Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Deuxième partie. Typologie des terrains de jeu de balle

Chapitre IV. Synthèse des données architecturales : les types et leur évolution

Texte intégral

1Au terme de la classification précédente, à la fois régionale et par types ou grandes catégories, il est maintenant possible de présenter une première synthèse des résultats et conclusions obtenus. Il ne s'agit, bien évidemment, que de conclusions provisoires, établies d'après l'étude des types et de leur répartition, temporelle et géographique. Cependant, cette approche permet également de discerner une évolution assez précise des types ouverts aux types fermés, et qui va dans le sens d'une complexité croissante des données architecturales. Ce n'est que dans un chapitre ultérieur (cf. plus bas) que nous serons en mesure de présenter une synthèse d'ensemble du jeu, en fonction tant des terrains que de l'ensemble des données étudiées.

IV/1. CONSIDERATIONS GENERALES SUR LES TYPES DEFINIS (tableau no 14)

2Un total de douze types et huit variétés ont donc pu être identifiés pour l'aire envisagée (Mésoamérique, Antilles, Arizona). Parmi les types ainsi définis, l'un (type XII) ne se rencontre que dans les Antilles, dans une période bien délimitée, et deux (types X et XI) ne recouvrent que le Sud-Ouest des EtatsUnis. Il faut cependant noter, dans ce dernier cas, la présence, dans le NordOuest du Mexique, de deux terrains qui, apparemment, se rattachent à l'un ou à l'autre de ces deux derniers types (Santa Cruz et Sotolitos, cf. III/84), mais qui sont au contact de zones dans lesquelles on trouve des terrains de types purement mésoaméricains, tels que Casas Grandes ou Schroeder Site. Neuf types sont donc représentés en Mésoamérique. Les types I, II, III, IV, IX sont ouverts, et les types V, VI, VII et VIII sont fermés, avec des plans différents. Le type V en effet, présente le plan rectangulaire des terrains dits "Palangana", ce qui le place à part dans le groupe des terrains fermés.

3L'existence de variétés, à l'intérieur de certains groupes ou types, permet de définir et de situer des cas intermédiaires, qui se rattachent par ailleurs à des types précis. Dans le cas du type III par exemple, le terrain est de plan ouvert. Mais, à Chichen Itza, la str. 2 D 1, le grand terrain de jeu de balle possède à chaque extrémité une structure terminale en U, qui ferme partiellement le terrain. Cet exemple constitue la variété 1, qui devrait normalement être inclue dans un type fermé, ainsi que le terrain d'Amapa (III/82). Mais le caractère incomplet des structures terminales, et le fait que le type soit défini d'après un terrain ouvert, à Edzna, permettent de considérer ces deux exemples comme des cas de transition.

4Le problème est marqué de façon plus probante encore avec les types I et VI. Le type I en effet, inclut une énorme majorité de terrains ouverts, que l'on rencontre sur de nombreux sites des Basses Terres mayas, de Copán à Uxmal. Le type VI au contraire, fermé, se rencontre principalement dans une région des Hautes Terres mayas, en Amérique Centrale à Oaxaca, au Chiapas... Peu de choses en apparence permettent de rapprocher ces deux types, à l'exception du profil, commun. Mais si l'on examine les variétés dans les deux types, on constate une évolution continue de l'un à l'autre. En effet, la variété 1 du type I présente le trait suivant : dans l'axe du terrain, à l'une des extrémités de l'allée se trouve une structure qui ferme très incomplètement l'allée ; on en trouve des exemples au Yucatan et à Copan (III/2). La variété 2, identifiée à Chichen Itza (III/3) est légèrement plus caractéristique puisqu'une structure en U ferme une des extrémités de l'allée. La variété 3 (III/4) comporte des terrains, toujours à Chichen Itza, dont les deux extrémités sont fermées incomplètement par des structures en U. Enfin la variété 2 du type VI compte des terrains dont l'allée donne à une extrémité sur une véritable zone terminale fermée, tandis que l'autre n'est encore que partiellement fermée (III/22). Ces terrains, comme ceux du type VI, se rencontrent sur des sites proches de Copan, dans la vallée du Río Motagua, en Amérique Centrale... On est donc en mesure de constater une lente évolution vers la fermeture des terrains, sans qu'il y ait changement apparent dans le profil, et ce dans deux régions bien définies : le Nord du Yucatan et la frontière sud-est de la zone maya (Copan, Quirigua, Asunción Mita, Guaytan...). L'évolution constatée est donc à la fois locale, technique et chronologique.

5Il est donc possible d'établir l'existence, dans le temps, d'une évolution des types ouverts vers les types fermés. Il ne faut cependant pas exagérer l'importance de cette évolution, qui se produit dans un laps de temps assez court. Lorsque l'on tente, en effet, de présenter une vue d'ensemble du développement des terrains, on constate que la période classique récente marque l'apogée du jeu, et que des types ouverts (I, II, III) coexistent avec des types fermés (VII, VI, V) : il serait nécessaire de posséder des données chronologiques beaucoup plus raffinées pour pouvoir distinguer des évolutions. Telle que la situation se présente, on est toutefois en mesure de dégager certaines lignes de force.

  • 1 De nombreux terrains ont été par exemple identifiés sur des sites occupés du Préclassique au Postc (...)

6Les premiers terrains identifiés sont datés du Préclassique Ancien et un terrain au moins semble postérieur à la Conquête espagnole (El Pirámide, III/85). Dans le laps de temps qui sépare ces deux occurrences, on dispose de données chronologiques relativement précises sur environ 475 terrains1).

7Ils se répartissent de la façon suivante :

  • 2 L'existence de deux terrains du Préclassique Récent à Chalcatzingo (Grove 1976, in annexe bibliogr (...)

- Préclassique Ancien

 : 1 ?

- Préclassique Moyen

 : 5 (mais la datation est encore incertaine).

- Préclassique Récent

 : 222.

