Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Deuxième partie. Typologie des terrains de jeu de balle

Chapitre II. Préliminaires à l'étude typologique

Texte intégral

II/l. LES ELEMENTS DE L'ETUDE D'UN TERRAIN DE JEU DE BALLE (cf. tableau no 13)

1Satterthwaite (1933, 1944), Acosta et Moedano Koer (1946) et A. L. Smith (1961) ont défini, dans leurs classifications, les points auxquels devait obéir toute étude de terrain. Cette approche se présente sous deux aspects : soit l'étude d'un terrain particulier, dans son contexte ou en lui-même, soit la classification du terrain dans un type. Malgré des recoupements évidents, les deux aspects doivent être distingués, dans la mesure où ce qui est propre à un terrain (la sculpture, les structures associées) n'intervient pas, en général, comme critère de classement. A. L. Smith fut le premier à distinguer nettement les deux aspects de l'étude (cf. chapitre précédent) et à définir d'une part les critères de classification (plan, profils), d'autre part ce qui est du ressort de l'étude du terrain.

  • 1 À Toniná par exemple, le terrain contenait une grande quantité de céramique postclassique, due à so (...)

2Celle-ci obéit à plusieurs exigences : il est tout d'abord évident que le terrain doit être replacé dans son contexte, à la fois géographique (culture, localisation du site...) et chronologique (période d'occupation du site et d'utilisation du terrain)1. Trop de terrains sont encore insuffisamment identifiés de ce point de vue. C'est seulement une fois ces données acquises que l'on est en mesure de procéder à l'étude architecturale proprement dite, c'est-à-dire à l'établissement du plan et à la détermination de l'orientation, des profils et de la pente des talus. Tous ces éléments entreront comme critères dans la classification. Du point de vue de la fouille cependant, deux problèmes peuvent se poser, dont le rôle dans la détermination du profil est essentiel. Le premier réside dans les déformations ou effondrements naturels de la plupart des structures : les talus ou murs ont subi des modifications qui entraînent l'existence de difficultés dans l'évaluation des pentes ; il est parfois possible d'obtenir une approximation (pente supérieure à 50o par exemple), mais il est souvent difficile d'être plus précis. Ce phénomène doit être pris en compte, afin de ne pas utiliser le critère des pentes de façon trop rigoureuse.

3L'autre problème est plus délicat puisqu'il s'agit de la présence ou de l'absence de corniches au sommet des structures latérales. En effet, l'érosion naturelle des structures commence par le sommet et par la partie de la structure la plus exposée : la corniche. Celle-ci peut avoir disparu sans laisser de traces. Nous avions commis l'erreur (Taladoire 1970) de l'inclure comme critère dans notre première typologie tentative, ce qui nous avait amené à des erreurs de classement. La fouille du terrain H 6 : 2 - 3 de Toniná (cf. chapitre III, paragraphe 24 - Annexe) nous a permis de constater la nature du problème et de modifier notre typologie en conséquence ; en effet, le seul élément conservé de la corniche, dans cet exemple, consistait en trois dalles superposées, en légère saillie sur le talus. La présence d'une corniche ne sera donc considérée que comme un critère secondaire.

  • 2 A Toniná par exemple, le fait de trouver trois sculptures de captif s à tenon, deux sur l'axe trans (...)
  • 3 Il est évident que l'on est alors amené à faire des rapprochements avec les problèmes d'orientation (...)

4Le troisième aspect de l'étude d'un terrain, lié au précédent, consiste à déterminer tous les traits secondaires : sculptures (anneaux, pierres à tenons, marqueurs...) ou ce qui peut indiquer la présence de sculptures aujourd'hui disparues (des traces de mortier, une cavité, le principe de symétrie...)2 éléments architecturaux mineurs (niches, comme à Monte Alban, caches...) et à déduire de ces données l'existence de points importants (le centre, certains angles...) ou d'axes longitudinaux ou transversaux3. L'étude iconographique, essentielle par elle-même, ne vient qu'en second temps, pour permettre éventuellement des interprétations du jeu ou des rapprochements entre terrains.

5Enfin, le dernier aspect de l'étude consiste à retrouver les aspects "annexes", soit d'une part la construction (systèmes particuliers, matériaux...) ou les éléments secondaires (problèmes d'accès, superstructures...), d'autre part, les associations avec d'autres édifices voisins, ou accolés, ce qui permet de procéder à des identifications de fonctions (cf. par exemple Cepeda Cardenas 1974). Entre également ici la recherche de superpositions, ou la comparaison de deux (ou plusieurs) terrains identifiés sur le même site. C'est seulement une fois en possession de toutes ces données que l'on peut se dire en mesure de procéder à une classification.

Tableau No 13 Éléments de l'étude d'un terrain de jeu de balle, selon les typologies établies par Acosta et Moedano Koer, A. L. Smith et E. Taladoire.

Tableau No 13 Éléments de l'étude d'un terrain de jeu de balle, selon les typologies établies par Acosta et Moedano Koer, A. L. Smith et E. Taladoire.

II/2. LES PROBLEMES DE LA CLASSIFICATION (cf. tableau no 2)

6Il est d'ores et déjà évident que nous ne pourrons pas disposer de données équivalentes pour les 661 terrains connus et identifiés. À l'exception d'une centaine d'exemples, la plupart des terrains identifiés l'ont été au cours de reconnaissances : les rapports se contentent le plus souvent de mentionner la présence d'un terrain sur tel ou tel site (plus de 130 cas), et parfois d'affirmer la présence de sculptures associées ou liées (les anneaux par exemple). Lorsque l'auteur publie un plan du site, ne serait-ce que schématique, il est possible de déterminer un plan et une orientation, mais le profil reste le plus souvent inconnu (cf. par exemple le cas de The Prehistory of the Tehuacan Valley, vol. V). De plus, régionalement, la quantité d'informations varie : de la zone maya, relativement bien fouillée, à la Huasteca, encore très mal connue, on dispose d'un échantillonnage très diversifié et de valeur très inégale (cf. tableau no 2).

