Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Deuxième partie. Typologie des terrains de jeu de balle

Chapitre VI. Données archéologiques sur d'autres jeux de balle précolombiens

Texte intégral

1L'étude du vocabulaire dans les chroniques et les dictionnaires (1ère Partie, Chapitre III/5) avait permis de supposer l'existence de variantes dans le jeu (avec, en particulier, l'usage des genoux, des hanches), et également de plusieurs jeux différents, faisant intervenir d'autres types de balles ou de terrains (cf. Landa, Relación... Chap. 30). Il est donc évident que parler d'un jeu de balle constitue, au moins pour l'époque précédant immédiatement la Conquête, une simplification abusive. Il reste que les données de l'ethnohistoire ne peuvent s'appliquer qu'à une période assez brève de l'histoire mésoaméricaine et il est possible de se demander s'il est possible de retrouver des traces plus anciennes confirmant l'existence d'autres jeux.

2L'archéologie est, à l'heure actuelle, en mesure de répondre partiellement à cette question et l'ethnologie peut apporter quelques éléments qui confirment, à leur tour, l'existence d'autres jeux (cf. IVe Partie, Chap. I). Pour ne mentionner que deux exemples qui ne nous intéressent pas directement ici, Caso (1932a), dans une étude sur les jeux mésoaméricains, parle du patolli, sorte de jeu de l'oie dont l'existence est bien définie dans les codices et dont divers exemples ont été découverts en fouilles (à Toniná, deux patolli ont été identifiés : P. Becquelin et C. F. Baudez, en préparation). De même, le jeu, plus chargé de connotations religieuses, du volador, encore pratiqué actuellement, est connu par l'étude des codices et remonte certainement à une époque plus ancienne : plusieurs maquettes de l'Occident représentent en effet un homme au sommet d'un mât, identifié généralement comme un Volador cf. Pl. 77, 78, 81, 83, 86, in Von Winning Hammer 1972 et Lacaf 1976, n. d.). Ce sont cependant les jeux de balle qui nous intéressent ici et l'on a pu identifier, à plusieurs reprises, des jeux de ce type sur des sculptures, des peintures ou des figurines. Un premier groupe de jeux est représenté dans les peintures du Tlalocan, à Tepantitla : on compte ainsi trois jeux, l'un avec des battes (Caso 1942, Aveleyra 1963), un second avec les pieds, moins bien connu, et un troisième, rarement mentionné, qui s'apparente au tlachtli. En fouillant le site de Dainzú, plus récemment, I. Bernai (1967,1968, 1969) a mis au jour de nombreuses dalles représentant des joueurs de balle en action, pour un jeu qui diffère légèrement, semble-t-il, du jeu connu. Enfin, il faut noter que sur de nombreux sites on a découvert des boules de pierre, de dimensions très diverses, identifiées par certains (Borhegyi1969) comme des balles utilisées dans les jeux. Ce sont ces différents aspects que nous allons envisager dans ce chapitre.

VI/1. LE JEU DE BALLE A DAINZU

3Ce site sera étudié en premier, car la date attribuée aux dalles qui représentent des joueurs (le Préclassique Récent, Monte Alban I/II) permet d'y voir un des ancêtres possibles du jeu de balle classique. Il faut noter cependant que les travaux sur le site de Dainzú n'ont pas encore fait l'objet d'une publication complète, malgré la parution de plusieurs articles sur le sujet (Bernai 1967, 1968, 1969). Par ailleurs, une publication récente de I. Bernal et A. Seuffert ("Esculturas Asociadas del Valle de Oaxaca", Corpus Antiquitatum Americanensium, vol. VI, I. N. A. H., Mexico 1973), fait état de l'existence d'autres dalles semblables sur les sites de Macuilxochitl (pl. 4) et de Tlacochahuaya (pl. 3). Il est donc probable que la publication définitive de Bernai sur Dainzú portera à la connaissance du public de nouvelles données et fera, par ailleurs, mention de la découverte de nouvelles dalles sur le site même de Dainzú. Il est cependant possible, à l'heure actuelle, de donner de ce jeu une idée approximative.

