Version classiqueVersion mobile

Codex de Zempoala

 | 
Joaquín Galarza

Cinquième partie : aspects de “l’écriture” Techialoyan

Texte intégral

PRELIMINAIRES

1Nous avons jusqu’ici passé sous silence un certain nombre d’aspects particulièrement originaux que nous avons découverts dans notre Codex. Ces aspects dénotent d’une part la continuité d’une tradition indigène très forte, longtemps maintenue, et cela malgré l’adoption d’une technique européenne ; conservation qui nous permet de souligner tout ce qu’il y a de traditionnel dans notre Codex formant ainsi l’arrière-fond, la “perspective indigène traditionnelle” ; et d’autre part le “métissage” né de la rencontre de deux systèmes d’écriture (même trois), de deux moyens d’expression.

2Ce qui se trouve conservé, disons plutôt mis en oeuvre, employé, ce sont les glyphes. Agrandis, transformés, modifiés, devenus par là même difficilement repérables, les glyphes sont présents dans notre manuscrit avec leurs diverses fonctions. On sait depuis longtemps que les glyphes et leurs fonctions forment l’écriture traditionnelle aztèque, mais ce qu’on ne sait pas et que jusqu’à nos jours on se refuse à savoir, c’est leur présence effective dans un manuscrit tardif Techialoyan. Or, des glyphes traditionnels, modifiés certes, existent dans le Codex de Zempoala et pas seulement dans ce Codex précis, mais dans presque tous les manuscrits Techialoyan que nous avons consultés. Cette utilisation ne peut être imputable à un hasard ou à un caprice, ce qui en fait n’explique rien. Il doit être considéré non seulement comme une survivance, mais en tant que résultat d’un choix délibéré qui combine deux “systèmes” d’écriture : le traditionnel et l’européen.

3La présence des glyphes (de quelques glyphes que nous avons découverts) met encore plus en évidence l’absurdité de l’alternative texte-pictographies. En effet, si un certain nombre de glyphes figure dans les dessins ou si, et c’est la même chose, un glyphe s’agrandit et se transforme en un paysage tout en restant employé comme glyphe ayant sa fonction spécifique, il en résulte que les pictographies Techialoyan ne peuvent être considérées comme de purs dessins, illustrant un texte, mais qu’elles forment bien un “texte” lié au texte nahuatl en caractères latins.

4Ces éléments de l’écriture traditionnelle, les glyphes, sont ici étudiés à partir de leurs fonctions. Dans un premier chapitre nous considérons les glyphes déployés en “paysage phonétique” où la tradition pictographique se poursuit dans des dessins apparemment européens.

5Dans un second chapitre nous analysons les fonctions symbolique et “réaliste” des pictographies Techialoyan, fonctions en oeuvre dans les divers éléments du Codex.

6Nous examinons ensuite deux autres fonctions typiquement traditionnelles qui se retrouvent dans les manuscrits les plus anciens, à savoir les fonctions phonétique et plastique des pictographies. A ces fonctions viennent s’en ajouter d’autres qui rendent les éléments Techialoyan aussi complexes que ceux de la tradition plus ancienne. Cette complexité et cette richesse nous permettent de mieux comprendre le “système pictographique” traditionnel.

GLYPHES ET PAYSAGE PHONETIQUE

7Nous avons vu, dans la partie consacrée au style, qu’un certain nombre de caractéristiques stylistiques éloignait notre manuscrit de la tradition pictographique du XVIe siècle. Nous avons pourtant reconnu des traits propres qui se greffent sur le fonds commun traditionnel. C’est bien ce fonds commun qu’il faut maintenant explorer, rendre manifeste, d’autant plus que des chercheurs l’ont soit négligé, soit ignoré.

