Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Première partie. Historique des recherches antérieures et état des connaissances

Chapitre I. Historique des recherches antérieures

Texte intégral

I/1. GENERALITES ET HISTORIQUE DES RECHERCHES

1Le jeu de balle est une activité d'origine préhispanique qui n'a cessé, de l'arrivée des Conquérants à nos jours, de susciter descriptions, études et articles. Ces divers textes se répartissent chronologiquement en deux groupes distincts, d'inspiration totalement différente. Ils portent par ailleurs sur des aspects fort divers, et ce n'est souvent qu'a posteriori que l'on peut inclure dans une étude Sur le jeu de balle et les terrains, certains articles que leurs auteurs seraient surpris d'y voir figurer : tel est, par exemple, le cas des articles de Ernst (1892) ou de Génin (1926) sur les jougs et leur symbolisme. Si le jeu de balle n'était pas inconnu à l'époque, il n'entrait pas encore dans leurs préoccupations, du moins en ce qui concerne les jougs.

2Le jeu en effet était déjà partiellement connu à la fin du XIXe siècle, par le fait des textes qui constituent le premier groupe chronologique : nous en tiendrons peu de compte ici, car il fera l'objet de deux chapitres plus développés, l'un (1ère partie, chapitre III) consacré aux sources espagnoles (Textes de chroniqueurs : cf. Annexe no 2), l'autre aux sources indigènes ou d'inspiration indigène (1ère partie, chapitre IV : codices antérieurs ou postérieurs à la Conquête ; cf. Index no 1).

3On dispose en effet, et cela dès l'arrivée des premiers Conquistadores, de descriptions plus ou moins précises du jeu ou des jeux pratiqués, aussi bien dans les îles que sur la terre ferme. Une trentaine de textes, rédigés depuis la première moitié du XVIe siècle (Durán, Sahagún) jusqu'à la fin du XVIIIe (Clavijero) donnent du jeu une idée plus ou moins nette, dans la mesure où les préoccupations "ethnologiques" de ces auteurs sont entachées d'a priori ou d'obscurités : venus en Amérique avec leurs idées et leurs connaissances, les Espagnols utilisent pour leurs descriptions des critères et un vocabulaire européens, souvent impropres. Les quelques textes d'auteurs indigènes hispanisés (Muñoz Camargo, 1892 : Livre I, chap. 16), (Tezozomoc, 1878 : chap. 2, pp. 227-29), (Ixtlilxochitl, 1892 : tome II, chap. 72), ne compensent pas ces faiblesses : ces auteurs s'attachent plus à la signification ou au symbolisme du jeu, supposant connu le phénomène lui-même.

4Le corps entier de ces textes fournit cependant une documentation riche, complétée en partie par les dictionnaires établis après la Conquête : mais, il est parfois difficile, dans ces sources, de faire le partage entre les termes proprement indigènes désignant des réalités précolombiennes et les termes adaptés à des réalités apportées par les envahisseurs.

5Les représentations figurées de tlachtli que l'on rencontre dans les différents codices viennent d'autre part s'ajouter à ce premier grand groupe de textes. Leur identification comme terrains de jeu de balle date de la Conquête, et s'il n'existe pas d'inventaire complet de ces représentations, diverses études en tenaient compte (Seler, 1901-1902, 1906 ; Krickeberg, 1948, pour ne citer que ces deux exemples). Leur étude peut fournir une grande quantité d'informations sur le symbolisme ou la valeur du jeu, mais offre peu de renseignements quant à l'architecture ou au jeu lui-même. Elle est cependant suffisante pour permettre, dès avant 1932, date de la parution de l'article de Frans Blom : "The Maya Ball-game Pok-ta-Pok, called Tlachtli by the Aztecs", premier article théorique sur le sujet, la publication de quelques articles ou de références d'ordre ethnohistorique, ou de plans. Mais ces références entrent déjà, en fait, dans le second groupe de textes.

  • 1 Leur nombre s'élevait au 30/11/1977 à 661 dans l'ensemble de la Mésoamérique et des aires voisines (...)

6Ce groupe est constitué par les livres ou articles écrits de 1892 (article de Ernst sur les jougs) à nos jours, et relatifs au jeu, comme aux terrains, fouillés ou reconnus1. Parmi les quelque cinq cents références données en bibliographie, seuls 146 articles sont directement concernés par l'étude du jeu, des terrains ou des objets associés (figurines, "yugos"...). Les autres textes sont des rapports de fouilles, des livres généraux dans lesquels se rencontrent des références plus ou moins précises : dans El Pueblo del Sol (1953), A. Caso ne consacre que deux pages au jeu. Dans les publications sur le site d'Altar de Sacrificios, A. L. Smith (1972), dans le volume consacré à l'architecture, décrit la fouille et les caractéristiques du terrain (str. A-V), mais ne développe pas le thème de façon détaillée. Ces textes ne sont pas à inclure dans une étude des publications relatives à notre sujet.

