Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Deuxième partie. Typologie des terrains de jeu de balle

Chapitre V. Les données annexes fournies par l'archéologie

Texte intégral

1L'étude architecturale des terrains de jeu de balle a permis d'établir une première carte de répartition, et de donner une idée d'ensemble de l'importance du jeu, en Mésoamérique. De plus, il est apparu, au cours de la description des terrains, que l'étude devait inclure des données secondaires telles que les sculptures (qui déterminent des axes et des zones sur les terrains), l'orientation ou les différences architecturales qui permettent de supposer l'existence de techniques de jeu distinctes, selon, par exemple, que l'on se trouve sur un terrain ouvert ou fermé, à profil en talus ou à haut mur vertical...

2L'archéologie, ainsi que d'autres sources, ont mis à notre disposition un important matériel, que des recherches antérieures ou contemporaines ont permis de mettre en rapport avec le jeu de balle. Ne mentionnons que pour mémoire des objets aussi évidents que le graffiti de Tikal, les maquettes de terrains du Nayarit, ou les autres représentations de terrains mentionnées plus haut (2e Partie, Chap. III). Certaines de ces représentations montrent des joueurs, souvent en plein jeu ; mais d'autres sculptures, ou céramiques, montrent des joueurs, sans terrains cette fois, mais parfaitement identifiables, par référence aux précédents. Il est important de noter alors que certains de ces joueurs ont des postures dynamiques (cf. par exemple les figurines de Jaina), tandis que d'autres ont des attitudes figées, sans rapport avec le jeu. Ces différences permettent éventuellement de souligner la participation de joueurs à des activités distinctes du jeu, mais aussi, dans un autre domaine, de montrer l'ampleur du matériel iconographique relatif à ces activités.

3Enfin, l'analyse des divers types de représentations permet de reconnaître ou d'identifier certains types d'objets, tels que les ceintures ou les balles ; or, l'archéologie connaît des objets, en pierre, en bois..., qui ressemblent fortement à ces ceintures : les jougs ("yugos"). Il devient donc nécessaire d'analyser le rôle et la répartition spatiale et temporelle de ces objets et des éléments appartenant au même groupe, afin de déterminer leurs relations avec le jeu et d'en tirer les conclusions.

4Une étude critique systématique de ces diverses données devrait donc permettre de parvenir à des résultats à la fois complémentaires et nouveaux : complémentaires lorsque, par exemple, la présence de joueurs en tenue sur un terrain permettra de confirmer l'identification, ou lorsque la fouille aura fait apparaître sur un même site une multiplicité de données confirmant l'importance du jeu. L'analyse permettra, dans ces conditions, de donner à la simple étude architecturale une ampleur et une profondeur nouvelles. Mais, par ailleurs, la présence, dans certaines zones ou sur des sites sans terrains connus, de données qui démontrent la connaissance du jeu peut contribuer à mieux définir l'ampleur réelle du phénomène : par exemple, la représentation d'un terrain sur les peintures du Tlalocan, à Teotihuacan, alors que ce site ne comporte pas de terrains, d'après les travaux de R. Millon et de son équipe, introduit l'idée d'une connaissance du jeu, sans pratique. De même, et sur un autre plan, l'identification d'une figurine de joueur à Cuicuilco (Matos Moctezuma 1968) tend à confirmer l'antiquité du jeu et la datation des terrains préclassiques. Enfin, et dans une optique différente, l'existence de tenues différentes et l'étude de leurs répartitions par rapport aux types de terrains peut, à longue échéance, permettre de comprendre les raisons qui ont présidé à certaines modifications architecturales et à une évolution d'un type à un autre.

5Il est évident qu'il n'entre pas ici dans nos préoccupations de présenter une étude complète de tous les éléments envisagés plus haut : dans un article récent, Borhegyi (1968a) affirmait posséder de la documentation sur plus de 200 terrains (nous en connaissons 661, et des données nouvelles ont permis de parvenir à plus de 700), 420 figurines ou vases, 360 haches de pierre, 200 palmas, 300 jougs..., 240 anneaux ou têtes à tenons, et environ 280 monuments ou stèles représentant des joueurs (p. 505, note 1). Deux maîtrises, à l'Université de Paris I, ont permis de traiter partiellement le problème des jougs (Picard 1976, n. d), et des haches et palmas (Bernaldez, en préparation), et chacun des domaines envisagés ci-dessus pourrait faire l'objet d'une étude complexe. Il est donc évident que seuls seront envisagés ici la définition des types d'objets, une description brève, le placement géographique et chronologique et, si cela est possible, une tentative de détermination de la fonction ou du symbolisme. Ces éléments devraient nous permettre de présenter les conclusions sur la répartition géographique du jeu, son évolution, et sur sa signification, aux diverses époques envisagées.

6Seront étudiés ici les représentations de terrains, les représentations de joueurs, les objets associés au jeu, d'après les représentations et en eux-mêmes, tels que l'archéologie permet de les identifier. Il ne sera pas fait appel ici aux sculptures associées aux terrains (panneaux, marqueurs, anneaux...), dans la mesure où leur étude implique en outre des considérations d'ordre architectural, et où le problème soulevé dans ce chapitre réside plutôt dans la définition de l'importance géographique du jeu.

V/1. MAQUETTES ET REPRESENTATIONS DE TERRAINS

7Ce type de données présente un double intérêt pour l'étude : en effet si, d'une part, ils peuvent être mis, dans certains cas, en relation directe avec des types architecturaux (cf. Chap. III), ils permettent également de mettre en évidence le lien entre les représentations de joueurs et les terrains. C'est donc à travers eux que l'on est en mesure de confirmer l'identification des figurines, des sculptures...

  • 1 On doit rappeler également qu'il existe de nombreuses représentations sur papier, dans les codices(...)

8On doit cependant tenir compte, dans leur étude, d'une très grande variété, qui ne permet pas de procéder à l'établissement de types ou de groupes : tout au plus peut-on définir quelques caractères d'ensemble, dont certains sont significatifs. Ce qui frappe tout d'abord, c'est l'extrême diversité des matériaux et des techniques utilisés : on rencontre en effet des représentations en céramique (les maquettes de l'Occident mexicain), en pierre (maquettes, sculptures), en or (Monte Alban : le pendentif), en os (à Monte Alban également), en bois (les atlatl), sur des murs (le graffiti de Tikal, les peintures de Teotihuacan ou de Las Higueras), ou sous forme de pétroglyphes (à Teuchitlan ou Xochicalco)1 Pl. 5, 69, 70, 71.

  • 2 Depuis le début de notre enquête, la découverte d'un escalier de treize marches à Yaxchilan (inf. (...)

9En ce qui concerne les techniques utilisées, elles incluent l'orfèvrerie, la gravure, la sculpture (en ronde-bosse ou en bas-relief), la peinture (sur céramique, ou murale), le dessin... En d'autres termes, le thème du terrain de jeu de balle semble constituer une constante de tous les types d'art, majeurs ou mineurs, qui peuvent être le fait d'artisans spécialisés (orfèvres, sculpteurs), comme de particuliers désoeuvrés (le graffiti de Tikal). Il n'est donc pas surprenant, au vu de cette diversité, de rencontrer une abondance de telles représentations, dans l'ensemble de la Mésoamérique. Il est possible, bien évidemment, d'envisager que certaines maquettes soient des faux : tel est le cas en ce qui concerne les maquettes en céramique de l'Ouest du Mexique (Taladoire, sous presse). Aucune d'entre elles en effet, ne provient d'une fouille contrôlée. Cependant, d'une part, il existe des exemples de maquettes ou de fragments, trouvés dans de telles conditions, dans la même région et, d'autre part, sur les 50 exemples de représentations mentionnés ici2 (cf. Index no 7), 26 proviennent de fouilles (soit 19 profils et 7 maquettes ou plans). Dans ces conditions, il est probable que certaines des maquettes de l'Occident mexicain sont des pièces originales : comme toutes présentent les mêmes caractères, il n'importe pas ici de trancher la question de leur authenticité.

10Plus intéressante est la question de la répartition de ces représentations, et de la forme qu'elle prend ; on trouve en effet la distribution suivante :

Zone maya (Basses Terres)
Zone maya (Hautes Terres)
Amérique Centrale
Oaxaca
Haut Plateau mexicain
Côte du Golfe
Ouest du Mexique

21 exemples
3 "
2 "
3 "
9 "
4 "
8 "

21 profils
1 plan, 2 profils
2 plans
3 "
9 "
1 ", 3 profils
8 "

  • 3 L. Satterthwaite Jr : "Notes on sculpture and architecture at Tonalá, Chiapas". CIW. Notes on Midd (...)

11On peut tout d'abord constater une certaine uniformité dans l'origine des pièces : à l'exception d'un nombre relativement élevé de pièces dans les Basses Terres mayas (chiffre dû au fait que l'escalier de Yaxchilan compte treize marches et 10 exemples), les autres pièces sont assez uniformément réparties dans l'ensemble de l'aire mésoaméricaine. Mais il est possible de distinguer deux groupes à l'intérieur de cet ensemble : les représentations se répartissent en effet en profils (26 exemples), et en plans (24 exemples), ce qui indique déjà l'existence de deux visions différentes du problème. Mais, de plus, on est en mesure de constater que cette distinction se retrouve sur le plan géographique : tous les exemples de profil se situent en zone maya, dans les Basses Terres ou sur la Côte du Golfe, à l'exception de deux pièces : la stèle de Las Morrajas3 et un vase de la région de Tiquisate (Hellmuth 1975). Il convient, à leur sujet, de noter que ces deux pièces proviennent d'une zone qui a connu une forte influence sur la Côte du Golfe (Parsons 1967-1969) : il n'est donc pas surprenant de trouver ces deux exemples dans cette région. En ce qui concerne les plans ou maquettes, tous proviennent du Haut Plateau, de l'Etat de Oaxaca et de l'Occident, à l'exception d'une pièce des Hautes Terres du Guatemala (qui ont connu également de fortes influences "mexicaines"), et d'un vase du Salvador (Baudez 1970, pl. 32), dont l'authenticité reste sujette à caution. On peut rappeler, à ce sujet, que cette répartition se retrouve dans les codices : alors que les codices aztèques ou mixtèques présentent uniquement des plans de terrains, la seule représentation identifiable dans les codices mayas est un profil (Codex de Dresde, 41a, T. 4, pl. 5 ; 1ère Partie, chap. IV/7).

Le placement chronologique

  • 4 Gifford, Surface Archaeology of Ixtlan del Rio, Nayarit, University of California, Pub. Amer. Arch (...)

