Version classiqueVersion mobile

San Andrés Sajcabajá

 | 
Henri Lehmann

Chapitre III. Hommes de maïs ou hommes du café ?

Denise Douzant-Rosenfeld

Texte intégral

  • 1 Cette contribution présentant le cadre physique et humain de la région de San Andrés Sajabajá s’ap (...)

1Les municipios de San Andrés, Canillà et San Bartolo1 couvrent environ 450 km2 et totalisaient lors du dernier recensement en 1973 19 720 habitants, soit une densité moyenne de 44 hab./km2. Cette densité, légèrement supérieure à celle du département du Quiché (36,2 hab./km2) qui comprend au Nord la vaste Zona Reina, forestière et presque vide d’hommes, reste relativement faible comparée aux autres municipios des montagnes guatémaltèques. Les régions indiennes rurales des bassins volcaniques de Totonicapan et Quezaltenango, ou des bords du Lac Atitlan ont des densités 3 à 4 fois supérieures.

2A l’intérieur même du département du Quiché le pays de San Andrés apparaît comme une zone moyennement peuplée, comparée aux municipios du flanc sud de la sierra de Chuacùs (Santa Cruz del Quiché 274 hab./km2, Chichicastenango 114, Joyabaj 107), ou même aux municipios situés immédiatement au pied des Cuchumatanes (Sacapulas 77 hab./km2, Cunen 61).

3La différence de densité enregistrée dans cette partie des montagnes guatémaltèques pose question. Cette relative faiblesse de l’occupation humaine peut-elle en partie s’expliquer par les données du milieu naturel et leur interprétation par les sociétés passées et actuelles ?

L’analyse des paysages

4Les trois municipios sont limités, au Nord et au Sud, par deux traits orographiques majeurs, disposés d’ouest en est : au Sud, la crête de la sierra de Chuacùs, qui se tient entre 2 200 et 2 600 m ; au Nord la vallée encaissée du rio Negro dont le fond se trouve entre 1 000 et 900 m et qui est dominée par l’escalier de failles complexes marquant la retombée méridionale du massif calcaire des Cuchumatanes. Le pays de San Andrés s’inscrit entre ces deux axes, distants l’un et l’autre de 25 km environ ; deux obstacles de valeur différente :

5La ligne faîtière des Chuacùs, aux lourds interfluves, est aisément franchissable par des chemins muletiers ou piétonniers. Les bassins intérieurs qui se raccordent en aval au rio Negro se heurtent à une sorte de cul de sac : la rivière, franchissable seulement par des ponts, qui sont parfois emportés par les crues d’hivernage, constitue une barrière ; d’autant que les contreforts des Cuchumatanes qui bordent l’autre rive, peuplés de quelques noyaux épars de paysans éleveurs, représentent un no man’s land de plusieurs kilomètres avant de rejoindre les riches et chauds vallons d’Uspantan où s’épanouit la canne à sucre. Ce dernier bourg à forte minorité ladina ouvre l’accès à la mystérieuse Zona Reina. Seuls deux ou trois chemins muletiers franchissent la rivière, témoins des anciennes routes à longue distance coloniales et précolombiennes ; le camino real conserve son antique trafic de marchandises, même s’il a perdu de nos jours son importance nationale.

6En revanche, la couverture d’altérites qui revêt les pentes de la sierra de Chuacùs rend difficile l’entretien de pistes carrossables en hivernage et coûteux la construction de routes utilisables toute l’année. D’où actuellement un isolement plus grand que par le passé. Les routes qui desservent les autres municipios du département suivent soit le contact entre la retombée méridionale des Chuacùs et le plateau disséqué où naît le rio Motagua (Santa Cruz del Quiché - Chiché - Chinique - Zacualpa - Joyabaj), soit les gouttières discontinues qui marquent le grand décrochement du flanc méridional des Cuchumatanes (Sacapulas, Cunen, Uspantan). Un dense réseau d’autobus, taxis et camions sillonne ces routes de terres carrossables toute l’année. Celui-ci se rattache à la route panaméricaine par le carrefour routier de Santa Cruz del Quiché et la bretelle goudronnée qui, passant par Chichicastenango, relie le chef-lieu du département à la grande voie traversant les Altos en direction de la capitale, puis de l’Amérique centrale. Pour atteindre San Andrés et Canillà il faut franchir la montagne. A la sortie de Santa Cruz, un panneau bien en évidence de la direction des ponts et chaussées porte la mention « route en reconstruction ». Là commence la piste qui, après avoir grimpé sans difficulté le flanc sud de la sierra jusqu’au sommet, serpente de l’autre côté, traversant les argiles rouges de décomposition de l’aldea de Santa Rosa puis les gneiss et altérites du massif jusqu’au pied de basses pentes vers 1 350 m où s’est installé San Andrés ; soit 37 km de piste difficile et dangereuse qui se prolonge à travers les bassins et barrancos jusqu’au plano de Canillà. Cette brèche a été ouverte depuis une douzaine d’années environ, grâce à l’action conjuguée de différentes municipalités et d’un comité « pro route » composé des plus riches ladinos ; elle n’a pas été entièrement empierrée et consolidée. Pendant la saison des pluies seuls les camions peuvent affronter les aléas du voyage et maintiennent difficilement une liaison quotidienne avec le chef-lieu départemental. En 1975, quelques ladinos de San Andrés et un seul de Canillà possèdent chacun un camion qui sert à la fois au transport des marchandises, des bêtes et des gens. Le coût du trajet reste prohibitif (1 quetzal ou plus pour l’aller simple, davantage que pour se rendre ensuite en autobus de Santa Cruz à la capitale pour un trajet quatre fois moins long, ou encore trois fois le prix d’une journée d’un salarié agricole). En saison sèche, la route devient praticable tous les jours et les autobus du réseau départemental pénètrent jusqu’au cœur des bassins intérieurs.

7Quant à San Bartolo, il n’est relié à Santa Cruz del Quiché, via San Pedro Jocopilas, que depuis 1973 par une piste dont la construction dura 20 ans et qui n’est praticable qu’en saison sèche. Son trajet franchit la sierra de Chuacùs par le versant ouest, là où celle-ci amorce une avancée vers le Nord.

8Si les obstacles physiques à la construction de routes dans cette région sont réels, l’isolement actuel par rapport aux grandes voies de circulation modernes obéit davantage à des raisons socio-économiques. Il n’en était pas de même il y a quelques décennies lorsque l’essentiel des communications en pays Quiché s’effectuait à pied ou à mule. Et l’on sait que San Andrés était à l’époque coloniale une étape sur le camino real reliant les Chiapas à Antigua. Si aujourd’hui San Andrés, Canillà ou San Bartolo sont mal reliés au reste du département, ce n’est pas tant à cause de la montagne, mais bien davantage parce qu’il s’agit d’une région pauvre, à faible densité.

9Les paysages s’articulent en trois grands ensembles :

  • La sierra de Chuacùs est un massif ancien [2/3 de la surface cartographié2] formé de micaschistes, de schistes, de gneiss vigoureusement plissés injectés de puissants filons de quartz blancs, traversés de stocks de granites leucocrates. Il est soulevé par faille et flexure au-dessus du plateau couvert de tufs et de cinérites où naît le rio Motagua. Son flanc sud, en pente douce vers Santa Cruz del Quiché, est d’ailleurs beurré par un matériel de projections volcaniques, altéré et rubéfié, formant de longues lanières convexes entaillées par des ravins. Plus à l’est, à Zacualpa, le versant méridional des Chuacùs est plus vigoureux : en 4 ou 5 km, on passe de 2 400 à 1 400 m, par une succession d’éperons convexes séparés par des ravins. L’ancienne surface d’érosion sommitale se signale par des crêtes arrondies, se tenant entre 2 200 et 2 500 m couvertes d’un épais manteau d’altérites rouges orangées. La roche en place, notamment les micaschistes, est profondément altérée. L’un des traits du massif est l’existence de cuvettes perchées, de 3 à 5 km de large, dont le plancher défoncé se tient entre 1 800 et 2 200 m. L’une des plus remarquables est l’assise de l’aldea de Santa Rosa (à l’est de Santa Cruz del Quiché). Ces alvéoles, comme les hauts bassins torrentiels suspendus, sont entaillés et disséqués. Ils marquent une phase d'altération avant le soulèvement en voussoir de la montagne, soulèvement qui se traduit par l’enfoncement du réseau hydrographique, et notamment celui du rio Negro, au niveau de base plus déprimé que celui du rio Motagua. Entre l’élaboration des alvéoles et la formation des bassins, un épisode morphogénétique se marque par le creusement de « couloirs glacis » dans lesquels s’encaissent d’une centaine de mètres les vallées récentes.
  • L’une des caractéristiques de la région est constituée par l’importance des bassins (14 %), modelés dans le socle et remblayés par des tufs et cinérites. Ces bassins, entre 1 500 et 1 000 m, qui confluent vers le rio Negro, sont probablement d’anciennes gouttières tectoniques retouchées par l’érosion différentielle. Leur soubassement est formé d’une alternance de dos rocheux et de cuvettes ; il a été partiellement ennoyé par du matériel de projection issu des volcans explosifs de l’ouest Il s’agit de cendres claires, acides, de pierres ponces, de tufs dacitiques consolidés, d’un matériel de lahars et de cinérites auquel se mêlent des argiles venues des versants altérés du massif ancien. Ces grandes explosions se sont probablement accompagnées de pluies violentes, d’où un ruissellement vigoureux sur des versants où toute végétation devait avoir disparu. Le matériel aspergé ruisselait et s’accumulait dans les bassins servant de réceptacles. Il remblaie localement les cuvettes sur 120 m. Des glacis tronquent les bordures des bassins, recouvertes d’une pellicule argilo-sableuse venue du bas des versants. Ils se présentent comme des cuvettes allongées de dix à douze kilomètres de long, sur deux à cinq de large, coalescentes au N. E., s’ouvrant et se raccordant au rio Negro au-dessus duquel leurs surfaces sommitales sont suspendues de 150 m. Ils s’inclinent de 1 300 m à San Andrés (1 500 m à San Bartolomé) jusqu’à 1 150 m à Chiboy. A moyenne échelle ils offrent un paysage ouvert dégagé, alors qu’à grande échelle ils sont découpés par des vallées et barrancos. Ils se situent à la partie inférieure de l’étage tempéré. Ils ont une température moyenne voisine de 20-22 °C et bénéficient d’une forte insolation par leur position de fond de cuvette, position également favorable au déclenchement d’orages de convection pendant l’hivernage, générateurs de puissants ruissellements. On constate un accroissement de la sécheresse et de la chaleur à mesure que l’on s’abaisse vers le rio Negro, « sous le vent des Cuchumatanes ». La chaleur et les pluies favorisent le durcissement des argiles ou les encroûtements. Les averses violentes et concentrées sont efficaces sur un sol nu, même faiblement incliné, d’où un décapage aérolaire entraînant la mise à découvert des formations indurées, d’où également un ruissellement concentré générateur de ravins. Le ruissellement est accru par l’ancienneté des défrichements : c’est sur les pianos que l’on trouve la plupart des grands sites archéologiques mayas. La culture du maïs, malgré les soins dont elle est entourée – buttages – culture mixte avec haricots ou cucurbitacées – protège médiocrement le sol. C’est là aussi que se situent les têtes des trois municipios. Des hameaux, en ordre lâche, sont séparés par un ou plusieurs kilomètres. Bien que la population reste en majorité indienne, c’est dans les bassins que se fait l’infiltration ladina.
  • Les grandes vallées drainées (17 %) sont installées dans le socle comme dans les remblaiements volcaniques. Adaptées à moyenne échelle à la structure elles ont de nombreuses inadaptations locales. Les principaux cours d’eau (rio Chilil, rio Agua Caliente, rio Las Casas, rio Cajuj...) prenant naissance dans le massif ancien s’encaissent dans les bassins avant de se raccorder au rio Negro. Les crues sont rapides et violentes en hivernage.

10Autour de ces trois géosystèmes s’articulent différents géofaciès ; c’est leur analyse qui peut fournir d’importantes données sur l’utilisation de l’espace et ses limites.

Géosystème du massif ancien

11En fonction de la végétation, de l’altitude et des formes de relief, on a déterminé cinq géofaciès (cf. fig. 29).

