Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

San Andrés Sajcabajá

 | 
Henri Lehmann

Chapitre V. Modalités du peuplement et évolution des terroirs dans les hameaux de San Andrés Sajcabajá, Quiché, Guatemala

Alain Breton

Texte intégral

  • 1 Les deux missions sur le terrain (1976 et 1977) consacrées à cette étude furent financées par des (...)

1Reprenant à notre compte, à partir de 19761, les travaux ethnologiques de la R.C.P. 294, à la suite de François Lartigue, nous avons axé notre propre recherche sur les aspects de l’organisation sociale à San Andrés Sajcabajá dont il n’avait pas eu le temps d’entreprendre l’étude, en partant des questions laissées ouvertes par lui ou celles, posées à l’ethnologie à l’époque, par les autres membres de la formation.

2Ces questions abordaient deux registres distincts et cependant liés entre eux :

  • la parenté et l’alliance : existence et repérage de groupes lignagers ( ?), relations éventuelles entre de tels groupes, possibilités de comparer les données locales aux faits relevés dans d’autres communautés indiennes de la région (en particulier Carmack, Robert M., La perpetuación del clan patrilineal en Totonicapan, Antropología e Historia de Guatemala, vol. XVIII, no 2, 1966 : 43-60) et, d’une façon générale, aux conclusions des études ethno historiques de l’organisation des Quiché préhispaniques.
  • l’évolution de la tenure foncière et du peuplement pour la période contemporaine, marquée par l’écroulement du système colonial espagnol (début du XIXe siècle) et une histoire moderne riche en péripéties (réformes et contre-réformes). Les grandes lignes en furent dressées par Y. Le Bot2, une première approche pour la campagne de San Andrés Sajcabajá fut tentée par D. Douzant-Rosenfeld3.

3Répondre à ces questions supposait de se livrer à une analyse de la situation locale sur les terres et à une étude des faits de parenté et d’alliance recourant à des techniques autres que normatives. C’est une partie de ces recherches qui est rapportée ici.

4Note méthodologique

  • 4 Que ces deux organismes soient remerciés de leur collaboration.

5La principale technique employée fut la lecture-interprétation des photographies aériennes disponibles sur la région, en l’occurence deux séries de documents publiés par l’Instituto Geográfico Nacional du Guatemala (en 19631964) - et la CETEFOR (en 1972), à l’échelle du 1/20 000 et 1/30 000 respectivement, à partir desquels furent obtenus des tirages agrandis de certaines zones choisies4. Ces tirages connaissent des échelles variables selon la qualité du négatif d’origine, les contraintes de laboratoire et les limites fixées des zones d’étude (en gros du 1/13 000 au 1/18 500 dans le meilleur des cas).

  • 5 Voir à ce sujet Cresswell, Robert et Maurice Godelier (éditeurs). Outils d’enquête et d’analyse an (...)

6A priori la photographie aérienne offre une illustration directe et de premier ordre pour l’étude de la répartition de l’habitat et des terres dans le paysage5 ; a posteriori elle est une base pratique et rapidement utilisable pour le recueil d’autres données, par exemple :

  • microtoponymie d’une aire donnée,
  • limites d’un terroir,
  • relations de l’habitat avec le milieu (puits, chemins, ruisseaux, versants, dépressions, formations arbustives, terres cultivées, etc.),
  • fabrication d’un cadastre,
  • organisation spatiale des groupes sociaux...

7Cette étude a essayé d’utiliser au mieux ces informations potentielles en partant de l’hypothèse (confirmée) selon laquelle toute personne vivant dans un hameau donné peut rendre compte avec une grande exactitude des caractéristiques de son milieu, de l’histoire et de la géographie de son environnement immédiat, en même temps que des coutumes de ses proches. La connaissance et la mémoire humaines sont, à ce niveau (à cette échelle) et dans toute société locale liée à la terre, d’une fidélité remarquable.

8Pour chaque hameau (ou caserío) nous avons procédé de la façon suivante :

  • première visite au sol de l’aire choisie pour repérer les unités d’habitat et visualiser leur agencement ainsi que la topographie des lieux. Cette approche est complétée d’une enquête extensive portant sur l’organisation sociale et territoriale locale ;
  • parmi les personnes rencontrées et interrogées à cette occasion, choix d’un informateur principal avec lequel on programme une série de séances de travail « en chambre » sur le (ou les) document(s) photographique(s).

9Il est préférable de faire appel à un homme d’un certain âge et, mieux encore, qui assume des responsabilités locales : membre actif d’un comité, représentant de l’organisation municipale, ou autre ;

  • les séances de travail commencent par une initiation de l’informateur principal à la lecture de la photographie aérienne. Ce faisant, l’immense effort d’abstraction que suppose pour beaucoup la réduction d’échelle d’un territoire jusqu’alors perçu en termes d’efforts physiques (montée, descente, distance parcourue à pied) est grandement facilité par une simple explication préalable du processus d’éloignement et du champ optique, par une traduction des traits dominants du document (chemins, montagnes/bassins, lignes de crête, failles, ruisseaux et rivières, parcelles cultivées, enclos, arbres isolés, maisons, etc.), par une orientation par rapport à des repères connus (d’où la nécessité absolue de reconnaître par avance le terrain) ;
  • une fois conscient de l’échelle et ayant assimilé les contraintes énumérées, on quitte un temps le document photographique pour retracer sur papier libre le plan du hameau : l’informateur dessine son groupe d’habitat autour d’un trait dominant du paysage (par ex. : une rivière ou un versant) ou à partir d’un élément de référence (sa propre maison, l’école rurale, une chapelle). Le plus souvent, les informateurs sollicités étant pour la plupart illettrés, ces plans consistent en une série ordonnée de croix figurant les maisons. Au fur et à mesure que le dessin avance, chaque unité d’habitat est caractérisée par un numéro d’ordre et par le nom du chef de famille correspondant. De plus, on note tous les éléments graphiques ou oraux donnés par l’informateur durant l’exécution de son plan en vue de faciliter le futur report sur calque d’après photographie.