Total au Préclassique

 : 28

- Classique Ancien

 : 18

- Classique Récent

 : 300

- Postclassique Ancien

 : 88

- Postclassique Récent

 : 40

8Plusieurs conclusions s'imposent donc d'après l'étude de cette répartition chronologique. Tout d'abord, on constate une continuité dans l'existence des terrains, avec une apogée au Classique Récent qui compte, à lui seul, plus de la moitié des terrains datés. D'autre part, si la datation de certains terrains au Préclassique (que ce soit celui de La Venta, dont l'identification n'est pas encore prouvée, ou ceux de La Angostura, III/35) n'est pas encore confirmée, le nombre même de terrains datés de cette période (28 dont 7 fouillés) rend certaine leur existence et celle du jeu à cette époque. Il est plus surprenant de constater une "forte" diminution au Classique Ancien. Cela est d'autant plus sensible que plusieurs des terrains classés dans cette période peuvent en fait se rattacher soit au Préclassique (comme par exemple Gualterio Abajo, III/85) soit au début du Classique Récent (comme les terrains de Copán (III/1), de Manzanilla (III/60), ou de San Antonio Nogalar (III/75). Dans ces conditions, le nombre de terrains du Classique Ancien se voit considérablement réduit. Cette situation peut s'expliquer de deux manières. Il est possible que ce phénomène ne soit que la conséquence du manque de connaissances sur la période classique ancienne ; dans de nombreux cas en effet, les déblais et structures du Classique Récent, seuls visibles, cachent ce qui appartient au Classique Ancien, et seules des fouilles, rarement effectuées, permettraient de faire remonter la chronologie plus avant. Il est cependant douteux que cela augmente fortement le nombre de terrains. Tout au plus peut-on envisager une augmentation sans proportions avec l'énorme quantité de terrains du Classique Récent. Il y aurait donc une légère stagnation. Ce faible nombre reflète peut-être, par ailleurs, une certaine réalité. Il serait donc nécessaire de trouver une explication à cette diminution (ou même à la stagnation précédente) : il ne s'agit bien évidemment que d'une hypothèse, mais l'influence de Teotihuacan dans l'ensemble de l'aire mésoaméricaine n'est peut-être pas étrangère à ce fait ; on sait en effet que Teotihuacan ne possédait pas de terrain, et que s'il existait un jeu de balle, il était d'un type très différent (Caso 1942). Bien plus, les habitants de Teotihuacan ont diffusé leur version du jeu, à Kaminaljuyú et dans l'Ouest du Mexique (Taladoire 1975). Il est donc possible que le recul relatif du tlachtli soit dû à une influence de cette civilisation, et que le développement au Classique Récent, surtout en zone maya tout d'abord, coincide avec le début de la diminution de cette influence. Il est en tous cas certain que ce recul relatif dans la construction de terrains n'est pas encore explicable, et que ce n'est qu'avec un développement des connaissances en ce qui concerne le Classique Ancien que l'on sera en mesure de définir la nature du problème.

  • 3 Ce nombre a encore augmenté du fait de la publication d'informations sur de nouveaux terrains : cf (...)

9Le Classique Récent, avec un minimum de 300 terrains3 identifiés représente l'apogée de la construction et du jeu. Il faudrait pouvoir distinguer entre plusieurs sous-phases pour reconnaître les modalités de cet accroissement ; y a-t-il diffusion, à partir d'une source ? de plusieurs ? Peut-on parler d'un développement simultané ? L'étude des types et catégories permettra de trancher partiellement le problème, en suggérant une évolution (cf. plus bas, IV/3).

10Toujours est-il, qu'à partir de cette date, on assiste à une lente diminution dans la construction de terrains : les débuts du Postclassique Ancien sont marqués par une continuation, dans l'usage des terrains comme dans la construction : le type VI et le type VII par exemple, sont caractéristiques du Classique Récent (à Tonina, à Chinkultic...) mais sont présents également à la période suivante (à Xochicalco, Tula...). De même, il existe de nombreux cas, dans l'Alta Verapaz ou la région de Motagua par exemple, où une même phase regroupe les deux périodes envisagées (cf. Marie-Charlotte Arnauld, inf. orales). Ce n'est que vers la fin de cette période et au cours du Postclassique Récent que le mouvement semble réellement se ralentir. Encore faut-il tenir compte ici de deux nouveaux éléments : d'une part ce ralentissement est plutôt diversifié selon les régions. Si l'on a moins de terrains dans la région de la Côte du Golfe, des zones comme la Huasteca (cf. III/75), les Hautes Terres du Guatemala (avec les terrains du type VIII, cf. III/25) se maintiennent bien. Il est probable que le même phénomène existe sur le Haut Plateau mexicain, avec des terrains supposés à Mixquic, Texcoco, Tenochtitlan, Tlaxcala..., mais l'importance des destructions subies par ces cités lors de la Conquête empêche de se prononcer. D'autre part, les codices et les témoignages des chroniqueurs sont là pour nous rappeler l'importance du jeu dans des zones comme le Haut Plateau ou la Mixteca (cf. 1ère Partie, chap. IV).

11Il est donc dès à présent possible de donner une première idée de l'évolution générale dans le domaine de la construction des terrains. Avant le Classique Récent, il est encore impossible d'affirmer l'existence de types définis. Tout au plus peut-on supposer que la construction de terrains du type I commence vers la fin du Classique Ancien (Strömsvik 1952, cf. III/1). Mais, il est par ailleurs certain que des terrains existent dès le Préclassique Récent et probablement avant. Par contre, dès le Classique Récent, tous les types sont représentés, sauf les types IX, VIII et peut-être la variété 1 du type III. Certains types vont alors disparaître avec cette période, comme les types I, V et III. Le Postclassique voit la continuation des types IV, II, VI et VII et le début des types VIII et IX. Enfin, le Postclassique voit diminuer progressivement l'importance de tous les types, à l'exception du type VIII, dont l'existence se poursuit jusqu'à la Conquête. L'étude des catégories de terrains non classés va confirmer cette reconstruction.

TABLEAU No 14
COMPTE DES TERRAINS PAR TYPES ET PAR AIRES

IV/2. EVOLUTION CHRONOLOGIQUE, PAR CATEGORIES ET PAR TYPES

12Dans l'état actuel des connaissances, ce sont les terrains de plan ouvert qui semblent apparaître les premiers. Dès le Préclassique Ancien en effet, certains auteurs ont cru pouvoir identifier à La Venta un terrain de ce groupe (Wyshak, Berger, Graham and Heizer 1971). Si son existence est encore très incertaine, par contre, au Préclassique Moyen et Récent, le nombre de terrains ouverts augmente constamment, dans le Chiapas (sites de La Angostura : Gussynier 1975, cf. III/35), à Oaxaca (San José Mogote : Flannery 1975), à Tonina (Becquelin et Baudez), dans la Vallée de Tehuacan (McNeish et al. 1972), près de Puebla (García Cook 1976), sur l'Altiplano, à Chalcatzingo (Grove 1976), dans la Huasteca (McNeish 1958, III/75)... Cette répartition (cf. carte no 4) correspond partiellement à celle de la diffusion de la culture olmèque, mais la date même attribuée à la plupart des terrains interdit toute mise en relation directe entre les deux phénomènes. Si l'identification du terrain de La Venta était confirmée cependant, l'origine olmèque du jeu serait certaine, et sa diffusion s'expliquerait : le jeu serait alors un des éléments de l'héritage olmèque dans les régions ayant connu l'influence de cette culture : Oaxaca, le Chiapas, la région de Puebla et le Morelos, et peut-être la Huasteca.

