Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Codex de Zempoala

 | 
Joaquín Galarza

Quatrième partie : texte nahuatl en caractères latins

Texte intégral

ETUDE DU TEXTE

PRELIMINAIRES

1Dans les manuscrits Techialoyan, les notes en caractères latins sont très abondantes et de deux sortes :

  • un texte sans pictographie, assez long, soit au début, soit à la fin du Codex

  • des phrases intercalées dans les pictographies.

2Ici, dans le Codex de Zempoala, le “texte long” et les notes en nahuatl sont réduits aux phrases qui accompagnent les pictographies. Le texte “long” en caractères latins manque à la fin du Codex. Il est possible qu’il n’ait pas été placé au début du manuscrit car le document débute par une page en blanc. En effet, la première page (F" 1r) paraît avoir été utilisée telle une sorte de couverture ; formée comme les autres de deux couches de fibres végétales, elle ne semble pas avoir comporté des éléments pictographiques ou des notes. Ces notes et ces textes, intercalés dans les dessins du Codex ont été traduits et publiés par Mc Afee, mais séparés des pictographies ; ainsi ils ont perdu beaucoup de leur sens. En regardant les notes isolément et l’une après l’autre, on constate qu’elles ne sont pas un texte suivi, rédigé pour être ensuite découpé et appliqué à chacune des pages pictographiques. Néanmoins, il a pu être mis au point à l’avance, mais en tenant compte des pictographies. Pour cette raison il est indispensable de considérer pictographies et texte ensemble. Les phrases ne forment pas un tout par elles-mêmes et leur but serait plus que d’expliquer chacune des pictographies dans leurs pages respectives, de compléter les idées exprimées par les pictographies ; sans elles, les notes ne pourraient pas exister. L’auteur ou les auteurs du texte écrit n’ont pas agi comme on le ferait pour l’explication d’illustrations d’un texte imprimé. Néanmoins d’une façon assez concise, ils ont résumé les caractéristiques importantes du dessin de chaque page, peut-être même celles qu’ils voulaient faire remarquer spécialement en une ou deux phrases, parfois encore par des mots isolés ; ils les ont placés entre les dessins, non pas pour expliquer ceux-ci, mais pour les compléter d’une façon, la plupart du temps, rapide et brève.

3Dans la mise en page des pictographies, l’espace pour les notes n’a pas toujours été réservé ; et le “scribe” qui devait les écrire postérieurement aux dessins du tlacuilo s’est trouvé parfois devant des problèmes pour les insérer au milieu des pictographies. L’ordre logique des phrases en a occasionnellement été bouleversé (Pl. 82 et 84). Ceci, nous pouvons le constater dans les schémas de mise en page des notes et des dessins (Pl. 81 à 84).

4Les notes n’expliquent pas tous les détails du contenu du dessin ; quelquefois certains ont dû être supprimés ou oubliés. D’autres fois, par cette extrême simplification ou réduction, par cette forme trop concise, les phrases sont devenues quelque peu obscures (par exemple, le mot tlaxilacalli – “barrio, quartier” s’applique-t-il au nom de lieu qui le précède ou qui le suit ?).

5Si nous réunissons toutes les phrases du texte écrit, nous nous apercevons qu’elles ne forment pas un ensemble. Il ne s’agit pas d’un texte unique suivi et distribué dans la totalité du manuscrit, page par page. Ceci est confirmé par les traductions devenues classiques faites par Mc Afee suivi de Barlow, qui ont publié ces notes isolées (Note 125).

6La composition interne de notre manuscrit ne nous a pas permis de séparer totalement l’exposé de l’étude du texte en caractères latins, de celui des pictographies. Toute notre méthode de travail a été fondée sur les rapports dessins-texte. Des références et des renvois aux chapitres où étaient effectuées les analyses partielles du texte ont été nécessaires. Ainsi, nous retrouvons dans le chapitre du contenu thématique, la partie qui traite des thèmes conduits par les notes en caractères latins, analysés sous forme de mots-clés (Note 126). Aussi avons-nous inclus dans les sous-chapitres :

  • personnages, l’étude des noms de personne (anthroponymie) ;

  • contenu géographique, l’étude des noms de lieu (toponymie).

7Dans les fiches :

  • d’analyse descriptive (Note 126bis) nous trouvons les sections réservées aux notes et aux rapports notes-dessins ;

  • de contenu thématique (diagrammes) nous disposons des planches consacrées aux notes (Pl. 48 à 78 suivies d’un “A”), telles qu’elles permettent de voir les rapports dessins-texte.

8Dans le chapitre Style nous considérons les notes en caractères latins sous deux formes :

  • leur distribution dans l’ensemble (mise en page),

  • leur place dans le sens de lecture de chaque page (Note 127).

9Donc, pour examiner l’ensemble des questions posées par le texte, nous devons nous référer aux différents chapitres et fiches cités précédemment.

10Le chapitre Texte nahuatl en caractères latins traite des questions suivantes :

  • introduction sur le texte dans les manuscrits Techialoyan, avec ses nouveaux aspects ; rapports dessins-texte, style de l’écriture ;

  • sous-chapitre sur les éditions du Codex de Zempoala, au cours duquel nous envisageons surtout le problème des traductions du nahuatl.

  • reproduction du texte de l’ensemble du Codex afin de faciliter la comparaison (malgré toutes nos réticences quant à la séparation notes-pictographies telle qu’elle a été pratiquée jusqu’à maintenant). Cela permet aussi de présenter un texte à ceux qui s’intéressent exclusivement au nahuatl transcrit en caractères latins.

11Dans les fiches les notes en caractères latins ont été organisées de la manière suivante :

  • nahuatl (paléographie originale) (Galarza)

  • nahuatl (paléographie mots découpés) (Galarza)

  • traduction anglaise de Mc Afee

  • première traduction française (Galarza)

  • deuxième traduction française à partir des pictographies (Galarza)

12Dans ces fiches d’analyses nous avons formulé des commentaires détaillés sur la traduction anglaise et nous avons ajouté des notes à la traduction française, qui sont groupées sous les rubriques : noms de personne, comptes, nahuatl, etc. Nous avons établi des planches à partir des dessins de chaque page du manuscrit, où sont intercalées les phrases de la première traduction française (Pl. 17 à 47).

MOTS – CLES

13Pour procéder à l’analyse du contenu des notes et en comparer le résultat avec celui des pictographies nous avons considéré les mots les plus représentatifs, c’est-à-dire, ceux qui nous ont paru contenir les idées exprimées dans le texte. Nous avons extrait des phrases les mots qui reviennent à plusieurs reprises comme fil conducteur de la même idée et que nous avons appelés “mots-clés”. Nous avons ainsi trouvé des thèmes qui ont un rapport direct avec ceux contenus dans les pictographies ; ils s’associent avec elles pour compléter leur contenu thématique. Les résultats des comparaisons (pictographies-mots clés) ont été mis sous forme de tableau pour chaque page (Tabl. 1 à 7).

14Pour mettre en parallèle le contenu thématique des mots-clés avec celui des éléments pictographiques, nous avons groupé ces mots-clés sous cinq thèmes :

  • Présentation du manuscrit.

  • Propriétaires des terres.

  • Agriculture.

  • Bornes, limites.

  • Comptes de terres.

PRESENTATION

15Les mots : Ye nis, nis de Yeni – celui que se trouve, et nis – ici, là, muni de maní, p. omanca – être, se trouver, être placé,

16sont en rapport avec les personnages dans leur rôle de présentateurs du manuscrit.

PROPRIETAIRES DES TERRES

17Les mots : altepetl – la ville,

18altepetlalli – les terres de la ville,

19tlaxilacalli – le quartier, et tous les noms de lieu chrétiens et indigènes,

20altepehuaque – les habitants de la ville,

21yaxca, ymaxca de axcaitl, axcatl – bien, propriété,

22sont en rapport avec les éléments pictographiques : personnages, plantes, constructions civiles et religieuses qui représentent la propriété privée et collective.

AGRICULTURE

23Les mots : meyotoc de meyollotl – rejeton du maguey et

24toca – semer, ensemencer,

25mocil de mochi – tout,

26sont en rapport avec les plantes, culture des terres.

BORNES. LIMITES

27Les mots : nenemicoaxochtli de nenemi, fréq, de nemi – demeurer, habiter, aller, marcher, et coaxochtli pour quaxochtli – les limites,

28necoccanpa – aller de deux côtés, de part et d’autre,

29sont en rapport avec les plantes, bornes végétales.

COMPTES DES TERRES

30Les mots : –tzontli – quatre cent,

31–poalli – vingt,

32quiçehuyca de uica, huica – aller avec d’autres

33mecatl – corde,

34tlali – terre,

35mecatlali – corde de terre,

36sont en rapport avec les comptes figurés par les cercles dans les pictographies.

ECRITURE

37Pour les notes en caractères latins, les manuscrits Techialoyan possèdent un style d’écriture très particulier ; il est commun au groupe, avec de minimes différences personnelles à chaque “scribe”. Ce type d’écriture est une des caractéristiques qui définit le groupe et permet d’identifier comme faisant partie des Techialoyan des fragments isolés de pages ne contenant que du texte. Les lettres sont peut-être plutôt dessinées au stylet ou avec un bâtonnet, voire une plume, qu’écrites. Elles forment de longues lignes, sans séparation entre les mots. A part les “y” (i grecs), elles sont toutes des minuscules ; ni les noms propres, ni les noms de lieu ne sont indiqués par des majuscules, pas plus que les débuts des paragraphes. Les lettres inspirées de la typographie seraient dessinées par quelqu’un qui aurait connu les textes imprimés et les aurait copiés, tout en apportant ici et là quelques transformations dues à son habitude de manier la plume dans l’écriture “manuscrite”. Pourquoi avoir employé cette technique ? Peut-être en partie à cause du papier dont la rugosité rendait difficile l’écriture “manuscrite” normale. Mais, il existe des manuscrits du XVIe et du XVIIe siècles faits sur du papier indigène aussi rugueux que celui des Techialoyan (Ex. dans la Bibliothèque Nationale de Paris, Biblioteca Nacional de México, Newberry Library de Chicago) et où l’écriture n’est pas déformée par le papier.

38Le style reste celui de l’époque ; comme il a été utilisé dans d’autres documents faits sur papier européen. Nous ne croyons pas qu’il existe d’autres documents à part les Techialoyan et certains manuscrits en rapport avec eux, où ce genre de style d’écriture soit employé. Les lettres sont formées d’éléments incurvés plus ou moins uniformes ; ce qui complique la lecture des lettres telles que “m, n, u”. Elles sont de grande dimension, s’inclinent vers la droite. Elles sont isolées, c’est-à-dire dessinées individuellement, sans lien de lettre à lettre dans chaque mot, à part quelques rares exceptions ; dans notre manuscrit, les “te, tl, tz” sont entrelacés. La plupart sont sobres, mais certaines possèdent des traits d’ornement calligraphique “razgueos”, surtout les “y, z, p et q”. Un “n” orné d’un grand trait final, est le seul exemple dans notre Codex (Fo 4r).

39Nous avons réuni dans un tableau les exemples des lettres dessinées” qui figurent dans le Codex de Zempoahi : a, c, ç, ch, e, h, i, l, m, n, o, p, q, s, t, te, tl, u, x, y, tz, z, avec les exemples de “razgueos” (Pl. 100).

40Gómez de Orozco s’est penché sur le problème de l’écriture des manuscrits Techialoyan, il a été le premier à essayer de l’identifier afin de tenter de dater ces manuscrits. Il la compare avec d’autres écritures employées dans l’Espagne du XVIe siècle “procesal, uncial” ; il finit par la rattacher à la “latina cancilleresca” appelée plus tard “bastarda” ou bien grifa (Note 128). Il en cherche l’origine chez les imprimeurs utilisant les caracteres aldins, griffes ou bâtards. S’il constate que ce genre d’écriture se propage en Espagne aux XVIIe et XVIIIe siècles, à son avis les manuscrits Techialoyan ne peuvent être postérieurs au XVIe siècle. Pour expliquer l’influence de cette écriture (utilisée avant le XVIIe siècle en Italie, aux Pays-Bas et dans le Nord de la France) dans les documents Techialoyan, il pense que Fray Pedro de Gante, flamand d’origine, l’aurait importée directement des Flandres pour l’enseigner à ses disciples indiens dans son école de “San José de Belén de los Naturales”. Or, puisque nous pouvons affirmer que les manuscrits Techialoyan n’ont pu être faits au XVIe siecle, il en résulte que les rapports entre le groupe de tlacuilo et de “scribes” qui produisent les manuscrits Techialoyan et Fray Pedro de Gante n’ont pu exister d’aucune manière.

41Nous croyons, au contraire, que cette identification avec les caractères “aldins”, griffes ou bâtards ne peut-être qu’un élément supplémentaire pour situer les manuscrits Techialoyan à une époque plus tardive. En effet, si cette écriture devient populaire en Espagne à partir du début du XVIIe siècle, elle n’a pu parvenir que sous forme de feuilles imprimées et bien tardivement aux fonctionnaires indiens des petits villages mexicains, surtout en ce qui concerne des litiges les intéressant. Pourtant, certains documents officiels sous forme de formulaires à remplir furent imprimés à Mexico dans les dernières années du XVIe siècle et avec des caractères semblables aux caractères “aldins”, comme la “letra itálica o cursiva. L’imprimeur Pedro Balli, par exemple, l’utilise dans les exemplaires du “Formulario para la información acerca de la limpieza de linaje” dont il nous est parvenu un document daté de 1594 (Note 129). C’est postérieurement à cette date que nous croyons devoir chercher la comparaison avec les documents espagnols imprimés. Il est frappant de constater la ressemblance des “caractères” imprimés de ce document avec l’écriture de notre manuscrit, surtout pour les lettres “Y” de début de paragraphe, dans le mot “Ytem” ; et pour les lettres “m, n, u”. Mais ce sont d’autres documents postérieurs dans lesquels il ne doit pas s’agir de “limpieza de linaje” pureté de lignage ou de sang – que les Indiens ont pu avoir entre les mains. Ceci correspondrait à l’époque où, en Espagne et dans ses colonies, l’écriture des caractères “griffes” ou “bâtards” a été très employée. Il a fallu que l’utilisation de ces caractères soit très populaire pour que les fonctionnaires indiens puissent les connaître et s’en inspirer.

42Dans notre Codex, certaines lettres “romanas” se sont glissées comme les “a” des pages Fo 2r, et Fo 2v. Ne les retrouvant que dans ces deux cas, nous pensons qu’il s’agit de corrections postérieures ; car, ces deux pages ont été retouchées plus tard et les lettres ont pu être déformées à ce moment. Les autres “a” sont ceux qui correspondent à l’italique “a”, “griffe” ou “bâtarde”.

43Les “scribes” des manuscrits Techialoyan se seraient mis d’accord pour employer une écriture utilisée à l’époque contemporaine de ces Codices ; ils auraient choisi celle des textes imprimés légaux de leur époque, au lieu de prendre comme modèle une écriture antérieure et de prétendre a une fausse ancienneté de leurs documents. Ils ne dédaignent pas l’écriture contemporaine des documents officiels imprimés, pas plus que les techniques du dessin européen apprises à leur façon, pour en faire des documents indiens qui étaient légaux selon leur mentalité d’indiens mexicains (fonctionnaires peut-être ou notables).

NOUVEAUX ASPECTS

44Ce que les notes en caractères latins de notre Codex apportent de nouveau par rapport aux manuscrits du XVIe siècle, c’est leur interdépendance avec les dessins. Le texte est en rapport direct ou indirect avec les pictographies, surtout le texte “court” intercalé dans les images ; il fait plus que les expliquer ; dans ce l’un (le texte) ne peut exister sans les autres (les pictographies) ; et, sans les notes, les pictographies se trouveraient mutilées. Dans beaucoup de manuscrits traditionnels du XVIe siècle, la tradition pictographique reste tellement forte qu’il est possible, après une étude préalable, de déchiffrer, de lire d’abord séparément puis, ensemble les glyphes, les signes et les idéogrammes. On pourrait interpréter les pictographies de cette époque, même si un texte n’avait pas été joint. Par contre, dans les manuscrits Techialoyan, texte et pictographies sont tellement assimilés, tellement liés, qu’il est trop difficile et même presque impossible, de les interpréter isolément. Les pictographies isolées deviendraient une suite de tableaux dont le contenu serait difficilement accessible ; et les notes, par elles-mêmes, n’auraient plus de sens car elles ont été conçues ensemble et elles nous paraissent inséparables.

45En comparant les notes avec les pictographies, nous pouvons nous apercevoir que le texte est surtout subordonné aux dessins et qu’il est voué à les complèter. Il est destiné à identifier les personnages, les sites ou lieux soit directement, soit indirectement ; à définir le contenu, les thèmes des pages du manuscrit. C’est pour cela qu’il a été établi ainsi, dépendant des pictographies. Nous pouvons constater cette interdépendance dans les schémas du contenu thématique (Note 130).

