Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Première partie. Historique des recherches antérieures et état des connaissances

Chapitre IV. Les documents iconographiques : codices et chroniques

Texte intégral

IV/1. INTRODUCTION A L'ÉTUDE DES CODICES INDIGENES

1Ne seront étudiées ici que les représentations figurées de terrains de jeu de balle tirées des codices que nous connaissons, ainsi que leurs associations immédiates. Il n'entre pas dans nos préoccupations, nous en sommes conscients et nous le regrettons, de procéder à une étude répondant aux critères définis par Joaquín Galarza, dans son livre Lienzos de Chiepetlan (pp. 13 à 15), c'est-à-dire que nous ne tenterons pas de présenter une étude analytique systématique des représentations, mais que nous procéderons à un simple "inventaire" des terrains dans les codices, en laissant de côté les autres éléments. Cette approche nous est imposée par le caractère même du travail que nous présentons : d'une part une étude complète des représentations de terrains dans les codices pourrait constituer une thèse, d'autre part notre intention est de n'utiliser ces données que pour appuyer l'étude des informations fournies par l'archéologie. Nous tenterons cependant, avant de procéder à une synthèse, de décrire le plus complètement possible les divers éléments constitutifs de ces représentations picturales, ou les motifs associés, afin de pallier à cette faiblesse, et éventuellement de permettre à de futurs chercheurs d'utiliser au maximum les données dont nous disposons, dans le cadre d'études plus directement axées sur les codices.

2Il n'entre pas, par ailleurs, dans nos intentions de présenter ici une étude exhaustive des associations et des symboles liés aux terrains dessinés dans les codices, dans la mesure où cela entraînerait très loin du but fixé à cette étude. D'autres recherches (analyses de codices ou de lienzos, faites par Seler, Caso, Galarza... synthèse présentée par Krickeberg en 1948) se sont développées dans ce sens, et nous renvoyons le lecteur à ces travaux, s'il désire avoir une vue d'ensemble de cet aspect de la question. Des désaccords peuvent parfois apparaître entre les conclusions présentées par ces auteurs et les nôtres ; dans ce cas, nous n'hésiterons pas à expliquer en quoi nous divergeons. Mais il importe de souligner que c'est avant tout par notre but que nous différons, par notre volonté de considérer ces représentations dans une optique plus archéologique, ainsi que par notre souci d'établir un corpus de ces représentations aussi complet que possible.

  • 1 Ce sont les Codices Bodley, Colombino, Nuttall, Borgia, Féjervary-Mayer, Borbonious, Maggliabeoohi (...)

3Dans son étude de 1948 Das mittelamerikanische Ballspiel, und seine religiose Symbolik, Krickeberg a tenté une synthèse des idées relatives au rôle religieux et symbolique du jeu de balle, en partant non seulement des codices, mais également des textes de chroniqueurs et de données archéologiques. Il ne visait donc pas à procéder à une approche exhaustive de la question et son étude se limite à faire usage de 47 représentations de terrains (dont certaines, tirées du Codex Vindobonensis, comptent jusqu'à cinq terrains) extraites de 12 codices différents1. D'autres auteurs, soit dans le cadre de l'étude d'un codex (le Codex Florentino, étudié par Anderson et Dibble, par exemple), soit avec des approches différentes (cf. Knauth 1962...) ont présenté et utilisé des données nouvelles. A notre connaissance cependant, aucun auteur n'a, à l'heure actuelle, tenté d'établir un inventaire et une description complète des représentations figurées de terrains de jeu de balle dans les codices ou lienzos.

  • 2 Soit 30 codices, 3 lienzos et 7 manuscrits postcortésiens.
  • 3 Depuis la rédaction de ce chapitre, deux nouvelles représentations de terrain, tirées du Lienzo An (...)

4Une telle tentative nous a, à présent, permis de retrouver 120 planches représentant chacune un ou plusieurs terrains (jusqu'à cinq par planche dans le Codex Vindobonensis, p. 19), soit un total actuel de 133 représentations tirées de 40 manuscrits pictographiques2. Il est à noter que de nombreux terrains sont en fait des toponymes identifiés, comme par exemple Tlachco qui est devenu Taxco. Certains toponymes actuels, au Mexique, trouvent leur origine dans le terme "terrain de jeu de balle". Tel est le cas des noms suivants : Tlachapa ("río del juego de pelota"), Tlachhuacalco, Tlachyahualpa ("en el redondel del juego de pelota"), Zacatlachco, ou de Querétaro, venu du nom Queretah-ro. Il est pour l'instant difficile de mettre ces noms en relation avec un glyphe précis ou même connu. Dans ces conditions, il est d'ores et déjà certain que notre inventaire s'enrichira de nouvelles représentations et que la liste est loin d'être close, pour complète qu'elle soit actuellement3.

5Les manuscrits ainsi réunis sont d'origines et de dates très diverses (cf. Index no 1) : six d'entre eux (Codices Bodley, Colombino, Nuttall, Seiden I, Seiden II et Vindobonensis) sont mixtèques et d'époque préhispanique, tandis que trois autres (Codex Porfirio Diaz, Lienzo de Tlacoatzintepec et Lienzo de Ihuitlan) se rattachent à ce groupe par leur origine géographique (respectivement Cuicatlan et Ihuitlan), mais seraient postérieurs à la Conquête.

  • 4 Les autres manuscrits pictographiques du groupe Borgia sont : la peinture ne 20 de la collection A (...)

6Un deuxième groupe est constitué par les codices apparentés au Codex Borgia seuls les Codices Borgia, Féjervary-Mayer et Laud nous intéressent ici4. Les travaux récents effectués dans la vallée de Tehuacan (McNeish, Nelken 1971 ; Hunt 1972) permettent de situer l'origine du Codex Borgia dans cette région. Tout le groupe est d'époque préhispanique.

  • 5 Tozzer (1957) parle d'une figure du Codex Dresdensis (41a) qui, selon lui, serait un Chac, assis s (...)

7Un seul manuscrit maya, le Codex Dresdensis, doit être envisagé ici : originaire du Yucatan et d'époque précortésienne, il contiendrait une possible représentation d'un profil de terrain5).

8Deux autres sont originaires du Veracruz au Postclassique (Codex de Xalapa et Lienzo de San Juan Nayotla).

9Les autres codices, tous nahuas, sont d'origines et de dates diverses. Certains proviennent de Tlaxcala et de sa région (Codex Aubin, Historia ToltecaChichimeca, Mapa de Cuauhtinchan), d'autres, les plus nombreux, de divers points de la vallée de Mexico, tels les Codices Borbonicus, Florentino, Xolotl, Mendoza, Telleriano-Remensis...

10La plupart d'entre eux datent de l'époque de la Conquête, soit des années qui précèdent, soit des années immédiatement postérieures. Selon Robertson, tel serait le cas des Codices Borbonicus et Boturini par exemple. Certains comprennent donc également des textes ou des mots en caractères latins, qui accompagnent les glyphes.

11Il est important de souligner, en préliminaire à toute description ou étude, que, quelque soit leur origine ou leur date, toutes ces représentations constituent un ensemble parfaitement défini ; les caractères qui les différencient sont mineurs : il n'y a pas de différences primordiales entre les différents terrains qui sont tous représentés de la même manière, en plan au sol, en forme de I.

IV/2. LES CODICES MIXTEQUES : DESCRIPTION

12Les 62 représentations de terrains de jeu de balle, provenant de 6 codices (soit 52 planches), constituent le groupe le plus important de cette étude. Dans ce groupe, les Codices Nuttall et Vindobonensis, avec chacun 21 terrains, occupent la première place. Les autres codices, à l'exception du Codex Selden no 3155 (avec 11 représentations), ne comptent que des peintures occasionnelles.

13Le Codex Bodley ne compte en fait que trois terrains et demi, car la première figure ne comporte qu'une moitié de terrain.

14- Bodley 2 IV : le demi-terrain est uni, de couleur rouge, bordé de jaune. Il est accolé au dos d'un personnage assis et serait, selon Caso, le nom de cet homme 3 Pluie - Tlachtli avec des lignes. Il faut cependant noter que le dessin est différent du nom figuré dans le Codex Seiden no 3155 : 5 II (Caso 1964). Pl. des. 6.

15- Bodley 10 II : sur un terrain uni, rouge, à bord double (brun et jaune, 8 Cerf et 1 Mouvement jouent à la balle. 1 Mouvement a une mâchoire décharnée et un oeil rond, symbole de mort. Les structures latérales sont marquées par des grecques ; au centre du terrain se trouve une boule noire, avec une croix (cf. Colombino 2 VI). Pl. des. 15.

16- Bodley 12 III : au sommet d'un terrain uni, rouge à bord jaune, est assis un personnage 1 Serpent ( ?) face à un autre personnage. Les structures latérales sont marquées par des grecques. Pl. des. 21.

17- Bodley 36 II : le terrain, uni, rouge à bord jaune, est accolé à une tête d'animal, chien ou coyote. Au centre du terrain, on distingue un cercle plus clair. Les structures latérales sont marquées par des grecques. Pl. des. 21.

18Le Codex Colombino compte quatre terrains, dont l'un en partie effacé. Ils sont tous de grandes dimensions et sont accompagnés de plusieurs personnages, disposés sur le terrain.

  • 6 Les couleurs dont données dans le sens des aiguilles d'une montre en partant du coin supérieur gau (...)

19- Colombino 2 VI : le terrain est divisé en quatre zones, de couleurs différentes (vert - bleu - jaune - rouge), et le centre est marqué par un cercle rouge. Il n'y a pas de structures latérales, mais de l'eau sort sous le terrain. 8 Cerf et 1 Mouvement (coiffé d'un diadème rouge) s'affrontent : 8 Cerf est en train de renvoyer la balle (cf. Bodley 10 II)6. Pl. des. 14.

20- Colombino 6 XIV : sur un terrain divisé en quatre zones de couleurs différentes, sans structures latérales, un personnage au corps peint en noir, 8 ?, répand la fumée d'une pipe, le Jour I Roseau. Sous le terrain sort de l'eau (cf. Colombino 2 VI). Pl. des. 14.

21- Colombino 11 : sur un terrain divisé en quatre zones de couleurs différentes (jaune - ? - rouge - bleu), deux groupes de trois personnages se saluent. A gauche, les trois hommes ont le corps peint en noir et le visage clair. Adroite, les trois hommes ont le corps et le visage peints en noir ; leurs yeux sont ronds, comme ceux des morts et comme ceux des quatre hommes qui entourent le terrain. Pl. des. 16.

22- Colombino 21 : sur un terrain très effacé, uni, bleu à bord jaune, et dont les structures latérales sont marquées par des grecques, deux personnages assis se font face et échangent des cadeaux : il pourrait s'agir de 6 Jaguar (identifié par son costume et le chiffre 6, visible sur la droite du dessin)-, et peut-être de 8 Cerf (par comparaison avec Nuttall 80). Pl. des. 16.

23Le Codex Nuttall compte 21 terrains, très différents, depuis des demi-terrains jusqu'à des représentations complexes où le terrain ne joue qu'un rôle mineur :

24- Nuttall 1 : le terrain, divisé en quatre zones de couleurs différentes (rouge - vert - brun - bleu), comporte deux structures latérales, indiquées par des rayures. Il est accompagné d'un temple et un glyphe de Montagne, et il fait partie de l'histoire de 8 Vent qui naît de la terre. Pl. des. 21.

25- Nuttall 1 : comme le précédent, ce terrain, divisé en quatre zones (bleu - rouge - vert - brun), joue un rôle dans l'histoire de 8 Vent. Il fait partie du glyphe de Montagne. Les structures latérales sont indiquées par des rayures. Pl. des. 21.

26- Nuttall 2 : ce terrain fait partie, avec cinq temples, de constructions réparties autour d'une cour. Il est divisé en quatre zones (bleu - jaune - bleu - rouge) et ses structures latérales sont indiquées par des rayures. Des flammes sortent du centre du terrain, d'où partent des traces de pas divergentes. Pl. des. 26.

27- Nuttall 3 : le terrain est divisé en quatre zones (gris - brun - gris - brun) et il comporte une seule structure latérale, indiquée par des rayures : l'autre est occupée par un personnage féminin décapité qui tient dans chaque main un vase et un couteau. Ce personnage est identifié par certains comme 11 Serpent, par d'autres comme Xochiquetzal, déesse lunaire. Elle est accompagnée par un animal à poil blanc (opossum ?). L'ensemble semble être inscrit dans le glyphe Montagne (cf. Vindobonensis 13, 20, 22 ; Aubin 19 ; Borbonicus 19). Pl des. 22.

28- Nuttall 4 : le terrain est divisé en quatre couleurs, comme le précédent (gris - brun - gris - brun) et comporte deux structures latérales indiquées par des rayures. Au centre se trouve une tête de mort, d'où partent des traces de pas divergentes (cf. Nuttall 2). Du bas du terrain émerge un disque vert entouré de flammes. 7 Fleur et 4 Mouvement sont assis sur le terrain. A côté du terrain se trouve un cercle de la terre sous lequel une boule de caoutchouc en flammes figurerait le soleil. Pl. des. 21.

29- Nuttall 8 : le terrain est uni, rouge à bord jaune. Il est surmonté d'un élément qui comporte un couteau et le chiffre 2. Il est surmonté d'un temple devant lequel est assis un personnage porteur d'un manteau en peau de jaguar ; ce serait un toponyme. Pl. des. 12.

30- Nuttall 12 : toponyme. Le terrain, divisé en quatre zones (rouge - vert - brun - bleu), est inscrit dans le glyphe Montagne. Il est surmonté par un temple et, à droite, d'un aigle accompagné du chiffre 4. Il est à noter que dans le Codex Seiden (1 I, 2 II), on rencontre un personnage appelé 4 Aigle Tlachtli. Pl. des. 12.

31- Nuttall 15, 17, 18, 19 : les quatre dessins sont identiques : à côté d'un temple se trouve une plate-forme surmontée d'un anneau bleu et jaune d'où émerge un serpent de couleur rouge qui tient dans sa gueule un demi-terrain bicolore (Nuttall 15 et 19 : rouge - bleu à bord jaune ; Nuttall 17 et 18 : bleu - rouge à bord jaune). Pl. des. 19.

32Les terrains de Nuttall 15, 18 et 19 sont bordés d'étoiles. Le serpent étant un symbole diurne, il s'agirait du passage de la nuit au jour (le jour dévore la nuit), ou du jour à la nuit (la nuit émerge du jour) (cf. Nuttall 25).

33- Nuttall 21 : sur un terrain gris à bord jaune, 9 Vent, porteur d'un masque en forme de couteau (ce personnage pourrait être Quetzalcoatl) est accompagné par 4 Crocodile et 1 Crocodile. Il est armé. Le terrain comporte une structure latérale marquée par des grecques. L'ensemble s'insère dans un dessin qui représente la terre, vers laquelle descendent du ciel les symboles de l'obscurité. Au-dessus a lieu une scène de décapitation (cf. p. 20, 1 Tzompantli). Pl. des. 18.