10Ce détour par le plan sur papier libre offre plusieurs avantages pratiques :

  • il permet de déceler chez l’informateur une perception égo-ou sociocentrique de l’organisation locale (qui ne correspond pas forcément à l’agencement réel des groupes sur le terrain) ;
  • il aide l’informateur à s’accoutumer à une échelle réduite, proche de celle du document de travail,
  • en sillonnant son hameau par la pensée, celui-ci remémore et met en valeur son propre système de repérage, qu’il retrouvera sur la photographie ;
  • en même temps, il opère une sorte de recensement qui complétera, le moment venu, les informations de la photographie (parfois vieille de plusieurs années) : apparition de nouvelles unités d’habitat ou abandon de certaines autres, présence d’unités non-visibles (cachées par des éléments du paysage ou situées dans des zones sombres sur le document).
  • ce plan sert de guide au report définitif sur calque d’après photographie. Le calque porte déjà le tracé des chemins et sentiers, des cours d’eau, et le cas échéant figure des maisons bien visibles sur le document. Il suffit de compléter l’ensemble avec l’informateur, en reprenant la numérotation de son propre plan.
  • 6 Voir Denise Douzant-Rosenfeld, supra.

11Pour l’étude des tenures foncières, on opère plus simplement. Pour des questions de temps, mais aussi parce que les zones de bassins représentent un des géosystèmes6 dominants du paysage de San Andrés Sajcabajá, la priorité fut donnée aux hameaux qui s’y trouvent établis. Ces zones sont plus faciles à travailler (que les zones de montagnes par exemple) : elles ne portent pratiquement plus de formations arbustives, elles sont par ailleurs beaucoup plus sèches et portent des parcelles de culture plus grandes aux limites généralement bien définies et très visibles (ne serait-ce que par le contraste des gris correspondant aux différentes époques de semailles ou de moisson). Le plan parcellaire est dans ce cas rapidement dressé qu’il faut reprendre avec l’informateur pour le compléter. De la même façon que pour l’habitat, on identifie chaque parcelle par un numéro et le nom de son propriétaire ou d’un usufruitier.

12Le travail d’enquête intensive peut alors commencer à partir des plans précis obtenus. Une première approche peut être tentée avec l’informateur principal qui sera largement complétée par l’enquête directe sur le terrain. Si le recours à ce « mode d’emploi » permet de visualiser parfaitement et rapidement une situation locale, il ne doit pas être appliqué « au pied de la lettre » mais adapté aux différentes situations rencontrées. Surtout, il ne peut se substituer à l’enquête sur le terrain qui demeure la principale source d’informations.

13Loin d’être exhaustive – les applications de cette technique sont variées – cette note méthodologique n’a d’autre but que de démystifier la difficulté que l’on croit à tort inhérente à ce type de recherche. Puissent les résultats partiels qui suivent en prouver l’efficacité.

Fig. 40. – Paysage et habitat à Chic’oxop.

14Pour répondre aux exigences du travail en groupe, nous avons choisi d’exposer certains résultats relatifs à l’organisation socio-territoriale de deux hameaux de San Andrés Sajcabajà : l’un, proche du village, dans lequel il nous a été possible de dégager les grandes étapes du peuplement et le bilan de l’accaparement correspondant des terres ; l’autre, plus éloigné (dépendant de l’aldea Liliya), où un travail semblable a été fait pour une zone peu étudiée de vallée irriguée. Enfin les données recueillies dans d’autres hameaux sont confrontées à celles de ces deux exemples dans un souci de comparaison et de synthèse.

Étude d’une portion de bassin : Chic’oxop

15Le hameau (caserío) nommé Chic’oxop se compose de 26 maisons (fig. 40) dont la majorité occupe la frange du terroir agricole, au pied du versant du Sajmajil, montagne aux flancs râclés qui domine la zone proche du village. Seules quelques-unes de ces maisons (7 d’entre elles) sont installées sur les terres cultivées et profitent de la proximité de puits. Quatre puits permanents et un puits temporaire (qui ne fonctionne que de juin à octobre, durant la saison des pluies) assurent les besoins en eau d’une population de plus de 120 personnes. Dans cette zone relativement sèche, le puits est un élément important de la vie locale, facteur éventuel d’un relatif « resserrement » de l’habitat, cause de désertion ou de peuplement de ses abords selon les fluctuations de son niveau.

16Chic’oxop se présente comme un groupe d’habitat bien caractérisé ; sa position géographique – il occupe une portion de bassin limitée au Nord et à l’Ouest par un ravin (barranco) et au Sud par le Sajmajil – l’isole à l’intérieur du réseau général de l’habitat rural.

