du terrain 2 D 1, la plus complète, mérite une description plus approfondie : elle compte six panneaux semblables ; sur chacun, deux lignes de sept personnes en tenue (avec genouillères, sandales, ceintures, colliers, coiffures élaborées) et en outre un objet zoomorphe dans la main droite et un objet allongé et raide qui sort de la ceinture et dont l'extrémité comporte soit une tête de mort soit une gueule de serpent ou de jaguar, convergent vers le centre occupé par un objet rond, la balle probablement, sur lequel est inscrite une tête de mort (pl. photo no 35). L'un des joueurs du centre porte à la main un couteau et la tête coupée de l'autre joueur qui est agenouillé : de son cou sortent six serpents et une plante, dont les volutes couvrent le centre du panneau. Les deux équipes ou groupes de personnages se différencient par des éléments tels que les coiffures, la présence dans l'un des groupes, de colliers ou de pectoraux en forme de coquillages coupés... Ces éléments ont permis à plusieurs chercheurs de voir en eux des équipes mayas et toltèques (Tozzer 1957), ou mayas et mexicaines (Moser 1975). Cohodas (1975) cherche ailleurs l'explication en partant. d'une part du parallèlisme des représentations, d'autre part des autres données iconographiques du terrain. En effet, on constate que les panneaux sont disposés de la façon suivante :

Structure Ouest

Structure Est

Pan. Nord :

 : victime "maya" :

victime "maya"

Pan. Central :

victime "toltèque" :

victime "toltèque"

Pan. Sud :

victime "maya"

victime "maya”.

31La disposition n'est visiblement pas laissée au hasard, et l'explication de Tozzer pour le plus grand nombre de victimes mayas (par suite du fait que les Toltèques sont les conquérants), n'est pas entièrement satisfaisante. Or, Cohodas remarque d'une part le fait que l'iconographie du Temple Sud est plutôt axée sur l'aspect guerrier, tandis que celle du Temple Nord est centrée sur le culte de la fertilité (avec entre autres choses les sacrifices par décapitation) et d'autre part, il note la présence dans le Temple Inférieur des Jaguars de reliefs montrant la division du monde en trois niveaux : le monde supérieur, la terre et le monde inférieur. Les personnages des niveaux inférieurs et supérieurs présentent quelques traits communs avec les joueurs des panneaux (coiffures, colliers et pectoraux...). De cette ressemblance et de la répétition du chiffre 7 sur les panneaux (sept serpents, sept joueurs par équipe...) il déduit une conception d'ensemble du jeu qui représenterait la course du Soleil dans l'année et son passage dans le monde inférieur, en liaison avec les saisons et les problèmes du cycle agricole. Il convient de noter ici que son explication ne s'applique pas aux autres terrains du même site qui présentent cependant des points communs avec l'iconographie de la str. 2D 1. Cependant, elle est cohérente en ce qui concerne cette dernière structure puisque l'on avait déjà noté le lien des panneaux avec les cultes de la fertilité (rites de décapitation et symboles de végétation représentés sur les panneaux et dans le Temple Nord).

  • 12 Cette différence s'explique peut-être par les contextes différents, des cultes du jeu et des culte (...)

32Dans le cas du terrain Sud de El Tajín, on note également la présence de six panneaux, que l'on peut grouper de façon différente ; les deux panneaux centraux montrent une structure pleine d'eau dans laquelle se trouve un personnage, tandis que trois autres personnages et un plant de maguey occupent le reste de la surface. Sur le panneau Nord, l'homme qui se trouve dans la structure est couché sur le dos, dans la position du sacrifié (pl. photo no 36), tandis que sur le panneau Sud l'un des assistants pratique un auto-sacrifice du pénis. De toute évidence, ces deux panneaux ont une signification liée au culte de la fertilité. Les panneaux Est et Ouest de la structure Sud montrent des scènes sans lien apparent avec le jeu : le panneau Est montre un guerrier recevant ses armes de la main d'un personnage assis. Le panneau Ouest représente un personnage couché sur le dos, bras croisés, reposant sur une structure à degrés et dominé par un oiseau (un rapace). Il est entouré de deux musiciens. Le panneau Ouest de la structure Nord montre deux personnages en tenue de joueurs, séparés par un objet rond et le signe ollin, entre les structures latérales d'un terrain vu de profil. L'un d'eux tient un couteau à la main. Sur chaque structure est assis un personnage, celui de droite ayant une tête de cerf (symbole du soleil descendant ?). Le panneau Est montre deux personnages en train de sacrifier un troisième homme en tenue, par décapitation, sur un terrain vu en coupe (pl. photo no 36). On peut tout d'abord remarquer l'abondance des scènes de sacrifice et les nombreuses allusions au culte de la fertilité. On peut également noter les différentes associations présentes. On peut ainsi regrouper les deux panneaux centraux, les deux panneaux Est et les panneaux Ouest, chaque paire contenant une scène de sacrifice. On peut aussi regrouper les deux panneaux qui montrent le terrain et les deux panneaux sans terrain, chacun contenant à nouveau une scène de sacrifice. Cohodas (1975) les regroupe de la façon suivante : d'une part les deux panneaux centraux, liés au culte de la fertilité ; deuxièmement les deux panneaux restants de la structure Nord, montrant la descente (panneau Ouest) et la remontée (panneau Est) du Soleil, dans le cadre du jeu de balle. Enfin, les deux panneaux de la structure Sud, montrant les mêmes scènes, dans un contexte guerrier. On retomberait ainsi sur une iconographie et un symbolisme semblables à ceux décrits dans le cas du terrain 2D1 de Chichen Itza. Cependant, il subsiste des imprécisions dues en particulier à des différences d'interprétation : ainsi le panneau Est de la str. Nord montrerait le sacrifice par décapitation de l'homme qui représente la Lune, afin de permettre la réapparition du Soleil, tandis que le panneau correspondant de la structure Sud montre le guerrier en train de recevoir ses armes, c'est-à-dire le jeune Soleil émergeant de la terre. Il n'y a pas ici correspondance absolue entre les deux scènes12. D'autre part, il apparaît au fil du raisonnement une certaine assimilation entre course du Soleil dand l'année et course journalière, ce qui gêne parfois l'interprétation. On peut cependant retenir de son argumentation le lien culte de la fertilité - rites de décapitation - jeu de balle, ainsi que l'existence de points communs avec l'iconographie de Chichen Itza. De ce point de vue, l'auteur néglige un point significatif : on constate sur les deux sites (sur les panneaux du Tajín et sur les bas-reliefs du Temple Sud de Chichen Itza) la présence de motifs similaires qui confirment le rapprochement entre l'iconographie des deux terrains (pl. photo no 37).

33En ce qui concerne l'iconographie des six panneaux du terrain Nord d'El Tajín, tous présentent des motifs semblables, soit des hommes, debout ou assis, vus de face, et accompagnés de motifs serpentins. Il peut s'agir, ici aussi, de scènes liées à des sacrifices, mais ce n'est par certain.

34En définitive, trois thèmes majeurs ont pu être identifiés ici : la captivité (Cobá, Toniná, Chichen Itza 3D 4), la guerre (El Tajín, Chichen Itza 3 D 4) et le culte de la fertilité (Chichen Itza, El Tajín), en liaison avec les sacrifices par décapitation. Ces trois thèmes sont liés de façon évidente et se retrouvent dans le cadre du jeu qui symbolise ou imite des évènements à l'origine des trois activités : le terrain est le lieu de l'affrontement entre équipes rivales, et le jeu peut symboliser la guerre, comme le conflit entre forces nocturnes et diurnes, entre forces de mort et forces de vie, entre l'aridité et la fertilité...

D) Les anneaux (tlachtemalacatl) (pl. photos no 38, 39, 40)

35Ils posent un problème différent des autres sculptures. En effet, leur lien avec les terrains reste curieusement problématique, puisque très peu ont été identifiés in situ (même si plusieurs ont été découverts sur des terrains), alors que les chroniqueurs font d'incessantes remarques sur leur rôle dans le jeu, comme buts. D'autre part, un nombre important d'anneaux provient de sites sur lesquels on ne connaît pas de terrains, comme Mixquic, Texcoco, El Baúl, Tepeaca... Logiquement, leur étude aurait dû être subdivisée en deux, un groupe étant étudié en même temps que les sculptures isolées. Cependant, la quasi certitude que l'on possède sur la fonction de la majorité d'entre eux, et le lien de la moitié avec des terrains existant (ou ayant existé, sur des sites détruits de la vallée de Mexico) permettait de regrouper leur étude ici. Ce sont de simples anneaux de pierre, montés sur un tenon fiché dans la paroi (au sommet du talus ou du mur vertical) du terrain.

