Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Première partie. Historique des recherches antérieures et état des connaissances

Chapitre II. État des connaissances

Texte intégral

II/l. CONDITIONS DE TRAVAIL

1Les travaux se sont déroulés en plusieurs temps : l'étude préliminaire menée dans le cadre du mémoire de maîtrise (Taladoire 1970) avait permis de dresser déjà un bilan provisoire pour la zone maya et de rendre compte des problèmes et de l'étendue du sujet. Une mission de 6 mois donnée en 1969 par l'École Normale Supérieure avait permis alors de participer aux fouilles de la M. A. E. F. M. dans la Huasteca, à San Antonio Nogalar. M. Stresser-Péan nous avait alors confié le soin de dégager le terrain de jeu de balle de ce site, l'un des rares fouillés dans cette région.

2En 1971-1973, trois types de travaux purent être effectués : le plus important fut une participation aux fouilles réalisées par MM. Pierre Becquelin et Claude Baudez sur le site maya de Toniná. La fouille des deux terrains classiques et des structures annexes nous fut confiée, et nous avons pu assister à la fouille d'un troisième terrain, préclassique. La mise au point des données et la rédaction du rapport définitif nous permirent de clarifier nos connaissances et nos idées sur le sujet. D'autre part, plusieurs reconnaissances furent menées à bien durant cette période. Certaines furent effectuées sur des sites déjà connus, mais à cette époque non étudiés ou publiés, tels que Manzanilla, Ixtapaluca Viejo, Chichen Itza (certains terrains), Tula (deuxième terrain), ou Monte Alban (terrain no 2). D'autres nous ont permis de dresser les plans de terrains encore peu ou mal connus, tels ceux de Tenam Puente, Chinkultic, ou La Quemada (Zac.). Enfin, un troisième type de travaux consista à rassembler les données disponibles dans tous les domaines relatifs au jeu : l'établissement et le dépouillement de la bibliographie, le recueil des informations et des illustrations, le classement des données, et la mise en œuvre d'un fichier constituèrent les divers aspects de ce travail.

3De 1973 à 1976, en tant qu'Assistant à l'Université de Paris I, nous avons eu la possibilité d'ordonner la documentation recueillie et de commencer le travail de rédaction. Une brève mission du C. N. R. S., en août 1974, nous permit d'effectuer une reconnaissance complémentaire dans le Nord-Ouest, en particulier sur les sites d'Amapa, d'El Otero, de Schroeder Site et de Casas Grandes. En même temps, une participation au XLI Congrès des Américanistes nous a permis de recueillir de nouvelles données sur les sites de Teuchitlan et de Teotenango.

4Enfin, en 1979, il nous a été possible, dans le cadre de la 4e campagne de fouilles à Toniná, de fouiller un terrain à Mosil, dans un site mineur et ainsi de mieux envisager le problème des liens entre terrains de jeu de balle et structure de l'habitat.

II/2. LA DOCUMENTATION RECUEILLIE

5À l'exception de nos propres travaux, une fructueuse et riche documentation a pu ainsi être rassemblée au cours de ces cinq années de recherches. Plus de 500 titres, livres, rapports, articles... ont ainsi été répertoriés dans une étude bibliographique que nous avons voulue aussi complète que possible. Seuls une centaine de titres sont directement en relation avec le sujet, soit qu'ils concernent un aspect du jeu (par exemple l'article de F. Solis Olguin, en 1976, sur les anneaux), ou qu'ils constituent un rapport de fouilles (Wicke 1957), soit qu'ils se veuillent une étude complète du jeu (Blom 1932, Stern 1948...). Un groupe de textes et de documents doit être considéré à part : ce sont les codices, les lienzos et les chroniques, très importants pour l'étude, mais dans lesquels les mentions du jeu ou des terrains ne représentent en fait qu'un élément isolé dans un ensemble beaucoup plus vaste. Les autres titres, en fait, ne sont que des études plus générales, des rapports de fouilles, des livres ou articles de synthèse, des rapports de reconnaissance... dans lesquels l'on rencontre parfois une allusion au jeu, à un terrain, ou à une sculpture : le livre de Claude Baudez (1970) par exemple, sur l'Amérique Centrale, n'est cité que pour son illustration d'un vase maya qui représente un terrain, car c'est la seule mention de l'existence de ce vase.

