Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

San Andrés Sajcabajá

 | 
Henri Lehmann

Introduction

Texte intégral

Carte A : Le « pays quiché » ; Limites de la zone d’étude.

  • 1 L’aire culturelle et linguistique maya-quiché déborde largement le département qui a pris son nom (...)

1Le pays quiché1 appartient à l’ensemble géographique des hautes terres occidentales du Guatemala, connu sous le nom de « los Altos », « Altiplano occidental » ou « Occidente », où sept départements (Chimaltenango, Sololà, Quezaltenango, Totonicapan, Huehuetenango, San Marcos, El Quiché) concentrent en 1973, 1 856 224 habitants et les trois quarts de la population indienne du pays.

2Les limites du département s’inscrivent entre la région basse, forestière de la « zona reina » au nord où s’avance le front pionnier agricole, et les hauts plateaux de la Sierra Madre bordés au sud par une ligne de volcans. Cet ensemble montagneux domine l’étroite bande côtière du Pacifique, fertile et riche (carte B). C’est une région de hauts bassins intérieurs (entre 1 500 et 2 200 m d’altitude) traversée par deux grands axes : au nord la sierra des Cuchumatanes, massif calcaire culminant vers 3 700 m au pied duquel s’encaisse le río Negro (río Usumacinta au Mexique) ; au sud, la sierra de Chuacus, formée essentiellement de roches primaires recouvertes de projections volcaniques, entre 2 000 et 2 400 m d’altitude, dominant la riche et chaude vallée du Motagua qui se jette 300 km plus loin dans l’Atlantique. Le climat tropical d’altitude (15° de latitude nord) rythme l’année agricole en deux saisons d’égale durée : un hiver sec (verano) commençant à la mi-octobre et se terminant en mai ; un été humide (invierno), plus frais de mai à octobre. Le climat favorise une abondante végétation sylvestre tempérée. Au-dessous de 1 800 m la forêt est surtout composée d’arbres à feuilles persistantes (pinède au sous-bois clairsemé). Au-delà de cette altitude apparaissent les arbres à feuilles semi-caduques, des chênes essentiellement sous lesquels poussent en abondance arbustes et fougères. Le seuil de 1 800 m marque la limite supérieure des « terres tempérées ou chaudes », avec possibilité d’irrigation, sur lesquelles le café, la canne à sucre, et les fruits tropicaux rendent bien, et le début des « terres froides » qui ne permettent que la culture du maïs, du haricot, de la pomme de terre ou du blé.

3Le département du Quiché est avant tout un pays indien et occupé depuis très longtemps. L’abondance des sites archéologiques, tant cérémoniels que d’habitat, est remarquable, particulièrement certains monuments de l’époque post-classique. En 1964, 84,84 % de la population était recensée comme « indigène » et 15,16 % comme « ladina ». Sa population s’accroît régulièrement au rythme annuel de 2,6 % (en 1950, 174 911 habitants ; en 1973, 300 641 habitants), cependant la densité de population (36,2hab/km2) est relativement faible comparée aux autres départements indiens des Altos. Il y a peu de concentrations urbaines. Le chef-lieu, Santa Cruz del Quiché, ne regroupe que 8 000 habitants environ, et la population urbaine atteint 32 703 personnes seulement (13 %). La majeure partie de la population est restée rurale, y compris pour sa composante ladina dont 68 % vit à la campagne.

4Le département du Quiché arrive dans les toutes premières places pour le nombre d’habitants exerçant une activité agricole (83 %) et pour le nombre d’analphabètes. Il ne manque pourtant pas de potentiel économique : sur un sol qui compte un tiers de pâturages, un tiers de zones boisées, un tiers de terre cultivable, l’élevage, l’agriculture, l’exploitation du bois pourraient être développés. Mais 17 % seulement du territoire est utilisé comme surface agricole utile. Un pourcentage infime de champs est irrigué. Les « terres sèches)), de faible rendement, constituent la grande majorité du terroir cultivé, problème d’autant plus aigu que règne ici, comme dans tout l’altiplano, le minifundio.