36La majorité viennent de la vallée de Mexico, de sites comme Mixquic, Amecameca, Los Melones, Texcoco, Tlahuac..., et des zones voisines ; on en a trouvé à Tula, Xochicalco, Teotenango, Tepeaca, Calixtlahuaca, Yahualica... Cette répartition est reflétée dans les représentations des codices (cf. 1ère Partie, Chap. IV). Mais on les trouve aussi sur d'autres sites isolés, au Guerrero (Cerro de Los Monos, La Ciudad, La Soledad de Maciel), au Veracruz (Chachalacas, Cotaxtla, Tapapulum, Vega de la Peña, Vega de Alatorre) et dans la Huasteca voisine (Cerro Cebadilla), au Yucatan (Cobá, Chichen Itza, Uxmal et peut-être Hochob), au Chiapas (El Transito), à Oaxaca (Piedra Siempre Viva ?), sur la Côte Pacifique (El Baúl) et au Honduras (Naco) En 1932, Blom, considérant ces anneaux comme une partie essentielle des terrains, avait même avancé l'hypothèse de l'utilisation d'anneaux en bois (c'est ainsi qu'il interprétait le terme "baté" dans le Popol Vuh), transportables, pour expliquer l'absence de ce type de sculptures sur certains terrains. Le terme de "baté" ne se traduisant pas par anneau (cf. ci-dessus 1ère Partie, Chap. III/5), son hypothèse tombe d'elle-même. A notre connaissance, la répartition des anneaux n'obéit donc qu'au seul critère des objets identifiés comme tels, en pierre.

37Un autre élément vient d'ailleurs contredire l'hypothèse de Blom : le placement chronologique des anneaux est en effet largement postérieur à l'apparition des terrains. Lorsqu'ils sont datés, en effet, les anneaux sont toujours de la fin du Classique Récent ou plutôt du Postclassique Ancien : à Tula, Xochicalco, Teotenango... De plus, on les a trouvés sur des sites non fouillés mais datés de la même époque, au Veracruz, au Guerrero... Enfin, lorsque, comme à Uxmal et à Cobá, ils sont fichés dans les parois d'un terrain du Classique Récent, on a pu constater (Ruz 1958) qu'ils représentent en fait des ajouts postérieurs, attribués aux influences mexicaines du Postclassique.

  • 13 Il est notable que l'on n'ait pas trouvé d'anneaux sur les terrains de Tula Chico, site voisin, du (...)

38Les premiers anneaux datés sont ceux de Xochicalco et de Teotenango, sites dont l'occupation se situe aux derniers siècles du Classique Récent et au début du Postclassique Ancien. Les anneaux des terrains de Tula seraient eux-mêmes postérieurs13 ainsi que ceux du Yucatan, mal datés, mais qui ne sont pas contemporains de la construction des terrains. La plus grande partie des autres exemples, que ce soit au Veracruz (Chachalacas), dans la Huasteca (Cerro Cebadilla), dans le Centre Nord (El Jaral)... n'apparaissent qu'au Postclassique, conjointement avec une influence toltèque, identifiée d'après la céramique... On a cru pendant assez longtemps que la stèle 8 d'Edzná (Ruz 1945a) représentait un joueur bondissant vers l'anneau ; cela aurait permis de faire remonter leur ancienneté au Classique Récent, dans la zone maya. Un examen de cette stèle (cf. pl. photo no 6) montre que l'objet circulaire en question contient un glyphe inscrit (une tête de mort), semblable à celui qu'on trouve sur les balles des panneaux de Chichen Itza...

39Il est donc évident que l'on se trouve en présence d'une balle, et par conséquent il convient de chercher ailleurs l'origine des anneaux.

  • 14 On a noté, à Xochicalco, la présence d'une tête de perroquet semblable à celle de Copán ou des Hau (...)

40La première certitude vient de ce que les premiers anneaux connus ont été identifiés sur des sites du Haut Plateau mexicain ; ils apparaissent à peu près en même temps que les premiers terrains de cette région. Il est donc clair que l'idée du jeu de balle et l'usage des anneaux apparaissent conjointement. On peut alors se demander pourquoi, dans cette région, les anneaux remplacent les marqueurs, têtes à tenons...Or, on connaît l'existence d'un jeu particulier à cette région à une époque antérieure : il s'agit du jeu avec stèles et battes pratiqué à Teotihuacan (cf. IIème Partie, Chap. VI). Dans ce jeu, des stèles composites servent de buts, et leur sommet est toujours constitué par un disque de pierre. La fonction particulière de ce disque est inconnue, mais il existe une ressemblance certaine entre eux et les anneaux. On trouve de ces stèles à La Ventilla, à Kaminaljuyu, à Bilbao, et sur divers sites du Guerrero (Cerro de los Monos, Tecpan, Petatlan). Il est donc possible de présenter l'hypothèse suivante (Taladoire 1970, Solis Olguín 1975) : l'idée d'utiliser des anneaux pour le jeu proviendrait de la fonction de ces stèles composites ; seule la position différente des anneaux (au milieu des structures latérales) aurait entraîné leur modification, c'est-à-dire la présence du trou central par lequel peut passer la balle. Quant à la position même des anneaux, elle reflèterait celle des sculptures à tenons14.

41Les anneaux occupent en effet une position au sommet des talus ou au pied des corniches, semblable à celle des sculptures à tenons. On n'en compte jamais que deux par terrain, sur l'axe transversal central. Sur certains terrains, ils se combinent avec d'autres éléments (panneaux à Chichen Itza par exemple) pour déterminer cet axe. Ils jouent ainsi un double rôle de limites de zones et de buts.

42En ce qui concerne ce dernier point, il convient de noter une grande cohérence dans les dimensions ; à l'exception d'anneaux miniatures, comme sur le terrain 2D9 de Chichen Itza (dans ce cas, il est difficile de connaître leur fonction exacte), pour les 15 exemples dont on a pu relever les dimensions, le diamètre extérieur est compris entre 0,57m et 1,20m, tandis que le diamètre de l'orifice va de 0,16 à 0,32m. Les diamètres les plus importants (1,20m et 0,45m) correspondent aux anneaux du terrain 2D1 de Chichen Itza, placés à plus de 7m de haut, c'est-à-dire moins accessibles. Il semble donc que la difficulté d'accès corresponde à des diamètres plus importants, afin de compenser le problème pour le jeu.

  • 15 Mais son étude, fondée sur l'iconographie, l'amène à négliger les anneaux sans sculptures tels que (...)
  • 16 Il faut rappeler ici que Durán parle du singe comme du symbole présent sur certains anneaux, et qu (...)

43Du point de vue iconographique, on note la présence d'éléments très divers, tels que des animaux, des symboles solaires ou célestes, des personnages... Solis Olguín (1975) a proposé une classification en quatre groupes, selon les thèmes15. Un premier groupe réunit les anneaux dont l'iconographie se rapporte à des thèmes solaires, tels que les Chalchihuites (sur des anneaux du Plateau), les rayons de soleil (l'anneau du Musée de Cuernavaca), les oiseaux (aigles, comme à Aparicio), ou des personnages déguisés. Un autre groupe contient les anneaux sur lesquels on peut identifier des symboles lunaires (couteau de pedernal inscrit dans un cercle ou scènes de décapitation) ; un troisième groupe montre des symboles divers tels que des coquillages ouverts, le signe ollin, le soleil... Il manque (volontairement, selon l'auteur), dans cette classification des symboles relevés sur des anneaux du Yucatan, par exemple : serpents entrelacés à Chichen Itza, glyphes à Uxmal, ou sur d'autres sites : singe à Calixtlahuaca, squelette sur un anneau du Musée, grenouilles sur un autre anneau du Musée de Mexico. Il est impossible d'envisager ici une étude d'ensemble, puisque plus de la moitié des anneaux n'a pas été décrite ni illustrée. Souvent même, comme à Piedra Siempre Viva (Berlin 1951), l'identification des anneaux reste très sujette à caution. L'auteur parle d'abord de statues, puis les assimile à des anneaux, mais ne les illustre pas. Il serait donc nécessaire de procéder à une étude d'ensemble de ce type de sculptures avant de pouvoir envisager une étude systématique de l'iconographie et du symbolisme. On peut toutefois remarquer, en fonction des données fournies par Krickeberg et Solis Olguin, et de nos propres observations, certaines directions de recherche. Les thèmes astraux (soleil, lune...) apparaissent de façon assez nette, comme il est logique, compte tenu de la datation de nombreux anneaux (période postclassique récente, civilisation aztèque) ; dans cet esprit, on peut noter le lien des représentations de la lune avec les scènes de décapitation et les couteaux de sacrifice. Un autre groupe est associé à des représentations animales : singes (animal souvent lié au jeu)16, serpents (symboles terrestres liés au culte de la fertilité), grenouilles (liées à l'eau). Enfin on note la présence de symboles associés au culte de Quetzalcoatl, dieu civilisateur, dont l'origine peut remonter aux cultes agraires (coquillages tronqués, comme les pectoraux des joueurs de Chichen Itza...). En définitive, deux thèmes dominants apparaissent progressivement : d'une part des symboles liés au culte de la fertilité (les symboles terrestres, le culte de Quetzalcoatl, la lune, les rites de sacrifice par décapitation...), d'autre part des symboles astraux, peut-être présents sur des anneaux de terrains plus récents mais qui présentent des contrastes entre symboles solaires et lunaires... Si l'on se reporte au mythe de Huitzilopochtli, tel que le relate Tezozomoc, on constate la même opposition entre la lune et le soleil, mais avec un arrière-plan de culte de la fertilité (Huitzilopochtli fait apparaître l'eau et la végétation du centre d'un terrain). Il est donc possible que, dans ce second groupe, on soit de nouveau en présence du même culte, dans un contexte religieux différent, où l'accent porte plutôt sur l'aspect astral, par opposition à l'aspect purement agricole et terrestre du culte antérieur.