12S'il est parfois difficile de déterminer une datation précise, on est toutefois en mesure de situer certaines pièces, trouvées en fouilles, dans une période définie : le plus grand nombre d'entre elles (la plupart des représentations de la zone maya et du Tajín) sont d'époque classique récente : on doit noter, dans ce contexte, qu’il s'agit, une fois de plus, des profils de terrains. En ce qui concerne les terrains vus en plan, ou les maquettes, il semble que la majorité puisse être datée de la fin du Classique (à Xochicalco par exemple), ou du Postclassique (à Monte Alban). On trouve cependant de telles représentations à des époques antérieures, dans les peintures du Tlalocan, à Teotihuacan ou à Las Higueras. Le problème majeur, en ce domaine, réside dans le cas des maquettes de l'Occident : en effet, ces dernières viennent d'une région où, jusqu'à présent, on ne connaissait pas de terrains antérieurs au Classique Récent (Taladoire, sous presse). La plupart des maquettes au contraire sont traditionnellement datées du Classique Ancien4 Il existe donc un hiatus chronologique sensible entre la datation des maquettes et celles des terrains réels : nous avions proposé donc une datation plus récente pour ce type de maquettes ; toutefois, un article de E. A. Kelley (1976), sur ses fouilles à Gualterio Abajo, a introduit un doute sur cette datation : cet auteur propose en effet une date plus ancienne pour le terrain de ce site (donc contemporaine de la date traditionnellement attribuée aux maquettes), mais son hypothèse ne s'appuie sur aucune datation satisfaisante. Dans ces conditions, un doute subsiste sur leur placement chronologique exact.

Fonction des représentations

  • 5 A l'exception du terrain représenté dans le Tlalocan, tous les terrains sont fermés, avec un plan (...)

13Il semble exclu, a priori, que l'on puisse considérer ces pièces comme des maquettes, au sens technique du terme : il est en effet impossible de mettre ces objets en relation avec des terrains réels. On peut tout au plus les rapprocher d'un type (comme dans le cas des maquettes de l'Occident, proches du type III, identifié à Amapa), mais leur interprétation reste distincte. En effet, dans la plupart des cas, la représentation du terrain n'est que schématique : sa fonction essentielle consiste à évoquer le terrain plutôt qu'à le représenter. Tel est le cas, par exemple, des murs parallèles figurés par deux lignes dans les peintures du Tlalocan, ou des lignes parallèles qui soulignent la présence d'une forme architecturale sur les marqueurs de Lubaantun et de Laguna Perdida, ainsi que sur certains vases. Il en est de même lorsque les structures latérales d'un terrain, vues en profil, sont représentées en gradins (escalier de Yaxchilan, vases mayas) : aucun profil de ce type n'a été rencontré à ce jour. Il s'agit donc, de toute évidence, d'une stylisation, l'élément important étant le jeu lui-même. Il importe toutefois de faire remarquer que, dans certains cas, le profil est représenté de façon exacte, comme sur le graffiti de Tikal, au Tajín... La situation est assez semblable, en ce qui concerne les vues en plan ou les maquettes : la plupart d'entre elles se contentent de montrer un plan en I5, sans donner de détails sur le profil. On note cependant l'existence de quelques exemples (notamment les maquettes de l'Occident), où la représentation est complète et permet le classement de l'objet dans un type architectural précis. Le réalisme de certaines de ces pièces (profils ou maquettes) ne semble pas, cependant, correspondre à un motif technique : on ne trouve aucun exemple de maquette isolée de tout contexte religieux ou "anecdotique" (Planches dessins no 70-71).

14Il importe donc de chercher ailleurs le sens de ces représentations. L'élément le plus évident réside dans la description du jeu, ou de joueurs, en action, ou engagés dans des cérémonies liées aux terrains. Il ne s'agit probablement pas de simples "descriptions", mais il est parfois difficile, en l'absence de données complètes sur le contexte des pièces, de déterminer leur signification profonde. Il reste que plusieurs de ces représentations montrent jeu et joueurs et permettent ainsi d'identifier avec certitude ces derniers avec les terrains.

15Les maquettes de l'Occident, tout d'abord, moins fouillées dans la description de la tenue ou de certains détails, présentent l'avantage de donner une idée du jeu, des attitudes ou positions des joueurs, et de leur répartition sur le terrain. Au nombre de huit, à l'heure actuelle, elles possèdent les mêmes caractères, à l'exception d'une maquette de Colima, dont l'identification reste douteuse : elle se présente comme une plate-forme carrée, en pierre, sur le bord de laquelle se tiennent douze personnages très stylisés, aux attitudes figées. Au centre, on distingue un objet rond (un marqueur ?) et deux personnages sont appuyés contre de petits murs, parallèles. L'ensemble diffère fortement du réalisme et du dynamisme des autres représentations.

  • 6 L'existence d'équipes inégales est attestée par Motolinia ("Memoriales" in : Documentos Historicos (...)

16Les maquettes du Jalisco et du Nayarit, en effet, montrent, sur des terrains en forme de I, des joueurs en train de s'affronter. Les terrains se présentent sous la forme d'une plate-forme rectangulaire, bordée de deux structures latérales plus courtes : les terrains disposent ainsi de zones terminales grossières, fermées de petits bords (5 exemples), ou par des structures terminales (maquettes de l'Anahuacalli, et d'une collection privée mexicaine) (cf. planches photos no 19-20). Les structures latérales sont formées d'une banquette basse, surmontée d'un mur vertical, sur lesquels sont assis des spectateurs. Le centre du terrain et les extrémités de l'allée sont indiqués par des marqueurs, sur quatre maquettes. Les joueurs sont au nombre de deux ou trois par équipe, mais il est fréquent de voir deux équipes inégales s'affronter6. Ils se répartissent sur le terrain en deux camps, de part et d'autre du marqueur central, et on peut voir des joueurs au centre du terrain tandis que d'autres se tiennent à l'entrée des zones terminales : on obtient ainsi une confirmation de l'hypothèse selon laquelle le jeu se pratique sur la longueur du terrain (cf. 1ère Partie, chap. III/9). Les attitudes des joueurs sont très dynamiques : certains sont presque couchés sur le ventre, les mains plaquées au sol, d'autres sont presque assis par terre, se soutenant sur une main, dans un mouvement de balance contre le choc de la balle, d'autres enfin, de bout, semblent sauter vers la balle. Ces diverses attitudes se retrouvent dans le jeu actuel, au Sinaloa ou sur des représentations dans la zone maya (cf. planche dessin no 75). En ce qui concerne la tenue des joueurs, on ne peut rien affirmer de très précis : ils portent, dans la plupart des cas, une grosse ceinture et une coiffure ou un bonnet.

17Par contre, les représentations que l'on rencontre dans la zone maya, vases ou sculptures, montrent rarement des équipes en jeu : il est fréquent de voir plusieurs joueurs (sur les vases), mais le type même de représentation en profil, ou en coupe, interdit le plus souvent de s'appesantir sur le nombre de joueurs par équipe, leur disposition sur le terrain... C'est donc plutôt sur les attitudes ou sur les tenues que l'accent sera mis. On peut toutefois, d'après les vases, constater que les joueurs sont au nombre de trois, quatre ou cinq (vase du Saint Louis Art Museum) (cf. note page précédente). Les joueurs sont montrés soit debout, sans description du jeu, soit en action, dans des attitudes proches de celles décrites pour les joueurs des maquettes. Les autres représentations montrent des joueurs isolés (deux au maximum, sur le panneau de la vallée du Rio Usumacinta), soit pratiquement couchés sur le sol, dans l'attente d'une balle basse (cf. planche no 75), ou bondissant vers une balle haute, dans le cas de la stèle 8 d'Edzná (cf. planche dessin no 5 et planche photo no 6).

18Plus intéressant est le fait que les tenues sont abondamment décrites, avec un luxe de détails qui permet de différencier quatre groupes.

19Une première division permet en effet de séparer des joueurs en tenue simple, d'autres porteurs de vêtements ou d'ornements qui seraient pour le jeu une entrave. Sur le graffiti de Tikal, ou sur le vase de l'Isaac Delgado Museum of Art (New Orleans) comme sur la plupart des marqueurs (Lubaantun), les joueurs ne portent que les éléments de base du costume, ceux qui servent pour le jeu : bandes autour de la taille, ceintures, genouillères épaisses (sur un seul genou), un gant (du même côté que la genouillère), et éventuellement une pièce de tissu (ou de peau), semi-circulaire, qui est attachée autour de la taille, de sorte que deux pans couvrent les cuisses. La plupart des autres représentations (panneau de l'Usumacinta, stèle d'Edzná, marches de Yaxchilan, vases du Saint Louis Art Museum ou du Dallas Museum of Fine Arts...) montrent en outre les joueurs portant un pagne décoré, un collier, ou une coiffure très élaborée, avec masque frontal et panache de plumes : il est évident que ce type de vêtements n'entre pas dans le jeu courant ; il s'agit soit d'une tenue destinée à souligner le caractère d'une partie dont la signification est particulière, soit d'une tenue symbolique qui démontre l'importance du jeu ou du joueur : la représentation prend alors une valeur sociale, religieuse, ou politique...

  • 7 Ce sont les fameux "sticks" que Morley (1936-1938) avait identifiés comme des battes servant à fra (...)

20Une autre division intervient selon que l'on considère un élément très particulier du costume : la ceinture. On peut distinguer en effet des joueurs porteurs d'épais bandages, maintenus par des liens qui leur donnent un aspect de boudins de tissu enroulés sur le torse : ces bandages, dont il est impossible de préciser la nature, couvrent le torse, des aisselles aux hanches ; ils sont visibles sur le marqueur de Cancuen7 par exemple, sur les joueurs de l'escalier de Yaxchilan, ou sur le panneau de l'Usumacinta, dans le cas du joueur de gauche (Wardwell 1967, fig. 3). D'autres portent, au contraire, d'épaisses ceintures rigides, d'un seul bloc, de forme légèrement trapézoïdale, qui reposent sur les hanches : on en trouve des exemples sur le vase de la collection Isaac Delgado, ou dans le cas du joueur de droite du panneau de l'Usumacinta (planche dessin no 75) (Wardwell 1967, fig. 2). Cette différence pourrait indiquer des variantes dans le jeu, mais la confrontation des deux joueurs, aux tenues différentes, sur ce dernier panneau, semble orienter les interprétations dans une autre direction : il serait en effet peu probable que deux techniques de jeu différentes soient utilisées au cours d'une partie ; il est donc vraisemblable que le contraste joue plutôt dans le sens d'une différence entre les équipes, ou d'une opposition entre origines ethniques différentes. Dans la mesure où la forme des ceintures rigides évoque un "joug", de nombreux auteurs (Hellmuth 1974 a, b, c, 1975 ; Wardwell 1967) considèrent que les joueurs porteurs de ces ceintures sont Mexicains ou mexicanisés (cf. plus bas, paragraphe V/3).

21Enfin, il convient de souligner que, si la plupart des représentations de joueurs de la zone maya font intervenir des joueurs en action (sur toutes les sculptures et sur la plupart des vases), certaines montrent des personnages en tenue de jeu, engagés dans d'autres types d'activités : les joueurs du vase du Isaac Delgado Museum of Art en particulier (cf. planche dessin no 72), sont représentés dans des attitudes assez rigides, debout, sans balle. Il semble que le jeu lui-même ne soit pas décrit, mais plutôt une cérémonie annexe, difficile à identifier. Cela nous rappelle que le sens profond de ces représentations n'est pas de décrire le jeu, mais doit être cherché dans une autre direction. Il est évident, par le caractère même de la plupart de ces exemples, que le but des artistes n'est pas de figurer le jeu, mais de souligner son importance ; à l'exception peut-être du graffiti de Tikal, les autres joueurs sont représentés sur des vases, dont la fonction est "cérémonielle", ou sur des stèles ou panneaux, de caractère plutôt commémoratif. Il a été possible de mettre en évidence le caractère "historique" des panneaux de la vallée de l'Usumacinta par exemple (Taladoire 1976 a et b). D'autres données confirment ce caractère religieux ou politique des représentations de terrains ou de joueurs : la complexité des tenues en est un exemple. Bien plus, une maquette des Hautes Terres du Guatemala (Borhegyi 1969, fig. 5) est en fait un brûleur de copal. Il est cependant difficile de préciser plus avant le caractère de la plupart de ces maquettes ou représentations, ce qui nous entraînerait trop loin de notre sujet.

