Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Troisième partie. Synthèse, thématique des données archéologiques

Chapitre I. Aspects architecturaux de l'étude

Texte intégral

1Un terrain est donc un agencement particulier de structures disposées de façon à permettre le déroulement d'une activité précise : le jeu de balle.

2Ces structures se présentent toutefois sous des aspects assez différents, puisque l'on a pu définir au moins neuf types, pour la seule Mésoamérique, sans compter de très nombreuses variétés, et des cas particuliers. Il est donc évident que les conditions de construction et d'aménagement diffèrent en fonction de divers impératifs. On a pu les regrouper sous quatre rubriques différentes :

  1. les techniques locales de construction, en fonction des matériaux disponibles et des conditions du terrain.
  2. les nécessités d'aménagements internes, selon le plan du terrain.
  3. les impératifs du jeu, du point de vue du plan.
  4. les impératifs du jeu, du point de vue du profil.

3Ce sont ces quatre points que l'on examinera ici.

I/1. LES TECHNIQUES DE CONSTRUCTIONS ET LEURS CONSEQUENCES

4On a identifié des terrains à peu près dans tous les types d'environnements, depuis les Terres Chaudes jusque dans les Terres Froides, dans des zones désertiques comme dans des régions de forêts tropicales. Il est donc évident qu'en fonction des environnements, des matériaux disponibles, des nécessités climatiques et des types de terrains, il existe une infinie variété de techniques de construction. Cependant, on note certaines constantes dues en partie au fait qu'il s'agit, au départ, d'un type précis de structure, et par ailleurs des caractères typiquement mésoaméricains.

5Le premier trait réside dans l'existence de restaurations ou de reconstructions périodiques : ce fait a été constaté à Copán, à Chalchitan, à Monte Alban mais aussi à Gatlin Site, en Arizona : ce point contribue à renforcer l'idée d'un lien entre la Mésoamérique et le Sud-Ouest des États-Unis.

6Le second point consiste à utiliser une technique de construction très simple : les structures sont constituées, pour la majeure partie des terrains, par un noyau de pierres et de terre, sur lequel on construit véritablement avec des dalles ou des pierres plus ou moins bien taillées. La disposition de ces pierres peut varier (ainsi que leurs dimensions), mais le principe reste le même. Enfin, pour compenser les irrégularités des pierres, on dispose une couche de stuc, plus ou moins épaisse, selon les besoins. Cette couche de stuc, bien aplanie, est peinte, éventuellement. Ceci constitue la technique la plus courante, mais il peut exister des exceptions, comme par exemple les constructions en adobe des terrains de type V ou l'utilisation de la terre simple (certains terrains préclassiques, des terrains de l'Arizona...). Enfin, il est évident que ce type de travaux ne peut être envisagé que lorsque l'on doit construire l'ensemble ; il existe des cas où l'on creuse le terrain dans le sol, comme à Casas Grandes par exemple : les mêmes problèmes ne se posent pas. On reviendra ci-dessous sur ce point.

7Enfin, le troisième trait constant est le soin apporté dans la construction du sol : les techniques varient alors beaucoup plus, en fonction des matériaux, mais on constate toujours la même vigilance, qu'il s'agisse des sols de Caliche en Arizona, des dallages (à Copán), des sols de stuc ou, dans certains cas (Tonina, Tikal, La Unión), de l'utilisation de véritables sols de soutènement destinés à éviter les déformations.

8Les différences commencent à apparaître au niveau des matériaux avec, par exemple, les roches calcaires du Peten et du Yucatan, les roches volcaniques pour les Hautes Terres mayas ou le Haut Plateau mexicain, la simple terre pour les zones de désert, les galets à Izapa... Si le calcaire est facile à tailler, donc à ajuster, l'utilisation de galets implique celle de ciment ou de mortier, et l'application de stuc par exemple... D'où une première série de différences, de région à région.

9Mais il existé également des techniques de construction très différentes, constatées sur certains exemples. La technique la plus courante consiste à édifier le terrain sur un espace plat, selon la méthode expliquée ci-dessus (noyau de pierres et revêtement de pierres taillées). La majeure partie des terrains de plans ouverts sont dans ce cas. Mais, certains d'entre eux ont parfois nécessité des aménagements spéciaux, lorsque le sol n'était pas parfaitement plat : à Xochicalco, on a construit des piliers de soutènement du côté du ravin pour empêcher le sol de s'affaisser ; à Mixco Viejo de même, on a édifié de vastes murs de soutènement ; à Toniná (str. G 5/1-2) enfin, pour rendre utilisable le terrain, il a fallu procéder à divers petits travaux de creusement, de remblaiement... sur quelques dizaines de centimètres de haut au maximum. Le principe même de construction n'est pas modifié et seule l'allée est affectée par ces travaux.

