Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Troisième partie. Synthèse, thématique des données archéologiques

Chapitre II. Les terrains dans les sites

Texte intégral

  • 1 J. Galarza, Lienzos de Chiepetlan, M. A. E. F. M., Mexico 1972.

1Un terrain de jeu de balle n'est pas, dans la majorité des cas, une structure isolée, sans contexte. Chaque terrain fait partie d'un ensemble architectural complexe, et joue un rôle précis dans l'urbanisme d'un centre préhispanique. Bien plus, la présence d'un terrain a été fréquemment utilisée comme critère de définition d'un centre cérémoniel, ou de l'importance d'un site (Willey 1956 ; Bullard 1960). On a malheureusement eu tendance à généraliser ce type d'affirmation, en dépit d'exemples contraires (Tulum ou Cholula par exemple), ce qui a conduit à des extrêmes. Il a, par exemple, été considéré comme nécessaire de chercher un terrain ou des terrains à Teotihuacan, ce qui a parfois amené certains auteurs (Stierlin 1967) à formuler des hypothèses, sans la moindre ombre de preuves, sur l'utilisation de la Calle de los Muertos comme aire de jeu. Une autre tendance s'est faite jour antérieurement, qui tendait à étudier les terrains hors de leur contexte, tant dans l'examen des codices que dans celui des données archéologiques. Les meilleurs représentants de cette école sont Seler (1901, 1904-1909) et plus tard Krickeberg (1948) suivis en cela par de nombreux chercheurs, comme par exemple Guillemin (1965). Cette tendance considère les terrains comme des monuments cosmogoniques dont le sens est toujours le même. Ils parviennent ainsi à des généralisations abusives sur l'orientation ou la construction de ces terrains : Seler, partant d'une analyse des représentations de terrains dans les codices et d'une interprétation des couleurs, en déduit que ces couleurs permettent une interprétation dans le sens d'une orientation des terrains ; il trouve une "confirmation" de cette idée dans l'orientation des terrains eux-mêmes, en fonction des points cardinaux et pose comme postulat que, les terrains étant orientés nord-sud ou est-ouest, le jeu symbolise les mouvements du soleil et des astres en général. Il a été vu plus haut (1ère Partie, Chap. IV/1 et 10) que chaque terrain devait en fait être étudié, dans les codices, en fonction de son contexte, suivant en cela les principes énoncés par J. Galarza1. Le symbolisme des couleurs n'a pas alors de fonction déterminée par des critères absolus, mais dépend du sens particulier de chaque représentation, dans le cadre du texte lui-même. Il semble logique qu'il en soit de même lorsque l'on considère les terrains, au sens archéologique du terme, et que ce ne soit que de l'examen des différents cas particuliers que l'on puisse ultérieurement déduire des lois générales. Il convient donc ici de procéder à une étude de l'orientation des terrains, puis de leur intégration dans les sites, avant de pouvoir déterminer leur signification.

II/1. LE PROBLEME DE L'ORIENTATION DES TERRAINS

2Ainsi qu'il a été dit ci-dessus, à la suite des travaux de Seler et de ses interprétations de codices (Borgia, Aubin, Féjervary-Mayer...), une idée s'est précisée selon laquelle la construction et l'orientation des terrains obéirait à des préoccupations précises : il s'agissait de permettre, par le jeu, de représenter la course des astres dans le ciel ; dans un premier temps, Seler pensait à une orientation dominante est-ouest, représentant la course diurne du soleil, mais l'existence de nombreux terrains nord-sud l'amena à modifier son hypothèse et à parler de l'évolution du soleil dans l'année, selon les solstices ou les équinoxes. Malgré une évolution de ces théories et certaines corrections apportées par Krickeberg (1948), certains chercheurs maintiennent cette interprétation. Guillemin (1965), parlant de l'orientation nord-sud de certains terrains, interprète la présence des marqueurs comme une manifestation matérielle de ces phénomènes ; les marqueurs sud et nord correspondraient aux solstices et le marqueur central aux équinoxes, et cela en dépit de l'existence de terrains orientés est-ouest, ou de la présence, sur certains sites, de cinq ou six marqueurs (à Tenam Rosario), ou de l'existence d'autres types de buts (sculptures à tenons, anneaux...). L'approche de Krickeberg, par comparaison avec les idées exposées ci-dessus, est remarquablement prudente et conservatrice. Tout en maintenant l'hypothèse de départ, selon laquelle les terrains et le jeu seraient liés aux mouvements des divers corps célestes, il n'en déduit pas de règles fixes pour leur orientation, et se contente d'analyser quelques exemples, en généralisant sur certaines directions dominantes.

  • 2 Copán en effet daterait du début du Classique Récent (Strömsvik 1952) ; Chichen Itza (2 D1) est tr (...)

3Reprenant ces différents travaux, dans un contexte beaucoup plus vaste puisqu'il s'agit en fait de tenter une synthèse de l'ensemble de l'univers religieux mésoaméricain, Marvin Cohodas (1975), à la suite d'analyses effectuées sur la sculpture (à Yaxchilan), l'architecture (à Palenque), est en mesure de rendre actuellement à ces concepts-une vie nouvelle. Il présente en effet (comme on le verra en détail dans un chapitre ultérieur) une interprétation du jeu en fonction d'un modèle établi pour la religion mésoaméricaine : selon lui, on serait en présence d'une conception spatio-temporelle du monde, dans laquelle des cycles mythiques, rituels et agricoles trouveraient leur unité. Les mouvements des astres (du soleil en particulier, dans le cours de l'année) correspondraient aux cycles agricoles : préparation de la "milpa" au printemps (équinoxe), et la plantation, ce qui correspondrait à la descente sous terre du soleil comme dieu de la fertilité ; début de la saison des pluies au moment du solstice d'été et, dans le monde inférieur, mariage du soleil avec la lune, sa mort et sa renaissance immédiate comme jeune dieu solaire et agraire (le maïs), mûrissement du jeune mais, au moment de l'équinoxe d'automne, et réapparition du dieu solaire-agraire. Cette conception trouve un lien avec la représentation spatiale du monde : l'existence de trois niveaux verticaux est déjà présente dans le modèle ci-dessus, avec le ciel, la terre et le monde inférieur. Il en est de même pour les points cardinaux, points de passage du soleil dans sa course diurne et annuelle. Partant de ce modèle, Cohodas procède alors à une démonstration selon laquelle le jeu de balle serait l'expression de cette conception du monde. Il s'appuie, pour ce faire, sur l'orientation et l'iconographie de trois terrains : Copán II, Chichen Itza (str. 2 D 1) et El Tajín. Mais, c'est à ce niveau que son argumentation présente quelques failles : en effet, d'une part il considère ces trois exemples comme contemporains, ce qui n'est pas démontré2 d'autre part, et si son analyse est sans failles du point de vue envisagé, une brève étude de l'orientation des structures va démontrer qu'une fois de plus il est difficile de généraliser.

4Il est en effet totalement impossible d'obtenir une idée d'ensemble en ce qui concerne le problème de l'orientation. Le tableau no 17 que nous allons commenter ici permet de constater une variété complète des orientations pour toutes les zones envisagées. Pour des raisons de commodité, et dans la mesure où cela ne modifiait en rien les résultats obtenus par une étude de détail, on a choisi de regrouper les informations disponibles en quatre ensembles : les Basses Terres mayas et la région du Motagua (soit 94 terrains dont 64 sur lesquels les données sont suffisantes), les Hautes Terres mayas et le Chiapas (249 terrains, 105 orientations), l'ensemble du Mexique (201 terrains, 53 orientations) et le Sud-Ouest des États-Unis (75 terrains, 41 orientations). Il ressort de ces schémas que si, pour l'ensemble da la Mésoamérique, il est impossible de se prononcer, il existe cependant quelques indications de régularité pour certaines zones.

5Ainsi, dans le cas des Basses Terres mayas, on peut noter que plus de la moitié des terrains connus (40 pour 64, soit environ 62,5 %) sont orientés approximativement nord-sud (avec une marge d'imprécision de 10 % vers l'est et vers 1'ouest) tandis que 10 terrains sont orientés est-ouest (soit environ 15,5 %) avec la même marge d'imprécision. Seuls 3 terrains sont orientés nord-ouest sud-est, et 11 nord-est sud-ouest. Cette tendance à la régularité ne peut être mise en rapport ni avec un type ni avec une localisation géographique : parmi les dix terrains orientés est-ouest, on trouve des exemples des types I, II et VI et des terrains de sites aussi différents que Chichen Itza, la zone de Rio Bec ou les vallées du Motagua ou de l'Usumacinta. Il semble donc que l'on puisse constater une certaine préférence pour une orientation conforme avec les points cardinaux, mais sans qu'elle soit de caractère absolu ; tout au plus peut-on rapprocher ce phénomène d'une certaine régularité dans les orientations des sites mayas.

6En ce qui concerne les Hautes Terres mayas et le Chiapas (tableau 17b), toutes les orientations possibles ont été identifiées, sans que l'on soit en mesure de faire ressortir une constante : on trouve les orientations suivantes :

  • nord-sud : 20 terrains (environ 19 %),
  • est-ouest : 23 terrains (environ 21,5 %),
  • nord-est sud-ouest : 23 terrains (environ 21,5 %),
  • nord-ouest sud-est : 39 terrains (environ 38 %).