  • 1 Il existe, par ailleurs, un terrain de jeu de balle, classique, à Dainzú.

4Le site de Dainzú a été occupé durant le Préclassique Moyen et Récent, période au cours de laquelle les habitants ont édifié une structure vaste, comportant deux murs en angle droit, recouverts de nombreuses dalles simples représentant des personnages aux postures dynamiques. L'ensemble est daté de Monte Alban I C (300 av. J.-C.) (Bernai 1968). Les 58 dalles identifiées à cette époque se répartissent en trois groupes bien distincts. Le groupe 1 compte une seule dalle qui représente un personnage coiffé d'un masque, qui est probablement l'oiseau au large bec. Il est accompagné d'une tête coupée. Le groupe 2, deux dalles, montre deux jaguars humanisés, assis en tailleur, que Bernai interprète comme les patrons du jeu. Le groupe 3, de loin le plus important et le plus productif, montre des joueurs, dans des positions acrobatique ? et dynamiques impossibles à dissocier d'un jeu mouvementé. Ils portent tous une tenue semblable qui inclut : casques (ou visières), gants, protection du torse, genouillère, ceinturon, culotte, et tous tiennent une balle de petites dimensions dans la main droite. Quelques glyphes ont pu être identifiés. De toute évidence il s'agit de joueurs : la position, la tenue et la présence d'une balle ne permettent pas de penser le contraire. Dans ces conditions, le problème gui se pose est celui de l'identification du jeu, en fonction de la position chronologique du matériel (Pl. photo 27, pl. d. 73.) Il est, en effet, inhabituel de rencontrer des sculptures de cette époque relatives au jeu de balle : la majeure partie des données iconographiques sont d'une période postérieure (Classique Récent ou Postclassique). Il est donc nécessaire d'envisager cet ensemble en fonction de nos connaissances sur ce domaine. On sait déjà qu'au cours des derniers siècles avant notre ère, des terrains de jeu de balle étaient construits dans diverses régions de la Mésoamérique (25 environ, cf. carte no 4). Deux d'entre eux sont localisés dans la vallée, à Monte Alban et San José Mogote1, et une quinzaine d'autres sont localisés au nord de la zone, dans la vallée de Tehuacan. Il est donc certain que le jeu de balle de type tlaohtli se pratiquait dès cette époque. Il faut, par ailleurs, mentionner l'existence de figurines représentant des joueurs, identifiées à Cuicuilco (Matos 1968) ou sur différents sites légèrement postérieurs. Ces figurines diffèrent sensiblement des représentations de Dainzú, en ce que leur équipement est beaucoup plus simple : un pagne épais, formant ceinture de protection, un gant et une genouillère, une coiffure éventuellement, telle est leur tenue. Le même équipement est en général attribué aux joueurs de l'époque classique ou postclassique, en liaison avec le tlaohtli. Il est donc pratiquement prouvé que le jeu traditionnel existe dès cette époque.

  • 2 Il semble possible, lors du service, que les joueurs de tlachtli tiennent la balle à la main.

5Dans ces conditions, se pose le problème des liens entre le jeu de type tlaohtli et celui de Dainzú. Il est à peu près impossible de décrire ce dernier : l'on sait qu'il s'agit d'un jeu violent et dynamique (d'après les attitudes) qui se pratique avec le corps, en utilisant une balle de petit format (donc différente de celle utilisée dans le tlaohtli), que l'on peut tenir à la main2. Il est évident qu'il existe de nombreuses ressemblances avec le tlaohtli, mais il est par exemple impossible de préciser s'il s'agit d'un jeu d'équipe, pratiqué sur un terrain... Dans ces conditions, les deux hypothèses suivantes peuvent être présentées :

  • il s'agit du même jeu, dans une version différente, explicable par son caractère d'ancienneté. Mais, dans ce cas, pourquoi trouve-t-on des figurines du style de celle de Cuicuilco ?
  • il s'agit d'un autre jeu, mais quelles sont ses règles ? Et, dans ce cas, comment peut-on trouver deux types de jeu, dès cette époque ?