34- Nuttall 22 : le terrain, divisé en deux (rouge - turquoise), comporte deux structures latérales indiquées par des rayures. L'ensemble est bordé par des étoiles et s'insère dans un grand cartouche. Pl. des. 21.

35- Nuttall 25 : d'un terrain, divisé en deux (bleu - rouge, à bord jaune), avec une structure latérale marquée par des rayures, émerge vers le bas une tête de serpent (cf. Nuttall 15, 17, 18, 19). De part et d'autre du terrain se trouvent deux temples. Pl. des. 26.

36- Nuttall 44 : toponyme ? Un terrain divisé en deux (brun - rouge) se trouve inclus dans le glyphe de l'Eau. Au-dessus a lieu une scène de sacrifice par arrachement du coeur : deux personnages en noir (8 Cerf - Griffe de Jaguar et 12 Mouvement) sacrifient un Jaguar pendant que, du haut du dessin, plonge 13 Roseau. Pl. des. 23.

37- Nuttall 45 : le terrain, rouge à bord jaune, est inscrit dans le glyphe toponyme de Tututepec. Immédiatement à côté se trouve le dessin :

38- Nuttall 45 : sur un grand terrain divisé en quatre couleurs (bleu - rouge - brun - jaune) qui comporte une zone latérale marquée par des grecques, sont posés 8 Cerf - Griffe de Jaguar et 7 Serpent. Sur le terrain, on distingue un personnage, et sous le terrain, le glyphe 3 Mouvement. Pl. des. 12.

39- Nuttall 67 : le terrain, bleu à bord jaune, traversé par un couteau, est apparemment le surnom de 2 Cerf, assis à côté. Pl. des. 6.

40- Nuttall 74 : toponyme. Le terrain, divisé en quatre couleurs (blanc - jaune - bleu - rouge), est le nom d'un lieu conquis (il est traversé par une lance). Il compte trois anneaux entourés d'étoiles sur l'allée et deux anneaux latéraux traversés par des ceintures. C'est le seul exemple d'anneaux présents sur un terrain dans les codices mixtèques. Les structures latérales sont marquées par des grecques. Pl. des. 12.

41- Nuttall 80 : sur un grand terrain, divisé en quatre couleurs (jaune - brun - rouge - bleu) qui comporte une structure latérale indiquée par des grecques, sont assis deux personnages (6 Jaguar et un personnage identifié par certains comme 8 Cerf, mais apparemment accompagné du glyphe 8 Aigle) qui échangent des présents (lances et bouclier) (cf. Colombino 21). Pl. des. 16.

42- Nuttall 83 : toponyme ? Le terrain, divisé en quatre (brun - jaune - bleurouge) comporte une structure latérale indiquée par des grecques. Il est surmonté d'un aigle et se trouve sur le glyphe Montagne. Il est accompagné par plusieurs points disposés au centre du terrain, et dans chaque angle des zones terminales. Pl. des. 14.

43Sur la dernière page du Codex Selden I (no 3207) est représenté un grand terrain non coloré.

44- Selden I : le terrain, entièrement blanc, est associé à une scène de sacrifice humain par arrachement du coeur : le sacrifié est couché au-dessus du terrain, le sacrificateur se tient à droite. Pl. des. 23.

45Les onze représentations répertoriées dans le Codex Selden II (no 3135) sont toutes associées à des personnages et sont interprétées comme les noms et surnoms de ces derniers.

46- Selden 1 I : le terrain, bicolore (bleu - rouge, à bord jaune), fait partie de la coiffure de 11 Eau Fumante - Tlachtli, né d'une montagne. Pl. des. 6.

47- Selden 1 II : le terrain est blanc à bord rouge. Le personnage, 4 Aigle - Tlachtli, de Coixtlahuaca, est le gendre du précédent. Pl. des. 7.

48- Selden 2 II : le terrain est blanc à bord rouge. Il s'agit ici encore de 4 Aigle - Tlachtli, père du personnage en cause ici (cf. Selden 1 II). Pl. des. 7.

49- Selden 5 I : le terrain est rouge et jaune à bord jaune, avec des structures latérales marquées par des chevrons. Le nom du personnage est 5 Fleur - Tlachtli. Pl. des. 7.

50- Seiden 5 II : le terrain est rouge et jaune, à bord jaune, sans structures latérales. Il s'agit de 3 Pluie - Tlachtli rayé, petite-fille du précédent ? Pl. des. 6.

51- Seiden 5 II : il s'agit du même motif que le précédent. Pl. des. 6.

52- Seiden 5 III : le terrain est rouge et jaune à bord jaune. Le nom du personnage est 1 Lézard - Tlachtli - Appareil astronomique, beau-père du précédent. Pl. des. 7.

53- Seiden 5 IV : le terrain est rouge et jaune à bord jaune. Il s'agit d'un enfant, appelé 1 Roseau - Appareil astronomique - Tlachtli. Pl. des. 7.

54- Seiden 8 IV : le terrain, jaune et rouge à bord jaune, est inclus dans le corps même du personnage, nommé 1 Alligator - Aigle - Tlachtli, un enfant né en 1043. Pl. des. 8.

55- Seiden 9 II : le terrain est uni, blanc. Il s'agit ici du mariage de 1 Alligator - Aigle - Tlachtli. Pl. des. 8.

56- Seiden 11 II : le terrain, jaune et blanc sans bord, a des structures latérales indiquées par des chevrons. Il fait partie du nom d'un homme 13 Vent - Tlachtli de guerre. Pl. des. 8.

57Le Codex Vindobonensis a la répartition la plus curieuse de tous les Manuscrits : pour onze planches seulement, il ne compte pas moins de 22 terrains, répartis de façon à former des ensembles indissociables.

58- Vindobonensis 3 : cette planche compte deux terrains superposés dont les structures latérales sont indiquées par des rayures. Celui du bas, rouge, est entouré de flammes ; il est inscrit dans un glyphe de Montagne. Celui du haut, noir, est constellé de points sombres. Il se trouve au sommet du glyphe Montagne. Deux personnages, 10 Lézard et 11 Serpent se font face et se saluent, debout sur le terrain noir (cf. Vindobonensis 20, 22, 13 ; Aubin 19). Pl. des. 19.

59- Vindobonensis 7 : trois terrains font partie de cette planche ; de bas en haut :

  1. le terrain est bicolore (vert - rouge), entouré d'étoiles (à l'emplacement des structures latérales) et de flammes.
  2. le terrain, bicolore (rouge - bleu), est inscrit dans le corps d'un quetzal.
  3. d'une fente au centre du terrain bicolore (vert - rouge) sort une boule ardente de caoutchouc, c'est-à-dire un symbole solaire en pleine ascension (des traces de pas indiquent le cheminement du soleil) (cf. Vindobonensis 17 et 19). Pl. des. 20.

60Il semble que ces trois terrains soient associés de façon à symboliser le lever du jour ou du soleil (cf. Nuttall 15, 17, 18, 19).

61- Vindobonensis 13 : un petit terrain bicolore (noir et rouge) à bord jaune est associé à trois personnages : d'un côté se tient 11 Serpent, décapitée et accompagnée d'un animal à poils blancs (opossum ?) (cf. Nuttall 3, Aubin 19, Borbonicus 19, Vindobonensis 20, 22). De l'autre, 4 Crocodile et 11 Crocodile reçoivent des présents, parmi lesquels le terrain, une balle, un fuseau, trois magueys, une tasse de pulque sont à remarquer (cf. Nuttall 21). Pl. des. 22.

62- Vindobonensis 17 : quatre terrains sont inclus dans cette planche. De bas en haut :

  1. le terrain est bicolore (rouge - bleu), entouré de flammes, et comporte deux structures latérales, indiquées par des rayures.
  2. le terrain est bicolore (bleu - rouge) et entouré de fines rayures. Il comporte également deux structures latérales, semblables aux précédentes.
  3. le terrain, divisé en quatre zones (rouge - bleu - jaune - vert), est inscrit dans le corps d'un quetzal.
  4. le terrain, divisé en quatre (vert - rouge - bleu - jaune), est inscrit dans le corps d'un paon sauvage, porteur d'un diadème qui est le masque de Xochipilli.

63Ces quatre terrains semblent disposés de façon à évoquer l'ascension du soleil ou le passage de l'obscurité à la lumière (cf. Vindobonensis 7 et 19 ; Nuttall 15, 17, 18, 19). Pl. des. 20.

64- Vindobonensis 19 : la planche comprend ici, outre cinq terrains, quatre cercles décorés de traces de pas, symboles de la terre. Pl. des. 20.

  1. le terrain est uni, noir, avec des structures latérales marquées par des rayures, comme les quatre suivants.
  2. le terrain est uni, de couleur rouge, entouré de flammes.
  3. le terrain est bicolore (bleu - rouge), bordé dans son angle supérieur gauche de fines rayures.
  4. le terrain, divisé en quatre zones (bleu - rouge - vert - jaune), est entouré de flammes.
  5. le terrain est divisé en quatre zones de couleurs différentes (rouge - bleujaune - vert). De son centre part une fente qui, en s'élargissant, donne naissance à une boule de caoutchouc ardente, symbole solaire.

65Comme dans les exemples précédents (Vindobonensis 7, 17), cet ensemble symboliserait le lever du soleil (cf. Nuttall 15, 17, 18, 19).

66- Vindobonensis 20 : le terrain, bicolore (noir et rouge), est associé à cinq personnages dont le plus important est 4 Mouvement, debout sur deux boules de caoutchouc ardentes, dans l'acte de recevoir des offrandes. A chaque angle des zones terminales sont dessinées des grecques. Pl. des. 18.

67- Vindobonensis 20 : cf.. le précédent : parmi les offrandes que reçoit 4 Mouvement, figure ce terrain (bicolore, noir et rouge), une balle, un fuseau, trois magueys, un bol de pulque... A côté de cette scène se tient 11 Serpent (Xochiquetzal ?), décapitée, avec un vase et un couteau dans chaque main. Elle est accompagnée d'un animal au pelage blanc (opossum ?) (cf. Nuttall 3 ; Vindobonensis 13, 22 ; Aubin 19 ; Borbonicus 19). Pl. des. 22.

68- Vindobonensis 22 : le terrain (bicolore, rouge et noir) fait partie, avec une balle, un fuseau, trois magueys, un bol de pulque... des offrandes reçues par 2 Chien. A côté, on retrouve la même représentation de 11 Serpent (Xochiquetzal) décapitée, tenant dans les mains un vase et un couteau, et accompagnée de son animal au pelage blanc (opossum ?) (cf. Nuttall 3,-Vindobonensis 13, 20 : Aubin 19 ; Borbonious 19). Pl. des. 22.

69- Vindobonensis 29 : sur un terrain bicolore (rouge - noir), comportant une structure latérale indiquée par des rayures, 10 Lézard, vêtu d'un costume d'aigle, fait face à un jaguar debout (cf. Vindobonensis 3). Pl. des. 18.

70- Vindobonensis 43 : toponyme ? Dans un glyphe de Montagne est inscrit un terrain de jeu de balle bicolore (bleu - rouge), dont l'une des structures latérales est indiquée par des étoiles. Pl. des. 12.

71- Vindobonensis 44 : deux terrains composent cette planche. Dans un glyphe de Montagne est inscrit un terrain uni noir ou sombre, avec des structures latérales marquées par des rayures. Au sommet du glyphe Montagne, le second terrain, rouge, est entouré de flammes (cf. Vindobonensis 3, où les deux terrains ont une disposition semblable mais inversée). Pl. des. 19.

72Une grande variété apparaît d'un codex à l'autre, à l'intérieur de ce groupe : variété des fonctions (toponyme, nom de personnage, symbole terrestre ou céleste...), des couleurs, des associations... Il n'en demeure pas moins que certains traits communs caractérisent ce groupe : l'absence d'anneaux sur les structures latérales (fréquemment indiquées), le grand nombre de recoupements entre les scènes ou les personnages représentés, le caractère apparemment plus historique, plus narratif, sont autant de traits qui donnent à cet ensemble une grande cohérence.

IV/3. LES CODICES POSTCORTESIENS DE LA ZONE MIXTEQUE

73Quatre manuscrits sont à inclure dans ce paragraphe : le Lienzo de Ihuitlan et le Lienzo Antonio de León, étudiés par Caso (1961), le Lienzo de Tlacoatzintepec et le Codex Porfirio Diaz dont deux planches présentent des figures de terrains. Ces manuscrits ont été dissociés des précédents par suite de leurs différences, à la fois chronologique et géographique, mais ils se rattachent cependant à l'étude de ces manuscrits mixtèques.

74- Lienzo Antonio de León : nom de personnage : 13 Lézard des lieux-dits Tlachtli et colline "de punta cafe". B. 14 A. 14. Le terrain, en forme de I, est dessiné avec un bord double. Il comporte un cercle noir en son centre (cf. Seiden). Pl. des. 8.

75- Lienzo Antonio de León : A. 10. Toponyme. "Cerro del Tlachtli de las mariposas". Le terrain est en forme de I, délimité par deux lignes parallèles. Il comporte un cercle noir en son centre. Pl. des. 14.

76- Lienzo de Ihuitlan : en E 1, le lienzo montre un terrain, de traits légèrement différents des dessins habituels : le terrain lui-même est bien en forme de I, mais la bordure qui l'entoure est en forme de rectangle comme la plupart des terrains connus architecturalement. A droite du terrain se trouve le glyphe Montagne. Il s'agit peut-être d'un toponyme. Pl. des. 14.

77- Codex Porfirio Díaz, pl. B : le terrain semble constituer, à lui seul, le nom d'un personnage. Il est petit et de disposition irrégulière : le bas du dessin seulement est délimité par une double ligne formant bord. Pl. des. 8.

78- Codex Porfirio Díaz, pl. P : d'un dessin extrêmement simplifié, comme le précédent, ce terrain, de couleur bleue, est entouré d'une double ligne rouge qui s'interrompt en partie dans l'angle supérieur droit, pour faire place au chiffre 6. A droite du terrain, un mât de volador est dressé. Pl. des. 26.

79- Lienzo de Tlacoatzintepec (35 - 111) : dans la partie supérieure du lienzo au lieu-dit "Arroyo de Zapote" est représenté un tlachtli en forme de I, surmonté de trois croix (deux chapelles et une église). Le dessin est de forme irrégulière Ces dessins, très simplifiés par rapport aux représentations habituelles de la zone mixtèque, possèdent cependant en commun avec ces dernières de ne pas comporter d'anneaux, et d'être plutôt des toponymes, ou des noms de personnages.

