Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Deuxième partie. Typologie des terrains de jeu de balle

Chapitre I. Terminologie et critères de classification

Texte intégral

I/1. POSITION DU PROBLEME

1Dans ce chapitre, les équivalents habituellement utilisés en anglais et en espagnol pour désigner les différents éléments étudiés seront donnés entre parenthèses.

2Un terrain de jeu de balle ("bail-court", "juego de pelota") peut être défini comme un ensemble de structures disposées de façon plus ou moins symétrique et dont la fonction est de permettre le déroulement d'un jeu ou des activités attachées à ce jeu.

3Cet ensemble de structures comporte des constantes et des éléments variables, tant pour le plan que pour le profil, ce qui entraîne des problèmes d'identification et de terminologie. Deux éléments ont rendu la question plus complexe : il est souvent difficile de déterminer exactement le rôle des parties identifiées d'une construction.

4Trois langues, au minimum, ont été utilisées par les archéologues qui ont étudié la question : Acosta et Moedano Koer (1946) ont rédigé leur texte en espagnol ; Blom (1932), Satterthwaite (1944) et A. L. Smith (1961) ont écrit en anglais ; Becquelin (1970) et Dalemans (1969) écrivent en français. De plus, si Becquelin a suivi la classification de A. L. Smith, Dalemans a préféré reprendre les idées et les critères d'Acosta et de Moedano Koer, tandis que Satterthwaite déterminait ses propres critères. Il semble donc nécessaire, avant de procéder à une typologie, de définir ici les divers éléments à étudier, afin d'établir un catalogue des termes utilisés : ceux-ci diffèrent le moins possible des précédents, ce qui permet d'éviter les confusions. Il a cependant parfois été nécessaire de donner à certains mots une valeur différente. De plus, les équivalents anglais ou espagnol, donnés pour chaque terme, permettront de passer sans difficulté d'une langue à l'autre et de retrouver le point étudié dans les classifications antérieures.

I/2. LES CLASSIFICATIONS ANTERIEURES

5La première analyse, présentée par Frans Blom (1932), sur 38 terrains, était plutôt une mise au point des recherches et une définition du problème qu'une véritable tentative de classification : Blom ne proposait rien d'autre qu'une identification des terrains d'après leur plan et divers éléments annexes. Le nombre de terrains a très vite augmenté par la suite : il atteint à l'heure actuelle plus de 660 terrains identifiés, dont certains sont d'ailleurs très contestables, étant donné les critères utilisés lors des reconnaissances. Diverses classifications ont donc été tentées.

6Se fondant sur les affirmations des chroniqueurs, le premier essai de typologie acceptait pour les terrains le plan en I proposé par Durán : en 1946, Acosta et Moedano Koer conservaient donc comme seul critère de classement l'étude du profil transversal, ce qui leur permettait de définir trois types :

  • Type A : composé d'une banquette, d'un talus et d'un mur ;
  • Type B : composé d'un talus et d'un mur ;
  • Type C : composé d'une banquette et d'un mur vertical (cf. planche no 1).

7Trois variables intervenaient donc dans la définition du profil, par leur présence ou leur absence : la banquette, pouvant être en léger talus ou horizontale, mais toujours de faibles dimensions ; le talus, presque toujours d'une pente supérieure à 202 ; le mur, toujours vertical, mais d'une hauteur qui peut varier de quelques dizaines de centimètres à plusieurs mètres. Cette typologie pèche cependant sur deux points : il lui manque visiblement un type D, qui serait composé seulement d'une banquette et d'un talus (1). Mais sa faiblesse principale consiste à considérer qu'il n'existe qu'un plan en I ; or, ce plan ne constitue qu'une possibilité parmi d'autres, et plusieurs terrains, connus en 1946, ne présentent que des structures latérales : leur allée est ouverte à ses extrémités. Il était donc nécessaire de réviser cette première ébauche et d'établir une nouvelle typologie fondée sur trois critères : le plan, la coupe longitudinale et le profil transversal. La typologie de A. L. Smith (1961) reprend en partie (types A et B) la classification précédente, mais l'étude du plan lui permet de définir cinq types (cf. planches 2 et 3) :

  • Type à extrémités ouvertes et à profil de type A.
  • Type à extrémités ouvertes A, comportant dans l'axe du terrain une place à autel.
  • Type "palangana", en cuvette.
  • Type à extrémités fermées, avec des zones terminales et un profil de type A.
  • Type à extrémités fermées A, avec des zones terminales et un profil de type B.

8Cette classification, effectuée d'après une étude des Hautes Terres du Guatemala, présente deux inconvénients : elle se limite à une zone précise qui exclut à la fois les Basses Terres mayas et l'ensemble du Mexique. En admettant même que les Hautes Terres doivent être considérées à part, il est difficile d'accepter la frontière actuelle du Guatemala comme limite à cette étude : les Hautes Terres du Chiapas présentent souvent des points communs avec la zone voisine. De plus, Smith étudie, dans sa zone, 132 terrains : ce nombre s'est accru depuis 1962 ; il est donc nécessaire de compléter son étude. D'autre part, son texte souffre d'un défaut plus grave : les problèmes de terminologie sont évidents. Smith appelle banquette ce qui, pour Acosta et Moedano Koer est le talus de type B. L'absence de profil de type C dans les Hautes Terres simplifie, pour lui, le problème, en lui évitant des confusions, mais lorsque l'on envisage d’étendre son étude à d'autres régions, de sérieuses difficultés risquent d'apparaître. Il devient donc nécessaire de déterminer une terminologie claire et cohérente.

