Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Codex de Zempoala

 | 
Joaquín Galarza

Fiches texte

Texte intégral

1 v

1PALEOGRAPHIE (original)
... tzinquilocantepetl// nenemieoaxochtli// Yxtlixuchil//

2PALEOGRAPHIE (mots découpés)
... tzinquilocantepetl// nenemi coaxochtli// yxtlixuchil//

3TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
The Bottomherb-land Mountains// are the running landmarks//
Blackface Flower// (or boundary line)

4TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] Tzinquilocantepetl// Les limites (sont ici) établies// [Voici] Ixtlilxochitl//

5TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] Ixtlilxochitl, [grand guerrier ; Roi par les armes indigènes et le pouvoir européen. Il prit Zempoala, le pays des zempoalteca] [Voici] Tzinquilocantepetl ; des limites (sont ici) établies [par deux arbres].
[Voici] [Zempoala, le pays des zempoalteca, pris par le grand guerrier] Ixtlilxochitl, [Roi par les armes indigènes et le pouvoir européen]. Des limites sont établies [par deux arbres] [Voici] Tzinquilocantepetl.

1 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Noms de personne

6Ici, Mc Afee a fait du nom Ixtlixochitl “Black face flower”, traduction qui nous paraît ridicule et parfaitement inutile. Nous le conservons en nahuatl et faisons un renvoi à la liste des noms propres, où la composition de chaque vocable est expliquée.

Toponymie

7Ici, Tzinquilocantepetl (de tzintli – base, quilitl – herbe, tepetl – montagne), un toponyme, pensons-nous, a été traduite par Mc Afee par cette description “bottom-herb land mountains” (montagnes avec des herbes au pied) qu’il enchaîne avec la suite du texte qui parle de bornes, nenemicoaxochtli, et, ce faisant, donne du texte nahuatl une traduction faussée.

8La confusion du traducteur et son effort pour construire un texte suivi de la traduction de notes séparées explicatives de différents éléments pictographiques est également une conséquence de la mauvaise transcription de ce texte en caractères latins. Mc Afee, en effet, a dissocié totalement les notes des pictographies, ne tenant aucun compte de leur emplacement par rapport à ces dernières, alors qu’il existe un rapport étroit entre les unes et les autres.

9Tout nom propre, qu’il désigne une personne ou un lieu, doit, d’après nous, échapper à toute traduction et conserver sa forme nahuatl.

1 v. (suite) 1

Nahuatl

10La phrase nahuatl nenemicoaxochtli “les limites sont ici établies” (composée de nenemi fréquentatif de nemi, p. onenen – demeurer, habiter, et de coaxochtli pour quaxochtli – les bornes, les limites) est largement séparée du toponyme. Dans les pages suivantes, Mc Afee a traduit cette même phrase nenemicoaxochtli par “landmarks run” (les limites courent ici), l’isolant du reste du texte. (Voir Fo 1v, 12r, 15v, 16r.)

11Ici, combinant l’idée exprimée par cette phrase et celle contenue au début du texte dans la toponymie Tzinquilocantepetl, il construit un texte dans lequel les “montagnes avec des herbes au pied” deviennent elles-mêmes des bornes.

12Or, le tlacuilo et le scribe n’ont sans doute pas désigné les montagnes comme étant des bornes, ils s’y sont référés probablement afin de situer ces bornes que figureraient, pensons-nous, les lignes horizontales et les arbres dessinés à droite.

13Notons que les bornes ou limites dessinées dans ce Codex, mentionnées ou non dans le texte en caractères latins, sont toutes végétales (comme nous le verrons par la suite et dans le chapitre Limites).

14Nous pensons que la traduction des deux premières phrases de ce texte, si l’idée qu’elles contiennent était complétement exprimée par les notes, serait la suivante : “(Voici) Tzinquilocantepetl où les limites sont fixées, marquées par deux arbres”.

1 v. (suite) 2

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE (2e)

15Le texte en caractères latins a été fait, pensons-nous, pour présenter les pictographies et conçu sous forme de courtes légendes expliquant l’oeuvre du tlacuilo, la complétant même.

16Pour conserver et souligner ce double caractère du texte, il nous a semblé qu’il fallait ajouter dans la traduction française certains mots.

17Ainsi, quand un nom de personne ou une toponymie est isolé, nous l’introduisons par la préposition “voici”. Dans la page présente, “voici” a été ajouté deux fois devant une toponymie et devant un nom de personne :

18(Voici) Tzinquilocantepetl. (Voici) Ixtlilxochitl.

19La phrase nahuatl nenemicoaxochtli se traduit littéralement par “les limites établies” La bonne intelligence du texte français a voulu que nous ajoutions le verbe “être” conjugué à la troisième personne du pluriel du présent de l’indicatif pour compléter le passé composé dont, seul, le participe passé est exprimé dans le texte nahuatl. Le sens de la phrase ainsi construite a été complété par l’adjonction de l’adverbe de lieu “ici” : “les limites sont établies ici”. Aussi, le verbe a-t-il été accordé avec le sujet “limites” au féminin pluriel.

20Le nom Ixtlilxochitl a été écrit dans le manuscrit original Ixtlixuchil, forme que nous avons conservée dans la paléographie. Le mot quaxochtli “bornes, limites d’un champ” se trouve dans le manuscrit original sous la forme coaxochtli que nous avons également conservé dans la paléographie.

2r

21PALEOGRAPHIE (original)
YnhueYteYacanque...// teepancaealtzintopili...// YhuanYehuatzinxilo(ma)// tzinYtlaçopiltzin//

22PALEOGRAPHIE (mots découpés)
yn huey teyacanque...// tecpancacaltzin topili...// yhuan yehuatzin xilo(ma)//tzin ytlaçopiltzin//

23TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
The great leader// Palacehouse, Our Nobleman,// and his dear son// Greencornear//

24TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] le grand gouverneur// Tecpancacaltzin, notre noble (seigneur]// et Xiloman//tzin, son fils bien-aimé//

25TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] le grand gouverneur Tecpancacaltzin, notre noble (seigneur) et Xilomantzin, son fils respecté et bien-aimé, [nobles guerriers chichimèques],

2 r COMMENTAIRES DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Noms de personne

26Le nom du notable indien Tecpancacaltzin, traduit par Mc Afee devient “Palace-house” et celui de Xilomatzin “Greencornear”. Nous conservons ces deux noms en nahuatl et faisons un renvoi à la liste alphabétique des noms propres où la composition de ces deux noms est expliquée.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

27Les notes en caractères latins étant explicatives des pictographies, pensons-nous, nous avons jugé à la fois logique, plus clair et plus correct d’introduire chaque nom de personne par la préposition “voici” qui n’apparaît pas dans le texte nahuatl.

28Dans le cas présent, les deux noms cités sont unis par la conjonction “et” ; il est donc superflu de répéter “voici” pour présenter le second. Aussi, il nous a fallu rajouter le mot “seigneur” ; les notes en nahuatl disent topili pour topilli, traduction littérale : “notre noble”, ce qui n’a pas de sens en français, si le mot “seigneur” ne vient pas à la suite.

2v

29PALEOGRAPHIE (original)
tenan//cacal//tzin// Ynhue//Ypilitzon//tecomatl 000//

30PALEOGRAPHIE (mots découpés)
tenan//cacal//tzin// yn hue//y pili tzon//tecomatl 000//

31TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Mother//house// The great// nobleman// Heads.// 000//

32TRADUGTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] Tenancacaltzin// (et) le grand noble (seigneur) Tzontecomatl 000//

33TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [le noble guerrier] Tenancacaltzin (et) le grand noble (seigneur) Tzontecomatl [1er compte : 3 x 400 cordes de terre].

2 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Noms de personne

34Traduit par Mc Afee, le nom du notable indien Tenancacaltzin se transforme en “Mother-house” et celui de Tzontecomatl en “Heads”. Nous gardons ces deux noms en nahuatl et faisons un renvoi à la liste alphabétique des noms propres où l'origine de ces mots est expliquée.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

35Le texte en caractères latins facilite l’intelligence des pictographies en présentant les deux personnages dessinés.

36Par souci de clarté, et pour conserver au texte son caractère explicatif, nous avons, dans la traduction française, ajouté le mot “voici” pour introduire le premier nom de personne. Pour éviter la répétition de cette préposition nous avons uni le second nom au premier par la conjonction “et”.

37Aussi, comme dans la page 2 r, il a été nécessaire de traduire “noble seigneur” en rajoutant le mot “seigneur” qui n’existe pas dans le texte nahuatl, car la traduction littérale de Huey pili pour Uey pilli “grand noble” n’aurait pas de sens en français.

3 r

38PALEOGRAPHIE (original)
YenisonpeuhYntlanel/toquilistliomocoatequiti// teoYo// tonpalasisco// (Y)xtlixochtzin//toYanate//pehuatzin//Ycihuatzin...//

39PALEOGRAPHIE (mots découpés)
ye nis onpeuh yntlanel//toquilistli omocoatequiti//teoyo// ton palasisco (y)xtlixo chitzin// toyana te//pehuatzin// yçihuatzin...//

40TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Here began the True Faith// The worship of God// was taken as community work// Lord Francis// Blackface Flower// Lady Ann// Forester,// his wife.//

41TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
Voici, ici, commença la Foi.// Le service de Dieu fut entrepris par la collectivité// [Voici] Don Francisco Ixtlilxochitzin// (et) Doña Ana Tepehuatzin, son épouse//

42TRADUCTION FRANCAISE (2e)
[Voici] Don Francisco Ixtlilxochitzin (et) Doña Ana Tepehuatzin, son épouse respectée. Ici, commença la Foi. Le service de Dieu fut entrepris par la collectivité.

3 r COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Noms de personne

43Mc Afee a traduit Don Francisco Ixtlilxochitzin et Doña Ana Tepehuatzin par “Lord Francis Black face flower” et “Lady Ann Forester”.

44Il ne s'est donc pas contenté de traduire en anglais les noms nahuatl, mais également les prénoms chrétiens en espagnol et même les particules de respect “Don” et “Doña” par des titres anglais “Lord” et “Lady”. Les uns comme les autres étaient pourtant employés sous cette forme par les Indiens eux-mêmes.

45Cette traduction intégrale nous paraît tout à fait déplacée, voire ridicule ; nous pensons qu’il est nécessaire de respecter, dans une traduction de ce genre, les noms originaux et les particules de respect en espagnol et en nahuatl et faisons un renvoi à la liste alphabétique des noms propres.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

46Les notes en caractères latins contiennent les prépositions et conjonctions d’introduction. Donc, point n’est besoin de les ajouter.

47Par ces mots : ye nis “voici, ici”, nous pouvons voir que le texte complète les pictographies.