E) Les autres éléments

44On a pu relever, au cours de l'étude, la présence de certains éléments isolés, en rapport avec les terrains : il s'agit, dans la plupart des cas, d'associations secondaires, qu'il convient de mentionner ici, mais qui n'apportent à cette étude que des informations partielles, du fait même de leur caractère particulier.

45Le premier type d'éléments consiste en la présence sur deux sites des Hautes Terres du Guatemala (Caquixay et Huil) de restes de sculptures en stuc (des têtes à Caquixay), au centre des monticules, à l'emplacement des sculptures à tenons. Ces sculptures définissent ainsi l'axe transversal central, mais il est difficile d'envisager leur utilisation comme buts, à cause de la fragilité du stuc. Il faut rappeler ici, par ailleurs, que ces deux terrains sont du type IV, dans lequel on n'a relevé qu'un seul exemple de sculptures à tenons, à Chalchitan.

46Sur plusieurs sites, on a noté la présence de lignes de pierres, en divers emplacements. A Copán III et à Piedras Negras, ce sont des sculptures assez fines qui partagent en deux les talus, le long de l'axe transversal central. Dans le cas de Copán III, cet alignement vient confirmer le rôle des têtes à tenons et du marqueur central. A Chichen Itza (str. 3 C 10) et à Tikal, des pierres alignées ferment l'allée à chaque extrémité, lui donnant ainsi une forme rectangulaire. Dans le cas de Tikal (str. 5D 42-5E 31), il s'agit de véritables murs de fermeture, datés du Postclassique. Le terrain est donc, à cette époque, utilisé de façon différente (comme site d'habitation ?). Il est possible (mais non prouvé) que ces lignes de pierres soient également postérieures à l'utilisation du terrain de Chichen Itza. Sur le même site (terrain proche des Monjas), une ligne de pierres partage l'allée transversalement, au centre : son rôle est donc comparable à celui des lignes relevées à Copán III. Enfin, sur le terrain de la "Finca Las Delicias", on a pu noter une seule ligne de pierres, à l'une des extrémités du terrain. Son rôle n'est pas défini.

47Sur quelques sites, des stèles sont associées, de façon plus ou moins nette avec les terrains. Sur plusieurs sites (Calakmul, st. 60 ; Cobá, st. 9 et 10 ; La Lagunita), il s'agit d'une simple proximité, peut-être sans lien véritable. A Copán III, la stèle se trouve sur la structure terminale Nord, dans l'axe de l'allée. Il existe donc un lien matériel plus net mais difficile à préciser : il peut s'agir d'une stèle dédicatoire du terrain, ou d'un autre évènement. A Piedra Siempre Viva, Berlin (1951) mentionne la présence de statues sur le terrain, mais les assimile ensuite à des anneaux (cf. ci-dessus) ; le même Berlin reporte aussi l'existence d'une statue brisée sur le terrain de Los Chilillos. Dans les deux cas, il n'est même pas possible d'affirmer si le lien entre les sculptures et les terrains existe réellement. Le cas le plus intéressant reste celui du terrain de Chinkultic, puisque sept stèles ont été identifiées à proximité du terrain ou même sur le terrain. Il est évident que, dans la plupart des cas, il s'agit de sculptures tombées, peut-être déplacées. On ne peut donc pas affirmer si un lien réel les unit au terrain. Cependant, on a pu noter la présence, sur la partie postérieure de la structure Sud-Ouest, de deux bases de stèles, bien identifiées : l'une d'elles contient d'ailleurs encore une stèle, in situ. Il est donc certain qu'une partie au moins des sept stèles jouait un rôle dans le contexte d'ensemble du terrain. Il ne peut pas s'agir de marqueur ni d'éléments liés au jeu, mais seulement de liens iconographiques ou abstraits, que seul le déchiffrement des inscriptions permettra de définir.

48Sur quelques sites seulement subsistent des traces de peinture : une ligne de points sur une structure latérale à Oncap, des lignes sur le sol à Amapa, de la peinture rouge à Uxmal, et plusieurs fragments de stuc peint (en plusieurs couleurs : rouge, jaune, vert, bleu) à Toniná (str. H 6/2-3). Si le rouge domine, dans ces rares exemples, ce n'est donc pas la seule couleur, et dans le cas de Toniná, il est presque certain que la peinture devait compléter l'iconographie d'ensemble du terrain. On ne connaît cependant pour l'instant aucun exemple dans lequel la peinture aurait été suffisamment bien conservée pour permettre son étude. Tout au plus peut-on remarquer le rôle de la couleur rouge, dont l'importance avait déjà pu être constatée lors de l'étude des codices (Ière Partie, Chap. IV/10).

  • 17 Lorsque l'on a pu identifier des sépultures, lors de la fouille d'un terrain, il s'agit évidemment (...)

49Enfin, deux derniers groupes de données peuvent être envisagés ensemble : les caches et les sépultures17. On a ainsi identifié des enterrements axiaux à Tikal (str. 5D78-81 : le terrain triple), sous chacune des structures latérales, et à Piedras Negras (str. K 6) au centre de l'allée. Les caches ont fréquemment été découvertes en association avec des marqueurs au centre des terrains, à Toniná (str. H 6/2-3) et à Chapatengo ; elles occupent aussi, sur des terrains sans marqueurs, le centre de l'allée, à Bashuc, Rancho San Nicolás, et divers emplacements à Piedras Negras (str. R 11) et à Toniná (sous les deux autres marqueurs), à Bashuc (sous une structure latérale). A Kaminaljuyu (groupe de La Granja), on a découvert une cache au centre du terrain, contenant un os de cheval, donc postérieure à la Conquête ; ce point souligne l'importance du centre et du terrain, et le maintien de l'idée du jeu postérieurement à l'arrivée des Espagnols, et à l'abandon du terrain en tant que tel. Dans les autres exemples, les caches contiennent des objets de valeur, tels que des perles (à Toniná), du jade (au Rancho San Nicolás), des vases (un vase maya à Chapatengo)... Il est évident que ces sépultures et ces caches ne jouent qu'un rôle symbolique dans la consécration du terrain ou des marqueurs. Le côté précieux des offrandes marque l'importance accordée au jeu, aux terrains et, en particulier, au centre.

III/2. SYNTHESE DES DONNEES ICONOGRAPHIQUES

50Cette synthèse portera tout d'abord sur les données décrites dans les paragraphes précédents. Dans un deuxième stade, on tentera d'unifier les données recueillies, avec les conclusions de l'étude des données archéologiques (IIe Partie, Chap. V), afin de déterminer les grandes lignes de l'iconographie relatives au jeu : thèmes principaux, datation, localisation...

51Il est d'ores et déjà nécessaire de présenter quelques restrictions préalables. La première, et la plus importante, provient du caractère encore très fragmentaire des informations disponibles. D'une part, en effet, les données iconographiques sont très incomplètes, en ce qui concerne les sites connus (on ne dispose, par exemple, d'aucune information précise en ce qui concerne les peintures, le stuc...) et, dans la plupart des cas, les terrains n'ont jamais été fouillés, ce qui limite le nombre de données : pour ne prendre qu'un exemple, le terrain de Toniná, tel que Blom puis Thompson l'avaient décrit, comptait trois ou quatre sculptures ; il en compte maintenant onze et devait, lors de son utilisation, en comporter au minimum quinze. Or, plus des deux tiers des terrains n'ont pas encore été fouillés et sont en mesure de doubler ou tripler le nombre de sculptures associées. D'autre part, lorsque le matériel connu atteint un niveau suffisant pour permettre son étude, il est encore rare de trouver des inventaires et des travaux complets sur le sujet (cf. le problème des jougs par exemple). Dans ces conditions, il est évidemment impossible d'envisager une étude complète de chaque aspect, et l'on peut tout au plus définir quelques grandes lignes.

