Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

San Andrés Sajcabajá

 | 
Henri Lehmann

Chapitre II. Communauté indigène et fiscalité coloniale sur les hautes terres guatémaltèques. San Andrés Sajcabajá du xvie au xixe siècle

Jean Piel

Texte intégral

I. Conditions de recherche, problématique, sources, chronologie

1Les notes qui suivent sont le résultat de recherches et de réflexions quelquefois collectives, le plus souvent solitaires, menées au travers de quatre missions d’environ trois mois chacune entre décembre 1972 et septembre 1975. Ces missions ont mené l’auteur sur le terrain, au Guatemala, et dans diverses bibliothèques et archives guatémaltèques, mexicaines, espagnoles, britanniques et françaises. Pour être complet un tel effort aurait exigé – ce qui a été impossible, faute de temps et de crédits supplémentaires – de travailler dans les directions suivantes :

  1. Au Vatican dans les archives dominicaines, pour tout ce qui concerne cette région du Guatemala qui a longtemps relevé de l’autorité des frères de Saint Dominique et de l’évêché du Chiapas (fondé par Bartholomé de Las Casas lui-même).
  2. Aux États-Unis dans les divers fonds d’archives et de documents microfilmés constitués par divers spécialistes nord-américains – en particulier au Texas (centre documentaire de l’Université d’Austin), en Californie (librairie Bancroft) et à New York (où nous sommes en contact avec notre collègue R. Carmack, qui travaille sur cette région, justement).

2Abordé sans directive d’équipe explicite et sans préjugé personnel ou d’école, le matériel accumulé a progressivement élaboré de lui-même sa problématique, au « hasard » ( ?) des rencontres documentaires ou de terrain et des questions qu’elles soulevaient concernant les origines historiques des faits ou des structures économiques, agraires, sociales, ethniques, mentales et religieuses – qu’elles révélaient.

3A partir de là, par interrogations, contradictions, inductions et problémations successives, sont apparus un certain nombre de fils conducteurs de recherche qui, en révélant leur solidité et leur continuité à travers l’écheveau des documents ethnographiques, bibliographiques et archivistiques, se sont transformés en problèmes, et même en problématique.

4La première question conductrice, induite par le titre du programme de recherche collective, San Andrés Sajcabajá et sa région, a été, bien entendu, de caractère historico-géographique. Quelle région, quelle communauté villageoise ? Comment se sont-elles formées ? Comment ont évolué leurs rapports réciproques à travers le temps ? La question détermine ses sources, de plus en plus anciennes et invoquées par récurrence : dictionnaires géographiques des XXe et XIXe siècles, récits de voyageurs et descriptions géographiques des XIXe et fin du XVIIIe siècles, nomenclatures administratives et fiscales du Siècle des Lumières, visites et chevauchées épiscopales ou judiciaires du XVIIe siècle, récits de conquête militaire ou spirituelle du XVIe siècle, témoignages légendaires de migrations et d’installations tribales très anciennes inscrites dans l’espace mythique et magique des Maya-Quichés pré-colombiens, ancêtres de l’actuelle population indienne de la région.

5Et très vite surgit une contradiction, inductrice de la seconde question qui a orienté la recherche. La région – ou plutôt les régions dans lesquelles s’intègre successivement San Andrés Sajcabajá, par leurs limites, par leur extension, par leur principe de fonctionnement, ont énormément varié pendant cinq cents ans et ne correspondent jamais à la région géo-morphologique ou géo-écologique définie par les géographes de l’équipe. Si les déterminismes géographiques locaux sont insuffisants pour expliquer les variations de la vie villageoise et régionale, c’est donc qu’il faut chercher ici d’autres déterminismes comme principes organisateurs de l’espace et des hommes à travers le temps. Surgissent alors de nos lectures et de nos archives des acteurs qui, autant sinon plus que l’altitude, la pluviométrie, les géo-faciès, ou les éco-systèmes, expliquent les changements des établissements humains et de leur influence sur l’aménagement du milieu rural. Il s’agit par exemple, et par ordre d’entrée en scène : des fondateurs de lignage ou de dynasties indigènes pré-colombiennes, de rois-chefs de guerre, d’évangélisateurs-conquérants, d’évêques-fondateurs de villes, de marchands et transporteurs indiens ou espagnols, de prédicateurs constructeurs d’églises et régisseurs des nouveaux rapports de production villageois. Enfin, gouvernant le tout à partir de 1540 environ, et pour quatre siècles sans beaucoup de changements quant aux méthodes, il s’agit aussi des divers représentants locaux de l’État central, colonial puis néo-colonial, et en particulier d’une assez large variété de percepteurs, civils ou ecclésiastiques, chargés de stimuler et prélever le surproduit agricole et artisanal, en nature, en argent ou en travail forcé, réalisé à partir de la force de travail indienne et rurale dont l’exploitation, étatique (tributaire) ou privée (d’hacienda) est le fondement même de la société espagnole coloniale au Guatemala.

6C’est à cette administration fiscale qu’il revient en définitive d’organiser la base territoriale la mieux adaptée à la collecte de l’impôt et, par son intermédiaire, à l’articulation de l’économie indigène locale à l’économie globale, située selon les circonstances dans ou hors d’une économie de marché généralisée, dans ou hors d’une économie d’entreprises – agricoles ou manufacturières – précapitalistes mais déjà spéculatives dans la mesure où elles produisent pour un marché mercantiliste colonial. C’est dire qu’historiquement le village, la région, avant d’exister comme unité de géographie humaine existent en tant qu’unité d’exploitation fiscale : privées (encomiendas), publiques (tributaires) ou ecclésiastiques (diezmos, décimes). Au point de vue de l’historien, le fait de géographie régionale - le village, la région - ne trouve pas en lui-même sa propre explication : il n’existe qu’en fonction d’une économie des rapports humains (spatiaux, économiques, sociaux) qui trouve son principe non dans les données géographiques naturelles et locales mais dans l’organisation de l’espace et des hommes qui le peuplent par le (ou l’absence de) marché et par l’État, autrement dit par une économie politique.

7Intervient alors une troisième question, inductrice de recherche, dans le cas de San Andrés Sajcabajá et de sa région. Admettons en effet que la région, que les régions auxquelles a appartenu tour à tour ce village indien pendant quatre cents ans, aient beaucoup varié, reste le village et avec lui d’autres villages voisins, étonnamment stables et permanents, d’après nos documents depuis le moment de leur fondation entre les XVIe et XVIIe siècles, et ce malgré les troubles politiques et même – nous sommes au Guatemala – malgré les tremblements de terre. Si elle n’est pas d’origine géographique et naturelle, d’où vient cette stabilité ? En-deçà de la région, variable parce que délimitée par des critères externes variables, le village – et avec lui le groupe humain qui le produit et le reproduit à travers le temps long : la communauté villageoise indigène – est-il cet invariant autonome cher à certains ethnologues, capable de rendre compte de lui-même par lui-même, peu altérable sous la pression des déterminations externes, constituant à lui-même, à travers le jeu de ses rapports internes de parenté, d’échanges et de charges, sa propre économie politique, pour l’essentiel autosuffisante et autocentrée ? A cette question aussi nous pensons que l’histoire de la fiscalité coloniale peut apporter une réponse, et une réponse décisive. S’il se révèle en effet que malgré ses pressions, exercées à travers des organisations régionales variables, la fiscalité coloniale n’intervient sur la vie villageoise que sous la forme d’une contrainte externe incapable de modifier les structures économiques et politiques internes de la communauté indigène, l’hypothèse maximale d’une ethnologie exclusivement structuraliste est vérifiée et la communauté de San Andrés Sajcabajá fonctionne dans le temps comme une variable – ou une « invariable » – indépendante. Au contraire s’il se révèle, grâce à nos documents, que la structure – mieux, que l’existence – de cette communauté est conditionnée et modifiée par et pour la fiscalité coloniale, même dans les périodes d’inexistence locale de l’économie de marché, alors il faut bien admettre que les données d’une ethnographie locale, que les analyses d’une ethnologie ou d’une sociologie locales ne sauraient faire l’économie de la critique historique (historique et non historiciste) des formes et des structures dont elles rendent compte. Autrement dit il s’agit de comprendre, à travers l’histoire de la fiscalité coloniale, monétaire et pré-monétaire, les structures causales qui raccordent entre elles, de manière réciproque, l’économie politique communautaire indigène à l’économie politique générale de la société coloniale guatémaltèque et espagnole – comprendre des structures causales dans leur fonctionnement durable, mais aussi dans leur genèse, dans leur crise et dans leurs transformations. Ainsi défini le problème, de quel matériel disposons-nous pour tenter de le résoudre ?

8Sur le terrain les archives municipales de San Andrés Sajcabajá et des villages voisins permettent rarement de remonter au-delà du début du XXe siècle, ce qui est le signe évident de l’état de sous-administration dans lequel était tombé cette région marginale du Guatemala républicain pendant le XIXe siècle. Par contre les archives communales – des communautés ladinas (métisses) plutôt que des communautés indiennes – permettent de retrouver les copies locales des compositions de terre effectuées en leur faveur entre XVIII et XIXe siècle et qui sont en tant que syndics d’intérêts communaux distincts de la gestion municipale (étatique), leur véritable acte de fondation. L’Église locale, à travers ses archives paroissiales (registres de baptême, de décès, de mariage, livres de raison des prêtres qui y consignaient les événements importants de la paroisse) fournit des données – malheureusement très discontinues et souvent disparates – depuis le XVIIIe siècle et invoque des documents disparus du XVIIe siècle. Raccordées aux livres d’autres paroisses avec lesquelles, pour diverses raisons (émigration temporaire ou permanente de ses natifs, déplacements du siège de l’administration paroissiale) San Andrés Sajcabajá entretenait des rapports privilégiés, ces archives paroissiales permettent de reconstituer partiellement l’histoire démographique et certains traits d’économie et d’ethnologie de la société locale aux XVIIIe et XIXe siècles. Il aurait été plus qu’utile – indispensable – d’accéder aux archives des confréries indigènes, probablement fondées au XVIIe ; peut-être même à la fin du XVIe siècle. Elles nous auraient révélé sans aucun doute bien des continuités entre l’héritage indigène local (familial, clanique, hiérarchique, rituel, symbolique) et la paroisse chrétienne consolidée sur ses ruines. Malheureusement – signe des tensions ethniques et politiques locales au moment de l’enquête sur le terrain entre 1972 et 1974 ? – elles nous sont demeurées inaccessibles. Au total, concernant l’histoire coloniale de la fiscalité, ces archives locales livrèrent peu de sources directes : quelques recensements tributaires du XVIIIe siècle ; le mouvement démographique (incomplet) et des données sur cette forme particulière de fiscalité qu’étaient les compositions de terre.

9Dans les dépôts généraux d’archives centraméricains, nous devons évidemment beaucoup à l’Archivo General de Centro America (A.G.C.A.) dont le siège est à Ciudad Guatemala ; à la Bibliothèque nationale du Guatemala ; à l’Archivo Arzobispal de Guatemala (A.A.G.) ; à l’Archivo General de la Nación de Mexico. Les archives épiscopales de l’évêché de Chiapas – dont a dépendu San Andrés Sajcabajá – nous ont beaucoup déçu et, à Ciudad Guatemala, le Couvent de Santo Domingo ne nous a malheureusement rien livré. A la suite d’une émeute anti cléricale au début du XIXe siècle, ses archives auraient été saccagées par la foule, une partie des liasses détruites, l’autre partie, sauvée de justesse et déposée dans le fond général qui forme aujourd’hui l’Archivo General de Guatemala y Centro América, où nous l’avons consultée. Dans l’ensemble ces sources centraméricaines sont indispensables et irremplaçables pour tout ce qui concerne le cadre – clérical, administratif, judiciaire, économique – à l’intérieur duquel fonctionnent pendant la période coloniale San Andrés Sajcabajá et sa région. Mais elles sont beaucoup moins explicites sur le fonctionnement de détail et le rendement de la fiscalité locale.

10Il a donc fallu compléter ce corpus dans les archives coloniales américaines de l’Espagne. Certaines collections publiées de documents ont été essentielles (la collection « Muñoz » en particulier) ; mais plus encore les liasses sévillanes de l’Archivo General de Indias (A.G.I.) augmentées des manuscrits de l’Archivo de Simancas qui nous intéressent et qui ont été transportées à Séville. A Madrid nous avons trouvé des compléments utiles à l’Institut Oviedo, à la Real Academia de Historia, à l’Archive Nationale, à la Bibliothèque Nationale, dans les archives de l’École militaire et du Musée de la Marine. Les archives britanniques ont été mises à contribution, particulièrement le département des manuscrits du British Museum, les rapports consulaires, les archives navales du Foreign Office accessibles au chercheur étranger. Ce sont dans ces archives européennes que nous avons pu trouver les données les plus précises sur la fiscalité de la zone étudiée dans la période coloniale.

11De cet ensemble documentaire surgit une chronologie de la fiscalité coloniale dans notre région qui, en elle-même est déjà une réponse aux questions que nous posions tout à l’heure. De 1524, date de la conquête militaire du Guatemala et du Royaume Quiché d’Utatlan par Pedro de Alvarado, jusqu’en 1549, date de la première tributation d’Utatlan consignée dans nos archives, aucune mention fiscale explicite n’est faite, ni de San Andrés Sajcabajá – dont nous pouvons supposer qu’il n’existe pas encore sous la forme d’une réduction coloniale – ni de l’ensemble ethno-politique qui l’englobe alors et que les Espagnols, à la suite des Aztèques, prennent l’habitude d’appeler par son nom mexicain, le « royaume d’Utatlan ».

  • 1 D’après un document de 1632, recopié sur le livre de baptêmes de San Andrés Sajcabajá en 1815 par (...)
  • 2 Cf. Saint-Lu, 1968.

12De 1550 jusque vers 1600 environ, nos sources révèlent une fiscalité coloniale qui fonctionne sur la base territoriale militaire de cet ancien « royaume » centré autour de sa capitale, Utatlan, qui est érigée en cabecera de tributo, en chef-lieu de perception. Mais aucune mention fiscale précise n’est faite des diverses parcialidades ou estancias qui subdivisent ce « royaume » et nous ne savons toujours pas si San Andrés Sajcabajá, qui est une des « doctrines » desservies par les Dominicains du couvent de Sacapulas au début du XVIIe siècle est déjà constitué en réduction villageoise au sens strict du terme. La première mention de San Andrés Sajcabajá que nous ayions retrouvée date de 1607, et ressemble fort à une fondation pure et simple, lorsque « Fr. Juan Ramírez, évêque de Guatemala et de Vera Paz administra en 1607 le Saint Sacrement de la Confirmation à 141 personnes et consacra trois cloches... »1. Avant cette date nous savons qu’il existe un lieu-dit « Sajcabajá », mais rien n’atteste qu’il ait déjà été organisé en réduction villageoise. Avec de nombreuses autres parcialidades y estancias, il fait sans doute partie de cette zone mal déterminée, située au XVIe siècle entre Utatlan (Santa Cruz del Quiché), Ucelutlan (Sacapulas) et Tezulutlan (ou la Vera Paz), et qui porte alors le nom générique de Tequicistlan2. Tout indique donc que la tributation coloniale, pendant le XVIe siècle fonctionne sur la base régionale ethnique du « royaume d’Utatlan » et que la machine fiscale n’a alors besoin ni du rouage villageois, ni de celui de la communauté indigène dont il n’est même pas certain, vers 1580-1600, qu’ils aient reçu un commencement de réalisation sous forme d’une de ces « réductions » dont seuls Santo Tomas-Chichicastenango et Santa Cruz-Utatlan (future Santa Cruz del Quiché) offrent des exemples attestés dans la zone depuis 1540 environ.

  • 3 Par exemple en 1655 et en 1690. A.G.C.A. - Leg. 5.794 – Exp. 48.802, fol. 8/v°.
  • 4 Cf. Fuentes y Guzman Recordación florida (1690) – Guatemala, 1932, tome II, chapitre X, p. 59.
  • 5 A.G.I. Sección II : Contaduría general del Consejo de Indias – Leg. 976 – Cuaderno 2 – fol. 188.

13Avec le XVIIe siècle commence une longue période de stabilisation, puis de déclin, d’un système tributaire dont la responsabilité est partagée entre les prêtres dominicains qui encadrent des communautés indiennes désormais définitivement concentrées en réductions villageoises et les autorités fiscales civiles qui opèrent, sous l’autorité ultime de l’Audiencia de Guatemala à travers des subdivisions administratives qui ignorent de plus en plus l’ancienne unité ethno-territoriale du « royaume d’Utatlan ». Les collecteurs laïcs du tribut, dont certains continuent d’être des vecinos de Santa Cruz-Utatlan3, dépendent de nouveaux chefs-lieux administratifs (capitales de corregimientos ou d’alcaldías mayores) dont les circuits de visites fiscales sont indifférents aux anciennes solidarités ethniques locales. Les villages du piémont de la sierra des Cuchumatanes (Sacapulas, Cunen, Uspantan) relèvent du partido de Huehuetenango ; ceux des environs de San Andrés Sajcabajá (Santa Cruz, Chichicastenango, Joyabaj, etc.) du partido de Sololá4. Au XVIIIe siècle ces derniers prennent même l’habitude d’aller vendre leur tribut en nature non plus à Atitlan, ni même à Ciudad Guatemala, mais sur la côte de l’océan Pacifique, à Retalhuleu, où descendent les Indiens des Altos qui vont y travailler comme saisonniers, libres ou forcés, dans les plantations tropicales5. A la fin de cette période le système tributaire se dégrade dans la région, en grande partie comme conséquence de la décadence de l’administration dominicaine sur les doctrines de la région, mais aussi en rapport avec les mutations économiques qui se produisent au Guatemala entre 1680 et 1740 aux dépens de ce qui avait fait jusqu’alors sa prospérité commerciale : le cacao.

  • 6 Ils conservent au total après 1757 : 8 cures dans l’actuel département du Quiché (dont Sajcabajá), (...)

14Cette évolution est sanctionnée dans la région lorsqu’après 1757 les prêtres dominicains qui avaient gouverné San Andrés Sajcabajá et sa région sans discontinuité depuis les débuts de la colonisation, sont dépouillés d’une large partie de leur ministère au profit d’autorités séculières – curés ou fonctionnaires de la Couronne. Bien que la zone reste leur terrain d’action privilégié après cette date6, désormais la tendance est à la sécularisation des mœurs administratives et fiscales dans un temps où les progrès de la démographie et de l’économie monétaire sur les hautes terres indiennes achèvent de modifier le système tributaire colonial à la veille de l’Indépendance du Guatemala. La période coloniale s’achève en effet dans la région entre 1760 et 1821, par une généralisation – en partie spontanée, en partie forcée – de la tributation monétaire et par une amélioration substantielle de l’administration fiscale séculière qui se manifeste par de plus fréquents et plus stricts recensements des hommes et des ressources de San Andrés Sajcabajá et de sa région.

15Ces recensements laissent derrière eux des archives plus nombreuses qui permettent de suivre l’évolution ethnique : métissages et structures de la famille et de l’habitat – économique : rendements agricoles et artisanaux – agraire : expansion de la grande propriété foncière et démographique.

16En fonction de quoi nous subdivisons l’étude des rapports entre fiscalité coloniale et communautés indiennes de San Andrés Sajcabajá et sa région en trois périodes successives : de 1524 jusque vers 1600 ; de 1600 jusque vers 1750 ; de 1750 jusqu’en 1821.