7Il est possible de distinguer quatre grandes périodes dans l'étude déjà faite du jeu et de ses caractères. Avant 1932, en quarante ans (1892-1932), on peut considérer que le nombre de publications s'élève à deux livres et neuf articles, ce qui représente un intérêt assez limité, orienté essentiellement vers les textes et les codices. Les données relatives à l'archéologie n'occupent qu'une place restreinte, avec sept articles (Ernst 1892, Fewkes 1913, Lothrop 1923, Hatt 1924, Fernandez 1925, Genin 1926, Caso 1929). Bien que l'on ait déjà, à l'époque, connaissance de l'existence de terrains à Chichen Itza, Xochicalco, Yaxchilan (Maler 1901-1903) et Tula (Charnay, 1885 : Les Anciennes Villes du Nouveau Monde, Paris), ainsi que dans les Antilles (Fewkes, Hatt), les données les plus nombreuses proviennent de l'étude des textes de chroniqueurs. Le problème des jougs a déjà été posé (Ernst, Génin), mais il a fallu attendre l'article de Lothrop (1923) pour voir apparaître un lien entre les jougs et le jeu de balle. Quant à Culin (1903, 1907), ses ouvrages sont d'ordre plus ethnologique, et ne concernent pas seulement la Mésoamérique.

8A partir de 1932, s'ouvre une deuxième période, avec l'article de Frans Blom. Ce dernier avance pour la première fois une série d'hypothèses relatives au jeu et à son origine maya, et déclenche ainsi une vague de publications : de 1932 à 1952, 49 textes vont être écrits sur le sujet, parmi lesquels 9 sont particulièrement pertinents. De 1952 à 1957, l'intérêt faiblit, dans la mesure où l'on pense le sujet épuisé et où des préoccupations plus théoriques prennent progressivement le pas : deux articles, dont un seul est intéressant (Grace 1954), sont publiés. Cependant les travaux de terrain se poursuivent, le nombre de terrains connus augmente, et l'intérêt renaît peu à peu : en 1957 paraissent 3 articles, suivis de 26 autres en dix ans (1957-1966) ; trois d'entre eux sont particulièrement remarquables : ceux de A. L. Smith sur l'architecture (1961), de Knauth sur les aspects religieux (1961) et la thèse de Clune portant sur l'étude de 267 terrains (1963).

9Brusquement, en 1967, nous entrons dans la dernière période, celle de la production active, liée à un phénomène extérieur : les Jeux Olympiques de Mexico en 1968 ; cet évènement suscite un tel intérêt que l'on peut noter un minimum de 13 articles pour la seule année 1968. Au total, en quatre ans, 29 publications, dont 26 générales, un article relatif à l'architecture (Quirarte 1970), et deux mémoires de maîtrise (Dalemans 1969, Taladoire 1970). Ce phénomène se poursuit dans les années 1970 avec, par exemple, pour la seule année 1972, 9 articles (à la suite de l'existence d'un symposium sur le sujet au cours de la XIIe Mesa Redonda de la Société Mexicaine d'Anthropologie, à Cholula), deux publications (Cohodas, sur l'art maya, et Brown, sur la vallée de Guatemala), et une maîtrise (Federico, à l'U. N. A. M.). On atteignait ainsi un total de 26 publications pour les années 1970-1975. Outre cette thèse, on s'attend à des publications de P. Pillet, de Nicholas Hellmuth et de Karl Herbert Mayer. Dans l'ensemble, donc, l'intérêt n'a jamais faibli depuis 1932 et, bien au contraire, le problème, en se compliquant, suscite un nombre sans cesse accru de publications (cf. tableau no 1). Il est à présent nécessaire de considérer ce que ces articles ou livres ont apporté de pertinent ou de critiquable.

I/2. FRANS BLOM ET L'ARTICLE DE 1932

  • 2 L'existence d'un terrain, supposée par Charnay à Aké, n'a pas été confirmée par les travaux ultéri (...)

10Ce n'est pas par son caractère novateur que s'impose, en 1932, l'article publié par Blom : "The Maya Ball-game Pok-ta-Pok, called Tlachtli by the Aztecs". Le sujet même est connu, et l'auteur utilise des données architecturales publiées parfois trente ans auparavant. En fait, Blom est le premier à tenter de mettre systématiquement en relation les textes de chroniqueurs, certaines représentations de codices aztèques ou mixtèques, et les nombreuses structures connues mais encore mal identifiées à l'époque. Si l'exemple de Chichen Itza (str. 2D1) était trop évident pour passer inaperçu (Fernandez 1925), et si l'on possédait par ailleurs des données sur certains terrains, comme ceux de Tula ou d'Aké (Charnay 1885)2 Xochicalco (Caso 1929)..., on n'avait cependant identifié que peu de terrains. C'est à Frans Blom que revient le mérite d'avoir à la fois tenté de coordonner et de systématiser les connaissances, et d'avoir présenté des hypothèses sur l'origine et l'importance du jeu.

Tableau no 1 - Historique des Publications :

Tableau no 1 - Historique des Publications :

A. 1890-95 ; B : 1896-1900 ; C : 1901-05 ; D : 1906-10 ; E : 1911-15 ; F ; 1916-20 ; G : 1921-25 ; H : 1926-30 ; It 1931-35 ; J : 1936-1 940 ; K : 1941-45 ; L : 1946-50 ; M : 1951-55 ; N : 1956-60 ; O : 1961-65 ; P : 1966-70 ; Q : 1971-75 ; R : 1976-80 ;

  • 3 Il existe une légère contradiction dans le texte de Blom qui, après avoir affirmé au début de son (...)
  • 4 Il faut noter que la majorité de ces sites se trouvent au Chiapas, ou dans la zone voisine du Guat (...)