5Dans le département, 81 % des exploitations ont moins de 7 ha et regroupent 25 % de la superficie agricole déclarée, alors que 1,2 % des exploitations entre 44 et 440 ha couvrent 29 % et 0,08 % des exploitations de plus de 440 ha détiennent 16 % de la superficie. Un certain nombre de latifundios persiste encore actuellement, alors que la grande majorité de la population est « condamnée » sur le minifundio. Les exploitations de moins de 7 ha sont un moyen de subsistance insuffisant qui maintient la masse de la population paysanne en situation de dépendance à l’égard des détenteurs des autres moyens de production et de distribution. Sauf exception, le minifundio n’engendre aucun surplus qui permette d’envisager l’extension ou la rationalisation de l’exploitation. Seules des activités complémentaires (commerce, artisanat, travail dans les plantations...) permettent de nourrir la famille.

  • 2 Cité par L. Schmid : El papel de la mano de obra migratoria en el desarollo económico de Guatemala (...)
  • 3 C. Bataillon et Y. Le Bot in « Migration intérieure et emploi agricole temporaire au Guatemala », (...)

6On estime à 300 000-400 0002 le nombre des travailleurs temporaires qui migrent chaque année pour un ou plusieurs mois des Altos vers les plantations de la côte pacifique (café, coton, canne à sucre). Ces migrations sont l’aboutissement de quatre siècles de spoliation des terres indiennes et d’efforts des propriétaires des plantations pour s’assurer le contrôle de cette main-d’œuvre indispensable. Les plus forts contingents viennent de la partie nord (Quiché, Huehuetenango) où l’on ne trouve pas les sols volcaniques plus fertiles de la zone sud (Totonicapan) ni le même degré de développement de l’artisanat textile et du commerce professionnel. On évalue à 50 000 environ3, soit 48 % de la force de travail, les gens du Quiché qui recourent au travail temporaire.

7C’est dans cette région indienne, montagneuse, rurale et pauvre, affectée par le minifundio, réserve de main-d’œuvre, que s’inscrivent les recherches de la R.C.P. 294.

8Au municipio choisi au départ, San Andrès Sajcabajà, se sont trouvés associées par l’identité du cadre physique, des conditions naturelles, de l’organisation de l’espace agricole, deux autres communes, Canillá et San Bartolomé Jocotenango. Semblables par le cadre naturel, ces trois entités sont très différentes cependant par leur population et leur histoire.

  • 4 La superficie du municipio de San Andrés n’est pas mentionnée dans le dictionnaire géographique du (...)

9San Andrès Sajcabajà (240 km2 et 9 488 habitants)4 est le municipio le plus étendu et le plus complexe. Une minorité ladina encore puissante (20 % de la population) s’affronte à la majorité indienne qui s’organise. Sur fond de misère et de sous-emploi, la terre est un enjeu entre les groupes rivaux qui se disputent le contrôle des terres communales.

10Canillá (100 km2 et 4 757 habitants) est une enclave ladina jadis consacrée à l’élevage extensif, dont le municipio s’est constitué en 1893 aux dépens de San Andrés. Contrairement à San Bartolomé dont les relations avec San Andrès sont épisodiques, Canillá est en relations conflictuelles avec ce dernier depuis le XVIIIe siècle, date à laquelle se sont installés les premiers ladinos éleveurs. Leurs héritiers, comme les nouveaux ladinos, constituent la majorité de la population (65 %) mais celle-ci est victime, sauf exception, de la pauvreté et du chômage au même titre que les Indiens.

  • 5 Cette présentation du pays quiché est extraite de la thèse de troisième cycle de D. Douzant-Rosenf (...)

11San Bartolomé Jocotenango (130 m2 et 5 475 habitants), indien à 99 % est le municipio le plus isolé et apparemment le plus déshérité. Il n’a pas connu d’implantation ladina permanente, mais une confiscation partielle de ses terres au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle au profit de ladinos latifundiaires. C’est une commune où l’émigration temporaire vers les plantations de la côte touche la quasi-totalité de la population masculine. Les paysans indiens vivent dispersés dans les cantons et ne rallient le bourg qu’à l’occasion des jours de marché ou de fêtes. La vie publique est ainsi concentrée en deux jours de la semaine. Les autres jours laissent le bourg vide5.

