Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

San Andrés Sajcabajá

 | 
Henri Lehmann

Postface

Henri Lehmann

Texte intégral

1Nous présentons ici le résultat des travaux de la R.C.P. 294 dont les activités se sont déroulées de 1972 à 1977. J’en ai été le responsable et je voudrais évoquer ici – avant de présenter les articles de mes collègues – ma carrière de chercheur au Guatemala à titre individuel.

2Je travaille au Guatemala depuis 1953 d’abord parmi un groupe d’indigènes Mam chez lesquels j’ai étudié les coutumes traditionnelles. Ils vivent sur les pentes méridionales des Cuchumatanes, des deux côtés du rio Selegua par où passe actuellement la route panaméricaine. J’ai eu la chance d’y avoir été la dernière année avant l’ouverture de cette route internationale. L’afflux de touristes et l’arrivée des prêtres américains Maryknoll ont bouleversé les anciennes coutumes qui survivent cependant grâce au film qui porte le nom de « Colotenango » et que j’ai pu tourner lors de mon séjour entre octobre 1953 et mai 1954.

3J’avais à l’époque une mission de deux années du C.N.R.S. grâce à l’intervention du docteur Paul Rivet, alors Directeur du Musée de l’Homme. Il était convenu que je devais travailler une première année parmi un groupe d’indiens Mam choisis par moi, et une deuxième année au Honduras du côté de Comayagua, l'ancienne capitale, en archéologie. Or, il y a eu des difficultés du côté hondurien pour établir ce travail, de sorte que j’ai décidé de rester au Guatemala, pour faire un travail archéologique.

4Antonio Tejeda, alors Directeur du Musée archéologique de Guatemala et moi, nous avons choisi le site de Mixco Viejo pour un tel travail, après avoir visité plusieurs autres sites dans la région de Rabinal. Mixco Viejo était l’ancienne capitale des Indiens Pokomam, dont la conquête par Alvarado au XVIe siècle a été décrite par le chroniqueur Fuentes y Guzman cent  ans plus tard.

5Les fouilles que j’y ai entreprises à partir de novembre 1954 ont intéressé les Guatémaltèques et notamment David Vela, le Directeur de l’important journal « El Imparcial ».

6J’avais prévu dès le début du travail de faire les restaurations nécessaires des structures explorées, selon les règles établies au Mexique par Alfonso Caso. Mais les fonds qui étaient à ma disposition du côté français étaient destinés à l’exploration et étaient de toute manière insuffisants pour les consolidations et restaurations nécessaires. L’intervention de David Vela auprès du Président en fonction fut efficace et décisive. On envoya sur le site 150 maçons et ouvriers qui, dans les deux derniers mois avant les pluies, restaurèrent les structures précédemment dégagées.

7Ce premier travail fut poursuivi grâce au C.N.R.S. et à la Commission des Fouilles (Ministère des Affaires étrangères). Il a été convenu avec le Président du Guatemala et son gouvernement que la France financerait les explorations des différentes structures de Mixco Viejo par l’intermédiaire de la mission archéologique franco-guatémaltèque et que le Guatemala paierait les consolidations et restaurations nécessaires sous ma direction. La France financerait également l’architecte ou l’ingénieur qui serait chargé par moi de ce travail.

8Il y a eu quatre campagnes de fouilles à Mixco Viejo, la dernière en 1966-1967. Les principaux quartiers ont été fouillés, mais j’ai pris soin de réserver un certain nombre de structures pour la génération future d’archéologues.

9Puis il y eut un changement dans la politique du C.N.R.S. La majorité des missions individuelles furent supprimées au profit de missions multidisciplinaires. C’est alors que j’ai commencé à chercher une région et un thème de travail pour moi et pour des chercheurs de différentes disciplines qui pourraient continuer après mon départ.

10L’essentiel était le choix de la région. J’ai parcouru les villages du Quiché, de la Baja et Alta Verapaz, en partie seul avec ma femme, en partie avec Jean-Loup Herbert qui était au Guatemala au titre de la coopération et qui, en tant que tel, a passé plusieurs mois dans des villages quiché. C’est d’ailleurs avec lui que nous avons visité pour la première fois San Andrés Sajcabajá il y a exactement dix années. La réception par le maire ne fut guère aimable. Il se révéla qu’il avait été, comme tant d’autres ladinos, mêlé au commerce illicite d’antiquités.

11C’est par le curé espagnol Manuel Antonio qui était très intime avec les indigènes que nous avons appris les renseignements les plus intéressants, notamment sur les relations entre Indiens et ladinos. D’après lui, les indigènes avaient commencé de racheter des terres aux ladinos.