52Deuxièmement, le caractère fragmentaire des informations rend parfois impossible toute classification ou interprétation. Le cas des marqueurs à cupules d'Amapa, seul exemple de ce type, en est une illustration. On sera donc amené à laisser de côté certains détails, afin d'illustrer les grands thèmes de l'iconographie.

A) LES THEMES ICONOGRAPHIQUES IDENTIFIABLES DANS LES SCULPTURES ASSOCIEES

53On a pu relever un ensemble de sept aspects principaux, parfois présents en même temps sur une même sculpture, parfois isolés. Le fait que les thèmes soient unis sur certains panneaux par exemple, permet de considérer les cas isolés comme s'intégrant dans le même ensemble.

1) Les animaux

54Présents dans de nombreux cas (marqueurs, panneaux, anneaux), ils acquièrent une importance particulière, du fait de leur rôle dans les sculptures à tenons. Dans ce dernier groupe, on a pu en effet identifier des jaguars, des perroquets et des serpents. On a cru, en outre, pouvoir identifier une sculpture à tenon à Chichen Itza, comme un chien ; cependant, cet exemple reste très isolé et encore incertain. Par contre, les trois espèces mentionnées ci-dessus font partie intégrante de l'iconographie des terrains : les serpents ont été identifiés, non seulement dans les sculptures à tenons mais aussi sur des anneaux (à Chichen Itza), des marqueurs (à Yagul) et des panneaux (à Chichen Itza 2 D1). De même, les jaguars sont présents sur les panneaux du terrain 2D1 de Chichen Itza, et les perroquets sur deux panneaux de Palo Gordo. On peut noter en outre la présence de certains animaux comme le singe (sur un marqueur de Los Naranjos et sur plusieurs anneaux), la grenouille (sur un anneau), l'iguane (à Los Naranjos), ou l'aigle (sur des anneaux et sur un panneau d'El Tajín). Il est possible de constater que la plus grande partie de ces exemples sont datés du Postclassique (en particulier en ce qui concerne les anneaux). Si certains animaux semblent faciles à interpréter (l'aigle en liaison avec les cultes solaires, le singe lié aux jeux...), il n'en va pas de même pour les autres. La multiplicité des associations, dans le cas du jaguar (la nuit, la terre...) par exemple, rend toute tentative un peu difficile. On peut cependant noter une tendance à associer le jeu avec des animaux que l'on retrouve dans les rites des cultes de la fertilité, comme le serpent, les grenouilles ou le jaguar. Cela ne constitue pas cependant le seul aspect de l'interprétation des animaux en relation avec le jeu. De plus, dans le cas des têtes à tenons, on a noté à diverses reprises, l'existence de visages dans les gueules. S'agit-il de masques ou de coiffures animales portées par des joueurs ? D'autres thèmes ? Enfin, il convient de rappeler ici que, dans de nombreux cas, les joueurs portent des coiffures complexes qui incluent des plumes, aussi bien que des représentations animales (oiseaux, jaguars...). Il est difficile d'aller plus avant pour le moment.

2) Les plantes

  • 18 Le maguey et le pulque ont des connotations nocturnes qui se rapprochent des cultes lunaires, et d (...)

55Sur plusieurs sculptures, on a reporté la présence de plantes : maguey à Copán II et à El Tajín, plantes diverses à Chichen Itza (str. 2 D 1) sortant du cou du décapité... On les trouve, sur ce dernier site, en association directe avec le sang et les serpents qui le symbolisent. Dans certains cas, la présence d'une plante permet de compléter l'ensemble du dessin, mais leur fonction ne se limite pas à cet usage. De ce point de vue, le lien sang/serpent/plante à Chichen Itza est là pour évoquer la fertilité et la végétation. A Copán II, l'opposition entre les marqueurs Nord et Sud, montrant l'un une plante desséchée, l'autre une plante pleine de vie, souligne aussi le lien avec la vie et la végétation. Enfin, la présence de maguey au Tajín est à mettre en rapport avec le lien constaté dans les codices (cf. Ière Partie, Chap. IV) entre les terrains, la déesse Xochiquetzal, la décapitation, et le maguey. On retrouve donc ici, outre le lien entre le jeu et les cultes de fertilité, une nouvelle association avec les rites lunaires18. Il semble en définitive que plantes et animaux exercent, dans l'iconographie, une fonction semblable, évocatrice des rites de fertilité.

3) Les joueurs

56Il ne s'agit ici que des personnages en tenue, représentés dans des attitudes précises évoquant le jeu. On les trouve seulement sur un nombre limité de marqueurs (Copán, Lubaantun, Chinkultic...), et sur un panneau (Piedras Negras). Ils portent, en général, soit une tenue simple (genouillère, gant, ceinture souple) (à Lubaantun et à Piedras Negras), soit une tenue complexe, avec colliers, coiffures... (à Copán) ; mais tous ont ces ceintures larges et souples, différentes de celles qui évoquent un joug. Cependant, à Copán (marqueur central), le joueur de droite a la main recouverte d'un "gant" en forme de tête zoomorphe et, à la hauteur de sa ceinture, on distingue une tête de profil, assez semblable à celle décrite sur un panneau de la vallée de l'Usumacinta (Wardwell 1967), et qui évoque une "hacha". Sur l'un des panneaux du terrain Sud, à El Tajín, deux joueurs se font face, entre les structures d'un terrain vu en coupe. Ils n'ont pas des attitudes très sportives, cependant on peut comparer ici leur tenue avec les exemples précédents : ils portent des pagnes, une petite ceinture d'où émerge un objet en forme de "palma" et, pour le joueur de gauche, une tête, des colliers, des boucles d'oreilles et de hautes coiffures. On retrouve les éléments qui caractérisent la tenue complexe des joueurs, mais aussi des éléments ("palmas", tête à la ceinture) plus rares ; on peut les rapprocher de la tenue du joueur de Copán, sans toutefois affirmer la ressemblance ou la similitude. En d'autres termes, on retrouve ici un trait déjà constaté : l'existence de tenues différentes, tant par leur complexité plus ou moins marquée que par la présence d'éléments "anormaux", mal identifiés encore.

4) Les autres groupes de personnages

  • 19 On constate les mêmes anomalies dans la tenue : à Chichen Itza (2 D 1), les personnages portent, o (...)

57Ils sont de plusieurs types, mais trouvent une certaine unité dans l'analyse. Le premier groupe est composé des personnages en tenue de joueurs, mais dans des attitudes ou des actes distincts. En effet, si les tenues présentent les mêmes caractères (genouillères, ceintures, gants...)19 les personnages se consacrent à des activités nettement différentes telles que les sacrifices par décapitation (à Chichen Itza, str. 2 D 1, et au Tajín, panneau Nord-Est du terrain Sud), processions (sur divers panneaux de Chichen Itza), ou sont simplement dans des postures d'expectative (marqueurs Sud et Nord de Copán II). Il semble difficile d'affirmer qu'il s'agisse de joueurs. Il peut tout aussi bien s'agir de prêtres personnifiant des joueurs, ou de futurs sacrifiés... C'est pourquoi il semble préférable de les considérer comme un groupe à part, dans l'incertitude où l'on se trouve. On peut noter à leur sujet l'importance du rôle religieux de leurs activités : tous sont engagés dans des actes rituels, et le fait qu'ils soient en tenue implique un lien entre le jeu et ces rites (processions, sacrifices par décapitation...).

58Un second groupe très important comprend les diverses représentations de captifs de Toniná, de Cobá ou de Chichen Itza. A Cobá, il ne s'agit que de deux panneaux représentant des captifs, en posture de suppliants. A Toniná, le thème du captif (omniprésent sur le site) constitue l'essentiel de l'iconographie du terrain avec six captifs à tenons, six panneaux. On retrouve partiellement ce thème avec les deux captifs à tenons de Tenam Puente. Enfin, dans la superstructure du terrain 3 D 4 de Chichen Itza, un groupe de guerriers "mexicains" tient par les cheveux des captifs "mayas". Il est donc clair que le thème de la captivité présente un lien avec le jeu, soit que le jeu soit une commémoration d'une prise de captifs (futurs sacrifiés ?), soit que le jeu résulte dans la captivité de certains joueurs ou autres personnages, destinés au sacrifice. Cependant le lien entre joueurs et guerriers, ou joueurs et dignitaires incite à penser que le lien unirait plutôt le jeu et des activités "politiques".