IV/4. LES CODICES DU GROUPE BORGIA

80Les codices du groupe Borgia sont un ensemble de six manuscrits qui possèdent en commun des traits qui les différencient à la fois des codices mixtèques et des codices nahuas des zones voisines. Ils possèdent bien évidemment des points de ressemblance avec les codices mixtèques, mais de nombreux éléments tendent à les constituer en groupes indépendants : c'est le Codex Borgia, le plus important, qui a donné son nom à cet ensemble de manuscrits pictographiques, de caractère plus religieux que les autres. Des recherches récentes, menées dans la vallée de Tehuacan par R. S. McNeish et son équipe du Tehuacan ArchaeologicalBotanical Project, ont permis de formuler l'hypothèse selon laquelle le Codex Borgia, et peut-être d'autres manuscrits de son groupe, seraient originaires de la région, donc d'une zone intermédiaire entre les zones de culture mixtèque et nahua (Hunt 1972).

81Le Codex Borgia possède les quatre représentations les plus importantes pour l'étude des liens entre la mythologie des peuples du Plateau mexicain et le jeu de balle.

82- Codex Borgia 21 : cette planche présente un affrontement, sur un terrain, entre le Tezcatlipoca rouge, plus petit, à gauche du terrain, et le Tezcatlipoca noir, plus grand, à droite du terrain. Le terrain est uni, de couleur rougeorangé, délimité par trois lignes (au lieu de deux, comme dans la plupart des cas). Dans chaque angle des zones terminales, on aperçoit un symbole de mort : deux coeurs, une tête de mort et un os. A l'emplacement des structures latérales, deux anneaux, rouges et gris, laissent apparaître un serpent. Au centre de l'allée, un personnage nu, les bras attachés derrière le dos, a eu le coeur arraché (il s'agirait, selon Krickeberg (1948) de Mixcoatl). Face à lui, sur le terrain, un serpent sort d'une balle sanguinolente. A gauche, le Tezcatlipoca rouge porte une balle, un ceinturon et une tenue complexe. A droite, le Tezcatlipoca noir porte également un ceinturon, mais aussi un étendard et un carquois (cf. Féjervary - Mayer 26-29). Pl. des. 24.

83- Codex Borgia 35 : le terrain se trouve situé sous le Temple de la Nuit. Il est divisé en quatre zones (jaune - brun - rouge - bleu) et est délimité par trois lignes : accolées à la dernière ligne, on reconnaît les glyphes des étoiles. Le centre du terrain est marqué par une énorme boule rouge, inscrite dans le corps d'un personnage (Tonacatecuhtli : dieu lunaire et de la procréation), bras et jambes étendus. Le haut de son corps est couvert d'un masque de crocodile. De part et d'autre du personnage central, deux personnages, porteurs de ceinturons, dans des attitudes typiques de joueurs, se font face. Seler (1906) et Krickeberg (1948) les interprètent comme Quetzalcoatl et Yohualtecuhtli. Pl. des. 24.

84- Codex Borgia 40 : comme le précédent, ce terrain est délimité par trois lignes bordées à l'extérieur par des étoiles. Cependant, le terrain est ici uni, de couleur rouge, et possède deux anneaux traversés par une ceinture. Au centre du terrain se tient une déesse morte (sa mâchoire est décharnée), bras et jambes étendus, en train d'accoucher, au-dessus d'un vase qui symbolise ce qu'il y a de précieux au monde (Chalchihuitl). De part et d'autre de ce personnage, Tezcatlipoca et Tlazolteotl ont des postures d'adoration, face à ce qui représenterait la naissance, le lever du soleil. Le terrain se situe entre un temple rouge et un temple noir (cf. Vindobonensis 7, 17, 19 ; Nuttall 15, 17, 18, 19). Pl. des. 25.

  • 7 les descriptions des représentations de terrains dans le Codex Borgia sont issues pour l'essentiel (...)

85- Codex Borgia 42 : ce terrain possède les mêmes caractères que le précédent : uni, de couleur rouge, il est délimité par trois lignes bordées d'étoiles à l'extérieur ; il possède deux anneaux. Au centre du terrain, Quetzalcoatl, dans une position tombée, peint, paraît destiné au sacrifice. (Le sacrifice a lieu au-dessus, entre un temple noir et un temple rouge). De chaque côté du terrain se tiennent deux Quetzalcoatl noirs, tenant des balles. Le terrain est parsemé de boules (ou de crânes ?)7. Pl. des. 25.

86Le Codex Féjervary-Mayer ne possède qu'un seul exemple, simple :

87- Fejervary-Mayer 29 : sur un terrain uni, de couleur rouge, s'affrontent deux personnages : à droite un homme, portant un gant et une ceinture ; à gauche, un animal, lézard ou iguane. Au centre du terrain, un objet rond est difficile à identifier. A l'emplacement des anneaux, on reconnaît deux ornements de crête faîtière. (Borgia 21). Pl. des. 18.

88Le Codex Laud possède deux représentations, beaucoup moins bien connues car moins fréquemment analysées :

89- Codex Laud 31 : sur un terrain blanc à bord blanc, uni, des paquets de plumes vertes sont déposés, près du centre. Pl. des. 26.

90- Codex Laud 31 : le terrain se distingue des autres par sa division longitudinale, soulignée par deux couleurs (jaune - vert) et sa disposition. Sur le terrain, on note la présence d'une balle, et de ce qui ressemble à une ceinture. A droite du terrain, se tient un personnage, du ventre duquel émerge une longue volute qui couvre en partie le terrain, et se termine par une tête d'animal. Pl. des. 26.

91Les figurations de terrains des codices du groupe Borgia se distinguent donc des précédentes par leur caractère plus complexe, plus religieux, ainsi que par la présence de nouveaux traits physiques, tels que la représentation des anneaux ou l'absence de mention des structures latérales.

IV/5. LES DOCUMENTS DE VERACRUZ

92On ne dispose que de deux documents : le Codex de Xalapa (35 - 73) étudié par Federico González de Orozco (Glass 1964) et dont la provenance est encore incertaine, et le Lienzo de San Juan Nayotla (35 - 47), de la région d'Actopan (Ver.).

93- Codex de Jalapa (35 - 73) : il s'agit d'un document cartographique dont le centre est occupé par un tlachtli bordé de lignes et de traces de pas. Le terrain a la forme d'un I et porte une inscription interne (Batey). Pl. des. 15.

94- Lienzo de San Juan Nayotla (35 - 47) : la représentation est ici très différente, car elle comporte quatre rectangles juxtaposés, deux longitudinalement et deux transversalement, de façon à figurer les structures terminales. Il s'agit d'un toponyme : Zacatlachco ou çacatlachco. Pl. des. 13.

95Si le tlachtli du Codex de Xalapa est de forme traditionnelle, il n'en est pas de même de celui du Lienzo de San Juan Nayotla, qui s'apparente beaucoup, par sa simplicité, aux terrains signalés sur la côte du Golfe.

IV/6. LES CODICES NAHUAS

96Beaucoup moins nombreuses (52), beaucoup plus variées, tant dans leur aspect que dans leur fonction, les représentations de terrains dans les codices nahuas offrent un intérêt surtout géographique (à cause de l'abondance des toponymes). La plupart des codices examinés ne possèdent qu'un ou deux exemples de terrains, et peu d'entre eux méritent que l'on s'y arrête. Contrairement aux groupes précédents, les codices nahuas proviennent de groupes variés et leur rédaction s'est faite à des dates différentes, depuis les années précédant la Conquête jusque dans le courant du XVIe siècle ; rien d'étonnant donc à ce que leur apport soit, en définitive, plus inégal.

97- Tonalamatl de Aubin 19 : c'est une des représentations les plus intéres santes. Sur un terrain de forme traditionnelle, divisé en huit zones (bleu - grisrouge - brun - bleu - brun - gris - rouge, soit quatre couleurs pour l'allée et deux pour chaque zone terminale), le centre est marqué par un cercle clair. A gauche du terrain, on voit une balle ; à droite gît un personnage décapité ; un jaguar et la déesse Xochiquetzal l'entourent (cf. Nuttall 3 -, Vindobonensis 13, 20, 22 ; Borbonicus 19). Pl. des. 22.

98- Codex Aubin 79 : toponyme : Tlachquiyauhco ; un petit terrain est partagé en deux aires ayant la forme d'un T. Au-dessus du terrain, on voit un bouclier, en-dessous, deux gouttes de pluie. Pl. des. 10.

99- Codex Azcatitlan, pl. 42 : toponyme ? Sur une structure qui a la forme d'un demi-terrain coupé dans le sens de la longueur, gît un homme sacrifié par cardiectomie. Le contexte situe le fait sous le règne de Moctezuma II. Pl. des. 23.

100- Codex Borbonicus 19 : un petit terrain, séparé en deux zones longitudinalement (rouge - jaune), compte deux anneaux, à l'emplacement des structures latérales et le centre est marqué par un crâne, accompagné d'une balle de laquelle sortent des flots d'eau. A gauche du terrain gît le corps d'un homme décapité. Le terrain est associé à la déesse Xochiquetzal (cf. Aubin 19 ; Nuttall 3 ; Vindobonensis 13, 20, 22).

101- Codex Borbonicus 27 : le terrain, uni, blanc, se caractérise par la présence de deux anneaux, sur les structures latérales. A l'extrémité de chaque zone terminale se trouve un couple de personnages : à droite Quetzalcoatl et Cihuacoatl symboliseraient le vent et la terre, à gauche Cinteotl (ou Xochipilli) et Ixtlilton symboliseraient la danse et les fleurs. Pl. des. 17.

102- Boturini : toponyme : Tlachmalacac : un terrain uni est traversé par un fuseau (cf. Mendoza 37 -, Libro de tributos 17). Pl. des. 11.

103- Codex Cozcatzin, 13 (1) : toponyme de Tlahachtitlan (variante de Tlachtitlan ?) Un terrain en forme de I est divisé en deux zones transversalement (gris - gris) et le centre est marqué par un cercle blanc. Deux lignes claires soulignent les bords des structures.

104- Codex Cozcatzin, 13 (2) : nom propre. Le terrain, en forme de X, est uniformément gris, sauf une bande blanche, en forme de U renversé dans la partie inférieure.

105- Codex en Croix : le terrain, blanc, n'est pas entièrement bordé d'une double ligne, qui laisse ouverts les flancs des zones terminales. Le terrain comporte deux anneaux.

106- Codex García Granados (35 - 49) : toponyme. La représentation, très simple, d'un terrain en forme de I, est inclue dans le motif central. Une simple ligne indique le tracé du terrain.

107- Codex García Granados (35 - 49) : toponyme. Le dessin, très simplifié également, d'un tlachtli, est associé à un personnage dans le motif central.

108- Codex Maggliabecchiano 80 : sur un terrain uni, blanc, sont disposés deux joueurs, face à face, séparés par de nombreux symboles : à l'emplacement des zones latérales, se trouvent les anneaux représentés sous forme de symboles de Chalchihuitl. A chaque angle des structures latérales, sur l'allée est dessiné un crâne, tandis que trois crânes chevelus délimitent l'axe transversal du terrain. Le joueur de droite tient la balle dans la main gauche. Pl. des. 17.

109- Mapa de Cuauhtinchan no 1, 9 : toponyme : "lieu du tlachtli". Le terrain, uni et blanc, est entouré d'une double ligne et inscrit dans un rectangle (cf. Mapa de Cuauhtinchan 2). Pl. des. 13.

110- Mapa de Cuauhtinchan no 2, 5 : toponyme. Le terrain est fermé en I avec des ouvertures latérales dans des zones terminales en U. Il est uni et comporte des anneaux sur les structures latérales.

111- Mapa de Cuauhtinchan no 2, 29 : toponyme. Le terrain, uni, est délimité par un bord double, les deux lignes étant plus écartées à l'emplacement des structures latérales. Il est blanc à bord jaune parsemé de points noirs.

112- Mapa de Cuauhtinchan no 2, 52 : toponyme ? La représentation figure deux terrains à bords doubles, fermés, sans anneaux, et disposés en croix. Le centre des deux terrains est occupé par un disque solaire jaune à centre rouge.

113- Mapa de Cuauhtinchan no 2, 60 : toponyme. Le terrain, fermé en I, sans anneaux, est limité par un bord double et les structures latérales sont indiquées par deux lignes supplémentaires.

114- Mapa de Cuauhtinchan no 3, 14 : toponyme au bord de Tepeyacac. Le terrain, fermé par deux lignes (gris uni, à bord rose), est inscrit dans un rectangle qui indique une construction architecturale. Il est lié à des symboles de guerre. Pl. des. 13.

115- Codex Mapa de Sigüenza (35 - 14) : toponyme. Dans l'angle inférieur gauche du document, on repère une représentation simplifiée d'un tlachtli, surmontée de dix points. Le dessin, sans bord, est gris. Pl. des. 11.

116- Matricula de Tributos 5 : toponyme de Tlachyahualco (cf. Mendoza 21). Pl. des. 11.

117- Matricula de Tributos 12 : toponyme de Tlalachco (cf. Mendoza 32). Pl. des. 11.

118- Matricula de Tributos 16, 11 : le terrain est divisé en quatre zones (vert - jaune - bleu - rouge), avec des anneaux blancs sur l'allée. Toponyme de Tlachco (cf. Mendoza 8, 31, 36,-Osuna ; Vaticanus 102 ; Emigración Azteca). Pl. des. 9.

119- Matricula de Tributos 17 : toponyme de Tlachmalacac. (cf. Boturini, Mendoza 37). Pl. des. 11.

120- Matricula de Tributos : toponyme de Tlachquiauhco (cf. Aubin 79 ; Mendoza 16, 45, 45, Telleriano-Remensis 41, 42 ; Vaticanus 130, 133 ; codex non identifié) ; des gouttes de pluie tombent d'un nuage sur un terrain blanc. Pl. des. 10.

121- Codex Mendoza 8, 31, 36 : ces trois figures sont semblables. Un terrain de forme simple est séparé en quatre zones de couleurs différentes (respectivement : vert - rouge - jaune - bleu - vert - rouge - jaune - bleu, rouge - bleu - jaune - vert) ; deux anneaux sont dessinés sur l'allée (cf. Osuna, Vaticanus 102, Emigración Azteca, Libro de Tributos 11). Toponyme de Tlachco. Pl. des. 9.

122- Codex Mendoza 16, 45, 45 : toponyme de Tlachquiauhco. (cf. Aubin 79, Libro de Tributos, Telleriano-Remensis 41, 42 ; Vaticanus 130, 133 ; codex non identifié). Des gouttes de pluie tombent sur un terrain divisé en quatre zones (Mendoza 16 : rouge - bleu - jaune - vert ; Mendoza 45 : jaune - bleu - vert - rouge), ou uni (Mendoza 45) qui possède deux anneaux. Pl. des. 10.