11L'hypothèse de Blom est qu'il existe une contradiction entre les données archéologiques et ethnohistoriques : d'une part, de nombreux textes ou codices, écrits dans la région du Haut Plateau mexicain, décrivent le jeu et donnent une idée de son importance au moment de la Conquête (Blom cite en particulier Durán et Oviedo, et les travaux de Seler sur les codices Borgia ou Colombino). On sait, par ailleurs, que les Toltèques, venus du même Haut Plateau, ont influencé Chichen Itza, où se trouve le plus grand terrain connu en zone maya. Il ne semble pas, a priori, qu'il y ait de problèmes. Mais plusieurs éléments pointent au contraire vers une origine maya. Tout d'abord, le caoutchouc vient certainement des Basses Terres, et en particulier de la Côte du Golfe, considérée comme en partie maya à l'époque, ainsi que le terme utilisé pour désigner la balle : olli (caoutchouc, en nahuatl), proche du mot maya uollic : rond. D'autre part, il existe peu de terrains sur le Haut Plateau mexicain3 : Blom en donne la liste suivante : Tenochtitlan (d'après Sahagún), La Quemada (Batres), Tamplax et Cerro del Granjero (Seler), Xochicalco (Caso) et Querétaro (Vargas 1582), soit six. Au contraire, la liste des terrains mayas est longue : Sacramento, Bolonchac, El Rosarito, Utatlan, Zaculeu, León de Piedra (actuellement Tehuacàn, au Salvador), Guiengola (que Blom classe en zone maya), Uaxac Canal, Chacula, Lubaantun, Tenam Rosario, Tenam Soledad, Coba, Tikal, Uxmal, Sayil...4, soit 38 au total.

12Pour Blom, donc, il ne fait aucun doute que le jeu est originaire de la zone maya, et il peut se permettre de donner une description type des terrains tels qu'ils se présentent dans cette région. Une seule question se pose alors : celle des anneaux, présents sur le Haut Plateau, mais absents en zone maya en général. Blom propose donc une solution : traduire le terme maya bate (terme difficile à traduire dans le contexte du Popol Vuh) par "anneau", ce qui impliquerait que des anneaux de bois seraient adaptés aux parois du terrain, et feraient partie de l'équipement des joueurs.

13Le travail de Blom présente la double qualité de multiplier le nombre de terrains connus, et de mettre en liaison, de façon cohérente, l'archéologie et les sources ethnohistoriques. Il comporte cependant, comme toute publication première, des inexactitudes ou des éléments contestables. Inexactitudes que le défaut de légendes de certains plans, la publication de trois plans différents pour les deux terrains de Yaxchilan, ou l'absence de mention des terrains de Tula. Mais surtout argumentation contestable, bien que justifiable dans le contexte de l'époque, qui veut à tout prix compenser l'absence d'anneaux par une explication qui ne s'appuie sur aucun élément vérifiable archéologiquement. Il reste que l'hypothèse de départ de Blom trouve une justification partielle dans le caractère majoritaire des terrains mayas ; si le travail est contestable, ce n'est pas là, enfin, sa moindre qualité, puisqu'il a ainsi ouvert la porte à d'autres chercheurs, qui vont publier leurs travaux dans les années suivantes.

I/3. LES DEVELOPPEMENTS DE L'ÉTUDE DE 1932

14Les dix études ultérieures, de quelque importance, qui s'inscrivent dans la lignée du travail de Blom, des publications de L. Satterthwaite Jr. (1933, 1944) à l'article de Grace en 1954, présentent une documentation aussi riche que variée : elles abordent le sujet sous des aspects aussi différents que : l'étude du jeu ou des jeux de balle en Mésoamérique (Stern 1948), las premières tentatives de typologie (Satterthwaite 1933, 1944 ; Acosta et Mœdano Kœr 1946), l'approche ethnologique (Kelly 1943), la répartition géographique (Alegria 1951, Gillan 1936, Corbett 1939, Chard 1940) ou le symbolisme (Krickeberg 1948), pour s'achever par une synthèse très générale, présentée par Grace (1954), et qui marque la fin de cette période. Dans le même temps, le corps des connaissances s'accroît sans cesse : outre les multiples fouilles et reconnaissances qui apportent de nombreuses informations (cf. par exemple la publication d'Acosta sur Tula en 1940), une quarantaine d'articles plus ou moins spécialisés contribuent à rendre le champ d'investigations plus vaste : on peut noter en particulier une controverse sur le problème des jougs et de leur fonction entre Palacios (1939), Thompson (1941) et Ekholm (1946, 1949), l'augmentation des identifications de joueurs sur stèles (Morley 1937-1938), sur panneaux (Spinden 1933), ou sur figurines (Joyce 1933, Toscano 1945...), ou même des études sur les jeux actuels (Bolanos Cacho 1946). Enfin, il est important de noter la découverte de l'existence d'un autre jeu de balle à Teotihuacan, sur les peintures murales de Tepantitla (Caso 1942).