  • 20 Dans ce parallèlisme, on retrouve le même contraste qu'à Tenam Rosario : on sait en effet que chez (...)

59Les deux derniers groupes de personnages sont en effet les dignitaires (à Toniná, Yaxchilan) et les guerriers. Dans le cas des premiers, à Toniná du moins, il existe un lien encore mal défini entre le dignitaire du marqueur central et les captifs qui l'entourent. Le terrain et la sculpture associée auraient donc une signification plus politique, plus commémorative. Il pourrait en être de même à Yaxchilan, mais alors l'accent ne serait pas mis sur une relation dignitaire/captifs, mais simplement sur la présence des dignitaires. En ce qui concerne les guerriers, on les trouve à Chichen Itza (3D 4), au Tajín (les panneaux Est et Ouest de la structure Sud du terrain Sud), et à Tenam Rosario ; dans ce dernier cas d'ailleurs, on note une association supplémentaire avec un autre personnage qui incarnerait la paix sur un autre marqueur. Le guerrier s'oppose donc, d'un côté au captif, d'un autre au symbole de paix, et enfin, au Tajín, au joueur (sur les panneaux de la structure Nord). On constate, dans la plupart des cas, que chaque terrain possède sa logique propre (le contraste paix/guerre à Tenam Rosario, le parallélisme guerre/jeu20 au Tajín, le thème dignitaire/captif à Toniná...), mais que ces différents thèmes se répondent d'un cas à l'autre, chacun présentant au moins un trait commun avec un autre ensemble.

60Il faut enfin noter la présence de nombreuses têtes ou visages, sur divers types de sculptures : ce sont par exemple les têtes anthropomorphes à tenons, les visages dans la gueule de têtes zoomorphes à tenons, les têtes au niveau des ceintures, à Copán, au Tajín...

5) Les scènes de décapitation et de sacrifice

61Il existe plusieurs exemples de telles scènes. Mais il convient tout d'abord de rappeler 1'abondance de têtes isolées, têtes humaines ou animales, crânes décharnés..., relevée sur les différents types de sculptures. Les têtes à tenons sont évidemment de ce groupe, mais aussi les crânes représentés sur les balles (à Chichen Itza), au niveau des ceintures (à Copán, au Tajín), ou sur d'autres éléments comme sur les artefacts passés dans les ceintures à Chichen Itza, ou dans le dos d'un des captifs de Cobá par exemple ; ce type d'association se retrouve dans tous les groupes de sculptures, et à tous les niveaux. Son importance vient de la présence sur quelques terrains de sacrifices humains : à Chichen Itza (str. 2 D 1), deux files de sept joueurs (ou personnages en tenue de joueurs) convergent vers le centre de chaque panneau ; là, le premier personnage d'une file tient à la main un couteau et la tête coupée du joueur qui lui fait face, agenouillé : du cou de ce dernier sort du sang, sous la forme de six serpents et d'une plante florissante. Il existe donc un lien entre les joueurs, la décapitation et la végétation. Au Tajín, sur le panneau Est de la structure latérale Sud (str. 5-6), la décapitation est en cours et tous les personnages sont en tenue. On note, au-dessus du sacrifié, la présence d'une divinité plongeante, à tête de mort. Sur le panneau Ouest de la structure Nord, un personnage étendu, surmonté d'un aigle, se prépare au sacrifice, mais on ignore la forme que celui-ci prendra. On note enfin l'existence d'une scène de décapitation sur un anneau. Il existe donc un premier lien jeu/décapitation, et un second décapitation/fertilité, les deux relations étant en fait concomitantes. Ce double lien justifie en fait la présence de têtes coupées, de plantes, de symboles divers (animaux, éléments de costumes...) liés au culte de fertilité sur ou avec les joueurs et le jeu.

6) Les autres symboles

62On a pu noter, lors de l'étude des anneaux, la présence d'autres symboles, que leur seule existence relie au terrain. Il y a, par exemple, le signe ollin (mouvement) traditionnellement identifié avec le jeu. Il y a des symboles lunaires (un couteau de silex) ou solaires (des "chalchihuites", des rayons...). La présence de ces derniers n'entre pas immédiatement dans le contexte étudié ci-dessus. Mais, d'une part ils s'opposent aux symboles lunaires (or la lune est traditionnellement associée à la fertilité, à la décapitation, au pulque..., tous éléments relevés ci-dessus), d'autre part, ces symboles appartiennent surtout à une période plus tardive (le Postclassique Récent), au cours de laquelle l'aspect dominant de la religion est constitué par les cultes astraux et guerriers ; cela ne signifie aucunement que l'on doive conclure à une absence ou à une disparition des cultes antérieurs. Les Aztèques sont restés célèbres pour leur propension au syncrétisme, et la présence, chez eux, de dieux comme Tlaloc, Quetzalcoatl, Xipe Totec ou Tlazolteotl est un indice certain de l'existence de cultes destinés à la fertilité, ou de cultes agraires. Dans ces conditions, l'importance du contraste lune (associée à la fertilité)/soleil, la présence de sacrifices par décapitation..., démontrent la survie de l'aspect agraire du culte lié au jeu de balle.

B) LES APPORTS DE L'ETUDE ICONOGRAPHIQUE

63Ils sont multiples, puisque la seule présence de ces données a déjà des implications sur l'existence du jeu. Dans des régions où l'on ne connaît pas encore de terrains, à des époques où le jeu semble encore peu pratiqué, une figurine, une sculpture introduisent l'hypothèse de l'existence du jeu. C'est un point sur lequel il conviendra de revenir ultérieurement (cf. ci-dessous, paragraphe C).

  • 21 Ces données seront utilisées ultérieurement pour une comparaison entre les informations fournies p (...)

64Du strict point de vue iconographique tout d'abord, l'étude des représentations de joueurs, tant sur les maquettes que sur les sculptures associées aux terrains, a permis d'une part de confirmer l'identité joueurs-terrain, d'autre part d'analyser les tenues et les attitudes. Sur ce dernier point, on a été en mesure de donner une idée de la violence du jeu, et de définir certaines formes du jeu (balles, hautes ou basses...)21. En ce qui concerne les tenues, on a pu noter deux différences : l'une permet d'opposer des joueurs en tenue simple (marqueurs de Lubaantun, graffiti de Tikal, panneau de Piedras Negras...), à d'autres porteurs d'ornements qui seraient une gêne dans le jeu (coiffures hautes, colliers, boucles d'oreilles... comme à Chinkultic, à Chichen Itza, au Tajín...). Ce contraste indique une différenciation entre une forme réelle du jeu et une conception plus majestueuse dont la valeur tient à l'existence d'autres facteurs. La deuxième différence oppose des joueurs porteurs de ceintures hautes (elles montent aux aisselles), enroulées autour du corps, à d'autres porteurs de ceintures basses (posées sur les hanches), plus épaisses et apparemment plus rigides, proches des jougs. Il ne s'agit pas ici d'une différence dans les techniques de jeu, puisque ces joueurs sont parfois présents sur le même terrain, mais plutôt de différences régionales, la ceinture haute étant un trait maya, l'autre un trait de la côte du Golfe, importé dans d'autres régions (la vallée de l'Usumacinta ou la côte pacifique par exemple). La présence de ce type de ceinture, comme des jougs, "hachas" et "palmas", est une indication sur la propagation de cette influence.

  • 22 Ce fait explique partiellement l'existence de la première différence constatée dans les tenues et (...)

65Un autre point est le contraste entre les joueurs en action (à Lubaantun, Piedras Negras, Copán...) et les personnages en tenue de jeu (au Tajín, à Chichen Itza, sur certains vases, à Chinkultic...) engagés dans des activités distinctes : adorations (à Chinkultic), processions (à Chichen Itza), offrandes, sacrifices (à Chichen Itza, au Tajín...) ou simplement debout, immobiles (à Seibal...) ; dans presque tous les cas précédents, il s'agit d'activités rituelles, et presque tous sont revêtus de la tenue complexe avec coiffures22. Les activités constatées présentent à leur tour certains caractères constants : l'adoration et la procession sont assez fréquentes, mais il est difficile d'en déduire leur but ; tout au plus peut-on constater que la balle est deux fois l’objet d'une adoration ou d'une offrande (sur deux vases).