123- Codex Mendoza 21 : toponyme de Tlachyahualco. Un petit terrain gris, avec deux anneaux est inscrit dans un cercle (cf. Libro de Tributos 5, selon Peñafiel 1885). Pl. 10.

124- Codex Mendoza 32 : toponyme de Tlalachco. Le terrain est uni, de couleur violette à bord jaune (cf. Matricula de Tributos 12). Pl. des. 10.

125-Codex Mendoza 37 : toponyme de Tlackmalacac (cf. Boturini et Matricula 17). Pl. des. 10.

126- Osuna : toponyme de Tlachco. Le terrain est uni, brun à bord violet (cf. Libro de Tributos 9, Mendoza 8, 31, 36 ; Vaticanus 102 ; Emigración Azteca). Pl. des. 9.

127- Codex Telleriano-Remensis 41, 42 : les deux terrains sont blancs, unis et le premier comporte des anneaux. De la pluie tombe sur le terrain. Toponyme de Tlachquiauhco (cf. Aubin 79 ; Mendoza 16, 45, 45 -, Libro de Tributos-, Vaticanus 130, 133 ; codex non identifié). Pl. des. 10.

128- Codex Vaticanus 3738, Rios 102 : toponyme de Tlachco. Le terrain est blanc et comporte deux anneaux (cf. Libro de Tributos 9 ; Mendoza 8, 31, 36 ; Osuna ; Emigración Azteca). Pl. des. 9.

129- Codex Vaticanus 3738, Rios 130, 133, ? : toponyme de Tlachquiauhco : la pluie tombe sur un terrain dépourvu d'anneaux et uni (130 : rouge ; 133 : jaune à bord violet) ou pourvu d'anneaux et divisé en quatre zones (jaune - bleu - rouge - vert). Au-dessus du Vaticanus 133, se dresse un guerrier en armes (cf. Aubin 79 ; Mendoza 16, 45, 45 ; Libro de Tributos ; Telleriano-Remensis 41, 42. Codex non identifié). Pl. des. 10.

130- Codex des veinte Mazorcas : le terrain, uniforme et entouré d'un bord, jaune, porte en outre deux gouttes bleues et un point noir au centre. Toponyme probable (Tlachquiauhco ?). Pl. des. 13.

131- Codex Xolotl 9, 10 : sur un terrain uni, blanc, pourvu d'anneaux, deux personnages sont en train de parler. Pl. des. 15.

132- Codex non identifié : toponyme de Tlachquiauhco. Selon Peñafiel (1885), ce dessin proviendrait du Codex Vaticanus ; il nous a été impossible de l'identifier. Pl. des. 10.

133- Durán, cap. 23, pl. II : pour illustrer son chapitre relatif au jeu de balle, Durán a dessiné un terrain de forme rectangulaire, dans lequel l'allée seule est en forme de I (cf. Lienzo de Ihuitlan). Le terrain est pourvu d'anneaux. Deux hommes se font face ; celui de droite tient une balle à la main. Pl. des. 15.

134- Ms Pleito de Tierras ? : deux dessins très schématiques illustrent le toponyme Tlachtitlan. L'un des deux comporte un point noir en son centre (cf. Ms no 4 de Berlin et Cozcatzin). Pl, des. 11.

135- Titulo de Tierras del Pueblo de Santa Isabel Tola. Ms no 4 de 1744, de Berlin toponyme de Tlachtitlan. Le dessin est très schématique mais montre un cercle en son centre (cf. Ms Pleito de Tierras et Cozcatzin). Pl. des. 11.

136- Ms Emigración Azteca : toponyme de Tlachco. Une simple ligne indique la forme en I du terrain (cf. Libro de Tributos 9 ; Mendoza 8, 31, 36 ; Osuna ; Vaticanus 102). Pl. des. 9.

137- Codex Florentino pl. LI : pour accompagner son chapitre relatif au jeu de balle, Sahagún a dessiné le seul terrain vu "en perspective" : les structures latérales sont indiquées de façon plus détaillée et les anneaux sont placés au sommet des structures. L'allée est en forme de I et deux joueurs sont situés aux extrémités de l'allée. Pl. des. 15.

138- Codex Florentino : plan de Tenochtitlan : à l'intérieur de l'enceinte sacrée de Tenochtitlan se trouve un terrain de jeu de balle, pourvu d'anneaux, à côté du Tzompantli.

139- Historia Tolteca Chichimeca : sur un terrain séparé en deux par une ligne transversale, sur laquelle se voit un objet rond, au centre, deux personnages se font face. Pl. des. 15.

140Ces divers manuscrits, qu'ils soient antérieurs ou postérieurs à la Conquête, ont des contenus très différents : certains, comme le Codex Borbonious, le Tonalamatl de Aubin, les Codices Maggliabecchiano, Telleriano-Remensis ou Vaticanus 3738, ont un contenu plus religieux ou rituel. D'autres (Codex Mendoza, Libro de Tributos) sont de véritables registres d'impôts ou de redevances, à contenu en partie géographique. D'autres enfin (Codices Boturini, Aubin, Osuna, Xolotl...) ont plutôt un caractère historique ou anecdotique. Il n'est donc pas étonnant que les représentations de terrains relevées dans ces manuscrits diffèrent fortement, tant par leur valeur (noms de personnages, de lieux, terrains proprement dits) que par leur aspect ou leurs associations. Tous ces éléments entreront en ligne de compte, dans la présente étude.

IV/7. LE PROBLEME POSE PAR LE CODEX DRESDENSIS 41a T4 (Pl. 5)

  • 8 C. F. Baudez, 1970, ill. no 32.

141Il n'existe pas, à notre connaissance de représentations en plan de terrains de jeu de balle dans les codices mayas : aucun des trois codices connus, pas plus d'ailleurs que le Codex Grolier dont l'authenticité demeure douteuse, ne possède un seul exemple. La raison n'est pas à chercher dans l'absence de représentations de ce type en zone maya, puisqu'un vase Tepeu du Salvador oriental (Période III : 550-950 ap. J.-C.) montre plusieurs plans de terrains, dans le plus pur style des représentations de terrains sur codex8 Il est probable que de telles représentations existaient sur les codices aujourd'hui disparus, dont les sujets pouvaient éventuellement se prêter à cette nécessité.

142Il existe cependant dans le Codex Dresdensis un exemple de dessin pouvant prêter à confusion. Tozzer (1957) avait en effet mentionné l'existence dans ce codex d'un dessin pouvant être interprété comme la représentation d'un terrain vu en coupe, dont le profil s'apparenterait au terrain 2D1 de Chichen Itza, soit une banquette haute, à sommet plat et bord en léger talus, surmontée d'un haut mur vertical. Tel est bien en effet le dessin du Codex Dresdensis (pl. 41á T4), où deux constructions possédant ce profil se font face de part et d'autre d'une sorte de couloir. Au sommet de ces constructions est assis un Chac qui porte un objet non identifié dans les mains.

  • 9 Thompson déclare (p. 96) : "A Chac with obliterated object in hand sits on a water tank (the spira (...)

143Selon Thompson, dans son commentaire du Codex Dresdensis (1972, p. 96), le dessin représenterait une citerne, interprétation en partie inspirée par une spirale dessinée entre les deux constructions9 L'hypothèse de Thompson nous semble cependant moins vraisemblable que celle de Tozzer, sans pouvoir trancher la question. Thompson en effet ne peut citer à l'appui de sa théorie que la spirale, qui selon lui pourrait représenter l'eau, et le fait que l'on ne connaît pas d'arguments confirmant l'existence d'un jeu de balle pratiqué sur les terrains du Yucatan à l'époque de la Conquête. Au contraire, plusieurs éléments sont venus confirmer la proposition de Tozzer : tout d'abord (et c'était la base même de son idée), ce profil existe sur des terrains du Yucatan (Chichen Itza, str. 2D1, Edzna) et le terrain de Chichen Itza était encore connu à l'époque où les codices furent rédigés. Bien plus, on connaît à l'époque à laquelle Tozzer écrit, au moins une représentation d'un profil semblable sur la stèle no 8 d'Edzna dite stèle du joueur de balle (Ruz Lhuillier 1945). Il est donc vraisemblable que plusieurs représentations de profils de terrains puissent exister.

  • 10 La stèle de Las Morrajas, actuellement exposée au Musée de Tuxtla, comporte dans sa partie inférie (...)

144Depuis quelques années, plusieurs faits sont venus à l'appui de cette hypothèse : il est actuellement certain que l'on connaît beaucoup plus de représentations de profils de terrains que de plans en zone maya. En effet, à l'exception du vase déjà cité, et d'une maquette en poterie des Hautes Terres du Guatemala (Borhegyi 1968), on ne connaît pas de plan de terrain. Il existe par contre un nombre relativement élevé de profils tracés dans les conditions les plus diverses : sur stèles, à Edzna (Ruz 1945), ou à Las Morrajas10 ; sous forme de graffiti, à Tikal (str. 5D43 ; Tikal Project ; découvert par Christopher Jones en 1965) ; et surtout sur céramique, puisque quatre vases au moins (trois vases Tepeu actuellement au Saint Louis Art Museum, au Dallas Museum of Fine Arts, et dans une collection privée ; un vase de Tiquisate Escuintla) (Hellmuth 1975) représentent des profils. Il faut également ajouter un panneau en provenance de l'Usumacinta (Wardwell 1973) qui représente le profil d'une structure latérale (cf. planche no 5) et les sculptures de Yaxchilan (Garcia Moll 1977).

145Aucun de ces arguments ne permet de se prononcer avec certitude quant à la nature de la construction représentée dans le Codex Dresdensis. Il reste cependant que l'hypothèse de Tozzer, loin de devoir être exclue, mérite de retenir l'attention, plutôt que celle de Thompson.

IV/8. ELEMENTS D'UNE ETUDE ARCHITECTURALE DES REPRÉSENTATIONS

146Toutes les représentations de terrains décrites dans les chapitres précédents consistent en un plan schématique au sol, parfois complété par quelques suggestions de profondeur ou de hauteur. On ne trouve qu'une exception à ce phénomène, dans la représentation d'un profil, dans le Codex Dresdensis (cf. 1ère partie, Chap. IV/7 et planche no 5).

147Dans la plupart des cas, le terrain est représenté dans sa totalité, isolé sur une page, ou intégré dans un ensemble plus vaste. Il n'est pas exceptionnel, toutefois, de rencontrer des exemples de représentations multiples sur une même page : on pourrait citer quelques cas où deux terrains sont associés sur une seule feuille, dans le Codex Nuttall en particulier, mais il s'agit généralement d'intentions différentes. Plus intéressants sont les cas relevés dans le Codex Vienna, pp. 3, 7, 17 et 19. Les trois derniers exemples constituent un phénomène tout à fait unique, dont l'origine est à chercher plutôt dans l'interprétation mythologique ou religieuse que dans des données architecturales ou d'urbanisme. On peut, de même, constater l'existence de six cas de représentations tronquées : un terrain du Codex Bodley (2/IV) et quatre du Codex Nuttall (15, 17, 18, 19) sont visibles seulement en partie : une moitié du terrain est, soit dissimulée derrière le dos d'un personnage (Codex Bodley : ce fait est à l'origine de l'interprétation de ce terrain comme le nom du personnage), soit dans la gueule d'un'serpent (Codex Nuttall), auquel cas l'interprétation est également mythologique. Dans le Codex Azcatitlan, un sacrifié est couché sur un demi-terrain : il s'agirait d'un toponyme.

  • 11 Le profil du Codex Dresdensis est également défini par une ligne double.

148Sur 133 terrains ou demi-terrains représentés, 111 sont semblables : l'allée (et les zones terminales) sont en forme de I, bordés de deux lignes parallèles11). 19 cas diffèrent, de façon relativement modeste, de ce schéma.

149Dans quatre exemples (Codex Bodley 10/II, Codex Borgia), l'allée est définie par trois lignes parallèles. Dans 12 autres cas, la représentation est simplifiée : une seule ligne délimite le terrain (Selden 11 : II ; Diaz lam B. ; Lienzo de Ihuitlan ; Ms Pleito de Tierras ; Ms Emigración Azteca ; Codex Cozcatzin, Codex de Xalapa, Lienzo de Tlacoatzintepec, Codex Garcia Granados, Mapa de Sigüenza). Il faut enfin noter que le dessin extrait de Durán (cap. 23, lam. II) est entouré d'un second cadre rectangulaire et que le dessin du Codex Florentino (lam. LI, lib. VIII no 91) s'il n'est pas entouré complètement par deux lignes, est disposé de façon à donner une impression de profondeur : les structures latérales et les murs de fond sont indiqués par des lignes doubles. Dans ces conditions, l'hypothèse la plus vraisemblable serait que la double ligne constituerait un moyen d'indiquer la profondeur du terrain. Les cas où une ligne simple serait utilisée sont d'une part exceptionnels, d'autre part des dessins simplifiés, plus petits... Un cas particulier se présente dans le Lienzo de San Juan Nayotla, où le terrain en forme de I est constitué de 4 structures (cf. planche 13).

150On vient de voir que dans le Codex Florentino, les structures latérales du terrain sont tracées de façon à souligner leur hauteur, et en partie, leur disposition. Ce phénomène se retrouve sur plusieurs autres exemples, mais il constitue la seule tentative de donner une idée de l'architecture. Les structures terminales, par exemple, ne sont jamais représentées (sauf dans le Lienzo de San Juan Nayotla) : tout au plus peut-on dire qu'elles sont symbolisées par les doubles lignes du contour. Dans toutes les représentations de terrains du groupe nahua et du groupe Borgia, seul le plan au sol est représenté ; il est donc évident que le plan constitue à lui seul un élément suffisant d'identification, qui présuppose l'existence de structures latérales. Dans 21 représentations issues de codices du groupe mixtèque (dont quatre sont des demi-terrains et sept sont des terrains intégrés à un motif plus important : personnage, montagne...), les structures latérales ne sont pas représentées non plus. On a inventorié par ailleurs 16 cas dans lesquels une seule structure latérale est visible : sur deux dessins, cela est dû à une incertitude, car le haut du dessin est effacé (Colombino 21, Seiden 2 II). Pour treize autres dessins, l'emplacement de la structure latérale manquante est occupé par un motif différent qui complète le terrain : il peut s'agir du corps d'un personnage, d'un serpent ou de tout autre motif. Dans les 32 cas restants, les structures latérales sont représentées par des grecques scalaires, ou par des lignes parallèles, ou en chevrons. Les motifs qui indiquent les structures latérales, dans le cas où une seule structure est représentée, sont les mêmes. Un seul cas diffère des autres : dans le Codex Florentino, les structures sont dessinées "à l'européenne". Il est significatif de noter cette différence de dessins entre le groupe mixtèque et le groupe nahua.