7En d'autres termes, non seulement il n'existe aucune régularité, mais on peut même constater que les orientations ne correspondant pas aux points cardinaux dominent légèrement (presque 60 %). Il est de même impossible de mettre en rapport une orientation dominante avec un type de terrain ou une région ; pour les terrains orientés nord-sud, ils incluent aussi bien des exemples des types II, VI, VII, VIII que des sites du Chiapas, du Guatemala ou de la côte pacifique. Le même phénomène se retrouve, de façon simplifiée, en Amérique Centrale. Il reste cependant que l'on peut constater, en particulier dans le cas des types IV et VIII, une forte interdépendance de l'orientation du terrain et du site.

Tableau no 17 – Orientation des terrains par grandes régions.

Tableau no 17 – Orientation des terrains par grandes régions.

8La situation n'est pas meilleure pour l'ensemble du Mexique, où les orientations sont tout aussi variées (respectivement 9, 16, 20 et 8) (tableau 17 c). Il est une fois de plus impossible de trouver une régularité dans les orientations, que ce soit par régions (à Oaxaca : 3 terrains est-ouest, 6 nord-sud, 2 nord-ouest sud-est), par types ou par époque. Une fois de plus ce n'est que dans le cadre du site que l'on peut trouver des éléments d'analyse qui permettent de souligner certains contrastes, par exemple à Monte Alban entre un terrain nord-sud et un second est-ouest.

9Par contre, il est possible, dans l'Arizona, de constater une certaine régularité puisque, pour 41 orientations connues, on peut donner les résultats suivants :

- nord-sud

 : 22 (soit 54 %), tous du type XI,

- est-ouest

 : 3 (7 %),

- nord-est sud-ouest

 : 4 (10 %),

- nord-ouest sud-est

 : 12 (29 %), surtout type X.

10Ces chiffres permettent de corriger légèrement une affirmation fréquente, relative aux terrains de type X : leur orientation est en fait moins nette qu'on ne le dit, et semble plutôt être est-sud-est ouest-nord-ouest, tandis que le type Casa Grande, malgré quelques exceptions (dont plusieurs correspondent à des terrains de transition ou à des cas particuliers), montre une régularité beaucoup plus forte.

11En conclusion et si l'on excepte les données relatives aux terrains de 1'Arizona, il est à peu près impossible de déterminer l'existence d'une règle dans la détermination des orientations, avec cependant certaines tendances dans les Basses Terres mayas. Il semble, au contraire, que chaque terrain doive faire l'objet d'une étude particulière, dans le cadre du site auquel il appartient, sans préjuger de la possibilité, au terme d'une étude de ce type, de parvenir à des conclusions d'ensemble sur la valeur de certaines orientations dominantes. Le fait de ne pouvoir généraliser n'enlève rien en effet à l'étude de Cohodas par exemple : il se base, pour appuyer son hypothèse, sur l'étude de trois cas particuliers, dont l'importance tient plus, en fait, à l'iconographie qu'à l'orientation même. Puisque chaque exemple, chaque site, doit en fait être étudié individuellement, son approche reste valable et peut même faire l'objet de commentaires annexes : il oppose en effet les terrains orientés est-ouest (symbole du monde souterrain) et ceux orientés nord-sud (symboles de la terre) ; la présence sur de nombreux sites (Tula, Monte Alban, Ranas, Toniná...), de deux terrains chacun répondant à l'une de ces orientations laisse supposer la possibilité d'une certaine régularité, à l'intérieur même des sites. Cependant, ce type de répartition ne se retrouve que sur un nombre limité de sites, et il semble que, dans la majorité des cas, l'orientation ne soit fonction que du site ou des possibilités techniques de construction. Comme le fait remarquer Cohodas lui-même, en contrepoint de son interprétation (Cohodas 1975, pp. 100-101), après un fort développement du culte du jeu de balle, en liaison avec le modèle d'interprétation religieux qu'il suppose, le développement se maintient puis cesse lentement au Classique Récent et au Postclassique. Peu à peu, l'aspect religieux perd de sa valeur et l'aspect sportif apparaît plus important. Rien d'étonnant, dans ces conditions, si l'orientation n'obéit plus à des règles absolues, mais seulement à des impératifs locaux, mineurs.

II/2. LES TERRAINS DANS LEUR CONTEXTE

12De toute évidence, ainsi qu'il a été constaté au paragraphe précédent, la diversité des milieux naturels et culturels, ainsi que la variété des positions chronologiques, rendrait caduque toute étude d'ensemble qui tendrait à définir certains principes absolus sur ce point : comment pourrait-on determiner un principe valable en même temps pour des exemples aussi différents que Pueblito, site préclassique de la Huasteca, Izapa, site (en ce qui nous concerne ici) classique récent de la côte pacifique et Chichen Itza avec ses neuf terrains de la fin du Classique Récent. Les cultures, les techniques, les types... sont différents. Dans ces conditions, chaque site ou chaque groupe de sites a sa signification propre, et c'est plutôt l'aspect individuel de l'intégration de chaque terrain dans son site qui doit être analysé. Ce n'est qu'au terme d'une telle approche que l'on sera en mesure, éventuellement, de définir certaines règles, valables d'après un certain nombre de cas.

  • 3 Dans le cas de Copán, le maintien de l'orientation nord-sud n'aurait, a priori, rien de surprenant (...)
  • 4 Sur ces 2 derniers sites, ce ne sont plus 2 terrains mais 5 ou 7 qui présentent des orientations r (...)

13Il a déjà été possible, dans le cadre du paragraphe ci-dessus, de constater une certaine absence de régularité dans les orientations, si l'on considère le problème dans son ensemble. Il importe maintenant de voir si, dans le détail, ce phénomène se retrouve : l'étude des sites sur lesquels on a pu identifier deux ou plusieurs terrains (69 cas, en incluant Tenochtitlan) va permettre un examen de ce point. On est en effet tout de suite en mesure de constater que, dans le cadre du site, certaines règles se font jour. Tout d'abord, lorsqu'on est en présence d'un site comportant deux terrains, on constate que, soit les deux terrains ont une orientation semblable, soit en opposition, mais très rarement laissée au hasard. Ainsi, dix-huit sites possèdent des terrains présentant la même orientation : nord-sud pour onze cas (Iximché, Mixco Viejo, Copán3 Cobá, Tikal, Yaxha, Lubaantun, Asunción Mita ou Chichen Itza) ; est-ouest pour cinq cas (Río Bec, Seibal, San Francisco del Norte, Manzanilla, Xochicalco), ou divers pour quatre sites (Piedras Negras, San Estevan, Varejonal, Toluquilla). Mais au minimum dix sites sont dans, une situation plus intéressante, car leurs terrains présentent des orientations complémentaires : un terrain est orienté nord-sud, l'autre estouest ; il s'agit de sites aussi différents que Tula (les deux terrains principaux), Tonina, Monte Alban, Yaxchilan, Chichen, San Pedro Pinula, Guaytan ou El Tajín et Ranas4 et peut-être Tenam Puente.

14Il est donc évident qu'à l'intérieur d'un site, l'orientation dominante du terrain n'est pas indifférente. Prenons l'exemple des Basses Terres mayas : on est en mesure de constater tout d'abord que de nombreux terrains jouissent d'une orientation préférentielle (nord-sud ou est-ouest : plus de 75 % des cas connus) deuxièmement, on vient de voir que, lorsque deux terrains (ou plus) ont été identifiés sur le même site, ils ont en général la même orientation ou des orientations complémentaires ; sur les 28 cas examinés plus haut, 16 sont situés dans les Basses Terres ou à la limite des Hautes Terres. Il ne semble donc pas exister de règles absolues, mais plutôt une certaine régularité dont l'origine est encore mal définie. Il se pourrait, bien sûr, que ce phénomène soit dû à des critères abstraits, tels que ceux énoncés par M. Cohodas (1975, cf. ci-dessus). Mais cela ne saurait expliquer l'existence de cas intermédiaires (25 % environ de terrains orientés sans tenir compte des points cardinaux), parmi lesquels on peut inclure deux sites qui comptent chacun deux terrains de même orientation. Il est donc peu probable que l'on soit en présence d'un critère absolu d'origine religieuse ou symbolique, même si ce point doit entrer en ligne de compte. Il semble infiniment plus probable que ces caractères dominants soient fonction de critères architecturaux locaux. Il existe en effet, dans l'architecture maya des Basses Terres comme sur de nombreux autres sites mésoaméricains (Tula, Teotihuacan, Monte Alban...), une conception de l'organisation de l'espace qui combine des principes assez rigoureux de répartition et d'orientation, et une adaptation à un certain déterminisme géographique.

