Version classiqueVersion mobile

Les Terrains de jeu de balle

 | 
Éric Taladoire

Introduction générale

Texte intégral

  • 1 Borhegyi, 1968a, pp. 497-515.
  • 2 Relación de las Cosas de Yucatan, chap. 30, cf. annexe no 2, texte no 11.
  • 3 Caso, 1942.
  • 4 Bernai, 1967, 1968, 1969.

1Il est convenu, encore à l'heure actuelle, de parler d'un jeu de balle mésoaméricain, antérieur à l'arrivée des Conquérants, et cela malgré l'abondance des données qui viennent contredire cette affirmation : lors du Congrès des Américanistes à Stuttgart, en 1968, S. F. de Borhegyi parle encore, dans sa communication, du "Precolumbian ball game - A Pan-Mesoamerican Tradition"1. Or, bien avant cette date, on a pu identifier trois autres jeux de balle, dont les caractères sont, de façon ostensible, très distincts. Dès l'époque de la Conquête, Diego de Landa2 parle d'un jeu qui se pratique dans la maison commune de chaque village, au Yucatan. A Teotihuacan, A. Caso3 a montré l'existence d'un autre jeu, dépeint dans les fresques du Tlalocan à Tepantitla (cf. planche no 74) ; et, lors de ses fouilles à Dainzú, I. Bernai a mis à jour des dalles sculptées qui présentent une version pour le moins distincte, d'époque préclassique, du jeu le plus connu4.

  • 5 Blom, 1932, Joyce, 1933, Schuller, 1935, Thompson, 1941, Stern, 1948. cf. 1ère partie, chapitre II (...)

2Il semblait donc nécessaire de diversifier les approches et de considérer les divers jeux de balle précolombiens. Bien plus, il est de tradition de mêler, au cours des travaux présentés, les données procédant de l'ethnohistoire (codices, lienzos, chroniques), valables pour les Aztèques ou les Mixtèques, essentiellement, avec celles d'ordre archéologique (les terrains), ou iconographiques (l'étude des sculptures, des os, des céramiques...) ou même ethnologiques. Il va de soi qu'une étude complète du sujet se doit de tenir compte de toutes les informations et les sources disponibles, mais chaque domaine mérite une analyse propre, avant que l'on puisse procéder à une synthèse qui, de toute manière, doit respecter la chronologie : des données utiles pour le jeu en période aztèque ne peuvent, de toute évidence, pas être transposées sans preuves dans le contexte de la civilisation maya. Un exemple de ce type d'erreur peut être trouvé dans l'article de Frans Blom (1932) et dans la controverse qui s'ensuivit5. Partant du principe que le jeu, sur l'Altiplano mexicain, se pratiquait, d'après les chroniques, avec des anneaux de pierre (au travers desquels les joueurs devaient faire passer (la balle), Blom déduisit, de l'absence de tels anneaux en pierre, qu'ils devaient être en bois et portables, dans la région maya. Il est actuellement certain que nous nous trouvons en fait confrontés à deux variantes distinctes du jeu, mais, désireux de procéder à une synthèse des informations disponibles, Blom s'est laissé entraîner sur ce point à présenter des hypothèses discutables, dont le mérite a cependant été de susciter un débat.

3Il semblait donc essentiel de procéder à une nouvelle analyse des données, suivant une approche plus rigoureuse, afin de pouvoir tenter de reconstruire un tableau des jeux, de leurs variantes et de leur évolution, seule approche permettant de resituer le jeu ou les jeux dans un contexte religieux et social.

4Cette nécessité se faisait d'autant mieux sentir que les données ont changé rapidement tant quantitativement que qualitativement. La plupart des sites majeurs de Mésoamérique (comme des aires voisines de l'Arizona ou des Antilles) comptent un ou plusieurs terrains ; chaque site livre, en sus, de nombreuses sculptures relatives au jeu : jougs, panneaux, stèles,... ou même des os gravés, des céramiques... (cf. 1ère partie, chapitre II). La plupart des codices, des chroniques, comportent un dessin, une description du jeu. Les traces laissées dans la vie actuelle sont innombrables, en commençant par le principe même du jeu par équipe, le goût des Mexicains pour le sport, pour aller jusqu'aux survivances, dans la Mixteca, ou au Sinaloa - Nayarit, ou à la toponymie... On constate un phénomène d'accumulation incessante des données : pour ne prendre qu'un exemple, en 1932, Blom mentionne 38 terrains pour l'ensemble de la Mésoamérique ; en 1961, A. L. Smith en compte 132, pour les seules Hautes Terres Mayas du Guatemala, et, deux ans plus tard, Clune (1963), arrive au chiffre de 267 en Mésoamérique... Actuellement, le chiffre minimum est de 661, et divers auteurs sont en mesure de faire augmenter ce total : Bernai, à Oaxaca, mentionne l'existence de nombreux terrains ; Paul Schmidt en a vu plusieurs dans la vallée de Xochipalla ; on en connaît un nombre indéterminé dans la Huasteca... C'est dire que l'on est encore éloigné du total des terrains connus. Bien plus, certains terrains aujourd'hui disparus ont laissé des traces dans plusieurs sites : la présence d'anneaux de pierre à Texcoco, à Xochimilco... indique l'existence de terrains sur ces sites, ce dont il faut tenir compte dans une étude de l'architecture.