13C'est en partie ce dernier lieu qui pose un problème. En effet, peu connue, la Huasteca ne possède pas à l'heure actuelle de données matérielles prouvant l'existence d'une influence olmèque. Or, non seulement le site de Pueblito possède un terrain daté du Préclassique Récent par McNeish (1958), mais les fouilles de G. Stresser-Péan ont permis de dater le terrain de San Antonio Nogalar du Classique Ancien (Stresser-Péan, 1977 ; III/75). Il semble donc que l'existence de terrains anciens dans cette région soit avérée. De plus, il s'agit de terrains ouverts, d'un profil très simplifié, pour l'instant atypiques. Si l'on admet une origine olmèque du jeu, il faut alors rapprocher ce fait de l'origine maya de la culture huastèque et admettre un contact, à cette époque, avec la région du Tabasco.

14Au Classique Ancien, le nombre de terrains ouverts est assez faible et un seul mérite considération ici : le terrain de Gualterio Abajo (Kelley 1976), situé dans la région nord-ouest du Mexique pose en effet un problème majeur : il serait le terrain le plus ancien de cette zone et serait en fait daté de la fin du Préclassique ou du début de la période suivante. Si sa datation était totalement confirmée, il faudrait admettre soit une origine locale (peu probable, du fait du manque de caoutchouc dans cette zone), soit un apport extérieur, de la Huasteca, ou de la région du Haut Plateau. Aucune de ces deux hypothèses n'est pour l'instant prouvée.

15La construction de terrains de plan ouvert connaît son apogée au Classique Récent, dans l'ensemble de la Mésoamérique. Deux zones surtout sont représentées : la zone maya et les régions voisines (Chiapas, Amérique Centrale), avec les types I, II, IV et III, et une zone nord comprenant la Côte du Golfe, la Huasteca, le Centre-Nord et l'Occident. Quelques terrains ouverts sont localisés dans la zone intermédiaire, c'est-à-dire le Haut Plateau ou la vallée de Tehuacan. Ce fait est de plus en plus sensible au Postclassique Ancien car, si l'on excepte quatre exemples non fouillés de la vallée de Tehuacan (McNeish 1972), on ne trouve de terrains ouverts que dans les Hautes Terres du Guatemala et du Chiapas (où la construction se ralentit), et dans le Nord : Huasteca, Centre-Nord, Occident et Nord-Ouest.

16Enfin, au Postclassique Récent, si quelques terrains ouverts sont encore utilisés dans le Sud : Bashuc par exemple (Becquelin 1970), la construction de terrains de cette espèce ne se poursuit que dans la Huasteca ou dans l'Ouest. Il semble donc évident que l'on est en présence de deux traditions différentes : dans le Sud, les terrains de types ouverts ne représentent qu'une étape dans une évolution, tandis que dans le Nord, où le type IX, ouvert, est le seul type identifié, une tradition locale permet le maintien, dans une zone relativement marginale, de terrains ouverts et ce jusqu'à la Conquête.

17Les terrains dits palangana posent un problème particulier : identifiés principalement d'après leur plan, leur profil est encore très mal connu. Par ailleurs, certains (à Kaminal juyú) sont désormais considérés comme pouvant être des cours dans lesquels on trouve des groupes d'habitations, ce qui n'exclut pas une fonction antérieure comme terrain. Il est donc difficile de trancher la question : il peut y avoir un doute sur l'identification même du terrain ; et le type, s'il existe, peut en fait se subdiviser en plusieurs types. En tout état de cause, les premiers terrains identifiés comme tels remonteraient au Préclassique Moyen, à San Lorenzo (Coe 1968). L'apparition du type serait ainsi légèrement postérieure à celle du groupe ouvert (La Venta). Des terrains du même type auraient été identifiés dans la vallée de Tehuacan (McNeish et al. 1972), au Préclassique Récent : 3, et au Classique Ancien : 1, mais aucun n'a été fouillé ; leur identification, comme leur placement chronologique restent donc sujets à caution. Cela est d'autant plus marqué que, dans la vallée de Tehuacan, le type disparaît au Classique Récent, pour réapparaître au Postclassique avec un seul exemple. Or, c'est au Classique Récent que le type atteint son apogée dans les Hautes Terres mayas du Guatemala (cf. plus bas, type V). Un doute subsiste donc au sujet des terrains de ce type, en l'absence de fouilles plus complètes.

  • 4 Il convient de rappeler ici que le Lienzo de San Juan Nayotla (cf. 1ère Partie IV/5) présente un t (...)

18Les terrains fermés, à plan en I, n'apparaissent qu'au Préclassique Récent, dans la vallée de Tehuacan (avec 10 exemples), et sont également identifiés au Classique Ancien dans la même zone (5 exemples), or aucun de ces terrains n'a été fouillé, et aucun autre exemple n'a, à ce jour, été publié. Il est donc encore difficile d'accepter sans preuves cette identification. Le Classique Récent voit par contre un développement assez rapide des types fermés, puisqu'ils sont identifiés dans les Hautes Terres (et peut-être les Basses Terres) mayas, en Amérique Centrale, au Chiapas, à Oaxaca, dans la vallée de Tehuacan, l'Occident, le Nord-Ouest et les limites de la Huasteca (à la fin de la période). Les mêmes zones possèdent des terrains fermés au Postclassique Ancien et Récent (bien que leur nombre se réduise alors légèrement). Il semble donc certain que les terrains fermés apparaissent plus tardivement que les autres (et peut-être beaucoup plus tardivement si la datation des terrains de la vallée de Tehuacan n'est pas confirmée), mais durent plus longtemps, au moins à Oaxaca et sur le Haut Plateau : une preuve de ce phénomène peut être trouvée dans le fait que les codices de ces régions ne contiennent que des terrains de ce type4. Il est donc probable que le groupe des terrains fermés postdate légèrement les autres groupes. L'étude par types va permettre de préciser ce point.

19Pour commencer par le type le plus ancien, le type I (ouvert et avec un profil qui comprend un talus et une corniche), on note que les seules occurrences sont signalées dans les Basses Terres mayas et un exemple en Amérique Centrale, à Quelepa, au Honduras, donc dans une région proche de la zone maya. Tous les cas (à l'exception du dernier terrain) sont datés du Classique Récent, mais il existe quelques exemples qui posent un problème : il a été vu en effet que les premiers terrains de Copán (Copán I et II) sont datés au minimum du tout début du Classique Récent, avec une possibilité pour au moins Copán I de remonter à la fin du Classique Ancien (Strömsvik 1952). Il en est de même pour le terrain de Balakbal (Ruppert-Denison 1943, Ruz Lhuillier 1945), par suite de la présence sur le site de céramique du Classique Ancien (de phase Tzakol). Il se pourrait donc que le type remonte en fait à une période légèrement plus ancienne. De même, il est possible que le type ait survécu de quelques décades à la fin du Classique Récent, dans la mesure où appartiennent à ce type des terrains sur les sites d'Uxmal, de Chichen Itza, sites ayant connu une occupation mexicaine plus tardive : la présence d'anneaux à Uxmal par exemple est une indication qui va dans ce sens.