  • 8 Il est probable qu'une partie des vases mayas étudiés provient de mobilier funéraire pillé, mais o (...)
  • 9 Il convient de rappeler, de plus, que le pendentif de Monte Alban présente, au centre du terrain, (...)

22Il est cependant possible de souligner, dans d'autres exemples, l'existence de certaines associations. C'est tout d'abord le caractère funéraire qui s'impose8 : le pendentif et les os gravés de Monte Alban, les maquettes trouvées à l'emplacement du Tzompantli de Mexico, les maquettes du Jalisco et du Nayarit en sont des exemples évidents. Ce caractère est suggéré, dans d'autres cas, par l'iconographie. Au Tajín, des scènes de sacrifices (par décapitation) se déroulent sur un terrain vu de profil (Kampen 1972). Sur le vase de Tiquisate, une tête de mort occupe l'espace entre les deux structures latérales vues de profil. C'est donc, de toute évidence, le lien avec des rites de décapitation qui prime, dans le contexte funéraire9 Pl. 69, planche photo 20.

23Il peut arriver, par ailleurs, que d'autres caractères interviennent : le pendentif de la Tombe 7 de Monte Alban possède en effet sa signification propre ; le terrain symbolise le Monde, par contraste avec les autres éléments qui représentent respectivement le Soleil, la Lune et le Monde Souterrain. De même, le terrain inclus dans les peintures de Tepantitla contribue à l'évocation d'un paradis de jeu, de joie, de verdure et de fertilité, le paradis de Tlaloc. Il serait nécessaire d'envisager chaque exemple dans son contexte pour déterminer sa signification propre, ce qui sortirait du cadre de cette étude.

24On est cependant en mesure, au terme de cette simple approche, de souligner, de façon définitive, le lien qui unit terrain, jeu et joueurs (en tenues différentes), et de noter le caractère religieux ou "historique" de la plus grande partie de ces représentations.

V/2. LES REPRESENTATIONS ISOLEES DE JOUEURS

25Le jeu, ou des joueurs, sont très fréquemment représentés, dans l'iconographie des civilisations de Mésoamérique : sculptures, peintures, céramiques, figurines... constituent les domaines dans lesquels il est possible de rencontrer des exemples de ce motif. Ces diverses rubriques seront ici envisagées successivement. Nous laisserons cependant de côté, provisoirement, les données iconographiques directement associées aux terrains, pour des raisons exposées ci-dessus ; de même, un certain nombre de représentations ne seront pas étudiées, dans la mesure où elles se rapportent plutôt à d'autres types de jeux : tel est le cas, par exemple, des dalles de Dainzú, ou des peintures du Tlalocan (cf. chapitre suivant). C'est essentiellement en se fondant sur les données et les connaissances acquises lors de l'analyse des représentations de terrains que seront définis les critères d'identification des éléments iconographiques relatifs au jeu.

A) Les sculptures

  • 10 Ne sont pas incluses dans ce nombre les sculptures sur lesquelles est représenté un terrain, analy (...)

26D'après une estimation de Borhegyi (1969, p. 505, note 1), le nombre de monuments relatifs au jeu de balle (représentations de joueurs, sculptures à tenons, marqueurs...) serait de 280. Les critères de sélection utilisés ici seront plus stricts, dans la mesure où il ne sera tenu compte ni des sculptures relatives au jeu, mais en association avec les terrains (ce qui exclut momentanément de cette analyse les marqueurs, panneaux, dalles, têtes à tenons...), ni des sculptures sur lesquelles d'autres formes de jeu sont représentées (par exemple la stèle 27 d'El Baúl, les dalles de Dainzú...). Dans ces conditions, le nombre de sculptures envisagées est beaucoup plus restreint, puisqu'il se limite à une soixantaine de monuments10.

  • 11 E. Wyllys Andrews IV, Balankanché, Throne of the Tiger Priest, fig. 52. Middle American Research I (...)
  • 12 A. Miller, The Mural Painting of Teotihuacan, fig. 357-362, Dumbarton Oaks, Washington 1973.

27Parmi ces derniers, on note une majorité de sculptures mayas, stèles, panneaux, ou reliefs, tandis que le reste de la Mésoamérique est faiblement représenté : on relève la présence d'une stèle à Tula, d'un panneau de la région de Oaxaca, de trois stèles de la Côte du Golfe (Vega de Aparicio, El Tajín et Tepatlaxco), et d'un panneau sans provenance (Gutierrez 1968, pl. 93). En ce qui concerne la zone maya, les représentations abondent, avec certaines dominantes : la vallée de l'Usumacinta (avec des stèles à Seibal, l'escalier de Yaxchilan, une quinzaine de panneaux sans provenance précise), la Côte du Pacifique (Bilbao, Izapa, Escuintla...) et le Yucatan (Ichmul, Kabah, Edzná, Uxul...) (cf. Index no 8). Il importe toutefois d'être prudent. On a en effet généralement tendance à identifier trop rapidement tout personnage porteur d'une ceinture comme un joueur de balle. Le cas s'est posé pour deux encensoirs de Balankanché11, dont il est difficile d'accepter l'interprétation, et pour un fragment de peinture de Teotihuacan (appartenant à une collection privée mexicaine) qui, de toute évidence, n'entretient aucun rapport avec le sujet12.

28La plus grande partie de ces sculptures appartiennent bien évidemment à la période classique récente, qu'il s'agisse de la plupart des sculptures mayas et de celle de la Côte du Golfe, ou de la zone de Oaxaca. On note cependant l'existence de quelques problèmes de datation, ou de certaines exceptions : pour les exceptions, il s'agit bien évidemment de la stèle de Tula, légèrement postérieure. Mais, par ailleurs, certaines sculptures sont difficiles à situer chronologiquement. Le premier problème réside dans le placement chronologique de la stèle de Tepatlaxco : certains auteurs pensent que cette stèle date du Classique Ancien, d'autres la situent, au contraire, au Classique Récent ; il est, en l'absence de données précises, impossible de trancher. Cependant, il semble probable, à en juger d'après le style, que la datation du Classique Récent soit la plus vraisemblable. Un autre cas est constitué par un panneau maya, de la vallée de l'Usumacinta, associé à un groupe de panneaux qui représentent des joueurs (Taladoire 1976 a et b). Il porte en effet une date, en Série Initiale, qui est interprétée comme 11.6.19.10.7. (9 Ahau 13 Muan, non exprimés) (Franco 1966, pl. 20), soit le 19 juillet 1361. Le style du panneau et son appartenance à une série permettent de le situer à la période classique récente, mais la date elle-même est postclassique. Il peut s'agir d'une prévision ou d'une prédiction. Un dernier problème se pose, qui est plutôt de terminologie : il provient des travaux de Parsons (1967-1969) sur les sites de Bilbao, d'El Baúl, et sur la culture de la côte pacifique du Guatemala. Ce dernier a, en effet, été en mesure de définir une période dite Classique Moyen, caractérisée dans cette région par de fortes influences des cultures de la côte du Golfe du Mexique : on peut citer, parmi de nombreux traits, la présence de jougs, un fort développement des rites relatifs au jeu de balle, une importance croissante du sacrifice par décapitation... Une analyse plus approfondie a permis à cet auteur, par ailleurs, de découvrir la présence du même complexe de traits dans d'autres zones (au Yucatan par exemple). Deux chercheurs qui s'intéressent surtout aux implications religieuses et économiques du jeu de balle (Cohodas 1972, 1975 et sous presse ; Pasztory 1972) ont repris un grand nombre de ses conclusions, en les amplifiant. Cohodas en particulier a étudié l'iconographie maya relative au jeu, en rapprochant les sculptures mayas de celles connues pour la côte du Golfe. Il en a déduit l'existence d'un véritable culte du jeu de balle, diffusé en grande partie selon des axes de circulation ou de commerce, qu'il date de la période classique moyenne. Si nous ne remettons pas en cause ses conclusions (sur lesquelles nous serons amenés à revenir plus bas), nous émettrons toutefois quelques réserves sur sa conception élargie de la notion de Classique Moyen : les datations absolues qu'il utilise sont traditionnellement incluses dans la période classique récente, et il nous semble contestable de discuter sur le problème de la dénomination de la période, dans la mesure où les auteurs s'accordent sur des dates précises.

  • 13 J. E. S. Thompson, Maya History and Religion, chap. I, pp. 3-47, university of Oklahoma Press, Nor (...)

29Il serait évidemment souhaitable de pouvoir procéder ici à une analyse systématique et complète de toutes les représentations de joueurs connues : cela n'est cependant pas possible, dans la mesure où cela nous entraînerait trop loin du sujet, en nous amenant à envisager des aspects "secondaires", tels que leur fonction particulière, leur symbolisme..., toutes choses qui n'apporteraient pas à cette étude une contribution dans le sens choisi. La description des diverses sculptures ne sera donc envisagée que sous un angle global, en s'appuyant sur les conclusions obtenues dans le cadre d'autres recherches, et en isolant certains cas particuliers. On retrouve, dans l'ensemble, les mêmes données que pour les sculptures analysées au paragraphe précédent : il faut toutefois remarquer que la première division constatée, qui opposait joueurs en tenue simple et joueurs porteurs de vêtements élaborés, ne joue pas ici. Sur toutes les représentations en effet, on constate que les joueurs portent ceintures, gants et genouillères, du même côté, sandales, mais également coiffures complexes, colliers... C'est plutôt au niveau des différences dans les tenues que l'on est en mesure de procéder à une première division en deux groupes : ceux qui portent des ceintures souples, montant jusqu'aux aisselles, et ceux qui portent de lourdes ceintures rigides, reposant sur les hanches. Alors que la plus grande partie des sculptures de la zone maya (vallée de l'Usumacinta, Ichmul, le Mirador de Labna...) présentent des joueurs porteurs de ceintures souples, on constate que tous les joueurs figurés sur les stèles de Bilbao, de Seibal, portent de lourdes ceintures reposant sur les hanches : leur aspect, leur forme trapézoïdale, semblables à ceux de la ceinture du joueur de droite sur le panneau de la vallée de l'Usumacinta décrit par Wardwell (1967), ont permis de supposer qu'il pouvait une fois de plus s'agir de jougs. Nous reviendrons plus bas sur ce point, mais il reste que l'on trouve ici une confirmation de l'hypothèse suivant laquelle deux types de tenues différentes pourraient être utilisés dans le courant du jeu, avec des implications culturelles différentes. Il est à noter à ce sujet que, d'une part, la région de Bilbao a connu de fortes influences mexicaines à cette époque (Parsons 1967-1969), tandis que Seibal a connu, aux alentours de 850 ap. J.-C., une influence Putun, c'est-à-dire de Mayas mexicanisés13. Il faut noter cependant, à ce sujet, que les stèles 5 et 7 (Greene et al. 1972) sont attribuées à une période légèrement antérieure (780 ap. J.-C.), bien que cette datation ne soit pas absolument certaine. Il est difficile, par conséquent, d'affirmer que les ceintures des stèles de Seibal puissent être attribuées à des influences mexicaines : la présence de ce type sur d'autres sculptures de la région de l'Usumacinta rend cependant cette hypothèse plausible (Planches photos no 24-25).