9La solution proposée par Satterthwaite (1944) consiste à ne pas donner de noms aux surfaces envisagées, mais à les numéroter à partir du sol de l'allée. Mais cette solution de prudence conduit également à des équivoques, puisque le mur vertical sera ainsi appelé surface no 3 dans le cas des types B et C, et no 4 dans le cas du type A. On aboutit ainsi à une confusion tout aussi dangereuse pour l'analyse.

10Il paraît donc préférable de revenir à la terminologie d'Acosta et de Moedano Koer, pour trois raisons. Pour reprendre l'exemple du talus, sa pente est faible, dans le type B (environ 20o), mais toujours supérieure à celle du sommet des banquettes. D'autre part, ses dimensions sont toujours plus importantes que celles des banquettes. Enfin, la présence d'un mur vertical de faible hauteur est, en général, liée à l'existence d'un talus ; quand il n'y a qu'une banquette et un mur vertical (type C), la hauteur de ce dernier atteint plusieurs mètres. Dans ces conditions, la terminologie d'Acosta et Moedano Koer semble beaucoup plus sûre et plus proche de la réalité, donc plus utilisable.

11C'est le vocabulaire établi par ces auteurs qui a été suivi, dans la mesure du possible, mais adapté aux critères plus sûrs définis par A. L. Smith. Il a parfois été nécessaire de compléter ou de corriger les définitions.

I/3. TERMINOLOGIE DU PLAN (cf. planche no 27)

12Peu de problèmes se posent ici, car il existe, entre les divers auteurs, un accord presque complet. La disposition la plus simple, qui constitue l'armature de base de tout terrain, comporte deux structures parallèles, plus ou moins symétriques, appelées structures latérales ("plataformas laterales", "ball court structures"). Elles délimitent une aire plane, l'allée ("cancha" ou "patio central", "playing zone"), dans laquelle évoluent les joueurs. Ces deux structures latérales sont parfois les seuls éléments, auquel cas le terrain est dit ouvert ("open", "abierto") ; mais il est également possible qu'une des extrémités de l'allée débouche sur une place comportant un autel en son centre, ce qui ne modifie pas le plan mais introduit une composante supplémentaire.

  • 1 Il faut noter que ces structures terminales sont celles qui sont désignées par le terme "paredes f (...)

13L'ensemble peut se compliquer par l'existence de lignes de pierres ("lines") ou de murs dans l'axe de l'allée. Ces constructions, nommées structures terminales ("topes cabezales", "end walls")1 peuvent occuper deux positions différentes :

  • elles peuvent se trouver aux extrémités de l'allée, reliant ainsi les angles des structures latérales : l'allée a alors une forme rectangulaire.
  • elles peuvent être à une certaine distance des extrémités, de façon à délimiter, de part et d'autre de l'allée, deux espaces rectangulaires plus vastes, appelés zones terminales ("end fields", "patios cabezales"). Le terrain a ainsi la forme du I ou du double T, mentionnée par de nombreux auteurs.

14Les quatre plans ainsi définis sont les seuls connus, avec des variantes possibles : par exemple, une seule extrémité peut être fermée, l'autre restant ouverte ou donnant sur une place à autel. Cela ne modifie en rien les données précédentes.

15Aucun terme particulier n'est à préciser ici, en ce qui concerne le profil longitudinal ; les éléments constitutifs de ce profil sont les mêmes que ceux qui viennent d'être étudiés.

I/4. TERMINOLOGIE DU PROFIL TRANSVERSAL (cf. planche no 27)

16Les seuls éléments à envisager sont l'allée et les structures latérales, mais l'importance de ce profil et de la terminologie qui s'y rattache est évidente : la classification d'Acosta et Moedano Koer (1946) et celle de Satterthwaite (1944) en font leur critère de base et les problèmes de terminologie s'y révèlent les plus délicats. Le profil peut être défini comme un "agencement de surfaces verticales, horizontales, ou en talus" dont la disposition est régulière. La solution de Satterthwaite consistant à numéroter les surfaces ayant été rejetée (cf. 2E partie, chap. I/2), la terminologie d'Acosta sera ici reprise.

17Trois ensembles doivent être considérés : la partie interne du profil, tournée vers l'allée ; la partie supérieure de la structure, et la partie postérieure, étant entendu que seule la partie interne joue un rôle dans le jeu, partant dans la classification.