15La plupart des sites sont en effet établis dans des zones plates ou sur de faibles hauteurs (Tikal ou Chichen Itza par exemple), et l'on est en mesure de constater alors l'existence de principes de répartition assez rigoureux, tels que l'acropole nord de Tikal, les ensembles astronomiques de Uaxactun ou l'orientation nord-sud déviée de 17o de Chichen Itza. Dans certains cas, comme à Lubaantun bâti sur un éperon rocheux, la nature même du terrain a imposé certaines formes de répartition et d'organisation de l'espace sur lesquelles on reviendra plus loin. Pour prendre un exemple précis, le terrain H 6/2-3 de Toniná représente un cas typique de cette adaptation : il est bâti sur le flanc de l'esplanade centrale du site, et sa construction a tenu compte au mieux des conditions ; construit à flanc de coteau, il est la preuve d'une parfaite adaptation au terrain, de façon à limiter au maximum les travaux nécessaires à sa construction. Hais, en même temps, une stricte utilisation du flanc de l'esplanade aurait donné une orientation nord-ouest sud-est non souhaitée. Il y a donc eu aménagement du flanc de l'esplanade et correction de cette déviation. La construction du second terrain obéit, apparemment, à des considérations similaires : on utilise, pour la construction, des structures antérieures (elles-mêmes obéissant à un principe de symétrie) pour édifier un terrain orienté perpendiculairement au précédent.

16Il existe donc, pour la construction de terrains, des principes de cohérence interne ou d'urbanisme des sites, au même titre que pour les autres structures. Dans ces conditions, il n'y a rien d'étonnant à ce que certaines orientations dominantes puissent être relevées : de nombreux sites mayas des Basses Terres obéissent eux-mêmes à des impératifs d'orientation marqués. Il est cependant possible, dans le cadre de l'urbanisme maya, d'isoler partiellement le cas des terrains. Même en tenant compte du respect des règles d'ensemble, il est certain que des règles particulières régissent la construction : l'existence sur un même site de terrains d'orientations différentes en est une indication : la construction des terrains obéit, dans le cadre du site, à sa logique propre, qui est probablement fonction du symbolisme ou de la signification du jeu.

17Un exemple de ce type de situation peut être trouvé dans le problème soulevé par N. Hammond (1972), à propos de Lubaantun. La présence sur ce site de deux terrains semblables mais occupant des positions distinctes, a permis à cet auteur de se livrer à des tentatives d'interprétation chiffrée sur l'accessibilité aux terrains. Il oppose ainsi les structures 21-22, très accessibles, et proches de deux places, aux structures du second terrain, situé près la plaza IV, dans une portion du site plus protégée et moins accessible. De cette différence dans l'accès, Hammond déduit des fonctions différentes, en insistant par exemple sur le caractère plus secret, plus religieux du second terrain et sur le caractère plus populaire du premier. L'existence de trois marqueurs sur le premier terrain souligne son importance et sa fonction. Il est cependant évident que, sans qu'il y ait contradiction entre cette volonté et un certain déterminisme géographique, les conditions mêmes du terrain ont influé sur la répartition et l'accessibilité aux terrains : le terrain le plus important selon Hammond, étant bâti sur l'éperon rocheux, est, de ce fait même, moins accessible, sans qu'il y ait nécessairement volonté délibérée. Dans le même esprit, examinons le cas des deux terrains de Toniná : le plus grand et le plus important, tant par ses dimensions que par son iconographie, est celui qui est, de façon peu sensible, le moins accessible : il est sur le flanc de l'esplanade. Au contraire, le terrain le plus accessible est, comme à Lubaantun, le plus simple (type II). Mais, au contraire de ce qui se passe à Lubaantun, il occupe une position centrale sur l'esplanade, au cœur du site. Enfin, aucun des deux terrains ne présente réellement un caractère secret. En conclusion, donc, les hypothèses de Hammond, valables pour Lubaantun, n'auront qu'une valeur très limitée à Toniná ou sur d'autres sites.

18En définitive, il semble établi que ce n'est que dans le cadre d'impératifs propres à chaque site que la position, l'orientation ou la fonction de chaque terrain doivent être examinées. Il est à peu près impossible d'affirmer l'existence de principes absolus, et ce n'est que dans un nombre de cas limité que l'on peut utiliser des données concernant l'orientation, en même temps que l'iconographie et d'autres données, pour tenter de déterminer la signification de chaque terrain. Pour ce faire, il importe également de considérer d'autres facteurs tels que la répartition des terrains par sites, la position dans les sites et les associations spatiales ou logiques.

19Il existe, quant à la répartition d'ensemble des terrains, deux grands principes sur lesquels il est convenu de s'appuyer jusqu'à présent. L'un, tiré de l'étude des chroniques (Durán, Sahagún...), affirme que, pour l'époque de la Conquête et sur le Haut Plateau mexicain, un terrain est un élément de prestige pour une ville : chaque cité importante devait en avoir au moins un (deux pour Tenochtitlan), sans compter des terrains propres à des particuliers (cf. Duran sur ce point). Le second principe, valable d'après de nombreux auteurs pour les Basses Terres mayas (Bullard 1960, Willey 1956, 1964-65), fait du terrain de jeu de balle un des critères d'identification des centres cérémoniels majeurs, au même titre que les stèles et les autels. Il est évident que ces deux principes, en dépit de leurs différences, chronologiques et géographiques, se recoupent partiellement : d'où le fait que de nombreux auteurs en ont tiré la conclusion que le terrain représenterait un trait caractéristique de tous les centres majeurs en Mésoamérique, et ce à toutes les époques.

20On peut apporter à cette vue des choses au minimum trois correctifs essentiels. Le premier, le plus important, est d'ordre à la fois chronologique et géographique. Il s'agit essentiellement de tenir compte des évolutions particulières des différentes civilisations. Ainsi, si le terrain semble en effet pouvoir être considéré comme un élément caractéristique des centres cérémoniels, dans les Basses Terres mayas à l'époque classique récente, il n'en est pas de même dès que l'on aborde le Postclassique : malgré une survie possible au Postclassique Ancien (Uxmal, Chichen Itza), il disparaît pour laisser la place à d'autres critères, au Postclassique Récent : des sites comme Tulum, Mayapan ou Tayasal ne possèdent, au moins dans l'état actuel des connaissances, aucun terrain. La situation est totalement inversée dans les Hautes Terres mayas où, après l'époque classique récente, au cours de laquelle le nombre de terrains ne correspond pas tout à fait aux sites majeurs, le terrain prend progressivement une importance croissante pour devenir, au Postclassique Récent, un signe distinctif de l'importance d'un site ; il est assez significatif que chaque capitale d'un groupe maya (Quiché, Cakchiquel, Mam...) possède au minimum un terrain, au cœur du site le plus souvent.

21Il semble qu'il en soit allé de même sur le Haut Plateau mexicain ; après une longue période sans terrains connus, vers la fin du Classique Récent, chaque centre (Xochicalco, Tula, Teotenango) commence à avoir son ou ses terrains. Le très faible nombre de terrains du Postclassique Récent est probablement dû aux destructions de la Conquête : l'affirmation des chroniqueurs et le grand nombre d'anneaux trouvés à Mixquic, dans le Morelos, à Los Melones, vient en effet contrebalancer cette faiblesse. La présence d'un terrain n'est donc pas, en définitive, un critère absolu, ni universel, pour la définition d'un site majeur.

  • 5 L'absence d'un terrain sur un grand site est peu significative, tant qu'un plan complet du site n' (...)

22Bien plus (et c'est là le deuxième correctif), il existe apparemment des cultures qui n'ont pas connu le jeu, et des sites d'importance, par conséquent, sur lesquels la présence d'un terrain serait une aberration : tel est le cas de Teotihuacan (phénomène confirmé par les derniers travaux de Millon et de son équipe), d'Ixtlan del Río, ou de Cholula (bien que, dans ce dernier cas, il est possible qu'il ait existé un terrain, aujourd'hui disparu). Enfin, dernier correctif, s'il est à peu près certain qu'un grand site a toujours au moins un terrain5 la présence d'un terrain n'implique pas systématiquement que le site soit majeur. Trois exemples peuvent illustrer ce point. Tout d'abord, dans les Basses Terres mayas (c'est-à-dire dans la région où ce principe est considéré comme le plus valable), si la plupart des grands sites ont au moins un terrain, il existe quelques sites de faible importance comme Jimbal ou Camp 6 qui comptent au moins un terrain. On peut pousser l'analyse plus loin, avec un exemple donné par M. C. Arnauld (inf. personnelle) : il s'agit d'un terrain isolé apparemment (aucun monticule n'a pu être identifié dans un rayon de 30m), sur le site de Pichirico (Alta Verapaz). La possibilité apparaît donc de terrains situés hors de site, ou dans un site très mineur, puisqu'il ne pourrait exister que de simples structures basses (habitations).

23Enfin, si l'on considère le site de Tula (Matos 1974), on constate la présence, à Tula Chico (donc la partie du site occupée au Classique Récent, à l'époque où ce n'était qu'un site mineur) de trois terrains, c'est-à-dire autant que sur le site même de Tula. On pourrait de même prendre l'exemple de la Huasteca, où la présence d'un terrain ne semble pas refléter une véritable hiérarchie des sites.

  • 6 Il existe un certain nombre de sites, aussi divers que Copán, Monte Alban, Toniná, Chalcatzingo ou (...)