15Un premier groupe, parmi toutes ces études, n'apporte de nouveautés que dans le domaine de l'extension géographique : les articles de Gillan (1936) et Chard (1940) permettent de localiser le jeu en Arizona, tandis qu'Alegria effectue une mise au point sur l'existence du jeu aux Antilles (1951) : leurs articles ne présentent en fait que des inventaires de sites et une mise à jour des connaissances.

16Pendant ce temps, Isabel Kelly, en 1943, contribue largement à la connaissance ethnologique des jeux hérités de l'époque précolombienne, et présente un fait nouveau, sur le plan géographique. Sa contribution essentielle réside en une longue description détaillée du jeu appelé ulama, qui se pratique sur la côte de l'État de Nayarit. Cette description lui permet de mettre en parallèle le jeu actuel et le jeu précolombien, pratiqué sur le Haut Plateau mexicain et décrit par les chroniqueurs ; elle est alors en mesure de présenter une hypothèse sur les liens unissant le Plateau mexicain et le Sud-Ouest des États-Unis, en proposant un axe de relation, passant plutôt par la Sierra Madre Occidentale que par la voie côtière.

17Trois publications nous intéressent particulièrement ici, car leurs auteurs traitent des aspects architecturaux du jeu.

  • 5 Il faut en fait considérer les deux publications de Satterthwaite comme un tout : l'intervalle ent (...)

18Dès 1933, Satterthwaite5 procède à la publication de ses fouilles des deux terrains de Piedras Negras. Ses travaux s'organisent en deux aspects : d'une part, les données relatives aux terrains eux-mêmes et à leurs traits annexes (sculptures...), d'autre part, un texte théorique qui constitue le fond de son article de 1944, dans lequel il propose non une classification des terrains, mais des critères de description et de classification (cf. IIe partie, chapitre I) : la base de son projet consiste à identifier les divers éléments architecturaux non par une terminologie (bien que, dans son texte, il codifie partiellement la terminologie existante), mais par une numérotation qui présente évidemment l'avantage de rendre la description plus rationnelle, mais complique fortement les études comparatives.

19Les travaux de J. M. Corbett (un mémoire de maîtrise soutenu auprès de l'Université de Southern California) semblent constituer, outre un inventaire des terrains connus en 1940, en particulier en Arizona (ce qui est une innovation par rapport aux travaux de Blom), une simple acceptation des hypothèses antérieures ; Corbett se fait l'avocat de l'origine maya du jeu, et suppose un double courant d'influence : l'un irait le long de la côte pacifique jusqu'en Arizona (en particulier à Snaketown, l'autre plus directement des Basses Terres mayas vers les Hautes Terres du Plateau Central (où le jeu apparaît à une époque plus tardive).

  • 6 Ils ne font cependant pas mention des recherches d'Isabel Kelly, publiées en 1943, même s'ils ne n (...)

20Il faut attendre 1946 pour voir apparaître la première tentative de typologie, avec le travail d'Acosta et de Moedano Koer. Partant des divers articles antérieurs6) ils procèdent avant tout à un examen du jeu sous tous ses aspects (utilisant ainsi des données prises dans la sculpture, dans l'étude des figurines...) pour décrire le ou les jeux, et traiter des associations religieuses. Ils peuvent ainsi différencier trois types de jeu :

  • avec tlachtemalacatl (anneau), dans la zone du Haut Plateau, et dans les zones influencées par les Toltèques ;
  • sans tlachtemalacatl, chez les Mayas ;
  • avec battes, à Teotihuacan.
  • 7 Ils insistent en particulier sur l'importance des structures associées, suivant en cela les travau (...)

21Ils procèdent ensuite à l'élaboration d'une terminologie valable pour la description du plan et du profil des structures, et d'une liste des impératifs auxquels doit obéir toute fouille de terrain de jeu7) Ils reviennent ainsi en partie sur les travaux de Satterthwaite, et évitent l'écueil de la nomenclature chiffrée. Leur analyse leur permet alors de présenter une typologie simple, dont le critère essentiel est l'organisation du profil de la "zone intérieure" des structures latérales : la présence de banquettes permet de différencier le type A du type B, dans lequel le talus donne directement par un rebord vertical sur le sol de l'allée. Le type représenté à Chichen Itza (str. 2D1) ne comporte pas de talus, mais un haut mur vertical qui surmonte la banquette (cf. Planche no 1).

  • 8 Ce fait est d'autant plus étonnant qu'au nombre de terrains connus en 1946, eux-mêmes ajoutent ceu (...)

22Cette typologie, que leurs auteurs eux-mêmes qualifient de temporaire et fragmentaire (l'étude ne porte que sur une dizaine de terrains), présente la faiblesse étonnante de ne s'appuyer que sur le seul critère du profil : les auteurs reconnaissent par ailleurs l'importance du plan, mais n'en tiennent aucun compte, et font ainsi entrer dans le même type les terrains de Piedras Negras (str. K6) et de Tula (terrain no 1) dont les plans sont totalement différents. Ainsi, après s'être donnés les moyens de procéder à une analyse complète, et probablement à cause du faible nombre de terrains envisagés8, Acosta et Moedano Koer restent en deçà de leurs propres hypothèses. Ils ne parviennent pas, enfin, à mettre en rapport leurs typologies, des jeux comme des terrains.