  • 147 Robertson, D. The Techialoyan codex... 1960, p. 120

8D. Robertson, dans son étude du Codex Techialoyan X s’étonne de l’absence de signes d’écriture traditionnelle dans les manuscrits Techialoyan147. Cependant certains glyphes, certains signes ou phonèmes imagés, parfois éloignés par le style des manuscrits traditionnels, apparaissent de temps à autre dans les Techialoyan, en tant que signes ou éléments d’écriture. Ce sont des dessins, des glyphes parfois très agrandis mais analogues à ceux de la tradition indigène. On en trouve dans les manuscrits Techialoyan de Cuajimalpa, Xonacatlan, Huixquilucan. Dans les trois cas ces dessins sont employés pour traduire des noms de lieu, de personne ou encore pour indiquer l’action d’un verbe, par exemple la culture d’une plante.

9On peut évidemment se poser une question ; le tlacuilo avait-il pris connaissance de documents précolombiens ou avait-il devant lui, au moment de la rédaction du manuscrit, un document intermédiaire, remontant à l’époque coloniale ? La question est sans réponse. On peut supposer qu’il avait une relation médiate ou directe avec la tradition de l’écriture pictographique, autrement la présence d’éléments traditionnels serait inexplicable. Ce qui est par contre certain c’est qu’il s’est gardé de l’imitation ou de la copie pure et simple. Le tlacuilo de notre Codex a “connu” le Codex de Coacalco qui n’est pas du XVIe siècle et qui s’écarte déjà de la tradition et dont il “reproduit” uniquement la première page. Cette liberté dans l’exécution des dessins est remarquable et s’explique par l’adoption des conventions nouvelles.

GLYPHES. ELEMENTS PHONETIQUES DE L’ECRITURE TRADITIONNELLE

  • 148 Voir : Glyphe calli dans le Codex Mendoza.
  • 149 Codex de Coacalco, f. Ir.
  • 150 Idem.
  • 151 Relación geográfica de Zempoala. Mapa.
  • 152 Voir aussi : Chap. Paysage phonétique, p. 177
  • 153 Glyphe Coaxomulco, Codex Mendoza, fichier, No 151.

Dans le Codex de Zempoala on trouve un certain nombre d’éléments pictographiques dérivés directement de l’écriture traditionnelle et qui transcrivent des syllabes. Nous présentons ici une liste d’éléments dont le caractère traditionnel est incontestable.

Calli :

élément phonétique, représentation de la première syllabe du mot caltzalan et des deux dernières du mot tlaxilacalli, s’éloigne de la tradition par la technique du dessin. Ses deux plans modifient le glyphe traditionnel calli : la maison indienne traditionnelle telle qu’on la trouve par exemple dans le Codex Mendoza148.

Cempoalli :

au lieu d’employer le signe traditionnel de la vingtaine, le drapeau, pantli, cempoalli, le tlacuilo dessine vingt unités. Ainsi il exprime les deux premières syllabes du mot cempoalteca. Cet élément se retrouve identique à celui du Codex de Coacalco149.

Iczotl :

il est représenté comme un arbre à feuilles pointues. Phonétiquement il correspond aux deux premières syllabes du glyphe Iczotitlan, nom de lieu. Le suffixe –tlan semble transcrit par la répétition du palmier.

Ixtli :

mal dessiné, cet élément fait partie de l’ornement de la manche d’Ixtlilxochitl, figure l’équivalent phonétique des deux premières syllabes de ce nom. Il est analogue à celui du Codex de Coacalco150.

Metl :

élément phonétique, représentation de la première syllabe du toponyme Metepec (Fo 5r) et du mot meyollotl, racine du mot meyotoc (planté de magueys) (Fo 5r, Fo 8r, etc) se trouve fréquemment dessiné dans notre Codex. Le style de son dessin ne s’éloigne pas beaucoup des glyphes traditionnels, car dans la représentation phonétique des mots, les plantes n’y avaient pas de racine, ce qui se retrouve dans notre manuscrit. Une légère nuance s’introduit dans le dessin, car on trouve une ébauche de volume, formée par une ligne qui représente le creux de la feuille ; cela est une marque sûre d’une recherche de la perspective.

Nopalli :

cet élément phonétique forme également les deux premières syllabes du nom de lieu Nopalla (Fo 9r) et se trouve en décalage d’une page avec les notes (Fo 8v). Le dessin correspondant du nopalli est presque traditionnel.