24Une fois tenu compte de ces correctifs et de leurs implications, il reste cependant que, dans les périodes ou les cultures où le jeu était pratiqué, la présence d'un terrain avait une signification pour l'importance du site6. C'est à ce niveau qu'il importe d'examiner les problèmes posés par la présence sur certains sites, de deux ou plusieurs terrains. Ainsi, 69 sites comportent plus d'un terrain (non compris les sites des Antilles). Certains d'entre eux, comme Copán, comptent trois terrains qui se succèdent dans le temps : il serait donc faux de considérer ces exemples comme des sites à terrains multiples. On peut donc établir le tableau suivant qui présente (1ère colonne) le nombre de sites à 2, 3, 4... terrains, puis (2e colonne), le chiffre corrigé en fonction des données chronologiques.

25On peut tout d'abord présenter certaines constatations préliminaires.

  • 7 Le site de Tikal présente la particularité, exceptionnelle, de possèder un terrain triple (str. 5 (...)

26Toutes les cultures ou civilisations sont représentées, depuis les Olmèques (2 terrains à San Lorenzo) jusqu'aux Aztèques (2 terrains à Tenochtitlan), en passant par les Mayas, Tula, le Nord-Ouest, la Huasteca, l'Arizona... Deuxièmement, la plupart des grands sites entrent dans cette catégorie, comme Tula, Tikal, El Tajín, Monte Alban, Xochicalco, Chichen Itza, Kaminaljuyu, Toluquilla, Ranas, Yaxchilan, Piedras Negras... Mais entrent aussi dans ce groupe des sites d'importance moindre (quoique majeurs), comme Toniná, Tenam Puente, Chichen, Amatitlan, San Esteván..., ou même des sites d'ordre "secondaire" comme Nebaj, Huil, Patzac, Texmelincan, El Calichal, San Rafael... Par conséquent, il semble que non seulement la présence de deux ou plusieurs terrains soit un critère de définition de l'importance d'un site, mais également que cette répartition obéisse à des considérations extérieures : le site peut avoir eu une importance une importance pour le jeu qui ne reflète pas sa position réelle, mais plutôt à l'intérieur d'un certain contexte, sans rapport avec le site. Il est intéressant de constater que, parmi les sites qui comptent plus de trois terrains, on trouve Tikal (5), Ranas (5), Tula et Tula Chico (6), Chichen Itza (9), El Tajín (11) et Kaminaljuyu (12), mais aussi Nebaj (4) et Laguna Mora (5). D'autres sites majeurs n'entrent pas dans ce groupe par contre. Dans ces conditions, il apparaît qu'une hiérarchie des sites à terrains ne correspond pas pleinement à une hiérarchie des sites par taille, et que, pour beaucoup d'entre eux, cela reflète l'existence d'une tradition locale du jeu, comme à El Tajín par exemple. Il est cependant possible de constater que les sites à terrains multiples sont assez uniformément répartis pour permettre de comparer leur répartition avec celle de l'ensemble des sites à terrains. On constate cependant que si, dans beaucoup de régions, on trouve un site majeur comptant plusieurs terrains, et d'autres plus petits avec un seul ou aucun terrain, en zone maya, la présence de deux terrains sur un même site est un phénomène assez répandu ; cela indiquerait un plus grand intérêt pour le jeu dans cette région, en même temps qu'une centralisation moins poussée, si l'on excepte les centres de Tikal7 et Chichen Itza, relativement démesurés.

27Il est enfin nécessaire de constater que, dans la plupart des cas, lorsqu'un même site possède deux terrains ou plus, ils appartiennent au même type : ainsi, à Copán (type I), Cobá, Tikal (type II), Amatitlan ou Kaminaljuyu (type V), Toluquilla (type IX), Manzanilla (type VII). On peut même étendre cette constatation à d'autres sites, dans lesquels un terrain a été identifié tandis qu'un deuxième terrain, non classé, présente un plan similaire, comme à Lubaantun (type II, et non classé, probablement du même type), Varejonal (type VI et non classé, fermé) De même, sur de nombreux sites (Ranas, Salto, Utatlan, Texmelincan...), les terrains, de même plan, sont vraisemblablement du même type.

  • 8 Il est possible que le site d'Horcones (qui comprend terrains de plans ouverts et fermés) entre da (...)

28Il existe par contre plusieurs cas dans lesquels on rencontre, sur un même site, des terrains de type différent. Sur certains sites, comme Piedras Negras (types I et II), Chalchitan (types II et IV), San Pedro Pinula (types V et VI), il ne s'agit vraisemblablement que de circonstances mineures qui proviennent de ce que ces sites sont situés dans des zones de contacts entre les aires de répartition de types distincts. Il n'en va pas de même pour un groupe de sites assez bien localisé : il s'agit de Toniná, Tenam Puente, Tenam Rosario et Colonia Lopez Mateos, tous sites du Chiapas. A Toniná, les types II et VII ont été identifiés. Sur les autres sites, les terrains de type fermé sont de type VII, et le second terrain ouvert ne peut être que de type II8. Il semble donc que l'on soit en présence d'une variété locale d'association. Il est de plus intéressant de constater qu'à Toniná du moins, les deux terrains ont des orientations et des fonctions différentes. On est donc en présence d'une variété locale de terrains associés, qui peut être mise en rapport avec certaines données iconographiques particulières (cf. chapitre suivant).

29Il en va de même pour le site de Chichen Itza qui présente une particularité : alors que les terrains de ce site possèdent les profils typiques des Basses Terres mayas, leur plan comporte en général des structures en U, non rattachées aux structures latérales ; la présence de ces structures terminales a obligé à classer ces terrains dans des variétés, purement locales, des types I, II et III. Il s'agit vraisemblablement du terme local d'une évolution des terrains ouverts vers les terrains fermés : ce point semblerait indiquer que les terrains de Chichen Itza seraient, dans l'ensemble, légèrement postérieurs aux types d'origine. On serait alors en contradiction avec la date du Classique Moyen proposée par Parsons (1967-1969), Pasztory (1972) et Cohodas (1975) pour le terrain 2 D 1.

30En conclusion, on peut dire qu'il n'existe pas de principe absolu régissant l'orientation ni la répartition géographique des terrains, et ce pour l'ensemble des civilisations mésoaméricaines. Cependant, dans le cadre individuel de chaque site (et cela sortirait du domaine envisagé ici), on constate certaines règles auxquelles obéit la construction des terrains : elle se fait en fonction de la planification d'ensemble du site et des impératifs du terrain, mais aussi, en dépit de ces restrictions, en tenant compte de la fonction propre du terrain (qui peut avoir un symbolisme précis, ou une fonction plus simple). Il est cependant à peu près impossible, sans une étude d'ensemble des données, tant architecturales qu'iconographiques, de définir cette fonction ou ce symbolisme, qui peut, de plus, être, différent, selon les cultures envisagées. En tout état de cause, il a été possible de déterminer, d'après la répartition des terrains, et leur nombre sur chaque site, une hiérarchie des sites qui diffère sensiblement de toute autre hiérarchie, et dont l'existence ne s'explique que par référence à une valeur reconnue du jeu. Ce n'est que par une étude des autres données que l'on pourra parvenir à une explication globale de ce phénomène.

II/3. SYNTHESE SCHEMATIQUE DU ROLE DES TERRAINS DANS LA STRUCTURE DE L’HABITAT

31Structure à vocation communautaire, le terrain de jeu de balle reste, tout au long de son existence, une construction typique des centres cérémoniels majeurs et mineurs : on ne connaît pas encore d'exemple de la présence de ce type de structure dans de simples villages : la fouille de la vallée du Bélize est, de ce point de vue, assez caractéristique, puisqu'aucun terrain n'y a été identifié, malgré un travail approfondi sur les sites d'habitations de cette région. Le terrain reste, sauf une exception (le terrain de Pichirico), un élément indissociable de tout un contexte religieux-cérémoniel qui, si l'on accepte l'identification des terrains de La Venta et de San Lorenzo, apparaît dès la période olmèque et se répand conjointement avec la diffusion de cette civilisation.

  • 9 Si des sites comme Chalcatzingo, Monte Alban ou certains sites du Chiapas peuvent en effet être co (...)

32Dans les derniers siècles du Préclassique en effet, le terrain apparaît comme un élément parfaitement intégré de centres cérémoniels tels que Monte Alban, Toniná Nord, San José Mogote ou Capulac Concepción. Bien que l'on ne dispose pas encore d'informations complètes, publiées, sur la plupart de ces sites, il reste évident que tous peuvent être considérés comme des centres d'importance : le fait que le terrain de Monte Alban occupe, dès cette époque, la même position, en bordure de la place, que le terrain no 2 indique que sa fonction et son symbolisme le faisaient considérer comme un élément essentiel d'un centre cérémoniel. Cependant, il est évident que, d'après la répartition même des terrains préclassiques, seuls les centres cérémoniels ayant connu directement ou indirectement une influence olmèque9 entrent dans ce schéma : le terrain de jeu de balle ne constitue pas, chez les autres groupes humains, une donnée caractéristique. Tel est, apparemment, le cas du Haut Plateau mexicain, et cela explique probablement l'absence du jeu dans cette zone jusqu'à la période classique récente.