***

II. De la réduction militaire à la réduction ecclésiastique et fiscale du « Royaume d’Utatlan » de 1524 jusque vers 1600

  • 7 Cf. Sol Tax et Robert Hinshaw. – « The maya in the Midwestern Highlands », H.M.A.I., Vol. 7 et 8 :(...)

17Pour cette période formative de la société coloniale indienne dans la région, un premier doute doit être levé. Évoquant les documents par lui microfilmés, en 1947, Sol TAX s’interroge sur « Utatlan », tel que son nom figure dans les listes de tribut dont il dispose : s’agit-il de la ville de Santa Lucia Utatlan, située près du lac Atitlan – région très tôt et très profondément intégrée au contrôle colonial exercé depuis la capitale, Guatemala ? Ou s’agit-il de Santa Cruz Utatlan, capitale de l’actuel département du Quiché, située à quelques kilomètres des ruines de l’ancienne capitale politique des Indiens maya-quichés, Guamajcah, connue des Aztèques, puis des Espagnols, sous son nom mexicain : Utatlan ?7.

18Enquête faite, non seulement dans les archives centraméricaines mais dans celles de l’Espagne, il apparaît que ce doute n’est finalement pas fondé. Tour à tour associé dans les listes de tribut à Chichicastenango, ou à Sacapulas, Utatlan est bien cette capitale coloniale de la partie orientale du territoire occupé en 1524 par le royaume – confédération des tribus quichés, qui forme ce qu’on appelle de son nom au XVIe siècle – le « royaume d’Utatlan » – et qui devient au cours du XIXe siècle une partie de l’actuel département du Quiché. Là où le doute surgit par contre, c’est à propos de la dénomination d’Utatlan dans les documents du XVIe siècle. La ville apparaît successivement – ou simultanément – sous les noms de Guacamaj, ou Gumajcah, Gumarcaah, qui sont des noms proprement quiché, avant sa destruction et sa reconstruction sur l’emplacement colonial actuel, un peu avant 1540. Elle apparaît alors sous les noms d’Utatlan, ou Utatlam, ou Utlatan ou Vitatlan, ou Vlutla ; ou bien christianisée, sous les noms de Santa Cruz Utatlan, ou Santa Cruz Quiché ; enfin sous le nom simplifié de Quiché. Cette indécision toponymique est le signe, fort avant dans le XVIe siècle, d’une forte indécision en matière de géographie administrative. A quoi est-elle due ?

  • 8 Les limites de l’ancien « royaume d’Utatlan » ne sont vraiment définies que lors de la fixation de (...)
  • 9 Ce sont les vallées d’Alotenango, Canales, Chimaltenango, Guatemala, Jilotepeque, Las Mesas, Las V (...)

19Au fait que la région, très tôt soumise aux Espagnols - la prise de Gumarcaj-Utatlan est consommée par Pedro de Alvarado le 13 avril 1524 – reste longtemps aux marges du territoire contrôlé par l’Audiencia de Guatemala. En fait, le « royaume d’Utatlan », tête de pont de la conquête évangélique de la Vera Paz, des Ixiles, des Chois et des Lacandons par les Dominicains du couvent de Sacapulas et de l’évêché de Chiapas, reste longtemps8 une marche frontière située en-deçà de la Vera Paz et de la sierra des Cuchumatanes, mais au-delà des régions directement soumises par le système d’encomienda et de corregimiento, à l’autorité quotidienne et régulière de l’Audiencia ou de l’Ayuntamiento de Guatemala. Cependant que ce dernier influence directement, à travers le corregimiento del valle, les neuf « vallées » qui forment son pays rural immédiat, fournisseur de vivres et de main d’œuvre9 ; cependant que la côte du Pacifique est très tôt valorisée par la production et l’exportation du cacao ; les hautes terres orientales occupées par les Indiens quichés ou les ethnies qu’ils ont dominées avant l’arrivée des Espagnols échappent, grâce à l’action de Bartholomé de Las Casas, au régime de l’encomienda, ce qui lui permet de conserver plus longtemps des caractères ethniques moins altérés qu’ailleurs. En somme, dès le milieu du XVIe siècle, se dessine une géographie du Guatemala dont les traits se maintiennent jusqu’à nos jours. Au Guatemala « utile », composé des plantations de la côte pacifique et des campagnes et exploitations agricoles situées entre lac Atitlan et Ciudad Guatemala (la Antigua), s’oppose un Guatemala marginal, indigène à presque 100 %, celui des Altos, des hautes terres naguère dominées par la principale formation politique pré-alvaradienne : la confédération quiché. Dans ce dernier ensemble, si quelques fondations coloniales – Quetzaltenango, Huehuetenango – acquièrent assez vite une certaine importance et contribuent à modifier le pays rural qui les environne, il n’en va pas du tout de même de Santa Cruz Utatlan, simple chef-lieu administratif, dont la fonction se limite presque exclusivement au XVIe siècle à détenir le monopole de la traite fiscale opérée sur sa région. Celle-ci, contrôlée moins à travers une administration et un appareil d’état, qu’à travers les missionnaires dominicains itinérants du couvent de Sacapulas et les caciques ralliés à la colonisation et leurs réseaux de clientèles et de parentèles ethniques dispersées à travers hameaux et chaumières, ignore encore l’organisation villageoise. La toponymie en effet ne doit pas faire illusion. Lorsque nos documents mentionnent des noms de lieu devenus plus tard des villages – Uspantem, Ucelutlan-Sacapulas, Sahcabaha, Tezulutlan, etc., il ne s’agit encore que de territoires à la population dispersée en hameaux ou parcialidades, unifiée soit par des liens ethniques (familles extensives hiérarchisées ou fédérées) soit par des liens religieux (venant sacrifier, avant leur christianisation parfois tardive et souvent partielle, à un centre cultuel dont on retrouve aujourd’hui les ruines jugées un peu trop vite abandonnées dès 1524). Et même si, à partir de 1540, une pauvre église au toit de paille vient se substituer aux anciens centres cultuels indigènes, desservie plus ou moins régulièrement le dimanche par un doctrinero dominicain venu du couvent de Sacapulas, cela ne suffit à créer déjà ni un véritable village, ni un véritable comun de indios tel que le colonisateur rêve d’en généraliser le modèle dans la région dès 1530.

20Dernière remarque préalable : tête de pont de l’évangélisation dominicaine de la Tierra de Guerra (Vera Paz, Cuchumatanes, Lacandon et Chol) à partir de 1540, intégré à l’évêché (dominicain) de Chiapas, l’histoire – même exclusivement fiscale – du royaume d’Utatlan au XVIe siècle n’est pas séparable de cet ensemble en expansion, même s’il lui offre son point d’appui le plus tôt stabilisé. Il sera quelquefois utile de comparer le destin de la tributation ecclésiastique et royale d’Utatlan à celle de Vera Paz et de Chiapas.

  • 10 Cf. Fr. Francisco Ximenez, 1929/1931. Vol. 1, pp. 77-80 et Carmack.
  • 11 Cf. Popol Vuh et Mateo Morales Urrutia, 1961, p. 482.
  • 12 D’après Información hecha en el pueblo de Teculutlan en 2 de julio 1545 in Colleción « Muñoz » – t (...)
  • 13 Cf. Alonso de Zorita – « Ni hay para que decir la multitud que ha perecido en los puertos haciendo (...)

21Donc Utatlan, dont le roi Oxib Queh avait tenté de prolonger la résistance aux Conquistadores malgré la parole donnée après la défaite et la mort du roi Quiché Tecum Uman près de Quetzaltenango, est prise le 13 avril 1524 par Pedro de Alvarado, et son roi est brûlé vif, sur l’ordre de l’Espagnol. Suit une période pour laquelle nous connaissons mal ce qui se passe dans la région, probablement livrée aux exactions brutales des conquérants puis à celles non moins recommandables des premiers encomenderos nommés dans la région par Alvarado. L’illusion juridique d’un « royaume d’Utatlan » se prolonge pourtant, maintenue par la nomination à sa tête en 1525 du fils d’Oxib Queh, Tecumtepepul, véritable homme de paille des premiers encomenderos, « roi » d’Utatlan, résidant dans ce qui reste de l’antique Gumarcaah qui, à partir de ses vingt-quatre « grandes maisons » ou palais seigneuriaux, commandait avant la Conquista aux caciques locaux, chef de partialités, chefs de clans ou de familles extensives10. Zacahbaha, notre future San Andrés Sajcabajá, n’est encore qu’un ensemble de partialités dirigées par des caciques locaux de cette sorte, mais regroupés toutefois par un culte commun rendu au temple de Tzutuha où l’on révère une « pierre sacrée » en tout point semblable, nous dit-on, à celle donnée par Nacxit, « le Seigneur de l’Est », aux premiers migrants quiches lorsqu’ils partirent de Tula vers l’an 999 pour venir s’établir dans la région quatre générations plus tard11. Passée la période de mise à sac et de butin, ce qu’est la « fiscalité » espagnole dans la région avant 1530 nous en avons par comparaison quelques indices. Soumise vers 1545 à des conditions probablement semblables – celles de l’encomienda de conquête – la région de Tezulutlan (Rabinal et confins de la Vera Paz) se voit extorquer tous les 80 jours un tribut de 250 montas (blouses-chemises, ancêtres de celles que portent encore les paysannes guatémaltèques sous le nom de huipiles) et 14 charges muletières de cacao, à quoi il faut ajouter pour les six premiers mois de 1545, 700 esclaves12. Quand on sait le nombre d’indiens caraïbes consommés par la conquête du Mexique et du Guatemala, et le nombre d’indiens guatémaltèques réduits en esclavage et transportés dans les plantations des régions chaudes puis au Pérou après 155313, on peut supposer sans grande erreur que le rebelle royaume d’Utatlan et ses rebelles confins ont fourni un large « tribut » à cette déportation entre 1524 et 1547.

  • 14 Cf. Saint-Lu, 1968.
  • 15 In Saint-Lu Ibid.

22Car jusque vers 1547 le régime qui prévaut dans la région, malgré les efforts des magistrats de l’Audiencia de Guatemala et des Dominicains de l’évêché de Chiapas, est un régime militaire, dominé par l’encomienda et les expéditions de répression ou de conquête – ce qui explique que les confins du « royaume d’Utatlan » lui-même, autrefois dominés par les rois de Gumarcaah, appartiennent à cette Tierra de Guerra revendiquée, contre les encomenderos, par Bartholomé de Las Casas comme terre d’évangélisation diplomatique et pacifique. Au nord les Lacandons, les Chois, les Ixiles, les Yucatèques sont les adversaires difficiles du Conquistador Francisco de Castellanos. De 1529 à 1530 il mène une première campagne sur le río Chixoy et dans les montagnes des Cuchumatanes, qui aboutit à la prise de la future Uspantan. Mais dès 1530, tout est à recommencer à cause de la révolte des Uspantèques et des Ixiles. Castellanos doit à nouveau réduire un à un leurs principaux centres : Uspantan, puis Nebaj et Chajul. Malgré cela, encore en 1537, la région est encore très mal contrôlée, sinon franchement insoumise. A l’est, vers la future Vera Paz, Alvarado offre en 1529 la future Coban en encomienda à qui voudra bien la reconnaître et la conquérir. C’est un échec. En 1539, nouvelle tentative : Alvarado offre Coban en encomienda au conquistador Barahona. Nouvel échec. En 1540, Alvarado s’obtine. Coban est offert cette fois en encomienda à Rodriguez Cabrillo, qui ne réussit pas davantage, butin réalisé, à « réduire » définitivement Coban14. On comprend donc en quoi le royaume d’Utatlan est une pièce maîtresse de l’avancée espagnole vers Tezulutlan, la Tierra de Guerra. Là où, de fait, échouent les conquistadores et les encomenderos, les Dominicains de Bartholomé de Las Casas vont réussir, en s’appuyant finalement sur un certain nombre d’autorités ethniques rendues indépendantes de la tutelle qu’exerçaient sur eux les anciens caciques de Gumarcaah-Utatlan. En 1537-1538, les Dominicains tentent une première approche des confins nord-est d’Utatlan grâce, en particulier, à l’aide des caciques quichés don Miguel (de Chichicastenango) et don Gaspar (de Rabinal). A nouveau en 1544-45 ils reprennent leurs approches, depuis Sacapulas, vers Coban et Rabinal... et ils réussissent là où les militaires ont échoué. Ils baptisent bientôt les Indiens de Vera Paz venus par groupe de six à Sacapulas, puis quatre caciques de Tezulutlan, un cacique de Coban. A la fin de 1545 ils ont pris définitivement pied en Vera Paz et obtiennent, en 1547, l’élimination définitive des encomenderos de la région15. C’est donc à partir de Sacapulas et de l’aide des caciques du royaume d’Utatlan qu’ils enregistrent, en 1537 puis en 1544, leurs succès. Non par hasard, c’est entre ces deux dates que s’organise définitivement le régime fiscal et religieux du royaume d’Utatlan – à partir du couvent de Sacapulas dans le domaine religieux, avec Utatlan comme cabecera de tributo pour ce qui concerne la fiscalité.

  • 16 In Marroquin Carias de indias, pp. 413-425. Cité par Saenz de Santamaria (C), 1964.
  • 17 In Saenz de Santamaria (C) – Ibid.

23Le premier évêque de Guatemala, Marroquin, joue un rôle important dans cette affaire. De 1530 à 1537, il visite son nouveau diocèse et se vante auprès de Charles Quint, dans une lettre du 10 mai 1537, de connaître tous les villages, un à un, et d’y avoir effectué le recensement de tout le gouvernement16. En fait, il a visité tout le gouvernement... sauf Gumarcaj-Utatlan. Il ne connaît Tecpan et Utatlan que lors d’une chevauchée effectuée entre 1538 et 1539 ; et en 1539-1540, revenu à Gumarcaj, il en transfère le reste de la population, espagnole et indienne, sur le nouveau site de Santa Cruz Utatlan, incorporant à l’autel de la nouvelle église une pierre sacrée de Gumarcaj17.

  • 18 Cédule royale du 23 février 1538 – A.G.C.A. Leg. 2 197/fol. 38.
  • 19 A.G.I. – Sección V : Gobierno – Leg. 128.
  • 20 Colección « Muñoz », tomo 67 A 112/1298/ff. 87-94 (1548-1551) : « Tasaciones de pueblos hechas por (...)
  • 21 A.G.C.A. - Leg. 4575/fol. 110 (9 octobre 1549).
  • 22 A.G.C.A. - Leg. 1511/fol. 105 (29 avril 1549).
  • 23 Colección « Muñoz », tomo 67 A 112/1286/fol. 58 (1548).

24En 1537-1538, les Dominicains tentent leurs premières entradas vers la Tierra de Guerra. A ce moment, Marroquin reçoit l’ordre d’établir l’assiette du tribut indigène, dans l’ensemble du diocèse18, ce qui est définitivement fait pour Utatlan en 1549, lorsque le licenciado Cerrato révise sur son ordre les listes approximatives établies quelques années plus tôt par lui-même. Nous apprenons alors qu’Utatlan, orthographié Vlutla19 ou Vyztlan20 selon les transcriptions, compte 45 tributaires recensés20, et paye un tribut en nature de quatre douzaines de poulets de Castille (gallinas de Castilla) et 2 charges de sel (extraites probablement des salines de Sacapulas19). Au même moment l’Audience de Guatemala recommande la généralisation des jours de marché – días de mercado y de plaza – dans les régions de peuplement indigène21, exonère les indigènes de l’obligation de payer à leur curé les « décimes de cacao » – diezmos de cacao22 – cependant que la grande exploitation agricole fait son apparition dans l’évêché de Chiapas, sous forme de moulins à sucre – « ingenios de azúcar »23. Bref, en même temps que se consolide la réduction fiscale d’Utatlan par la Couronne d’Espagne, apparaissent les documents qui prouvent la volonté de promouvoir une économie d’entreprise et de marché et, déjà, de contrôler les abus ecclésiastiques concernant le produit agricole qui est l’or du Guatemala du XVIe siècle : le cacao.

25Ce dernier produit mérite qu’on s’y arrête, du double point de vue du fonctionnement mercantiliste d’une fiscalité pré-monétaire – qui se joue ici autour de l’obligation, même pour les Indiens des hautes terres qui n’en cultivent pas localement, de payer une lourde partie de leur tribut en cacao – et de l’articulation d’une tributation d’état – tribut royal, représentant les 9/10 du tribut collecté – avec une fiscalité ecclésiastique – diezmo, équivalent, comme son nom l’indique, au 1/10 restant du tribut collecté ; mais à quoi il faut ajouter les prestations quotidiennes, en nature, pour le maintien du doctrinero et de sa doctrine. En 1550, lors d’une visite d’un Auditeur et de l’évêque de Guatemala dans les villages indiens, ce diezmo est ainsi fixé pour chaque prêtre desservant une doctrine :

  • 1 toston (1/4 de peso), 4 fois par an ;
  • 2 poulets de Castille par jour ;
  • des fruits, du sel, du piment (axi), du bois, des cruches d’eau et de lait pour la consommation quotidienne du prêtre ;
  • la garde gratuite de ses moutons et de ses porcs ;
  • la garde gratuite de ses chèvres pour le lait ;
  • une indienne de service pour lui fabriquer son pain ;
  • une fanègue de maïs par semaine, pour une valeur de 3 tostones24.
  • 25 In Saint-Lu, 1968.
  • 26 Thomas Gage, pp. 159-171.
  • 27 1 cargo = 3 xequepiles = 60 cotles = 24 000 amendes de cacao - d’après Alonso Ponce (1584). « Del (...)
  • 28 D’après Murdo J. Mc Leod, 1973, p. 249.

26On le voit, le diezmo est beaucoup plus que le simple dixième du tribut collecté à chaque terme par les fonctionnaires royaux. Que le curé – doctrinero – se convertisse en homme d’entreprise ou en commerçant, les seuls revenus de ses décimes lui permettent de disposer d’un excédent agricole commercialisable qui, monopolisé à l’échelle d’une province par un seul ordre ecclésiastique, concurrence et fausse les lois du marché contrôlé par les agents du mercantilisme officiel. C’est ce que dénonce en 1582 l’Alcalde Mayor de la Vera Paz qui accuse les Dominicains de sa province de se livrer à un invraisemblable trafic régional portant sur le vin de messe, les mantas, la salsepareille, les chevaux dont l’élevage a été imposé de force sur les terres communales indiennes, la revente du tribut en nature et des décimes, les corvées agricoles gratuites imposées à leurs ouailles sur leur hacienda « San Jerónimo » de Rabinal ; les portages forcés, gratuits, lointains et mortifères vers le Peten, les abus d’aumônes de confréries religieuses enfin...25. Dans le royaume d’Utatlan vers la même époque, de semblables pratiques existent sans aucun doute et, malgré les interdictions, le « décime du cacao » continu d’être perçu auprès des fidèles qui doivent accomplir de lointains voyages sur la côte pacifique pour se le procurer, soit en l’achetant auprès de commerçants espagnols ou indiens, soit en travaillant gratuitement dans les plantations. Encore au début du XVIe siècle, Thomas Gage26, passant par le couvent de Sacapulas, note l’usage immodéré de chocolat dans la diète des prêtres dominicains qui y résident. Mais ce trafic sur le cacao n’est pas que péché de gourmandise : c’est l’affaire la plus lucrative de l’audience de Guatemala comme le prouvent les prix suivants de la carga de cacao27, établis en reales28, de 1524 à 1682 :

  • 29 Ainsi nous décrit-on, vers 1568-1574, l’obligation où sont les Indiens de la Vera Paz d’aller loue (...)
  • 30 In Alonso Ponce - op. cit.