3 v

48PALEOGRAPHIE (original)
nisomomanomoten(e)uh// Yninaltepetlzenpoala// teocalizen// pualan//

49PALEOGRAPHIE
nis omoman omoten(e)uh// ynin altepetl zenpoala// teocali zen// pualan//

50TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Here was founded, laid out,// this town of Seoreville.//
Scoreville// church.//

51TRADUCTION FRANÇAISE
(Ici) fut fondée cette ville (de) Zempoala (et) un nom (lui) fut donné// Voici l’église (de) Zempoala//

52TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
Voici l’église (de) Zempoala. (Ici) fut fondée cette ville (de) Zempoala et un nom (lui) fut donné : (Todos Santos)

3 v COMMENTAIRES DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Toponymie

53Le nom de lieu contenu dans le texte offre le cas précis du nom nahuatl dont la traduction est injustifiable et même inadmissible. En effet, la ville de Zempoala a su sauvegarder son nom indien jusqu’à nos jours. Sans doute, les Espagnols ne manquèrent-ils pas de doter la ville d’un nom espagnol, mais la coutume a voulu que l’emploi du vieux nom indien fasse oublier totalement toute autre nomination, s’il en fut.

54Or, Mc Afee a fait de Zempoala “Scoreville”. Il nous semble que, plus que dans aucun autre cas, il est juste de conserver son nom indien à Zempoala. Pour la composition de ce nom en nahuatl, nous renvoyons à la liste alphabétique de toponymie où ils sont expliqués.

Nahuatl

55Mc Afee a lu dans le texte nahuatl Ornete (cac) au lieu de Omoteneuh. Cette erreur de lecture sans doute imputable à la mauvaise reproduction du manuscrit qu’il a consultée lui fait traduire par “laid out” (arrangée, disposée) quand il faudrait traduire par “called” (appelée).

NOTES A LA TRADUCTION FRANCAISE

56Pour conserver au texte son caractère explicatif, la phrase jointe au dessin de l’église a été introduite par “voici”, préposition qui n’existe pas dans le texte en nahuatl.

57Par ailleurs, d’autres mots ont dû être ajoutés, exigés par la bonne intelligence du texte en français : la préposition “de” purement explicative doit unir le mot “ville” à Zempoala et le mot “église” à Zempoala.

58Omoman, littéralement “il se mit à terre” a été traduit par “fut fondée”, accordé avec “ville” au féminin singulier en français, et omoteneuh, littéralement “il se nomma” a été traduit par “un nom lui fut donné”.

4 r

59PALEOGRAPHIE (original)
altepe Yteccaltza//lanzenpualan//

60PALEOGRAPHIE (mots découpés)
altepeytec caltza//lan zenpualan//

61TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Interior of the town, streets// in Scoreville.//

62TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] l’intérieur de la ville : les rues (de) Zempoala//

63TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] l’intérieur de la ville : les rues (de) Zempoala [Il y a 12 x... habitants].

4 r COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Toponymie

64Ici encore, nous retrouvons la traduction anglaise du nom indien Zempoala qui devient “Scoreville”. Nous conservons à la ville son nom indien.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

65Le texte étant la présentation et l’explication des pictographies, pour lui conserver son caractère, nous avons introduit la préposition “voici” qui n’existe pas dans le texte nahuatl.

66Pour la correction du texte français, l’adjonction de la préposition “de” précédant la toponymie a été nécessaire.

67Le mot Caltzalan (de calli – maison et tzalan – entre), littéralement “entre les maisons”, a été traduit par “les rues”.

4 v

68PALEOGRAPHIE (original)
Y(e)nisxantacloxtlama//pantlaxilacalitecpil//comanialtepetlali// çentzontlimecatl// 00 //

69PALEOGRAPHIE (mots découpés)
y(e) nis xanta clox flama//pan tlaxilacali tecpil//co mani altepetlali// çentzontli mecatl// 00 //

70TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Here is the village of Holy Cross Hillside// In Courtnobles// there are eighty acres of// town land.//

71TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
Voici ici le quartier (de) Santa Cruz Tlamapan// [Voici] Tecpilco, il y a 400 (1 x 400) cordes de terre (appartenant) à la ville// 00 //

72TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
Voici Santa Cruz Tlamapan. (C’est un) quartier [de 6 x... habitants] [Voici] Tecpilco. Il y a (1 x 400) cordes de terre (appartenant) à la ville. [1er compte : 2 x 400 cordes de terre].

4 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

73Mc Afee a lu ontzontli, c’est-à-dire orne x tzontli, “2 fois 400”, là où nous lisons centzontli, c’est-à-dire ce x tzontli, “1 fois 400”, le chiffre exprimant les mesures de terre.

74Mais, au lieu de traduire ontzontli par “eight hundred”, 800, il traduit par “eighty”, 80.

75Par ailleurs, quand dans le texte nahuatl cette mesure des terres est exprimée en mecatl, c’est-à-dire en “cordes”, lui, l’exprime en “acres”. Nous avons donc cherché la formule qui lui avait permis de convertir ainsi les “cordes” en “acres” et nous avons trouvé celle-ci :

Image 100000000000003F0000000F6D14C32ED5D8F006.jpgdans laquelle “a” serait le nombre de “cordes” exprimées dans le texte nahuatl.

Mc Afee a lu ontzontli mecatl, c’est-à-dire “800 cordes”. Dans l’application de la formule précédente, ces “800 cordes” deviennent bien : Image 10000000000000420000000F0EE0EA0551B1CBDA.jpg

76Mais ce système de conversion des “cordes” en “acres” nous paraît arbitraire car les bases qui ont autorisé cette équivalence entre des mesures linéaires et des mesures de surface restent assez “mystérieuses”. Mc Afee ne donne pas les motifs de cette conversion ni les bases de sa formule.

77Nous avons jugé plus équitable de conserver le terme mecatl traduit par “cordes de terre” (comme une mesure linéaire) et, puisqu’il s’agit de centzontli mecatl, nous avons traduit par “400 cordes de terres”.

Toponymie

78Nous trouvons cités dans le texte nahuatl deux noms de lieu : Santa Cruz Tlamapan et Tecpilco.

79Mc Afee a lu Tlemapan là où nous lisons Tlamapan. Ce toponyme espagnol et indien, Mc Afee l'a traduit en anglais. Ainsi, Santa Cruz Tlamapan devient “Holy cross hillside”. Et de Tecpilco, ce nom indien, il fait “Court nobles”. Nous leur avons conservé, à l’un comme à l’autre, leur forme originale.

Nahuatl

80Mc Afee traduit Tlaxilacalli par “the village”. Il nous paraît plus juste de le traduire par le “quartier”, “el barrio”, jugeant ce terme plus fidèle et respectant en cela la traduction donnée dans le Dictionnaire de Nahuatl de Rémi Simeón.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

81Les notes en nahuatl explicatives des pictographies sont ici introduites par ye nis (de niz – ici, là et yeni, de ca, verbe irrégulier, être, se trouver ; optatif). Nous avons exprimé ye nis par “voici”.

82Le mot tlaxilacalli “quartier” est placé dans la phrase entre deux noms de lieu.

83Dans une phrase ne comportant qu’un seul nom de lieu, le mot tlaxilacalli se placerait après le toponyme qui devrait l’identifier. Pour cette raison, tlaxilacalli étant ici placé après le nom de lieu Santa Cruz Tlamapan, c’est de ce quartier–ci qu’il s’agit et non de Tecpilco.

84Nous avons traduit par “terre appartenant à la ville” l’idée exprimée dans le texte nahuatl par le mot altepetlalli qui pourrait se traduire littéralement par “terres de la ville”.

5 r

85PALEOGRAPHIE (original)
toYaYne//çihuauh//tzin//motlaxilacaltiatomi//quelt(t)eme(to)x(a)// meYotoc//

86PALEOGRAPHIE (mots découpés)
toya yne//çihuauh//tzin// motlaxilacaltia to mi//quel (t)e me (to)x(a)//meyotoc//

87TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Lady Inez//brunette.//Lord Michael Saint Melchior//makes himself a village//It is planted with maguey.//

88TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] Don Miguel de Mendoza ; (et) Doña Inés, son épouse// (Ceci) est un quartier// Il est planté de magueys//

89TRADUCTION FRANÇAISE (2e
[Voici] Don Miguel de Mendoza (et) Doña Inés, son épouse respectée. (Ceci est un) quartier [de 3 x... habitants]. (Il est) planté de magueys.

5 r COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Noms de personnes

90Mc Afee a, encore une fois, traduit en anglais les prénoms espagnols et même les particules de respect “Don” et “Doña”. Ainsi, “Doña Inés” et “Don Miguel” deviennent “Lady Inez” et “Lord Michael”. Nous avons conservé à ces noms et aux particules qui les précèdent leur forme espagnole.

Nahuatl

91La présente page nous apporte la preuve que les notes en caractères latins ont été ajoutées aux pictographies. L’ordre logique des phrases n’a pas été respecté par le scribe, soit parce qu’il ignorait la teneur exacte du texte qu'il écrivait, soit parce que l’espace dont il disposait pour le faire était insuffisant. Les phrases sont coupées de telle façon qu’il peut en résulter une fausse interprétation.

92Avant de procéder à toute traduction, il était donc indispensable de rétablir l’ordre logique des phrases, ce que Mc Afee n’a pas fait. Ainsi, sa traduction “Lady Inez Brunette, Lord Michael Saint Melchior makes himself a village. It is planted with magueys” comporte plusieurs erreurs. Tout d’abord, toya yneçihuauhtzin, c’est-à-dire “Doña Inés Cihuatzin” devient en anglais “Lady Inez Brunette” car Mc Afee a lu Cihuat(lil)tzin (composé de cihua – femme, tlilli – couleur noire, et tzin –suffixe marquant le respect) quand il fallait lire çihuauhtzin qui signifie “sa femme, son épouse.

93Mais n’ayant pas, avant d’effectuer sa traduction rétabli le bon ordre de la phrase, le nom de “Doña Inés” est cité avant celui de son époux et cette traduction lui eût été difficile.

94De même, la version anglaise du texte nahuatl nous laisse croire que Don Miguel est un village et qu’il est planté de magueys.

95En réalité, le texte parle d’un quartier, sans donner son nom (toponyme) et les terres de ce quartier sont plantées de magueys.

96To miquel te me(to) x(a) devient pour lui “Lord Michael Saint Melchior” alors qu’il faut lire “Don Miguel de Mendoza”. L’expression de Saint Melchior eût été : X(a) me(lchiol).

97Nous pensons que l’ordre logique des mots en nahuatl devrait être : to miguel te metoxa // toya yneçihuatzin // motlaxilacaltia // meyotoc //et leur traduction en français : “(Voici) Don Miguel de Mendoza // et Doña Inés son épouse // Ceci est un quartier // il est planté de magueys”.

98Le mot tlaxilacalli, racine du mot motlaxilacaltia, a été traduit par “village”. Nous préférons le traduire par “quartier”, nous conformant à la traduction de Rémi Siméon qui nous paraît plus juste. Par le préfixe mo– “il se” de motlaxilacaltia, le scribe exprime sans doute que le lieu est un quartier dont il a oublié le nom.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

99Motlaxilacaltia (composé de mo- “il se”, tlaxilacalli – quartier, et caltiap. ocalti, nino ou nicno “élever, se faire construire une maison”) a été traduit par nous : ceci est un quartier”.

100Dans la traduction du mot meyotoc “planté de magueys”, le participe plante a été accordé avec tlaxilacalli, masculin singulier.