12Les archéologues de la R.C.P. – Henri Lehmann , Alain Ichon , Marie-France Fauvet-Berthelot — ont choisi de décrire un site archéologique, LOS CERRITOS-CHIJOJ, qui leur paraît caractériser le peuplement préhispanique de la région au cours de la période classique, soit entre 700 et 900 (ou 1 000) de notre ère. Ce site de moyenne importance, relativement bien conservé, permet une étude assez exhaustive non seulement des trois petits centres cérémoniels qui s’échelonnent dans la vallée, mais aussi des vastes zones d’habitations réparties sur les collines alentour. Plusieurs observations ressortent des fouilles : le caractère relativement groupé de la population, qui devait représenter de 1 000 à 2 000 habitants répartis sur une centaine d’hectares ; la séparation, mais aussi la proximité des ensembles proprement cérémoniels et des ensembles d’habitation. Dans les premiers, ces fouilles ont montré l’existence possible d’une « caste sacerdotale » héréditaire, vivant dans le centre et y mourant ; dans les seconds une disposition fréquente en petits ensembles plus ou moins clos, et l’existence d’une certaine décentralisation religieuse marquée par la présence, dans ces ensembles, de structures plus élaborées à fonction probablement rituelle.

13Dans quelle mesure ce modèle est-il valable, pour la même époque, dans l’ensemble de notre zone d’étude ? Dans quelle mesure, et sous quelles pressions a-t-il évolué au cours des quatre ou cinq siècles précédant la Conquête espagnole ?

14Les transformations de l’habitat dues aux invasions mexicaines qui ont marqué cette dernière période ne permettent pas de postuler une continuité entre ce peuplement classique et celui qui existait à l’arrivée des Espagnols. L’étude des grands sites protohistoriques, appuyée sur les données ethnohistoriques, devrait nous permettre de préciser ce point.

15Il reste qu’on ne voit guère de traits communs entre la structure de l’habitat concentré, et en même temps décentralisé, de Los Cerritos-Chijoj, et l’organisation actuelle comprenant schématiquement un centre civico-religieux « vacant » et des hameaux ruraux dispersés dans un rayon d’une dizaine de kilomètres autour de ce centre.

16Il n’y a entre ces deux modèles – préhispanique (classique ou postclassique) et actuel – aucune solution de continuité, mais une série de ruptures induites, à partir de la Conquête, par le souci d’établir et de maintenir les bases territoriales d’un système efficace de tributation. L’obsession de l’administration espagnole, puis créole, pour le contrôle économique, domine les trois siècles d’histoire coloniale. D’où le choix de l’historien Jean PIEL pour l’étude de la fiscalité coloniale du 16e au 19e siècles. Portée par la nature même de la plupart des documents de cette époque, son histoire constitue l’« une des clés permettant de comprendre les principes organisateurs de l’espace et des hommes », la mise en place et l’évolution de la « communauté villageoise » en tant qu’institution et en tant que microsociété : « avant d’exister comme unités de géographie humaine, le village, la région, existent en tant qu’unités d’exploitation fiscale ».

17Piel distingue deux formes successives d’organisation socio-territoriale : la première, héritage préhispanique, est celle des collectivités dites segmentaires (calpul, parcialidades, etc.) dépendant d’une ville-état fédératif, Gumarcaah-Utatlan, l’ancienne capitale du royaume quiché détruite par Alvarado ; la seconde, qui s’affirme dès le 16e siècle et avec certitude pour San Andrès Sajcabajà à partir de 1607 – est celle des réductions indigènes, des « communautés villageoises » proprement dites, d’abord soumises aux Dominicains, puis reprises en main à partir de 1757par les autorités séculières dans le cadre de l’Alcaldía Mayor de Sololà.

18Les conclusions de cette analyse sont sans ambiguïtés : selon Piel , tout, dans la « communauté villageoise », des méthodes agricoles à la structure de la parenté, est produit historiquement par l’État, le marché et l’Église. Il faut néanmoins reconnaître qu’elle est susceptible de résistance, et même de révolte, ce qui lui a permis de sauver en partie sa religion, ses coutumes et une partie de ses terres.

19L’étude géographique de la région introduit l’époque contemporaine. Sous le titre « Hommes de maïs ou hommes du café ? », Denise Douzant-Rosenfeld pose le problème de la survie économique de la population de la région de San Andrès. Analysant les différents types de paysages, elle peut évaluer la superficie et la distribution des terres agricoles utiles. Sa conclusion est nette : elles ne peuvent subvenir aux besoins d’une population en pleine croissance démographique « en conséquence, les travailleurs minifundistes doivent chercher des revenus dans d’autres activités (artisanat, commerce, élevage) ou travail salarié (essentiellement dans les plantations de la côte) afin d’obtenir le supplément de ressources indispensables à leur survie ». Mais cette survie est précaire, on assiste à une paupérisation de la population, plus forte chez l’Indien – « piégé dans son identité linguistique [qui] n’a comme exutoire que le va-et-vient entre son pueblo et les plantations de la côte » – que chez le ladino.