  • 9 Par exemple, le Haut Plateau mexicain, qui ne dispose pas de ressources locales, fait venir, en tr (...)

23Stern évite en partie le problème en ne s'attaquant pas directement au problème du classement des jeux : il déclare d'ailleurs que cet aspect, non pertinent pour son étude, fera l'objet de travaux ultérieurs (dont nous n'avons aucune connaissance). Il est à vrai dire plus intéressé par le jeu lui-même et son arrière-plan social. Son étude est un relevé de tous les jeux qui se pratiquent avec une balle de caoutchouc. Après une description détaillée des jeux existant en Amérique du Sud, dans l'aire circum-Caraïbe, en Amérique Centrale et au Mexique, et dans le Sud-Ouest des États-Unis, description pour laquelle il s'appuie sur des documents archéologiques, ethnohistoriques et ethnologiques, il présente plusieurs conclusions. Ayant inclus dans son étude un chapitre relatif aux espèces d'hévéas susceptibles de fournir la gomme pour les balles, et à leur répartition géographique, il est en mesure de constater une certaine coïncidence entre les aires de répartition du jeu et la présence d'hévéas, tout en reconnaissant l'existence d'exceptions9) Il parvient par ailleurs à distinguer deux grands types de jeu, l'un plus individuel et non compétitif, l'autre plus compétitif, par équipes, et donc plus violent. Il peut ainsi opposer ces deux jeux et les relier avec d'autres jeux, pratiqués dans des conditions différentes (sans balle par exemple), mais possédant les mêmes caractères (Stern 1948, pp. 92-93). Enfin, s'il ne parvient pas à mettre en parallèle la notion de jeu ou de compétition avec des structures sociales précises, il est en mesure d'insister sur la réalité des liens entre jeu et guerre, jeu et sociétés agricoles, ou jeu et rites de fertilité. Il peut enfin présenter un essai d'histoire de l'origine du jeu, en proposant trois zones possibles : l'Amérique du Sud, qui possède la diversité de jeux la plus marquée, la Mésoamérique où les données archéologiques sont les plus anciennes, mais où les survivances sont rares, et la zone circum-Caraïbe, la plus probable selon lui.

  • 10 Il présente ainsi, parmi de nombreuses références, quelques exemples non confirmés ultérieurement, (...)
  • 11 On retrouve dans le Popol Vuh l'affrontement entre les forces de la lumière et celles des ténèbres (...)

24Quoique partant des mêmes données, Krickeberg présente une approche totalement différente du problème ; il aborde en effet le sujet d'un point de vue plus interprétatif, et s'attache à déduire des documents disponibles une idée du symbolisme du jeu. Il divise son étude en trois parties : la première, plus descriptive, a un point de vue plus archéologique : après avoir présenté les travaux de Blom, et mentionné l'existence de nouveaux terrains10) il souligne le lien entre le jeu et les anneaux, sur le Haut Plateau mexicain ; il peut ainsi émettre deux hypothèses : l'une sur l'existence probable de terrains, aujourd'hui disparus, sur les sites où des anneaux ont été découverts (à Mixquic par exemple, ou à Cuernavaca) ; l'autre sur une différence entre jeu maya et jeu mexicain. Cette différence trouve une confirmation partielle dans l'étude des mythes qui constitue sa deuxième partie : se fondant d'une part sur une analyse approfondie des représentations figurées de tlachtli dans les codices, d'autre part sur une des légendes du Popol Vuh, il est en mesure de déterminer les fondements mythiques du jeu, et distinguer une tradition mexicaine et une tradition maya11) ; le jeu, d'après son analyse, est une représentation de l'antagonisme entre la lumière et les ténèbres, chaque région possédant, dans ce schéma, son caractère propre. Son hypothèse trouve une confirmation dans les sculptures des panneaux des terrains de jeu de balle de Chichen Itza ou du Tajín, et dans les décors des anneaux. Il peut alors passer au dernier point de son argumentation : la recherche des origines du jeu. Une comparaison avec les jeux d'Amérique du Sud, des Antilles ou d'Amérique du Nord, lui suggère une origine sud-américaine. Le jeu est transmis, par l'intermédiaire des Tainos, à l'aire mésoaméricaine (où le jeu maya ne serait qu'une variante mineure) et, de là, à l'Amérique du Nord. Le chemin parcouru est ainsi relativement complexe, mais l'Amérique, dans son ensemble, posséderait dans le jeu un facteur d'unité culturelle.

  • 12 La seule publication détaillée relative au jeu est celle de G. Strömsvik sur ses fouilles des troi (...)