151En ce qui concerne les données architecturales pures, il est à peu près impossible d'avancer une hypothèse supplémentaire. Il existe cependant d'autres données proches sur lesquelles nous devons maintenant nous pencher : les terrains présentent en effet divers caractères qui permettent de compléter cette étude ; le centre du terrain et l'allée sont fréquemment porteurs de motifs annexes tels que lignes, anneaux... relatifs au jeu. Enfin, il importe de noter certains éléments qui n'interviennent pas, mais dont la présence peut être significative.

152Tout d'abord, nous avons pu relever 27 exemples de terrains comportant des anneaux, disposés, dans tous les cas, sur l'axe transversal. Il existe cependant une différence, légère, entre deux types de position : parfois les anneaux sont dessinés sur l'allée, parfois ils sont représentés sur les structures latérales. Il ne semble cependant pas que cela influe en quelque mesure sur le jeu ou sur son interprétation : tout au plus peut-on remarquer que cette hésitation reflète la difficulté inhérente au type de dessin utilisé. Les anneaux sont toujours au nombre de deux et s'apparentent, en général, au motif du Chalchihuitl, ce qui est peut-être dû à la similitude des dessins, mais qui indique cependant une volonté de souligner le caractère précieux, important des anneaux. Sur les 27 exemples de terrains à anneaux, 23 ont été relevés dans les codices du groupe nahua, 3 dans le groupe Borgia et un seul exemple dans le groupe des codices mixtèques (Nuttall 74). Cette répartition permet plusieurs constatations : tout d'abord, on retrouve ici une différenciation régionale entre la zone mixtèque et la zone nahua, comme dans le problème des représentations de structures latérales. Mais ici, cette différenciation entraîne l'existence de terrains sans anneaux sur des codices de la zone nahua démontre que le jeu sans anneaux existe également dans cette région. Le fait que certaines représentations du groupe Borgia présentent également des anneaux, s'explique aisément par l'origine géographique de ces codices (cf. 1ère partie, Chap. IV/4), à la charnière entre les deux zones. Enfin, on pourrait trouver surprenant qu'une des figures issues du Codex Nuttall (74), donc de la zone mixtèque, soit également porteuse de tels anneaux : il faut donc noter ici que le terrain mentionné est en fait un toponyme, dont le glyphe est transpercé par une lance : il s'agit donc d'une ville conquise, qui n'est pas en fait localisée dans la zone mixtèque, mais dans la région de Puebla-Tlaxcala, d'obédience nahua.

  • 12 Il existe également un cas possible de division longitudinale dans le cas du demi-terrain représen (...)
  • 13 Quatre des terrains ainsi divisés en deux sont en fait des demi-terrains. Il est donc probable qu' (...)

153Le centre de l'allée, par ailleurs, est fréquemment mis en valeur. Le premier mode de mise en valeur du centre réside dans la présence de lignes sur l'allée. Ces lignes, de disposition très variée, divisent le terrain en plusieurs plages, soulignées par l'utilisation de couleurs différentes (cf. 1ère partie, Chap. IV/10). Nous pouvons relever tout d'abord 63 cas de terrains sans lignes, unis. 30 terrains présentent une division en deux plages, dont 27 exemples de division transversale et 2 de division longitudinale (il faut noter que dans deux cas, la présentation du terrain est différente : le terrain est vu verticalement et non horizontalement, dans Le Codex Laud (31) et dans le Codex Borbonicus (19)12 29 terrains présentent une division en quatre plages, par deux lignes qui se croisent au centre, l'une suivant l'axe transversal, l'autre l'axe longitudinal. Enfin, un terrain présente un cas unique de division en huit plages (Aubin 19), mais dans ce cas, l'allée est divisée en quatre, selon le principe précédent, et chaque zone terminale est à son tour divisée en deux. Il semble donc que ce dernier exemple puisse être ramené au cas précédent. L'explication de ces divisions peut être cherchée sur le plan symbolique, avec en particulier une interprétation des couleurs : c'est le travail de Krickeberg qui est le plus représentatif de cette tendance (1946) avec les publications de Seler (cf. 1ère partie, Chap. IV/10). Il convient ici de considérer une interprétation plus simple, axée essentiellement sur le problème de la fonction architecturale de ces lignes. La plupart des cas où le terrain est divisé en deux transversalement13 présentent une division par une courte ligne noire qui partage l'allée en rejoignant les deux structures latérales. Il existe quelques cas où les anneaux, se touchant au centre du terrain, jouent le rôle de la ligne. L'interprétation la plus vraisemblable serait que ces lignes marquent à la fois le centre du terrain et l'axe de division nécessaire au jeu, mais l'existence de deux exemples dans lesquels les lignes unissent en fait les zones terminales (Laud 31, Borbonicus 19) rend caduque cette hypothèse. Dans ces conditions, il est impossible de noter autre chose, pour l'instant, qu'une insistance sur le centre du terrain, insistance qui devient encore plus sensible dans le cas des 29 terrains divisés en quatre plages, par deux axes, l'un transversal, l'autre longitudinal. Le seul fait que nous puissions mentionner ici, en complément, est la mention faite par les chroniqueurs de lignes, tracées sur le terrain, et dont le rôle est encore mal défini. L'interprétation architecturale de ces divisions manque encore de consistance et d'arguments.

  • 14 Le terrain du Codex Maggliabecchiano (80) compte en outre deux autres crânes sur l'axe transversal (...)
  • 15 Le terrain (Nuttall 74) compte trois Chalchihuites sur l'axe transversal.

154C'est cependant cette volonté de marquer le centre du terrain qui nous semble la plus importante, car elle coincide avec.d'autres phénomènes. En effet, mis à part ces lignes, il existe plusieurs éléments destinés à souligner l'importance du centre : ces exemples sont à peu près également répartis entre les codices mixtèques (6 cas), le groupe Borgia (2 cas) et le groupe nahua (11 cas). Il faut de plus mentionner que dans tous les terrains du groupe Borgia, le centre est occupé par un objet (2 cas), ou plus fréquemment par un personnage (divinité ou sacrifié), mais il est difficile de préciser si le symbolisme est le même. Dans tous les cas où un objet marque le centre du terrain, il faut noter sa forme circulaire : il peut s'agir d'un simple cercle (Aubin 19, Borgia 35, Fejervary-Mayer 29, Historia Tolteca-Chichimeca, Ms no 4, Cozcatzin 13-1, Codex des Veinte Mazorcas, Ms Pleito de Tierras), d'un cercle marqué d'une croix (Bodley 10), ou d'un autre motif (Bodley 36, Nuttall 83, Colombino 2), d'un crâne (Nuttall 4,-Borbonicus 19 ; Maggliabecchiano 80)14 d'un cercle solaire (Mapa de Cuauhtinchan 2 : 52), ou d'un Chalchihuitl (Nuttall 74)15 Dans un cas, le motif est plus complexe (Nuttall 45), mais il reste de forme circulaire. C'est ce point qu'il importe de souligner : le centre du terrain, toujours marqué par un objet circulaire (différent de la balle, en général noire), de type marqueur, a un double caractère : il est important, ainsi que le marque la présence du symbole Chalchihuitl, précieux. Il est lié à des symboles de mort, indiqué par la présence de crânes (ou, dans les terrains des codices du groupe Borgia, par les divinités de la mort ou les sacrifices).

155Plusieurs éléments circulaires se retrouvent en d'autres points de l'allée ou des zones terminales, ainsi que d'autres éléments mineurs. Nous ne tenons pas compte ici des éléments qui, associés aux terrains, impliquent une composition destinée à donner au terrain une valeur de toponyme : la présence de gouttes de pluie, de fuseaux... ne joue pour l'instant aucun rôle dans nos interprétations. Les motifs associés sont de trois types : des points, soit sur l'ensemble du terrain (Nuttall 8, Vienna ZA, Vienna 19A, Vienna 20, Vienna 20), soit sur un demi-terrain (Vienna 13, Vienna 29), toujours répartis régulièrement ; des traces de pas, en général divergeant depuis le centre (Nuttall 2, Vienna 22), des flammes qui sortent du centre. De plus, dans deux exemples (Vienna 7A, Vienna 19E), le terrain se fend en son centre. C'est donc toujours le centre, point de divergence, de cassure, source de flammes... qui est souligné par ces divers éléments, dont l'interprétation symbolique peut être considérée à part.

156En définitive, malgré une unité du principe de représentation, en plan, et une insistance commune sur le centre du terrain, au moyen de lignes ou de divers motifs, on peut constater quelques différences entre les groupes régionaux de codices, différences marquées par le dessin (représentations ou non des structures laterales) ou par l'existence des anneaux. Un seul élément reste encore douteux : il s'agit du rôle des lignes tracées sur le terrain, dont la fonction architecturale n'a pu être déterminée.

IV/9. FONCTIONS DES REPRESENTATIONS DE TERRAINS

157Il était nécessaire d'envisager à présent le problème de la fonction de ces terrains, afin de déterminer l'existence d'un éventuel lien entre la fonction et le dessin, sur le plan architectural. Il est évident qu'un lien existe, sur le plan de l'interprétation ou du symbolisme, mais dans le domaine envisagé, il a été impossible de déterminer une constante entre une fonction précise et un type de terrain : il existe cinq fonctions différentes, qui toutes possèdent plusieurs des caractères définis au chapitre précédent.

158La première fonction que l'on peut logiquement définir, consiste en une utilisation du terrain en tant qu'aire de jeu ; on peut noter deux faits : sur plusieurs illustrations, tout d'abord, le terrain a sa valeur propre destinée au jeu. Cependant, il peut arriver que cette fonction soit combinée avec une autre, plus importante, dans laquelle le terrain a également une valeur symbolique : il est alors un symbole céleste ou terrestre, et les joueurs sont des dieux ou des êtres surnaturels. Il faut enfin noter que les terrains peuvent exercer deux autres fonctions, très différentes des premières, comme toponymes ou comme noms de personnages historiques. Ce sont ces deux dernières fonctions, exclusives de toute autre, que nous envisagerons en premier.

159Le terrain de jeu de balle peut entrer comme composante dans le nom d'un personnage, historique le plus souvent, et dans ce cas, il est soit intégré au corps du personnage, soit relié à lui par une ligne. Un ensemble de 11 personnages, hommes et femmes, a pu être ainsi identifié (surtout par Caso, dans le Codex Seiden), presque tous d'origine mixtèque, souvent liés par des liens de famille. Il a cependant été impossible de déterminer l'existence de phénomène de transmission du nom. La plupart des cas relevés (11 exemples sur 15 ou 16 cas) proviennent du Codex Seiden. Les autres cas ont été relevés dans le Codex Bodley (2 IV), le Codex Nuttall (67), le Codex Profirio Díaz (lam. B), le Codex Cozcatzin 13-2 et le Lienzo Antonio de León. Le terrain, enfin, ne constitue alors qu'un des éléments du nom, en composition avec un chiffre et un autre nom, calendérique, comme par exemple dans 4 Aigle Tlaohtli (Selden I/II, Seiden 2/II) (cf. index ne 2 ; cf. planches 6, 7, 8).

160Une utilisation similaire, mais plus courante cette fois dans la zone nahua, est l'intégration du mot Tlachtli dans un toponyme. Ce phénomène est probablement plus connu en zone nahua, par suite de l'existence de documents comme le Codex Mendocino, véritables Atlas ou inventaires de cités, dont on ne connaît pas l'équivalent en zone mixtèque : il est donc plus difficile d'établir un parallèle entre les deux zones. On peut noter cependant, sur 54 exemples, que 12 cas seulement ont été relevés dans les codices mixtèques et 1 à Veracruz. Treize noms ont pu ainsi être identifiés, dont six avec certitude (Peñafiel 1885, 1895). Les autres n'ont pu être déchiffrés, mais ils sont situés dans la zone mixtèque ou de Puebla-Tlaxcala. Il faut cependant rappeler que l'un des toponymes mentionnés dans le Codex Nuttall (45) désigne en fait un toponyme nahuatl, identifiable aux anneaux représentés, caractéristiques des terrains de la zone nahua. Les toponymes ainsi relevés sont les suivants : Tlachmalacac (de Tlachtli et Malacatl) ; Tlachco (le lieu du terrain, devenu Taxco) ; Tlachquiauhco (la pluie du terrain) ; Tlachyahualco ("en la redondez del juego de pelota") ; Tlalachco ou Tlatlachco (de Tlalli et Tlachtli) ; ou Tlachtitlan (dans le terrain). Mais on connaît d'autres toponymes de même origine, dont les glyphes n'ont pas encore été relevés avec certitude : par exemple, le glyphe de Querétaro est encore indéfini, tandis que Tlachapa n'a pas été encore mis en rapport avec le glyphe identifié comme "l'eau du terrain de jeu de balle", dans le Codex Colombino (2/II, 6/XIV) (cf. Index no 2) (cf. Planches 9, 10, 11, 12, 13, 14).

161Les deux fonctions étudiées ci-dessus sont exclusives de toute autre interprétation : il n'en est pas de même de l'utilisation du terrain en tant que tel, pourtant relevée plusieurs fois dans les dessins. L'usage du terrain pour le jeu est d'ailleurs moins aisé à définir que les usages précédents : il existe une certitude, lorsque deux ou plusieurs joueurs se font face sur le terrain, dans des attitudes précises, comme dans le Codex Bodley (10/II), ou dans le Codex Maggliabecchiano (80). Le cas est déjà plus incertain lorsque des personnages qui ne sont pas des joueurs sont répartis sur le terrain, pour parler (Codex Xolotl), pour procéder à des cérémonies (Colombino 21, Nuttall 80)., pour s'affronter (Codex Borgia). Il est cependant probable que, même s'il ne s'agit là que d'un aspect secondaire, le terrain existe en tant que tel, surtout lorsque, comme c'est le cas pour les codices mixtèques, le contenu du récit est de caractère historique. De ce point de vue, les représentations du Codex Florentino, également de caractère historique ou descriptif, entrent dans cette catégorie.

162En définitive, un dernier élément permet d'attribuer aux terrains un aspect réel : il s'agit de la présence d'éléments associés, tels que la balle par exemple, qui évoque directement l'idée de jeu et qui, loin d'être un élément symbolique, tend à accentuer le caractère réaliste (cf. Planches no 15, 16, 17).