27Quand on consulte ces chiffres, on comprend la pression exercée par le fisc royal et les doctrineros dominicains pour extorquer de gré ou de force aux Indiens d’Utatlan et de Vera Paz une tributation en cacao, fût-ce au prix du commerce de traite ou de leur déportation sur les lointaines plantations de la côte pacifique29. Triple avantage : obtenir un produit hautement commercialisable – son prix entre Guatemala et Mexico, augmente dans la proportion de 30 à 50 – fournir les plantations de la côte en main-d’œuvre forcée et presque gratuite ; contraindre l’économie indigène à devenir concurrentielle et presque monétaire puisque ce « cacao qui sert de menue monnaie à toute la Nouvelle Espagne, comme en Castille celle de cuivre » permet aux « indigènes qui le troquent de rapporter dans leurs villages et maisons, l’habillement et autres effets nécessaires à leur vie quotidienne »30.

  • 31 « Para que la Audiencia investigue si los indígenas, durante el tiempo de su gentilidad pugaban alg (...)
  • 32 Alonso de Zorita - Breve y sumaria relación... (Entre 1553 et 1555).

28N’exagérons pas toutefois : ces contraintes fiscales ne sont pas totalement une nouveauté pour les Indiens du royaume d’Utatlan comme du reste des hautes terres méso-américaines. Bien souvent, doctrineros et percepteurs espagnols se contentent d’abord de maximiser le rendement d’une tributation indigène pré-colombienne versée à leurs seigneurs ethniques par les calpulli et familles rurales indiennes. Répondant à l’injonction de la Cédule Royale de Vallodolid du 20 décembre 155331, l’auditeur Alonso de Zorita nous décrit ainsi le tribut méso-américain pré-colombien32 :

29« Le tribut ordinaire consistait en cultures de maïs, haricots, coton, et à cette fin étaient délimitées dans chaque village certaines terres où les seigneurs avaient un certain nombre d’esclaves qui les leur gardaient et labouraient, et les gens du villages les aidaient... et ils fournissaient aussi bois, eau et service domestique, et le tribut n’était jamais réparti par tête mais par village et par corps de métier, à charge pour eux de les répartir ensuite entre leurs membres... et c’était comme l’Encavezamiento pratiqué en Castille... »

30Donc, localement, le doctrinero dominicain se substitue aux caciques en prélevant sous le nom de diezmos les services domestiques quotidiens qui étaient dus aux seigneurs ethniques. Au plan régional, les agents du fisc éprouvent d’autant moins de difficultés à utiliser les mécanisme de la tributation précolombienne que certains d’entre eux servent admirablement leur projet mercantiliste-fiscal qui consiste à faire produire le maximum à la force de travail collective paysanne : produits agricoles certes, mais aussi textiles, or, bijoux, pierreries, fabriqués par l’artisanat pré-colombien :

31« Dans les régions où l’on récolte le coton, ils (les seigneurs indigènes) en faisant cultiver pour le tribut, et dans certaines régions où on ne le récoltait pas naturellement ils imposaient le tribut en coton parce qu’ils avaient des sujets à eux dans les autres villages où on le récoltait, et ils répartissaient ensuite ce coton à tisser afin qu’ils en fissent de bons vêtements bien qu’ils ne le récoltassent point et c’était là les meilleurs vêtements car ils étaient fabriqués par la population des terres froides.

  • 33 In ibid - f. 102.

32Là où on trouvait de l’or ils payaient le tribut en poudre, en petite quantité, et dispensés d’autre impôt. Ils l’extrayaient des rivières sans grand travail... »33.

33Les impositions en mantas et en or qu’on retrouve dans les listes tributaires d’Utatlan et de Vera Paz jusqu’à la fin du XVIe siècle ne sont donc pas une totale nouveauté apportée par la colonisation, non plus que l’habitude imposée aux habitants des hautes terres froides de devoir aller se fournir en produits des terres chaudes (coton, or, cacao, plumes, etc.) et pour cela de louer leurs bras dans les plantations puisque notre auteur nous précise :

  • 34 Ibid. f. 109 ; voir aussi, en 1579, l’enquête sur le tribut indigène précolombien versé aux seigne (...)

34« Tous ces Seigneurs, suprêmes ou inférieurs, ainsi que les autres « principales » possédaient des terres propres, patrimoniales, avec leurs mayegues ou halmaites... Les Maiegues étaient des serfs (salariegos) et comme tels versaient une rente au seigneur de la terre qu’ils cultivaient »34.

  • 35 In Documentos referentes à Guatemala : 1551. Colección « Muñoz », tomo 68 A 1 13/1359/ff. 50-59.

35Il suffit donc aux Espagnols de confisquer ces terres et leurs serfs pour établir la base d’un système où l’exploitation privative de la terre se combine avec l’obligation fiscale, traditionnelle pour les indigènes, de fournir un contingent de main-d’œuvre gratuite, permanente (servile) ou temporaire (travailleurs forcés contraints aux corvées). Certes une telle confiscation ne peut se faire qu’en expoliant les seigneurs indigène sous la direction de ses seigneurs traditionnels – ce qui n’est pas sans poser de graves problèmes à l’évangélisation indigène par l’intermédiaire de ses élites christianisées. Dès 1551 des autorités ecclésiastiques s’en inquiètent : « La porte par laquelle doit entrer la foi (dans ces populations) est celle des caciques et elle est aujourd’hui très fermée à cause de la grande oppression et du grand abattement dans lesquels se trouvent ceux-ci... les indiens ne respectent plus personne »35.

  • 36 D’après Cartas al Rey del 29 de julio de 1569 y 10 de octubre de 1589 citées in Real Provision del (...)
  • 37 In Pedro Carrasco, 1967, p. 251 et A.G.C.A. - Leg. 205/cxp. 4 985.
  • 38 En 1577 les cabeceras de tributo du Guatemala sont les suivantes : Panahachel, Atitlan, Totonicapa (...)

36Cette situation, générale dans les Audiences de Guatemala et de Mexico, se vérifie particulièrement dans le royaume d’Utatlan. Nous avons vu comment conquistadores et premiers encomenderos y avaient traité, avant la reprise en main de la région par les Dominicains, les plus hautes autorités ethniques immédiatement après la Conquête : par la mise à mort ou par la mise au pas. Une génération plus tard, les petits fils du roi d’Utatlan exécuté en 1524, don Juan de Rojas et don Juan Cortés, réclament leurs droits – dont ils ont été dépouillés – auprès de la Couronne. Ils demandent que leur soit restituée cette part du tribut versé par la région et qui leur revient de droit si l’on respecte les normes de la tributation ethnique précolombienne. Ils réclament que sur leurs terres, réparties dans diverses partialités du « royaume », leur soit versée la rente de leurs esclaves-serfs, équivalents quichés des mayegues mexicains : les Nimachis ou Nimakachies « qui étaient des esclaves personnels, d’eux, de leurs pères et de leurs ancêtres qui les avaient capturés et réduits en esclavage par droit de guerre »36 du temps où l’agressif royaume quiché de Gumarcaah-Utatlan s’affirmait ainsi aux dépens de ses voisins ou de ses rebelles. Faisant droit à cette revendication, la Couronne concède l’usage d’une trentaine de ces Nimachis à leurs descendants, médiocres petits caciques indigènes résidant à Santa Cruz del Quiché, en 17 3 037. Détournés de leurs fins traditionnelles, les mécanismes de la tributation quiché pré-alvaradienne survivent donc dans le nouveau régime fiscal qui se consolide dans le royaume d’Utatlan après 1550. Cela se vérifie tant dans la permanence de la nature de certaines prestations – services gratuits (agricoles, artisanaux ou domestiques) et « produits de la terre » (maïs, haricots, gallinas de la tierra) – que dans l’organisation de la collecte de ces produits : sur une base territoriale-ethnique à travers les répartitions locales de parentèles et clientèles traditionnelles, à partir d’un centre urbain, Santa Cruz Utatlan, chef-lieu fiscal (cabecera de tributo) qui s’est substitué à l’ancienne capitale ethnique, Gumarcaaj, où affluaient les tributaires quichés avant l’arrivée des Espagnols38.

  • 39 Cf. A.G.I. - Sección II : Contaduría General del Consejo de Indias - Leg. 967, 968, 969, 970, 971 (...)

37Pourtant, et pour les raisons tout à l’heure invoquées à propos de la tributation en cacao, à côté de cette fiscalité d’origine indigène, confisquée au profit des Espagnols – fisc royal et diezmos des Dominicains – ou parcimonieusement maintenue au profit de quelques caciques indiens descendants des anciens princes d’Utatlan, apparaît une fiscalité nouvelle, encore largement pré-monétaire elle aussi, mais destinée à satisfaire aux besoins de consommation urbaine ou d’accumulation mercantiliste de la société coloniale espagnole. Dans les listes de tribut, à côté des « produits de la terre » apparaissent de plus en plus, les produits de « Castille » mais qui, tel le cacao, servent à alimenter sous forme de prélèvement fiscal et gratuit le courant des exportations guatémaltèques qui enrichissent une caste de commerçants et armateurs mercantilistes. Deux fois l’an – à la Noël et à la Saint-Jean d’été – les tributaires des diverses partialités d’Utatlan envoient ainsi une tributation mixte (indigène et coloniale) par devant le collecteur d’impôt à Santa Cruz. Celui-ci tient les comptes, rémunère les porteurs et leur chef de quelques tostones et prélève le dixième de ce tribut royal qui revient en droit aux Dominicains de la zone au titre du diezmo. Pour les 9/10 restant – la part de la Couronne – soit il les vend à l’amiable sur place, aux commerçants indiens ou espagnols qui l’ont suivi à Santa Cruz dans l’espoir de faire de bonnes affaires, soit il les fait acheminer jusqu’à Ciudad Guatemala où ils sont vendus aux enchères à la Real Almoneda et de là, distribués sur place à travers le commerce de détail pour les besoins de la ville, ou exportés vers Mexico et l’Europe39.

38Bien entendu un tel système de prélèvement forcé du surproduit rural ne peut fonctionner que sous la contrainte, ou la menace de la contrainte, particulièrement en ce qui concerne l’introduction à des fins tributaires, dans le système de culture et d’échange traditionnel des collectivités indigènes, de production non indigènes. Il est bien évident en effet que les montagnards quichés, producteurs traditionnels de maïs, de haricots, de dindons, de ficelle, de filets, de nattes tressées (petates) et de coton tissé, ne produisent pas spontanément de la volaille européenne, des porcs, des vaches, des chevaux, du blé, de la canne à sucre. Cet élevage, cette agriculture, totalement étrangère à leur tradition et à leur diète, il faut les leur imposer. Ce système de cultures fiscales forcées, ne se diffuse donc que sous l’action, et les exactions, des deux agents locaux les plus efficaces du fisc : le doctrinero dominicain et le juez de milpa.

  • 40 La milpa, chez les Mayas et les Quichés, c’est le champ de maïs défriché sur la forêt et, par exte (...)
  • 41 Cf. Chinchilla-Aguilar - op. cit., p. 154.
  • 42 Sur les abus de ce système fiscal voir A.G.C.A. - Leg. 1513, 1515, 1516, 4 576 et A.G.I. - Leg. 97 (...)
  • 43 Saint-Lu - op. cit., p. 413 et J. Eric Thompson, 1970, p. 64.

39Le doctrinero s’efforce de convaincre ses fidèles indigènes que la conversion à ces nouvelles cultures est une condition de la christianisation, au même titre que l’usage du pantalon ou l’obligation de dormir dans un lit et non plus à même le sol, sur une natte, comme c’était l’usage chez les Quichés. Le juez de milpa – comment traduire : le « juge du maïs »40 ? – est un personnage nommé par le Président de l’Audience de Guatemala afin de « veiller à ce que les Indiens sèment et cultivent leurs champs », champs de maïs mais aussi, bien sûr, champs de cacao41. En fait, doctrinero ou juez de milpa, ces représentants locaux du fisc se mêlent de tout : d’agriculture, d’élevage, du système de rotation des cultures, mais aussi d’introduire – parfois à prix forcés – le nouvel outillage. Grâce à cette pression efficace, permanente, terroriste souvent – le fouet, le cachot et la confiscation des terres sont la sanction fréquente pour le « mauvais chrétien » qui déserte la messe ou ne livre pas à temps son tribut en nature42 – le royaume d’Utatlan entre 1540 et 1564, la Vera Paz entre 1561 et 1574 accomplissent douloureusement une véritable révolution agricole qui bouleverse, par le moyen de la contrainte tributaire coloniale, toutes les données traditionnelles de la civilisation indigène : agriculture, artisanat, élevage, habitat, démographie. En Vera Paz par exemple, entre les débuts de la tributation (en 1561) et les révoltes antifiscales de 1574, le nombre des tributaires indiens recensés tombe de 7 000 à 3 189 selon Saint-Lu (– 54,5 %) ; de 7 000 à 2 900 selon Thompson (– 58,5 %)43.

40Pour le royaume d’Utatlan, l’évolution est beaucoup plus difficile à saisir. Les chiffres de base sont rares, peu explicites, discontinus (cf. tableau annexe). Le nombre de tributaires recensés par le licenciado Cerrato est de 45 en 1549. Il serait de 49 entre 1564 et 1566, de 35 entre 1574 et 1579, si l’on juge au nombre de volailles (une par tributaire) collectées pour le tribut en nature. Ces chiffres sont évidemment sans rapport avec la population totale du royaume d’Utatlan... mais ils confirment la structure ethnique de la tributation coloniale au XVIe siècle : ne paieraient le tribut que les résidents indigènes de Santa Cruz Utatlan, par ailleurs chefs de parentèles rurales dispersées dans la campagne. Les tributaires recensés à Utatlan seraient alors les descendants ou les héritiers des 24 « grandes maisons » seigneuriales de Gumarcaj qui, autour du roi quiché d’Utatlan, collectaient le tribut payé par des partialités du royaume. Cette hypothèse expliquerait dans nos listes fiscales, le dédoublement de la tributation : celle d’Utatlan, et celle de ses « estancias ». Aux tributaires proprement dits, vecinos d’Utatlan et chefs de lignages traditionnels, la charge d’un tribut en nature composé des « produits de la terre collectés par eux auprès de leurs familles clientes ou payés par leurs nimakachies : sel d’Ucelutlan (Sacapulas), maïs, haricots, piments, volailles (indigènes et « de Castille »). Aux estancias ou partialités rurales, la charge la plus lourde, parce qu’elle exige le travail forcé ou salarié dans les lointaines plantations de la côte pacifique : le cacao. La dualité de la tributation refléterait donc la dualité des rapports sociaux de production dans le royaume d’Utatlan pendant le XVIe siècle. D’un côté il y aurait un secteur agricole encore largement traditionnel malgré les innovations agronomiques coloniales : celui qui alimente le tribut payé par les résidents d’Utatlan. De l’autre côté, des rapports de production de plus en plus directement et durement pris en main par la fiscalité mercantiliste et l’économie d’entreprise espagnole, et qui affectent la population indigène rurale non honorée à titre individuel de la dignité de « tributaire ». Ainsi, tout en pourvoyant gratuitement les besoins d’une économie mercantiliste coloniale de plus en plus exigeante, la fiscalité coloniale dans le royaume d’Utatlan contribuerait à maintenir sur la base d’une assiette tributaire qui varie peu, une stratification de la société indigène qui favorise les seuls éléments déjà « urbanisés » : les Indiens résidents d’Utatlan. C’est ce que confirme en 1594 le témoignage sur leur compte de Juan de PINEDA :

  • 44 Juan de Pineda 1594 : Descripción de la provincia de Guatemala : el pueblo de Utatlan, pp. 439-4 (...)

41« ... ils récoltent beaucoup de maïs, de piment et de haricots ; ils élèvent de la volaille de Castille et de la terre ; ils chassent beaucoup le cerf, les lièvres et les perdrix ; ils ont tous des chevaux – un, deux, et même trois – ils sont bien vêtus, eux, leurs femmes et leurs enfants ; ce sont des gens propres et riches ; ils donnent peu de tribut à Votre Majesté ; ils pourraient en payer le double sans dommage. Ce village est desservi par les religieux de Saint-Dominique »44.

42Est-ce la conséquence de cette dernière suggestion ? En effet la tributation s’alourdit après cette date et semble plus que doubler (168 volailles tributées en 1595, au lieu de 70 en 1579). Le XVIe siècle s’achève donc en annonçant de substantielles modifications dans le régime fiscal de la région d’Utatlan.

***

III. Stabilisation et créolisation du système tributaire dans les réductions dominicaines de l’ancien royaume d’Utatlan

  • 45 A.G.I. - Sección II : Contaduría General - Leg. 972 : « Autos de cargo y descargo de jueces de mil (...)

43Bien des symptômes manifestent la crise du système fiscal, hybride de tributation indigène et de tributation étatique et mercantile, à la fin du XVIe siècle. Dans la province voisine de Vera Paz, la révolte antifiscale de 1574 a été une première alerte. Mais bientôt c’est dans tout le Guatemala qu’on se rend compte que la fiscalité établie et maintenue depuis les lendemains de la Conquête fonctionne mal. Les autorités coloniales s’émeuvent des abus commis contre les Indiens par les agents locaux du fisc. Dans la province d’Ocotitan, lors de la visite d’un Auditeur en 1585, on apprend que le juez de milpa a fait emprisonner les alcaldes indigènes parce qu’ils n’avaient pas livré à temps le tribut d’indigo, et qu’il a pris en gage leurs champs (milpas) et réquisitionné leur récolte personnelle. Ailleurs, pour la même raison, on a fait fouetter en place publique et mis au cachot des indigènes. Dans les districts de Guazacapan, Izquintepeque, et Suchitepéquez, le juez de milpa, pour son profit personnel, a extorqué de force le tribut en monnaie, et non en nature, aux dépens d’indigènes encore mal intégrés à l’économie de marché. Pour ceux qui ne pouvaient vraiment rien payer, il les a déportés dans ses estancias et obrajes (ateliers) pour y accomplir des travaux forcés45.

  • 46 A.G.I. - Sección V : Gobierno - Leg. 156 : « Cartas y expedientes de los Obispos de Guatemala ».
  • 47 A.G.C.A. - Leg. 1513/fol. 695 - Cédula Real del 23 de enero de 1588.

44Comme il est dans sa vocation de protecteur des affligés, l’évêque de Guatemala proteste auprès de la Couronne le 7 octobre 1588 : « Je supplie également Votre Majesté qu’elle recommande à nouveau de bien traiter les indigènes, particulièrement à ces Ministres de la Justice qui, comme dit le Prophète, semblent bien plus faire office d’animaux de proie que de Juges...46 ». Mais comment serait-il entendu quand certains des membres de sa propre hiérarchie ecclésiastique multiplient eux-mêmes les exactions, recourant au nom de l’Église aux contraintes d’une fiscalité parallèle. Ainsi des Dominicains du Chiapas qui, vers 1588, transgressent une fois de plus l’interdiction royale de multiplier les collectes, aumônes et souscriptions forcées47. C’est que ces contraintes, génératrices de tant d’abus aux dépens de la population colonisée, sont une condition de fonctionnement de toute l’économie mercantiliste coloniale. Dans des rapports de production pré-mercantiles et même pré-monétaires, l’unique moyen de « faire rendre » cette production pour le marché et la consommation européenne – locale ou transatlantique – c’est de recourir comme tous les systèmes coloniaux naissants, à la traite des produits transformés ensuite en marchandises. Organisée et garantie par l’État, cette traite prend la forme du tribut, en nature ou en travail gratuit puis, tardivement (fin XVIe, début XVIIe siècle), partiellement en argent, au fur et à mesure que les rapports commerciaux se diffusent de gré ou de force, dans l’économie indigène.