6Les données ainsi rassemblées sont très éclectiques, et doivent être classées, de façon à pouvoir être étudiées séparément, avant que l'on puisse tenter une synthèse de l'évolution du jeu.

7Le premier type de données, chronologiquement, le plus important pour l'étude, est constitué par les documents de l'époque coloniale, chroniques ou codices : ils doivent être envisagés en préalable à toute étude sur le sujet, car ce sont eux qui ont permis d'étudier le jeu, et d'identifier les terrains, et ce avant même que l'archéologie ne fournisse la moindre information.

  • 1 À l'exception toutefois de W. Krickeberg qui fait référence à la Relación de Michoacan... (1970), (...)
  • 2 Herrera : Historia General... Dec. II, Livre VII, chap. 8.
    Ribas : Historia de los Triunfos... Lib. (...)
  • 3 Krickeberg 1948.

8Les chroniques forment le groupe le plus utile par la quantité de données techniques, géographiques ou architecturales qu'elles apportent. Il est d'usage, en général, de limiter l'étude aux textes des chroniqueurs les plus connus (soit une dizaine de textes : Durán, Sahagún, Torquemada...). La plupart des auteurs se coupent ainsi d'une large quantité de données, dont la valeur est essentielle ; il est par exemple inhabituel1) de trouver mention de l'existence du jeu au Michoacan, chez les Tarasques. Or, plusieurs chroniques2) font état de son existence dans cette zone, où, jusqu'à présent, le nombre de terrains découverts est extrêmement réduit. Ce fait est particulièrement important, si l’on tient compte des nombreuses survivances dans le Nord-Ouest. Les 30 textes de chroniqueurs disponibles permettent ainsi d'établir une carte (no 2) de répartition approximative du jeu à l'époque de la Conquête, complétée par l'analyse des représentations picturales dans les codices. Alors que l'étude la plus complète3) incluait 47 représentations, extraites de 12 codices différents, nous avons pu inventorier, à ce jour, plus de 133 représentations, réparties dans plus de 40 codices et lienzos, et issues de zones aussi différentes que le Haut Plateau mexicain, Veracruz ou la zone maya. Bien plus, l'étude de ces représentations nous a permis de déceler des différences culturelles, techniques et architecturales entre les zones. Enfin, une étude critique des dictionnaires et des vocabulaires établis au moment de la Conquête a parfois amené des compléments ou des modifications : il est alors évident que les données doivent être reçues avec prudence, dans la mesure où des éléments d'origine espagnole peuvent s'être mêlés aux cultures locales, et avoir été suffisamment assimilés pour apparaître dans le vocabulaire... Il est enfin d'ores et déjà évident que de nouveaux documents seront portés à notre connaissance dans les années à venir, et que certains comprendront des informations relatives à ce travail. Ceci devrait permettre de reprendre cet aspect de l'étude, et de le développer de façon à le traiter systématiquement : le faire ici nous aurait imposé de sortir des limites de cette étude.

9En effet, l'aspect architectural avant tout a retenu notre attention au cours de ce travail : l'essentiel de l'analyse des codices et des chroniques a porté sur ce point, afin de disposer d'une base comparative pour l'étude architecturale proprement dite. Le nombre actuel de terrains connus, pour l'ensemble de la Mésoamérique et des aires voisines (Arizona et Antilles) est de 661. On a identifié 556 terrains en Mésoamérique (cf. Carte no 1), un à Casas Grandes, 75 en Arizona et plus de 30 aux Antilles. Ce nombre est susceptible d'augmenter rapidement dans les années à venir, car, lors de récentes publications, plusieurs auteurs ont annoncé la découverte de nouveaux terrains dans des zones encore mal connues : I. Bernai (1964-1965) à Oaxaca, Paul Schmidt (1967) à Xochipalla, Guy Stresser-Péan, dans la Huasteca (inf. orales)... Pour l'Arizona et les Antilles, la plupart des ouvrages consultés parlent de nombreux terrains, mais aucun auteur ne donne de liste complète, et tous font référence aux mêmes exemples.