– Les crêtes et hauts versants boisés à chênaie dominante, 1 800 à 2 500 m (18 %)

12Les versants y sont souvent raides (plus de 30°), parfois coupés de ressauts rocheux, mais ils peuvent passer à des pentes douces concaves dans les cuvettes d’altitude. Les crêtes sont convexes ou hérissées de blocs (cerro Chuiscarbal). Les pentes sont généralement revêtues d’un puissant manteau d’altérites (argiles de plusieurs mètres d’épaisseur) passant à une roche en place se désagrégeant (granite) ou se délitant (gneiss et micashistes).

13La chênaie comporte une grande variété d’espèces à feuilles persistantes (Quercus peduncularis, Quercus polymorpha, Quercus conspersa) ; s’y mêlent des pins (Pinus ayacahuits et strobus), parfois des génevriers. Des épiphytes, broméliacées surtout et quelques orchidées, s’accrochent aux troncs. Un étage intermédiaire montre des fourrés de daphnées, des lauriers, des bambous et plusieurs types de fougères et de ronces à mûres, tandis que les mousses et les lichens revêtent les troncs et les blocs rocheux. Des sols noirs, humiques, acides, de 10 à 20 cm d’épaisseur passent à un horizon B argileux épais reposant sur la roche en place altérée. L’horizon A actuel repose sur un horizon B largement hérité.

14Malgré le développement des pentes fortes et l’importance des précipitations en hivernage, l’érosion sous forêt apparaît limitée : ruissellement sur la litière se concentrant en rigoles de quelques mètres ; quelques phénomènes de solifluction et de suffosion, dans de petites cuvettes d’échelle décamétrique. Malgré la fraîcheur des températures, les phénomènes d’altération entamés sous un climat plus chaud doivent se poursuivre. En hivernage, de mai à octobre, les versants et les crêtes au-dessus de 1 800-2 000 m accrochent les nuages et baignent dans une humidité fraîche à peu près constante.

– Les crêtes et hauts versants largement déboisés (15 %)

15La chênaie ne subsiste plus qu’à l’état de lanières ou de landes. Ce faciès où prédominent les milpas de défrichement peut se localiser de façon préférentielle – mais non exclusive – dans les cuvettes suspendues. A noter cependant une différence entre les défrichements anciens, sur sols épais retenant l’humidité, et les défrichements récents et actuels. Ceux-ci se localisent sur les hauts versants, caillouteux et pentus. Cependant certaines crêtes sont anciennement occupées. C’est sur les sommets que sont localisés la plupart des lieux de culte encore fonctionnels, comme le cerro Chuiscarbal abritant un lieu de culte à influence régionale.

16La chênaie ne subsiste plus qu’à l’état de bandes discontinues, parfois sur le haut des croupes ou au flanc des ravins. Le paysage se présente comme une marquetterie irrégulière de milpas (champs de maïs compris entre 20 et 60 ares, éventuellement enclos et piquetés de jeunes aulnes), de landes à fougères passant à la forêt secondaire et la lande. Les sols noirâtres sont parfois parsemés de blocs glissés. Les sourcins sont abondants en hivernage. L’édification de billons dans la culture du maïs, jointe à la tenacité des sols limitent les effets de l’érosion, mais la dynamique morphogénétique n’est pas la même sur les différents carreaux de la marquetterie : les landes et forêts secondaires protègent les sols aussi bien que la chênaie originelle, mais le substratum des milpas est particulièrement sensible au début de la saison des pluies lorsque le maïs ne couvre que très imparfaitement le sol. Le bilan de l’érosion doit tenir compte, sur une surface donnée, de la séquence milpa – lande – forêt secondaire. La disparition de la grande forêt retentit sur le bilan hydrique : diminution de l’humidité atmosphérique locale, moindre rétention de l’eau dans le sol et évapotranspiration diminuée au profit du ruissellement.

17Ce géofaciès s’étend aux dépens du précédent, peut-être moins vite que dans les Cuchumatanes au Nord d’Uspantan où la forêt disparaît avec une grande rapidité. On note le gaspillage du bois : les arbres abattus à un mètre du sol, sont brûlés ou pourrissent sur place. Malgré la fraîcheur, les maïs sont de belle venue, mais leur maturation est plus lente. L’habitat se disperse en hameaux, en ordre très lâche. Sur le territoire des municipios de San Andrés et Canillà, il s’agit d’une occupation en grande majorité indienne ; la densité atteint sur certains versants 80 à 90 hab./km2 ; l’extension de ce géofaciès est pour une part la conséquence de la croissance démographique récente.

– Les versants convexes et les vallons pentus à pinède claire, entre 1 400 et 1 800 m (19 %)

18Il s’agit de croupes convexes formant des éperons adoucis en contrebas des interfluves dominants, séparés les uns des autres par des vallons pentus ; les pentes (12 à 20°) sont développées sur des roches altérées. Cependant pour l’essentiel la couverture argileuse a été déblayée laissant des régolithes avec une mince couche humique très acide, à feutrage d’aiguilles de pin, ou en saison des pluies une maigre pâture à graminées. Le boisement dominant est la pinède claire (pins à 5 pseudophiles, Pinus ocarpa dans les secteurs secs, en position d’abri, Pinus pseudostrobus et Tenuifolis sur les pentes plus humides) de 30 à 70 arbres à l’hectare. Dans les secteurs plus humides – ou ceux où les sols sont mieux conservés – les chênes peuvent l’emporter. La forêt régénère bien, tant en pins qu’en chênes. Cependant les feux de sous-bois, bien qu’officiellement interdits, sont fréquents à la fin de la saison sèche ; ils sont censés accélérer la pousse de l’herbe.

19Le climat est nettement moins humide et plus chaud que dans les géofaciès précédents : cet étage se trouve en dessous des brumes des sommets. On constate la rareté des épiphytes et une beaucoup moins grande richesse en mousses et lichens. Il se trouve à la partie supérieure de l’étage tempéré. Ce boisement de pins est très probablement d’origine anthropique. Il paraît être la résultante d’une action anthropique se jouant en deux temps – à l’échelle séculaire. Peut-être des défrichements à l’époque maya, puis tout, à l’époque coloniale, avec l’élevage bovin, développement de la pinède au sous-bois périodiquement incendiée pour permettre la pousse de l’herbe en hivernage.

20L’érosion ravinante est localement très forte. Les pluies d’orage ruissellent sur les aiguilles de pins et se concentrent dans des ravins qui incisent la roche en place altérée. La couverture végétale – mince – assure médiocrement la protection du sol ; cependant les racines, très profondes, des pins, limitent les mouvements de masse et le sol acide humique est tenace.

21Ce géofaciès très faiblement peuplé, quelques milpas « mitant » les croupes, est utilisé de façon extensive : il fournit le bois d’œuvre et de chauffage consommé par les habitants des bassins et en particulier par ceux des têtes de municipios. Il sert de pâture extensive pendant l’hivernage aux bovins. Ce géofaciès s’inscrit donc dans l’économie villageoise. Il forme une bande assez continue sur les versants du massif ancien, à trois ou quatre kilomètres des municipios. Dans le municipio de San Andrés, il s’agit souvent de terres communales, longtemps utilisées par la population ladina des bourgs, qui possédait des troupeaux ; actuellement il est encore largement utilisé par tous les éleveurs (ladinos ou indiens).

– Les versants convexes à pinède largement défrichée (2,7 %)

22[Milpas et pâtures occupent la majeure partie de la surface]. Ce géofaciès n’occupe qu’une surface très limitée, en particulier au Nord du municipio de Canillà (Chimul). C’est un terroir aux rendements médiocres. Les sols minces sont soumis à une forte érosion.

– Les versants convexes raclés et nus entre 1 300 et 1 600 m (14,3 %)

23Ils ont de quelques dizaines à deux ou trois cents mètres de commandement. Ils forment soit des reliefs isolés comme le Sajmajil, soit des parties basses des grands versants, entre le géofaciès « versants convexes à pinèdes » et les géosystèmes des bassins ou des grandes vallées.

24Ce sont des pentes convexo-planes formant de lourds éperons séparés par des bassins torrentiels évasés où naissent des sourcins en hivernage. Des ravinements, profonds de 1 à 1,5 m zébrent les pentes. Leur caractéristique est l’importance des affleurements rocheux : micaschistes et gneiss altérés, armés de bancs de quartz blanc. Ces affleurements se présentent en bancs feuilletés ou en chicots d’échelle décimétrique ou métrique. Ils occupent localement plus de la moitié de la surface. Il n’y a pratiquement pas de sols, sinon une pellicule discontinue de sables et gravillons emballés dans un peu d’argile.

25Le topoclimat se marque par des contrastes thermiques plus marqués que sur les versants boisés à la même altitude ; en saison des pluies, le ruissellement se fait par des filets de rigoles transportant arènes et gravillons. L’eau s’infiltre également entre les feuillets rocheux. Elle réapparaît en sourcins temporaires après les grosses averses. En hivernage un maigre pâturage verdoie. Sur quelques croupes, des enclos cernés de murettes de pierre sont occupés par des milpas.

26Ces bas versants, qui servent de médiocres pâturages saisonniers aux troupeaux des bassins, posent une question. A quelle époque ont-ils perdu leur couverture de sols ? Cette phase rhexistasique intense est probablement liée à l’agriculture maya. On remarque qu’ils sont situés à proximité des sites archéologiques. Quelques minces épandages, venus de ces versants, couvrent les glacis qui s’étendent à leur pied. Ce n’est qu’ensuite qu’ils ont été utilisés comme pâtures saisonnières. Il est fort douteux que le décapage des sols date de l’époque coloniale. Par ailleurs ici l’élevage extensif détériore moins le capital pédologique que les milpas.

Géosystème des bassins

– Les « planos » (3,4 %)

27Lambeaux de surface plane, faiblement inclinés, disséqués par les barrancos ; génétiquement ils correspondent soit à des glacis de pied de versants soit au sommet du remblaiement. Une terre argileuse, jaune, mais modifiée par les façons culturales, repose sur des argiles compactées formant un niveau dur et imperméable de 50 cm à 1 m d’épaisseur. En saison sèche, le sol, durci, est fendillé ; en hivernage, les sols sont souvent saturés ; ce sont des sols « battants ». Le ruissellement aréolaire met souvent à nu le niveau induré, stérile. Les secteurs les plus mal drainés ou ceux où affleure le durcissement argileux sont généralement occupés par des pâtures médiocres piquetées de jacarandas ou de quelques pins tandis qu’ailleurs s'étendent les champs de maïs, en parcelles d’assez grandes dimensions – jusqu’à 2 et même 3 ha – à Chiboy ; éventuellement séparés par des bandes herbues (à Canillà et Chiboy). Lorsque le piano est d’une dimension suffisante, il est possible d’envisager son irrigation (cf. périmètre d’irrigation en cours à Canillà de 450 ha), ce qui peut permettre d’effectuer deux à trois récoltes par an au lieu d’une, et de ne plus pratiquer la quasi monoculture du maïs, sur des sols qui restent médiocres malgré l’apport d’engrais chimiques.

– Les croupes surbaissées et les larges cuvettes

28[Les dénivellations sont, dans ce géofaciès, de l’ordre de 10 à 30 m occupant 6 % de la surface cartographiée]. Ce relief est parfois la conséquence de la tectonique récente ; parfois aussi sous un placage de cinérites, d’argiles et de cailloutis affleure le socle comme à Mixcolajá. Sur les croupes, la croûte affleure généralement après décapage de la terre arable tandis que dans les cuvettes, les sols plus profonds sont malaisément drainables surtout après les grands orages. Ce géofaciès peut se décomposer en plusieurs variantes. A San Bartolomé Jacotenango, des prés-bois de pins alternent avec des milpas ; à Mixcolajá, les grandes pâtures à jacarandas l’emportent sur les champs de maïs tandis qu’à Chiboy ou Chinanton les milpas occupent la plus grande place. A la différence des pianos, l’irrigation n’est pas possible à cause de la topographie doucement ondulée.

– Les barrancos (4,6 %)

29Plusieurs types pourraient chacun constituer un géofaciès. Ils ont été regroupés pour les commodités de la cartographie au 1/50 000e.