  • 48 A.G.C.A. - Leg. 1515/fol. 3 - (17 juin 1617).
  • 49 A.G.I. - Sección II : Contaduría General - Leg. 972 : « Autos de cargo y descargo de jueces de mil (...)
  • 50 Ibid.

45Dans cette diffusion des rapports commerciaux, comme nous l’avons vu, la fiscalité joue son rôle. En comptabilisant le tribut en nature ou équivalent monétaire (cf. tableau no 4). En contraignant les indigènes à se salarier comme saisonniers libres ou travailleurs forcés dans les entreprises agricoles ou artisanales des Espagnols. En amenant enfin dans le sillage du percepteur, les intermédiaires commerciaux capables de réaliser sur le marché le tribut en nature collecté, ou de fournir – contre argent ou par le troc – les produits non autochtones exigés des tributaires indigènes par le fisc. Mais ce n’est pas assez pour une économie mercantiliste qui, au début du XVIIe siècle et d’une phase de contraction conjoncturelle à long terme, a vitalement besoin d’extraire des communautés indigènes ce qu’elle extrayait jusqu’alors de ses activités minières : de l’argent liquide. On multiplie donc les contraintes et les sollicitations économiques qui peuvent transformer les Indiens guatémaltèques en clients solvables : réquisitions, ventes forcées de marchandises, salariat forcé, commercialisation forcée – y compris de produits inutiles, ou dangereux. En 1617, la Couronne est obligée de rappeler à ses propres fonctionnaires, Corregidores et Alcaldes Mayores, qu’il leur est interdit de diffuser l’alcoolisme chez les indigènes en les contraignant à consommer dans les tavernes établies par leurs soins dans les villages d’Indiens48. En 1622 le juez de milpa de la province d’Ocotenango vend de force de grandes quantités de marchandises locales aux Indiens, à des prix surévalués par rapport au prix du marché, sous la menace du fouet et de la prison. En retour il se fournit auprès des mêmes en réquisitionnant leurs volailles et en les payant 1 real la pièce quand elles valent plus de 2 reales sur le marché49. Un peu plus tard, le même agent de justice rassemble les Indiens d’Utitan, leur vend de force marchandises de Castille et marchandises locales, exige d’être payé argent comptant et emprisonne les récalcitrants jusqu’à satisfaction de sa demande50. Quoi d’étonnant si vers 1624, pour prix de ces procédés, le premier poste des recettes de la Caisse Royale du Guatemala est occupé par le tribut en argent, suivi de près, il est vrai, par les postes habituels du tribut en nature revendu localement ou à la Real Almoneda de Guatemala. Ce sont, dans l’ordre d’importance :

  • Tribut en argent.
  • Cacao.
  • Mantas.
  • Maïs.
  • Poulets de Castille.
  • Miel.
  • Piments.
  • Nattes tressées (petates).
  • Dindons (gallinas de la tierra).
  • Ficelles et cordes.
  • Grains d’or.
  • Sainte Croisade.
  • Composition de terre.
  • Quinto de plata (le cinquième royal prélevé sur les minerais).
  • Quinto de oro51.
  • 52 Caria del Obispo de Guatemala a S.M. : 1603 in A.G.I. - Sección V : Gobierno - Leg. 156.

46Ceci, c’est la fiscalité vue depuis la capitale. Vue depuis les villages indigènes, cela donne ce que décrit l’évêque de Guatemala, en 1603, dans une lettre au roi. Il dénonce les services personnels auxquels sont astreints les indigènes à raison de trois hommes sur cinq ou de deux sur trois. Les travailleurs forcés doivent quitter leur maison et « le samedi ils parcourent à pied plus de sept lieues pendant la nuit, plus ou moins, selon la distance qui sépare leur champ de la ville... où on leur fait transporter l’eau, balayer les maisons et nettoyer les écuries... ». Pour une corvée de huit jours de ce type, nourriture et boissons étant à leur charge, on les paye 4 reales. Pour ce qui est du tribut proprement dit, l’évêque le juge, dans un chapitre de sa lettre, « excessif ». Il distingue deux types de tribut. Le premier est personnel et universel. Naguère il n’était encore que de 8 reales, plus une fanègue de maïs, plus une ou deux poules par an. Désormais il se monte à plus de 2 reales. Mais à côté de ce tribut personnel existe un tribut royal, prélevé surtout en maïs et cacao, qui est incompressible et qui ne disparaît pas avec la mort de l’Indien tributaire, aussi « ... bien qu’il s’agisse d’un enfant de treize ans, ils l’obligent à verser le tribut que payait son père... ». Et l’évêque confirme : « ... dans les villages où ne mûrit pas le cacao on oblige les Indiens à aller l’acheter dans d’autres provinces sur ses propres reales... ». Quel remède propose-t-il à ces excès ? Celui pour lequel militait déjà Bartholomé de Las Casas vers 1540 : réduire le poids de l’appareil administratif fiscal en faisant confiance à ceux qui sont proches des préoccupations indiennes : « les Seigneurs naturels et alcaldes ordinaires des Indiens », et les prêtres. Tout le reste – c’est-à-dire les agents du fisc royal – il propose de les supprimer car « tous les autres alcaldes mayores, corregidores, jueces de milpas ou de gallinas non seulement sont inefficaces et sans profit, mais sont un dommage et un préjudice pour les Indiens... qui sont généralement en conflit avec eux pour qu’ils leur payent ce qu’ils leur ont volé52 ».

  • 53 A.G.C.A. - Leg. 1515/fol. 231 (1630).

47En effet, en 1607, lors de la Recopilación de Leyes de Indias, on supprime les jueces de milpas. Immédiatement l’Ayuntamiento de Guatemala fait pression pour obtenir la révision de cette décision, faisant valoir à quel point cette mesure d’allégement fiscal perturbe les lois du marché, local ou impérial. Et d’avancer les chiffres suivants concernant les prix des mêmes produits avant et après la suppression de ces agents locaux du fisc préposés à la gestion des cultures forcées (tableau 2).53

  • 54 A.G.C.A. - Leg. 1513/fol. 646.
  • 55 A.G.C.A. - Leg. 1515/fol. 231.
  • 56 A.G.C.A. - Leg. 1516/fol. 179 et 231.
  • 57 In Chinchilla-Aguilar, 1961, p. 154.
  • 58 A.G.C.A. - Leg. 1751/fol. 281 v° et 284.

48Pourtant la Couronne d’Espagne, protectrice des Indiens autant que du marché, s’obstine à supprimer ces jueces de milpas en 158554, en 160155, 1607, 161956, 1630, 1632, 164057. Mais la fréquence même de ces suppressions indique assez que sous la pression des créoles guatémaltèques, l’institution renaît sans cesse comme la tête de l’hydre. On saisit donc bien, à travers cette affaire, l’importance de la traite fiscale opérée sur l’économie indigène pour le fonctionnement de l’économie mercantiliste coloniale du Guatemala. Encore en 1658, et cette fois à la demande non seulement de l’Ayuntamiento, mais aussi du Cabildo ecclésiastique de la ville, les jueces de milpas sont rétablis par l’Audience, contre le souhait de la Couronne, qui doit pourtant encore une fois s’incliner58.

  • 59 A.G.C.A. - Leg. 2010/fol. 113.

49C’est dans ce cadre général qu’évolue, au début du XVIIe siècle, la fiscalité dans la région de Santa Cruz Utatlan. En l’état actuel de nos recherches, nous manquons malheureusement de documents détaillés sur le système tributaire dans la région au cours du XVIIe siècle : la détérioration de la gestion dominicaine de la région n’y est sans doute pas étrangère. Ainsi en 1658, l’évêque du Chiapas se plaint de ce que les Dominicains n’administrent plus leurs doctrines conformément aux obligations du Patronage royal, et qu’en particulier ils ne communiquent pas à l’administration, même épiscopale, les registres paroissiaux59. C’est le résultat d’un processus en cours depuis le début du siècle et que nous proposons de caractériser comme une créolisation de l’administration fiscale et ecclésiastique de la zone, surtout après 1640. Quelles en sont les étapes ?

  • 60 147 confirmations à San Andrés Sajcabajá en 1607 - cf. supra.
  • 61 En particulier « El Manche nuevamente convertido » (en 1642) - A.G.C.A. - Leg. 5794/fol. 2 v°.
  • 62 A.G.I. - Sección V : Gobierno - Leg. 380.
  • 63 A.G.C.A. - Leg. 1518/fol. 274.
  • 64 Cf. Garcia-Pelaez, p. 152.

50Comme nous l’avons vu, l’existence de la réduction villageoise de San Andrés Sajcabajá est attestée en 1607. Elle signifie que le « royaume d’Utatlan » a vécu et qu’il est désormais fractionné en autant d’unités fiscales qu’il y a de communautés indigènes placées sous l’autorité d’un doctrinero dominicain. Deuxième conséquence : les nouvelles réductions indigènes étant établies à des fins fiscales et de christianisation – cette dernière symbolisée par la construction de l’église et l’installation de cloches qui vont désormais rythmer les jours et les heures – l’évangélisation de la zone cesse d’être itinérante. Les prêtres responsables de chaque village s’y fixent, ne s’éloignant quelquefois que pour accomplir une retraite au couvent de Sacapulas. A travers les doctrineros sédentaires, la région d’Utatlan-Quiché peut donc être considérée comme définitivement évangélisée et contrôlée au XVIIe siècle60. Du coup les couvents évangélisateurs (Coban en Vera Paz, Sacapulas aux limites du Royaume d’Utatlan et de la sierra des Cuchumatanes) perdent une partie de leurs fonctions. Sacapulas ne se consacre plus qu’à l’évangélisation des terres situées au nord de la région : Lacandons et Chois. Or cela aussi se stabilise, soit grâce aux succès de l’évangélisation dans les zones contrôlées61 soit parce que devant les difficultés, le zèle missionnaire des prêtres de Sacapulas s’attiédit et renonce à pousser plus loin vers le nord et les Lacandons de la forêt tropicale. En 1645, date doublement importante pour le régime de la région, on fixe définitivement les limites de la région des « Infidèles des forêts de Lacandon, Chol et montagne de Sacapulas » et on arrête les modalités « de la pratique de l’Alternative à part égale » dans la nomination du clergé régulier du Guatemala62, pratique selon laquelle les ordres réguliers – en particulier les effectifs dominicains du Chiapas, de la Vera Paz et de la région d’Utatlan – seront pourvus à 50 % par des Espagnols métropolitains, et à 50 % par des prêtres créoles. Comme le reste du Guatemala au XVIIe siècle, la région de San Andrés Sajcabajá se créolise, et de propos délibéré de la part de la Couronne qui insiste pour appliquer la mesure contre l’opposition des prêtres métropolitains, encore en 165363. Quand on sait que c’est de 1646 que date la dernière Cédule Royale interdisant l’installation d’Espagnols dans les villages indiens64, on comprend que le régime juridique qui exemptait au XVIe siècle le royaume d’Utatlan de l’encomienda et de la pénétration anarchique des colons à vécu. Il lui faut un certain temps pour produire ses effets, mais toutes les conditions sont réunies vers 1650 pour qu’il ne reste plus grand-chose du compromis imaginé au XVIe siècle entre permanences ethniques et contrôle colonial, fiscal ou évangélique.

  • 65 A.G.C.A. - Leg. 87.
  • 66 A.G.C.A. - Leg. 2010/fol. 113.
  • 67 Fr. Francisco Ximenez - XXIV, pp. 202 et 203 et XXV, p. 92 et A.G.I. - Sección V : Gobierno - Leg. (...)

51Commence alors dans toute la région d’Utatlan et San Andrés Sajcabajá une lente mais inexorable dégradation de la qualité de l’administration coloniale, qui se créolise à la fois dans le domaine fiscal et clérical. Elle se détériore non parce que les prêtres créoles qui remplacent de plus en plus les prêtres espagnols vieillissants (et de moins en moins relevés par l’Espagne) seraient incapables, mais parce que créoles, c’est-à-dire liés très directement aux intérêts coloniaux locaux désormais distincts de ceux de la métropole, ils gèrent leurs réductions indigènes comme leurs cousins gèrent leurs haciendas : de plus en plus à titre privé, et rétifs à rendre des comptes au pouvoir central. D’où les plaintes qui s’élèvent contre eux, de la part des évêques, ou des visiteurs de l’Audience. En 1656 l’évêque de Chiapas, Fr. Mauro de Tobar, lors d’une visite diocésaine, note que 44 des 50 paroisses visitées sont desservies par des religieux qui ne détiennent ni la « Présentation royale » (en application du Patronat royal sur l’Église d’Espagne), ni certificat d’examen, ni approbation ou institution par leur prélat, ni licence pour confesser. Les 6 autres paroisses n’ont pas de prêtre du tout65. En 1658 l’évêque de Chiapas confirme : les Dominicains de son diocèse n’administrent pas conformément au Patronat royal leur doctrine car ils n’ont pas l’investiture canonique. Ils se font servir les décimes par des indigènes en nombre excessif, ils ne rendent pas compte de leurs registres paroissiaux66. En 1659 cette évolution est consommée : on abandonne le couvent de Sacapulas qui a perdu sa fonction évangélique et l’on regroupe les prêtres de la région autour du couvent de Santa Cruz del Quiché67.

  • 68 « ... autos sobre la perdición general de los Yndios de estas provincias... por et Illmo y Rmo Señ (...)
  • 69 A.G.I. - Leg. 160.
  • 70 A.G.C.A. - Leg. 4591/fol. 135 v°.
  • 71 et qui sont : Chichicastenango, Nevah, Rabinal, San Andrés Sajcabajá, Santa Cruz del Quiché, Santa (...)

52Malgré ces mesures, la détérioration de l’administration ecclésiastique se poursuit, s’il faut en croire en 1685 le témoignage de l’évêque de Guatemala, Chiapas et Vera Paz68. Il est vrai que, Mercédaire, il voit peut-être en dénonçant « la perdition générale des Indiens de ces provinces » une occasion de régler de vieilles rivalités entre son ordre et celui des Dominicains. Quoi qu’il en soit, lorsque l’évêque de Guatemala se mêle de recenser les fidèles à partir des livres paroissiaux, il dénombre en tout et pour tout seulement 91 000 âmes en 168769, ce qui est manifestement un chiffre très sous-évalué, qui suggère que la gestion des paroisses, et les rapports entre évêques et curés, fonctionnent très mal. Cette évolution est sanctionnée en deux étapes jusque vers 1760. En 1689 les deux corregimientos jusqu’alors autonomes d’Atitlan et Tecpan Atitan sont regroupés en une seule Alcaldía Mayor conçue pour gérer de façon plus effice, et par des fonctionnaires laïcs, les villages qui en dépendent – dont San Andrés Sajcabajá et les paroisses dominicaines voisines70. Et en 1757 la Couronne, lassée de la mauvaise administration des paroisses indiennes attribuées au clergé régulier, sécularise un grand nombre de cures ne laissant plus que 27 des 127 paroisses guatémaltèques à des prêtres réguliers. Dans cet empire soudain rétréci les Dominicains continuent de s’attribuer la part du lion – 14 cures sur les 27 – dont 8 pour la seule région de San Andrés Sajcabajá71.

  • 72 In Garcia-Pelaez - 1841 - tome II, p. 156 [Ceci est en contradiction avec Cortes y Larraz qui éval (...)

53Ces modifications administratives ne sont toutefois pas les seules qui affectent les conditions d’exercice de la fiscalité dans la région. L’économie et la société évoluent elles aussi, valorisant différemment les ressources des Altos guatémaltèques. Parallèlement à la créolisation de l’Église se poursuit dans la région un autre processus, non moins lourd de conséquences pour l’avenir, en particulier l’avenir de San Andrés. Il s’agit de la ladinisation. Rien ne s’oppose plus après 1646 à l’installation légale des métis, ou ladinos, dans les villages indiens comme San Andrés – rien, sinon la résistance de la communauté indienne structurée par le colonisateur entre XVIe et XVIIe siècles, et ainsi mise à l’épreuve. Dans notre région, la ladinisation est plus tardive qu’ailleurs. Mais sur la frontière sud de l’actuel département du Quiché – à Santa Cruz del Quiché, Chiché, Joyabaj, Zacualpa – dès la fin du XVIIe siècle la promotion sociale de certains Indiens qui ont prospéré par le commerce ou l’élevage et qui se métissent culturellement, la soif de terre des petits blancs rejetés depuis le centre du Guatemala monopolisé par encomenderos et hacendados et qui cherchent des opportunités économiques en s’installant dans les terres indiennes qui leur étaient jusque là interdites, sont les agents actifs d’une ladinisation en marche. En 1675, à l’occasion d’un recensement des milices, le Président de l’Audience, Escobedo, se plaint de l’excessive présence de ladinos dans les villages indiens qui, échappant au tribut et à la conscription, faussent le jeu de l’administration fiscale et militaire. Il évalue alors la population guatémaltèque à 500 000 indigènes, 34 000 Espagnols et 232 000 ladinos. Ces derniers représenteraient donc déjà plus de 30 % de la population. Ils se localiseraient bien sûr dans les villages indiens proches de la capitale ou des plantations de la côte pacifique mais aussi, déjà, sur les Altos, en particulier à Huehuetenango et à Zacualpa, situé à quelques dizaines de kilomètres de San Andrés Sajcabajá et de Santa Cruz Utatlan. Et déjà leur présence provoque des conflits avec les indigènes : conflits de voisinage et sur les répartitions de terre : « dans tout ceci il n’y a pas de règles sinon des voies de fait »72.

  • 73 A.G.C.A. - Leg. 4627/fol. 336 v° ; Leg. 1523/fol. 151.
  • 74 Manrique de Guzman, 1968, p. 18.

54Ladinisation aussi, mais aristocratique cette fois, la promotion des descendants de caciques à la qualité de Hijos Dalgos de Castilla le 12 mars 1697 et l’admission de leurs fils sur les bancs de l’Université73. En tout cas en 1740 un lieutenant général de l’Alcaldía Mayor de Sololá s’inquiète de la désindianisation des villages indiens de sa province. A Sololá, dit-il, vivent plus de 20 métis et leurs familles, plus de 23 métis et mulâtres célibataires et à « Santa Cruz del Chiché » – sans doute appelle-t-il ainsi l’ancienne Utatlan ou l’une de ses estancias : Chiché – on dénombre 20 familles non indigènes, une d’Espagnols, les autres de métis et mulâtres74.

  • 75 A.G.C.A. - Leg. 1517/fol. 35.
  • 76 Cf. Solano y Perez-Lila, 1971.
  • 77 A.G.I. - Ramo Secular - Est. 66 - Caj. 2 - Leg. 8/1.