Composition

17Chaque maison abrite une famille nucléaire liée, par la parenté ou le mariage, aux familles voisines et à un grand nombre des maisonnées du hameau. Tous les chefs de famille actuels sont des résidents permanents du lieu, à l’exception de quatre d’entre eux : dont deux ladinos (ou métis) possédant une résidence principale au village et deux indigènes originaires de la montaña (zone de montagne située au Sud du municipio) qui partagent leur résidence selon les saisons profitant ainsi des écarts écologiques entre l’une et l’autre zone ; l’un d’eux est marié à une femme de Chic’oxop, l’autre est venu s’y installer avec sa famille, originaire comme lui de Chu’ek’abaj (un caserío de l’aldea Sacaj). Outre ses exceptions, il faut noter que trois autres chefs de familles sont d’origine extérieure au hameau (respectivement Chiboy, Pantz’ak, village), de même que leurs épouses. Tous les autres forment donc un corpus homogène d’hommes indigènes, natifs du hameau, et résidents permanents.

18C’est à partir de ce corpus qu’ont été calculées les données suivantes, relatives à l’alliance :

  • 35 % des mariages présents ont été contractés avec des femmes du même hameau ;
  • 35 % avec des femmes d’autres hameaux appartenant au même canton (c’est-à-dire la division municipale correspondant à l’aire villageoise) ;
  • 30 % avec des femmes d’autres cantons (Chiniya et Chiboy).

19Le groupe de voisinage (le hameau) absorbe une part importante des unions (le tiers) mais n’est pas pour autant le lieu privilégié de l’endogamie. Celle-ci se définit plutôt par rapport au canton (70 %), aire villageoise dans ce cas ou aldea rurale ailleurs.

Noms de famille et parenté

  • 7 c’axel désigne deux objets distincts mais en tous points identiques.

20Les noms officiellement employés pour désigner les hommes et les femmes de Chic’oxop, comme de l’ensemble de la population du municipio de San Andrés Sajcabajá, sont des termes d’origine espagnole (Castro, Ampérez, Ciprián, De León, Olmos, Lucas) ou indigène (Colaj, Chijal, Sam), transmis indifféremment patri - ou matrilinéairement. Dans l’usage quotidien, ce sont d’autres noms que l’on emploie : en général le prénom, d’origine espagnole et linguistiquement adapté (Trix pour Andrés, Tec pour Diego, Clax pour Nicolas, etc.), est suivi d’un qualificatif dérivé d’une relation de parenté (par exemple : Uel u c’ajol u Copo, « Manuel le fils de Procopio »), d’une relation d’alliance (par exemple : Ton Catalina, litt. Antonio Catarina, ou « Antonio [le mari de] Catarina ») ou d’un surnom qui à lui seul suffit à l’identification (par exemple : rij Antonio, Antoine « le vieux »). C’est ce qualificatif ou surnom qui opère la différence d’une génération à l’autre entre des hommes qui portent le plus souvent, au sein de chaque lignée, des noms semblables. En effet, le choix du nom est soumis à la tradition dite du c’axel qui consiste à transmettre à un enfant le nom d’un parent en ligne directe7. Dans la majorité des cas c’est l’aîné des garçons qui reçoit le nom du grand-père paternel (et parfois même du père), les frères cadets et les sœurs recevant, le moment venu, et d’une façon moins systématique, les noms des autres parents directs (mère du père, père de la mère, mère de la mère), ou des noms nouveaux. Le c’axel porte d’abord sur le prénom mais aussi sur certains surnoms personnels. Il est intéressant de noter l’institution de certains noms composés, comme tecyoch par exemple (de tec, adapté de Diego ; et yoch, surnom d’origine indigène à l’étymologie peu sûre) pour désigner tous les aînés d’une lignée dans chaque génération d’après le nom complet d’un ancêtre agnatique (fig. 41).

Fig. 41. – Un exemple de transmission du nom c’axel.

21Il ne faut cependant pas perdre de vue que cette transmission du nom c’axel au fils aîné fonctionne comme une norme, tout au moins aujourd’hui, et qu’elle est l’objet d’adaptations constantes selon les situations vécues. La fonction première du c’axel était jadis très liée à la transmission de la terre et s’appliquait surtout dans les limites du groupe local. Ainsi le suggère le cas suivant, plusieurs fois attesté :

  • un homme x ne possède qu’une fille comme héritière,
  • cette fille se marie avec un homme y étranger au hameau,
  • le nouveau couple installe sa résidence dans le groupe d’habitat de x (déplacement du mari, résidence uxorilocale),
  • le fils issu de cette union est c’axel de son grand-père maternel (soit x) ; plus tard il récupère les terres de celui-ci8.

22La généralisation d’un partage à parts égales entre tous les enfants complique, dans les dernières années, les modalités de l’héritage et semble être une limite à la persistence fonctionnelle de la transmission du c’axel.

23Cependant, l’existence de cette tradition patronymique nous a permis de reconstituer les groupes familiaux sur plusieurs générations et, de là, leur apparition sur ces terres et leur évolution ; de tels groupes sont définis à partir des lignées, comme des sous-ensembles de parentèle liées diachroniquement par la filiation.

24A partir du corpus formé par les hommes natifs et résidents permanents de Chic’oxop, on a pu reconnaître cinq groupes plus ou moins complexes (appelés A, B, C, D et E) dont certains ont été à l’origine du peuplement du hameau et du terroir. Aujourd’hui, ces cinq groupes se partagent l’habitat du hameau, allant de une maison (cas de deux groupes qui n’ont plus qu’un représentant sur place alors que les autres familles sont parties s’installer au village voisin) à 15 maisons.

