Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Deuxième partie. Typologie des terrains de jeu de balle

Chapitre III. Typologie et description des terrains de jeu de balle

Texte intégral

1En préalable à l'établissement d'une séquence typologique, nous avons senti la nécessité de présenter, de la façon la plus complète possible, le matériel sur lequel nous avons travaillé. Pour des raisons de clarté et d'utilisation ultérieure, ce matériel sera présenté déjà classifié, afin de pouvoir immédiatement saisir les données propres à chaque domaine. Pour ce faire, il nous a paru nécessaire de nous inspirer des descriptions de type en usage dans la littérature archéologique, en particulier dans le livre de C. F. Baudez et P. Becquelin Archéologie de los Naranjos. Il est évident que, dans la mesure où la typologie porte sur des données non céramiques, et conformément aux critères d'étude définis au chapitre précédent, les rubriques envisagées seront différentes. Elles seront présentées de la façon suivante :

2I. ILLUSTRATIONS

3II. CRITERES

4III. ECHANTILLONNAGE

5Soit le nombre de terrains (à l'exclusion des variétés sur lequel porte l'étude).

6IV. LOCALISATION

7V. LOCALISATION DU SITE

8Cet élément peut jouer un rôle, dans la mesure où parfois il semble exister certains parallèles entre le type de terrain et la nature du site (site de plaine, site de colline, fortifié...).

9VI. PLAN

10VII. PROFIL

11VIII. SCULPTURES

12Seront inclus dans cette rubrique tous les types de sculptures identifiés (anneaux, pierres à tenons, panneaux...) ainsi que les données permettant de déduire la présence de sculptures actuellement disparues.

13IX. CENTRE, CACHES, AXES

14En fonction, en partie, des données précédentes et des fouilles effectuées, on est amené à présenter ici des données qui peuvent paraître éclectiques, mais qui, en fait, se complètent partiellement. De plus, le faible nombre de données réellement disponibles ne rendait pas nécessaire de subdiviser au maximum cette rubrique. Il est possible de déduire de ces informations ainsi que de celles de la rubrique précédente l'existence d'axes dont la signification sera étudiée ultérieurement.

15X. MAÇONNERIE

16XI. STRUCTURES ANNEXES

17Ce sont tous les éléments architecturaux dont la fonction n'entre pas directement en considération dans l'étude. Ils peuvent se classer sous deux catégories : d'une part on trouve les constructions dont la fonction est essentielle au fonctionnement du terrain (escaliers, drains...), d'autre part plusieurs terrains comportent des superstructures sur leurs structures latérales : leur destination, pour être liée au jeu, n'entre évidemment pas en compte dans l'étude. Cependant, il importe de les décrire du mieux possible, car leur association avec un terrain implique l'existence d'un lien qui peut permettre d'identifier leur fonction.

18XII. STRUCTURES ASSOCIEES

19Le cas est le même que dans la rubrique précédente, avec une distinction : l'association n'est pas due à une relation architecturale, mais le plus souvent à un lien logique, ou à l'appartenance des différentes structures au même groupe, sur un site.

20XIII. DATATION

21XIV. VARIANTES

22XV. CAS DOUTEUX

23Plusieurs exemples, liés à un type par ceux qui les ont identifiés, présentent des caractères qui permettent de douter de leur identification. Dans la mesure où leur étude présente un intérêt, ils seront décrits, ainsi que les raisons pour lesquelles on les considère comme douteux.

24XVI. REMARQUES

25Certaines aberrations, ou certains traits particuliers de terrains inclus dans le type, méritent parfois d'être mentionnés, afin de clarifier leur situation, ou de déduire de leur existence des données plus importantes.

26XVII. COMPARAISONS

III/1. BASSES TERRES MAYAS, TYPE I : TERRAINS OUVERTS SANS BANQUETTES

1 - Illustrations

27Dix plans et quatorze profils publiés (cf. planches 1, 28 et 29). Pl. photo 2.

2 - Critères

28Le terrain se présente sous la forme de deux structures parallèles, délimitant une allée ouverte à ses deux extrémités. Le profil des structures (type B, d'Acosta et Moedano Koer) comporte un talus qui tombe sur l'allée par un bord vertical et qui est surmonté d'un mur vertical.

3 - Echantillonnage

2914 exemples, dont 8 fouillés, 5 étudiés et 1 identifié (cf. liste annexe). Il faut noter également l'existence d'un graffiti à Tikal (str. 5 D 43), et d'un panneau de la vallée de l'Usumacinta qui montrent le profil de deux terrains, semblables au profil du type.

4 - Localisation

30Tous les exemples appartiennent aux Basses Terres mayas et sont localisés dans le Peten et la partie sud du Campeche (2 cas, plus le graffiti de Tikal), dans la vallée de l'Usumacinta (1 cas, un panneau), dans la région de Rio Bec-Chenes et du Puuc (6 cas) et dans la région du Río Motagua (5 cas).

5 - Localisation des sites

31Il s'agit dans la plupart des cas de sites de plaine, ou de fond de vallée, non défensifs. Certains sont cependant établis sur des collines ou des hauteurs.

6 - Plan

32Le terrain ne comporte que deux structures parallèles, délimitant une allée, dont les dimensions vont de 4,25 à 10 m de large pour 16 à 34 m de long. Le terrain ne comporte aucune zone terminale identifiable. Dix terrains sont orientés nord-sud et trois est-ouest.

7 - Profil

33Il est très bien défini sur tous les exemples connus. Il comporte un talus de pente assez faible (soit de 7s à 27s par rapport à l'horizontale), qui tombe sur l'allée par un bord vertical, dont la hauteur varie de 0,60 m à 1,20 m. Le sommet du talus bute sur une corniche verticale de 1 à 2,85 m de haut. Seul le terrain d'Uxmal n'obéit pas à cette règle, avec des corniches qui sont de véritables murs de 4 m de haut. La hauteur totale des structures va de 2,80 m à 6 m. On constate un phénomène d'équilibre entre les différents corps, de façon à maintenir une certaine constance dans les dimensions : la pente du talus varie en proportion inverse de la hauteur des corniches ou des murs verticaux ; les talus les plus forts (région du Río Motagua : 25 – 27°) correspondent aux corniches les plus basses (1 m), tandis que sur les terrains où la hauteur des murs est grande (de 2 à 4 m), la pente des talus ne dépasse pas 10°.

34Il faut inclure ici le graffiti de Tikal (str. 5 D 43), (cf. planche 5), qui représente un terrain complet vu en coupe et dont les dimensions semblent s'apparenter à celles des structures réelles, ainsi que le profil identifié sur un panneau de la vallée de l'Usumacinta (cf. planche 5 ; Wardwell 1967, Taladoire 1976), dont les dimensions par rapport au corps humain sont nettement disproportionnées, mais dont la forme est similaire.

8 - Sculptures

35Leur nombre est relativement faible et elles se caractérisent par leur variété.

  • A Piedras Negras, sur une des structures latérales, se trouvait un panneau de 1,13 sur 0,70, représentant deux joueurs en action.
  • A Calakmul, la stèle 60 est située au nord-ouest de l'allée : il est impossible de définir ses relations avec le terrain.
  • A La Unión, deux sculptures de têtes de perroquet, à tenons verticaux, sont situées au sommet des talus et déterminent ainsi l'axe transversal du terrain.
  • A Copán, il faut distinguer les deux superpositions : Copán I possédait trois marqueurs, dont l'emplacement était encore visible, sur l'axe longitudinal de l'allée. Copán II comportait les mêmes éléments, soit trois marqueurs sculptés sur l'axe longitudinal de l'allée. Mais ces trois marqueurs étaient posés sur trois tambours, qui ont peut-être eux-mêmes servi de marqueurs dans une utilisation antérieure du terrain. De plus, deux têtes à tenons, de perroquets, ont été découvertes à proximité du terrain, sans qu'il soit possible de les relier avec certitude aux structures.
  • A Uxmal enfin, deux serpents à plumes servent d'ornementation sur les structures ; d'autre part, le terrain possède deux anneaux à tenons, d'un mètre de diamètre, situés à deux mètres au dessus du sommet du talus, fichés dans le mur vertical. Ces deux anneaux portent un décor à base de glyphes.

9 - Centre, Caches, Axes

36Des axes longitudinaux sont indiqués à Copan (I et II), par les marqueurs disposés sur l'allée. L'axe transversal est marqué à Uxmal, à La Unión (et peut-être à Copán II), et en partie à Piedras Negras (str. K 6), par les têtes à tenons, les anneaux ou un panneau. Le centre du terrain est fréquemment indiqué (Copán I, II) par une sculpture. Mais, de plus, à Piedras Negras, un enterrement axial a été fouillé au centre de la structure K 6.

10 - Maçonnerie

37Dans la plupart des cas, le terrain a été édifié sur une place (Copán) ou dans un lieu plat. Aucun exemple de ce type ne présente donc d'aménagements spéciaux, du point de vue des techniques de construction. Il s'agit le plus souvent de simples constructions en pierres taillées, sans fondations, sur un noyau de pierres et de terre. L'ensemble est stuqué, ce qui permet parfois de dissimuler certaines irrégularités dans la construction. On note cependant un soin particulier apporté à la construction des angles (à Piedras Negras, Quirigua, Uxmal, La Unión, ou Copán), ou dans l'élaboration des sols. Le sol peut être en ciment (Uxmal, Copán), être peint (en rouge à Uxmal), ou même comporter des sols de soutènement inférieurs, à Uaxactun. Il peut enfin être dallé, comme à Copán ou à Uxmal. Le cas le mieux connu est celui de La Unión, où le sol se compose des couches suivantes : une couche de 3 - 4 cm de graviers, puis 3 - 4 cm de gravillons mélangés à du mortier, et enfin une couche de sable de 1 - 2 cm d'épaisseur.

11 - Structures annexes

38On ne note, dans le groupe envisagé, aucun exemple de drain, de niches ou d'escaliers d'accès au terrain. Ces éléments ne seraient d'aucun usage ici. Un terrain comporte des superstructures au sommet des structures latérales : à Uxmal, on note la présence de bâtiments ouverts sur l'allée. Chacun compte deux chambres latérales de grandes dimensions et une chambre centrale petite, avec une porte. Les chambres latérales comptent quatre portes séparées par des colonnes. L'arrière des structures, en talus, comporte en son centre un escalier de 20-21 marches, sur 4,50 m de large. Les structures des terrains de Copán (I et II) comportent également des escaliers postérieurs.

12 - Structures associées

39On a pu relever tout d'abord plusieurs cas où l'une des structures représente en fait le bord aménagé d'un ensemble plus vaste, à Peor es Nada, Río Bec (str. 4 du groupe II). Il est probable, dans ce cas, qu'il ne s'agit que d'une association spatiale, sans lien fonctionnel. Il n'en est pas de même à Piedras Negras (str. K 6), où un bain de vapeur occupe une position voisine du terrain.

40Uxmal présente des caractères particuliers, dûs à des hypothèses formulées par A. Ruz Lhuillier (1958) : en effet, l'axe du terrain passe par la voûte d'entrée du Quadrilatère des Nonnes, et d'autre part, les plates-formes du Quadrilatère et du Palais du Gouverneur pourraient être considérées comme des bâtiments délimitant de très vastes zones terminales. Cependant cela semble peu probable. Par contre, le point important réside dans le rapport entre le terrain et le Quadrilatère, dans la mesure où ce lien souligne l'intégration du terrain dans le site et son rôle parmi les structures les plus importantes. Il en est de même pour les autres exemples, toujours proches du centre du site, ou de structures majeures.

13 - Datation

41Tous les terrains étudiés sont du Classique Récent, ainsi que le graffiti de Tikal et le panneau de la vallée de l'Usumacinta. La seule exception pourrait être trouvée à Copan, où se pose un problème de chronologie. La seule date associée au terrain II est identifiée par Morley comme 9. 4. 0. 0. 0., soit 514 apr. J.-C. ; Thompson et Strömsvik contestent la date comme n'appartenant pas forcément au terrain, et pensent que Copán II doit en fait être daté du début du Classique Récent. Par contre, Strömsvik (1952) pense que la construction du terrain I date du début du Baktun 9, soit entre 435 et 500 ap. J.-C. Mais il n'apporte à l'appui de sa thèse aucune preuve absolue, (datation céramique...). On peut donc retenir de cette hypothèse que la construction de terrains de ce type a commencé au moins dès le début du Classique Récent, et peut-être à une époque légèrement antérieure.

14 - Variantes

42Il existe trois variétés de ce type. L'une compte six terrains comportant des structures axiales, qui ne délimitent pas de zones terminales (variété 1). La seconde (variété 2) comporte des terrains disposant d'une zone terminale, vaste, en forme de U (2 exemples) ; la troisième (variété 3) compte 4 terrains avec deux vastes zones terminales en U.

15 - Cas douteux

43Il est infiniment probable que plusieurs terrains non classés, en particulier des terrains de la région de Río Bec - Chenes (Uxul...) entrent en fait dans ce type.

16 - Remarques

  • 1 Cf. Thompson: Maya History and Religion, pp.3-47 (1970), University of Oklahoma Press.

44A l'exception du problème de la datation des terrains I et II de Copán, se pose un autre problème de chronologie à Uxmal, avec la présence de traits d'origine mexicaine sur le terrain. Ceci semblerait indiquer que la construction du terrain serait postérieure au Classique Récent. Cependant, outre le fait que le début des influences mexicaines au Yucatan n'est pas daté avec certitude1, les sculptures présentes sur le terrain peuvent constituer un apport postérieur à la construction.

17 - Comparaisons

45Le même type a pu être identifié en Amérique Centrale. On retrouve par ailleurs des terrains de plan ouvert, avec un profil différent, dans les Basses et les Hautes Terres mayas, ainsi que dans d'autres régions de Mésoamérique. Le même profil se retrouve dans des terrains de type fermé.

1/ BASSES TERRES MAYAS : TYPE 1 : TERRAINS OUVERTS SANS BANQUETTES

Calakmul, str. 11

Ruz Lhuillier 1945
Ruppert-Dennison 1943

Campeche

Copán I

Strōmsvik 1952

Honduras

Copán II

Strōmsvik 1952

Honduras

El Palmar

Ruz Lhuillier 1945

Quintana Roo

Kohunlich

Segovia 1969
Inf. orales P. Gendrop

Quintana Roo

La Unión

Strōmsvik 1952

Honduras

Peor es Nada, str. 6

Ruppert Dennison 1943
Ruz Lhuillier 1945

Quintana Roo

Piedras Negras, str. K6

Satterthwaite 1933, 1944

Peten

Quirigua

Strōmsvik 1952

Izabal (Guatemala)

Río Bec V : 2

Ruppert Dennison 1943
Ruz Lhuillier 1945

Quintana Roo

Río Bec II : 4

Ruppert Dennison
1943 Ruz Lhuillier 1945

Quintana Roo

Uaxactun, str. B 5

Smith 1950

Peten

Uxmal

Ruz Lhuillier 1958

Yucatan

Site non identifié, Motagua

A. L. Smith 1940

Progreso (Guatemala)

Tikal, graffiti de la str. 5 D 43

Inf. orales P. Becquelin

Peten

Panneau de la vallée de l'Usumacinta

Wardwell 1967

Peten

III/2. BASSES TERRES MAYAS, TYPE I : TERRAINS OUVERTS SANS BANQUETTES. Variété I : une structure axiale

1 - Illustrations

46Cinq plans et cinq profils publiés (cf. planches 30, 31). Pl. photo 2 et 3.

2 - Critères

47Le profil est le même que dans le type (talus à bord vertical et corniche ou mur supérieur), mais le plan diffère légèrement : le terrain comporte seulement deux structures parallèles, mais l'une des extrémités est en partie fermée par une construction. Il ne s'agit toutefois pas d'une zone terminale véritable.

3 - Echantillonnage

485 exemples, dont un fouillé, deux étudiés et deux seulement identifiés (cf. liste).

4 - Localisation

49Tous les exemples appartiennent aux Basses Terres mayas : trois sont localisés dans la région Chenes - Rio Bec, un au Yucatan (style Puuc) et un au Honduras.

5 - Localisation des sites

50La plupart sont des sites de plaine ou, à la rigueur, de collines, à l'exception de Copán, situé dans un fond de vallée. Il faut toutefois mentionner le fait que Becan est en fait un site fortifié.

6 - Plans

51Chaque terrain est constitué de deux structures parallèles simples séparées par une allée de 5 - 10 m de large, pour 24 - 32 m de long. Trois terrains sont orientés nord-sud, deux est-ouest. Le caractère qui différencie ces terrains du reste du type réside dans la présence, à l'une des extrémités de l'allée, d'une structure qui délimite une "zone terminale".

52Le cas de Copán III est le plus évident : au sud, l'allée débouche sur un espace ouvert, dallé, dont les dimensions sont assez restreintes. Il s'agit de toute évidence d'une prolongation de l'aire de jeu. L'autre extrémité de l'allée s'ouvre sur un espace en partie clos (sur les flancs est et nord) par une structure en angle droit ; le flanc ouest est ouvert. L'ouverture latérale, la dimension de la zone nord, plus vaste que la zone sud, indiquent nettement qu'il ne s'agit pas d'une zone terminale, mais plutôt d'une structure annexe sans rôle dans le jeu. Il en est de même à Balakbal ou à Becan, où l'allée donne sur une sorte de cour fermée. A Naachtun, une structure perpendiculaire à l'axe du terrain est située à environ 5 m au sud. A Sayil enfin, il pourrait s’agir d'une véritable zone terminale fermée et de dimensions normales. Mais l'autre extrémité ouvre sur une vaste cour, de dimensions beaucoup plus importantes.

7 - Profil

53Il est semblable à celui des structures du type, avec un talus d'une pente de 9 à 25°, qui tombe sur l'allée par un bord vertical d'une hauteur de 0,80 à 1 m. L'ensemble est surmonté d'un mur vertical, d'une hauteur de 1 m à 1,40 m. On constate le même phénomène que précédemment : la pente du talus varie en proportion inverse de la hauteur du mur.

8 - Sculptures

54Seul le terrain III de Copán possède des sculptures : en effet, six grandes têtes de perroquets, montées sur des tenons verticaux plantés au sommet des talus, à 20 cm du mur, sont réparties sur les structures latérales. Une sculpture marque chaque extrémité de la structure, et une le centre du talus. On obtient donc ainsi trois axes transversaux. D'autre part, trois marqueurs rectangulaires indiquent l'axe longitudinal, un à chaque extrémité de l'allée et un au centre du terrain. Ils mesurent 1,25 m sur 0,98 m et portent des traces de sculptures.

55Il faut signaler ici également, sur les portes intérieures et latérales des superstructures, la présence de panneaux sculptés dont le motif central est une tête de perroquet en projection.

9 - Centre, Caches, Axes

56Le centre du terrain est indiqué par un marqueur, sans cache associée. Il est plus intéressant de noter la multiplicité des axes identifiables : on dispose tout d'abord de l'axe longitudinal central, souligné par les marqueurs. Il est entouré de deux axes longitudinaux latéraux, au sommet des talus (trois têtes à tenons). Enfin trois axes transversaux, un à chaque extrémité de l'allée, et un central sont indiqués chacun par deux têtes à tenons et un marqueur. La combinaison de ces axes permet de diviser le terrain en quatre zones. De plus, le centre est également le point d'intersection des deux axes principaux.

10 - Maçonnerie

57Les terrains étant situés sur des places ou des endroits plats n'ont fait l'objet d'aucun aménagement spécial, du point de vue des techniques de construction. Ce sont, comme dans le type, des amas de terre et de pierres, sur lesquels on a placé un revêtement de pierres taillées. Un soin particulier a été apporté à la construction des angles, mais il n'y a aucune mention de fondations. L'ensemble était probablement stuqué. Les sols devaient être soignés : à Copán III, le sol est dallé, et était certainement cimenté et stuqué. Il est à noter que le dallage, plus vaste que l'allée, donne au terrain une forme en I.

11 - Structures annexes

58Aucun drain, ou aucun escalier d'accès aux terrains, inutiles ici, n'ont été identifiés. On note la présence de superstructures sur les structures latérales de Copán III : celles-ci sont de forme complexe ; sur la structure est, deux pièces allongées, parallèles, ouvrent, l'une sur l'allée, l'autre sur l'arrière, par trois portes chacune. Elles communiquent par une porte étroite et sont séparées par deux couloirs. Sur la structure ouest, on trouve la même disposition, mais l'ensemble est plus vaste et deux groupes de deux pièces séparent les deux couloirs. On obtient ainsi une disposition de quatre ensembles ouverts sur tous les flancs de la structure. Des escaliers couvrent les flancs latéraux et postérieurs de la structure ouest. Un système de petits escaliers permet d'accéder au sommet de la structure est, par les côtés.

59A Sayil d'autre part, dans l'axe de l'allée, à l'extrémité est du terrain, sur le mur de fond de la "zone terminale", se trouve une structure haute, carrée, de fonction non identifiée.

12 - Structures associées

60Tous les terrains envisagés sont associés, de façon plus ou moins étroite, à des structures disposées dans l'axe de l'allée. A Becan ou à Naachtun, il ne s'agit que de quelques murs délimitant une cour. A Balakbal, c'est une structure non identifiée, de 0,5 m de haut pour 6 m de diamètre. A Copán III, il s'agit d'une vaste structure en équerre qui supporte la stèle 2 et qui ferme en partie le nord de l'allée. A Sayil enfin, à l'ouest, une vaste cour, entourée de murs et de bâtiments, ferme l'allée ; à l'est, il s'agit plutôt de murs et d'une structure axiale.

13 - Datation

61Tous les terrains de cette variété ont été identifiés, apparemment durant le Classique Récent. Il peut exister des hésitations sur la date exacte, comme dans le cas de Copan III (à propos duquel divers auteurs ont avancé des dates allant de 9. 12. 0. 0. 0. à 9. à 9. 17. 4. 0. 0), mais l'ensemble est cohérent. Il faut cependant envisager la possibilité que le terrain de Balakbal ait été construit plus tôt, dans la mesure où l'on a trouvé sur le site de la céramique Tzakol. L'absence de fouilles détaillées interdit de se prononcer.

14 - Variantes

62Aucune.

15 - Cas douteux

63Cf. le nombre de terrains non classés, par suite du manque de données sur le profil, mais dont le plan s'apparente à cette variété.

16 - Remarques

64On a trouvé à Copán III un encensoir associé au terrain.

17 - Comparaisons

65Cf. Type I et Type I, variétés I et II. Cf. Type II, variété I.

2/ BASSES TERRES MAYAS : TYPE I : TERRAINS OUVERTS SANS BANQUETTES. Variété I, Une structure axiale

Balakbal, str. 11

Ruppert Dennison 1943
Ruz Lhuillier 1945

Campeche

Becan gr. N., str. 11

Ruppert Dennison 1943
Ruz Lhuillier 1945

Campeche

Copán III

Strōmsvik 1952

Honduras

Naachtun, str. 41

Ruppert Dennison 1943

Campeche

Sayil

Marquina 1951

Yucatan

III/3. BASSES TERRES MAYAS, TYPE I : TERRAINS OUVERTS SANS BANQUETTES. Variété II : une structure terminale en U

1 - Illustrations

66Deux plans, deux profils (cf. planche 31).

2 - Critères

67Comme les autres terrains du type I, le plan comporte deux structures parallèles, délimitant une allée dont l'une des extrémités ouvre sur une aire rectangulaire entourée d'une structure en U. Le plan se rapproche donc de la variété I, mais le profil diffère légèrement en ce que le bord du talus, au lieu d'être vertical, est en pente.

3 - Echantillonnage

68Deux exemples ont été identifiés, sur le site de Chichen Itza, au Yucatan.

4 - Localisation

69Basses Terres mayas, partie nord.

5 - Localisation des sites

70Le site de Chichen Xtza est édifié sur une plaine, dans une région d'accès facile.

6 - Plan

71Les terrains comportent deux structures parallèles, de part et d'autre d'une allée de 9 à 10,70 m de large pour 21 à 29 m de long. Ils sont tous deux orientés nord-sud avec la déviation de 17° habituelle à Chichen Itza. L'un des côtés de l'allée donne sur un vaste espace rectangulaire (str. 3 D 4 : 14 sur 36 m ; str. 3 C 10 : 13 sur 24 m) délimité par une structure en U, dont les extrémités ne touchent pas les structures latérales. Dans le cas de la structure 3 C 10, les extrémités de l'allée sont marquées par des pierres ornées de motifs serpentiformes.

7 - Profil

72Il est proche du profil du terrain d'Uxmal, avec un talus de faible pente (de 8 à 14°), surmonté d'un haut mur vertical (3-4 m). Le profil diffère cependant en ce que le talus tombe sur le sol de l'allée par un bord en pente (68 - 70° de l'horizontale), d'une hauteur de 63 à 81 cm. On retrouve ici, une fois de plus, le même phénomène de variation conjointe de la pente des talus et de la hauteur du mur vertical.

8 - Sculptures

73Sur le terrain 3D4, seule la superstructure est porte des sculptures : ce sont des panneaux qui représentent des guerriers d'origine mexicaine (au nombre de huit), tenant par les cheveux des prisonniers mayas. On trouve également des représentations de serpents à plumes.

74Sur le terrain 3 C 10, la sculpture est plus abondante, avec en particulier des panneaux sur le bord des talus, représentant une balle, un joueur agenouillé et d'autres joueurs debout. Chaque bord de talus porte un panneau au centre et un à chaque extrémité. De plus, au centre du mur vertical est, se trouvent les restes d'un panneau sur lequel deux personnages debout sont représentés. Il faut enfin rappeler ici l'existence des deux rangs de pierres, à chaque extrémité de l'allée, sur lesquels on distingue des motifs serpentiformes.

9 - Centre, Caches, Axes

75Les deux séries de trois panneaux du terrain 3 C déterminent l'existence de deux axes longitudinaux, longeant les structures latérales, et de trois axes transversaux, l'un passant par le centre et les deux autres aux extrémités, soulignés par ailleurs par les deux bandes de pierres.

10 - Maçonnerie

76Aucune technique particulière de construction n'est à mentionner ici. Il s'agit toujours de structures sans fondations, bâties sur un noyau de pierres et de terre. On note cependant que les angles sont les éléments les mieux construits, avec des pierres taillées monolithiques. Les sols d'autre part sont bien construits, avec des couches superposées de pierres et de plâtre.

11 - Structures annexes

77A l'exception des structures en U, il faut signaler l'existence de superstructures sur les structures est des deux terrains. En 3C 10, il s'agit d'une vaste pièce d'un seul tenant qui ouvre sur l'allée (donc vers l'ouest) par sept portes séparées par six colonnes. Le cas de la superstructure, en 3 D 4, est plus complexe : elle comporte trois chambres ouvrant sur l'allée (vers l'ouest), sans porte. La pièce nord comporte une banquette, avec des sculptures (cf. plus haut). Chacune des-structures qui supportent une superstructure comporte, dans sa partie postérieure, un vaste escalier d'accès au sommet.

12 - Structures associées

78Aucune.

13 - Datation

79Aucune précision à ce sujet. La présence d'éléments mexicains (serpents à plumes...) laisse supposer une utilisation des terrains vers la fin du Classique Récent et le début du Postclassique, donc une construction contemporaine ou antérieure.

14 - Variantes

80Aucune.

15 - Cas douteux

81Rien.

16 - Remarques

82L'étude de ces terrains est à rapprocher de celles des autres exemples à Chichen Itza, en ce qui concerne le plan (cf. type I : variété III ; type II : variété II ; type III).

17 - Comparaisons

83Cf. ci-dessus.

3/ BASSES TERRES MAYAS : TYPE I : TERRAINS OUVERTS SANS EANQUETTES. Variété II, Une structure terminale en U

Chichen Itza, str. 3 C 10

Ruppert 1952

Yucatan

Chichen Itza, str. 3 D 4

Ruppert 1952

Yucatan

III/4. BASSES TERRES MAYAS : TYPE I : TERRAINS OUVERTS SANS BANQUETTES. Variété III : deux structures terminales en U

1 - Illustrations

84Trois plans, quatre profils (cf. planche 32).

2 - Critères

85Le plan comporte deux structures parallèles et une allée dont chaque extrémité donne sur une aire délimitée par une structure en U. Le profil est le même que dans la variété II : le bord du talus est en pente.

3 - Echantillonnage

86Quatre exemples, sur le site de Chichen Itza.

4 - Localisation

87Basses Terres mayas du Nord.

5 - Localisation du site

88Chichen Itza est un site de plaine, non défensif.

6 - Plan

89Chaque terrain ne comporte que les deux structures latérales, de part et d'autre de l'allée, dont les dimensions vont de 10,45 m à 11 m de large, pour 26 à 33 m de long. Les extrémités de l'allée débouchent dans de vastes aires rectangulaires (8-17 m de profondeur sur 22 - 49 m de large), délimitées par des structures en U, qui ne touchent pas les structures latérales. Les quatre terrains sont orientés nord-sud.

7 - Profil

90Il est le même que dans la variété II : un talus de faible pente (3 à 10°) bute sur un haut mur vertical (2 m), et tombe sur l'allée par un bord de forte pente. Comme dans le reste du type, le talus et la hauteur du mur varient en proportion inverse, de façon à ce que la hauteur des bâtiments reste toujours équivalente (soit à peu près 4 - 5 m).

8 - Sculptures

91Sur la structure 2 D 9, chaque bord de banquette compte cinq panneaux : ils représentent des cortèges de personnages empanachés. De plus, on a trouvé sur le terrain, près du centre, deux anneaux de pierres à tenons, plus une tête zoomorphe (un chien ?), à tenon également. Un anneau de pierre est en fait une miniature, dont le diamètre est de 17,7 cm et le diamètre intérieur de 1,9 cm.

92Le terrain 3 E 2 n'a donné qu'une tête de serpent à tenon, trouvée près du centre.

93Le terrain près du groupe des Nonnes comporte la sculpture la plus abondante, avec trois marqueurs sur l'axe longitudinal, une bande de pierres portant des motifs de serpents entrelacés en travers du terrain et une série de huit panneaux sur les bords des talus. Les plus grands panneaux (deux de chaque côté, au centre) représentent chacun 5 à 6 joueurs ; les petits panneaux, aux extrémités, en comptent chacun huit. Au centre de chaque panneau est représentée une balle. Un seul comporte un motif de décapitation. Les joueurs sont identifiables à leur tenue (genouillères...). Le terrain du groupe est compte également six panneaux, sur le bord des talus.

9 - Centre, Caches, Axes

94Sur la str. 2 D 9, le terrain comporte deux axes longitudinaux (le long des talus) et cinq axes transversaux, marqués par des couples de panneaux : l'axe central est le plus important puisqu'il est également souligné par des anneaux.

95Le terrain du groupe est comporte également les deux axes longitudinaux et les trois axes transversaux marqués par les trois couples de panneaux. Enfin, le terrain du groupe des Nonnes est celui qui est le plus complet : il comporte non seulement les axes longitudinaux, latéraux, mais aussi l'axe longitudinal central (les trois marqueurs), l'axe transversal central (deux anneaux, le marqueur central, deux couples de panneaux) et les axes transversaux des extrémités. Le centre est donc souligné à la fois comme point d'intersection de deux axes, et par un marqueur.

10 - Maçonnerie

96La technique de construction est similaire à celle des autres terrains du type : un noyau de pierres et de terre et un revêtement de pierres taillées, avec des monolithes dans les angles et un soin particulier apporté à la construction du sol.

11 - Structures annexes

97En 2 D 9, la plate-forme ouest supporte les restes d'une superstructure : un escalier postérieur donnait accès au sommet de la structure. Le terrain comporte, dans la zone terminale nord, les restes d'une plate-forme rectangulaire de 3 m de large, probablement postérieure.

98Chaque terrain possède, à chaque extrémité, deux structures en U. Le terrain 3 E 2 comporte, au sud, au sommet de la structure en U, une petite pièce à trois portes qui donnent sur l'allée.

12 - Structures associées

99En 3 E 2, au sud-ouest de la structure en U, un bain de vapeur (no 2) est accolé au terrain (cf. type I, Piedras Negras).

13 - Datation

100Aucune précision sur la date de construction : l'utilisation est contemporaine de l'occupation mexicaine de Chichen Itza.

14 - Variantes

101Aucune.

15 - Cas douteux

102Aucun.

16 - Remarques

103L'abondance des sculptures et les thèmes centraux de l'iconographie (guerriers mexicains, scènes de captures, sacrifice par décapitation, serpents à plumes) est à noter. Il faut également souligner le nombre de terrains identifiés à Chichen Itza.

17 - Comparaisons

104Cf. type I : variété II ; type II : variété II ; type III.

4/ BASSES TERRES MAYAS : TERRAINS OUVERTS SANS BANQUETTES. Variété III, Deux structures terminales en U

Chichen Itza, str. 2 D 9

Ruppert 1952

Yucatan

Chichen Itza, str. 3 E 2

Ruppert 1952

Yucatan

Chichen Itza, gr. Nonnes

Ruppert 1952
Tozzer 1957

Yucatan

Chichen Itza, gr. est

Ruppert 1952

Yucatan

III/5. BASSES TERRES MAYAS : TYPE II : TERRAINS OUVERTS A BANQUETTES

1 - Illustrations

105Dix plans, quinze profils (cf. planches 1, 33, 34, 35). Pl. photo 4.

2 - Critères

106Le type se caractérise par un plan simple qui comporte seulement deux structures parallèles, délimitant une allée ouverte à ses deux extrémités. Le profil des structures (type A d'Acosta et Moedano) est composé d'une banquette à sommet plat et bord vertical ou en talus, d'un talus de faible pente et d'une corniche.

3 - Echantillonnage

107Quinze exemples, répartis sur dix sites. Cinq terrains ont été fouillés, neuf ont été identifiés avec soin, et un seulement a été reconnu (cf. liste annexe). Il faut noter la présence à Tikal d'un terrain triple (str. 5 D 78-81), composé de quatre structures parallèles délimitant trois allées.

4 - Localisation

108Tous les exemples sont situés dans les Basses Terres mayas et plus particulièrement dans le Peten (6 cas) ou dans les régions périphériques (Usumacinta : 2 cas ; Chiapas : 1 cas ; Belize : 2 cas ; Campeche : 1 cas). Deux autres exemples ont été identifiés à Cobá (site qui, par de nombreux traits, est plus proche de la culture maya du Peten que des Basses Terres du Nord), et un à Chichen Itza (groupe Holtun).

5 - Localisation des sites

109Tous sont des sites de plaine ou de fond de vallée, mais certains sont parfois perchés sur de petits reliefs (Tikal, Palenque, Lubaantun) ou entourés de marais "aguadas" (Coba). Dans les sites, la plupart des terrains occupent une position centrale, comme dans le type précédent. Il peut arriver que le terrain appartienne à un groupe secondaire (Coba, Chichen Itza, gr. Holtun). Dans ce cas, le terrain occupe également une position centrale dans le groupe.

6 - Plan

110Chaque terrain se compose de deux structures parallèles, délimitant une allée ouverte à ses deux extrémités. L'allée va de 1,70 m à 7 m de large, pour 16 à 32 m de long. Treize terrains sont orientés nord-sud et deux est-ouest (Chichen Itza gr. Holtun, Santa Rosa Xtampak).

111Il faut noter que, comme dans le cas précédent (Type I), quelques terrains (Kinal, Lubaantun, Piedras Negras str. R 11, Yaxchilan str. 14, Tikal str. 5 D 74) ouvrent, à l'une des extrémités de l'allée sur une cour fermée par des murs (Kinal, Lubaantun, Palenque, Yaxchilan), ou donnent sur une structure (Pyramide Temple I à Tikal). Ceci se rapproche fortement de la situation exposée dans le type I, variété I (cf. par exemple le cas de Copan III). Les dimensions de ces cours (8-12 m de profondeur sur 22 - 24 m de large) font qu'il est impossible de les considérer comme des zones terminales. De plus, dans la plupart des cas (et à la différence de la situation présentée dans le type I, variété I) il s'agit le plus souvent de structures qui ont une fonction propre, non liée au terrain. Dans ces conditions, il ne semblait pas nécessaire de faire de ces exemples une variété.

112Il faut enfin mentionner, à Piedras Negras str. R 11, l'existence de banquettes débordantes.

7 - Profil

113Il comporte une banquette basse (30 - 70 cm de haut), à sommet plat et bord en fort talus, ou vertical (Coba, Palenque, Lubaantun, San José) ; un talus, d'une pente de 36 - 60° (seulement 27° à San José), qui bute sur une corniche d'un mètre de haut en moyenne. La corniche est parfois absente, à Tikal, ou à Yaxchilan (str. 14) mais, comme on l'a vu dans le chapitre II, elle a vraisemblablement disparu. Cela est particulièrement évident à Yaxchilan où la hauteur totale des structures est supérieure à la hauteur du talus. La hauteur totale des structures dans l'ensemble est de 2 à 6 m. Il faut noter que la pente des talus étant en général plus forte que dans le type I, la hauteur des corniches est nettement plus faible.

8 - Sculptures

114Elles sont peu nombreuses dans le type. A Cobá (terrain du groupe D), le terrain possède un anneau sur la structure ouest (ce qui suppose l'existence d'un second, en face) et deux panneaux, sur les talus, au sud du terrain : ils représentent deux hommes (dont un barbu) les mains liées, en posture de suppliant. L'un d'eux porte une tête dans le dos (panneau sud-est). Le deuxième terrain de Cobá (str. 17) possède également deux anneaux, rajoutés postérieurement à la construction du terrain et dans un temple à l'ouest du terrain se trouvent deux stèles (no 9 et 10).

115Piedras Negras (str. R 11) et Yaxchilan (str. 14) possèdent chacun cinq marqueurs disposés en croix sur les terrains : trois d'entre eux sont placés sur l'axe longitudinal de l'allée (un au centre, un à chaque extrémité) et les deux autres sur les talus des structures latérales, sur l'axe transversal. Ceux de Yaxchilan (cf. planche photo no 31) sont circulaires, de 66 cm de diamètre et représentent un personnage assis, les jambes croisées en tailleur, entouré d'une bande céleste. Les marqueurs de l'axe longitudinal à Piedras Negras sont circulaires (diamètre 48 – 53 cm) et seuls ceux des extrémités portent un motif et des glyphes. Les marqueurs des structures latérales sont des cylindres (R 11 a : 1,92 sur 0,40 m ; R 11 b : 0,98 sur 0,67 m). De plus, sur la structure latérale ouest, on a trouvé une stèle sur le talus.

116A Tikal (str. 5 D 42-5 E 31), les superstructures portent des frises de glyphes. A Palenque, de nombreux fragments de jougs ont été identifiés sur le site.

9 - Centre, Caches, Axes

117Les axes transversaux et longitudinaux sont indiqués par les marqueurs à Yaxchilan et à Piedras Negras. De même, l'axe transversal est souligné par les anneaux à Cobá (str. 17 et gr. D). La présence de marqueurs au centre et au point d'intersection des axes à Yaxchilan et à Piedras Negras souligne l'importance du centre.

118Enfin à Tikal, il faut signaler la mise à jour d'enterrements axiaux sous les structures latérales du terrain triple, ainsi que la découverte à Piedras Negras de plusieurs caches sur le terrain.

10 - Maçonnerie

119Elle est similaire à celle des terrains du type I, avec un noyau de pierres et de terre sur lequel on a construit avec des pierres taillées et du mortier. Un soin particulier a été apporté à la construction des angles (pierres monolithiques) et des sols, cimentés. A Tikal (str. 5 D 74), on a découvert un autre sol, à 25 cm en dessous du premier. A Tikal toujours, le terrain triple a été construit par ajouts successifs, en plusieurs phases.

11 - Structures annexes

120On ne trouve sur ces terrains ni drains ni escaliers d'accès. Par contre, de nombreux exemples de superstructures sont à signaler : à Cobá (str. 17), la structure latérale est porte une superstructure qui ne donne pas sur l'allée, et à laquelle on accède par deux escaliers. A Chichen Itza (gr. Holtun) la structure sud présente les restes (deux colonnes, un escalier) d'une superstructure. A Palenque, quatre escaliers, un à chaque extrémité de chaque structure, donnent accès au sommet qui ne comporte pas de superstructures apparentes. A Piedras Negras (str. R 11), un escalier postérieur donne accès au sommet de la structure ouest. A Tikal (str. 5 D 42-5 E 31), chaque structure porte un bâtiment ouvert sur l'allée par sept portes séparées par des colonnes rondes. Enfin à Yaxchilan, on peut accéder au sommet de la structure ouest par un escalier postérieur.