101La préposition “voici” et la conjonction “et” ont été rajoutées avant les deux noms de personnes, ce qui nous paraît donner un sens à la phrase, une fois l'ordre logique rétabli.

5 v

102PALEOGRAPHIE (original)
toxihuantexamiquel// Yxtlixuchitl// toYanamolenal//

103PALEOGRAPHIE (mots découpés)
to xihuan te xa miquel// yxtlixuchitl// toyana molenal//

104TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Lord John of Saint Michael// Blackface Flower.//Lady Ann Clingvine//

105TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] Don Juan de San Miguel Ixtlilxochitl// (et) Doña Ana Molenal//

106TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] Don Juan de San Miguel Ixtlilxochitl (et) Doña Ana Molenal [sa femme].

5 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Noms de personne

107Les deux noms cités dans ce texte, tous deux composés d’un prénom espagnol suivi d’un nom indien et précédés des particules de respect en espagnol ont été intégralement traduits en anglais par Mc Afee.

108Ainsi, Don Juan de San Miguel Ixtlilxochitl devient “Lord John of Saint Michael Black face flower” et Doña Ana Matinal “Lady Ann Clingvine”. Nous pensons ici, comme dans tous les autres cas, qu’il faut conserver l’expression des prénoms et des particules de respect en espagnol et celle des noms en nahuatl.

109D’autre part, nous constatons que Mc Afee a lu Matinal au lieu de Molenal.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

110Afin de préserver son caractère de présentation, nous avons introduit le texte français par la préposition “voici” qui n’existe pas dans le texte nahuatl. Afin d’éviter la répétition de cette préposition, nous avons uni les noms de personnes par la conjonction “et”.

111Nous avons respecté dans la paléographie l’orthographe Yxtlixuchitl.

112Il est possible que le scribe ait omis de faire suivre le nom de Doña Ana Molenal de “son épouse” car il semble bien que les deux personnages forment un couple.

6 r

113PALEOGRAPHIE (original)
nisxanatotzintlaxila//calimaniontzonme//catltlalialtepehua// queYmaxca// meYotoc//

114PALEOGRAPHIE (mots découpés)
nis xanatotzin tlaxila//cali maní ontzon me//catl tlali altepehua//que ymaxca//meyotoc//

115TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Here is the village of Saint Anthony// There are eighty acres// of land belonging to// the townspeople,// and planted with magueys.//

116TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] le quartier (de) San Antonio// Il y a 800 (2 x 400) cordes de terre appartenant aux habitants de la ville.// (Elles sont) plantées de magueys//

117TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [Don...] Voici San Antonio, le vénéré. (C’est un) quartier [de 4 x habitants] (Il est) planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par un nopal)] Il y a (2 x 400) cordes de terre appartenant aux habitants de la ville.

6 r COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

118Mc Afee a transformé en “eighty acres” le compte de mesures exprimé dans le texte nahuatl par ontzontli mecatl (de ome – 2, tzontli – 400 et mecatl – cordes) en appliquant sa formule :

Image 10000000000000B700000034D3092348B36CA5E1.jpg

En effet, Image 100000000000003A0000000FC20EE2525A517CEE.jpg

119Mais, il nous paraît plus juste de traduire par “800 cordes” que par “80 acres”.

Toponymie

120San Antonio devient avec Mc Afee “Saint Anthony”. Cette traduction en anglais du nom espagnol n’est guère admissible. Aux Etats-Unis s’est conservée jusqu’à nos jours la forme espagnole du nom d’une ville de l’Etat du Texas, San Antonio.

121Nous retrouvons la traduction tlaxilacalli par “village” quand nous pensons plus juste le terme de “quartier” (de la ville).

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

122La correction et la bonne intelligence du texte français ont nécessité l’introduction de mots n’existant pas dans le texte en nahuatl. “Voici” présente le lieu dont il est question dans les pictographies. “De” explétif unit le mot “quartier” au toponyme.

123Meyotoc se traduit par “planté de magueys”. La syntaxe du français exigeant un sujet et un verbe, nous avons ajouté le pronom “elles” (cordes de terre) et le verbe “être” conjugué à la troisième personne du pluriel du présent de l’indicatif. Le participe passé doit s’accorder alors avec le sujet “elles” (cordes de terre) au féminin pluriel.

124Aussi, ymaxca (de yn : “le”, m– “il se” et axcaitl, axcatl "bien, propriété”) a été traduit par “appartenant aux”, en s’accordant avec “habitants”, masculin, pluriel.

6 v

125PALEOGRAPHIE (original)
nismetepecmaniYe//tzontlimecatl(me)//YotocaltepetlYaxca// 000/

126PALEOGRAPHIE (mots découpés)
nis metepec mani ye//tzontli mecatl (me)//yotoc altepetl yaxca// 000 //

127TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Here is Maguey Hill. There are// one hundred and twenty acres// planted with magueys and belonging to the town.//

128TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
Voici Metepec. Il y a 1 200 (3 x 400) cordes (de terre) plantées magueys (et qui) appartiennent à la ville// 000//

129TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
Voici [le quartier de] Metepec. [Il y a 5 x... habitants] (Il est) planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par deux arbres)]. Il y a (3 x 400) cordes (de terre) qui appartiennent à la ville. [1er compte : 3 x 400 cordes de terre].

6 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

130Mc Afee traduit yetzontli mecatl en anglais par “one hundred and twenty acres”, or yetzontli mecatl se compose de ye, ei “trois” et tzontli = 400, c’est à dire “1 200 cordes”. C’est par l’application de sa formule déjà citée,

Image 10000000000000AD000000300C68531313262FB6.jpg

131que Mc Afee a transformé les cordes en acres :

Image 10000000000000ED00000036B7CD8535D7193055.jpg

132Nous pensons plus juste de dire : “mille deux cents cordes”.

Toponymie

133En traduisant le nom de lieu Metepec par “Maguey hill”, Mc Afee explique l’origine du mot (metí – “maguey”, tepetl – “colline” et c – “dans, en, de”), sans pour autant justifier cette version anglaise. Aujourd'hui, encore plusieurs villages mexicains portent le nom de Metepec ; et nous croyons qu’il s’agit ici d’un toponyme. Nous maintenons sa forme nahuatl.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

134Ici, le texte nahuatl possède un mot de présentation des pictographies. Explicatif des pictographies, il est introduit par l'adverbe nis – “ici”, précédant le nom de lieu. La traduction française pourrait en être “c'est ici”. Nous lui avons préféré “voici”, préposition établissant directement l’identité entre le texte et ces pictographies.

135Les mesures sont exprimées en mecatl = “cordes” mais la nature de la chose mesurée n’est pas précisée, en l’occurrence “les terres”. Nous avons donc ajouté les mots “de terre” dans la version française du texte de cette page afin de les faire correspondre avec les autres légendes où il est question aussi de mesures de terre et dans lesquelles les unités de mesure sont exprimées par le double terme : mecatl tlali – “cordes de terre”.

136Dans la traduction du mot meyotoc – “planté de magueys”, nous avons fait accorder le participe “planté” au féminin pluriel, avec “cordes de terre”.

137Yaxca (composé de yn – “le” et axcaitl – “bien, propriété”) aurait pu être traduit par le “bien” ou la “propriété” mis en opposition à altepetl – “la ville”. Nous avons préféré exprimer cette idée par le verbe “appartiennent à” que, pour la correction de la phrase, nous avons fait précéder de “et qui”, mots qui n’existent pas dans le texte en nahuatl.

7 r

138PALEOGRAPHIE (original)
metepectlaxi//lacaliYcçoti//tlan//

139PALEOGRAPHIE (mots découpés)
metepec tlaxi//lacali ycçoti//tlan//

140TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
The village of Maguey Hill.//
Datepalms-//ville.//

141TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] le quartier (de) Metepec// (et) [voici] Iczotitlan//

142TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [San...] Metepec. (C’est un) quartier [de 3 x... habitants] [Voici] Iczotitlan [Des limites sont ici établies (par un nopal)].

7 r COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Toponymie

143Nous retrouvons ici le nom de lieu Metepec devenu “Maguey hill”.

144Yczotitlan n’a pas échappé à la traduction et Mc Afee en a fait “Datepalmsville”. Le principe même de la traduction de ces noms de lieu en quelque langue que ce soit ne saurait être admis ; de plus, dans le cas présent, la traduction de Yczotitlan par “Datepalmsville” est en partie fausse. En effet, si le suffixe tlan ou itlan “entre” ou “près de lui” est un suffixe de toponymie, il ne contient pas l’idée de ville qui, elle, serait exprimée par altepetl.

145Nous avons donné au nom de cette ville son orthographe actuelle, mais nous gardant bien de vouloir le traduire.

146Ici, comme dans les précédents textes, le mot tlaxilacalli a été traduit par “village” quand il faudrait le traduire par “quartier”.

NOTES A LA TRADUCTION FRANCAISE

147Pour souligner le caractère de présentation des pictographies par le texte, nous avons ajouté la préposition “voici” devant les deux noms de lieu. La conjonction “et” unit les deux.

148Entre “quartier” et Metepec, la préposition “de” est nécessaire à la correction du texte français.

149Dans la paléographie du texte nahuatl, la forme ancienne du nom de lieu Ycçotitlan a été conservée. Nous lui avons donné son orthographe actuelle dans la traduction française. Le ç se mue en z.

7 v

150PALEOGRAPHIE (original)
totlaçotatzinxami//quelmaniYetzontlime//catltla//Halte//pet1Y//axca//meYotocnecoccan//pa// PALEOGRAPHIE (mots découpés)
totlaçotatzin xa mi//quel mani yetzontli me//catl tla//li alte//petl y//axca// meyotoc necoccan//pa//

151TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Our Dear Father Saint Michael (the village of Saint Michael)// There are one hundred and twenty// acres of land,// town property// planted with magueys on both sides.//

152TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] (le lieu consacré à) notre père bien-aimé San Miguel// Il y a 1 200 (3 x 400) cordes de terre appartenant à la ville//(Elles sont) plantées de magueys des deux côtés//

153TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [Don...] [Voici] (le lieu consacré à) notre père bien-aimé et vénéré San Miguel [C’est un quartier de 8 x... habitants] (Il est) planté de magueys des deux côtés. Il y a (3 x 400) cordes de terre appartenant au village.

7 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

154Yetzontli mecatl devient, avec Mc Afee, “one hundred and twenty acres”, 120 acres. Or, Yetzontli mecatl nous semble devoir se traduire par yetzontli (de yeyi – 3 et tzontli – 400) = 1 200, et mecatl par cordes. Mais Mc Afee, une fois encore, a mué les 1 200 cordes du texte nahuatl en “acres”, en appliquant sa formule.

Image 100000000000021800000038F44BAD645A0A9886.jpg

Toponymie

155Du nom de San Miguel, Mc Afee a fait “Saint Michael”.