Peuplement et appropriation des terres

  • 9 Voir sur ce sujet complexe et pour la dite-période l’excellent travail de Le Bot, 1977, op. cité. (...)

25Le peuplement, c’est-à-dire l’apparition d’un habitat et l’appropriation des terres sont deux phénomènes étroitement liés dans le cas qui nous intéresse. Leur origine commune n’est pas très ancienne et remonte tout au plus à 150 ans : c’est en tout cas ce que disent les vieux et ce que l’enquête a confirmé plus en détail. Or ce siècle et demi d’histoire locale ne peut se comprendre sans référence à l’histoire générale du pays, trop rapidement résumée9.

  • 10 D’après Paredes Moreira, J. L. Reforma Agraria : una experiencia en Guatemala. Guatemala, Universi (...)

26A la veille de l’Indépendance (1821) coexistent au Guatemala trois formes principales de tenures foncières10 :

  • terres communales : reconnues aux communautés indigènes comme étant les terres dont elles jouissaient antérieurement ;
  • terres royales (ou realengas) : dont le propriétaire exclusif est la Couronne d’Espagne, elles peuvent être cédées à la population sous certaines conditions ;
  • terres éjidales (ou ejido) : consistant en une superficie d’une lieue carrée autour de chaque village pour l’usage commun de ses habitants.

27L’Indépendance ne change pas radicalement cette répartition et les lois de 1825, 1829 ou 1845, pour ne citer que les plus marquantes, n’ont probablement et à quelques exceptions près que des effets tardifs à en croire les faits de San Andrés Sajcabajá.

28Compte-tenu de sa position géographique par rapport au village – les maisons actuellement les plus isolées du hameau sont à moins de deux kilomètres au Nord-Est de San Andrés –, Chic’oxop (qui n’est alors qu’un lieu-dit) se trouve durant la Colonie dans les limites de la lieue-carrée réservée à l’ejido ; ses terres sont affectées à l’usage commun des villageois et exploitées uniquement pour le bois et comme pâture ; elles ne peuvent porter ni construction ni culture. Peu après l’Indépendance, un décret daté de 1829 fait référence aux terres de l’ejido comme pouvant être données en location ; plus tard, l’existence séparée de l’ejido à l’intérieur de l’ensemble des terres communales semble se dissoudre et les deux catégories se réduisent à une seule, appelée dès lors « ejido » ou « communaux ». Le train de lois qui marque la fin du 19e siècle pour encourager l’accession à la propriété, soutenu par la Réforme Libérale dès les années 1873, va transformer considérablement les anciennes tenures coloniales et amorcer la privatisation des terres qui, sous la pression démographique croissante, aboutit aux paysages agraires morcellés, parcellisés, d’aujourd’hui (fig. 42). C’est sur cet arrière-fond historique que se profile le peuplement de Chic’oxop. Il est difficile d’établir un rapport direct entre les différentes vagues d’occupation de terres qu’évoque la tradition orale et les lois qui les encouragent, tout au plus peut-on tenter de dessiner les grandes étapes de l’évolution qui s’ensuivirent.

29Pour la période historique récente citée, il n’est pas d’autres normes qui n’existent aujourd’hui si ce n’est que l’héritage privilégié qui revenait, dit-on, à l’aîné des garçons a été peu à peu remplacé par une division à parts égales entre les ayants-droit, c’est-à-dire tous les enfants des deux sexes. D’aussi loin que remontent les souvenirs, la pratique de la vente et de l’achat des terres est présente qui, dans certains cas, permet d’éviter la dispersion des tenures. On le verra plus loin, l’héritage à parts égales ne transforme pas qualitativement la répartition des terres entre les groupes familiaux locaux car, au mariage des filles :

  • soit il s’agit d’alliances endogamiques et les transferts s’équilibrent par le jeu des intermariages au sein du groupe local ;
  • soit il s’agit d’alliances exogamiques : avec résidence uxorilocale (installation du mari étranger), et la terre revient le plus souvent au groupe d’origine après une génération (voir la transmission du c’axel) ; avec résidence patri-virilocale (départ de la fille), et la terre est généralement rachetée à celle-ci par ses frères restés sur place.
  • 11 Parmi ceux-ci, il est significatif de constater que les frais occasionnés par une mort (achat d’un (...)

30Ce dernier cas nous rappelle que l’aliénation de terres à des étrangers est vécue comme une dépossession collective contre laquelle la norme intervient comme un frein. Ainsi, lorsque pour répondre à des besoins financiers pressants11 un homme se décide à vendre une parcelle, il cherchera de préférence un acheteur issu de son propre groupe familial et, le cas échéant, du hameau. Il est très rare qu’il s’adresse à des étrangers.

Fig. 42. – Plan cadastral de Chic’oxop.

31Cette relative permanence des tenures entre les mains des habitants du lieu a permis de suivre leur évolution détaillée depuis l’origine du peuplement. En fait, cette évolution a été déduite d’une étude rétrospective des différents états du cadastre, en relation avec l’apparition et l’établissement des différents groupes familiaux locaux, reconstitués à partir d’une analyse de l’historique de chacune des parcelles actuelles.

32En gros, l’appropriation des terres originellement communales (ou ejidales) peut se définir en cinq phases, illustrées sur la figure 43 :

a) 1830-1860 (soit six générations de 20 à 25 ans)12

  • 12 Il est difficile de préciser davantage la durée d’une génération ; il est probable qu’elle se situ (...)