30Une stèle possède enfin certains caractères qui rendent nécessaire sa description : il s'agit de la stèle de Tepatlaxco (sur la côte du Golfe). Elle représente un joueur debout, en train de s'équiper avec l'aide d'un assistant. Il est déjà revêtu des attributs habituels du jeu, soit un "gant" sur la main droite, une genouillère sur le genou droit, des sandales et des bandes autour du torse. Il possède en outre des protections plus simples sur la main et le genou gauches, un collier et une coiffure en forme de casque, surmontée d'un panache de plumes. Le point le plus intéressant réside dans sa ceinture, massive, mais en apparence souple, que son assistant est en train d'attacher au niveau des hanches, au moyen d'une corde croisée, nouée sur le devant. L'intérêt principal de cette pièce (planche photo no 22) vient de cette ceinture qui, par son aspect extérieur, ressemble fortement aux épaisses ceintures des stèles de Bilbao ou de Seibal, mais qui semble par ailleurs souple et relativement légère, puisque ne la soutiennent que de simples cordes ; il est difficile de concevoir qu'il pourrait s'agir d'un joug de pierre. La stèle de Vega de Aparicio possède des traits semblables : le joueur qui est représenté porte lui aussi des gants, une genouillère (sur le seul genou visible) et une épaisse ceinture posée sur des tissus qui couvrent le torse et les cuisses. En définitive, ces deux stèles éclairent partiellement le problème des épaisses ceintures, simples variantes locales des protections utilisées par l'ensemble des joueurs.

31Une dernière division intervient, pour permettre de distinguer deux groupes, selon les attitudes et activités des personnages : une grande partie des stèles ou panneaux (le groupe de panneaux de la vallée de l'Usumacinta, les deux panneaux d'Ichmul, le panneau zapotèque...) représente des joueurs en activité, dans des positions dynamiques, proches de celles décrites au paragraphe précédent (cf. planche photo no 25). Un fait contribue à renforcer la cohérence de ce groupe : sur les deux panneaux d'Ichmul, sur le panneau zapotèque, comme sur le relief en stuc du mirador de Labna, deux joueurs se font face, soulignant ainsi l'idée de jeu. La stèle de Tepatlaxco se rapproche de ce groupe, même si elle ne se rapporte pas au jeu directement, mais seulement aux préparatifs. Il est plus difficile de classer les stèles 5 et 7 de Seibal ou la stèle 1 d'Itzan. Les joueurs sont debout, bras écartés du corps, dans une attitude d'attente qui peut s'interpréter aussi bien comme l'attente de la balle que comme une participation à une autre activité.

32Il existe un autre groupe dans lequel des personnages en tenue de joueurs sont clairement engagés dans des activités autres, religieuses ou sacrificielles. Entrent dans ce groupe des sculptures isolées, comme la stèle de Vega de Aparicio, mais surtout le groupe de 10 stèles de Bilbao. Dans le premier cas, le joueur, en tenue, est assis, un bras ramené sur la poitrine et la tête tranchée : de son cou sortent sept serpents qui représentent le sang, mais aussi des symboles terrestres ou de fertilité. Le groupe des stèles 1 à 8, 10 et 11 de Bilbao est différent (cf. planche photo no 23). Dans tous les cas, l'on voit des personnages en tenue (ils portent une genouillère, une ceinture massive sur les hanches, des protections de cuisses en quart de cercle, parfois des gants) engagés dans des rites d'offrandes ou de sacrifices : tous portent, par ailleurs, des colliers, de grandes coiffures et des vêtements assez lourds ; plusieurs d'entre eux élèvent le bras gauche vers le ciel, d'où descend une divinité qui semble plonger vers le joueur. Ils semblent présenter une offrande à cette divinité. Dans d'autres cas (le Monument 1, par exemple), le "joueur" vient clairement de procéder à un sacrifice par décapitation : il porte encore à la main une tête coupée et le couteau. Aux quatre angles de la stèle, quatre petits personnages s'éloignent, en portant chacun une tête coupée dans les mains. Il est donc difficile d'affirmer que l'on se trouve en présence de joueurs ; il pourrait plus probablement s'agir de personnages (prêtres ?) incarnant des joueurs lors de cérémonies liées au jeu. La présence de têtes coupées laisse penser par ailleurs que les rites de décapitation tiennent, dans ces rites, une place essentielle.

33Il est donc évident qu'une grande partie des sculptures représentant des joueurs de balle exercent en fait une fonction différente, dans laquelle la description des rites relatifs au jeu occupe une place primordiale. On est donc en présence d'un véritable culte dans lequel le jeu de balle entre pour une large part, sans aller toutefois aussi loin que Pasztory (1972) lorsqu'elle parle d'un culte du jeu de balle ("ball-game cult"). Dans ce culte, les symboles de mort occupent une large place, en particulier les têtes coupées, les crânes et les sacrifices par décapitation. On retrouve ici certaines données relevées au paragraphe précédent, par exemple en ce qui concerne les maquettes trouvées dans le métro de Mexico, en association avec le Tzompantli. Mais il importe de mentionner également deux éléments nouveaux, c'est-à-dire la présence de symboles de la végétation (sur les stèles de Bilbao) ou de la fertilité (sur la stèle de Vega de Aparicio). La présence des deux éléments associés, en particulier en ce qui concerne la stèle de Vega de Aparicio, souligne l'existence d'un lien entre rites de décapitation et rites de culte de la fertilité.

  • 14 Il convient de rappeler que le site d'Ichmul, d'où proviennent deux autres panneaux (Proskouriakof (...)

34En ce qui concerne les autres stèles, il est parfois difficile de leur attribuer une fonction précise, en particulier pour les stèles de Seibal, d'Itzan, de Tepatlaxco. Le cas est différent pour le groupe de panneaux de la vallée de l'Usumacinta ou pour les deux panneaux d'Ichmul. Il convient de rappeler ici que ces panneaux appartiennent à une série qui ne comporte pas uniquement des joueurs, mais également des textes glyphiques d'accompagnement ou de commentaires (Taladoire 1976 a et b). Plusieurs faits tendent à prouver le caractère "historique" de cette série : ils proviennent d'une zone où les données historiques sur les monuments sont nombreuses ; ils possèdent des caractères anecdotiques certains (profil de terrain sur le panneau décrit par Wardwell, caractères culturels différents, d'après les tenues ; textes d'accompagnements). Ils semblent avoir été pillés sur un site sans terrain : ils ne se rattacheraient donc pas à une construction destinée au jeu, mais à un autre monument sur lequel ils commémoreraient le jeu14. Ce caractère "historique" se retrouve par ailleurs sur d’autres sites : à Toniná (Becquelin et Baudez 1979), où le thème central de l'iconographie du terrain est la captivité ; à Coba ; à Chichen Itza (Moser 1975), où des équipes de nationalités différentes s'affrontent, dans l'iconographie du terrain 2 D 1... Il reste que ce caractère "historique", dans lequel on voit s'affronter des joueurs de cultures ou de nationalités différentes ne se rapporte certainement pas à des simples faits historiques : il est probable que le jeu intervient alors dans le cours d'évènements plus profonds, dans lesquels il représente, seulement une manifestation mineure de conflits entre groupes culturels ou économiques opposés. L'idée même de jeu de balle implique l'idée d'un conflit ; or, l'iconographie permet de mettre en lumière l'existence de variantes dans les tenues, en opposant joueurs mayas, porteurs de ceintures souples, et joueurs mexicains ou mexicanisés, porteurs de lourdes ceintures. Ces caractères apparaissent enfin à une époque où des influences de la côte du Golfe se font sentir, aux frontières occidentales ou méridionales, influences visibles en particulier d'après le culte lié au jeu de balle, les rites de décapitation et le culte de la fertilité : il est donc vraisemblable que le caractère "historique" des panneaux traduise en fait ces conflits, à la fois religieux et économiques entre culture maya et culture de la côte du Golfe.

35De ce point de vue, la répartition même des sculptures relatives au jeu, sur les marges occidentales de l'aire maya ou dans des zones proches du Tabasco, confirme partiellement le fait que le jeu de balle traduit certains conflits d'ordre économique ou territorial, entre cultures voisines. Il reste encore à définir la fonction exacte du jeu de balle dans la culture de la côte du Golfe.

B) Les vases

36Ils sont actuellement au nombre de 16, soit 1 du Costa Rica (Aguilar 1969), 1 de Teotihuacan (Borhegyi 1969, p. 507, fig. 10), et 14 de la zone maya. Ils sont pour la plupart dans des Musées ou des collections privées, et n'ont pas de provenance connue ; les vases suivants sont dans ce cas :

37no 1 Isaac Delgado Museum of Art, New Orleans (Catalogue 1968, Hellmuth 1975). Pl. 72.

38no 2 Collection privée (Hellmuth 1975).

39no 3 Collection privée américaine (Hellmuth 1975).

40no 4 Collection privée américaine (Hellmuth 1975).

41no 5 Dallas Museum of Fine Arts (prêt) (Hellmuth 1975).

42no 6 Saint Louis Art Museum (anciennement à l'American Museum of Natural History) (Hellmuth 1975).

43no 7 Bouteille, dans une collection privée (Hellmuth 1975).

44no 8 Bouteille, dans une collection privée (Hellmuth 1975).

45no 9 Collection privée anglaise (Hellmuth, inf. orales).

46no 10 Collection privée suisse (Musée d'Ethnographie de Neuchâtel 1962).

47no 11 Collection privée américaine (Borhegyi 1969, fig. 7).

48no 12 Vase-joug de Tikal (Cohodas 1972).

49no 13 Fragment de vase. American Museum of Natural History (Cohodas 1972).

50no 14 Vase de Chinkultic (Agrinier I. N. A. H. Boletín no 36 : 21-28, 1969).

  • 15 Les vases no 4 et 5 ne seront pas pris en ligne de compte dans ce paragraphe : ils font partie du (...)

51Il est assez significatif que tous ces vases,, sauf le dernier, soient sans provenance, comme les deux premiers d'ailleurs, et que, seuls, deux puissent être attribués de façon "précise" à des sites, en l'occurrence Tikal et Teotihuacan : quand on connaît l'habileté des faussaires, en ce domaine, il est permis de supposer que la majeure partie de ces vases sont des imitations ; le vase de style Teotihuacan en particulier semble pour le moins douteux, compte tenu du fait que le jeu de balle n'était pas pratiqué sur ce site. En ce qui concerne le vase de la "Gran Nicoya" (Costa Rica), il est possible de douter de son identification : Aguilar le présente comme un vase de type Vallejo Polychrome, tripode, dont le fond présente, en décor, un joueur : celui-ci porte une ceinture, peut-être un gant et un masque ; ces éléments permettraient peut-être d'identifier ce personnage comme un joueur, si l'existence du jeu était par ailleurs attestée dans cette zone : il n’en est rien. Dans ces conditions, il semble préférable de ne pas tenir compte de cet exemple. Donc, treize vases seront analysés ici15, avec les plus grandes réserves quant à leur authenticité.