163Mais cet aspect utilitaire du terrain peut se combiner avec un autre aspect, mythologique ou symbolique, dont l'importance doit être signalée. Cet aspect est évident lorsque les dieux jouent sur le terrain par exemple : dans le Codex Borgia 21, le terrain sert de support à un affrontement entre le Tezcatlipoca rouge à gauche et le Tezoatlipooa noir à droite : tous deux symbolisent (Krickeberg 1946, p. 214) les forces du jour et de la nuit, et ils jouent ; le terrain a donc ici une valeur d'aire de jeu, mais aussi et surtout, il représente le monde céleste, astral, le lieu des affrontements entre l'ombre et la lumière, la nuit et le jour... Ce symbolisme se retrouve dans de nombreux cas, en particulier dans le Codex Borgia, le Codex Féjervary-Mayer (29), le Codex Borbonious ou le Codex Colombino (21). Le Codex Nuttall contient un type de représentations similaire, mais le terrain, au lieu d'être le centre de ces affrontements, devient alors un des protagonistes ; dans le Codex Nuttall (15, 17, 18, 19), le terrain, bordé d'étoiles, est à demi-engagé dans la gueule d'un serpent : il est difficile de dire si le terrain émerge de la gueule du serpent ou si ce dernier est en train de le dévorer ; mais il est certain que ce dessin peut s'interpréter comme un passage du jour à la nuit, soit que la nuit (le terrain - ciel étoilé) émerge du jour, soit que le jour dévore la nuit. Un dernier type de représentation inclut les terrains du Codex Vindobonensis, cas unique, car c'est un groupe de trois à cinq terrains qui symbolisent un phénomène céleste : le premier terrain est alors de couleur sombre, avec des symboles d'étoiles, le dernier après une évolution progressive, se fend en deux pour révéler une boule ardente qui s'élève (ainsi que l'indiquent les traces de pas) : il s'agit ici du lever du soleil et de l'apparition du jour qui succède à la nuit (Vindobonensis 7, 17, 19) (cf. Planches 18, 19, 20).

164Enfin, symbole du ciel, symbole du monde, le terrain peut exceptionnellement devenir symbole terrestre, par opposition aux forces célestes. Il existe peu d'exemples de ce phénomène, puisque 5 cas seulement ont pu être relevés (contre au moins 38 exemples de.symbolisme céleste). Dans le Codex Nuttall (I, I, 2, 21), le terrain est, soit intégré à des symboles de montagne ou de la terre (comme cela s'est noté également pour certains toponymes), soit franchement opposé aux forces célestes ; dans le Codex Nuttall 21, du ciel descendent vers la terre les symboles de l'obscurité et la terre est symbolisée par une montagne blanche et un terrain obscur (cf. Planches no 18 et 21).

165Dans l'ensemble donc, il semble que les représentations de terrain puissent être réparties en deux grands groupes : d'une part les terrains s'intègrent à des noms, de lieux ou de personnages, d'autre part et de façon beaucoup plus importante, le terrain de jeu de balle joue un rôle dans les mythes célestes ou terrestres, rôle encore mal défini, sur lequel nous allons revenir dans les chapitres ultérieurs.

IV/10. LE SYMBOLISME DES COULEURS

166Dans la mesure où les divisions de l'allée en plages différentes par des lignes sont soulignées par l'utilisation de couleurs, et où d'autre part ces couleurs ont fréquemment été interprétées comme symboliques, en particulier de la fonction ou de l'orientation des terrains (Seler 1901-1902, 1906 ; Krickeberg 1948), il importait ici d'envisager la question des couleurs utilisées. Il faut tout d'abord souligner que le problème ne se pose pas dans tous les cas ; nous avons pu relever 34 exemples dans lesquels le dessin est en noir et blanc, ou en grisé : il s'agit surtout de codices postcortésiens, mais on peut également trouver des exemples dans le Codex Seiden I ou le Codex Borbonicas. La majeure partie des terrains est cependant colorée. Dans ce cas, les couleurs, outre leur valeur propre, soulignent les traits du dessin et en particulier les divisions de l'allée. Ne seront prises en ligne de compte dans cette étude que les couleurs du terrain ; les couleurs des parties annexes, telles que les structures latérales (le plus souvent rouges) ou le centre (en général noir), ne seront pas envisagées.

167La palette des couleurs est assez pauvre en variété, mais riche en tons : les couleurs fondamentales (rouge, jaune, bleu) sont utilisées, mais les couleurs spectrales ne sont pas toutes représentées. Outre le noir, le gris et le blanc, on note l'utilisation du jaune (qui peut aller jusqu'au beige et au brun), du rouge (tirant parfois sur le lie-de-vin), du bleu, du vert et de la couleur turquoise.

168Le jaune est la couleur dominante pour le bord du terrain, c'est-àdire la zone intermédiaire entre les deux lignes parallèles qui délimitent l'allée et les zones terminales. A l'exception de sept cas dans lesquels le bord est laissé en blanc, on peut noter seulement six cas où le bord est autre que jaune. Dans le Codex Seiden (1/II, 2/II), le bord est rouge. Dans les codices Osuna, Vaticano et Boturini, le bord est de couleur lie-de-vin. Enfin, il existe un seul cas dans lequel le bord est en partie jaune, en partie rouge, dans le Codex Colombino (II).

169Dans le cas où le terrain est uni, soit sur 28 terrains, on peut déjà noter une prédominance des terrains rouges à bord jaune (12 cas), et des terrains blancs à bord blanc (8 cas). Les terrains blancs peuvent également avoir un bord rouge (3 cas), jaune (3 cas) ou bordeaux (1 cas). Les autres terrains unis sont gris (3 cas), bleu (3 cas), vert (1 cas) ou beige (3 cas dont 2 à bord bordeaux), avec des bords jaunes.

170Lorsque le terrain est divisé en deux plages, deux couleurs interviennent, en opposition ; les couleurs peuvent évidemment varier, mais le principe est le même ; on rencontre ainsi les contrastes : bordeaux - vert, rouge-vert, rouge - bleu, qui n'ont probablement pas tout à fait la même signification, mais l'impression dominante est la même. Ce type de contraste se retrouve dans onze cas, tous relevés dans des codices mixtèques (Codices Nuttall, Seiden, Vindobonensis). Le second type de contraste, rouge-jaune, moins marqué, ne se retrouve que dans le Codex Seiden (6 cas), et une fois dans le Codex Borbonicus (19). Il existe une variante du cas précédent, avec un contraste entre le rouge et le brun, dans le Codex Nuttall (44). Enfin, dans le Codex Vindobonensis, le contraste joue sur le gris et le rouge, cette dernière couleur se retrouvant donc dans tous les cas envisagés. On ne trouve qu'un seul exemple de couleurs moins contrastées, dans le Codex Laud 31, lorsque le terrain est divisé en deux dans le sens de la longueur : les couleurs utilisées sont le vert et le jaune.

171Lorsque le terrain est divisé en deux plages donc, on a pu fréquemment noter un effet de contraste entre le rouge et une couleur autre, gris, bleu, vert ou brun. Il faut remarquer que ces couleurs forment ainsi un contraste assez vif ; or, même lorsque le terrain est uni, on constate l'existence d'un effet de contraste, car il est fréquent de voir deux terrains de couleurs différentes (l'un rouge, l'autre vert ou bleu, ou gris) sur une même page ou sur un même dessin : il en est ainsi dans le Codex Vindobonensis 3, entre un terrain gris et un terrain rouge, dans le Codex Vindobonensis 19, entre un terrain sombre et un terrain rouge, ou dans le Codex Vindobonensis 44 par exemple.

172La division en quatre plages de couleurs différentes a pu être relevée dans 29 cas. La majorité d'entre eux présente quatre couleurs : vert - rouge - bleu-jaune, toujours dans cet ordre de succession, mais leur position d'ensemble peut varier sur le dessin : 17 exemples ont pu être relevés, plus 5 exemples dans lesquels le vert est remplacé par le beige et un exemple où le jaune est remplacé par le beige, soit 23 exemples. C'est plutôt l'ordre de succession qui semble important ici, que la répartition sur le terrain, car il existe peu d'exceptions : on a pu noter quatre cas de succession différente ; on trouve deux fois vert - rouge - jaune - bleu ; une fois vert - beige - rouge - bleu ; une fois vert - rouge - blanc-jaune. Enfin, sur deux terrains du Codex Nuttall (3, 4), deux couleurs seulement (gris et brun) sont disposées en damier.

173Il n'existe de même qu'un seul cas de division en huit plages : les couleurs, au nombre de quatre (bleu, gris, rouge, beige), sont alors disposées de façon inversée.

174En définitive, deux conclusions s'imposent : il est totalement impossible de mettre en relation de façon cohérente une fonction (toponyme, terrain...) avec une couleur ou un jeu de couleurs : tout est question de cas particulier, chaque terrain ayant sa valeur propre, en liaison avec une fonction précise ; le cas est évident lorsque l'on considère les exemples tirés du Codex Vindobonensis : à la page 19 de ce codex par exemple, le terrain 19A, de couleur sombre et parsemé d'étoiles, symbolise le monde obscur ; le terrain 19B, de couleur rouge, est entouré de flammes ; enfin le terrain 19E, fendu en son centre, laisse échapper une boule de caoutchouc ardente, symbole du soleil levant : il est divisé en quatre couleurs, rouge - bleu - jaune - vert. Il est donc évident ici que les couleurs soulignent le symbolisme de l'iconographie et que, si éventuellement les couleurs peuvent être mises en relation avec les points cardinaux, cela n'influe pas directement sur l'orientation du terrain.

175D'autre part, étant donné l'extrême diversité des couleurs et des tons, ainsi que des associations (qui atteint plus de quinzé variétés) il est impossible, dans l'état actuel des connaissances, d'établir une corrélation entre les couleurs et les données architecturales. Il est possible, mais non certain, que les divisions de l'allée correspondent (au moins pour la division transversale) à des nécessités du jeu,-il est non moins certain que les couleurs qui soulignent ces divisions ne jouent qu'un rôle symbolique, dans l'identification de la fonction du terrain. Dans ces conditions, il est impossible de suivre Seler (1901-1902) dans son hypothèse de tentative de détermination de l'orientation des terrains d'après le jeu des couleurs, en liaison avec les points cardinaux : ce jeu des couleurs dépend de la logique interne du texte et non d'une nécessité absolue, imposée au texte par des considérations architecturales ou générales.

IV/11. SYMBOLES ASSOCIES

176Suivant le principe énoncé par J. Galarza (1972, pp. 13-15), selon lequel aucun élément de la lecture d'un codex n'est dénué de signification, il est évident que tous les symboles, motifs... associés aux représentations de terrains de jeu de balle ont leur.raison d'être. Il est cependant certain que, si certains de ces éléments sont de façon cohérente liés aux terrains, soit pour des raisons de nature (balles, ceintures...), soit pour des raisons symboliques (mythes, cultes relatifs au jeu...), d'autres sont liés aux terrains de façon contingente, par le hasard d'une composition particulière à un aodex ; il en est ainsi, en particulier, pour les motifs associés au terrain qui constituent des noms propres (comme Tlachtli de Guerre) ou certains toponymes (comme Tlach malacac). Il importe cependant de noter que, dans ce domaine, la contingence n'est pas absolue, puisque, par exemple, le dernier terme choisi Tlackmalacac associe dans un même motif un terrain et un fuseau : or, cette même association se retrouve dans trois autres représentations, dans un contexte différent toutefois. En effet, dans les trois derniers exemples, le fuseau n'est pas le seul élément associé du terrain et ces deux objets ne constituent pas un toponyme mais, un présent offert. Il reste malgré tout que l'on rencontre un nombre limité de ces associations et que les liens entre ces éléments et les terrains, pour être plutôt soumis à la logique interne d'un texte ou d'une composition particulière, s'établissent dans le cadre d'une mentalité bien définie.

177Le nombre d'éléments qui peuvent être associés à un terrain est en effet assez limité et reste dans un cadre assez précis : entrent dans ce nombre, évidemment, les traits relatifs au jeu (balle, équipement...) ou à l’architecture (monuments associés). Un deuxième ensemble s'intègre dans le caractère cérémoniel, religieux du jeu, et du terrain ; n'oublions pas que les chroniqueurs déclarent : "Cada trinquete era templo..." ; cet aspect sera marqué par les liens entre monuments religieux et terrains, et par la description fréquente de cérémonies sur le terrain ou à proximité. Ces cérémonies sont de deux types : elles peuvent consister en offrandes, ou en sacrifices humains. Ce dernier aspect nous ramène à l'idée centrale du jeu : l'affrontement entre deux équipes ou deux personnes, le sacrifice étant lié à l'idée de conflit, est une manière de résoudre le conflit entre forces hostiles, en particulier entre les forces cosmiques de l'obscurité et de la lumière, du jour et de la nuit Or, c'est là le dernier aspect de ces symboles : l'abondance des éléments célestes ou terrestres. Les symboles terrestres ne s'opposent d'ailleurs pas aux premiers, mais leur donnent plutôt une dimension complémentaire, presque cosmique. Tous les éléments relevés s'intègrent parfaitement dans ce contexte.

178Les symboles relatifs au jeu sont évidemment ceux dont la présence se justifie le plus aisément : on note tout d'abord la présence de balles (Borgia 42, Laud 31, Aubin 19), et surtout d'un objet semi-circulaire, en forme de fer à cheval, tenu dans la main par plusieurs joueurs (cf. Nuttall 45, Borgia 21,35...) ; cet objet, encore mal identifié, s'apparente, par sa forme, aux ceintures portées par les joueurs et aux "jougs" dont la fonction est mal connue ; mais ils ne semblent pas avoir la rigidité de la pierre, ni le poids du joug, car ils pendent au poignet de ceux qui les portent (ce qui est irréalisable pour un joug). Un dernier élément est fréquemment associé au terrain, quoique d'une manière un peu différente : il s'agit du patolli, sorte de damier, dont les règles de jeu n'ont pas encore été établies. Cette association confère au patolli une valeur supérieure à celle de simple jeu qu'on lui attribue généralement.

  • 16 Il faut noter dans le Lienzo de Tlacoatzintepec une association du terrain avec des croix chrétien (...)

179Il en va différemment d'une association terrain de jeu de balle "palo volador", jeu dont l'importance dans le culte des dieux astraux et des dieux de la pluie n'est plus à définir. Cette association ne se retrouve cependant qu'une seule fois, dans le Codex Porfirio Díaz (lam. P). Dans le domaine des relations architecturales entre les terrains et d'autres constructions, il est à remarquer que deux types de structures seulement peuvent être relevés : il s'agit des temples, fréquemment disposés à proximité, parfois autour d'une cour, et des Tzompantli. On note quinze cas d'associations entre un temple et un terrain, tous dans le Codex Nuttall (12 cas) et le Codex Borgia (3 cas). On relève de même deux cas d'association directe Tzompantli - terrain de jeu de balle, dans des descriptions de Tenochtitlan. Les deux types de structures sont donc à fonction religieuse, et on ne connaît aucun cas d'association entre terrain et construction civile, ou d'habitation16). Ce fait souligne une fois de plus le caractère religieux du jeu, et en particulier la présence du tzompantli implique l'existence d'un lien entre le jeu et les sacrifices par décapitation.