10Les terrains connus se répartissent inégalement selon les régions (cf. Tableau no 2), et à l'intérieur d'un même groupe, les données varient : dans les Basses Terres mayas, par exemple, sur un nombre limité de terrains (78), 37 ont été fouillés ou bien identifiés. La vallée de Tehuacan, par contre, avec 37 terrains, ne possède aucun exemple fouillé. Enfin, de nombreuses régions ont livré des représentations, en plan ou en profil, dans les matériaux les plus divers : os (Oaxaca), céramique (Occident, zone maya), métal (Oaxaca), pierre (zone maya, Tajín, Tenochtitlan...), ou même sous forme de pétroglyphe (Teuchitlan : Mountjoy 1976)...

11La qualité des informations varie donc de façon caractéristique, selon l'intérêt des chercheurs, les régions, et le type de travail et, à côté de terrains très connus comme ceux de Chichen Itza (str. 2Dl) ou de Tula (no 1), on rencontre des exemples aussi peu étudiés que ceux de Monte Alban (no 3) ou de Chinkultic.

12D'autre part, il est évident qu'il ne faut pas se couper de sources d'informations annexes, que l'archéologie nous fournit sous forme de sculptures, de figurines toutes informations "secondaires", qui viennent confirmer ou accroître les données précédentes. Le domaine envisagé est cependant plus controversé, dans la mesure où la relation de ces objets avec le jeu est encore fréquemment sujette à caution. Une fois considérées à part les représentations de terrains (maquettes... ; cf. plus haut et tableau no 2), les autres données sont très éclectiques, depuis les sculptures associées aux terrains jusqu'aux figurines de joueurs, parfois présentes sur des sites sans terrains (Cuicuilco par exemple : Matos Moctezuma 1968.)

  • 4 D'autres objets, artefacts, ossements... peuvent être associés aux terrains. Ils seront évidemment (...)
  • 5 On connaît d'autres exemples de marqueurs, hors de la zone maya, à Amapa, Monte Alban, Yagul, Metl (...)

13La première catégorie envisageable est constituée par les objets associés aux terrains, essentiellement les sculptures4. Les plus connus sont évidemment les anneaux (tlachtemalacatl), présents sur plus de 20 sites (Haut Plateau, Guerrero, Yucatan...). En dehors des sites sur lesquels l'association est évidente (Chichen Itza, Tula, Uxmal, Xochicalco, Coba, Naco...), il existe plusieurs cas (Solis Olguin 1976) dans lesquels la présence d'anneaux suggère l'existence d'un terrain aujourd'hui disparu (Texcoco, Tepotzlan ?, Cotastla, Mixquic, El Baúl...) ou encore inconnu (Yahualica...). L'indication peut être précieuse, même si l'on ne fait pas entrer en ligne de compte l'iconographie propre aux anneaux. Par ailleurs, la présence d'anneaux indique dans ces terrains une technique de jeu différente (cf. chroniques, 1ère partie, chap. Ill, plus bas) et donne une idée de la répartition géographique de cette forme de jeu. Il en va de même pour les pierres à tenons, plus controversées ; limitées surtout à la zone maya (en particulier dans les Hautes Terres et la Vallée du Rio Motagua), et présentes sur plus de 30 sites, elles sont associées aux terrains. Mais, il existe de nombreux exemples sur d'autres structures, ce qui fait que la présence de sculptures de ce type sur un site ne peut être considérée comme un diagnostic suffisant pour déduire l'existence d'un terrain. Dans ces conditions, c'est avant tout l'étude iconographique qui importe pour l'analyse. Deux autres types de sculptures peuvent être envisagés ; les stèles (rares, en association avec un terrain, sauf à Copán par exemple), ou les panneaux. On connaît de nombreux exemples de panneaux (Chichen Itza, Piedras Negras, Cobá, Toniná, El Tajín...) qui représentent le plus souvent des joueurs, mais pas en action. Ils peuvent également représenter des dignitaires, ou des captifs (Toniná, Cobà), ou même des cérémonies (Chichen Itza). Ce sont cependant les marqueurs qui présentent l'iconographie la plus cohérente, dans la mesure où la plupart d'entre eux montrent des joueurs en action, et leur lien avec les terrains est évident. Ils ont été identifiés sur plus de 20 sites, dont la plupart sont en zone maya ou au Chiapas5)