33Au cours de la période classique ancienne, le terrain semble disparaître de la plupart des centres, bien que l'on ne dispose encore que de données incomplètes sur cette période. Il est assez significatif que la plupart des sites classiques anciens fouillés ne comptent pas de terrains. On ne les trouve apparemment que dans des zones assez restreintes telles que la région nord de la Mésoamérique (Huasteca, Nord-Ouest), ou dans les Hautes Terres mayas (El Achiote), où la tradition semble se perpétuer depuis le Préclassique. Il est à peu près impossible de se prononcer sur le rôle des terrains dans la structure de l'habitat à cette époque.

  • 10 On ne dispose pas d'informations suffisantes en ce qui concerne des sites comme Mirador, mais la p (...)

34Dès le Classique Récent par contre, la construction de terrains se répand à grande vitesse, mais inégalement selon les régions. Dans les Basses Terres mayas, chaque site important10 possède au minimum un ou deux terrains, tandis que de simples centres cérémoniels mineurs comptent parfois un terrain. Le jeu de balle connaît alors une expansion sans précédent, d'abord dans les Basses Terres mayas, puis dans les Hautes Terres, à Oaxaca, dans la vallée de Tehuacan, dans certaines régions de l'Amérique Centrale et, probablement vers la fin de la période, sur le Haut Plateau mexicain (avec en particulier le site de Tula). Il est probable que, dans le Nord-Ouest, la tradition se perpétue depuis le Classique Ancien. On ne peut cependant pas considérer le terrain comme un élément caractéristique de tous les centres cérémoniels de cette période, et il semble que l'apparition ou la renaissance du jeu se fasse progressivement, en fonction tout d'abord des zones qui l'ont connu antérieurement (au Préclassique). Si, dans la zone maya, le jeu a pris une ampleur énorme, dans les autres régions il semble encore limité à un nombre restreint de sites.

35La Situation change du tout au tout au Postclassique, puisque le jeu et les terrains disparaissent progressivement des Basses Terres mayas pour connaître une expansion continue dans toutes les régions voisines : Amérique Centrale, Hautes Terres mayas, Chiapas et côte du Golfe. La majeure partie des sites comporte un ou deux terrains, dans des positions centrales. Mais la construction de terrains se répand aussi dans la plupart des autres régions de la Mésoamérique : le Haut Plateau, la Huasteca, le Nord-Ouest et l'Ouest... Curieusement, sur le plan architectural uniquement, le Haut Plateau et Oaxaca restent des régions un peu exceptionnelles. Alors qu'à la fin du Classique Récent et au début du Postclassique Ancien, le nombre de terrains identifiés dans ces régions est relativement élevé (chaque grand centre en compte un ou deux, et jusqu'à six à Tula), on connaît très peu de terrains du Postclassique Récent pour ces deux zones, mais le nombre de représentations dans les codices est très élevé. En définitive, la situation constatée reflète assez bien celle des Basses Terres mayas, plusieurs siècles auparavant mais avec cependant une moins grande densité, peut-être due encore à certains manques de connaissances, peut-être aux plus nombreuses destructions occasionnées, sur de nombreux sites, par la Conquête (Cholula, Tenochtitlan, Tlaxcala), ou par l'évolution postérieure (Mixquic, Texcoco...).

36Dans tous les cas constatés ou relevés ci-dessus, le terrain reste donc un élément constitutif des centres cérémoniels. Il occupe, dans la plupart des cas, une position dans le centre même, mais rarement une position centrale : à Tikal par exemple, le terrain le plus proche du centre (str. 5D74) ne se trouve qu'à une certaine distance de la place principale, en association avec le temple I. De même, à Monte Alban, il fait partie des structures qui entourent la place, sans surpasser la plupart d'entre elles. On ne rencontre qu'un nombre relativement peu élevé de terrains pour occuper, comme à Copán, une position centrale qui commande la vue de la plupart des points du site. Pourtant, certains auteurs (Hartung, inf. orales) ont souligné que, dans certains cas, les lignes et axes d'organisation de certains sites se recoupent au centre du terrain. Cela donnerait alors au terrain une importance primordiale dans l'urbanisme comme dans la vie du site. Bien qu'il ne s'agisse encore que d'hypothèses, elles trouvent une confirmation partielle dans le problème soulevé par les types IV et VIII. Ces deux types, localisés surtout dans les Hautes Terres du Guatemala, accordent aux terrains une importance démesurée. Dans le cas du type VIII, le plus simple, on constate que le terrain est fréquemment l'une des structures qui délimitent la place principale, comme à Iximché ou à Mixco Viejo. On retrouve ici certaines données similaires à celles des Basses Terres où, sur certains sites, le terrain est le point de passage entre deux places par exemple. Mais il ne s'agit alors que d'une importance relative.

  • 11 Selon les définitions adoptées lors des fouilles de Toniná, un autel est une structure basse, de u (...)

37Le cas des terrains du type IV est beaucoup plus intéressant puisque le site est organisé en fonction du terrain. Sur de nombreux sites des Hautes Terres en effet, la place principale comporte en son centre une structure basse de type "autel"11 qui est édifiée dans l'axe du terrain. L'organisation même de l'espace, avec sa trilogie terrain-place-autel implique l'idée d'une construction simultanée de l'ensemble, autour duquel s'organise le site (pyramides, temples ou structures d'habitations). Dans ces conditions, le terrain constitue de toute évidence le cœur du site, et c'est autour de lui que tourne également la vie de la cité. Les terrains de type IV et les sites auxquels ils appartiennent joueraient donc dans le développement du jeu et des cultes liés (la présence d'un autel directement associé au terrain est une indication du rôle religieux de ce dernier) un rôle essentiel. Il convient de souligner ici deux faits : d'une part, le site de Nebaj qui compte quatre terrains, dont deux du type IV, et qui pour cette raison (cf. plus haut) semblait jouer un rôle particulier parmi les sites à terrains multiples, ce site donc, est localisé dans la même région. D'autre part, la région de Nebaj se trouve dans le Département de Quiché, aux sources du Río Negro, affluent de l'Usumacinta, donc au débouché de la voie d'accès par laquelle les influences mexicaines se sont répandues dans les Basses Terres et les Hautes Terres, dès la période classique récente. Il a été vu (IIe Partie, Chap. V) que des influences mexicaines, sensibles dans le développement du jeu et des cultes liés se sont en effet faites sentir au Classique Récent dans la frange occidentale des Basses Terres mayas, et ont été à l'origine d'un développement de la sculpture et de la céramique relative au jeu. Il n'est donc pas surprenant de constater l'apparition à cette époque d'un type de site dont la vie tourne autour du même thème.

38L'existence de ce type IV et les conséquences que l'on peut en tirer quant au développement d'un culte au Classique Récent, centré sur le jeu, vient appuyer et accroître les implications de l'étude iconographique des bas-reliefs et céramiques (figurines, vases) déjà étudiées. Il convient cependant d'attendre, pour procéder à une synthèse d'ensemble, d'avoir envisagé le problème des associations de terrains, tant avec les structures voisines, dans les sites, qu'avec les sculptures connues sur les terrains.

II/4. LES ASSOCIATIONS SPATIALES DANS LES SITES

39Il est en effet nécessaire à présent d'envisager le problème des liens que peuvent entretenir les terrains avec les structures voisines. On a vu que les terrains étaient partie intégrante des centres cérémoniels, dans lesquels ils voisinent avec un certain nombre de structures de tous types : pyramides, temples... et même parfois, groupes d'habitations comme à Toniná. Sur un certain nombre d'entre eux, même, on constate la présence de superstructures, au sommet des structures latérales et terminales. L'association spatiale de deux structures implique l'existence d'un lien logique, qui peut être assez ténu si cette association est unique, mais dont l'importance apparaît dès que cette association se répète un certain nombre de fois. C'est sur ce problème que nous allons nous pencher à présent.

Les superstructures en général

40Elles sont de plusieurs types et leur importance varie énormément selon les circonstances. Il n'est pas nécessaire ici d'envisager longuement le problème des terrains sur lesquels l'une des structures latérales est constituée par le flanc, aménagé, d'une plate-forme plus vaste ; on retombe ici sur un cas similaire à celui décrit pour Toniná, où le flanc de l'esplanade était ainsi utilisé. Dans la plupart des cas, il n'existe alors qu'un lien utilitaire, simple aménagement dû aux circonstances et à une volonté de rationnaliser la construction. Cela a parfois, cependant, des conséquences ou des implications spéciales. Ainsi, à Nebaj (str. I du groupe D), la construction n'a joué que sur une seule structure, l'autre n'étant que le résultat de l'aménagement du bord d'un talus naturel. A Mountain Cow (Hatzcab Ceel), le terrain dont Thompson (1931) soupçonne l’existence serait formé de deux structures dont les fonctions étaient à l'origine distinctes et séparées par un étroit couloir : le désir d'aménager ce couloir en terrain aurait rendu nécessaire l'ajout, au nord de la structure Est (D), d'une structure annexe (D') plus petite, afin d'avoir des structures latérales de longueur égale. Mais ce ne sont là, évidemment, que des circonstances annexes qui ne modifient en rien la fonction première des structures ou plates-formes et n'impliquent aucun lien particulier. Il existe pourtant une autre forme proche d'association qui consiste en la réutilisation complète d'une structure antérieure pour la construction d'un terrain : dans plusieurs cas (Monte Alban, Chalchitan, Copán), il s'agit de simples reconstructions périodiques du terrain. Mais, à Toniná (str. G 5/1-2, cf. Chap. III/16), il s'agissait de simples piédestaux alignés, au pied de l'acropole, dont la disposition fut mise à profit pour construire, en les réunissant, l'une des structures latérales du terrain. L'utilisation des piédestaux comme structures latérales n'empêcha d'ailleurs pas le maintien de leur fonction première, au moins partiellement.