12 - Structures associées

121Trois terrains sont situés à proximité de bains de vapeur : à Palenque, le terrain est près du Palais (où un bain de vapeur a été fouillé) ; à Piedras Negras, les structures R 11 et R 13 (bain de vapeur) sont voisines ; et à Tikal, le terrain 5 D 42-5 E 31 est voisin également d'un bain.

122A Cobá (str. 17), le terrain comporte un petit temple, accolé sur son flanc ouest. A Kinal, une haute structure, au sud du terrain, est reliée à ce dernier par un mur. A Lubaantun et Palenque, des petits murs forment des cours au sud des terrains, ainsi qu'à Piedras Negras et à Yaxchilan où, de plus, la structure latérale est est accolée à un ensemble plus vaste. Enfin, à Tikal (str. 5 D 74), l'allée donne au nord sur le mur du Temple I.

13 - Datation

123La construction de ce type de terrain aurait commencé au début du Classique Récent (Kinal, Tikal, Yaxchilan), et se serait poursuivie jusqu'à la fin de la période (Lubaantun). Certains terrains (Cobá) auraient même été utilisés plus tardivement, lors de l'occupation mexicaine du Yucatan, comme le montre la présence d'anneaux.

14 - Variantes

124Un groupe de terrains inclus dans le type aurait pu être considéré comme une variété : ce sont ceux qui comportent des structures à l'une des extrémités de l'allée : on a vu plus haut pourquoi il n'en a pas été ainsi. Le type inclut, par ailleurs, deux variétés : la variété I comporte deux terrains dont la banquette présente un sommet en talus ; la variété II compte un terrain, à Chichen Itza, dont l'allée donne sur deux structures en U.

15 - Cas douteux

125Aucun.

16 - Remarques

126Le type I semble donc contemporain du type II. D'autre part, on peut noter la présence de terrains des deux types sur les mêmes sites, à Piedras Negras, Chichen Itza, ou Tika, par exemple.

127Il faut mentionner que, lors de l'occupation postclassique de Tikal, des constructions annexes (murs de fermeture de l'allée) ont été édifiées sur le terrain 5 D 42-5 E 31, ce qui indique qu'à l'époque, la fonction du terrain était oubliée.

128Enfin, à Piedras Negras (str. R 11), Satterthwaite (1933, 1944) a souligné le fait que les constructions délimitant des "zones terminales" vastes et approximatives sont d'une date postérieure au terrain lui-même. Il faudrait vérifier si le cas n'est pas semblable dans les autres terrains connaissant cette disposition.

17 - Comparaisons

129De nombreux autres terrains ouverts ont été identifiés (terrains non classés des Basses Terres mayas, autres zones de Mésoamérique), mais dans la plupart des cas leurs profils sont inconnus.

5/ BASSES TERRES MAYAS : TYPE II : TERRAINS OUVERTS A BANQUETTES

Cobá, str. 17

Thompson, Pollock et Charlot 1932

Quintana Roo

Cobá, gr. D

Thompson, Pollock et Charlot 1932

Quintana Roo

Chichen Itza, gr. Holtun

Ruppert 1952

Yucatan

Kinal, str. 9

Graham 1967

Peten

Lubaantun, str. 21-22

Hammond 1972

Belize

Palenque

Ruz Lhuillier 1961

Chiapas

Piedras Negras, str. R 11

Satterthwaite 1933 - 1944

Peten

San José, str. C 1 - 2

Thompson 1939

Belize

Santa Rosa Xtampak

Pollock 1970

Campeche

Tikal, str. 5 D 74

Coe (William) 1962

Peten

Tikal, str. 5 D 42 - 5 E 31

Coe (William) 1962

Peten

Tikal, str. 5 D 78 - 81

Coe (William) 1962

Peten

Yaxchilan, str. 14

Blom 1932
Morley 1938

Chiapas

III/6. BASSES TERRES MAYAS : TYPE II : TERRAINS OUVERTS A BANQUETTES. Variété I : banquettes à bord en talus

1 - Illustrations

130Deux plans, deux profils (cf. planche 35). Pl. photo 5.

2 - Critères

131Les mêmes que dans le cas du type II : seul le profil diffère légèrement : le sommet de la banquette est en léger talus, ce qui fait que, à l'exception d'une corniche verticale (dont l'existence est en fait supposée), le profil se compose entièrement de plans inclinés.

3 - Echantillonnage

132Deux exemples, un fouillé, un seulement reconnu.

4 - Localisation

133Basses Terres mayas, régions périphériques (Belize et vallée de l'Usumacinta).

5 - Localisation des sites

134Sites de plaine ou de fond de vallée, non défensifs.

6 - Plan

135Il comprend deux structures parallèles, délimitant une allée de 3 à 5 m sur 18 - 19 m, orientée est-ouest (Baking Pot) ou nord-ouest sud-est (Yaxchilan, str. 67). Il n'existe aucune trace de zone terminale.

7 - Profil

136Comme dans l'ensemble du type, il comporte une banquette, dont le bord est ici en talus ; le profil se compose donc de trois talus juxtaposés, dont les pentes sont respectivement, de bas en haut, de 20 - 27° (bord de banquette), 7 - 8° (sommet de banquette), 39 - 65° (talus). Dans l'état actuel des terrains, il est impossible d'affirmer avec certitude l'existence d'une corniche. Cela est cependant probable, étant donné la hauteur totale des structures latérales.

8 - Sculptures

137Néant.

9 - Centre, Caches, Axes

138Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

139Sur un noyau de terre et de pierres, est posé un revêtement de pierres taillées et stuquées. Comme d'habitude, un soin particulier a été apporté à la construction des angles et du sol, stuqué.

11 - Structures annexes

140Ni drain ni escaliers ni superstructure identifiée.

12 - Structures associées

141A Baking Pot (str. II D), la structure nord se continue par la str. C, la structure sud par la str. F.

13 - Datation

142Les deux terrains sont du Classique Récent.

14 - Variantes

143Aucune.

15 - Cas douteux

144Aucun.

16 - Remarques

145Il s'agit, de toute évidence, d'une variante mineure, par rapport au type.

17 - Comparaisons

146Cf. le type II.

6/ BASSES TERRES MAYAS : TYPE II : TERRAINS OUVERTS A BANQUETTES. Variété I : banquettes à bord en talus

Baking Pot, str. II D

Bullard-Bullard 1965

Belize

Yaxchilan, str. 67

Blom 1932
Morley 1938

Chiapas

III/7. BASSES TERRES MAYAS : TYRE II : TERRAINS OUVERTS A BANQUETTES. Variété II : deux constructions axiales en U

1 - Illustrations

147Un plan, un profil (cf. planche 36).

2 - Critères

148Le profil est le même que dans les autres terrains du type, mais le plan diffère : le terrain comporte, outre les deux structures latérales, deux structures terminales en U qui délimitent deux aires rectangulaires à chaque extrémité de l'allée. Il pourrait s'agir de deux zones terminales.

3 - Echantillonnage

149Un terrain, identifié, à Chichen Itza.

4 - Localisation

150Basses Terres mayas du Nord.

5 - Localisation du site

151Site de plaine, non défensif.

6 - Plan

152Deux structures parallèles délimitent une allée, de 7 m sur 26, orientée nord-sud. A chaque extrémité de l'allée, se trouve une aire rectangulaire, fermée par une construction terminale en U, dont les murs ne touchent pas les structures. Les zones terminales ainsi définies atteignent 11 m pour 26 m.

7 - Profil

153Il est le même que dans le type, avec une banquette à sommet plat et bord en talus de 45° pour 1,40 m de haut et un talus de 50°. Aucune corniche n'a pu être identifiée.

8 - Sculptures

154Néant.

9 - Centre, Caches, Axes

155Néant.

10 - Maçonnerie

156Aucune donnée précise.

11 - Structures annexes

157Au centre de la structure terminale nord, dans l'axe de l'allée, se trouve un monticule haut, de fonction non identifiée.

12 - Structures associées

158Aucune.

13 - Datation

159Non précisée : Classique Récent ?

14 - Variantes

160Aucune.

15 - Cas douteux

161Aucun.

16 - Remarques

162Il est évident que, dans ce cas-ci, comme dans le type I, variété III, on se trouve en présence de terrains dont le plan s'apparente à celui d'un terrain fermé. Cependant, l'existence du type I, variété II, sur le même site de Chichen Itza, avec des terrains comportant une seule structure en U, le fait que le terrain ne soit pas totalement fermé et que ces variétés ne soient représentées que sur le site de Chichen Itza, nous incite à ne pas en faire des types autonomes, mais plutôt des variétés locales, tardives.

17 - Comparaisons

163Cf. Chichen Itza et type I, variété III, type III, variété I.

7/ BASSES TERRES MAYAS : TYPE II : TERRAINS OUVERTS A BANQUETTES. Variété II : deux constructions axiales en U

Chichen Itza, gr. Chultun

Ruppert 1952

Yucatan

III/8. UN CAS PARTICULIER : ALTAR DE SACRIFICIOS

1 - Illustrations

164Un plan, un profil (cf. planche 36).

2 - Critères

165Le plan et le profil sont apparemment proches de ceux du type II, mais il existe une légère différence : au lieu d'être long et surmonté d'une corniche, le talus est très court et surmonté d'un mur vertical en retrait.

3 - Echantillonnage

166Il s'agit du seul terrain d'Altar de Sacrificios, str. A 5.

4 - Localisation

167Basses Terres mayas, vallée du Rio Usumacinta.

5 - Localisation du site

168Site de vallée, non défensif.

6 - Plan

169Deux structures parallèles délimitent une allée de 8,65 m de large sur 28,80 de long. Le terrain est orienté nord-sud. Il a été impossible de déterminer l'existence de zones terminales. Les banquettes sont débordantes.

7 - Profil

170Il comporte une banquette à sommet plat et bord en talus, de 55 cm de haut, un talus de faible pente, d'une hauteur de 70 cm et un mur vertical d'une hauteur probable de 1,30 m (actuellement 0,35 m), en retrait par rapport au talus : cette faible dimension du talus et le caractère particulier du mur supérieur, font que l'on a préféré considérer à part cet exemple.

8 - Sculptures

171Un marqueur circulaire, plat, de 33 cm de diamètre, a été trouvé sur la structure ouest, au centre.

9 - Centre, Caches, Axes

172La présence, probable, d'un second marqueur, au centre de la structure est, marquerait l'axe transversal du terrain.

10 - Maçonnerie

173Sur un noyau de terre et de pierres, on a construit le terrain avec des blocs calcaires taillés, de grandes dimensions. Le sol de l'allée a été construit avec une couche de stuc posée sur une couche de calcaire. Il faut noter que la construction s'est faite en deux temps et que les banquettes débordantes ont été rajoutées dans un deuxième stade de construction.

11 - Structures annexes

174Des traces de superstructures ont été identifiées au sommet des structures latérales. Aux extrémités des structures, insérés dans le corps même du bâtiment, ont été dégagés des escaliers.

12 - Structures associées

175Aucune.

13 - Datation

176Phase Pasión (642 - 771 ap. J.-C.), donc Classique Récent.

14 - Variantes

177Aucune.

15 - Cas douteux

178Aucun.

16 - Remarques

179Il est probable qu'en réalité ce terrain entre en fait dans le type II, à cause de son plan et des caractères généraux de son profil. Cependant, le caractère un peu particulier du profil rendait nécessaire un examen un peu plus précis de la question.

17 - Comparaisons

180Cf. type II.

8/ BASSES TERRES MAYAS : UN CAS PARTICULIER : ALTAR DE SACRIFICIOS

Altar de Sacrificios, str. A 5

A. L. Smith 1972

Peten

III/9. BASSES TERRES MAYAS : TYPE III : TERRAINS OUVERTS A MUR VERTICAL

1 - Illustrations

181Deux profils (cf. planche 5). Pl. photo 6.

2 - Critères

182Le terrain comporte deux structures parallèles, délimitant une allée ouverte à chaque extrémité. Le profil ne comprend qu'une banquette et un haut mur vertical.

3 - Echantillonnage

183Un terrain, identifié, non fouillé, ainsi qu'une stèle en provenance du même site (Edzná, stèle 8).

4 Localisation

184Basses Terres mayas, région nord.

5 Localisation du site

185Région de plaine et de basses collines.

6 - Plan

186Le terrain d'Edzná comporte deux structures latérales et une allée de 9 m sur 40, orientée nord-sud (avec une déviation de 10°). Il n'existe pas de zones terminales.

7- Profil

187Il diffère fortement des profils des autres types, en ce qu'il ne comporte pas de talus : il se compose uniquement d'une banquette, à sommet plat et vertical, de 90 cm de haut, qui borde un haut mur vertical, haut de 2,50 m. Les structures latérales atteignent ainsi une hauteur totale de 3,40 m, soit une dimension courante.

188Il faut mentionner ici l'existence de la stèle 8 du même site, qui représente un joueur en action, bondissant après une balle (et non un anneau, comme l'objet rond de la stèle a fréquemment été interprété), le long d'une structure latérale : le profil est donc clairement visible, avec une banquette à sommet plat et bord en fort talus (54°), et un mur vertical (représenté par le bord droit de la stèle). L'identification du profil du terrain trouve dans cette sculpture sa confirmation.

8 - Sculptures

189A l'exception de la stèle elle-même, on a trouvé à Edzná deux sculptures en forme de tête de serpent, liées au terrain. Elles étaient probablement placées sur les structures latérales. A ce sujet, il importe de revenir ici sur un point : sur la stèle 8, le long du mur vertical, on distingue un objet circulaire interprété par divers auteurs (Ruz 1945...) comme un anneau. Il est peu probable que cette hypothèse soit correcte, car des problèmes de datation (on ne trouve pas d'anneaux en zone maya au Classique Récent, c'est-à-dire à l'époque à laquelle la stèle a été édifiée) ou d'iconographie (l'objet rond porte en son centre un glyphe généralement associé avec la balle) permettent d'affirmer qu'il s'agit en fait d'une balle haute ("por arriba"), comme le confirme également l'attitude bondissante du joueur.

9 - Centre, Caches, Axes

190Rien de particulier.

10 - Maçonnerie

191Construction en pierres taillées. Aucune donnée supplémentaire.

11 - Structures annexes

192Aucune information à ce sujet.

12 - Structures associées

193Le terrain est entouré d'autres édifices, de fonction non identifiée.

13 - Datation

194Classique Récent (la stèle ne porte pas de date, mais son style la situe dans la phase dynamique définie par T. Proskouriakoff (1950)).

14 - Variantes

195Il en existe une, sur le site de Chichen Itza (str. 2 D 1), à structures terminales.

15 - Cas douteux

196Aucun.

16 - Remarques

197L'apparition de ce type au Classique Récent, et en particulier sur une stèle, confirme l'ancienneté du type dans la région et son antériorité sur les influences mexicaines. Il est donc évident que la variété I, représentée à Chichen Itza, tire son origine de la zone maya et non d'une influence mexicaine. Il est possible, par ailleurs, de rapprocher le profil du terrain d'Edzná, avec son haut mur vertical, avec l'accroissement de la hauteur du mur vertical, en particulier dans les terrains du type I (Uxmal, par exemple).

17- Comparaisons

198Cf. Haut Plateau mexicain, Type III, et Nord-Ouest du Mexique, Type III.

9/ BASSES TERRES MAYAS : TYPE III : TERRAINS OUVERTS A MUR VERTICAL

Edzná

Ruz Lhuillier 1945
Andrews 1943
Palacios 1936

Campeche

Edzná, st. 8

Ruz Lhuillier 1945

Campeche

III/10. BASSES TERRES MAYAS : TYPE III : TERRAINS OUVERTS A MURVERTICAL. Variété I : Structures terminales en U

1 - Illustrations

199Un plan, un profil (cf. planche 1). Pl, photo 7.

2 - Critères

200Le terrain comporte deux structures parallèles délimitant une allée qui donne à chaque extrémité sur une aire rectangulaire, ouverte dans deux angles et définie par une structure en U. Le profil, comme dans le type, ne comprend qu'une banquette et un haut mur vertical.

3 - Echantillonnage

201Un terrain, fouillé et fréquemment étudié et publié.

4 - Localisation

202Basses Terres mayas du Nord.

5 - Localisation du site

203Chichen Itza est un site de plaine, non défensif.

6 - Plan

204Le terrain comprend deux structures latérales parallèles, délimitant une allée de 30 m de large sur 96,50 m de long. Alors que les structures latérales n'atteignent que 82,50 m de long, la présence de larges banquettes porte leur longueur totale à 96,50 m. Le terrain est orienté du nord au sud, avec une déviation de 17° à l'est du nord. A chaque extrémité, l'allée débouche sur une "zone terminale" délimitée par une vaste structure en U, dont les côtés ne touchent pas les structures latérales (laissant ainsi un passage). Chaque zone mesure en gros 25 – 26 m de profondeur pour plus de 65m de large.

7 - Profil

205Il ne comporte qu'une banquette à sommet plat, large de 3,10 m et bord en talus de 20°, haute de 1,50 m. Elle borde le mur vertical de la structure, haut de 7 m au-dessus de la banquette. Le profil est donc plus proche de la stèle 8 d'Edzna que du terrain de ce dernier site.

8 - Sculptures

206Elles sont particulièrement riches. Tout d'abord, au sommet des murs, à 5,20 m au-dessus du sommet de la banquette, se trouvent deux anneaux de 1,20 m de diamètre, le diamètre du trou étant de 0,45 m.

207D'autre part, sur chaque bord de banquette sont disposés trois panneaux, un au centre et un à chaque extrémité. Chacun représente une scène similaire, avec deux équipes de sept joueurs se faisant face de part et d'autre d'une balle (sur laquelle est inscrit un glyphe représentant une tête de mort). Alors qu'une équipe porte des panaches de plumes, l'autre s'identifie grâce à des pectoraux en forme de coquillage (symbole de Quetzalcoatl, divinité d'origine mexicaine). On se trouve donc en présence d'une équipe maya et d'une autre mexicaine (Moser 1975). Le premier joueur d'une équipe vient de décapiter le premier joueur de l'équipe adverse : il porte la tête coupée et un couteau tandis que le décapité est agenouillé (un genou en terre), et de son cou sort le sang, sous la forme de sept corps de serpent dont l'un se transforme en végétation. Deux Mayas sont ainsi sacrificateurs pour quatre Mexicains.

208Les joueurs sont identifiés grâce à leur tenue : ils portent tous une protection sur le bras, une genouillère (droite ou gauche), une sandale, une ceinture et un objet qui ressemble à une "palma" (cf. plus bas, IIe partie, chapitre V).

9 - Centre, Caches, Axes

209Les anneaux et les panneaux centraux déterminent l'axe transversal central du terrain, chaque couple de panneaux latéraux constituant en outre les limites des axes transversaux latéraux.

10 - Maçonnerie

210Sur un noyau de pierres et de terre, la construction s'est faite avec des pierres taillées, souvent de grandes dimensions. Le sol a été aplani et probablement stuqué. Le terrain ne comporte aucun caractère architectural particulier.

11 - Structures annexes

211L'arrière de chaque structure latérale est couvert d'un vaste escalier qui donne accès au sommet. Le sommet de la structure ouest ne porte que trois petites superstructures, de 2,50 - 3 m de côté, une au centre et une à chaque extrémité. La structure est compte deux superstructures semblables, au centre et au nord. Le sommet au sud est occupé par une grande construction, à peu près carrée, le Temple des Jaguars. On y accède par un étroit escalier sur le flanc sud de la structure latérale. Le temple se compose de deux pièces, une extérieure qui ouvre sur l'allée par une porte entourée de deux colonnes serpentiformes, et une intérieure dont les murs sont peints. Le Temple des Jaguars surmonte une autre construction, extérieure au terrain, le Temple des Bas-Reliefs, dont les murs sont également couverts de motifs sculptés et peints.

212Au centre de chaque structure terminale se trouve un temple, dans l'axe de l'allée : au sud, il s'agit d'une superstructure allongée, ouvrant sur l'allée par sept portes séparées par six piliers sculptés. Au nord, le Temple de l'Homme Barbu, plus petit, ne comporte qu'une seule pièce, dont les murs peints représentent des scènes de décapitation et de réduction de têtes (Moser 1975).

12 - Structures associées

213A l'est du terrain, parallèle à ce dernier, se trouve le Tzompantli, en forme de T, long de 58 m et haut de 1,80 m. Sa construction date de la même époque que celle du terrain. On y a trouvé une offrande comprenant des os, des boules, un couteau et du caoutchouc, toutes choses proches du jeu (le caoutchouc, les boules) ou de l'iconographie (le couteau, les os, la décapitation). (Cf. également les fouilles de Gussynier dans le Métro, 1974, paragraphe 63).

13 - Datation

214La construction se serait faite en plusieurs temps, en commençant par le Temple des Bas-Reliefs, puis les structures latérales, les structures terminales, les temples nord et sud, puis le Temple des Jaguars. L'ensemble daterait du Classique Récent et la construction se serait poursuivie dans le courant du Postclassique Ancien.

14 - Variantes

215Aucune.

15 - Cas douteux

216Aucun.

16 - Remarques

217Le terrain 2 D 1 de Chichen Itza présente un assemblage de traits composites, d'origine aussi bien maya (le profil du terrain, une partie des peintures ou des bas-reliefs) que mexicaine (la plupart des données iconographiques, l'association avec le Tzompantli...). De plus, ces données d'origine mexicaine ne sont probablement pas le fruit d'un seul apport, mais de plusieurs apports successifs, de caractères différents (Thompson 1972 : Maya History and Religion).

218Il importe cependant de souligner la cohérence de l'ensemble (iconographie, association...) dont le caractère premier est son association avec les problèmes de décapitation.

219Enfin, il importe de souligner que, dans cette variété comme dans le type I, variété III et le type II, variété II (tous terrains identifiés à Chichen Itza), les. structures terminales en U ne délimitent pas de véritables zones terminales mais des aires fermées dont la fonction est encore mal définie.

17 - Comparaisons

220Cf. type I, variété III, type II, variété II.

221Cf. Haut Plateau mexicain, type III, Nord-Ouest, type III.

10/ BASSES TERRES MAYAS : TYPE III : TERRAINS OUVERTS A MUR VERTICAL. Variété I : structures terminales en U

Chichen Itza, str. 2 D 1

Ruppert 1952
Kubler 1962
Fernandez 1925
Moser 1975

Yucatan

III/11. BASSES TERRES MAYAS : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS SANS PROFILS. (planche 37)

Benque Viejo, str. A 18-19

Rice 1974

Belize

222Le terrain est ouvert, orienté nord-sud ; il date du Classique Récent.

Cancuen, str. B I-II

Blom 1932
Morley 1938

Peten

223Le terrain est ouvert, orienté nord-sud, avec une allée estimée à 8 m sur 25. Les deux structures latérales sont de longueurs fortement inégales, ce qui introduit un doute sur l'identification du terrain. Cependant, la présence d'un marqueur circulaire de 59,70 cm de diamètre, avec deux joueurs en tenue, une balle et une inscription périphérique (9. 18. 5. 0. 0., soit 795 ap. J.-C.) à proximité des structures pose un problème.

Caracol

Satterthwaite 1951
Rice 1974

Belize

224Un terrain ouvert sur un centre cérémoniel (32 stèles). Le terrain daterait du début du Classique Récent.

Chochkitam, str. 16

Morley 1938

Peten

225Un terrain ouvert, orienté nord-sud. L'allée mesure 4 m sur 16. Le terrain serait du Classique Récent.

Colha, str. 17-18

Hammond 1975

Belize

226Un terrain ouvert, orienté nord-est sud-ouest. Classique Récent. L'allée mesurerait environ 20 m sur 4 - 5 m.

Dos Aguadas, str. 18

Bullard 1960

Peten

227Deux structures parallèles, délimitant une allée ouverte.

Hochob

Marquina 1951

Campeche

228Deux structures parallèles, à proximité desquelles on a trouvé un anneau.

La Honradez

Morley 1938

Peten

229Deux structures parallèles, orientées nord-sud, délimitant une allée de 9,15 m sur 40,20 m (la largeur trop importante de l'allée peut laisser supposer l'existence de banquettes : le terrain entrerait donc dans le type II). Le terrain est situé à l'est de la str. IX.

Nohmul, str. 28-29

Hammond 1975

Belize

230Deux structures parallèles, dans le groupe est, orientées nord-nord-est, sud-sud-ouest. Le terrain mesure environ 30 m de long. Il serait du Classique Récent.

Nohoch Mul, str. 4-5, gr. C

Blom 1932

Quintana Roo (Coba)

231Deux structures parallèles, orientées nord-sud. Il se pourrait qu'un des côtés de l'allée soit fermé. Fin du Classique Récent.

San Clemente

Blom 1932
Clune 1963

Peten

232Aucune information. L'existence de ce terrain est douteuse.

San Estevan, str. 14

Bullard 1965

Belize

233Sur la plaza C, deux structures parallèles, orientées nord-nord-est, sud-sud-ouest. L'allée mesure environ 21 m sur 3. Le profil visible permet de supposer l'existence de banquettes, ce qui placerait ce terrain dans le type II. Le terrain est du Classique Récent.

San Estevan, str. 9-10

Bullard 1965

Belize

234Il pourrait s'agir d'un terrain, mais il pourrait s'agir plus simplement du passage entre les places B et C. Le terrain serait du Classique Récent et est orienté nord-nord-est, sud-sud-ouest.

Seibal, str. A 19

Willey-Smith 1970

Peten

235Deux structures parallèles basses, orientées est-ouest, délimitent une allée de 12 m sur 39 (il est probable que la largeur apparente de l'allée inclue des banquettes : le terrain serait donc du type II).

Seibal, C 9

Willey-Smith 1970

Peten

236Deux structures parallèles, orientées est-ouest, plus petites que les structures du terrain précédent. Les structures, dans leur partie postérieure, sont couvertes par un escalier. Le terrain, comme le précédent, date du Classique Récent.

Uxul, gr. nord, str. 14

Ruppert Dennison 1943
Ruz Lhuillier

Campeche

237Deux structures parallèles, orientées nord-sud, délimitent une allée de 6 m sur 17. Le terrain serait du Classique Tardif. Le plan publié peut laisser supposer que le terrain serait du type I.

Yaxha, str. 132

Hellmuth 1971

Peten

238Le terrain, ouvert, serait orienté nord-sud.

239Les dix-sept terrains ouverts, non classés, étant tous situés dans des centres cérémoniels des Basses Terres mayas, seraient tous datés du Classique Récent. A l'exception de Cancuen, aucun terrain ne comporte de sculptures. Certains terrains sont probablement identifiés à tort comme tels (cf, San Estevan, str. 9-10, ou San Clemente).

III/12. BASSES TERRES. MAYAS : NON CLASSES : TERRAINS FERMES SANS PROFILS

A/ Terrains comportant une structure terminale (planches 37 et 38)

Dzibilnocac

Nelson Jr 1973

Campeche

240Le terrain est constitué de deux structures parallèles, l'une petite à l'est, l'autre plus vaste, formant une plate-forme qui porte une autre structure. L'allée, orientée nord-sud, mesure environ 5 m sur 25. Elle donne à chaque extrémité sur une place, fermée au sud par un monticule isolé, au nord par des murs ; au centre de la place nord se trouve un petit autel de 3 m2. Le terrain ne comporte aucune sculpture. Il serait daté du Classique Récent. Nelson, dans sa publication, considère le terrain comme fermé.

Jimbal

Am. Antiq. 1968,
vol. 33/3 (Current Research)
Puleston (inf. orales)

Peten

241Deux structures parallèles délimitent une allée, orientée nord-sud. Les dimensions en sont inconnues. Au nord, l'allée débouche sur une aire à peu près carrée, fermée par une construction assez haute. Le mur nord de cette construction porte une superstructure semi-circulaire. Le terrain est d'époque classique, probablement récente.

Lubaantun, place III, str. 4

Blom 1932
Morley 1938
Hammond 1972

Belize

242Deux structures parallèles délimitent une allée orientée nord-sud dont les dimensions ne sont pas connues. D'après le plan publié par N. Hammond, il pourrait exister des banquettes (ce qui permettrait d'inclure le terrain dans le type II). Au nord, des murs bas ferment en partie une aire assez vaste, apparemment sans relation avec le terrain. Au sud, trois structures reliées par des murs définissent une sorte de zone terminale. Le terrain compte trois marqueurs sur l'axe longitudinal de l'allée : chacun représente deux joueurs en tenue (avec en particulier les ceintures de protection), en train de jouer. La balle est située entre eux, et derrière eux on distingue un mur. Le terrain serait du Classique Récent (VIIIe siècle ?).

Yaxha, str. 45

Hellmuth

Peten

243Deux structures parallèles délimitant une allée orientée nord-sud. Les structures comportent un talus. Au sud, un mur délimite une aire perpendiculaire à l'axe du terrain ; au nord se trouve une autre structure, à 12,50 m de distance. Le terrain daterait du Classique Récent.

Yaxun, str. 5

Bullard Jr. 1965

Peten

244Deux structures parallèles (qui constituent en fait le prolongement d'autres structures) délimitent une allée longue et étroite (3,50 m sur 22,50) qui débouche au nord sur une vaste zone terminale fermée par la str. 6, de 15 m de profondeur, et au sud sur une zone nivelée en terrasse.

B/ Terrains comportant deux structures terminales

Kash Uinik ou Kaxil Uinic

Blom 1932

Belize

245Blom a publié en 1932 le plan d'un terrain fermé, accolé à une plate-forme, qui aurait été identifié sur un site sans nom. L'existence de ce terrain reste douteuse.

Rabinal

Maudslay 1889-1902

Belize

246Il en est de même que dans le cas précédent : le terrain reste inconnu, malgré la référence de Maudslay et le plan publié. Le terrain est très nettement fermé et orienté est-ouest. Son existence reste douteuse. Un site de ce nom existe dans les Hautes Terres du Guatemala.

III/13. BASSES TERRES MAYAS : TERRAINS NON CLASSES : MANQUE DE DONNEES OU EXISTENCE DOUTEUSE (planche 38)

Alta Mira, gr. ouest, str. 3

Ruppert Dennison 1943

Campeche

247Malgré la présence de deux structures parallèles, délimitant une zone orientée nord-sud, il est peu probable (comme le disent d'ailleurs les auteurs eux-mêmes) qu'il s'agisse d'un terrain : en effet, une des extrémités de l'allée est bouchée.

Cahal Pech

Rice 1971

Belize

248Selon Rice, ce site de colline, fouillé par Satterthwaite, comporterait un terrain d'époque classique.

Camp 6

Thompson 1939

Belize

249Thompson a mentionné l'existence d'un terrain à cet endroit.

Laguna Perdida

Morley 1938

Peten

250La présence d'un marqueur représentant des joueurs en tenue, avec une balle, a conduit Morley à supposer l'existence d'un terrain. Aucune autre preuve ne venant appuyer sa théorie, ce terrain reste d'existence incertaine.

Mountain Cow, Cahal Pichik, str. J - K

Thompson 1931

Belize

251La présence de deux structures parallèles, de longueurs inégales et de profils différents, a amené Thompson à supposer l'existence d'un terrain. Il serait du Classique Récent. Son existence reste cependant douteuse, par suite de ses nombreux caractères aberrants.

Mountain Cow, Hatzcab Ceel, str. C - D - D'

Thompson 1931

Belize

252Plus encore que dans le cas précédent, l'existence de ce terrain, dont le plan (les deux structures sont différentes), le profil (ils sont de formes très diverses) sont aberrants, reste douteuse. Thompson lui-même, malgré la présence d'un autel circulaire sur "l'allée", est très incertain sur son identification. Il serait d'époque classique récente.

Mun Diego

Thompson 1934

Belize

253Thompson mentionne sur ce site la présence d'un terrain classique.

Río Azul, gr. B, str. 10

Adams 1964

Peten

254La présence de deux structures parallèles de longueurs inégales, butant sur une pyramide, a conduit l'auteur à proposer, sans conviction, l'hypothèse d'un terrain, classique récent, orienté est-ouest.

III/14. BASSES TERRES MAYAS : NON CLASSES : REPRESENTATIONS DE TERRAINS

255Il faut mentionner ici certaines pièces sur lesquelles nous serons amenés à revenir plus tard : elles représentent d'une part des joueurs en action et des balles, d'autre part des structures que l'on peut logiquement identifier comme des terrains. Le cas des marqueurs de Lubaantun a déjà été décrit plus haut, avec les joueurs représentés sur un fond de lignes parallèles qui, de toute évidence, symbolisent un mur (une structure latérale ?). Le marqueur de Laguna Perdida possède les mêmes caractères, ainsi que deux vases mayas sur lesquels travaille N. Hellmuth (1975). L'un se trouve au Saint Louis Art Museum : il s'agit d'un vase polychrome Tepeu 1 ou 2, qui porte 5 joueurs en tenue (ceintures, genouillères, pagnes), trois spectateurs, et un texte de 20 hiéroglyphes, sur un fond de lignes horizontales, parallèles. L'autre, du Dallas Museum of Fine Arts, également Tepeu 2, représente quatre joueurs en action, sur fond de lignes horizontales. Bien que ces lignes ou mur soient probablement une symbolisation du terrain, il semble impossible de pousser plus loin la recherche.

256Le cas du troisième vase, également maya classique, est légèrement différent. Il appartient à une collection privée et a été publié en partie par Hellmuth (1975). Il représente une balle et deux joueurs en tenue, entre deux structures en gradins (six pour chaque structure), qui symbolisent le profil du terrain. Il importe de noter ici deux points : d'une part le vase est d'origine inconnue et pourrait être faux (comme les précédents d'ailleurs), d'autre part la représentation du profil est assez incertaine, plus schématique, au contraire des autres représentations étudiées (cf. 1ère Partie, chapitre IV/7 ; IIe Partie, chapitre III/1). Il semble donc que ces motifs soient plutôt destinés à évoquer qu'à représenter les structures.

III/15. HAUTES TERRES MAYAS : NON CLASSES : TERRAINS PRECLASSIQUES

1 - Illustrations

257Aucune, pour le présent.

2 - Critères

258Le caractère principal de ce terrain réside dans sa date : il a été identifié comme préclassique. Il est ouvert et de profil mal défini.

3 - Echantillonnage

259Un exemple à Toniná nord, Chiapas.

4 - Localisation

260Le site appartient aux Hautes Terres mayas du Chiapas, dans une zone limitrophe des Basses Terres.

5 - Localisation du site

261Toniná nord est situé dans la vallée du Río Jataté, sur le flanc nord de la vallée.

6 - Plan

262Le terrain se compose de deux structures parallèles, délimitant une allée de dimensions inconnues. Il serait orienté nord-sud. Il ne comporte pas de zones terminales.

7 - Profil

263Il est mal défini, étant donné que les structures latérales sont en terre : il semble comporter un talus.

8 - Sculptures

264Aucune.

9 - Centre, Caches, Axes

265Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

266Il n'existe pas de système de construction particulier : ce sont de simples monticules de terre.

11 - Structures annexes

267Aucune.

12 - Structures associées

268Aucune.

13 - Datation

269Préclassique Récent (?).

14 - Variantes

270Aucune.

15 - Cas douteux

271Rien.

16 - Remarques

272Ce terrain a été fouillé à Toniná, par la Mission Archéologique et Ethnologique Française, en 1973. Il n'a pas encore été publié, ce qui est d'ailleurs le cas de la plupart des terrains préclassiques connus à ce jour. Son identification comme d'époque préclassique, surprenante au début, ne fait désormais aucun doute, compte tenu de l'existence, à l'époque, de terrains semblables au Chiapas, dans la vallée de Tehuacan, en zone olmèque, ou près de Puebla.

17 - Comparaisons

273Cf. en particulier San Lorenzo, La Venta, les fouilles de la Angostura (Chis.), ou de la vallée de Tehuacan et le projet Puebla-Tlaxcala.

III/15. HAUTES TERRES MAYAS : NON CLASSES : TERRAINS PRECLASSIQUES

Toniná nord

Becquelin-Baudez 1979

Chiapas

III/16. HAUTES TERRES MAYAS : TYPE II : TERRAINS OUVERTS A BANQUETTES

1 - Illustrations

274Cinq plans, six profils (cf. planches 39, 40). Pl. photo 5.

2 - Critères

275Le terrain se compose de deux structures parallèles, délimitant une allée ouverte à ses deux extrémités. Le profil type comprend une banquette à sommet plat et bord en talus ou vertical, un talus et une corniche.

3 - Echantillonnage

276Sept exemples, dont trois fouillés, un identifié et trois seulement reconnus.

4 - Localisation

277Tous les exemples sont situés dans la partie occidentale des Hautes Terres : deux terrains sont situés au Chiapas, deux dans le département de Huehuetenango (Guat.) et trois dans l'Alta Verapaz (Guat.), soit dans une région en contact direct avec les Basses Terres.

5 - Localisation des sites

278Tous les sites sont localisés dans des fonds de vallées, avec parfois, comme à Toniná, une partie du site en acropole.

6 - Plan

279Il est simple : il se compose uniquement de deux structures parallèles, délimitant une allée dont les dimensions varient de 4,75 m à 9 m pour la largeur et de 22 à 32 m pour la longueur. La seule exception est le terrain de Tenam Soledad, avec une allée qui mesurerait 1,50 m sur 7,20 m. Quatre terrains sont orientés est-ouest, un seul est orienté nord-sud. On ignore l'orientation des deux derniers. Enfin, sur trois exemples, la présence de banquettes débordantes rend les structures latérales plus courtes que l'ensemble (Chichen, str. 1-2 et str. 14-15 ; Toniná, str. G 5/1-2).

7 - Profil

280Il comprend une banquette à sommet plat et bord en talus (5 cas) ou vertical (2 cas), d'une hauteur totale de 70-90 cm ; un talus de pente assez forte (45-60°), et une corniche, parfois légèrement en saillie, d'une hauteur de 30-40 cm. L'ensemble donne aux structures une hauteur de 2-3 m. Le terrain de Chalchitan dépasse cette hauteur car le talus mesure à lui seul 4,60 m.

8 - Sculptures

281Elles sont peu nombreuses. A Chalchitan (str. 35-36), on a trouvé une tête de jaguar à tenon, près du centre d'une structure latérale.

282A Chichen (str. 1-2), la dalle centrale du talus de la str. 1 (ouest) est sculptée : elle représente un oiseau.

283A Toniná enfin (str. G 5/1-2), une grande quantité de sculptures ont été trouvées près du terrain, mais aucune en rapport direct avec celui-ci (cf. plus bas : III/16 annexe). Par contre, des jougs ont été identifiés sur le site.

9 - Centre, Caches, Axes

284Il est possible que les sculptures de Chichen et Chalchitan aient servi à marquer les axes transversaux. Mais on ne dispose d'aucune donnée sur ce point.

10 - Maçonnerie

285Le principe de construction est toujours le même : sur un noyau de terre et de pierres, on construit le terrain avec des pierres taillées ou un revêtement de dalles (comme à Chichen, str. 1-2). Il faut cependant noter que beaucoup de terrains de ce type sont dans un mauvais état de conservation (Las Tinajas par exemple), ce qui permet de douter de leur identification. Le cas de Tonina est un peu particulier : les deux structures latérales ne sont pas de la même époque, la structure sud ayant eu, dans un premier stade, une fonction propre non liée au jeu ; les systèmes de construction sont donc très différents (cf. plus bas).

11 - Structures annexes

286On n'a relevé sur ces terrains aucun drain, aucun escalier d'accès, aucune superstructure.

12 - Structures associées

287A Chichen (str. 1-2), la structure latérale est est, en fait, le côté aménagé de la pyramide 2.

288Le cas de Tonina est le plus intéressant, car le terrain G 5/1-2 représente une réutilisation d'un groupe de structures antérieures (cinq bases de stèles alignées) qui, malgré leur réaménagement en structure latérale, semblent ne pas perdre totalement leur fonction première, au point que des doutes subsistent sur l'identification du terrain (cf. plus bas).

13 - Datation

289Deux terrains sont datés avec certitude du Classique Récent (Toniná, Chicol) et deux autres (Chichen, str. 1-2, 14-15) sont datés de la phase Coban qui recouvre le Classique Récent et le Postclassique Ancien (inf. orales de M. C. Arnauld). Les autres sites sont occupés continûment du Classique au Postclassique. Il est donc probable que le type apparaît au Classique Récent et se continue éventuellement au début du Postclassique.