Quilitl :

cet élément représente phonétiquement la deuxième syllabe –quil– du toponyme Tzin/quil/ocantepetl et il est tracé en gris-vert. Il est très loin de la tradition ; il est sans contour, sans forme rappelant une plante conventionnelle. Il fait partie des éléments communs aux Codices de Coacalco et de Zempoala (Fo 1v).

Tecpatl :

couteau (tecpatl) de silex (?) représentant phonétiquement les deux dernières syllabes du nom C/Zempoalteca (tecpatl pour –teca) et fait également partie des éléments analogues de la page du Codex de Coacalco (Fo 1v).

Teocalli :

cet élément représente une église, ce qui évidemment est une figuration postcolombienne ; mais il fonctionne phonétiquement et symboliquement et correspond au mot teocalli. Dans la page correspondante trône le temple chrétien central de Zempoala (Fo 3v) avec ses deux ou trois plans (façade et côté) et le mur de l’enceinte, “atrio”. Cette pictographie est européenne par la technique et par le sujet.

Tepetl ;

dessin représentant phonétiquement la montagne_(tepetl) et l’équivalent des deux dernières syllabes du nom de lieu Tzinquitucantepetl. La parenté de cet élément avec l’élément équivalent du Codex de Coacalco s’impose (Fo 1v) ; il n’évoque que de loin le glyphe tepetl traditionnel.

Tzintli :

ce mot est exprimé par la base de la montagne même (tzintli) et non, comme dans la tradition, par la partie inférieure du corps humain. Pourtant, traditionnellement, c’est la position de l’élément qui nous donne sa propre lecture phonétique.

Tzontecomatl :

l’élément phonétique qui exprime les trois syllabes du nom de personne Tzontecomatl (la tête séparée du tronc), est très près de la tradition. Mais sa réalisation obéit aux conventions nouvelles. Dans les manuscrits traditionnels le même mot s’exprime par le dessin d’une seule tête151. Nous allons voir qu’un autre élément entre en composition.

Tzontli :

le cercle ici représente phonétiquement l’unité multiple de quatre cent (tzontli). Dans les manuscrits traditionnels cette unité est représentée par une touffe de cheveux (tzontli : quatre cents ou touffe de cheveux).

Uey :

ce mot est traduit par l’expression pictographique d’un chiffre traditionnel dont on n’utilise que la dernière syllabe. Le chiffre huit se disant chicuey en nahuatl, la dernière syllabe donne uey (car chicuey est formé de chicome : cinq, et yeyi : trois) et seule la combinaison de ces deux mots donne la prononciation “wey” à la fin du mot152.

Xochitl :

la représentation phonétique du mot xochitl, la fleur, est ici autour du cou du personnage (Fo 1v), comme une sorte de collier double, figurant une fleur à double corolle (doubles pétales).

Xumulli :

cet élément phonétique exprimant –xomul–, deux syllabes de (xumulli : le coin) du nom de lieu Tlaxomulco, est figuré par des magueys plantés en forme d’équerre. Dans le Codex Mendoza le même glyphe est figuré par un instrument en bois en forme d’équerre153.

Méthode

10Nous avons réuni ces seize éléments de l’écriture traditionnelle de notre Codex dans un tableau et nous en faisons une transcription phonétique (Tabl. 32). Ils ont été de plus représentés graphiquement sur trois planches (P1. 87, 88 et 88A).

PAYSAGE PHONETIQUE

11Le tlacuilo des Techialoyan ne semble plus connaître toutes les règles de l’écriture pictographique traditionnelle conservée pendant les XVIe et XVIIe siècles, ou essaie d’en ignorer certaines. Son expression n’est plus limitée par la tradition et par les contraintes strictes de celle-ci. Ainsi il agrandit les dessins, les transforme en une sorte de “paysage” comparable à celui que tracerait, dans un tableau, un peintre indien qui aurait appris les techniques de dessin européennes et qui les emploierait “maladroitement”. Mais ce “paysage” reste une représentation imagée des syllabes des noms de lieu par exemple. Il devient alors un paysage qui parle et peut donc être lu. Suivant une suggestion de D. Robertson nous avons appelé ce paysage, le paysage “phonétique”. On trouve ainsi réunis deux aspects apparemment hétérogènes : le phonétique et l’image.