20L’analyse de l’ethnologue François Lartigue poursuit chronologiquement et thématiquement celle de l’historien en la complétant par une approche « de l’intérieur ». Postulant qu’il serait vain de ne voir dans la « communauté villageoise d’aujourd’hui qu’une survivance d’un passé préhispanique ou colonial en voie de disparition », il met en évidence l’actualité du « fait communautaire ».

21Indissociable de la formation sociale dans laquelle elle s’inscrit, l’organisation propre de la « communauté » et les transformations qui font son histoire sont autant d’aménagements internes des rapports d’exploitation. Cette « plasticité des formes de reproduction de l’organisation communautaire » se dévoile à l’examen des faits analysés par l’auteur, en particulier le déclin du système des charges rituelles, le déplacement de l’autorité et des pouvoirs, la récupération du contrôle territorial...

22C’est de ce dernier point que traite plus spécifiquement l’article de l’ethnologue Alain Breton , en se situant non plus à l’échelle de la « communauté », mais à celle (locale) des hameaux ruraux. Il décrit l’organisation socio-territoriale de deux de ces hameaux, après une enquête fondée sur la lecture et l’interprétation des photographies aériennes de la région. Ces deux hameaux sont représentatifs des deux principaux géosystèmes : la zone des bassins (Chic’oxop) et celle des vallées (Tonolajic).

23Sont ainsi mis en évidence l’existence et le caractère territorial de groupes familiaux. L’enquête généalogique permet, sur cette base, de suivre leur développement sur plusieurs générations, les stratégies d’alliance, l’évolution des tenures foncières depuis environ un siècle et demi. La comparaison de ces données, d’une grande diversité d’un hameau à l’autre, aboutit à des conclusions intéressantes sur l’organisation des groupes locaux, l’endogamie (de hameau, de canton), l’appropriation des terres communales et les transactions foncières récentes. Elles montrent en particulier l’importance du droit coutumier dans la défense des intérêts locaux.

24Le thème de la « communauté » est, au Guatemala, intimement lié à la question indigène, et, plus généralement, à la question paysanne. Le sociologue Yvon Le Bot en a fait le sujet central de sa thèse de troisième cycle.

25Il commente et discute ici quelques interprétations concernant la nature, l’évolution et les potentialités d’un mouvement de modernisation à forte connotation religieuse. Il montre en particulier le caractère d’hétéronomie de la mobilisation de la population indienne dans la période 1954-1975, avant donc les ruptures induites par l’irruption de la lutte armée dans les hautes terres indigènes et en particulier dans le département du Quiché. Mais les clivages à l’intérieur des structures d’encadrement et de mobilisation ainsi que la complexité et la flexibilité des rapports sociaux affectés par les changements, conduisent l’auteur à formuler plusieurs hypothèses en ce qui concerne le devenir du mouvement.

Notes

1 L’aire culturelle et linguistique maya-quiché déborde largement le département qui a pris son nom (8 378 km2 ; 7 % de la population du pays) et dans ce même département coexistent au nord les Ixil (Nebaj, Chajul, Cotzal) et les Uspantèques.
L’aire linguistique quiché est en contact au sud-est avec les Cakchiquel, à l’ouest avec les Mam (Huehuetenango). L’appellation « pays quiché » ne signifie pas qu’il y ait surdétermination de la situation économique et sociale par l’appartenance à cette zone qui ne constitue pas à l’intérieur des Altos une région autonome homogène.

2 Cité par L. Schmid : El papel de la mano de obra migratoria en el desarollo económico de Guatemala, Guatemala, 1973.

3 C. Bataillon et Y. Le Bot in « Migration intérieure et emploi agricole temporaire au Guatemala », Cahiers des Amériques latines, no 11.

4 La superficie du municipio de San Andrés n’est pas mentionnée dans le dictionnaire géographique du Guatemala ; dans les statistiques de la Dirección General de Estadísticas apparaît quelques fois le chiffre de 576 km2, nettement exagéré ; en rapprochant la surface mentionnée dans le « título de San Andrés » et la carte au 1/50 000, on peut l’évaluer à 230 km2

5 Cette présentation du pays quiché est extraite de la thèse de troisième cycle de D. Douzant-Rosenfeld : Paysage et société en pays quiché, Paris, 1975.

Table des illustrations

Légende Carte A : Le « pays quiché » ; Limites de la zone d’étude.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5685/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540