30 Les barrancos vifs : Ils présentent généralement une reculée, en forme de fer à cheval, aux bords verticaux. Profonds de 15 à 25 m, ils ont plusieurs centaines de mètres de longueur. La tête et les bords reculent par éboulement de pans de parois, par appel au vide. Les blocs assez compacts se désagrègent en s’éboulant, les éléments fins étant déblayés par le ruissellement dans le fond du barranco. Les entailles se font généralement par le haut, en liaison avec les rigoles canalisant les eaux pluviales des pianos. Ces ravins sont liés à l’appel d’un niveau de base déprimé (représenté ici par le rio Negro), à une très forte concentration dans le temps des eaux pluviales (lors des aguaceros qui accompagnent des orages il peut tomber 50 mm en deux heures) ; à la nature du matériel : les cinérites et les tufs sont à la fois relativement compacts, mais aptes à se fissurer, notamment sur les bords des barrancos, et à se désagréger dans la chute.

31 Les barrancos partiellement et momentanément stabilisés : Ce sont des vallons en auges, plus ou moins larges, aux bords redressés. Ils peuvent atteindre 2 km de longueur, être profonds de 40 à 50 m et larges de 50 à 200 m. Leurs flancs sont colonisés par des broussailles ou par des prés-bois de pins (les racines des arbres contribuent à amarrer le matériel) ; éventuellement de petits champs de maïs sont installés sur les flancs ou dans les fonds des barrancos. La confluence de plusieurs barrancos stabilisés aboutit à la formation de croupes convexes évoluant en collines. Les barrancos partiellement stabilisés sont marqués sur leurs bordures par des glissements par paquets. Ces barrancos « vifs » s’y emboîtent. La « stabilisation » est constamment remise en question.

32Ce géofaciès progresse par relai (barrancos vifs passant à des barrancos stabilisés, puis à des barrancos vifs) ; l’ensemble progressant aux dépens des surfaces sommitales. C’est ainsi que le bourg de San Andrés est ceinturé de ravins dont plusieurs sont fort actifs en hivernage et menacent des maisons récemment construites.

Géosystème des grandes vallées drainées

33Elles sont installées dans le socle comme dans les remblaiements volcaniques. Adaptées à moyenne échelle à la structure, elles ont de nombreuses inadaptations locales, s’encaissent dans les volumes plus résistants du socle à côté de cuvettes occupées par des cinérites. Elles se raccordent au rio Negro. Les rivières ont des crues rapides et violentes en hivernage. Leurs paysages s’articulent en quatre géofaciès.

– En amont les versants convexes et les vallons pentus (5 %)

34[modelés à la fois dans le socle et dans la couverture volcanique (entre 1 300 et 1 500 m]. Il s’agit en général de l’ancien fond de vallée avant la réentaille récente et le remblaiement des cinérites et tufs. Ce géofaciès se raccorde à celui des versants convexes à pinèdes ou aux versants râclés du massif ancien. Le paysage offre la succession d’éléments de près-bois à pinèdes de milpas et de pâtures. L’habitat est assez dense ; les fermes se disposent à mi-pente à quelques mètres ou quelques dizaines de mètres au-dessus du fond de la vallée. Parfois une petite irrigation complémentaire est possible par dérivation d’un torrent. On trouve de petites huertas (arbres fruitiers – cannes à sucre ou caféiers). L’occupation est alors généralement ladina (vallée du rio Cacuj ou de l’Agua Caliente).

– Les versants secs, à glissements et ravinements de la partie aval (11,7 %)

35Quelques pins, des broussailles, des cereus tapissent les pentes (entre 80 et 150 m de commandement] où s’accrochent quelques champs de maïs. C’est parfois le site de hameaux comme à Chilil. Cependant ces versants, difficiles à aménager, à la morphogénèse active, sont faiblement occupés.

– Les gorges

36Creusées soit dans les tufs, soit dans le socle, elles sont particulièrement profondes à l’Est de San Bartolo, par suite de la proximité du niveau de base du rio Negro et l’altitude plus forte de l’ensemble du bassin.

– Les secteurs à fond plat (1,3 %)

37[de un à 4 m, au-dessus du talweg drainé]. C’est la basse terrasse. Les galets roulés sont recouverts par le limon et les sables laissés par les crues qui y déposent parfois des blocs et galets. L’extension de ce géofaciès est réduite : ces basses terrasses forment des lambeaux discontinus de quelques centaines de mètres de longueur sur 50 à 150 m de large. Malgré les risques non négligeables d’inondation, ces fonds plats sont bien mis en valeur ; les huertas irriguées alternent avec de petits champs de mais et de canne. Deux à trois cultures sont possibles la même année. Dans le municipio de San Bartolo, au relief plus accidenté, il n’existe aucun secteur irrigué.

Surface agricole utile et croissance démographique

38L’analyse des contraintes et potentialités du milieu, la cartographie des principaux géofaciès, permettent d’appréhender la notion de surface agricole utile.

39A la différence des altos volcaniques de l’ouest, par suite d’une moindre densité de population indienne, l’élevage bovin et ovin est possible ; il a longtemps été le signe de l’implantation ladina, particulièrement au XIXe siècle. Les activités d’élevage peuvent s’exercer sur les pâtures maigres des versants râclés et des secteurs des bassins délaissés par la culture intensive du maïs, certaines zones du faciès de la pinède claire sur les moyennes pentes du massif ancien (cette pinède claire sans sous-bois est probablement un sous-produit de l’élevage colonial), éventuellement dans quelques barrancos, soit une surface globale d’environ 30 %.

40La culture du maïs (plante dominante et quasi exclusive) peut s’exercer dans les secteurs plans des bassins (plans de Canillà, Chiboy ; bassin de San Bartolo, etc...), dans les grandes vallées drainées en amont et les basses terrasses en aval ; elle s’étend sur les hauts versants et les cuvettes suspendues du massif, soit une potentialité évaluée à 20 % de la surface cartographiée.

41La moitié du territoire des trois municipios peut être utilisée pour des activités agro-pastorales, soit une proportion largement supérieure à celle du département du Quiché en général. Mais cette potentialité est largement diminuée par une série d’obstacles qui réduisent la disponibilité réelle de terres exploitables.

42On constate que la plus grande partie du terroir se trouve sur des pentes égales ou supérieures à 15 %. Les terrains plats sont rares et surexploités. Si la pente n’est pas un obstacle à l’utilisation de l’espace par des sociétés rurales non mécanisées, celle-ci accentue les phénomènes de ruissellement et d’érosion des sols, d’autant que nous n’avons remarqué aucune pratique agricole combattant l’érosion, hormis le buttage des cannes de maïs ; pas de culture en courbe de niveau par exemple. Les milpas sont particulièrement vulnérables au début de la saison des pluies, lorsque le ruissellement s’insinue entre les plants dont les racines encore trop faibles ne peuvent retenir le sol.

43A la différence des terroirs installés sur les roches volcaniques altérées de Totonicapan ou de Sololà, ou dans les dolines ou poljes des Cuchumatanes, la qualité des sols est ici à peu près partout médiocre, et pour des raisons diverses : les versants râclés des basses pentes du massif ont perdu leur sol ; la couverture colluviale a été déblayée laissant affleurer la roche à nu ; l’herbe qui les recouvre en hivernage n’atteint pas 10 cm de haut. L’ensemble des bassins, disséqués par une série de barrancos, n’ont qu’un horizon A très mince relayé par un niveau induré qui peut affleurer en surface (croupes surbaissées) ou encore imperméabiliser le sol en hivernage ; l’existence de l’encroûtement sous la couverture de terre arable est l’indice d’un climat chaud, à forte pluviosité contrastée, où la sécheresse joue un rôle important ; il est difficile de préciser si cette croûte est encore fonctionnelle ou s’il s’agit d’une paléoforme ; son existence entraîne la stérilité d’une partie des bassins (Mixcolajà). Sur les hauts versants déboisés les sols souvent acides ont besoin d’être amendés ; les sols noirs humiques des alvéoles sont d’une meilleure qualité que la couverture colluviale rubéfiée, glissée sur les versants. Si la terre est moins rare à San Andrés qu’à Santa Maria Chiquimula par exemple, la productivité tant du travail que du sol reste faible.

44Le climat tropical prend ici une nuance plus sèche, particulièrement dans les bassins situés en position d’abri qui ne reçoivent que 700 mm de pluie par an alors que les sommets de la sierra de Chuacús reçoivent plus d’un mètre d’eau, et ceux des Cuchumatanes deux mètres. Les précipitations, de mai à octobre, commandent l’ensemble des activités et notamment toute la vie agro-pastorale dans une région où l’irrigation n’affecte qu’une partie infime de la surface cultivée. Le maïs est bien adapté à ce rythme climatique qui ne permet qu’une seule récolte par an. En hivernage l’eau recharge les sourcins et alimente torrents et rivières, les puits des bassins sont alimentés. La saison sèche au contraire est une morte saison pour les travaux des champs. C’est également une période difficile à passer pour les troupeaux. Comme dans l’ensemble du domaine tropical, il n’y a pas de réserves de fourrage pour la mauvaise saison.

45Le manque d’eau est surtout sensible dans la zone des bassins. Elle doit être recherchée dans les rivières coulant dans les vallées très encaissées qui entaillent le piano. Certes des puits captent la nappe des cinérites, mais seulement là où les pianos ne sont pas trop disséqués et lorsqu’ils sont en contact avec les versants du massif ancien ; ainsi à Canillà où l’eau se trouve à 18-20 m de profondeur. C’est pourquoi l’étendue des terres planes et la possibilité d’obtenir de l’eau en saison sèche a permis la mise en place récente d’un périmètre d’irrigation.

46La saison sèche peut être quelquefois plus longue que prévu et devenir dramatique. En 1972, la pluie qui avait commencé à tomber le 15 mai s’arrêta brusquement le 10 septembre et ne revint que le 15 mai de l’année suivante, soit presque neuf mois de sécheresse. Il en résulta une mauvaise récolte de maïs (son prix local tripla) et la lente agonie des troupeaux. On cite des périodes au village où les hommes faisaient disette et où l’on organisait des convois de mules à destination des zones de l’altiplano plus humides pour approvisionner le municipio de San Andrés en maïs. Ce problème de l’eau est d’ailleurs plus aigu pour une société agro-pastorale que pour une société purement agricole. Il devait être moins ressenti par les mayas.

47La surface agricole optima, outre les limitations physiques déjà mentionnées, entre en contradiction avec le mode d’appropriation de la terre.

48Officiellement, il n’existe plus de propriété communale, mais uniquement des propriétés privées et toutes les terres ont été enregistrées. Dans la pratique, certains terrains libres appelés communaux sont exploités par les membres de la communauté comme réserve forestière, terrains de pâture, de chasse, éventuellement comme terres de culture, tandis que d’autres sont possédés individuellement.

  • 3 Y. Lebot in, La terre, les paysans, le pouvoir. Étude d’une société agraire à dominante indienne d (...)

49Cette situation résulte d’une appropriation privée incomplète des terres. Sur une grande partie de celle-ci s’exerce une double propriété3 celle de l’occupant et celle de l’entité au nom de qui la terre est enregistrée. Au départ toutes les terres étaient communales, contenues dans un titulo de tierras octroyé aux communautés indigènes au début de la colonisation. Au fur et à mesure, les terres ont été démembrées (officiellement ou illégalement) sans que le titulo disparaisse pour autant. C’est pourquoi, on peut distinguer encore actuellement quatre stades dans l’appropriation :

  • les terres privées proprement dites (enregistrées à la propiedad inmueble de Quezaltenango) ;
  • les terres communales occupées depuis si longtemps et d’une façon si permanente qu’elles sont considérées comme privées (attestées par des documents établis devant le juge de paix local) ;
  • les terres communales d’occupation récente ou occasionnelle qui donnent lieu à des contestations nombreuses ;
  • les terres communales libres.

50La situation foncière dans les trois municipios se présente de façon différente selon l’importance de chaque stade d’appropriation :

  • Dans le municipio de San Bartolo, le titulo de tierras de la communauté a été démembré, principalement à la fin du XIXe siècle, en un grand nombre de lots, revenant aux habitants indigènes du municipio. Actuellement, il existe un grand mouvement d’achat et de vente de terrains, mais il n’y a plus à proprement parler de terre communale libre. Chaque occupant possède un document attestant la possession de sa ou ses parcelles. Il n’y aurait que dix à quinze propriétés foncières dûment enregistrées et possédant une écriture. Les terres donnent ou ont donné lieu à de nombreuses contestations.
  • A San Andrés, au contraire, le titulo n’a pas été officiellement démembré ; une grande partie du municipio (probablement plus du tiers) reste sous la forme de terres communales libres, d’où des litiges incessants. Il s’agit de zones de forêt situées entre les différentes aldeas dans la montagne (géofaciès de la pinède claire, et en partie des hauts versants à chênaie dominante), de certaines basses pentes râclées, de certains secteurs de barrancos éloignés du bourg. Ces terres servent de maigre pâture pour le bétail et de réserve de bois de feu. Le reste de la superficie du municipio est occupé sous la forme de terres communales appropriées depuis très longtemps, dont les occupants possèdent des documents (en majorité des indigènes, mais également des ladinos dans la montagne). Cent soixante propriétés seulement ont été enregistrées (surtout des ladinos) : il s’agit principalement de terres de culture, dont les parcelles irriguées.
  • A Canillà, il existe cinq titres de propriété distincts compris dans les limites du municipio, regroupant 12 700 ha. Ces titulos correspondent à la propriété collective d’un certain nombre d’individus, et leur génèse au cours des XVIIIe et XIXe siècles est différente de celle du titulo de tierras classique octroyé aux communautés indiennes. En pratique ils jouent le même rôle. Comme à San Andrés, il y a eu appropriation progressive, sans démembrement complet des titres.