52En ce qui concerne leur placement chronologique, la plupart des vases mayas sont apparemment de phase Tepeu (d'après leur style), plus particulièrement Tepeu 1 ou 2, à l'exception du vase de la collection privée anglaise, dont le style grossier laisse supposer un faux, ou une date plus tardive (ou les deux hypothèses). Le vase trouvé à Chinkultic est daté avec certitude du Classique Récent. Pour le vase de Teotihuacan, il serait, selon Borhegyi, du Classique Moyen ou peut-être Ancien. Ici aussi, les datations, purement stylistiques, doivent être reçues avec la plus grande réserve. Il reste que l'on ne semble pas disposer de données pour des périodes plus anciennes, ou plus récentes (le Postclassique).

53Comme dans les cas précédents, on peut distinguer quatre groupes, parmi les joueurs représentés sur les vases. Une partie des joueurs représentés sont porteurs de ceintures hautes et souples (par exemple sur les vases no 4 et 5), tandis que la plupart des autres portent de lourdes ceintures de forme trapezoīdale, reposant sur les hanches couvertes de bandes. Le cas du vase no 1, de la collection Isaac Delgado, est le plus intéressant : les joueurs représentés sont vêtus de tenues simples : genouillères, gants, pagne de protection sur les cuisses ; ils ne possèdent ni coiffures élaborées ni bijoux et s'apparentent ainsi fortement aux joueurs du graffiti de Tikal. Mais ils portent ce type de lourdes ceintures basses, ce qui permet de démontrer que ces dernières sont effectivement utilisées pour le jeu, et non seulement dans des activités de type cérémoniel. Il est, de plus, intéressant de constater, toujours à propos du même vase, que les joueurs se tiennent simplement debout, sans que le jeu même soit figuré : cela indique que l'on peut trouver des représentations de joueurs "au repos", qui ne participent pas à des rites ou à d'autres types d'activités ; le problème de l'interprétation des stèles 5 et 7 de Seibal trouve ainsi une confirmation partielle (cf. ci-dessus. A).

54La deuxième division permet de distinguer entre joueurs en activité et personnages en tenue de jeu, engagés dans des rites ou des cérémonies. Dans la plupart des cas, c'est le jeu qui est représenté, avec un nombre de joueurs qui va de deux à cinq ; ils sont pour la plupart dans des postures bondissantes, souvent presque couchés (cf. planche dessin no 74), et la balle est fréquemment visible. Mais on rencontre également quelques exemples, comme le cas du vase-joug, de joueurs engagés dans des activités cérémonielles : dans ce dernier exemple, quatre joueurs dans des positions hiératiques, semblent adorer la balle ; le vase de Chinkultic semble représenter le même type de cérémonies : la balle est, dans ce cas, placée sur un socle et porte un panache de plumes. On retrouve donc ici les mêmes conclusions qu'au paragraphe précédent, mais il est difficile d'être aussi affirmatif, en l'absence de certitudes sur le contexte et la provenance des vases.

C) Les figurines

55Il n'entre pas dans nos préoccupations de procéder à un inventaire complet ou à une description détaillée des figurines interprétées comme des joueurs de balle, ni même d'établir une typologie (ce qui devrait être fait, par ailleurs). Leur nombre élevé (plus de 420, selon Borhegyi) rendrait ce travail trop vaste et déborderait le cadre du sujet. Il convient seulement ici de définir clairement sur quels critères une figurine peut être ainsi identifiée, puis de suivre la même démarche que dans les groupes étudiés ci-dessus.

  • 16 M. Krutt, Les figurines en terre cuite du Mexique Occidental, Université Libre de Bruxelles, 1975, (...)

56Le problème essentiel des figurines réside dans leur identification. Un nombre très élevé de figurines entre dans la catégorie de joueurs de balle, mais il suffit de se pencher sur le problème pour s'apercevoir que des critères très différents s'appliquent à ces exemples : on trouve ainsi côte à côte des figurines de Jaina, qui montrent des joueurs porteurs de tenues élaborées, comparables à celles des joueurs représentés sur les stèles ou panneaux, des positions acrobatiques, des figurines de Lubaantun, montrant des joueurs dans des poses rigides, casqués, d'autres de Río Verde ou de la Huasteca, porteurs simplement d'une ceinture, d'une genouillère et d'un gant, d'autres enfin, dans l'Ouest du Mexique, vêtus de cuirasses, et tenant une batte dans les mains. Quels sont les traits communs de ces divers types ? Peut-on affirmer réellement de joueurs, et plus, de joueurs de tlachtli, alors que l'on sait qu'il existe d'autres formes de jeu (cf. 1ère Partie, chap. III et suivant). Il est infiniment probable que de nombreuses identifications sont erronées, comme le soulignent des auteurs comme M. Krutt ou P. Furst16. Il est d'ores et déjà certain que les figurines qui représentent des joueurs porteurs de battes ne peuvent en aucun cas entrer dans cette étude : il s'agit, au mieux, d'un autre type de jeu. C'est en se fondant, de facon stricte, sur les connaissances acquises précédemment que l'on peut espérer définir des critères de sélection précis : ils sont au nombre de deux : la tenue (elle doit inclure un des deux types de ceinture, une genouillère et un gant, si possible du même côté, et des sandales) et la position, si elle s'apparente à des attitudes déjà identifiées sur d'autres représentations. Toutes les figurines qui ne répondent pas à l'un de ces deux critères ne seront pas envisagées ici.

57Dans ces conditions, il est possible de procéder à une première répartition d'ensemble des figurines. Un premier groupe vient de la zone maya, en particulier de l'Ile de Jaina et de l'Etat de Campeche (17 exemples), des Hautes Terres mayas du Guatemala (Etats de Quiché, Alta et Baja Verapaz) (4 exemples), et de Tikal (un lot) ; des exemples isolés proviennent du Tabasco, du Chiapas (Tecolpan), ou du Quintana Roo (Icaiche). Quatre figurines sont sans provenance. Un deuxième groupe vient du Nord-Est de l'aire mésoaméricaine : Huasteca (une vingtaine) ou région de Río Verde ; à ce groupe, on peut ajouter de nombreux exemples de l'Etat de Veracruz (Tres Zapotes, San Lorenzo...). Le troisième grand groupe provient de la vallée de Mexico, de Tlatilco (3 exemples), Tlapacoya, Cuicuilco (un exemple) ou de Teotihuacan. Enfin, le dernier groupe, le plus important, provient de l'Ouest du Mexique (Etats de Jalisco et de Nayarit surtout). Il est déjà possible de constater, au vu de cette répartition, une certaine dissociation entre le jeu lui-même et les figurines. L'Ouest du Mexique, la Huasteca, ou la vallée de Mexico (en particulier le site de Teotihuacan) ne sont pas des zones riches en terrains de jeu de balle. A l'intérieur même de la zone maya, la région qui a produit le plus grand nombre de pièces (la zone côtière et Jaina) est également très pauvre en terrains. Cette dissociation se retrouve aussi partiellement au niveau des rapports avec les sculptures. Si sculptures et figurines représentant le jeu se retrouvent dans la même marge occidentale de la zone maya, on constate aisément que les deux phénomènes ne se recoupent pas : les sculptures sont plutôt localisées sur la côte pacifique ou dans la vallée de l'Usumacinta, tandis que les figurines occupent une zone intermédiaire (les Hautes Terres du Guatemala), ou une autre zone plus au nord (l'Etat de Campeche).

58Cette dissociation spatiale est d'autant plus intéressante, au moins en ce qui concerne la zone maya, que le placement chronologique est semblable : la majeure partie des figurines de cette région est datée du Classique Récent. Il en est de même pour la plus grande partie des autres figurines, qu'elles proviennent de la côte du Golfe, de la Huasteca ou de Teotihuacan. Cependant, et pour la première fois, il est évident que l'essentiel du matériel étudié est daté d'autres périodes ; si l'on trouve de nombreuses figurines postclassiques (dans la vallée de Mexico ou dans le Nord-Est), un nombre élevé appartient à des époques plus anciennes. Les figurines de l'Occident mexicain en effet appartiennent, pour la plupart, à la période classique ancienne (cf. Krutt, op. cit.), même si l'on rencontre des exemples plus récents. Bien plus, plusieurs exemples, en particulier de la vallée de Mexico (Cuicuilco, Matos 1968), ou de la culture olmèque (San Lorenzo, Coe 1965a, 1968a), sont datés avec certitude du Préclassique Moyen ou Récent. Cette datation est d'autant plus intéressante qu'elle vient appuyer la datation de certains terrains de jeu de balle, en particulier de la vallée de Tehuacan ou de la région de Oaxaca. L'existence du jeu à cette époque trouve ainsi une confirmation, et l'antiquité du jeu prend, par conséquent, une valeur nouvelle.

59Les figurines se répartissent, de même que les éléments iconographiques traités ci-dessus, en quatre groupes, d'après les différences dans leurs tenues ou d'après leurs attitudes. En ce qui concerne les tenues, il est possible de distinguer deux groupes : la plupart des figurines (Ouest du Mexique, région de Rio Verde, Haut Plateau mexicain, Jaina...) portent en effet de grosses ceintures, assez souples apparemment et légères (relativement). Le cas est particulièrement sensible dans l'exemple de deux figurines de Jaina (Gutierrez 1968, pl. 67 et 69), où l'on voit deux joueurs littéralement enveloppés dans une épaisse ceinture de protection attachée par des cordes et montant jusqu'aux aisselles (cf. planche photo no 26). On ne peut s'empêcher, en les voyant, de penser au joueur de la stèle de Tepatlaxco. Mais il existe un nombre élevé de figurines de la côte du Golfe ou de la zone maya qui portent, au contraire, des ceintures basses, du type trapézoïdal, identifiées comme des jougs. Ces ceintures reposent sur les hanches et elles présentent l'aspect d'un vêtement plus rigide, en forme de fer à cheval, fréquemment orné d'une tête ou d'autres motifs (Gutierrez 1968, pl. 125, 126, 127). Si le problème de l'identification exacte de ces ceintures ne doit être posé qu'au paragraphe suivant, il est cependant possible ici de souligner l'importance de l’identification de cette protection, dans le cas des figurines comme dans les exemples précédents. Il n'est pas possible, en effet, d'entretenir le moindre doute sur l'existence de deux types de tenues différentes, d'origines géographiques distinctes, utilisées pour le même jeu (Pl. photo 26).

60Un problème de tenue, et par conséquent d'identification, se pose à propos de certaines figurines de Lubaantun : leur nombre élevé (Joyce en avait relevé 57, dès 1933) en fait un groupe privilégié, mais leur aspect les classe très nettement à part, parmi les joueurs de balle ; ils sont en effet plus simplement vêtus que les autres, puisqu'ils ne portent ni genouillère ni ceinture, mais seulement un gant (sur la main droite), un casque et un collier en forme de plant de cacao. Bien qu'ils ne tiennent pas de balle en main, leur tenue semble beaucoup plus proche de celle des joueurs figurés sur les dalles de Dainzú, ou sur le Monument 27 d'El Baúl. Il faut noter par ailleurs que d'autres figurines de Lubaantun, identifiées comme des joueurs, diffèrent de ce premier groupe ; peut-on, dans ces conditions, considérer qu'un seul et même jeu serait décrit ici ? Il semble au contraire vraisemblable que l'on est en présence de deux types de jeu différents, représentés sur un seul et même site.