  • 4 Elle pèche d'ailleurs par excès inverse, puisque l'auteur n'inclut qu'une partie des Hautes Terres (...)

7Dans ces conditions se posait un problème relativement complexe. Jusqu'à présent, la plupart des classifications (à l'exception de celle de A. L. Smith pour les Hautes Terres du Guatemala (1961)4 incluaient dans leur typologie des terrains d'origines ou de dates différentes (même si l’on tient compte de ce que la majeure partie des terrains sont d'époque classique récente). Acosta et Moedano Koer (1946) incluaient dans leur type A les terrains d'Atzompa (Oaxaca, Classique Récent), de Cobá (Yucatan, Classique Récent), de Piedras Negras, str. R 11 (maya. Classique Récent)..., tandis que leur type B comprend aussi bien Chichen Itza (str. 2 D 1) que les terrains aztèques. De son côté, A. L. Smith inclut dans son type fermé simple des terrains classiques ou postclassiques ; pour éviter l'écueil, il en est réduit à ne pas classer certains exemples, bien identifiables cependant.

8Il importait donc de trouver un système de classement qui permette de tenir compte de considérations à la fois géographiques et chronologiques. Dans un premier temps, chaque groupe de terrains sera envisagé dans son contexte régional ou culturel. À l'intérieur de ce cadre régional, les terrains seront présentés par type, d'après les critères définis au chapitre I de la 2e partie, lorsque cela sera possible : cela a parfois conduit à décrire des cas limites, quand le type n'est représenté dans la région que par un ou deux exemples (à Oaxaca par exemple, le cas de Yucuñudahui). Mais dans la mesure où le type existe par ailleurs, il importait de noter sa présence dans la région. De nombreux terrains n'entrent évidemment pas dans ce schéma : ce sont ceux pour lesquels on ne dispose que de données fragmentaires. Trois catégories purement descriptives ont donc été créées pour les décrire : "ouverts sans profils", "fermés sans profils" et "sans données". La dernière donnée qui intervient dans cette classification provisoire tient compte de certaines informations chronologiques (donc non architecturales), lorsque, par exemple, le terrain qui pourrait être classé dans un type existant (ouvert par exemple) se différencie par sa position chronologique ; tel est le cas des quelques terrains d'époque préclassique identifiés à l'heure actuelle. Ils seront toujours étudiés individuellement. Une telle classification pèche évidemment par de nombreux points. Il nous semblait toutefois nécessaire de passer par ce stade de catalogue raisonné, afin de pouvoir éviter le double écueil d'un catalogue descriptif, souvent inutile, et d'une classification trop rapide donc dangereuse par suite d'assimilations abusives, entre des terrains de dates ou de zones différentes. On aboutit donc à une multiplication des types descriptifs, qui peuvent en fait se réduire à quelques grands types, dont on sera en mesure de suivre l'évolution géographique ou chronologique.

9Tel sera en effet le but de la 2e partie de la typologie (chapitre IV, plus bas), plus synthétique, au cours de laquelle ne seront envisagés que les terrains identifiés de façon correcte. On sera alors en mesure de dégager une évolution, une chronologie du jeu et de l'architecture, des influences...

10Un dernier point reste à élucider : l'ordre dans lequel seront présentées les régions étudiées. À l'intérieur de chaque région, les types seront décrits selon l'ordre chronologique d'apparition ou, dans le cas de types contemporains, selon leur complexité croissante. En ce qui concerne les régions, il semblait préférable de commencer par la région comportant la meilleure séquence, soit la région maya (Basses et Hautes Terres). Le nombre de types définis y était évidemment le plus important. C'est d'après la zone maya que la plupart des types ont été définis à l'origine. Les autres zones seront présentées ensuite, selon des critères de voisinage géographique, du sud vers le nord. Ce n'est que dans le chapitre IV que des critères logiques seront utilisés pour procéder à des rapprochements entre les différentes cultures envisagées.

Notes

1 À Toniná par exemple, le terrain contenait une grande quantité de céramique postclassique, due à son utilisation comme décharge par les habitants d'un groupe de maisons voisin : occupation et utilisation du terrain sont alors à distinguer. Il en va de même pour le terrain ne 2 de Tula, utilisé en période aztèque comme bain de vapeur.

2 A Toniná par exemple, le fait de trouver trois sculptures de captif s à tenon, deux sur l'axe transversal central et un sur l'axe transversal nord, permettait d'affirmer l'existence, à l'origine, de six sculptures de ce type, sur les trois axes transversaux du terrain (cf. plus bas : le terrain H 6 : 2-3 de Toniná).

3 Il est évident que l'on est alors amené à faire des rapprochements avec les problèmes d'orientation, vus plus haut.

4 Elle pèche d'ailleurs par excès inverse, puisque l'auteur n'inclut qu'une partie des Hautes Terres mayas, à l'exception du Chiapas et du Salvador, ce qui l'amène à quelques erreurs de classification, et à des absences.

Table des illustrations

Titre Tableau No 13 Éléments de l'étude d'un terrain de jeu de balle, selon les typologies établies par Acosta et Moedano Koer, A. L. Smith et E. Taladoire.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 309k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search