156Comme toute autre traduction de nom propre, celle-ci ne nous paraît pas justifiable. Comme Mc Afee et Barlow l’ont fait remarquer dans la traduction anglaise du Codex, quand nous lisons dans le texte nahuatl totlaçotatzin xa miquel (de to – notre, tlaçotla pour otlaçoltac – aimer quelqu’un, quelque chose, tzin – suffixe de respect, il serait logique de traduire : “le lieu appelé et consacré à notre père bien-aimé San Miguel”, même si la phrase ne fait pas allusion à un lieu, car c’est là une façon indirecte de dire que le lieu a été doté du nom du saint qui le protège.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

157Pour introduire la phrase concernant le lieu dont parlent les pictographies, nous avons ajouté “voici” qui a son caractère de présentation des pictographies.

158Dans la traduction de meyotoc “planté de magueys”, le participe passé a été accordé avec le sujet “cordes de terres”.

159La bonne intelligence du texte français a voulu que nous ajoutions le prénom “elles” (pour les cordes de terre et le verbe “être” à la 3e personne du pluriel du présent de l’indicatif : “elles sont plantées de magueys”.

160D’autre part, il nous a semblé nécessaire pour exprimer correctement l’idée contenue dans la phrase nahuatl identifiant la toponymie totlaçotatzin xa miquel “notre père bien-aimé San Miguel” d’ajouter le groupe de mots “le lieu consacré à”.

161Yaxca, (de yn – “le” et axcaitl – “bien, propriété”) a été traduit par le verbe “appartenant à”, en le reliant avec “ville”.

8 r

162PALEOGRAPHIE (original)
tepotzotlantepetl//Ytzintlamanitlaliçen//tzontliYpanmatlacpu// almecatlmeYotoc//

163PALEOGRAPHIE (mots découpés)
tepotzotlan tepetl//ytzintla mani tlali çen//tzontli ypan matlacpu//al mecatl meyotoc//

164TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Hunchbackstown.// At the foot of the hill there is land,// fifty// acres, planted with magueys.//

165TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] Tepotzotlan// (A Tepetlitzintla) Au pied de la montagne, il y a 600 (1 x 400) + (10 x 20) cordes (de) terre plantées de magueys//

166TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [le quartier de] Tepotzotlan. [Il y a 7 x...habitants] (Il est) planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par un nopal)].
[Voici] Tepetlitzintla. Il y a (1 x 400) + (10 x 20) cordes de terre.

8 r COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

167Centzontli ypan matlacpual mecatl veut dire “six cents cordes” ; centzontli (de ce “un”, tzontli – “quatre-cents”, ypan – “plus”, matlactli – “dix, poalli – “vingt) signifiant : 400 + 200 = 600.

168Or, Mc Afee convertit ces 600 cordes en “fifty acres”, 50 acres. Pourtant, l’application de sa formule eût donné :

Image 100000000000015E0000003B1D553EB31825F245.jpg

c’est-à-dire : Image 1000000000000094000000356E9774B474F5358A.jpg

169Donc, ce serait en anglais, “sixty” et non “fifty”. Mais mieux que par 60 acres, il nous paraît plus juste de traduire 600 mecatl par 600 “cordes” (de terres).

Toponymie

170Tepotzotlan est traduit par “Hunchbackstown”, traduction injustifiable et en partie erronée. En effet, le suffixe tlan signifie “à”, “avec”, “entre” ou “près de” ; et s’il exprime l’idée de lieu car c’est un suffixe de lieu, il ne contient pas l’idée de “ville” comme le traduit Mc Afee ; cette idée serait représentée par altepetl.

NOTES DE LA TRADUCTION FRANÇAISE

171Tepotzotlan, terme identifiant le lieu dont il est question dans les pictographies a été introduit par “voici”.

172Le mot tepetlytzintla (de tepetl – “montagne”, tzin – “la base”, “le pied et tla (n) – “près de”) peut être soit un toponyme, soit une description géographique ou même les deux à la fois. Nous l’avons traduit par “A Tepetlytzintla, près du pied de la montagne” conservant ainsi les deux possibilités.

173Les mesures sont exprimées en mecatl – “cordes” sans précision de la chose mesurée mais nous savons qu’il s’agit des terres et pour donner plus de correction à notre texte nous avons précisé dans notre traduction “cordes de terres” pour les faire correspondre avec celles d’autres pages où elles sont exprimées dans les texte nahuatl : mecatl tlali, cordes de terres”.

174Dans la traduction française du mot meyotoc “planté de magueys”, le participe passé “planté” a été accordé au féminin pluriel avec le sujet “cordes de terres”.

8 v

175PALEOGRAPHIE (original)
nismotlapieliatotlaço//tatzinxapala//çisco//Yetzon//tlime// catl// 0000 //mochmeYotoc//

176PALEOGRAPHIE (mots découpés)
nis motlapielia totlaço///tatzin xa pala//çisco// yetzon//tli me//catl// 0000 // moch meyotoc//

177TRADUGTION ANGLAISE (Mc Afee)
Here our dear father Saint Francis is the patron (Here is the town of Saint Francis)// One hundred and twenty// acres.//
All planted with magueys.//

178TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
Le patron (de ce lieu) est notre père bien-aimé San Francisco// Il y a 1 200 (3 x 400) cordes (de terre]// Tout (est) planté de magueys// 0000 //

179TRADUCTION FRANCAISE (2e)
[Voici] [Don..., topilli “alcalde”]. Le patron (de ce lieu) est notre père bien-aimé et vénère San Francisco. Tout (est) planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par un palmier et un nopal)] Il y a (3 x 400) cordes de terre. [1er compte : 4 x 400 cordes de terre]

8 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

180Le compte exprimé dans le texte nahuatl par yetzontli mecatl (de yeyi – 3 et tzontli = 400) c’est-à-dire 3 x 400 = 1 200 “cordes” devient dans la traduction anglaise de Mc Afee “one hundred and twenty acres”, “cent-vingt acres”.

181Il nous a semblé plus juste de conserver l’unité de mesure employé, “la corde”, et de traduire par “mille deux cents cordes”.

Toponymie

182Le nom de lieu San Francisco n’a point échappé à la traduction anglaise et il est devenu “Saint Francis”. On ne peut pas admettre une telle traduction.

183Ici, l’idée contenue déjà dans le texte du f. 7v se complète, nis motlapielia totl çotatzin xa palaçisco, c’est-à-dire : “Ici on est gardé par notre père bien-aimé San Francisco”. Ce qui revient à dire que le lieu s’appelle San Francisco.

184Le texte nahuatl s’efforcerait de souligner que le lieu a pris le nom de “San Francisco” parce qu’il est consacré à ce saint, qu’il s’est placé sous sa sainte protection.

185Mc Afee et Barlow avaient donné cette explication dans une courte note de la traduction anglaise.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

186Dans le texte nahuatl, la longue phrase relative à la toponymie est introduite par nis que nous traduisons “ici” ou “voici”.

187Dans le cas présent, la correction de la phrase française a exigé la traduction de nis, non pas par “voici” ou “ici”, mais par “ce lieu”.

188Dans le texte nahuatl, les mesures sont exprimées en mecatl “cordes”.

189Par correction et pour donner une unité à nos traductions, nous avons apporté cette précision en ajoutant le nom de “terre” et avons traduit “cordes de terre” (en ajoutant la préposition “de”).

190La traduction française de moch meyotoc, littéralement “tout planté de magueys”, a nécessité, pour sa correction, le verbe “être” conjugué à la troisième personne du singulier du présent de l’indicatif : “tout est planté de magueys” et le participe passé “planté” s’accorde avec “tout” au masculin singulier.

9 r

191PALEOGRAPHIE (original)
tomaltiYxtlixochitzin// toYamaliacaçitli// (vertical :) coatitlan// (horizontal :) xamiquelnopalanmani// ontzontlimecatltlali// quiçehuycatetlYs//tacameYotoc PALEOGRAPHIE (mots découpés)
to malti yxtlixochitzin// toya malia caçitli// (vertical :) coatitlan// (horizontal :) xa níquel nopalan mani// ontzontli mecatl tlali// quiçehuyca tetlys//taca meyotoc//

192TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Lord Martin Blackface Flower.// Lady Mary Canebrake-Hare.// Twinville// (Manque la suite)

193TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici]
Don Martín Ixtlilxochitzin// (et) Doña María Acacitli// (verticalement :) [Voici] Coatitlan// (horizontalement :) [Voici] San Miguel Nopalan. Il y a 800 (2 x 400) cordes de terre, comprises avec les autres. (Et) [voici] Tetlistaca, planté de magueys.//

194TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] Don Martín Ixtlilxochitzin (et) Doña María Acacitli [sa femme]. [Voici] Coatitlan. [Voici] San Miguel Nopalan. [C’est un quartier de 3 x... habitants] (Et) [voici] Tetlistaca, planté de magueys. Il y a (2 x 400) cordes de terre, comprises avec les autres.

9 r COMMENTAIRE DE IA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

195Dans l’article de Mc Afee, peut-être par omission du typographe, le texte relatif aux mesures de terres ne figure pas.

196Nous lisons dans le texte nahuatl ontzontli mecatl tlalli, c’est-à-dire ontzontli (de ome = 2 et tzontli = 400 ; mecatl – cordes ; tlalli – terre). Nous avons donc traduit “huit cents cordes de terre”.

Noms de personne

197Mc Afee a fait de Don Martín Ixtlilxochitzin “Lord Martin Black face flower” et de Doña María Acacitli “Lady Mary Canebrake-hare”.

198Cette traduction nous semble totalement inutile et injustifiable et nous respectons la forme originale de chacun d’eux. Nous renvoyons à la liste alphabétique des noms de personne.

Toponymie

199Le nom Coatitlan est devenu “Twinville” par la grâce de Mc Afee qui a traduit Coa(t1) par “jumeaux”. Mais coati ou couatl signifie aussi “serpent” ou peut-être est une une déformation de quauitl, arbre.

200Quant au suffixe tlan qui exprime “avec”, “près”, “à”, “entre”, il a été traduit dans ce cas par “ville”.

201Suivent dans le texte nahuatl deux autres noms de lieu, omis dans le texte publié dans Tlalocan (traduction anglaise) l’explication de la composition de ces vocables est donnée dans notre liste alphabétique de toponymie (contenu thématique et géographie).

NOTES A TRADUCTION FRANÇAISE

202Afin de bien souligner le caractère explicatif du texte, nous avons, dans la traduction française, introduit le premier nom de personne et les deux premiers noms de lieu par la préposition “voici” qui n’existe pas dans le texte nahuatl.

203La conjonction “et” a été ajoutée afin de lier les deux noms de personne entre eux et les deux noms de lieu.

204Dans la traduction de quicehuyca – “compris avec les autres”, le participe passé “compris” a été accordé avec “cordes de terre”, c’est-à-dire au féminin pluriel.

205Dans “planté de magueys”, traduction de meyotoc, le participe passé s’est accordé avec le nom de lieu Tetlistaca, au masculin singulier.