20Il convient de considérer à part le cas des trois variétés de ce type. La variété 1, marquée par la présence d'une structure axiale, ne se rencontre que sur des sites du Nord du Yucatan ou du Sud-Est (Copán III) de la zone maya. Les variétés 2 et 3, caractérisées par la présence d'une ou de deux structures terminales en U, sont plus précisément localisées à Chichen Itza. On peut donc remarquer que la présence de structures terminales est liée à une position chronologique plus tardive, dans l'ensemble. On assisterait donc à une évolution lente vers la fermeture des terrains, et ce non pas au coeur de la zone maya mais plutôt dans des zones de frontières.

21Le type II, également de plan ouvert, se différencie du précédent par la présence, au pied des structures latérales, d'une banquette. Il est localisé à la fois dans les Basses Terres (18 exemples) et dans les Hautes Terres mayas (9 exemples), c'est-à-dire qu'il a une extension géographique un peu plus vaste, mais qu'il reste cantonné à la zone maya. De même, sa position chronologique reflète cette situation : identifié dès le Classique Récent (sans antécédents antérieurs), il voit son existence se poursuivre au Postclassique Ancien, dans les Hautes Terres et au Yucatan (à Cobá ou à Chichen Itza), c'est-à-dire dans les deux zones ayant survécu à l’effondrement de la culture maya. Typique de ce phénomène est le regroupement, dans l'Alta Verapaz du Classique Récent et du Postclassique Ancien en une seule phase (inf. orales de M. G. Arnauld). Dans l'ensemble donc, l'évolution de ce type II reflète celle constatée dans le cas du type I : après être apparu avec un plan simple ouvert, on assiste à une fermeture progressive du terrain, avec la présence d'une structure terminale, à Chichen Itza (groupe Chultun ; Ruppert 1952), à Chijolom ou à Chuchun (A. L. Smith 1955). Cependant, il reste que, dans l'état actuel des connaissances, l'apparition du type II est postérieure à celle du type I, ce qui coīncide avec une complexité plus grande du profil (présence d'une banquette). Il semble donc possible de constater une évolution du type I au type II.

  • 5 Il existe cependant une hypothèse (Parsons 1967-1969) qui voudrait que le terrain 2 D 1 de Chichen (...)

22Le type III pose à lui seul plusieurs problèmes. Tout d'abord, le faible nombre d'exemples de ce type de terrains (3, plus un profil sur la stèle no 8 d'Edzna et une représentation tirée du Codex de Dresde - cf. 1ère Partie IV/7) rend le type un peu problématique, surtout si l'on tient compte du fait qu'il se subdivise en un type et une variété. Mais le problème est compliqué du fait que les trois exemples ont une répartition géographique totalement différente. Le type n'est représenté qu'à Edzna, au Campeche, tandis qu'une des occurrences de la variété est le terrain 2 D 1 de Chichen Itza. Il faut noter que les deux profils mentionnés ci-dessus ont une provenance similaire. Le type est donc relativement bien représenté dans cette zone, sur une période de temps qui recouvre le Classique Récent et le début du Postclassique Ancien5. Le seul autre exemple de ce type est le terrain d’Amapa, au Nayarit, mais là aussi on est en présence d'un groupe assez net, puisque le nombre de maquettes de terrains de ce type est important (plus d'une demi-douzaine d'exemples - cf. III/82). Dans tous les cas, le profil est le même, et en ce qui concerne le terrain d'Amapa, les structures terminales, comme à Chichen Itza, ne sont pas rattachées aux structures latérales. Le terrain d'Amapa est de construction plus tardive puisque Clune (1963) donne la date du Postclassique Ancien (phase Cerritos). Le problème de la datation des maquettes n'est toujours pas résolu (cf. III/82 et Taladoire, sous presse).

  • 6 Thompson, Maya History and Religion, 1972.

23Dans ces conditions, il est nécessaire de comprendre l'origine de ce type, dont la répartition géographique est aussi "aberrante". Le problème se pose sous deux aspects différents. Sur le plan technique tout d'abord, on peut supposer deux origines : l'une, la plus simple, consiste à constater une certaine évolution dans le profil du type I, la pente du talus tendant à évoluer vers l'horizontale, tandis que la corniche devient de plus en plus haute ; on passe ainsi d'un talus de 25s surmonté d'une corniche de 1 m, à Copán I, à un talus de 7-8°, surmonté d'un mur de 4 m, à Uxmal par exemple (cf. III/1, 2, 3). Il est donc possible de supposer que cette évolution a été menée à son terme, à Edzna puis à Chichen Itza. Cependant, on peut concevoir aussi un apport extérieur, venu du Centre-Nord et de la Côte du Golfe : on trouve en effet, dans cette région, des terrains dont le profil comporte une banquette à sommet plat et un talus subvertical, que ce soit le cas des terrains du type IX ou ceux du Tajín. Or, on sait que des influences mexicaines se sont faites sentir dans cette zone dès le Classique Récent, influences particulièrement sensibles à Chichen Itza, mais aussi à Edzna6. Les terrains du type IX, comme ceux du Tajin, datent du Classique Récent ou du début du Postclassique. Cette deuxième hypothèse aurait l'avantage de pouvoir mieux expliquer la présence du terrain d'Amapa, au contact des terrains du CentreNord. On touche ici au deuxième volet du problème : l'aspect géographique. Un développement local du type, à Edzna, rendrait nécessaires deux hypothèses : soit le terrain d'Amapa serait le produit d'une influence d'origine lointaine (Yucatan) soit il serait le produit d'un développement local similaire. Les deux hypothèses présentent des invraisemblances certaines. Une origine géographique intermédiaire serait plus vraisemblable, dans la mesure où il est certain que des influences mexicaines se sont fait sentir au Yucatan, dès une époque assez reculée, tandis qu'il semble logique que des contacts existent entre le Centre-Nord et le Nord-Ouest, au Postclassique Ancien. Dans ces conditions, il semble bien qu'il faille chercher l'origine du type III hors de la zone maya, tout en tenant compte du fait que ce type, du fait de l'évolution locale du type I, trouvait au Yucatan un terrain favorable.

24Le type IV (ancien type ouvert A d'A. L. Smith 1962) est localisé très précisément dans la partie occidentale des Hautes Terres mayas, dans les départements de Quiché (région de Nebaj et San Andrés) et de Huehuetenango, et au Chiapas sur le site de Bolonchac (archives de Blom). Il apparaît au Classique Récent et sa construction se poursuit au Postclassique Ancien. Il existe même un exemple, Bashuc (Becquelin 1970), dans lequel le terrain est utilisé jusqu'au Postclassique Récent. Mais cela ne représente qu'une exception et on est en présence en fait d'un type qui montre une grande cohérence locale et chronologique. Le type semble issu directement du type II, simple variante locale dans laquelle ni le plan ni le profil se sont modifiés ; le caractère essentiel de ce type est la présence à l'une des extrémités de l'allée d'une cour au centre de laquelle se trouve un autel. C'est donc plutôt un critère secondaire, relatif au rapport du terrain avec le site qui permet de différencier ce type. L'autre extrémité de l'allée donne parfois sur une zone terminale encore à l'état d'ébauche, qui permet de rapprocher ce type du type II, variété I. La position chronologique du type rappelle une fois de plus cette tendance lente à la fermeture, constatée à propos des types I et II. Il semble'que le type IV n'ait pas eu d'héritier.