14 - Variantes

290Il en existe une, dans laquelle le terrain comporte une structure terminale.

15 - Cas douteux

291Le terrain de Las Tinajas, très détruit, est d'une identification incertaine : les banquettes ont disparu et le terrain lui-même est douteux.

16 - Remarques

292Il existe de nombreux terrains ouverts non classés dans les Hautes Terres. Or, l'exemple de Toniná permet de faire la remarque suivante : sur ce dernier site, on trouve un terrain ouvert de ce type et un terrain fermé du même profil. Cette dualité se retrouve par exemple à Tenam Puente, à Tenam Rosario (inf. orales de P. Agrinier), ou sur certains sites de l'Alta Verapaz (inf. orales de m. C. Arnauld). Il est donc probable que les terrains ouverts de ces derniers sites entrent en fait dans ce type.

293D'autre part, le terrain de Toniná, fouillé par nous, dans le cadre de la campagne de fouilles de 1972 de la Mission Archéologique et Ethnologique Française, ayant posé des problèmes à la fois propres et d'ordre général, sera étudié dans un paragraphe spécial, annexé à ce chapitre, numéroté 16 bis.

17 - Comparaisons

294Le type II a été défini, au départ, dans les Basses Terres mayas, par opposition au type I dont le profil ne se retrouve pas sur des terrains ouverts de Hautes Terres. Les deux occurrences du type sont contemporaines et probablement liées. Le profil de ce type II se retrouve dans la plupart des terrains des Hautes Terres.

16/ HAUTES TERRES MAYAS : TYPE II : TERRAINS OUVERTS A BANQUETTES

Chalchitan, str. 35-36

A. L. Smith 1955

Huehuetenango

Chichen, str. 1-2

A. L. Smith 1955
Arnauld (inf. orales)

Alta Verapaz

Chichen, gr. str. 14-15

A. L. Smith 1955
Arnauld (inf. orales)

Alta Verapaz

Chicol, str. 2-3

A. L. Smith 1955

Huehuetenango

Las Tinajas

A. L. Smith 1955

Alta Verapaz

Tenam Soledad

Blom 1932
Palacios 1928
Piña Chan 1971

Chiapas

Toniná, str. G 5/1-2

Becquelin-Baudez 1979
fouilles Taladoire.

Chiapas

III/16. ANNEXE : HAUTES TERRES MAYAS : TYPE II : TERRAINS OUVERTS A BANQUETTES. Tonina : op. VII, str. G 5/1-2

295Les structures G 5/1-2 de Tonina pouvaient, à première vue, être interprétées comme un deuxième terrain de jeu de balle, plus simple que celui identifié par Blom en 1928. Le fait qu'il soit ouvert (l'autre est fermé, du type VII) et petit donnait à sa fouille un intérêt particulier : il est en effet peu fréquent, lorsque deux terrains ont été identifiés sur un site, qu'ils soient tous deux fouillés. Or, cela peut éventuellement permettre certaines comparaisons ou indiquer une évolution. Dans ces conditions, la fouille de ce terrain a été décidée lors de la seconde saison de fouilles.

296Au départ, le terrain se présentait sous la forme de deux structures parallèles, orientées est-ouest. Le terrain semblait donc ouvert. La fouille obéissait aux principes habituels : une vaste tranchée transversale et des puits stratigraphiques dans les angles. Lorsque des structures antérieures sont apparues sous la structure latérale sud, un décapage total de cette dernière a eu lieu.

1 - Illustrations

297Le plan et le profil sont en cours de publication (planche 40).

2 - Critères

298Ce sont ceux du type II : deux structures parallèles délimitant une allée ouverte ; un profil qui comporte une banquette à bord en talus et sommet plat, un talus et une corniche.

3 - Echantillonnage

2996 autres terrains des Hautes Terres mayas entrent dans ce type.

4 - Localisation

300Le site se trouve dans une vallée des Hautes Terres mayas, dans une zone de transition avec les Basses Terres voisines.

5 - Localisation du site

301Le site est construit à flanc de coteau, sur le côté nord de la vallée : la majeure partie du site forme une acropole, au pied de laquelle se trouve une vaste esplanade. Le terrain est sur l'esplanade, au pied de la première terrasse de l'acropole.

6 - Plan

302Le terrain a connu quatre phases de construction sur lesquelles il est nécessaire de revenir ici : dans un premier temps, cinq piédestaux de forme tronco-pyramidale étaient alignés, face au sud (G 5 / 2 sub. 1, 2, 3, 4, 5). Ces piédestaux, en talus de 70-75°, comportaient probablement diverses sculptures associées, tels que panneaux (sur leur flanc sud), autels circulaires... Dans un second temps (G 5/1-2 B 2) a eu lieu la construction du terrain : en même temps que l'on réunissait les cinq piédestaux par un blocage de pierres, la structure nord, parallèle et symétrique, était construite en face de la première. On obtient ainsi deux structures parallèles, orientées est-ouest (avec une déviation de 17°), qui délimitent une allée de 16,80 m sur 7,60 m ouverte à ses extrémités. Dans un troisième stade (G 5/1-2 B) les deux structures sont prolongées de 2,40 m, ce qui porte la longueur totale du terrain à 19,20 m. Enfin, dans un dernier stade, la structure nord est élargie de 50 cm vers l'allée (G 5/1 A).

7 - Profil

303Il se compose de l'allée, de deux banquettes à bord en talus (45°) et sommet plat (banquette sud : 1,50 m de large ; banquette bord : 2 m) et des structures. On sait que la structure sud est en talus de 70-75° surmonté d'une corniche. La structure nord, dans son premier stade (G 5/1-2 B), détruite par la suite, ne présente pas de profil identifiable. Dans un dernier stade (G 5/1 A), le mur semble vertical. On n'a pu déterminer l'existence de corniche.

8 - Sculptures

304Aucune n'était associée au terrain, mais de très nombreux fragments, probablement contemporains du premier stade (les piédestaux tronco-pyramidaux) ont été découverts à proximité.

9 - Centre, Caches, Axes

305Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

306La construction des cinq piédestaux était très soignée : ils sont faits de longues dalles entrecroisées, cimentées, disposées sur un sol en pente de l'est à l'ouest. Les structures comportent une moulure basale. Une autre pente va du nord au sud. Quand la construction du terrain fut décidée, trois types de travaux de révélèrent nécessaires : le nivellement du sol, le creusement de l'allée et la construction des structures.

307On réunit d'abord les cinq piédestaux par des blocages de terre et de pierres. En même temps, on édifia la banquette sud, en accumulant une couche de terre de plus en plus épaisse de l'est à l'ouest de façon à compenser la pente du sol. Inversement, l'allée fut creusée dans le sol en pente, en accentuant la profondeur vers l'est, de façon, ici aussi, à corriger la pente. Enfin, la banquette nord fut construite, par remblaiement, mais pour compenser la pente nord-sud, elle est moins épaisse que la banquette sud. Sur cette banquette, on construisit la structure nord. La construction des prolongements et du nouveau mur est très grossière.

11 - Structures annexes

308Il semble que la fonction des piédestaux se soit partiellement maintenue, sur le flanc sud de la structure sud : alors que le blocage et les travaux du côté nord cachent à peu près les différences entre les piédestaux, ceux-ci restent séparés, sur le flanc sud, par des renfoncements.

12 - Structures associées

309Néant.

13 - Datation

310Le dernier piédestal étant associé à une inscription sur un autel circulaire, identifiée comme 9. 14. 10. 0. 0 (soit 721 de notre ère), il semble que la construction du terrain soit postérieure à cette date.

14 - Variantes

311Néant.

15 - Cas douteux

312L'identification de ce terrain pose un problème. En effet, on a noté, en ce qui concerne le profil, que dans les stades 2 et 3 les deux banquettes sont de largeurs inégales (1,50 et 2 m) et le profil de la structure nord reste alors inconnu. Au stade suivant (G 5/1 A), les dimensions des deux banquettes sont égales (puisque la structure nord a été élargie de 50 cm vers l'allée), mais le mur de la structure est vertical : les profils des deux structures sont donc asymétriques. Dans ces conditions subsiste un doute sur l'identification du terrain. Mais aucune autre fonction n'a pu être définie.

16 - Remarques

313Deux points sont importants : tout d'abord, on a pu noter que les banquettes sont faites de matériaux non stabilisés (sable, remblai). Elles ont, par conséquent, une grande fragilité. Ce type de banquettes, susceptible de disparaître, pourrait expliquer l'absence de banquettes sur certains terrains des Hautes Terres du Guatemala. D'autre part, le creusement de l'allée aboutit au résultat qu'à l'est au moins, on sort du terrain par une zone en dénivelé qui peut constituer un semblant de zone terminale. On rejoint alors certaines hypothèses de A. L. Smith (1972) concernant la possibilité, pour des terrains ouverts (comme celui d'Altar de Sacrificios), d'avoir des zones terminales.

17 - Comparaisons

314Le terrain no 2 de Toniná diffère du premier par sa taille, son orientation, sa position et son type. Leur association sur un même site se retrouve cependant ailleurs, dans cette région, à Tenam Puente ou Tenam Rosario par exemple ; ces sites comportent également un terrain du type VII et un terrain ouvert, probablement du type II. Il semble donc que l'on se trouve confronté à une variété régionale où les deux types de terrains, fermés et ouverts, soient représentés sur les sites.

III/17. HAUTES TERRES MAYAS : TYPE II : TERRAINS OUVERTS A BANQUETTES : Variété I : une structure terminale

1 - Illustrations

315Deux plans, deux profils (cf. planche 41).

2 - Critères

316Le profil est le même que dans le type, avec une banquette, un talus et une corniche ; mais le plan diffère, par suite de la présence, à une des extrémités de l'allée, d'une construction qui délimite une zone terminale.

3 - Echantillonnage

317Deux exemples, tous deux bien identifiés.

4 - Localisations

318Les deux sites sont localisés dans les départements d'Alta Verapaz et du Quiché, soit dans la même région que les terrains du type.

5 - Localisation des sites

319Ce sont des sites de vallées, comme dans le type, localisés dans le fond de la vallée (Chuchun), ou sur de petits sommets (Chijolom).

6 - Plan

320Le terrain lui-même se compose de deux structures parallèles qui délimitent une allée de 4,30 m ou 8 m sur 19 ou 25,60 m. Le terrain de Chijolom, orienté nord-ouest sud-est, possède des banquettes débordantes. Vers le sud-est, l'allée débouche sur une zone fermée naturellement dont on sort par un escalier axial. Il ne s'agit pas d'une zone terminale aménagée.

321Le terrain de Chuchun (str. 1-2), orienté nord-sud, possède au nord deux murs en équerre qui ferment partiellement une zone terminale. Au sud se trouve une structure, à près de 13 m de distance, qui est associée au terrain.

7 - Profil

322C'est celui du type, avec une banquette à sommet plat, haute de 0,80 à 1 m, et bord en talus (49-652), un talus de 59 à 67° et une corniche supérieure de 0,50 m environ (disparue à Chuchun ?). Comme dans le type, la banquette est très large (1,75 à 2,90 m).

8 - Sculptures

323Néant.

9 - Centre, Caches, Axes

324Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

325La technique de construction est toujours semblable : un noyau de pierres et de terre et un revêtement. Cependant, il faut noter qu'à Chijolom, les pierres sont ajustées sans mortier.

11 - Structures annexes

326A Chijolom, la structure latérale nord-est porte un vaste escalier qui donne accès à une plate-forme.

12 - Structures associées

327A Chuchun, à l'extrémité sud de l'allée, se trouve une structure de fonction non définie, dans l'axe du terrain

13 - Datation

328Le terrain de Chuchun est classique, celui de Chijolom serait soit du Classique Récent soit du Postclassique Ancien. On retrouve donc le même placement chronologique que dans le type.

14 - Variantes

329Néant.

15 - Cas douteux

330Rien.

16 - Remarques

331Le cas de Chijolom est le plus intéressant, dans la mesure où il semble, d'après la disposition des courbes de niveaux, que l'on ait profité d'une disposition favorable du terrain, formant une sorte de couloir naturel, pour construire les structures latérales.

17 - Comparaisons

332Cf. dans les Basses Terres mayas le type II, variété II, et le type I, variété I.

17/ HAUTES TERRES MAYAS : TYPE II : TERRAINS OUVERTS A BANQUETTES. Variété I : une structure terminale

Chijolom, str. 3-4

A. L. Smith 1955

Alta Verapaz

Chuchun, str. 1-2

A. L. Smith 1955

Quiché (Sacapulas).

III/18. HAUTES TERRES MAYAS : TYPE IV : TERRAINS OUVERTS SUR UNE PLACE A AUTEL

1 - Illustrations

333Vingt plans, neuf profils (cf. planches 41, 42, 43, 44).

2 - Critères

334Il s'agit du type défini par A. L. Smith comme "ouvert A", ce qui définit les terrains de façon incomplète : en effet, si le terrain se compose essentiellement de deux structures parallèles et d'une allée, il inclut d'autres éléments : d'un côté, l'allée débouche sur une place centrée sur un autel, ce qui contribue à donner au terrain une position centrale dans les sites ; de l'autre, le terrain donne sur une structure ou un élément qui définit, dans la plupart des cas, une zone terminale. Il est possible que des fouilles plus poussées fassent ultérieurement apparaître des variantes.

3 - Echantillonnage

335Le type est établi d'après 22 exemples, dont deux seulement ont été fouillés, cinq identifiés avec soin et 15 reconnus.

4 - Localisations

336Tous les exemples répertoriés sont situés dans les Hautes Terres du Guatemala, plus particulièrement dans le département du Quiché (région de Nebaj : 19 exemples ; Sacapulas : 1 exemple ; San Andrés : 1 exemple). Un seul terrain (Chalchitan, str. 23-24) est situé dans le département de Huehuetenango.

5 - Localisation des sites

337La plupart des sites sauf un (Pantzac) sont localisés dans des fonds de vallées ou sur des coteaux,-Pantzac est un site défensif.

6 - Plan

338Deux structures parallèles délimitent une allée dont les dimensions varient de 4 à 8 m pour la largeur, sur 16 à 27 m pour la longueur. Les hanquettes qui bordent les structures sont souvent débordantes. Treize terrains sont orientés est-ouest, quatre nord-sud, un nord-est sud-ouest et quatre nord-ouest sud-est. A l'une de ses extrémités, l'allée donne sur une zone fermée, entourée de murs ou de structures, qui forme une sorte de zone terminale ; dans cinq exemples (Acihtz, Bashuc, San Francisco del Norte str. A/1-2 et B/7-8, Chichel), la zone terminale est délimitée de façon plus formelle. Dans un exemple (Chajul, str. 4-5), il n'y a pas de zone terminale du tout : l'allée étant creusée dans le flanc d'une butte, l'extrémité donne directement sur un mur qui réunit les deux structures latérales. Dans la plupart des cas, l'aire ainsi définie est simplement indiquée par des ressauts de terrain (Caquixay, Huil, Nebaj gr. C, Tuchoc, Xolchun), ou par des murs ou des structures isolées.

339L'autre extrémité de l'allée donne systématiquement sur une place, entourée de murs ou de bâtiments, au centre de laquelle se trouve une petite structure basse, de type autel, en général dans le prolongement de l'axe longitudinal de l'allée : on note une seule exception, signalée par Pierre Becquelin (1970), à Xechacalté : l'autel est légèrement décentré par rapport au terrain. Par contre, à Chajul, l'autel no°2 est exactement sur l'axe de l'allée. A Tixchun, le terrain donne sur une place, mais l'autel n'a pu être identifié. A. L. Smith, qui a défini le type, inclut cependant ce terrain dans le groupe : c'est pourquoi nous avons maintenu Tixchun dans le type IV.

7 - Profil

340Bien qu'il ne soit défini avec certitude que sur neuf exemples, il faut tenir compte du fait que la quasi-totalité des terrains des Hautes Terres mayas présentent le même profil ; il est donc vraisemblable que la totalité des terrains du type IV comportent : une banquette à sommet plat (ou en très léger talus, comme à Acihtz, Huil et Oncap) et bord vertical, ou subvertical, haute de 40 à 75 cm un talus de forte pente (45 à 74e) (il faut noter que la pente du talus devient de plus en plus forte : à Chalchitan, où on a découvert une superposition de deux terrains, le plus ancien ne présentait une pente que de 45e, le plus récent de 65e) ; une corniche, d'une hauteur de 50 cm, formant le plus souvent saillie sur le sommet du talus. Les dimensions de l'ensemble ont tendance à augmenter : la largeur des banquettes atteint souvent 3 m, la hauteur des talus souvent 3 - 4 m.

8 - Sculptures

341A Caquixay, au centre de chaque talus, on a trouvé des restes de grands visages humains en stuc, avec des coiffures de plumes et des boucles d'oreilles. De même, à Huil, on a découvert, au centre des talus, des buts en stuc. A Huil encore, dans la superstructure sud-ouest, un autel circulaire porte un motif anthropomorphe en stuc : il s'agit d'un homme allongé sur le dos, les jambes pendantes.

342A Chalchitan (str. 23-24), le terrain comportait deux têtes de jaguars à tenons, au sommet des talus, au centre du terrain. Enfin à Oncap (str. 3-4), on a découvert l'emplacement des tenons sur une des structures.

9 - Centre, Caches, Axes

343Sur les quatre sites précédents, les sculptures définissent l'axe transversal central des terrains. A Chalchitan de plus, le centre du terrain présente une dépression circulaire de 60 cm de diamètre. A Bashuc enfin (str. 5-6), on a découvert une cache (contenant de la céramique) au centre du terrain, et une sous la structure 6.

10 - Maçonnerie

344Dans la plupart des cas, le terrain est situé sur une place : il n'a donc nécessité aucun aménagement spécial. Les structures sont donc de simples amas de terre et de pierres (ou de terre et de sable, à Bashuc), sur lesquels on a construit avec des blocs taillés. Les terrains étaient ensuite stuqués et peut-être peints : on a retrouvé des traces de peinture rouge à Bashuc (sur les banquettes) et à Oncap (une ligne et des points sur la corniche). Les sols étaient plus soignés, stuqués et refaits périodiquement (trois fois à Bashuc).

345Il faut mentionner trois terrains plus intéressants : à Chalchitan, il y a eu superposition de deux terrains. Le terrain supérieur appartient au type IV, le terrain inférieur, dont on ne connaît que le profil semblable au précédent, n'est pas classable.

346A San Francisco del Norte (str. 1-2, gr. A), le terrain tout entier, zone terminale et place à autel comprises, est légèrement enfoncé dans le sol. La même technique de creusement a été utilisée à Chajul, pour aménager le terrain au flanc d'une colline : l'une des extrémités bute donc sur la paroi tandis que l'autre est largement dégagée.

11 - Structures annexes

347On a relevé treize cas de superstructures. A Acihtz (str. 5) et Bashuc (str. 6), seules les traces au sol ont pu être identifiées. A Caquixay, la str. 6 supporte une large superstructure ouverte sur l'allée et à laquelle on accède par deux escaliers latéraux. A Chajul, il ne s'agit pas véritablement de superstructures mais de structures établies sur le flanc de la colline dans laquelle est creusé le terrain. A Chalchitan, chaque structure supporte les fondations d'une superstructure et la structure est comporte des escaliers d'accès latéraux postérieurs ; les terrains de Chichel, Chipal, Mapalapa, Pantzac, San Francisco del Norte (str. 7-8) et Tixchun comportent des superstructures non identifiées. Ils devaient aussi, logiquement, comporter des escaliers d'accès. Le terrain de Xolchun comporte encore de tels escaliers, à chaque extrémité des structures latérales. Enfin, chaque structure du terrain de Huil (gr. A, str. 4-5) supporte une superstructure : la superstructure sud-ouest, ouverte sur l'allée, donne par une porte sur un double escalier postérieur. La superstructure nord-est est formée de deux pièces accolées, dont une seule regarde l'allée.

12 - Structures associées

348Tous les terrains présentent la même association avec une place, délimitée par divers bâtiments (murs, pyramides, temples...) et centrée sur une construction petite et basse (1 à 1,50 m de haut) carrée ou rectangulaire, interprétée, en l'absence de fouilles, comme un autel.

13 - Datation

349La plupart des terrains ont été identifiés au Classique Récent, mais leur utilisation s'est poursuivie au Postclassique Ancien et parfois même au Postclassique Récent (Bashuc par exemple). On relève trois cas de sites dont l'occupation connue (sans fouilles) ne date que du Postclassique, ce qui semblerait indiquer une continuation de la construction à cette époque.

14 - Variantes

350Dans l'état actuel des connaissances et en l'absence de fouilles plus nombreuses, il est difficile de déterminer sur quels critères seraient définies des variétés, dont cependant la nécessité s'est faite sentir en cours d'étude (cf. paragraphe VI - Plan). Il semble par conséquent certain que ce type devra être subdivisé, à l'avenir.

15 - Cas douteux

351Le cas de Chajul, signalé à plusieurs reprises, pose un problème, par suite de sa construction et de sa zone terminale. Becquelin ne voulait pas le classer dans le type, par suite de son caractère aberrant. Dans la mesure où nous envisageons une éventuelle subdivision ultérieure du type, nous avons préféré inclure ici tous les exemples relatifs à cette étude, afin de réunir toute la documentation disponible.

16 - Remarques

352La présence d'une seule zone terminale rapproche ces terrains de certaines variétés des types I et II des Basses et des Hautes Terres mayas. Il est également possible de supposer que la zone terminale n'a pas un rôle direct à jouer, puisque les deux équipes n'auraient pas des aires de jeu équivalentes.

17 - Comparaisons

353Cf. type I des Basses Terres mayas, variété I et II. Type II des Hautes Terres mayas, variété I.

18/ HAUTES TERRES MAYAS : TYPE IV : TERRAINS OUVERTS SUR UNE PLACE A AUTEL

Acihtz, str. 4-5 (Autel str.)

A. L. Smith 1955

Quiché (Nebaj)

Bashuc, str. 5-6 (Autel str. 4)

Becquelin 1970

Quiché (Nebaj)

Caquixay, str. 5-6

A. L. Smith 1955

Quiché (Nebaj)

Chajul, str. 4-5 (Autel str. 2)

Becquelin 1970

Quiché (Nebaj)

Chalchitan, str. 23-24 (Autel str. 22)

A. L. Smith 1955

Huehuetenango

Chichel, str. 9-10

Blom 1932
Burkitt 1930

Quiché (Nebaj)

Chipai, str. 9-10

Burkitt 1930
Blom 1932
A. L. Smith 1955

Quiché (Nebaj)

Huil, gr. A, str. 4-5

A. L. Smith 1955

Quiché (Nebaj)

Mapalapa, str. 2-3

Becquelin 1970

Quiché (Nebaj)

Mutchil, str. 3-4

A. L. Smith 1955

Quiché (Nebaj)

Nebaj, gr. B, str. 2-3

Smith-Kidder 1951
Becquelin 1970

Quiché

Nebaj, gr. C, str. 1-2

Smith-Kidder 1951

Quiché

Oncap, str. 3-4

A. L. Smith 1955

Quiché (Nebaj)

Pantzac, str. 3-4 (Autel str. 2)

A. L. Smith 1955

Quiché (San Andrés)

Potrero Grande, str. 2-3

Becquelin 1970

Quiché (Nebaj)

San Francisco del Norte, gr. A, str. 1-2

A. L. Smith 1955

Quiché (Nebaj)

San Francisco del Norte, gr. B, str. 7-8

A. L. Smith 1955

Quiché (Nebaj)

Sumal, str. 9-10 (Autel str. 8)

Becquelin 1970

Quiché (Nebaj)

Tixchun, str. 4-5

A. L. Smith 1955

Quiché (Nebaj)

Tuchoc, str. 5-6

A. L. Smith 1955

Quiché (Nebaj)

Xechacalté, str. 1-2 (Autel str. 3)

Becquelin 1970

Quiché (Nebaj)

Xolchun, str. 8-9

Burkitt 1930
Blom 1932
A. L. Smith 1955

Quiché (Sacapulas)

III/19. HAUTES TERRES MAYAS : TYPE V : TERRAINS EN CUVETTE ("PALANGANA")

1 - Illustrations

354Huit plans, quatre profils (cf. planche 45).

2 - Critères

355Le terrain se présente sous la forme d'une place rectangulaire, fermée sur ses quatre côtés, sans zone terminale. Le profil est encore très mal défini, mais semble être constitué d'une banquette et d'un mur vertical ou subvertical.

3 - Echantillonnage

356Le type a été défini sur 57 terrains, parmi lesquels trois seulement ont été fouillés : l'un par l'auteur qui a établi le type (E. Shook à Cotio), et un second, tout récemment, par la Mission Archéologique Française au Guatemala (Los Cerritos - Chijoj, communication de H. Lehmann au XLIIe Congrès International des Américanistes, Paris, 1976). Une dizaine d'autres ont été identifiés et 44 ont seulement été reconnus.

4 - Localisation

357Hautes Terres mayas du Guatemala, région centrale : le département de Guatemala possède la majeure partie des cas identifiés (42) ; les autres se situent dans les départements limitrophes de Jalapa (3 cas), Sacatepequez (2 cas), Chimaltenango (2 cas), Escuintla (1 cas), Quiché (5 cas), Santa Rosa (2 cas) et Progreso (1 cas). En d'autres termes, on constate un regroupement des terrains dans la région centrale, avec quelques poussées vers le nord-ouest (Quiché) et dans la vallée du Río Motagua (Progreso).

5 - Localisation des sites

358Ainsi que l'on peut le déduire des données du paragraphe précédent, les sites sont localisés dans de petites plaines (plaine de Guatemala), ou dans des vallées (Río Motagua). Ce sont en général des sites non protégés.

6 - Plan

359Le terme de "Palangana", utilisé pour désigner le type, donne une idée assez juste de son aspect : fermé sur ses quatre côtés, rectangulaire, le terrain ressemble en effet à une cuvette de vastes dimensions. Les murs de fond sont fréquemment plus bas que les structures latérales. Dans l'ensemble, les dimensions de l'allée vont de 7 à 12 m pour la largeur et de 24 à 51 m pour la longueur, ce qui rend les terrains sensiblement plus grands que ceux des autres types. De plus, on note quelques cas particuliers, à La Lagunita (allée : 16 m sur 34), Kaminaljuyu (allée du terrain B : 16 m sur 44 ; allée du terrain C : 45 m sur 110). Dans ces trois exemples, la largeur de l'allée dépasse les proportions habituelles, ce qui introduit un doute sur l'identification des terrains. Quatre terrains sont orientés nord-sud, cinq est-ouest et deux nord-ouest sud-est. On ne connaît pas l'orientation des autres.

7 - Profil

360Il reste très mal connu, par suite du manque de fouilles. On a longtemps supposé qu'il serait du type B d'Acosta et Moedano Koer, soit une banquette, un talus et une corniche. Des talus ont été identifiés sur trois sites, mais à Cotio, Shook a émis des doutes sur l'existence de banquettes. En fait, deux profils seulement sont connus : à Agua Caliente, Shook parle d'une banquette à bord vertical et sommet en talus et d'une paroi verticale. Cette description peut s'appliquer soit au type A, soit au type C d'Acosta. La fouille récente du terrain de Los Cerritos - Chijoj, près de San Andrés Sajcabaja, éclaire partiellement le problème : le profil inclut une banquette à bord en talus et sommet plat, surmontée d'un haut mur vertical, donc un profil proche de celui décrit par Shook. Il semblerait plus proche du type C d'Acosta et Moedano, avec des hauteurs moindres (de 1,50 m à 4,50 m).

8 - Sculptures

361Elles sont nombreuses, mais rarement in situ. La plupart sont des sculptures à tenons, représentant des têtes animales, avec parfois un visage humain dans la gueule : sont ainsi représentés des serpents (un avec un visage dans la gueule à Castillo, un simple à Kaminaljuyu, gr. de La Granja, plusieurs à Zacualpa), des perroquets (à Kaminaljuyu, un dans la str. A, avec un visage dans le bec, plusieurs dans la str. B), des jaguars (à Zacualpa), des animaux non identifiés (à Kaminaljuyu, str. C), ou même des êtres humains, à Finca Pompeya ; le visage à tenon de ce dernier site porte une coiffure de style Cotzumalhuapa, selon Thompson.

362Ce ne sont pas là toutefois les seules sculptures associées à ces terrains : à Zacualpa, on a trouvé dans un groupe voisin un autel circulaire, en tuf, vraisemblablement sans lien avec le terrain, malgré ce qu'en dit Wauchope (1948). A Palo Gordo, une dalle gravée, représentant deux perroquets, était plantée au centre de la structure latérale est. A La Lagunita, la structure 5, associée au terrain, supporte une stèle. Enfin, à Kaminaljuyu, str. C, trois statues et un fragment d'un grand autel de pierre ont été découverts à proximité. Dans l'ensemble, ce sont en fait des associations indirectes. Il en va de même à Los Cerritos - Chijoj où l'on a trouvé un autel sculpté en bas-relief (représentant deux têtes de mort et deux têtes de serpents) posé sur des déblais au centre du terrain : l'association ici démontre que si le terrain n'était plus utilisé au moment de la pose de l'autel (la période postclassique), son importance restait tout de même connue.

9 - Centre, Caches, Axes

363Il est probable que la plupart des sculptures à tenons étaient situées sur les structures latérales et déterminaient ainsi des axes. Il est impossible actuellement de se prononcer avec plus de certitude. La seule sculpture qui occupe une position remarquable est celle de Palo Gordo. Enfin, à Llano Grande, au centre du mur vertical ouest, se trouve l'emplacement pour un tenon.

364Sur deux sites par contre, l'importance du centre est soulignée de façon curieuse : le cas de Los Cerritos - Chijoj a été envisagé, avec son autel circulaire postérieur à la période d'utilisation du terrain. Le problème de Kaminaljuyu (terrain du groupe de La Granja) est plus curieux puisque, au centre du terrain, on a trouvé un puits contenant des os de cheval !

10 - Maçonnerie

365La plupart des terrains ont été édifiés en partie par creusement, pour l'allée, en partie par construction proprement dite, pour les structures. Celles-ci sont le plus souvent en terre bu en adobe (ce qui explique en partie la mauvaise conservation du profil), avec trois cas d'utilisation de la pierre. Les sols sont le plus souvent en stuc, parfois peints en rouge (à Kaminaljuyu par exemple).

366Il faut noter deux cas de superpositions, à Kaminaljuyu (str. B et gr. est) qui ne sont en fait que des reconstructions de terrains.

11 - Structures annexes

367Les drains sont une nécessité dans un terrain fermé : ils ont été repérés sur deux exemples à Kaminaljuyu et à Los Cerritos - Chijoj. De même, les escaliers d'accès sont certainement présents partout, mais seul le terrain de Los Cerritos - Chijoj a été suffisamment fouillé pour permettre leur identification. Le terrain compte cinq escaliers extérieurs, petits (un sur le flanc ouest, un au nord et trois à l'ouest), et deux intérieurs (un au nord et un au sud-est), face à deux escaliers extérieurs.

368Neuf exemples de superstructures ont été relevés : huit sont de petites structures pyramidales, de fonction non identifiée, localisées sur les structures latérales ; une à Kaminaljuyu, str. A, est située sur un mur de fond.

12 - Structures associées

369Dans la plupart des cas, il n'y a pas d'associations particulières, mais il faut noter que les terrains occupent fréquemment une position centrale sur les sites, accolés à d'autres structures plus importantes (Zacualpa, La Lagunita...). Le cas de Los Cerritos - Chijoj, une fois de plus est le seul qui mérite examen : tout d'abord, il faut noter la présence de trois sépultures (dont une postclassique), d'autre part, à l'angle sud-est du terrain se trouve la structure 7, postérieure, qui contenait une tombe à ciste et des offrandes (de la pyrite, un vase, un couteau et un encensoir). Enfin, on note la présence d'un "temascal" sur le site.

13 - Datation

370La plupart des hypothèses présentées sur ce point l'ont été d'après des collections de surface, d'où de longues périodes représentées et des hésitations dans la détermination exacte de la datation ; alors que la majeure partie des auteurs attribuent la construction des terrains de ce type au Classique Récent, Borhegyi (1964-1965) propose une date plus ancienne : le Classique Ancien. La plupart des terrains fouillés, par ailleurs, sont du Classique Récent (phase Amatle) et 31 terrains sont associés à la céramique correspondante. La plupart des autres sites présentent une occupation qui va du Préclassique au Postclassique. Un seul site pose un problème : selon A. L. Smith (1955), le site de La Lagunita ne serait occupé qu'au Postclassique. Mais les travaux récents de Lehmann et Ichon (1973) leur permettent de prouver une occupation du Classique Récent.

14 - Variantes

371Il est possible que, comme dans le type IV, des travaux plus complets permettent de distinguer des variantes à l'intérieur de ce type. L'état actuel « des connaissances ne fournit pas de réponse à ce sujet.

15 - Cas douteux

372Il en existe deux : les travaux de Sanders à Kaminaljuyu lui ont fait découvrir des restes d'habitations dans la str. C, la plus grande. Il en a donc conclu que ce qui était considéré comme un terrain était en fait un groupe habitations. Le manque de données précises sur ce point ne permet pas de trancher la question, car on a vu que dans plusieurs cas, les terrains ont connu une réutilisation postérieure. La disposition même du terrain et ses dimensions exceptionnelles en faisaient une construction privilégiée pour une réutilisation ultérieure comme zone d'habitat. En tous cas, cela n'entache pas de doute l'ensemble du type.

373D'autre part, leurs récents travaux dans la région ont amené Lehmann et Ichon (1973) à douter du terrain du gr. A de La Lagunita : ce dernier ne présente pas en effet des côtés parallèles. Il est donc possible que ce der nier doive être considéré comme une structure différente.

16 - Remarques

374On ne saurait trop insister ici sur le peu de fouilles effectuées dans ce type de terrains et sur la nécessité d'approfondir les connaissances.

17 - Comparaisons

375Le profil s'apparente, semble-t-il, à celui du type III. D'autre part, des terrains considérés du même type ont été identifiés à San Lorenzo, en zone olmèque, et peut-être dans la vallée de Tehuacan.

19/ HAUTES TERRES MAYAS : TYPE V : TERRAINS EN CUVETTE ("PALANGANA")

Agua Caliente

Shook 1952

Guatemala (dépt.)

Amatitlan

"

" "

Amatitlan (no°2)

"

" "

Aycinena

Balsamo

"

" "

Castillo

"

"

Cementerio

"

"'

Cerritos

"

" "

Clara

"

" "

Colonia Abril

"

" "

Concepción

"

" "

Cotio

"

" "

Cristina

"

" "

Cruz

Shook 1952

Guatemala (dépt.)

El Prado

Shook 1942

Santa Rosa

El Sare

Shook 1943

Jalapa

Eucaliptus

Shook 1952

Guatemala (dépt.)

Falda

"

" "

Finca Pompeya

Borhegyi 1950

Sacatepequez

Florencia

Shook 1952

"

Fuentes

"

Guatemala (dépt.)

Garland

"

" "

Guacamaya

"

" "

Kaminaljuyu, str. A

Shook-Smith 1942

" "

Kaminaljuyu, str. B

" "

" "

Kaminaljuyu, str. C

" "

" "

Kaminaljuyu, gr. est

" "

" "

Kaminaljuyu, gr. La Granja

" "

" "

Kaminaljuyu

" "

" "

Kaminaljuyu

" "

" "

Kaminaljuyu

" "

" "

Kaminaljuyu

" "

" "

Kaminaljuyu

" "

" "

Kaminaljuyu

" "

" "

Kaminaljuyu

" "

" "

La Garrucha

Shook 1948

Chimaltenango

La Lagunita, gr. A

A. L. Smith 1955
Lehmann 1976

Quiché (San Andrés)

La Lagunita, gr. B, str. 1

A. L. Smith 1955
Lehmann-Ichon 1973

" "

La Merced

Shook 1948

Chimaltenango

Lavarreda

Shook 1952

Guatemala (dépt.)

Los Cerritos-Chijoj

Lehman 1976 (CIA)

Quiché (San Andrés)

Los Terrenos

Borhegyi 1950

Guatemala (dépt.)

Llano Grande, str. 5

A. L. Smith 1955

Quiché (San Andrés)

Manzanotal

Becquelin-Bosc 1972

Progreso (San Agustín)

Palmita

Shook 1952

Guatemala (dépt.)

Palo Gordo

Shook 1964-1965

Escuintla

Pelikan

Shook 1952

Guatemala (dépt.)

Ross

"

" "

Sanja

"

" "

San Pedro Pinula

Strōmsvik 1952

Jalapa

San Rafael

Shook 1952

Guatemala (dépt.)

Taltic

"

" "

Utzumazate

Shook 1942

Santa Rosa

Villanueva

Shook 1952

Guatemala (dépt.)

Vuelta Grande

"

" "

Xalapan

Shook 1943

Jalapa

Zacualpa

Wauchope 1948

Quiché (Nebaj)

III/20. HAUTES TERRES MAYAS : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

1 - Illustrations

376Cinq plans, cinq profils (cf. planches 46, 47).

2 - Critères

377Le terrain se présente sous la forme d'un terrain fermé en I, à petites zones terminales. Le profil est du type B d'Acosta et Moedano Koer, avec un talus et un mur supérieur, sans banquettes.

3 - Echantillonnage

378Neuf exemples, dont trois fouillés, deux identifiés et quatre reconnus (sur des sites non nommés).

4 - Localisation

379Partie orientale des Hautes Terres mayas, dans une région de contact entre Hautes et Basses Terres : les départements de Jutiapa, Progreso, c'est-à-dire la vallée du Río Motagua.

5 - Localisation des sites

380Ce sont, la plupart du temps, des sites de vallée, d'accès facile, localisés dans une région montagneuse.

6 - Plan

381L'un des traits premiers du plan est que chacun de ces terrains s'inscrit dans un rectangle. Deux structures parallèles délimitent une allée dont les dimensions vont de 7 à 8,50 m de large sur 18,50 à 25 m de long (un terrain atteint 35,50 m). Chaque extrémité de l'allée donne sur une petite zone terminale (de 3 à 8,50 m de profondeur, pour 11 à 19 m de large), les deux zones étant égales. Les murs terminaux, bas (1 m de haut) sont dans le prolongement des structures latérales. Quatre terrains sont orientés nord-sud, un est-ouest.

382Le terrain no°2 de Guaytan a une particularité : l'angle nord-est de sa zone terminale nord n'est pas fermé (cf. le cas particulier d'El Terón, paragraphe 21).

7 - Profil

383Il comprend un talus à bord vertical, haut de 50 cm environ, qui monte par une pente de 17-23° jusqu'à un mur supérieur vertical haut de 0,50 à 1,50 m. Le tout atteint une hauteur de 2,50 à 3 m. Il faut rappeler que les murs terminaux sont plus bas.

8 - Sculptures

384Six sites en comportent, toutes du même type : il s'agit de sculptures à tenon vertical ou horizontal, représentant des têtes d'hommes ou d'animaux : d'hommes à Guaytan (terrain no°1 ; fragments de deux têtes en tuf) ; de serpents (une au centre du terrain no°1 d'Asunción Mita, une sur le terrain no°2 du même site ; cinq en tuf, à tenon horizontal, sur le terrain no°2 de Guaytan ; une à tenon horizontal à San Pedro Pinula ; une sur un terrain sans nom) ou de perroquets (deux à tenon vertical, sur le terrain no°1 d'Asunción Mita).

9 - Centre, Caches, Axes

385Il est évident que, sur le modèle de ce qui se passe à Copán (cf. type I, variété I), la plupart de ces têtes à tenons se répartissent sur les axes transversaux des terrains, transversal central (à Asunción Mita no°2, Guaytan no°1, San Pedro Pinula...) ou transversaux latéraux (à Asunción Mita no°1, Guaytan no°2...). De plus, dans les deux derniers cas, les têtes à tenons indiquent des axes longitudinaux qui passent au sommet des talus.

10 - Maçonnerie

386La construction est en pierre (basalte, lave, galets...) sur un noyau de terre argileuse et de pierres. A Guaytan, les talus sont en adobe. Le sol de l'allée est en général pavé (dalles de schistes...), et l'ensemble bénéficie d'une construction soignée et élaborée.

11 - Structures annexes

387Dans ce type, comme dans tous les terrains fermés, drains et escaliers sont nécessaires (cf. le type précédent), sauf à Guaytan, dans le terrain no°2, en partie ouvert. Ces deux éléments n'ont été signalés nulle part.