33Appropriation massive de deux portions de terres par les ancêtres des actuels groupes A et E (voir sur la fig. 43 les plages I et II) dont on ignore l’origine. Ces terres, comprises entre le ravin et le versant, sont les plus riches et bénéficient de la présence d’une quebrada, ou ruisseau temporaire, qui descend du Sajmajil. L’habitat s’établit à proximité des deux puits les plus importants.

b) 1880-1900 (soit quatre générations)

34Appropriation massive du reste du plateau et conquête des terres riches situées au pied du ravin, bordées par une autre quebrada et la rivière (plage III). Elle est l’œuvre de deux ancêtres (frères) du groupe C, originaires de Chu’ek’abaj, hameau de la montagne où reste établie l’autre partie du groupe. L’habitat s’installe au pied du versant, laissant le maximum d’espace à la culture.

Fig. 43. – Évolution du terroir de Chic’oxop.

c) 1900

  • 13 Il semble que les Xal n’aient fait qu’une courte apparition sur le terroir de Chic’oxop. Ils n’ont (...)

35A partir de cette date se produit une appropriation fragmentaire et diffuse en direction du village, vers le Sud-Est (plage IV) qui résulte de la croissance des groupes établis (A, C et E) auxquels s’ajoutent plusieurs familles venues de l’extérieur : les ancêtres de l’actuel groupe D, issus de Chiboy, et deux groupes (connus sous les noms de Ixcuna et Xal) originaires respectivement de la montagne et du village, mais qui ne font pas souche. Les terres que le premier de ces groupes avait obtenues par voie d’alliance avec le groupe C sont en partie revenues à ce dernier ; quant au second, il s’établit sur des terres communales d’alors, mais finit par les abandonner aux groupes familiaux locaux13.

d) 1940

  • 14 Cet homme est récemment retourné vivre au village à la suite de l’assèchement de son puits.

36L’essentiel des terres cultivables est accaparé. Ne restent que les versants du Sajmajil, pierreux et très pauvres, dont une partie (plage V, a) est appropriée par un ladino du village qui y installe sa résidence14. Il y cultive un peu de maïs en jouant sur la rotation des terres, le reste est laissé à son bétail. L’autre partie (plage V, b) correspond à une extension du groupe A.

e) 1960-1977

37Ces dernières années voient s’ouvrir des champs nouveaux sur les pentes mêmes du Sajmajil, parmi les ultimes restes de terres communales ; les maigres récoltes obtenues sont vite remplacées par le maquis dont profitent quelques vaches. Aujourd’hui dédiées à l’élevage, ces parcelles sont pour la plupart closes de murs de pierres sèches. Elles appartiennent toutes à des résidents du hameau.

38Telle est la situation à Chic’oxop, qui montre une évolution simple et logique en comparaison avec d’autres zones écologiques et géographiques soumises à des contraintes et des pressions plus fortes.

Le périmètre irrigué de Tonolajic

Description et composition

39Le hameau nommé Tonolajic (ou Tonlajic) regroupe 58 foyers dont deux seulement abritent des familles étendues. Il est installé dans la vallée moyenne de la rivière qui, venant de la sierra de Chuacús, traverse Sacaj en amont, puis dessert en aval les vallées de Liliya et Sabaquiej avant de rejoindre le río Negro, ou Chixoy, au Nord. L’habitat est largement dispersé sur l’ensemble du terroir qui s’étend de part et d’autre de la rivière, sur les premières pentes. Seul le lit majeur est libre de tout habitat, et aménagé en zone d’irrigation.

40L’enquête généalogique a mis en évidence dix groupes familiaux dont cinq sont issus de ceux que l’on dit être à l’origine du peuplement de la vallée. Tant les dessins de l’informateur principal que l’examen de la répartition réelle de l’habitat ne trahissent l’existence de ces groupes qui, sur le terrain, s’étirent et se chevauchent : six d’entre eux restent cependant localisés sur une seule rive.

41Plus fortement marquée qu’à Chic’oxop, l’endogamie de hameau représente ici près de 60 % des unions, mais il ne semble pas, là non plus, qu’il existe des règles ou des pratiques préférentielles d’intermariages entre groupes familiaux locaux. Hors du hameau, c’est d’abord vers le reste du canton (aldea) que s’établit le choix du conjoint, enfin vers la montagne proche (autre canton).

  • 15 Cette pratique fréquente (deux cas à Chic’oxop, deux cas à Tonolajic) est fondée sur l’exploitatio (...)

42Outre ces groupes familiaux locaux, on note la présence de cinq indigènes immigrés récents dont un venu de Chichicastenango ; les autres sont originaires des hameaux de la montagne qui partagent la même vallée (Chinimsiwan et Sacaj), dont trois sont mariés à des femmes de Tonolajic. Aussi deux chefs de famille (un indigène et un ladino) qui ne vivent que la moitié de l’année au hameau, l’autre moitié à Sacaj15 ; enfin, trois ladinos fixés.

43Ces derniers sont des gens pauvres, dont les conditions de vie ne diffèrent en rien de celles des indigènes. D’ailleurs leurs noms mêmes ne permettent pas a priori (et c’est rarement le cas) de les distinguer en tant que ladinos. Cette étiquette que les autres habitants du hameau s’accordent à leur apposer ne traduit que le propre choix de ceux-là à s’identifier comme tels ; en cela, Tonolajic est un cas d’espèce : nous y avons relevé en effet une certaine fréquence de mariages mixtes (indigènes avec ladinos) qui prennent des formes et connaissent des effets variés. La figure 44 en illustre un exemple.