12Nous sommes donc devant une espèce de compromis entre l’écriture et le paysage, devant un “brouillage” qui accentue l’unité déjà traditionnelle entre le dessiné et l’écrit, jouant ainsi sur leur “ambiguïté”.

13La transformation de l’écriture en un paysage européen est une tendance vers la liberté du dessin qui est déjà présente dès le XVIe siècle. Les tlacuilo ressentant de nouveaux besoins, influencés par les manuscrits européens et surtout par le livre imprimé importé d’Espagne, essaient de produire des illustrations de pleine page et donnent à certaines de leurs pictographies l’allure de pages de titre ou d’illustrations européennes. Même s’ils utilisent des glyphes traditionnels isolés ou combinés avec des dessins iconographiques d’images de saints, ils les transforment en paysage de fond en les agrandissant jusqu’à remplir la page.

  • 154 B.N.P., Manuscrit mexicain, No 387.

14Ainsi dans le Codex Matrícula de Huexotzingo les toponymes deviennent glyphes traditionnels agrandis qui servent aussi de motifs ornementaux, de “toile de fond”. Sur une telle “toile de fond” sont placées les images d’iconographie chrétienne qui représentent des noms de lieu. Dans ce Codex les dessins de toponymie sont très nets ; ils conservent toutes les caractéristiques traditionnelles, malgré l’agrandissement qu’ils ont subi et l’usage ornemental et plastique qu’il en a été fait154.

  • 155 Voir : Manuscrits Techialoyan, type “livre”.

15Dans le manuscrit de Zempoala nous trouvons plusieurs exemples de ces glyphes-paysages. Certains sont flous et quelques-uns imprécis (notamment la page Fo 1v). Ce qui est remarquable c’est qu’ils sont employés assez fréquemment dans d’autres manuscrits du groupe155. C’est pourquoi on peut avancer l’hypothèse d’une nouvelle tradition. En effet, il est intéressant de remarquer que les mêmes dessins, les mêmes glyphes expriment les mêmes sons, les mêmes toponymes ou les mêmes descriptions topographiques. On constate un usage quasi systématique des mêmes éléments, ce qui en fait une forme nouvelle de l’expression pictographique.

16Voici quelques exemples de paysage phonétique contenus dans notre manuscrit :

Caltzalan :

(Fo 4r). L’intérieur de la ville, les rues de Zempoala sont matérialisées par une douzaine de maisons à toit en terrasse,

placées en trois rangs verticaux plus ou moins irréguliers qui donnent l’équivalent phonétique de calli : maison, première syllabe de caltzalan (entre les maisons).
Sur une autre page (Fo 13v) les rues de San Juan Tepemaxalco ont été figurées par une quinzaine de bâtiments bas à toit en terrasse, répartis sur quatre rangées verticales plus ou moins régulières ; ce qui est encore une fois la représentation phonétique de la première syllabe cal– et –tzalan : entre, pour les espaces entre les maisons (Pl. 88 et 80-1). Il est aisé de remarquer que l’on se trouve devant le même paysage transcrivant le même mot. Le nombre des maisons n’intervient pas dans la lecture ; seules, comptent, les rangées et la disposition des éléments.

Iczotitlan :

est traduit par deux palmiers (iczotl) qui sont la représentation phonétique du nom (Pl. 88-8). La répétition de l’élément “palmier” correspond à la transcription du suffixe –tlan.

Ixtlilxochitl :

c’est un anthroponyme traditionnel, un ensemble de cinq yeux dessinés à l’envers et très stylisés, posés sur le vêtement du personnage (Fo 1v). L’un de ces yeux exprime phonétiquement ixtli : oeil c’est-à-dire les deux premières syllabes du nom. Le nom se complète par le double collier qui se trouve autour du cou du personnage ; double collier qui est en fait une fleur –xochitl à double corolle.