55Enfin les conditions fiscales évoluent dans la période en rapport avec les conditions économiques. Au côté du cacao guatémaltèque, en léger déclin, apparaît une nouvelle spéculation qui le remplace et va bientôt prendre la première place des exportations jusqu’à l’Indépendance du Guatemala : l’indigo. Sa culture dans les terres chaudes et tropicales de la côte pacifique exige une main-d’œuvre nombreuse. Comme pour le cacao, on songe à celle des hautes terres, recrutée sous la contrainte fiscale. Comme pour le cacao, ce recrutement donne lieu à des excès et, dès 1643, la Couronne ordonne à l’Audience de faire interdire l’emploi d’indigènes dans les « obrajes de añil ». En vain, bien entendu, puisque l’interdiction se renouvelle périodiquement et qu’on semble accepter le fait établi après 167175 D’autant qu’en 1681 un coup très dur frappe l’économie guatémaltèque : pour ne pas concurrencer les exportations naissantes de cacao du port équatorien de Guayaquil, on interdit au Guatemala d’exporter désormais son cacao vers le Mexique et l’Europe76. Conséquence logique : entre 1732 et 1739, on abandonne la tributation en cacao qui pesait sur les Altos. On la transforme en tribut monétaire77.

  • 78 A.G.C.A. - Leg. 2 775.
  • 79 A.G.C.A. - Leg. 2 726.
  • 80 A.G.C.A. - Leg. 1572/fol. 77.
  • 81 In Felipe Manrique de Guzman - op. cit, p. 118.

56Ce qui ne s’allège pas non plus dans la période, c’est l’obligation faite aux Indiens de tisser les fils de coton répartis depuis Sololá, Quetzaltenango ou Huehuetenango par les Alcaldes mayores ou les corregidores qui ne se privent pas, par exemple en 16 7 978, de procéder également à des distributions-ventes forcées d’habits et marchandises diverses. Cela amène même les habitants des villages de San Andrés Sajcabajá et de Joyabaj à élever une protestation auprès des autorités, en particulier contre les abusives répartitions de coton à tisser79. Même revendication, satisfaite cette fois, des Indiens de Sacapulas en 170380. L’usage se maintient cependant parce que dans une économie montagnarde où l’ancienne tributation en cacao a disparu, les tissus de coton sont un des rares moyens d’obtenir du numéraire pour pouvoir payer le tribut en argent. Encore en 1740 « les villages de Chichicastenango, Lemoa, Santa Cruz del Quiché, Ilotenango, Xocopilas, Xocotenango, Joyabaj, Sacualpa, et San Andrés Sabcahabaj... où il n’y a de mines ni d’or ni d’argent... se livrent habituellement à l’industrie des fils de coton. Les indiens voyagent jusqu’à la province de San Antonio pour y chercher le coton, le filent et vont le revendre à Goathemala ou bien, entre eux, s’en servent pour leurs échanges, grâce à quoi ils se donnent des moyens de payer leur tribut et contributions ecclésiastiques »81.

  • 82 A.G.C.A. - Leg. 4621/fol. 64.
  • 83 Cf. Relación de los bienes raices que tiene et convento de los PP. dominicos de San Vicente de Chi (...)
  • 84 A.G.I. - Sección II : Contaduría General - Leg. 976.

57Pour le reste, sans grand changement depuis le XVIe siècle, une partie du tribut continue d’être payée localement en produits « de la terre » sur la base de quelques volailles et d’une fanègue de maïs par tributaire en 1757. Mais l’obligation de payer en plus, soit en remplacement du tribut du cacao, soit par alourdissement des charges, plus de 4 reales de tribut en argent est sans doute l’obligation la plus mal supportée82. D’autant que pour y faire face, les habitants du nord du territoire de l’Alcaldia Mayor de Sololâ ne disposent que de peu de ressources monétaires : la vente de quelques produits d’élevage et de tissus de coton filés à domicile sur ordre des agents du fisc, et c’est tout. Ils sont donc obligés d’aller louer leurs bras et, faute que l’ancien royaume d’Utatlan ait vu se développer sur son territoire des haciendas créatrices d’emploi, comme c’est le cas du Chiapas et de la Vera Paz83, ils doivent le faire sur les lointaines plantations de Retalhuleu, sur la côte pacifique. Ils prennent même l’habitude d’aller y vendre leur tribut en nature à partir du début du XVIIIe siècle, tant sont fortes les relations fiscales, commerciales et salariales qui les lient à cette région84. Pour faire face à ce problème d’une tributation en argent dans une économie indigène insuffisamment intégrée à l’économie de marché, les gestionnaires dominicains des doctrines inventent une solution mi-fiscale, mi-ecclésiastique. Ils dotent les confréries religieuses créées au XVIIe siècle de biens (argent, bétail, objets de culte) qui servent non seulement de capital, mais de fonds de garantie tributaire à ces associations conçues comme des organes d’entraide mutuelle entre leurs membres. Une série de visites épiscopales du début du XVIIIe siècle nous révèle qu’il y avait là un capital immobilisé mais non négligeable. Pour San Andrés Sajcabajá et son village annexe San Bartholomé Jocotenango, par exemple, nous apprenons l’existence de quatre confréries fondées en 1662, dont le capital se maintient dans les proportions suivantes entre 1732 et 1745 :

  • 85 A.A.G. - tome 5 : 1 732 - ff 363-368 ; tome 8 : 1 738 - ff 81-90 ; tome 9 : 1 740-45.

Confrérie du Très Saint Sacrement :

145 tostones de principal

Confrérie de la Sainte Croix :

40 tostones

Confrérie de Saint Michel :

45 tostones

Sainte Croix (de San Bartolomé) :

168 tostones85

  • 86 In Memorial de los curatos, pueblos, etc. del obispado de Guatemala 1750 - ff. 10, 11... - Manuscr (...)

58Puisque nous évoquons ces documents, remarquons qu’ils nous livrent des données troublantes quant à la démographie de San Andrés Sajcabajá puisque la population tomberait de 1 120 « fidèles » à 900 entre 1732 et 1738 ; s’effondrerait jusqu’à 650 « indiens » en 1740, pour remonter jusqu’à 922 âmes en 1745 – ce dernier chiffre est à peu près confirmé dans une autre source qui donne 900 « indiens » en 175086. Et en 1745 la Visite épiscopale précise qu’à San Andrés Sajcabajá « il n’y a aucun ladino », ce qui, nous le verrons, est en contradiction avec d’autres documents que nous évoquerons tout à l’heure. Que conclure ? qu’en effet sur cette période, nous manquons de documents et que, lorsque nous en avons, ils apparaissent fort approximatifs.

  • 87 El Convento deSto Domingo de Santa Cruz del Quiché pide taxación del servicio de doctrina por part (...)

59Il existe une exception pourtant : un recensement fiscal de « San Andrés Sacavaxa » de 1665, invoqué en 169087. Nous y apprenons que cette communauté indienne est divisée en 4 partialités, chacune soumise en « encomienda » fiscale à des percepteurs espagnols de la ville. Mais nous y apprenons aussi que dans chacune de ces partialités, les tributaires se subdivisent en trois catégories – sans doute suivant leur richesse ou leur accès aux terres communales : veufs, veuves et célibataires ne bénéficiant évidemment ni des mêmes droits économiques ni des mêmes devoirs fiscaux. On obtient alors le tableau suivant de la tributation à San Andrés Sajcabajá en 1665 :

60 La partialité « COY », attribuée à Don Francisco Davila Valencuela :

6185 tributaires entiers

6246 semi-tributaires ou medios

6343 tiers de tributaires ou tercios

64qui équivalent au total à 122 tributaires enteros qui payent 15 292 maravedis par an.

65 La partialité « COYNALA », attribuée à Baltazar de Santa Teresa :

6629 tributaires enteros

6731 medios

6816 tercios

69équivalant à 50 tributaires enteros qui payent 6 250 maravedis par an.

70 La partialité « SACAHIC », attribuée à Don Francisco de Santiago Chanes :

7113 tributaires enteros 16 medios

7214 tercios

73équivalant à 25 tributaires enteros payant 3 209 maravedis.

74 La partialité « ACSIBANCHA », attribuée à Don Francisco de Silbayo :

759 tributaires enteros

761 tercio

77qui payent 1 136 maravedis par an.

78Au total 303 indigènes Sanandresinos soumis à des titres divers au tribut, équivalents de 206 tributaires « entiers », payent au fisc 25 887 maravedis chaque année. Vingt-cinq ans plus tard, en 1690 l’organisation fiscale de San Andrés est restée pratiquement la même et confirme l’existence d’un véritable régime d’encomienda, au moins sur le plan tributaire, dans une région où Bartholomé de Las Casas l’avait en principe bannie après 1540. En cela aussi l’administration fiscale de la région, avec ou sans l’avis des Dominicains du couvent de Santa Cruz del Quiché, s’est « recréolisée ». Cette situation, incompatible avec le régalisme des Bourbons d’Espagne à la fin du XVIIIe siècle, est systématiquement reprise en main par les autorités séculières à partir de 1757. A cette date en effet, non seulement la plupart des doctrines indiennes du Guatemala sont sécularisées, comme nous l’avons vu, mais l’administration royale et les nouveaux prélats formés dans l’esprit du Siècle des Lumières, tentent de mettre de l’ordre dans l’appareil fiscal et clérical. Certes notre région garde sa personnalité propre, puisqu’elle reste la plus dominicaine des provinces indigènes du Guatemala, mais elle aussi doit se plier au nouvel ordre voulu par les agents de la métropole madrilène.

***

IV. Sécularisation et redressement de la fiscalité dans les villages du Partido de Sololá de 1757 et 1821

79La reprise en main de l’administration guatémaltèque ne se limite pas en effet à l’effort de sécularisation et de décréolisation entrepris à partir de 1757. Elle consiste aussi à rétablir les principes d’une gestion plus rigoureuse de la fiscalité, en particulier en précisant avec netteté les bases de l’assiette tributaire en fonction de la stratification sociale qui s’opère inévitablement, même dans les organisations communautaires indigènes. Le comptable général de la Cour des Comptes Royaux du Guatemala y contribue le 22 juillet 1757 en rappelant que : « ... les naturels mariés contribuent totalement au tribut et constituent la première classe de tributaires...

80« ... ceux qui se sont mariés avec des indiennes d’un autre village, avec des mineures, avec des ladinas, les célibataires et les veufs qu’on appelle les semi-tributaires paient la moitié, le tiers, le quart ou le cinquième et on les appelle les tributaires de deuxième classe...

81« ... les tributaires de troisième classe sont les indigènes des autres villages ainsi que les travailleurs agricoles, les ladinos, les veuves et les femmes célibataires, tous ceux qui payent moins de tribut que les deux catégories précédentes...

  • 88 Informe del Contador de Cuentas Reales de Guatemala - A.G.C.A. - Leg. 4621/fol. 6.

82« ... la base du tribut est de 4 reales et une fanègue de maïs88 ».

  • 89 Instrucción a que se arreglaran las curas del Reyno en la formación de padrones de Indios, cumplie (...)

83C’est là le régime qui fixe la tributation au Guatemala jusqu’à la fin de la période coloniale, en 1821 – avec une courte interruption en droit, sinon en fait, entre le moment où les Cortés de Cadix suppriment le tribut indigène dans les colonies espagnoles, en 1812, et le moment où Ferdinand VII restaure ce même tribut en 1816. L’administration fiscale éprouve pourtant le besoin de préciser ce régime à l’usage des curés administrateurs de doctrines indiennes – tels ceux de San Andrés Sajcabajá et de sa région – en 1805. A travers ces instructions89, nous devinons l’évolution des régions indigènes guatémaltèques vers une redispersion de la population des reducciones (probablement sous le poids d’un individualisme agraire indigène renaissant lié à la reprise démographique de la fin du XVIIIe siècle) et vers une économie d’entreprises agricoles privées (haciendas) de plus en plus nombreuses dans des régions dont elles avaient jusqu’alors été pratiquement exclues. Cette circulaire recommande en particulier aux prêtres doctrineros d’effectuer le recensement fiscal pendant la période agricole la plus favorable, celle qui permet de rassembler les fidèles « des fêtes de Noël au Carême ». De plus (chapitre 4) : « on demandera aussi aux patrons, propriétaires, administrateurs ou majordomes d’haciendas, hameaux, mines, ateliers, plantations, moulins à sucre et autres offices et chaumières, les listes jurées de tous les serviteurs, locataires, main-d’œuvre assujettie et travailleurs sans domicile fixe... ». L’instruction insiste sur ce qui est la hantise des recenseurs fiscaux : les Indiens dispersés (chapitre 7) : « Il y a des Indiens qui pendant la majeure partie de l’année, sinon tout le temps, vivent dans la nature sans résidence fixe, bien que les Juges Royaux aient tenté de les regrouper (reducirlos) dans leurs villages respectifs... Ces indiens on les inscrira comme s’ils étaient présents en recherchant avec toute la diligence souhaitable, leur nombre, leur âge et leur état ». Puis on établit les détails (chapitre 8) : « Dans chaque maison ou hameau, on veillera à ce que celui qui fait fonction de chef de famille explique le nombre de ses membres, leur nom et prénom » et (chapitre 10) : « Chaque chapitre de recensement se composera d’une seule famille sur le mode indiqué au chapitre 8 ». Appliquées par anticipation par le curé de San Andrés Sajcabajá, ces instructions nous ont laissé un recensement tributaire du village en 1797 qui est fort utile pour comprendre le fonctionnement fiscal et la structure anthropo-sociale d’une communauté villageoise indienne au XVIIIe siècle. A titre d’exemple nous prendrons deux des maisons recensées :

  • 90 D’après Libro de estado de estepueblo de San Andrés Zakabaha segun el estado de el año de mil seto(...)

« Maison no 57 : maison de Josef Castro

« Maison no 76 : maison de Josef Pexes

Josef Castro, marié, 28 ans
Juana Miguel, sa femme, 24 ans
Maria Castro, sa fille, 2 ans
Juana Castro, mariée, 24 ans
Gaspar Coh, son mari, 26 ans
Gaspar Coh, son fils, 4 ans

Josef Pexes, marié, 52 ans
Andrea Axchilla, sa femme, 53 ans
Josefa Pexes, sa fille, 9 ans
Andres Pexes, marié, 24 ans
Maria Chahal, sa femme, 23 ans
Andrea Pexes, sa fille, 3 ans
Josef Pexes, son fils, 1 an
Josef Pexes, marié, 21 ans
Catarina Coxzes, sa femme, 16 ans90

84Tout de suite nous voyons confirmées ici quelques intuitions :

  1. la contrainte tributaire favorise la structure patriarcale et extensive de la famille, comme moyen de réduire la charge fiscale qui pèse sur l’ensemble familial à la seule responsabilité du tributaire à part entière et chef de famille : d’où ces maisonnées où cohabitent plusieurs familles nucléaires autour du chef responsable du clan. Ceci ne peut être imputé au seul héritage ethnique indigène puisque, dans nos exemples, les maisonnées sont à direction ladina.
  2. à en juger par les patronymes espagnols et indiens mêlés et entrecroisés à l’intérieur des mêmes familles, le métissage des deux grands groupes ethniques va bon train. Et sans qu’on puisse invoquer de véritable racisme (les femmes de statut « inférieur » épousant les hommes de statut ethnique « supérieur ») puisque nous trouvons, intégrés dans des familles ladinas, des gendres indiens ayant épousé des filles ladinas. Nous reviendrons sur ce point.
  3. enfin la précision atteinte par ce type de recensement du XVIIIe siècle finissant contraste singulièrement avec l’indécision des documents auxquels nous sommes habitués pour San Andrés et sa région depuis le XVIe siècle. Encore en 1776, la marginale Alcaldía Mayor de Sololá ne recensait que 27 953 habitants sur les 797 214 du Guatemala, soit moins de 3,5 % du total91. Si déprimée qu’ait pu être à l’époque la démographie de cette province, son pourcentage dans l’ensemble ne peut pas avoir été aussi faible. Force est donc d’admettre qu’encore en 1776, la province est fiscalement sous-administrée, et ne parvient pas à recenser ses « indiens dispersés », qui échappent de ce fait à la tributation. Au contraire en 1797, et pour ce qui concerne San Andrés Sajcabajá, le recensement porte sur 144 maisonnées et donne le chiffre de 1 289 habitants – population très supérieure à toutes les estimations antérieures, en particulier à celle de 1768 qui ne donnait encore que 621 habitants92.
  • 93 A.A.G. - tomo 9 - Visita del Ilmo Rmo Sr. D. Fr. Pedro de Figueroa.
  • 94 A.G.I. - Leg. 948 - Mss de Cortés y Larraz : Relación de cofradías.
  • 95 Memorial de los curatos ... - Mss de la Real Academia de Historia - Madrid - Est. 20 gr. 7° - no 9 (...)
  • 96 In Cortes y Larraz et Solano Y Perez-Lila (1969).
  • 97 D’après Informe del Real Consulado de Comercio de Guatemala - 1808, p. 16.

85C’est la preuve d’une incontestable amélioration de la gestion fiscale, mais aussi de la reprise démographique et économique qui se produit au Guatemala dans les soixante ans qui précèdent son indépendance politique. Cela se note, au niveau de chaque village, par la multiplication des confréries religieuses et l’augmentation de leur capital. A San Andrés il n’y avait encore que quatre confréries totalisant un capital d’environ 100 pesos en 174593 ; il y en a huit, totalisant un capital de 890 pesos au moment où il est visité par l’Archevêque Cortés y Larraz entre 1768 et 177094 Mais cela se note de manière plus générale, au niveau de la région et du Guatemala. En 1750, pour l’ensemble des villages formant l’actuel département du Quiché, on recensait 6 930 indigènes – quichés ou apparentés – auxquels il faudrait ajouter ceux de Rabinal et de Cubulco, soit 10 730 au total95. Vers 1768-1770, Cortés y Larraz dénombre environ 50 000 Indiens quichés (avec ceux de la paroisse de Quetzaltenango), 264 785 indigènes pour l’ensemble du Guatemala, plus 19 070 ladinos et 17 077 Espagnols96. En 1808 la population guatémaltèque atteindrait 646 666 Indiens, 313 334 noirs et mulâtres et 40 000 Hispano-créoles97.

  • 98 A.G.C.A. - Leg. 2 588, 4 026, 4 076.
  • 99 A.G.C.A. - Leg. 2 171.
  • 100 A.G.C.A. - Leg. 2214, 2172, 392 et A.G.I. - Seccion Indiferentes - Leg. 1558.
  • 101 Nómina de las personas vacunadas en la jurisdicción de la Alcadía de Sololá. Año de 1815 - A.G.C.A (...)
  • 102 Cf. Joseph Domingo Hidalgo - 1797-98 - publié en 1952, pp. 383-413.
  • 103 In Julio Herrera, 1974 et documents de l’Archivo de Chiapas - Departamento de Investigación Histór (...)

86Bien entendu, le Guatemala n’est pas sorti pour autant d’un régime démographique d’Ancien Régime : dans cette population en expansion, mauvaises récoltes, famines et épidémies frappent encore, et frappent fort. De 1780 à 1805 une épidémie de variole, tour à tour latente ou galopante, accable les populations rurales guatémaltèques. L’Audience de Guatemala édicte résolution sur résolution pour tenter d’en limiter les effets dans les villes où la population s’entasse98. Mais les populations indigènes, les plus durement frappées peut-être, restent pratiquement sans secours jusqu’à ce que l’on décide, à partir de 1798, une grande campagne de vaccination anti-variolique. Celle-ci est menée à bien, malgré la résistance des indigènes, particulièrement vive dans l’Alcaldía Mayor de Sololá99, par des équipes de vacunadores de 1804 à 1816100. En 1815, plus de 2 765 personnes ont été ainsi vaccinées dans le partido d’Atitlan, et 2 644 dans les villages du futur département du Quiché. Pour le seul San Andrés Sacabah(a), on a vacciné 656 Indiens et 26 ladinos101. On est donc venu à bout des résistances conservatrices indigènes et l’on a enrayé le fléau. Mais il a frappé durement, surtout entre 1796 et 1805. On signale en effet que des villages voisins de San Andrés sont touchés par les « pestes » en 1796-1798 (Cunen, Uspantan, Sacapulas)102, diminuant parfois de plus de moitié le nombre des tributaires. Vers 1800-1805, le Chiapas voisin, gravement touché lui aussi, demande une dispense de tribut pendant trois ans eu égard « au misérable état dans lequel est tombé l’agriculture et la population de ces provinces »103.