46Le tlacuilo a réservé des espaces pour le placement des notes ; mais, le “scribe” les dépasse. En distribuant ces dernières parfois autrement, il les associe plus intimement avec les dessins en en faisant plus qu’une légende de planche ou une note en bas de page. Les notes se mêlent, s’intégrent à l’expression picturale qu’elles complètent. Cette association nous paraît produire un certain équilibre dans l’ensemble ; caractères et dessins fusionnent et le mélange des lettres et des pictographies ne choque pas l’oeil. Cela provient peut-être aussi de ce que les deux styles d’écriture et du dessin sont contemporains. Le but de cette synthèse serait d’exprimer les idées plus adéquatement, de faciliter la communication des thèmes, bien plus que de mettre en valeur une nouvelle tendance artistique.

47Nous pouvons dire que, dans le texte en caractères latins, comme dans les dessins, tous les éléments comptent. Chaque mot présente un intérêt par lui-même ; par son emplacement dans la page, et par sa signification il est indispensable pour la compréhension du contenu.

48L’analyse de chaque page nous montre que les rapports texte-dessins ne sont pas toujours directs ; il existe parfois un décalage entre les deux. Il y a des éléments qui sont exprimés par le dessin et dont le texte ne parle pas ; par contre, il y en a d’autres qui sont contenus dans le texte et que le dessin n’a pas fixés dans la même page. Dans ce dernier cas, les concordances entre le texte et les dessins n’apparaissent pas clairement ; on peut néanmoins en trouver l’explication, quand il s’agit de dégager un thème (ex. comptes de terre, agriculture, etc.) dans l’étude de l’ensemble des pages. Le décalage texte-dessin devient alors compréhensible ; les rapports deviennent visibles quand l’analyse thématique de l’ensemble a été réalisée systématiquement. Dans tous les cas l’unité texte-pictographies nous paraît indéniable.

49Dans l’étude des effets traditionnels du dessin, nous avons vu que le texte peut être un élément de la composition picturale quand il est situé entre les dessins. Parfois il sert à relier les images entre elles et tient lieu de chaînon tendu entre les images et le texte nahuatl. Dans ce cas il joue le rôle d’un lien graphique tels certains dessins des manuscrits traditionnels ; signes répétés, marques de pas, lignes, etc. Ceci dépend évidemment de la disposition du texte dans les pages (Note 131). Par son contenu thématique il complète les pictographies, rattache différents contenus thématiques entre eux comme un trait d’union et forme l’unité pictographique de la page. Cet aspect pictural mérite d’être souligné, car c’est un fait nouveau. Dans la composition de l’ensemble, le texte outre son rôle de lien, possède une valeur plastique certaine.

50Ces notes qui accompagnent les dessins sont plus que des “gloses” et moins qu’un texte suivi. Ce sont des phrases plus ou moins longues qui semblent “parlées”. Le tlacuilo et le “scribe” s’adressent au lecteur du manuscrit pour lui présenter les sujets, les thèmes du Codex contenus dans les dessins. On se trouve donc dans le champ d’un véritable dialogue. Ce rôle d’explication, de présentation est renforcé par la situation des notes dans les pages ; elles sont intercalées parmi les éléments des dessins les plus proches. Des mots d’introduction tels que “voici, ici” confirment cette finalité. La majorité des personnages dans notre manuscrit, paraît avoir le rôle d’intermédiaire entre le tlacuilo et le “scribe” d’une part et le lecteur de l’autre. D’après leurs attitudes on peut présumer qu’ils sont là en présentateurs des dessins et des textes. Ces présentateurs ont même l’air de prononcer le texte. En cela il est analogue au texte des bandes dessinées, placé dans la bouche du personnage, dans une “bulle”. Ici aussi le texte joue un rôle plastique, car sa distribution fait plus que suggérer le dialogue ; il évoque même les signes de la parole de différentes couleurs qui sortaient de la bouche des personnages, dans les manuscrits traditionnels plus anciens (Note 132).

EDITIONS

51Le Codex de Zempoala a fait l’objet d’une édition complète en couleur et d’une traduction anglaise des notes en caractères latins. Antérieurement il n’avait été que mentionné à diverses reprises dans les notices des catalogues des ventes successives où il avait figuré.

EDITION DE QUARITCH

52La première édition en couleur est due au libraire Quant ch. Elle parut à Londres, en 1890, beaucoup plus comme objet de curiosité que d’étude. Elle fut d’ailleurs tirée à un très petit nombre d’exemplaires, ce qui rend sa consultation aujourd’hui très difficile : toutes les institutions spécialisées n’en possèdent pas un.

53Si elle a l’avantage d’être en couleur, le procédé choisi, la lithographie, laisse à désirer car la reproduction de certaines légendes est défectueuse ; des lettres manquent ou ont été déformées par le graveur.

54La notice préliminaire comporte des commentaires, dits historiques, plus ou moins erronés (Note 133). Ainsi, par exemple, Quaritch situe Cempoallan dans l’Etat de Veracruz où se trouve un village de ce nom. Quant à l’“histoire” du manuscrit, il le fait passer des mains de Don Fernando de Alva Ixtlilxochitl en celles de Don Carlos Sigüenza, avant de lui voir atteindre la collection de l’abbé Brasseur de Bourbourg.

TEXTE

55Le texte en caractères latins n’est traduit que partiellement. De courtes légendes ont été établies pour chaque page, qui sont groupées également sur une liste intitulée “Contents of part IV” qui suit la notice préliminaire et précéde les planches reproduisant le Codex. Les légendes qui figurent sur les planches sont, la plupart du temps, les mêmes que celles consignées dans la liste ; il y a néanmoins parfois des différences. Nous les avons réunies sur une liste et nous ferons quelques commentaires surtout sur la traduction de noms de lieu et de noms de personne.

PLANCHES (numéros dans l’édition de Quaritch)

563.–(Fo 2v). Le mot Tzontecomatl qui est pour nous un nom propre a été traduit par “l’emblème d’un certain nombre de têtes représentant le massacre des Aztèques au XIIIe siècle”, exploit réalisé par Tenancacaltzin. Nous croyons qu’il s’agit plûtot de la représentation pictographique du nom de Tzontecomatl qui se traduit par “Tête séparée du corps” ; ce mot est précédé par yn huey pili ce qui veut dire “le grand noble seigneur” (Trad. Fo 2v).

578.–(Fo 5r). Le nom Cihuatiltzin a été donné au personnage féminin de cette page ; pourtant, le texte nahuatl dit : toya yne cihuatzin, qui se traduit par : “Doña Inés, sa femme” (Trad. Fo 5r).

5810.– (Fo 6r). A partir de cette page commencent les noms de lieu qui ont été groupés sous le titre de “tributaires de la monarchie de Tezcoco” ; le Xanatotzin transcrit ici est le San Antonio déformé par la prononciation nahuatl (Trad. Fo 6r).

5913.–(Fo 7v). Totlaçotatzin a été donné comme nom de lieu correspondant à cette page ; il s’agit en fait de la phrase en nahuatl qui veut dire “notre père bien-aimé”, et le toponyme est en réalité San Miguel (Trad. Fo 7v).

6014.–(Fo 8r). Le Tepotztlan de cette page est dans le texte nahuatl : Tepotzotlan (Transcr Fo 8r).

6115.–(Fo 8v). Totlaçotatzin revient ici comme un “fort et garnison” ; mais c’est la phrase “notre père bien-aimé” appliquée à San Francisco, qui est le véritable •toponyme (Trad. Fo 8v).

6220.–(Fo 11r). Temaliatzinco a été donné comme un nom de lieu ; mais le texte nahuatl dit : Xate maliatzin coxepxiotzin, qui veut dire “Santa María Concepción” qui est le toponyme complet (Trad. Fo 11r).

6321.–(Fo 11v). Tacalala a été transformé en nom de lieu ; mais ce n’est qu’une partie de Xata Caíala du texte nahuatl, transcription déformée de Santa Clara, qui est le véritable toponyme (Trad. Fo 11v).

6422.–(Fo 12r). On a donné Xalantla comme un nom de lieu et c’est Xalan tlaxilacali dans le texte nahuatl. Le toponyme se traduit comme “le quartier de Xalan” (Trad Fo 12 r).

6523.–(Fo 12v). Coxtin a été fait nom de lieu ; et ce n’est que la fin du toponyme Xan Acoxtin du texte nahuatl. Le nom complet est San Agustín (Trad. Fo 12v).

6624.–(Fo 13r). Cotzaqualan a été cité comme un toponyme, mais le texte nahuatl dit “Xan Oleço Tzaqualan” et le nom de lieu est celui de San Lorenzo Tzaqualan (Trad. Fo 13r).

6726.–(Fo 14r). Le mot Maxca est pris pour un toponyme ; mais il s’agit d’une partie de Yrnaxca qui se traduirait par “appartenant à... et le nom de lieu est au début de la légende ; c’est San Gabriel (Trad. Fo 14r).

6828.–(Fo 15r). Teuhtla-xumulco a été donné comme un nom de lieu ; mais le texte nahuatl dit : Xa mateuh Tlaxumulco et le vrai nom est celui de San Mateo Tlaxomulco (Trad. Fo 15r).

6929.–(Fo 15v). Nous retrouvons Totlaçotatzin comme un nom de lieu. “Notre père bien-aimé” s’applique ici au véritable toponyme qui est celui de Santo Tomás (Trad. Fo 15v).

NOTES DES PLANCHES DE L’EDITION DE 1890 (en plus de celles sur liste)

701.–Ixt., Emperor, King of the Aculhuas ... Tzinquilocan, which were the North-West boundary of his states (14th century).

713.–Tenancacaltzin ... great-grand-uncle of Ixtlil.

725.–Cempoallan, a city and province subject to the Aculhua crown (not far from the present Vera Cruz).

737.–Towns of Cempoallan paying tribute to Tezcuco: Tlamapan.

7416.–Ixtlil ... as a boy with his teacher.

7517.–8th century, … from whom the princes of Tezcuco claimed descent.

7618.– … and Tlamatzin. Tribute of Tecomulco.

REPRODUCTION INTEGRALE DE LA NOTICE PRELIMINARE DE QUARITCH

CONTENTS OF PART IV. MEXICAN PICTURE CHRONICLE

(Fo 1v) –. 1. Yxtlilxochitl, prince of North Aculhuacan (afterwards King of Tezcuco), with the mountains of Tzinquilocan

139

(Fo 2r) –. 2. Tecpanacacaltzin the Great (King of the Toltecs 10th century), and his son Xilotzin (founder of the Aculhua monarchy)

140

(Fo 2v) –. 3. Tenancacaltzin, son of the Emperor Nopaltzin, and Prince of Tenayucan, with his device of a number of heads representing his slaughter of Aztecs (13th century)

141

(Fo 3r) –. 4. Yxtlilxochitl I, the Emperor, marries Matlalcihuatzin, daughter of the King of Mexico and takes her to Tezcuco (about A.D. 1367)

142

(Fo 3v) –. 5. The Temple of Cempoallan, a city and province subject to the monarch of Tezcuco

143

(Fo 4r) –. 6. Town and Streets of Cempoallan

144

(Fo 4v) –. 7. The town of Tlamapan

145

(Fo 5r) –. 8. Cihuatiltzin, Queen of Cohuatlichan, maternal grandmother of Yxtlilxochitl I (with her husband, King Acolmiztli?), about A.D. 1300

146

(Fo 5v) –. 9. The Emperor Yxtlilxochitl I (and his Queen?), about A.D. 1370

147

(Fo 6r) –. 10. Tributaries of the Tezcucan monarchy Xanatotzin

148

(Fo 6v) –.11. Tributaries of the Tezcucan monarchy Metepec

149

(Fo 7r) –. 12. Tributaries of the Tezcucan monarchy Metepec continued

150

(Fo 7v) –. 13. Tributaries of the Tezcucan monarchy Totlaçotatzin

151

(Fo 8r) –. 14. Tributaries of the Tezcucan monarchy Tepotztlan

152

(Fo 8v) –. 15. Tributaries of the Tezcucan monarchy Fort and garrison of Totlaçotatzin

153

(Fo 9r) –. 16. Yxtlilxochitl II as a boy, with his Nurse. Tribute from Coatitlan

154

(Fo 9v) –.17. Yxtlilcuechahuac (king of the Toltecs, 7th century), and his wife

155

(Fo 10r) –. 18. The Emperor Tlaltecatzin (paternal grandfather of Yxtlilxochitl 1), his wife

156

(Fo 10v) –. 19. Yxtlilxochitl II with a lady, Tribute of Poyauhtla

157

(Fo 11r) –. 20. Tributaries of the Tezcucan monarchy Temaliatzinco

158

(Fo 11v) –. 21. Tributaries of the Tezcucan monarchy Tacalala

150

(Fo 12r) –. 22. Tributaries of the Tezcucan monarchy Xalantla

160

(Fo 12v) –. 23. Tributaries of the Tezcucan monarchy Coxtin

161

(Fo 13r) –. 24. Tributaries of the Tezcucan monarchy Cotzaqualan

162

(Fo 13v) —. 25. Tributaries of the Tezcucan monarchy Tepemaxalco

163

(Fo 14r) –. 26. Tributaries of the Tezcucan monarchy Maxca

164

(Fo 14v) –. 27. Tributaries of the Tezcucan monarchy Tepechichilco

165

(Fo 15r) –. 28. Tributaries of the Tezcucan monarchy Teuhtla-xumulco

166

(Fo 15v) –. 29. Tributaries of the Tezcucan monarchy Totlaçotatzin

167

(Fo 16r) –. 30. Tributaries of the Tezcucan monarchy Tochintla

168

(Fo 16v) –. 31. Tributaries of the Tezcucan monarchy Tecaxtitlan

169

o : Order of issue in the complete series of Quaritch’s Illustrations.

EDITION DE BARLOW

77Dans une série d’articles intitulés “The Techialoyan Codices”, Robert H. Barlow a publié dans Tlalocan (Note 134), sous le titre “Codex E., Codex of Cempoallan, Hidalgo” la transcription nahuatl et la traduction anglaise de Mc Afee. Les pages du Codex sont placées sous les numéros des planches de l’édition de Quaritch et la traduction est présentée en regard de la paléographie. Cette présentation permet de retrouver les noms de lieux et de personnes originaux traduits en anglais par Mc Afee.

78Barlow ajoute un court index où sont relevés les noms de personnes et les noms de lieux, dans leur orthographe originale, en nahuatl et en espagnol, et fait un renvoi aux planches où ils se trouvent (Note 135).

79Une carence subsiste dans cette publication : la moitié du texte de la planche 16, qui correspond au Fo 9r, manque (Note 136). Sept notes courtes ont été rédigées, dont deux très importantes pour la toponymie (Note 137). Nous regrettons qu’elles n’aient pas été beaucoup plus nombreuses car Mc Afee et Barlow auraient pu nous livrer des renseignements précieux sur la linguistique, l’histoire de de Zempoala et les manuscrits Techialoyan.

TRADUCTION DE Mc AFEE

80Cette traduction parut à Mexico en 1946 (Note 138). Les spécialistes des études méso-américaines connaissent les qualités de Byron Mc Afee. “Nahuatlato” émérite et d’une grande modestie, il est le premier à s’être intéressé sérieusement au problème linguistique des Codices Techialoyan et à avoir entrepris une recherche systématique de ce groupe. Il a essayé de réunir toutes les reproductions de ces manuscrits pour entreprendre l’étude linguistique des notes en caractères latins. Il obtint ainsi une collection assez considérable de photos sur papier et microfilms de ces Codices originaux qu’il ne put consulter sur place directement. Ses transcriptions et ses traductions anglaises étaient destinées à servir de base à sa recherche personnelle. Bien qu’il possédât dans ses archives privées la presque totalité des reproductions, des paléographies et des traductions des Codices Techialoyan connus ou accessibles, bon nombre d’entre elles restèrent inédites. Certaines de ces transcriptions et traductions ont été connues grâce à d’autres chercheurs tels que Barlow et Robertson (Note 139). Barlow se proposait de publier toute la série dans la revue Tlalocan (Note 140) mais sa mort arrêta ses projets. Mc Afee communiquait ses notes aux chercheurs et aux institutions qui se penchaient sur ce problème. Quelques Codices sont restés ainsi accessibles, parfois avec leurs traductions sous forme de microfilms conservés, auparavant, à la Bibliothèque Benjamin Franklin de Mexico, et maintenant au Centro de Documentación del Museo Nacional de Historia, à Mexico ; d’autres, restés entre les mains de certains chercheurs, n’ont pas encore été publiés. Signalons qu’après le décès de Mc Afee, sa bibliothèque et ses documents ont été dispersés.

  • 141 Voir : Fiches texte en caractères latins. p. 231

81Nous avons des remarques à faire sur les transcriptions et les traductions de Mc Afee. Nous allons les aborder en détail dans l’analyse de chaque page du Codex de Zempoala141.

82Le premier défaut nous paraît provenir de la consultation des reproductions et non directement des originaux. Etant donné le caractère très particulier de ces documents et la qualité du papier de fibres végétales, les photos les plus perfectionnées elles-mêmes ne reproduisent pas en toute fidélité les notes en caractères latins : des lettres manquent, soit parce qu’elles ne sont pas très visibles, soit parce qu’elles peuvent être confondues avec d’autres lettres. Pour le Codex de Zempoala, Mc Afee a consulté l’édition de Quaritch, qui a l’inconvénient, comme nous l’avons dit, d’être une reproduction en lithographie, où les lettres ont été redessinées, parfois de façon défectueuse. Il en résulte des lacunes dans les transcriptions et même certains “contre-sens” dans la traduction. Comme Mc Afee connaissait très bien la langue nahuatl, il essayait de trouver les lettres ou les mots manquants et réalisait parfois des traductions qui, quoique correctes grammaticalement, ne correspondent pas à la réalité du Codex. Ceci aurait été évité si l’auteur avait eu l’occasion de se servir des originaux.