180Ce fait trouve sa confirmation dans le caractère religieux du terrain et particulièrement dans les nombreuses références aux sacrifices humains. Le terrain est, tout d'abord, un dieu d'offrandes et de cérémonies : 6 Jaguar et 8 Cerf, assis sur le terrain, échangent des cadeaux (Colombino 21, Nuttall 80), assis au centre du terrain, un personnage présente une offrande de fumée, pour consacrer le terrain (Colombino 6/XIV) ; bien plus, le terrain lui-même peut devenir un objet d'offrandes, parmi d'autres : dans le Codex Vindobonensis (13, 20, 22), 4 Mouvement reçoit un terrain, un fuseau, un bol de pulque, trois magueys — tandis que 2 Serpent, déesse lunaire, est décapitée à côté de lui (cf. Planche no 22).

181C'est surtout cet aspect qui retiendra notre attention : l'abondance des symboles de mort et des scènes de sacrifices est particulièrement notoire dans ces représentations. Il est possible de relever 18 terrains sur lesquels on distingue des os, des crânes, des mâchoires décharnées, des yeux ronds comme les orbites des squelettes... Neuf terrains sont associés à des scènes de décapitation (cf. Planche 22) et six autres à des scènes d'arrachage du coeur (Planche 23), soit, au total, 21 représentations sur 133 comportant des scènes où la mort, le sacrifice, jouent un rôle essentiel. A ce nombre, il faut ajouter également 6 terrains où l'on retrouve des scènes de combat ou de guerre (villes conquises, armes...) et 7 exemples de couteaux de sacrifices disposés sur des terrains. Tous ces éléments peuvent se regrouper sous trois aspects : d'une part les scènes de sacrifices, d'autre part les scènes de mort, enfin les scènes d'affrontement. Il existe donc deux types de sacrifice : le sacrifice par arrachement du coeur est le moins courant (Nuttall 44, Seiden I, Borgia 21, 42, Azcatitlan) (cf. Planches 23 et 24). Dans un cas, le sacrifié est un animal, dans le second et le dernier, un homme ; dans le Codex Borgia, le sacrifié est un captif, destiné au sacrifice, qui représente le dieu astral, l'étoile du soir destinée à la mort. Les scènes de sacrifice par décapitation présentent une plus grande unité, puisque tous les cas envisagés qui contiennent une scène de décapitation (Nuttall 3, Vindobonensis 13, 20, 22, Aubin 19, Borbonious 19), possèdent un caractère commun : dans les quatre premiers exemples, un personnage féminin, identifié comme 2 Serpent, ou Xochiquetzal, déesse lunaire, est décapité ; dans les deux derniers cas, le sacrifice a lieu devant elle (cf. Planche 22).

182Les scènes d'affrontement, souvent liées au jeu lui-même, mettent en présence deux groupes de personnages, joueurs ou guerriers, parfois deux personnages. Ceux-ci sont en général définis par un ensemble de symboles qui permettent d'opposer une équipe de joueurs ou un joueur "mort" à une autre équipe : tel est le cas dans le Codex Bodley (10/II) où le joueur de gauche a une mâchoire décharnée et un oeil mort, ou dans le Codex Colombino (II) où trois joueurs symbolisent les forces nocturnes. Il en est de même dans le Codex Borgia (35, 40, 42) (Planches 24 - 25).

183Cette idée d'affrontement, de mort, de sacrifice, rejoint les conclusions présentées au Chapitre IV/8. Le terrain est le lieu d'un affrontement entre les forces de la vie et de la mort, de la lumière et de l'obscurité, de la nuit et du jour. Cela se marque en particulier dans l'abondance des symboles qui évoquent le ciel, le jour, la lumière, ou au contraire la nuit, les étoiles, la lune... Nous avons déjà noté que de nombreux terrains (Codex Nuttall, Codex Borgia...) possèdent en leur centre ou sur leur pourtour les symboles des étoiles, du ciel étoilé. On peut noter également la présence fréquente de flammes, de boules de caoutchouc ardent, symbole solaire (Nuttall 4, Vindobonensis 7, 19), de vêtements (le diadème rouge du Codex Colombino 2/VI)... De même, en ce qui concerne les symboles nocturnes, outre la présence des étoiles ou des divinités lunaires ou nocturnes, on peut noter la présence du jaguar, ou d'éléments comme le pulque... liés au culte des divinités nocturnes. Ces symboles qui, tous, évoquent à la fois les divinités célestes et les affrontements entre forces opposées, constituent avec les scènes de sacrifice un précieux apport pour l'étude du symbolisme du jeu, et de son rôle dans la société et dans la mythologie. C'est maintenant sur cet aspect qu'il faut nous pencher.

IV/12. LES PERSONNAGES ASSOCIES AUX TERRAINS

184Un grand nombre de personnages sont associés aux terrains, dans les codices. Ils peuvent être humains ou divins ; ils peuvent jouer, participer à des cérémonies sur le terrain, ou à proximité, s'affronter... Il n'entre pas dans le cadre de ce chapitre de mentionner à nouveau les personnages dont le nom inclut Tlachtli (cf. chap. IV/9, index no 2). Ce sont uniquement ceux qui, d'une façon ou d'une autre, sont liés au terrain qui constituent le sujet de ce chapitre (Index no 3).

185Tout d'abord, il est évident que, dans le cas où les personnages sont sur le terrain, plusieurs d'entre eux sont engagés dans un jeu. Ceux-là représentent une minorité : il peut s'agir d'hommes, comme 1 Mouvement et 8 Cerf (Codex Bodley 10/II ; Colombino 2/VI), de personnages non identifiés (Durán, Codex Florentino...) ou de dieux, comme Quetzalooatl et Yohual-tecuhtli (Codex Borgia 35). Leur tenue est alors relativement simple : ils portent une protection sur les fesses et les hanches, des chaussures, parfois des protections sur les genoux (Borgia 35...) ou sur les mains (Féjervary-Mayer 29), un collier, des boucles d'oreilles et, éventuellement, une coiffure plus ou moins élaborée. Certains (Nuttall 45, Borgia 21, 35) portent également, accroché au poignet, un objet en forme de fer à cheval qui évoque un joug. Parfois, la tenue se réduit à un simple pagne autour des hanches (Maggliabecchiano 80, Durán, Florentino). Plusieurs joueurs sont représentés avec une balle à la main (lorsqu'ils ne sont pas en train de jouer ; Maggliabeoohiano 80), mais plus fréquemment la balle est représentée en vol, ou contre la hanche d'un joueur : ce dernier est alors vu de trois-quarts, dans une attitude semblable à celle représentée par Ch. Weiditz (cf. pl.-photo 1).

186Paradoxalement, le jeu constitue une activité relativement exceptionnelle sur le terrain : pour 55 personnages au total, 29 seulement sont engagés dans un jeu, parmi lesquels un grand nombre d'hommes. On note la présence de huit joueurs anonymes et, au contraire, des personnages célèbres comme 8 Cerf et 1 Mouvement. Les dieux qui jouent sont plus rares : certains sont mal identifiés, mais les divinités du jour et de la nuit (Féjervary-Mayer 29), des étoiles ou du soleil (Colombino II) jouent fréquemment les unes contre les autres. Les descriptions sont parfois plus précises, dans le Codex Borgia par exemple (cf. planches 24 - 25). Dans ce dernier, page 21, le Tezcatlipoca rouge (à gauche) qui symbolise le Sud, affronte, en tenue de joueur (il tient une balle et porte un ceinturon) et de guerrier (il porte un carquois et un drapeau) le Tezcatlipoca noir, symbole du Nord, de la nuit, dans une tenue similaire. Tout autour du terrain, on note la présence de symboles de mort (deux coeurs, un os et une tête de mort), tandis que le centre du terrain est occupé par un captif prêt pour le sacrifice qui représente Mixcoatl, dieu astral, et par une balle ensanglantée. La scène représente un affrontement entre les forces du jour et de la nuit, selon Krickeberg (1948, p. 214). Le même type de scène se répète à la page 35 et inclut cette fois Quetzalcoatl, l'étoile du soir, et Yohualteouhtli, comme joueurs, tandis que le centre du terrain est occupé par Tonacatecuhtli, dieu lunaire, dans la gueule d'un crocodile, c'est-à-dire par une représentation de la descente d'un corps céleste dans la terre (Krickeberg 1948). Page 40 du Codex Borgia, une déesse morte, au centre du terrain, donne naissance au soleil levant, tandis que de part et d'autre se tiennent Tezcatlipoca et Tlazolteotl, le ciel et la terre, dans des poses d'adoration. Le terrain, rouge, a la couleur du ciel diurne. Enfin, à la page 42, Quetzalcoatl, en tant qu'étoile du soir, est destiné au sacrifice, d'après sa couleur et sa position tombée ; il est entouré de quatre Quetzalooatl noirs (Krickeberg 1948). Dans le Codex Borbonicus, quatre dieux : Quetzalooatl et Cihuacoatl d'un côté, Cinteotl ou Xochipilli et Ixtlilton de l'autre, en armes (et non en tenue de joueur) s'affrontent : ils symbolisent l'ombre et la lumière, et le terrain représente alors le monde. A cet ensemble de divinités "astrales" ou "célestes", on note une seule exception : dans le Codex Dresdensis, c'est le dieu Chac, dieu de la pluie, qui est associé au terrain, si terrain il y a ; il est assis tout seul, au-dessus du terrain (Index no 3).

187Si, parmi les personnages disposés sur les terrains, les dieux jouent un rôle important, il n'en est pas de même lorsque l'on examine les personnages associés. Les humains représentent la plupart des personnages, avec les animaux ; mais il ne faut pas oublier que beaucoup de ces personnages et de ces animaux sont en fait des symboles de forces physiques ou célestes, ce qui les rapproche des divinités. On trouve donc des hommes, tout d'abord des guerriers (Vaticanus 133...), des prêtres (Seiden I) ou de hauts personnages comme 8 Cerf (Nuttall 44, 45, 74), 7 Serpent (Nuttall 45), 6 Jaguar. Certains de ces personnages, par exemple 7 Fleur et 4 Mouvement (Nuttall 4), 9 Vent (Quetzalcoatl, Nuttall 21) représentent des forces telles que la lumière, l'obscurité Il en va de même pour des animaux, comme le jaguar, l'aigle, le crocodile, forces nocturnes, solaires ou terrestres... Le Quetzal, est associé, comme le paon, à l’aurore (Vindobonensis 7, 17). Le serpent représente le jour (Nuttall 15, 17, 18, 19). Il est donc difficile de faire le partage entre les divinités et les humains, mais il est aisé de constater que les mêmes idées sont incarnées dans des personnages différents (cf. Index no 3 et 4).

188On a pu relever le nom de deux divinités seulement parmi les personnages associés : l'une est Macuilxochitl, sous la forme d'un coyote (Borbonious 19), l'autre Xochiquetzal, également désignée par le nom de 2 Serpent (Nuttall 3, Vindobonensis 13, 20, 22, Aubin 19, Borbonious 19) (cf. planche 22). Le premier sert d'accompagnant à la seconde, au même titre que 4 Crocodile et 2 Crocodile, 4 Mouvement, 2 Chien, toutes divinités nocturnes ou stellaires. Xochiquetzal, déesse lunaire, est soit décapitée en personne (Nuttall 3, Vindobonensis 13, 20, 22), soit accompagnée d'un sacrifié, décapité (Aubin 19, Borbonious 19). La scène comporte également plusieurs offrandes, en particulier un vase, un couteau, une balle, un fuseau, trois magueys, un bol de pulque, un terrain, offerts au personnage accompagnant, ainsi que des animaux, en particulier un opossum. Il s'agit donc, une fois de plus, d'une scène de mythologie dans laquelle les forces célestes, les astres, sont impliqués, et qui représente probablement la disparition de la lune.

189Il est donc remarquable de constater que, à l'exception d'un petit nombre de représentations impliquant un jeu pur et simple, avec des joueurs non identifiés, et de quelques scènes au cours desquelles le terrain ou le jeu joue un rôle important (en particulier dans l'histoire de 8 Cerf), la majeure partie des représentations concernent surtout des mythes célestes ou astraux, qu'il importe de commenter ici.

IV/13. MYTHES RELATIFS AUX TERRAINS DE JEU DE BALLE, D'APRES LES CODICES

190Teresa Federico Arreola (1972) a déclaré que le jeu de balle pouvait être étudié sous ses trois aspects de sport, de moyen de résoudre un conflit et d'élément constitutif de la religion et des cérémonies. Le premier aspect n'est certes pas négligeable, dans la mesure où de nombreux terrains représentés dans les codices exercent la fonction d'aire de jeu, parfois accompagnée d'une autre fonction, religieuse. Il est évident, entre autres exemples, que tous les terrains utilisés comme toponymes ou noms propres sont en effet utilisés à la fois en tant qu'aire de jeu et que donnée religieuse ou cérémonielle. Il n'existe cependant aucun mythe relatif à cet aspect du jeu, qui puisse être relevé dans le cadre de notre étude ; aucun codex ne fait référence aux origines du jeu, et si le jeu ou un terrain interviennent dans la vie de certains personnages, comme 8 Cerf, ce n'est qu'à titre occasionnel.

191Il est cependant un caractère qui apparaît, même dans ce domaine ; le terrain est un moyen de résoudre un conflit, un lieu où les affrontements permettent, sans danger majeur, de trouver une solution à des problèmes parfois essentiels. Plusieurs caractères expliquent ce phénomène : tout d'abord, le terrain est un champ clos, sur lequel doivent s'affronter deux équipes (avec un nombre de joueurs qui peut varier de un à quatre, au moins), dans des conditions strictes et précises. Deuxièmement, le jeu est difficile, dangereux même : les nombreux symboles de mort, les scènes de sacrifices de joueurs sont là pour nous le rappeler. Dans ces conditions, il est évident que le jeu constitue un substitut pour des activités guerrières, qui peut avoir des résultats semblables. De ce point de vue, le jeu s'apparente à la guerre sacrée, et peut même (Nuttall 21) constituer une forme de sacrifice, comme il en existe en zone aztèque, au moment de la Conquête (Moser 1973). Il ne s'agit évidemment pas là d'un mythe à proprement parler, mais plutôt d'un caractère mythique du jeu, en liaison avec son importance religieuse : en cela, il se rapprocherait du jugement de Dieu médiéval, par exemple. Ce caractère est présent dans de nombreux codices. Il s'exprime de toute évidence dans l'affrontement de deux équipes, visible dans de nombreux exemples : certains joueurs sont même parfois vêtus de tenues de combat ou de guerre ; dans le Codex Borgia, page 21, les deux Tezcatlipoca sont porteurs de tenues mixtes de joueurs (avec genouillères, ceinturon...) et de guerriers avec un carquois, un drapeau... Dans le Codex Borbonicus 27, les quatre divinités sont vêtues comme des guerriers, avec des armes, des boucliers... Ce sont pourtant des joueurs. Dans le Codex Vaticanus, p. 133, c'est un véritable guerrier qui surmonte le terrain. Lieu d'affrontement guerrier, le terrain peut également représenter une victoire, une défaite, lorsque, par exemple, il symbolise le toponyme d'un lieu conquis (Nuttall 74), ou s'il commémore un affrontement dont il importe de garder le souvenir. C'est cet aspect qui constitue l'élément le plus important, dans la mesure où cette notion est le fondement de tous les mythes dans lesquels le terrain joue un rôle.