  • 104 Instancia de S.A.S. para revisión de taxacion de tributos... - A.G.C.A. - Leg. 240.

87A San Andrés Sajcabajá ces « pestes » (peste de taburdillos) ravagent le village depuis le mois d’août 1794 et obligent le curé et les alcaldes indigènes à adresser une pétition aux autorités en mai 1796, date à laquelle l’épidémie sévit encore au village, afin d’obtenir une révision du tribut en rapport avec le nombre de tributaires disparus. Depuis la précédente taxation, exécutée le 26 mai 1790, 88 chefs de familles indigènes sont morts ou en fuite à la suite de cette épidémie, dont 58 tributaires sur les 297 recensés en 1790, soit une diminution de presque 20 % en deux ans, non décomptés les tributaires en fuite et dont le curé confirme que 28 d’entre eux au moins ont cessé de communier et de se confesser. Et les principales indigènes d’ajouter « D’où les alcaldes vont-ils sortir le tribut des quarante-deux personnes qui restent dans ce village devenu très pauvre... aussi nous présentons nous à Monsieur le Fiscal comme à notre Père et Protecteur, qu’il nous regarde avec miséricorde et commande qu’on nous décharge du tribut de ceux qui sont morts ou en fuite. Tout ce que nous disons est la vérité et pour cela nous demandons à notre curé qu’il soit notre témoin et certifie d’un papier avec son nom que c’est vrai ». Pétition satisfaite d’ailleurs : une nouvelle immatriculation est ordonnée le 2 juillet 1797104.

88Mais peut-être cette réceptivité aux revendications indigènes digne du « bon gouvernement » du Siècle des Lumières, s’explique-t-elle aussi par la dévalorisation relative de l’économie et de la tributation indiennes dans l’ensemble guatémaltèque à la fin de la période coloniale. Passé l’effondrement de la production de cacao devant la concurrence équatorienne, le Guatemala retrouve un second souffle économique après 1750 avec ses exportations d’indigo dont la production, localisée dans les nouvelles plantations des terres chaudes, n’a recourt à la population indienne des Altos qu’en guise de main-d’œuvre saisonnière, forcée parfois, mais de plus en plus volontaire et salariée. Tout pousse donc à généraliser l’économie de marché et le souci du fisc guatémaltèque est moins de continuer de prélever un tribut composé de produits vivriers à faible valeur marchande que de généraliser, partout où c’est possible, les échanges, la monnaie – et d’en prélever sa part. Quand on analyse les 868 590 pesos de recettes fiscales du Guatemala en 1791 on s’aperçoit que les impôts directs ou indirects portant sur les activités commerciales, libres ou de monopole, viennent loin en tête, avant les tributs relégués à un peu plus de 15 % des recettes globales

  • 105 Ramos reales del Reyno de Guatemala y su producto y utilidad (1791). Archivo del Museo Naval de Ma (...)

Alcavalas :

487 762 pesos (50,41 %)

Almorifazgos :

58 060 pesos (6,00 %)

Tributos :

147 221 pesos (15,21 %)

Tavacos :

107 329 pesos (11,09 %)105

  • 106 A.G.C.A. - Leg. 96/fol. 11.
  • 107 A.G.C.A. - Leg. 2 777, 2 897 et 6 935.
  • 108 Archivo historico nacional - Madrid - Section « Consejo de Indias » - Leg. 20952 - Cuaderno no 1.
  • 109 Fr. Antonio de San Jose Muro - Guatemala, 1798.

89Certes cette expansion de l’économie de marché, manifeste à travers ce nouveau modèle de fiscalité, reste toujours limitée à certains secteurs de la société et de l’économie guatémaltèques. Encore en 1806 le Procureur Syndic de l’Ayuntamiento de Guatemala s’occupe à définir un système de monnaie parallèle – on n’ose même pas parler, à ce niveau, de « billon » – constitué de tablitas, plaquettes de bois valant le neuvième d’un demi-real et qui ont cours dans le petit commerce populaire de détail106. C’est dire l’étroitesse et la marginalité du marché de consommation locale. Néanmoins l’élan est donné : tout l’effort du despotisme éclairé tend à liquider les vieilles contraintes fiscales qui empêchent l’évolution de la main-d’œuvre indigène vers un statut de main-d’œuvre disponible pour le marché, sinon juridiquement libre. On le voit bien concernant la vieille obligation du reparto de algodón qui, reprenant un usage précolombien, utilisait la main-d’œuvre indigène des Altos à la confection de mantas et huipiles travaillés à domicile à prix forcé sous le contrôle des corregidores, alcaldes mayores ou doctrineros. En 1759, 1779, 1793 et 1802 les interdictions royales se renouvellent à l’encontre des corregidores de Quetzaltenango qui se livrent à cette forme bien particulière d’obligation fiscale107. Mêmes interdictions à l’encontre de l’Alcalde Mayor d’Amatitan, qui force les Indiennes de sa province à tisser le fil à raison de 2 reales la livre108. Certes trop répétitives, ces interdictions semblent bien souvent transgressées. Pourtant on comprend leur efficacité dès lors que les lois économiques deviennent favorables à leur application. En 1798, à la demande de la « Société des Amis du Pays », est publiée une étude sur le thème « De l’utilité d’habiller et chausser les Indiens à la mode espagnole, et moyens d’y parvenir avec douceur109 ». Le programme est clair : le besoin d’écouler les effets de l’industrie de confection de Barcelone implique d’en finir avec la personnalité ethnique des lois et des vêtements... et de liquider l’artisanat textile indigène maintenu jusqu’alors par la contrainte fiscale. Le Guatemala est en passe d’entrer dans le nouveau pacte colonial : indigo contre cotonnades de Barcelone – ou plus tard, après 1821, celles du Lancashire.

90Un autre trait de l’évolution économique qui touche très directement notre région dans cette période, c’est l’expansion de la propriété privée de la terre aux dépens des terres indiennes, et la modification des rapports ethniques et sociaux qu’elle entraîne. Certes le phénomène n’est pas radicalement neuf puisque dès le XVIe siècle, nous l’avons vu, s’étaient constituées des haciendas dominicaines en Chiapas et en Vera Paz. Mais ce qui est nouveau c’est que cela s’étend désormais à notre zone elle-même. Le couvent dominicain de Santa Cruz, lorsqu’il s’installe au cours du XVIIIe siècle, se crée ses propres haciendas d’élevage : Cacabal et Tululché. Lors de la sécularisation de certaines doctrines, après 1757, des curés séculiers n’hésitent pas – entre Uspantan et Cunen par exemple – à créer leur propre élevage, au lieu dit encore de nos jours La Hacienda. Un peu plus tard, sécularisé de mentalité sinon en droit, le curé de Joyabaj crée ses propres plantations et son élevage dans une perspective de rentabilité physiocratique qui l’oppose inévitablement, et violemment, à sa communauté indienne. Les confréries enfin, en se créant un capital-cheptel participent à une certaine forme de privatisation des terres communales. Lorsque Cortés y Larraz visite la zone entre 1768 et 1770, il dresse le tableau suivant des haciendas déjà constituées ou en voie de constitution sur les confins immédiats de San Andrés Sajcabajá.

91Cubulco : « neuf ou dix petits moulins à sucre » et « quatre estancias de gros bétail ».

92Jocopilas-Zacualpa : « une hacienda de gros bétail » d’une confrérie indienne, quelques troupeaux de moutons.

93Santa Cruz du Quiché : hacienda « Tululché », hacienda « Chinic », hacienda « Chiché », hacienda « Lemoa », quatre « estancias » d’élevage.

94Joyabaj : deux haciendas appartenant à Francisco Ignacio Baxscutia, trois petites « estancias » d’élevage appartenant à des Indiens, un petit moulin à sucre.

95Cubulco : deux ranchos d’élevage, une hacienda d’élevage.

96San Andrés Sajcabajá : un rancho d’élevage appelé « Canilla », une vallée de maïs appelée « Liliha ».

97L’auteur n’en indique ni l’extension, ni la valeur, car, pour la plupart, leurs titres de propriété ne sont pas encore composés. Signalons toutefois que lorsque les haciendas dominicaines de la zone sont vendues ou réquisitionnées entre 1833 et 1835 à la suite des premières mesures anti-cléricales de la nouvelle république, leur valeur s’établit ainsi :

98Haciendas « Cacabal » et « Tululché » : environ 8 000 ha = prix ignoré.

  • 110 In Mary P. Holleran, 1949.

99Hacienda « San Jerónimo » : plus de 20 000 ha = 253 528 pesos110.

  • 111 La consultation des livres de paroisse du XVIIIe siècle des régions de la côte où se rendent encor (...)
  • 112 Salidas de bautizados afuera de S.A.S. - Archivo parroquial de S.A.S. Libros de bautismos de 1786 (...)

100La pression de la grande propriété sur notre zone ne se limite pas à cela. Il faut tenir compte aussi de l’émigration, déjà traditionnelle, des indigènes de la région vers les plantations de la côte pacifique. A la différence des périodes précédentes, il semble qu’elle devienne contractuelle là où elle résultait de l’obligation du travail forcé. En ce sens elle cesse d’être d’origine fiscale et devient strictement économique. Elle joue un rôle tributaire pourtant, en permettant aux Quichés, grâce au salaire monétaire gagné, de pouvoir régler, de retour au village, les décimes – de plus en plus payés en argent – et la part monétaire du tribut. Cette émigration semble numériquement importante, si l’on en juge au nombre de mariages consommés sur la côte par des habitants de San Andrés et du Quiché111. Pour le seul San Andrés Sajcabajá, 68 originaires du village ont émigré entre 1787 et 1824, dont 8 ladinos. Les principaux centres récepteurs sont dans l’ordre : Cuyotenango [19], Retalhuleu [11], Sacapulas [9], Santa Cruz del Quiché [8], Uspantan [5]. Au total, la région immédiate a absorbé 45 % de cette émigration permanente, mais les plantations de la côte en ont absorbé plus de 54 %112.

101Voilà la région et la communauté indigène que certains, jusqu’à la révolution libérale de 1873 sinon jusqu’à l’implantation du capitalisme agro-industriel sur la côte pacifique, voudraient nous présenter comme un isolat réduit au fonctionnement de ses propres règles internes de reproduction à l’identique ! Comment ne pas comprendre que, pour la période fini-coloniale au moins, c’est au contraire une zone ouverte à tous les échanges, comme le confirme d’ailleurs l’évolution des statistiques de ladinisation.

  • 113 Archivo parroquial de S.A.S. Libros de bautismos : (1726-1784).
  • 114 Ibid. - Libre no 1 - Libro de estado de este pueblo de San Andrés Zakabaha... (1797).
  • 115 A.G.I. - Sección V : Gobierno - Leg. 529.
  • 116 Cf. Yvon Lebot, 1977, p. 358.
  • 117 A.G.I. - Leg. 529.
  • 118 Nòmina de las personas que han sido vacumadas en la juridicción de Solol’a : 1815 - A.G.C.A. - Leg (...)

102Cette ladinisation si gênante pour le fisc colonial puisqu’elle a pour condition de soustraire à la fiscalité indienne une quantité grandissante de population, de terre et de ressources commerciales et agricoles. Contre le visiteur épiscopal qui affirmait en 1745 de San Andrés « no hay ladino alguno » (cf. supra) nous avons relevé 14 cas de baptêmes d’Espagnols et de ladinos de Sajcabajá entre 1726 et 1784113 En 1797, sur 1 279 habitants recensés à San Andrés, 118 sont des ladinos, soit près de 10 % d’une population réputée jusqu’en 1797 « indigène »114. En 1808-1809 un autre recensement, moins attentif sans doute, donne 41 ladinos et 1 587 Indiens à San Andrés, soit un taux de ladinisation de seulement 2,52 %115. Mais c’est peut-être qu’à cette date une partie des ladinos de San Andrés, qui ont réussi à dépouiller le village des terres de l’hacienda « Canilla » et sont devenus indépendants de ce fait, ne sont plus comptabilisés dans la population du village dont ils se sont juridiquement et résidentiellement séparés ? Car il y a plusieurs sortes de ladinos. Les plus riches, comme la famille de Teresa Sical, qui deviennent hacendados de Canilla aux dépens des terres indiennes de San Andrés après 1792116 Et les plus pauvres, qui vivent petitement dans la promiscuité indigène et qui, comme les Indiens, sont obligés d’émigrer sur les plantations de la côte pour survivre ou, plus volontiers, de s’établir à leur tour sur les pâtures communales qu’ils détournent de leur fonction d’élevage collectif à leurs fins privées. Ladinisation misérable, quelquefois, que celle-là et dont on retrouve un témoignage, dans le village « indien » voisin de Joyabaj entre 1788 et 1813. Cette communauté est alors ladinisée à près de 12 % de sa population117, ce qui a justifié de créer en 1788 en marge des confréries religieuses indigènes, la « Confrérie de Notre Dame des Douleurs du Ladino », dont on nous précise en 1813 que c’est une confrérie pour ladinos pauvres, constituée afin qu’ils puissent en être membres sans dépenser d’argent et en obtenir le secours pour leurs baptêmes et enterrements118. Entre ces ladinos pauvres, mêlés à la vie du village, pratiquant les mariages mixtes dans les deux sens (ladino-indienne, indien-ladina) et la population indigène, il y a une différence juridique (les ladinos ne payent pas le tribut), mais y a-t-il une différence culturelle autre que linguistique ? Face aux initiatives du pouvoir central, peut-être les ladinos sont-ils plus réceptifs. En 1815 les proportions de ladinos vaccinés au terme de la campagne antivariolique sont sans doute légèrement plus fortes que celles des indigènes qui ont accepté de se faire innoculer la vaccine118.

  • 119 Testimonio del bachiler Don Joseph Manuel Coxzo de Rivera, cura de Uspantan - A.G.I. - Leg. 948 - (...)
  • 120 A.G.C.A.-Leg. 105/fol. 10.
  • 121 A.G.I. - Leg. 962 - Reales cedulas, ordenes e informes sobre misiones (1627-1819).
  • 122 Les 9 villages de San Andrés Sajcabajá sont mentionnés comme formant le « partido de Quiché » dans (...)

103Dans cette évolution générale de la région de San Andrés entre 1757 et 1821, que reste-t-il de l’ancienne organisation dominicaine au fur et à mesure qu’on se rapproche de l’indépendance ? Notons d’abord qu’à travers le renforcement de ses confréries religieuses en nombre et en capital (argent et bétail), le peuple de la région – indien et ladino – peut se revendiquer à juste titre comme un peuple de bons chrétiens compte tenu des efforts et des moyens qu’il consacre à l’entretien de ses églises, de ses curés ou des statues de ses saints. C’est pourtant ce que conteste en 1771 le pasteur d’Uspantan qui, à travers le cas d’une jeteuse de sorts, généralise : « La dévotion intérieure est nulle car tout n’est fait que de démonstrations hypocrites »119. La situation cléricale de la zone ne peut évidemment rien arranger, après plus d’un siècle de créolisation des mœurs du clergé et la sécularisation autoritaire réalisée en 1757. Depuis cette sécularisation, les Dominicains qui ont perdu la ressource des diezmos de doctrinas de la plupart des paroisses qu’ils administraient depuis 1550 environ, sont soumis à des difficultés financières qui entraînent à leur tour une crise des vocations. « L’absence de stimulant économique provoque le manque de religieux » déclare au roi le Procureur de la Province San Vicente de Chiapas et Guatemala en 1773120. Pour toute cette province ecclésiastique, il n’y a plus, le 24 décembre 1775, que 154 religieux dont un tiers, vieux ou malades, ne sortent plus du couvent de Santo Domingo de Guatemala. Or, depuis 1748, ne sont arrivés que 25 Dominicains d’Espagne121. Cette situation a plusieurs conséquences graves pour l’organisation religieuse de la région. Elle ne permet plus d’assurer un bon encadrement clérical, même à l’intérieur du système créolisé de « l’Alternative ». Elle incite donc au relâchement de la discipline d’autant plus que, pour subvenir à ses besoins désormais mal rétribués par des diezmos raréfiés, le clergé régulier est tenté de trouver des compensations dans la gestion matérielle de ses grands domaines fonciers aux dépens de ses tâches évangéliques. De ce fait, avec seulement quatorze autres paroisses du Guatemala, dont huit sont ses voisines immédiates, San Andrés Sajcabajá reste une des dernières communautés indiennes du Guatemala à servir une fiscalité cléricale directe à ses curés. En 1786 voici quelle est sa part (enpesos) dans le cadre des huit doctrines héritières de l’antique royaume dominicain-indigène d’Utatlan dont l’unité territoriale, rompue entre Huehuetenango et Sololá en ce qui concerne la tributation civile, s’est maintenue au niveau du prélèvement des décimes dans ce qui est devenu le « partido del Quiché »122.

  • 123 Cuadrante delproductoy distribución de diezmos en la diocesis de Guatemala A.G.C.A. - Leg. 1757/fo (...)

TABLEAU 3. « Diezmos » versés par le « Partido del Quiché » en 1786123

Villages

Recettes

Charges

Produit liquide

Zacapulas

1 996

1 000

996

Nebah (et Chajul)

1 554

1 000

554

Chichicastenango

1 895

1 000

895

Kiché

555

0

555

Xoyabah

2125

1 000

1 125

Zacabaka

792

200

593

Rabinal

2 790

1 790

1 000

Cubulco

2 776

1 776

1 000

TOTAL

14 483

7 766

6718

104Si nous nous reportons pour finir aux tableaux 5 et 6 et aux graphismes qui les représentent, nous pouvons tirer le bilan pour le XVIIIe siècle non de la production fiscale elle-même (en dehors des décimes, les chiffres nous manquent) mais des rapports entre la tributation royale et la population. Nous avons tenté pour cela de suivre non seulement l’histoire de San Andrés Sajcabajá – et de son annexe : San Bartholomé Jocotenango – mais aussi celle, pour comparaison, de l’ancienne Utatlan : Santa Cruz del Quiché. Pour deux raisons : la première c’est que ces deux bourgades se ressemblent au départ, pour le nombre de leurs tributaires et de leur population. Leurs différences n’en seront donc que plus significatives. La seconde c’est que, soumises toutes les deux à un processus de ladinisation après 1750, il n’est pas sans intérêt d’en suivre l’évolution. Première caractéristique observée : l’étonnante stabilité séculaire, de 1665 à 1768, – en fait de 1665 à 1821 – de la pression fiscale sur la population. Certes le nombre de tributaires indiens de San Andrés augmente notablement entre 1768 et 1797, sous l’effet de la meilleure gestion fiscale, c’est-à-dire des meilleurs recensements ; mais les épidémies de la fin du siècle ramènent vite les agents du fisc au chiffre qui avait prévalu depuis le XVIIe siècle : l’équivalent d’environ 118 tributaires entiers en 1821. Effet de son importance désormais réduite dans la région, ou bien de la perte d’une partie de ses ressources traditionnelles sous l’influence d’une ladinisation et d’une privatisation foncière croissante ? en tout cas le nombre de tributaires indigènes de Santa Cruz fléchit de moitié entre XVIIe et XVIIIe siècles et, malgré un tardif redressement, ne retrouve pas son niveau primitif en 1821.