12Il nous a montré les archives de l'église qui ne remontaient pas très loin dans le passé. Il ne pouvait malheureusement rien nous dire sur l’histoire de l’église. Stylistiquement elle pourrait remonter jusqu’au XVIIe siècle. C’est certainement une des plus anciennes églises du Guatemala. Contrairement à ce qui s’est passé à Antigua, elle ne semble pas avoir souffert du tremblement de terre du XVIIIe siècle ; mais elle a été très touchée par le tremblement de terre de 1976 et risque de s’effondrer, si les responsables guatémaltèques ne la consolident pas.

13Nous visitâmes également plusieurs sites archéologiques, en prenant pour base les rapports publiés par Ledyard Smith dans son « survey » : Archaeological Reconnaissance in Central America. C’est ainsi que nous visitâmes La Lagunita, sans doute le plus important site de la région, et aussi Pantzac, Patzac, Los Cimientos et La Iglesia.

14Il m’avait semblé que la région de San Andrés Sajcabajá était la plus intéressante pour une mission multidisciplinaire, ce qui a été confirmé par la création de la R.C.P. 294 par le C.N.R.S. en 1971 pour 1972 et les années suivantes. Les différentes sections : 1) ethnographie, anthropologie et préhistoire ; 2) sociologie ; 3) géographie ; 4) histoire et 5) linguistique ont contribué avec des sommes plus ou moins importantes à l’entreprise.

15La réception par la population des membres des différentes sections fut au début plutôt mitigée. Mais bientôt se formèrent des amitiés. Néanmoins, les représentants de certaines disciplines eurent plus de facilités que d’autres, notamment les géographes qui circulaient beaucoup.

16Les problèmes des sociologues et surtout des ethnologues étaient beaucoup plus complexes. Ils sont obligés de questionner la population sur des sujets souvent très personnels. Ils doivent avoir le tact nécessaire dans la manière de poser des questions. Un petit faux pas risque d’interrompre une amitié parfois difficilement établie. L’ethnologue ne doit jamais être pressé ; il ne doit pas fatiguer ses informateurs. C’est lui qui a le plus gros travail et le plus difficile.

17Pour étudier le cycle agricole il devrait vivre dans une même population au moins pendant une année. Cela n’a jamais été possible dans notre formation où l’ethnologue n’a jamais pu résider au même endroit plus de quatre mois faute de crédits. Notre premier ethnologue est parti après la troisième saison pour le Mexique, où il a trouvé un poste qui lui permettait de survivre. Le problème de son successeur fut le même. Il n’avait pas de poste fixe, et on ne pouvait pas lui donner les fonds nécessaires pour qu’il reste une année consécutive.

18Le sociologue est resté plus de temps sur place que les autres. Son travail a été considérable. Après de multiples publications sur le sujet qui nous concerne, dont une thèse, il a dû quitter provisoirement la R.C.P. pour la Bolivie, où il a travaillé pendant deux ans.

19Tous ceux que j’ai cités sont d’excellents chercheurs qui devraient être incorporés au C.N.R.S. quand ils ne le sont pas déjà.

20Quant à l’historien, il a pu étudier les archives guatémaltèques, espagnoles et anglaises. La Commission d’histoire a supprimé sa participation à la R.C.P. à partir de la 4e année ; de sorte qu’il n’a pu travailler dans les archives nord américaines, comme il l’avait prévu. Nous avons dû trouver l’argent pour ses dernières recherches ailleurs.

21La Commission de Linguistique par contre nous a soutenus jusqu’à la fin, malgré la défaillance des linguistes français. Le germano-guatémaltèque Otto Schumann, après un séjour d’un mois en 1975, a publié un article « Notas sobre numerales y el plural en el Quiché de Sajcabajá » dans le 10e volume de « Estudios de Cultura Maya », 1976-1977. Il en prévoit d’autres.

22Ce ne sont finalement que les archéologues – en dehors des géographes – qui ont pu conclure leurs travaux, en déterminant les différentes périodes par des fouilles entre le préclassique des derniers siècles avant notre ère jusqu’au postclassique du XIVe et XVe siècle. Alain Ichon avait commencé par un « survey » en 1971, au cours duquel il avait déterminé plus de 50 sites des différentes périodes. Des fouilles substantielles ont été entreprises par lui au cours des années, fouilles qui couvrent les différentes périodes. Alain Ichon a déjà publié partiellement le résultat de ces fouilles.

23En résumé, et après ma longue expérience de terrain, je voudrais insister sur la nécessité qu'il y aurait pour le C.N.R.S. à donner des missions plus longues (c’est-à-dire des crédits plus importants) à l’ethnologue et au sociologue, l’un et l’autre devraient rester chacun au moins une année sur un terrain. Les frais engagés par l’Administration ne seraient pas plus importants, car dans ce cas on pourrait rester deux ou trois ans sans donner une autre mission à ces chercheurs.

24Je voudrais attirer l’attention sur l’importance « morale » de l’ethnologue : il devrait arriver dans une région seul et avant les autres, de manière à préparer les habitants à recevoir sans crainte les autres membres de l’équipe.

251976

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540