10Par contre, il existe un certain nombre de terrains creusés à mi-pente, et dans ce cas la technique combine le creusement et la pose de murs de soutènement sur un côté du terrain et le remblaiement, et la construction de piliers, de sols... (afin de prévenir un affaissement) de l'autre côté : le terrain H 6/2-3 de Toniná, ceux de Maravilla et Manzanilla, ou l'un des terrains de Nebaj, sont dans ce cas. Une variante de ce groupe est constituée par le terrain de Tzicuay ; au départ un étroit passage entre les deux éminences naturelles, aménagées en structures latérales, tandis que les zones terminales sont construites ou creusées.

11Une autre technique est le creusement pur et simple du terrain dans le sol : cela ne nécessite alors que la pose de murs de pierres, à l'intérieur du terrain, sans autre aménagement particulier. C'est en partie le phénomène constaté à Casas Grandes.

12Enfin, à Amapa, Clune (1963) a pu relever une technique très particulière qui combine le remblaiement et le creusement dans le remblai accumulé. Il est évident, en réalité, que ces diverses techniques se combinent sur un même terrain, et qu'il est difficile de les séparer. En fait, chaque terrain présente son mode de construction, particulier, dans le cadre du site et des impératifs d'ensemble du jeu.

I/2. LES STRUCTURES ANNEXES, DE CARACTERE INDISPENSABLE

13Si les terrains se présentent sous la forme de deux monticules parallèles, donc de plan ouvert, il est évident qu'ils ne nécessitent aucun aménagement particulier de caractère secondaire. Par contre, lorsqu'ils sont de plan fermé, en général deux éléments sont présents : des drains, pour ne pas voir le terrain se transformer en réservoir, et des escaliers d'accès. Cependant, il existe un certain nombre de terrains "fermés" qui, en fait, ont des communications directes avec les structures alentour, par des passages laissés dans des angles ou dans les murs des structures terminales : les terrains de Chichen Itza (avec leurs structures en U), d'Amapa, de Zaculeu ; la plupart des terrains du type VII sont dans ce cas.

14Cependant, cela n'exclut aucunement l'existence d'un drain, comme le démontre l'absence d'escaliers à Amapa, alors que le terrain compte deux drains.

15La première de ces structures annexes par conséquent est le drain, obligatoire pour la plupart des terrains fermés. On n'en a découvert que sur 18 terrains, à l'heure actuelle, des types V (Kaminaljuyú, Los Cerritos-Chijoj), VII (San Antonio, San Isidro, Monte Alban 2 et 3, Tula 1, Xochicalco...), VI (Casas Grandes), VIII. (Mixco Viejo, Xolchun Xolpacol) et III (Amapa). Enfin, on peut noter, sur le pétroglyphe de Loma Alta, des incisions qui partent du terrain et peuvent être interprétées comme des "drains". On remarque que, parmi ces exemples, on trouve quelques cas de terrains ouverts ou plus exactement communiquant directement avec les zones voisines, comme San Isidro, Amapa ou Casas Grandes. Ce n'est donc pas uniquement lorsque le terrain est fermé que la nécessité d'un drain s'est faite sentir. Par ailleurs, il est probable que la présence d'un drain entraînait une conséquence logique : il faut accepter l'idée d'une pente, très légère, permettant l'évacuation de l'eau, par et vers le drain. Dans la plupart des cas, il est impossible de constater actuellement l'existence de cette pente, par suite des déformations et des destructions subies.

  • 1 L'absence d'escaliers d'accès aux terrains n'exclut nullement le fait qu'il puisse exister des esc (...)