66Lorsqu'il s'agit d'un sacrifice, il est toujours question d'une scène de décapitation, thème qui revient d'ailleurs sur de nombreux autres exemples sous la forme de têtes isolées, de crânes, de personnages au visage décharné... Le seul cas douteux (au Tajín) ne permet pas de trancher entre une décapitation et une autre forme de sacrifice, puisque le panneau ne représente que le prélude du rituel. On retrouve ici le même lien jeu-décapitation déjà constaté dans les codices (cf. Ière Partie, Chap. IV). Ce lien permet d'établir une autre association entre le jeu et les cultes de la fertilité ; chaque fois qu'il se présente une telle scène, on constate la présence de plantes, de sang et de serpents, tous éléments présents sur de nombreux sites comme à Copán, au Tajín...

67On relève par ailleurs sur ce dernier site la présence d'un auto-sacrifice du pénis, lié également à des problèmes de fertilité. Tous ces éléments étaient également présents dans les codices.

68On retrouve ici le même lien jeu-décapitation déjà constaté dans les codices (cf. Ière Partie, Chap. IV). Ce lien permet d'établir une autre association entre le jeu et les cultes de la fertilité ; chaque fois qu'il se présente une telle scène, on constate la présence de plantes, de sang et de serpents, tous éléments présents sur de nombreux sites comme à Copán, au Tajín... On relève par ailleurs sur ce dernier site la présence d'un auto-sacrifice du pénis, lié également à des problèmes de fertilité. Tous ces éléments étaient également présents dans les codices.

69Un aspect secondaire, bien que lié au précédent, réside dans le caractère funéraire de nombreux éléments liés au jeu. On peut citer le fait que la plupart des vases ou des figurines et maquettes proviennent de mobilier funéraire, le fait que deux maquettes ont été découvertes à l’emplacement du tzompantli de Tenochtitlan, la présence de tombes ou d'ossements sur les terrains... Dans plusieurs cas, le lien avec la décapitation se trouve d'ailleurs confirmé par l'association terrain/tzompantli..., à Tula ou à Chichen Itza par exemple. Enfin, les nombreuses occurrences de squelettes, de crânes ou de sacrifices confirment cet aspect.

70Pour terminer, et de façon moins nette, tant dans le domaine des sculptures ou représentations associées que dans les cas isolés, on a été en mesure de noter certaines dispositions ou certains symboles qui donnent au jeu une valeur ou un symbolisme cosmogonique. Dans le cas du pendentif en or de la tombe 7 de Monte Alban, le terrain est traditionnellement interprété comme symbolisant le monde, par opposition aux autres éléments qui symbolisent le soleil, la lune et le monde souterrain. On a vu que, d'après Cohodas (1975), la disposition spatiale et l'iconographie des sculptures de Chichen Itza, du Tajín et de Copán, pouvaient leur conférer une valeur supplémentaire, de caractère cosmogonique : ces trois terrains symboliseraient les mouvements annuels du soleil, et sa course ; les sculptures marqueraient le passage aux équinoxes et aux solstices, dans le cadre d'une interprétation liée aux cycles agraires (saison des pluies et saison sèche, plantation et maturation du mais...). Cet aspect, bien que difficile à analyser en détail (par suite du manque relatif de données), contribue à unifier les divers caractères précédents et à donner un sens au jeu, de façon relativement uniforme, à travers les cultures et les siècles. On peut, bien entendu, envisager des différences dans les modalités et l'importance de ce culte et de ses manifestations en fonction des contextes locaux, mais le caractère constant des aspects religieux et des traits évoquant le culte de la fertilité montre le maintien de cette signification à la base du jeu.

C) APPORTS ET SIGNIFICATION DE L'ETUDE ICONOGRAPHIQUE

71La majeure partie des données considérées ci-dessus peuvent être localisées dans le temps et dans l'espace. Elles contribuent alors à donner du symbolisme du jeu une idée plus complexe mais plus exacte. Sur le plan temporel, on constate une lente apparition des premières représentations dès la fin du Préclassique (avec les premiers marqueurs, une figurine de Tlatilco, et d'autres, peut-être, de San Lorenzo ou de Tlapacoya), c'est-à-dire à la même époque que le début du développement des terrains. Il est impossible de se faire une idée de leur fonction ou de leur valeur : tout au plus peut-on supposer un lien avec l'expansion olmèque (donc de la côte du Golfe) et une utilisation funéraire des figurines. Au cours du Classique Ancien, on ne dispose que de données très insuffisantes, et ce fait reflète peut-être la relative éclipse du jeu à cette époque. On peut toutefois noter la présence de jougs dans la région de la côte du Golfe, ainsi que la représentation d'un terrain sur les peintures du Tlalocan, à Teotihuacan, lié également à la région côtière (planche 71).

72Dès le début du Classique Récent, on assiste à deux développements parallèles. En zone maya d'une part, les terrains se multiplient, et très vite ils se développent également dans d'autres régions (Chiapas, Oaxaca, la côte...). Mais en même temps, dans les cultures de la côte du Golfe, les sculptures liées au jeu et au culte se multiplient, qu'il s'agisse des jougs, des panneaux ou stèles... et très rapidement (au Classique Moyen, selon Parsons 1967-69) cet aspect connaît une expansion notable dans différentes régions comme la côte pacifique, peut-être le Yucatan... Il semble cependant que cette expansion s'effectue en deux temps, puisque des régions intermédiaires comme la vallée de l'Usumacinta (Palenque, Seibal et divers autres sites), comme le Chiapas (Toniná, Tenam Rosario) ou le Yucatan (si 1'on accepte une date plus tardive pour le développement du jeu à Chichen Itza) ne sont touchées que vers la fin du Classique Récent. Cohodas lui-même considère d'ailleurs que les panneaux du grand terrain d'El Tajín reflètent une dualité culte pacifique du jeu-culte guerrier (dualité que l'on retrouve à Chichen Itza, ou dans le thème des marqueurs de Tenam Rosario ou dans celui des captifs, à Toniná et à Cobá), caractéristique du début des cultes guerriers de la fin de cette période. Il n'est pas nécessaire d'envisager ici une double expansion, mais plutôt une expansion continue (ou des contacts) dont le caractère se modifierait avec le temps, prenant des aspects plus guerriers.

73Après un fort développement des traits iconographiques guerriers, à la fin de cette période et au début du Postclassique (avec en particulier les sculptures du Plateau mexicain : stèle de Tula et anneaux), on assiste à une lente diminution des représentations de joueurs durant le Postclassique. Un certain nombre de sculptures ou de maquettes et de figurines caractérisent cette période, mais les thèmes exprimés deviennent de plus en plus marqués par un contexte religieux différent : sur les anneaux en particulier, on constate l'importance croissante des thèmes astraux (soleil, lune...), bien que le caractère essentiel (le lien avec les cultes de la fertilité) se maintienne. Les nouvelles orientations plus guerrières et astrales de la religion modifient lentement la forme même du culte, mais le fond reste le même.

74Enfin, sur le plan spatial, les concentrations majeures de sculptures et de céramiques liées au jeu (cf. carte no 7) ont pu être constatées dans des régions précises ; au Classique Récent ce sont : la côte du Golfe et la Huasteca, certaines parties de la zone maya (la vallée de l'Usumacinta, la côte pacifique, le Chiapas et le Sud des Basses Terres, le Yucatan), et l'Occident (où il semble s'agir d'un développement local). Au Postclassique, la côte du Golfe continue à produire de telles représentations, à un rythme moindre, et le Haut Plateau et la zone mixtèque (à cause, en particulier des codices) sont les zones majeures dans ce domaine. On peut constater à ce sujet que certaines de ces régions ne possèdent encore qu'un nombre infime de terrains, sans rapport avec leur rôle par ailleurs ; tel est le cas de la côte du Golfe, de la Huasteca ou de la côte pacifique et de l'Occident, puis ultérieurement, du Haut Plateau et de la Mixteca. Il est probable que ce phénomène puisse être imputé au manque de connaissances sur certaines de ces régions ou, en ce qui concerne le Haut Plateau, aux destructions subies lors de la Conquête. On peut donc espérer voir se multiplier le nombre de terrains connus, dans les années à venir, dans plusieurs de ces zones.

III/3. LE PROBLEME DES AXES, SUR LES TERRAINS

  • 23 La seule représentation identifiée dans les planches du Codex de America (mis à notre disposition (...)