Peuplement et évolution du terroir

44Cette caractéristique de Tonolajic est à mettre au compte de la position géographique du hameau : prolongeant vers l’amont la vallée de Liliya, celle de Tonolajic a connu probablement depuis longtemps une exploitation de ses terres par les gens de Liliya, tant indigènes que ladinos, dont on sait qu’ils étaient présents dans la vallée depuis 1770 au moins (Cortes y Larraz, P., Descripción geográfico-moral de la Diocesis de Guatemala. Sociedad de Geografia e Historia de Guatemala, 2 vols, 1958). L’ensemble de cette vallée particulièrement fertile, et surtout le lit majeur de la rivière qui peut se prêter à l’irrigation, a attiré nombre de gens, résidents des hameaux de la zone sèche des bassins et des zones de montagne (où les cycles écologiques sont plus lents) pour venir y cultiver. Beaucoup de propriétaires des actuelles parcelles de Liliya par exemple sont encore des habitants du village ou de hameaux plus ou moins éloignés : Pichalum, Xolja, Chiniya, Chusanyab, Sacaj, Chitinibal, Chinimsiwan. Cette forte pénétration d’étrangers a pu se faire grâce à l’achat de parcelles dont une part importante était encore détenue au début du siècle par une seule grande famille de ladinos du village. Là, le mécanisme décrit à Chic’oxop de rachat par les groupes familiaux locaux n’a pas pu se dérouler compte tenu des prix exhorbitants qu’atteignent les terrains du périmètre irrigué (jusqu’à 500 quetzal, ou U.S. dollar, une bande de terre portant quelques rangs de maïs). Cette vallée de Liliya ne porte plus aucune trace des communaux anciens.

Fig. 44. – Séquence inattendue d’intermariages entre indigènes et ladinos à Tonolajic.

45C’est en relation avec ces faits, plus spécifiques de Liliya, que l’on peut comprendre l’évolution des tenures et le peuplement de notre second hameau de référence. Les terres, et plus particulièrement celles susceptibles d’irrigation, sont très tôt exploitées par les gens de Liliya, en réaction à la poussée dont ils sont l’objet de la part de riches ladinos et, plus tard, d’étrangers. Au début du XXe siècle – l’enquête n’a pu remonter plus loin – de nombreuses parcelles de Tonolajic sont déjà accaparées, prises sur les anciennes terres communales (voir fig. 45, a). Ce n’est qu’en 1920-1925 qu’apparaissent les premières maisons. Tonolajic se constitue en hameau : les fondateurs sont cinq hommes de Liliya et un homme de Zacualpa (village situé de l’autre côté de la sierra de Chuacús) qui sont à l’origine des actuels groupes familiaux et en même temps de l’aménagement du terroir principal (sur les bords de la vallée) ; surtout, ils participent activement à étendre le périmètre irrigué qui se privatise rapidement aux dépens des terres communales. L’évolution de ce périmètre est illustrée par les quatre phases (a à d) de la fig. 45.

46Pour des raisons pratiques, les parcelles visibles sur cette figure sont telles qu’elles se présentaient au moment de leur ouverture. A la phase d, qui traduit la situation actuelle, la majorité de ces parcelles est co-exploitée par plusieurs propriétaires, certains d’entre eux ne possédant qu’un seul rang de maïs ou à peine un mètre-carré de tul, roseau utilisé pour la fabrication des nattes, paniers et éventails, principaux produits de l’artisanat local. Pour chaque parcelle, ou groupe de parcelles correspondant à une boucle de la rivière, l’organisation et l’aménagement des prises d’eau sont l’œuvre chaque année renouvelée des intéressés : les canaux – des troncs de bambous évidés – sont mis en place collectivement dès octobre, à la fin de la saison des pluies ; ils seront retirés en mai, alors que le maïs d’irrigation arrive à maturité. La petitesse des parcelles et la fréquence des crues en saison des pluies (qui limitent parfois à un seul cycle agricole la capacité de ces terres) font de cette culture irriguée une production d’appoint.

Données comparatives et synthèse

47Il serait trop long de faire l’examen détaillé des autres hameaux que nous avons visités et étudiés (sept en tout) et nous resterons sur ces deux cas représentatifs d’une zone de bassin et d’une zone de vallée irriguée. Tout au plus nous bornerons-nous à faire le point de la situation générale observée, en incluant ces deux exemples dans l’ensemble de ceux qui ont fait l’objet de l’étude.

Fig. 45. – Le périmètre irrigué de Tonolajic.

48Une caractéristique domine l’examen comparatif : les organisations locales présentent une grande diversité dans l’agencement des variables qu’il nous importait d’isoler (voir le tableau 10 dressé à titre indicatif) :

  • zone géomorphologique dans laquelle s’inscrit le hameau (essentiellement vallée ou bassin),
  • évidence de groupes familiaux locaux généalogiquement profonds ou collatéralement étendus,
  • caractère territorial plus ou moins marqué de ces groupes,
  • stratégies matrimoniales,
  • ancienneté du peuplement,
  • ancienneté de l’exploitation des terres,
  • modalités d’accaparement des anciennes terres communales.

TABLEAU 10

TABLEAU 10

A. Mise en évidence de groupes familiaux.
B. Caractère territorial de ces groupes.
C. Taux d’endogamie.
D. Ancienneté du peuplement (R : récent ; A : ancien).
E. Ancienneté de l’accaparement des terres (ibid).