51Ces différences de régime de propriété rendent difficile l’utilisation des chiffres du dernier recensement agricole effectué en 1964. Celui-ci se fonde sur la surface déclarée par l’occupant et les terres communales sont mal comptabilisées. Cependant si l’on se réfère à la superficie déclarée en cultures temporaires (maïs) en 1964 elle occupait environ 44 km2, soit 10 % de la surface totale et la moitié seulement des potentialités recensées à partir de la carte des paysages.

52Si on compare la surface ensemencée globale au nombre d'exploitations agricoles déclarées pour les trois municipios de référence, on obtient une moyenne de 1,75 ha (2,5 manzanas) par exploitation, la moyenne du département du Quiché s’établissant à 1,54 ha (2,2 manzanas), celle du département de Totonicapan à 0,63 ha (0,9 manzana). Certes la région de San Andrés, comme le département du Quiché en général, n’est pas autant affecté que la région de Totonicapàn par le phénomène du microminifundio. Mais l’exiguité des parcelles cultivées jointe à la pauvreté des sols entraîne les différences de l’économie rurale locale. Le régime de la propriété, le minifundio, est un élément fondamental de l’explication de la pauvreté.

53Le paysan de San Andrés, tout en disposant de davantage de terre (en moyenne) que son voisin de Totonicapàn ou Sololà, n’échappe pas aux conséquences du phénomène fondamental qui affecte la population de tous les pays du tiers-monde depuis 30 ans, l’explosion démographique. La croissance démographique est en train de modifier en profondeur l’économie des Altos.

54Entre les recensements de 1950 et 1964, la population du Guatemala s’est accrue de 3,1 % par an, alors que dans les 10 années antérieures elle n’avait augmenté que de 1,6 % par an. Ce rythme s’est légèrement ralenti entre 1964 et 1973 (2,1 % d’accroissement annuel). Les chiffres d’accroissement pour les trois municipios que nous étudions révèlent des taux indentiques : pour le municipio de San Andrés, 2,17 % d’accroissement annuel entre 1964 et 1973.

55La croissance démographique récente entraîne un certain nombre de conséquences importantes :

56– La pression sur la terre se fait de plus en plus sentir malgré la relative disponibilité des terres. La densité s’accroît notablement lorsqu’on se réfère, non plus à la surface totale du municipio, mais à la surface agricole utile. D’après nos calculs, elle s’établit à 105 hab./km2 pour les municipios de Canillà et San Bartolo en 1964, 173 ha./km2 pour le département du Quiché. Le système du minifundio est encore aggravé. Il doit être clair que le minifundio n’est pas le résultat naturel de la croissance démographique, mais le produit de l’évolution historique du complexe minifundio-latifundio. Cependant la croissance démographique accentue la tension sur le minifundio, la surface cultivable augmentant dans une proportion moindre que le nombre de paysans, ce qui accélère la division de la terre.

57Il touche 95 % des paysans du municipio de San Andrés et parmi cette grande masse 41 % possèdent moins de 1,4 ha (deux manzanas) alors que le minimum requis pour nourrir une famille en maïs toute l’année est d’au moins trois manzanas avec engrais, davantage sans engrais (Tableau 7). En conséquence les travailleurs minifundistes doivent chercher des revenus dans d’autres activités (artisanat, commerce, élevage) ou dans le travail salarié (essentiellement dans les plantations de la côte) afin d’obtenir le supplément de ressources indispensables à leur survie. Cependant à certains moments de l’année agricole, l’exploitation minifundiste exige le plus grand nombre de bras possible (travaux de binage, récolte). Les enfants cessent d’aller à l’école. En dehors de la saison agricole (de mars à novembre), la force de travail disponible ne peut être employée sur l’exploitation.

58Le minifundisme touche actuellement autant les producteurs ladinos que les producteurs indiens. Les héritiers ladinos des grands élevages du XIXe siècle et du début du XXe siècle sont peu nombreux. La masse de leurs descendants, comme les nouveaux venus, ruinée et décadente, est dépourvue de terres, et participe de la condition traditionnelle de l’indien pauvre et délaissé.

59Déjà un certain nombre de paysans sont sans terres. Il est difficile d’évaluer leur proportion, cette catégorie n’entrant pas dans le cadre du recencement agricole à l’échelon local ; rien que dans le bourg de San Andrés, un tiers des chefs de famille sont uniquement journaliers.

TABLEAU 7. Tenure de la terre, par superficie et groupe ethnique dans les municipios de San Andrés, Canillà et San Bartolo.

Département du Quiché ( %)

San Andrés ( %)

Canillà ( %)

San Bartolo ( %)

– Minifundio (– 7 ha)

86

95

76

57

dont microminifundio (moins de 1,4 ha)

36

41

25

20

– Propriétés moyennes (7 à 45 ha)

12,7

4,96

22,84

38,4

– Latifundio (plus de 45 ha)

1,3

0,04

1,16

4,6

Total

100

100

100

100

– Producteurs

indigènes

87

83

34

97

ladinos

13

17

66

3

– Superficie exploitée par les

indingènes

64

70

30

97

ladinos

36

30

70

3

Source : Dirección General de Estadisticas. Recensement 1964 ( % calculs de l’auteur).

60La pression sur la terre entraîne de profondes transformations dans le paysage agraire :

  • La jachère a presque totalement disparu, sauf dans quelques zones privilégiées des bassins (Los Cimientos). La culture du maïs est devenue intensive. On cultive partout où c’est possible, année après année, jusqu’à épuisement du sol, car on n’est pas assuré de retrouver une autre parcelle. Sur les sols volcaniques se décomposant, la culture devrait être possible avec bien peu de jachère ; le tout est d’éviter une érosion mécanique des terres. En revanche sur des sols plus médiocres du massif ancien ou des bassins relativement secs à cinérites acides, les sols se reconstituent plus difficilement. D’autant que le repos de la saison sèche n’apporte pratiquement rien à la reconstitution du sol. L’emploi d’engrais, naturel ou chimique, est indispensable. L’introduction récente des engrais chimiques, par l’augmentation de la productivité, peut freiner pour un temps l’appauvrissement des sols. Mais il conviendra d’analyser de plus près les avantages et les inconvénients, à court, moyen et long terme, de l’usage des engrais.
  • La pratique du grand élevage extensif est freinée par le développement du terroir cultivé ; les terrains de parcours se font plus rares, entravés par l’établissement de milpas dans les moindres parcelles de terre arable. La taille des troupeaux diminue. L’élevage bovin abâtardi s’oriente vers le maintien de petits troupeaux, car la possession de bêtes reste un signe de richesse.
  • Il devient vital de défricher de nouveaux terrains. Dans les secteurs de bassin, la tendance actuelle est à la réoccupation temporaire de certaines basses pentes râclées du massif, terres médiocres à faible productivité. Dans les secteurs de montagne, la forêt est largement défrichée, y compris sur les pentes les plus fortes : les hauts versants à chênaie dominante sont actuellement le seul exutoire local à la poussée démographique indienne. Cette recherche de nouveaux terrains est facilitée dans les municipios de San Andrés et Canillà par l’étendue des terres communales libres, mais établit une certaine insécurité : certains paysans, occupant depuis longtemps des terrains communaux, mettent des clôtures à leur champ sans aucune nécessité ; la pose de clôture s’accentue par ailleurs pour délimiter l’ager des zones à pâturage. Les conflits entre possesseurs de parcelles prennent une tournure aigüe en cas de contestation.
  • On peut facilement entrevoir les nouveaux conflits qui ne vont pas manquer de se développer à propos de l’utilisation de la forêt ; une concurrence apparaît déjà entre les coupeurs de bois qui grâce à la route se trouvent au contact de richesses commercialisables acquises à bon marché, les « eaux et forêts » protectrices des richesses naturelles, ayant pour vocation de lutter contre le déboisement et les minifundistes ayant besoin de réserves de bois pour leur consommation personnelle ou pour créer de nouvelles milpas, mêmes temporaires. Car le bois (surtout de pin) est entrain de devenir une source de profit : le municipio de San Bartolo, et les municipios du Sud Quiché sont déjà intégrés dans les circuits de commercialisation du bois. San Andrés ne doit son retard qu’à son isolement relatif.

Population et espace

61Comme dans les autres parties du département, la grande majorité de la population vit en habitat dispersé. Les têtes de municipio ne regroupent que 7 % de la population totale. Dans les municipios de San Andrés et Canillà, les habitants ladinos sont majoritaires dans les bourgs (San Andrés 332 sur 582, Canillà 261 sur 291 – recensement 1964 –). L’observation de la répartition spatiale de la population (fig. 32) fait apparaître une dispersion inégale selon les géofaciès (tableau 8).

– Les bourgs

62Les bourgs sont installés à la jonction entre la zone des bassins et les basses pentes de la sierra de Chuacús, lieu de contact privilégié entre la plaine et la montagne.

63Seul Canillà, créé au XIXe siècle à partir d’un peuplement d’hacienda, regroupe ses maisons au centre du terroir du plano. San Andrés et San Bartolo, comme la plupart des têtes de municipio du Quiché, sont des créations de l’époque coloniale, villages de réduction établis au milieu du XVIe siècle. Ils reçurent le nom d’un saint auquel on adjoignit une reconnaissance locale : San Andrés Sajcabajá, San Bartolomé Jocotenango. Grâce au concours du clergé régulier (les dominicains dans le Quiché), la population indienne des hautes terres qui vivait dispersée auprès de ses milpas, fut autoritairement regroupée dans des villages de type espagnol. Pour empêcher les paysans de retourner sur leurs anciennes parcelles, on procéda à la destruction des semailles et des maisons. Un certain nombre de terrains abandonnés pourront ensuite être réclamés par les métis en quête de terre. A San Bartolo, le site de Los cimientos fut alors abandonné au profit d’une installation entièrement nouvelle. Il est probable que le système se relâcha au cours du XVIIe et XVIIIe siècle et que la population se dispersa à nouveau. Peut-être certains indiens n’avaient-ils jamais accepté la réduction et étaient-ils restés réfugiés dans la montagne en hameaux isolés ?

  • Actuellement, San Bartolo est le type du bourg colonial vide (15 maisons habitées sur plus de 120 en 1973). Les habitants des cantons ne viennent au village que les jours de marché et de fête. Canillà bourg ladino récent, n’offre pas un aspect achevé : pas de place centrale délimitée et construite, rues mal tracées... mais concentre une importante population permanente.
  • San Andrés est un bourg colonial encore fonctionnel (fig. 33).

64Le municipio de San Andrés n’obéit ni au schéma de la communauté dispersée (San Bartolo), ni au schéma de la communauté compacte où la population vit concentrée dans un bourg au plan en damier, divisé en quartiers, les agriculteurs faisant les allées et venues avec leurs champs situés à une certaine distance. Il s’agit plutôt d’une combinaison des deux, la population indienne vivant de préférence dispersée au milieu de petites parcelles alors que la population ladina vit en partie concentrée dans le bourg. Sur 185 maisons comptabilisées en 1974, 120 étaient occupées en permanence. Les autres, appartenant de préférence à des Indiens, ne sont utilisées que les jours de marché et de fête comme à San Bartolo.