6En définitive, un dernier problème se pose : sur le site d'El Baúl, le monument 27 est une stèle reliée au jeu de balle. Elle représente deux personnages en tenue de joueurs, l'un debout à droite, l'autre couché sur le dos, à gauche. Le joueur debout porte un masque animal (un jaguar selon les interprétations traditionnelles ; un opossum selon d'autres auteurs : Greene Graham et Rands 1972), deux gants, un pantalon, une ceinture, un collier et une genouillère. Il tient une balle de petites dimensions dans la main gauche. En d'autres termes, sa tenue est très semblable à celle des joueurs de Dainzú, et diffère au contraire fortement des autres joueurs de balle identifiés sur des stèles de Santa Lucía Cotzumalhuapa. Au-dessus de ce joueur, apparaît une divinité plongeante, accompagnée de deux glyphes, c'est-à-dire un motif très courant dans l'iconographie de cette région. Les joueurs représentés sur d'autres stèles de la région (Parsons 1967-1969) portent en général de grosses ceintures du type des jougs, mais n'ont pas de masques. Il est donc difficile de classer le monument 27 d'El Baúl dans le même groupe que les stèles de Santa Lucía Cotzumalhuapa-Bilbao. De plus, se pose un autre problème, de datation : alors que Bernai (1968) penche pour une datation préclassique (improbable), Greene Rands et Graham (1972) attribuent la stèle au Classique Moyen. Dans ces conditions, il est possible de se demander si le monument 27 d'El Baúl ne présente pas un lien avec les dalles de Dainzú : les tenues et les balles sont semblables, bien que le style diffère. Il pourrait donc s'agir du même jeu, à des époques contemporaines (si l'on accepte la datation de Bernai), ou plus probablement de survivances, à une époque légèrement postérieure. Il faudrait donc accepter que le jeu représenté à Dainzú et El Baúl soit suffisamment différent du jeu traditionnel pour mériter une représentation spéciale. Mais, on est alors en droit de se demander la nature du lien qui unit, à travers plusieurs siècles, la vallée de Oaxaca et la côte pacifique du Guatemala, sans que l'on ait d'autres preuves de la survivance de ce jeu.

VI/2. LE TLACHTLI A TEOTIHUACAN Pl. dessin no 71

7Les trois types de jeu de balle suivants ont été identifiés sur les peintures de Tepantitla (Teotihuacan) et appartiennent au portique 2, mural 2 et 3 (Miller : The Mural Painting of Teotihuacan, Dumbarton Oaks 1973). L'ensemble de ces peintures représente une vue idéale du paradis de Tlaloc, paradis terrestre destiné aux guerriers... (Caso 1942), et qui symbolise aux yeux des habitants de Teotihuacan la fertilité, la richesse, l'eau... Ce paradis, par de nombreux traits (abondance en eau, poissons, coquillages...), est relié à l'orient, c'est-à-dire à la côte du Golfe du Mexique, dont les contacts avec la culture de Teotihuacan ne sont plus à démontrer, mais restent à expliquer.

8C'est probablement dans ce contexte que se comprend la présence d'un terrain et de deux joueurs sur le mural 3. Au sommet de la peinture, on aperçoit en effet distinctement deux personnages dans des postures dynamiques, se tournant pratiquement le dos, dans une attitude semblable à celle des joueurs représentés par Ch. Weiditz (cf. Pl. photo ns 1). Ils portent un pagne assez épais, une coiffure simple et peut-être des genouillères. Entre eux, se trouve un objet rond, de grandes dimensions, qui est probablement la balle. Les deux joueurs évoluent entre deux murs parallèles, longs de 4 - 5met les extrémités de ce terrain sont ouvertes. Il est certain que ce motif représente un terrain de type ouvert (le profil ne peut être déterminé). Il faut mentionner ici que les travaux de Millon et de son équipe n'ont pas permis de découvrir à Teotihuacan un seul terrain de jeu de balle. Il est donc évident que ce terrain évoque un phénomène inconnu à Teotihuacan même. Or, ce type de terrain ouvert est fréquent sur la côte du Golfe, dans la région d'El Tajin par exemple. La présence d'un terrain du même plan, dans une description d'un paradis qui évoque la région fertile du Golfe, contribue à renforcer cette évocation, par un détail précis. Il faut rappeler ici que les peintures récemment découvertes de Las Higueras, d'époque Classique, comportent également un terrain de jeu de balle, mais ces peintures n'ont pas encore fait l'objet d'une publication ; il est donc impossible de procéder à un rapprochement, pour l'instant. Il reste que l'on trouve, à Teotihuacan, une description du tlachtli, en liaison avec une évocation de la côte du Golfe, ce qui permet de souligner que le jeu, non pratiqué à Teotihuacan, n'y est cependant pas inconnu et que la pratique du tlachtli est, pour les gens du Haut Plateau, caractéristique de la région totonaque.