Tableau no 2. REPARTITION DES TERRAINS DE JEU DE BALLE EN MESOAMERIQUE ET DANS LES AIRES VOISINES

Tableau no 2. REPARTITION DES TERRAINS DE JEU DE BALLE EN MESOAMERIQUE ET DANS LES AIRES VOISINES

Dans la catégorie "fouillés", entrent des terrains parfois seulement dégagés ou même identifiés avec précision. Dans la catégorie "autres" sont présentées les hypothèses quant à la présence de terrains encore non identifiés, ou non publiés, dans les régions envisagées.

14Toutes ces sculptures constituent un ensemble entièrement relié aux terrains, mais dont l'iconographie pose des problèmes par sa variété : elle inclut des dignitaires, des joueurs, en action ou au repos, des captifs, des animaux... L'analyse systématique devrait permettre de dégager des constantes, qui contribueraient à donner un sens à cette diversité.

  • 6 Informations orales de Ian Graham. Garcia Moll 1977.

15Il existe, par ailleurs, un deuxième groupe d'objets reliés directement au jeu, par leur caractère même ou leur iconographie. On peut en effet inclure dans cette étude toutes les sculptures ou figurines (outre quelques objets variés tels que des vases, un pendentif, une balle trouvée en Arizona (Amsden 1936)...) qui représentent des joueurs en tenue ou en action. La sculpture la plus caractéristique est celle de Tepatlaxco, qui représente un joueur en train de s'équiper ; mais entrent dans ce groupe des sculptures aussi diverses que des stèles de Santa Lucía Cotzumalhuapa, de Calakmul, d'Itzan, de Tonalá, de Vega de Aparicio, de Tula, des panneaux de l'Usumacinta, d'Ichmul, de la zone zapotèque, ou les marches de l'escalier, en face de la str. 33, à Yaxchilan6). Les figurines dites "de joueurs de balle", que l'on rencontre par centaines en Mésoamérique, dans le Centre-Nord (la région de Río Verde par exemple), l'Ouest, sur la côte du Golfe, ou en zone maya (Jaina...), constituent un ensemble plus délicat à analyser. En effet, les nombreux exemples qui nous sont parvenus présentent de telles différences que, de toute évidence, il est impossible d'attribuer cette diversité à des différences culturelles : il est possible que des jeux différents soient représentés (Taladoire 1976) ou même que beaucoup de ces figurines soient en fait destinées à symboliser d'autres activités (cf. Fürst in Betty Bell, The Archaeology of West Mexico, 1974).

16Enfin, un dernier groupe comprend des sculptures aussi controversées que les jougs, "hachas", "palmas", et tout ce que S. F. de Borhegyi a étudié en liaison avec ce groupe de sculptures : les "manoplas", "genouillères", boules de pierre, anneaux de pierre... En ce qui concerne ces derniers éléments, seules les hypothèses de Borhegyi et une distribution géographique assez proche de celle des jougs... permettraient éventuellement de les rattacher au jeu. Le problème des jougs est distinct, puisque leur lien avec le jeu est complexe mais nettement établi : tous les jougs trouvés en fouilles en effet l'ont été dans un contexte funéraire (Krutt 1969, Raziel Mora-Guevara 1975), mais leur distribution géographique obéit à des critères assez proches de certains courants d'évolution du jeu (Picard 1976). Le cas des "hachas" et "palmas" est légèrement plus complexe, malgré certaines indications iconographiques, et doit être examiné en liaison avec le cas précédent.