41Le deuxième type de "superstructures" est constitué par les escaliers d'accès aux sommets des structures latérales. Il convient de les distinguer des escaliers d'accès aux terrains fermés : ces derniers occupent fréquemment des positions différentes, et ne sont jamais présents sur les terrains ouverts. Les escaliers d'accès aux structures par contre ne peuvent occuper que deux positions : à l'arrière des structures (le plus souvent dans les types fermés) ou sur les côtés ; ils peuvent alors être en projection, ou insérés dans le corps du bâtiment, comme à Yagul ou à Dainzú. Ils sont classés ici car ils permettent à des spectateurs ou des juges éventuels d'occuper le sommet et, de là, regarder le jeu ou participer à des rites : la plupart des chroniqueurs confirment cet usage et, de plus, les maquettes de l'Occident montrent des spectateurs assis sur le sommet des structures.

42Il est cependant relativement fréquent que le sommet des structures, au lieu d'être nu, soit occupé par des superstructures, extrêmement différentes. Ce peuvent être de simples petites plates-formes, de 1 à 2 m de côté, comme à Chichen Itza ou à Toniná (H 6/2-3). Il peut s'agir également de véritables structures très élaborées, comme à Copán ou Uxmal ; ce sont alors, le plus souvent, de vastes structures, fermées de murs sur les trois côtés et ouvertes sur l'allée, avec des piliers. A Uxmal, ces structures (une sur chaque structure latérale, se faisant face), sont divisées en trois pièces par des murs intérieurs : la pièce centrale est petite, tandis que les pièces latérales sont assez vastes. A Copán III, il s'agit, au sommet de chaque structure, d'un véritable ensemble de pièces, donnant sur chacun des côtés de la structure. On est ainsi en présence d'une grande variété de superstructures, parfois symétriques (à Uxmal, Chuitinamit, Comitancillo, Xochicalco...) parfois dissymétriques (à Toniná, Copán, Caquixay, Chichen Itza 3 C 10...) (planche photo no 28).

  • 12 E. Matos Moctezuma : Muerte a filo de obsidiana, SepSetenta, Mexico 1976.
  • 13 Cette similitude soulève d'ailleurs une question : elle ne peut être le fait que d'une influence d (...)

43L'importance de ces structures, en relation avec le jeu, apparaît lorsque l'on considère par exemple le cas de Chichen Itza (str. 2 D 1) et de Tula (terrain no 2). Dans les deux cas12 l'organisation du terrain est semblable : malgré des différences de profil, légères, les plans sont exactement semblables13. Qui plus est, au sommet de la structure latérale Est des deux terrains, à l'extrémité Sud, se trouve, à Chichen Itza, le Temple des Jaguars, à Tula un Temple similaire. Enfin, les deux terrains sont associés à des Tzompantli, comme on le verra plus bas. Il y a donc similitude totale et volontaire dans les deux cas, et désir de donner aux terrains la même valeur, tant pratique que cultuelle. Il existe bien sûr des différences mineures, en particulier dans le cas du terrain de Tula (Cepeda Cardenás 1972), mais la similitude des deux terrains démontre l'importance du rôle de ces superstructures (planche photo no 28).

44Dans ces conditions se pose la question de déterminer la fonction de ces constructions. On ne dispose pour ce faire que de très rares données iconographiques ou techniques (présence de peinture dans certaines superstructures, comme à Chichen Itza (str. 2D1), ou de sculptures, à Chichen Itza (str. 3D4) ; existence de banquettes, le long des murs...) difficiles à analyser ; mais on dispose également des données fournies par les chroniqueurs (cf. Durán, 1ère Partie, Chap. III), quant aux cérémonies ou activités qui accompagnaient le jeu ; pour résumer, elles sont de trois types :

45D'une part, de nombreux spectateurs assistent au jeu, depuis le sommet des structures latérales ; mais cela ne nécessite pas d'abri particulier, ni même du type élaboré de certaines structures, souvent trop petites d'ailleurs pour accueillir des spectateurs. Il existe cependant une variété de spectateurs privilégiés : les juges ou arbitres, dont le rôle ne saurait être comparé à celui des arbitres sportifs courants ; si le jeu a une signification symbolique, leur jugement a, par ce fait même, une valeur essentielle. Dans ces conditions, il est possible de concevoir qu'il puisse disposer de locaux particuliers, en rapport direct avec le terrain, afin de se préparer au jeu, et de surveiller son déroulement correct.

46Ce fait les rapproche du deuxième aspect mentionné par les chroniqueurs : il s'agit des cérémonies associées au jeu. Elles peuvent être de deux types : il y a les cérémonies propitiatoires qui précèdent le jeu et qui se déroulent de nuit, avec jeûne, offrandes et prières ; mais il ne semble pas nécessaire que ces cérémonies se déroulent obligatoirement sur le terrain. Il existe aussi (du moins à l'époque aztèque) des cérémonies de remerciements aux dieux, après la victoire, des sacrifices et offrandes associées. Or, les chroniqueurs soulignent que les divinités associées ou présidant le jeu avaient leurs statues sur le terrain : il est peu probable que les dieux aient été présents sur l'allée ; il s'agirait plutôt des structures latérales. Les cérémonies de remerciements se déroulaient plutôt, dans ces conditions, sur les mêmes structures latérales. La présence de temples, comme de simples plates-formes, s'expliquerait ainsi par l'existence de ces cultes postérieurs à une partie. De ce point de vue, la présence de sculptures représentant des guerriers mexicains tenant par les cheveux des prisonniers mayas, dans la superstructure du terrain 3D4 de Chichen Itza se justifierait, puisque l'iconographie rappelle et complète celle de plusieurs terrains de ce site (str. 2 D1)...

47Le problème est le même en ce qui concerne les superstructures localisées sur les structures terminales : plus rares, puisque par définition on ne peut les trouver que dans les types fermés (Chichen Itza, Manzanilla et les terrains des types IV et VII en sont les exemples les plus représentatifs), ces superstructures ont plus rarement été fouillées. Elles présentent cependant de nombreux points communs avec les précédentes. On y trouve en effet les mêmes éléments : pièces ouvertes sur l'allée, peintures (comme les scènes de décapitation et de réduction de têtes du Temple de l'Homme Barbu à Chichen Itza (str. 2 D1), ou structures de type autel ou banquettes comme à Toniná (str. H 6/4). Dans ces derniers cas, les situations sont semblables à celles évoquées plus haut : à Chichen Itza, l'iconographie est proche de celle présente sur le terrain, puisque dans les deux cas il s'agit de scènes de décapitation (Moser 1975) ; à Toniná, la situation est encore plus accentuée, puisqu'au centre de la superstructure sud du terrain se trouve une structure en U, dans l'axe exact de l'allée. Il existe un lien évident mais difficile à définir, d'autant plus que la fonction d'ensemble de la structure reste mal connue. On a pu supposer également la présence, en association avec cette superstructure, d'un système hydraulique (Taladoire 1974), construit sur un modèle similaire à celui identifié à San Antonio (Agrinier 1966, 1969). Dans ce dernier exemple, la fonction de la superstructure est parfaitement identifiée puisqu'il s'agit d'un temascal, en relation directe avec les cérémonies de purification et de protection du corps, précédant et suivant le jeu. On reviendra plus bas sur ce type d'association précise entre terrain et bains de vapeur ; ce qui importe ici est l'identification précise du rôle à la fois cérémoniel et curatif d'une superstructure qui vient à l'appui des hypothèses exposées ci-dessus sur la fonction religieuse des superstructures.

Les structures associées

48Un dernier type de structures associées reste à mentionner. Il s'agit des structures accolées aux terrains (à distinguer du problème, déjà envisagé, des structures aménagées, pour la construction d'un terrain). Il en existe, une fois de plus, une grande variété, depuis de simples pièces ou petits temples (comme à Cobá), jusqu'à des structures aussi complexes que le temascal 3E 3, accolé au terrain 3E2 de Chichen Itza (planche photo no 29), en passant par des piédestaux de stèles, comme à Chinkultic. La mieux connue reste, à l'exception du temascal de Chichen Itza (qui joue, de toute évidence, un rôle comparable à celui de San Antonio) la structure accolée de Tula, près du terrain no 2 (Cepeda Cardenás 1972). Il s'agit d'un petit temple, dans lequel les fouilleurs ont trouvé des traces de trous de poteaux : on sait par Durán qu'à la veille d'un jeu les joueurs jeûnaient et veillaient, en ayant accroché leurs protections et leurs balles à des poteaux. Cepeda Cardenás interprète par conséquent ce petit temple comme le lieu des offrandes et des prières avant le jeu : les superstructures étant plus particulièrement consacrées aux cérémonies postérieures au jeu, les structures annexes seraient plutôt destinées aux cérémonies antérieures de préapration. Cependant, il est difficile de faire une distinction stricte, puisque les temascales peuvent servir aux deux types de cérémonies, et occupent les deux positions.