  • 124 J.-Daniel Contreras, 1951.
  • 125 Yvon Lebot, 1977.
  • 126 Comisión al Alcalde Mayor de Verapaz para proceder contra los autores del motin habido en el puebl (...)

105Or, malgré les épidémies et l’émigration, la population des deux villages augmente après 1745-1750 (le chiffre très bas du recensement de 1768 à San Andrés, encadré comme il l’est par des valeurs bien supérieures, semble dû à une carence dans la collecte des données). Si au XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle la contrainte tributaire, stable, a dû représenter un poids de plus en plus lourd pour la population en voie de diminution, la tendance se renverse donc après 1750. De plus, comme le prouvent l’épisode de la pétition des principales de San Andrés en 1796 puis les rébellions antifiscales qui se multiplient dans la région jusqu’en 1820124, les communautés indiennes ont acquis désormais des réflexes de défense face à un fisc par ailleurs peut-être moins rapace qu’autrefois. Le tribut n’en devient pas pour autant plus supportable, au contraire. Non seulement parce que les Cortés de Cadix, en le supprimant, le rendent intolérable lorsqu’il est rétabli par Ferdinand VII en 1816, mais parce que sur place, dans les communautés indigènes, la croissance d’une population non indigène (ladina, noire, mulâtre) non soumise à la tributation rend, par comparaison des statuts fiscaux personnalisés sur des critères de caste, intolérable une obligation dont on n’envisageait pas jusqu’alors qu’on pût s’affranchir. Le tribut, ethnique puis colonial, qu’on payait depuis des temps immémoriaux aux « Seigneurs de la Terre » ou à leurs usurpateurs espagnols, semblait dans la nature des choses, et la garantie d’un ordre institué par les dieux qui liait la communauté rurale (calpulli pré-alvaradien ou réduction dominicaine) à l’État, lequel lui garantissait en retour son existence et ses moyens d’existence, c’est-à-dire la terre. Or, depuis le XVIIe siècle au moins à Santa Cruz, depuis 1792 à San Andrés125, ce contrat moral, dont le prix est le tribut, est rompu : la communauté rurale de Santa Cruz-Utatlan a été dépouillée de 7 haciendas et estancias au profit des Espagnols et des ladinos et San Andrés commence de perdre, morceau par morceau, à travers diverses compositions de terre sanctionnées par un agent du fisc colonial, cette part de ses pâturages communaux qui vont former l’hacienda « Canilla » possédée par des ladinos résidents, fiscalement privilégiés et de surcroît usurpateurs fonciers. Quoi d’étonnant si, à la veille de l’indépendance politique du Guatemala, San Andrés Sajcabajá participe à sa manière aux troubles qui se produisent sur les hautes terres indiennes en étant le siège d’une véritable guerre civile villageoise qui oppose la communauté indienne à ses résidents et expoliateurs ladinos et, à travers eux, aux agents de l’État126.

Conclusion

106Au terme de cette trop rapide, trop incomplète et quelquefois disparate étude, il nous semble que nous pouvons apporter quelques réponses aux questions posées en introduction :

  1. En tant qu’institution, la communauté indigène existe par et pour l’État, qui l’explique au plan historique et qui l’exploite au plan fiscal pour prix de la stabilité qu’il assure à ses conditions de production et de reproduction. Deux formes d’organisation communautaire se succèdent pendant la période étudiée. L’une, d’origine et de structure pré-alvaradienne, associe des collectivités ethniques traditionnelles, dites « segmentaires » – calpulli, partialités, parentèles, clans – à une ville-état fédérative (Gumarcaj-Utatlan) dont le pouvoir et les fonctions politiques et tributaires sont accaparées et maximisées par l’État colonial au XVIe siècle à l’intérieur d’une entité appelée le « royaume d’Utatlan ». L’autre, répondant à un projet colonialiste fiscal-clérical affirmé dès 1540, n’est vraiment mise en place qu’au début du XVIIe siècle et fonde le régime des « réductions indigènes » : petites républiques villageoises dominées et fermées sur elles-mêmes, telles qu’elles fonctionnent – plus ou moins altérées – jusqu’à nos jours. C’est le cas de San Andrés Sajcabajá au moment où le contacte notre équipe de recherche interdisciplinaire entre 1970 et 1977. Ces deux formes d’institutions communautaires indigènes sont exclusives l’une de l’autre, mais les deux sont également soumises à l’empreinte d’une fiscalité externe dont elles sont la condition de fonctionnement et les cellules de base. Concernant la première, on peut discuter pour savoir si les formes communautaires (tribales sédentarisées) ont engendré leur forme d’état fédérateur, et la fiscalité conséquente. Il ne fait par contre aucun doute, concernant la seconde, qu’elle est produite, créée et maintenue par l’État colonial qui en détermine les formes, la place et la fonction dans l’ensemble de la société coloniale, en particulier par le biais de la tributation et de l’administration cléricale.
  2. En tant que microsociété, la communauté indigène existe par et pour l’État et le Marché, du moins pendant la période coloniale. Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle au moins, il n’est en effet aucune forme de participation des communautés rurales de la région d’Utatlan-San Andrés Sajcabajá à la vie interrégionale et au marché qui ne soit contrôlée, comptabilisée ou contrainte par l’intermédiaire fiscal. Cela a des incidences non seulement administratives, mais agronomiques, techniques, monétaires. Cela modifie les systèmes de culture et d’échanges, le calendrier, l’habitat, mais aussi les solidarités humaines, la structure de la parenté, le fonctionnement du gouvernement indigène traditionnel. Les princes et les caciques d’Utatlan en sortent affaiblis sinon détruits cependant que l’Église met au point un système de charges où les responsabilités dans des confréries religieuses puissantes sont l’unique source – oh combien domestiquée ! – de pouvoir de la communauté indigène sur elle-même à travers ses principales dont l’influence n’excède pas les limites du village. Donc la communauté indigène de San Andrés Sajcabajá est conditionnée par l’État, l’Église et le marché colonial mercantiliste non seulement quant à sa place globale dans la société guatémaltèque, mais quant à ses mécanismes internes de fonctionnement structurel. Lors donc qu’on croit saisir une spécificité ethnique, immuable ou presque depuis l’époque précolombienne, on ne saisit en fait qu’un agrégat structuré (au XVIe siècle) et restructuré (entre XVIIe et XVIIIe siècles) d’éléments indigènes et hispaniques mêlés et régularisés en fonction de rationalités (administratives, mercantiles, fiscales, cléricales) totalement extérieures à la communauté considérée.
  3. Et pourtant, ainsi produite historiquement par l’État, l’Église et le Marché qui ont agi sur elle par l’intermédiaire essentiel du tribut colonial, la communauté de San Andrés Sajcabajá se révèle capable, en 1796 contre les abus fiscaux, en 1820 contre les abus latifundistes – et au 19e siècle contre les carences de l’État libéral qui l’abandonne à elle-même – de résistance, de révolte, d’initiative, de self-government. Grâce à l’utilisation nouvelle du système de confréries et de charges qui lui a été imposé antérieurement, elle retourne ces outils institutionnels internes contre les institutions extérieures qui les lui ont imposé et, malgré une sous-administration civile et cléricale chronique tout au long du XIXe siècle, malgré une marginalisation économique qui dure au moins jusqu’en 1870, sinon jusqu’en 1967, réussit à sauver à sa seule initiative (ou presque) sa religion, ses « coutumes », une partie de ses terres et ce malgré la promiscuité avec des ladinos de plus en plus nombreux. A ce niveau il n’est donc pas illégitime de tenter une approche ethnologique du problème, mais à condition de savoir que ce que va saisir l’ethnologue sera moins le résultat d’une permanence ethnique depuis les temps pré colombiens que la conséquence de l’ethnogénèse réussie par les dominicains dans la région entre 1550 et 1750.
  4. Un dernier point encore : syncrétique, différencié, adapté aux variations de la conjoncture et de la structure du marché et des besoins de la société coloniale dominante, le système fiscal – ou plutôt les systèmes fiscaux successifs – qui pèsent sur les communautés de notre région à l’époque coloniale ne constituent pas un mode de production mais articulent des rapports de production communautaires relevant de plusieurs modes de production (collectivistes, serviles, salariés, corvées d’état) soumis au marché mercantiliste colonial. La traite tributaire qui pèse sur San Andrés Sajcabajá et sa région entre XVIe et XIXe siècles n’est donc pas un exemple du très hypothétique « mode de production tributaire »127. Toutefois, en normalisant les rapports des diverses communautés indigènes de la région avec l’État sur un modèle presque identique, en restreignant à l’extrême à l’intérieur de chaque communauté les possibilités d’ascension, donc de différenciation sociale, la tributation coloniale aboutit à créer une uniformité du statut de « tributaire » dont on peut se poser la question de savoir si cela ne finit pas par créer une classe sociale.
  • 128 Celle d’Anastasio Tzul qui, en 1820, tente de restaurer un « royaume quiché » autour de Totonicapa (...)

107Lorsque, entre 1790 et 1820, les rébellions antifiscales se généralisent et tentent même un moment de se donner une direction unique dans la zone128, on peut le croire. Pourtant très vite, le mouvement s’effondre et ce sont des contradictions inscrites dans les limites villageoises qui émeuvent pour finir le peuple de San Andrés Sajcabajá en 1820. Pour cent cinquante ans encore les San Andresinos peuvent partager avec une certaine ethnographie l’illusion que leur destin se joue seulement à l’intérieur d’une communauté indigène dont la seule vocation est de tenter d’échapper aux inévitables excès de la fiscalité d’un État par ailleurs absent ou, lorsqu’il se manifeste, oppresseur.

108Mai 1977

TABLEAU 4. Tributation de Santa Cruz Utatlan au XVIe siècle d’après les documents de la Contaduría del Consejo de Indias in Archivo General de Indias : Sección II, Séville

TABLEAU 4. Tributation de Santa Cruz Utatlan au XVIe siècle d’après les documents de la Contaduría del Consejo de Indias in Archivo General de Indias : Sección II, Séville

NOTA :
Pour comparaison et complément (ce village fait partie du royaume d’Utatlan mais tend à s’autonomiser sous l’influence du covent dominicain) voici le tribut payé par Sacapulas en 1594.
– 76 poulets de Castille (à 1 toston + 1 real pièce),
– 12 dindons (à 3 reales),
– 3 fanègues de piment (à 9 reales).
– 3 fanègues de haricots (à 1 real),
– 76 fanègues de maïs (à 5 tostones),
– 2 cargas de cacao (à 34 reales),
– 2 cargas de cacao (à 40 reales),
– 2 arrobes de miel (à 4 tostones),
– 308 mantas (à 17 reales)
pour une valeur valeur totale de : 100 pesos – 3 tomines – 2 granos.
in A.G.I.-Leg. 969.

TABLEAU 5. Population et fiscalité à San Andrés Sajcabajá de 1665 à 1821

TABLEAU 5. Population et fiscalité à San Andrés Sajcabajá de 1665 à 1821

TABLEAU 6. Population et fiscalité à Santa Cruz del Quiche (Utatlán) de 1683 à 1821

TABLEAU 6. Population et fiscalité à Santa Cruz del Quiche (Utatlán) de 1683 à 1821

Fig. 26. – Population recensée de San Andrés Sajcabajá et Santa Cruz del Quiche (Utatlan) entre 1665 et 1821.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

1° Abréviations employées

A.G.I. : Archivo General de Indias (Séville).

A.G.C.A. : Archivo General de Centro America (Guatemala).

A.A.G. : Archivo Arzobispal de Guatemala (Guatemala).

Arch. parr. de S.A.S. : Archivo parroquial de San Andrés Sajcabajá.

Br. Mus. Mss. : British Museum - Section « Manuscrits » (Londres).

H.M.A.I. : Handbook of Middle American Indians - Washington, 1964-1972, 12 vol.

S.G.H.G. : Sociedad de Geografia e Historia de Guatemala.

2° Titres

Alcedo (Antonio de), 1786-1789. – Diccionario geográfico-histórico de las Indias Occidentales o América. Biblioteca de Autores Espanoles, Madrid. 1967, 4 vol.

Anonyme : Isagoje histórico apologético de las Indias Occidentales y especial de la provincia de San Vicente de Chiapas y Guatemala. S.G.H.G., 1935. Vol. XIII.

Arvala-Cedeno (Oidor) (après 1570). – « Relación de Verapaz y Cacatula ». Anales de S.G.H.G., 1969.

Bataillon (Marcel), 1966. – La Verapaz, roman et histoire – Travaux de l’Institut d’Études Hispaniques, Paris.

Byrd-Simpson (Lesley), 1938. – The repartimiento System of native labor in New Spain and Guatemala, Berkeley, University of California Press.

Carrasco (Pedro)
(A), 1961. – « The civil religious hierarchy in Mesoamerican communities », in American Anthropologist, vol. LXIII, pp. 483-497.
(B), 1967. – « Don Juan Cortes cacique de Santa Cruz Quiché » in Estudios de cultura maya. Vol. VI. U.N.A.M., Mexico.

Carmack (Robert M.)
(A) 1973. – Quichean civilization : the ethnohistoric, ethnografic and archaeological sources. University of California Press, Berkeley.
(B) 1974. – « La estratificación social quicheana prehispánica ». XLT Congrès International des Américanis tes, Mexico.

Chinchilla-Aguilar (Ernesto), 1961. – El ayuntamiento colonial de Guatemala. Éditorial Universitaria, Guatemala.

Constituciones, 1702. –... diocesanas del obispado de Chiappa (1692-1695), Roma.

Contreras (J. Daniel), 1951. – Una rebelión indígena en el partido de Totonicapan en 1820 : el indio y la independencia, Guatemala, Minesterio de Education Pública.

Cortes y Larraz (Pedro), 1768-1770. – Descripción geográfico-moral de la diocesis de Goathemala hecha por su Arzobispo, el Illmo Sr. Don... Biblioteca « Goathemala ». S.G.H.G., vol. XX, 1958.

Diaz del Castillo (Bernal). – Verdadera y notable relación del descubrimiento y conquista de Nueva España y Guatemala. Biblioteca « Goathemala », 1933-1934, vol. X et XI.

Direccion General de Cartografia, 1962. – Diccionario geográfico de Guatemala.

Edmonson (Munro S.), 1964. – Historia de las tierras allas mayas según los documentas indlgenas. U.N.A.M., Mexico.

Estrada Monroy (Licenciado Agustin), 1973. – Datos para la historia de la Iglesia en Guatemala, S.G.H.G.

Figueras (Antonio o.p.), 1944. – « Principio de la expansion dominicana en Indias », in Misionalia hispanica. Vol. I, Madrid.

Gage (Thomas), 1625. – Nueva relacibn que contiene los viajes de... a Nueva España. Vol. XVIII, 1946.

Garcia-Pelaez, 1841. – Memorias para la historia del antiguo reino de Guatemala, 2e éd. Tipografia Nacional, Guatemala, 1943, 3 vol.

Goubaud-Carrera (Antonio), 1948. – « Problemas etnológicos del Popol Vuh : procedencia de los Quichés » in Arqueología Guatemalteca.

Herrera (Julio), 1974. – Archivo de Chiapas : documentas inéditos. Biblioteca « Manuel Orrozco y Berra », Castillo de Chapultepec, Mexico, 62 pp. (polycopiées).

Hidalgo (Joseph Domingo). – « Memoria para hacer una descripcion puntual del Reino de Guatemala, 1797-1798 » in Anales de la S.G.H.G., tomo XXVI, sept.-déc. 1952.

Holleran (Mary P.), 1949. – Church and State in Guatemala, New York, Columbia University Press.

Las Casas (Bartholomé de). – Apologética Historia de las Indias, Madrid 1909.

Lebot (Yvon), 1977. – Les paysans, la terre, le pouvoir : étude d’une société agraire à dominante indienne dans les hautes terres du Guatemala. École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.

Mac Leod (Murdo J.), 1973. – Spanish Central America ; a socio-economic history ; 1520-1720. University of California Press, Berkeley, XVI, 554 p.

Manrique de Guzman (Felipe), 1740. – « Relación geográfica de la Alcaldia Mayor de Sololá » in Guatemala indígena. Vol. IV, no 191, Guatemala, août 1968.

Memorial, 1750. –... de los curatos, pueblos, doctrineros, coadjutores y feligreses y idiomas de que se compone el obispado de Guatemala sacada de su original, remitido el año de 1750 para tener informado el Rey de aquellas Provas... – Mss de la Real Academia de Historia de Madrid. Est. 20/gr. 7, no 92.

Morales-Urrutia (Mateo), 1961. – La division política y administrativa de la República de Guatemala con sus datos históricos y su legislación, 4 tomos, Guatemala.

Niebla (Fernando de), 1579. – Visita a Capotlan y Suchitepeques, in Colección « Muñoz », tomo 24 - A/26 - 200 - PF. 114 - 126 v°.

Nueva Guatemala, 1805. – Reglamento para la propagación y estabilidad de la vacuna en et Reino de Guatemala, 29 p. (A.G.I. - Leg. 1 558).

Palacio (Licenciado), 1576. – Descripción de la provincia de Guatemala : provincia de los Icalces, in Colección « Muñoz », tomo 24 - A/26 - 197 - FF. 64-80 vo.

Pineda (Juan de), 1594. – Descripcion de la provincia de Guatemala. A.G.I. - Leg. 28.

Ponce (Alonso), 1584. – Relación breve y verdadera de algunas cosas de las muchas que sucedieron al padre... en las provincias de Nueva España. Colección de documentos inéditos para la historia de España, Madrid, vol. LVII et LVIII, 1872.

Recinos (Adrian)
(A) 1947 (éditeur). – Popol Vuh, Mexico.
(B) 1957. – Crónicas indígenas de Guatemala. Éditorial Universitaria, Guatemala.

Remesal (Antonio de), 1620. – Historia general de las Indias Occidentales y particular de la gobernación de Chiapa y Guatemala, Guatemala, 1932.

Ricard (Robert), 1933. – La conquête spirituelle du Mexique. Essai sur l’apostolat et les méthodes missionnaires des ordres mendiants en Nouvelle Espagne de 1523-1524 à 1572. Institut d’Éthnologie, Paris.

Saenz de Santa Maria (Carmelo S.J.), 1964. – El licenciado don Francisco Marroquin, primer obispo de Guatemala (1493-1563), Madrid. Ediciones « Cultura hispánica ».

Saint-Lu (André)
(A) 1968. – La Verapaz, esprit évangélique et colonisation, Paris.
(B) 1970. – Condition coloniale et conscience créole au Guatemala (1524-1821), Paris, P.U.F.

Samir Amin, 1973. – L’échange inégal, Paris, Éditions de Minuit.

San Jose Muro (Fr. Antonio de), 1798. – Utilidades que resulta de que los indios vistan y calcen a la española, y medios de conseguirlo con suavidad, Guatemala, in 4° (A.G.C.A.).

Solano Y Perez-lila
(A) 1963. – « Los libros del misionero en Guatemala (siglo XVIII) », in Misionalia hispanica, Año XX, no 60, Madrid.
(B) 1969. – « Castellanizaciôn del indio y áreas del castellano en Guatemala en 1772 », in Revista de la Universidad de Madrid, vol. XIX, no 73, tomo III, pp. 289-340.
(C) 1971. – « La economia agraria de Guatemala : 1762-1772 », in Revista de Indias, Madrid, no 123-124, janvier-juin 1971, pp. 285-387.