  • 142 Voir : Codex. Techialoyan 722 X.

83En ce qui concerne la paléographie, Mc Afee manque d’unité de transcription ; tantôt, dans un manuscrit, il utilise l’orthographe originale employée dans ce document, tantôt, dans un autre, il transcrit le nahuatl d’une façon moderne, plus complète phonétiquement, mais différente des notes du Codex original142. Nous croyons que la publication de la paléographie directe, avec l’orthographe fidèle de l’original, est nécessaire pour que le Codex puisse être consulté sans modification par d’autres chercheurs. Cette version paléographique pourra servir dans l’avenir à des études de grammaire historique du nahuatl. Mc Afee y serait parvenu, sans doute, s'il avait continué à publier ces textes en collaboration avec Barlow ; ainsi il serait arrivé à unifier les transcriptions.

84Quant à la traduction, nous lui reprochons de ne prendre que le texte en caractères latins, sans considérer les pictographies, ce qui est sans doute dicté par l’intérêt du linguiste pour le seul texte nahuatl. Pourtant les Codices mixtes (pictographies + texte) doivent être étudiés et publiés dans leur totalité.

85Nous reviendrons en détail dans l’analyse des notes de chaque page sur cette traduction. Disons ici que Mc Afee a cédé à la facilité en anglicisant tous les noms propres de lieux et de personnes. En effet, il est facile de passer directement d’un mot nahuatl à un autre mot anglais. Cette transformation est rendue possible par le système linguistique de l’anglais ; l’équivalent français et espagnol est difficile à obtenir. De plus, et cela est plus grave, une telle démarche ne contribue en rien à l’étude scientifique des Codices.

86Il est toujours intéressant de connaître les racines de ces noms nahuatl par les mots qui les composent, sans que pour autant leur traduction soit justifiée. Celle-ci nous paraît même illogique puisque les noms de personne par exemple, sont, dans les sources, conservés en nahuatl et que la moindre recherche exige ainsi la référence à la forme nahuatl de ces noms. Quant aux noms de lieux, Mc Afee les traduit de la même façon. Cette traduction, tout aussi illogique, présente de plus le danger d’entraîner des erreurs d’interprétation. En effet, si le nom de lieu est une description toponymique il sera traduit par une phrase qui s’enchaînant avec le reste du texte fera disparaître le nom de lieu exprimé par les termes nahuatl. Nous pensons que toute traduction du texte nahuatl doit conserver les noms propres nahuatl, ce qui permettra d’éviter des erreurs et d’européaniser un texte tout autre.

87Dans nos Commentaires de la Traduction Anglaise nous avons réuni sous la rubrique Nahuatl, les remarques que nous formulons sur la traduction de certains mots mal traduits à notre avis par Mc Afee.

TEXTE ET TRADUCTIONS

REMARQUE SUR LA PRESENTATION DU TEXTE

88Nous avons effectué deux transcriptions du texte nahuatl en caractères latins, réalisées dans le sens de lecture européen, du haut en bas et de gauche à droite.

89Dans la première, nous avons conservé les mots dans leur “continuité” d’origine, c’est-à-dire sans découpage “logique”. Toutes les lettres sont minuscules, sauf les “y” qui sont toujours écrits en majuscule dans l’original et cela sans aucune considération de leur place dans les mots. Le seul découpage que nous avons introduit est celui des lignes, indiquées par deux traits obliques : //

90Dans la seconde transcription, nous avons séparé les mots et souligné les noms propres :

  • les noms de lieu (toponymie) sont en italiques,

  • les noms de personne (anthroponymie) sont soulignés d’un pointillé.

91Nous avons rétabli entre parenthèses les lettres que nous avons retrouvées ou reconstituées. Nous indiquons par trois points (...) les lettres disparues ou illisibles. Un trait oblique signale la séparation du texte par les dessins sur une même ligne. Les “0” majuscules représentent les cercles, éléments pictographiques. Dans la transcription de la page Fo 9r nous marquons entre parenthèses l’horizontalité ou la verticalité du texte.

92Nous transcrivons sans modification importante la traduction de Mc Afee. Nous nous sommes permis de supprimer la numérotation que cet auteur avait donnée aux lignes d’après l’édition de Quaritch. La présentation des traductions est partout identique afin de faciliter la comparaison. Nous soulignons de la même façon que dans notre transcription les noms propres de la traduction de Mc Afee. Nos traductions conservent la même disposition quant au découpage des lignes et à la mise en relief des noms propres.

93Nous insérons entre parenthèses les mots qui nous semblent complèter la traduction et les explications des comptes de terres (première traduction).

94Dans la seconde traduction nous avons placé entre des crochets carrés tout ce qui provient de notre “lecture” des pictographies : (les comptes de terres pictographiques (premier compte), et les comptes des habitants ; des mots et des phrases). On trouve entre parenthèses outre les indications énoncées en fin du paragraphe précédent “la lecture” des pictographies se référant aux bornes végétales (limites).

REMARQUE SUR LES TRADUCTIONS

95Quelques pages plus loin, après la traduction anglaise des notes nahuatl en caractères latins, le lecteur trouvera deux traductions de ces mêmes notes que nous avons réalisées.

  • 143 Voir : Chap. Traduction française I. p. 145
  • 144 Voir : traduction intercalée, pl. 17 a 47.
  • 145 Voir : Fiches texte en caractères latins, p. 231

96La première traduction tient compte principalement du texte en caractères latins du manuscrit143. Cette traduction que nous avons par la suite intercalée dans les dessins144 a été effectuée afin de rendre possible une comparaison avec la traduction anglaise à partir du seul texte séparé des pictographies. La comparaison du texte original et des traductions ainsi que les implications de notre critique de la traduction anglaise et de notre traduction française se trouvent dans les fiches d’analyse145.

  • 146 Voir : Chap. Traduction française II. p. 147

97La seconde traduction tient compte des pictographies et essaie d’associer le contenu du texte aux images, afin de parvenir à une lecture de chaque page et qui soit celle même qui a été voulue et pensée par le tlacuilo et le “scribe”. Cette traduction correspondrait à la lecture complète de chaque document, c’est-à-dire de chaque page. Elle résulte des analyses de pictographies et des notes, accomplies à différents niveaux ; le contenu thématique, le style, le sens de lecture, etc. interviennent et rendent possible la lecture des notes et des dessins dans l’ordre et le sens que nous présumons “originaires”146.

98Nous n’avons pas fait une lecture “fleurie” ; nous avons essayé d’intégrer les éléments pictographiques dans une lecture totale et cela de la manière la plus sobre possible.

99Notre seconde traduction présente un intérêt évident : elle met en relief la complexité du “système” employé pour arriver à un moyen d’expression fondé essentiellement sur la fusion intime des mots et des images.

100Cette tentative de lecture intégrale de chaque page offre un deuxième intérêt : elle nous oblige à réfléchir sur les problèmes posés par les manuscrits pictographiques plus anciens. L’utilisation de plusieurs “systèmes” d’expression dont les éléments sont polyvalents, le passage sans transition des dessins aux éléments phonétiques et vice-versa, dans une lecture cohérente, le contenu thématique des images, etc. sont autant de problèmes communs aux manuscrits anciens qu’aux manuscrits modernes : d’une part, des pictogrammes, des idéogrammes, des éléments phonétiques de transcription syllabique ; de l’autre, ces mêmes composants joints à l’écriture en caractères latins. Nous penson que, si l’on parvient à reconstituer le “système”, c’est-à-dire les divers moyens d’articulation des éléments polyvalents des manuscrits Techialoyan, on pourra comprendre, plus tard, le mécanisme des manuscrits traditionnels antérieurs.

TEXTE NAHUATL. PALEOGRAPHIE ORIGINALE

101Fo 1v .– ...tzinquilocantepetl// nenemicoaxochtli//Yxtlixuchil//

102Fo 2r .– YnhueYteYacanque...//tecpancacaltzintopili….// YhuanYehuatzinxilo(ma)tzinY-tlaçopiltzin//

103Fo 2v .– tenan//cacal//tzin//Ynhue//Ypilitzon//tecomatI 000//

104F o 3r .–YenisonpeuhYntlanel//toquilistliomocoatequiti//teoYo//tonpalasisco//((Y)xtlixochtzin//toYanate/pehuatzin//Ycihuatzin...//

105Fo 3v .– nisoinomanomoten(e)uh// Yninaltepetlzenpoala// teocalizen// pualan//

106Fo 4r .– altepeYteccaltza//lanzenpualan//

107Fo 4v .– Y(e)nisxantacloxtlama//pantlaxilacalitecpil//comanialtepetlali// çentzontlimecatl// 00 //

108Fo 5r .– toYaYne//çihuauh//tzin//motlaxilacaltiatomi//quel(t)eme(to)x(a)//meYotoc//

109Fo 5v .– toxihuantexamiquel//Yxtlixuchitl//toYanamolenal//

110Fo 6r .– nisxanatotzintlaxila//calimaniontzonme//catltlalialtepehua//queYmaxca//meYotoc//

111Fo 6v .– nismetepeemaniYe//tzontlimecatl(me)//YotocaltepetlYaxca//000//

112Fo 7 .–rmetepectlaxi//lacaliYcçoti//tlan//

113Fo 7v .– totIaçotatzinxami//quelmaniYetzontlime//catltla//lialte//petlY//axca//meYotocnecoccan//pa//

114Fo 8r .– tepotzotlantepetl//Ytzintlamanitlaliçen//tzontli Ypanmatlacpu//almecatlmeYotoc//

115Fo 8v .– nismotlapieliatotlaço//tatzinxapala//çisco//Yetzon//tlime//catl//0000//mocmeYotoc//

116Fo 9r .– tomaltiYxtlixochitzin// toYamaliacaçitli//
(vertical) : coatitla
(horizontal) : xamiquelnopalanmani//ontzontlimecatltlali//quiçehuYcatetlYs/tacameYotoc

117Fo 9v .– inochmeYotoc// xamalcosmaniontzontli// mecatl// toYa// namiahu(a)tzi// tomelchiolYxtlilcuechauhac//

118Fo 10r .– tomiqueltlaltecatzin// toYamonicamiahuatzin// maniçentzontliYhuan// onpual//mecatl// tlali// xatacloxtecocomulco// rnocoaxochnamiquixamal// coxtlaxilacali//

119Fo 10v .– xatiacoquiçehuYcapoYa//utlamaniYetzontlimecatl// mochme// Yotoc// tonaloxoYxtlixu//chitltemetoxa// toYaacoxtina// xalomeçihuapili// 00000 //

120Fo 11r .– nisxatemaliatzincoxe//pxiotzintlaxiIacalima//niontzontliYpan// maquilpualmec-atl//meYotoc// nismotenehua//tepantepetlYnahuac// tecpancalco//

121Fo 11v .– xatacalaIatlaxilaca//limaniYntlalaltepehua//queYetzontlimecatl// mochmeYotoc//

122Fo 12r .– xapaltolomexaIantla//xilacalimanicaxtolpual// mecatltlalimeYotoc// nenemicoaxoch//tli//

123Fo 12v .– Yenisxanacoxtintlaxi//lacalimaninahutzontli//mecatltlalimochmeYotoc// 000000 //

124Fo 13r .– nisxanoleçotzqualan// altepeYtecmani// coaxicaltepec//

125Fo 13v .– mochquicehuYeaxaxi//huantepemaxalco// caltzalan//

126Fo 14r .– xacalapieltlaxila//calimani// nauhtzon//tlimecatlali// Ymaxcaaltepe//huaque//inochmeYotoc//

127Fo 14v .– mochmeYotoc//tepechichilcotlaxilacali//maniYetzontlimecatlali//000000//

128Fo 15r .– xamateuhtlaxu//mulcotlaxilacali// moch//meYo//toc7/maniYetzontlimecatlali//

129Fo 15v .– totlaçotatzinxatotomax// maninauhtzontlimeca//tlalimochmeYotocnene//micoaxochtli//

130Fo 16r .– xatamonicatochYntla// manicentzontliYpanm//atlacpualmecatlatimo//chmeYotocnenemico//axochtli//

131Fo 16v .– nisxatemaliatecaxti//tlanmanitlaliontzon//tlimecatlalimeYotocneco(c)canpa// 00000000 //

TEXTE NAHUATL. MOTS DECOUPES

132Fo 1 v .– tzinquilocantepetl// nenemi coaxochtli// yxtlixuchil//

133Fo 2r .– yn huey teyacanque... // tecpancacaltzm topili...// yhuan yehuatzin xilo(ma)//tzin ytlaçopiltzin//

134Fo 2v .– tenan//cacal//tzin// yn hue//y pili tzon//tecomatl 000//

135Fo 3r .– ye nis onpeuh yntlanel//toquilistli omocoatequiti// teoyo// ton palasisco//(y)xtlixochitzin//toyana te//pehuatzin//ycihuatzin ...//

136Fo 3v .– nis omoman omoten(e)uh// ynin altepetl zenpoala// teocali zen// pualan//

137Fo 4r .– altepeytec caltza//lan zenpualan//

138Fo 4v .– y(e) nis xanta clox tflama//pan tlaxilacali tecpil//co mani altepetlali// çentzontli mecatl// 00 //

139Fo 5r .– toya yne//çihuauh//tzin// motlaxilacaltia to mi//quel (t)e me(to)x(a)// meyotoc//

140Fo 5v .– to xihuan te xa miquel// yxtlixuehitl// toyana molenal//

141Fo 6r .– nis xanatotzin tlaxila//cali mani ontzon me//catl tlali altepehua//que ymaxca//meyotoc//

142Fo 6v .– nis metepec mani ye//tzontli mecatl (me)//yotoc altepetl yaxca// 000 //

143Fo 7r .– metepec tlaxi//lacali ycçoti//tlan//

144Fo 7v .– totlaçotatzin xa mi//quel mani yetzontli me//catl tla//li alte//petl y//axca//meyotoc necoccan//pa//

145Fo 8r .– tepotzotlan tepetl// ytzintla mani tlali çen//tzontli ypan matlacpu//al mecatl meyotoc//

146Fo 8v .– nis motlapielia totlaço//tatzin xa pala//çisco// yetzon//tli me//catl// 0000 //moch meyotoc//

147Fo 9r .– to malti yxtlixochitzin// toya malia caçitli//
(vertical) : coatitlan//
(horizontal) :
xa miquel nopalan mani// ontzontli mecatl tlali// quiçehuyca tetlys//taca meyotoc

148Fo 9v .– moch meyotoc// xa malcos mani ontzontli//mecatl// toya//na miahu(a)tzi//to melchiol yxtlilcuechauhac//

149Fo 10r .– to miquel tlaltecatzin// toya monica miahuatzin// mani çentzontli yhuan//onpual//me//catl// tlali// xata clox tecocomulco// mocoaxochnamiqui xa mal//cox tlaxilacali//

150Fo 10v .– xatiaco quiçehuyca poya//utla mani yetzontli mecatl// moch me//yotoc// ton aloxo yxtlixu//chitl te metoxa// toya acoxtina// xalome çihuapili// 00000 //

151Fo 11r .– nis xate maliatzin coxe//pxiotzin tlaxilacali ma//ni ontzontli ypan// maquilpual mecatl// meyotoc// nis motenehua//tepantepetlynahuac// tecpancalco//

152Fo 11v .– xata calala tlaxilaca//li maní yntlal altepehua//que yetzontli mecatl// moch meyotoc//

153Fo 12r .– xa paltolome xalan tla//xilacali mani caxtolpual// mecatl tlali meyotoc// nene-micoaxoch//tli//

154Fo 12v .– ye nis xan acoxtin tlaxi//lacali mani nahutzontli// mecatl tlali moch meyotoc// 000000//

155Fo 13r .– nis xan oleço tzaqualan//altepeytec mani// coaxicaltepec//

156Fo 13v .– moch quicehuyca xa xi//huan tepemaxalco// caltzalan//

157Fo 14r .– xa calapiel tlaxila//cali mani// nauhtzon//tli mecatlali// ymaxca altepe//huaque// moch meyotoc//

158Fo 14v .– moch meyotoc//tepechichilco tlaxilacali//mani yetzontli mecatlali// 000000 //

159Fo 15r .– xa mateuh tlaxu//mulco tlaxilacali// moch// meyo//toc// mani yetzontli macatlali//

160Fo 15v .– totlaçotatzin xato tomax// mani nauhtzontli meca// tlali moch meyotoc nene//micoaxochtli//

161Fo 16r .– xata monica tochyntla// mani centzontli ypan m//atlacpual mecatlali mo//ch meyotoc nenemico//axochtli//

162Fo 16v – nis xate malia tecaxti//tlan mani tlali ontzon//tli mecatlali meyotoc neco(c)canpa// 00000000 //

TRADUCTION ANGLAISE

163Fo 1v .– The Bottomherb-lamb Mountains// are the running landmarks// Blackface Flower// (or boundary line)

164Fo 2r .–The great leader/ /Palacehouse, Our Nobleman,// and his dear son// Greencornear//