VI/3. UN JEU DE BALLE, AVEC LES PIEDS

9Sur le mural 2, à Tepantitla, on note la présence d'un personnage isolé qui frappe du pied dans un objet rond, à peu près de la taille d'une tête. Il ne porte pas d'équipement particulier, à l'exception d'un pagne et d'une boucle d'oreille. Il est hors de doute que le personnage joue à la balle, mais il est difficile d'identifier le type de jeu. Il existe bien, d'après les chroniques, un jeu de balle qui se pratique avec les pieds, mais, en l'absence d'autres données, il serait prématuré de vouloir le rapprocher de cette représentation. On peut, tout au plus, noter l'existence de ce nouveau jeu, qui apporte la confirmation d'une nouvelle variété. Pl. dessin 73.

VI/4. LE JEU DE BALLE DU TLALOCAN (Pl. dessin 74)

10Il s'agit maintenant du jeu le plus connu, fréquemment décrit et analysé, en raison de son caractère particulier (Caso 1942, Acosta et Moedano Koer 1946, Aveleyra 1963, Pasztory 1972, Taladoire 1976). L'étude d'Aveleyra en particulier, a permis de mettre en relation les peintures du Tlalocan avec un type de sculptures identifié à Teotihuacan et sur d'autres sites ; il est donc certain, contrairement à ce qui a été décrit au paragraphe précédent, que l'on se trouve en présence d'un jeu bien défini, dont il est possible de donner une description.

  • 3 Il est impossible de parler de terrain, en l'absence d'indications sur les limites latérales de l' (...)
  • 4 E. Pasztory voit, dans ce joueur, une représentation de Xolotl, patron du jeu : cette hypothèse se (...)

11Deux équipes de six joueurs chacune s'affrontent sur une aire de jeu3 délimitée à chaque extrémité par un but. L'équipe de droite compte deux joueurs principaux, placés au centre du terrain : chacun d'eux porte une batte ornementée. Derrière eux, quatre joueurs d'appui sont disposés sur deux lignes : chacun porte une batte simple. Au fond du terrain, le but est une sculpture composite, constituée d'un piédestal, d'un fût cylindrique et de deux éléments discoïdaux superposés (l'un de ces éléments, ou les deux, peuvent en fait être de forme globulaire). Sur les deux disques, on note la présence de volutes qui évoquent les décors habituels des sculptures de la côte du Golfe. Au-dessus et au-dessous du but, on note la présence de deux joueurs qui sont visiblement hors du terrain. Le joueur inférieur porte une batte simple et parle avec l'un des joueurs en activité. Le joueur supérieur, couché, pleure et saigne : il est nettement blessé à la jambe. Sa batte est ornementée : il s'agit probablement d'un des joueurs principaux, blessé au cours du jeu et obligé de se retirer, ce qui atteste de la violence du jeu (il est d'ailleurs remarquable de voir, dans ce paradis de bonheur et de félicité, un être triste !4 L'équipe de gauche se compose également de six joueurs, deux principaux au centre, avec leurs battes ornementées et quatre, en appui, avec des battes simples. Le but est plus simple : il comprend uniquement un piédestal, un fût cylindrique et un disque. Au centre du terrain se trouve la balle, plus petite qu'une tête, et que les joueurs se renvoient avec les battes. La tenue des joueurs se compose, outre les battes, d'une jupe, d'une coiffure simple et de chaussures.