9 v

206PALEOGRAPHIE (original)
mochmeYotoc// xamalcosmaniontzontli// mecatl// toYa// namiahu(a)tzi//tomelchiolYxtlilcuechauhac//

207PALEOGRAPHIE (mots découpés)
moch meyotoc// xa malms mani ontzontli// mecatl// toya//na miahu(a)tzi// to melchiol yxtlilcuechauhac//

208TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
All planted with magueys.//
Saint Mark.// There are eighty// acres// Lady// Ann Corn-// tassel.// Lord Melchior Black-//wetface.//

209TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
(Ici) tout (est) planté de magueys// [Voici] San Marcos. Il y a 800 (2 x 400) cordes (de terre)// [Voici] Doña Ana Miahuatzin //(et) Don Melchor Ixtlilcuechau(c)hac//

210TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] Don Melchor Ixtlilcuechauhac (et) Doña Ana Miahuatzin [sa femme.] [Voici] San Marcos. Tout (est) planté de magueys [Des limites sont ici établies (par deux rangées de magueys)]. Il y a (2 x 400) cordes de terre.

9 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

211Le compte exprimé en nahuatl par ontzontli mecatl (de ome = 2 et tzontli = 400 ; mecatl = “cordes”), c’est-à-dire 2 x 400 = 800 cordes, devient chez Mc Afee “eighty acres”, 80 acres. Il nous semble plus juste de conserver l’unité de mesure mecatl– “cordes” et de traduire ontzontli mecatl par “huit cents cordes de terre”.

Noms de personne

212Mc Afee a transformé Doña Ana Miahuatzin en “Lady Ann Corntassel” et Don Melchor Ixtlilcuechau(c)hac en “Lord Melchior Black wet face”. Il nous paraît plus juste et plus logique de conserver à ces particules de respect et à ces prénoms leur forme espagnole et à ces noms leur forme indienne.

Toponymie

213Son Marcos devient “Saint Mark” dans la traduction de Mc Afee. A cette traduction nous préférons la forme espagnole “San Marcos”.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

214Dans la traduction française, la première phrase est introduite par l'adverbe de lieu “ici” qui n’existe pas dans le texte en caractères latins. Nous avons jugé bon de l’ajouter au texte français afin de souligner le rôle de ce texte qui est de présenter, de compléter, et d’expliquer les pictographies.

215Pour les mêmes raisons, dans la traduction française, le nom de lieu et le nom de personne sont introduits par la préposition “voici” qui n’existe pas dans le texte nahuatl.

216La conjonction “et” dans la traduction française unit les deux noms de personne. Elle n’existe pas dans le texte nahuatl en caractères latins. Moch meyotoc littéralement se traduit en français par “tout planté de magueys”. Pour la correction de notre texte, nous avons ajouté le verbe être, à la troisième personne du singulier du présent de l’indicatif et avons accordé le participe passé avec “tout”, au masculin singulier : “Tout (est) planté de magueys”.

217Dans le compte exprimé dans le texte nahuatl, il n’est pas précisé la nature de la chose mesurée. Nous avons apporté cette précision dans la traduction française au texte en ajoutant le nom “terre” et la préposition “de” pour dire “cordes de terre”, nous conformant ainsi au texte nahuatl des pages précédentes dans lesquelles cette précision est donnée.

10 r

218PALEOGRAPHIE (original)
tomiqueltlaltecatzin// toYamonicamiahuatzin// maniçentzontliYhuan// onpual// mecatl// tlali// xatacloxtecocomulco// mocoaxochnamiquixamal// coxtlaxilacali//

219PALEOGRAPHIE (mots découpés)
to miquel tlaltecatzin// toya monica miahuatzin// mani çentzontli yhuan// onpual// me//catl// tlali// xata clox tecocomulco // mocoaxochnamiqui xa mal//cox tlaxilacali//

220TRADUGTION ANGLAISE (Mc Afee)
Lord Michael Landman.//
Lady Monica Corntassel.// There are forty–//four// acres// of land./// Holy Cross Cracked-Rock.// It adjoins the village of Saint Mark.//

221TRADUCTION FRANÇAISE (1ere)
[Voici] Don Miguel Tlaltecatzin// (et) Doña Mónica Miahuatzin. Il y a 440 (1 x 400) + (2 x 20) cordes de terre// [Voici] Santa Cruz Tecocomulco// Il est voisin des limites (du) quartier (de) San Marcos//

222TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] Don Miguel Tlaltecatzin (et) Doña Mónica Miahuatzin [sa femme (?)] [Voici] Santa Cruz Tecocomulco. [C’est un quartier de 3 x... habitants. Tout (est) planté de magueys. Des limites sont ici établies (par deux rangées de magueys)] (Il est) voisin de limites (du) quartier de San Marcos. Il y a (1 x 400) + (2 x 20) cordes de terre.

10 r COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

223Le compte dans le texte nahuatl est exprimé par : çentzontli yhuan onpual mecatl (de centzontli : ce – “un”, tzontli – quatre cents yhuan – “plus” ; onpual : orne – “deux” et poalli – “vingt” ; mecatl – “cordes”) soit (1 x 400) + (2 x 20) = 440 cordes.

Mc Afee, après application de sa formule : Image 10000000000000400000000F6B01A66326BEFA6D.jpg

224fait de ces 440 cordes 44 acres.

225Il nous paraît plus juste de conserver la corde comme unité de mesure et les chiffres tels qu’ils sont exprimés dans le texte nahuatl.

Noms de personne

226Mc Afee a fait de Don Miguel Tlaltecatzin et de Doña Monica Miahuatzin “Lord Michael Landman” et Lady Monica Corntassel”.

227Nous préférons pour les raisons que nous avons dites précédemment, conserver aux particules de respect et aux prénoms leur forme espagnole et aux noms la forme indienne, réservant l’explication de la composition des vocables en nahuatl dans la liste alphabétique des noms de personnes.

Toponymie

228Santa Cruz Tecocomulco devient avec Mc Afee “Holy Cross cracked rock et San Marcos une nouvelle fois se mue en “Saint Mark”.

229L’un comme l’autre des deux noms doivent conserver leurs formes espagnole et indienne. La composition des vocables en nahuatl est expliquée dans la liste alphabétique des noms de lieu.

230La phrase nahuatl mocoaxochnamiqui xa malcox tlaxilacali a été traduite en anglais par : “It adjoins the village of Saint Mark”. Et, ce faisant, Mc Afee a commis une première erreur en traduisant le mot nahuatl tlaxilacalli par le mot “Village”, alors que “quartier” eût été plus juste.

231Par ailleurs, “it adjoins the village of Saint Mark” n’est que la traduction partielle de la phrase nahuatl dans laquelle les termes quaxochtli– “limites et namiqui p. onamic, ni – “être près, être voisin” semblent avoir été exclus.

232Une traduction plus fidèle donnerait : “Il se trouve près des limites du quartier de San Marcos”.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

233Le premier nom de personne et le premier nom de lieu sont introduits, dans le texte français, par la préposition “voici” qui n’existe pas dans le texte nahuatl.

234Il nous a semblé utile de placer cette préposition devant chacun de ces noms, afin de souligner le caractère du texte qui est de présenter, de compléter et de commenter les pictographies.

235La conjonction “et” a été ajoutée également afin d’unir les deux noms de personnes.

236La traduction littérale du texte nahuatl mocoaxochnamiqui xa tnalcox tlaxilacali serait : “il est près (voisin) limites quartier San Marcos”. Pour la correction et la bonne intelligence du texte français, il a été nécessaire d’ajouter : d’abord, l’article contracté “du” précédant “quartier” ; et “de” articulation grammaticale entre “quartier” et San Marcos.

10 v

237PALEOGRAPHIE (original)
xatiacoquiçehuYcapoYa//utlamaniYetzontlimecatl// mochme// Yotoc//tonaloxoYxtlixu//chitltemetoxa// toYaacoxtina// xalomeçihuapili// 00000 // PALEOGRAPHIE (mots découpés)
xatiaco quiçehuyea poya//utla mani yetzontli mecatl// moch me//yotoc// ton aloxo yxtlixu//chil te metoxa// toya acoxtina// xalome çihuapili// 00000 //

238TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Saint Ann. Rainless. Smoky.// There are one hundred and twenty acres.// All planted with magueys.// Lord Alonso Blackface Flow-//er, of Mendoza.// Lady Austin of Saint Ann, a noblewoman.//

239TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] Santiago compris avec les autres. (Et) [voici] Poyautla. Il y a 1 200 (3 x 400) cordes (de terre).// Tout (est) planté de magueys// [Voici] Don Alonso Ixtlilxochitl de Mendoza// (et) Doña Agustina Salomé, dame noble// 00000 //

240TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] Don Alonso Ixtlilxochitl de Mendoza (et) Doña Agustina Salomé, noble dame, [sa femme]. [Voici] Santiago. [C’est un quartier de 3 x... habitants] (Et) [voici] Poyautla. Tout (est) planté de magueys. Il y a (3 x 400) cordes (de terre) comprises avec les autres. [1er compte : 5 x 400 cordes de terre]

10 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

241Le compte exprimé dans le texte nahuatl par yetzontli mecatl (de yei – trois, tzontli – quatre cents et mecatl – cordes), c’est-à-dire 3 x 400 = 1 200 cordes, devient traduit en anglais par Mc Afee, après l’explication de sa formule : “one hundred and twenty acres”, cent-vingt acres.

242Il est plus juste de conserver mecatl – corde, comme unité de mesure et de traduire les chiffres exprimés dans le texte nahuatl, yetzontli mecatl par “mille deux cents cordes de terre”.

Noms de personne

243Mc Afee a transformé Don Alonso Ixtlilxochitl de de Mendoza en “Lord Alonso Black face flower of Mendoza”. Nous constatons qu’il a conservé dans leur forme espagnole un prénom et un nom “Alonso” et “Mendoza”.

244Quand il fallait lire dans le texte en nahuatl : Toya Acoxtina Xalome ou “Doña Agustina Salomé” en espagnol, Mc Afee a lu “Doña Agustina de Santa Ana” dont il a fait “Lady Austin of Saint Ann”.

245A ces traductions, nous préférons les noms et prénoms originaux et les particules de respect “Don” et “Doña” dans leur forme espagnole. Et nous avons expliqué la composition des vocables dans la liste alphabétique des noms de personnes.

Toponymie

246Là où nous lisons Santiago, Mc Afee a lu “Santa Ana” dont il a fait “Saint Ann”. Poyautla devient avec lui “Smoky”. Nous avons préféré conserver les toponymes originaux et expliquer la composition des vocables dans la liste alphabétique de toponymie.

Nahuatl

247Le mot quiçehuyca a été traduit par “rainless”, “sans pluie”. Cette traduction a peut-être été inspirée par la proximité du mot quiçehuica de Poyautla. Or, nous pensons que ce mot quiçehtuyca se réfère au nom de lieu Santiago et se rapporte aux comptes des terres tenus tout au long de ce Codex ; étant donné que quiçehuyca est composé (de qui – qui, pronom relatif, uica, huica – aller avec d’autres, cea,cia, p. ocez-ni – vouloir), nous pensons pouvoir le traduire plus fidèlement par “qui veut aller avec les autres” ou encore “compris avec les autres”.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

248Dans la traduction française, les deux noms de lieu et le premier nom de personne sont introduits par la préposition “voici” qui n’existe pas dans le texte nahuatl.

249Nous l’avons ajoutée dans le texte français afin de souligner le caractère de ce texte qui est de présenter, expliquer et compléter les pictographies. La conjonction “et” a également été ajoutée pour unir les deux noms de lieu et les deux noms de personne.