61Une deuxième distinction s'opère lorsque l'on considère les attitudes : alors que la plus grande partie des figurines (Occident, Nord-Est du Mexique, Haut Plateau mexicain) nous montrent des joueurs debout, jambes légèrement écartées et tenant parfois une balle ou un objet rond dans la main (gauche ou droite), un petit nombre de figurines mayas représentent des joueurs en position de jeu : la plus grande partie d'entre elles vient de Jaina tandis que d'autres ont été identifiées dans les Hautes Terres du Guatemala (Cohodas 1972). Ces joueurs sont en général montrés un genou (protégé) en terre, le corps en déséquilibre et un bras étendu pour contrebalancer le poids du groupe (Gutierrez 1968, pl. 67, 69) (cf. planche photo no 26). Il est hors de doute que les attitudes sont la traduction, en ronde-bosse, des positions des joueurs représentés sur les bas-reliefs des régions voisines. De ce point de vue, les figurines jouent le même rôle que les sculptures, par conséquent, dans des zones où la sculpture n'est pas représentée. Il est par conséquent vraisemblable que leur fonction s'apparente à celle des sculptures et qu'elles sont, à leur tour, la traduction de ces rites ou cultes, liés au jeu de balle.

  • 17 Il convient de rappeler ici que, sur le panneau de la vallée de l'Usumacinta, illustré par Wardwel (...)

62Il est difficile de définir, cependant, dans quelle mesure une figurine isolée peut apporter d'informations sur un culte ou sur des influences, comme cela était apparu plus haut, à propos des sculptures. On peut cependant remarquer certains éléments. Tout d'abord, la plus grande partie de ces figurines proviennent du pillage ou de la fouille de mobilier funéraire : cela est particulièrement sensible dans le cas des figurines de l'Occident ou de Jaina. Un lien existe donc entre cultes funéraires et l'utilisation des figurines. Bien plus, il est possible de noter que dans plusieurs exemples, à Lubaantun par exemple, ou sur une figure totonaque (Gutierrez 1968, pl. 124-125), des têtes de mort entrent dans le costume du joueur : à Lubaantun, les colliers des joueurs sont porteurs d'un crâne17) ; sur la figurine totonaque, les genouillères sont deux masques humains, aux yeux fermés qui représentent des têtes coupées... On retrouve donc ici certains éléments dont le lien avec le jeu et le culte lié avait été noté plus haut, à propos de la sculpture.

63En définitive, il apparait certain, par cette brève étude, que toutes les données iconographiques : maquettes, représentations de terrains et de jeux, sculptures, vases ou figurines, présentent des caractères similaires. Dans tous les cas, on est en mesure de noter les mêmes données techniques et les mêmes fonctions. Il existe très clairement deux formes du jeu, l'une qui se pratique avec une protection souple et haute, l'autre, d'origine culturelle précise (les civilisations de la côte du Golfe), dans laquelle les joueurs portent une épaisse ceinture sur les hanches. Les deux formes de jeu se trouvent réunies dans un culte, dont le développement majeur a été constaté dans des régions sous influence, ou au contact de ces cultures de la côte. Un dernier ensemble de données doit maintenant être étudié, à la lumière des conclusions énoncées ci-dessus : ce sont les trois éléments du complexe jougs-haches-palmes, traditionnellement rattachés au jeu de balle.

V/3. LES SCULPTURES ASSOCIEES AU JEU

64Le problème abordé ici, celui de sculptures sans lien visible avec le jeu, est plus complexe, dans la mesure où, par déductions successives, divers chercheurs (Lothrop 1923, Ekholm 1946, 1949, 1961 ; Borhegyi 1961, 1964a, 1967, 1968c) ont progressivement été amenés à mettre en relation le complexe joug-hachepalme avec le jeu, puis à inclure dans leurs théories d'autres objets, comme les manoplas, les boules de pierre... Or, il nous semble nécessaire de réexaminer le problème point par point, car dans la plupart des cas, la situation n'a pas été éclaircie, et de nombreux points de contestations subsistent.

A) Les jougs (cf. Index no 9)

  • 18 Orozco y Berra, Historia Antigua y de la Conquista de México, Porrua, Mexico 1960.

65Ce sont des objets en pierre, en forme de fer à cheval, assez lourds, que l'on attribue à la civilisation de la côte du Golfe du Mexique. Ils sont connus depuis 1834, et leur nom de joug leur a été donné en 1880 par Orozco y Berra18. En 1969, Borhegyi en dénombrait plus de 300, et en 1976, une étudiante de l'Université de Paris I, en cours de maîtrise, arrivait au total suivant : 357 jougs (dont 5 lots de fragments), plus la collection Saenz, donnée au Musée de Jalapa (62 exemples), et quelques nouveaux spécimens trouvés récemment en fouilles. Le total actuel avoisine donc 450 (Picard 1976).

66Il existe deux types de jougs : ouverts, en forme de fer à cheval, et fermés, avec une forme légèrement ovoïde (on en connaît au minimum 17 de cette forme). Ils sont presque tous taillés dans des roches dures (granit, roches éruptives, basalte... ; roches métamorphiques : gneiss), mais l'on en connaît en outre trois en calcaire, deux en grès, un en jaspe, un en jadéite et un en chalcédoine. Il en existe par ailleurs deux en céramique (plus le vase-joug mentionné plus haut, Cohodas 1972), et un en bois, à Tikal (Guillemin 1968a et b). Dans l'ensemble donc, il s'agit de roches dures, de teinte grise ou verte, avec parfois (sur 14 exemples) des traces de cinabre, rouge. Leur poids peut aller de 14,5 à 27 kg et leurs dimensions oscillent entre 37 et 54 cm pour la longueur, 27 et 49 cm pour la largeur, et 6 et 16,5 cm pour la hauteur. Les dimensions de l'ouverture interne par contre, sont presque toujours équivalentes.

67On trouve des jougs dans toute la moitié orientale de la Mésoamérique (cf. Index no 9 et Carte no 6). Le plus grand nombre provient de l'Etat de Veracruz (192) et des zones immédiatement voisines : Hidalgo (4), Puebla (7), San Luis Potosi (11), Tabasco (4). Mais leur répartition ne se limite pas à ces seules régions et inclut les Etats de Campeche, Chiapas, Mexico, Michoacan, Morelos, Oaxaca, Querétaro, Tamaulipas et Tlaxcala, au Mexique, les Hautes Terres et la côte pacifique du Guatemala, le Salvador et le Honduras. On les retrouve donc sur toute la zone avec laquelle les cultures de la côte du Golfe ont entretenu des contacts. Certains chercheurs ont tenté de diversifier cette répartition, en mettant en relation des types avec la distribution géographique, le plus souvent sans résultat convaincant. Aucune typologie présentée à l'heure actuelle ne possède de données suffisantes pour permettre une telle approche distributive. Cela tient essentiellement au fait que, à l'exception de la maîtrise de Picard (1976), il n'a jamais été tenté d'étude d'ensemble d'une part et que, d'autre part, plus de 200 jougs ne possèdent aucune indication de provenance.

68Trois typologies ont été élaborées dans les dernières années : la première (Proskouriakoff 1960) concerne essentiellement la sculpture de l'Etat de Veracruz : l'auteur n'envisage pas uniquement les jougs, mais l'ensemble des sculptures, et d'autre part elle ne fait appel qu'occasionnellement à des données d'autres zones. Dans son étude, Tatiana Proskouriakoff envisage donc le problème du point de vue du décor, et plus particulièrement d'après les entrelacs, et détermine l'existence de cinq styles différents. Son travail a cependant l'inconvénient de laisser de côté les jougs lisses, relativement nombreux. En 1975, Sonia Rivero Torres a tenté une nouvelle approche typologique, fondée cette fois sur des critères mathématiques plus stricts : elle tient donc compte de données mesurables (dimensions, écartement des bras...) et, occasionnellement, de données annexes (décorés, non décorés...). L'échantillon analysé est constitué essentiellement par les jougs du Musée d'Anthropologie de Mexico, soit 180 jougs seulement. Il est évident que ce travail possède l'avantage de présenter une typologie ouverte, de trois types. Cependant, il est regrettable que l'auteur n'ait pas tenté une étude iconographique de complément. Le travail de Catherine Picard compense en partie cet aspect, mais possède l'inconvénient de laisser de côté l'aspect mathématique : sa typologie se fonde sur des considérations iconographiques seulement, mais cette fois-ci, sur un échantillonnage plus abondant. Elle est en mesure d'établir l'existence de 5 types : le type 1 est caractérisé par l'absence de décor, le type 2 par un décor centré sur la représentation du Monstre de la Terre, le type 3 inclut des visages humains dans la gueule du Monstre de la Terre ; et le type 4 est caractérisé par des représentations humaines. Le type 5 souffre de rassembler des caractères éclectiques tels que entrelacs, signes de mort, oiseaux, papillons, mains, pieds... En définitive, aucune de ces typologies n'est totalement satisfaisante, en dépit de leurs qualités intrinsèques, et du fait que chacune répond au but que s'était fixé l'auteur.

  • 19 Sur ce dernier site (Andrews 1970a), ont pour la première fois été trouvés en association 3 jougs, (...)

69Traditionnellement, les jougs ont été considérés comme des objets typiques de la période classique récente, pour les cultures de la côte du Golfe du Mexique. Le petit nombre relatif de jougs trouvés en fouilles, par opposition avec l'écrasante majorité de jougs sans provenance rendait encore plus imprécise leur position chronologique exacte. Il se trouve que le nombre de jougs trouvés en fouilles a fortement augmenté dans les dernières années, au point de passer de 5 (plus des fragments de 30 jougs, de Palenque et Tres Zapotes) à 25, plus 27 nouveaux fragments (à Bilbao). Dans la plupart des cas, la datation classique récente s'est vue confirmée, avec des exemples comme les jougs de Palenque, de Toniná, de Quelepa19, ou même de Trez Zapotes. Il existe cependant plusieurs exemples de jougs trouvés en fouilles dans un contexte plus ancien : celui d'El Trapiche est daté (García Payón 1947) de 350-400 ap. J.-C. Les fragments de jougs de Bilbao sont considérés par Parsons comme diagnostiques du Classique Moyen (Parsons 1967-1969). Il existe enfin des exemples plus récents pour lesquels les auteurs semblent pencher pour une datation du Classique Ancien (A. Ichon, inf. orales). En définitive, il semble possible d'affirmer que les premiers jougs ont fait leur apparition dès le Classique Ancien et peut-être vers la fin du Préclassique, pour connaître leur apogée au Classique Récent et disparaître après.

  • 20 Une polémique interne oppose ces auteurs sur le problème de savoir si les jougs sont les ceintures (...)