25Le type V dit palangana (A. L. Smith 1962) est lui aussi étroitement localisé dans les Hautes Terres mayas du Guatemala et est daté du Classique Récent. Il se pose cependant à son sujet plusieurs problèmes. D'une part, le type est encore très mal défini, par suite d'un manque de fouilles assez surprenant. On est donc dans l'ignorance du profil ou des profils exacts, et c'est le plan surtout qui a permis de constituer ce type (cf. III/19). Mais ce fait a une conséquence secondaire : un certain nombre de terrains de San Lorenzo (Coe 1968) ou de la vallée de Tehuacan (McNeish et al. 1972) sont également considérés comme palangana, le plus souvent sans fouilles et sans rapport avec la zone des Hautes Terres. Bien plus, au moment de l'apogée du type, au Guatemala, il n'existe apparemment pas d'autre exemple dans d'autres zones. Dans ces conditions, il semble nécessaire, dans l'impossibilité où nous sommes de trancher la question, de procéder à une révision systématique des terrains de ce type, afin de déterminer :

  1. s'il s'agit bien, dans tous les cas, de terrains, puisque Sanders a soulevé le problème à Kaminal juyú.
  2. de déterminer si on est en présence d'un type ou de plusieurs.
  3. de procéder alors à une étude comparative des divers terrains de ce type, en fonction d'une position chronologique précise.

26Le type VI (ancien fermé A de A. L. Smith 1962) est l'un des plus intéressants, en fonction de sa répartition dans l'ensemble de la Mésoamérique. Dotés d'un plan en I et d'un profil qui comprend seulement un talus et une corniche, ou un mur vertical, les terrains de ce type, aisément identifiables, ont une répartition géographique et chronologique assez uniforme. Le type se rencontre au début dans une région située au sud-est de la zone maya, à la limite des Hautes et des Basses Terres, près de la frontière sud de l'aire mésoaméricaine. C'est dans cette région seulement que des variétés ont pu être identifiées, en l'occurrence la variété 2 (cf. III/22), composés de terrains non entièrement fermés, comme La Vega de Cobán (Smith-Kidder 1943). On est alors assez proche du type I, variété I (cf. Copán...). L'évolution serait ainsi menée à son terme, avec la fermeture totale des terrains. Le type est alors daté du Classique Récent. En Amérique Centrale, le type existe aussi à la même époque, comme au Chiapas (III/37), sur la Côte Pacifique du Guatemala (à Izapa), ou à Oaxaca. Mais, en Amérique Centrale, le type existe dans une période plus tardive, le Postclassique Ancien, avec la construction des terrains de Los Naranjos (Baudez et Becquelin 1973), et ce phénomène se retrouve dans le Haut Plateau mexicain, à Tula (Acosta 1940, Matos 1974), Teotenango (Piña Chan 1974) et Xochicalco (Noguera 1960), et dans le Nord-Ouest (à Casas Grandes III/83). On est donc en mesure de constater ici la maintenance d'un type sur une période qui couvre le Classique et le Postclassique, en même temps qu'une lente diffusion du type depuis sa zone de première apparition (les Hautes Terres mayas), vers le Sud et vers le Nord, diffusion rapide au début (jusqu'à Oaxaca), puis plus lente lorsque le Haut Plateau est touché à son tour. Il reste cependant des vides dans cette évolution hypothétique : les terrains de Oaxaca sont encore datés de façon peu précise d'une part, et d'autre part des zones vierges subsistent, comme le Guerrero (où l'on trouve des terrains fermés) et la vallée de Tehuacan.

  • 7 Kenneth Hirth et William Swezey, pp. 11-24, in : Las Fronteras de Mesoamerica, XIV Mesa Redonda, S (...)

27Le cas du type VII est plus ou moins semblable, puisqu'il présente une position chronologique similaire et une répartition géographique comparable. Comme le type VI pouvait être mis en relation avec le type I, le type VII semble issu du type II. On trouve en effet, à mi-chemin des deux types, la variété I (cf. III/17), comportant le même profil (une banquette, un talus et une corniche) et une structure terminale. De plus, l'apparition du type VII coïncide géographiquement avec la zone de répartition du type II puisque, sur plusieurs sites, les deux types cohabitent (cf. par exemple Toniná, in Becquelin et Baudez 1979, et III/16 et 24). Il est donc probable que l'on assiste, dans l'Ouest de la zone maya (Chiapas, Quiché...), à une évolution parallèle à celle constatée dans l'Est, entre les types I et II d'un côté, et les types VI et VII de l'autre. Dans cette région, le type apparaît au Classique Récent, et c'est également dans cette période chronologique que se situent les terrains du Chiapas, de Oaxaca. Un problème se pose au sujet des terrains de ce type, identifiés à Manzanilla (III/60). En effet, la présence de céramique "Thin Orange" sur le site, et de "tablero-talud" dans l'architecture du terrain impliquent des liens étroits avec la culture de Teotihuacan, donc une position chronologique certainement contemporaine du Classique Moyen ou Récent. Certains auteurs7 vont même jusqu'à supposer une position chronologique antérieure, mais cela pose deux problèmes. D'une part, les éléments permettant cette datation ont connu une durée assez longue, et surtout, cela supposerait une origine locale ou proche (la vallée de Tehuacan ?) de ce type. Aucun terrain fermé de cette zone n'a encore été suffisamment fouillé pour appuyer une telle hypothèse, alors que la datation des terrains du type VII dans les Hautes Terres mayas est sûre, et que l'évolution du type II au type VII est logique. Dans ces conditions, il semble plus probable que le type, originaire des Hautes Terres, ait connu une diffusion rapide jusqu'à Puebla. Il convient enfin de mentionner, à la même époque, la présence d'un terrain de ce type à Yohuallichan, dans la Sierra de Puebla. La présence de ce terrain indique que ce site possède des liens très nets avec la région de Puebla, plutôt qu'avec les cultures proches de la Côte du Golfe. La répartition des terrains de ce type semble donc obéir au même principe que celle du précédent, mais l'aire géographique est située plus au centre et à l'est de la Mésoamérique, ce qui nous conduit à supposer que les terrains fermés du Guerrero se rattacheraient plutôt au type VI, et ceux de Tehuacan au type VII.

28Dans les Hautes Terres du Guatemala, le type semble poursuivre son existence au Postclassique, avec des terrains comme Palo Viejo, Tzicuay ou San Gregorio, ce qui donne au type une continuité comparable à celle du type VI.