18Cette partie interne peut comporter trois éléments :

  • La banquette ("bench", "banqueta") présente toujours deux surfaces : une face qui peut être verticale ou en talus, et un sommet, plat ou en léger talus. L'ensemble est de proportions modestes (quelques dizaines de centimètres au plus). La banquette est parfois plus longue que le corps de bâtiment. Ses extrémités se rabattent alors de part et d'autre de la structure ; on donne à cette disposition le nom de banquette débordante ("bench extension").
  • Le talus ("apron" ou "playing surface", "talud") est toujours présent, sauf dans des cas très rares : c'est une surface assez vaste, dont la pente varie de 20 à près de 80s. Lorsque la banquette est absente, le talus tombe sur l'allée par une surface verticale (ou en très fort talus), de 60 à 80 cm de haut.
  • Le troisième élément est un mur toujours vertical, de 30 à 40 cm à plus de 7m de hauteur, dont la fonction est mal définie ; il peut former une corniche ("upper wall", "cornisa") au sommet du talus, ou constituer un véritable mur, le talus disparaissant parfois, dans ces conditions (cf. Chichen Itza 2 D 1). Il porte alors, au lieu du nom de corniche, celui de mur ("stop surface", "paramento").

19Quatre profils sont alors à envisager, dont trois correspondent aux types d'Acosta et Moedano Koer :

  • banquette - talus - mur (type A) ;
  • banquette - talus ;
  • talus - mur (type B) ;
  • banquette - mur (type C).

20Au sommet des structures latérales se trouve une surface plane, de dimensions variables, qui peut éventuellement porter différents types de superstructures, depuis de petites plates-formes carrées jusqu'à de vastes ensembles de type palais. Le vocabulaire est alors emprunté à d'autres études de l'architecture mésoaméricaine (Marquina 1952, Pollock 1965), mais il pourra, à l'occasion, être précisé, si la définition disponible n'est pas satisfaisante. Il faut mentionner également que ces superstructures peuvent avoir été construites en matériaux périssables et ne pas avoir laissé de traces. Enfin, de simples structures peuvent avoir occupé le même emplacement.

21Des superstructures ont parfois été signalées au sommet des structures terminales : le cas est peu fréquent et serait alors à mentionner dans l'étude du profil longitudinal.

22La partie postérieure des structures latérales est relativement simple. Un mur vertical ou un escalier occupe en général cette partie de l'édifice ; les deux peuvent d'ailleurs se combiner. Cette situation peut être compliquée par la présence d'autres structures : temple, palais, plates-formes... Leur présence reste toutefois exceptionnelle, et fera l'objet d'examens particuliers, dans l’établissement de la typologie. Il faut pourtant mentionner que parfois, loin d'être de simples annexes, ces structures sont de vastes plates-formes : la structure latérale n'est alors que le flanc adapté de cette plate-forme.

23Il existe quelques exemples de terrains creusés dans le sol ("sunken"). Le sommet des structures latérales se trouve alors au niveau du sol : il n'est donc pas possible de parler de partie postérieure des structures ; le sommet lui-même ne mérite une étude que si l'on a pu noter la présence de superstructures.

I/5. TERMINOLOGIE DES STRUCTURES ANNEXES

24Plusieurs éléments jouent, dans l'architecture des terrains de jeu de balle, un rôle mineur ou limité sur le plan régional. Leur fonction est alors fréquemment sujette à caution ; il est donc difficile d'établir par avance une terminologie valable : c'est au cours de cette étude que seront

25Un autel est une plate-forme ronde ou carrée, de 3 à 6 m de côté sur 0,60 à 2 m de haut, comptant un ou plusieurs escaliers et qui occupe le centre d'une place (Pollock 1965 ; Baudez n. d.). définies les structures envisagées. Il est cependant déjà possible d'avancer quelques idées utilisables.

26Une niche est une petite cavité, disposée dans une paroi ou à l'angle de deux murs.

27Un marqueur est une pierre taillée, sculptée ou non, dont la position indique une fonction dans le jeu ("marcador", "marker") : le plus souvent circulaires, ces pierres sont en général disposées sur l'allée, dans l'axe longitudinal du terrain, mais elles peuvent également se trouver sur les structures latérales, sur l'axe transversal. Il est possible de rencontrer, sur certains terrains, des sculptures circulaires, à d'autres emplacements, mais il est alors difficile de leur donner ce nom. Ces marqueurs sont à distinguer des pierres à tenons, ou têtes à tenons, qui sont en général fichées dans les talus des structures latérales : elles sont constituées d'un tenon et d'une sculpture visible (cette sculpture n'étant pas toujours une tête, comme à Tenam Puente). Il est préférable de parler de sculpture à tenon ("escultura con espiga", "tenoned sculpture). Une variante de ce type de sculpture est constituée par les anneaux (tlachtemalacatl, "stone rings") fixés au même emplacement ou dans les murs.

28Ces divers éléments ne jouent qu'un rôle mineur dans la typologie, car ils ne constituent pas des critères, mais sont de simples attributs qui peuvent, à l'occasion, permettre de distinguer des sous-types ou des variétés dont la signification est plutôt régionale ou temporelle.

Notes

1 Il faut noter que ces structures terminales sont celles qui sont désignées par le terme "paredes fronteras" ou de "en frente" dans les chroniques (cf. 1ère partie, chap. II/9).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search