25Le texte de Krickeberg est le dernier maillon de la chaîne des héritiers de Blom et, dans les années suivantes, à l'exception de deux articles de S. F. de Borhegyi, on ne dispose d'aucun travail original12) Parmi quelques travaux de compilation, le plus notable est, en 1954, celui de Grace dont les deux seuls apports sont, d'une part la mention de détails nouveaux, comme un texte de Théodore Roosevelt sur un jeu de balle sud-américain (Grace 1954, p. 2, T. Roosevelt : "Through the Brazilian Wilderness", 1914), ou l'existence d'un deuxième terrain à Monte Alban ; d'autre part, un ensemble de données ethnologiques qui constituent la majeure partie de son texte sur les jeux actuels à Oaxaca de Juarez (pp. 26-29 et 38-40), Xoxocotlan (pp. 29-35), Tlaxiaco (pp. 35-36) et dans l'État de Nayarit (pp. 36-37, repris de Isabel Kelly, 1943).

I/4. LA REMISE EN CAUSE DES DONNÉES

26Il fallut attendre 1961 pour voir paraître, en l'espace de deux ans, trois textes qui, tout en reprenant certaines conclusions antérieures, procèdent à un nouvel examen des données, avec le recul permis à la fois par le temps, l'accroissement énorme des connaissances et un nouvel arrière-plan théorique. Cependant, les années 1950 n'ont pas été, loin de là, dépourvues d'intérêt : parallèlement à un ralentissement du travail de synthèse, on constate un phénomène d'accumulation progressive des connaissances : on découvre des terrains, dans toutes les régions de Mésoamérique (dans les Hautes Terres du Guatemala par exemple, avec les reconnaissances de A. L. Smith et Kidder en 1943, 1951 ; de Smith tout seul en 1955 ; de Shook en 1947...), mais aussi des sculptures, des figurines (à Jaina par exemple), des documents écrits... Un auteur en particulier marque cette époque : S. F. de Borhegyi, avec des articles de 1950, 1951, 1952, 1957, 1960 (2 articles), 1961, 1963... Chacun d'eux, réduit à quelques pages (26 au maximum), reprend plus ou moins les mêmes idées, mais apporte de nouveaux éléments au dossier, de nouvelles idées qui, réunies, constituent un ensemble d'hypothèses, essentiellement relatives à l'équipement des joueurs et aux techniques de jeux, idées parfois contestables, mais toujours bien documentées et enrichissantes.

  • 13 Ce thème de la décapitation sera repris ultérieurement par plusieurs chercheurs, en particulier Li (...)

27C'est avec les articles de L. Knauth 1961) (et de A. L. Smith (1961) que la question va rebondir. Knauth reprend avant tout le problème des aspects religieux : partant d'une hypothèse de Krickeberg (1948) qui notait un lien entre jeu et sacrifice humain, il insiste sur la fréquence des associations iconographiques entre le jeu, le sang et les sacrifices humains par décapitation, en sculpture (au Tajín ou à Chichen Itza), dans les codices (par exemple le Codex Maggliabecchiano, ou le Tonalamatl de Aubin) ou même en ethnologie (chez les Otomacs). Il procède alors à une tentative d'explication des mythes associés, en s'appuyant d'une part sur le mythe de Huitzilopochtli (qui décapite sa sœur Coyolxauhqui, la Lune ; cf. chapitre III : 11), d'autre part sur des éléments mythologiques de provenances diverses (Mayas, Aztèques...). Il est alors en mesure de conclure que le jeu symbolise l'équilibre instable de la vie, et que le rite de décapitation qui lui est associé est en fait l'acte imitatif du drame cosmique13.

28Beaucoup plus importante pour notre sujet est la typologie présentée en 1961 par A. L. Smith pour 132 terrains des Hautes Terres du Guatemala (soit 106 sites au total). Cette typologie présente sur le travail d'Acosta et de Moedano Koer le double avantage de s'appuyer sur un nombre de cas beaucoup plus grand, et de tenir compte de trois critères au lieu d'un : le profil transversal, la coupe longitudinale et le plan. L'auteur est ainsi en mesure de distinguer cinq types :

  • un type de terrains à extrémités ouvertes, dont le profil est du type A, selon Acosta et Moedano Koer (19 exemples) ;
  • un type à extrémités ouvertes A, dont une des extrémités ouvre sur une place dont un autel occupe le centre ; le profil est du type A, selon Acosta et Moedano Koer (18 exemples) ;
  • un type de terrains à extrémités fermées et à profil similaire (15 exemples) ;
  • un type de terrains à extrémités fermées A, avec un profil du type B (8 exemples) ;
  • un type dit "Palangana", de plan rectangulaire, et de profil du type B (mal défini) (52 exemples). Cf. planches no 2, 314)

29Ayant ainsi défini cinq types, dont il souligne la valeur chronologique et régionale, A. L. Smith procède à une rapide synthèse sur quelques données annexes telles que la sculpture ou les associations architecturales.

30Il importe enfin de noter, deux ans plus tard, une thèse de Clune (Université de Californie, 1963) qui, reprenant les classifications antérieures, étendues à 267 terrains pour l'ensemble de la Mésoamérique, met surtout l'accent sur l'aspect fonctionnel des terrains, et tente une reconstruction historique de l'évolution du jeu et des terrains, depuis leur origine jusqu'à l'époque de la Conquête. L'intérêt majeur de cette thèse (et ce qui constitue la plus grande partie de l'ouvrage) réside cependant dans la publication de la fouille du terrain du site d'Amapa.