16Le problème des escaliers d'accès se pose différemment : ils sont totalement inutiles dans les terrains ouverts, comme dans les terrains fermés qui bénéficient d'un accès direct aux zones voisines (comme c'est le cas à Chichen Itza, à Amapa, à Zaculeu...) ; on peut alors noter que les ouvertures sont toujours situées aux angles internes des zones terminales ou dans le fond (à San Gregorio par exemple ou El Terón)1. Des terrains des types III, VI, VII et VIII sont dans ce cas. Les premiers exemples d'escaliers d'accès apparaissent avec le type IV, type ouvert qui comporte une zone terminale ; dans la plupart des cas, la nécessité d'un escalier n'a pas été ressentie, mais à Tuchoc et à Xolchun, on note la présence d'escaliers axiaux et latéraux. Le problème est plus complexe pour les terrains de type V (Palangana) où l'escalier (plutôt les escaliers puisqu'il en faut deux au minimum : un pour monter sur les structures, un pour descendre sur - le terrain) est un élément essentiel. On en connaît en fait peu d'exemples, mais à Los Cerritos-Chijoj, on remarque que les deux volées de marches qui permettent l'accès au terrain sont dans des angles, ou dans l'axe, dans le mur de fond, c'est-à-dire à des emplacements où ils ne constituent pas une gêne pour le jeu. Il en va de même dans les types VI, VII et VIII : sur les terrains totalement fermés, les escaliers d'accès sont toujours placés dans les angles internes ou dans les murs de fond des zones terminales, et il est exceptionnel qu'ils soient en projection sur le terrain ; afin de gêner le moins possible, ils sont le plus souvent encastrés dans le mur, comme à Monte Alban (ns 2) où le grand escalier n'est en projection que de deux marches. Il existe divers types d'escaliers, étroits, larges... mais c'est dans le cadre de l'étude particulière de chaque exemple ou de chaque terrain qu'il conviendrait d'envisager le problème.

I/3. L'EVOLUTION DU PLAN ET SON ROLE DANS LE JEU

17Il n'entre pas ici dans nos préoccupations de déterminer l'antériorité d'un type par rapport à un autre, d'après des cas isolés : même si la fouille confirmait la datation préclassique de terrains fermés ou "palangana" dans la vallée de Tehuacan, cela ne changerait pas fondamentalement le fond du problème : que les trois types de plans (ouverts, fermés et "palangana") existent dès le Préclassique et au Classique Ancien, il reste que, au moment du grand essor du jeu, les types ouverts (I, II, III et IV) apparaissent les premiers et connaissent leur expansion maximum à cette époque : le type I disparaît à la fin du Classique Récent, les types II et III (v. 1) se maintiennent au Postclassique Ancien ainsi que le type IX, tandis que le type IV survit jusqu'au Postclassique Récent. Le type "palangana" connaît son apogée à la même époque classique récente, tandis que les autres types, fermés, apparaissent au Classique Récent (VI et VII), poursuivent leur existence au Postclassique Ancien, et se voient remplacer au Postclassique Récent par le type VIII, à son apogée. Ce n'est vraiment que dans les régions marginales (Huasteca, peut-être Guerrero) que la construction de terrains ouverts se maintient jusqu'à la Conquête.

18À l'intérieur même des types, on peut constater que les variétés constituent des cas intermédiaires entre terrains ouverts et terrains fermés. Certains sont partiellement fermés par une structure axiale, d'autres donnent sur une cour, certains sur une véritable petite zone terminale. Le cas des terrains de Chichen Itza avec, pour la plupart, une ou deux structures terminales en U, ou les terrains du type IV dont certains comportent une véritable zone terminale, sont de bons exemples de cette situation intermédiaire. Il semble que les terrains entrant dans ce cas soient plus tardifs que ceux du type proprement dits. Par ailleurs, Satterthwaite (1933, 1944) pense que, tant à Piedras Negras qu'à Yaxchilan, les structures terminales seraient postérieures à la construction des terrains. De même dans le cas des types fermés, on constate que la fermeture se marque de plus en plus : dans les types VI et VII, il est fréquent de voir une zone terminale incomplètement fermée (El Terón par exemple) et, de plus, l'un des traits du type VII réside dans les différences de taille entre les zones terminales. Dans le type VIII au contraire, les zones terminales sont petites et de dimensions égales et elles sont très bien fermées. Il apparaît que l'on est en présence d'une lente tendance à la fermeture des terrains et à la délimitation des zones terminales. En effet, si l'on considère provisoirement à part le problème des terrains de type V, la fermeture a pour seule conséquence de définir matériellement les zones terminales : cela ne modifie en rien le cœur du terrain, l'allée. C'est donc sur le problème de la fonction de ces zones terminales qu'il convient de se pencher maintenant.