250Le texte nahuatl exprime des mesures en mecatl – cordes sans préciser la nature de la chose mesurée. Nous avons, dans la traduction française, apporté cette précision en ajoutant le mot “terre” et la préposition “de”, nous conformant ainsi au texte nahuatl de la page précédente dans lequel cette précision est donnée.

251Moch meyotoc se traduit littéralement “tout planté de magueys”. La construction de la phrase française a exigé l’introduction du verbe être conjugué à la 3e personne du singulier du présent de l’indicatif et le participe passé “planté” a été accordé avec “tout” au masculin singulier.

252Quiçehuyca “compris avec les autres” a été accordé avec Santiago au masculin singulier.

253Cihuapili du texte nahuatl pour cihuapilli (de ciua – femme et pilli – noble) a été traduit par “dame noble” pour que l’expression soit plus correcte en français.

11 r

254PALEOGRAPHIE (original)
nisxatemaliatzincoxe//pxiotzintlaxilacalima//niontzontliYpan// maquilpualmec-atl//meYotoc// nismotenehua//teiantepetlYnahuac// tecpancalco//

255PALEOGRAPHIE (mots découpés)
nis xate maliatzin coxe// pciotzin tlaxilacali ma// ni ontzontli ypan// maquilpual mecatl// meyotoc// nis motenehua// tepantepetl ynahuac// tecpancalco//

256TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Here is the village of Holy Mary Conception. There// are ninety acres,// planted with magueys.// This place is called// Footwall Mountain, and near it is// Government-Palace-Town.//

257TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
Voici le quartier (de) Santa María Concepción. Il y a 900 (2 x 400) + (5 x 20) cordes (de terre) plantées de magueys// Ce (lieu) a pour nom Tepantepetl ; (il est situé) près de Tecpancalco//

258TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
Voici Santa María Concepción, la vénérée. (C’est un) quartier [de 4 x... habitants] (Il est) planté de magueys. Ce (lieu) a pour nom Tepantepetl ; (il est situé) près de Tecpancalco. Il y a (2 x 400) + (5 x 20) cordes (de terre).

11 r COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

259Le compte est exprimé dans le texte nahuatl par ontzontli ypan maquilpual mecatl (de ome –deux, tzontli – quatre cents, ypan – plus, macuilli – cinq, poalli – vingt et rnecatl – cordes) c’est-à-dire (2 x 400) + (5 x 20) = 900 cordes.

Traduit par Mc Afee et converti en “acres”, le compte exprimé en cordes devient : Image 10000000000001990000003B6C08F07B9D20B484.jpg

260Il nous paraît plus juste de conserver cette mesure en cordes et de traduire directement le chiffre exprimé dans le texte par “neuf cents cordes”.

Toponymie

261Le nom de lieu Santa María Concepción devient avec Mc Afee : “Holy Mary Conception. Là où nous lisons Tepantepetl, Mc Afee a lu Xotepantepetl dont il a fait : “Footwall Mountain”.

262Plus loin, il transforme Tecpancalco en “Government-Palace-Town” en traduisant le suffixe -co “dans”, “en”, “de” par “ville”, “village”, “pueblo”.

263Nous avons conservé à tous ces noms de lieu leur forme originale (trouvant toute traduction en une langue quelconque parfaitement inutile et tout à fait injustifiable) à condition qu’on explique la composition de chaque vocable nahuatl, ce que nous faisons dans la liste alphabétique de toponymie (contenu thématique et géographie).

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

264Le texte nahuatl s’avère ici par lui-même explicatif des pictographies car il est introduit dans cette page par le mot nis pour niz – ici. Ce mot est présent deux fois.

265Au début de la première phrase, nous l’avons traduit par “voici”. Plus loin, nis motenehua pourrait se traduire par : “Ici le lieu qui s’appelle... ”, nous avons préféré : “Ce lieu a pour nom La correction du texte français a voulu que soit ajouté “de” devant le nom de lieu identifiant le quartier.

266Le texte nahuatl exprime des mesures comptées en cordes, sans préciser la nature de la chose mesurée. Nous avons apporté par correction cette précision dans la traduction française en ajoutant le mot “terre”, précédé de la préposition “de”, nous conformant ainsi au texte nahuatl des pages précédentes, dans lequel cette précision est donnée.

267Le texte nahuatl dit tepantepetl ynahuac tecpancalco, ce qui littéralement pourrait se traduire par Tepantepetl “près de” Tecpancalco ; à cette phrase, nous avons ajouté : “il est situé”, pour compléter l’idée exprimée dans le texte nahuatl et rendre la phrase plus correcte en français.

11 v

268PALEOGRAPHIE (original)
xatacalalatlaxilaca//limaniYntlalaltepehua//queYetzontlimecatl// mochmeYotoc//

269PALEOGRAPHIE (mots découpés)
xata caíala tlaxilaca//li mani yntlal altepehua//que yetzontli mecatl// moch meyotoc//

270TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
The village of Saint Clara// There are one hundred and twenty acres of land belonging to the townspeople,// all planted with magueys.//

271TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] le quartier (de) Santa Clara// Il y a 1 200 (3 x 400) cordes (de terre) (appartenant aux) habitants de la ville. Toutes (sont) plantées de magueys//

272TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [Doña..., noble dame] [Voici] Santa Clara. (C’est un) quartier [de 3 x... habitants]. (Il est) tout planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par un arbre)].. Il y a (3 x 400) cordes de terre (appartenant) aux habitants de la ville.

11 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

273Les mesures dans le texte nahuatl sont exprimées par yetzontli mecatl (de yei-trois tzontli – quatre cents et mecatl – cordes), c’est-à-dire 3 x 400 = 1 200 cordes.

274Traduites par Mc Afee et converties en “acres” par le moyen de sa formule, ces 1 200 cordes deviennent 120 acres.

275Il est plus juste de conserver ces mesures exprimées en cordes et les chiffres exprimés tels qu’ils se trouvent dans le texte nahuatl.

Toponymie

276Santa Clara devient avec Mc Afee “Saint Clara”.

Nahuatl

277Mc Afee a traduit tlaxilacalli par “village” alors que “quartier” nous paraît une traduction plus fidèle.

NOTES A LA TRADUCTION FRANCAISE

278Le nom qui identifie le lieu dont il est question dans cette page est introduit dans la traduction française par la préposition “voici” qui n’existe pas dans le texte nahuatl.

279La correction du texte nécessite la préposition “de” devant le nom de lieu qui identifie le quartier.

280Le texte nahuatl exprime des mesures comptées en cordes sans préciser la nature de la chose mesurée. Nous avons, pour plus de correction, apporté cette précision en ajoutant le mot “terre” précédé du mot “de”, nous conformant ainsi au texte nahuatl des pages précédentes dans lequel cette précision est donnée.

281Yn tlalaltepehuaque (de llalli-terre et altepetl-village) peut se traduire littéralement par “les terres des habitants de la ville”. Il nous a semblé plus clair et plus correct de traduire cette phrase en ajoutant “appartenant aux”, ce qui donne finalement : les terres appartenant aux habitants de la ville”.

282Moch meyotoc (de mochis-tout, meyollotl-rejeton du maguey et toca-semer) se traduit par “tout planté de magueys”. Dans le cas présent, la construction du texte français a voulu que nous traduisions cette phrase par “toutes sont plantées” en accordant le participe passé au féminin pluriel avec le pronom indéfini désignant les cordes de terre qui est du féminin pluriel : “toutes”.

283La construction de la phrase a nécessité l'introduction du verbe être conjugué à la troisième personne du présent de 1'indicatif.

12 r

284PALEOGRAPHIE (original)
xapaltolomexalantla//xilacalimanicaxtolpual// mecatltlalimeYotoc// nenemicoaxoch//tli//

285PALEOGRAPHIE (mots découpés)
xa paltolome xalan tla//xilacali mani caxtolpual// mecatl tlali meyotoc// nenemicoaxoch//tli//

286TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
The village of Saint Bartholomew Sands.// There are thirty// acres of land, planted with magueys.//
Landmarks run.//

287TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
Voici le quartier (de) San Bartolomé Xallan. // Il y a 300 (15 x 20) cordes de terre plantées de magueys.// Les limites (sont) (ici) établies.//

288TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [Don...] Voici San Bartolomé Xalan. (C’est un) quartier [de 4 x... habitants] (Il est) planté de magueys. Les limites (sont ici) établies. Il y a (15 x 20) cordes de terre.

12 r COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

289Les mesures de terre sont exprimées dans le texte nahuatl par caxtolpual mecatl tlali (de caxtolli – quinze, poalli –vingt, mecatl – cordes et tlalli – terre), soit : 15 x 20 = 300 cordes.

Mc Afee, appliquant sa formule, : Image 100000000000003B0000000F1D41B4BD4DB05658.jpgacres (où a = unités tzontli et b= unités poalli) a converti ces 300 cordes en 30 acres.

Image 1000000000000132000000356EC041308E8140A4.jpg

290Nous avons préféré conserver les données de ces mesures en cordes et donner directement les chiffres du texte nahuatl, c’est-à-dire 300 cordes de terre.

Toponymie

291San Bartolome Xallan est devenu dans la traduction anglaise Saint Bartholomew Sands. Repoussant toute traduction des noms propres, nous conservons à ce lieu son nom espagnol, et nahuatl, tout en expliquant la composition du vocable nahuatl dans la liste alphabétique de toponymie (contenu thématique et géographie).

Nahuatl

292Ici comme dans les pages précédentes, Mc Afee a donné “village” comme traduction de tlaxilacalli alors que “quartier” eût été plus juste.

293Mc Afee a traduit la phrase nahuatl : nenemi coaxochtli par “Landmarks run”, c’est-à-dire “les limites courent”.

294Les termes de cette phrase nahuatl peuvent ainsi se décomposer : nenemi p. onenen fréq. de nemi – “demeurer, habiter ou bien aller, marcher” et coaxochtli pour quaxochtli– limites, bornes.

295La traduction anglaise conserve l'idée de mouvement contenue dans le terme nenemi : “landmarks run”, “les limites courent”.

296Pour que soit conservée, en français, cette idée de mouvement, il aurait fallu traduire la phrase par “les limites s’étendent” ou “s’échelonnent”.

297Mais le verbe nenemi peut exprimer deux sens différents. Le premier contient l’idée de fixité, avec le sens de demeurer, habiter” ; le deuxième contient l’idée de mouvement avec le sens d’“aller, marcher”. Nous avons préféré traduire l’idée de fixité qui peut être contenue dans le verbe en le traduisant par “établir” à la forme passive.

298Dans le texte français, nenemi coaxochtli devient alors : “les limites sont établies ici”.

NOTES A LA TRADUCTION FRANCAISE

299Dans le texte présentant les pictographies, le nom de lieu a été introduit, dans la traduction française, par “voici” qui n’existe pas dans le texte nahuatl.

300Pour la correction de la traduction française, il a été nécessaire d’ajouter également “de” devant la toponymie identifiant le quartier.

301Nenemi coaxochtli se traduit par : “les limites sont établies”. Nous avons précisé le sens de cette phrase en ajoutant l’adverbe de lieu “ici”, “les limites sont établies ici”.