Metepec :

(Fo 6v). C’est un lieu habité représenté par cinq maisons en haut ; en bas de la page on trouve un très haut maguey, placé entre deux arbres. Le maguey étant l’élément phonétique principal est aussi haut que les arbres, ce qui souligne son importance dans la pictographie : me (de metl : maguey) –tepe– (de altepetl : la localité), et –c suffixe de nom de lieu qui n’est pas exprimé ici par la pictographie (P1. 88-7).
Dans la page (Fo 7r), Metepec est dessiné comme dans le cas précédent, avec cette différence qu’on a placé une église au centre et trois maisons (P1. 88-8).

Meyotoc :

il se trouve dans de nombreuses pages (Fo 5r, Fo 8r, Fo 11r, Fo 12r, etc.) ; il remonte à meyollotli (metl + yollotli) qui signifie le jet, le rejeton du maguey, et à toca qui signifie planter. L’ensemble donne phonétiquement l’endroit planté, cultivé de magueys et il est dessiné par un maguey (Pl. 88-7).

Nopallan :

le dessin d’un nopal est figuré dans le Fo 8v conçu avec le Fo 9r ; ce nopal est la représentation phonétique des deux premières syllabes (de Nopalli : nopal) du toponyme apparaissant dans les notes de la page (Fo 9r) (Pl. 87-7).

Teocalli :

(Fo 3v), le temple, l’église de Zempoala, est représenté par le dessin d’un bâtiment religieux, avec un “clocher” à deux étages placé à gauche de la façade. Tout autour, un mur bas délimite l’enceinte.

Tlaxilacalli :

quartier. Nous le trouvons associé plusieurs fois dans le Codex, au dessin de plusieurs maisons dont l’une est l’expression phonétique des deux dernières syllabes (–calli : maison) (Fo 4v, Fo 5r, etc.) (Pl. 87-1, Pl. 88A-3).

Tlaxomulco :

“le coin de terre” (ou “les terrains en coin”) est exprimé phonétiquement par le dessin de cinq magueys disposés en équerre (xomulli : le coin) (Fo 15r) (Pl. 88-4).

Tzinquilocantepetl :

(Fo 1v). “la colline/ou la montagne avec des herbes au pied/ou à la base” est traduit par le dessin de deux monticules qui se suivent et sont les représentations phonétiques de tepetl : montagne ; le dessin des herbes de quilitl : herbe, placées entre les deux et à la base (tzintli). Ce dernier mot est figuré dans le dessin uniquement par l’emplacement des herbes. Les montagnes sont très différentes du glyphe classique tepetl, ainsi que les herbes du glyphe quilitl. Le dessin se retrouve dans le Codex de Coacalco (Pl. 88-1).

Uey Tzontecomatl :

(Fo 2v). Le dessin de huit têtes séparées de leurs troncs exprime phonétiquement ces deux mots, car la tête séparée du tronc se dit en nahuatl tzontecomatl ; le chiffre huit est chicuey dont la dernière syllabe forme le premier mot (Pl. 88-2).

C/Zempoala :

(Fo lv). Ce toponyme est figuré par le collier formé de vingt couteaux (de silex ?). On trouve cempoalli : vingt et tecpatl : le couteau ; ces deux éléments ensemble donnent cempoaltecpatl (Cempoalli + Tecpatl = cempoaltecpa pour cempoalteca) ou indirectement la terre ou la ville des cempoalteca, c’est-à-dire C/Zernpoala (Pl. 88-5).

Le lecteur trouvera réunis ces exemples de paysage phonétique dans deux tableaux où les mots sont décomposés par éléments syllabiques ; et dans une planche où ils sont représentés graphiquement (Tabl. 31, 32) ; (Pl. 88).