75A diverses reprises, on a noté le rôle des sculptures (marqueurs, sculptures à tenons, anneaux, panneaux) dans la détermination d'axes sur les terrains. Il convenait d'insister sur ce point pour plusieurs raisons. La première, évidente, réside dans la nécessité, dans un jeu par équipe, de disposer de camps bien définis ; or, les divers types de sculptures peuvent matérialiser ces limites. De plus, aussi bien les codices que les chroniques (Durán, Sahagun) parlent de telles lignes. Alors que les chroniqueurs se contentent de mentionner leur existence et donnent leur nom (Tlecatl), les représentations figurées des codices nous les montrent (cf. tableau no 18). Elles sont de cinq types : elles peuvent être longitudinales (fig. A), ou transversales (B), ou se croiser au centre, si les deux lignes existent en même temps (C). Le point d'intersection est alors le centre du terrain. Il existe deux autres cas : l'un possède les deux lignes précédentes, plus deux lignes transversales à chaque extrémité de l'allée (E : Aubin 19) ; l'allée est alors divisée en quatre zones, et chaque zone terminale en deux. Le cinquième cas n'est pas matérialisé dans le Codex Maggliabecchiano23, mais on peut le déduire du dessin (D). Le terrain contient deux anneaux et trois crânes sur l'axe transversal central, mais chaque angle de l'allée comprend un autre crâne : les axes latéraux transversaux sont ainsi indiqués, ainsi que deux axes qui se croisent en X au centre du terrain. Tels sont les cinq types d'axes relevés sur les représentations des codices.

76D'après la disposition des sculptures sur les terrains, on est en mesure de définir les cas suivants : trois marqueurs peuvent définir l'axe longitudinal central du terrain (fig. 1), tandis que deux anneaux ou deux sculptures à tenons définissent l'axe transversal (fig. 2). La combinaison des deux axes apparaît lorsque l'on trouve sur un même terrain deux anneaux, deux sculptures à tenons ou deux marqueurs d'une part, et trois marqueurs, sur l'axe longitudinal (fig. 3 et 4). Le cas se complique lorsque divers types de sculptures entrent en combinaison sur un même terrain. Lorsqu'un terrain contient six sculptures à tenons (Guaytan, Asunción Mita), ou six panneaux (Chichen Itza str. 3 C 10 ou gr. Est), ou six panneaux plus deux anneaux (Chichen Itza 2 D1), on note la présence de trois axes transversaux (central et latéraux), de deux axes, longitudinaux (latéraux), et éventuellement de deux axes en X se croisant au centre (fig. 5 et 6). Le problème est le même dans le cas de Copán (fig. 7) avec seulement une différence dans l'existence d'un axe longitudinal central (les trois marqueurs) : quatre axes se croisent alors au centre du terrain. Enfin, il existe une autre possibilité (constatée à Tenam Rosario et peut-être à Izapa), dans laquelle une dalle ou un marqueur placé à chaque extrémité des banquettes définit deux axes transversaux latéraux, et deux axes se croisant en X au centre du terrain (fig. 8), indiqué à Tenam Rosario par un cinquième marqueur.

77On est en mesure de faire, entre les codices et les terrains, la comparaison suivante : (Tableau no 18)

78A correspond à 1,

79B correspond à 2,

80C correspond à 3 et 4,

81D correspond à 5 et 6,

82E correspond à 7.

83Il existe donc une grande cohérence entre les lignes et axes, tels qu'ils sont représentés sur les codices et indiqués sur les terrains eux-mêmes. Dans ce domaine, on peut cependant noter deux points : il ne semble pas nécessaire ici d'envisager le rôle des axes longitudinaux latéraux, à peine marqués dans les codices et sans rôle direct pour le jeu. Par contre, il n'est pas possible de négliger les axes se croisant en X au centre du terrain, puisqu'ils sont identifiables dans de nombreux cas. Il peut ne s'agir que d'une hypothèse, car on ne saurait concevoir leur fonction, mais le cas de Tenam Rosario et de ces cinq marqueurs permet de soulever la question. Enfin, il convient de ne pas oublier que les lignes mentionnées par les chroniqueurs étaient peintes et que, malgré quelques rares exemples, la peinture a disparu de la majorité des terrains ; on ne pourra donc jamais savoir si les axes définis ci-dessus étaient les seuls représentés.

84Il reste à tenter de définir leur fonction. En ce qui concerne l'axe transversal (le plus fréquemment représenté) central, il est relativement aisé de le mettre en rapport avec la division du terrain en deux camps, confirmée par les chroniqueurs (cf. 1ère Partie, Chap. III/9). L'axe longitudinal est rarement présent tout seul (deux ou trois exemples dans les codices, Lubaantun...), mais sa valeur trouve une confirmation dans les très nombreux cas où il entre en combinaison avec l'axe transversal central. Dans les codices, les couleurs soulignent cette division. Son rôle ne peut s'interpréter que d'une façon simple, dans l'état actuel des connaissances : c'est-à-dire par référence aux jeux actuels et en fonction de certaines données ; il ne peut pas s'agir d'une division destinée à séparer deux équipes puisque l'axe transversal joue ce rôle ; il pourrait peut-être servir à diviser le terrain en zones de jeux ou de service, comme dans le tennis actuel par exemple, mais cela ne justifierait pas réellement l'importance de cette division dans les représentations figurées des codices, ni l'utilisation des couleurs pour souligner cette répartition. On a vu (Ière Partie, Chap. IV/11) que la répartition des couleurs sur chaque terrain, dans les codices, était en fait fonction du contexte. Par contre, les lignes sont toujours les mêmes et se retrouvent aussi dans la réalité. Il est donc possible d’envisager une double fonction, technique pour le jeu et symbolique pour la valeur du jeu. Il convient cependant de souligner ici qu'il est impossible de mettre, de façon systématique, ces axes en relation avec les points cardinaux, même si certains terrains (Copán, peut-être Chichen Itza 2 D 1) permettaient une telle interprétation.

85Le rôle des lignes transversales latérales (à chaque extrémité de 1'allée) est relativement plus facile à interpréter, puisque leur simple présence marque une différence entre l'allée et les zones terminales. Or, l'on sait par les chroniques (Durán…) que les zones terminales sont une partie de 1'aire de jeu dont la fonction est distincte de l'allée ; il est plus difficile d'y rattraper la balle par exemple. Dans ces conditions, il semble possible d'interpréter ces axes (beaucoup plus rarement représentés) comme de simples lignes de jeu. Il reste donc le problème des lignes unissant les angles des structures latérales, lignes imaginaires et sans valeur pour le jeu lui-même, mais dont l'existence devait être notée : les exemples de Tenam Rosario et Izapa sont trop particuliers pour pouvoir être négligés. Il est cependant impossible de pousser plus loin cette étude, faute d'un nombre de cas suffisant : ces lignes peuvent en effet avoir une valeur symbolique pratique, ou plus largement, dans le cadre du site. En l'absence de plans d'ensemble, on est pour l'instant tenu de se limiter à noter leur existence possible, et le fait qu'une fois de plus, ces lignes se croisent au centre.

Tableau no 18 – Les axes définis par les sculptures : a/ sur les terrains

Tableau no 18 – Les axes définis par les sculptures : a/ sur les terrains

b/ sur les codices

b/ sur les codices

III/4. LE CENTRE ET SON IMPORTANCE

86On doit tout d'abord noter que la plupart des axes mentionnés ci-dessus passent par le centre ou se croisent au centre des terrains ; cela est valable aussi bien pour les terrains eux-mêmes que pour les représentations figurées des codices. Il pourrait s'agir d'une simple coïncidence si, par ailleurs, le centre ne comportait une grande quantité d'éléments qui contribuent à lui conférer une valeur particulière. Le centre est fréquemment indiqué par un marqueur (Copán I, II et III, Toniná, Chichen Itza, Yagul, Monte Alban, Tenam Rosario, ou de nombreux terrains de l'Arizona, pour ne prendre que ces exemples), parfois accompagné d'une cache (à Toniná ou Chapatengo...). On peut trouver la cache seule (Rancho San Nicolás, Yerba Buena, Bashuc, Teotenango, Casa Grande) et, dans plusieurs cas, on a identifié de simples cavités, peut-être la trace d'une cache antérieure ou le réceptacle d'une sculpture (à Xolchun, Chalchitan, La Venta, Snaketown ou Jaynes Station). Sur le plan strictement archéologique, il convient de mentionner deux faits qui soulignent l'importance de ce point : à Los Cerritos-Chijoj, après l'abandon du terrain, les occupants du site ont déposé au centre un autel circulaire ; à Kaminaljuyu, on a découvert en offrande un os de cheval, enterré au centre d'un terrain abandonné : le fait qu'il s'agisse d'un os de cheval montre que, même après la Conquête, ce point conservait une valeur, de caractère religieux. Enfin, à Piedras Negras (str. K6), c'est une sépulture qui marque le centre du terrain.

  • 24 On a traditionnellement associé les marqueurs avec les pierres destinées au service (botaderas) : (...)