  • 6 The Prehistory of the Tehuacan Valley, Vol. V : Excavations and Reconnaissance. R. S. McNeish, Gen (...)

5Mais, parallèlement à cet accroissement des connaissances, la qualité des informations laisse souvent à désirer. Le jeu de balle étant considéré comme connu, et les classifications antérieures comme valides, les auteurs se contentent fréquemment de mentionner la présence d'un terrain sur un site ou d'en donner une description succinte. De même pour les sculptures ou les autres éléments. Ainsi, sur 661 terrains connus ou répertoriés, seule une centaine a été fouillée et correctement publiée. De nombreux archéologues se servent par exemple de la classification de A. L. Smith (1961), pour classer un terrain, mais n'utilisent alors que le seul critère du plan, et oublient le profil. Le dernier volume des fouilles de R. S. McNeish, dans la vallée de Tehuacan6, par exemple, donne de précieuses informations sur les terrains reconnus, mais sur les 37 exemples répertoriés, aucun profil n'a été identifié, ce qui interdit toute classification autre que provisoire. De même, en ethnohistoire, ce sont toujours les mêmes textes que l'on analyse (Sahagún, Durán, Torquemada, le Popol Vuh...), et la plupart des auteurs négligent des informations apportées par Alegre, Landa, Gomara, Herrera...

6Ces différentes considérations nous ont amené à tenter de reprendre l'étude de ce sujet de façon systématique, afin de mettre à jour les connaissances, et de procéder à une synthèse des données disponibles. Il était cependant d'avance évident qu'une étude totale serait impossible dans le cadre d'une simple thèse de troisième cycle. L'abondance et la diversité de la documentation rendent en effet nécessaire une étude plus complexe, qui serait du ressort de plusieurs chercheurs : les seules représentations picturales des codices et lienzos constituent déjà la matière d'une autre thèse. Le travail sera donc présenté sous un double aspect. D'une part, nous avons tenté de donner une idée de l'ampleur du sujet, en rassemblant le maximum de données disponibles et en clarifiant au maximum la présentation de ce matériel : les documents ethnohistoriques, qui constituent la source première de nos connaissances, seront étudiés et décrits d'abord. Puis seront présentées et étudiées les données archéologiques, architecturales et iconographiques.

  • 7 Deux maîtrises, sur le problème des jougs et des "hachas" et "palmas", ont été présentées à l'Univ (...)

7Enfin, l'analyse et la description des survivances et des données ethnologiques viendront compléter notre travail. Parmi cet ensemble de données, c'est plus particulièrement l'aspect architectural qui sera analysé de façon systématique, dans la mesure où cette approche nous permet de distinguer à la fois un historique du jeu, une évolution et des variantes. De nombreux autres aspects resteront à étudier, et, si certains ont déjà fait l'objet de travaux divers7, d'autres devront être envisagés dans de futurs travaux, dans les années à venir.

Notes

1 Borhegyi, 1968a, pp. 497-515.

2 Relación de las Cosas de Yucatan, chap. 30, cf. annexe no 2, texte no 11.

3 Caso, 1942.

4 Bernai, 1967, 1968, 1969.

5 Blom, 1932, Joyce, 1933, Schuller, 1935, Thompson, 1941, Stern, 1948. cf. 1ère partie, chapitre III : 5.

6 The Prehistory of the Tehuacan Valley, Vol. V : Excavations and Reconnaissance. R. S. McNeish, General Editor.

7 Deux maîtrises, sur le problème des jougs et des "hachas" et "palmas", ont été présentées à l'Université de Paris I, en 1975-76, par Mlle Catherine Picard et Mme Florencia Bernáldez, dans le cadre d'une étude systématique du sujet.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search