302Dan “planté de magueys”, traduction de meyotoc, le participe passé a été accordé avec “cordes de terre”, au féminin pluriel.

12 v

303PALEOGRAPHIE (original)
Yenisxanacoxtintlaxi//Iacalimaninahutzontli//mecatltlalimochmeYotoc// 000000 //

304PALEOGRAPHIE (mots découpés)
ye nis xan acoxtin tlaxi//lacali maní nahutzontli// mecatl tlali moch meyotoc// 000000 //

305TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Here is the village of Saint Augustine.// There are one hundred and sixty// acres of land, all planted with magueys.//

306TRADUCTION FRANCAISE (1ère)
Voici ici le quartier (de) San Agustín.// Il y a 1 600 (4 x 400) cordes de terre, toutes plantées de magueys.// 000000 //

307TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [Don... et Doña...,] [sa femme] Voici San Agustín. (C’est un) quartier [de 6 x... habitants]. Il y a (4 x 400) cordes de terre, toutes plantées de magueys. [1er compte : 6 x 400 cordes de terre].

12 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

308Les mesures sont exprimées dans le texte nahnatl par nauhtzontli mecatl tlali (de naui – quatre, tzontli – quatre cents, mecatl – cordes, tlali – terre) soit : 4 x 400 = 1 600 cordes de terre, que Mc Afee a traduit par “one hundred and sixty acres”.

309Appliquant sa formule :

Image 10000000000000DC000000312D68CAF5156DF5DA.jpg

310il a converti les 1 600 cordes de terre en 160 acres. Il nous paraît plus juste de conserver l'expression de ces mesures en cordes et de traduire les chiffres directement du texte nahuatl.

Toponymie

311San Agustín a été traduit par “Saint Augustine”. A cette traduction injustifiable, nous avons préféré conserver le nom en espagnol.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

312Ici, le texte nahnatl qui présente et commente les dessins débute par les mots ye nis (de niz-ici, là et yeni, de ca, verbe irrégulier, être, se trouver). Nous l'avons traduit par “voici”.

313La correction du texte français a nécessité l’introduction de la préposition “de” purement explétive qui rattache le nom commun “quartier” à la toponymie.

314Dans la traduction française, la construction de la phrase a été telle que moch meyotoc (de moch – tout, meya – pour meyollotl – rejeton du maguey et toca – semer, “tout planté de magueys”) a dû être traduit par “toutes plantées de magueys”. Le pronom indéfini “tout” mis pour “cordes de terre” s’accorde donc au féminin pluriel ainsi que le participe passé “planté”.

13 r

315PALEOGRAPHIE (original)
nisxanoleçotzqualan// altepeYtecmani/ coaxicaltepec//

316PALEOGRAPHIE (mots découpés)
nis xan oleço tzaqualan// altepeytec maní// coaxicaltepec//

317TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Here is Saint Lawrence Moundsville.// Within the town lies// Waterbox Hill//

318TRADUCTION FRANCAISE (1ère)
Voici San Lorenzo Tzaqualan// (A) l’intérieur du village se trouve // Coaxicaltepec//

319TRADUCTION FRANCAISE (2e)
[Voici] [Don...] Voici San Lorenzo Tzaqualan. [C’est un] quartier de 2 x... habitants. Il est planté de magueys. Des limites sont ici établies (par un nopal)] (A) l'intérieur du village se trouve Coaxicaltepec.

13 r COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Toponymie

320San Lorenzo Tzaqualan est devenu, traduit par Mc Afee, “Saint Lawrence Moundsville”. Nous constatons que le suffixe –(c)an de Tzaqualan qui signifie “le lieu où”, “où” a été traduit par “ville” dans “Moundsville”.

321Coaxicaltepec a été traduit par “Waterbox Hill”. A l’un comme à l’autre, de ces lieux, nous conservons le nom nahuatl.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

322Le texte explicatif des pictographies est ici introduit par le mot nis —“ici, là” qui présente les pictographies. Nous l'avons traduit par “voici”.

323Pour la correction et la bonne intelligence du texte français, nous avons ajouté la préposition “à”.

324Nous avons vu dans Coaxicaltepec et altepeytec mani, bien qu’ils soient séparés par des pictographies, l'expression d’une seule phrase : “à lintérieur du village se trouve”.

13 v

325PALEOGRAPHIE (original)
mochquicehuYeaxaxi//huantepemaxalco// caltzalan//

326PALEOGRAPHIE (mots découpés)
moch quicehuyca xa xi//huan tepemaxalco// caltzalan//

327TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
All rainless land. Saint// John Forked-Mountain.// Streets.//

328TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
Toutes (ces terres) (ont été) comprises antérieurement.// [Voici] San Juan Tepemaxalco// [Voici] les rues//

329TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [le quartier de] San Juan Tepemaxalco : les rues. [Il y a 15 x... habitants] Toutes (ces terres ont été) comprises antérieurement.

13 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Toponymie

330San Juan Tepemaxalco est traduit par “Saint John Forked-Mountain”. Conserver la toponymie d’origine nous paraît indubitablement plus juste.

Nahuatl

331Me Afee a traduit le texte nahuatl moch quicehuyca par “all rainless land” c’est-à-dire “tout est terre sans pluie”. Or, il nous semble qu’il faille voir dans cette phrase une référence aux comptes de terre tenus au long de ce Codex.

332En effet, si mocil signifie bien “tout”, les racines de quicehuyca nous semblent c – “qui” pronom relatif, ocez p. de cea, cia – “vouloir” et uica, huica – “aller avec d’autres” ; et la phrase moch quicehuyca peut être “tout ceci est compris avec les autres” ou bien “toutes ces terres sont comprises avec les autres”.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

333Pour la bonne compréhension et la correction du texte français, il a été nécessaire d’introduire dans notre traduction des mots n’existant pas dans le texte nahuatl.

334“Ces terres”, avons-nous ajouté, car si l’idée est bien contenue dans le texte nahuatl le mot “terres” n’y est pas.

335La construction de la phrase a exigé l’introduction du verbe “être” conjugué à la troisième personne du pluriel au passé composé de l’indicatif, pour l’accorder avec “terres”.

336Quiçehuyca – “compris antérieurement” s’est accordé avec “terres” au féminin pluriel. Nous voyons dans cette page présenté un lieu, San Juan Tepemaxalco. Nous introduisons ce nom par la préposition “voici”.

337A la traduction littérale de caltzalan – “entre les maisons”, nous avons préféré : “les rues”. Puisque les rues sont présentées dans cette page, nous avons introduit le mot “rues” par “voici”. “Voici les rues”.

338Moch – “tout” a été traduit par “toutes”, adjectif indéfini s’accordant avec “ces terres”.

14 r

339PALEOGRAPHIE (original)
xacalapieltlaxila//calimani// nauhtzon//tlimecatlali// Ymaxcaaltepec//huaque// mochmeYotoc//

340PALEOGRAPHIE (mots découpés)
xa calapiel tlaxila//cali mani// nahutzon//tli mecatlali// ymaxca altepe//huaque// moch meyotoc//

341TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
The village or Saint Gabriel.// There are// one hundred and sixty// acres of land// belonging to the towns-// people,// all// planted with magueys.//

342TRADUCTION FRANCAISE (1ère)
[Voici] [Don...] [Voici] San Gabriel. (C’est un) quartier [de 4 x... habitants]. (Il (appartenant) aux habitants de la ville// Tout (est) planté de magueys.//

343TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [Don...] [Voici] San Gabriel. (C’est un) quartier [de 4 x... habitants]. (Il est) tout planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par un arbre)]. Il y a (4 x 400) cordes de terre appartenant aux habitants de la ville.

14 r COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

344Le compte est exprimé dans ce texte nahuatl par nauhtzontli mecatlali (de naui – quatre, tzontli – quatre cents, mecatl – cordes, tlali – terre), soit 4 x 400 = 1 600 cordes de terre.

345Après application de sa formule :

Image 10000000000000DC00000034007B5C17B0A84669.jpg

346Mc Afee fait de ces mille six cents cordes de terre “one hundred and sixty acres”.

347Il est plus juste de conserver l’unité de mesure mecatl et de traduire nauhtzontli mecatlali par “mille six cents cordes de terre”.

Toponymie

348San Gabriel devient dans sa traduction anglaise “Saint Gabriel”, il n’a presque pas subi de déformation.

Nahuatl

349Comme il l’a été précédemment, le mot tlaxilacalli est traduit par “village” alors que sa traduction par “quartier” nous paraît plus juste. Nous restons, quant à nous, fidèles à cette seconde traduction.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

350La préposition “voici” a été ajoutée. Elle présente le lieu dont il est question dans les pictographies.

351“De”, explétif, est nécessaire pour unir le mot “quartier” au toponyme qui l’identifie.

352Y maxca (de yn – le, mo – il se et axcaitl – bien, propriété) aurait pu être traduit par le “bien” ou la “propriété”, mis en apposition à “cordes de terre”. Nous avons préféré exprimer cette idée par “appartenant aux”.

353Moch meyotoc se traduit par “tout planté de magueys”. Pour construire une phrase correcte, il a été nécessaire d’introduire le verbe “être” conjugué avec “tout”, c’est-à-dire à la troisième personne du singulier au présent de l’indicatif.

14 v

354PALEOGRAPHIE (original)
mochmeYotoc//tepechichilcotlaxilacali// maniYetzontlimecatlali// 000000 //

355PALEOGRAPHIE (mots découpés)
moch meyotoc// Tepechichilco tlaxilacali// mani yetzontli mecatlali// 000000 // TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
All planted with magueys.// Red Hill Village.// There are one hundred and twenty acres of land.

356TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
Tout (est) planté de magueys// [Voici] (le) quartier (de) Tepechichilco. (Il compte) 1 200 (3 x 400) cordes de terre// 000000 //

357TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] le quartier (de) Tepechichilco [Il y a 6 x... habitants] (Il est) tout planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par deux palmiers)]. Il compte (3 x 400) cordes de terre [1er compte : 7 x 400 cordes de terre].

14 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

358Le compte est exprimé dans le texte nahuatl par : yetzontli mecatlali (de yei,yeyi – trois, tzontli – quatre cents, mecatl – cordes et tlali – terre), soit 3 x 400 = 1 200 cordes de terre. Après application de sa formule :

Image 10000000000000D8000000321A7AC80358F9F332.jpg

359Mc Afee de ces “mille deux cents cordes de terre” a fait “one hundred and twenty acres” 120 acres. Conserver l’unité de mesure mecatl nous paraît plus juste et nous avons préféré traduire yetzontli mecatlali par “mille deux cents cordes de terre”.

Toponymie

360Tepechichilico est devenu, en anglais, “Red Hill Village”. Le suffice co qui exprime “dans, en” a été traduit par “village”. Nous avons conservé à ce lieu son nom nahuatl.

Nahuatl

361Mc Afee continue de traduire tlaxilacalli par “village”. Nous lui préférons la traduction de “quartier” qui nous paraît plus juste.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

362Moch meyotoc se traduit par “tout planté de magueys”. La correction du texte français a nécessité l’introduction du verbe “être” employé comme auxiliaire, conjugué avec “tout”, c’est-à-dire à la troisième personne du singulier et au présent de l’indicatif.