17La prise en considération de ces éléments, compte tenu de leur diversité tant géographique que chronologique, permet d'établir une carte de répartition (no 3) du jeu et des terrains. On est également en mesure de tenter de procéder à une reconstruction du jeu, de ses techniques, de ses variantes et de son évolution, c'est-à-dire de situer le jeu dans une vue d'ensemble des civilisations mésoaméricaines. L'étude des autres jeux connus permet enfin de corriger certaines hypothèses, et de donner ici une vue plus réelle de l'importance du jeu étudié. Trois autres jeux de balle ont pu être identifiés avec certitude, l'un à Dainzú (Bernai 1968) et deux autres à Teotihuacan, dans les peintures du Tlalocan (Caso 1942). Les chroniques et surtout les dictionnaires ont confirmé, et parfois accru, cette diversité.

18Enfin, l'histoire et l'ethnologie sont venues confirmer certaines hypothèses, complémenter les données sur l'extension géographique du jeu et apporter une idée des capacités de résistance aux pressions extérieures, qui contribuent à renforcer l'idée de l'importance sociale du jeu. Deux documents *(Clavijero en 1780 et un article de Wauchope (1948), sur le jeu en 1750) constituent un pont entre les documents de l'époque de la Conquête et les données ethnologiques sur les survivances dans la Mixteca ou dans le Nord-Ouest (Sinaloa, Nayarit) (Capitaine Stayton 1911, James Kempton 1923, A. Ibarra Jr. 1938, I. Kelly 1943, Corona Nuñez 1946, Sweezey 1972, Leyenaar 1974 a et b).

19En même temps, l'étude des survivances vient confirmer partiellement les hypothèses relatives à la variété des jeux, et permet de compléter, dans le temps comme dans l'espace, le panorama d'ensemble des jeux mésoaméricains.

II/3. MÉTHODES DE TRAVAIL

20L'originalité de cette étude réside dans la tentative de dresser un inventaire complet des données recueillies (en particulier de celles dont l'identification n'est aucunement sujette à caution) et de présenter ensuite, à la lumière des travaux personnels de terrain ou de recherches, une analyse systématique des informations par domaine et par centre d'intérêt. Cette analyse se fera selon les quatre rubriques précédemment définies : les données de l'ethnohistoire, les données architecturales et la typologie des terrains, les données "secondaires" de l'archéologie, les informations ethnologiques.

21C'est seulement alors que 1'on pourra montrer la diversité des jeux mésoaméricains, et donner ainsi une idée plus juste, plus proche de la réalité de l'importance du jeu en Mésoamérique. Il sera peut-être possible, alors, de dégager une unité dans l'iconographie et dans les interprétations, qui nous permettraient de replacer le jeu, ou les jeux, dans leur contexte socio-culturel et socio-économique, et de définir leur signification et la raison de leur existence.

Notes

1 À l'exception toutefois de W. Krickeberg qui fait référence à la Relación de Michoacan... (1970), p. 278 (Ed. de 1966).

2 Herrera : Historia General... Dec. II, Livre VII, chap. 8.
Ribas : Historia de los Triunfos... Lib. I, chap. 4.
Gilberti : Diccionario de la Lengua Tarasca. Relación de Michoacan...(1970)

3 Krickeberg 1948.

4 D'autres objets, artefacts, ossements... peuvent être associés aux terrains. Ils seront évidemment envisagés en leur temps, mais leur répartition est si ponctuelle qu'il est difficile de les inclure dans cette classification. Enfin, dans les rares cas où des maquettes ont été trouvées en fouilles, elles sont toujours associées à d'autres objets ou offrandes.

5 On connaît d'autres exemples de marqueurs, hors de la zone maya, à Amapa, Monte Alban, Yagul, Metlaltoyuca, Snaketown..., mais ils sont toujours lisses et ne comportent donc aucune iconographie. Des marqueurs lisses ont par ailleurs été reportés à Copán, Toniná, Chichen Itza..., en zone maya.

6 Informations orales de Ian Graham. Garcia Moll 1977.

Table des illustrations

Titre Tableau no 2. REPARTITION DES TERRAINS DE JEU DE BALLE EN MESOAMERIQUE ET DANS LES AIRES VOISINES
Légende Dans la catégorie "fouillés", entrent des terrains parfois seulement dégagés ou même identifiés avec précision. Dans la catégorie "autres" sont présentées les hypothèses quant à la présence de terrains encore non identifiés, ou non publiés, dans les régions envisagées.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search