165Fo 2v .– Mother//house// The great// nobleman// Heads.// 000 //

166Fo 3r .– Here began the True Faith// The worship of God//was taken up as community work// Lord Francis// Blackface Flower// Lady Ann// Forester,// his wife.//

167Fo 3v .– Here was founded, laid out,// this town of Scoreville.// Scoreville// church.//

168Fo 4r .– Interior of the town, streets// in Scoreville.//

169Fo 4v .– Here is the village of Holy Cross Hillside// In Courtnobles// there are eighty acres of// town land.//

170Fo 5r .– Lady Inez// Brunette.// Lord Michael Saint Melchior// makes himself a village// It is planted with magueys.//

171Fo 5v .– Lord John of Saint Michael// Blackface Flower// Lady Ann Clingvine.//

172Fo 6r .– Here is the village of Saint Anthony// There are eighty acres// of land belonging to// the townspeople,// and planted with magueys.//

173Fo 6v .– Here is Maguey Hill. There are// one hundred and twenty acres// planted with magueys and belonging to the town. //

174Fo 7r .– The village of Maguey Hill.// Datepahns-//ville.//

175Fo 7v .– Our Dear Father Saint Michael (the village of Saint Michael)// There are one hundred and twenty// acres of land,// town property// planted with magueys on both sides.//

176Fo 8r .– Hunchbackstown.// At the foot of the hill there is land,// fifty//acres, planted with magueys.//

177Fo 8v .– Here Our Dear Father Saint Francis is the patron (Here is the town of Saint Francis)// One hundred and twenty// acres.// All planted with magueys.//

178Fo 9r .– Lord Martin Blackface Flower.// Lady Mary Canebrake-Hare.// Twinville// (manque la suite)

179Fo 9v .– All planted with magueys.// Saint Mark.// There are eighty// acres//Lady// Ann Corn-//tassel.// Lord Melchior Black-//wetface.//

180Fo 10r .– Lord Michael Landman.// Lady Monica Corntassel.// There are fourty-//four//acres//of land.// Holy Cross Cracked-Rock.// It adjoins the village of Saint Mark.//

181Fo 10v .– Saint Ann. Rainless. Smoky.// There are one hundred and twenty acres.// All planted with magueys.// Lord Alonso Blackface FIow-//er, of Mendoza.// Lady Austin of Saint Ann, a noblewoman.//

182Fo 11r .– Here is the village of Holy Mary Conception. There// are ninety acres,// planted with magueys.// This place is called// Footwall Mountain, and near it is// Government-Palace-Town. //

183Fo 11v .– The village of Saint Clara// There are one hundred and twenty acres of land belonging to the townspeople,//all planted with magueys.//

184Fo 12r .–The village of Saint Bartholomew Sands.// There are thirty// acres of land, planted with magueys.// Landmarks run.//

185Fo 12v .– Here is the village of Saint Augustine.// There are one hundred and sixty//acres of land, all planted with magueys.//

186Fo 13r .– Here is Saint Lawrence Moundsville.// Within the town lies// Waterbox Hill//

187Fo 13v .– All rainless land. Saint// John Forked-Mountain.// Streets.//

188Fo 14r .– The village of Saint Gabriel.// There are// one hundred and sixty// acres of land// belonging to the towns-//people,// all// planted with magueys.//

189Fo 14v .– All planted with magueys.// Red Hill Village.// There are one hundred and twenty acres of land.//

190Fo 15r .– The village of Saint Matthew Landcorner.// There are one hundred and twenty acres of land,// all// planted with magueys.//

191Fo 15v .– Our Lord Saint Thomas.// There are one hundred and sixty acres// of land, all planted with magueys. Land-//marks run.//

192Fo 16r .– Saint Monica Rabbitry.// There are one hundred acres of land,//all planted with magueys. Land-//marks run.//

193Fo 16v.-Here is the village of Holy Mary Stonebowlville.// There is land, eighty// acres of land, planted with magueys// on both sides.//

TRADUCTION FRANÇAISE “1”

194Fo 1v .– ... [Voici] Tzinquilocantepetl//Les limites (sont ici) établies// [Voici] Ixtlilxōchitl//

195Fo 2r .– [Voici] le grand gouverneur// Tecpancacaltzin, notre noble (seigneur) // et Xiloman//tzin, son fils bien-aimé//

196Fo 2v .– [Voici] Tenancacaltzin.// (Et) [voici] le grand noble (seigneur) Tzontecomatl 000//

197Fo 3r .– Voici ici, commença la Foi// Le service de Dieu fut entrepris par la collectivité//[Voici] Don Francisco Ixtlilxochitzin (et) Doña Ana Tepehuatzin, son épouse//

198Fo 3v .– (Ici) fut fondée cette ville (de) Zempoala (et) un nom (lui) fut donné// Voici l’église (de) Zempoala//

199Fo 4r .– [Voici] l’intérieur de la ville : les rues (de) Zempoala//

200Fo 4v .– [Voici] ici le quartier (de) Santa Cruz Tlamapan// (A) Tecpilco, il y a 400 (1 x 400) cordes de terre (appartenant) à la ville// 00 //

201Fo 5r .– [Voici] (Don Miguel de Mendoza) ; (et) Doña Inés, son épouse// (Ceci) (est un) quartier. (Il est) planté de magueys//

202F’5v .– [Voici] Don Juan de San Miguel Ixtlilxochitl// (et) Doña Ana Molenal//

203Fo 6r .– Voici le quartier (de) San Antonio// Il y a 800 (2 x 400) cordes de terre appartenant aux habitants de la ville. (Elles sont) plantées de magueys//

204Fo 6v .– Voici Metepec. Il y a 1 200 (3 x 400) cordes (de terre) plantées de magueys (et qui) appartiennent à la ville// 000 //

205Fo 7r .– [Voici](le) quartier (de) Metepec//(et) [voici] lczotitlan//

206Fo 7v .– [Voici](le lieu consacré à) notre père bien-aimé San Miguel// Il y a J 200 (3 x 400) cordes de terre appartenant à la ville// (Elles sont) plantées de magueys des deux côtés//

207Fo 8r .– [Voici] Tepotzotlun//(A Tepetlitzintla) au pied de la montagne, il y a 600 (1 x 400) + (10x 20) cordes (de) terre plantées de magueys//

208Fo 8v .– Le patron (de ce lieu) est notre père bien-aimé San Francisco// Il y a 1 200 (3 x 400) cordes (de terre)// Tout (est) planté de magueys// 0000 //

209Fo 9r .– [Voici] Don Martín Ixtlilxochitzin// (et) Doña Maria Acacitli//
(verticalement) : [Voici] Coatitlan//
(horizontalement) : [Voici] San Miguel Nopalan. Il y a 800 (2 x 400) cordes de terre, comprises avec les autres. (Et) [voici] Tetlistaca, planté de magueys//

210Fo 9v .– (Ici) tout(est) planté de magueys// [Voici] San Marcos. Il y a 800 (2 x 400) cordes (de terre)// [Voici] Doña_Ana_Miahuatzin_// (et) Don Melchor Ixtlilcuechau-(c)hac//

211Fo 10r .– [Voici] Don_Miguel_Tlaltecatzin// (et) Doña_Mónica Miahuatzin. Il y a 440 (1 x 400) + (2 x 20) cordes de terre// [Voici] Santa Cruz Tecocormulco// (Il est) voisin des limites (du) quartier (de) San Marcos//

212Fo 10v .– [Voici] Santiago compris avec les autres. (Et) [voici] Poyautla. Il y a 1 200 (3 x 400) cordes (de terre). Tout (est) planté de magueys // [Voici] Don Alonso Ixtlilxochitl de Mendoza (et) Doña Agustina Salomé, dame noble// 00000 //

213Fo 11r .– Voici (le) quartier (de) Santa María Concepción. Il y a 900 (2 x 400) + (5 x 20) cordes (de terre) plantées de magueys // Ce (lieu) a pour nom Tepantepetl (il est situé) près de Tecpancalco//

214Fo 11v .– [Voici] le quartier (de) Santa Clara//Il y a 1200 (3 x 400) cordes (de terre) (appartenant) (aux) habitants de la ville. Toutes (sont) plantées de magueys//

215Fo 12r .– [Voici] (le) quartier (de) San Bartolomé Xalan// Il y a 300 (15 x 20) cordes de terre plantées de magueys // Les limites (sont) (ici) établies//

216Fo 12v .– Voici ici (le) quartier (de) San Agustín// Il y a 1 600 (4 x 400) cordes de terre, toutes plantées de magueys// 000000 //

217Fo 13r .– Voici San Lorenzo Tzaqualan // (A) l’intérieur du village se trouve // Coaxicaltepec//

218Fo 13v .– Toutes (ces terres) (ont été) comprises antérieurement. [Voici] San Juan Tepemaxalco// [Voici] les rues//

219Fo 14r .– [Voici] (le) quartier (de) San Gabriel. Il y a 1600 (4 x 400) cordes de terre (appartenant) aux habitants de la ville//. Tout (est) planté de magueys//

220Fo 14v .– Tout (est) planté de magueys // [Voici] (le) quartier (de) Tepechichilco. Il compte 1200 (3 x 400) cordes de terre// 000000 //

221Fo 15r .– [Voici] (le) quartier (de) San Mateo Tlalxomulco // Tout (est) planté de magueys // Il y a 1 200 (3 x 400) cordes de terre//

222Fo 15v .– [Voici] (le lieu consacré à) notre père bien-aimé Santo Tomás // Il y a 1 600 (4 x 400) cordes de terre toutes plantées de magueys// Les limites (sont ici) établies//

223Fo 16r .– [Voici] Santa Mónica Tochintla // Il y a 600 (1 x 400) + (10 x 20) cordes de terre, toutes plantées de magueys. Les limites (sont ici) établies//

224Fo 16v .– Voici Santa María Tecaxtitlan. Il y a 800 (2 x 400) cordes de terre plantées de magueys de deux côtés // 00000000 //

TRADUCTION FRANÇAISE “2”

225Fo 1v .– [Voici] Ixtlilxochitl, [grand guerrier ; Roi par les armes indigènes et le pouvoir européen. Il prit Zempoala, le pays des zempoalteca] [Voici] Tzinquilocantepetl ; des limites (sont ici) établies [par deux arbres]

226[Voici] [Zempoala, le pays des zempoalteca, pris par le grand guerrier] Ixtlilxochitl, [Roi par les armes indigènes et le pouvoir européen] Des limites sont établies [par deux arbres] [Voici] Tzinquilocantepetl//

227Fo 2r .– [Voici] le grand gouverneur Tecpancacaltzin, notre noble (seigneur) et Xilomantzin, son fils respecté et bien-aimé, [nobles guerriers chichimèques]

228F" 2v .– [Voici] [le noble guerrier] Tenancacaltzin (et) le grand noble (seigneur) Tzontecomatl. [Premier compte : 3 x 400 cordes de terre]

229Fo 3r .– [Voici] Don Francisco Ixtlilxochitzin (et) Doña Ana Tepehuatzin, son épouse respectée. Ici, commença la Foi. Le service de Dieu fut entrepris par la collectivé//

230Fo 3v .– [Voici] l’église (de) Zempoala. (Ici) fut fondée cette ville (de) Zempoala et un nom (lui) fut donné : (Todos Santos)

231Fo 4r .– [Voici] l’intérieur de la ville : les rues (de) Zempoala [Il y a 12 x... habitants]

232Fo 4v .– Voici Santa Cruz Tlamapan. (C’est un) quartier [de 6 x... habitants] (A) [Voici] Tecpilco, il y a (1 x 400) cordes de terre (appartenant) à la ville. [Premier compte : 2 x 400 cordes de terre]

233Fo 5r .– [Voici] Don Miguel de Mendoza (et) Doña Inés, son épouse respectée. (Ceci) (es un) quartier [de 3 x... habitants] (Il est) planté de magueys//

234F" 5v .– [Voici] Don juan de San Miguel Ixtlilxochitl (et) Doña Ana Molenal, sa femme]/

235Fo 6r .– [Voici] [Don...] Voici San Antonio, le vénéré. (C’est un) quartier [de 4 x... habitants] (Il est) planté de magueys [Des limites sont ici établies (par un nopal)] Il y a (2 x 400) cordes (de) terre appartenant aux habitants de la ville//

236Fo 6v .– Voici [le quartier de] Metepec. [Il y a 5 x... habitants] (Il est) planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par deux arbres)]. Il y a (3 x 400) cordes (de terre) qui appartiennent à la ville. [Premier compte : 3 x 400 cordes de terre]

237Fo 7r .– [Voici] [San...] Metepec. (C’est un quartier [de 3 x ... habitants] [Voici] Iczotitlan [Des limites sont ici établies (par un nopal)]

238Fo 7v .– [Voici] [Don...] [Voici] (le lieu consacré à) notre pére bien-aimé et vénéré San Miguel. [C’est un quartier de 8 x... habitants] (Il est) planté de magueys des deux côtés. Il y a (3 x 400) cordes (de) terre appartenant au village//

239Fo 8r .– [Voici] [le quartier de] Tepotzotlan. [Il y a 7 x... habitants] (Il est) planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par un nopal)] (A) [Voici] Tepetlitzintla il y a (1 x 400) + (10 x 20) cordes (de) terre//

240Fo 8v .– [Voici] [Don..., topilli “alcalde”]. Le patron (de ce lieu) est notre père bien-aimé et vénéré San Francisco. Tout (est) planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par un palmier et un nopal)] Il y a (3 x 400) cordes (de terre). [Premier compte : 4 x 400 cordes de terre]

241Fo 9r .– [Voici] Don Martín Ixdilxochitzin (et) Doña María Acacitli [sa femme] [Voici] Coatitlan. [Voici] San Miguel Nopalan. [C’est un quartier de 3 x ... habitants] (Et) [Voici] Tetlistaca, planté de magueys. Il y a (2 x 400) cordes de terre, comprises avec les autres//

242Fo 9v .– [Voici] Don Melchor Ixtlilcuechauhac (et) Doña Ana Miahuatzin [sa femme]. [Voici] San Marcos. Tout (est) planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par deux rangées de magueys)] Il y a (2 x 400) cordes (de terre)//

243Fo 10r .– [Voici] Don Miguel Tlaltecatzin (et) Doña Mónica Miahuatzin [sa femme ?] [Voici] Santa Cruz Tecocomulco. [C’est un quartier de 3 x... habitants. Tout (est) plané de maguey. Des limites sont ici établies (par deux rangées de magueys)] (Il est) voisin de limites (du) quartier (de) San Marcos. Il y a (1 x 400) + (2 x 20) cordes de terre//

244Fo 10v .– [Voici] Don Alonso Ixtlikochitl de Mendoza (et) Doña Agustina Salomé, noble dame, [sa femme]. [Voici] Santiago. [C’est un quartier de 3x... [habitants] (Et) [voici] Poyautla. Tout (est) planté de magueys. Il y a (3 x 400) cordes de terre, comprises avec les autres. [Premier compte : 5 x 400 cordes de terre]

245Fo 11r .– Voici Santa María Concepción, la vénérée. (C’est un quartier [de 4 x... habitants] (Il est) planté de magueys. Ce (lieu) a pour nom Tepantepetl ; (il est situé) près de Tecpancalco. Il y a (2 x 400) + (5 x 20) cordes (de terre)

246Fo 11v [Voici] [Doña..., noble dame] [Voici] Santa Clara. (C’est un) quartier [de 3 x... habitants] (II) (est) tout planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par un arbre)]. Il y a (3 x 400) cordes de terre (appartenant) aux habitants de la ville//

247Fo 12r .– [Voici] [Don...] [Voici] San Bartolomé Xalan. (C’est un) quartier [de 4 x... habitants] (Il est) planté de magueys. Les limites (son ici) établies. Il y a (15 x 20) cordes de terre//

248Fo 12v .– [Voici] [Don... et Doña..., sa femme] Voici San Agustín. (C’est un) quartier [de 6 x... habitants]. Il y a (4 x 400) cordes de terre, toutes plantées de magueys. [Premier compte : 6 x 400 cordes de terre]

249Fo 13r .– [Voici] [Don...] Voici San Lorenzo Tzaqualan. [C’est un quartier de 2 x... habitants. Il est planté de magueys. Des limites sont ici établies (par un nopal)] (A) l’intérieur du village se trouve Coaxicaltepec//

250Fo 13v .– [Voici] [le quartier de] San Juan Tepemaxalco : les rues. [Il y a 15 x... habitants]. Toutes (ces terres ont été) comprises antérieurement//

251Fo 14r .– [Voici] [Don...] [Voici] San Gabriel. (C’est un) quartier [de 4 x... habitants]. (Il est) tout planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par un arbre)]. Il y a (4 x 400) cordes de terre appartenant aux habitants de la ville//

252Fo 14v .– [Voici] (le) quartier (de) Tepechichilco [Il y a 6 x... habitants] (Il est) tout planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par deux palmiers)]. Il compte (3 x 400) cordes de terre [Premier compte : 7 x 400 cordes de terre]

253Fo 15r .– [Voici] [Don...] [Voici] San Mateo Tlaxomulco. (C’est un) quartier [de 6 x... habitants]. Tout (est) planté de magueys. [Des limites sont ici établies (par deux rangées de magueys)]. Il y a (3 x 400) cordes de terre//

254Fo 15v .– [Voici] [Don... et Doña..., (sa femme ?)] [Voici] (le lieu consacré à) notre père bien-aimé et vénéré Santo Tomás. Tout (est) planté de magueys. Des limites (sont ici) établies [par deux rangées de magueys]. Il y a (4 x 400) cordes de terre//

255Fo 16r .– [Voici] [Don..., topilli, “alcalde”]. [Voici] Santa Mónica Tochintla [C’est un quartier de 6 x... habitants]. Tout (est) planté de magueys. Les limites (sont ici) établies. Il y a (1 x 400) + (10 x 20) cordes de terre//

256Fo 16v .– [Voici] [Don...] Voici Santa María Tecaxtitlan. [C’est un quartier de 7 x ... habitants] (Il est) planté de magueys de deux côtés. Il y a (2 x 400) cordes de terre. [Premier compte : 8 x 400 cordes de terre]

LECTURE DEFINITIVE ANNOTEE : PICTOGRAPHIES ET TEXTE

Première lecture

  • 1 Le personnage, situé au premier plan, indique le début de la lecture ; des gestes de ses mains il s (...)
  • 2 Cet anthroponyme est doublement transcrit : dans les notes d’une part et de l’autre dans les pictog (...)
  • 3 Lecture de l’association d’une partie des vêtements de guerrier et de l’arme-attribut : macuauitl e (...)
  • 4 Lecture des vêtements et de l’attribut traditionnel du “Roi” ; le xiuhuitzolli – diadème précieux s (...)
  • 5 Lecture du geste de la main gauche, signifiant “prendre” conjugué à la troisième personne du singul (...)
  • 6 Deuxième lecture du toponyme (cf. Paysage phonétique).
  • 7 Toponyme indigène transcrit par les notes et représenté par le personnage (cf. Paysage phonétique).
  • 8 Lecture des notes ; le dessin des arbres représente les limites traditionnelles des terres. Les arb (...)