49A l’analyse, plusieurs faits méritent d’être commentés.

  1. La corrélation exacte (sauf pour Tonolajic, pour les raisons déjà évoquées) entre l’ancienneté de l’accaparement des terres et l’origine du peuplement. Hormis Chic’oxop et Chustum16, on a affaire à des établissements anciens, datant probablement de la période coloniale (ce qui est sûr pour Liliya !), mais que la méthode d’enquête et la recherche ethnologique ne peuvent situer avec précision ; au-delà de la référence la plus ancienne (1845) on ne sait rien de ces hameaux. On peut supposer qu’à cette date encore, leurs habitants exploitent les terres communales en tant qu’usufruitiers, mais que déjà se profile une privatisation sur la base de l’ancienneté des exploitations. La fin du XIXe siècle est marquée par de nombreuses délimitations de terres privées et de conflits les opposant aux communaux.
  2. L’étonnante fluctuation observée d’un hameau à l’autre du taux d’alliances endogamiques qui ne peut s’expliquer autrement qu’en relation avec la situation géographique précise de chacun (situation d’isolement relatif) ou en fonction d’autres facteurs (psychologiques, politiques, économiques, voire religieux) qui restent à déterminer. D’une façon générale, les stratégies d’alliances n’ont pu être dégagées avec précision car, nous l’avons évoqué à propos de la parenté à Chic’oxop, nous sommes là face à des structures complexes.
  3. A ce sujet, et pour clore ce commentaire, rappelons que c’est essentiellement à partir de la persistance de la coutume patronymique du c’axel que l’on a pu mettre en évidence les différentes lignées puis retracer et dresser les généalogies complètes pour les hameaux de référence, palliant ainsi l’indifférenciation du système de transmission du nom officiel. Il n’est pas question ici de « lignages », ni a fortiori de « patrilignages », termes que la réalité des faits et l’énoncé des règles interdisent d’envisager sous peine de verser dans l’arbitraire. Les gens de Chic’oxop et d’ailleurs vivent et expriment leur parenté sous forme de parentèles et, le cas échéant, de lignées par référence implicite au c’axel dont leur nom est porteur, mais leur langue ne possède aucun des termes pouvant désigner les parents du lignage17 ou éventuellement du segment localisé du lignage. De même, les groupes que l’étude a mis en évidence ne partagent aucune des caractéristiques « corporatives » attachées à la notion de « lignage ».
  • 18 Voir sur ce sujet l’article de François Lartigue, Circulation des charges et organisation sociale (...)

50L’idéologie patrilinéaire n’est pourtant pas absente des récits des anciens qui, lorsqu’ils évoquent les modalités de l’héritage des terres, le choix du conjoint, ou encore l’appartenance à l’un des trois groupes rituels – mlaj18 – qui gèrent toujours la circulation des charges de confrérie, aiment insister sur l’importance de l’aînesse, l’autorité du père et l’obligation que tout homme de la communauté devait à l’organisation des charges en tant que membre d’un groupe agnatique donné.

51Sans remonter à l’organisation lignagère des Quiché préhispaniques, ces souvenirs plaident en faveur de la décomposition d’un système, certes modifié et adapté aux exigences de la colonie, due à une acculturation qui pour être récente n’en est pas moins profonde et décisive : les articles de ce recueil en analysent plus d’une cause.

52S’ils n’apparaissent pas (comme on peut supposer que ce fut jadis le cas) comme des groupes fortement différenciés sur le terrain, ils constituent cependant dans plusieurs hameaux l’armature de l’organisation locale. Ainsi en est-il à Chic’oxop, Chustum et Tonolajic, où cette organisation est à mettre en rapport avec l’installation relativement récente d’un habitat liée à la nouveauté du peuplement. Dans les autres hameaux, de peuplement ancien, ces groupes se sont atomisés et dispersés, à l’image des terres : sûrement faut-il voir là un schéma d’évolution !

TABLEAU 11

TABLEAU 11

A. Nombre de parcelles recensées.
B. Parcelles ayant fait l’objet d’une transmission par les femmes.
C. Parcelles ayant fait l’objet de plus d’une transmission par les femmes.
D. Terres n’ayant depuis 30 ans fait l’objet d’aucune transaction financière (communaux libres accaparés récemment).
E. Terres n’ayant depuis 30 ans fait l’objet d’aucune transaction financière (anciennes possessions).

53En guise de conclusion, le tableau 11 présente quelques chiffres qui ressortent de l’enquête cadastrale. Les colonnes B et C illustrent ce qui fut dit de l’institution de l’héritage à parts égales et surtout du fait qu’elle ne transformait pas qualitativement le régime des tenures foncières ; quant aux colonnes D et E, elles nous apprennent que plus de la moitié des terres ont fait l’objet d’une transaction marchande dans les dernières années : seules 44 % des parcelles inventoriées sont restées aux mains des mêmes familles propriétaires. Incluant ce pourcentage, mais non porté sur ce tableau, près de 70 % des parcelles restent (par héritage ou par vente-achat) aux mains du groupe local – le hameau – ou, le cas échéant, du canton : peut-être faut-il voir là une tentative de résistance sur la base d’une nouvelle organisation de l’espace centrée sur le groupe local et dont rend compte pour d’autres aspects de la vie sociale le nombre croissant des comités ?