12Il est donc évident que l'on est en présence d'un jeu d'équipe, où chaque joueur a sa place et où les joueurs doivent défendre un but contre ceux de l'équipe adverse. Le jeu, violent, se pratique avec une batte (ce qui implique que la balle n'est pas obligatoirement en caoutchouc) et ne nécessite pas d'équipement spécial ni de terrain formel.

13L'existence de ce jeu a trouvé sa confirmation en 1963, selon l'article de L. Aveleyra A. de Anda : ce dernier réussit en effet à mettre en relation les peintures du Tlalocan et une stèle trouvée à La Ventilla. Il s'agit d'une sculpture composite qui comprend un piédestal, un fût cylindrique, un élément tronconique, un globe et un disque. De nombreux autres fragments de sculptures composites ont été identifiés par ailleurs, en divers points du site de Teotihuacan. La ressemblance entre la stèle de La Ventilla et les buts du jeu du Tlalocan est d'autant plus frappante que ce type de sculptures est rare en Mésoamérique. Il semble donc certain que la stèle de La Ventilla était un but destiné au jeu pratiqué à Teotihuacan.

14D'autres exemples de sculptures composites ont ainsi pu être identifiés dans deux autres régions de Mésoamérique, qui entretiennent des rapports avec la culture de Teotihuacan. A Kaminal juyu (Miles 1964-65)., la silhouette 2 se compose d'un anneau et d'un triangle, placés au sommet d'un fût cylindrique à tenon : l'existence d'un piédestal ne fait donc que peu de doute. Cette sculpture se rapproche du but gauche du jeu du Tlalocan. Les autres exemples de sculptures composites ont tous été identifiés dans le Guerrero : à Arcelia, la stèle de Cerro de los Monos est en fait une colonne sculptée (elle représente un visage), surmontée d'un cône et d'un cube, gui porte des motifs de fleurs à quatre pétales (un motif courant à Teotihuacan). A Tecpan, la stèle est un fût cylindrique surmonté d'un anneau. A Petatlan enfin, trois stèles du même type ont été identifiées. Il est certain qu'il existe certaines différences entre ces stèles, mais on a pu constater que les buts, sur les peintures du Tlalocan, ne comportent pas les mêmes éléments. On note cependant (cf. tableau no 16) que tous les buts comportent un piédestal, un fût cylindrique et un anneau ou un globe. Il est donc probable qu'il s'agit bel et bien du même type de but.

15L'existence du jeu trouve donc une confirmation dans l'existence de ces stèles (ou de certaines d'entre elles). Il reste à déterminer si ces stèles constituent la seule preuve archéologique de la réalité du jeu. Dans un article sur le problème (Taladoire 1976), il a été envisagé que certaines figurines de l'Occident qui représentent des personnages avec une batte, une tunique lourde et une coiffure, puissent être identifiées comme des joueurs. Il existe, en effet, dans l'art de l'Occident, un nombre élevé de figurines de ce type, qui sont pour la plupart dénommées "guerriers" ou "joueurs de balle" (cf. Gutierrez 1968 par exemple). Il serait improbable que toutes ces figurines, qui se différencient par de nombreux traits (présence ou absence de balle par exemple, ou de batte...) puissent être classées dans la même rubrique. En fait, les hypothèses présentées à leur sujet varient selon les auteurs : ce seraient des guerriers, des joueurs de balle, des "shamans" (Furst, in Bell 1971)... Il est cependant possible de procéder à un rapprochement entre quelques figurines et le jeu du Tlalocan.

  • 5 L'identification des fonctions reste évidemment soumise à un examen plus systématique que celui en (...)
  • 6 La datation de ces figurines est d'autant plus difficile que la plupart d'entre elles proviennent (...)