65La population active de San Andrés, comme à Canillà vit encore de l’agriculture, mais la proportion de familles propriétaires de terrains de culture diminue au profit de paysans sans terre : sur 106 chefs de famille, 71 possèdent des terrains de culture et 33 n’en ont pas et se considèrent comme journaliers (travaillant sur les terres des propriétaires). Parmi les propriétaires, 32 seulement déclarent avoir suffisamment de terres pour vivre de leurs revenus agricoles : ce sont les moyens propriétaires fonciers, héritiers des domaines ladinos constitués à la fin du XIXe siècle. Parmi ceux-ci, 14 possèdent plus de 50 cuerdas (3,5 ha) et 23 font de l’élevage bovin. Les autres paysans propriétaires (47 détiennent moins de 20 cuerdas, ou 1,3 ha, recourent au travail salarié sur place ou dans les plantations pour compléter leurs revenus.

66L’embryon de couche urbaine composé de familles vivant d’autres revenus que l’agriculture reste très réduit (entre 20 et 30 seulement, soit moins de 20 % de la population active) : ce sont les maçons, charpentiers, tailleurs, forgerons, boulangers, commerçants, employés de mairie, instituteurs, chauffeurs, dont trois transporteurs routiers ladinos également propriétaires terriens et commerçants, et un commerçant indien important (engrais, alimentation), également propriétaire foncier.

67Les services et l’équipement du bourg, plus développés qu’à Canillà et San Bartolo, demeurent cependant très modestes, contrepartie de la pauvreté et des faibles ressources municipales (système d’adduction d’eau depuis 1920, mais n’équipant que la moitié des maisons outre les six fontaines publiques ; école de six classes, dispensaire médical, électricité par groupe électrogène depuis 1973, une vingtaine de boutiques...). L’accroissement des équipements et des services entraîne la fixation d’une population urbaine plus nombreuse et la tendance est à l’occupation permanente des maisons.

– La population rurale

68La population rurale se disperse de préférence dans les zones où la culture est possible, pour que les habitations soient le plus près possible des champs, laissant des zones vides, particulièrement dans deux géofaciès, en partie réservés à l’élevage : celui des moyennes pentes à pinède (1 600-1 900 m d’altitude) sauf la montagne de Chimul (Canillà) et celui des basses pentes râclées (1 600-1 300 m).

TABLEAU 8. Population par géofaciès et groupe ethnique dans le municipio de San Andrés en 1974.

Population ensemble des trois géofaciès 100 %

Bassins (dont le pueblo) 14 %

Grandes Vallées 17 %

Massif ancien 69 %

Total

7 978 hab.
(35 hab./km2)

2 912 hab.
(80 hab./km2)

1 564 hab.
(70 hab./km2)

2 502 hab.
(15 hab./km2)

ladinos

1 528

809

576

143

Indiens

6 450

2 103

1 988

2 359

69Les zones densément peuplées comme l’indique le tableau ci-dessus sont réparties dans trois secteurs : la zone des bassins, chauds et secs, où se trouvent la plupart des terrains plans ; les grandes vallées drainées, lieu d’habitat privilégié ; les hauts versants du massif ancien. Dans la zone de San Andrés, les bassins ont une densité supérieure à celle de la sierra où la population peut encore s’étendre. Les autres parties hautes de la montagne (cuvette de Santa Rosa à l’ouest, hauts de Joyabaj à l’est) sont plus densément occupés que la partie de la sierra rattachée aux municipios de San Andrés et Canillà. Cela tient peut-être aux pentes plus fortes de ce secteur. Cependant la montagne de Los Achiotes, entièrement vide pose problème, d’autant que les archéologues ont retrouvé sur les pentes et au sommet des traces d’habitat précolombien. Peut-être un caractère plus sec de cette montagne sans rivière permanente, ou un certain caractère sacré, a-t-il dissuadé l’implantation agricole. Les vallées qui entourent la montagne sont par contre densément mises en valeur (rio Agua Caliente, rio Cucul, rio Chilil).

70Ainsi la population est la plus dense là où les sols sont déjà les plus usés. La répartition des densités locales nuance la relative faiblesse de la densité globale.

71• Il semble cependant que jusqu’au début du XXe siècle, les municipios de San Andrés, San Bartolo et Canillà étaient sous-peuplés, par rapport aux régions environnantes, et seront ainsi une terre d’accueil :

  • Accueil pour les indigènes de l’ouest des Altos tout d’abord : on trouve dans les Archivos de Tierras des exemples d’installation de Chiquimulas au XVIIe et XVIIIe siècle dans les municipios du Quiché (San Bartolo, Cunen, Uspantan)4. Ces migrations semblent être accélérées au cours du XIXe siècle dans les hauts de la sierra de Chuacùs vers Chicajac, Xabaj, Tintuleu (San Andrés), le Mamaj (Santa Cruz del Quiché), Pueblo Viejo, Chitraj (Canillà) et dans le municipio de San Bartolo : les colons installés dans les fincas de main-d’œuvre pour le travail du café, proviennent d’autres municipios. Ces installations se font par achat de terres aux propriétaires locaux, Indiens ou ladinos, ou en accord avec les municipalités moyennant redevance.
  • Zone de convoitise également pour les ladinos, mais de façon différenciée selon les municipios. Il est probable qu’au cours du XVIIe et XVIIIe siècle déjà des métis en quête de terre, rejetés par la rigide structure coloniale agraire (haciendas créoles – pueblos de indios) s’étaient infiltrés dans le Quiché usurpant des terres indiennes. Y. Lebot5 signale l’installation d’une hacienda à la fin du XVIIIe siècle dans la zone de Canillà-Chimistan, sur des terres de la communauté de San Andrés, au profit d’une indienne-ladina ; le XIXe siècle voit l’expansion territoriale de ses descendants, aux dépens de San Andrés, expansion qui sera consacrée en 1893 par la formation du municipio ladino de Canillà. D’autres haciendas (Chinillà - Tierra Caliente) apparaissent sur le plan du titre de San Bartolo refait en 1836. Ces haciendas d’élevage n’ont pu se développer que par éviction des Indiens agriculteurs refoulés vers des terres moins accessibles. Là où l’implantation indienne était suffisamment forte, les ladinos ne s’installèrent pas. A ce peuplement ladino relativement ancien vint s’ajouter une deuxième vague après les années 1870 ; les facilités d’accès à la propriété foncière (réforme libérale de R. Barrios), la dénonciation des terres indiennes libres (baldias), entraînèrent l’installation de miliciens de Barrios dans l’alvéole de Santa Rosa, dans la montagne de Chimul (Cubulco - Canillà), dans la montagne Chichaj (Canillà) et la consolidation de noyaux ladinos dans quelques vallées (Las Casas - Cacuj - Agua Caliente) et le bourg de San Andrés. L’infiltration ladina resta cependant limitée sur le municipio de San Andrés. Au contraire l’enclave métisse de Canillà attira les ladinos des municipios voisins, particulièrement ceux de Chinique, mais également de Zacualpa, Uspantàn, Santa Cruz, etc. La poussée démographique, le difficile accès aux terres indigènes, les obligeaient à chercher de nouvelles terres (Chimul). Bientôt les terres ne suffiront plus et les descendants des fondateurs de Canillà, mal préparés aux mécanismes de l’appropriation privée par un siècle d’élevage extensif sur des terres communes, se verront peu à peu dépassés par les nouveaux arrivants ; ces derniers ne sont pas victimes du morcellement des terres par héritage et disposent parfois de fortunes établies ailleurs, ce qui leur permet d’accumuler des parcelles.

72Curieusement, le territoire de San Bartolo ne vit pas l’installation permanente de familles ladinas et demeura à l’écart du courant de migration ladina (mais non indien), peut-être par une résistance plus efficace de la communauté indigène, ou un territoire agricole moins attirant Cependant la possession des ladinos se manifesta d’une autre façon : la formation de grandes fincas-réserves de main-d’œuvre pour les plantations. En quelque sorte, au début du XXe siècle, le municipios de San Bartolo fut une annexe des grandes plantations ladinas de la côte Sud. Aujourd’hui encore il sert de réserve de pâturages pour les éleveurs ladinos des municipios voisins (Santa Cruz - San Pedro Jocopilas - Sacapulas).

73• La répartition spatiale de la population par appartenance ethnique, précise l’origine du peuplement cf. fig. 32).

74Dans le municipio de Canillà, les ladinos sont majoritaires sur tout le piano et les riches vallées contiguës. Deux ilôts se trouvent en montagne : une zone d’élevage, Chimul ; une vallée tempérée intérieure, la Hierba Buena. C’est par contre sur les hauts versants de la montagne que se trouvent réfugiés les Indiens.

75Dans le municipio de San Andrés, les ladinos sont bien implantés dans le bourg (55 %), les vallées drainées de la sierra (Las Casas - Sacaj), et certains secteurs localisés des bassins (Chinillà - Mixcolajà - Llano Grande).

76Dans le municipio de San Bartolo, quelques familles ladinas peuplent les basses pentes du Mamaj (Las Guayabitas) et le bourg.

77• Dans la campagne, prédomine non pas l’habitat entièrement dispersé, mais semi-dispersé, sous forme de hameau, les aldeas. Il s’agit d’un regroupement de familles, vivant dans des maisons voisines dont les membres, non seulement ont de fréquents contacts personnels, mais ont également développé une conscience d’identité de groupe. Le noyau de l’aldea regroupe entre 20 et 50 maisons, séparées de 100 à 200 m les unes des autres et reliées par un réseau de sentiers. La maison rurale traditionnelle comprend une pièce unique, rarement deux, sans fenêtres, construite en briques séchées avec toit de tuiles et charpente de bois. La cuisine peut être à l’extérieur. Attenant à la maison, un enclos pour les bêtes et la parcelle de maïs. Du tiers à la moitié des maisons, selon les aldeas, ne sont cependant que de pauvres huttes en bois, les ranchos. Sans commodités, sans électricité, la vie est rythmée par les travaux des champs pour les hommes, le broyage de la pâte à maïs sur le traditionnel metate pour les femmes plusieurs heures par jour.

78Cette organisation d’aldeas à forte personnalité est surtout le cas du municipio de San Andrés, peut-être parce qu’il est le plus étendu. On mentionne couramment huit aldeas distinctes de la classification administrative (Chinanton, Las Casas, Lilillà, Chinillà, Sacaj, Xabaj, Agua caliente, Chiboy). On constate que lorsqu’administrativement une aldea ladina comprend dans son aire un gros caserío indien et inversement, ces deux entités fonctionnent séparément et disent être deux aldeas différentes. C’est par exemple le cas de Chiboy vis-à-vis de Chinillà. Exclusivement peuplé d’indiens, Chiboy revendique son autonomie vis-à-vis de Chinillà, à majorité ladina, mais partageant la même plaine agricole.

79Quelle est l’origine de cette répartition ? Nous ne pouvons émettre que quelques hypothèses :

  • S’agit-il d’un héritage colonial ou au contraire un retour à des formes plus anciennes de regroupement datant de l’époque maya ? S’agit-il au contraire d'une création contemporaine liée à l’antagonisme ladino-indien ? Quel rapport y-a-t-il entre la répartition des aldeas et l’organisation traditionnelle de la communauté divisée en trois groupes ou mlaj entre lesquels circulent les charges religieuses et civiles ?
  • Il semble que certaines aldeas aient une histoire propre, un passé que l’on se raconte, sans que pour autant il existe des titres fonciers propres aux aldeas, contrairement à d’autres municipios du Quiché. Certaines aldeas possèdent un finage propre et bien délimité. Concernant le problème de l’attribution de nouvelles parcelles, il semble qu’il y ait compétence à deux niveaux : l’aldea peut attribuer des terres communales à ses ressortissants qui en font la demande ; par contre le bourg règle les litiges ayant un caractère général (usurpation de terres, etc.), représentant par là la communauté toute entière. Des rivalités peuvent s’établir entre une aldea et le pueblo. L’action catholique, récemment implantée dans la région, utilise cette répartition par aldea pour organiser ses fidèles, y implanter des oratoires.

Les terroirs

  • 6 Enquêtes effectuées en août 1973 : aldea de Xabaj vieux : 19 familles ; Xabaj jeune : 24 ; aldea L (...)

80Quelques exemples, choisis dans chaque géosystème – montagne, vallée, bassin – vont permettre de préciser les interactions entre les données naturelles et les activités humaines6.