Taracena (Angel), 1953. – « La obra civilizadora de los frailes dominicos en el sur de Nueva España », in Boletin de la Sociedad Mexicana de Geografia y Estadística, Mexico, juillet-décembre 1953, vol. 76, no 3, pp. 83-132.

Taranco (F. Rodero), 1946. – « Los problemas tributarios y la concesiôn y organizaciôn del diezmo en Indias », in Revista espahola de derecho canónico, vol. I, no 2, mai-août 1946, pp. 355-382.

Tax (Sol) et Hinshaw (Robert). – « The Maya and the Midwestern Highlands » in H.M.A.I., vol. 7 et 8 : « Ethnology », pp. 69-100.

Thompson (J. Eric), 1970. – Maya history and religion. University of Oklahoma Press, 451 p.

Tovilla (Capitan Martin Alfonso), 1635. – Relación descriptiva... de Verapaz y Manché, Guatemala, 1960.

Vasquez (Fr. Francisco), 1714. – Crbnica de la provincia del Santisimo nombre de Jesus de Guatemala, 2e éd., Guatemala, 1937.

Viana (Fr. Francisco de), Gallego (Fr. Lucas), Cadena (Fr. Guillen). – Relación de la provincia y lierre de la Verapaz... in Colección « Muhoz », tomo 24 - A/26 - 199 - ff. 100-112.

Villacorta (José Antonio). – Historia de la Capitania general de Guatemala, Guatemala, 1942.

Ximenez (Fray Francisco). – Historia de la provincia de San Vicente de Chiapas y Guatemala de la Orden de Predicadores. Biblioteca « Goathemala », vol. 24, 25 et 29, 1971-1973.

Zorita (Alonso de) (vers 1553-1555). – Breve y sumaria relación de los Sehores y maneras y diferencias que havia de ellas en la Nueva Espaha y en otras provincias y sus comarcanas... en tiempo de su gentilidad. In Colección « Muhoz », tomo 26 - A/68 - ff. 3-138.

Notes

1 D’après un document de 1632, recopié sur le livre de baptêmes de San Andrés Sajcabajá en 1815 par le curé José Fiayo O.P. in Archivo parroquial de San Andres Sajcabaja.

2 Cf. Saint-Lu, 1968.

3 Par exemple en 1655 et en 1690. A.G.C.A. - Leg. 5.794 – Exp. 48.802, fol. 8/v°.

4 Cf. Fuentes y Guzman Recordación florida (1690) – Guatemala, 1932, tome II, chapitre X, p. 59.

5 A.G.I. Sección II : Contaduría general del Consejo de Indias – Leg. 976 – Cuaderno 2 – fol. 188.

6 Ils conservent au total après 1757 : 8 cures dans l’actuel département du Quiché (dont Sajcabajá), 5 dans la Vera Paz, 1 dans le Sacatepéquez in Cortes y Larraz Descripción, tome I, p. 31 et Solano y Perez-Lila (1963), pp. 319-350.

7 Cf. Sol Tax et Robert Hinshaw. – « The maya in the Midwestern Highlands », H.M.A.I., Vol. 7 et 8 : Ethnology, pp. 69-100.

8 Les limites de l’ancien « royaume d’Utatlan » ne sont vraiment définies que lors de la fixation de la région des « Infieles de las montañas de Lacandon, Chol y Sierra de Sacapulas », en 1945 in A.G.I.-Leg 380. Sección V : Gobierno.

9 Ce sont les vallées d’Alotenango, Canales, Chimaltenango, Guatemala, Jilotepeque, Las Mesas, Las Vacas, Mixco, Sacatepéquez... soit au total 84 pueblos et environ 70 000 tributaires indiens, in Chinchilla-Aguilar (Ernesto), 1961, pp. 88-92.

10 Cf. Fr. Francisco Ximenez, 1929/1931. Vol. 1, pp. 77-80 et Carmack.

11 Cf. Popol Vuh et Mateo Morales Urrutia, 1961, p. 482.

12 D’après Información hecha en el pueblo de Teculutlan en 2 de julio 1545 in Colleción « Muñoz » – tomo 66 – A/III – 1 223 – f. III/V°. (« De solo Tecucitlan han hecho los de Guatemala 700 esclavos »).

13 Cf. Alonso de Zorita – « Ni hay para que decir la multitud que ha perecido en los puertos haciendo los navios para el marques, para Californias y las que fueron a ellos perecieron, y a las islas del Poniente llevandolos de 40 « a 50 » y mas leguas con que se despoblo aquella tierra que estava llena de gente. »

14 Cf. Saint-Lu, 1968.

15 In Saint-Lu Ibid.

16 In Marroquin Carias de indias, pp. 413-425. Cité par Saenz de Santamaria (C), 1964.

17 In Saenz de Santamaria (C) – Ibid.

18 Cédule royale du 23 février 1538 – A.G.C.A. Leg. 2 197/fol. 38.

19 A.G.I. – Sección V : Gobierno – Leg. 128.

20 Colección « Muñoz », tomo 67 A 112/1298/ff. 87-94 (1548-1551) : « Tasaciones de pueblos hechas por la Audiencia de los Confines ».

21 A.G.C.A. - Leg. 4575/fol. 110 (9 octobre 1549).

22 A.G.C.A. - Leg. 1511/fol. 105 (29 avril 1549).

23 Colección « Muñoz », tomo 67 A 112/1286/fol. 58 (1548).

24 In (1555) : Documentas referentes a Guatemala – Colección « Muñoz », tomo 69 A 114/1457 x ff. 118 et sq.

25 In Saint-Lu, 1968.

26 Thomas Gage, pp. 159-171.

27 1 cargo = 3 xequepiles = 60 cotles = 24 000 amendes de cacao - d’après Alonso Ponce (1584). « Del cacao que se coge en Nueva España y corre por todo ella » et d’après Licenciado Palacio (1576) - f. 68.

28 D’après Murdo J. Mc Leod, 1973, p. 249.

29 Ainsi nous décrit-on, vers 1568-1574, l’obligation où sont les Indiens de la Vera Paz d’aller louer leurs bras à 8, 10, ou 12 jours de marche de chez eux dans les plantations de cacao de Zentzonati, Soconusco, Chiquimula, Zapotitan « Sans qu’on puisse les retenir car ils objectent alors qu’ils vont ainsi gagner de quoi payer leur tribut et leur chemise... d’autres vont se louer dans les salines de Zacapula... Il y a dans certains villages des marchands indiens qui achètent des plumes, du copal, du piment, des haricots, des tissus et pièces de coton et qui apportent en retour du cacao, de la laine colorée qu’ils appellent « tochomit », des chemises et des jaquettes de laine de Guaxaca (Oaxaca ?) in Viana/Gallego/Cadena...

30 In Alonso Ponce - op. cit.

31 « Para que la Audiencia investigue si los indígenas, durante el tiempo de su gentilidad pugaban algun tributo a sus caciques... » in A.G.C.A. - Leg. 4574/fol. 129.

32 Alonso de Zorita - Breve y sumaria relación... (Entre 1553 et 1555).

33 In ibid - f. 102.

34 Ibid. f. 109 ; voir aussi, en 1579, l’enquête sur le tribut indigène précolombien versé aux seigneurs de Capotlan et Suchitepequez : maïs, cacao, dindons et « pour ceux qui ne possédaient rien, l’obligation d’accomplir les services personnels qui leur étaient commandés », in Fernando de Niebla.

35 In Documentos referentes à Guatemala : 1551. Colección « Muñoz », tomo 68 A 1 13/1359/ff. 50-59.

36 D’après Cartas al Rey del 29 de julio de 1569 y 10 de octubre de 1589 citées in Real Provision del 16 de julio de 1730, in A.G.C.A. - Leg. 1587/fol. 316.

37 In Pedro Carrasco, 1967, p. 251 et A.G.C.A. - Leg. 205/cxp. 4 985.

38 En 1577 les cabeceras de tributo du Guatemala sont les suivantes : Panahachel, Atitlan, Totonicapa, Quetzaltenango (2 fois), Tecociestlan, Ucelotlan, Chiapa, S. Pablo Xocopila, S. Pedro Comitlan, Santa Cruz Utlatlan y sus estancias, etc. d’après A.G.I. - Sección II : Contaduría General - Leg. 968.

39 Cf. A.G.I. - Sección II : Contaduría General del Consejo de Indias - Leg. 967, 968, 969, 970, 971 et 972.

40 La milpa, chez les Mayas et les Quichés, c’est le champ de maïs défriché sur la forêt et, par extension, le champ familial de culture vivrière.

41 Cf. Chinchilla-Aguilar - op. cit., p. 154.

42 Sur les abus de ce système fiscal voir A.G.C.A. - Leg. 1513, 1515, 1516, 4 576 et A.G.I. - Leg. 972 : « Autos de cargo y descargo de jueces de milpas - Guatemala ».

43 Saint-Lu - op. cit., p. 413 et J. Eric Thompson, 1970, p. 64.

44 Juan de Pineda 1594 : Descripción de la provincia de Guatemala : el pueblo de Utatlan, pp. 439-440, d’après A.G.I. - Est. 68 - Leg. 28.

45 A.G.I. - Sección II : Contaduría General - Leg. 972 : « Autos de cargo y descargo de jueces de milpas ».

46 A.G.I. - Sección V : Gobierno - Leg. 156 : « Cartas y expedientes de los Obispos de Guatemala ».

47 A.G.C.A. - Leg. 1513/fol. 695 - Cédula Real del 23 de enero de 1588.

48 A.G.C.A. - Leg. 1515/fol. 3 - (17 juin 1617).

49 A.G.I. - Sección II : Contaduría General - Leg. 972 : « Autos de cargo y descargo de jueces de milpas ».

50 Ibid.

51 A.G.I. - Sección II : Contaduría General - Leg. 973 : « Seis relaciones de valores de Real Hacienda ».

52 Caria del Obispo de Guatemala a S.M. : 1603 in A.G.I. - Sección V : Gobierno - Leg. 156.

53 A.G.C.A. - Leg. 1515/fol. 231 (1630).

54 A.G.C.A. - Leg. 1513/fol. 646.

55 A.G.C.A. - Leg. 1515/fol. 231.

56 A.G.C.A. - Leg. 1516/fol. 179 et 231.

57 In Chinchilla-Aguilar, 1961, p. 154.

58 A.G.C.A. - Leg. 1751/fol. 281 v° et 284.

59 A.G.C.A. - Leg. 2010/fol. 113.

60 147 confirmations à San Andrés Sajcabajá en 1607 - cf. supra.

61 En particulier « El Manche nuevamente convertido » (en 1642) - A.G.C.A. - Leg. 5794/fol. 2 v°.

62 A.G.I. - Sección V : Gobierno - Leg. 380.

63 A.G.C.A. - Leg. 1518/fol. 274.

64 Cf. Garcia-Pelaez, p. 152.

65 A.G.C.A. - Leg. 87.

66 A.G.C.A. - Leg. 2010/fol. 113.

67 Fr. Francisco Ximenez - XXIV, pp. 202 et 203 et XXV, p. 92 et A.G.I. - Sección V : Gobierno - Leg. 181.

68 « ... autos sobre la perdición general de los Yndios de estas provincias... por et Illmo y Rmo Señor Don Fray Andes de las Nabas y Quehedo... » A.G.I. - Sección V : Gobierno - Leg. 159.

69 A.G.I. - Leg. 160.

70 A.G.C.A. - Leg. 4591/fol. 135 v°.

71 et qui sont : Chichicastenango, Nevah, Rabinal, San Andrés Sajcabajá, Santa Cruz del Quiché, Santa Maria Xoyabah, Xocopilas, La Zacualpa d’après Cortes y Larraz - tome I, p. 31 et Solano y Perez-Lila, 1963, pp. 319-350.

72 In Garcia-Pelaez - 1841 - tome II, p. 156 [Ceci est en contradiction avec Cortes y Larraz qui évalue en 1768-1770 la population ladina à 6,33 % de la population de l’Audience de Guatemala].

73 A.G.C.A. - Leg. 4627/fol. 336 v° ; Leg. 1523/fol. 151.

74 Manrique de Guzman, 1968, p. 18.

75 A.G.C.A. - Leg. 1517/fol. 35.

76 Cf. Solano y Perez-Lila, 1971.

77 A.G.I. - Ramo Secular - Est. 66 - Caj. 2 - Leg. 8/1.

78 A.G.C.A. - Leg. 2 775.

79 A.G.C.A. - Leg. 2 726.

80 A.G.C.A. - Leg. 1572/fol. 77.

81 In Felipe Manrique de Guzman - op. cit, p. 118.

82 A.G.C.A. - Leg. 4621/fol. 64.

83 Cf. Relación de los bienes raices que tiene et convento de los PP. dominicos de San Vicente de Chiapa y Guatemala : 1 697 in A.G.C.A. - Leg. 334.

84 A.G.I. - Sección II : Contaduría General - Leg. 976.

85 A.A.G. - tome 5 : 1 732 - ff 363-368 ; tome 8 : 1 738 - ff 81-90 ; tome 9 : 1 740-45.

86 In Memorial de los curatos, pueblos, etc. del obispado de Guatemala 1750 - ff. 10, 11... - Manuscrits de la Real Academia de Historia - Madrid - Est. 20 - gr. 7° no 92.

87 El Convento deSto Domingo de Santa Cruz del Quiché pide taxación del servicio de doctrina por parte de los enco menderos in A.G.C.A. - Leg. 5794/fol. 8 v°.

88 Informe del Contador de Cuentas Reales de Guatemala - A.G.C.A. - Leg. 4621/fol. 6.

89 Instrucción a que se arreglaran las curas del Reyno en la formación de padrones de Indios, cumpliendo con la ley que lo previene (ley 25, titulo 13, libro I de Leyes de India). Mss du British Museum de Londres 1240 - h. 14 (13).

90 D’après Libro de estado de estepueblo de San Andrés Zakabaha segun el estado de el año de mil seto nobenta y siete - in Archivo parroquial de S.A.S. - Libro no 1 - San Andrés : padron único y casamientos. Año de 1837.

91 Recensement du 16 novembre 1776 - A.G.C.A. - Leg. 23/fol. 12 v°.

92 Padron de tributarios de San Andrés Sajcabajá en 1768 - A.G.C.A. - Leg. 1 254.

93 A.A.G. - tomo 9 - Visita del Ilmo Rmo Sr. D. Fr. Pedro de Figueroa.

94 A.G.I. - Leg. 948 - Mss de Cortés y Larraz : Relación de cofradías.

95 Memorial de los curatos ... - Mss de la Real Academia de Historia - Madrid - Est. 20 gr. 7° - no 92.

96 In Cortes y Larraz et Solano Y Perez-Lila (1969).

97 D’après Informe del Real Consulado de Comercio de Guatemala - 1808, p. 16.

98 A.G.C.A. - Leg. 2 588, 4 026, 4 076.

99 A.G.C.A. - Leg. 2 171.

100 A.G.C.A. - Leg. 2214, 2172, 392 et A.G.I. - Seccion Indiferentes - Leg. 1558.

101 Nómina de las personas vacunadas en la jurisdicción de la Alcadía de Sololá. Año de 1815 - A.G.C.A. - Leg. 2172.

102 Cf. Joseph Domingo Hidalgo - 1797-98 - publié en 1952, pp. 383-413.

103 In Julio Herrera, 1974 et documents de l’Archivo de Chiapas - Departamento de Investigación Histórica - Castillo de Chapultepec - Mexico.

104 Instancia de S.A.S. para revisión de taxacion de tributos... - A.G.C.A. - Leg. 240.

105 Ramos reales del Reyno de Guatemala y su producto y utilidad (1791). Archivo del Museo Naval de Madrid - Mss. 339 - fol. 256.

106 A.G.C.A. - Leg. 96/fol. 11.

107 A.G.C.A. - Leg. 2 777, 2 897 et 6 935.

108 Archivo historico nacional - Madrid - Section « Consejo de Indias » - Leg. 20952 - Cuaderno no 1.

109 Fr. Antonio de San Jose Muro - Guatemala, 1798.

110 In Mary P. Holleran, 1949.

111 La consultation des livres de paroisse du XVIIIe siècle des régions de la côte où se rendent encore de nos jours les migrants de Sajcabajá est édifiante : 6 des 32 mariages célébrés à Cuyotenango en 1798 sont le fait de migrants quichés – in Archivo parroquial de Cuyotenango Libros de casamientos (1798-1799).

112 Salidas de bautizados afuera de S.A.S. - Archivo parroquial de S.A.S. Libros de bautismos de 1786 à 1804.

113 Archivo parroquial de S.A.S. Libros de bautismos : (1726-1784).

114 Ibid. - Libre no 1 - Libro de estado de este pueblo de San Andrés Zakabaha... (1797).

115 A.G.I. - Sección V : Gobierno - Leg. 529.

116 Cf. Yvon Lebot, 1977, p. 358.

117 A.G.I. - Leg. 529.

118 Nòmina de las personas que han sido vacumadas en la juridicción de Solol’a : 1815 - A.G.C.A. - Leg. 2172.

119 Testimonio del bachiler Don Joseph Manuel Coxzo de Rivera, cura de Uspantan - A.G.I. - Leg. 948 - 1771 : no 2.

120 A.G.C.A.-Leg. 105/fol. 10.

121 A.G.I. - Leg. 962 - Reales cedulas, ordenes e informes sobre misiones (1627-1819).

122 Les 9 villages de San Andrés Sajcabajá sont mentionnés comme formant le « partido de Quiché » dans un document de 1683-1685 - A.G.I. - Leg. 815 - Sección II : Contaduría General.

123 Cuadrante delproductoy distribución de diezmos en la diocesis de Guatemala A.G.C.A. - Leg. 1757/fol. 248.

124 J.-Daniel Contreras, 1951.

125 Yvon Lebot, 1977.

126 Comisión al Alcalde Mayor de Verapaz para proceder contra los autores del motin habido en el pueblo de San Andrés Sajcabajá – A.G.C.A. - Leg. 1 676/ff. 59-218.

127 Cf. en particulier les travaux de Samir Amin, 1973.

128 Celle d’Anastasio Tzul qui, en 1820, tente de restaurer un « royaume quiché » autour de Totonicapan - Cf. J. Daniel Contreras, 1951.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5694/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre TABLEAU 4. Tributation de Santa Cruz Utatlan au XVIe siècle d’après les documents de la Contaduría del Consejo de Indias in Archivo General de Indias : Sección II, Séville
Légende NOTA :Pour comparaison et complément (ce village fait partie du royaume d’Utatlan mais tend à s’autonomiser sous l’influence du covent dominicain) voici le tribut payé par Sacapulas en 1594.– 76 poulets de Castille (à 1 toston + 1 real pièce),– 12 dindons (à 3 reales),– 3 fanègues de piment (à 9 reales).– 3 fanègues de haricots (à 1 real),– 76 fanègues de maïs (à 5 tostones),– 2 cargas de cacao (à 34 reales),– 2 cargas de cacao (à 40 reales),– 2 arrobes de miel (à 4 tostones),– 308 mantas (à 17 reales)pour une valeur valeur totale de : 100 pesos – 3 tomines – 2 granos.in A.G.I.-Leg. 969.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5694/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre TABLEAU 5. Population et fiscalité à San Andrés Sajcabajá de 1665 à 1821
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5694/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre TABLEAU 6. Population et fiscalité à Santa Cruz del Quiche (Utatlán) de 1683 à 1821
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5694/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 26. – Population recensée de San Andrés Sajcabajá et Santa Cruz del Quiche (Utatlan) entre 1665 et 1821.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5694/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.