70Le dernier problème qui se pose est celui qui concerne directement le sujet traité : il s'agit de la fonction des jougs. De nombreux auteurs se sont livrés, depuis 1880, à des hypothèses variées, parfois contestables, parfois appuyées par des preuves, mais aucune des hypothèses n'apparaît pour l'instant totalement satisfaisante. Les jougs ont ainsi été successivement considérés comme des instruments de sacrifice (Paso y Troncoso 1892, Fewkes 1907), des symboles de fécondité (Parry 1893), des monuments cosmogoniques (Mena 1923), ou des figurations rituelles de mâchoires (Castro Leal 1962). C'est dans les années 1920 que commence à se développer la polémique la plus intéressante. D'un côté, un certain nombre d'auteurs soutiennent que les jougs sont les ceintures portées par les joueurs de balle20, de l'autre, des auteurs comme Génin (1926), Minnaert (1938), Palacios (1939, 1943) affirment que ce sont en fait des monuments funéraires. Les deux hypothèses ne sont cependant pas exclusives, et si la seconde est à l'heure actuelle largement confirmée, la première reste possible et discutable. En ce qui concerne en effet le problème du rôle funéraire des jougs, la présence de plus de treize jougs en association avec des sépultures primaires ou secondaires, et le nombre élevé (16 au minimum) de jougs sans provenance portant des traces de cinabre laissent peu de doutes sur ce point. Depuis la découverte de Génin (1926), (Krutt 1969), à Omealca, les cas d'associations les plus divers ont été reconnus : les jougs sont le plus fréquemment associés aux crânes, à Omealca (Génin 1926), à Tejas (Palacios 1943), à Viejón (Medellin Zenil 1960), ou à des squelettes complets, à Tikal (enterrement 195, Guillemin 1968), à Cerro de las Mesas (Stirling 1941), San Andrés Tuxtla (Covarrubias 1946), Xochicalco, ou Toniná (Becquelin et Baudez 1979). Il existe de plus un cas (Santa Luisa, enterrement 15, Wilkerson 1970) dans lequel le squelette porte le joug à la hauteur de la taille. Il ne fait donc aucun doute que l'usage funéraire existe ; mais il n'est pas la seule fonction des jougs. Parmi les jougs trouvés en fouilles, certains faisaient partie de caches (à Quelepa, ou Palenque par exemple), ou étaient dispersés en divers points du site (à Tres Zapotes, Weiant 1943), ou à Bilbao (Parsons 1967-69). Il est donc probable que le joug est un objet qui peut avoir une valeur dans des rites funéraires, mais dont la fonction ne se limite pas à ce seul fait ; il est, d'autre part et de toute évidence, chargé d'une valeur religieuse ou rituelle, puisqu'on l'utilise dans ce contexte, et pour des caches...

  • 21 Ils sont antérieurs à l'article d'Ekholm, mais restent valides actuellement.

71C'est dans cet esprit qu'il convient d'envisager le problème des rapports entre jougs et jeu de balle. En 1923, Lothrop note l'existence d'une figurine du Guatemala (fig. 37) qui porte, autour de la taille, une ceinture épaisse, dont la forme évoque celle d'un joug. En 1946, Ekholm, suivi par d'autres auteurs (Kidder 1949, Borhegyi passim...) augmente notablement le nombre de figurines ou de représentations semblables à celle décrite par Lothrop (il cite en particulier une figurine huastèque, les stèles de Santa Lucía Cotzumalhuapa...) et affirme l'identification des ceintures et des jougs de pierre. Il complète son hypothèse par une expérience, en portant un joug sur la taille, et constate ainsi que les jougs sont portables. J. E. S. Thompson s'inscrit en faux (1941) contre cet ensemble de théories et présente, à l'appui de sa thèse, plusieurs arguments21 : le poids des jougs les rend portables, mais empêcherait tout mouvement ou déplacement rapide, dans le jeu ; la face interne, souvent décorée, ne serait plus visible (elle pourrait par ailleurs gêner le porteur du joug) ; il est difficile de comprendre comment le joug serait attaché.

72Tous les jougs trouvés in situ étaient dans un contexte funéraire. On a vu plus haut ce que l'on pouvait penser de ce dernier argument. Les autres, au contraire, gardent leur valeur, en particulier celui qui mentionne le poids des jougs : ces derniers sont peut-être portables, mais cela ne signifie pas qu'ils étaient portés. Il est impossible d'envisager que des joueurs auraient pu réaliser des acrobaties telles que celles dépeintes sur les divers monuments, avec 20 kg autour de la taille.

73Cependant, il a pu être établi, dans le cours du chapitre, qu'il existe un nombre important de représentations faisant intervenir des joueurs porteurs de ceintures rigides, en forme de fer à cheval, portées sur les hanches, exactement dans la position qu'occuperait un joug. Ces ceintures ont de plus des dimensions et une forme apparentes semblables à celles d'un joug. On trouve de tels exemples en sculptures, sur les vases, sur les figurines... (cf. pl. photos 23, 24, 25, 26). Le degré de ressemblance exclut pratiquement tout doute quant à la similitude des deux types d'objets. Dans ces conditions, une solution semble s'imposer : les joueurs portent, dans le jeu courant, des ceintures proches des jougs, par leur forme, et les jougs de pierre sont une imitation de ces derniers. Le matériau dans lequel est taillée la ceinture peut être le bois ou le cuir... La découverte à Tikal d'un joug en bois (Guillemin 1968) confirme l'existence de ce type d'objet ; par ailleurs, il serait peu vraisemblable que les équipements de joueurs opposés diffèrent au point que, non seulement la forme mais aussi la matière des ceintures, soient distinctes (ce qui pour le jeu aurait des conséquences graves). Les jougs de pierre, eux, voient leur usage limité à des jeux particuliers par leur importance ou leur symbolisme, ou à des cérémonies dans le cadre du culte lié au jeu. Leur usage dans des rites funéraires ou pour des caches s'explique alors clairement : le culte du jeu de balle implique également des rites funéraires, des rites de décapitation, que l'on retrouve dans le cas des jougs découverts in situ. En définitive, il nous semble que le joug n'est pas lié au jeu de balle, mais aux cultes qui l'accompagnent, et qui sont diffusés sous l'influence des groupes venus de la côte du golfe.

B) Les "hachas"

74Le problème de ce dernier type d'objet est encore plus complexe que le précédent, et nécessiterait de longues recherches hors de propos ici. Le principal point de cette étude consistera seulement à définir l'objet et à déterminer ses liens avec les jougs et le jeu de balle.

75Moins bien connues, quoique très nombreuses (Borhegyi donne le chiffre de 360, certainement inférieur à la réalité actuelle), les "hachas" sont des objets de pierre, en forme de lame de hache, hauts d'une trentaine de centimètres et pesant environ 5 à 10 kg. Elles sont taillées, comme les jougs, dans des roches dures : basalte ou diorite...

  • 22 Comme dans le cas des jougs, une grande partie des "hachas" sont localisées dans des collections p (...)

76Leur répartition est plus limitée que celle des jougs, puisque le Veracruz et les Etats voisins de San Luis Potosi, Oaxaca, Chiapas, ont donné la plus grande partie des exemples connus22. On en trouve par ailleurs quelques spécimens dans les Etats de Mexico (1), de Morelos (1), une assez grande quantité dans les Hautes Terres du Guatemala et sur la côte pacifique, et trois exemples au Salvador (à Quelepa et Tazumal). Plus restreinte, cette distribution géographique reflète partiellement celle des jougs. Du point de vue chronologique, la plupart des exemplaires trouvés en fouilles, à Quelepa (Andrews 1970a), San Andrés Tuxtla (Covarrubias 1946), Palenque (Ruz Lhuillier 1952, 1956), Viejón (Medellin Zenil 1960), Bilbao (Parsons 1967-1969) datent du Classique Récent ou, au maximum, du Classique Moyen, à Bilbao. Il existe cependant quelques exemples de "hachas" trouvées en association avec du matériel postclassique.

77On définit en général trois types de "hachas", selon la disposition de leur partie postérieure : il en existe qui possèdent un tenon court, au bas de leur partie postérieure d'autres présentent, au même emplacement, une entaille de forme rectangulaire ; d'autres enfin sont faits d'un seul bloc. Cette classification cependant ne fait intervenir aucune considération d'ordre iconographique ou interprétatif (Rivero Torres 1975). Tatiana Proskouriakoff introduit, en complément, quelques caractères secondaires, mais utilise la même typologie. Cette typologie ne permet pas de présenter d'hypothèse sur leur symbolisme ou leur fonction.

78En définitive, la seule approche possible actuellement, pour tenter de déterminer une éventuelle fonction des "hachas", consiste à définir leur lien avec les jougs. Leur répartition et leur position chronologique sont semblables, bien que plus restreintes dans le cas des "hachas". Bien plus, les sites sur lesquels des "hachas" ont été découvertes en fouilles présentent tous également des jougs. Dans le cas de Quelepa même, les deux types d'objets (ou plus exactement les trois) ont été découverts en association directe, dans la même cache (Andrews 1970a). Il existe également deux cas de jougs sur lesquels on a pu identifier une "hacha" : l'un est à l'American Museum of Natural History, l'autre appartient à une collection privée mexicaine (Palacios 1943, no 70).

79Sur un panneau de la vallée de l'Usumacinta (Wardwell 1967), le joueur représenté sur la gauche du panneau possède une ceinture dans laquelle paraît attachée, devant le torse, une "hacha", en forme de crâne (ce qui est un motif très fréquent...). Il existe, par ailleurs, un certain nombre de figurines qui représentent des joueurs, porteurs d'une ceinture du type des jougs, surmontée d'une "hacha" ou d'un objet semblable. La plupart de ces figurines viennent de la côte du Golfe. Mais il n'existe, à notre connaissance, aucun exemple d'association directe "hacha"-joueur, lorsque la ceinture-joug n'est pas présente. Dans ces conditions, il est, dans l'état actuel des connaissances, vraisemblable que le lien joue plutôt sur la relation "hacha"-joug que sur une relation directe entre les "hachas" et le jeu de balle (pl. photo 32).

80Il est donc probable que la "hacha" exerce un rôle dans le cadre du culte lié au jeu de balle. T. Proskouriakoff (1950) a parlé, à leur sujet, de marqueurs, destinés à compter des points, ou à montrer les points de sortie de la balle... Elle a également suggéré la possibilité que les "hachas" aient joué le rôle d'emblème d'une équipe. La première hypothèse semble douteuse, étant donné qu'elle n'expliquerait pas le lien qui unit joug et "hacha". En revanche, la seconde donne une impression plus juste, car le lien entre les jougs et certains types (régionaux ou nationaux) de joueurs se trouverait ainsi renforcé par un élément extérieur au jeu, mais cohérent. Cependant, il ne faut pas négliger le fait que le joug est associé à un culte et à ce qui le représente et que, par conséquent, les "hachas" pourraient avoir, dans ce même contexte, une valeur plus religieuse que les jougs eux-mêmes.

C) Les "palmas"

81De même que les "hachas", les palmes semblent jouer un rôle secondaire parmi les objets reliés au jeu. On ne les trouve, elles aussi, que lorsque les jougs sont présents et plus particulièrement dans un contexte d'ordre cérémoniel.

82Ce sont des objets allongés, épais à la base et larges et plats au sommet. Elles peuvent atteindre 50-80 cm de haut, et ont une forme légèrement arrondie. Leur base est incurvée, avec une projection frontale qui rend impossible leur station debout. Elles sont taillées dans des pierres de même sorte, ou plus tendres que les jougs et "hachas".