19Il semble tout d'abord que l'on puisse diviser les terrains en deux grands groupes : ceux qui possèdent et ceux qui ne possèdent pas de zones terminales. Mais le problème est plus complexe, des deux côtés : pour les terrains ouverts, il existe, on l'a vu, de nombreux exemples de terrains comptant une zone terminale, une structure terminale... Bien plus, on connaît quelques cas dans lesquels on peut avoir un doute : à Copán III, il y a bien une structure terminale au nord du terrain, délimitant une aire assez vaste, mais au sud, le dallage de l'allée se continue sur une surface beaucoup plus limitée. À Altar de Sacrificios, Smith (1972) suggère la possibilité de l'existence de zones terminales marquées sur le sol, tandis qu'à Tonina (str. G 5/1-2), l'allée débouche, vers l'est, sur une zone en dénivellation qui peut aussi jouer le rôle de zone terminale. Enfin, il est impossible d'affirmer, comme de nier, la possibilité que des lignes peintes aient joué ce rôle. On ne peut donc pas dire que les terrains ouverts étaient dépourvus de ces zones.

20En ce qui concerne les terrains fermés, on constate que beaucoup d'entre eux sont également dépourvus de zones terminales (type V) ou que ces dernières sont incomplètes ou inégales (types VI et VII) : à Chinkultic, les zones mesurent respectivement 6,70 m sur 20, 20 m et 24,10m sur 24,70m. A Tenam Puente, elles mesurent 18,40m sur 9m et 17,60m sur 18m... Il existe bien un nombre élevé de cas de similitudes, mais le problème se pose à cause des différences : si le jeu nécessite une utilisation des zones terminales, de telles différences rendent le jeu plus difficile pour une équipe que pour l'autre : on pourrait évidemment envisager que cela corresponde à des tenues distinctes (cf. ci-dessus. IIe Partie, Chap. V). Mais cela n'expliquerait pas l'abondance et la variété des cas relevés ci-dessus. L'explication la plus simple consisterait à dire que les zones terminales n'ont en fait qu'une valeur très secondaire comme zones de sorties de la balle. On retrouve ici une idée avancée par les chroniqueurs, qui disent que les meilleurs joueurs se placent dans l'allée, d'autres occupant des postes dans les zones terminales, pour empêcher la balle d'y tomber (ce qui pourrait entraîner la perte d'un point). Dans ces conditions, il semble bien que la fonction des zones terminales soit mineure et que les structures terminales n'aient qu'une fonction de limites, mieux définies, pour le jeu. Il est possible que la construction de ces structures ait obéi à d'autres motifs, tels que le besoin de disposer de place pour les spectateurs ou certains parallèlismes avec la fermeture progressive des sites (constructions de fortifications, localisations des sites sur des hauteurs...). Il reste que l'on peut affirmer que le cœur du terrain reste l'allée et les profils intérieurs des structures latérales, seuls éléments constants quels que soient les types et les plans.

I/4. L’EVOLUTION DU PROFIL : SON ROLE DANS LE JEU

21L'allée étant toujours pareille (seules ses dimensions varient), ce n'est que le profil des structures qui va nous intéresser ici. On constate tout d'abord qu'il comprend toujours (sauf dans le type III) un talus, souvent surmonté d'un mur ou d'une corniche et qui s'arrête toujours avant le niveau du sol, pour faire place à un bord vertical ou subvertical, ou à une banquette. C'est donc le talus qui constitue l'élément essentiel du profil. Le profil des premiers terrains préclassiques, construits en terre, explique peut-être le fait que le talus constitue la base du profil : il est la transcription en pierres de la pente naturelle du sol. En ce qui concerne les autres éléments, un bref examen des mesures va permettre d'expliquer leur origine :

Bord ou banquette

Pente du talus

Hauteur du mur

Types I et VI

0,50 à 1,20 m

7-27o

0,50 à 2,85 m

Types II & IV

0,30 à 0,70 m

36-60o

1 m

Type VII

0,35 à 0,60 m

30-65o

1 m

Type IX

1,40 m

85o

 ?