257Fo 1v : [Voici]1 Ixtlilxochitl,2 [grand guerrier3 : Roi par les armes indigènes et le pouvoir européen4. Il prit Zempoala5, le pays des zempoalteca]6 [Voici] Tzinquilocantepetl7 ; des limites (sont ici) établies [par deux arbres]8.

Deuxième lecture

258Fo 1v : [Voici] [Zempoala, le pays des zempoalteca,1 pris par le grand guerrier Ixtlilxochitl, [Roi par les armes indigènes et le pouvoir européen]2. Des limites sont établies (par deux arbres)3 (à) [voici] Tzinquilocantepetl4

L’ordre des phrases change ; le premier élément lu est celui qui est le plus proche du lecteur : ainsi le collier de couteaux (1), puis le personnage (2), les arbres (3), et enfin les montagnes (4). Ici, on suit de plus près la perspective européenne de la page, qui est superposée et coïncide avec la perspective indigène traditionnelle.

  • 9 Lecture des gestes signifiants des personnages, qui donnent le sens de lecture de la page ; le prem (...)
  • 10 Lecture des notes en caractères latins : premier anthroponyme.
  • 11 Lecture des notes en caractères latins : deuxième anthroponyme. La particule de respect –tzin, qui (...)
  • 12 Lecture des pictographies : association traditionnelle des vêtements et des armes portés par les pe (...)

259F°2r : [Voici]9 le grand gouverneur Tecpancacaltzin, notre noble (seigneur)10 et Xilomantzin, son fils respecté et bien-aimé11, [nobles guerriers chichimèques]12.

  • 13 Le premier personnage se présente lui-même et donne le sens de lecture. Le geste de sa main gauche (...)
  • 14 Lecture des pictographies : l’association traditionnelle des vêtements du siège et des armes tradui (...)
  • 15 Lecture des notes en caractères latins qui donnent deux anthroponymes. Le second Huey Tzontecomatl (...)
  • 16 Lecture des pictographies : trois cercles, unités multiples du premier compte traditionnel des terr (...)

260F°2v : [Voici]13 [le noble guerrier]14 Tenancacaltzin (et) le grand noble (seigneur) Tzontecomatl15. [Premier compte : 3 x 400 cordes de terre]16.

  • 17 Lecture des gestes signifiants des personnages, qui donnent le sens de lecture de la page, se prése (...)
  • 18 Le nom propre et la particule de respect sont donnés par les notes en caractères latins. La conjonc (...)
  • 19 Les notes confirment la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel, où l’associ (...)
  • 20 Lecture des notes en caractères latins ; seul l'ordre a changé, car ces notes sont ici lues dans le (...)

261Fo 3r : [Voici]17 Don Francisco Ixtlilxochitzin (et) Doña Ana Tepehuatzin18, son épouse respectée19. Ici, commença la Foi. Le service de Dieu fut entrepris par la collectivité20

  • 21 La formule de présentation est transcrite dans les notes ; elle est associée aux personnages de la (...)
  • 22 Toponyme indigène seul transcrit dans les notes ; au lieu du nom chrétien du lieu symbolisé par l’é (...)
  • 23 Lecture des notes en caractères latins : le toponyme indigène se répète et annonce le nouveau nom ( (...)

262Fo 3v : Voici21 l’église (de) Zempoala22. (Ici) fut fondée cette ville (de) Zempoala (et) un nom (lui) fut donné : (Todos Santos)23.

  • 24 Lecture du geste signifiant du personnage féminin de la page (Fo 3r), qui présente cette page (cf. (...)
  • 25 Cette partie de la phrase est donnée par les notes en caractères latins.
  • 26 Le toponyme indigène est également donné par les notes. Les “rues” sont transcrites dans les dessin (...)
  • 27 Lecture du signe “maison” comme l’unité d’un compte traditionnel recensant les habitants.

263Fo 4r : [Voici]24 l’intérieur de la ville25 : les rues (de) Zempoala26 [Il y à 12 x... habitants]27.

  • 28 Formule de présentation transcrite dans les notes ; elles est associée aux personnages de la page ( (...)
  • 29 Double toponyme transcrit dans les notes. Le nom chrétien confirme la présence du toponyme chrétien (...)
  • 30 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, ce qui est confirmé par les notes. Lectur (...)
  • 31 Ce toponyme indigène est transcrit dans les notes, présenté par le personnage masculin de la page s (...)
  • 32 Compte traditionnel de terres, transcrit dans les notes en caractères latins.
  • 33 Lecture des pictographies : deux cercles, unités multiples du premier compte traditionnel de terres (...)

264Fo 4v : Voici28 Santa Cruz Tlamapan29. (C’est un) quartier [de 6 x... habitants]30. (A) [voici] Tecpilco31. Il y a (1 x 400) cordes de terre (appartenant) à la ville32. [Premier compte : 2 x 400 cordes de terre]33.

  • 34 Lecture des gestes signifiants des personnages, qui donnent le sens de lecture de la page, se prése (...)
  • 35 Les anthroponymes et les particules de respect sont traduits déjà en caractères latins. La conjonct (...)
  • 36 Les notes confirment la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel. Le mot “res (...)
  • 37 Lecture de l’association de plusieurs maisons comme un “quartier”, confirmée par les notes. Le sign (...)
  • 38 Lecture des notes. Le dessin du maguey –metl symbolise la culture de cette plante et il transcrit l (...)

265Fo 5r : [Voici]34 Don Miguel de Mendoza (et) Doña Inés35, son épouse respectée36. (Ceci) (est un) quartier [de 3 x... habitants]37. (Il est) planté de magueys38.

  • 39 Lecture des gestes signifiants des personnages qui donnent le sens de lecture de la page et se prés (...)
  • 40 Les anthroponymes et les particules de respect sont donnés par les notes en caractères latins ; la (...)
  • 41 Lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel (dans une scène graphi (...)

266Fo 5v : [Voici]39 Don Juan de San Miguel Ixtlilxochitl (et) Doña Ana Molenal40 [sa femme]41.

  • 42 Lecture des gestes signifiants du personnage qui donne le sens de lecture de la page et présente le (...)
  • 43 Lecture des caractéristiques du personnage, (position, vêtements) traduites par la particule de res (...)
  • 44 Les notes confirment le geste signifiant du personnage qui veut dire “voici”. Le toponyme est trans (...)
  • 45 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, ce qui est confirmé par les notes. Le sig (...)
  • 46 Lecture des notes dont le dessin correspondant, un maguey, se trouve dans la page (Fo 6v). Le dessi (...)
  • 47 Le dessin du nopal représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).
  • 48 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

267Fo 6r : [Voici]42 [Don...]43 Voici San Antonio, le vénéré44. (C’est un) quartier [de 4 x... habitants]45. (Il est) planté de magueys46. [Des limites sont ici établies (par un nopal)47]. Il y a (2 x 400) cordes de terre appartenant aux habitants de la ville48.

  • 49 Lecture du geste signifiant du personnage de la page (Fo 6r), présentateur de cette page aussi. Les (...)
  • 50 Lecture de l’association de plusieurs maisons comme “quartier”. La maison transcrit les deux derniè (...)
  • 51 Ce toponyme indigène est transcrit dans les notes et dans les pictographies. Le maguey – metl trans (...)
  • 52 Lecture du signe maison comme l'unité d’un compte traditionnel (recensement des habitants).
  • 53 Lecture des notes. Le dessin du maguey –metl symbolise la culture de cette plante et transcrit la p (...)
  • 54 Les deux arbres représentent les limites traditionnelles et sont donc des bornes végétales.
  • 55 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.
  • 56 Lecture des pictographies : trois cercles, unités multiples du premier compte traditionnel des terr (...)

268Fo 6v : Voici49 [le quartier de]50 Metepec51. [Il y a 5 x... habitants]52 (Il est) planté de magueys53. [Des limites sont ici établies (par deux arbres)54]. Il y a (3 x 400) cordes (de terre) (qui) appartiennent à la ville55. [Premier compte : 3 x 400 cordes de terre]56.

  • 57 Lecture du geste signifiant, confirmé par les notes, du personnage de la page (Fo 6r) présentateur (...)
  • 58 Lecture du signe église, symbole d’un toponyme chrétien qui n’est pas transcrit dans les notes.
  • 59 Ce toponyme indigène est transcrit dans les notes et dans les pictographies. Le maguey transcrit la (...)
  • 60 Lecture de l’association maisons-église comme quartier, ce qui est confirmé par les notes. Le signe(...)
  • 61 Ce toponyme indigène est donné par les notes et par les pictographies ; un palmier iczotl transcrit (...)
  • 62 Le dessin du nopal représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).

269Fo 7r [Voici]57 [San...]58 Metepec59. (C’est un) quartier [de 3 x... habitants]60. [Voici] Iczotitlan61. [Des limites sont ici établies (par un nopal)62].

  • 63 Lecture des geste signifiants du personnage qui donne le sens de lecture de la page, se présente lu (...)
  • 64 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements) traduites par la particule de resp (...)
  • 65 Toponyme chrétien transcrit dans les notes ; il est pris au sens figuré comme le nom d'un saint “pè (...)
  • 66 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier” et du signe maison comme l’unité d’un comp (...)
  • 67 Lecture des notes. Le dessin du maguey –metl de la page précédente (Fo 7r) symbolise la culture de (...)
  • 68 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

270Fo 7v : [Voici]63 [Don...]64 [Voici] (le lieu consacré à) notre père bien-aimé et vénéré San Miguel65. [C’est un quartier de 8 x... habitants]66. (Il est) planté de magueys des deux côtés67. Il y a (3 x 400) cordes de terre appartenant au village68.

  • 69 Lecture du geste signifiant confirmé par les notes (Fo 6v) du personnage de la page (Fo 7v) présent (...)
  • 70 Lecture de l’association de plusieurs maisons comme “quartier”. Une maison transcrit les deux derni (...)
  • 71 Ce toponyme indigène est transcrit dans les notes et il est représenté par le personnage de la page (...)
  • 72 Lecture du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel (recensement des habitants).
  • 73 Lecture des notes. Le dessin du maguey symbolise la culture de cette plante et transcrit la premièr (...)
  • 74 Le dessin du nopal représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).
  • 75 Ce toponyme également indigène est transcrit dans les notes et il est présenté par le personnage de (...)
  • 76 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

271Fo 8r : [Voici]69 [le quartier de]70 Tepotzotlan71. [Il y a 7 x... habitants]72 (Il est) planté de magueys73. [Des limites sont ici établies (par un nopal)74]. (A) [Voici] Tepetlitzintla75. Il y a (1 x 400) + (10 x 20) cordes (de) terre76.

  • 77 Lecture des gestes signifiants du personnage, qui donne le sens de lecture de la page, se présente (...)
  • 78 Lecture de la position, des vêtements et des attributs du personnage, qui caractérisent un homme re (...)
  • 79 Ce toponyme chrétien est transcrit dans les notes. Ce nom d’un saint est entendu comme “patron et p (...)
  • 80 Lecture des notes. Le dessin des deux magueys symbolise l’abondance de la culture de cette plante, (...)
  • 81 Le dessin du palmier et du nopal représente ici aussi les limites traditionnelles des terres (borne (...)
  • 82 Compte traditionnel donné par les notes.
  • 83 Cette partie de la phrase est une lecture des pictographies : quatre cercles, unités du premier com (...)

272Fo 8v : Voici77 [Don..., topilli “alcalde”]78. Le patron (de ce lieu) est notre père bien-aimé et vénéré San Francisco79. Tout (est) planté de magueys80. [Des limites sont ici établies (par un palmier et un nopal)81]. Il y a (3 x 400) (de terre)82. [Premier compte : 4 x 400 cordes de terre]83.

  • 84 Ce “voici” correspond aux gestes signifiants des deux personnages qui donnent le sens de lecture de (...)
  • 85 Ces anthroponymes sont donnés par les notes en caractères latins. La conjonction “et” est lue par l (...)
  • 86 Lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel : un homme + une femme (...)
  • 87 Deux toponymes (un indigène, l’autre mixte) sont transcrits en caractères latins et ils sont présen (...)
  • 88 Lecture du signe maison (constructions civiles) en tant qu’unité d’un compte de recensement des hab (...)
  • 89 Lecture de l’association des pictographies par la conjonction “et”, et lecture du geste signifiant (...)
  • 90 Le compte traditionnel des terres est donné par les notes.
  • 91 Cette phrase, qui est le complément du compte antérieur, est transcrite dans les notes ; comme les (...)

273Fo 9r : [Voici]84 Don Martín Ixtlilxochitzin (et) Doña María Acacitli85 [sa femme]86. [Voici] Coatitlan. [Voici] San Miguel Nopalan87. [C’est un quartier de 3 x ... habitants]88. (Et) [voici] Tetlistaca, planté de magueys89. Il y a (2 x 400) cordes de terre,90 comprises avec les autres91.

  • 92 Lecture des gestes signifiants des personnages qui donnent le sens de lecture de la page et présent (...)
  • 93 Ces noms sont donnés par les notes y compris la particule de respect. La conjonction et traduit l’a (...)
  • 94 Lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel. Dans une scène graphi (...)
  • 95 Ce toponyme chrétien est transcrit dans les notes en caractères latins ; il est présenté au lecteur (...)
  • 96 Lecture des notes. Le dessin de deux magueys symbolise l’abondante (moch – tout) culture de cette p (...)
  • 97 Le dessin des deux magueys (deux rangées) représente les limites traditionnelles des terres (bornes (...)
  • 98 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

274Fo 9v : [Voici]92 Don Melchor Ixtlilcuechauchac (et) Doña Ana Miahuatzin93 [sa femme]94. [Voici] San Marcos95. Tout (est) planté de magueys96. [Des limites sont ici établies (par deux rangées de magueys)97]. Il y a (2 x 400) cordes (de terre)98.

  • 99 Les personnages et leurs gestes donnent le sens de lecture de la page. Ils présentent aussi les div (...)
  • 100 Les noms de personnes et les particules de respect qui les accompagnent proviennent des notes et la (...)
  • 101 La lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène peut-être mise en doute, car l’h (...)
  • 102 Le toponyme double est transcrit en caractères latins et il est présenté au lecteur par le personna (...)
  • 103 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier” et du signe maison comme l’unité d’un comp (...)
  • 104 Lecture des pictographies : deux magueys symbolisent l’abondante (moch – tout) culture de cette pla (...)
  • 105 Le dessin des deux magueys (deux rangées) représente les limites traditionnelles des terres (bornes (...)
  • 106 Lecture des notes comprenant un toponyme chrétien.
  • 107 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

275Fo 10r : [Voici]99 Don Miguel Tlaltecatzin (et) Doña Mónica Miahuatzin100 [sa femme ?]101 [Voici] Santa Cruz Tecocomulco102. [C’est un quartier de 3 x ... habitants103. Tout (est) planté de magueys104. Des limites sont ici établies (par deux rangées de magueys)105]. (Il est) voisin de limites (du) quartier (de) San Marcos106. Il y a (1 x 400) + (2 x 20) cordes de terre107.

  • 108 Les gestes signifiants des personnages donnent le sens de lecture de cette page et de la suivante ( (...)
  • 109 Les noms et les particules de respect qui les accompagnent, ainsi que la classe sociale de la femme (...)
  • 110 Lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel. Dans une scène graphi (...)
  • 111 Toponyme chrétien transcrit dans les notes et présenté par le personnage masculin, du geste signifi (...)
  • 112 Lecture de l’association maisons-église, comme “quartier” et du signe maison comme l’unité du compt (...)
  • 113 Toponyme indigène transcrit dans les notes, présenté par le personnage masculin (cf. Note 1), ce qu (...)
  • 114 Lecture des notes. Le dessin du maguey symbolise la culture de cette plante et transcrit la premièr (...)
  • 115 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.
  • 116 Lecture des pictographies : les cinq cercles sont des unités multiples du premier compte traditionn (...)