363Le participe passé “planté” s’accorde avec “tout” au masculin singulier. Ici, également, la préposition “voici a été ajoutée, présentant le lieu dont il est question dans cette page, “le quartier de Tepechichilco”.

364L’explétif “de” est nécessaire entre “quartier” et le nom qui l’identifie.

Tepechichilco

365Muni, –“être, se trouver” a été traduit par “il compte” ; l’idée nous paraissant plus justement exprimée en français par ce mot.

15 r

366PALEOGRAPHIE (original)
xamateuhtlaxu//mulcotlaxilacali// moch//meYo//toc//maniYetzontlimecatlali//

367PALEOGRAPHIE (mots découpés)
xa mateuh tlaxu//mulco tlaxilacali// moch// meyo//toc// mani yetzontli mecatlali//

368TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
The village of Saint Matthew Landcorner.// There are one hundred and twenty acres of land,// all// planted with magueys.//

369TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] (le) quartier (de) San Mateo Tlalxomulco// Tout (est) planté de magueys// Il y a 1 200 (3 x 400) cordes de terre//

370TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [Don...] [Voici] San Mateo Tlaxomulco. (C’est un) quartier [de 6 x... habitants]. Tout (est) planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par deux rangées de magueys)]. Il y a (3 x 400) cordes de terre.

15 r COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

371Le compte est exprimé dans ce texte nahuatl par : yetzontli mecatlali (de yei, ei – trois, tzontli – quatre cents, mecatl – cordes, tlali – terre), soit 3 x 400 = 1 200 cordes de terre.

372Par l’application de sa formule :

Image 10000000000000DD00000033B79FCE6E4A4010CF.jpg

373Mc Afee convertit ces cordes en “one hundred and twenty acres”, 120 acres.

374Il nous paraît infiniment plus juste de conserver ces mesures exprimées en “cordes” et de traduire yetzontli mecatlali par “1 200 cordes de terre”.

Toponymie

375San Mateo Tlalxomulco n’échappe pas à la traduction de Mc Afee et devient “Saint Matthew Landcorner”. Rejetant toute traduction, nous conservons à ce nom de de lieu sa forme nahuatl.

Nahuatl

376Nous retrouvons la traduction de tlaxilacalli par “village”. Nous lui préférons la traduction plus fidèle de “quartier”.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

377La préposition “voici” a été ajoutée, présentant le lieu dont il est question dans cette page : “Voici le quartier de San Mateo Tlalxomulco”.

378L’explétif “de”, pour la correction du texte, est nécessaire entre “quartier” et le nom qui l'identifie, “San Mateo”.

379Moch meyotoc se traduit par “tout planté de magueys”.

380La correction du texte français a nécessité l’introduction de l’auxiliaire “être” conjugué avec “tout” et de ce fait le participe passé “planté” s’accorde avec “tout”.

15 v

381PALEOGRAPHIE (original)
totlaçotatzinxatotomax// maninauhtzontlimeca//tlalimochmeYotocnene//micoaxochtli//

382PALEOGRAPHIE (mots découpés)
totlaçotatzin xato tomax// mani nauhtzontli meca//tlali moch meyotoc nene//micoaxochtli//

383TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Our Lord Saint Thomas.// There are one hundred and sixty acres// of land, all planted with Magueys.
Land-//marks run.//

384TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] (le lieu consacré à) notre père bien-aimé Santo Tomás// Il y a 1 600 (4 x 400) cordes de terre, toutes plantées de magueys.// Les limites (son ici) établies//

385TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [Don... et Doña..., sa femme ?] [Voici] (le lieu consacré à) notre père bien-aimé et vénéré Santo Tomás. Tout (est) planté de magueys. Des limites (son ici) établies [par deux rangées de magueys]. Il y a (4 x 400) cordes de terre.

15 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

386Nous retrouvons ici la traduction de nauhtzontli mecatlali par “one hundred and sixty acres” comme dans le Fo 14 r.

387Il est plus juste de le traduire par “mille six cents cordes de terre”.

Toponymie

388Traduit en anglais, le nom Santo Tomás devient “Saint Thomas”. Notons que Mc Afee a lu Xato Toma(s) là où nous lisons Xatotomax.

389Totlaçotatzin Xatotomax qui se traduit par “Notre Père Bien-Aimé Santo Tomás” contient en réalité l’idée que l’on pourrait exprimer ainsi : “Voici le lieu consacré à Santo Tomás et ainsi appelé” ; le lieu a pris le nom de “Santo Tomás” parce qu’il est consacré à ce saint.

390Nous retrouvons ici l’idée déjà exprimée dans les Fo 7 v, 8 v.

Nahuatl

391L’idée de mouvement contenue dans la phrase nahuatl nenemicoaxochtli a bien été traduite par Mc Afee par “Land marks run”, “les limites courent”.

392Comme nous l'avons vu dans le commentaire de la traduction du texte du Fo 12 r nous avons dans la traduction française gardé l’idée de fixité en traduisant nenemicoaxochtli par “les limites sont établies”.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

393Le mot “voici” qui n’existe pas dans le texte nahuatl a été employé pour introduire la phrase qui correspond au nom de lieu.

394Nous avons ajouté la phrase le lieu consacré à, pour compléter l’idée de la phrase nahuatl qui forme la toponymie : Notre père bien-aimé Santo Tomás (voir aussi notes traduction anglaise).

395Meyotoc “planté de magueys” a été accordé avec cordes de terre, au féminin pluriel.

396Le verbe “être” a été ajouté, conjugué à la 3e personne du pluriel du présent de l’indicatif, pour compléter le passé composé, avec le participe passé exprimé dans nenemicoaxochtli : limites établies. Le mot “ici” sert à compléter la phrase.

16 r

397PALEOGRAPHIE (original)
xatamonicatochYntla// manicentzontliYpanm//atlacpualmecatlatimo//chmeYotocnenemico/axochtli//

398PALEOGRAPHIE (mots découpés)
xata monica tochyntla/ maní centzontli ypan m//atlacpual mecatlali mo//ch meyotoc nenemico//axochtli//

399TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Saint Monica Rabbitry.// There are one hundred acres of land.// All planted with magueys.
Land-//marks run.//

400TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
[Voici] Santa Mónica Tochintla// Il y a 600 (1 x 400) + (10 x 20) cordes de terre, toutes plantées de magueys. Les limites (sont ici) établies//

401TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [Don..., topilli, “alcalde”] [Voici] Santa Mónica Tochintla [C’est un quartier de 6 x... habitants]. Tout (est) planté de magueys. Les limites (son ici) établies. Il y a (1 x 400) + (10 x 20) cordes de terre.

16 r COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

402Le compte de terre est expliqué dans ce texte nahuatl par : centzontli ypan matlacpualmecatl (de : ce – un, tzontli – quatre cents, ypan – plus, matlactli –dix, poalli – vingt, mecatl – cordes), soit(l x 400) + (10 x 20) = (400 + 200) cordes.

403Puis, après application de la formule trouvée par Mc Afee

Image 10000000000000C70000002F0D71551C6A73A273.jpg

404les 600 cordes de terre devraient se convertir en 60 acres. Or, Mc Afee en fait “one hundred acres, “cent acres”. Cette différence est due à une erreur de lecture. En effet, là où nous lisons centzontli, Mc Afee, lui, a lu ontzontli (de ome = 2 et tzontli = 400), soit 2 x 400.

405Il est infiniment plus juste de conserver les chiffres exprimés dans le texte nahuatl et les unités de mesure exprimées en “mecatl”.

Toponymie

406Le nom de lieu Santa Mónica Tochintla est devenu, traduit par Mc Afee, “Saint Monica Rabbitry”.

407Rejetant toute traduction, nous conservons à ce lieu son nom nahuatl et espagnol.

Nahuatl

408Dans le cas présent et comme nous l’avons vu précédemment, l’idée de mouvement contenue dans la phrase nahuatl nenemicoaxochtli a bien été traduite par Mc Afee par “landmarks run”, “les limites courent”.

409Nous avons gardé dans la traduction française l’idée de fixité en traduisant nenemicoaxochtli par “les limites sont établies”. (Voir Fo 12 r.)

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

410Nous avons ajouté le mot “voici” pour introduire le nom de lieu.

411Les mots moch “tout” et meyotoc “planté de magueys” ont été accordés avec “cordes de terre”, au féminin pluriel.

412Le verbe “être” a été ajouté, conjugué à la 3e personne du pluriel du présent de l’indicatif, pour compléter le passé composé avec le participe passé exprimé dans nenemicoaxochtli : limites établies ; et le mot “ici” sert à compléter la phrase.

16 v

413PALEOGRAPHIE (original)
nisxatemaliatecaxti//tlanmanitlaliontzon//tlimecatlalimeYotocneco(c) canpa//00000000

414PALEOGRAPHIE (mots découpés)
nis xate malia tecaxti//tlan mani tlali ontzon//tli mecatlali meyotoc neco(c)canpa// 00000000 //

415TRADUCTION ANGLAISE (Mc Afee)
Here is the village of Holy Mary Stonebowlville.// There is land, eighty// acres of land, planted with magueys// on both sides.//

416TRADUCTION FRANÇAISE (1ère)
Voici Santa María Tecaxtitlan. Il y a 800 (2 x 400) cordes de terre plantées de magueys de deux côtés// 00000000 //

417TRADUCTION FRANÇAISE (2e)
[Voici] [Don...] Voici Santa María Tecaxtitlan. [C’est un quartier de 7 x... habitants] (Il est) planté de magueys de deux côtés. Il y a (2 x 400) cordes de terre. [1er compte : 8 x 400 cordes de terre]

16 v COMMENTAIRE DE LA TRADUCTION ANGLAISE

Comptes

418Une fois encore, le compte exprimé dans le texte nahuatl par ontzontli mecatlali (de : ome – deux, tzontli – quatre cents, mecatl – cordes, tlalli – terre) soit : “2 x 400 cordes de terre”, a été traduit par Mc Afee après application de sa formule,

Image 10000000000000D000000035DD84F47BFCE4F901.jpg

419par “eighty acres”, “80 acres”.

420Il nous paraît infiniment plus juste de conserver l’unité de mesure employée mecatl et de traduire ontzontli mecatl par “huit cents cordes de terre”.

Toponymie

421Traduit par Mc Afee le nom Santa María Tecaxtitlan devient “Holy Mary Stone Bowlville”. Cette traduction comporte le mot “ville” auquel ne correspond aucun terme nahuatl dans ce texte. Il est plus logique de conserver à ce lieu son nom espagnol et nahuatl, sans mentionner sa qualité que le texte ne précise pas.

NOTES A LA TRADUCTION FRANÇAISE

422Le texte nahuatl s’avère ici par lui-même explicatif des pictographies, car il est introduit dans cette page par le mot nis, pour niz “ici”. Il précède le nom de lieu et nous l’avons traduit par “voici”.

423Dans “planté de magueys”, traduction de meyotoc, le participe passé a été accordé avec “cordes de terre” au féminin pluriel

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site