Une « terre froide » : Xabaj (fig. 34)

81Cette aldea exclusivement indienne occupe dans la sierra de Chuacús (versant nord-ouest) un glacis légèrement concave entre 1 900 et 2 300 m d’altitude, au pied d’un crêt de roches dures, le cerro Xabaj ou Chuiscarbal, lieu de culte ancien et toujours fréquenté par les Indiens traditionnels de la région ; à 2 450 m. Les paysans ont défriché une clairière au milieu de la forêt qui occupe encore certains interfluves entre les vallons mis en culture (l’ager couvre environ 40 ha dans la partie centrale). Deux secteurs dans ce terroir :

  • les terres du Xabaj vieux, d’occupation ancienne (sans que l’on puisse pour autant la dater), au cœur des meilleures terres du glacis (sols profonds, noirs et humiques) ;
  • les terres du Xabaj nouveau en accroissement rapide, constituées de défrichements récents en direction de la crête rocheuse, sur pentes fortes ; dans les secteurs les plus rocailleux, les milpas n'ont qu’une existence éphémère (deux à quatre ans) avant de retourner à l’état sauvage.

82La pression sur la terre est largement perçue par tous les habitants. Actuellement, quand un enfant se marie, il n’a pas obligatoirement de la terre à cultiver. En cinquante ans, le nombre des fermes a quadruplé ; cependant la disponibilité en terres (même de mauvaise qualité) dans les zones boisées environnantes semble encore suffisante et favorise une grande dispersion de la population.

83Le régime de propriété en vigueur reste le régime communal, même si chaque chef de famille possède les documents attestant que les parcelles qu’il cultive « ont un maître » ; la forêt qui entoure l’ager est librement laissée à la jouissance collective des paysans de l’aldea ; ses limites sont connues sans pour autant être consignées sur un quelconque cadastre à la mairie. Chaque exploitation possède entre 0,5 et 1,5 ha, sous forme d’une à trois parcelles, réservées à la culture conjointe du maïs et du haricot ; ces parcelles peuvent se situer à trois niveaux :

84La majorité des terrains est située à proximité du noyau de l’aldea elle-même, près de l’habitation permanente, pour la culture intensive du maïs d’hiver (quelques bananiers ou avocatiers occupent occasionnellement le bord d’un ruisseau) ; les prairies sont rares et ne sont souvent que des milpas en jachère longue ; le moindre pouce de terre arable est utilisé.

85Un tiers des familles possèdent en plus un terrain en contrebas, à plusieurs kilomètres de là, sur les basses pentes râclées à proximité du village de San Andrés (lieux-dits Xitus et Xacal), en terre tempérée (1 500 m d'altitude) ; ce terrain, généralement peu étendu (moins de 0,5 ha), gagné sur la friche, malgré l’épuisement du sol et la déclivité, peut être une milpa d’appoint ou un terrain de pâture pour les animaux ; un habitat secondaire y est souvent installé (rancho).

86Chaque ferme cherche enfin à posséder ou louer une annexe de quelques ares en zone irrigable, dans les fonds de vallées proches du village, en terre chaude (1 200 m), pour y cultiver le roseau (tut), matière première de l’artisanat familial (fabrication de nattes).

87Cet étagement du terroir correspond à la combinaison des différentes activités, dont l’agriculture, l'élevage et l’artisanat sont les trois volets :

88La culture temporaire du maïs (et du haricot) étant la base, les gens de Xabaj ont cherché une complémentarité dans les différentes variétés de maïs ; le maïs de terre froide mûrit tardivement (entre novembre et janvier) ; pour réduire la période de soudure certains ensemencent une parcelle en terre tempérée (récolte en octobre et novembre) ; la complémentarité n’a apparemment pas été poussée jusqu’à cultiver du maïs en terre chaude (récolte fin septembre), sauf pour quelques privilégiés qui possèdent des terrains sur le piano de San Andrés. Dans notre enquête portant sur 43 familles de l’aldea (c’est-à-dire la moitié environ des exploitations appartenant à Xabaj), trois quarts des chefs de famille ont déclaré utiliser de l’engrais chimique depuis quelques années, mais souvent en quantité insuffisante et sur une seule parcelle.

89L’artisanat est couramment pratiqué chez 75 % des familles interrogées : les femmes confectionnent des nattes, les hommes des paniers, occupant un nombre d’heures de travail considérable pour un revenu faible ; cependant le but de chaque famille est de contrôler la matière première et de ne plus passer par les intermédiaires.

90L’élevage le plus répandu est l’élevage domestique des porcs et des volailles, car son investissement est moyennement élevé par rapport au prix de vente et rapporte davantage que la vente du maïs non transformé. Encore faut-il avoir un petit excédent de grains, ce qui n’est pas ou peu le cas pour les familles pauvres du Xabaj nouveau qui ont un déficit en maïs considérable (plus des trois-quarts déclarent acheter des grains en cours d’année). C’est pourquoi l’élevage bovin reste l’apanage d'une partie des paysans du Xabaj vieux relativement privilégiés (mais les troupeaux n’ont que trois à cinq têtes en moyenne) ; le développement de l’élevage bovin dans cette aldea indienne est facilité par la proximité de la forêt dont le sous-bois sert de pâture gratuitement. L’originalité des éleveurs de Xabaj réside dans le déplacement des troupeaux sur un même versant selon la saison : en hivernage les troupeaux descendent en terre tempérée (Xitux, Xacal) ; la famille peut accompagner les bêtes si elle possède un abri dans cette zone ; celles-ci remontent après la récolte du maïs de terre froide et pâturent pendant la saison sèche sur les milpas desséchées (vaine pâture) ou dans la forêt proche. L’élevage des chèvres et des moutons, activité moins lucrative (une vache s’achète et se vend pour une somme de quatre à cinq fois supérieure à celle d’un gros mouton), est une spécialité des Indiens du Xabaj nouveau dans le but de récolter l’engrais naturel et non la laine. Il semble ainsi y avoir corrélation entre paysans moyens – élevage bovin, paysans pauvres – élevage ovin, encore que cette distinction soit toute relative face à la moitié de la population qui n'a même pas accès à l’élevage.

91La pratique des différentes activités économiques et la possession des moyens de production entraînent une stratification économique interne dans la société indienne locale : les habitants du Xabaj nouveau apparaissent plus démunis que les héritiers des bons sols du Xabaj vieux, même si la croissance démographique est partout très forte. Plus des trois quarts recourent en effet au travail salarié et leur déficit en grains peut atteindre dix mois par an. C’est dans cette partie que l’on trouve également le plus de migrants temporaires dans les plantations de café mais surtout de coton (renommées pour leurs conditions malsaines) de la côte ; les plus pauvres partent en famille et il n'est pas rare de voir en plein mois d’août des maisons fermées : leurs occupants après avoir bêché leurs champs sont partis pour un mois ou plus et ne reviendront qu’à la récolte pour repartir ensuite. Quelques familles du Xabaj vieux possèdent par contre une deuxième maison où ils habitent les jours de marché dans le village de San Andrés et contrôlent une partie de l’activité commerciale locale (sans pour autant entamer profondément le monopole des possesseurs ladinos de camions.

Une vallée tempérée : Las Casas.

92Contrairement à Xabaj, Las Casas est une aldea exclusivement ladina, située en contre bas de Xabaj, dans la vallée du rio Las Casas. Il semble qu’il s’agisse au départ de l’installation d’une ou deux familles ladinas, originaires de Chinique, municipio voisin au Sud du département du Quiché, dans un vide de l’agriculture indienne, une cuvette un peu élargie en bordure de la rivière. A 1 600 m d’altitude, les terres lourdes, humides, largement détrempées en saison des pluies, sont peu favorables à la culture traditionnelle du maïs d’hivernage ; c’est pourquoi on peut supposer que les premiers arrivants étaient des éleveurs ; lorsque l’élevage bovin fut menacé par l’arrivée de nouveaux ladinos, l’agriculture prit la première place et les éleveurs devenus agriculteurs entreprirent de défricher l’une des crêtes voisines, en terre froide ; ce n’est que depuis une quarantaine d’années que la cuvette de Las Casas est cultivée : profitant du canal d’amenée d’eau pour le village de San Andrés construit à proximité, les gens de Las Casas mirent au point un système d’irrigation captant l’eau des sommets, ce qui permit la culture en saison sèche de ces terres lourdes. Actuellement le terroir de Las Casas occupe trois niveaux :

  • La cuvette de Las Casas, en terre tempérée ; chaque famille en général y possède une parcelle obtenue par héritage, sur laquelle on cultive du maïs d’été irrigué ; leur superficie est comprise entre 0,3 et 1 ha au plus ; en hivernage, les milpas servent de pâture au gros bétail ; les cultures sont très soignées (usage de l’engrais naturel ou chimique).
  • La zone de montagne, sur la crête de la sierra de Chuacùs, entre 2 100 et 2 300 m, terre froide où chaque exploitation (80 % des familles interrogées) possède un terrain dont la superficie peut être importante relativement ; mais la pente, les affleurements rocheux, limitent la surface cultivée à quelques cuerdas ; la jachère longue est encore fonctionnelle : ces défrichements commencés au siècle dernier chevauchent ceux de l’aldea de Xabaj ou du hameau de Chicajac ; sous cette triple poussée, sans compter celle des habitants des crêtes eux-mêmes, la forêt de chênes est en voie de disparition rapide. Les terroirs de la cuvette de Las Casas d’une part et du Xabaj vieux d’autre part tendent à se rejoindre, d’autant que la pinède qui les sépare est traversée par le grand chemin muletier qui va de San Andrés à Chinique (route très fréquentée par les marchands).
  • Enfin une partie des exploitations possède des terrains vers 1 400 m, dits de terre chaude, sur les basses pentes sèches, à proximité du tracé de la route de San Andrés à Santa Cruz (lieu-dit El Agostadero) ; comme pour les habitants de Xabaj, ces terrains portent des milpas de complément ou servent de pâture ; 40 % des familles déclarent y posséder quelques cuerdas.

93Les gens de Las Casas forment une communauté au sens où ils pratiquent souvent l’endogamie (ou font appel aux familles ladinas de San Andrés, Chinique, Santa Rosa, etc.) et ne se mélangent pas au peuple indien ; héritiers des anciens éleveurs, ils ne pratiquent pas l’artisanat des nattes (réservé aux Indiens) et l’économie de l’aldea ne repose que sur deux piliers :

  • La culture du maïs et du haricot, jouant sur la complémentarité des étages climatiques : une exploitation bien dotée peut avoir jusqu’à trois récoltes : celle du maïs irrigué, en juin-juillet, destinée à la consommation familiale (seuls quelques propriétaires moyens profitent du décalage saisonnier pour vendre cher sur le marché le maïs d’été au moment où la pénurie est la plus importante) ; celle du maïs de terre chaude en septembre-octobre ; celle de terre froide entre novembre et janvier ; pour ces deux dernières récoltes on n’emploie pas d’engrais et les rendements sont bas (700 kg/ha) par rapport à ceux du maïs irrigué (1 500 à 2 000 kg/ha).
  • L’élevage des bovins encore pratiqué par la moitié des familles ; les bêtes engraissent sur les prairies naturelles de la cuvette de Las Casas en hivernage et se maintiennent pendant la saison sèche dans la forêt communale proche ; contrairement à Xabaj, les produits laitiers sont utilisés et commercialisés ; les femmes se sont spécialisées dans la confection de fromages demi-secs appréciés de la population urbaine ladina ; la finalité de l’élevage reste cependant la maintenance de bœufs pour les travaux de labour et la production de viande ; deux éleveurs se sont spécialisés dans le négoce du bétail à grande distance, drainant vers les marchés du Sud-Quiché les bêtes de la vallée. Cependant les gros troupeaux ne sont plus qu’un souvenir (le plus important a douze têtes). Par contre l’élevage domestique est généralisé, chaque exploitation s’efforçant d’élever plusieurs porcs et des volailles pour la vente exclusivement.

94L’uniformité des activités économiques n’exclut aucunement une forte hiérarchie entre les revenus, apparemment plus importante que dans la population indienne : le tiers supérieur possède des terrains en quantité suffisante pour vendre du maïs (entre 1,5 et 5 ha cultivés), donnant même une partie de leurs terres en métayage ; ce sont les propriétaires des gros troupeaux de vaches. Le tiers moyen doit acheter du maïs en cours d’année et possède peu de bêtes ; le tiers inférieur est très pauvre ; certaines familles ne possèdent pas de terres et ont défriché des terrains pentus en surplomb de la cuvette, non irrigables, pris sur la forêt communale ; d’autres travaillent en métayage des terres appartenant quelquefois à des Indiens de Xabaj ; ces gens ont des revenus propres si faibles qu’ils sont contraints de louer leur force de travail presque toute l’année et peuvent être considérés comme journaliers (30 % des familles interrogées déclarent avoir un ou plusieurs membres travaillant comme ouvrier agricole sur place ou dans les plantations) ; les migrations temporaires touchent 65 % des familles, autant sinon plus que dans l’aldea indienne de Xabaj. Ce paysan ladino semi-prolétaire n’a rien à envier au plus pauvre des Indiens.