16En effet, le jeu étudié se pratique avec une balle, de petites dimensions, et une batte. Le jeu consiste à attaquer ou à défendre un but. Bien qu'il s'agisse d'un jeu d'équipe, il est moins violent et ne nécessite pas de protections spéciales. On trouve dans les Etats de Jalisco ou Nayarit des figurines de ce type (Gutierrez 1968, pp. 73, 79, 82, 83, 84)5, portant batte (ornée ou non), pagne et coiffure. Elles diffèrent largement d'autres figurines, casquées et revêtues de "cuirasses" (Gutierrez, pp. 85, 90...). Il semble donc possible de différencier plusieurs activités, d'après les tenues et les attitudes. L'une de ces activités, par comparaison avec le jeu dépeint dans le Tlalocan, peut être considérée comme un jeu de balle, différent du tlachtli. Il se pose alors deux problèmes. Le premier réside dans la datation relative des figurines et du jeu. A Teotihuacan, la date traditionnellement attribuée aux peintures du Tlalocan est le Classique Ancien (la période 2 de C. Millon). Or, les figurines de l'Occident mentionnées plus haut, bien que difficiles à dater6 appartiennent pour la plupart à une culture qui est datée également du Classique Ancien. Il est donc possible (mais non prouvé) que les deux cultures et les deux types de données (peintures et figurines) soient contemporains. Le deuxième problème vient du fait que, si les stèles composites existent dans l'Ouest du Mexique, il n'existe que peu de contacts entre le Guerrero (où se situent les stèles) et la zone de répartition des figurines (Jalisco, Nayarit). Dans ces conditions, l'identification proposée des figurines et du jeu dépeint dans le Tlalocan ne constitue qu'une hypothèse, dont la réalité demanderait une analyse plus poussée.

17Il reste cependant que, durant le Classique Ancien, un jeu de balle différent du tlachtli a été pratiqué sur le Haut Plateau mexicain et dans les régions influencées par Teotihuacan (Kaminaljuyu, le Guerrero...), jeu qui a coexisté avec le tlachtli. Il faut noter par ailleurs un certain ralentissement dans le développement du tlachtli : alors que l'on connaît, pour la période préclassique près de 25 terrains, le nombre de terrains identifiés pour le Classique Ancien est plus restreint (une dizaine ?), et ce n'est que vers la fin de cette période et le début du Classique Récent que le tlachtli reprend une importance notable. On assiste alors à une disparition progressive du jeu pratiqué à Teotihuacan, jeu qui n'est pas décrit dans les chroniques ou les codices. Il semble toutefois que sa disparition ne soit pas complète : à Cuitzeo, J. Corona Nuñez (1946) a décrit un jeu de balle pratiqué avec des battes, qui pourrait être rapproché du jeu décrit ci-dessus (cf. IVe Partie, Chap. I).

TABLEAU No 16 ELEMENTS ET DIMENSIONS (EN METRES) DES STELES COMPOSITES CONNUES

TABLEAU No 16 ELEMENTS ET DIMENSIONS (EN METRES) DES STELES COMPOSITES CONNUES

IV/5. LE PROBLEME DES BOULES DE PIERRE

18Sur de très nombreux sites mésoaméricains, les archéologues ont trouvé en fouilles des boules de pierre de dimensions très variées, allant de la taille d'un poing à des tailles supérieures au volume d'une tête. Le cas s'est produit à Dainzú, sur divers sites des Hautes Terres du Guatemala, à Toniná (sur le terrain de jeu de balle H 6/2-3, et en plusieurs autres points du site)... La fonction de ces boules reste le plus souvent inconnue et difficile à définir.