Type VIII

0,40 à 0,80 m

62-87o

0,50 à 1 m

22Dans la majorité des cas donc, le premier élément est soit un bord, vertical ou subvertical, soit une banquette à bord vertical ou subvertical. On constate, dans tous les cas (y compris les terrains de type III) que la hauteur du bord varie entre 0,30 m et 1,40 m, la moyenne se situant aux alentours de 0,80 à 1 m. Cette hauteur correspond en général à la partie du corps humain qui va du genou à la hanche, c'est-à-dire l'une des parties du corps avec laquelle on frappe la balle. Il est évident que si ce bord n'existait pas, le talus se prolongeant alors jusqu'au sol, il serait plus difficile aux joueurs de récupérer la balle roulant le long du talus : la présence même d'un bord rend possible ce geste, y compris les variantes de balles hautes (les plus grandes hauteurs), et basses (les bords de faible hauteur). Il ne semble donc pas qu'il existe entre les terrains avec et sans banquettes une différence majeure puisque c'est la hauteur seule du bord qui peut jouer un rôle dans le jeu. Il est possible que la présence d'une banquette facilite par ailleurs le rattrapage de la balle, mais cela reste du domaine de l'hypothèse. Il est en tous cas certain que l'on ne constate aucune évolution des hauteurs de bord dans le temps.

  • 2 La présence des anneaux n'est d'ailleurs peut-être pas étrangère au développement de ce trait : il (...)

23En ce qui concerne le talus, au contraire, on peut noter un raidissement progressif de la pente, avec le temps et avec les types On avait déjà remarqué ce phénomène à propos des terrains de type I (IIe Partie, III/1 & suivants), en liaison avec une diminution ou une augmentation de la hauteur du mur vertical : les deux éléments variaient en proportion inverse, à Uxaml et à Copán par exemple. D'autre part, on constate, à l'exception du type I et du type VI, un raidissement du talus qui passe de 7 – 27o (types I & VI) à 62-87g (types VIII & IX et peut-être type V). Il y a donc une évolution vers la verticale qui explique peut-être la présence de murs verticaux dans le type III : au lieu de rouler sur la pente, la balle rebondira vers le terrain et pourra être rattrapée2. Il y a là une variante d'importance, mais qui ne modifiera pas fondamentalement le déroulement du jeu.

24En ce qui concerne le problème des types I & VI, on constate au contraire une diminution progressive de la pente du talus qui va de pair, en zone maya, avec un accroissement de la hauteur des murs (cf. Uxmal, Chichen Itza). Ce phénomène est particulièrement sensible pour les terrains de type VI, sur le Haut Plateau mexicain : la pente du talus tend vers l'horizontale, tandis que sa largeur s'accroît de 5 à 10 m. Ici non plus cela ne modifie pas fondamentalement le jeu, sauf pour ralentir la descente de la balle. Il semblerait donc bien établi, comme l'avait noté Satterthwaite (1933, 1944), que la pente du talus serve à la remise en jeu de la balle.

25Le cas de la corniche ou du mur (pas toujours présente ou conservée) ne pose pas de problème majeur : son rôle ne semble consister qu'à empêcher la balle, partant du terrain, de sortir par dessus les structures latérales ; frappant le mur (toujours vertical), la balle reviendra vers le terrain, comme sur les terrains de type III.

26Pour le cas particulier des terrains de type III (3 ex.), il ne se différencie pas fondamentalement de cas tels que Uxmal, ou les terrains de type VIII... Il semble qu'il ne s'agisse que d'une variante, sans implications directes pour le jeu. Borhegyi (1961, 1967) avait proposé une interprétation sur ce point, fondée sur la différence dans la tenue des joueurs, constatée sur les panneaux de Chichen Itza : il pensait que peut-être ces derniers frappaient la balle avec les pierres tenues à la main. Outre qu'on ne sache pas avec certitude si ces personnages sont des joueurs, donc si leur tenue importe pour le jeu (cf. ci-dessous, Chap. III), on ne possède aucun autre exemple (sauf pour le jeu de Dainzú), d'une utilisation de la main dans le jeu ; dans ces conditions, l'explication de Borhegyi semble devoir être rejetée, pour l'instant, et le problème posé par le type III doit être résolu par comparaison simple avec les autres prof ils, comme on l'a vu plus haut.

Notes

1 L'absence d'escaliers d'accès aux terrains n'exclut nullement le fait qu'il puisse exister des escaliers d'accès aux structures latérales, sur des terrains ouverts, par exemple, comme à Copán, à Chichen Itza ou à Palenque.

2 La présence des anneaux n'est d'ailleurs peut-être pas étrangère au développement de ce trait : il est plus facile d'envoyer la balle en hauteur qu'en diagonale, le long d'un talus.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search