87Dans les représentations figurées des codices, le centre est également fréquemment indiqué par un objet circulaire (cercle, crâne, symbole de Chalchihuitl...). On peut remarquer déjà dans ces divers exemples la présence de certaines constantes : tout d'abord, le caractère précieux du centre, marqué par des sculptures, des offrandes (jade, vases, perles...), ensuite un lien avec la mort et la décapitation en particulier (les ossements, la sépulture de Piedras Negras, les crânes des codices...), enfin, le centre est le point de convergence de la plupart des axes et il constitue le centre matériel, mais aussi symbolique de plusieurs terrains. Pour ne prendre que l'exemple de Toniná (str. H 6/2-3), alors que 12 sculptures sont consacrées au thème du captif et que les deux marqueurs Sud et Nord sont lisses, seul le marqueur central montre un thème différent : le dignitaire, centre du terrain, mais aussi de l'iconographie. Il est donc certain que la valeur de ce point n'est pas seulement technique24, mais présente d'autres caractères. Une pièce permet de pousser l'analyse plus loin. Il s'agit du pendentif en or de la Tombe 7 de Monte Alban. On a vu plus haut que ce terrain symbolisait le monde, par contraste avec les autres éléments du pendentif. Or, le centre est occupé par une tête de mort (on retrouve le thème de la décapitation), qui serait donc le centre du terrain et, partant, le centre du monde. Il est ici nécessaire de faire appel à deux textes de chroniqueurs, afin de mieux comprendre ce phénomène, du moins pour la période postclassique récente.

88Tezozomoc, suivi par Veytia, donnent en effet quelques indications sur ce sujet. Dans le mythe de Huitzilopochtli, relaté par Tezozomoc, le dieu fait apparaître, du centre du terrain (appelé Itzompan : le lieu du crâne), l'eau qui permet à la végétation de croître, et aux Mexicains de vivre. C'est également par le centre que tout disparaît, au moment où le dieu l'ordonne. Veytia parle de la présence au centre du terrain d'un trou rempli d'eau, auquel il attribue une fonction comparable à celle des anneaux. On retrouve dans ces mythes trois éléments, déjà relevés à propos des terrains, d'une part une référence au crâne et à la décapitation, dans le terme Itzompan, d'autre part l'importance de l'eau et de la végétation, ce qui explique le caractère précieux des offrandes au centre (en particulier du jade), enfin l'importance du centre comme source de la végétation, origine de la vie. On retrouve ici un élément de type cosmogonique qui vient confirmer les interprétations précédentes sur la valeur cosmogonique du terrain, symbole du Monde, ou lieu d'affrontements entre forces contraires.

89L'étude de l'iconographie des terrains et celle des sculptures et céramiques isolées nous ont donc permis de dégager d'une part un ensemble de traits cohérents, présents à peu près à tous les stades de l'évolution du jeu, d'autre part de souligner 1'existence de différences mineures, dues aux contextes différents, qui marquent l'histoire même du jeu. On a déjà noté, au passage, les sombreuses ressemblances entre les informations apportées par les chroniques et les codices, et les autres données iconographiques. Il conviendra de présenter, plus loin, une synthèse de toutes ces informations (cf. IVe Partie, Chap. III), afin de déterminer le déroulement de cette histoire.

Notes

1 La plupart d'entre eux, à l'exception de deux ou trois, ont été découverts en fouilles, et plus précisément in situ. Leur identification est donc certaine.

2 Il existe quelques exemples de marqueurs carrés ou non sculptés (Copán III).

3 Incidemment, dans la mesure où le terrain est de type V (Palangana), la présence d'un marqueur au centre tend à confirmer la fonction de terrain pour les structures de ce type.

4 L'existence de ces trois marqueurs permet d'expliquer pourquoi, à Altar de Sacrificios, le seul marqueur était ainsi, sur le talus, sur une structure : il est possible que ce terrain ait compté cinq marqueurs en croix.

5 Ceci ne vaut bien entendu que lorsque les marqueurs ont été trouvés in situ : dans le cas du marqueur trouvé à La Esperanza, il est impossible d'affirmer que cet exemple était unique sur le terrain.

6 L'analyse de Cohodas (1975), pour convaincante qu'elle soit, présente l'inconvénient de ne tenir compte que de quelques éléments choisis et non de l'ensemble de l'iconographie. Il semble peu probable que l'on puisse négliger le contexte d'ensemble, avant de pouvoir interpréter ces marqueurs. Par ailleurs, la description donnée par Greene, Rands et Graham (1972) en reste au stade analytique, et ne permet pas, pour l'instant, de synthèse.

7 Lorsque l'on se trouve en présence d'un terrain possédant une seule sculpture à tenon (à Chalchitan, Finca Pompeya, Mixco Viejo...), le principe de symétrie peut ici jouer à plein : il est nécessaire de concevoir la présence d'un autre tenon en face. Il en va de même lorsque trois, quatre ou cinq tenons ont été découverts : le nombre originel était alors de six.

8 On ne note qu'une seule exception, à Chichen Itza (str. 2 D 9), où une sculpture à tenon a été identifiée comme une tête de chien. Mais sa relation même avec le terrain est encore sujette à caution.

9 Il est possible que certains panneaux analysés au Chapitre V (IIe Partie) et trouvés hors de leur contexte, aient sans doute fait partie de l'iconographie de terrains, ce qui augmenterait le nombre de sites concernés.

10 Dans ces derniers cas, le style, comme la position des panneaux, permettent de les considérer comme un groupe à part, sans liens avec les autres exemples.

11 Ce n'est pas sur l'occupation d'ensemble du site, continue pendant ces deux périodes, que l'on discute, mais plus précisément sur la datation des constructions et sculptures qui nous intéressent ici. Cela est important si l'on considère que l'expansion du culte du jeu de balle au Classique Récent s'expliquerait par une influence venue de la côte du Golfe.

12 Cette différence s'explique peut-être par les contextes différents, des cultes du jeu et des cultes guerriers, qui ne mettent évidemment pas l’accent sur les mêmes évènements : dans un cas, la réapparition du Soleil est plus importante, dans l'autre il s'agit plutôt de son ascension comme astre.

13 Il est notable que l'on n'ait pas trouvé d'anneaux sur les terrains de Tula Chico, site voisin, du Classique Récent.

14 On a noté, à Xochicalco, la présence d'une tête de perroquet semblable à celle de Copán ou des Hautes Terres mayas, et dont la présence s'expliquerait par une influence maya sur ce site.

15 Mais son étude, fondée sur l'iconographie, l'amène à négliger les anneaux sans sculptures tels que ceux de Cerro Cebadilla, de Yahualica... De plus, il ne peut tenir compte de l'existence d'anneaux de forme carrée, comme à Calixtlahuaca ou à Cerro Cebadilla (selon L. Ochoa Salas, 1972).

16 Il faut rappeler ici que Durán parle du singe comme du symbole présent sur certains anneaux, et qu'il l'interprète comme le "patron" du jeu.

17 Lorsque l'on a pu identifier des sépultures, lors de la fouille d'un terrain, il s'agit évidemment de consécration, et non d'un simple enterrement.

18 Le maguey et le pulque ont des connotations nocturnes qui se rapprochent des cultes lunaires, et du rôle de la boisson dans certains rites.

19 On constate les mêmes anomalies dans la tenue : à Chichen Itza (2 D 1), les personnages portent, outre leur tenue, des objets zoomorphes (des têtes de jaguars, à anses) à la main, et dans leur ceinture est passé un objet allongé qui se termine par une tête (de squelette ou d’animal). De même, comme on l'a vu plus haut, les personnages des panneaux d'El Tajín possèdent des objets en forme de "palmas" passés dans leur ceinture, mais par’ contre on ne leur voit pas de genouillères.

20 Dans ce parallèlisme, on retrouve le même contraste qu'à Tenam Rosario : on sait en effet que chez les Aztèques, le jeu (la guerre fleurie, par exemple) sert de substitut pacifique à la guerre. Le jeu aurait donc une fonction assez semblable au rôle de la guerre, ce qui donne au concept de captif lié au jeu une valeur nouvelle.

21 Ces données seront utilisées ultérieurement pour une comparaison entre les informations fournies par les chroniqueurs et l'étude des jeux actuels.

22 Ce fait explique partiellement l'existence de la première différence constatée dans les tenues et permet de comprendre pourquoi certains joueurs ont un aspect plus majestueux : cela est en relation avec un aspect religieux du jeu.

23 La seule représentation identifiée dans les planches du Codex de America (mis à notre disposition grâce à l'amabilité du professeur W. Jímenez Moreno) ne fait que reproduire le dessin du Codex Maggliabecchiano.

24 On a traditionnellement associé les marqueurs avec les pierres destinées au service (botaderas) : cela est peut-être valable pour les marqueurs lisses mais peu probable pour les marqueurs sculptés.

Table des illustrations

Titre Tableau no 18 – Les axes définis par les sculptures : a/ sur les terrains
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre b/ sur les codices
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5812/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search