54Septembre 1978

Notes

1 Les deux missions sur le terrain (1976 et 1977) consacrées à cette étude furent financées par des contrats de recherche du C.N.R.S.

2 Le Bot, Yvon ; Les paysans, la terre, le pouvoir. Étude d’une société agraire à dominante indienne dans les hautes terres du Guatemala, Thèse de doctorat de 3e cycle (E.H.E.S.S.), Paris, 1977 (mécanographié).

3 Douzant-Rosenfeld, Denise ; Finages, propriété : quelques aldeas de San Andrés Sajcabajá. Cahiers des Amériques Latines, t. II, 1974 : 53-71. Paris.

4 Que ces deux organismes soient remerciés de leur collaboration.

5 Voir à ce sujet Cresswell, Robert et Maurice Godelier (éditeurs). Outils d’enquête et d’analyse anthropologiques, Paris, Maspéro (Bibliothèque d’Anthropologie), 1976. Et plus spécifiquement Vogt, Evon Z. (ed.). Aerial Photography in Anthropological Field Research. Harvard University Press, Cambridge, Mass, 1974.

6 Voir Denise Douzant-Rosenfeld, supra.

7 c’axel désigne deux objets distincts mais en tous points identiques.

8 Notons au passage que les terres héritées par des femmes repassent le plus souvent aux hommes de la génération descendante (voir tableau 2 plus loin).

9 Voir sur ce sujet complexe et pour la dite-période l’excellent travail de Le Bot, 1977, op. cité. S’y reporter aussi pour l’étude de l’évolution des tenures foncières en général.

10 D’après Paredes Moreira, J. L. Reforma Agraria : una experiencia en Guatemala. Guatemala, Universidad San Carlos, 1963 : p. 102.

11 Parmi ceux-ci, il est significatif de constater que les frais occasionnés par une mort (achat d’une concession, dépenses rituelles, etc.) sont toujours donnés en exemple.

12 Il est difficile de préciser davantage la durée d’une génération ; il est probable qu’elle se situe plus près de 20 ans que de 25...

13 Il semble que les Xal n’aient fait qu’une courte apparition sur le terroir de Chic’oxop. Ils n’ont jamais été résidents du hameau. Leurs terres furent rapidement rachetées.

14 Cet homme est récemment retourné vivre au village à la suite de l’assèchement de son puits.

15 Cette pratique fréquente (deux cas à Chic’oxop, deux cas à Tonolajic) est fondée sur l’exploitation complémentaire de deux terroirs aux caractéristiques écologiques différentes : en particulier, Sacaj est situé entre 1 500 et 1 600 m d’altitude, Tonolajic est à moins de 1 200 m.

16 Le peuplement de Chustum remonte aux années 1900-1920 (contemporain de celui de Tonolajic) alors que s’installe sur les communaux un homme venu de Chichicastenango et dont les descendants forment aujourd’hui le groupe numériquement dominant. Depuis une vingtaine d’années, le hameau a reçu plusieurs familles de Chijuanch’oc et Ixcapulew (du même canton), et de Chilil.

17 Quoiqu’employant des termes indigènes locaux équivalents, la terminologie de la parenté suit exactement le système de nomenclature européen, indifférencié. La seule exception réside dans l’emploi réciproque du terme mam pour désigner le grand-père paternel et ses petits-fils, attestant un système à générations alternées que l’on peut rapprocher de la tradition du c’axel.

18 Voir sur ce sujet l’article de François Lartigue, Circulation des charges et organisation sociale à San Andrés Sajcabajá, Quiché. Journal de la Société des Américanistes, tome LXII, 1975 (1973), 131-144. Paris. Probablement apparenté au molam des Pokomchi (Miles, S. The Sixteenth Century Pokom Maya. A documentary analysis of social structure and archaeological setting. Transactions of the American Philosophical Society, New Series, vol. 47, part 4, 1957, 734-781. Philadelphy), le terme quiché de mlaj (ou molaj), qui signifie « tas, groupe, assemblée », est donné par certains informateurs âgés de San Andrés Sajcabajá comme synonyme de calpul. On notera l’analogie entre le nom d’un de ces groupes – c’oyib (« les singes atèles ») – et celui d’une des quatre parcialidades – coy (« le singe atèle ») – constitutives du village colonial de San Andrés au début du XVIIe siècle (voir Piel, Jean, supra).

Table des illustrations

Légende Fig. 40. – Paysage et habitat à Chic’oxop.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 41. – Un exemple de transmission du nom c’axel.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 42. – Plan cadastral de Chic’oxop.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5706/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 43. – Évolution du terroir de Chic’oxop.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5706/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 44. – Séquence inattendue d’intermariages entre indigènes et ladinos à Tonolajic.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5706/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 45. – Le périmètre irrigué de Tonolajic.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5706/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre TABLEAU 10
Légende A. Mise en évidence de groupes familiaux.B. Caractère territorial de ces groupes.C. Taux d’endogamie.D. Ancienneté du peuplement (R : récent ; A : ancien).E. Ancienneté de l’accaparement des terres (ibid).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5706/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre TABLEAU 11
Légende A. Nombre de parcelles recensées.B. Parcelles ayant fait l’objet d’une transmission par les femmes.C. Parcelles ayant fait l’objet de plus d’une transmission par les femmes.D. Terres n’ayant depuis 30 ans fait l’objet d’aucune transaction financière (communaux libres accaparés récemment).E. Terres n’ayant depuis 30 ans fait l’objet d’aucune transaction financière (anciennes possessions).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5706/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540