49Ce n'est que la fouille, systématisée, des superstructures et structures associées qui permettra de passer à un stade ultérieur de l'étude et de procéder, par comparaison, à une définition, de plus en plus précise de la fonction de ces structures. On est cependant, dès à présent, en mesure de souligner l'existence de trois types d'association déjà identifiés, avec les autels, les temascales et les tzompantli.

  • 14 Bien que l'autel entre, au même titre que les terrains ou les stèles, dans la définition des centr (...)

50En ce qui concerne les autels tout d'abord, le problème a déjà été partiellement examiné ci-dessus, à propos des terrains du type IV. Ces derniers ne constituent pas le seul exemple d'une telle association puisque le terrain de Toniná (str. H 6/2-3, type VII), certains terrains des Basses Terres mayas... sont dans des situations similaires. Le problème réside essentiellement dans la définition de la structure appelée autel : ce terme peut désigner en effet aussi bien des structures circulaires, ou d'autres formes, en général en association avec les stèles, de petites structures (1 - 2 m de haut), carrées ou rectangulaires, localisées sur des places ou devant d'autres structures (ce qui est le cas dans le type IV), ou des constructions basses, de formes diverses (comme la construction en U sur le sommet de la superstructure sud du grand terrain de Toniná), localisées dans d'autres structures. Le premier type d'autel ne nous intéresse pas directement ici14, dans la mesure où il n'a été relevé aucun cas d'association directe avec un terrain. Seules les deux dernières définitions peuvent être envisagées ici ; mais il semble nécessaire de procéder à une étude plus approfondie, pour tenter de distinguer entre ces deux types de structures si différentes. Il est en effet difficile de considérer qu'elles jouent le même rôle, compte tenu de leurs différences, tant de localisation que de formes. Une telle étude n'a pas encore été faite et devrait être envisagée : cependant, à Toniná, divers sondages effectués dans ce type de constructions n'ont strictement rien donné ; c'est donc plutôt par la fouille des autels situés au centre des places que l'on pourrait commencer, dans la mesure où leur taille et leur localisation les rendent plus à même de fournir du matériel pour l'étude (sépultures, tessons, permettant de dater la construction, offrandes...).

  • 15 Selon la typologie adoptée, le bain de Los Cimientos-Chustun serait du type III (une seule pièce r (...)
  • 16 Selon des informations orales de Dennis Puleston, il est possible que la structure circulaire asso (...)

51Le problème d'une association terrain de jeu de baile/temascal avait déjà été partiellement envisagé, au sujet du système hydraulique trouvé à Toniná, près du terrain H 6/2-3 (Taladoire 1975). On avait alors tenté d'une part d'identifier la nature de la structure fouillée, et pour ce faire de présenter une typologie des temascales en trois types et deux groupes provisoires. Depuis, deux nouveaux bains de vapeur sont venus enrichir la liste de 21 temascales : ils ont été trouvés et fouillés à Teotenango (Piña Chan 1975) et à Los Cimientos-Chustun (Ichon 1977)15. Sur ce total de 23, treize cas d'associations terrain/bain de vapeur (ou système hydraulique) ont pu être relevés16 Ils se répartissent en trois groupes : il peut y avoir association directe, comme à San Antonio (Agrinier 1966, 1969) et à Toniná (Taladoire 1975), où le système hydraulique joue le rôle d'une superstructure et à Chichen Itza (str. 3 E 2 et 3 E 3), où le temascal est une structure accolée au terrain. Dans ces trois cas, il est hors de doute qu'il existe un lien direct entre les deux types de structures. Un deuxième groupe est constitué par les sites sur lesquels le terrain appartient à un groupe qui contient également un temascal. Tel est le cas sur des sites aussi différents que Piedras Negras (str. R 11 et R 13 et str. K 6 et K 23), Tikal (5 E 22 et terrain 5D42, 5 E 31), Palenque, Chichen Itza (str. 3C17 et terrain 3C10), Quirigua (s'il s'agit réellement d'un bain) et Xochicalco (le bain étant dans un petit groupe d'habitations au sud du terrain). Ce type d'association, plus logique que spatial, est à rapprocher de la présence, sur de nombreux sites, de cours d'eau, près des terrains. Le troisième type d'association est plus curieux car, loin d'être évident, il a pu être relevé sur trois sites : il y a bien association directe spatiale, mais les positions chronologiques sont totalement différentes. A Teotenango, en fouillant sous le terrain de jeu de balle, on a découvert, sous la zone terminale est, un temascal, antérieur au terrain. Ce type de superposition ne pourrait être que le fruit du hasard si, à Tula et à Monte Alban, on n'avait découvert des situations comparables : à Tula (terrain no 2, Cepeda Cardenás 1972, Matos et al. 1974), comme à Monte Alban (terrain no 3), le centre d'une des structures latérales a été creusé pour édifier une structure circulaire qui rend le terrain inutilisable. A Tula, l'identification de cette structure comme un bain de vapeur ne fait aucun doute. A Monte Alban, en l'absence de fouilles, il est difficile d'exprimer une certitude, mais la similitude des situations rend la chose probable. Ces trois exemples ne mériteraient aucune mention si les autres cas n'avaient pas été relevés. Tel que le problème se pose, il semble évident qu'un lien a existé dans la réalité entre les deux types de structures, et que ce lien ait laissé dans les esprits des traces telles que, même après la disparition du lien, l'idée de l'association se soit maintenue. Il reste maintenant à définir la nature de ce lien.

52Il est à peu près évident pour trois raisons. Tout d'abord, sur le plan logique, le jeu, violent et rapide, faisant transpirer les joueurs, il est tout naturel que ces derniers soient désireux, ensuite, de se rafraîchir et de se détendre. L'association terrain/bain ou système hydraulique est donc probable. Elle trouve une confirmation chez des chroniqueurs comme Gumilla ou Pérez de Ribas, qui confirment tous deux la pratique de bains à la fin d'un jeu. Mais, deux autres circonstances rendent probable l'existence d'un autre usage : le bain de vapeur est utilisé, des chroniqueurs comme Sahagún et Clavijero l'attestent, pour soigner malades et blessés, ainsi que lors des veilles, jeûnes... qui entrent dans la préparation de certains rites. Or le jeu est précédé d'une telle veille, et la violence du jeu provoque des blessures, parfois graves. Bien que l'on ne dispose, ni chez les chroniqueurs ni dans les codices, de mention d'un tel lien entre les deux types de structures, la seule présence, d'après l'archéologie, de plusieurs cas d’associations confirme cette hypothèse. Dans ces conditions, il est probable que des fouilles pratiquées dans des structures voisines de terrains feront apparaître d'autres temascales.

  • 17 Cf. Matos 1972 et Muerte a filo de obsidiana, SepSetenta, Mexico 1976.

53Le problème des tzompantli est légèrement plus complexe. On n'a identifié avec certitude, à l'heure actuelle, que trois structures de ce type en Mésoamérique, à Tula, Chichen Itza et Tlatelolco. Or, dans les trois cas, on est en présence d'un lien indirect entre les tzompantli et les terrains. A Tula (terrain no 2) et à Chichen Itza (str. 2 D1), les tzompantli sont de longues structures en T, localisés sur le flanc est des terrains principaux. Ayant mêmes plans, mêmes fonctions, mêmes dimensions, mêmes orientations et mêmes localisations, ils présentent de plus un problème commun17 : le tzompantli de Tula est de phase aztèque, donc contemporain du temascal et d'une époque à laquelle le terrain ne pouvait plus être utilisé. Le tzompantli de Chichen Itza, non daté pour l'instant, semble postérieur à la construction du terrain, puisqu'il est construit sur le sol de la place. Or le lien entre terrains et tzompantli trouve une confirmation dans le Codex Florentino qui montre le centre cérémoniel de Tenochtitlan avec cette structure jouxtant le terrain. Lors des fouilles du métro (Gussynier 1974), on a trouvé à Tlatelolco, dans ce que l'on suppose être le tzompantli, une offrande contenant deux maquettes de terrains, un couteau de silex et du copal. L'ensemble était évidemment daté de l'époque mexica. Il semble donc certain qu'à l'époque aztèque, un lien existait, qui unissait le jeu et les terrains d'une part, les rites de sacrifice par décapitation et les tzompantli de l'autre. L'importance de ces liens était telle que, même après que l'usage du terrain de Tula se soit perdu, l'utilisation du tzompantli et peut-être sa construction, se poursuivaient, tant à Tula qu'à Chichen Itza. Cette situation est d'autant plus paradoxale que les rites de décapitation en liaison avec le jeu de balle remontent à une antiquité beaucoup plus marquée, comme le démontrent les nombreuses représentations iconographiques comme la stèle d'Aparicio, les bas-reliefs de Chichen Itza ou les nombreuses têtes de mort et têtes coupées du Tajín, de Santa Lucía Cotzumalhuapa... (cf. IIe Partie, Chap. V). Cette association terrain/tzompantli tend donc à démontrer la pérennité d'une tradition et d'un culte, mais également l'évolution typiquement aztèque de ce culte, ainsi que le maintien d'une idée, par delà des changements matériels énormes : le cas du terrain de Tula, où la structure perd sa fonction mais non sa valeur symbolique, prend par conséquent une importance dans l'étude du culte du jeu et de son évolution dans le temps.