276Fo 10v : [Voici]108 Don Alonso Ixtlilxochitl de Mendoza (et) Doña Agustina Salomé, noble dame,109 [sa femme]110. [Voici] Santiago111. [C’est un quartier de 3x Habitants]112. (Et) [voici] Poyautla113. Tout (est) planté de magueys114. Il y a (3 x 400) cordes de terre, comprises avec les autres115. [Premier compte : 5 x 400 cordes de terre]116.

  • 117 Formule de présentation transcrite dans les notes, associée aux personnages (Fo 10v, Fo 11v), ce qu (...)
  • 118 Toponyme chrétien transcrit dans les notes et confirmant la présence d’un nom chrétien, symbolisé p (...)
  • 119 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, ce qui est confirmé par les notes ; et du (...)
  • 120 Lecture des notes. Le dessin du maguey – metl symbolise la culture de cette plante et transcrit la (...)
  • 121 Deux toponymes indigènes donnés par les notes.
  • 122 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

277Fo 11r : Voici117 Santa Maria Concepción, la vénérée118. (C’est un) quartier [de 4 x ... habitants]119. (Il est) planté de magueys120. Ce (lieu) a pour nom Tepantepetl ; (il est situé) près de Tecpancalco121. Il y a (2 x 400) + (5 x 20) cordes (de terre)122.

  • 123 Lecture des gestes signifiants du personnage féminin qui donne le sens de lecture de la page, se pr (...)
  • 124 Lecture des caractéristiques graphiques du personnage (position, vêtements) traduites par la partic (...)
  • 125 Toponyme chrétien transcrit encaractères latins, présenté au lecteur par le personnage, du geste si (...)
  • 126 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, confirmée par les notes et la lecture du (...)
  • 127 Lecture des notes. Le dessin représente un maguey (de la page (Fo 12r) ?) qui symbolise la culture (...)
  • 128 Le dessin de l’arbre représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).
  • 129 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

278Fo 11v : [Voici]123 [Doña ..., noble dame]124. [Voici] Santa Clara125. (C’est un) quartier [de 3 x ... habitants]126. (Il est) tout planté de magueys127. [Des limites sont ici établies (par un arbre)128]. Il y a (3 x 400) cordes de terre (appartenant) aux habitants de la ville129.

  • 130 Cette formule de présentation est une lecture des gestes signifiants du personnage, comme partout a (...)
  • 131 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements, siège), traduites par la particule (...)
  • 132 Toponyme double transcrit en caractères latins ; l’un des gestes du personnage le présente au lecte (...)
  • 133 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier” confirmée par les notes et lecture du sign (...)
  • 134 Lecture des notes. Le dessin du maguey symbolise toujours la culture de cette plante et transcrit l (...)
  • 135 Lecture des notes confirmant la pictographie de la page précédente (cf. Note 6, Fo 11v).
  • 136 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

279Fo 12r : [Voici]130 [Don...]131 [Voici] San Bartolomé Xalan132. (C’est un) quartier [de 4 x... habitants]133 (il est) planté de magueys134. Les limites (sont ici) établies135. Il y a (15 x 20) cordes de terre136.

  • 137 Cette formule de présentation transcrit des gestes des personnages qui donnent le sens de lecture d (...)
  • 138 Lecture des caractéristiques des personnages (position, vêtements, siège), qui permettent de placer (...)
  • 139 Lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel. Dans une scène graphi (...)
  • 140 Toponyme chrétien transcrit dans les notes, présenté au lecteur par le personnage masculin, du gest (...)
  • 141 Lecture de l’association maisons-église, comme “quartier”, ce qui est confirmé dans les notes, et d (...)
  • 142 Compte traditionnel de terres transcrit dans les notes.
  • 143 Lecture des notes. Le dessin du maguey (de la page Fo 13r ?) symbolise la culture de cette plante e (...)
  • 144 Lecture des pictographies : six cercles, unités multiples du premier compte traditionnel des terres (...)

280Fo 12v : [Voici]137 [Don... et Doña...,138 sa femme]139. Voici San Agustín140. (C’est un) quartier [de 6 x... habitants]141. Il y a (4 x 400) cordes de terre,142 toutes plantées de magueys143. [Premier compte : 6 x 400 cordes de terre]144.

  • 145 Cette formule de présentation lit les gestes signifiants du personnage. Il donne le sens de lecture (...)
  • 146 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements, siège), traduites par la particule (...)
  • 147 Toponyme double donné par les notes, présenté au lecteur par le personnage, du geste signifiant de (...)
  • 148 La phrase exprime l’association maisons-église comme “quartier”. On lit le signe maison comme l’uni (...)
  • 149 Lecture du dessin : le maguey –metl symbolise la culture de cette plante et transcrit en même temps (...)
  • 150 Le dessin du nopal représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).
  • 151 Lecture des notes présentant un toponyme indigène.

281Fo 13r [Voici]145 [Don...]146. Voici San Lorenzo Tzaqualan147. [C'est un quartier de 2 x... habitants148. Il est planté de magueys149. Des limites sont ici établies (par un nopal)150]. (A) l’intérieur du village se trouve Coaxicaltepec151.

  • 152 Lecture du geste signifiant, confirmé par les notes, du personnage de la page (Fo 13r) présentateur (...)
  • 153 Lecture de l’association de plusieurs maisons comme “quartier”. En outre une maison transcrit les d (...)
  • 154 Toponyme double transcrit dans les notes. Le nom de lieu chrétien n’est pas symbolisé par une églis (...)
  • 155 Lecture du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel de recensement des habitants.
  • 156 Lecture des notes. Complément du compte traditionnel des terres.

282Fo 13v : [Voici]152 [le quartier de]153 San Juan Tepemaxalco : les rues154. [Il y a 15 x habitants]155. Toutes (ces terres ont été) comprises antérieurement156.

  • 157 Lecture des gestes signifiants du personnage, qui donne le sens de lecture de la page, se présente (...)
  • 158 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements) traduites par la particule de resp (...)
  • 159 Toponyme chrétien transcrit en caractères latins, présenté au lecteur par le personnage, du geste s (...)
  • 160 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, ce qui est confirmé par les notes, et lec (...)
  • 161 Lecture des notes. Le dessin du maguey – metl symbolise la culture de cette plante et transcrit la (...)
  • 162 Le dessin de l’arbre représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).
  • 163 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

283Fo 14r : [Voici]157 [Don...]158. [Voici] San Gabriel159. (C’est un) quartier [de 4 x habitants]160. (Il est) tout planté de magueys161. [Des limites sont ici établies (par un arbre)162]. Il y a (4 x 400) cordes de terre appartenant aux habitants de la ville163.

  • 164 Lecture du geste signifiant du personnage de la page (Fo 14r), présentateur aussi de cette page (cf (...)
  • 165 Lecture de l’association de plusieurs maisons comme “quartier”, ce qui est confirmé par les notes. (...)
  • 166 Toponyme indigène transcrit dans les notes, présenté par le personnage de la page précédente (cf. N (...)
  • 167 Lecture du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel de recensement des habitants.
  • 168 Lecture des notes. Le dessin du maguey – metl symbolise la culture de cette plante et transcrit la (...)
  • 169 Le dessin des deux palmiers représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).
  • 170 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.
  • 171 Lecture des pictographies : sept cercles, unités multiples du premier compte traditionnel des terre (...)

284Fo 14v : [Voici]164 le quartier165 (de) Tepechichilco166. [Il y a 6 x... habitants]167. (Il est) tout planté de magueys168. [Des limites sont ici établies (par deux palmiers)169]. Il compte (3 x 400) cordes de terre170. [Premier compte : 7 x 400 cordes de terre]171.

  • 172 Lecture des gestes signifiants du personnage, qui donne le sens de lecture de la page, se présente (...)
  • 173 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements) qui permettent d’introduire la par (...)
  • 174 Toponyme double transcrit dans les notes, présenté au lecteur par le personnage, du geste signifian (...)
  • 175 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, ce qui est confirmé par les notes, et du (...)
  • 176 Lecture des notes. Le dessin de deux magueys – metl symbolise l’abondante (moch – tout) culture de (...)
  • 177 Le dessin de deux magueys (deux rangées) représente les limites traditionnelles des terres (bornes (...)
  • 178 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

285Fo 15r : [Voici]172 [Don... ]173. [Voici] S an Mateo Tlaxomulco174. (C’est un) quartier [de 6 x... habitants]175. Tout (est) planté de magueys176. [Des limites sont ici établies (par deux rangées de magueys)177]. Il y a (3 x 400) cordes de terre178.

  • 179 Cette formule de présentation est une lecture des gestes signifiants des personnages, qui donnent l (...)
  • 180 Lecture des caractéristiques des personnages (position, vêtements, siège), qui permettent de les ac (...)
  • 181 La lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène, homme + femme = couple, est ici (...)
  • 182 Toponyme chrétien transcrit dans les notes au sens figuré comme le nom d’un saint “notre père bien- (...)
  • 183 Lecture des notes. Le dessin de deux magueys – metl symbolise l’abondante (moch – tout) culture de (...)
  • 184 Le dessin de deux magueys (deux rangées) représente les limites traditionnelles des terres (bornes (...)
  • 185 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

286Fo 15v : [Voici]179 [Don... et Doña...180, sa femme181 ?]. [Voici] (le lieu consacré à) notre père bien-aimé et vénéré Santo Tomás182. Tout (est) planté de magueys183. Des limites (sont ici) établies [par deux rangées de magueys]184. Il y a (4 x 400) cordes de terre185.

  • 186 Lecture des gestes signifiants du personnage, qui donne le sens de lecture, se présente lui-même en (...)
  • 187 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements, attributs) traduites par la partic (...)
  • 188 Toponyme double transcrit dans les notes, présenté au lecteur par le personnage, du geste signifian (...)
  • 189 Lecture de l'association maisons-église comme “quartier” et du signe maison comme l’unité d’un comp (...)
  • 190 Lecture des notes. Le dessin de deux magueys – metl (de la page Fo 15v ?) symbolise l’abondante (mo (...)
  • 191 Lecture des notes confirmant les pictographies de la page précédente (cf. Note 6 Fo 15v).
  • 192 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

287Fo 16r : [Voici]186 [Don..., topilli, “alcalde”]187. [Voici] Santa Monica Tochintla188. [C’est un quartier de 6 x... habitants]189. Tout (est) planté de magueys190. Les limites (sont ici) établies191. Il y a (1 x 400) + (10 x 20) cordes de terre192.

  • 193 Ce mot est la traduction des gestes signifiants du personnage, qui donne le sens de lecture, se pré (...)
  • 194 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements), traduites par la particule de res (...)
  • 195 Toponyme double en caractères latins, présenté au lecteur par le personnage, du geste signifiant de (...)
  • 196 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, et du signe maison comme l’unité d’un com (...)
  • 197 Lecture des notes. Le dessin du maguey – metl symbolise la culture de cette plante et transcrit la (...)
  • 198 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.
  • 199 Lecture des pictographies ; huit cercles, unités multiples du premier compte traditionnel des terre (...)

288Fo 16v : [Voici]193 [Don ... ]194. Voici Santa María Tecaxtitlan195. [C’est un quartier de 7 x ... habitants]196. (Il est) planté de magueys de deux côtés197. Il y a (2 x 400) cordes de terre198. [Premier compte : 8 x 400 cordes de terre]199.

Notes

1 Le personnage, situé au premier plan, indique le début de la lecture ; des gestes de ses mains il se présente lui-même et montre la continuation du sens de lecture de la page. Ceci a été traduit par “voici” placé devant un anthroponyme et un toponyme cf. Style et Sens de Lecture).

2 Cet anthroponyme est doublement transcrit : dans les notes d’une part et de l’autre dans les pictographies par l’association des éléments glyphiques : l’oeil –ixtli dessiné sur la manche droite, qui transcrit les deux premières syllabes du nom et la fleur xochitl dessinée sous la forme d’un col en plumes et qui transcrit les deux dernières syllabes. Le suffixe de respect –tzin, lu par l’association graphique des vêtements et des attributs du personnage, n’est pas exprimé dans les notes (cf. Paysage phonétique).

3 Lecture de l’association d’une partie des vêtements de guerrier et de l’arme-attribut : macuauitl et sceptre européen.

4 Lecture des vêtements et de l’attribut traditionnel du “Roi” ; le xiuhuitzolli – diadème précieux sur la tête transcrit le titre Tlacatecuhtli “Seigneur des hommes”, “Roi”. Le macuauitl – “macana” est une massue traditionnelle en bois et aux lames d’obsidienne : arme indigène qui combine ses éléments avec ceux d’un sceptre : “le pouvoir européen” (cf. Personnages. Attributs du pouvoir).

5 Lecture du geste de la main gauche, signifiant “prendre” conjugué à la troisième personne du singulier. Le toponyme Zempoala s’exprime par Zempoaltecpa représenté par un collier de couteaux : le chiffre vingt (20) cempoalli transcrit les deux premières syllabes du toponyme et un couteau –tecpatl les deux dernières syllabes : –tecpa.

6 Deuxième lecture du toponyme (cf. Paysage phonétique).

7 Toponyme indigène transcrit par les notes et représenté par le personnage (cf. Paysage phonétique).

8 Lecture des notes ; le dessin des arbres représente les limites traditionnelles des terres. Les arbres sont donc des bornes végétales.

9 Lecture des gestes signifiants des personnages, qui donnent le sens de lecture de la page ; le premier présente le second et se présente lui-même ; les deux personnages s’adressent au lecteur en signalant les autres éléments de la page transcrits uniquement en caractères latins. Ces gestes signifiants sont traduits par le mot “voici” placé devant les deux anthroponymes.

10 Lecture des notes en caractères latins : premier anthroponyme.

11 Lecture des notes en caractères latins : deuxième anthroponyme. La particule de respect –tzin, qui se répète sur les trois mots se référant au deuxième personnage, a été traduite une seule fois par le mot “respecté”.

12 Lecture des pictographies : association traditionnelle des vêtements et des armes portés par les personnages, traduite par “nobles guerriers chichimèques”.

13 Le premier personnage se présente lui-même et donne le sens de lecture. Le geste de sa main gauche indique le point de départ de la lecture ; son rôle de présentateur n’est pas confirmé par les notes de cette page ; il est possible que la formule de présentation de la page suivante (Fo 3r) s’applique à lui aussi ; elle a été traduite par le mot “voici” devant les deux anthroponymes (cf. Contenu thématique. Personnages. Sens de lecture).

14 Lecture des pictographies : l’association traditionnelle des vêtements du siège et des armes traduit les qualités du personnage c’est-à-dire “noble” et “guerrier” (cf. Contenu thématique. Personnages).

15 Lecture des notes en caractères latins qui donnent deux anthroponymes. Le second Huey Tzontecomatl s’exprime aussi par les pictographies, c’est-à-dire par la répétition des têtes ; huit – chicuey, dont la deuxième syllabe –uey transcrit le premier mot et une tête – tzontecomatl, transcrit le deuxième mot (cf. Paysage phonétique).

16 Lecture des pictographies : trois cercles, unités multiples du premier compte traditionnel des terres tenu dans tout le Codex et qui commence dans cette page. Un seul cercle, une unité – tzontli équivaut à quatre cents (400) (cf. Contenu thématique. Cercles).

17 Lecture des gestes signifiants des personnages, qui donnent le sens de lecture de la page, se présentent entre eux et présentent les éléments des pages suivantes (Fo 3v à Fo 4v) : l’homme présente la femme de son bras et de sa main gauches qui sont tendus vers elle et la main droite touche l’épaule ; la femme présente l’homme de son bras et de sa main droits ; elle présente aussi les éléments des autres pages par l’autre bras tourné vers l’extérieur. Ces gestes sont traduits par “voici” placé devant deux anthroponymes (Fo 3v) et trois toponymes (Fo 3v, Fo 4r, Fo 4v). Le rôle de présentation est confirmé par les notes de cette page et de la suivante (Fo 3v) avec les mots : nis – “voici” et Ye nis – “déjà, voici”, placés en début de page.

18 Le nom propre et la particule de respect sont donnés par les notes en caractères latins. La conjonction “et” qui n'est pas exprimée par le texte est lue par l’association graphique des personnages.

19 Les notes confirment la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel, où l’association de l’homme et de la femme signifie “couple”.

20 Lecture des notes en caractères latins ; seul l'ordre a changé, car ces notes sont ici lues dans le sens de lecture indigène, où les personnages déclenchent la lecture, puisqu'ils sont au premier plan.

21 La formule de présentation est transcrite dans les notes ; elle est associée aux personnages de la page (Fo 3r), ce qui confirmerait leurs gestes signifiants (cf. Fo 3r, Note 1). Lecture du geste signifiant du personnage féminin de la page précédente, présentation aussi de cette page (cf. Fo 3r, Note 1) est traduit par le mot “voici” confirmé par les notes (Fo 3v).