29Le type VIII semble directement issu du précédent, puisque l'on note la présence de cas intermédiaires comme Zaculeu qui, techniquement, appartient au type (même profil avec banquette, talus subvertical et corniche, même relation avec un groupe ethnique identifié...), mais dont la position chronologique fait de cet exemple le premier du type VIII, proche des terrains du type VII. Pour les autres exemples, ils sont tous localisés dans les Hautes Terres du Guatemala, en Amérique Centrale (sous l'influence du Haut Plateau) et sur le Haut Plateau mexicain, au Postclassique Récent. En ce qui concerne l'origine de ce type, on peut cependant noter une forte ressemblance de leur profil avec ceux du type IX, localisés dans le Nord. Il est donc possible que l'on soit alors en présence d'une double origine ou d'une origine commune, puisque les terrains de la Côte du Golfe (au Tajín) présentent un profil comparable (mais un plan ouvert). La présence d'un terrain de ce type à Xochicalco rend plausible l'idée d'une évolution locale, d'autant plus que, si les terrains des Hautes Terres sont complètement fermés de murs hauts, ceux du Haut Plateau ont leurs zones terminales enserrées de murs bas. Il semble donc logique d'envisager la possibilité d'une subdivision de ce type, un groupe étant issu du type VII, l'autre du type IX et du type VII local.

30Le type IX n'a été identifié que dans le Centre-Nord, le Nord-Ouest et peut-être dans la Huasteca (mais le manque de fouilles de terrains publiées rend incertaine l'hypothèse) et sur la Côte du Golfe, au Tajín (il semble que certains terrains de ce dernier site puissent se rattacher au type). Le type apparaît au Classique Récent, à Toluquilla (où une occupation de cette période a été récemment constatée), et se poursuit au Postclassique Ancien, dans la même région et dans le Nord-Ouest (à Schroeder Site III/81). Il s'agit, de toute évidence, d'une tradition locale, issue vraisemblablement des terrains non classés que l'on trouve dans cette partie de l'aire mésoaméricaine depuis le Préclassique (à Pueblito par exemple, puis à San Antonio Nogalar). Il est en effet important de souligner que l'on ne trouve aucun terrain ouvert à proximité à l'époque de l'apparition du type, puisque même dans la vallée de Tehuacan (McNeish et al. 1972), on ne trouve pas de terrains ouverts au Classique Récent. Les seuls identifiés sont sur la Côte du Golfe et dans la Huasteca. Dans ces conditions, l'apparition du type semble un phénomène local, qui peut ultérieurement avoir influencé l'évolution du type VIII, dans la région du Haut Plateau (cf. plus haut). Il est également possible, comme il a été vu précédemment, que les terrains proches de ce type, dans la région de la Côte du Golfe, aient joué un rôle dans le passage au Yucatan du type I au type III et à sa variété locale à Chichen Itza.

IV/3. LES TYPES IDENTIFIES HORS DE L'AIRE MESOAMERICAINE

31Il convient, au terme de cette synthèse, de mentionner les trois types identifiés dans des zones ou aires voisines de la Mésoamérique, c'est-à-dire les Antilles et le Sud-Ouest des Etats-Unis. Dans cette dernière zone, deux types seulement ont pu être identifiés. Le type X, dit "Snaketown", se présente comme une zone ovale délimitée par deux structures symétriques (et non parallèles), en croissant. On note la présence, à chaque extrémité de l'allée, d'une sortie qui joue le rôle d'une petite zone terminale (sans qu'il y ait de structures terminales). Il semblerait donc que ce type soit plus proche des terrains ouverts. Le type a été identifié en phase Gila Butte et en phase Sacaton, c'est-à-dire à la période classique récente (selon la chronologie en vigueur pour l'aire mésoaméricaine), dans la région de Tucson et de Phoenix, en Arizona. Etant donné le plan et le profil encore incertains, il est difficile de mettre ce type en rapport avec un type de Mésoamérique.

32Le type XI, au contraire, peut être mis en relation directe avec le type précédent. Il présente le même plan, et apparemment le même profil, mais semble plus simple, et un peu plus fermé (sans zones terminales). Identifié dans la même région, son apparition est légèrement plus tardive, et son apogée se situe lors de la période sédentaire, c'est-à-dire vers 900-1000 (ce qui correspond au début du Postclassique mésoaméricain). Le problème est le même que pour le type X, c'est-à-dire qu'il est difficile d'établir sa relation avec un type mésoaméricain. Le problème fera donc l'objet d'un chapitre spécial (cf. IIIe Partie, chap. V).

33Le type XII enfin, dont la répartition géographique se limite aux Iles, ne possède strictement aucun point commun avec les types mésoaméricains : simple aire de jeu délimitée par des lignes de pierres, il diffère totalement même des terrains les plus simples de La Venta ou San Lorenzo. Son cas sera donc, lui aussi, étudié à part (cf. IIIe Partie, chap. IV).

IV/4. DEVELOPPEMENT ET EVOLUTION DES TERRAINS DE JEU DE BALLE EN MESOAMERIQUE

34Au terme de cette étude de synthèse, il est maintenant possible de présenter une reconstruction hypothétique de l'évolution de ce type de structure nommé terrain de jeu de balle (cf. carte no 5 et tableau no 15). En effet, l'étude par grandes catégories et par types (cf. ci-dessus) a permis de faire apparaître certaines filiations ou certains problèmes, de rapprocher des types et de dégager certains courants de diffusion, en fonction de la position géographique et chronologique des types définis (les types VI et VII par exemple). On est donc en mesure de présenter le schéma d'évolution suivant.

35Les premiers terrains apparaissent dès le Préclassique, dans une zone relativement limitée qui inclut la zone olmèque, le Chiapas, les vallées de Oaxaca et de Tehuacan, la région de Puebla, le Sud du Morelos et le Sud de la Huasteca. Il s'agit principalement de terrains ouverts, constitués le plus souvent de deux monticules de terre, parallèles et sans profil conservé. Il est probable cependant que la nature même du matériau utilisé implique la présence d'un talus. Ce fait peut changer, vers la fin de la période préclassique avec l'apparition de construction en pierres, comme à Monte Alban par exemple (terrain no 1). Mais, si les terrains ouverts semblent plus répandus, on note, à San Lorenzo ou dans la vallée de Tehuacan, l'existence de terrains fermés, palangana ou autres, non fouillés dans la plupart des cas. Une confirmation de la datation de ces terrains impliquerait de profondes modifications dans le schéma proposé ici. Cependant, l'incertitude présente quant à ces terrains, et le fait qu'à l'exception de ces exemples de la vallée de Tehuacan on ne dispose, à l'heure actuelle, d'aucun exemple de terrain fermé avant le Classique Récent (ou Moyen) dans les autres régions de Mésoamérique, introduit un doute sur la précision de leur datation. Seule la fouille permettrait de trancher la question.