388Par contre, trois superstructures ont été relevées : une à Asunción Mita (no°1), dans l'axe de l'allée, sur le mur terminal ; une autre à Asunción Mita (no°2), sur le mur ouest de la zone terminale nord ; la troisième à Guaytan, au-dessus de la structure latérale sud.

12 - Structures associées

389Aucune en particulier.

13 - Datation

390Les deux seuls sites fouillés sont du Classique Récent.

14 - Variantes

391On en connaît deux : sur un terrain de la vallée (El Terón), le plan est proche de celui de Guaytan (no°2) et le profil est incertain. Sur cinq autres, les zones terminales sont incomplètement définies. Enfin, le type semble représenté sur la côte pacifique à Izapa (cf. paragraphe 23).

15 - Cas douteux

392Aucun.

16 - Remarques

393Ce type marque la seule occurrence de ce profil dans les Hautes Terres. Or, on note, à peu de distance, la présence de terrains du type I, au même profil, à Copán ou Quirigua par exemple. De plus, les variétés semblent en fait constituer plutôt des cas intermédiaires que de véritables variantes.

17 - Comparaisons

394Cf. Basses Terres mayas, type I ; Amérique Centrale, type I.

20/ HAUTES TERRES MAYAS : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

Asunción Mita no°1, gr. A

Strōmsvik 1952

Jutiapa

Asunción Mita no°2, gr. C

"

"

Guaytan no°1

Smith-Kidder 1943

Progreso

Guaytan no°2

"

"

San Pedro Pinula

Strōmsvik 1952

Jalapa

Sans nom no°1

A. L. Smith 1940

Progreso

" no°2

"

"

" no°3

"

"

" no°4

"

"

III/21. HAUTES TERRES MAYAS : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES Variété I : profil non déterminé

1 - Illustrations

395Un plan, un profil (cf. planche 47).

2 - Critères

396Le terrain est fermé, inscrit dans un rectangle. Le profil reste indéterminé ; mais il serait proche du type B d'Acosta.

3 - Echantillonnage

397Un terrain non fouillé.

4 - Localisation

398Dans le département de Progreso, c'est-à-dire la même région des Hautes Terres du Guatemala.

5 - Localisation du site

399Site de vallée.

6 - Plan

400Deux monticules délimitent l'allée (7 m sur 16), orientée nord-sud. Au sud, celle-ci donne sur une zone terminale fermée, au nord, l'angle nord-est de la zone terminale est ouvert. On retrouve donc la situation constatée à Guaytan (no°2).

7 - Profil

401Il pose le problème principal. D'après Smith et Kidder (1943), il se composerait d'un seul talus : ce serait un cas unique. Il est donc probable que la visite du terrain n'a en fait pas permis de se rendre compte de sa disposition réelle. Or il faut noter que le seul profil représenté dans la région est le type B d'Acosta. Il est donc vraisemblable que le terrain possède ce profil. Mais le doute a obligé à considérer ce terrain comme un cas à part.

8 - Sculptures

402Aucune.

9 - Centre, Caches, Axes

403Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

404Aucune donnée.

11 - Structures annexes

405Une superstructure sur la structure latérale est.

12 - Structures associées

406Deux structures au nord, de fonction inconnue.

13 - Datation

407Classique Récent.

14 - Variantes

408Néant.

15 - Cas douteux

409Néant.

16 - Remarques

410Un doute subsiste sur la nature du profil, mais seule la fouille permettra de le/résoudre.

17 - Comparaisons

411Cf. type I des Basses Terres, type VI des Hautes Terres.

21/ HAUTES TERRES MAYAS : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES Variété I : profil non déterminé

El Terón

Smith-Kidder 1943

Progreso

III/22. HAUTES TERRES MAYAS : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES. Variété II : zones terminales incomplètes

1 - Illustrations

412Un plan (cf. planche 47).

2 - Critères

413Le plan diffère, dans la mesure où ces terrains possèdent soit une zone terminale et une autre structure axiale, soit deux structures axiales. Le profil est indéterminé.

3 - Echantillonnage

414Cinq exemples, non fouillés.

4 - Localisation

415Partie orientale du Guatemala, départements de Progreso et Zacapa.

5 - Localisation des sites

416Sites de vallées, d'accès facile.

6 - Plan

417Deux structures parallèles délimitent une allée (de 8 m sur 32,50 à La Vega de Cobán), dont une extrémité donne sur une zone terminale (La Vega de Cobán, site sans nom no°5), l'autre sur une structure axiale, ou les deux extrémités sur des structures axiales (sites sans nom no°6, 7, 8). Un terrain est orienté nord-sud.

7 - Profil

418Les profils sont indéterminés (absence de fouilles), mais, comme dans le cas précédent, il est probable qu'ils sont du type trouvé dans la région, avec un talus et un mur vertical.

8 - Sculptures

419Néant.

9 - Centre, Caches, Axes

420Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

421Aucune donnée.

11 - Structures annexes

422Néant.

12 - Structures associées

423Toutes les structures axiales, de fonction inconnue.

13 - Datation

424Aucune.

14 - Variantes

425Néant.

15 - Cas douteux

426Néant.

16 - Remarques

427L'ignorance, en ce qui concerne le profil, a motivé le classement de ces terrains dans cette variété : leur classification reste donc arbitraire.

17 - Comparaisons

428Cf. Basses Terres mayas, type I, Hautes Terres, type VI.

22/ HAUTES TERRES MAYAS : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES Variété II : zones terminales incomplètes

La Vega de Cobán

Smith-Kidder 1943

Zacapa

Sans nom no°5

Smith 1940

Progreso

" no°6

"

"

" no°7

"

"

" no°8

"

"

III/23. COTE PACIFIQUE : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

1 - Illustrations

429Un profil (planche 47).

2 - Critères

430Le terrain se compose de deux structures parallèles, de l'allée, de deux structures terminales. Le profil comprend un talus à bord vertical et un mur supérieur.

3 - Echantillonnage

431Un exemple, fouillé, mais non encore publié.

4 - Localisation

432Sur la côte pacifique du Chiapas, à la limite du Guatemala.

5 - Localisation du site

433C'est un site de piémont, étagé sur des terrasses.

6 - Plan

434Les deux structures latérales limitent une allée de 6 m sur 20 qui donne à ses deux extrémités sur deux structures terminales détachées des structures latérales, délimitant ainsi des zones terminales approximatives. Le terrain est orienté nord-sud.

7 - Profil

435Il comporte un talus de très faible pente (10° ?), qui tombe sur l'allée par un bord vertical et bute sur un mur supérieur vertical bas.

8 - Sculptures

436A chaque angle des talus se dresse une dalle. Au centre du talus est, une dalle représente une barque et un visage.

9 - Centre, Caches, Axes

437Il semble que les sculptures déterminent les trois axes transversaux habituels, central et latéraux.

10 - Maçonnerie

438La substructure était faite en pierres de rivières, la structure elle-même en pierres taillées.

11 - Structures annexes

439Aucune donnée.

12 - Structures associées

440Aucune donnée.

13 - Datation

441La construction date de l'occupation classique récente du site.

14 - Variantes

442Néant.

15 - Cas douteux

443Néant.

16 - Remarques

444Le terrain d'Izapa n'est pas le seul exemple trouvé sur la côte pacifique, tant au Guatemala qu'au Chiapas. La plupart des autres terrains ne sont pas classés : il est probable que certains se révéleront du même type.

17 - Comparaisons

445Cf. type VI des Hautes Terres mayas.

23/ COTE PACIFIQUE : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

Izapa, gr. F

Lowe 1959
Piña Chan 1971
E. Martinez (inf. orales)

Chiapas (Tapachula)

III/24. HAUTES TERRES MAYAS : TYPE VII : TERRAINS FERMES A BANQUETTES ET ZONES TERMINALES GRANDES

1 - Illustrations

446Treize plans, onze profils (cf. planches 48, 49, 50). Pl. photo 11.

2 - Critères

447Le plan se présente de la façon suivante : deux structures latérales, de part et d'autre d'une allée qui débouche dans deux zones terminales, le plus souvent de dimensions inégales. Le profil comprend une banquette, un talus et une corniche. Ces critères se rapprochent de ceux du type VIII (cf. chapitre III/25) : un critère nouveau a donc été introduit, d'ordre chrono logique : les terrains de ce type datent du Classique Récent et du Postclassique Ancien.

3 - Echantillonnage

448Treize terrains peuvent être inclus dans le type : l'un a été fouillé, à Toniná (cf. annexe), six ont été bien identifiés et six autres reconnus. Il faut ajouter à ce lot une maquette en céramique (Borhegyi 1968), mal datée, mais qui semble correspondre au type.

4 - Localisation

449Dix terrains de ce type sont localisés au Chiapas, deux dans le département du Quiché, un dans le département de Huehuetenango, soit une zone cohérente, proche des Basses Terres.

5 - Localisation des sites

450La plupart sont situés dans des vallées (Comitán, Ocosingo...), mais de nombreux sites sont perchés sur des collines d'accès un peu plus difficile (Tenam Puente, Tenam Rosario...) : il ne s'agit pas de sites fortifiés, mais certains sont déjà défensifs.

6 - Plan

451Deux structures latérales parallèles, aux banquettes souvent débordantes (Toniná, Palo Viejo, Tzicuay...), délimitent une allée large de 4,60 m à 8,40 m et longue de 20 à 35 m. A chaque extrémité, l'allée débouche sur une zone terminale fermée, parfois incomplètement (Tenam Rosario, Tenam Puente, Xetenan...). Il est très fréquent de constater l'inégalité des deux zones terminales, à Palo Viejo, Chinkultic, San Gregorio, Yerba Buena, Tenam Puente ou Toniná par exemple. A Chinkultic, la zone terminale est mesure 6,70 m sur 20,20 m et la zone ouest 24,10 m sur 24,70 m. De plus, les structures terminales sont, dans la plupart des cas, différentes : en d'autres termes, c'est un peu comme si ces terrains étaient fermés par hasard, sans qu'il existe une volonté bien arrêtée de construire un terrain et bien proportionné. Un terrain est orienté nord-est sud-ouest, deux nord-ouest sud-est, cinq nord-sud et cinq est-ouest.

7 - Profil

452Il comporte une banquette basse (35 à 60 cm de haut), à bord en talus et sommet plat et large (jusqu'à plus de 3 m), qui borde un talus assez raide (30 à 65°), surmonté par une corniche, parfois détruite (Desconsuelo, Ojo de Agua...).

8 - Sculptures

453Le nombre de sites à sculptures est faible, mais sur les quelques terrains qui en comportent, elle est très riche et abondante (cf. plus bas : annexe). Tout d'abord, il importe de mentionner que P. Agrinier, de la N. W. A. F., actuellement en train de travailler à Tenam Rosario, a signalé à Cambridge (1976) la présence de sculptures exceptionnelles à Tenam Rosario : un marqueur occupe le centre de l'allée et quatre autres à chaque extrémité des banquettes. De plus, un dernier est situé sur la banquette de la structure nord-ouest. L'un de ces autels représente un personnage maya, accroupi, les bras écartés, porteur d'une ceinture, d'un crâne sur la poitrine et accompagné d'un épieu et d'une volute de la parole. Un second dans la même attitude, possède une arme et une guirlande. On ne sait encore rien sur les autres.

454A Chinkultic, de nombreuses stèles représentant des dignitaires, des personnages debout et des textes glyphiques sont disposées tout autour du terrain. De plus, un marqueur représentant un joueur, un genou en terre, en tenue (ceinture, panache de plumes) provient du village de La Esperanza on suppose qu'il viendrait du terrain de Chinkultic.

455Le site de Tenam Puente présente deux sculptures exceptionnelles : il s'agit de deux captifs agenouillés, assis sur leurs talons, les bras attachés derrière le dos : ils sont montés sur des tenons, fixés probablement au centre des talus. Le même type se retrouve à Toniná, au nombre de six cette fois-ci, trois sur chaque structure, un au centre et un à chaque extrémité. De plus, sous chaque tenon, sur le talus, était placée une dalle sculptée, représentant le bas du corps d'un captif et une inscription de huit glyphes. Enfin, sur l'axe longitudinal de l'allée, se trouvaient trois marqueurs, un lisse à chaque extrémité et un sculpté au centre : il représente un dignitaire assis en tailleur, la barre cérémonielle dans les bras et entouré d'une couronne de glyphes (cf. plus bas, annexe III/24 bis).

9 - Centre, Caches, Axes

456Le centre est fréquemment indiqué sur ce type de terrains : par un marqueur, à Tenam Rosario, Chinkultic ( ?) ou Toniná ; ou par une cache, à Tonina encore (sous le marqueur), à Rancho San Nicolás (une cache carrée, de 40 cm de côté, contenant un récipient à fond plat importé de Palenque, une écuelle et une plaque de jade perforée), ou à Yerba Buena (une cache de 25 x 45 x 60 cm, contenant une demi-urne, brisée intentionnellement, et des ossements d'oiseaux). Ce dernier terrain comportait une autre cache, plus simple qui contenait du jade, de la pyrite, et un enterrement secondaire.

457Le plus intéressant ici réside dans les axes marqués par les sculptures ; en X passant par le centre à Tenam Rosario ; transversal central à Tenam Puente ; plus complexes à Toniná : on y compte trois axes longitudinaux, l'un central, les deux autres latéraux (sur le sommet des talus), et trois axes transversaux, l'un central, les deux autres latéraux, marqués chacun par deux sculptures à tenons, deux dalles et un marqueur.

10 - Maçonnerie

458Des problèmes particuliers de construction se posent pour trois terrains : à Tenam Puente, le terrain se situe sur une étroite terrasse, ce qui fait qu'une des structures latérales s'appuie contre le bord de la terrasse supérieure, tandis que l'autre tombe brusquement sur la terrasse inférieure : cette disposition rend probablement nécessaires des travaux de soutènement du terrain. A Chinkultic, la structure latérale nord s'appuie contre une haute paroi rocheuse, ce qui fait que la structure ne possède pas de partie postérieure. Le cas le plus intéressant est celui de Toniná où le terrain H 6/2-3 est construit sur le bord d'une grande terrasse bordée d'un torrent. Ainsi, la structure latérale ouest est simplement le bord aménagé de la terrasse ; l'allée a été en partie creusée dans le sol et la structure latérale est est en partie naturelle, en partie construite, avec de plus des murs de soutènement très importants du côté du torrent. On est ainsi en présence d'un terrain partiellement creusé dans le sol, partiellement construit.

459La construction est du type habituel, avec un noyau de terre et de pierres et une construction en dalles, plus ou moins bien taillées et une épaisse couche de stuc qui compense les irrégularités des pierres. Le sol est dallé et, à Toniná, il faut mentionner la présence d'un véritable sol de soutènement contre les déformations naturelles du terrain. Il est probable que des travaux de restauration avaient lieu à intervalles réguliers : à Toniná, on a trouvé jusqu'à 7-8 couches de stuc superposées et peintes (en bleu, rouge et jaune).

11 - Structures annexes

460Les drains sont partout nécessaires ; on n'en a trouvé qu'à Desconsuelo cependant. Les escaliers d'accès aux terrains ne sont pas absolument indispensables, sur de nombreux terrains : les terrains de Chinkultic, Ojo de Agua, Tenam Puente, Tenam Rosario, San Gregorio, Tzicuay et Xetenan comportent tous une ouverture (axiale ou latérale) dans une zone terminale. Ceux des terrains qui ne sont pas dans ce cas comportent des escaliers. A Palo Viejo, le mur de fond de la zone terminale est est en escalier. A Toniná, chaque zone terminale compte deux escaliers : l'un en saillie sur le mur de fond, l'autre couvrant le mur du côté de la place.

461D'autre part, de petits escaliers donnent accès, sur ce dernier terrain, à de petites superstructures carrées, au nombre de quatre, au sommet de la structure est. Trois autres petites plates-formes occupent la moitié nord de la structure ouest. A Tzicuay, une vaste superstructure occupe le sommet de la structure latérale est : elle s'ouvre largement sur l'allée. Enfin, à Chinkultic, la structure sud porte une superstructure non identifiée et des bases de stèles.

12 - Structures associées

462On n'en trouve qu'à Toniná. Au nord du terrain, se trouvait un groupe d'habitations (dont les habitants, au Postclassique Ancien, ont utilisé le terrain comme décharge) ; à l'ouest de la zone terminale nord, un petit monticule carré domine le terrain. Enfin au sud, sur une avancée de la place, une vaste superstructure comportant cinq pièces et un autel en U, placé dans l'axe de l'allée, est visiblement liée au terrain, mais sa fonction reste incertaine. Dans l'angle sud-ouest de cette structure se trouve un réservoir et un système de drainage (cf. annexe).

13 - Datation

463Certains terrains de ce type datent du Classique Récent (Toniná, Tenam Puente, Chinkultic...) tandis que d'autres (Palo Viejo, Tzicuay, San Gregorio) seraient du Postclassique Ancien. Il semble donc que la construction et l'utilisation de terrains de ce type (à l'exception de certains cas locaux) recouvrent les deux périodes.

14 - Variantes

464Néant.

15 - Cas douteux

465Le profil de Tenam Puente, tel que nous l'avons établi au cours d'une visite de ce site en 1972, est très incertain : il comporte des traits aberrants qui sont probablement dûs aux destructions.

16 - Remarques

466Il existe, dans la région envisagée, plusieurs autres terrains identifiés, non classés par suite d'un manque de données : M. C. Arnauld (inf. orales) en a reporté deux à Salto, un à San Pablo en Alta Verapaz qui, par leur plan et leur date (Classique Récent, Postclassique Ancien), entrent presque certainement dans le type.

17 - Comparaisons

467Il existe, dans les types I et II des Basses et des Hautes Terres, plusieurs variétés qui présentent des "zones terminales" asymétriques, proches de ce que l'on trouve ici. De même, dans le type VI, la variété II possède des caractères similaires, de zones terminales incomplètes.

24/ HAUTES TERRES MAYAS : TYPE VII : TERRAINS FERMES A BANQUETTES ET ZONES TERMINALES INEGALES

Chinkultic, gr. C

Borhegyi 1970
plan Taladoire 1972

Chiapas

Desconsuelo

Palacios 1928
Blom 1932

"

El Rosarito

Blom 1932

"

Ojo de Agua

Blom (archives)

"

Palo Viejo, str. 5-6

Adams 1966
Becquelin 1969

Quiché.

Rancho San Nicolás

Culbert 1965

Chiapas

San Gregorio ou Na Balam

Culbert 1965

"

Tenam Puente

Lowe 1959
Piña Chan 1958
plan Taladoire 1972

"

Tenam Rosario

Blom 1932
Agrinier 1976

"

Toniná, str. H 6/2-3

Blom 1932
fouilles françaises plan Taladoire1972-73

"

Tzicuay, str. 6-7

A. L. Smith 1955

Quiché

Yerba Buena ou Yoxolum

Culbert 1965

Chiapas

Xetenan, str. 2-3

A. L. Smith 1955

Huehuetenango

Maquette des Hautes Terres du Guatemala (coll. privée)

Borhegyi 1968

III/24 ANNEXE. HAUTES TERRES MAYAS : TYPE VII : TERRAINS FERMES A BANQUETTES ET GRANDES ZONES TERMINALES : TONINA, Op. II : str. H 6/2-3 Pl. photos 11 et 30.

468Connu depuis une visite du site par F. Blom en 1928 (Blom 1955, p. 82, fig. 28), le terrain principal de Toniná occupe sur le site une position marginale, sur le bord est de l'esplanade. Il est construit à flanc de coteau et sa structure latérale est donne directement sur le ravin qui longe le site. Il est en forme de I, enfoncé dans le sol et paraissait en bon état de conservation lors de notre arrivée, à l'exception de l'angle nord-est de la zone terminale nord, effondré dans le ravin. Au sud du terrain, sur une avancée de l'esplanade, se trouve la structure H 6/4, visiblement liée au terrain. Quatre sculptures ont été identifiées dès notre arrivée : deux tenons étaient encore à peu près en place, au centre des talus : (M 66 était en place sur le talus est et M 67 avait glissé sur la pente du talus ouest). Dans la zone terminale sud, se trouvait M 39, une statue de captif assis sur ses talons. Enfin, quatre fragments du M 52, un panneau, ont été découverts au sommet de la structure est.

469La fouille de ce terrain présentait plusieurs intérêts, outre son importance dans le site. Tout d'abord, sa construction, à flanc de coteau, était insolite, considérant ses dimensions. D'autre part, il présentait une association directe avec une structure vaste (H 6/4) dont la fonction devait être déterminée. Enfin, il semblait exister sur ce terrain une certaine variété des sculptures qui pouvait apporter de nouvelles informations sur les relations entre la sculpture et l'architecture.

470La fouille s'est déroulée de façon traditionnelle, avec l'ouverture d'une vaste tranchée transversale et la mise en place de petits sondages dans les angles et aux points importants. Quelques éléments ont rendu nécessaire une fouille plus complète de certains points (escaliers...).

1 - Illustrations

471Le plan et le profil sont en cours de publication (Becquelin et Baudez). Planche 50.

2 - Critères

472Le terrain appartient au type VII, dont il présente tous les caractères : un profil qui inclut une banquette (à bord en talus et sommet plat), un talus et une corniche ; un plan en I, avec deux vastes zones terminales inégales.

3 - Echantillonnage

473Douze autres exemples ont été identifiés avec certitude.

4 - Localisation

474Le site est localisé dans les Hautes Terres mayas, à la lisière des Basses Terres.

5 - Localisation du site

475Il se trouve dans la vallée d'Ocosingo, sur le flanc nord de la vallée. Le site comprend ainsi une acropole et une vaste esplanade aménagée, sur le côté de laquelle se trouve le terrain.

6 - Plan

476L'ensemble du terrain mesure 38 m sur 78 et est orienté nord-sud avec une déviation de 19° à l'est par rapport au nord. Il se compose de deux structures parallèles longues de 28,40 m, au pied desquelles on trouve deux banquettes débordantes de 50 cm. L'allée mesure donc 29,40 m sur 5,75-5,90 m. Les deux extrémités de l'allée donnent sur deux zones terminales vastes : la zone nord mesure 21,20 m sur 28,80 ; la zone sud 21,70 m sur 28,90. Le flanc ouest de chaque zone terminale est en escalier et les murs de fond supportent un escalier en projection.

7 - Profil

477L'allée, large de 5,75 m au centre, est bordée de deux banquettes à bord en talus de 45°, hautes de 40-45 cm et à sommet plat ; ces banquettes butent sur des talus de 50°, hauts de 2,60 m, surmontés d'une corniche dont la hauteur n'a pu être déterminée avec certitude.

8 - Sculptures

  • 2 Le logement du marqueur a été découvert.

478A notre arrivée, le terrain comportait donc deux tenons (M 66 et M 67), une statue de captif (M 39) et quatre fragments d'un panneau (M 52). La fouille a permis de mettre au jour 11 sculptures, plus quelques fragments, ces derniers sans liens avec le terrain. Les sculptures se répartissent de la façon suivante : on compte tout d'abord trois marqueurs d'allée, un au nord (M 68) lisse, un au centre (M 69) représentant un dignitaire assis en tailleur, entouré d'une couronne de glyphes, et un au sud qui n'a pu être trouvé en fouilles, mais dont l'existence ne fait aucun doute2 : il pourrait s'agir du M 51, actuellement sur l'esplanade. Deux tenons marquaient déjà l'axe transversal central du terrain. Un troisième (M 94) fut découvert à l'extrémité nord de la structure ouest. De plus, il a été prouvé que ces tenons se terminaient par des statues de captifs similaires au M 39 : ceux-ci étaient disposés la tête en avant et le dos au ciel. Selon le principe de symétrie, il est évident que six captifs à tenons étaient fichés au centre et à chaque extrémité des talus. Une tête de monstre à tenon (M 90) a été découverte dans la zone terminale nord, sans que l'on puisse lui attribuer une position fixe, sur le terrain. Enfin, quatre dalles à bloc en relief ont été identifiées. Elles se composent d'une inscription de huit glyphes surmontée d'un bloc en relief représentant le bas du corps (genoux et pagne) d'un captif agenouillé. Ces dalles occupaient sur les talus une position sous les statues à tenons, de manière à compléter ces dernières. Elles étaient donc aussi au nombre de six. On obtient ainsi un total théorique de 16 sculptures pour le terrain.

9 - Centre, Caches, Axes

479Le centre a clairement une importance notable dans ce terrain : il est marqué tout d'abord par la présence du seul marqueur sculpté, accompagné de la seule série initiale identifiée. Ce marqueur était placé dans un réceptacle maçonné, au fond duquel se trouvait une cache contenant des aiguilles d'obsidienne et divers objets (bille en coquille...). Enfin, le centre du terrain est souligné par l'intersection des lignes indiquées par les trois marqueurs et par les tenons de l'axe transversal.

480Ce terrain comportait en outre deux autres caches similaires, sous les logements maçonnés des deux autres marqueurs. Les caches contenaient des objets de même nature que la première.

481On dispose ainsi de données abondantes sur les divers axes du terrain. L'axe longitudinal central est indiqué par les trois marqueurs et les trois caches associées. Deux axes longitudinaux latéraux sont constitués par les trois couples captifs à tenon-dalle à bloc en relief, disposés sur les talus. Enfin, trois axes transversaux se composent chacun de deux captifs à tenon, de deux dalles, d'un marqueur et d'une cache.

10 - Maçonnerie

482Trois types de travaux ont été nécessaires, dans la construction de ce terrain, à cause de sa situation à flanc de coteau d'une esplanade sableuse. Le premier travail fut de creuser dans le sable l'allée et les zones terminales et de les aplanir. Ensuite, il était nécessaire de stabiliser le sol sableux. La construction des murs ouest des zones terminales et de la structure ouest permit de contenir le sol de l'esplanade, tandis que le sol de l'allée était soutenu par un deuxième dallage inférieur. Du côté du ravin, de grands murs de soutènement en gradins, surmontés d'un talus, stabilisaient l'ensemble du terrain. Enfin, la structure est fut surélevée, de façon à rendre l'ensemble du terrain symétrique. C'est donc un travail de construction qui fut réalisé. Le matériau utilisé était constitué de dalles calcaires mal dégrossies. Pour compenser leurs inégalités, une couche de stuc (d'épaisseur variable) couvrait l'ensemble des murs. Le stuc était peint, en rouge surtout. Mais il a été possible de constater que d'autres couleurs étaient utilisées (vert, bleu, jaune...), contribuant ainsi à décorer le terrain.

11 - Structures annexes

483Le drain n'a pu être découvert, mais quatre types d'escaliers ont été identifiés. Tout d'abord, le flanc ouest des zones terminales est en escalier, ce qui met le terrain en communication avec l'esplanade. Deux escaliers, aux extrémités nord et sud des zones terminales, jouent le même rôle, mais mettent également le terrain en communication avec un groupe d'habitations, au nord, et avec la structure H 6/4 au sud. Deux volées de marches permettent de passer de la zone terminale sud au sommet de la structure est, tandis qu'un escalier joue le même rôle pour la structure ouest, dans la zone terminale nord.

484Chaque structure supportait des superstructures. La structure est comptait quatre plates-formes de 1,10-1,30 m sur 1,10-1,50 m. Totalement enterrées dans le corps de la structure au moment de leur découverte, ces plates-formes sont alignées face à l'allée. Il a été impossible de déterminer leur fonction. La structure ouest supportait, dans sa moitié nord, trois plates-formes de dimensions inégales (no°1 : 1,57 m sur 1,75 ; no°2 : 1,15m sur 1,20 ; no°3 : 1,75 m sur 2,40). Elles ont été identifiées comme des autels.

12 - Structures associées

485Située au sud du terrain, sur une avancée de l'esplanade, la structure est clairement associée au terrain. Une série de tranchées permit d'en faire le tour, tandis que l'on procédait à un décapage total du sommet. Sur une vaste plate-forme de 31 m sur 16,50, est édifiée, dans un premier stade, une structure à deux degrés, haute de 1,05 m. Sur son flanc sud se trouve un escalier de quatre marches, large de 3,50 m. Le remblai sableux de la structure est remplacé par endroits par un amas de blocs gréseux, destiné à servir de fondations à huit piliers carrés, d'un mètre vingt de côté. Ces piliers supportaient vraisemblablement un toit en matériaux périssables.

486Dans un deuxième stade, le sommet de la structure a connu un vaste réaménagement, avec la pose de six murs, de trois banquettes et d'une construction en U. Ces éléments délimitent quatre pièces : une dans l'angle sud-est, une dans l'angle nord-est, une au centre nord de la structure et une sur le flanc ouest. Le centre sud de la structure est ouvert et comporte la construction en U, dans l'axe de l'allée. Trois pièces ouvrent au nord sur le terrain, la construction en U étant accessible par l'escalier, élargi.

487Au pied de l'angle sud-ouest de la structure, à peu près dans le même stade de construction, sont édifiés un réservoir d'eau, un mur de séparation qui ferme le passage entre les côtés ouest et sud de la structure, un canal d'évacuation d'eau et une petite pièce. Il s'agit vraisemblablement d'un ensemble à fonction hydraulique destiné à des ablutions rituelles ou naturelles. La fonction de cet ensemble de constructions n'a pu être défini : il est probable qu'elle est en fait multiple : la structure était probablement destinée aux joueurs, aux juges, aux spectateurs...

13 - Datation

488La date dédicatoire du marqueur est : 9. 17. 5. 0. 0. 6 Ahau 13 Kayab, soit 775 de notre ère. Il est possible que la construction du terrain soit antérieure, mais il est en tout cas certain que le terrain, comme la structure sud, était en usage au Classique Récent.

14 - Variantes

489Néant.

15 - Cas douteux

490Néant.

16 - Remarques

491Le système de construction du terrain s'est en effet révélé d'un grand intérêt, dans la mesure où il combine plusieurs techniques et où, en outre, il a été possible de constater l'existence de véritables fondations en divers points du terrain, fait assez rare pour être noté.

492Mais l'intérêt principal réside dans l'abondance de la sculpture et dans l'unité de l'iconographie qui tourne autour du thème du captif. Il est en effet important de noter que 12 sculptures représentent des captifs associés à des inscriptions qui commentent chaque exemple. La présence par ailleurs d'un dignitaire sur le marqueur central introduit un lien entre ce personnage et les captifs, qui semble plutôt orienter l'iconographie dans un sens politique : il semble en effet que l'accent soit mis sur l'aspect commémoratif d'une victoire ou sur l'aspect "ennemi vaincu".

17 - Comparaisons

493Ce type de terrains est, dans l'ensemble, bien localisé dans les Hautes Terres mayas du Chiapas ou dans les départements voisins du Quiché et du Huehuetenango (Guatemala). Il est possible également que d'autres exemples soient identifiables en Alta Verapaz (inf. orales de M. C. Arnauld). On note par ailleurs que, sur plusieurs sites comme à Toniná, outre un terrain du groupe VII, on rencontre un terrain ouvert, du type II. On est donc en présence d'un véritable groupe régional, dont la réalité trouve une confirmation partielle à Tenam Puente, site comportant deux terrains et des captifs à tenon sur le terrain du groupe VII.

III/25. HAUTES TERRES MAYAS : TYRE VIII : TERRAINS FERMES A PETITES ZONES TERMINALES

1 - Illustrations

494Quinze plans, neuf profils (cf . planches 51, 52, 53). Pl. photos 14, 15.

2 - Critères

495Ils sont les mêmes que dans le type VII : une allée entre deux structures latérales, débouchant sur deux petites zones terminales un profil comprenant une banquette, un talus fort et une corniche. Mais les terrains de ce type datent du Postclassique Récent ou même de la période protohistorique.

3 - Echantillonnage

496Quinze exemples, dont cinq fouillés et dix reconnus.

4 - Localisation

497Ils sont dispersés dans l'ensemble des Hautes Terres du Guatemala, dans les départements du Quiché, de Huehuetenango, Chimaltenango ou même du Baja Verapaz.

5 - Localisation des sites

498Tous sont situés sur des collines, des pitons rocheux (Mixco Viejo, Iximché...), c'est-à-dire dans des zones défensives, parfois fortifiés.

6 - Plans

499Chaque terrain comporte deux structures latérales, à banquettes souvent débordantes (Chutixtiox, Comitancillo, Mixco Viejo, Xolchun, Xolpacol), délimitant une allée large de 5,50 m à 9,40 m et longue de 20 à 28 m. A chaque extrémité, l'allée débouche sur une zone terminale petite (2 à 4 m de profondeur), fermée par des murs plus bas que les structures latérales. Ces dernières, larges, débordent fréquemment sur les côtés du terrain. Sept terrains sont orientés nord-sud, trois est-ouest, quatre nord-ouest sud-est et un nord-est sud-ouest.

7 - Profils

500Il est semblable à celui du type précédent, avec une banquette basse à bord vertical ou en léger talus, haute de 40 à 80 cm et moins large (1 à 2 m). Elle borde un talus de très forte pente (62 à 87°), presque vertical par endroits (sauf à Zaculeu où il n'atteint que 40 – 43 g). Une corniche en saillie couronne l'ensemble, haute de 0,50 m à 1 m. A Chuitinamit, le terrain no 2 (gr. H, str. 1), en construction à l'époque de la Conquête, ne possède pas encore de banquettes.

8 - Sculptures

501Il faut tout d'abord noter que sur plusieurs sites les sculptures sont absentes, mais on a retrouvé leur trace, sous la forme de cavités ou de mortier, au sommet des talus : tel est le cas à Chutixtiox, Comitancillo, Xolchun ou Xolpacol. De plus, à Comitancillo, on a retrouvé à proximité du trou, une pierre portant des traces de mortier. A Iximché (str. A 8), deux têtes de jaguar à tenons ont été découvertes dans le gr. A. Une tête humaine à tenon a été identifiée à proximité du terrain C 7 du même site. Enfin, à Mixco Viejo, le terrain B 1 a donné une tête de serpent à tenon.

9 - Centre, Caches, Axes

502A Xolchun (str. 6), au centre de l'allée, se trouve un trou de 20 cm de diamètre et 35 cm de profondeur. Cet élément est le seul à signaler ici. Il est probable que les sculptures à tenon indiquaient l'axe transversal du terrain.

10 - Maçonnerie

503Sur trois terrains, la technique de construction est notable : étant situés à proximité d'une forte pente, les terrains de Chuitinamit (gr. H, str. 1) et de Mixco Viejo (str. A 11 et B 1) doivent être renforcés par des murs qui servent à la fois de contention et de soutènement.

504Dans la plupart des cas, les terrains de ce type sont légèrement enfoncés dans le sol ; comme, de plus, ils sont totalement fermés, ils donnent une impression d'enfoncement et de défense.

505La maçonnerie est toujours du même ordre, avec un noyau de terre et de pierres et une construction en dalles et en blocs. Le sol est presque toujours dallé et stuqué ; parfois l'on note la présence de traces de peinture (à Comitancillo, Mixco Viejo ou Xolchun).

11 - Structures annexes

506Les drains, indispensables dans ce type de terrains, ont été identifiés cinq fois (à Chuitinamit, Mixco Viejo, Xolchun et Xolpacol). De même les escaliers d'accès au terrain sont inévitables : ils sont visibles sur onze terrains, le plus souvent au nombre de deux, un dans chaque mur de fond des zones terminales, dans l'axe du terrain. Il faut signaler ici que le terrain de Zaculeu, construit au niveau du sol, dispose de passages latéraux qui rendent inutiles les escaliers de ce type.

507On a noté six cas de superstructures : à Chuitinamit (gr. C, str. 1), ce ne sont que de petites plates-formes, quatre sur chaque structure. Sur les terrains de Chutixtiox, Comitancillo, Mixco Viejo (str. B 1), Xolpacol et Zaculeu, elles consistent en pièces largement ouvertes sur l'allée, ne comportant qu'un mur de fond et deux parois latérales. On y accède par une volée d'escaliers sur l'arrière de la structure (Chutixtiox) ou par de petits escaliers insérés dans les flancs des structures.

12 - Structures associées

508Aucune en particulier. Cependant, il s'agit de petits centres cérémoniels ramassés : les terrains voisinent donc avec de nombreuses structures.

13 - Datation

509Tous ces terrains datent de la période protohistorique. Ils se rattachent même, dans la plupart des cas, à des groupes définis : groupe Pokomam à Mixco Viejo, Cakchiquel à Iximché, Mam à Zaculeu... Il est possible que la construction de ce dernier terrain soit légèrement antérieure, ce qui expliquerait certaines différences d'avec le type et quelques points de ressemblances avec le type VII.

14 - Variantes

510Un petit groupe de sept terrains se rapproche du type ; mais certains traits particuliers (profils aberrants, zones terminales de formes curieuses) obligent à les considérer à part (cf . paragraphe 27).

15 - Cas douteux

511Il est probable que plusieurs des terrains fermés, non classés, se rattachent en fait à ce type : tel pourrait être le cas d'Utatlan.

16 - Remarques

512Il est possible que Zaculeu représente en fait une catégorie intermédiaire entre ce type et le précédent. Cependant, de nombreux traits le rattachent plutôt au type envisagé.

17 - Comparaisons

513Cf. type VII, des Hautes Terres du Guatemala.

25/ HAUTES TERRES MAYAS : TYPE VIII : TERRAINS FERMES A PETITES ZONES TERMINALES

  • 3 Selon des informations récentes (R. Carmack : "La Verdadera Identificación de Mixco viejo", Anales (...)

Chuitinamit, gr. C, str. 1

A. L. Smith 1955

Baja Verapaz

Chuitinamit, gr. H, str. 1

" "

" "

Chutixtiox, str. 16

" "

Quiché (Sacapulas)

Comitancillo, str. 4

" "

" "

Iximché, str. A 8

Guillemin 1965

Chimaltenango

Iximché, str. C 7

"

"

Mixco Viejo, str. A 113

Lehmann 1968

"

Mixco Viejo, str. B 1 (1)

"

"

Pacot, str. 11

A. L. Smith 1955

Quiché (Sacapulas)

Patzac, gr. B, str. 25

" "

" (San Andrés)

Patzac, gr. A, str. 8

San Francisco, str. 4-5

Burkitt 1930 Blom 1932

" (Nebaj)

Xolchun, str. 6

Burkitt 1930
Blom 1932
A. L. Smith 1955

Huehuetenango

Xolpacol, str. 8

A. L. Smith 1955

Quiché (Sacapulas)

Zaculeu, str. 22-23

Woodbury-Trik 1953

Huehuetenango

III/26. HAUTES TERRES MAYAS : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS SANS PROFILS. Planche 54.

Cerro de la Batalla

Blora (Archives)

Chiapas

514Blom reporte un terrain ouvert, orienté sud-ouest nord-est sur ce site.

Chilipe

Shook 1947

Huehuetenango

515Le terrain serait du type à extrémités ouvertes (type II ?)

Coponaguastla CV - 32

Adams 1961

Chiapas

516Le terrain serait ouvert, mais daté du Postclassique Récent. Il n'existe pas d'autre exemple semblable : il devrait donc y avoir une donnée manquante, par suite du fait qu'il ne s'agissait que d'une reconnaissance.

Cotzal

 ?

Guatemala

517Deux murs parallèles sont supposés constituer un terrain.

Covadonga, str. 1-2

Becquelin 1970

Quiché (Nebaj)

518Il s’agit d'un terrain possible, orienté nord-nord-ouest, sud-sud-est, de période classique, ouvert. La largeur de l'allée pose un problème d'identification.

Cuja

La Farge-Byers 1931

Huehuetenango

519Le terrain serait de type ouvert.

El Tigre, str. 2-3

A. L. Smith 1955

Quiché (Nebaj)

520Le terrain, ouvert, orienté est-ouest, est classé par Smith dans son type ouvert (type II). Il comporte, à chaque extrémité de l'allée, deux structures qui ferment en partie le terrain.

Huil, gr. B

A. L. Smith 1955

Quiché

521Ce terrain est décrit comme ouvert.

Huitchun, str. 2-3

A. L. Smith 1955

Huehuetenango

522Deux structures parallèles, orientées est-ouest, constituent un terrain dont l'allée semble ouverte. Elle mesure 7 m sur 26,50 et débouche à l'est sur une place ouverte. Smith le classe dans le type ouvert A, c'est-à-dire le type IV.

523Cependant, la place ne comporte pas d'autel, en apparence. L'occupation du site est classique et protohistorique. Les structures latérales sont en talus.

Kalamté

Sapper 1895
Blom 1932
A. L. Smith 1961

Quiché (Nebaj)

524Ce terrain est considéré par Smith du type ouvert A, ou type IV. Nous n'avons pas de données supplémentaires.