17Les exemples ci-avant énoncés illustrent parfaitement la tendance au compromis, au brouillage entre le paysage et l’écriture syllabique. Les dessins sont à la fois “décor” et représentation imagée des phonèmes de la chose représentée. Image et transcription phonétique vont de pair. C’est bien cette unité, cette “ambiguïté” qui rend l’analyse difficile.

18En soi, ce compromis n’est pas nouveau, car il se fonde sur la double fonction phonétique et plastique des glyphes traditionnels. Ce qui est nouveau, c’est la transformation de ces glyphes sous la pression de nouvelles conventions. Tout se passe comme si l’expression graphique changeait, sans que le fonctionnement des éléments mis en oeuvre soit modifié. One peut même dire que le paysage ou l’aspect image des glyphes traditionnels s’accentue tout en restant dans les cadres de la mentalité indigène. C’est moins les fonctions des éléments qui changent que leurs dimensions, leurs proportions.

  • 156 Galarza, J. Phonetic landscape... (inédit).

19Ces remarques seront approfondies dans une étude que nous préparons et qui a en vue le paysage phonétique dans les autres manuscrits Techialoyan où leur nombre est bien plus important que dans notre Codex156.

FONCTIONS PHONETIQUE ET PLASTIQUE

20La transformation des glyphes traditionnels en paysage phonétique et celle, inverse, des paysages plastiques en éléments phonétiques de l’écriture sont rendues possibles par la double fonction des pictographies traditionnelles. Nous avons déjà parlé des fonctions de ces éléments en introduction de ce travail. Ici, nous essaierons de grouper un certain nombre d’éléments fournis par l’analyse thématique.

21Dès l’époque précolombienne les dessins des éléments pictographiques avaient une double fonction phonétique et plastique (parmi d’autres, bien sûr). Phonétiques, car ces éléments transcrivaient des syllabes de la langue nahuatl ; ils étaient des unités minimales graphiquement reconnaissables et prononçables. Plastiques, puisque partie d’un ensemble dessiné, d’une composition plastique. Plastique et phonétique ne s’opposaient nullement. Les signes phonétiques, les éléments syllabiques des glyphes étaient “décoratifs, artistiques” dans le bon sens des termes ; ils étaient utilisés par les tlacuilo en tant qu’élements de composition plastique sans perdre en cela leur valeur phonétique.

  • 157 Voir : Chap. Personnages. p39

22Les éléments Techialoyan de notre Codex possèdent les mêmes caractéristiques. Ainsi les personnages (en tant que dessins) ont une fonction plastique, car, dans la composition d’une page, ils font partie d’une scène ; certains ont aussi une fonction phonétique, car ils transcrivent le mot altepehuaque157.

23Les églises aussi ont une valeur phonétique et transcrivent le mot teocalli ; elles jouent le rôle de signes pour les noms de lieu chrétiens. Plastiquement elles entrent dans la composition du “paysage”. les maisons en font autant, tout en étant la transcription d’une ou de deux syllabes : cal–, –calli ; elles jouent aussi le rôle de signes des unités de compte (recensement des habitants ?).

  • 158 Voir : Chap. Limites. p. 87

24Les plantes fonctionnent aussi phonétiquement et transcrivent des toponymes et des mots qui se réfèrent à l’agriculture et aux bornes158. Elles n’en n’ont pas moins le rôle d’éléments plastiques dans une composition.

25Quant aux cercles, ils transcrivent le mot –tzontli. Ils sont les seuls éléments qui ont une valeur plastique relativement minime, puisque leur emplacement les met en dehors des “scènes” et du “paysage”. Ils ne jouent de rôle plastique qu’indirectement, dans “l’ordre et l’harmonie” de l’ensemble du manuscrit.

26On voit donc que la fonction plastique et la fonction phonétique des éléments graphiques dans la composition d'un ensemble ou d’une page viennent renforcer la complexité des dessins Techialoyan et en accentuent l’aspect traditionnel. Il est pour le moment très difficile de formaliser “les lois” de leur fonctionnement. L’essentiel est de rendre la lecture possible, et c’est cela que nous visons surtout dans ce travail.