II/5. CONCLUSION A UNE APPROCHE DU PROBLEME

54Il est impossible d'affirmer l'existence d'une règle absolue qui régisse l'orientation, la répartition ou la construction des terrains dans les centres cérémoniels : la diversité des types, des civilisations, les modifications subies tant par les techniques architecturales que par le contexte religieux... rendent nécessaire de partir des cas particuliers, pour tenter d'établir l'existence de certaines constantes, valables le plus souvent sur un plan local ou dans un laps de temps déterminé. En fonction de ces constatations, il a cependant été possible, dans le cadre limité de ce chapitre, d'établir quelques principes valables pour l'ensemble :

  • le terrain constitue un des éléments caractéristiques des centres cérémoniels (majeurs ou mineurs), mais en aucun cas on ne le rencontre sur des sites plus petits.
  • en tant que tel, il obéit aux règles internes qui régissent la construction et l'organisation internes de chaque centre, c'est-à-dire à la fois les impératifs religieux et urbanistiques et les nécessités de l'adaptation à un environnement.
  • il possède cependant sa propre signification et sa logique (qui a certainement évolué dans le temps) et qui détermine certains phénomènes constatés avec régularité :
    1. des orientations préférentielles dans le cadre de chaque site et éventuellement une localisation sélectionnée.
    2. des associations avec des structures annexes ou associées, en fonction de liens à la fois logiques, religieux et pratiques.
    3. une organisation propre et une logique interne qui, malgré des variations dans le temps et dans l'espace, sont la source d'une certaine hiérarchie de sites (du strict point de vue du jeu), distincte d'une hiérarchie de taille. Cette hiérarchie peut s'établir en fonction de deux critères : le nombre de terrains par sites et l'importance du rôle du terrain ou des terrains dans un site.

55Toutes ces données permettent de souligner, en se fondant sur des données architecturales et urbanistiques uniquement, que les terrains de jeu de balle sont l'expression matérielle d'un culte propre qui ne s'intègre pas obligatoirement aux concepts religieux du groupe qui le pratique et qui domine parfois (ou plutôt représente l'expression d'une domination) la vie d'une communauté, de façon suffisante pour la modifier. Bien plus, l'exemple du terrain no 2 de Tula et des constructions associées, tant par leur signification spatiale (la ressemblance avec le terrain 2 D1 de Chichen Itza) que temporelle (la pérennité de l'idée sur la fonction, dans le cas des structures associées d'époque aztèque), démontre la vigueur de ce culte et son caractère dominant par rapport au simple aspect sportif et quotidien.

Notes

1 J. Galarza, Lienzos de Chiepetlan, M. A. E. F. M., Mexico 1972.

2 Copán en effet daterait du début du Classique Récent (Strömsvik 1952) ; Chichen Itza (2 D1) est très mal daté puisque l'on discute encore pour savoir s'il est du Classique Moyen (Parsons 1967-1969) ou du début du Postclassique. Et en ce qui concerne El Tajín, il semblerait que ce site soit plutôt de la fin du Classique Récent.

3 Dans le cas de Copán, le maintien de l'orientation nord-sud n'aurait, a priori, rien de surprenant si l'on ne connaissait pas des exemples de reconstructions avec orientations modifiées, comme à Los Naranjos. Le cas de ce dernier site, ainsi que quelques exemples comme Chalchitan ou El Calichal, montre les limites des règles énoncées ci-dessus.

4 Sur ces 2 derniers sites, ce ne sont plus 2 terrains mais 5 ou 7 qui présentent des orientations régulières : il faut cependant noter que les directions dominantes ne sont pas à proprement parler nord-sud et est-ouest, mais des orientations intermédiaires. Ce qui est intéressant est la régularité du phénomène, plus que la rigidité des orientations.

5 L'absence d'un terrain sur un grand site est peu significative, tant qu'un plan complet du site n'a pas été établi : la découverte récente de nouveaux terrains à El Tajín (Krotser and Krotser 1973) ou sur le plan dressé par Ian Graham (1976) du site de Naranjo, sur lequel aucun terrain n'avait encore été signalé, montrent la nécessité de disposer de documents complets.

6 Il existe un certain nombre de sites, aussi divers que Copán, Monte Alban, Toniná, Chalcatzingo ou Gatlin Site, où la présence de plusieurs terrains ne reflète pas une réalité spatiale mais temporelle : à Copán ou Gatlin Site, il s'agit en fait de reconstructions périodiques du terrain, sur le même emplacement. Sur les autres sites, l’un des terrains date du Préclassique et les autres exemples sont du Classique Récent. Il est évident que de telles données ne sauraient entrer dans une étude de la disposition spatiale des sites, ou une analyse de la répartition des sites à terrains multiples. Cependant, on ne saurait négliger l'apport d'une telle durée chronologique du jeu sur un même site. Dans le cas de Copán, il est particulièrement intéressant de voir le même emplacement maintenu sur plusieurs siècles, alors que le reste du site connaît des modifications. Dans le cas où le premier terrain date du Préclassique et les derniers du Classique Récent, le maintien sur un même site d'une si longue tradition contribue à souligner le caractère essentiel de ce site, dès une époque retirée, et le maintien de son rôle pendant une longue période.

7 Le site de Tikal présente la particularité, exceptionnelle, de possèder un terrain triple (str. 5 D 78-81), dont la construction s'est déroulée en trois temps : dans un premier temps, le terrain central fut édifié, puis les deux autres furent construits par ajouts successifs. Ces trois terrains sont ouverts. Le cas des terrains doubles de San Isidro (Matos 1966) et de Colonia Lopez Mateos (Navarrete y Piña Chan 1967) semble totalement différent outre le fait que ces deux sites soient assez proches l'un de l'autre, le fait qu'il s'agisse de terrains fermés implique que leur construction s'est faite en une seule fois. Par ailleurs (et dans la mesure où ces deux terrains doubles sont de plan fermé (type VII), on peut postuler pour eux une date légèrement postérieure à celle de la construction du terrain triple de Tikal, sans pouvoir dire s'il s'agit d'une idée originale ou d'un apport.

8 Il est possible que le site d'Horcones (qui comprend terrains de plans ouverts et fermés) entre dans ce groupe, ainsi qu'un site des Hautes Terres du Guatemala, encore mal connu.

9 Si des sites comme Chalcatzingo, Monte Alban ou certains sites du Chiapas peuvent en effet être considérés comme ayant connu une influence olmèque directe, il n'en est pas de même de sites comme Toniná par exemple : malgré la présence à Xoc (Ekholm 1973) de bas-reliefs olmèques, la date même du terrain de Toniná est plus tardive ; la présence d'un terrain préclassique se justifie donc plutôt par un héritage que par un apport direct. Il en est probablement de même pour le terrain de Pueblito par exemple.

10 On ne dispose pas d'informations suffisantes en ce qui concerne des sites comme Mirador, mais la présence d'un terrain au moins est presque une certitude.

11 Selon les définitions adoptées lors des fouilles de Toniná, un autel est une structure basse, de un ou deux degrés, de plan carré ou rectangulaire.

12 E. Matos Moctezuma : Muerte a filo de obsidiana, SepSetenta, Mexico 1976.

13 Cette similitude soulève d'ailleurs une question : elle ne peut être le fait que d'une influence d'un site sur l'autre ; on est donc confronté à un dilemne : ou bien l'on admet l'antériorité des terrains de Chichen Itza et l'influence joue alors dans le sens Chichen Itza - Tula, selon l'hypothèse formulée par Kubler (1961) ; ou bien l'influence s'exerce à partir de Tula vers Chichen Itza selon les hypothèses traditionnelles, mais il est alors impossible d'accepter les théories de Parsons (1967-69), Pasztory (1972) et Cohodas (1975), sur la datation du Classique Moyen des terrains de Chichen Itza : il semble vraisemblable, au vu de certaines données exposées ci-dessus sur des apports mayas dans le Nord de la Mésoamérique, que les influences ont joué dans les deux sens et que le terrain de Tula est le fruit d'un apport du Yucatan.

14 Bien que l'autel entre, au même titre que les terrains ou les stèles, dans la définition des centres cérémoniels majeurs, dans la zone maya.

15 Selon la typologie adoptée, le bain de Los Cimientos-Chustun serait du type III (une seule pièce rectangulaire rassemblant foyer, banquettes et drain et réservoir d'eau) tandis que celui de Teotenango entrerait également dans ce type, mais avec moins de certitude.

16 Selon des informations orales de Dennis Puleston, il est possible que la structure circulaire associée au terrain de Jimbal puisse être un temascal.

17 Cf. Matos 1972 et Muerte a filo de obsidiana, SepSetenta, Mexico 1976.

Table des illustrations

Titre Tableau no 17 – Orientation des terrains par grandes régions.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search