95La dégradation du niveau de vie de la grande majorité des ladinos des campagnes est encore accentuée par la croissance démographique (4 maisons à Las Casas au début du siècle, 45 aujourd’hui) ; les nouveaux ménages défrichent largement la forêt, mais la dimension des milpas reste dépendante de la force de travail disponible et un homme adulte ne peut guère cultiver seul plus de 1,5 ha. On aurait pu s’attendre à ce que les terres des ladinos de Las Casas soient juridiquement sous la forme de propriété privée enregistrée ; elles sont en fait sous le même régime que celles de Xabaj (documents).

La terre chaude des bassins : deux exemples

Chiboy

96A 1 150 m d’altitude, installée sur une sorte de plateau dominant le rio Negro et le rio Sabaquiej, dans une position de cul-de-sac, elle est assez représentative du secteur des bassins, secteur chaud enserré entre la sierra de Chuacùs au Sud et les contreforts des Cuchumatanes au Nord. Si la disposition d’ensemble est celle d’un bas plateau entouré de vallées profondes, dans le détail il s’agit de larges cuvettes de dimension kilométrique, creuses d’une trentaine de mètres, séparées par des interfluves doucement convexes où affleure une croûte stérile. Le terroir de l’aldea s’est adapté aux données physiques. Les fermes se sont regroupées sur les croupes, tandis que les deux principales cuvettes sont consacrées à la culture. On distingue deux secteurs :

  • le parcellaire des cuvettes où les pièces de terre de forme trapue et relativement étendues (de 0,5 à 1 ha) sont séparées par un quadrillage de bandes herbues, chaudes et sèches, à la mince couche de terre arable (30 à 40 cm d’épaisseur seulement), elles ne portent qu’une milpa chaque année ; les haricots poussent mal ; une partie du terroir se trouve en friche ou en jachère longue et peut servir de pâture à quelques troupeaux de moutons ; l’élevage bovin est inexistant, probablement à cause de la sécheresse mais également de la pauvreté des Indiens, l’achat de gros bétail étant un très gros investissement ;
  • les fonds plats et irrigables des vallées découpant le plateau qui abritent de minuscules parcelles de roseau et très peu de milpas irriguées ou de canne à sucre.

97En conséquence les activités sont très réduites et se limitent à :

  • la traditionnelle agriculture de saison humide, la culture du maïs et du haricot ; seul avantage, le maïs pousse vite (entre trois et quatre mois) et la récolte a lieu dès le mois de septembre. Une partie de la récolte est transformée en viande de cochon ; chaque famille essaie de vendre au moins un animal par an, après l’avoir engraissé ; des circuits de ramassage liés aux grands marchés du Sud Quiché pénètrent dans les hameaux les plus reculés ; le budget familial s’équilibre sur cette rentrée d’argent frais.
  • l’artisanat fondé sur la fabrication des nattes est l’autre base. Comme les Indiens de Xabaj, les gens de Chiboy cherchent à posséder une plantation de roseau dont la matière première assurera du travail pour plusieurs mois.

98Contrairement au comportement général, les gens de Chiboy ne vont pas ou plus travailler dans les plantations de la côte, disant que c’est un travail malsain, et préfèrent effectuer des travaux agricoles salariés sur place. Peut-être une faible densité de population pour un terroir vaste même s’il est pauvre favorise le maintien de la population sur place toute l’année ; d’autre part, les leaders indigènes locaux, issus de l’Action catholique, déconseillent les départs.

99Cette attitude générale tranche avec celle de l’aldea voisine de Chinillá, en grande partie ladina, qui au contraire semble manquer de terres cultivables ; une partie de son terroir s’étend d’ailleurs sur le piano de Chiboy, ce qui crée de fréquentes frictions entre les deux populations. Un mouvement de rachat de ces terres par les Indiens de Chiboy s’est d’ailleurs effectué ces dernières années. Les ladinos de Chinillá, jadis éleveurs, ont traditionnellement émigré vers la capitale ou les autres villes ladinas pour occuper des emplois de fonctionnaire, de commerçant, ou entrer dans l’armée. Ceux qui sont restés font partie des contingents de migrants temporaires, au même titre que les ladinos du munipio de Canillá ou de l’aldea de Las Casas.

Les environs de San Bartolo

100Le terroir du municipio, contrairement à la variété se trouvant dans ceux de Canillá ou San Andrés, s’étend à la limite entre l’étage tempéré et l’étage chaud. La population des hauts (terre froide) est rattachée à d’autres municipios (Sacapulas, San Pedro, Santa Cruz). La complémentarité terre froide – terre chaude joue un faible rôle ; chaque exploitation possède sa ou ses parcelles dans un même canton et dans un même milieu géographique, entre 1 600 et 1 300 m d’altitude.

101Le terroir, épousant le cadre physique des lanières de plateau isolées les unes des autres par les profondes entailles des cours d’eau, est très morcelé ; ce morcellement a été mis à profit pour la constitution de grandes propriétés comprenant un peuplement colon (mozos colonos, sorte de serfs jouissant d’une parcelle en contrepartie d’un certain nombre de journées de travail pour le propriétaire). Ces hameaux sont devenus indépendants (latifundios démembrés ou rachetés par les colons) et créent autant de cantons, sans pour autant représenter la même réalité que les aldeas du municipio de San Andrés. Le faciès des grandes vallées drainées à vallons pentus et versants convexes, ou celui des vallées à fond plat irriguable, sont peu représentés ; le faciès en gorge prédomine, rendant les vallées peu utilisables pour les activités agricoles et la pinède a envahi les versants. Le terroir ne comprend donc pas de secteur irrigué et l’économie locale s’appuie sur une triple activité :

102– En premier lieu, la culture du maïs et du haricot avec une unique récolte en octobre-novembre. Bien que chaque famille possède le plus souvent plusieurs hectares (les terres communales n’existent plus) comprenant des friches ou de la pinède, la surface semée par exploitation dépasse rarement 1,5 ha, sauf pour les bénéficiaires de la réforme agraire du gouvernement Arbenz à Los Cimientos ; ce phénomène tient au fait que l’érosion affecte une grande partie des sols jadis cultivés, et que la capacité de travail d’un adulte est limitée par le faible niveau technologique. En conséquence, les deux tiers des terres planes du bassin sont laissées à la pâture extensive ; la jachère est encore fonctionnelle. La saison agricole se termine par des plantations de tomates et de piments, profitant de l’humidité persistante après la saison des pluies ; la moitié des paysans déclarent pratiquer cette culture d’appoint.

103– En second lieu, l’élevage est directement associé à l’agriculture ; 40 % des familles interrogées élèvent des moutons dans le but d’en récolter le fumier comme engrais naturel pour leurs milpas ; la laine rapporte peu et le tissage jadis prospère disparaît ; les troupeaux comprennent une dizaine de têtes et sont gardés en permanence par les femmes ou les enfants sur les terrains de leur propriétaire. Par contre, peu de paysans possèdent en propre des bovins ; la coutume s’est établie de garder les troupeaux d’éleveurs ladinos habitant sur les municipes voisins (Santa Cruz, San Pedro...), sans autre rémunération que la jouissance du fumier.

104L’élevage des porcs et des volailles est comparativement peu important. Ce fait souligne le déficit très accusé de la production de maïs dans cette région.

105– Enfin l’artisanat de la palme touche 80 % des familles ; il s’agit comme à Santa Cruz de la confection de tresses pour faire ensuite des chapeaux. Les Indiens achètent la palme brute sur le marché et tressent toute la journée, à raison d’un rouleau par jour et par personne, quelque soit leur type d’activité (en marchant, en gardant les moutons, en parlant, à la maison, etc.) ; cette sous-traitance pour les fabricants de chapeaux du Quiché, qui rappelle les formes de répartition des marchandises de l’époque coloniale (repartimientos), rapporte très peu (une personne peut tresser un rouleau par jour, soit un gain net de six à sept centavos – 0,20 à 0,30 francs – ce revenu est inférieur des trois quarts à celui procuré par la confection de nattes). Pour joindre les deux bouts (60 % des familles interrogées doivent acheter du maïs en cours d’année), et davantage encore dans cette zone des bassins, on a recours au travail salarié sur place ou dans les plantations de la côte ; le coton draine chaque année, dans des conditions de transport et de travail déplorables, des familles entières ; de janvier à mars, la population active masculine déserte le municipio, les instituteurs voient fondre les effectifs des classes. Ces paysans sont déjà des semi-prolétaires.

***

106Ces quelques cas permettent de mettre en évidence les possibilités agricoles de chaque géosystème :

  • Les terroirs de montagne sont caractérisés par une relative disponibilité en terre qui semble absorber les effets de la croissance de la population rurale. La forêt et la friche permettent le maintien de l’élevage extensif de gros bétail pour les plus riches, de chèvres et de moutons pour les plus pauvres. De plus, les montagnards ont cherché à pallier les désavantages de la terre froide qui rend la maturation des plantes tardive (cycle végétatif de huit mois au lieu de quatre en terre chaude), en occupant (ou achetant) des terres en zone tempérée et chaude ; les gens de Xabaj peuvent avoir deux ou même trois récoltes de maïs échelonnées, de même ceux de Las Casas. Les artisans indiens des montagnes cherchent aussi à contrôler la culture du roseau, matière première indispensable, dans les vallées chaudes irriguées. Ces mouvements sont-ils récents ou anciens, et s’ils sont anciens depuis quand ? Il est difficile de répondre à cette question pourtant fondamentale pour comprendre l’évolution de l’économie locale dans une perspective historique ; nos informations fragmentaires ne nous permettent pas de fournir une explication suffisante. Il semble toutefois que la recolonisation des basses pentes râclées tant par les indiens de Xabaj (lieux-dits Xitux et Xacal), que par les ladinos de Las Casas (El Agostadero), se soit produite dans les toutes dernières années, ou du moins une partie de ce mouvement ; la pression démographique en serait la cause. Les gens de Xabaj ont aussi bénéficié de facilités accordées par les autorités municipales pour l’usage de certaines terres communales (phénomène de clientèle politique).
  • Les terroirs de bassin semblent avoir des possibilités actuelles plus limitées. L’ancienneté de l’occupation (présence de nombreux vestiges précolombiens à proximité des principaux noyaux de peuplement) est peut-être responsable de l’érosion accélérée des sols qui affecte y compris les terres les plus planes, pourtant les plus favorables aux labours. L’avantage de la faible déclivité et de la chaleur perd beaucoup de son impact. L’extension de terrains plans, comme à Chiboy ou dans la plaine de Canillà, a suscité la mise en chantier de périmètres d’irrigation (entré en fonctionnement à Canillà en 1975) mais il est alors indispensable de remédier à la pauvreté des sols. L’irrigation de ces plaines sèches peut en effet permettre deux ou trois récoltes, comme dans les vallées. Pour l’instant, les paysans de Chiboy ou de San Bartolo n’ont qu’une récolte de maïs par an. La culture d’appoint de la tomate et du piment n’a qu’une diffusion locale. La sécheresse rend la pratique de l’élevage bovin difficile, sauf si l’on dispose de terrain de parcours étendus, comme c’est le cas d’un grand propriétaire de Canillà possédant plusieurs caballerias encloses.
  • Les terroirs des grandes vallées drainées constituent les zones les plus favorables parce qu’ils réunissent la plus grande variété des activités agricoles ; alliance des cultures sèches et des cultures irriguées, élevage. C’est pourquoi elles sont densément habitées ; leur accès est l’objet d’une forte concurrence tant de la part des montagnards que des habitants des bassins. Toutes les vallées cependant n’offrent pas les mêmes avantages : les secteurs chauds des vallées traversant les bassins ont souvent des fonds plats réduits et leurs versants raides sont inutilisables. Par contre, les vallées de montagne et les secteurs se trouvant au contact en terre tempérée avec les bassins offrent toutes les possibilités (vallons pentus, versants convexes pour les milpas et l’élevage, fonds irrigables).