36Dans ces conditions, il semble que les terrains ouverts représentent, pour l'instant, au Préclassique comme au Classique Ancien, la seule certitude. Il semble, d'après leur répartition géographique et la situation connue au Classique Récent, que ces terrains préclassiques aient engendré une double filiation. La première et la plus simple prend naissance dans la partie nord de la Mésoamérique (Côte du Golfe, Huasteca, Centre-Nord, Occident). Dans cette région en effet, la notion de terrain de jeu de balle, apparue au Préclassique Récent avec le cas du site de Pueblito (McNeish 1952) se maintient au Classique Ancien, à San Antonio Nogalar (G. Stresser-Péan 1977), et continue sous la forme de terrains ouverts, dans la Huasteca (cf. III/75 et 77), dans la région de Río Verde (Michelet 1974), pour aboutir au type IX à la fin de cette période. Il convient de rappeler ici que le profil des terrains de la Huasteca, très simple apparemment, reste encore mal connu. Dans ce domaine, le site de Gualterio Abajo, si sa datation de la fin du Préclassique est confirmée (Kelley 1976), indiquerait une extension vers l'ouest de cette tradition de terrains ouverts, très simples, dès cette époque.

37Dans la partie centrale et sud de la Mésoamérique, la tradition, après une éclipse partielle (réelle ou due au manque de connaissances ?) au Classique Ancien, reprend dans les Basses Terres mayas, vers la fin de cette période et au Classique Récent. Il faut remarquer que les seuls terrains datés du Classique Ancien se situent dans deux régions : la zone maya, avec Copán I et II (Strömsvik 1952), Balakbal (?) (Ruppert-Dennison 1943, Ruz Lhuillier 1945), et El Achiote (Ichon 1975) ; et la région de Puebla - Tlaxcala - Tehuacan, avec les deux terrains de Manzanilla (cf. III/60, Contreras 1965) qui pourraient être de cette époque (mais qui sont fermés), cinq terrains non fouillés de la région de Tlaxcala (García Cook 1976), et six terrains de la vallée de Tehuacan (non fouillés) (McNeish et al. 1972). Dans tous les cas, on peut noter que les terrains appartiennent à une phase qui arrive au début du Classique Récent : phase Palo Blanco (300-700 ap. J.-C.) pour Tehuacan, phase Tenanyecac (100-600 ap. J.-C.) pour Tlaxcala, occupation contemporaine de Teotihuacan pour Manzanilla. De plus, tous ces terrains sont fermés, alors que les types fermés apparaissent en général plus tardivement dans les autres régions. Dans ces conditions, deux hypothèses peuvent être envisagées au sujet des terrains de ce groupe : ou bien la fouille confirme une datation plus tardive (de la fin des phases envisagées) et les terrains ouverts des Basses Terres voient leur antériorité prouvée ; ou bien l'existence de types fermés dans cette région est prouvée dès le Préclassique Récent et le Classique Ancien, et il faut envisager soit une évolution séparée aboutissant aux mêmes types, soit une influence de cette zone sur la zone maya pour provoquer l'apparition de terrains fermés. On verra plus bas que la première hypothèse semble la plus vraisemblable, c'est-à-dire une position chronologique plus tardive des terrains de cette région.

38En effet, le type I (Basses Terres mayas) possède des traits qui le rapprochent fortement de ce que l'on connaît des terrains préclassiques. Le terrain type est ouvert, et le caractère principal de son profil est la présence d'un talus. De plus, la présence de terrains préclassiques à Toniná (Becquelin et Baudez 1979) et à La Libertad (Lowe 1977, cf. bibliographie annexe), et de terrains comme Balakbal et Copan I et II, introduit une certaine continuité. Il semble donc certain que le type I représente le premier type sûr, d'après lequel vont évoluer les autres. Le type I va en effet donner naissance à deux autres : les types II et VI. On a vu plus haut selon quel processus on passe du type I au type VI, dans la partie orientale des Basses puis des Hautes Terres mayas, et ce dès le Classique Récent. A partir de cette région, le type connaît une expansion assez rapide vers Izapa et Oaxaca puis, à la fin de la période et au début du Postclassique jusque dans le Haut Plateau, et éventuellement à Casas Grandes, dans le Nord-Ouest. Par ailleurs, on assiste, durant le Classique Récent, à l'apparition du type II, dont la répartition est limitée à la zone maya, mais avec une plus grande concentration dans la zone centrale (Peten, Belize), et dans la partie sud-ouest, au contact des Hautes Terres. Alors que le type VI n'a pas d'héritier apparent, il n'en va pas de même du type II qui, selon un processus semblable à celui constaté dans le cas du type I, va donner naissance à d'autres.

  • 8 En ce qui concerne les sites de Tenam Puente et Tenam Rosario, ils possèdent un terrain du type VI (...)
  • 9 La répartition des types VI et VII a des implications sous-jacentes en ce qui concerne les terrain (...)

39D'une part, le type II, ou plus exactement sa variété I, possède suffisamment de points communs avec le type IV pour ne laisser aucun doute sur le caractère simplement local de ce dernier. Les profils et les plans sont semblables, et seuls des caractères secondaires les différencient. D'autre part, le type VII semble avoir, par rapport au type II, la même relation que le type VI par rapport au type I. De plus, ces deux types (II et VII) ont une répartition géographique semblable dans les Hautes Terres mayas ; on les retrouve même ensemble sur certains sites comme Toniná, et probablement Tenam Puente, Tenam Rosario...8. C'est la présence de cette évolution et le caractère contemporain des types (situation similaire à celle décrite pour l'est de la zone maya) qui tend à prouver l'antériorité de l'existence du type VII dans la zone maya sur les cas mentionnés plus haut de Manzanilla. Il se peut, bien entendu, que la différence chronologique soit très faible, mais un autre élément tend à confirmer cette hypothèse : la répartition géographique du type est parallèle à celle du type VI ; mais alors que le type VI occupe une position plus à l'ouest (Côte du Chiapas, Oaxaca, Etats de Mexico, Morelos, Hidalgo et Chihuahua9, les terrains du type VII ont une répartition plus centrale : zone intérieure du Chiapas, Oaxaca et Puebla. Le parallèlisme des deux situations (évolution et répartition géographique) tend à renforcer l'hypothèse d'une origine maya des deux types.

40Le type VII va, à son tour, donner naissance au type VIII, tout au moins dans les Hautes Terres mayas. Cette évolution est graduelle comme le démontre le cas de Zaculeu (Woodbury et Trik 1953, III/25). Il n'en est peut-être pas de même en ce qui concerne le type VIII du Haut Plateau mexicain : en effet, alors que dans les Hautes Terres mayas le terrain est bien fermé de murs hauts, sur le Plateau (sites de Xochicalco et Ixtapaluca Viejo), les zones terminales sont fermées de murs très bas. Il est donc possible que le type VIII soit ici le résultat d'une évolution locale, au confluent de deux types : le type VII, local, et le type IX, plus au nord et plus ancien, dont le profil est le même que celui du type VIII. Il est même possible d'envisager que le type VIII du Haut Plateau soit antérieur à celui des Hautes Terres mayas et ait influencé son développement. Seule la fouille du terrain de Xochicalco permettrait de trancher la question, selon sa position chronologique.