Lagartero

S. Ekholm 1976

Chiapas

525C'est un petit terrain ouvert, sur un centre cérémoniel classique récent. Il est orienté est-ouest.

La Lagunita, gr. B, str. 3-4

A. L. Smith 1955

Quiché (San Andrés)

526Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent l'allée d'un terrain ouvert qui serait d'époque postclassique.

Nebaj, gr. A, str. 4-5

Smith-Kidder 1951

Quiché (Nebaj)

527Deux structures parallèles, orientées ouest-nord-ouest, est-sud-est, délimitent une allée de 20 m sur 35. Le terrain serait classique récent ou postclassique ancien. Son existence reste douteuse.

Nebaj, gr. D, str. 1

Becquelin 1970

Quiché (Nebaj)

528Une structure allongée nord-est sud-ouest fait face à un talus régularisé. L'ensemble constituerait un terrain ouvert.

Papalhuapa, str. C

Heizer et al.

Jutiapa

529Un terrain ouvert, du Classique Récent, est situé près de l'acropole de ce site ; l'allée mesure environ 6 m de large sur 20. Une sculpture en forme de tête de perroquet à tenon a été identifiée. Plusieurs jougs ont été trouvés sur le site. Le terrain serait probablement du type I.

Pulai, str. 1-2

A. L. Smith 1955

Quiché (Nebaj)

530Deux structures parallèles délimitent une allée orientée nord-est sud-ouest. Site de vallée, de période classique récente.

Río Blanco, str. 4-5

A. L. Smith 1955

Quiche (Sacapulas)

531Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent une allée de 9,30 m sur 26,60. Il n'y a pas de banquettes visibles. Le site est occupé du Préclassique au Postclassique.

Sacsiguan, str. 5-6

Becquelin 1969

Quiché (Nebaj)

532Deux structures parallèles, orientées nord-ouest sud-est, délimitent une allée de 8 m sur 18. Le terrain semble être du type II et d'époque classique récente.

Sakajut, gr. B

Sedat-Sharer 1972

Alta Verapaz

533Un terrain ouvert, nord-sud, date du Classique Récent. L'allée mesure 8,40 m sur 21.

Tampoma, gr. A, str. 2-3

A. L. Smith 1955

Alta Verapaz

534Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent une allée qui, à l'une de ses extrémités, donne sur une place fermée : bien que cette dernière ne comporte pas d'autel, Smith classe le terrain dans le type IV.

Tenam Morelos

S. Riveros Torres (inf. orales)

Chiapas

535Le site défensif classique récent possède un terrain ouvert.

Tenam Puente, no 2

Agrinier 1976 (inf. orales)

Chiapas

536Le second terrain de ce site classique récent serait du type II.

Tenam Rosario, no 2

Agrinier 1976

Chiapas

537Comme le précédent, ce terrain serait d'époque classique récente et du type II.

Tu'kumanchun

Miles 1964-1965

Huehuetenango

538Ce site compterait un terrain ouvert, d’époque classique récente.

Xecataloj, str. 3-4

A. L. Smith 1955

Quiché (Sacapulas)

539Deux structures parallèles, l'une carrée, l'autre rectangulaire, constitueraient un terrain orienté est-ouest.

Xoc

S. Ekholm 1973

Chiapas

540Deux structures parallèles, orientées nord-ouest sud-est, formeraient un terrain ouvert d'époque classique récente. Mais on trouve une structure terminale à chaque extrémité de l'allée.

Site sans nom no 3

Becquelin- Bosc 1972

Progreso

541Ce site, localisé au nord-est de Manzanotal, comporterait un terrain ouvert.

Nom inconnu

Arnauld (inf. orales)

Alta Verapaz

542Un terrain ouvert, d'époque classique récente et postclassique ancienne, est mentionné sur un site.

III/27. HAUTES TERRES MAYAS : NON CLASSES : TERRAINS FERMES SANS PROFILS

a) Terrains comportant une zone terminale (planche 54)

Maravilla, str. 3

Becquelin 1970

Quiché (Nebaj)

543Deux structures parallèles, orientées nord-sud, délimitent une allée qui donne au nord dans une zone terminale creusée dans la pente d'une colline. Les structures latérales sont en talus, mais il n'y avait pas de trace de banquettes. Le terrain serait du Postclassique Récent. La technique de construction, en partie par creusement en partie par remblaiement, est connue (cf. Tonina, type VII, paragraphe 26).

San Gregorio

Culbert 1965

Chiapas

544Sur une colline plus basse se trouve un second terrain orienté est-ouest. L'une de ses extrémités ouvre sur une zone terminale, l'autre non.

b) Terrains comportant deux zones terminales (planche 55)

Chaculá

Seler 1901
Blom 1932

Huehuetenango

545Ce site, non daté, possède un terrain à zones terminales fermées, orienté nord-sud. Blom le considère cependant comme ouvert. Il comporte une banquette à sommet plat et bord en talus et un talus. Il entre probablement, vu l'inégalité de ses zones terminales, dans le type VII.

Chutinamit, str. 2-3

A. L. Smith 1955

Quiché (Sacapulas)

546Deux structures parallèles orientées est-ouest délimitent une allée qui donne, à chaque extrémité, sur une zone terminale en forme de quadrilatère irrégulier. Le profil se compose d'une banquette à sommet plat et bord en talus et d'un talus de 65°. Le terrain serait d'époque postclassique ou protohistorique. Il serait donc proche du type VIII.

Kukul

Shook 1944

Quiché

547Un terrain fermé.

Pantzac, str. 30

A. L. Smith 1955

Quiché (San Andrés)

548Deux structures parallèles, orientées nord-sud, délimitent une allée de 8,35 m sur 38,20 m qui donne, à chaque extrémité, sur une zone terminale fermée de forme irrégulière. Le site est défensif et postclassique. Le profil inclut des banquettes à bord en talus et sommet plat, et des talus. Ces caractères rapprochent ce terrain du type VIII.

Piol, str. 6-7

A. L. Smith 1955

Huehuetenango

549Le terrain comporte une allée de 5,50 m sur 17,75 m, orientée nord-est sud-ouest qui donne sur deux zones terminales, fermées de murs bas, profondes de 4,50 m. Le site est non défensif, d'époque postclassique.

Pueblo Viejo-Chijaj,

str. CP 3 Lehmann 1976

Quiché (San Andrés)

550Sur un éperon rocheux est établi un site du Postclassique Récent, à zones terminales fermées, orienté nord-est sud-ouest. L'allée, stuquée et dallée, mesure 5,45 m de large. Elle est bordée par deux banquettes. Bien que le profil lui-même soit inconnu, le terrain entre certainement dans le type VIII.

Pueblo Viejo Quen Santo

Seler 1901

Guatemala

551Un terrain fermé ( ?)

Salto no°1

Arnauld (inf. orales)

Alta Verapaz

552Un terrain fermé, du Classique Récent ou du Postclassique Ancien.

Salto no 2

Arnauld (inf. orales)

Alta Verapaz

553Un autre terrain fermé, d'époque classique récente ou postclassique ancienne.

San Pablo

Arnauld 1976

Alta Verapaz

554Un terrain fermé, classique récent ou postclassique ancien.

Santo Tón cv-25

Adams 1958-1961

Chiapas

555Un terrain fermé. Site classique récent.

Uaxac Canal

Seler 1901
Blom 1932

Huehuetenango

556Un terrain à zones terminales fermées par des murs bas. Le profil comporte une banquette à sommet plat et bord en talus et un talus. L'ensemble est orienté nord-ouest sud-est. Le site n'est pas daté (type VIII ?).

Uaxac Canal no 2
Ventana Group.

Seler 1901
Blom 1932

Huehuetenango

557Un terrain à zones terminales fermées, orienté nord-ouest sud-est. Blom le classe dans les terrains ouverts.

Utatlan

Sapper 1897

Quiché

558Un terrain fermé, classique ou postclassique. Son existence est douteuse.

Utatlan-El Resguardo

Sapper 1897
Blom 1932

Quiché

559Un terrain fermé, orienté est-ouest, classique ou postclassique.

Vicaveval, str. 1

A. L. Smith 1955

Quiché

560Un terrain à zones terminales fermées, orienté est-ouest, d'époque protohistorique. Le terrain ne possède que deux talus : il se pourrait que, comme à Chuitinamit, les banquettes n'aient pas encore été construites. Le site est défensif. Le terrain est très proche du type VIII.

CV-1

Adams 1961

Chiapas

561Un terrain fermé, classique récent ou postclassique ancien.

CV-10

Adams 1961

Chiapas

562Un terrain fermé, classique récent ou postclassique ancien. Ces deux derniers sites n'ont pas été identifiés.

III/28. HAUTES TERRES MAYAS : NON CLASSES : MANQUE DE DONNEES OU EXISTENCE DOUTEUSE

Bucaral

Shook 1944

Progreso

563Terrain supposé ouvert, mais incertain.

Cerro San Nicolas

Adams 1958

Chiapas

564Un terrain, du Classique Récent : il pourrait en fait s'agir d'un des terrains (CV-1 ou CV-10) du paragraphe précédent.

Chacpuyil

Palacios 1928
Blom 1932

Chiapas

565Un terrain : il est probable que ce site est le même que Monteria Vieja de Dolores.

Chinautla

Shook 1952

Guatemala (dépt.)

566Un terrain, ouvert selon Shook, sur un site défensif, occupé du Préclassique au Protohistorique.

Chalchitan, str. 23-24

A. L. Smith 1955

Huehuetenango

567Sous le terrain de type IV, on a découvert certaines données relatives à un terrain antérieur : le profil est connu (banquette à bord en talus et sommet plat, talus de 45°), mais on ignore tout du plan. Il est cependant vraisemblable qu'il s'agissait d'un terrain ouvert.

El Achiote

Ichon 1975

Quiché (San Andrés)

568Un terrain établi sur un site de sommet de colline. L'auteur soupçonne une appartenance à l'époque classique ancienne.

El Baúl

Termer 1930
Thompson 1948
Shook 1964-1965

Escuintla

569Selon Termer, au nord du site se trouverait un terrain à zones terminales fermées, d'époque classique récente. Personne n'a confirmé cette affirmation, mais plusieurs jougs ont été découverts sur le site, ainsi que des représentations de joueurs et un anneau à tenon, de 20 cm de diamètre intérieur.

El Rincón

Ichon 1975

Quiché (San Andrés)

570Un petit terrain sur un site de plaine.

Flores

Shook 1964-65

Escuintla

571Il y aurait un terrain, d'époque classique récente.

Las Tasas

Piña Chan 1971

Chiapas

572Un terrain.

Mojón de Madronal

Adams 1958
Piña Chan 1958

Chiapas

573Un terrain. Classique Récent ou Postclassique Ancien.

Monteria Vieja

Blom 1932

Chiapas

574Un terrain à zones terminales fermées. Il est possible que ce soit le même que celui de Chacpuyil (ci-dessus).

Moxviquil

Blom 1932
Piña Chan 1971

Chiapas

575Blom et Piña Chan parlent de plusieurs terrains sur ce site.

Sabana Grande

Shook 1964-65

Escuintla

576Un terrain du Classique Récent ( ?).

Sajcabaja

Sapper 1897
Blom 1932

Quiché (San Andrés)

577Un terrain. Il est probablement signalé ailleurs sous un autre nom.

San Cristobal

Blom (archives)
Shook 1956
Piña Chan 1971

Chiapas

578Un terrain, classique récent ou postclassique.

Santa Clara

Shook 1964-65

Guatemala (dépt.)

579Un terrain, du Classique Récent.

Solola Farm

Shook 1964-65

Escuintla

580Un terrain, du Classique Récent.

Sultana

Blom (archives)
Piña Chan 1971

Chiapas

581Un terrain, non daté.

Vitenam, str. 2-4

A. L. Smith 1955

Quiche (Nebaj)

582Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent une allée trop large. L'occupation serait du Postclassique Récent. L'existence de ce terrain est très douteuse.

Sans nom no°1

Arnauld (inf. orales)

Alta Verapaz

583Un terrain, classique récent-postclassique ancien.

Sans nom no°2

Arnauld (inf. orales)

Alta Verapaz

584Un terrain, classique récent-postclassique ancien.

III/29. HAUTES TERRES MAYAS : NON CLASSES : REPRESENTATIONS DE PROFILS

585Deux représentations de profils doivent être mentionnées ici : sur un vase, provenant de la région de Tiquisate (Escuintla) (actuellement dans une collection privée), N. Hellmuth (1975) a identifié un profil de terrain, comportant deux banquettes à sommet plat et bord vertical et subvertical, et deux talus (sans corniches). Au-dessus est représentée une tête de mort inscrite dans un cercle incomplet (la balle ?). Le profil se rapproche des profils connus dans la région (cf. types V, VII). D'autre part, sur une stèle actuellement localisée au Musée de Tuxtla Gutierrez et qui proviendrait de Las Mcrrajas, près de Tonalá (donc à la limite des terres mayas du Pacifique), nous avons identifié, à la base de la stèle, le profil typique des terrains des Hautes Terres : une petite banquette, un fort talus (57°) et une corniche formant saillie (cf. types II, IV, VII et VIII). Ces deux profils confirment l'hypothèse selon laquelle ce profil domine de façon quasi absolue dans les terrains des Hautes Terres (cf. planche 5).

III/30. HONDURAS - SALVADOR : TYPE I : TERRAINS OUVERTS SANS BANQUETTES

1 - Illustrations

586Un plan, un profil (cf. planche 56).

2 - Critères

587Le terrain se présente sous la forme de deux structures parallèles délimitant une allé ouverte à ses deux extrémités. Le profil, du type B d'Acosta et Moedano Koer, comporte un talus qui tombe verticalement sur l'allée et un mur vertical.

3 - Echantillonnage

588Un exemple, bien identifié.

4 - Localisation

589Honduras, dans la région Lenca.

5 - Localisation du site

590Site fortifié, de région montagneuse.

6 - Plan

591Deux structures parallèles, orientées nord-sud, délimitent une allée de 12 m sur 18. On note, au nord, à 5 m environ, la présence de deux pierres.

7 - Profil

592Il se compose d'un talus qui tombe verticalement sur le sol de l'allée (le bord est haut de 60 cm environ) et qui monte par une faible pente (15°°?) jusqu'à un mur supérieur de faible hauteur.

8 - Sculptures

593Néant.

9 - Centre, Caches, Axe

594Rien à signaler.

10 - Maçonnerie

595La construction est en terre (noyau) et pierres.

11 - Structures annexes

596Néant.

12 - Structures associées

597Néant.

13 - Datation

598Incertaine. Il est probable que le terrain est du Classique Récent ou du Postclassique Ancien, vu son type.

14 - Variantes

599Néant.

15 - Cas douteux

600Néant.

16 - Remarques

601Il existe un autre terrain ouvert à Chalchuapa (Tazumal Group), qui appartient probablement au même type. Le problème le plus intéressant serait la datation de ces terrains.

17 - Comparaisons

602Cf. les terrains de la vallée du Rio Motagua (type I des Basses Terres mayas, type VI des Hautes Terres mayas).

30/ HONDURAS - SALVADOR : TYPE I : TERRAINS OUVERTS SANS BANQUETTES

Quelepa

Stone 1957

Honduras

III/31. HONDURAS - SALVADOR : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

1 - Illustrations

603Quatre plans, quatre profils. Cf. planche 56.

2 - Critères

604Le terrain se présente sous la forme d'un I, avec deux structures latérales de part et d'autre d'une allée qui débouche, à chaque extrémité, dans une zone terminale fermée. Le profil comprend un talus à bord vertical et un mur supérieur vertical.

3 - Echantillonnage

605Quatre terrains, localisés au Honduras (3 exemples) et au Salvador (1 cas), donc dans une zone de frontière avec la culture maya.

4 - Localisation

606Deux fouillés, deux identifiés.

5 - Localisation des sites

607Ce sont des sites de plaine (Los Naranjos, au bord du lac Yojoa) ou de vallées (Tenampua, Los Llanitos). Cependant, le site de Los Naranjos est défendu par un vaste fossé.

6 - Plan

608Chaque terrain comporte deux structures latérales parallèles qui délimitent une allée large de 7,60 m à 9,50 m, pour une longueur de 27 à 34,80 m.

609A chaque extrémité, l'allée débouche dans une zone terminale fermée de murs bas, rectangulaire. A Tenampua, la zone terminale nord semble plus vaste que l'autre. Il se pose un problème dans le cas de Los Naranjos (gr. 6, str. 1). En effet, l'allée présente une forme curieuse, dans la mesure où, les structures latérales ne sont pas parallèles. Becquelin (1973) a résolu le problème en établissant que le terrain a reçu des changements d'orientation en cours de construction : après la construction d'un premier terrain, on a décidé de modifier l'orientation : la structure nord a été modifiée, la structure sud était en cours de travaux quand le terrain et le site ont été abandonnés.

7 - Profil

610Il présente un talus de faible pente (10 à 20°) qui tombe sur l'allée par un bord vertical haut de 30 à 50 cm. Le talus bute au sommet sur un mur vertical de 1 m de haut environ. Il faut noter qu'à Tenampua, selon Stone (1957), le mur n'est pas vertical mais en très forte pente.

8 - Sculptures

611Néant. Au sud de la str. 1 du groupe 6 de Los Naranjos cependant, on a découvert une sculpture en pierre ponce, représentant d'un côté une tête de singe, de l'autre une tête de lézard ou d'iguane. Becquelin suppose qu'il pourrait s'agir d'un marqueur central.

9 - Centre, Caches, Axes

612A l'exception du marqueur central supposé de Los Naranjos, aucune donnée.

10 - Maçonnerie

613Les systèmes de construction sont particulièrement intéressants. A Los Llanitos, le cœur des structures latérales est constitué par un mur de pierres vertical, ce qui suppose une construction postérieure des talus. Le sol du terrain est en argile, les structures étant faites de couches superposées de terre et de pierres.

614A Los Naranjos (gr. 5, str. 7), une zone terminale a été creusée dans la pente d'une éminence, l'autre remblayée, afin que le sol soit plat. La construction s'est faite avec des blocs calcaires bruts, sur un remblai terreux. Le système de construction du terrain du gr. 6 (str. 1) du même site est semblable (blocs calcaires bruts et dalles taillées sur un remblai de terre), mais on a vu plus haut les problèmes de reconstruction, avec orientation différente.

11 - Structures annexes

615Néant.

12 - Structures associées

616Néant.

13 - Datation

617Alors que les terrains de Los Llanitos et Tenampua semblent plutôt appartenir au Classique Récent, ceux de Los Naranjos sont datés précisément de la phase Río Blanco (950-1250) du Postclassique Ancien.

14 - Variantes

618Deux terrains diffèrent légèrement du type : à Tenampua, l'une des zones terminales est plus grande que l'autre. Tenampua se rapproche ainsi de la variété II du type VI, des Hautes Terres mayas. Le terrain du gr. 6 (str. 1) de Los Naranjos ne possède en fait qu'une seule zone terminale bien définie. L'autre est constituée par le Río Blanco qui contourne le terrain.

15 - Cas douteux

619Aucun.

16 - Remarques

620Il semble que, malgré des ressemblances avec les terrains du type VI des Hautes Terres mayas, les terrains ici soient d'une période légèrement postérieure, ce qui signifierait une maintenance un peu plus longue des traditions.

17- Comparaisons

621Cf. le type VI des Hautes Terres du Guatemala et le type I du Honduras-Salvador.

31/HONDURAS - SALVADOR : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

Los Llanitos, str. 12

Longyear 1944

Salvador

Los Naranjos, gr. 5, str. 7

Baudez-Becquelin 1973

Honduras (lac Yojoa)

Los Naranjos, gr. 6, str. 1

Baudez-Becquelin 1973

Honduras (lac Yojoa)

Tenampua

Blom 1932
Yde 1938
Stone 1957

Honduras (Comayagua)

III/32. HONDURAS - SALVADOR : TYPE VIII : TERRAINS FERMES A PETITES ZONES TERMINALES

1 - Illustrations

622Un plan, deux profils, cf. planche 57.

2 - Critères

623Le plan comprend deux structures latérales, de part et d'autre de l'allée qui débouche des deux côtés sur deux zones terminales assez profondes (ce qui le différencie du type VIII des Hautes Terres mayas). Le profil est du type A d'Acosta et Moedano Koer, avec une banquette, un talus de très forte pente et une corniche.

3 - Echantillonnage

624Deux terrains bien identifiés.

4 - Localisation

625Un terrain est au Honduras, l'autre au Salvador.

5 - Localisation des sites

626Aucune donnée.

6 - Plan

627Il comprend deux structures latérales parallèles qui délimitent une allée de 9,25 m sur 41 (à Cihuatan) ; elle débouche à chaque extrémité sur une zone terminale fermée. Un terrain est orienté nord-sud.

7 - Profil

628Il comporte une banquette basse, à sommet plat (Naco) ou de très faible pente (Cihuatan) et bord vertical ou subvertical. Elle borde un talus de très forte pente (70-80°), surmonté d'une corniche basse.

8 - Sculptures

629Le terrain de Naco comporte un anneau.

9 - Centre, Caches, Axes

630L'axe transversal central du terrain devait être marqué à Naco par deux anneaux.

10 - Maçonnerie

631Aucune donnée.

11 - Structures annexes

632Néant (il devait exister des drains et des escaliers).

12 - Structures associées

633Néant.

13 - Datation

634Les deux terrains sont d'époque postclassique. La présence d'un anneau à Naco indique une construction probable au Postclassique Ancien.

14 - Variantes

635Néant.

15 - Cas douteux

636Néant.

16 - Remarques

637Les deux terrains sont classés dans le type VIII, par suite de leur date et de leur profil. Il se pourrait que des rapprochements soient possibles avec le type VII.

17 - Comparaisons

638Cf. types VII et VIII des Hautes Terres mayas.

32/ HONDURAS - SALVADOR : TYPE VIII : TERRAINS FERMES A PETITES ZONES TERMINALES

Cihuatan, gr. ouest

Longyear 1944
Blom 1932

Salvador

Naco

Strong 1948

Honduras

III/33. HONDURAS - SALVADOR : NON CLASSES : TERRAINS FERMES SANS PROFIL. Planche 57

Quelepa, gr. ouest

Andrews 1970

Salvador

639Le terrain est fermé, en forme de I. Il date du Classique Récent. Il entrerait probablement dans le type VI. Il faut noter la présence, dans une cache proche (ns 24), de 3 jougs, 2 palmes et une hache, rassemblés pour la première fois, en fouille.

San Francisco, str. 10-11

Longyear 1944

Salvador

640Le terrain est fermé, en forme de I, avec de petites zones terminales. Les murs de fond sont plus bas que les structures latérales. Le terrain est orienté nord-sud. Il n'est pas daté. Il se rapproche du type VI.

Vase en céramique de Santa Tecla (Salvador)

Baudez 1970

641Ce vase représente un personnage assis entre deux terrains vus en plan. Ils sont tous deux en forme de I, avec des zones terminales fermées, ce qui confirme que ce plan est courant dans la région. Le vase date de la période classique récente.

III/34. HONDURAS - SALVADOR : NON CLASSES : MANQUE DE DONNEES OU EXISTENCE DOUTEUSE (planche 57)

Chalchuapa (Tazumal Group)
str. 3-4

Longyear 1944
Sharer 1969

Salvador

642Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent une allée qui donne à l'ouest sur une structure perpendiculaire à l'axe du terrain. Le terrain est en partie détruit par une route. Il n'est pas daté.

Tehuacan (ou Opico, ou León de Piedra)

Longyear 1944
Blom 1932

Salvador

643Un terrain ?

Travesía, str. K1-K2

Stone 1941

Honduras (Ulua)

644Deux structures parallèles, orientées nord-est sud-ouest, sont signalées comme un terrain possible.

III/35. CHIAPAS : NON CLASSES : TERRAINS PRECLASSIQUES

1 - Illustrations

645Aucune publiée.

2 - Critères

646Les terrains sont ouverts, sans profils connus. Le critère essentiel réside dans leur position chronologique.

3 - Echantillonnage

647Au minimum quatre exemples, fouillés mais non publiés à l'heure actuelle. Il est possible que d'autres exemples existent.

4 - Localisation

648La plupart d'entre eux sont situés sur les rives du Rio Grijalva, à l'emplacement actuel du barrage de La Angostura.

5 - Localisation des sites

649Ce sont des sites de fond de vallée, ou de zones plates.

6 - Plan

650Deux structures parallèles délimitent une allée ouverte. Deux terrains sont orientés est-ouest. On ne dispose à l'heure actuelle d'aucune information supplémentaire.

7 - Profil

651Selon des informations orales d'E. Martinez et de G. Lowe, le profil des structures est en talus, avec une petite corniche au sommet. Le profil de l'allée serait bombé.

8 - Sculptures

652Deux marqueurs, portant des traces de sculptures, ont été identifiés : à El Vergel, il est circulaire, de 65 cm de diamètre pour 25 cm d'épaisseur. Celui de San Mateo possède les mêmes dimensions et la même forme.

9 - Centre, Caches, Axes

653Les deux marqueurs précédents étaient au centre de l'allée.

10 - Maçonnerie

654Aucune donnée.

11 - Structures annexes

655Néant.

12 - Structures associées

656Néant.

13 - Datation

657Les quatre terrains identifiés sont préclassiques. En ce qui concerne les terrains de la Presa La Angostura, on a avancé la date de Chiapa de Corzo III, soit 800-500 av. J.-C.

14 - Variantes

658Aucune indication.

15 - Cas douteux

659Aucun.

16 - Remarques

660Il reste un doute sur le profil du terrain, comme sur la date exacte du type. D'autre part, il existe un décalage entre les informations orales données par Gareth Lowe et Eduardo Martínez et les écrits de J. Gussynier : alors que les premiers mentionnaient trois terrains préclassiques, ce dernier donne trois noms et des détails plus nombreux ; mais on ne peut faire de recoupements entre les deux groupes de données, d'autant moins que Gussynier laisse supposer l'existence d'autres terrains.

17 - Comparaisons

661Cf. les terrains préclassiques des Hautes Terres mayas, de Oaxaca, de Tehuacan et de la région Puebla-Tlaxcala.

35/ CHIAPAS : NON CLASSES : TERRAINS PRECLASSIQUES

La Angostura - Acapulco

Gussynier 1975

Chiapas

La Angostura - El Vergel

Gussynier 1975

"

La Angostura - San Mateo

Gussynier 1975

"

Miramar, no°2

Agrinier (inf. orales)

"

III/36. CHIAPAS : TYPE IV : TERRAINS OUVERTS SUR UNE PLACE A AUTEL

1 - Illustrations

662Un plan. Cf. planche 58.

2 - Critères

663Deux structures parallèles délimitent une allée qui donne d'un côté sur une zone terminale, de l'autre sur une place au centre de laquelle se trouve un autel. Le profil comprendrait une banquette et un talus.

3 - Echantillonnage

664Un exemple, non fouillé.

4 - Localisation

665Le site est localisé dans les Hautes Terres du Chiapas.

5 - Localisation du site

666Aucune donnée.

6 - Plan

667Le plan publié n'est pas accompagné d'une échelle, ni complet. Il montre cependant deux structures latérales parallèles, de part et d'autre d'une allée, orientée nord-ouest sud-est. Une des extrémités de l'allée ouvre sur une zone terminale petite, fermée en partie (à l'exception d'une ouverture dans l'axe de l'allée), par des murs. L'autre donne sur une zone plus vaste, sans mur de fond et au centre de laquelle est bâtie une petite structure carrée, de type autel.

7 - Profil

668Non déterminé.

8 - Sculptures

669Néant.

9 - Centre, Caches, Axes

670Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

671Aucune donnée.

11 - Structures annexes

672Il semble, d'après le plan, que chaque structure latérale supporte une superstructure.

12 - Structures associées

673D'un côté de la place, jouxtant le terrain, se trouve une structure carrée assez importante.

13 - Datation

674Aucune donnée.

14 - Variantes

675Néant.

15 - Cas douteux

676Cf. le paragraphe suivant.

16 - Remarques

677Ce terrain, dont le profil reste inconnu, est isolé des autres représentants du type. De plus, il se trouve dans une zone voisine, mais de culture différente. Il subsiste donc un doute quant à son identification. Cependant, la nette ressemblance de ce plan avec celui du type IV des Hautes Terres mayas rendait nécessaire sa classification dans le type.

17 - Comparaisons

678Cf. type IV des Hautes Terres du Guatemala.

36/ CHIAPAS : TYPE IV : TERRAINS OUVERTS SUR UNE PLACE A AUTEL

Bolonchac

Sapper 1897
Blom (archives)
Piña Chan 1971

Chiapas

III/37. CHIAPAS : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

1 - Illustrations

679Un plan, un profil. Cf. planche 58.

2 - Critères

680Le terrain comporte deux structures latérales qui délimitent une allée qui donne dans deux zones terminales. Le profil comporte un talus à bord vertical et un mur supérieur vertical.

3 - Echantillonnage

681Un exemple, bien identifié.

4 - Localisation

682Dans la vallée du Río Grijalva, au Chiapas. Culture mayoīde.

5 - Localisation du site

683Le site est édifié sur une "meseta" ; il peut être défendu.

6 - Plan

684Les deux structures latérales délimitent une allée de 5,50 m sur 51, qui débouche à chaque extrémité sur une petite zone terminale fermée de murs plus bas que les structures latérales. Le terrain est orienté nord-nord-est sud-sud-ouest.

7 - Profil

685Il comprend un talus d'une pente de 20° qui tombe sur l'allée par un bord vertical haut de 1 m. Ce talus bute sur un mur supérieur vertical de 1 m de haut.

8 - Sculptures

686Néant.

9 - Centre, Caches, Axes

687Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

688Construction en pierres taillées. Le terrain aurait connu deux stades de construction.

11 - Structures annexes

689Un drain ? Un escalier d'accès ?

12 - Structures associées

690Néant.

13 - Datation

691Classique Récent.

14 - Variantes

692Néant.

15 - Cas douteux

693Néant.

16 - Remarques

694Le site de Varejonal possède un second terrain dont le profil est inconnu : il pourrait être du même type. Il faut s'étonner de trouver cet unique terrain ici, le plus proche terrain de ce type étant à Izapa.

17 - Comparaisons

695Cf. type VI, Hautes Terres mayas et Pacifique.

37/ CHIAPAS : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

Varejonal, str. 3

Lowe-Agrinier 1969

Chiapas

III/38. CHIAPAS : TYPE VII : TERRAINS FERMES A BANQUETTES ET ZONES TERMINALES INEGALES

1 - Illustrations

696Trois plans, trois profils. Cf. planche 58.

2 - Critères

697Les terrains comportent deux structures latérales, l'allée et deux zones terminales fermées. Le profil se compose d'une banquette à sommet plat et bord vertical, d’un talus et d'une corniche.

3 - Echantillonnage

698Deux terrains doubles et un terrain simple, soit un total de cinq terrains, dont seuls un double et le simple ont été fouillés.

4 - Localisation

699Les trois sites sont localisés sur le plateau central chiapanèque et dans la vallée du Rio Grijalva.

5 - Localisation des sites

700Ce sont des sites de vallée ou de collines basses.

6 - Plan

701A la base des plans sont deux structures parallèles, délimitant une allée de 3,90 m sur 34, à San Antonio par exemple. A ses extrémités, l'allée débouche sur une zone terminale fermée. Le problème se complique un peu avec les terrains doubles, puisque les deux structures parallèles sont largement plus écartées de façon à permettre l'édification d'une troisième structure au centre de l’allée. On obtient donc deux allées parallèles qui aboutissent à des zones terminales communes. Dans ces conditions, il est évident qu'un des côtés des zones terminales restera toujours ouvert. De plus, les zones terminales sont incomplètement fermées ; une petite ouverture permet le passage sur le terrain. Il faut enfin noter la présence de banquettes débordantes sur trois terrains et le fait que les deux terrains doubles sont orientés nord-sud, le dernier étant orienté est-ouest.

7 - Profil

702Il se compose d'une banquette à sommet plat et bord vertical, haute de 80 cm environ, d'un talus de pente moyenne et d'une corniche supérieure (haute de 75 cm à San Antonio).

8 - Sculptures

703Néant.

9 - Centre, Caches, Axes

704Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

705Les terrains sont en pierres taillées, sur un remblai de terre.

11 - Structures annexes

706Des drains ont été identifiés à San Antonio et San Isidro, ainsi que des escaliers d'accès au terrain à San Antonio (sur le côté nord de la zone terminale est et dans l'angle nord-ouest de la zone ouest). On note la présence d'escaliers d'accès aux structures latérales, à San Antonio, et à la structure centrale, à San Isidro. Enfin, il importe de signaler, à San Antonio, l'existence d'une superstructure sur la structure terminale ouest : il s'agit d'un bain de vapeur (str. 5), de plan rectangulaire.

12 - Structures associées

707Aucune information.

13 - Datation

708Le terrain de San Antonio est daté du Classique Récent, les deux terrains doubles n'étant pas datés avec certitude.

14 - Variantes

709Aucune.

15 - Cas douteux

710Néant.

16 - Remarques

711Il est surprenant de rencontrer deux terrains doubles dans la même région, alors que la seule autre occurrence d'un terrain multiple a été constatée à Tikal (terrain triple, str. 5 D 78-81).

17 - Comparaisons

712Cf. le type VII des Hautes Terres mayas.

38/ CHIAPAS : TYPE VII : TERRAINS FERMES A BANQUETTES ET ZONES TERMINALES INEGALES

Colonia López Mateos (double)

Piña Chan-Navarrete 1967

Chiapas

San Antonio, str. 1

Agrinier 1966

"

San Isidro (double), str. 2

Matos Moctezuma 1967

"

III/39. CHIAPAS : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS SANS PROFILS

Chachi

Gussynier 1974

Chiapas (La Angostura)

713Un terrain ouvert, dont le profil inclut des banquettes. Il est orienté est-ouest. Il serait d'époque postclassique.

Chachi Panteon

Gussynier 1974

Chiapas (La Angostura)

714Un terrain ouvert, d'époque classique, construit en pierres. Il comporte des banquettes.

Colonia López Mateos

Navarrete-Piña Chan 1967

Chiapas (Tecpatan)

715Un terrain ouvert, orienté nord-sud, sur ce site classique récent, construit en terrasse sur les bords du Río Grijalva.

El Jocote

Shook 1956
Culebro 1939
Piña Chan 1971

Chiapas

716Un terrain ouvert, orienté nord-sud, d'époque classique récente. L'allée mesure 7 m sur 24.

Espala

Shook 1956

Chiapas

717Deux structures parallèles, orientées nord-ouest sud-est, délimitent une allée longue et étroite. Le terrain serait d'époque classique récente.

Finca Campana

Lowe 1959
Piña Chan 1971

Chiapas

718Un terrain ouvert, d'époque classique. Il se pourrait qu'il existe d'autres exemples sur ce site.

Finca Las Delicias

Gussynier 1974

Chiapas (La Angostura)

719Un petit terrain ouvert, construit en gros galets. On note la présence, à une extrémité, d'une ligne de pierres (20-30 cm de haut).

Horcones, no 1

Martínez (inf. orales)

Chiapas (Tonalá)

720Un terrain ouvert, construit en pierres taillées. Classique Récent.

Las Maravillas

Lowe 1959

Chiapas

721Deux structures parallèles, très écartées, orientées nord-sud, pourraient être interprétées comme un terrain. Mais une structure bouche l'extrémité sud de l'allée. Le site, défensif, serait du Classique Récent.

Las Posadas

Lowe 1959

Chiapas

722Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent un terrain ouvert, d'époque classique récente.

Miramar no 1

Agrinier (inf. orales)

Chiapas

723Un terrain ouvert, d'époque classique (culture zoque).

San Antonio Playa Grande

Lowe 1959

Chiapas

724Un terrain ouvert, en terre, sur un site occupé du Préclassique à la Conquête.

San Caralampio

Lowe 1959

Chiapas

725Un terrain à extrémités ouvertes, sur un site du Classique Récent.

San Felipe

Lowe 1959

Chiapas

726Un terrain orienté est-ouest, construit en pierres, sur un site de colline préclassique et classique récent. L'allée mesure 4,60 m sur 40 m.

San Francisco

Gussynier 1974

Chiapas (La Angostura)

727Un terrain ouvert, construit avec de petites dalles. Il comporte des banquettes à bord en talus.

San Luis

Lowe 1959

Chiapas (Acala)

728Un terrain ouvert, sur un site cérémoniel mayoīde, d'époque classique récente. Le terrain est orienté nord-sud.

Sitio Vera-Cruz II, no°1

Navarrete 1960

Chiapas (villa Corzo)

729Un terrain, orienté nord-ouest sud-est, construit en terre et en pierres, sur ce site occupé au Préclassique et au Classique Récent.

Sitio Vera-Cruz II, no°2

Navarrete 1960

Chiapas (villa Corzo)

730Un deuxième terrain, ouvert, sur une place, orienté nord-ouest sud-est. Un bâtiment jouxte la structure latérale nord-est. Le site est occupé au Préclassique Récent et au Classique Récent.

III/40. CHIAPAS : NON CLASSES : TERRAINS FERMES SANS PROFILS

Chapatengo

Gussynier 1974

Chiapas (La Angostura)

731Sur ce site classique de bord de rivière, a été identifié un grand terrain à zones terminales fermées, construit en pierres taillées. On note la présence de murs de contention dans les structures latérales. Un marqueur circulaire, de 79 cm de diamètre, qui porte des glyphes, a été dégagé ; et dessous, on a trouvé une cache contenant des vases, des plats (dont un maya) et des coquillages marins.

Colonia Tierra Blanca, no 1

Lowe 1959

Chiapas

732Un terrain, à zones terminales fermées par des murs bas. Classique Récent ou Postclassique.

Colonia Tierra Blanca no 2

Lowe 1959

Chiapas

733Un terrain, à zones terminales fermées par des murs bas. Classique Récent ou Postclassique.

Horcones, no 2

Martínez (inf. orales)

Chiapas (Tonalá)

734Un terrain fermé, construit en pierres taillées. Classique Récent.

Horcones, no 3

Martinez (inf. orales)

Chiapas (Tonalá)

735Un autre terrain, fermé, construit en pierres taillées. Classique Récent.

Poblason

Lowe 1959

Chiapas

736Deux monticules parallèles, délimitant, une allée, fermée à chaque extrémité par une structure. Est-ce un terrain ? Classique Récent ou Postclassique.

Rancho el Refugio

Mason

Chiapas

737Ce site possèderait plusieurs terrains fermés, dont l'un très grand. Le site est daté du Classique Récent.

Ruiz

Lowe 1959

Chiapas

738Une construction en forme de I, orientée nord-sud, sur un site du Postclassique. Mais Lowe ne dit rien de l'existence d'un terrain sur ce site ?

San Pedro Buenavista

Berlin 1946

Chiapas

739Un terrain en forme de I, à zones terminales fermées, a été identifié. Il appartient à un centre cérémoniel du Postclassique Ancien et est orienté nord-ouest sud-est. Il est construit en grosses pierres et en dalles et son profil inclut un talus de 33°.

Varejonal, str. 48-49

Agrinier 1969

Chiapas (Jiquipilas)

740Ce terrain, fermé, à l'allée longue et étroite, orienté nord-sud, appartient probablement au type VI. Le site est occupé surtout au Classique Récent.

III/41. CHIAPAS : NON CLASSES : MANQUE DE DONNEES OU EXISTENCE DOUTEUSE

Aquespala

Culebro 1939
Piña Chan 1971

Chiapas

741Un terrain, sur un site classique récent.

Chachi A 15a

Gussynier 1974

Chiapas (La Angostura)

742Un très grand terrain classique. Gussynier mentionne l'existence de banquettes.

El Campamento

Piña Chan-Navarrete 1967

Chiapas

743Un terrain, sur un site d'occupation classique et postclassique.

El Canelar

Blom (archives)

Chiapas

744Un terrain, sur un site occupé au Préclassique Récent et au Classique.

El Durazno-Las Cruces

Piña Chan 1971

Chiapas

745Un terrain, classique.

El Raudal I

Piña Chan 1971

Chiapas (Las Palmas)

746Un terrain sur un centre cérémoniel.

El Transito

Berlin 1946

Chiapas

747Il n'existe pas de terrain connu, mais un anneau à tenon a été découvert sur le site.

El Triunfo

Piña Chan-Navarrete 1967

Chiapas (Las Palmas)

748Un petit centre cérémoniel, contenant un terrain.