107Cependant, la diversité des conditions climatiques, l’étagement de la végétation, la variété des paysages et des reliefs, l’existence de plaines chaudes, tous ces éléments n’ont que peu de conséquences sur l’économie rurale caractérisée par une grande uniformité. L’agriculteur assure en premier lieu sa récolte de maïs, et c’est seulement s’il dispose de temps et de terres supplémentaires qu’il se livre à d’autres cultures commerciales, bien que ces dernières soient plus productives : c’est pourquoi la canne à sucre par exemple n’occupe qu’une faible part des terrains irrigables, la majeure partie de ceux-ci étant réservés au maïs, ou au roseau. L’élevage, jadis fleuron de la présence ladina, se maintient dans la zone des bassins pour une minorité, mais semble se développer en montagne ; cependant la taille des troupeaux est conditionnée en partie par la diminution des terrains de pâture parsemés de milpas récentes.

108La dimension des exploitations et la possession des moyens de production restent les facteurs déterminants : seuls les plus riches peuvent profiter de la complémentarité des terroirs liés à l’étagement climatique et à la proximité de l’eau.

109Ainsi la culture du maïs, l’abondance ou la pénurie de grains, règlent la vie locale. Les départs vers les plantations de la côte sont aussi calqués sur le calendrier agricole (Tableau 9).

110En mai les premières pluies marquent le début de la saison agricole : les semailles et surtout le binage des mauvaises herbes qui débute dès que la jeune pousse atteint une hauteur de quelque 10 cm et se poursuit jusqu’à la formation de l’épi, constituent les travaux les plus lourds. C’est une période de soudure difficile : les réserves de grains de l’année précédente sont épuisées et le nouveau maïs n’est pas encore comestible. C’est seulement début septembre que, sans attendre la maturation complète des épis, les paysans commencent à s’en nourrir. Mais dans l’intervalle il faut manger et pour cela s’adonner à diverses occupations comme la confection de nattes ou de tresses vendues sur le marché hebdomadaire, se défaire des animaux de basse-cour qui se nourrissent de maïs (porcs, volaille) ou s’endetter en se contentant de toute façon de repas frugaux. Une minorité, le plus souvent ladina, dont la récolte a été suffisante pour durer jusqu’en novembre, profite alors de l’occasion pour faire le commerce du maïs, acheter bon marché les porcs et les volailles et spéculer ainsi sur la pauvreté générale. La récolte s’étale entre les mois de septembre et décembre selon l’altitude. Entre les mois de décembre et avril, la saison sèche limite les travaux agricoles aux zones irriguées. Le sous-emploi saisonnier facilite les migrations.

TABLEAU 9. Calendrier des départs à San Andrés et San Bartolo.

TABLEAU 9. Calendrier des départs à San Andrés et San Bartolo.

111Mais les éléments positifs que nous avons notés, faible densité de population, relative disponibilité de terre, pratique de l’élevage, utilisation des engrais, sont en train de disparaître :

112Les terres communales subissent la double pression de l’extension de la propriété privée et de celle de l’accroissement du nombre des minifundistes qui réclament des terres à défricher. Les terres chaudes sont déjà trop usées pour contenir un accroissement de population. Les vallées tempérées sont limitées et occupées. Seule la montagne peut encore servir d’exutoire. Les hauts versants à chênaie dominante se transforment rapidement en zones défrichées. Mais, avec des différences de degré, tous les paysages à pinède claire sont soumis à des processus semblables d’occupation de terre avec déboisement et défrichement. On peut formuler l’hypothèse que tous les géofaciès de montagne tendent à se transformer en paysages défrichés, et par les facilités qu’ils offrent à l’érosion ils évoluent vers l’appauvrissement pour se transformer en autant de futurs versants râclés. Dans les dernières décennies et spécialement semble-t-il dans les dernières années, beaucoup de terre dites communales ont été clôturées et occupées par des paysans que la rareté des terres a obligé à s’établir sur des sols dont ils connaissaient pourtant tous la pauvreté. On voit même ici ou là des versants râclés et clôturés, sur lesquels on essaie une maigre production de maïs pendant un an ou deux. La généralisation des clôtures permanentes entraîne la diminution des terres communales, donc des pâtures libres pour l’élevage bovin ou ovin, particulièrement dans la zone des bassins. A ce dernier stade de l’appropriation privée des terres, l’extension possédée détermine directement la capacité de l’agriculture et de l’élevage. Les gros troupeaux se réduisent à quelques unités et l’orientation se fait vers l’engraissement de quelques bêtes seulement dont il sera plus facile de trouver la nourriture.

113Sur ces terres pauvres, la jachère permettait de maintenir un certain équilibre, avec l’apport d’engrais naturel depuis la conquête. Actuellement cet équilibre est détruit. Celui qui exploite un lopin de terre le cultive année après année tant qu’il produit suffisamment de maïs pour justifier l’effort de la cultiver. Il ne le laissera en repos qu’après l’avoir cultivé jusqu’aux limites car il n’est plus assuré de retrouver une autre parcelle. Un pourcentage non négligeable de paysans est déjà sans terre.

114L’introduction des engrais chimiques depuis 1965 environ a entraîné un doublement des rendements et permet de retarder le seuil d’usure. Mais le triplement des prix en 1974 a déjà entraîné un ralentissement significatif dans son emploi et accru l’endettement des minifundistes.

115Il est probable que le sous-emploi va continuer à croître dans le minifundio. Celui-ci ne se conçoit que dans son articulation au latifundio. Le secteur de l’agriculture d’exportation peut-il absorber cet excédent de main-d’œuvre ?

  • 7 C. Bataillon et Y. Lebot, Migration intérieure et emploi agricole temporaire au Guatemala, Cahiers (...)
  • 8 L. Schmied, El papel de la mano de obra migratoria en el desarolló económico de Guatemala. Univers (...)

116Les tendances du mouvement migratoire à moyen terme7 indiquent une réduction probable de l'emploi en terre chaude qui accompagnera la décadence du coton et le retour à l’élevage, même intensifié. En effet, l’emploi dans les plantations de café devrait stagner dans les dix années à venir, vu la conjoncture du marché mondial et la très forte concurrence internationale. Celle-ci est par contre favorable à l’extension de la canne à sucre pour cinq ou dix ans encore, mais les plantations de canne recrutent proportionnellement les plus faibles contingents. On prévoit que les plantations de coton qui ont connu une croissance très rapide jusqu’au début 1960 vont tendre à plafonner puis diminuer probablement vers 1975-1980. Depuis une décennie, les cultures de plantation s’étaient accrues de telle façon que l’embauche était passée de 310 000 à 350 000 en 1974. Or cette modeste croissance de l’emploi temporaire est à mettre en rapport avec celle de la main-d’œuvre adulte implantée dans le minifundio. Schmied a calculé que dans l’Altiplano occidental 350 000 nouveaux chercheurs d’emploi se présenteront sur le marché du travail pendant la décennie 1966-1976, soit cinq à dix fois plus que les nouveaux emplois probablement créés dans les plantations8. Cette inadéquation entre le sous-emploi dans le minifundio et les sources d’emploi dans les plantation va s’accentuer.

117La migration définitive est très faible dans l’aire étudiée. Elle est surtout le fait de ladinos qui cherchent à s’employer à Santa Cruz del Quiché ou dans la capitale.

118Les populations de San Andrés, Canillà et San Bartolo restent enfermées dans l’horizon borné des limites de leurs municipios. Mais l’isolement et la paupérisation ne réservent pas le même sort à l’Indien et au ladino. Le ladino, d’une certaine façon, participe à la vie nationale. Il émigre temporairement ou définitivement à Santa Cruz del Quiché ou dans la capitale, pour sortir de sa condition paysanne, devenir fonctionnaire, transporteur, commerçant, etc. Guatemala exerce sur lui l’attraction de la réussite individuelle. S’il ne s’en sort pas lui-même, il bénéficie de la solidarité des membres de sa famille ou de son village déjà émigrés. L’Indien, sauf exception, piégé dans son identité linguistique, n’a comme exutoire que le va-et-vient entre son pueblo et les plantations de la côte. Il est condamné à l’atomisation et à la paupérisation. Le ladino pauvre des campagnes l’a déjà rejoint, il est en quelque sorte devenu Indien.

119Nous posions la question au départ : hommes de maïs ou hommes de café ? Le paradoxe, c’est que les hommes de maïs peuvent de moins en moins le rester, sans pour autant devenir à part entière des hommes du café ou du coton.

120(1974)

Fig. 27. – San Andrés Sajcabajá vu des pentes du « Cerro el Achiote ». (Cliché A. Ichon)

Fig. 28. – Labourage. (Cliché D. Douzant)

Fig 29. – Dessin en coupe du pays de San Andrés Sajcabajá.

Fig. 30. Les Cuchumatanes vues de Chilil. Plan médian : le piano de Chiboy disséqué par les barrancos. (Cliché A. Ichon)

Fig. 31. –San Andrés Sajcabajá : le camino real vers Canillá. (Cliché A. Ichon)

Fig. 32. — Population indienne et ladina.

Fig. 33. – Plan du village de San Andrés.

Fig. 34. — Le pays de San Andrés.

Fig. 35. — San Bartolo Jocotenango.

Fig. 36. — Vallée du rio Agua Caliente : exploitation familiale, élevage, bovin, canne à sucre. (Cliché D. Douzant)

Fig. 37. — Vallée du rio Negro ou Chixoy : le pont du chemin d’Uspantan (ex-camino real). (Cliché D. Douzant)

Fig. 38. — Un « rancho » de montagne : Pueblo Viejo Chichaj. (Cliché A. Ichon)

Fig. 39. — Le marché de Canillá : ladinos du bourg et Indiens venus de la sierra de Chuacús. (Cliché D. Douzant-Rosenfeld)

Notes

1 Cette contribution présentant le cadre physique et humain de la région de San Andrés Sajabajá s’appuie sur quelques extraits de la synthèse effectuée par nous dans Paysage et société en pays quiché, thèse de 3e cycle, Paris, 1975. Les observations sur le terrain ont été effectuées entre 1972 et 1974 et sont rapportées, outre la thèse sus-mentionnée, dans Cahiers des Amériques Latines, no 11, 1974, en particulier O. Dollfus et D. Douzant. « Les paysages de San Andrés Sajcabajá et leur organisation. »
Il ne s’agit ici que d’un petit aspect de la question, écartant l’étude systématique des activités économiques, des migrations temporaires, des relations inter-ethniques, de la stratification économique etc.

2 L’analyse des paysages a donné lieu par nous à l’établissement d’une carte des paysages au 1/50 000 (cf : Cahiers des Amériques latines, no 11, 1974, et thèse avec commentaire). Cette analyse s’appuie sur la méthode élaborée par G. Bertrand dans différentes études dont celle des montagnes cantabriques en Espagne et exposé dans l’article : « Paysage et géographie physique globale, esquisse méthodologique » (Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1968, no 3). Nous suivons la méthode proposée par ce dernier ; nous ne déveloperons que les niveaux IV (« géosystèmes » : « il s’agit d’une unité dimentionnelle comprise entre quelques kilomètres carrés et quelques centaines de kilomètres carrés ; c’est à cette échelle que se placent la plupart des phénomènes d’interférence entre les éléments du paysage et qu’évoluent les combinaisons les plus intéressantes pour le géographe ; à un niveau supérieur, seuls importent le relief et le climat et accessoirement les grandes masses végétales ; à un niveau inférieur, les éléments biogéographiques risquent de masquer les combinaisons d’ensemble... ») et V (« géofaciès » : à l’intérieur d’un même géosystème, il correspond à un secteur physionomiquement homogène où se déroule une même phase de l’évolution générale du géosystème).
Les pourcentages indiqués entre parenthèse après chaque géosystème et géofaciès correspondent à leur superficie sur la carte des paysages.

3 Y. Lebot in, La terre, les paysans, le pouvoir. Étude d’une société agraire à dominante indienne dans les hautes terres du Guatemala, thèse de 3e cycle, Paris 1977 (annexes).

4 F. Lartigue, rapport interne R.C.P. 294,1973.

5 Ibidem, p. 88.

6 Enquêtes effectuées en août 1973 : aldea de Xabaj vieux : 19 familles ; Xabaj jeune : 24 ; aldea Las Casas : 38 familles sur 43 ; environs de San Bartolo : 110 familles.

7 C. Bataillon et Y. Lebot, Migration intérieure et emploi agricole temporaire au Guatemala, Cahiers des A mériques Latines, no 11, 1974, 117-147.

8 L. Schmied, El papel de la mano de obra migratoria en el desarolló económico de Guatemala. Universidad de San Carlos, 1973.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search