192De lieu d'affrontement entre hommes, ou entre peuples, le terrain devient aisément le champ clos des combats entre dieux ou forces cosmiques.

193Lieu d'affrontement entre les dieux, le terrain acquiert alors une valeur supérieure : il devient le symbole du ciel, du monde, dans lequel évoluent les dieux. Il peut devenir lui-même agent lorsque, dans certains codices, aucun personnage n'entre en jeu ; dans le Codex luttall (15, 17, 18, 19) (cf. planches 18, 19, 20), le terrain, à demi-engagé dans la gueule d'un serpent, est plus qu'un symbole : il est le ciel nocturne, la nuit, et tous les éléments du dessin (symboles, couleurs...) tendent à confirmer cette interprétation. Dans tous les exemples, ou personnages décrits dans les chapitres précédents, il est évident que le terrain est avant tout relié à des mythes astraux : il est le lieu sur lequel s'affrontent les forces du jour et de la nuit (Nuttall 15, 17, 18, 19, Vindobonensis 3), de la lumière et de l'ombre (Borbonicus 27), de la lune et du soleil (Nuttall 3, Vindobonensis 13, 20, 22, Aubin 19, Borbonicus 19), de la vie et de la mort (Colombino 11, Borgia 40). Le terrain est un lieu de passage, symbolisé de la façon la plus évidente par l'abondance des rites de mort (symboles funèbres, scènes de sacrifices par arrachement du coeur ou décapitation...) mais aussi par la représentation d'un accouchement dans le Codex Borgia, page 40 : une déesse morte donne naissance sur le terrain au dieu solaire, pour symboliser le soleil levant. Il n'entre pas dans nos préoccupations de donner ici un inventaire complet des mythes représentés : nous ne ferions alors que redire les conclusions de Krickeberg (1948). Nous pouvons toutefois indiquer quels sont les principaux protagonistes et phénomènes de ces mythes.

194Le terrain est avant tout le lieu de l'affrontement entre forces de la lumière et de l'ombre, du jour et de la nuit, souvent représentées par des êtres morts (Colombino 11, Vindobonensis 3, 29, Nuttall 4, Borgia 21). Il devient donc, par voie de conséquence, le lieu où s'affrontent ces êtres, soit le ciel ou le monde. Le passage est facilité par le fait que les joueurs sont à la fois des dieux et des personnages mythiques, tels que Quetzalcoatl ou Tezcatlipoca. Le terrain, selon l'un des développements possibles, représente donc par lui-même le ciel, ciel étoilé (Vindobonensis 20), ou ciel diurne et nocturne (Vindobonensis 3), ou symbole du monde (Nuttall 2, Borbonicus 27). En tant que tel, il peut éventuellement devenir un symbole terrestre (Nuttall 1, Nuttall 21).

195Le symbolisme du terrain peut évoluer dans une autre direction : de lieu d'affrontement entre forces antagonistes, le terrain peut devenir le symbole de la victoire de certaines de ces forces sur les forces opposées. L'abondance des symboles de mort, des scènes de sacrifice (Nuttall 3, Vindobonensis 13, 20, 22, Aubin 19, Borbonicus 19, Borgia 21, 42) sans que le jeu lui-même soit représenté, est une confirmation de ce caractère. Le terrain peut d'ailleurs devenir lui-même sacrifié (Nuttall 15, 17, 18, 19), presque décapité, lorsqu'il est représenté à demi-engagé dans la gueule d'un serpent. Le terrain devient alors le symbole non plus d'un état mais d'un passage, d'un phénomène céleste, tel que la nouvelle lune (Borgia 21), la descente du soleil dans la terre (Borgia 35), la naissance du soleil (Borgia 40) ou la disparition de l'étoile du soir (Borgia 42) (cf. planches 24, 25). La juxtaposition de ces diverses scènes et d'autres symboles, dans le Codex Borgia, fait de ce texte un véritable manuel mythologique du mouvement des astres et du soleil (Krickeberg 1948, Seler 1906). Il en est de même dans plusieurs représentations du Codex Vindobonensis (7, 17, 19), où le jeu des terrains symbolise l'apparition du jour et du soleil. Le terrain redevient alors un véritable protagoniste et non le support céleste de ce passage.

196L'ensemble des symboles se rapporte de façon évidente, à l'exception peut-être du terrain-symbole terrestre, à des mythes célestes ou astraux ; la plupart des éléments présents (couleurs, divinités, symboles...) sont de caractère astral. Il est donc évident que le symbolisme fondamental du jeu est orienté dans une direction précise. Cependant, on constate que cet aspect n'est pas unique ; en effet, dans plusieurs codices (Nuttall 3, Vindobonensis 13, 20, 22, Aubin 19, Borbonicus 19), la déesse Xochiquetzal, la lune, est associée au jeu et au terrain : or, les autres symboles relevés soulignent d'autres caractères de cette divinité. La lune est également associée à l'idée de fertilité, d'ivresse, de sexualité : les dessins de pulque, la représentation d'un accouchement (Borgia 40), confirment ce caractère. De même, en ce qui concerne les forces solaires et de la lumière, il est important de constater que les dieux représentés sont des dieux du jeu (Macuilxochitl), de la vie, de la danse, de la végétation (Xochi - pilli, Ixtlilton...). Dans ces conditions, on distingue un caractère apparemment secondaire de ces mythes, lié aux rites de fertilité ou même de sexualité. Les rites de décapitation s'intègrent parfaitement bien à cet aspect et constituent même une transition entre les deux aspects essentiels de la mythologie apparente dans les terrains de jeu de balle, dans les codices.

IV/14. CONCLUSION A L'ÉTUDE DES CODICES

197La première conclusion qui s'impose, dans le cadre de notre étude, est qu'il existe une différence majeure entre deux groupes de terrains : le tableau ci-après permet de mettre en évidence les différences comme les constantes :

Codices Mixtèques

Groupe Borgia

Codices Nahua

Veracruz

Anneaux
Structures latérales
Divisions de l'allée

Non
oui
nombreuses

Rares
non
rares

Oui
non
rares

Non
non
non

Noms propres
Toponymes
Mythes

Oui
oui
oui

Non
non
oui

Non
oui
rares

Non
oui
non

Hommes
Dieux

oui
rares

non
oui

oui
rares

non
non

198A l'exception des personnages présents sur le terrain, le groupe des codices mixtèques et celui des codices nahuas s'opposent de façon évidente, donc, comme l'avaient noté Krickeberg et Seler. C'est sur le plan architectural d'ailleurs, que le contraste est le plus évident. Les codices du groupe Borgia, sur le plan iconographique, comme sur le plan géographique, se situent à la frontière des deux groupes précédents et puisent chez les uns et les autres une part de leurs traits ; ils possèdent cependant leurs personnalités propres, en particulier dans le domaine religieux : ce sont eux qui fournissent la plus grande partie des interprétations mythologiques ou religieuses.

199La deuxième conclusion concerne la disposition.même du terrain : toujours vu en plan, il est en forme de I, avec une allée et deux zones terminales, mais ne semble pas être profondément enfoncé dans le sol. Il comporte deux structures latérales et le centre est fréquemment indiqué, soit par un élément symbolique (crâne, cercle), soit par un élément qui indique qu'un objet est posé à cet emplacement : l'exemple le plus évident se trouve dans le Codex Nuttall (74), où l'axe longitudinal de l'allée est indiqué par trois Chalchihuites, qui symbolisent de toute évidence des marqueurs. Enfin, si l'axe longitudinal est parfois tracé, la présence de l'axe transversal est beaucoup plus fréquente, qu'il soit indiqué par une ligne (le tlecotl des chroniqueurs ?) ou par des anneaux, les tlachtemalacates. C'est ici que se situe la différence majeure entre terrains de la zone mixtèque et terrains de la zone nahua : ces derniers sont seuls (avec quelques terrains du groupe Borgia) à posséder des anneaux : cela implique non seulement une différence architecturale, mais également une différence des techniques de jeu et des traditions.

200On sait peu de choses sur le jeu, d'après les codices. Il est évident que le jeu se pratique en deux équipes de 1 à 4 joueurs, disposés face à face, dans l'allée et les zones terminales, de part et d'autre de la ligne transversale. Le jeu se pratique avec les hanches, le joueur qui attend ou renvoie la balle (toujours haute) se présentant de trois-quarts tournant presque le dos à l'adversaire. Il peut arriver que les joueurs tiennent leur balle à la main : cela n'implique pas que le jeu se pratique avec les mains ; il s'agirait probablement plutôt de la remise en jeu, étant donné que les joueurs sont alors de face. Il n'existe aucune indication sur la manière de marquer les points ; tout ce que l'on peut noter est que, si les marqueurs sont présents partout (huit en zone mixtèque, deux dans le groupe Borgia, six dans les codices nahuas), ils sont légèrement plus fréquents en zone mixtèque et contrastent ainsi avec les anneaux, totalement absents de cette région ; les anneaux servent à marquer certains types de points ; il s'ensuit donc que le jeu dans les deux zones diffère, même si le jeu à la manière mixtèque existe également en zone nahua. Quant à la tenue des joueurs, le petit nombre d'indications ne permet pas d'émettre d'hypothèses sûres ; tout au plus peut-on avancer que les joueurs portent autour de la ceinture une protection semi-circulaire, qu'ils portent parfois accrochée au bras : il est hors de question que cet objet soit, comme l'avait suggéré Krickeberg, un tlachtemalacatl. Il s'agit, de toute évidence, d'une protection pour les hanches, assez proche des jougs. Outre cet objet, les joueurs portent des chaussures, des genouillères, parfois des gants. Ils ont par ailleurs des colliers, des boucles d'oreilles, des coiffures, tous objets sans relation avec le jeu.

201L'étude des documents ethnohistoriques et coloniaux (le dictionnaire de Tapia Zenteno, par exemple) a permis de dresser une carte approximative de répartition du jeu, ou des représentations de terrains en Mésoamérique (cf. carte no 2). Il est possible de constater que l'existence du jeu est signalée dans la majeure partie de la Mésoamérique, à des degrés divers. L'information recueillie en ce qui concerne l'architecture est cependant beaucoup plus limitée puisque tout ce que l'on connaît est la forme en I du terrain, et un profil encore incertain, comportant deux structures parallèles, en talus. La présence d'anneaux est parfois mentionnée (sur le Haut Plateau mexicain).

202C'est surtout du point de vue de la description du jeu et de son symbolisme que l'on a pu avancer dans la recherche. Certains traits ont été mis en évidence (le "service", le décompte des points...) pour les techniques de jeu. Mais l'apport principal des textes et des codices réside dans l'abondance des références aux mythes relatifs à la fertilité et au passage du temps. C'est sur ce point que nous différons en grande partie des hypothèses présentées par Seler ou Krickeberg. Ces derniers avaient en effet interprété la plupart des représentations étudiées comme des mythes astraux, lunaires ou solaires. Les mythes relatifs aux astres, soleil et lune, sont en effet évidents dans de nombreux cas, mais leur interprétation nous semble différente. C'est plutôt le problème du passage du temps (lever du soleil, opposition nuit - jour, cycles lunaires...) qui semble important, et ce, en liaison avec une abondante iconographie relative à des divinités incarnant les saisons, la végétation, la fertilité. En d'autres termes, l'étude des codices et des chroniques oriente plutôt l'interprétation du jeu comme une manifestation des rites et du culte de la fertilité et de l'alternance des saisons ou du passage du temps. Il reste maintenant à voir ce que l'archéologie peut apporter à cette interprétation.

Notes

1 Ce sont les Codices Bodley, Colombino, Nuttall, Borgia, Féjervary-Mayer, Borbonious, Maggliabeoohiano, Vaticano 3728, Seiden 3135, Vindobonensis, le Tonalamatl de Aubin et l'Historia Tolteoa-Chiohimeoa.

2 Soit 30 codices, 3 lienzos et 7 manuscrits postcortésiens.

3 Depuis la rédaction de ce chapitre, deux nouvelles représentations de terrain, tirées du Lienzo Antonio de León, sont venues enrichir notre collection.

4 Les autres manuscrits pictographiques du groupe Borgia sont : la peinture ne 20 de la collection Aubin, le Codex Vaticanus 3773 et le Codex Cospianus (ou Bologna) qui ne contient pas de représentations de terrains mais dont Caso a affirmé le lien avec le jeu.

5 Tozzer (1957) parle d'une figure du Codex Dresdensis (41a) qui, selon lui, serait un Chac, assis sur un terrain, vu en coupe. Thompson (1973) préfère à cette interprétation l'hypothèse d'une citerne. En l'absence de données supplémentaires, il est impossible de trancher la question (cf. IV/7).

6 Les couleurs dont données dans le sens des aiguilles d'une montre en partant du coin supérieur gauche.

7 les descriptions des représentations de terrains dans le Codex Borgia sont issues pour l'essentiel des travaux de Seler (1906), repris et résumés par Krickeberg (1948). Nous n'avons pas jugé nécessaire de nous étendre plus sur ce point, qui n'entre pas dans nos préoccupations immédiates.

8 C. F. Baudez, 1970, ill. no 32.

9 Thompson déclare (p. 96) : "A Chac with obliterated object in hand sits on a water tank (the spiral probably represents water)".

10 La stèle de Las Morrajas, actuellement exposée au Musée de Tuxtla, comporte dans sa partie inférieure un motif qui semble représenter le profil d'un terrain. A notre connaissance, cette stèle n'a pas été étudiée.

11 Le profil du Codex Dresdensis est également défini par une ligne double.

12 Il existe également un cas possible de division longitudinale dans le cas du demi-terrain représenté dans le Codex Azcatitlan.

13 Quatre des terrains ainsi divisés en deux sont en fait des demi-terrains. Il est donc probable qu'il se range en fait dans le groupe des terrains divisés en quatre plages (Nuttall 15, 17, 18, 19).

14 Le terrain du Codex Maggliabecchiano (80) compte en outre deux autres crânes sur l'axe transversal, et un à chaque angle des structures latérales.

15 Le terrain (Nuttall 74) compte trois Chalchihuites sur l'axe transversal.

16 Il faut noter dans le Lienzo de Tlacoatzintepec une association du terrain avec des croix chrétiennes, symbolisant des chapelles ou des églises.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search