Laguna Mora, no°1

Lowe 1959

Chiapas

749Un terrain sur un site de collines, classique récent.

Laguna Mora, no°2

Lowe 1959

Chiapas

750Un terrain, sur un site établi sur des collines. Classique Tardif.

Laguna Mora, no°3

Lowe 1959

Chiapas

751Un terrain, sur un site de collines. Classique Récent.

Laguna Mora, no°4

Lowe 1959

Chiapas

752Un terrain, sur un site de collines. Classique Récent.

Laguna Mora, no°5

Lowe 1959

Chiapas

753Un terrain, sur un site de collines. Classique Récent.

Los Cimientos

Piña Chan 1971

Chiapas

754Sur un petit centre cérémoniel du Classique Récent, un terrain.

Ocote

Blom (archives)
Piña Chan 1971

Chiapas

755Un petit terrain, sur ce centre cérémoniel occupé au Préclassique et au Classique.

Pueblo Viejo

Sorenson 1955

Chiapas (Villaflores)

756Un petit terrain d'existence douteuse, sur un site du Postclassique Ancien.

Sacramento

Sapper 1897
Blom 1932
Piña Chan 1971

Chiapas

757Un terrain, peut-être accompagné de sculptures.

San Francisco

Lowe 1959
Piña Chan 1971

Chiapas

758Un terrain, sur une place, sur un site du Classique Récent et du Postclassique Ancien.

Sigero

Berlin 1952
Piña Chan-Navarrete 1967

Tabasco (Huimanguillo)

759Sur ce site du Tabasco, inclus ici pour des raisons de voisinage immédiat avec le Chiapas, le groupe principal possède un terrain, constitué par deux monticules de terre, orienté nord-sud. Classique Récent et Postclassique Ancien.

Tierra Nueva (ou Sanchez Site)

Berlin 1952
Sanders 1971

Tabasco (Cardenas)

760Au nord-ouest de ce site classique récent, on a trouvé un terrain et deux pyramides.

Tierra Nueva (ou Sanchez Site)

Berlin 1952
Sanders 1971

Tabasco (Cardenas)

761Sur le centre cérémoniel classique récent, un petit terrain, à proximité d'une place.

Tierra Nueva (ou Sanchez Site)

Berlin 1952
Sanders 1971

Tabasco (Cardenas)

762Un terrain et une pyramide, dans le groupe nord de ce site classique récent.

763Il importe enfin de signaler que les sites du Chiapas semblent posséder de nombreux autres terrains, encore mal identifiés ou non publiés : le site de Rancho El Refugio, ou la zone de La Angostura (en cours de publication ; cf. les articles de J. Gussynier ou ceux d'Alejandro Martínez et al. dans le Vol. 2 de la XVIe Mesa Redonda de la S. M. A.) possèdent de nombreux autres terrains, déjà connus, mais la plupart des données manquent encore, pour les classer.

III/42. OAXACA : NON CLASSES : TERRAINS PRECLASSIQUES

1 - Illustrations

764Néant.

2 - Critères

765On ne connaît ni le plan ni le profil. Le critère essentiel réside donc dans leur appartenance à la période préclassique.

3 - Echantillonnage

766Deux exemples, identifiés, non fouillés.

4 - Localisation

767Les deux exemples sont localisés dans la vallée de Oaxaca.

5 - Localisation des sites

768Monte Alban est un site de sommet de colline qui peut être considéré comme défensif ; San José Mogote est dans le fond de la vallée.

6 - Plan

769Inconnu. On sait seulement que les deux terrains occupent des positions similaires par rapport à des places regroupant des constructions cérémonielles. Les deux terrains sont orientés nord-sud.

7 - Profil

770Inconnu.

8 - Sculptures

771Aucune donnée.

9 - Centre, Caches, Axes

772Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

773Il semble que le terrain de Monte Alban soit construit en pierre.

11 - Structures annexes

774Néant.

12 - Structures associées

775Les deux terrains sont proches de structures importantes.

13 - Datation

776Ils appartiennent à la période Monte Alban II, soit 150 av. J.-C. - 250 ap. J.-C.

14 - Variantes

777Néant.

15 - Cas douteux

778Néant.

16 - Remarques

779La datation du terrain de Monte Alban trouve sa confirmation dans celle du terrain de San José Mogote, dans la mesure où elle était encore incertaine.

17 - Comparaisons

780Cf. les terrains préclassiques des Hautes Terres mayas, de Chiapas, de la vallée de Tehuacan et de la région de Puebla-Tlaxcala.

42/ OAXACA : NON CLASSES : TERRAINS PRECLASSIQUES

Monte Alban, no°1

Bernal 1964-1965

Oaxaca

San José Mogote, str. sud

Flannery 1975

Oaxaca

III/43. OAXACA : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

1 - Illustrations

781Un plan, un profil. Cf. planche 1.

2 - Critères

782Le terrain se compose de deux structures latérales, de part et d’autre d’une allée qui donne, à chaque extrémité, sur une zone terminale fermée de murs bas. Le profil comprend un long talus qui tombe sur l’allée par un bord vertical et un mur supérieur vertical.

3 - Echantillonnage

783Un exemple, non fouillé.

4 - Localisation

784Etat de Oaxaca, près de Nochistlan.

5 - Localisation du site

785Site de colline.

6 - Plan

786Deux longues structures latérales parallèles délimitent une allée de 44 m sur 6, orienté nord-sud. Cette allée donne à chaque extrémité sur une zone terminale de 12 m sur 26, fermée de murs bas.

7 - Profil

787Il se compose d'un long talus (5 m) de faible pente (8°) qui tombe sur l'allée par un mur vertical de 1 m de haut. Le talus bute sur un mur supérieur haut de 1 m.

8 - Sculptures

788Néant, sauf une frise à motifs ornementaux.

9 - Centre, Caches, Axes

789Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

790Le terrain étant très détruit, il est difficile de se prononcer. On a cependant trouvé des traces de stuc et des gradins de soutènement.

11 - Structures annexes

791Néant.

12 - Structures associées

792Néant.

13 - Datation

793Monte Alban IIIa et IIIb : le terrain est probablement du Classique Récent.

14 - Variantes

794Néant.

15 - Cas douteux

795Néant.

16 - Remarques

796Ce terrain semble être le seul de ce type dans la région, mais il est possible que des terrains non classés soient du même type.

17 - Comparaisons

797Cf. le type VI des Hautes Terres mayas, du Chiapas et du Pacifique.

43/ OAXACA : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

Yucuñudahui

Guzman 1934
Caso 1938
Acosta-Moedano 1946

Oaxaca (Nochistlan)

III/44. OAXACA : TYPE VII : TERRAINS FERMES A BANQUETTES

1 - Illustrations

798Cinq plans, sept profils. Cf. planches 59, 60. Pl. photo 12, 13.

2 - Critères

799Ce sont des terrains fermés, à petites zones terminales. Le profil comprend une banquette à sommet plat et bord en talus, un talus et une corniche supérieure.

3 - Echantillonnage

800Huit terrains, dont trois ont été fouillés, deux bien identifiés et trois reconnus.

4 - Localisation

801Tous sont dans l'Etat de Oaxaca, mais six seulement sont dans la vallée ; les deux autres sont localisés dans l'isthme de Tehuantepec (Guiengola) et dans la Chinantla (Cerro Bobo).

5 - Localisation des sites

802Ce sont des sites de vallée ou de plaine, mais tous sont perchés sur des hauteurs ou des versants (Dainzú, Yagul...) et certains sont défensifs (Guiengola).

6 - Plan

803Il est très simple : deux structures latérales parallèles délimitent l'allée, longue (21,60 m à 38 m) et étroite (4,10 m à 8 m). Celle-ci débouche à chaque extrémité sur une zone terminale, petite (6-7 m de profondeur pour 21-23 de large), fermée de hauts murs. L'ensemble est fréquemment enfoncé dans le sol (Monte Alban, Dainzú). Trois terrains sont orientés nord-sud, trois est-ouest.

7 - Profil

804Il se compose d'une banquette à sommet plat et bord en talus d'une hauteur de 0,60 m à 1 m. Les banquettes sont toujours débordantes. Elles bordent un talus d'une pente moyenne de 45° qui bute sur une corniche (souvent mal conservée) de faible hauteur.

805Un problème se pose en ce qui concerne le terrain de Guiengola : le profil publié ne correspond ni à la description ni au plan. Nous avons préféré suivre les indications les plus cohérentes données par Peterson (1974).

8 - Sculptures

806On note la présence à Yagul d'une sculpture représentant une tête de serpent avec des bras et des mains, et d'une petite dalle, au centre du terrain principal de Monte Alban.

9 - Centre, Caches, Axes

807Le centre du terrain est indiqué par des sculptures à Yagul et à Monte Alban (no°2 : grand terrain).

10 - Maçonnerie

808Dans la plupart des cas, les terrains sont littéralement creusés dans le sol, ce qui accentue encore l'impression de fermeture. D'autre part, il est évident que cela modifie grandement les conditions du remblai : il n'est pas nécessaire de disposer d'un remblai important, puisque le sol naturel constitue la base du terrain. Dans l'ensemble donc, la construction est en pierre taillée, revêtue d'une couche de stuc. Parfois, comme à Monte Alban, les talus sont en fait de petits gradins, de façon à ce que le revêtement de stuc soit stabilisé.

809On note la présence de superposition à Monte Alban, le terrain no°2 étant construit sur le no°1, d'époque préclassique. Enfin, on remarque également l'existence de réaménagements à Monte Alban et à Yagul, le plan du terrain restant le même.

11 - Structures annexes

810Drains et escaliers d'accès sont indispensables dans ce type : on a relevé la présence des premiers à Monte Alban (no°2 et no°3) ; les seconds sont plus visibles : ils sont localisés sur les côtés des zones terminales à Dainzú (quatre escaliers), Yagul (quatre) et Monte Alban no°3 (deux). On en trouve un latéral, dans la zone terminale sud, à Monte Alban no°2, mais sur ce terrain, comme à Guiengola, l'escalier principal est dans l'axe du terrain, sur le mur de fond de la zone terminale nord.

811On a noté la présence de niches à Atzompa (dans le mur ouest du terrain), à Dainzú (dans l'angle nord-est de la zone terminale est), à Monte Alban no°2 et no°3, dans les angles nord-est et sud-ouest des zones terminales.

812Des escaliers extérieurs donnent accès au sommet des structures à Monte Alban no°2 (un large escalier), à Dainzú (un petit escalier sur la structure sud), à Guiengola (quatre escaliers) et à Yagul (un escalier sur la structure sud). Il devait donc exister quelques superstructures, et en particulier on note la présence d'une dalle représentant un tigre dressé sur le sommet de la structure latérale ouest de Monte Alban no°2. Enfin, il importe de signaler ici que le centre de la structure latérale nord de Monte Alban no°3 est occupé par une construction circulaire, visiblement postérieure.

12 - Structures associées

813Aucune en particulier. Il faut cependant noter que la plupart des terrains occupent une position centrale dans les sites.

13 - Datation

814La plupart des terrains sont datés de la période Monte Alban III, soit de la période classique et plus précisément du Classique Récent. Toutefois, le terrain de Yagul a probablement été utilisé pendant la période Monte Alban IV.

14 - Variantes

815Néant.

15 - Cas douteux

816Néant.

16 - Remarques

817Il faut noter que la plupart des terrains non classés de la région sont de type fermé et que, par ailleurs, une maquette de terrain en albâtre et deux bijoux représentent également des terrains fermés. Il est donc vraisemblable que ce type domine dans la région.

17 - Comparaisons

818Cf. type VII des Hautes Terres mayas et les terrains fermés de la région de Tehuacan.

44/ OAXACA : TYPE VII : TERRAINS FERMES A BANQUETTES

Atzompa

Acosta-Moedano 1946

Oaxaca (vallée)

Cerro Bobo

Delgado 1960

Oaxaca (Chinantla)

Dainzú

Bernal 1967
plan Taladoire 1972

Oaxaca (vallée)

Guiengola

Peterson 1972

Oaxaca (Tehuantepec)

Monte Alban no°2

Caso, passim
Acosta-Moedano 1946

Oaxaca (vallée)

Monte Alban no°3

Grace 1954 Taladoire 1972

" "

San Luis Beltram

Bernal 1964-1965

" "

Yagul

Wicke 1957

" "

III/45. OAXACA : NON CLASSES : TERRAINS FERMES SANS PROFILS. Planche 60

El Obispo

Berlin 1951

Oaxaca (Sola)

819Un petit terrain à zones terminales fermées, orienté nord-sud, est situé à côté d'une place. Il n'est pas daté.

Los Chilillos

Berlin 1951

Oaxaca (Sola)

820Un petit terrain à zones terminales fermées, orienté nord-est sud-ouest, est localisé sur un site de collines. Les murs sont en talus, stuqués. On a trouvé, au centre, une statue brisée en deux.

Monte Negro

Caso 1938
Acosta 1964-1965

Oaxaca (Tilantongo)

821Sur ce site de sommet de colline, on a identifié un terrain en forme de I, fermé de façon différente à ses deux extrémités. Il est orienté nord-sud et n'est pas daté de façon précise.

Piedra Siempre Viva

Berlin 1951

Oaxaca (Sola)

822Un petit terrain, en forme de I, orienté est-ouest. Deux statues ont été identifiées sur le terrain. Berlin suggère une ressemblance avec des anneaux.

San Luís

Anonyme 1960
Clune 1963

Oaxaca

823Un terrain fermé du Classique Récent.

Tepozcolula

Guzman 1934
Krickeberg 1948

Oaxaca (Nochistlan)

824Un terrain formé de talus parallèles, orientés nord-sud et de deux structures axiales.

III/46. OAXACA : NON CLASSES : MANQUE DE DONNEES

Loma del Carmen

Delgado 1960

Oaxaca (Chinantla)

825Sur ce site classique ( ?) on a identifié un terrain, très détruit. De plus, on a trouvé un fragment de joug.

Manialtepec

Brockington 1969

Oaxaca (côte)

826Un petit terrain sur ce site où se mélangent des influences de la zone maya et de Monte Alban.

Piedra Parada

Decicco-Brockington 1956

Oaxaca (côte)

827Deux monticules parallèles, orientés nord-sud, délimitent ce qui pourrait être un terrain ouvert. Son existence reste incertaine, pour les auteurs.

Pueblo Viejo Colotepec

Brockington 1969

Oaxaca (côte)

828Sur un site de colline, un petit terrain mêlé à des habitations. Deux pierres en forme de têtes de serpent ont été identifiées. Le site est apparemment d'occupation mixtèque.

Quiotepec

Acosta 1964-1965

Oaxaca (Mixteca)

829A proximité de la place principale de ce site d'occupation classique et postclassique (Monte Alban III-IV), un terrain, d'identification douteuse.

Tilantongo

Caso 1938

Oaxaca

830Un terrain ?

III/47. OAXACA : NON CLASSES : REPRESENTATIONS DE TERRAINS

831Il convient de rappeler ici que, outre les terrains étudiés, la région de Oaxaca possède de nombreux autres terrains : tout d'abord. Bernai (1964-1965) parle de plusieurs terrains identifiés dans des sites de la vallée, mais la reconnaissance qui a permis de les identifier n'a pas encore été publiée. D'autre part, il existe de nombreuses représentations de terrains. Il ne convient pas ici de s'étendre sur le problème des représentations pictographiques (62 exemples) déjà traité au Chapitre IV, 1ère partie. Mais la fouille de la Tombe 7 de Monte Alban (Caso 1932b, 1932c) a permis d'identifier, sur les bijoux mixtèques mis à jour, deux représentations de terrains : le pendentif en or (no°167) représente un terrain en forme de I, avec deux zones terminales bien définies. Du profil, on peut identifier deux banquettes débordantes et un talus. Sur le terrain sont visibles un crâne (au centre) et deux personnages, l'un étant un dieu solaire, l'autre un dieu lunaire. Le reste du pendentif se compose de symboles solaire, lunaire (un couteau de silex) et terrestre. Le terrain serait le symbole du ciel. Il faut noter la présence sur le terrain de deux "sculptures", en forme de serpent, sur l'axe transversal. D'autre part, l'os gravé no°203b, incisé, représente un terrain, à zones terminales fermées, divisé en huit zones par des lignes qui se croisent au centre. Dans chaque zone terminale, on distingue un cercle (Pl. 71, pl. photo 20).

832Enfin, dans un article, Dockstader (1968) parle d'une plaque d'albâtre rectangulaire, taillée en forme de terrain. Cette plaque se trouve au Museum of the American Indian et proviendrait de Oaxaca. Le terrain a la forme d'un I légèrement déformé, avec des zones terminales très nettes. L'objet serait un pendentif. Il est remarquable que tous les terrains et toutes les représentations soient du même type, fermé. Il semble que les terrains ouverts n'aient pas été utilisés dans cette région, au moins à l'époque classique ou postclassique.

III/48. TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS PRECLASSIQUES

1 - Illustrations

833Aucune.

2 - Critères

834Deux structures parallèles délimitent une allée ouverte. Le profil est inconnu. Le terrain est d'époque préclassique.

3 - Echantillonnage

835Un terrain.

4 - Localisation

836La vallée de Tehuacan, entre la vallée de Oaxaca et la région de Puebla.

5 - Localisation du site

837Site de sommet de colline.

6 - Plan

838Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent une allée de 10 m sur 20.

7 - Profil

839Inconnu.

8 - Sculptures

840Aucune donnée.

9 - Centre, Caches, Axes

841Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

842Aucune information.

11 - Structures annexes

843Néant.

12 - Structures associées

844Néant.

13 - Datation

845Phase Palo Blanco (150 av. J.-C. - 300 ap. J.-C.).

14 - Variantes

846Néant.

15 - Cas douteux

847Néant.

16 - Remarques

848Aucune.

17 - Comparaisons

849Cf. type préclassique du Chiapas, des Hautes Terres mayas et de Oaxaca.

48/ TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS PRECLASSIQUES

Tr 16

Mc Neish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Tehuacan (San Rafael)

III/49. TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS FERMES PRECLASSIQUES

1 - Illustrations

850Trois plans.

2 - Critères

851Les terrains sont fermés, en forme de I, avec une allée et deux zones terminales. Le profil est inconnu. Le critère essentiel est leur appartenance au Préclassique.

3 - Echantillonnage

852Dix exemples, non fouillés.

4 - Localisation

853La vallée de Tehuacan est une voie de passage entre la région de Puebla et la vallée de Oaxaca.

5 - Localisation des sites

854Ce sont des sites de collines ou de terrasses, d'accès facile, sauf un (tr. 19) situé sur le sol de la vallée.

6 - Plan

855Deux structures parallèles délimitent une allée de 5 à 12 m de large sur 20 à 65 m de long qui aboutit, à chaque extrémité, dans une zone terminale fermée, de grandes dimensions. Les terrains semblent creusés dans le sol. Un terrain est orienté est-ouest, quatre nord-ouest sud-est et un nord-est sud-ouest.

7 - Profil

856Inconnu.

8 - Sculptures

857Aucune donnée précise.

9 - Centre, Caches, Axes

858Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

859Aucune information. Le terrain de Tr. 301 est en terre et galets.

11 - Structures annexes

860Néant.

12 - Structures associées

861La plupart des terrains sont bâtis sur la place principale, à proximité de la pyramide. Quatre sites sont considérés comme des villes.

13 - Datation

862Les terrains sont attribués à la phase Palo Blanco (150 av. J.-C. - 300 ap. J.-C.).

14 - Variantes

863Aucune.

15 - Cas douteux

864Le terrain du site Tr. 281 est considéré comme incertain par Mac Neish et ses collaborateurs.

16 - Remarques

865Jusqu'à présent, la plupart des terrains préclassiques connus étaient ouverts. Il faut donc considérer ce groupe comme à part, à moins que la fouille ne révèle en fait une position chronologique différente.

17 - Comparaisons

866Cf . les terrains préclassiques du Chiapas, de Oaxaca et de Puebla Tlaxcala.

49/ TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS PRECLASSIQUES FERMES

Tr. 19

McNeish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Tehuacan (Tecomavaca)

Tr. 41

" "

Tehuacan

Tr. 73, Cerro del Tunal

" "

San Rafael

Tr. 79

" "

Tehuacan (San Rafael)

Tr. 144

" "

Teotitlan del Camino

Tr. 186

" "

Calipan

Tr. 251

" "

San Cristobal Topotiopan

Tr. 281

" "

Cuayacatepec

Tr. 301

" "

Teotitlan del Camino

Tr. 309

" "

San Juan de los Cues

III/50. TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS EN CUVETTE PRECLASSIQUE

1 - Illustrations

867Un plan.

2 - Critères

868Le terrain se présente sous la forme d'un rectangle allongé, fermé sur ses quatre côtés par des murs ou des structures, sans zones terminales. Le profil est inconnu. Le terrain est d'époque préclassique.

3 - Echantillonnage

869Trois exemples, non fouillés.

4 - Localisation

870La vallée de Tehuacan, entre la vallée de Oaxaca et la région de Puebla.

5 - Localisation des sites

871Sites de sommet de collines ou de vallée.

6 - Plan

872Deux structures latérales parallèles délimitent une allée large de 7 à 20 m pour une longueur de 28 à 30 m, qui bute à chaque extrémité sur un mur de fond, sans zones terminales. Un terrain est orienté nord-ouest sud-est, et deux nord-sud.

7 - Profil

873Inconnu.

8 - Sculptures

874Néant.

9 - Centre, Caches, Axes

875Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

876Aucune donnée.

11 - Structures annexes

877Néant.

12 - Structures associées

878Néant.

13 - Datation

879Phase Palo Blanco Ancien (150 av. J.-C. - 300 ap. J.-C.).

14 - Variantes

880Néant.

15 - Cas douteux

881Le terrain de Tr. 48 est d'existence incertaine.

16 - Remarques

882Le type semble peu courant à l'époque.

17 - Comparaisons

883Cf. les terrains en cuvette de San Lorenzo et en général les terrains Préclassiques.

50/ TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS EN CUVETTE PRECLASSIQUES

Tr. 48

McNeish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Ingenio de Ayotla

Tr. 103

" "

San José Tilapa

Tr. 280

" "

San Bartolo Teontepec

III/51. TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS FERMES DU CLASSIQUE ANCIEN

1 - Illustrations

884Un plan.

2 - Critères

885Deux structures parallèles délimitent une allée qui aboutit dans deux zones terminales fermées. Le profil est inconnu. Le terrain date du Classique Ancien.

3 - Echantillonnage

886Cinq terrains non fouillés.

4 - Localisation

887La vallée de Tehuacan, entre Puebla et Oaxaca.

5 - Localisation des sites

888Trois sont des sites de collines et deux de vallées.

6 - Plan

889Deux structures parallèles délimitent une allée de 8 m sur 40 (tr. 354), orientée nord-sud. Celle-ci donne, à chaque extrémité, sur une zone terminale de grandes dimensions.

7 - Profil

890Inconnu.

8 - Sculptures

891Aucune donnée.

9 - Centre, Caches, Axes

892Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

893Le remblai est en terre (ou formé de déblais) avec un revêtement de pierres.

11 - Structures annexes

894Néant.

12 - Structures associées

895Néant.

13 - Datation

896Phase Palo Blanco récente (300 - 700 ap. J.-C.).

14 - Variantes

897Néant.

15 - Cas douteux

898L'existence du terrain de Tr. 299 est encore incertaine.

16 - Remarques

899Il existe dans le livre de McNeish et al. Prehistory of the Tehuacan Valley, vol. V, une confusion, due à une faute d'impression entre le site Tr. 99 et le site Tr. 299 qui pose un problème d'identification. D'autre part, il importe de noter que ces terrains sont les seuls identifiés avec une certaine précision pour la période classique ancienne.

17 - Comparaisons

900Néant.

51/ TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS FERMES DU CLASSIQUE ANCIEN

Tr. 43

McNeish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Tehuacan

Tr. 240

" "

Altepexi

Tr. 291

" "

San Martín Toxpala

Tr. 299

" "

Tecomavaca

Tr. 354

" "

Coapan

III/52. TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS EN CUVETTE DU CLASSIQUE ANCIEN

1 - Illustrations

901Aucune.

2 - Critères

902Deux structures latérales et deux structures terminales délimitent une allée rectangulaire. Le profil est inconnu. Le terrain est d'époque classique ancienne.

3 - Echantillonnage

903Un exemple, non fouillé.

4 - Localisation

904La vallée de Tehuacan, entre Puebla et Oaxaca.

5 - Localisation du site

905Site de colline.

6 - Plan

906Les deux structures latérales et les deux structures terminales délimitent une allée rectangulaire de 5 m sur 20, d'orientation inconnue.

7 - Profil

907Inconnu.

8 - Sculptures

908Néant.

9 - Centre, Caches, Axes

909Aucune donnée

10 - Maçonnerie

910Aucune donnée.

11 - Structures annexes

911Néant.

12 - Structures associées

912Néant.

13 - Datation

913Phase Palo Blanco Récent (300 - 700 ap. J.-C.).

14 - Variantes

914Néant.

15 - Cas douteux

915Les auteurs ne sont pas certains de la fonction du terrain.

16 - Remarques

916Aucune.

17 - Comparaisons

917Cf. l'hypothèse de Borhegyi, relative à la datation du type V, en cuvette, des Hautes Terres mayas.

52/ TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS EN CUVETTE DU CLASSIQUE ANCIEN

Tr. 298

McNeish et al, 1972
Preh. Tehuacan Valley

Tecomavaca

III/53. TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS DU CLASSIQUE RECENT

1 - Illustrations

918Aucune.

2 - Critères

919Deux structures parallèles, dont le profil est inconnu, délimitent une allée ouverte. Le terrain est daté du Classique Récent.

3 - Echantillonnage

920Quatre exemples, non fouillés.

4 - Localisation

921La vallée de Tehuacan, entre Puebla et Oaxaca.

5 - Localisation des sites

922Ce sont des sites de sommet de collines, fortifiés.

6 - Plan

923Deux structures parallèles, de part et d'autre d'une allée. Les dimensions sont inconnues. Un terrain est orienté nord-sud, un autre est-ouest.

7 - Profil

924Inconnu.

8 - Sculptures

925De nombreux fragments d'anneaux ont été découverts sur ces sites.

9 - Centre, Caches, Axes

926Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

927Aucune donnée.

11 - Structures annexes

928Néant.

12 - Structures associées

929Néant.

13 - Datation

930Phase Venta Salada Ancienne (700-1150 ap. J.-C.).

14 - Variantes

931Néant.

15 - Cas douteux

932Dans la mesure où l'absence de fouilles n'a pas permis de prouver l'existence des terrains, les quatre exemples restent douteux.

16 - Remarques

933Néant.

17 - Comparaisons

934Cf. les autres terrains ouverts de la vallée.

53/ TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS DU CLASSIQUE RECENT

Tr. 83

McNeish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Tilapa

Tr. 85

Tr. 319

" "

Zapotitlan

Tr. 334

" "

"

III/54. TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS FERMES DU CLASSIQUE RECENT

1 - Illustrations

935Aucune.

2 - Critères

936Deux structures parallèles délimitent une allée qui donne de chaque côté dans une zone terminale fermée. Le profil est inconnu.

3 - Echantillonnage

937Deux exemples, non fouillés.

4 - Localisation

938La vallée de Tehuacan, entre Puebla et Oaxaca.

5 - Localisations des sites

939Sites fortifiés de sommet de collines.

6 - Plan

940Deux structures latérales, longues, délimitent une allée de 35 m sur 100 (tr. 213) qui donne, à chaque extrémité, sur une zone terminale fermée. Un terrain est orienté nord-sud, l'autre est-ouest.

7 - Profil

941Selon le rapport, il comprend au moins un mur vertical.

8 - Sculptures

942Aucune donnée précise. Des fragments d'anneaux ont été trouvés dans la région.

9 - Centre, Caches, Axes

943Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

944Aucune donnée.

11 - Structures annexes

945Aucune information.

12 - Structures associées

946Néant.

13 - Datation

947Phase Venta Salada Ancienne (700-1150 ap. J.-C.).

14- Variantes

948Néant.

15 - Cas douteux

949Néant.

16 - Remarques

950Néant.

17 - Comparaisons

951Cf. à la même période les types VI et VII de Oaxaca et le type VII de la région de Puebla.

54/ TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS FERMES DU CLASSIQUE RECENT

Tr. 213

McNeish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Tehuacan

Tr. 319

" "

Zapotitlan

III/55. TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS POSTCLASSIQUES

1 - Illustrations

952Un plan.

2 - Critères

953Deux structures latérales, de profil inconnu, délimitent une allée ouverte.

3 - Echantillonnage

954Trois exemples, non fouillés.

4 - Localisation

955La vallée de Tehuacan, entre Puebla et Tlaxcala et Oaxaca.

5 - Localisations des sites

956Site de plaine et de sommet de collines.

6 - Plan

957Deux structures parallèles, de part et d'autre d'une allée de 5 m de large pour 30 m de long. Un terrain est orienté est-ouest (Tr. 216).

7 - Profil

958Inconnu.

8 - Sculptures

959Anneaux ?

9 - Centre, Caches, Axes

960Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

961Aucune donnée.

11 - Structures annexes

962Néant.

12 - Structures associées

963Néant.

13 - Datation

964Phase Venta Salada Récente (de 1150 à la Conquête).

14 - Variantes

965Néant.

15 - Cas douteux

966Néant.

16 - Remarques

967Néant.

17 - Comparaisons

968Il existe peu de terrains ouverts à cette période, avec lesquels comparer.

55/ TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS POSTCLASSIQUES

Tr. 184

McNeish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Calipan

Tr. 216

" "

Chilac

Tr. 230

" "

Chalma

III/56. TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS FERMES POSTCLASSIQUES

1 - Illustrations

969Aucune.

2 - Critères

970Deux structures latérales, dont le profil est inconnu, délimitent une allée dont les deux extrémités débouchent dans des zones terminales fermées.

3 - Echantillonnage

971Un terrain, non fouillé.

4 - Localisation

972La vallée de Tehuacan.

5 - Localisation du site

973Site de sommet de colline.

6 - Plan

974Deux structures latérales, orientées nord-sud, délimitent une allée de dimensions inconnues, dont les extrémités débouchent dans deux zones terminales fermées.

7 - Profil

975Inconnu.

8 - Sculptures

976Aucune donnée.

9 - Centre, Caches, Axes

977Aucune donnée

10 - Maçonnerie

978Aucune donnée.

11 - Structures annexes

979Néant.

12 - Structures associées

980Néant.

13 - Datation

981Phase Venta Salada Récente (de 1150 à la Conquête).

14 - Variantes

982Néant .

15 - Cas douteux

983Néant.

16 - Remarques

984Néant.

17 - Comparaisons

985Cf . les types de terrains fermés voisins (Oaxaca, Puebla-Tlaxcala, Haut Plateau).

56/ TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS FERMES POSTCLASSIQUES

Tr. 328

McNeish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Teloxtoc

III/57. TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS EN CUVETTE POSTCLASSIQUES

1 - Illustrations

986Un plan.

2 - Critères

987Deux structures latérales, de profil inconnu, et deux structures terminales délimitent une allée de plan rectangulaire.

3 - Echantillonnage

988Un terrain, non fouillé.

4 - Localisation

989La vallée de Tehuacan, entre Puebla et Oaxaca.

5 - Localisation du site

990Site de collines : le terrain est localisé sur un ensellement.

6 - Plan

991Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent une allée dont les extrémités sont fermées par des structures terminales. L'allée est rectangulaire.

7 - Profil

992Inconnu.

8 - Sculptures

993Aucune information.

9 - Centre, Caches, Axes

994Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

995Aucune donnée.

11 - Structures annexes

996Néant.

12 - Structures associées

997Néant.

13 - Datation

998Phase Venta Salada Récente (1150 à la Conquête).

14 - Variantes

999Aucune.

15 - Cas douteux

1000L'existence de ce terrain, le seul de ce plan connu à l'époque, reste très douteuse.

16 - Remarques

1001Néant.

17 - Comparaisons

1002Cf . le type V des Hautes Terres du Guatemala.

57/ TEHUACAN : NON CLASSES : TERRAINS EN CUVETTE POSTCLASSIQUES

Tr. 75

McNeish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Tilapa

III/58. TEHUACAN : NON CLASSES : MANQUE DE DONNEES

Tr. 1

McNeish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Tehuacan

1003Ce site, occupé en phase Venta Salada Récente (de 1150 à la Conquête), comporterait un ou deux terrains.

Tr. 42

McNeish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Cerro Colorado (Calipan)

1004Un terrain supposé, de phase Venta Salada Ancienne (700 - 1150 ap. J.-C.).

Tr. 91

McNeish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Coxcatlan

1005Un terrain supposé sur un site de collines de phase Venta Salada Récente (de 1150 à la Conquête).

Tr. 311

McNeish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Santa Ana Teloxtoc

1006Un terrain possible du Classique Ancien (Phase Palo Blanco Récent : 300 - 70 ap. J.-C.).

Tr. 306

McNeish et al. 1972
Preh. Tehuacan Valley

Los Cues

1007Un ou plusieurs terrains supposés, de phase Palo Blanco Récent (300-700 ap. J. C.).

Cuicatlan

Hunt 1972

Cuicatlan

1008Un terrain sur ce site : il se pourrait que ce soit en fait un terrain fermé déjà décrit plus haut. Les recoupements n'ont pas permis de trancher la question.

III/59. PUEBLA-TLAXCALA : NON CLASSES : TERRAINS PRECLASSIQUES

1 - Illustrations

1009Aucune.

2 - Critères

1010Deux structures latérales parallèles délimitent un terrain, de profil inconnu. Le critère essentiel est l'appartenance au Préclassique.

3 - Echantillonnage

1011Un exemple.

4 - Localisation

1012Au nord de la ville de Puebla.

5 - Localisation du site

1013Site de plaine.

6 - Plan

1014A Capulac Concepción, deux longues structures latérales délimitent une allée de 12 m de large sur 105 m de long (ce qui en fait un des plus grands terrains de la Mésoamérique).

7 - Profil

1015Les structures atteignent 5,20 m de haut.

8 - Sculptures

1016Aucune donnée.

9 - Centre, Caches, Axes

1017Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

1018Aucune donnée.

11 - Structures annexes

1019Néant.

12 - Structures associées

1020Le terrain de Capulac Concepción est bâti sur le centre cérémoniel le plus important de la période.

13 - Datation

1021Le site de Capulac Concepción est daté précisément de la phase Tezoquipan (300 av. J.-C. - 100 ap. J.-C.) (C/4).

14 - Variantes

1022Néant.

15 - Cas douteux

1023Aucun.

16 - Remarques

1024Le manque de données précises est dû au fait que le terrain, en cours de fouilles, n'a pas encore été publié.

17 - Comparaisons

1025Cf . les terrains préclassiques du Chiapas, de Oaxaca et de la vallée de Tehuacan.

59/ PUEBLA-TLAXCALA : NON CLASSES : TERRAINS PRECLASSIQUES

Amozoc/Capulac Concepción

Fowler (inf. orales)
García Cook 1976

Puebla

III/60. PUEBLA-TLAXCALA : TYPE VII TERRAINS FERMES A BANQUETTES

1 - Illustrations

1026Deux plans, deux profils ; cf. planche 61. Pl. photo 13.

2 - Critères

1027Deux structures latérales parallèles délimitent une allée qui donne à chaque extrémité sur une zone terminale fermée. Le profil se compose d'une banquette à sommet plat et bord vertical, d'un talus et d'une corniche.

3 - Echantillonnage

1028Deux terrains, un fouillé, un reconnu par nous.

4 - Localisation

1029Au nord de Puebla.

5 - Localisation du site

1030Site à flanc de coteau, sur les pentes de la Malinche.

6 - Plan

1031Deux structures latérales parallèles délimitent une allée de 6,70 m – 7 m de large pour 28-36,50 m de long, qui débouche à chaque extrémité sur de petites zones terminales (7-7,50 m de profondeur) fermées de murs plus bas que les structures latérales. Les deux terrains sont orientés est-ouest.

7 - Profil

1032Il se compose d'une banquette basse (0,50 m à 1 m), à sommet plat et bord vertical, d'un talus d'une pente de 45° et d'une corniche haute de 1,50 m.

8 - Sculptures

1033Aucune identifiée.

9 - Centre, Caches, Axes

1034Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

1035Les deux terrains sont construits sur le bord de terrasses, ce qui fait qu'un de leurs côtés est appuyé sur un mur, donc au niveau du sol, tandis que l'autre est dégagé de toute autre structure. La construction est en pierre, avec un revêtement de stuc.

11 - Structures annexes

1036Drains et escaliers d'accès sont nécessaires sur des terrains de ce type. Les premiers n'ont pas été dégagés, tandis que le terrain no°1 de Manzanilla comporte au minimum un escalier d'accès dans l'angle sud-ouest de la zone terminale est. Le terrain no°2 de Manzanilla comporte une superstructure dans l'axe du terrain, au sommet de la structure terminale est.

12 - Structures associées

1037Aucune.

13 - Datation

  • 4 Cf. Kenneth Hirth et William Swezey, pp. 11-24, in Las Fronteras de Mesoamerica, XVIe Mesa Redonda (...)

1038La présence de céramique Orange Mince ("Thin Orange") sur le site, et d'un "Tablero Talud" sur la partie postérieure du terrain no 1 indiqué des liens chronologiques avec Teotihuacan ; il est donc probable que la construction du terrain date du Classique Moyen ou Récent. Certains auteurs vont jusqu'à supposer une position chronologique plus ancienne4.

14 - Variantes

1039Néant.

15 - Cas douteux

1040Néant.

16 - Remarques

1041La présence d'un ensemble "talud-tablero" sur un terrain de jeu de balle est un fait d'autant plus notable que les dernières fouilles de Millon et de ses assistants à Teotihuacan n'ont pas permis d'identifier de terrain sur ce site et les sites voisins. Il faut cependant rappeler que, sur les fresques du Tlalocan, on note l'existence d'un terrain ouvert, apparemment

17 - Comparaisons

1042Cf. le type VII de Oaxaca et des Hautes Terres mayas.

60/ PUEBLA-TLAXCALA : TYPE VII : TERRAINS FERMES A BANQUETTES

Manzanilla no°1

Contreras 1965

Puebla

Manzanilla no°2

Contreras 1965
plan Taladoire

Puebla

III/61. PUEBLA-TLAXCALA : NON CLASSES : MANQUE DE DONNEES

Cerro Zapotecas

Matos Moctezuma (inf.

orales) Cholula

1043Un terrain, apparemment à zones terminales fermées.

Sans nom no°1 (inconnu)

Garcia Cook 1976

Tlaxcala

1044Un terrain, de phase Tenanyecac (100 - 600 ap. J.-C.).

Nom inconnu no°2

Garcia Cook 1976

Tlaxcala

1045Un terrain de phase Tenanyecac (100 - 600 ap. J.-C.).

Nom inconnu no°3

Garcia Cook 1976

Tlaxcala

1046Un terrain de phase Tenanyecac (100 - 600 ap. J.-C.).

Nom inconnu no°4

García Cook 1976

Tlaxcala

1047Un terrain, de phase Tenanyecac (100 - 600 ap. J.-C.).

Nom inconnu no°5

Garcia Cook 1976

Tlaxcala

1048Un terrain, de phase Tenanyecac (100 - 600 ap. J.-C.).

Nom inconnu no°6 (Tetla ?)

Abascal, inf. orales

Tlaxcala

1049Un terrain, mal connu.

III/62. HAUT PLATEAU MEXICAIN : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

1 - Illustrations

1050Quatre plans, quatre profils. Cf. planches 61, 62. Pl. photo 8, 9.

2 - Critères

1051Deux structures latérales parallèles délimitent une allée qui débouche, à chaque extrémité, dans une zone terminale fermée. Le profil (type B d'Acosta et Moedano) comprend un long talus de faible pente qui tombe sur l'allée par un bord vertical et un mur supérieur assez haut.

3 - Echantillonnage

1052Quatre terrains fouillés et publiés. De plus, à Xochicalco, J. Litvak King (1965) a trouvé une maquette sur pierre présentant les mêmes traits.

4 - Localisation

1053Aucun terrain n'a été identifié dans la vallée de Mexico ; seules les vallées voisines en contiennent : la plaine du Morelos (Xochicalco), la région de Tenango (Teotenango) et le Mezquital (Tula), soit les Etats de Morelos, Hidalgo et Mexico.