SYMBOLISME ET REALITE

27Les éléments pictographiques que nous venons d’étudier remplissent deux autres fonctions, selon la polyvalence des éléments dont nous avons parlé. Aux fonctions plastique et phonétique s’ajoutent la fonction symbolique et la fonction “réaliste”. Par fonction symbolique nous entendons le fait qu’un élément graphique se réfère à une idée, à une qualité dont le dessin est la représentation imagée ; alors que par fonction “réaliste” cet élément se rapporte à un état de choses ayant réellement existé dans le passé, au moment de l'établissement du manuscrit. L’élément est à la fois représentation symbolique et représentation “réaliste”. Il est ainsi doublement articulé. Amateurs curieux et spécialistes se heurtent à des questions telles que l’opposition glyphe-représentation “réaliste”, symbole-objet réel. Comment, se demande-t-on, un élément graphique est-il symbole et expression directe de l’objet réel ? La question implique déjà l’opposition des fonctions en question, alors que les dessins Techialoyan de notre Codex permettent d’entrevoir la possibilité de la réconciliation des contraires. Parler de la polyvalence des éléments c’est déjà essayer d’accéder à cette complexité de l’écriture traditionnelle.

28Examinons les éléments fournis par notre manuscrit.

29Si les personnages sont les symboles des indiens nobles et des propriétaires, ils sont individualisés par le dessinateur (technique du “portrait”), ce qui accentue leur réalité, le fait qu’ils sont des personnages “historiques”, c’est-à-dire ayant existé dans un lieu et dans une époque déterminée.

30Si les constructions sont des symboles, elles se réfèrent aussi à la réalité. Ainsi les églises sont le centre du lieu urbain, la ville, le village, le quartier ; et, par des détails du dessin, des églises réelles qui ont existé dans des lieux identifiés. Les maisons sont à la fois symboles du lieu habité (rues) et des familles propriétaires des terres communales. Elles ne cessent pas pourtant de représenter les maisons indiennes du Haut Plateau (rez-de-chaussée, toit à terrasse).

31Les plantes sont le symbole de l’agriculture et l’expression de la réalité des bornes végétales qui déterminaient la limite des terres du village.

32Les cercles, éléments très dépouillés, sont certes le symbole du cadastre traditionnel en tant qu’unités multiples d’un compte indigène. Dans ce cas la représentation directe de l’objet est supprimée. Ce qui signifie qu’ils sont des “signes” dont l’aspect graphique ne se réfère plus à une réalité. La fonction “réaliste” du signe graphique ne joue donc plus dans le cas des cercles de notre Codex et même de tous les manuscrits Techialoyan.

33Parmi les exceptions nous avions rangé les montagnes de la première page. Ces montagnes existent jusqu’à maintenant, ce qui signifie que le dessin figure une limite naturelle du village tout en symbolisant la limite des terres. Elles ne sont donc pas un élément de paysage imaginaire. Symbole et réalité, mais aussi phonème imagé et élément plastique, les montagnes groupent les quatre fonctions étudiées.

34Là, évidemment, une question se pose : les fonctions des éléments ainsi dégagées sont-elles les seules ou y en a-t-il d’autres ? Au stade de nos recherches, il nous est impossible de donner une réponse car nous ne connaissons pas encore toutes les “lois” du “système”. Leur mécanisme nous échappe. Mais déjà les éléments Techialoyan nous permettent d’entrevoir la complexité du “système” des manuscrits traditionnels précolombiens ou seulement plus anciens.

35Une seule certitude se dégage de cet effort de lecture des éléments pictographiques, à savoir que les traits, les catégories, les fonctions qui, pour un européen, sont contradictoires, n’apparaissent pas comme tels pour la mentalité indienne. Il est certes dangereux de parler d’une autre “logique”, mais il est permis de parler d’une autre forme de pensée pour laquelle l’image et le son, le symbole et la réalité ne s’opposent pas. L’écriture traditionnelle indigène, telle que nos recherches nous la laissent prévoir, semble combiner tout cela. On peut ajouter aussi la conception de l’espace, car, comme nous l’avons démontré, la disposition des éléments graphiques de l’écriture intervient dans la transmission du contenu.