I/5. LE COUP DE FOUET DES JEUX OLYMPIQUES DE MEXICO

  • 15 Il faut mentionner, en outre, l'existence d'un terrain sur le site, très proche des terrains habit (...)

31Le début des années soixante, marqué par la parution des trois travaux précédemment analysés, est également caractérisé par une série de courts articles, qui abordent presque tous les aspects du problème, et apportent tous quelques données supplémentaires. Il faut cependant noter que ce phénomène connaît, à partir de 1967, un changement dû aux Jeux Olympiques qui se dérouleront à Mexico en 1968. De 1967 à 1970, plus de 29 articles sont publiés sur le sujet. Mais, d'une part, beaucoup de ces articles sont semblables, voire répétitifs : ainsi des articles de Noguera publiés en 1968 dans le catalogue de l'exposition "Sports et Jeux dans l'Art Précolombien du Mexique", au Musée Cernuschi, à Paris et, en 1969, dans Nouvelles du Mexique. D'autre part, de nombreuses publications ont voulu faire un geste à l'occasion des Jeux, et ont donc présenté un article sur ce thème ; nous avons tenté de relever de la façon la plus systématique les articles parus en France, au Mexique, et aux États-Unis. Il est probable que le même phénomène a eu les mêmes effets en Italie, en Allemagne... Il nous a été, dans ces conditions, impossible de procéder à un relèvement complet qui, de plus, n'aurait pas apporté grand-chose. Il faut cependant signaler, dans ce contexte, la réédition du numéro spécial de Artes de Mexico, consacré au "Deporte Prehispanico", et la publication par Ignacio Bernai de plusieurs articles (1967, 1968, 1969) relatifs à sa découverte d'un jeu de balle sur les bas-reliefs de Dainzú15 Le phénomène a aussi joué sur un plan plus universitaire, en donnant lieu à l'élaboration de trois mémoires de maîtrise (en Belgique, Dalemans 1969 ; en France, Taladoire 1970 ; au Mexique, T. Federico Arreola 1972,) et d'une nouvelle tentative de typologie (Quirarte 1972).

32R. Dalemans a plutôt procédé à une synthèse d'ordre général, sur les différents aspects du jeu. S'appuyant essentiellement sur les travaux d'Acosta et Moedano Koer et de Krickeberg, il envisage le problème sous un angle plus ethnohistorique, et tente une description du jeu dans le cadre de chaque civilisation (maya, aztèque...) et à l'époque actuelle.

33Teresa Federico Arreola, travaillant dans le cadre du "Seminario de Cultura Maya" à l'U. N. A. M., ne travaille que sur le jeu en zone maya, et aborde plutôt l'aspect mythique et l'arrière-plan socio-culturel que ce dernier suppose cf. ses articles de 1972 et 1973).

34Nous-mêmes enfin, travaillant également sur la seule zone maya, tentons d'établir une typologie, en nous fondant essentiellement sur les travaux de A. L. Smith. Elargissant la perspective de façon à inclure les 251 terrains connus dans cette zone, nous butons cependant sur le problème des aspects annexes (sculpture, structures associées...) et des relations avec les zones voisines (dans lesquelles le nombre de terrains connus a également fortement augmenté).

  • 16 Soit 56 pour la zone maya (sur 251 connus à l'époque) et 19 pour le reste de la Mésoamérique (sur (...)

35Jacinto Quirarte limite volontairement, au contraire, son étude à l'aspect architectural, et ne tient compte que de 75 terrains pour l'ensemble de la Mésoamérique16. Se fondant sur les travaux d'Acosta et Moedano Koer pour la typologie (établie d'après le profil des structures latérales), et de Satterthwaite pour la terminologie et la numérotation des surfaces, il établit une classification en trois grands types et huit variétés, chaque type incluant à la fois des terrains de plans différents, et d'aires culturelles différentes (ainsi des types Ib ou IIa par exemple). Sa tentative de reconstruire une évolution est donc en partie vouée à l'échec.

  • 17 Il faut mentionner l'existence d'un autre jeu, pratiqué sur ces deux sites et étudié par d'autres (...)

36Les années ultérieures voient se maintenir l'intérêt manifesté durant la période précédente, et il est à noter l'existence, durant la Mesa Redonda de la S. M. A. à Cholula en 1973, d'un symposium sur le sujet. Au cours de ce symposium, la communication la plus marquante est celle d'Esther Pasztory, par son étude des rapports entre le jeu, le culte de Tlaloc et les rites de fertilité. Les recherches se poursuivent, dans tous les domaines, et il faut mentionner en particulier les recherches de Nicholas Hellmuth, qui annonce une publication sur le jeu en zone maya, et surtout les travaux de M. Cohodas sur l'iconographie du jeu en zone maya, et de Brown sur les problèmes que pose l'existence du jeu dans la région de Kaminaljuyu, alors que le Jeu Classique n'existe pas à Teotihuacan17.

37Si le jeu représente toujours un centre d'intérêt aussi vivace, c'est parce que les recherches de ces dernières années ont fait connaître un nombre croissant de données, tant dans le domaine architectural (avec les travaux de la N. W. A. F., ou les recherches de la vallée de Tehuacan par exemple), que sur les plans iconographiques ou ethnohistoriques. Il n'est donc pas étonnant que plusieurs recherches soient actuellement en cours, sur le jeu (Hellmuth, Mayer) ou l'architecture (Pillet, en Arizona).