83Leur nombre est beaucoup plus limité (200 environ, selon Borhegyi), et leur répartition diffère légèrement : on les trouve surtout dans l'Etat de Veracruz plutôt vers le nord (Jalapa, Papantla...), avec quelques exceptions dans l'Etat de Mexico (1 ex.), dans les Hautes Terres du Guatemala (1 ex. sans provenance précise), ou au Salvador, à Quelepa (Andrews 1970a). On leur attribue généralement une date plus tardive, en fonction de leur présence sur des sculptures considérées comme du Postclassique Ancien (Vega de Aparicio, El Tajín). Cependant, outre le fait que certains auteurs (Kampen 1972) considèrent certaines de ces sculptures comme étant du Classique Récent, des palmes, peu nombreuses, ont été découvertes en association avec du matériel du Classique Récent (cf. Quelepa par exemple). Il est donc probable que leur apparition date du Classique Récent, et que leur utilisation s'est poursuivie au Postclassique Ancien.

84Il est pratiquement impossible de procéder à l'établissement d'une typologie des "palmas", tant au point de vue mathématique (Rivero Torres 1972), que du point de vue iconographique (Proskouriakoff 1971). La variété des formes qui oscillent entre des palmes très caractéristiques et d'autres courtes, difficiles à différencier des "hachas" et celle des motifs (mains, corps, entrelacs, animaux...) rendent leur étude très difficile, et nous interdisent de déduire de la dominante de certains motifs certaines constantes ou associations. Tout au plus peut-on rapprocher certaines données iconographiques de celles constatées à propos des jougs et des palmes.

85C'est cependant l'étude iconographique qui est en mesure de donner la seule idée de la fonction des "palmas". Sur divers bas-reliefs en effet, les joueurs, en tenue, portent, passé dans la ceinture, un objet de forme allongée, souvent palmée, que l'on interprète généralement comme des "palmas". Il en est ainsi sur divers bas-reliefs du Tajin en particulier, sur les panneaux qui ornent les angles du terrain principal. Ces personnages, habillés comme des joueurs, sont engagés dans des sacrifices par décapitation. Sur la stèle de Vega de Aparicio de même, le joueur décapité porte une "palma" dans sa ceinture. A Chichen Itza, les joueurs des panneaux du terrain 2 D1 sont tous porteurs d'objets allongés passés dans la ceinture. Ces objets se terminent tous par une tête (de serpent ou de mort). Il faut rappeler que, sur les diverses scènes envisagées ci-dessus, trois thèmes reviennent en association constante : le sacrifice par décapitation, le serpent (conçu comme symbole du sang et de la fertilité) et le thème de la végétation. Ces thèmes se retrouvent également dans l'iconographie des "hachas", jougs et "palmas", à diverses reprises. Il est donc probable, une fois de plus, que les palmes jouent un rôle lié plutôt au culte du jeu de balle et au culte de la fertilité. Dans ce contexte, il est possible de présenter une hypothèse qui devrait être confirmée par une étude plus approfondie : la position de ces palmes, qui passent derrière la ceinture et se dressent devant le corps des personnages (probablement des prêtres habillés comme des joueurs), fait penser plutôt à des symboles phalliques qu'à des instruments destinés au jeu. Ce n'est là qu'une hypothèse qui, de plus, ne rend peut-être pas totalement compte du symbolisme et de la fonction des "palmas", mais qui reste cohérente, dans le cadre du symbolisme général du jeu, tel qu'il est conçu dans les civilisations de la côte du Golfe.

D) Les autres types d'objets

86Un certain nombre d'objets, de nature diverse, ont été mis en relation avec le jeu, en particulier par S. F. de Borhegyi, dans toute une série d'articles Ce sont des objets traditionnellement associés au complexe envisagé ci-dessus : les "candados" (cadenas), "manoplas", "rieles" (ou genouillères de pierre), relativement fréquents dans la sculpture du Veracruz. Outre le fait que l'on ne dispose de données précises sur aucun de ces objets, il est extrêmement difficile d'identifier leur fonction dans le jeu ou dans le culte associé. Parmi eux, un seul groupe retiendra l'attention : il s'agit des "manoplas", sorte de représentation en pierre de gants ou de protection de la main. Sur les bas-reliefs du terrain 2 D1 de Chichen Itza, on peut voir les joueurs portant à la main un objet oblong, retenu par une anse. Borhegyi (1967) a émis l'hypothèse que ces "manoplas" pouvaient servir à frapper la balle. Deux éléments contredisent cette affirmation : tout d'abord, si tel était le cas, le jeu représenté ne serait pas le tlachtli, ce qui viendrait à l'encontre de la plupart des autres données. Deuxièmement, rien ne prouve que des joueurs soient représentés ici ; nous sommes tout au plus en présence de personnages portant la même tenue, engagés dans des sacrifices et des activités rituelles, distinctes du jeu lui-même. Dans ces conditions, il est possible que ces objets soient en effet des "manoplas", mais rien ne permet d'affirmer leur usage pendant le jeu.

V/4. ELEMENTS DE CONCLUSION

87Quatre conclusions s'imposent, au terme de cette brève étude. La première et la plus importante du point de vue du sujet, est que le jeu de balle est parfaitement identifiable avec les terrains étudiés, ainsi que le démontrent les maquettes et représentations de terrains. A l'intérieur du groupe des sculptures, céramiques ou figurines, ainsi constitué, il est possible de différencier deux sous-groupes : d'une part, les données qui sont directement reliées au jeu (représentations de joueurs), d'autre part des données qui sont plutôt destinées à évoquer un culte dans lequel le jeu exerce une fonction précise, presque religieuse. S'intègrent à ce groupe non seulement les jougs, "hachas" et "palmas", mais aussi les nombreuses représentations de personnages en tenue de joueurs, engagés dans des activités rituelles ou sacrificielles. Ce culte est lié par un nombre élevé de traits aux civilisations de la côte du Golfe du Mexique.

88En fonction de cette conclusion, trois autres hypothèses s'imposent. Tout d'abord, sur le plan géographique, le jeu semble connu, dans des régions pour lesquelles on ne connaît pas encore de terrains ; il est vraisemblable que ce manque est dû en grande partie au peu de travail fait dans ces zones, telles que la Huasteca, le Nord-Ouest, le Tabasco... (carte no 3).

89D'autre part, l'existence de figurines de joueurs ou de représentations autres, à des époques reculées (la fin du Préclassique ou le Classique Ancien) confirme également l'existence du jeu dès une date ancienne, et vient appuyer les datations préclassiques de certains terrains de la vallée de Tehuacan.

90Enfin, et c'est là le point le plus intéressant du point de vue de la fonction du jeu, l'ensemble des données iconographiques relatives au jeu s'intègre dans des activités cérémonielles qui confirment le caractère sacré du jeu. Parmi les éléments dominants de ces cultes, on relève l'importance des rites funéraires, du sacrifice par décapitation, des cultes de la fertilité et des rites de la végétation. Toutes ces données constituent un ensemble cohérent, et le jeu de balle est une cérémonie dans le cadre de ce culte. De plus, ce culte et ces croyances constituent une part essentielle de l'apport des cultures de la côte du Golfe et le jeu traduit partiellement l'expansion et le développement de cette religion. De ce point de vue, le jeu prend, outre sa valeur religieuse, une valeur secondaire politique ou économique, en ce sens qu'il traduit une réalité précise d’expansion géographique et territoriale de la part des mêmes cultures.

Notes

1 On doit rappeler également qu'il existe de nombreuses représentations sur papier, dans les codices mixtèques, mayas ou mexicains (1ère Partie, Chap. IV).

2 Depuis le début de notre enquête, la découverte d'un escalier de treize marches à Yaxchilan (inf. orales de Ian Graham, et dessins), ainsi que la mention de l'existence d'un vase maya (probablement faux) dans une collection privée en Angleterre (Hellmuth, communication personnelle), et de celle d'une maquette du Jalisco, dans une collection privée mexicaine (Cliché M. A. E. F. M.), sont venues accroître notre documentation.

3 L. Satterthwaite Jr : "Notes on sculpture and architecture at Tonalá, Chiapas". CIW. Notes on Middle American Archaeology and Ethnology I.21 : 127-136. Washington, 1943.

4 Gifford, Surface Archaeology of Ixtlan del Rio, Nayarit, University of California, Pub. Amer. Arch. Athn. Vol. 43, no 2, Berkeley, 1950.

5 A l'exception du terrain représenté dans le Tlalocan, tous les terrains sont fermés, avec un plan en I. Il est évident que l'on ne peut préciser lorsque seul le profil est visible : il est cependant notable que, dans les Basses Terres mayas, les profils sont ceux de terrains ouverts.

6 L'existence d'équipes inégales est attestée par Motolinia ("Memoriales" in : Documentos Historicos de México, Tome I, Méjico-Paris-Madrid 1903) qui désigne le fait par l'expression "tres al mohino".

7 Ce sont les fameux "sticks" que Morley (1936-1938) avait identifiés comme des battes servant à frapper la balle.

8 Il est probable qu'une partie des vases mayas étudiés provient de mobilier funéraire pillé, mais on ne peut être trop affirmatif sur ce point.

9 Il convient de rappeler, de plus, que le pendentif de Monte Alban présente, au centre du terrain, une tête de mort et que, par ailleurs, sur le panneau de la vallée de l'Usumacinta (Wardwell 1967), on distingue sur la ceinture du joueur de droite une "hacha" en forme de tête de mort. Il porte par ailleurs une tête de mort en sautoir.

10 Ne sont pas incluses dans ce nombre les sculptures sur lesquelles est représenté un terrain, analysées au paragraphe précédent.

11 E. Wyllys Andrews IV, Balankanché, Throne of the Tiger Priest, fig. 52. Middle American Research Institute, pub. 32, New Orleans 1970.

12 A. Miller, The Mural Painting of Teotihuacan, fig. 357-362, Dumbarton Oaks, Washington 1973.

13 J. E. S. Thompson, Maya History and Religion, chap. I, pp. 3-47, university of Oklahoma Press, Norman 1970.

14 Il convient de rappeler que le site d'Ichmul, d'où proviennent deux autres panneaux (Proskouriakoff 1950), ne comporte pas de terrain de jeu de balle.

15 Les vases no 4 et 5 ne seront pas pris en ligne de compte dans ce paragraphe : ils font partie du groupe de maquettes ou de représentations de terrains analysés ci-dessus (V/1).

16 M. Krutt, Les figurines en terre cuite du Mexique Occidental, Université Libre de Bruxelles, 1975, p. 87.
P. Furst, "Some Problems in the Interpretation of West Mexican Tomb Art", in B. Bell, The Archaeology of West Mexico, Ajijic 1974, pp. 132-146.

17 Il convient de rappeler ici que, sur le panneau de la vallée de l'Usumacinta, illustré par Wardwell (19671, le joueur porte une tête de mort en sautoir et un objet en forme de tête de mort, à hauteur de sa ceinture.

18 Orozco y Berra, Historia Antigua y de la Conquista de México, Porrua, Mexico 1960.

19 Sur ce dernier site (Andrews 1970a), ont pour la première fois été trouvés en association 3 jougs, 2 hachas et une palme, datés d'avant 1000 ap. J.-C.

20 Une polémique interne oppose ces auteurs sur le problème de savoir si les jougs sont les ceintures mêmes, ou seulement des représentations en pierre. Cf. ci-dessous.

21 Ils sont antérieurs à l'article d'Ekholm, mais restent valides actuellement.

22 Comme dans le cas des jougs, une grande partie des "hachas" sont localisées dans des collections privées ou des Musées, et n'ont pas de provenance.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search