5 - Localisation des sites

1054Tous sont localisés sur des hauteurs, parfois défensives et sur des sommets de collines.

6 - Plan

1055Deux structures latérales parallèles délimitent une allée de 10 à 17 m de large pour 36 à 43 m de long (mais le terrain no°2 de Tula atteint les 100 m). Celle-ci donne, à chaque extrémité, sur une zone terminale fermée, de 9 à 12 m de profondeur pour 35 à 51 m de large. Les structures terminales sont en général un peu plus basses que les structures latérales. Trois terrains sont orientés est-ouest et un nord-sud (avec une déviation de 17°). La maquette présente le même plan en I.

7 - Profil

1056Il se compose d'un talus assez long (5,30 m à près de 10 m), de faible pente (6-8°), qui tombe sur le sol de l'allée par un bord vertical ou subvertical (Tula no°1, Xochicalco). Le talus bute sur un mur supérieur, haut de 1,90 m à 2,50 m. Il faut noter que la hauteur du mur varie en proportion inverse de la pente du talus ; par exemple, à Tula, le terrain no°1 possède un talus un peu plus "raide" que le terrain no°2, mais le mur du no°2 est plus haut (2,50 m) que celui du no°1. (Dans ces conditions, le terrain no°2 se rapproche beaucoup du terrain d'Uxmal, par exemple.)

1057La maquette de Xochicalco présente également des talus et peut-être des murs.

8 - Sculptures

1058Elles sont d'un seul type. A Xochicalco, on a trouvé deux anneaux, au centre du terrain, au sommet des talus. A Teotenango également, deux anneaux marquaient l'axe transversal du terrain. A Tula, le terrain no°2 contient un fragment d'anneau. A Tula, sur le terrain no°1 enfin, on n'a pas trouvé d'anneaux, mais une référence de Charnay indique leur existence. Il faut noter, à Xochicalco, l'existence d'une tête de perroquet, dont on ne sait si elle était montée sur un tenon. D'autre part, le site de Tula présente des sculptures, interprétées comme des joueurs de balle.

9 - Centre, Caches, Axes

1059Sur tous ces terrains, les anneaux indiquent l'axe transversal central, le plus fréquent. Par ailleurs, à Teotenango, des fouilles au centre du terrain ont mis à jour une offrande dans une boite de 45 cm sur 53 sur 66 : elle se compose d'un masque et d'un fragment de vase en albâtre.

10 - Maçonnerie

1060Le terrain de Xochicalco présente la particularité d'avoir été surélevé afin que le sol de l'allée soit plan. Des piliers (au nombre de 12) sont disposés au sud, pour prévenir des déformations du terrain et ce dernier a subi plusieurs modifications de détail. En ce qui concerne la construction proprement dite, elle est à base de pierres taillées, bien ajustées, avec du mortier et probablement du stuc, en revêtement.

11 - Structures annexes

1061Tout d'abord, drains et escaliers d'accès sont indispensables sur ce type de terrain (sauf à Tula, sur le terrain no°2 qui communique directement avec la place voisine par un passage ouvert dans les zones terminales). Les drains ont été découverts à Tula (no°1) et à Xochicalco. Quant aux escaliers d'accès, on en note deux (dans les murs de fond des zones terminales) à Teotenango ; quatre à Tula (no°1), dans les angles internes des zones terminales ; un à Xochicalco, sur le mur de fond de la zone terminale est, dans l'axe de l'allée et même deux dans une des zones terminales de la maquette de Xochicalco.

1062Des niches ont été identifiées à Tula no°1 (dans les murs de fond des zones terminales) et sur le terrain no°2.

1063Enfin, on a noté la présence de superstructures de fonction non identifiée, à Xochicalco, Teotenango et Tula no°2 : le cas de ce dernier site est de loin le plus intéressant, car la superstructure occupe exactement le même emplacement à l'extrémité sud de la structure latérale est que le Temple des Jaguars sur le terrain 2 D1 de Chichen Itza.

1064On note la présence d'une superstructure terminale sur la maquette de Xochicalco.

12 - Structures associées

1065Elles sont nombreuses et posent des problèmes particuliers. On note tout d'abord la présence de bains de vapeur associés à Tula (no°2), Xochicalco et Teotenango. Cependant, les associations sont fréquemment indirectes : à Xochicalco, le bain de vapeur se trouve au sud-ouest du terrain, dans un groupe de structures d'habitations ; à Tula no°2, au centre du talus de la structure est, se trouve un petit bain de vapeur postérieur à la période d'utilisation du terrain. Enfin, à Teotenango, le "temascal", antérieur au terrain, est situé sous l'emplacement de la zone terminale est. Il existe donc, dans les deux derniers cas, un décalage dans le temps qui réduit l'importance de l'association.

1066Plus intéressant est le cas des structures voisines du terrain no°2 de Tula. Ce dernier présente déjà un profil assez proche de celui du terrain 2 D1 de Chichen Itza ; comme ce dernier, il possède une superstructure carrée sur la structure latérale est et des ouvertures dans les angles des zones terminales. Mais, il faut ajouter encore la présence d'une structure accolée à la partie postérieure de la structure est, destinée peut-être à des veilles avant le jeu (Cepeda Cardenas 1972) et surtout, un Tzompantli, en forme de T, sur le flanc est du terrain, parallèle à celui-ci : en d'autres termes, il occupe exactement la même position que le Tzompantli de Chichen Itza par rapport au terrain 2 D 1.

13 - Datation

1067L'occupation de ces sites est contemporaine ; tous sont datés de la fin de la période classique et des premiers siècles du Postclassique (soit 850 - 1200 ap. J.-C.).

14 - Variantes

  • 5 en cours de publication.

1068Il est possible que l'on puisse distinguer une variante, représentée par le terrain no°2 de Tula. Toutefois, le manque de données relatives à ce terrain5 empêche de se prononcer sur ce point.

15 - Cas douteux

1069Néant.

16 - Remarques

1070Il est probable que d'autres terrains (en particulier de la région de Tula) entrent dans ce type (cf. les terrains non classés) (paragraphe 64).

1071Il est plus important de noter des liens avec des terrains de la zone maya : Xochicalco présente de nombreux points de ressemblance ou de contact avec les terrains du Guatemala, en particulier avec les sites de la vallée du Río Motagua. Quant aux ressemblances entre les terrains de Tula (no°2) et Chichen Itza (2 D 1), il n'est pas nécessaire de revenir sur ce point, bien établi.

17 - Comparaisons

1072Cf. Chichen Itza (str. 2 D 10) et le type III ; type I des Basses Terres mayas (Uxmal) et type VI des Hautes Terres mayas.

62/ HAUT PLATEAU MEXICAIN : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

Teotenango, str. 2E

Piña Chan 1974

Tenango del Valle

Tula no°1

Acosta 1940

Tula (Hidalgo)

Tula no°2

Matos Moctezuma 1974

" "

Xochicalco

Noguera 1960

Morelos

Maquette de Xochicalco

Litvak King 1965

"

III/63. HAUT PLATEAU MEXICAIN : TYPE VIII : TERRAINS FERMES A PETITES ZONES TERMINALES

1 - Illustrations

1073Un plan, trois profils. Cf. planche 62. Pl. photo 16.

2 - Critères

1074Le terrain est fermé avec une allée qui donne à chaque extrémité dans une zone terminale rectangulaire. Le profil inclut une banquette et un mur subvertical, surmonté d'une corniche.

3 - Echantillonnage

1075Un terrain fouillé, un identifié et deux maquettes en pierre.

4 - Localisation

1076Les deux maquettes proviennent des fouilles du métro. Le terrain fouillé est situé dans la vallée de Mexico, à l'est de la ville et le terrain identifié se trouve sur le site de Xochicalco.

5 - Localisation des sites

1077Les deux terrains sont édifiés sur des sites de sommets de collines. Les deux maquettes ont été découvertes dans des fouilles à Mexico, entre les rues Brasil et Argentina.

6 - Plan

1078Deux structures latérales bordent une allée de 6 à 8 m de large pour 35 à 40 m de long, qui débouche, de chaque côté, sur une zone terminale fermée par des murs très bas. Un terrain est orienté ouest-nord-ouest est-sud-est, l'autre est-ouest. Le plan des deux maquettes est semblable et les structures terminales sont basses.

7 - Profil

1079Il diffère entre les maquettes et les terrains. Dams le cas de ces derniers, il se compose d'une banquette basse (95 cm de haut à Ixtapaluca Viejo), à sommet plat et bord vertical, qui borde un talus subvertical de 2 à 3 m de haut, pour une pente de 75-80°. La corniche verticale n'a pu être identifiée qu'à Xochicalco. Le profil des maquettes semble différent : il comprend une banquette basse et un haut mur vertical ou subvertical. Il se rapproche donc à la fois de celui du type (avec lequel il est contemporain) et de celui de Chichen Itza (str. 2 D 1) (type III, variété I).

8 - Sculptures

1080Aucune donnée.

9 - Centre, Caches, Axes

1081Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

1082Les deux maquettes sont en pierre verte. Le terrain d'Ixtapaluca Viejo est construit en pierres taillées irrégulièrement et cimentées. L'ensemble était stuqué et peint, et le sol a été refait plusieurs fois. Le terrain de Xochicalco est construit en pierres grossières. La structure latérale sud représente en fait le bord aménagé d'une terrasse.

11 - Structures annexes

1083Néant.

12 - Structures associées

1084Les deux maquettes du métro ont été découvertes à l'emplacement de ce que l'on suppose être un Tzompantli, dans une cache qui contenait, en outre, un couteau de silex et du copal.

13 - Datation

1085Le site d'Ixtapaluca a été occupé au Postclassique Récent. Il est donc contemporain des deux maquettes trouvées à Tenochtitlan. Le terrain du site de Xochicalco n'est pas daté, mais il est probablement postclassique.

14 - Variantes

1086Néant.

15 - Cas douteux

1087Néant.

16 - Remarques

1088Le terrain d'Ixtapaluca Viejo est le seul fouillé à l'heure actuelle dans la vallée de Mexico. On sait cependant, par les Chroniques, qu'il en existait d'autres (deux au moins) à Tenochtitlan ainsi qu'à Texcoco (où l'on a identifié un anneau), à Xochimilco...

17 - Comparaisons

1089Les terrains se rapprochent du type VIII des Hautes Terres du Guatemala et du type IX du centre nord. Les maquettes possèdent par ailleurs des points communs avec les terrains du type III. Il semble donc qu'il existe une parenté entre ces deux types.

63/ HAUT PLATEAU MEXICAIN : TYPE VIII : TERRAINS FERMES A PETITES ZONES TERMINALES

Ixtapaluca Viejo

Grove-Nicholson 1965

Ixtapaluca (Mexico)

Xochicalco no°2

Abascal (inf. orales) Rivero Torres (inf. orales) plan Taladoire

Morelos

Maquette no°1

Gussynier 1974 (unpub.)

métro de Mexico

Maquette no°2

" " "

" "

III/64. HAUT PLATEAU MEXICAIN : NON CLASSES : MANQUE D'INFORMATIONS

Ajacuba no°1

Cobean 1974

Ajacuba (Tula)

1090Un petit terrain, à zones terminales fermées, sur un site de collines de la période postclassique récente (aztèque). La construction est en pierres grossièrement taillées.

Ajacuba no°2

de Vega-Diaz 1976

Ajacuba (Tula)

1091Un autre terrain, petit, sur le flanc nord-ouest de la colline, d'époque postclassique récente.

Acaxochitlan

Lizardi, Ramos-Rivera

Hidalgo

1092Un terrain ?

Chalcatzingo

Grove 1972
Angulo-Arana 1976

Morelos

1093Sur une zone cérémonielle de ce site, occupée au cours de la période classique, on note la présence d'un terrain, d'orientation est-ouest, qui borde la place principale. Le profil comporte un talus.

Chimalacatlan

Muller 1948

Morelos

1094Dans le groupe A, un terrain de jeu, d'existence incertaine, entre deux structures. Il serait très détruit.

El Tesoro, site S 3

Mastache-Crespo 1974

Tepeji del Rio (Hgo)

1095Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent une allée de 22 m de long, sur un petit site cérémoniel du Postclassique Ancien.

Mixquic

Mexico

1096Un anneau vient de ce site, sans terrain connu.

Tepozteco

Marquina 1951
Fay 1960

Tepoztlan (Mor.)

1097Un anneau, actuellement au Palais de Cortez, à Cuernavaca, a permis à certains auteurs de supposer l'existence d'un petit terrain sur ce site postclassique récent.

Tula no°3

Matos Moctezuma 1974

Tula (Hgo)

1098Un terrain, orienté nord-sud, dans le centre cérémoniel.

Tula Chico no°1 (str. E)

Matos Moctezuma 1974

Tula (Hgo)

1099Dans le groupe A 2, sur la place principale de ce groupe, deux structures parallèles, orientées nord-nord-ouest sud-sud-est, constituent un terrain qui occupe une position semblable à celle du terrain no°2. Le site est occupé au Classique Récent.

Tula Chico no°2 (str. F)

Matos Moctezuma 1974

Tula (Hgo)

1100Dans le groupe A 2, au nord de la structure A, deux petites structures parallèles, orientées ouest-nord-ouest est-sud-est, occupent la même position que le terrain no°1 de Tula. Le site est occupé au Classique Récent.

Tula Chico no°3 (str. G)

Matos Moctezuma 1974

Tula (Hgo)

1101Deux structures parallèles, à l'ouest du terrain no°2, orientées ouest-nord-ouest est-sud-est, délimitent un petit terrain ouvert. Le site est occupé au Classique Récent.

Site inconnu

Abascal (inf. orales)

Morelos

1102Un terrain, non publié, dont les fouilles ont servi d'entraînement aux élèves de l’Ecole Nationale d'Anthropologie.

III/65. HAUT PLATEAU MEXICAIN : REPRESENTATIONS DE TERRAINS

1103Outre les terrains déjà étudiés, il est évident, d'après les textes des chroniqueurs, que les villes de la région de Tenochtitlan possèdaient, à l'époque de la Conquête, de nombreux terrains : il n'en reste le plus souvent que des traces fragmentaires, sous la forme d'anneaux, dans la plupart des cas. Il est également possible d'en prendre pour preuve les très nombreuses représentations de terrains sous tous les aspects possibles : maquettes (cf. plus haut), peintures (cf. les codices, 1ère partie, chap. IV), ou autres, tels les atlatl du Musée Pigorini à Rome. Ce musée possède en effet deux représentations de terrains (Bushnell 1905, Easby-Scott 1975, von Winning 1975), sur atlatl. Un problème d'identification et d'authenticité se pose à leur sujet, dans la mesure où le Musée de Florence possède deux pièces semblables, une série étant probablement copiée sur l'autre. Il reste que, sur les quatre représentations ainsi identifiées, deux sont probablement authentiques. La première montre un terrain, sous une scène de sacrifice par flèchage. Deux hommes sont debout (l'un est vêtu d'une peau de jaguar), de part et d'autre d'un terrain surmonté d'un paquet (à Rome), ou d'un atlatl (à Florence). Selon von Winning, il s'agirait d'un toponyme. L'autre dessin montre un terrain en forme de I, surmonté d'un hibou. L'allée est représentée par une simple ligne. Les deux représentations sur atlatl seraient aztèques ou peut-être mixtèques. Pl. 71.

  • 6 Il faut cependant noter que, sur le site de Xochicalco, la "Piedra del Palacio" comporte apparemme (...)

1104On ne possède pas d'autre exemple connu, à l'heure actuelle, en particulier pour des époques plus anciennes6 (Cependant, il existe dans les peintures du Tlalocan, à Teotihuacan, un dessin qui évoque nettement le jeu et le plan d'un terrain. Sous l'emplacement du jeu habituellement décrit et étudié (Caso 1952), on aperçoit deux personnages dans la position courante des joueurs, séparés par une balle. De part et d’autre des personnages, deux lignes figurent deux murs parallèles ; il est probable qu'il s'agit d'une représentation de terrain ouvert. Cependant, cette identification pose un problème, par suite de l'absence de terrain réel à Teotihuacan (cf. Millon 1974). Le problème peut être résolu si l'on considère que le paradis représenté sur les peintures du Tlalocan n'est pas une vision réelle, mais une oeuvre d'imagination qui évoque les régions de l'est, de la zone du Golfe du Mexique, où l'on trouve des terrains de ce type (cf. plus bas, paragraphe 72). Il est donc vraisemblable que la représentation de ce terrain est un élément d'ordre symbolique qui contribue à évoquer l'idée d'un pays plus riche, plus arrosé... Pl. 71.

III/66. CENTRE NORD : TYPE IX : TERRAINS OUVERTS A MUR SUBVERTICAL

1 - Illustrations

1105Deux plans, deux profils ; cf. planche 63. Pl. photo 16.

2 - Critères

1106Deux structures parallèles délimitent une allée ouverte. Le profil comprend une banquette et un talus de forte pente, peut-être surmonté d'une corniche

3 - Echantillonnage

1107Deux exemples, non fouillés. Cependant, il semble que des archéologues mexicains aient actuellement un projet de fouilles de la zone.

4 - Localisation

1108Nord-Est de l'Etat de Querétaro.

5 - Localisation du site

1109Il est établi sur le sommet plat d'une hauteur et peut être défendu.

6 - Plan

1110Deux structures parallèles définissent une allée de 10 m sur 40, orientée nord-ouest sud-est. A l'extrémité sud-est de chaque allée se trouve une structure, d'orientation différente, donc probablement sans lien direct avec le terrain correspondant.

7 - Profil

1111Il se compose d'une banquette à bord en talus et sommet plat, haute d'environ 1,40 m, qui borde un talus de très forte pente (85°), haut de 2 m. Il est impossible actuellement de déterminer l'existence d'une corniche.

8 - Sculptures

1112Aucune.

9 - Centre, Caches, Axes

1113Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

1114La construction est de pierres taillées.

11 - Structures annexes

1115Néant.

12 - Structures associées

1116La pyramide située à l'extrémité sud-est de chacun des terrains, sans constituer une structure terminale, est clairement associée au terrain.

13 - Datation

1117La date traditionnellement attribuée à ces structures entre dans le Postclassique Ancien. Ils seraient donc contemporains des terrains du Haut Plateau mexicain. Toutefois, des fouilles récentes indiquent la présence d'une occupation Classique (avec, en particulier, des céramiques de Teotihuacan).

14 - Variantes

1118Néant.

15 - Cas douteux

1119Néant.

16 - Remarques

1120Il est probable que les terrains du site de Ranas, contemporains et de même plan, entrent en fait dans le même type.

17 - Comparaisons

1121Par son profil, ce type est proche du type VIII du Haut Plateau mexicain (Ixtapaluca Viejo), mais le plan diffère. Il est également possible de le rapprocher des terrains ouverts du type III, des Basses Terres mayas.

66/ CENTRE NORD : TYPE IX : TERRAINS OUVERTS A MUR SUBVERTICAL

Toluquilla, str. D

Marquina 1951

Querétaro

Toluquilla, str. L

" "

"

III/67. CENTRE NORD : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS SANS PROFILS. Planche 63.

El Calichal no°1

Troike 1962
Michelet (unpub.)

Rayón (SLP)

1122Au sud-est de la place principale, deux structures parallèles, orientées nord-sud, délimitent une allée de 40 m de long. Selon D. Michelet, l'existence de ce terrain est douteuse et le site serait daté du Postclassique Ancien.

El Calichal no°2

Troike 1962 Michelet (unpub.)

Rayón (SLP)

1123Deux structures parallèles, orientées nord-sud (avec une déviation de 17° vers l'ouest), délimitent une allée de 40 m de long. Les murs en talus sont construits en dalles taillées. Selon Michelet, le site est du Postclassique Ancien, mais ce dernier n'a pas reconnu le terrain.

El Cuecillo de San Juan

Michelet 1974

San Cierro (SLP)

1124Sur ce site important du Postclassique Ancien, un terrain ouvert, orienté nord-ouest sud-est, mesure 6 m sur 30.

El Guajolote

Michelet 1974

Rayón (SLP)

1125Sur un site moyen du Postclassique Ancien ( ?), se trouve un terrain ouvert, orienté est-ouest, long de 35 m pour une largeur de 6 m. A l'est du terrain, décentrée par rapport à son axe, se trouve une structure basse, peut-être un autel.

El Jaral, str. 10-13

Troike-Graham 1972

Río Verde (SLP)

1126Sur ce petit site du Postclassique Ancien, les auteurs interprètent deux structures parallèles orientées nord-sud, comme un terrain : il mesurerait 47 m sur 6,50 m et l'allée possèderait un sol de stuc. Mais Michelet doute de son existence. Cependant, on note sur ce site la présence de nombreuses figurines de joueurs, de trois jougs et, dans le Musée Régional, d'un anneau qui proviendrait de ce site.

El Pitayal

Michelet 1974

Pedro Montaya (SLP)

1127Sur un site de taille moyenne du Postclassique Ancien, Michelet a noté l'existence d'un terrain ouvert, orienté est-ouest. Les dimensions de l'allée sont de 4 m sur 40.

Granjeno

Michelet 1974

Rayón (SLP)

1128Sur un grand site du Postclassique Ancien, on note la présence d'un terrain ouvert, orienté est-ouest, long de 40 m pour une largeur de 4 m. La structure latérale sud porte une superstructure à son extrémité est.

Labor Vieja

Michelet 1974

Ciudad Fernandez (SLP)

1129Un terrain ouvert, orienté nord-est sud-ouest, long de 40 m. Postclassique Ancien

La Escondida no°1

Cabrera Ipiña
1963 Michelet 1974

Río Verde (SLP)

1130Un terrain très long et large, orienté nord-sud. Son existence est douteuse.

La Escondida no°2

Michelet 1974

Rio Verde (SLP)

1131Un terrain ouvert, orienté nord-sud, long de 40 m pour une largeur de 9 m. Il serait du Postclassique Ancien.

La Manzanilla

Troike 1962
Michelet 1974

Ciudad Fernandez (SLP)

1132Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent une allée de 4 m sur 40 ; le site est du Postclassique Ancien. La structure nord porte une superstructure à son extrémité est. Un joug en basalte a été trouvé dans un enterrement sur le site.

La Mojonera

Michelet 1974

Rio Verde (SLP)

1133Sur un petit site du Postclassique Ancien, un terrain ouvert, orienté nord-sud (avec une déviation de 16° est), long de 33 m et large de 6 m. Il semble que les structures soient en talus.

La Soledad de los Tepehuanes

Troike 1962

San Ciro (SLP)

1134Deux structures parallèles sur un grand site classique ( ?).

Las Revolcaderas

Troike 1962

Rayón (SLP)

1135Deux structures parallèles délimitent une allée de 40 m de long, orientée nord-nord-ouest sud-sud-est. Les structures sont en talus, construites en dalles taillées. Le site est du Postclassique Ancien.

Ranas no°1

Marquina 1951

Querétaro

1136Sur le Nord de la Mesa, un terrain orienté nord-ouest sud-est, long de 36,30 m sur 14,85 m, présente un plan ouvert. A l'extrémité sud-est de l'allée se trouve une structure pyramidale, dans l'axe du terrain.

Ranas no°2

Marquina 1951

Querétaro

1137Deux structures parallèles, orientées nord-ouest sud-est, délimitent une allée de 36 m sur 10.

Ranas no°3

Marquina 1951

Querétaro

1138Dans la partie sud de la Mesa, un terrain ouvert, orienté nord-nord-est sud-sud-ouest, mesure 13 m sur 46. Au nord et au sud se trouvent deux structures associées au terrain.

Ranas no°4

Marquina 1951

Querétaro

1139Deux structures parallèles, orientées nord-nord-est sud-sud-ouest, délimitent une allée de 33 m sur 13.

Ranas no°5

Marquina 1951

Querétaro

1140Au sud du site, un terrain ouvert, orienté nord-nord-est sud-sud-ouest, mesure 36 m sur 10. Au sud, l'allée donne sur une structure pyramidale, axiale.

Rincón de los Becerros

Troike 1962

Rayón (SLP)

1141Deux structures parallèles, orientées nord-nord-ouest sud-sud-est, délimitent une allée de 7 m sur 20. L'existence de ce terrain est contestée par Michelet. Le site n'est pas daté avec certitude.

Río Verde

Troike 1962

Río Verde (SLP)

1142Deux structures parallèles, orientées est-ouest, constitueraient un terrain d'existence douteuse.

San Rafael no°1

Cabrera Ipiña 1963 Michelet 1974

Lagunillas (SLP)

1143Un terrain, orienté est-ouest, a été identifié avec certitude sur ce site très important du Postclassique Ancien. On note la présence de deux structures axiales, à chaque extrémité.

San Rafael no°2

Cabrera Ipiña 1963

Lagunillas (SLP)

1144Un deuxième terrain, orienté nord-est sud-ouest, au nord du site postclassique ancien.

San Rafael no°3

Cabrera Ipiña 1963

Lagunillas (SLP)

1145Un troisième terrain, orienté nord-nord-est sud-sud-ouest, au sud du site. Il comporte également une structure axiale à une extrémité.

III/68. CENTRE NORD : NON CLASSES : MANQUE DE DONNEES

Los Juzgados

Troike 1962

Rayón (SLP).

1146Deux structures parallèles, orientées nord-sud, délimitent une allée de 76 m de long pour 12 m de large. Une des extrémités donne sur une zone terminale fermée et, de l'autre côté, une petite pièce ferme le terrain : le plan serait donc en I. Il semble que les structures latérales soient de profil vertical. Michelet, qui date le site du Postclassique Ancien, doute de l'existence de ce terrain.

Metzquititlan

Ochoa Salas 1972

Hidalgo

1147Un terrain.

Yahualica

Stresser-Péan (inf. orales)

Hidalgo

1148Un terrain se trouverait sur ce site. Des anneaux ont été identifiés. Pl. photo 38.

III/69. REGION OLMEQUE : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS PRECLASSIQUES

1 - Illustration

1149Un profil.

2 - Critères

1150Deux structures parallèles, de profil mal défini, délimitent une allée ouverte. Le terrain date du Préclassique.

3 - Echantillonnage

1151Un exemple, non fouillé.

4 - Localisation

1152Pays olmèque, au Tabasco.

5 - Localisation du site

1153Sur une île, dans une région marécageuse.

6 - Plan

1154Deux structures parallèles, de longueurs inégales (39 et 55 m respectivement) délimitent une allée assez étroite.

7 - Profil

1155Il peut comporter des banquettes et des talus.

8 - Sculptures Aucune.

9 - Centre, Caches, Axes

1156Au centre du terrain, on a trouvé un puits ouvert.

10 - Maçonnerie

1157La construction est en terre.

11 - Structures annexes

1158Néant.

12 - Structures associées

1159Néant.

13 - Datation

1160760 av. J.-C. (C 14), soit le Préclassique Ancien.

14 - Variantes Néant.

15 - Cas douteux

1161Néant.

16 - Remarques

1162L'identification de ce terrain, en l'absence de fouilles détaillées, reste très douteuse, dans la mesure où il constitue un exemple unique, à cette époque.

17 - Comparaisons

1163Cf. les terrains préclassiques du Chiapas, de Oaxaca ou de Tehuacan et Puebla.

69/ REGION OLMEQUE : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS PRECLASSIQUES

La Venta, str. 1-2

Wyshak, Berger, Graham et Heizer 1971

Tabasco

III/70. REGION OLMEQUE : NON CLASSES : TERRAINS EN CUVETTE PRECLASSIQUES

1 - Illustrations

1164Deux plans.

2 - Critères

1165Deux structures parallèles, de profil inconnu, délimitent une allée fermée à ses deux extrémités, sans zones terminales. Le terrain est préclassique.

3 - Echantillonnage

1166Deux exemples, non fouillés, sur le même site.

4 - Localisation

1167Aire culturelle olmèque, sur la côte du Tabasco.

5 - Localisation du site

1168Il s'agit d'un plateau rocheux aménagé dans une région marécageuse.

6 - Plan

1169Le terrain se présente sous la forme d'une aire rectangulaire fermée sur ses quatre côtés par des monticules de 1 à 2 m de haut. Un terrain est orienté nord-sud. La str. C 32, du gr. A, est ouverte dans l'angle sud-ouest.

7 - Profil

1170Inconnu.

8 - Sculptures

1171Aucune.

9 - Centre, Caches, Axes

1172Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

1173Aucune donnée. Les structures sont vraisemblablement en terre.

11 - Structures annexes

1174Néant.

12 - Structures associées

1175Néant.

13 - Datation

1176Phase Palangana (600 - 400 av. J.-C.).

14 - Variantes

1177Néant.

15 - Cas douteux

1178Néant.

16 - Remarques

1179L'identification de ces terrains reste douteuse.

17 - Comparaisons

1180Cf. les terrains en cuvette de la vallée de Tehuacan.

70/ REGION OLMEQUE : NON CLASSES : TERRAINS EN CUVETTE PRECLASSIQUES

San Lorenzo, gr. A, str. C 32

M. Coe 1968

Veracruz

San Lorenzo, gr. B, str. D 3

M. Coe 1968

Veracruz

III/71. COTE DU GOLFE : TYPE VII : TERRAINS FERMES A BANQUETTES

1 - Illustrations

1181Aucune.

2 - Critères

1182Deux structures parallèles délimitent un terrain dont l'allée donne à chaque extrémité sur une zone terminale. Le profil se compose d'une banquette, d'un talus et d'une corniche.

3 - Echantillonnage

1183Un terrain, non fouillé.

4 - Localisation

1184Le site est localisé dans la Sierra de Puebla.

5 - Localisation du site

1185Inconnue.

6 - Plan

1186Deux structures parallèles, orientées nord-sud, délimitent une allée de 61,60 m de long pour 9,70 m de large. A chaque extrémité, l'allée donne sur une zone terminale fermée.

7 - Profil

1187Il se compose d'une banquette (dont l'existence est cependant incertaine), d'un talus et d'un mur.

8 - Sculptures

1188Néant.

9 - Centre, Caches, Axes

1189Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

1190Les structures sont bâties avec de grandes dalles allongées.

11 - Structures annexes

1191Néant.

12 - Structures associées

1192Néant.

13 - Datation

1193Période classique (probablement récente).

14 - Variantes

1194Néant.

15 - Cas douteux

1195Néant.

16 - Remarques

1196Il est possible que ce terrain, le seul de ce type dans cette région, soit en fait plus proche des terrains de la région de Puebla-Tlaxcala que de ceux de la côte proprement dite.

17 - Comparaisons

1197Cf. le type VII de la région de Puebla-Tlaxcala, ou les terrains fermés de la vallée de Tehuacan.

71/ COTE DU GOLFE : TYPE VII : TERRAINS FERMES A BANQUETTES

Yohuallichan

Palacios 1939

Sierra de Puebla

III/72. COTE DU GOLFE : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS SANS PROFILS

Arroyo Agrio

Coe 1965

Veracruz

1198Deux structures parallèles délimitent un terrain ouvert, orienté nord-sud ( ?) mais, dans l'axe de l'allée, à chaque extrémité, se trouve une structure qui ferme partiellement le terrain.

El Tajín, str. 5-6

García Payón
1959 Spinden 1933

Veracruz

1199Deux structures parallèles délimitent une allée, orientée est-ouest, longue de 60 m pour 10,30 m de large. Le terrain ne comporte ni zones ni structures terminales. Le profil, encore mal déterminé, semble inclure une banquette haute, à sommet plat et bord vertical, un talus et une corniche, auquel cas le terrain s'approcherait du type II. Les structures sont en pierres taillées, bien ajustées et aux extrémités de chaque structure et au centre, se trouve un panneau sculpté, représentant chacun une scène différente. Selon divers auteurs (Spinden, García Payón, Seler Sachs), il s'agirait des divers stades de l'initiation d'un guerrier, cette initiation se déroulant en partie sur un terrain, avec en particulier des scènes de sacrifice. Le terrain serait daté du Classique Récent. Pl. photo 18.

El Tajín, str. 7-8

García Payón 1959

Veracruz

1200Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent une allée de 25,70 m sur 5,10 m, ouverte à ses deux extrémités. Le terrain, classique récent, est situé à l'ouest du terrain principal (str. 5-6).

El Tajín, str. 24-25

Spinden 1933
García Payón 1959

Veracruz

1201Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent une allée de 26,40 m sur 5,40 m, ouverte à ses deux extrémités. Les structures montrent des traces de superstructures et chacune porte des panneaux sculptés, en son centre et à chaque extrémité et une frise. Le terrain est d'époque classique récente. Pl. photo 18.

El Tajín, str. 13-14

García Payón 1959

Veracruz

1202Deux structures parallèles délimitent une allée de direction nord-sud, longue de 37,10 m pour une largeur de 7 m. Les structures comportent un talus et des bas-reliefs dans chaque angle. Le terrain est du Classique Récent.

El Tajín, str. 30-31

García Payón 1959

Veracruz

1203Deux structures parallèles délimitent une allée, orientée nord-sud, de 65 m sur 11,10 m, ouverte au nord, mais qui comporte une structure axiale au sud. Les murs des structures sont verticaux, construits avec de grandes dalles. Le terrain est d'époque classique récente.

El Tajín, str. 34-35

García Payón 1959

Veracruz

1204Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent une allée de 54,30 m pour une largeur de 16 m. Les murs des structures comportent un talus. A chaque extrémité du terrain se trouve une structure qui le ferme partiellement. Le terrain est d'époque classique récente.

Mata de Canela

Coe 1965

Veracruz

1205Sur un site classique récent, deux structures parallèles délimitent un terrain ouvert, orienté nord-sud. Cependant, on note la présence de structures axiales, à chaque extrémité.

Tapapulum

García Payón 1971

Veracruz

1206Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent un terrain ouvert, localisé au sud de la place principale de ce site postclassique. On a noté la présence d'un anneau sur ce site.

III/73. COTE DU GOLFE : NON CLASSES : MANQUE DE DONNEES

Ceiba Grande

Stirling 1957

Veracruz

1207Un terrain fermé en forme de cuvette.

Chachalacas

García Payón 1971

José Cardel, Ver.

1208Sur le site, aucun terrain n'a pu être identifié, mais on a trouvé deux anneaux, ce qui date le terrain de la fin du Classique et du début du Postclassique.

El Tajín no°7

Krotser-Krotser 1973

Veracruz

1209Un terrain ouvert.

El Tajín no°8

Krotser-Krotser 1973

Veracruz

1210Un terrain.

El Tajín no°9

Krotser-Krotser 1973

Veracruz

1211Un terrain.

El Tajin no°10

Krotser-Krotser 1973

Veracruz

1212Un terrain.

El Tajin no°11

Krotser-Krotser 1973

Veracruz

1213Un terrain.

El Tejar

Lizardi Ramos 1946

Veracruz

1214Un terrain probable, au centre du site (nommé aussi La Joya del Garabato). Il serait orienté nord-sud ( ?) et mesure 50 m sur 12.

Francisco Madero

Wilkerson 1975

Papantla, Ver.

1215Un terrain, d'époque classique.

Las Higueras

Medellín Zenil 1976

Veracruz

1216Un terrain. Sur le même site se trouvent des peintures représentant des joueurs et un terrain.

Napatecuhtlan

Vivanco 1950
Medellin Zenil 1975

Perote, Ver.

1217Un terrain sur le site.

Paso del Correo

Vivanco 1950

Papantla, Ver.

1218Un terrain sur ce site du Classique Récent et du Postclassique Ancien.

Vega de Alatorre

Medellin Zenil 1976

Veracruz

1219Un terrain, comportant deux anneaux, sur ce site du Postclassique Ancien.

Vega de la Peña

García Payón 1971

Atzalan, Ver.

1220Un terrain postclassique, avec des anneaux. Il pourrait s'agir du même site que ci-dessus.

Site sans nom no°1

Vivanco 1950

Chinameca, Ver.

1221Un terrain.

Site sans nom no°2

Vivanco 1950

Acayucan, Ver.

1222Un terrain.

III/74. COTE DU GOLFE : NON CLASSES : REPRESENTATIONS DE TERRAINS

1223Considérant l'abondance des sites de cette région (cf. Garcia Payón 1971) et le retard avec lequel les archéologues se sont intéressés à ce problème, le petit nombre relatif de terrains ne reflète probablement pas la réalité. Il est significatif que les six ou sept dernières années (depuis que l'Institut d'Anthropologie de Jalapa s'est fortement développé) ont porté à notre connaissance un minimum de neuf nouveaux terrains, sur un total de 26 connus dans la zone. D'autres, connus mais non publiés ou encore inconnus, seront publiés dans les années à venir. A ces terrains, il faut par ailleurs ajouter quelques données annexes, picturales (cf. 1ère partie, chapitre IV) sur codices, ou sous forme de peintures murales ou données par la sculpture. Dans le premier cas, il s'agit des peintures du site de Las Higueras, d'époque classique récente. Ces peintures, très proches des sculptures du Tajín (cf. Arellanos, Beauregard, Krotser, Medellin Zeníl et Sanchez 1975), représentent des scènes religieuses, un temple, des dieux, des prêtres, un terrain, des scènes de décapitation avec du sang et des serpents... Bien que l'on ne sache encore rien sur le plan du terrain, l'association avec une scène de décapitation est cependant remarquable.

1224D'autre part, trois sculptures du Tajln (Pyramide des Niches, sculpture 7, terrain str. 5-6, panneaux 3 et 4 ; Kampen 1972), représentent des scènes se déroulant sur des terrains, vus en coupe. Dans le premier cas (Panneau 7), deux personnages en tenue se font face, entre deux structures ; l'un d'eux tient un couteau à la main. Le Panneau no°3 du terrain représente également deux personnages en tenue, entre deux structures. Le dernier (Panneau no°4) montre une scène de sacrifice par décapitation : deux personnages en tenue tiennent et sacrifient un troisième homme, en tenue lui aussi. La scène se déroule aussi sur un terrain. Dans tous les cas, le profil des structures est le même : une banquette à sommet plat et bord vertical, un talus d'une pente de 50-60° environ et une corniche en saillie, en talus. Ce profil est le même que celui des structures 5-6. Il est donc probable que ce profil est du type courant sur le site. Dans ce cas, un type pourrait être constitué, proche du type II. Cependant, le manque de données d'ensemble sur le site et de certitude totale concernant le profil, introduit un doute suffisant pour prévenir une classification hâtive. Pl. 69 et pl. photo 36.

III/75. HUASTECA : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS SANS PROFILS. Planche 64.

El Naranjo

Stresser-Péan (inf. orales)

Tamaulipas

1225Un terrain ouvert, au sud-est de la place principale de ce site. Il est orienté nord-sud.

Laguna de Moctezuma

McNeish 1958

Tamaulipas

1226Un terrain ouvert, daté de 610 ± 105 ap. J.-C., c'est-à-dire du Classique Récent. Il mesure 23 m sur 37, et les "banquettes" sont hautes de 3,50 m.

La Mata

Ochoa Salas 1972

Tuxpan, Ver.

1227Deux structures parallèles (El), orientées nord-est sud-ouest, délimitent une allée ouverte, de 35 m sur 14. Deux structures sont disposées sur l'axe du terrain, à une certaine distance de celui-ci. Le site est d'occupation classique.

La Noria

Meade 1948

San Luis Potosí

1228Deux structures parallèles, orientées nord-sud, délimitent une allée de 10 m de large.

Los Sabinos

Stresser-Péan (inf. orales)

Tamaulipas

1229Un terrain, au sud-est du site.

Pueblito

McNeish 1958

Almagre, Tam.

1230Un gros site, du Préclassique Récent, comprend deux structures parallèles, séparées par un espace de 5 m environ. Il pourrait s'agir d'un terrain, d'époque préclassique ou classique ancienne.

San Antonio Nogalar

Stresser-Péan 1977

Tamaulipas

1231Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent une allée de 20,60 m sur 9,90 m. Le terrain comporte des banquettes débordantes, hautes de 40 cm et des structures plus courtes (12,90 m), hautes de 1,40 m. Il semble que les structures soient en talus ; l'état avancé de destruction ne permet pas d'être affirmatif sur ce point. Le site est occupé au Classique et au Postclassique Ancien (cf. annexe).

Tamtok

Stresser-Péan 1962

San Luis Potosí

1232Deux structures parallèles, orientées nord-sud, délimitent une allée de 32 m sur 5. Il semble qu'un fragment de sculpture ait été trouvé sur la banquette ouest. Une "hache" provient de ce site, essentiellement postclassique.

Texcatepec

Galinier (inf. orales)

Veracruz

1233Un terrain, entre deux structures parallèles orientées sud-sud-ouest nord-nord-est. Il semble que des structures axiales ferment en partie l'allée.