36Cela semblerait-il une “aberration” ou un scandale, il n’en reste pas moins vrai que cela fait partie d’une autre conception de l’écriture.

PERSPECTIVES

37Dans cette étude nous avons posé un certain nombre de problèmes que nous avons essayé de solutionner. Les résultats proposés laissent le champ toujours ouvert, car l’étude des manuscrits Techialoyan n’en est encore qu’à ses débuts. Il reste beaucoup de documents inutilisés dont l’importance pour la connaissance des XVIIe et XVIIIe siècles est méconnue.

38Nous esquissons tout un programme permettant de circonscrire un domaine de recherche :

  • une analyse méthodique de tous les Codices Techialoyan ;

  • l’étude de l’écriture en caractères latins qu’il faudra comparer avec l’écriture des documents imprimés légaux susceptibles d’être parvenus aux villages indiens du XVIIe siècle ;

  • le dépouillement systématique dans les archives mexicaines des dossiers de litiges de terres des villages indiens contre les “Haciendas” ou contre les fonctionnaires espagnols ;

  • les problèmes des “ejidos”, propriété commune des villages, ce qui contribuera à la connaissance de la propriété collective indigène dans le Mexique du XVIIe siècle. Il faudrait essayer de trouver des documents européens où il serait question de demandes faites aux villages indiens de fournir des preuves écrites de la légalité de leur propriété, de leur prétention aux droits légitimes ;

  • l’étude historique des lois agraires concernant les Indiens ;

  • le problème des impôts privés et communs, celui des nouvelles dispositions espagnoles qui auraient entraîné l’obligation de fixer par écrit le recensement et le cadastre des villages indigènes ;

  • la propriété privée des Indiens et les droits des familles nobles (ou des notables) reconnus par la Couronne espagnole ;

  • l’étude sur le terrain des villages étudiés à travers les sources Techialoyan, afin de connaître les survivances.

39Ce programme, s’il est réalisé un jour, offrira les moyens d’écrire autrement que ce n'est le cas aujourd’hui, l’histoire régionale mexicaine. Il est évident que l’entreprise est difficile et qu’elle dépasse les limites des forces d’un individu, d’un seul spécialiste. C’est uniquement d’un long et patient travail en groupe interdisciplinaire qu’on obtiendra la solution des problèmes posés ; qui plus est, on aboutira surtout à la compréhension des “lois” du “système” du mode d’expression et à celle de la mentalité indigène qui créa les Techialoyan. Leur étude, en tout cas, remet en question un certain nombre d’à priori concernant la mentalité indigène et le processus d’acculturation. Le fait que des éléments de l’écriture traditionnelle se soient perpétués jusqu’au XVIIIe siècle montre que cette acculturation ne s’est pas faite sans résistance, au moins implicite, de la part des Indiens, et c’est bien la trace d’une telle résistance que l’on trouve dans les éléments traditionnels des manuscrits Techialoyan. C’est grâce à une telle résistance (peu importe que ce soit conscient ou non) que s’expliquent les transformations apportées aux éléments européens. Les Techialoyan dénotent dans la mentalité indienne, une grande activité d’assimilation et un pouvoir de modification de ce qui est appris dans le sens indigène.

Notes

147 Robertson, D. The Techialoyan codex... 1960, p. 120

148 Voir : Glyphe calli dans le Codex Mendoza.

149 Codex de Coacalco, f. Ir.

150 Idem.

151 Relación geográfica de Zempoala. Mapa.

152 Voir aussi : Chap. Paysage phonétique, p. 177

153 Glyphe Coaxomulco, Codex Mendoza, fichier, No 151.

154 B.N.P., Manuscrit mexicain, No 387.

155 Voir : Manuscrits Techialoyan, type “livre”.

156 Galarza, J. Phonetic landscape... (inédit).

157 Voir : Chap. Personnages. p39

158 Voir : Chap. Limites. p. 87

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search