Notes

1 Leur nombre s'élevait au 30/11/1977 à 661 dans l'ensemble de la Mésoamérique et des aires voisines (Sud-Ouest des États-Unis et Antilles) ; il se décompose de la façon suivante : Sud-Ouest des États-Unis, 75 ; Antilles, 30 ; Aire Mésoaméricaine, 556. Sur ce nombre, seuls 99 terrains ont fait l'objet de fouilles précises et de publications détaillées.

2 L'existence d'un terrain, supposée par Charnay à Aké, n'a pas été confirmée par les travaux ultérieurs (cf. Roys et Shook : "Preliminary report on the ruins of Aké, Yucatan", Memoirs of the Society for American Archaeology, no 20, 1966).

3 Il existe une légère contradiction dans le texte de Blom qui, après avoir affirmé au début de son article qu'il n'y a pas de terrain sur le Plateau mexicain, malgré l'existence d'anneaux, donne une liste de terrains dans cette zone, et ne mentionne pas le terrain de Tula, connu depuis Charnay.

4 Il faut noter que la majorité de ces sites se trouvent au Chiapas, ou dans la zone voisine du Guatemala, donc dans la région que Blom connaissait le mieux par suite de ses travaux antérieurs. Cependant les travaux ultérieurs n'ont pas toujours confirmé ces affirmations.

5 Il faut en fait considérer les deux publications de Satterthwaite comme un tout : l'intervalle entre les deux dates (1933 et 1944) provient en partie de la guerre : en temps normal, les délais de publication auraient probablement été plus courts.

6 Ils ne font cependant pas mention des recherches d'Isabel Kelly, publiées en 1943, même s'ils ne négligent pas les données ethnologiques : ils font état de l'existence d'un jeu à Xoxocotlan, près de Oaxaca.

7 Ils insistent en particulier sur l'importance des structures associées, suivant en cela les travaux de Satterthwaite qui a noté la fréquente association des terrains et des bains de vapeur (str. R11 et R13 ; str. K6 et N1), cf. aussi Chichen Itza (terrain 3E2 et Str.3E3) et autres sites (Taladoire 1974).

8 Ce fait est d'autant plus étonnant qu'au nombre de terrains connus en 1946, eux-mêmes ajoutent ceux d'Atzompa, de Yucuñudahui, et utilisent ceux de Monte Alban, de Piedras Negras, récemment publiés.

9 Par exemple, le Haut Plateau mexicain, qui ne dispose pas de ressources locales, fait venir, en tribut, à l'époque aztèque, 16 000 balles de caoutchouc depuis les zones de production du Sud-Est du Mexique (Codex Mendoza, fol. 45, v. 462). La structure sociale, il est vrai, est beaucoup plus complexe.

10 Il présente ainsi, parmi de nombreuses références, quelques exemples non confirmés ultérieurement, comme ceux de Calixtlahuaca ou Tilantongo.

11 On retrouve dans le Popol Vuh l'affrontement entre les forces de la lumière et celles des ténèbres, mais ici, au contraire de ce qui se passe dans les traditions mexicaines (le mythe de Huitzilopochtli par exemple), la Lune est en fait alliée au Soleil (cf. Krickeberg 1948, pp. 274-277, et ci-dessous, 1ère partie, chapitre III : 11).

12 La seule publication détaillée relative au jeu est celle de G. Strömsvik sur ses fouilles des trois terrains superposés à Copán, et sur les comparaisons possibles avec certains autres sites de la vallée du Río Motagua (1952).

13 Ce thème de la décapitation sera repris ultérieurement par plusieurs chercheurs, en particulier Lizardi Ramos (1971), Castro Leal Espinoza (1973) et Christopher Moser (1973).

14 Un lot de 20 terrains n'entre pas dans la classification, pour des raisons diverses (anomalies de construction, destruction...) : la plupart présentent des ressemblances avec les terrains des types fermé ou fermé A.

15 Il faut mentionner, en outre, l'existence d'un terrain sur le site, très proche des terrains habituels de la vallée de Oaxaca, et dont Bernai ne fait que mentionner l'existence.

16 Soit 56 pour la zone maya (sur 251 connus à l'époque) et 19 pour le reste de la Mésoamérique (sur 67), sans inclure plus de 60 terrains en Arizona.

17 Il faut mentionner l'existence d'un autre jeu, pratiqué sur ces deux sites et étudié par d'autres chercheurs (Caso 1942, - Aveleyra Arroyo de Anda 1963 ; Taladoire 1975).

Table des illustrations

Titre Tableau no 1 - Historique des Publications :
Légende A. 1890-95 ; B : 1896-1900 ; C : 1901-05 ; D : 1906-10 ; E : 1911-15 ; F ; 1916-20 ; G : 1921-25 ; H : 1926-30 ; It 1931-35 ; J : 1936-1 940 ; K : 1941-45 ; L : 1946-50 ; M : 1951-55 ; N : 1956-60 ; O : 1961-65 ; P : 1966-70 ; Q : 1971-75 ; R : 1976-80 ;
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5770/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search