22 Toponyme indigène seul transcrit dans les notes ; au lieu du nom chrétien du lieu symbolisé par l’église, les notes transcrivent teocali – église.

23 Lecture des notes en caractères latins : le toponyme indigène se répète et annonce le nouveau nom (chrétien) qui n’est pas donné ; nous avons inscrit le nom chrétien ancien conservé jusqu’à nos jours : “Todos Santos”. L’ordre de la phrase a été modifié d’après le sens de lecture traditionnel où l’église occupe le premier plan.

24 Lecture du geste signifiant du personnage féminin de la page (Fo 3r), qui présente cette page (cf. Fo 3r, Note 1) ; nous le traduisons par “voici”, ce qui est confirmé par les notes de la page (F°3v).

25 Cette partie de la phrase est donnée par les notes en caractères latins.

26 Le toponyme indigène est également donné par les notes. Les “rues” sont transcrites dans les dessins ; une maison – calli, transcrit la première syllabe cal– ; la position et la mise en page de toutes les maisons transcrivent –tzalan, – au milieu de, entre, les deux dernières syllabes du mot nahuatl caltzalan – rues.

27 Lecture du signe “maison” comme l’unité d’un compte traditionnel recensant les habitants.

28 Formule de présentation transcrite dans les notes ; elles est associée aux personnages de la page (Fo 5r), ce qui est confirmé par les gestes signifiants des personnages de la page suivante (cf. Fo 5r, Note I).
Lecture des gestes signifiants du personnage masculin de la page suivante (Fo 5r) ou du personnage féminin de la page (Fo 3r) (?) qui seraient aussi les présentateurs de celle-ci. Ces gestes sont traduits par le mot “voici”, confirmé par les notes.

29 Double toponyme transcrit dans les notes. Le nom chrétien confirme la présence du toponyme chrétien symbolisé par l’église.

30 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, ce qui est confirmé par les notes. Lecture aussi du signe maison comme unité d’un compte traditionnel recensant les habitants. La maison transcrit les deux dernières syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

31 Ce toponyme indigène est transcrit dans les notes, présenté par le personnage masculin de la page suivante (Fo 5r) ou de la page (Fo 3r) (?) (cf. Note 1), ce qui est traduit par le mot “voici”.

32 Compte traditionnel de terres, transcrit dans les notes en caractères latins.

33 Lecture des pictographies : deux cercles, unités multiples du premier compte traditionnel de terres. Un cercle = unité –tzontli, quatre cents.

34 Lecture des gestes signifiants des personnages, qui donnent le sens de lecture de la page, se présentent entre eux, et présentent les éléments de la page et peut-être aussi ceux de la page précédente (Fo 4v). L’homme présente la femme de ses bras et mains ; la femme présente l’homme de son regard (orientation de la tête) et les autres éléments de la page et de la page précédente, de ses bras et ses mains tendus vers l’extérieur. Ces gestes signifiants sont traduits par “voici” placé devant les deux anthroponymes (Fo 5r) et un toponyme (Fo 4v). Ce rôle de présentation serait confirmé par les notes de la page (Fo 4v) par les mots Ye nis,– “déjà, voici” placés avant le toponyme et commençant la page.

35 Les anthroponymes et les particules de respect sont traduits déjà en caractères latins. La conjonction “et” est donnée par l’association graphique des personnages de la page.

36 Les notes confirment la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel. Le mot “respecté” traduit la particule révérentielle –tzin.

37 Lecture de l’association de plusieurs maisons comme un “quartier”, confirmée par les notes. Le signe maison est encore une fois l’unité d’un compte traditionnel recensant les habitants. Une maison transcrit les deux dernières syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

38 Lecture des notes. Le dessin du maguey –metl symbolise la culture de cette plante et il transcrit la première syllabe me– du mot meyotoc – planté de magueys.

39 Lecture des gestes signifiants des personnages qui donnent le sens de lecture de la page et se présentent entre eux. La femme présente l’homme de ses bras et mains tendus vers lui ; l’homme présente la femme au lecteur de ses bras et mains tendus vers l’extérieur. Le rôle des personnages ne semble être que celui de se nommer mutuellement. Leurs gestes sont traduits par le mot “voici”, placé devant les deux anthroponymes.

40 Les anthroponymes et les particules de respect sont donnés par les notes en caractères latins ; la conjonction “et”, qui n’est pas exprimée par ce texte, se lit par l’association graphique des personnages.

41 Lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel (dans une scène graphique : homme + femme = couple).

42 Lecture des gestes signifiants du personnage qui donne le sens de lecture de la page et présente les éléments de cette page et ceux des deux suivantes (Fo 6r à Fo 7r) tout en se présentant lui-même. Sa main droite montre la direction à suivre dans la lecture, alors que la main gauche, tendue vers l’extérieur, s’adresse au lecteur. Ces gestes ont été traduits par “voici”, placé devant l’anthroponyme manquant, le toponyme (Fo 6r) et les trois toponymes des pages (Fo 6v, Fo 7r). Les notes confirment ce rôle de présentateur, car le mot nis qui signifie “voici”, placé devant le toponyme commence la page.

43 Lecture des caractéristiques du personnage, (position, vêtements) traduites par la particule de respect “Don”. L’anthroponyme qui devrait correspondre au personnage ne figure pas dans les notes.

44 Les notes confirment le geste signifiant du personnage qui veut dire “voici”. Le toponyme est transcrit en caractères latins (cf. Note 1) avec le suffixe de respect –tzin, que nous traduisons par le “vénéré”, car il s’agit du nom d’un saint chrétien. Quant à la présence d’un toponyme chrétien, symbolisé par l’église, elle est confirmée par les notes.

45 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, ce qui est confirmé par les notes. Le signe maison est l’unité d’un compte. Il transcrit aussi les deux dernières syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

46 Lecture des notes dont le dessin correspondant, un maguey, se trouve dans la page (Fo 6v). Le dessin du maguey –metl symbolise la culture de cette plante et transcrit la première syllabe me– du mot meyotoc – planté de magueys.

47 Le dessin du nopal représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).

48 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

49 Lecture du geste signifiant du personnage de la page (Fo 6r), présentateur de cette page aussi. Les notes confirment la signification du geste (cf. Fo 6r, Note 1), que nous traduisons par voici. La formule de présentation transcrite dans les notes est associée au personnage de la page (Fo 7v), ce qui confirmerait l'un de ses gestes (cf. Fo 7v, Note 1).

50 Lecture de l’association de plusieurs maisons comme “quartier”. La maison transcrit les deux dernières syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

51 Ce toponyme indigène est transcrit dans les notes et dans les pictographies. Le maguey – metl transcrit la première syllabe me– du nom de lieu Metepec ; les deux dernières syllabes ne sont pas pictographiquement exprimées.

52 Lecture du signe maison comme l'unité d’un compte traditionnel (recensement des habitants).

53 Lecture des notes. Le dessin du maguey –metl symbolise la culture de cette plante et transcrit la première syllabe me du mot meyotoc – planté de magueys.

54 Les deux arbres représentent les limites traditionnelles et sont donc des bornes végétales.

55 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

56 Lecture des pictographies : trois cercles, unités multiples du premier compte traditionnel des terres. Un cercle (unité multiple – tzontli) équivaut à quatre cents.

57 Lecture du geste signifiant, confirmé par les notes, du personnage de la page (Fo 6r) présentateur de cette page aussi. Nous traduisons le geste par “voici” (cf. Fo 6r, Note 1).

58 Lecture du signe église, symbole d’un toponyme chrétien qui n’est pas transcrit dans les notes.

59 Ce toponyme indigène est transcrit dans les notes et dans les pictographies. Le maguey transcrit la première syllabe du toponyme Metepec ; les deux dernières syllabes ne sont pas pictographiquement exprimées.

60 Lecture de l’association maisons-église comme quartier, ce qui est confirmé par les notes. Le signe maison est toujours l’unité d’un compte traditionnel (recensement des habitants) ; il transcrit aussi les deux dernières syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

61 Ce toponyme indigène est donné par les notes et par les pictographies ; un palmier iczotl transcrit les deux premières syllabes iczo–. La répétition du dessin transcrit le pluriel (l’abondance) et le suffixe toponymique –tlan. Le mot “voici” correspond au geste du personnage de la page (Fo 6r), qui est le présentateur de cette page (cf. Note 1).

62 Le dessin du nopal représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).

63 Lecture des geste signifiants du personnage qui donne le sens de lecture de la page, se présente lui-même et présente les éléments de cette page et ceux de la suivante (Fo 7v, Fo 8r) ; la main droite signale la direction à suivre dans la lecture et la main gauche tendue vers l’extérieur, le doigt pointé, s'adresse an lecteur. Ces gestes sont traduits par “voici”, placé devant un anthroponyme manquant (Fo 7v), deux toponymes (Fo 7v, Fo 8r). Les notes de la page (Fo 6v) confirment ce rôle de présentateur par le mot nis, placé devant le toponyme et débutant la page.

64 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements) traduites par la particule de respect “Don”. L’anthroponvme qui devrait correspondre au personnage ne figure pas dans les notes.

65 Toponyme chrétien transcrit dans les notes ; il est pris au sens figuré comme le nom d'un saint “père bien-aimé et vénéré” ; sa présentation comme nom de lieu est réalisée par le personnage ; geste signifiant de la main droite (of. Note 1). Ce geste est traduit par “voici”, placé devant la “phrase toponymique” terminée par le toponyme.
Les notes confirment la présence d'un nom chrétien symbolisé par une église.

66 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier” et du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel (recensement des habitants). Une maison transcrit les deux dernières syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

67 Lecture des notes. Le dessin du maguey –metl de la page précédente (Fo 7r) symbolise la culture de cette plante et transcrit la première syllabe me– du mot meyotoc – planté de magueys.

68 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

69 Lecture du geste signifiant confirmé par les notes (Fo 6v) du personnage de la page (Fo 7v) présentateur aussi de cette page (cf. Fo 7v, Note 1), et traduit par “voici”.

70 Lecture de l’association de plusieurs maisons comme “quartier”. Une maison transcrit les deux dernières syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

71 Ce toponyme indigène est transcrit dans les notes et il est représenté par le personnage de la page précédente (cf. Note 1).

72 Lecture du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel (recensement des habitants).

73 Lecture des notes. Le dessin du maguey symbolise la culture de cette plante et transcrit la première syllabe me– du mot meyotoc – planté de magueys.

74 Le dessin du nopal représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).

75 Ce toponyme également indigène est transcrit dans les notes et il est présenté par le personnage de la page (Fo 7v), traduit par le mot “voici”, placé devant le toponyme (cf. Note 1).

76 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

77 Lecture des gestes signifiants du personnage, qui donne le sens de lecture de la page, se présente lui-même en montrant sa fonction et il présente les éléments de la page ; de la main droite il signale la direction à suivre dans la lecture et de la main gauche il montre sa propre fonction (cf. Note 2). Le premier geste signifiant est traduit par “voici” placé devant l’anthroponyme manquant et un toponyme qui est implicite ici. Les notes confirment le rôle de présentateur par le mot nis – “voici” qui commence la page.

78 Lecture de la position, des vêtements et des attributs du personnage, qui caractérisent un homme respectable, d’où notre particule “Don”. Le geste de la main gauche associé à l’attribut topilli “vara de justicia” – bâton de commandement, se traduit par le nom d’une fonction administrative ou d’une charge officielle : “alcalde”, car il en implique la possession. L’anthroponyme qui devrait correspondre au personnage ne figure pas dans les notes.

79 Ce toponyme chrétien est transcrit dans les notes. Ce nom d’un saint est entendu comme “patron et père bien-aimé et vénéré “d’un lieu ; le geste signifiant de la main droite présente le lieu (cf. Note 1) et il est traduit par “voici” placé devant la “phrase toponymique” que termine le toponyme.

80 Lecture des notes. Le dessin des deux magueys symbolise l’abondance de la culture de cette plante, moch – tout ; l’un des deux magueys transcrit la première syllabe me– du mot meyotoc –planté de magueys.

81 Le dessin du palmier et du nopal représente ici aussi les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).

82 Compte traditionnel donné par les notes.

83 Cette partie de la phrase est une lecture des pictographies : quatre cercles, unités du premier compte traditionnel des terres. Un cercle est l’unité – tzontli et équivaut à quatre cents.

84 Ce “voici” correspond aux gestes signifiants des deux personnages qui donnent le sens de lecture de la page et la présentent, tout en se présentant mutuellement. Les personnages : féminin, présente l’homme de ses deux mains avancées ; masculin, présente la femme de sa main droite, et les autres éléments de la page de sa main gauche avancée vers l’extérieur. La formule de présentation est étendue aussi aux éléments de là page, c’est-à-dire aux trois anthroponymes.

85 Ces anthroponymes sont donnés par les notes en caractères latins. La conjonction “et” est lue par l’association graphique des personnages.

86 Lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel : un homme + une femme = couple.

87 Deux toponymes (un indigène, l’autre mixte) sont transcrits en caractères latins et ils sont présentés par le geste signifiant de la main gauche du personnage masculin (cf. Note 1), traduit par “voici” mais répété devant les deux toponymes. Les notes confirment la présence d’un toponyme chrétien symbolisé par l’église.

88 Lecture du signe maison (constructions civiles) en tant qu’unité d’un compte de recensement des habitants et associé avec l’église (construction religieuse) comme la représentation symbolique et globale du “quartier”. Une maison transcrit aussi les deux dernières syllabes du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

89 Lecture de l’association des pictographies par la conjonction “et”, et lecture du geste signifiant de la main gauche du personnage masculin (cf. Note 1). Le toponyme de la phrase est transcrit en caractères latins. La suite de la phrase est lue à travers le dessin du maguey de la page précédente (Fo 8v) et qui symbolise la culture de cette plante ; il transcrit aussi la première syllabe me– du mot meyotoc – planté de magueys.

90 Le compte traditionnel des terres est donné par les notes.

91 Cette phrase, qui est le complément du compte antérieur, est transcrite dans les notes ; comme les phrases précédentes elle a changé de place, car elle a été lue dans l'ordre du sens de le lecture indigène, indiqué par le personnage (cf. Note 1).

92 Lecture des gestes signifiants des personnages qui donnent le sens de lecture de la page et présentent ses éléments. Les personnages : féminin, présente l’homme de ses bras et mains tendus ; masculin, présente la femme de son bras et sa main gauches, et les autres éléments de la page de son bras et sa main droits tendus et dirigés vers l’extérieur. Ces gestes qui présentent nous permettent de les traduire par “voici”, placé devant chaque nom propre : deux anthroponymes et un toponyme.

93 Ces noms sont donnés par les notes y compris la particule de respect. La conjonction et traduit l’association graphique des personnages.

94 Lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel. Dans une scène graphique : homme + femme = couple.

95 Ce toponyme chrétien est transcrit dans les notes en caractères latins ; il est présenté au lecteur par le personnage masculin du geste signifiant de la main droite (cf. Note 1). Ce geste se traduit par “voici” placé devant le toponyme. Les notes confirment la présence d’un nom chrétien symbolisé par l’église.

96 Lecture des notes. Le dessin de deux magueys symbolise l’abondante (moch – tout) culture de cette plante et l’un d’eux transcrit la première syllabe du mot meyotoc – planté de magueys.

97 Le dessin des deux magueys (deux rangées) représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).

98 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

99 Les personnages et leurs gestes donnent le sens de lecture de la page. Ils présentent aussi les divers éléments de cette page. L’homme et la femme se présentent mutuellement. Les personnages : féminin, présente l’homme de ses bras et mains tendus ; masculin, présente la femme de son bras et sa main droits, et les autres éléments de la page de ses bras et main gauches tendus et dirigés vers l’extérieur. C’est pourquoi nous traduisons leurs gestes par “voici” placé devant chaque nom propre ; il y a deux anthroponymes et un toponyme.

100 Les noms de personnes et les particules de respect qui les accompagnent proviennent des notes et la conjonction “et” se réfère à l’association graphique des personnages.

101 La lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène peut-être mise en doute, car l’homme semble plus jeune que la femme. Il se peut qu’il en soit le fils.

102 Le toponyme double est transcrit en caractères latins et il est présenté au lecteur par le personnage masculin, du geste signifiant de la main gauche (cf. Note 1). Ce geste est traduit par “voici” placé devant le toponyme. Les notes, par ailleurs, confirment la présence d’un toponyme chrétien symbolisé par l’église.

103 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier” et du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel recensant les habitants. Une maison transcrit les deux syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

104 Lecture des pictographies : deux magueys symbolisent l’abondante (moch – tout) culture de cette plante et l’un d’eux transcrit la première syllabe me– du mot meyotoc – planté de magueys.

105 Le dessin des deux magueys (deux rangées) représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).

106 Lecture des notes comprenant un toponyme chrétien.

107 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

108 Les gestes signifiants des personnages donnent le sens de lecture de cette page et de la suivante (Fo 11r) ; ils présentent les divers éléments de ces deux pages et se présentent eux-mêmes. Les personnages : féminin, présente l’homme de ses bras et mains tendus ; masculin, présente la femme de son bras et de sa main main droits, et les autres éléments des deux pages (Fo 10v, Fo 11r), de son bras et de sa main gauches, tendus et dirigés vers l’extérieur. Nous traduisons ces gestes par “voici” placé devant les deux anthroponymes et les deux toponymes. Les notes de la page (Fo 11r) confirment le rôle de présentateur du personnage masculin et cela par le mot nis – “voici” placé devant l’un des toponymes.