19Dans une communication (1969, Tome 1, p. 501), S. F. de Borhegyi a présenté une hypothèse selon laquelle ces boules auraient pu constituer les premières balles pour le tlachtli, ainsi que des balles de bois ou des têtes. Il attribue à cette forme de jeu une date préclassique. Cette hypothèse laisse rêveur, dans la mesure où de nombreux éléments viennent la contredire. Il existe tout d'abord une variété presque infinie dans la taille des boules et dans leur placement chronologique. Il est donc impossible de relier de façon systématique une forme de jeu ou une époque du jeu avec un type de boules de pierre. De plus, l'existence de boules de pierre sur le site de Toniná par exemple rend à elle seule caduque la date donnée par Borhegyi pour leur utilisation dans le jeu : il faudrait alors admettre que leur usage s'est maintenu jusqu'au Classique Récent. Enfin, de toute évidence, le poids de ces boules (difficiles à soulever), leur fragilité relative et leur manque total d'élasticité les rend totalement impropres à toute utilisation pour le jeu.

20Il reste que l'hypothèse de Borhegyi, dans la mesure où elle est sujette à discussion, permet certaines hypothèses contraires. Les boules de pierre pourraient tout d'abord constituer des représentations des balles, dans un matériau plus noble, moins fragile. De ce point de vue, la présence d'une boule sur le terrain de Toniná ou à Dainzú s'expliquerait partiellement. On serait en présence d'un phénomène semblable à celui des jougs de pierre, répliques des ceintures de protection en fibre portées par les joueurs. Il pourrait d'autre part, et pour des boules d'un certain format, s'agir de balles utilisées dans d'autres formes de jeu : on pense par exemple au jeu décrit ci-dessus, dans lequel une batte frappe la balle, qui peut alors rouler sur le sol ; le manque d'élasticité et la dureté de cette balle ne seraient plus, dans ces conditions, un problème majeur. Il peut enfin s'agir d'une autre forme de jeu, comme les quilles par exemple, ceci pour se limiter à supposer une utilisation de ces boules dans des activités ludiques. Or, cela n'est absolument pas prouvé et, en tout état de cause, la question reste sous forme d'hypothèse, tant qu'un inventaire de ces boules n'aura pas été réalisé, avec en particulier leur localisation, les objets associés...

21En définitive, il est cependant certain, sur le plan archéologique, que trois jeux de balle étaient pratiqués à des époques différentes ou dans des contextes culturels différents, à Teotihuacan et dans les autres régions de la Mésoamérique. Il est possible qu'un quatrième type de jeu ait existé, représenté à Dainzú et à El Baúl, mais il est également possible qu'il ne s'agisse que de l'ancêtre du tlachtli. De ces jeux, deux seulement peuvent être mis en rapport avec les jeux identifiés dans l'étude des textes et documents de l'époque de la Conquête : le tlachtli et le jeu avec les pieds. Dans la mesure où les documents de cette époque laissaient supposer l'existence de plusieurs jeux ou variantes, il semble que l'on soit en fait en présence d'un nombre élevé de jeux différents, qui se compliquent progressivement avec le passage du temps. D'un seul jeu ou de deux au Préclassique (si l'on admet que le jeu de Dainzú et le tlachtli sont distincts), on passe à trois (ou quatre) jeux au Classique Ancien, et à une demi-douzaine au moment de la Conquête. Il est encore difficile, pour ne pas dire impossible, dans l'état actuel de nos connaissances, de tenter de retracer l'origine commune de tous ces éléments, et plus encore, de démêler leurs traits communs et leurs divergences.

Notes

1 Il existe, par ailleurs, un terrain de jeu de balle, classique, à Dainzú.

2 Il semble possible, lors du service, que les joueurs de tlachtli tiennent la balle à la main.

3 Il est impossible de parler de terrain, en l'absence d'indications sur les limites latérales de l'aire de jeu.

4 E. Pasztory voit, dans ce joueur, une représentation de Xolotl, patron du jeu : cette hypothèse semble peu probable, compte tenu du réalisme du dessin.

5 L'identification des fonctions reste évidemment soumise à un examen plus systématique que celui entrepris ici : l'étude complète de ces figurines reste encore à faire.

6 La datation de ces figurines est d'autant plus difficile que la plupart d'entre elles proviennent de pillages et sont d'origine inconnue.

Table des illustrations

Titre TABLEAU No 16 ELEMENTS ET DIMENSIONS (EN METRES) DES STELES COMPOSITES CONNUES
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5800/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search