  • 10 On ne compte en effet que trois terrains fermés (Cerro Cebadilla, Metlaltoyuca et un sur un site s (...)

41Reste le problème des terrains du type IX : on ne les rencontre, à l'heure actuelle, que dans le Centre-Nord (Toluquilla et probablement Ranas), et dans le Nord-Ouest (Schroeder Site). Ils sont de plan ouvert, comme l'ensemble des terrains de cette région10, mais leur profil est très fortement marqué au contraire : il comprend une banquette, un talus de forte pente et une corniche, le tout donnant aux structures une hauteur assez importante. On retrouve ce profil (apparenté à celui du type II) sur certains terrains du Tajín. Le problème de l'origine du type est donc posé : le plan est local, mais le profil résulte-t-il d'un apport extérieur ? Rien ne permet de trancher la question, pour le moment. Il reste que ce profil se retrouve dans les terrains du type VIII, postérieurs, du Haut Plateau mexicain. Il est même possible que le type IX ou les terrains apparentés (Tajin) aient joué un rôle dans la naissance du type III et de sa variété.

  • 11 Cf. Tozzer 1957 et Thompson, Maya History and Religion, 1972, chap. I.

42Il a été vu plus haut en effet que le type III pouvait trouver son origine dans l'évolution partielle du profil du type I (cf. III/1, 2, 3), mais l'idée du profil du type III implique la présence d'une banquette, absente dans le type I. Or, cette banquette existe dans le type IX, et l'on sait qu'une grande influence s'est fait sentir au Yucatan depuis la Côte du Golfe, directement et par le Tabasco11. Il est donc possible que l'idée du type III soit apparue à la suite de la convergence des deux autres types, ouverts tous deux. La présence de terrains du type III au Tabasco rendrait cette hypothèse plus solide. Toujours est-il que seule cette hypothèse expliquerait de façon satisfaisante la présence de terrains du type III, variété I, dans l'Ouest du Mexique, à Amapa. On aurait ainsi convergence des types I et IX, apparition du type III, évolution locale du type vers sa variété locale, à Chichen Itza, et reprise du type par la région de la Côte du Golfe, avec transmission dans l'Ouest. Le schéma semble compliqué, mais il est confirmé partiellement par l'existence de nombreux points communs entre Chichen Itza et la Côte du Golfe, qui ont visiblement échangé des idées, des techniques...

  • 12 Il ne s'agit pas ici de relancer la polémique (Kubler 1961, Ruz 1962) sur le sens des influences m (...)

43L. Ochoa Salas (1972) confirme, par ailleurs, l'existence de traits d'origine yucatèque dans la Huasteca12.

44On a ainsi tenté une reconstitution de l'évolution de la notion de terrain de jeu de balle qui, pour cohérente qu'elle soit, laisse subsister de nombreux points obscurs, tels que la nature des terrains de type palangana, le problème de la datation des terrains fermés (en particulier de ceux de Tehuacan), ou l'origine du type VII. Seule l'étude des données complémentaires peut permettre, en l'absence de fouilles systématiques, de donner une ombre de chair à ce squelette.

Tableau no 15 _ Reconstruction hypothetique de l'évolution des terrains.

Tableau no 15 _ Reconstruction hypothetique de l'évolution des terrains.

Notes

1 De nombreux terrains ont été par exemple identifiés sur des sites occupés du Préclassique au Postclassique. Lorsque la définition du type ne le permet pas, il est alors impossible de dater le terrain. Par ailleurs un nombre élevé de terrains ont été signalés sur des sites non datés.

2 L'existence de deux terrains du Préclassique Récent à Chalcatzingo (Grove 1976, in annexe bibliographique) augmente encore ce nombre.

3 Ce nombre a encore augmenté du fait de la publication d'informations sur de nouveaux terrains : cf. annexe complémentaire no 3.

4 Il convient de rappeler ici que le Lienzo de San Juan Nayotla (cf. 1ère Partie IV/5) présente un terrain d'un plan légèrement différent, pour la zone de Veracruz, où les terrains fermés sont rares, même au Postclassique.

5 Il existe cependant une hypothèse (Parsons 1967-1969) qui voudrait que le terrain 2 D 1 de Chichen Itza ait été construit à une époque antérieure, c'est-à-dire au Classique Moyen ou Récent. Cela ne nuit en rien au fait que l'utilisation du terrain s'est poursuivie sur une longue période, jusqu'au Classique Récent et après.

6 Thompson, Maya History and Religion, 1972.

7 Kenneth Hirth et William Swezey, pp. 11-24, in : Las Fronteras de Mesoamerica, XIV Mesa Redonda, SMA, Tegucigalpa 1975, Tome 2, Mexico 1976.

8 En ce qui concerne les sites de Tenam Puente et Tenam Rosario, ils possèdent un terrain du type VII et un terrain ouvert ; étant donné que seul le type II est représenté dans la région, il est vraisemblable que les terrains ouverts sont de ce type.

9 La répartition des types VI et VII a des implications sous-jacentes en ce qui concerne les terrains de deux régions ; il est probable en effet que les terrains fermés du Guerrero ont de grandes chances d'être du type VI, tandis que ceux de la vallée de Tehuacan seraient plutôt du type VII.

10 On ne compte en effet que trois terrains fermés (Cerro Cebadilla, Metlaltoyuca et un sur un site sans nom du Tamaulipas, cf. III/76) et un probablement fermé (Yahualica, cf. III/68) dans cette région. Certains d'entre eux sont postclassiques, les autres non datés ; mais tous se trouvent dans une partie de la Huasteca qui a connu de fortes influences toltèques, puis nahuas : la présence d'anneaux à Yahualica et Cerro Cebadilla confirme l'origine de ces terrains, qui se distinguent donc de la tradition locale.

11 Cf. Tozzer 1957 et Thompson, Maya History and Religion, 1972, chap. I.

12 Il ne s'agit pas ici de relancer la polémique (Kubler 1961, Ruz 1962) sur le sens des influences mexicaines ou toltèques à Chichen Itza, mais bien de constater que la nature même des contacts, commerciaux, militaires... implique l'idée d'échanges mutuels. Si les traits mexicains sont nombreux au Yucatan et à Chichen Itza même (anneaux du terrain, Chac-Mool...), il n'est pas moins évident que le terrain ns 2 de Tula emprunte par exemple des traits typiques de Chichen Itza : structures terminales en U, temple semblable au Temple des Jaguars... Dans ces conditions, il semble qu'il y ait eu échanges et non influence à sens unique ; il est donc possible que l'idée de ce type de terrains soit revenue au Mexique et à Amapa.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search