109 Les noms et les particules de respect qui les accompagnent, ainsi que la classe sociale de la femme sont transcrits en caractères latins ; le “et” se réfère à l’association graphique des personnages.

110 Lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel. Dans une scène graphique : homme + femme = couple.

111 Toponyme chrétien transcrit dans les notes et présenté par le personnage masculin, du geste signifiant de la main gauche (cf. Note 1). Ce geste est traduit par voici placé devant le toponyme. Les notes confirment la présence d’un toponyme chrétien symbolisé par l’église.

112 Lecture de l’association maisons-église, comme “quartier” et du signe maison comme l’unité du compte traditionnel. Une maison transcrit les deux dernières syllabes du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

113 Toponyme indigène transcrit dans les notes, présenté par le personnage masculin (cf. Note 1), ce qui est traduit par le mot “voici”.

114 Lecture des notes. Le dessin du maguey symbolise la culture de cette plante et transcrit la première syllabe me– du mot meyotoc – planté de magueys.

115 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

116 Lecture des pictographies : les cinq cercles sont des unités multiples du premier compte traditionnel des terres. Un cercle est l’unité – tzontli équivalant à quatre cents.

117 Formule de présentation transcrite dans les notes, associée aux personnages (Fo 10v, Fo 11v), ce qui est confirmé par les gestes signifiants (cf. Fo 10v, Note 1 et Fo 11v, Note 1). Le personnage masculin (Fo 10v) est aussi le présentateur de cette page et dont le geste est traduit ici par “voici”.

118 Toponyme chrétien transcrit dans les notes et confirmant la présence d’un nom chrétien, symbolisé par l’église. La particule de respect –tzin a été traduite par la “vénérée”.

119 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, ce qui est confirmé par les notes ; et du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel recensant les habitants. Une maison transcrit aussi les deux dernières syllabes – calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

120 Lecture des notes. Le dessin du maguey – metl symbolise la culture de cette plante et transcrit la première syllabe me du mot meyotoc – planté de magueys.

121 Deux toponymes indigènes donnés par les notes.

122 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

123 Lecture des gestes signifiants du personnage féminin qui donne le sens de lecture de la page, se présente lui-même et présente les éléments de la page. La main droite signale la direction à suivre dans la lecture et la main gauche présente le personnage et s’adresse au lecteur. Ces gestes sont traduits par “voici”. Ceci est placé devant un anthroponyme manquant et un toponyme, hypothèse confirmée par les notes de la page antérieure (Fo 11r) où l'on trouve nis – voici placé avant les toponymes.

124 Lecture des caractéristiques graphiques du personnage (position, vêtements) traduites par la particule de respect “Doña” et les mots “noble dame”. L’anthroponyme qui devrait correspondre au personnage ne figure pas dans les notes.

125 Toponyme chrétien transcrit encaractères latins, présenté au lecteur par le personnage, du geste signifiant de la main droite (cf. Note 1). Ce geste est traduit par le mot “voici” placé devant le toponyme, qu’on peut confirmer avec les notes de la page précédente (Fo 11r) (cf. Note 1). Les notes confirment la présence d’un toponyme chrétien symbolisé par l’église.

126 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, confirmée par les notes et la lecture du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel (recensement des habitants). Une maison transcrit les deux dernières syllables –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

127 Lecture des notes. Le dessin représente un maguey (de la page (Fo 12r) ?) qui symbolise la culture de cette plante et transcrit la première syllabe me– du mot meyotoc – planté de magueys.

128 Le dessin de l’arbre représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).

129 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

130 Cette formule de présentation est une lecture des gestes signifiants du personnage, comme partout ailleurs, qui se présente et présente les éléments de la page. L’orientation du personnage est “aberrante” car il tourne le dos aux autres dessins ; c’est le seul cas dans notre manuscrit. Est-ce une simple variation plastique ou indique-t-elle la non appartenance de l’homme à ce quartier ? Nous ne pouvons pas trancher. En tout cas ses gestes nous permettent de les traduire par “voici”, placé devant un anthroponyme manquant et un toponyme ; ceci peut être confirmé par les notes de la page (Fo 11r),-avec le mot nis “voici”, placé devant les toponymes.

131 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements, siège), traduites par la particule de respect “Don”. L’anthroponyme qui devrait correspondre au personnage ne figure pas dans les notes.

132 Toponyme double transcrit en caractères latins ; l’un des gestes du personnage le présente au lecteur et a été traduit par le mot “voici” ; ceci peut-être confirmé par les notes (cf. Note 1 Fo 11r). Les notes d’autre part, confirment la présence d’un toponyme chrétien symbolisé par l’église.

133 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier” confirmée par les notes et lecture du signe maison à la fois comme l’unité d’un compte traditionnel de recensement des habitants et comme la transcription des deux dernières syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

134 Lecture des notes. Le dessin du maguey symbolise toujours la culture de cette plante et transcrit la première syllabe me– du mot meyotoc – planté de magueys.

135 Lecture des notes confirmant la pictographie de la page précédente (cf. Note 6, Fo 11v).

136 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

137 Cette formule de présentation transcrit des gestes des personnages qui donnent le sens de lecture de la page et présentent ses éléments. Les personnages : féminin, présente l’homme de ses main droite ; masculin, présente la femme de ese bras et main droits, et les autres éléments de la page, de ses bras et main gauches tendus vers l’extérieur. Les gestes de l'homme et de la femme sont ceux de la présentation réciproque, d’où le “voici placé devant deux anthroponymes qui manquent et un toponyme. Ce rôle de présentation est confirmé par les notes où l’on trouve les mots Ye nis – “déjà, voici” placé devant le toponyme, au début de la page.

138 Lecture des caractéristiques des personnages (position, vêtements, siège), qui permettent de placer les particules de respect “Don” et “Doña”. Dans les notes ne figure pas la transcription des anthroponymes correspondants aux personnages ; leur association graphique est traduite par “et”.

139 Lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène traditionnel. Dans une scène graphique : homme + couple.

140 Toponyme chrétien transcrit dans les notes, présenté au lecteur par le personnage masculin, du geste signifiant de la main droite (cf. Note 1). Ce geste est traduit par le mot voici, placé devant le toponyme, ce qui est confirmé par les notes avec les mots Ye nis, placés devant les toponymes. Ces notes confirment aussi la présence d’un toponyme chrétien symbolisé par l’église.

141 Lecture de l’association maisons-église, comme “quartier”, ce qui est confirmé dans les notes, et du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel (recensement des habitants). Une maison transcrit les deux dernières syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

142 Compte traditionnel de terres transcrit dans les notes.

143 Lecture des notes. Le dessin du maguey (de la page Fo 13r ?) symbolise la culture de cette plante et transcrit la première syllabe me– du mot meyotoc – planté de magueys.

144 Lecture des pictographies : six cercles, unités multiples du premier compte traditionnel des terres. Un cercle = unité tzontli – quatre cents.

145 Cette formule de présentation lit les gestes signifiants du personnage. Il donne le sens de lecture de la page et se présente lui-même ; de la main droite, il signale la direction à suivre dans la lecture, et de la main gauche il se présente et s’adresse au lecteur. Le personnage présente, ici, non seulement cette page, mais aussi la suivante (Fo 13v). Le mot “voici” se trouve devant un anthroponyme manquant (Fo 13r) et deux toponymes (Fo 13r, Fo 13v). Les notes justement contiennent le mot nis – “voici”, placé devant le toponyme et débutant la page, ce qui confirme le rôle de présentateur.

146 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements, siège), traduites par la particule de respect “Don”. L’anthroponyme correspondant manque dans les notes.

147 Toponyme double donné par les notes, présenté au lecteur par le personnage, du geste signifiant de la main droite. Ce geste, traduit par le mot “voici” est confirmé par les notes (cf. Note 1). Ces notes confirment aussi la présence d’un toponyme chrétien symbolisé par l'église.

148 La phrase exprime l’association maisons-église comme “quartier”. On lit le signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel de recensement des habitants. Une maison transcrit les deux dernières syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

149 Lecture du dessin : le maguey –metl symbolise la culture de cette plante et transcrit en même temps la première syllabe me– du mot meyotoc – planté de magueys.

150 Le dessin du nopal représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).

151 Lecture des notes présentant un toponyme indigène.

152 Lecture du geste signifiant, confirmé par les notes, du personnage de la page (Fo 13r) présentateur aussi de cette page (cf. Note 1 Fo 13r), et traduit par le mot “voici”.

153 Lecture de l’association de plusieurs maisons comme “quartier”. En outre une maison transcrit les deux dernières syllabes du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

154 Toponyme double transcrit dans les notes. Le nom de lieu chrétien n’est pas symbolisé par une église. Les rues sont transcrites par la position –tzalan – “entre” et la mise en page des maisons calli ainsi que par les notes Caltzalan – “entre les maisons’’ – rues.

155 Lecture du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel de recensement des habitants.

156 Lecture des notes. Complément du compte traditionnel des terres.

157 Lecture des gestes signifiants du personnage, qui donne le sens de lecture de la page, se présente lui-même et présente les éléments de cette page et ceux de la suivante (Fo 14r, Fo 14v) ; la main gauche signale la direction à suivre dans la lecture et la main droite présente le personnage lui-même qui s'adresse au lecteur. Ces gestes ont été traduits par “voici” placé devant les noms propres : un anthroponyme (Fo 14r) qui manque et deux toponymes dont l’un est dans la page suivante (Fo 14r, Fo 14v).

158 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements) traduites par la particule de respect “Don”. L’anthroponyme qui devrait correspondre au personnage ne figure pas dans les notes.

159 Toponyme chrétien transcrit en caractères latins, présenté au lecteur par le personnage, du geste signifiant de la main gauche. Ce geste est traduit par le mot “voici” placé devant le toponyme (cf. Note 1). Les notes confirment la présence d’un toponyme chrétien symbolisé par l’église.

160 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, ce qui est confirmé par les notes, et lecture du signe maison comme l'unité d’un compte traditionnel de recensement des habitants. Une maison transcrit les deux dernières syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

161 Lecture des notes. Le dessin du maguey – metl symbolise la culture de cette plante et transcrit la première syllabe me du mot meyotoc – planté de magueys.

162 Le dessin de l’arbre représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).

163 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

164 Lecture du geste signifiant du personnage de la page (Fo 14r), présentateur aussi de cette page (cf. Note 1 Fo 14r), et traduit par le mot “voici”.

165 Lecture de l’association de plusieurs maisons comme “quartier”, ce qui est confirmé par les notes. Une maison transcrit les deux dernières syllabe alli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

166 Toponyme indigène transcrit dans les notes, présenté par le personnage de la page précédente (cf. Note 1).

167 Lecture du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel de recensement des habitants.

168 Lecture des notes. Le dessin du maguey – metl symbolise la culture de cette plante et transcrit la première syllabe me du mot meyotoc – planté de magueys.

169 Le dessin des deux palmiers représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).

170 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

171 Lecture des pictographies : sept cercles, unités multiples du premier compte traditionnel des terres. Un cercle = unité – tzontli, quatre cents.

172 Lecture des gestes signifiants du personnage, qui donne le sens de lecture de la page, se présente lui-même et présente les éléments de la page ; la main droite signale la direction à suivre dans la lecture et la main gauche présente le personnage qui ainsi s’adresse au lecteur. Ces gestes ont été traduits par “voici” placé devant un anthroponyme manquant et un toponyme.

173 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements) qui permettent d’introduire la particule de respect “Don”. L’anthroponyme correspondant ne figure pas dans les notes.

174 Toponyme double transcrit dans les notes, présenté au lecteur par le personnage, du geste signifiant de la main droite. Ce geste est traduit par le mot “voici” placé devant le toponyme. Les notes confirment la présence d’un toponyme chrétien symbolisé par l’église.
Le toponyme indigène est transcrit par la position des plantes, ce qui est confirmé par les notes (cf. paysage phonétique).

175 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, ce qui est confirmé par les notes, et du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel de recensement des habitants. Une maison transcrit aussi les deux dernières syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

176 Lecture des notes. Le dessin de deux magueys – metl symbolise l’abondante (moch – tout) culture de cette plante et l’un d’eux transcrit la première syllabe me- du mot meyotoc – planté de magueys.

177 Le dessin de deux magueys (deux rangées) représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).

178 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

179 Cette formule de présentation est une lecture des gestes signifiants des personnages, qui donnent le sens de lecture de la page, se présentent mutuellement et présentent les éléments figurés. Les personnages : féminin, présente l’homme de ses bras et mains tendus ; masculin, présente la femme de ses bras et main droits, et les autres éléments de la page, de ses bras et main gauches. On l’a placée devant deux anthroponymes manquants et un toponyme.

180 Lecture des caractéristiques des personnages (position, vêtements, siège), qui permettent de les accompagner de la particule de respect “Don ",'Doña’’. Dans les notes, les anthroponymes correspondants aux personnages ne sont pas traduits ; la conjonction “et est une lecture de l’association graphique des personnages.

181 La lecture de la représentation conventionnelle du couple indigène, homme + femme = couple, est ici douteuse, car l’homme parait plus jeune que la femme. S’agit-il d’une mère et de son fils ? Nous ne pouvons pas le prouver.

182 Toponyme chrétien transcrit dans les notes au sens figuré comme le nom d’un saint “notre père bien-aimé et vénéré” ; sa présentation comme un toponyme est réalisée par le personnage masculin (cf. Note 1). Ce geste est traduit par “voici” placé devant la phrase toponymique terminée par le toponyme lui-même. Les notes confirment la présence d’un toponyme chrétien symbolisé par l’église.

183 Lecture des notes. Le dessin de deux magueys – metl symbolise l’abondante (moch – tout) culture de cette plante et l’un d’eux transcrit la première syllabe me– du mot meyotoc – planté de magueys.

184 Le dessin de deux magueys (deux rangées) représente les limites traditionnelles des terres (bornes végétales).

185 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

186 Lecture des gestes signifiants du personnage, qui donne le sens de lecture, se présente lui-même en montrant sa fonction et présente les éléments de la page. La main gauche signale la direction à suivre dans la lecture et la main droite montre la fonction du personnage (cf. Note 2). Les gestes signifiants sont traduits par “voici” placé devant l’anthroponyme manquant et un double toponyme, puis par le nom d'une charge.

187 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements, attributs) traduites par la particule de respect “Don”. Le geste signifiant de sa main droite associée à l'attribut lopilli, “vara de justicia” – bâton de commandement, est traduit par le nom d'une fonction administrative ou charge officielle : “alcalde” car il en implique la possession. L’anthroponyme correspondant ne figure pas dans les notes.

188 Toponyme double transcrit dans les notes, présenté au lecteur par le personnage, du geste signifiant de la main gauche qui est traduit par le mot “voici” placé devant le toponyme (cf. Note 1). Les notes confirment la présence d'un toponyme chrétien symbolisé par l’église.

189 Lecture de l'association maisons-église comme “quartier” et du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel de recensement des habitants. Une maison transcrit les deux dernières syllabes –calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

190 Lecture des notes. Le dessin de deux magueys – metl (de la page Fo 15v ?) symbolise l’abondante (moch – tout) culture de cette plante et transcrit la première syllabe me– du mot meyotoc – planté de magueys.

191 Lecture des notes confirmant les pictographies de la page précédente (cf. Note 6 Fo 15v).

192 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

193 Ce mot est la traduction des gestes signifiants du personnage, qui donne le sens de lecture, se présente lui-même et présente les éléments de la page ; de la main gauche il signale la direction à suivre dans la lecture, et de la main droite, il se présente et s’adresse au lecteur. Ces gestes correspondent au mot “voici” placé devant l'anthroponyme manquant et un double toponyme. Les notes confirment ce rôle de présentateur par le mot : nis – “voici” placé devant le toponyme en début de page.

194 Lecture des caractéristiques du personnage (position, vêtements), traduites par la particule de respect “Don”. L’anthroponyme correspondant manque dans les notes.

195 Toponyme double en caractères latins, présenté au lecteur par le personnage, du geste signifiant de la main gauche. Ce geste, traduit par le mot “voici”, est confirmé par les notes (cf. Note 1). Les notes confirment la présence d’un toponyme chrétien symbolisé par l’église.

196 Lecture de l’association maisons-église comme “quartier”, et du signe maison comme l’unité d’un compte traditionnel de recensement des habitants. Une maison transcrit les deux dernières syllabes -calli du mot nahuatl tlaxilacalli – quartier.

197 Lecture des notes. Le dessin du maguey – metl symbolise la culture de cette plante et transcrit la première syllabe me du mot meyotoc –planté de magueys.

198 Compte traditionnel des terres transcrit dans les notes.

199 Lecture des pictographies ; huit cercles, unités multiples du premier compte traditionnel des terres. Un cercle = unité – tzontli quatre cents.

Notes de fin

141 Voir : Fiches texte en caractères latins. p. 231

142 Voir : Codex. Techialoyan 722 X.

143 Voir : Chap. Traduction française I. p. 145

144 Voir : traduction intercalée, pl. 17 a 47.

145 Voir : Fiches texte en caractères latins, p. 231

146 Voir : Chap. Traduction française II. p. 147

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site