Tzintzin-Tujub (ou Xiil-Tujub)

Meade 1948

San Luis Potosí

1234Deux structures parallèles, orientées nord-sud, délimitent une allée de 5 m de large. Il s'agit en fait de deux pyramides voisines : l'existence de ce terrain est donc incertaine.

Vista Hermosa

Stresser-Péan 1976

Tamaulipas

1235Sur un site important du Postclassique Récent, deux structures parallèles délimitent une allée de 19,75 m de long pour une largeur de 6,35 m. Chaque structure comporte un escalier extérieur et est surmontée d'une structure circulaire ou en fer à cheval. Le terrain est orienté nord-sud.

III/75. ANNEXE : HUASTECA : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS SANS PROFILS LE CAS DE SAN ANTONIO NOGALAR. Planche 64.

1236La fouille du terrain de jeu de balle de San Antonio Nogalar obéissait à deux considérations : tout d'abord, dans le cadre de la fouille de ce site par la Mission Archéologique et Ethnologique Française, le terrain était l'une des rares structures cérémonielles identifiées et, comme telle, son importance pour la détermination des activités religieuses ou rituelles était essentielle. D'autre part, ce terrain était l'un des rares connus dans la Huasteca à cette date (on en comptait seulement dix-sept, dont deux fouillés, encore inédits), et sa fouille permettrait éventuellement de confirmer son identification et ses caractères. On serait alors en mesure de disposer de données, pour une étude comparative à l'échelle régionale.

1237La fouille s'est effectuée selon les principes les plus courants, en usage dans l'étude de ce type de construction : une vaste tranchée transversale fut effectuée au centre du terrain, tandis que de nombreux sondages, séparés, permettaient de localiser les divers angles des structures.

1 - Illustrations

1238Cf. Stresser-Péan 1977.

2 - Critères

1239Le terrain se compose de deux structures parallèles qui délimitent une allée, ouverte à ses deux extrémités. Le profil n'a pu être déterminé.

3 - Echantillonnage

1240Dix autres terrains de la Huasteca possèdent les mêmes caractères.

4 - Localisation

1241Le site se trouve à la limite de la Sierra de Tamaulipas et appartient à la mouvance de la culture huastèque.

5 - Localisation du site

1242Il est établi dans une petite vallée alluviale dans une région montagneuse. Dans le site, le terrain occupe une position centrale.

6 - Plan

1243Deux structures allongées, parallèles, orientées nord-ouest sud-est (avec un angle de 50° par rapport au nord), délimitent une allée de 9,90 m sur 20,60 m, ouverte à ses deux extrémités.

7 - Profil

1244Le terrain ayant été construit en deux temps, le profil diffère, selon le stade de construction envisagé : dans un premier stade, le profil comporte seulement deux banquettes basses (hautes de 40-50 cm). Dans un deuxième stade, de nouvelles constructions, plus courtes et plus hautes, sont édifiées sur les banquettes : elles peuvent atteindre 1 m à 1,50 m de haut.

8 - Sculptures

1245Néant.

9 - Centre, Caches, Axes

1246Néant.

10 - Maçonnerie

1247Sur un noyau central de terre et de blocs, les structures ont été construites avec de simples dalles calcaires, peu taillées. Les structures du terrain, en outre, ne sont pas particulièrement symétriques.

11 - Structures annexes

1248Néant.

12 - Structures associées

1249A l'exception du fait que le terrain se trouve situé à proximité des structures cérémonielles, on ne note pas d'association particulière.

13 - Datation

1250Le site est d'occupation classique moyenne.

14 - Variantes

1251Néant.

15 - Cas douteux

1252Néant.

16 - Remarques

1253Ce terrain est le seul fouillé et publié à l'heure actuelle dans la Huasteca. On peut noter à la fois sa grande simplicité et son état avancé de destruction. Le profil n'a pu être déterminé, ce qui interdit sa classification, même provisoire, faute de données comparatives disponibles.

17 - Comparaisons

1254A notre connaissance, deux autres terrains ont été fouillés dans la Huasteca : dans les deux cas (Tamtok, Vista Hermosa), le profil est difficile à déterminer. Il est, dans ces conditions, impossible de classer pour le moment les terrains de la Huasteca.

III/76. HUASTECA : NON CLASSES : TERRAINS FERMES SANS PROFILS

Cerro Cebadilla

Ochoa Salas 1972

Ozuluama, Ver.

1255Sur un grand centre cérémoniel postclassique, deux structures parallèles délimitent une allée qui donne, à chaque extrémité, dans une zone terminale fermée. Le terrain est donc en forme de I. La construction est grossière, en terre et en dalles. Il faut signaler l'existence d'une pierre carrée, perforée en son centre, sur le côté d'une des structures, près du centre. Une autre pierre semblable est au Musée de Tampico Alto. Il pourrait s'agir de deux anneaux.

Metlaltoyuca

Galvez 1965
Ochoa Salas 1972

Huauchinango, Pue.

1256Deux structures parallèles, en talus, délimitent l'allée, longue de 43,50 m, d'un terrain fermé, en forme de I. Les murs portent des traces de stuc et de peinture et sur une structure latérale on a trouvé trois marqueurs.

Site sans nom no°1

Stresser-Péan (inf. orales)

Tamaulipas

1257Sur un site près de Panuco, un terrain à zones terminales fermées.

III/77. HUASTECA : NON CLASSES : MANQUE DE DONNEES

Cerro del Granjero

Blom 1932
Meade 1962

Panuco, Tam.

1258Un terrain.

Hueixtlahuac

Meade 1962

Ixhuatlan de Madero, Ver.

1259Un terrain, d'époque postclassique récente.

La Barra del Tordo
Tmc 306

McNeish 1958

Aldama, Tam.

1260Un terrain (peut-être plusieurs), sur un site postclassique récent.

Tambolón

Meade 1948

San Luis Potosí

1261Deux structures parallèles, orientées nord-sud, délimitent une allée longue, dont chaque extrémité semble buter sur une construction qui ferme le terrain.

Tmc 307

McNeish 1958

Aldama, Tam.

1262Sur un site postclassique (récent et ancien), McNeish mentionne la présence d'un (ou de plusieurs) terrain (s).

Site sans nom

Medellin Zeníl
Ochoa Salas 1972

Metlaltoyuca, Pue.

1263Un terrain, sur un site au sud de Metlaltoyuca, non daté.

III/78. OUEST DU MEXIQUE : NON CLASSES : TERRAINS OUVERTS SANS PROFILS

Pandacuareo (site 15)

Armillas 1948

Michoacan

1264Un terrain, à extrémités ouvertes.

Texmelincan no°1

Garcia Payón 1941

Coapala, Guer.

1265Dans le groupe central du site, un terrain sans zones terminales, orienté nord-est sud-ouest. Un tenon de Tlachtemalacatl a été trouvé sur le terrain.

Texmelincan no°2

García Payón 1942

Coapala, Guer.

1266Dans le groupe nord, un terrain ouvert, orienté nord-sud.

Texmelincan no°3

García Paydn 1941

Coapala, Guer.

1267Un terrain ouvert, orienté nord-est sud-ouest, dans le groupe sud.

Site sans nom no°1

Greengo 1967

Iguala, Guer.

1268Deux structures allongées parallèles, sur un site de colline du Postclassique Récent.

III/79. OUEST DU MEXIQUE : NON CLASSES : TERRAINS FERMES SANS PROFILS

Citahua (site 36)

Armillas 1948
Lister

Guerrero

1269Un terrain à zones terminales fermées.

Placeres del Oro (site 16)

Armillas 1948

Michoacan

1270Un terrain à zones terminales fermées.

Potrero de García

Armillas 1944

Guerrero

1271Un terrain à zones terminales fermées.

Potrero de los Manueles

Armillas 1944

Guerrero

1272Un terrain à zones terminales fermées.

III/80. OUEST DU MEXIQUE : NON CLASSES : MANQUE DE DONNEES

Cerro de los Monos

Armillas 1948

Guerrero

1273Un terrain, non décrit. On sait cependant qu'il comporte deux anneaux.

El Otero

Noguera 1944

Jiquilpan, Mich.

1274Deux structures parallèles, orientées est-ouest, délimitent une allée de 70 m de long pour une largeur de 30 m. Celle-ci est fermée à ses deux extrémités par deux structures perpendiculaires à l'axe du terrain. Le profil, non défini, semble comporter des murs verticaux. Une visite du site nous a amené à douter de l'existence de ce terrain, étant donné ses dimensions.

La Ciudad

Armillas 1948

Alto Río del Oro, Gro.

1275Un terrain non décrit, dont on sait qu'il comporte deux anneaux.

La Sabana

Anonyme (inf. orales)

Acapulco, Gro.

1276Sur un site en terrasses se trouverait un terrain à zones terminales fermées.

La Soledad de Maciel

Armillas 1948

Costa Grande de Guerrero

1277Un terrain qui comporte deux anneaux.

Puente de Cerritos

I. Kelly 1943

Michoacan

1278Deux structures parallèles, en talus, délimitent une allée fermée à ses extrémités par des structures terminales basses. L'auteur ne précise pas s'il existe ou non des zones terminales.

Purechucho

Osborne 1943

Huetamo, Mich.

1279Deux structures parallèles, orientées nord-sud, stuquées, délimitent une allée, fermée au nord par une pyramide. L'allée mesurerait 55 m de long sur 22 de large.

Xochipalla

Schmidt 1976

Guerrero

1280Dans la vallée de Xochipalla, l'auteur mentionne l'existence de plusieurs terrains.

Site sans nom no°1

Current Research 1968

Guerrero

1281Un terrain d'époque postclassique.

Maquette de Colima

Von Winning et Hammer 1972

Colima

1282Dans une collection privée américaine se trouve une maquette en pierre, représentant une plate-forme ouverte, avec deux petites structures sur les côtés. Sur le pourtour sont disposés 12 personnages très stylisés et, au centre, on distingue un objet rond : selon les auteurs, il s'agirait d'un terrain, bien que cela semble peu probable.

III/81. NORD-OUEST : TYPE IX : TERRAINS OUVERTS A TALUS SUBVERTICAL

1 - Illustrations

1283Un plan, un profil. Cf. planche 65.

2 - Critères

1284Deux structures parallèles délimitent une allée ouverte à ses extrémités ; le profil comprend une banquette et un talus de forte pente.

3 - Echantillonnage

1285Un exemple, bien identifié.

4 - Localisation

1286Au sud de Durango.

5 - Localisation du site

1287Sur une colline.

6 - Plan

1288Deux structures parallèles délimitent une allée, orientée nord-sud, longue de 10,40 m et large de 4,20 m. L'allée est ouverte, mais à chaque extrémité se trouve une zone nettoyée et aplanie qui peut être considérée comme une zone terminale.

7 - Profil

1289Il se compose d'une banquette à sommet plat et bord vertical et d'un haut talus de très forte pente, subvertical.

8 - Sculptures

1290Néant.

9 - Centre, Caches, Axes

1291Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

1292Aucune donnée (construction en pierres ?).

11 - Structures annexes

1293Néant.

12 - Structures associées

1294Néant.

13 - Datation

1295Phase Las Joyas (700-950 ap. J.-C.). Il se pourrait qu'il soit un peu plus ancien (phase Ayala : 500-700 ap. J.-C.).

14 - Variantes

1296Néant.

15 - Cas douteux

1297Néant.

16 - Remarques

1298La présence d'un terrain de ce type dès cette époque est intéressante, dans la mesure où cela confirme partiellement la datation des terrains de Toluquilla. D'autre part, la présence de zones terminales grossières introduit un élément supplémentaire, dans la mesure où le problème de la présence de zones terminales sur des terrains ouverts s’est déjà posé (cf. Toniná, paragraphe 16).

17 - Comparaisons

1299Cf. le type IX du centre nord et le type VIII du Haut Plateau mexicain.

81/ NORD-OUEST : TYPE IX : TERRAINS OUVERTS A TALUS SUBVERTICAL

Schroeder Site, str. 6

Ferdon 1955
Kelley 1971
E. Kelley 1976

Durango

III/82. NORD-OUEST : TYPE III : TERRAINS OUVERTS A MUR VERTICAL
Variété I : structures terminales axiales

1 - Illustrations

1300Un plan, un profil. Cf. planche 65, pl. photo 19.

2 - Critères

1301Deux structures latérales parallèles délimitent une allée ouverte qui donne, de chaque côté, sur une structure ou un mur terminal fermant le terrain. Le profil se compose d'une banquette et d'un haut mur vertical.

3 - Echantillonnage

  • 7 Une maquette du Jalisco est actuellement au Musée Tamayo à Oaxaca. Le nombre de maquettes est ains (...)

1302Un terrain, fouillé, et cinq maquettes de terrains7.

4 - Localisation

1303Le terrain est localisé dans le Nord de l'Etat du Nayarit, et les maquettes proviennent de la région d'Ixtlan del Rio (Nayarit).

5 - Localisation du site

1304Amapa est un site de plaine alluviale.

6 - Plan

1305Deux structures latérales parallèles délimitent une allée de direction nord-sud qui donne, de chaque côté, sur une structure indépendante qui ferme le terrain. Le terrain a ainsi la forme de I, sans posséder les zones terminales traditionnelles. Il faut noter ici que les cinq maquettes présentent les mêmes caractères : si seule la maquette de l'Anahuacalli possède des structures terminales formelles, les autres ont des extrémités arrondies, qui sont délimitées par de petites constructions très basses sur lesquelles le plus souvent sont assis des spectateurs.

7 - Profil

1306Il se compose d'une banquette basse à sommet plat et bord vertical, légèrement débordante à Amapa, qui bute sur un haut mur vertical. Toutes les maquettes présentent le même profil : les banquettes sont alors légèrement plus courtes que les structures elles-mêmes.

8 - Sculptures

1307On note la presénce de trois marqueurs centraux à Amapa, correspondant aux divers stades d'utilisation du terrain. Ils sont de forme cylindrique avec, au sommet, une cavité de petites dimensions. Ce sont les seuls de ce type connus en Mésoamérique. On note cependant, sur trois maquettes, la présence de marqueurs circulaires, au nombre de trois chaque fois, sur l'axe longitudinal de l'allée.

9 - Centre, Caches, Axes

1308Le centre est donc indiqué sur quatre terrains, soit celui d'Amapa et trois maquettes. De plus, des axes longitudinaux sont tracés sur trois maquettes, par les alignements de marqueurs. Enfin, sur le terrain d'Amapa, des lignes rouges tracées sur le sol supérieur sont interprétées par Clune (1963) comme de possibles lignes de partage du terrain en zones de fonctions différentes.

10 - Maçonnerie

1309La technique de construction est assez particulière. Nous ne souhaitons pas y revenir ici en détail, le PhD de F. J. S. Clune (1963) étant en partie consacré à ce problème. Il suffit de préciser que la construction s'est déroulée en plusieurs temps, en commençant par la formation d'un monticule de terre, sur lequel on a ensuite édifié les structures et dans lequel on a creusé l'allée. Une fois de plus, les deux systèmes, creusement et construction, sont utilisés simultanément. Les structures sont en terre et en galets, stuquées.

11 - Structures annexes

1310On note la présence de drains, de grandes dimensions à Amapa, mais les escaliers d'accès sont inutiles, sur ce terrain, les structures terminales n'étant pas rattachées aux structures latérales. Il n'y a pas de superstructures apparemment, même sur les maquettes.

12 - Structures associées

1311Néant.

13 - Datation

1312Le terrain d'Amapa est daté, dans ses trois phases de construction et d'occupation, de la phase Cerritos, c'est-à-dire du Postclassique et plus particulièrement de la période postclassique ancienne.

1313Le problème de la datation des maquettes est plus délicat, dans la mesure où ce type d'objets est en général associé aux tombes à puits de l'Occident. Or, il ne semble pas que ces tombes, datées au plus tard du Classique Ancien, soient contemporaines de la construction de terrains, du moins dans cette région. (E. Kelley attribue en effet une date ancienne - phase Canutillo 100-400 ap. J.-C. - au terrain de Gualterio Abajo, dans la région de Zacatecas). De plus, le type auquel appartient le terrain d'Amapa est plutôt du Classique Récent ou du Postclassique. Il est donc probable que les maquettes doivent être datées de la même période, c'est-à-dire du Classique Récent, ou du début du Postclassique (Taladoire, sous presse).

14 - Variantes

1314Néant.

15 - Cas douteux

1315Il est probable que certaines de ces maquettes soient fausses ; mais toutes présentant les mêmes caractères, le seul fait que l'une soit authentique suffit à rendre l'analyse valide.

16 - Remarques

1316Les caractères secondaires des maquettes (jeu identifiable, répartition des joueurs sur le terrain...) déjà étudiés dans un article (Taladoire, sous presse), feront l'objet d'une analyse ultérieure.

17 - Comparaisons

1317Cf. le type III des Basses Terres mayas et le type IX.

82/ NORD-OUEST : TYPE III : TERRAINS OUVERTS A MUR VERTICAL Variété I : structures terminales axiales

Amapa

Clune 1963

Santiago Ixcuintlan, Nyt.

Maquette no°1

Von Winning-Hammer 1972
Worcester Art Museum

Coll. privée

Maquette no°2

Von Winning-Hammer 1972

Proctor Stafford coll.

Maquette no°3

" " "

Yale Univ.-Art Gallery

Maquette no°4

Artes de México

Anahuacalli

Maquette no°5

Von Winning-Hammer 1972

Coll. privée

III/83. NORD-OUEST : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

1 - Illustrations

1318Un plan, un profil. Cf. planche 65, pl. photo 10.

2 - Critères

1319Deux structures parallèles délimitent une allée dont chaque extrémité débouche dans une zone terminale fermée. Le profil se compose d'un talus à bord vertical et d'un mur supérieur vertical.

3 - Echantillonnage

1320Un terrain, non fouillé.

4 - Localisation

1321Hors des frontières de l'aire mésoaméricaine, dans l'Etat de Chihuahua, à Casas Grandes.

5 - Localisation du site

1322Site de plaine, non défensif.

6 - Plan

1323Deux structures latérales, orientées nord-sud, délimitent une allée de 19,55 m sur 27,20 m, qui débouche à chaque extrémité sur une zone terminale fermée de murs bas. Il faut noter que toutes les structures sont arrondies et qu'il ne semble pas exister un seul angle de 90° sur ce terrain. Les zones terminales sont ovales plutôt que rectangulaires, et l'allée est un peu plus étroite au centre que sur les extrémités.

7 - Profil

1324Il se compose d'un talus à bord vertical, assez bas, et d'un mur supérieur vertical, en pierres.

8 - Sculptures

1325Aucune.

9 - Centre, Caches, Axes

1326Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

1327La construction est en terre et en pierres essentiellement, mais il faut noter la présence d'un mur en pierres au cœur des structures latérales. Le terrain a été en partie creusé (l'allée), en partie construit (les structures).

11 - Structures annexes

1328On a noté la présence d'un drain dans l'angle nord-est de la zone terminale nord, et de deux accès différents : dans la zone terminale nord, l'angle sud-ouest est ouvert tandis que la zone terminale sud dispose d'un escalier dans l'axe du terrain, qui donne accès à une superstructure sud, à deux gradins.

12 - Structures associées

1329Néant.

13 - Datation

1330Le terrain date de la phase Paquime de la période "Tardío", c'est-à-dire du début du Postclassique.

14 - Variantes

1331Néant.

15 - Cas douteux

1332Néant.

16 - Remarques

1333La construction de ce terrain correspond apparemment à une période où l'influence de groupes marchands venus de Mésoamérique se faisait sentir dans cette zone. Il se pourrait que le terrain constitue un des éléments apportés par ces marchands.

17 - Comparaisons

1334Cf. le type VI dans le Haut Plateau mexicain.

83/ NORD-OUEST : TYPE VI : TERRAINS FERMES SANS BANQUETTES

Casas Grandes (Paquime)

Contreras 1970
plan Taladoire

Chihuahua

III/84. NORD-OUEST : NON CLASSES : TERRAINS FERMES DE TRANSITION

Santa Cruz

Kelly 1943

Sonora

1335Ce terrain a une forme comparable à celle des terrains de 1'Arizona. Il est situé sur une "mesa", à quelques kilomètres au sud de Santa Cruz et possède deux structures latérales en croissant qui délimitent une allée de plan ovale, dont les extrémités débouchent sur deux zones terminales constituant des zones de sorties.

Sotolitos

Mason 1937
Kelly 1943

Los Fresnos (Durango)

1336Une zone ovale, comprise entre deux structures allongées, en forme de croissant, construites en pierres, est interprétée par les auteurs comme un terrain ouvert. Cependant, ils notent que le terrain creusé dans le sol donne de chaque côté sur une issue en talus. L'existence de ce terrain n'a jamais été confirmée, non plus que sa datation.

1337Ces deux exemples, d'identification encore douteuse, sont qualifiés de terrains de transition, car ils s'apparentent à la fois aux terrains mésoaméricains et aux terrains de l'Arizona. Malheureusement, leur profil reste encore inconnu, ce qui interdit tout classement autre que provisoire.

III/85. NORD-OUEST : NON CLASSES : MANQUE DE DONNEES. Planche 65.

El Carabino

Braniff 1975

Guanajuato

1338Le seul terrain identifié dans cette région. Il est ouvert et date du Postclassique Ancien.

El Pirámide (Copala)

Sauer-Brand 1932

Sinaloa

1339Il y aurait, sur ce site, un terrain d'époque protohistorique ou historique, c'est-à-dire contemporain de la Conquête espagnole.

Gualterio Abajo

E. Kelley 1976

Zacatecas (Ouest)

1340Sur ce site, daté de la phase Canutillo (100-400 ap. J.-C.), l'auteur a identifié un terrain ouvert, orienté nord-nord-est sud-sud-ouest, dont l'allée mesure 5 m sur 10. Le sol de l'allée est couvert de galets et on note la présence d'un marqueur probable à une extrémité de la structure ouest. Le terrain serait parmi les plus anciens de la zone et pose ainsi un problème.

La Quemada

Blom 1932
Kelley 1971
plan Taladoire

Zacatecas

1341Deux structures parallèles, orientées nord-sud, délimitent une allée de 8 m sur 45, dont les extrémités donnent sur deux espaces rectangulaires fermés par des lignes de pierres : ils constituent ainsi deux structures terminales grossières, de 8 m de profondeur sur 17 m de large environ. Le profil du terrain est impossible à établir. La date d'occupation du site est du début du Postclassique Ancien. Pl. photo 17.

Teocaltitlan

Contreras 1963

Jalisco

1342Un terrain ?

Teuchitlan, Loma Alta, str. 64

Mountjoy-Weygand 1976

Jalisco

1343Deux structures parallèles, orientées nord-ouest sud-est, délimitent une allée de 7 m sur 68, dont les extrémités sont fermées par deux structures terminales (ce qui donne à chaque extrémité un plan en Y). Les structures latérales sont appuyées sur de vastes plates-formes circulaires qui jouent, en partie, le rôle de superstructures. Le sol de l'allée est plus sombre que le sol extérieur. Le terrain est du Classique Récent.

Teuchitlan, Guachimontón, str. 34

Mountjoy-Weygand 1976

Jalisco

1344Deux structures parallèles, orientées nord-ouest sud-est, et appuyées sur deux ensembles circulaires, délimitent un terrain de 6 m sur 70 qui est fermé à chaque extrémité par une structure terminale. Le sol de l'allée est de couleur sombre. La structure nord comporterait une banquette. Le terrain est d'époque classique récente.

Teúl de González Ortega

Margain 1943

Zacatecas

1345Sur un site postclassique se trouve un petit terrain de jeu de balle.

Site non identifié

Williams 1974

Jalisco

1346Le site fait partie d'un groupe de trois : Cerro de los Antiguos, Cerro de Chihuahua et San Aparicio. En fait, l'auteur ne précisant pas, il se pourrait qu'il existe plusieurs terrains (un par site). Il s'agit d'un terrain ressemblant à celui de La Quemada (donc fermé ?), d'époque classique récente.

Pétroglyphe de Loma Alta

Mountjoy-Weygand 1976

Jalisco

1347Sur l'un des sites de la zone de Teuchitlan, on a trouvé un pétroglyphe en forme de I, dont les angles sont arrondis (il s'apparente ainsi au terrain de Casas Grandes). Il mesure 32 cm sur 13 et serait de la même période classique récente que les terrains du site.

Maquette

collection privée

Jalisco

1348Une maquette de 19,50 cm sur 25 cm, provenant du Jalisco, représente un terrain composé de deux petits murs latéraux (bordés d'une banquette) et de deux structures terminales, en forme de temples. La pièce étant probablement fausse, s'apparente au type III, variété I.

III/86. ARIZONA : TYPE X : TYPE SNAKETOWN

1 - Illustrations

1349Deux plans, un profil. Cf. planche 66.

2 - Critères

1350Deux structures latérales, en croissant, délimitent une allée ovale, dont chaque extrémité donne sur une zone terminale qui sert de sortie. Les terrains sont orientés est-ouest. Le profil des structures est en talus.

3 - Echantillonnage

1351Onze exemples, dont deux seulement ont été fouillés.

4 - Localisation

1352Ils sont situés dans le Nord et l'Ouest de l'Etat de l'Arizona, dans la région de Tucson, Phoenix...

5 - Localisations des sites

1353Ce sont des sites de plaine, non défensifs. Les terrains constituent un élément essentiel des centres.

6 - Plan

1354Deux structures latérales symétriques, en forme de croissant, délimitent une allée ovale de 56 m sur 19, orientée est-ouest, avec une déviation fréquente de 15-20° nord par rapport à l'ouest. Chaque extrémité de l'allée donne sur une zone terminale semi-circulaire, qui sert en même temps de sortie du terrain.

7 - Profil

1355Les structures latérales, hautes de 2 à 2,50 m, sont en talus et le centre du terrain forme une dépression.

8 - Sculptures

1356Sur le terrain de Citrus Site (T. 13 : 2), un marqueur est placé à l'extrémité ouest de l'allée. Il mesure 50 cm sur 20 cm.

1357A Snaketown (no°1), trois marqueurs de pierre indiquent l'axe longitudinal du terrain.

9 - Centre, Caches, Axes

1358A l'exception des cas précédents, dans lesquels l'axe longitudinal du terrain est indiqué, le centre est marqué à Snaketown (no°1) et à Jaynes Station, par un trou de 1 m sur 0,30 m.

10 - Maçonnerie

1359Le terrain est aménagé par creusement, du centre vers les côtés, en rejetant la terre de manière à former les talus. Ensuite ceux-ci étaient couverts de pierres et le sol était stuqué.

11 - Structures annexes

1360Néant.

12 - Structures associées

1361Néant.

13 - Datation

1362Six terrains sont datés de la période coloniale, c'est-à-dire entre 700 et 900 ap. J.-C. (phase Gila Butte et phase Sacaton). Il est cependant possible que le terrain no°1 de Snaketown ait été construit auparavant (début de la période coloniale : 500 - 700) et le terrain de Citrus Site est peutêtre postérieur (phase Sacaton).

14 - Variantes

1363Il existe plusieurs terrains de phase postérieure qui possèdent des traits de ce type (l'orientation à Chavez Pass, la taille à Tres Alamos, ou sur un terrain sans nom, dans la Middle Verde Valley), mais dont d'autres caractères s'apparentent plutôt au type IX (Casa Grande). Ils doivent être considérés comme des cas intermédiaires entre les deux types.

15 - Cas douteux

1364Le terrain de Leslie Canyon (FF : 7-2) orienté nord-sud, est traditionnellement classé dans ce type. Cependant, plusieurs traits, dont son orientation, le différencient nettement des autres. Il est donc possible qu'il doive être exclu du type.

16 - Remarques

1365Il a été nécessaire de reprendre ici la classification traditionnelle en deux types. Cependant, il ne faut pas se leurrer sur la valeur de ces types, car si dans plusieurs cas le type est bien défini, souvent le nom du type permet aux auteurs de déduire son orientation et son plan, à tort parfois. On a donc souvent tendance à confondre critères et identité du type.

17 - Comparaisons

1366Néant.

86/ ARIZONA : TYPE X : TYPE SNAKETOWN

Casa Blanca

Chard 1940

Arizona

Citrus Site T 13-2

Wasley-Johnson 1965

Arizona ouest

Clear Creek

" nord

Hodges Site

Wasley-Johnson 1965

Arizona

Jaynes Station

Kelly 1937

Tucson (Arizona)

Leslie Canyon FF. 7-2

Wasley-Johnson 1965

Arizona sud-est

Redington

Gillan 1936

Arizona

Snaketown no°1

Marquina 1951

Phoenix (Arizona)

Villa Buena

Chard 1940

Arizona

BB. 11-1

Wasley-Johnson 1965

"

Sans nom

Chard 1940

" (Phoenix)

III/87. ARIZONA : TYPE XI : TYPE CASA GRANDE

1 - Illustrations

1367Treize plans, quatre profils. Cf. planches 66, 67. Pl. photo 21.

2 - Critères

1368Deux structures symétriques, en forme de croissant, délimitent une allée ovale, sans zones terminales. Le profil des structures est en talus. Les terrains sont orientés nord-sud.

3 - Echantillonnage

136959 exemples, dont seulement 5 fouillés et 6 bien identifiés. Les 48 autres ont fait l'objet de simples reconnaissances.

4 - Localisation

1370A l'exception d'un terrain localisé au Nouveau Mexique, tous les autres se trouvent en Arizona, dans les parties ouest et nord surtout, près de Flagstaff, Phoenix, Florence, San Carlos et dans la Verde Valley. On les trouve donc surtout dans les régions de culture Hohokam et Anasazi, mais deux exemples (Cave Creek et Stove Canyon) sont reliés à la culture Mogollon.

5 - Localisations des sites

1371Il s'agit, dans la plupart des cas, de sites de plaine ou de sites localisés sur de petites hauteurs.

6 - Plan

1372Le terrain est petit (10-14 m sur 23-33 m), de forme ovale, définie par deux structures symétriques en forme de croissant, orientées nord-sud. Il n'existe pas de zones terminales mais seulement deux petites sorties, en pente, qui représentent probablement ce qui subsiste des zones terminales.

7 - Profil

1373Il comporte uniquement deux talus latéraux, en terre, avec un revêtement de pierres.

8 - Sculptures

1374De nombreux marqueurs, non sculptés, ont été identifiés sur des terrains de ce type : ils occupent, pour la plupart, une position centrale à Gatlin Site no°1, Rock ball court site, Stove Canyon, t. 14-14, Winona, T. 14-15, NA 804 (au sud du terrain). On en trouve cependant deux à Snaketown (no°2) et trois à BB. 15-3.

- Centre, Caches, Axes

1375Si les axes sont rarement marqués (sauf à Snaketown et BB. 15-3), le centre est souvent indiqué par un marqueur (sur huit sites) ou par d'autres éléments : une cache à Casa Grande, un bol à Snaketown no°2, ou des pierres (7) à BB. 15-3.

10 - Maçonnerie

1376La technique de construction est la même que dans le type précédent, par creusement du centre vers les côtés, avec accumulation de la terre, de façon à constituer les structures latérales. Les murs sont alors revêtus de pierres (basaltiques) et parfois maçonnés. Le sol est en sable ou en caliche. Le terrain est parfois reconstruit (cinq fois à Ridge Ruins), périodiquement.

11 - Structures annexes

1377Néant.

12 - Structures associées

1378Néant.

13 - Datation

1379La plupart des terrains de ce type appartiennent à la période sédentaire et plus précisément à la phase Sacaton (900-1000), mais certains terrains du type ont été construits antérieurement, à Buttes Dam Reservoir ou Gatlin Site 1, ou même à une époque contemporaine de celle des terrains du type précédent : le terrain de Rock Site est daté de la phase Gila Butte, de la période coloniale.

14 - Variantes

1380Néant.

15 - Cas douteux

1381De nombreux terrains ne sont classés dans ce type que d'après les données des classifications antérieures. On ne dispose pas, à leur sujet, d'informations autres que leur appartenance au type. Comme dans le cas précédent, il y a interférence entre les critères et la description.

16 - Remarques

1382Le fait qu'il existe un chevauchement entre la disparition des terrains du type précédent et le début de la construction de terrains de ce type explique partiellement l'existence de cas intermédiaires (cf. le paragraphe suivant 88).

17 - Comparaisons

1383Néant.

87/ ARIZONA : TYPE XI : TYPE CASA GRANDE

Adamsville

Wasley-Johnson 1965

Arizona

Buttes Dam Reservoir

Sciscenti 1962

Florence (Arizona)

Casa Grande no°1

Finkley 1918

Arizona sud

" " 2

" "

" "

Cave Creek

Sayles 1945

Arizona

Citrus Site T. 13-2

Wasley-Johnson 1965

Arizona ouest

Doney Ruins

" "

Arizona

Gatlin Site 1, Z. 2-1

" "

Arizona ouest

" 2

" "

" "

Grewe Site

" "

Arizona

Pueblo Grande

" "

"

Ranch Creek

" "

"

Ridge Ruins no°1

" "

"

" " 2

" "

"

Rock Ball Court Site T13-9

" "

Gila Bend (Arizona)

Sacred Mountain NA 4626

Schroeder 1949

Beaver Creek

Safford

Wasley-Johnson 1965

Gila (Arizona)

San Simon

Sayles 1945

Arizona

Snaketown no°2

Marquina 1951

Phoenix (Arizona)

Stove Canyon, W 9-10

Johnson 1961

San Carlos "

Winona, NA 2132

McGregor 1936

Flagstaff

Wupatki, NA 405

Lindsay Jr

Arizona nord

AA 12-57

Wasley-Johnson 1965

Arizona

BB 15-3

DiPeso 1951
Wasley-Johnson 1965

Cochise County
(Arizona)

NA 804

McGregor 1936

Flagstaff (Arizona)

NA 1785

" "

Winona

NA 1893

" "

Flagstaff

NA 2132

" "

Winona "

NA 3254

" "

Citadel Ruin"

NA 3287

" "

Winona "

NA 3527

Schroeder 1949

Verde Valley"

NA 3528

" "

" "

NA 3669

" "

Arizona

NA 3687

" "

"

T 14-14

Wasley-Johnson 1965

Arizona ouest

T 14-15

" "

" "

T 14-19 no°1

" "

" "

T 14-19 no°2

" "

" "

T 16-9

""

Arizona

W 9-10

" "

"

Z 2-1 no°1

" "

"

Z 2-1 no°2

" "

"

62 Hi 5 Sar New Mex EE

" "

Nouveau Mexique

Sans nom no°2

Chard 1940

Adamsville (Arizona)

" 5

"

Phoenix

" 6

"

" "

" 7

"

" "

" 8

"

" "

" 9

"

" "

" 10

"

" "

" 11

"

" "

" 12

"

" "

" 13

"

" "

" 14

"

" "

" 15

"

" "

" 16

"

" "

" 17

"

" "

" 18

"

" "

" 19

"

" "

III/88. ARIZONA : NON CLASSES : TERRAINS DE TRANSITION

Chavez Pass

Colton 1940

Arizona

1384Ce terrain, orienté est-ouest, long de 33 m pour 17 m de large, n'est pas tout à fait symétrique : il possède une zone terminale est, mais la zone ouest est trop petite. Par son orientation et à cause de la présence d'une zone terminale, il est proche du type X, mais sa taille le rapproche du type XI.

Toltec

Green - Schroeder 1949

Arizona

1385Ce terrain, non décrit, a donné en fouilles une balle de caoutchouc brut de 198 gr, de 86 mm sur 53 mm, contenue dans un pot.

Tres Alamos

Tuthill 1947

San Pedro River
(Arizona)

1386Ce terrain présente des caractères mixtes : du type X, il possède la taille (50 m), mais sa date de construction (phase Sacaton), son orientation nord-sud et son absence de zones terminales le rapprochent du type XI. On a trouvé 69 battes de pierre sur le site.

Site sans nom ne 1

Schroeder 1949

Verde Valley (Arizona)

1387Le terrain est grand (cf. type X), sans zones terminales nettes, orienté nord-sud (cf. type XI) et date de la période sédentaire.

Site sans nom no°3

Schroeder 1949

Verde Valley (Arizona)

1388Un terrain, orienté nord-sud, de construction antérieure à 1100.

III/89. ANTILLES : TYPE XII : TERRAINS SANS ARCHITECTURE

1 - Illustrations

1389Dix plans, un profil. Cf. planche 68.

2 - Critères

1390Le terrain se présente sous la forme d'une aire aménagée, délinitée par des rangées de pierres.

3 - Echantillonnage

1391On compte une trentaine de terrains connus avec certitude dont 10 seulement ont été fouillés.

4 - Localisation

1392Tous les terrains identifiés sont localisés sur l'île de Puerto Rico.

5 - Localisations des sites

1393Ils sont localisés surtout en plaine.

6 - Plan

1394Le terrain se présente sous la forme d'une aire rectangulaire de 2 à 17 m de large, pour une longueur de 18 à 70 m, délimitée sur les côtés par des rangées de pierres dressées et parfois aux extrémités par des rangées de pierres plus petites disposées en ligne droite ou en arc de cercle. Six terrains sont orientés nord-sud et quatre est-ouest.

7 - Profil

1395Le terrain, légèrement enfoncé dans le sol, est bordé de pierres dressées.

8 - Sculptures

1396Il n'existe pas de pierres sculptées liées aux terrains mais, sur la plupart des sites, on trouve des anneaux de pierre que plusieurs auteurs rapprochent des jougs mésoaméricains.

9 - Centre, Caches, Axes

1397Aucune donnée.

10 - Maçonnerie

1398Seules des dalles locales (calcaires ou granitiques) entrent dans la construction des bordures des terrains.

11 - Structures annexes

1399Néant.

12 - Structures associées

1400Les terrains étant situés partout, au centre aussi bien qu’à la périphérie des villages, peuvent être associés à tous les types de constructions.

13 - Datation

1401Ils sont de phase Taino, soit construits entre 1000 et 1500 ap. J.-C.

14 - Variantes

1402Il est possible, éventuellement, de distinguer deux variétés l'une ouverte, l'autre fermée. Mais l'absence de données empêche pour le moment de pousser cette distinction plus avant.

15 - Cas douteux

1403La structure A de Barrio Caguanas, très vaste et disproportionnée, reste d'une identification douteuse.

16 - Remarques

1404Le problème le plus crucial, en ce qui concerne les terrains de cette zone, réside dans le manque de précisions dans les données disponibles ; la plupart des auteurs se contentent d'insister sur l'abondance des terrains, sans donner plus d'informations.

17 - Comparaisons

1405Cf. les terrains Otomacs, en Amérique du Sud.

89/ ANTILLES : TYPE XII : TERRAINS SANS ARCHITECTURE

Adjuntas

Alegria 1951

Puerto Rico

Hatillo

"

" "

Jayuyas

"

" "

Lares

"

" "

Orocovis (plusieurs terrains)

"

" "

Utuado

"

" "

Utuado (Barrio Arriba de Arecibo)

Haeberlin 1917

" "

" " Caguamas, str. A

Alegria 1951 Willey 1971

" "

" " " B

Alegria 1951 Willey 1971

" "

" " " E

Alegria 1951 Willey 1971

" "

" " " G

Alegria 1951 Willey 1971

" "

" " " H

Alegria 1951 Willey 1971

" "

" " " I

Alegria 1951 Willey 1971

" "

" " " J

Alegria 1951 Willey 1971

" "

" " " K

Alegria 1951 Willey 1971

" "

" " " L

Alegria 1951 Willey 1971

" "

Notes

1 Cf. Thompson: Maya History and Religion, pp.3-47 (1970), University of Oklahoma Press.

2 Le logement du marqueur a été découvert.

3 Selon des informations récentes (R. Carmack : "La Verdadera Identificación de Mixco viejo", Anales de la Sociedad de Geografía e Historia de Guatemala, 1975), ce site devrait en fait être identifié comme Jilotepeque Viejo.

4 Cf. Kenneth Hirth et William Swezey, pp. 11-24, in Las Fronteras de Mesoamerica, XVIe Mesa Redonda SMA 1975, t. 2, Mexico 1976.

5 en cours de publication.

6 Il faut cependant noter que, sur le site de Xochicalco, la "Piedra del Palacio" comporte apparemment une représentation tronquée d'un terrain en forme de I, accompagné d'un soleil, au centre de l'allée.

7 Une maquette du Jalisco est actuellement au Musée Tamayo à Oaxaca. Le nombre de maquettes est ainsi porté à six.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search