Version classiqueVersion mobile

Codex de Zempoala

 | 
Joaquín Galarza

Deuxième partie : contenu thématique et géographie

Texte intégral

PRELIMINAIRES

1D’après l’analyse des pictographies et des notes en caractères latins associées à ces pictographies, nous pouvons dire que le contenu thématique du Codex de Zempoala peut se résumer en quatre grandes rubriques :

  • géographie,

  • histoire,

  • économie,

  • litiges.

CONTENU GEOGRAPHIQUE

2Le contenu des pictographies, en rapport avec la géographie est “conduit” par certains dessins qui ne sont que des glyphes agrandis, et qui transcrivent phonétiquement, entièrement ou en partie, des noms de lieu ; c’est le cas de certaines plantes, des monticules et du collier de couteaux. Les dessins des constructions religieuses permettent au tlacuilo d’exprimer symboliquement les noms chrétiens des lieux et de signaler l’existence de constructions réelles ; les constructions civiles expriment phonétiquement, en partie, les mots qui signifient : quartier, centre-ville, rues, etc. ; et symboliquement, croyons-nous, des habitants propriétaires des terres communales.

3Les notes en caractères latins donnent en nahuatl et en espagnol “nahuatlisé” des transcriptions de noms de lieu ; en nahuatl elles traduisent parfois des glyphes agrandis ou rajoutent des noms nouveaux que le tlacuilo n’a pas représentés. En espagnol nahuatlisé, elles transcrivent aussi les noms chrétiens de lieux qui symbolisent des constructions religieuses. Elles complètent la toponymie du lieu, c’est-à-dire elles précisent s’il s’agit d’un quartier, du centre de la ville, des rues, etc.

CONTENU HISTORIQUE

4Le contenu thématique en rapport avec l’histoire a été “conduit” par les pictographies qui représentent les personnages ; c’est surtout ceux qui par la technique du dessin tendent à individualiser chaque être humain. Le tlacuilo a certainement voulu fixer dans son manuscrit les hommes importants de Zempoala. Afin de souligner leur importance le tlacuilo les a dessinés plus grands, avec une technique proche de celle du portrait.

5Les notes en caractères latins viennent confirmer l’individualisation et le haut rang de certains personnages, car elles les identifient par des prénoms et des noms accompagnés de particules de respect en nahuatl et en espagnol. Elles tendent à montrer que ces personnages sont “historiques”, certains ayant existé dans le passé et d’autres étant contemporains de l’établissement du manuscrit.

CONTENU FONCIER ET ECONOMIQUE

6Le contenu économique, base de notre Codex, a été “conduit” principalement par des unités de mesure de terres ; ces unités fixent à intervalles réguliers l’étendue des terres appartenant soit à des familles nobles, soit aux habitants de la ville. Ce contenu économique est exprimé sous forme d’une sorte de cadastre, où est notée la richesse principale de la ville et des villages de Zempoala : la terre. La représentation pictographique des plantes en tant que limites et bornes végétales vient rendre manifeste ce contenu en délimitant les terres appartenant à chaque quartier et à chaque famille. Ainsi les personnages auraient été dessinés et placés comme symbole des propriétaires terriens. Quant aux notes relatives à l’expression des mesures de terres dans d’autres unités que celles figurées par les pictographies, elles confirment le contenu économique : l’étendue des terres cultivées, base économique de la vie de la région. Le tout aurait pour but de montrer la richesse de la ville et les droits des habitants à cette richesse.

CONTENU DE LITIGES

7Le contenu de litiges résulte de tous les autres thèmes car le tlacuilo et le “scribe” se sont servis du contenu historique afin de fonder dans le temps les droits des habitants à la propriété de la terre, des terres de Zempoala ; droits acquis par la guerre menée par les ancêtres chichimèques et aztèques, puis par héritage des familles et de principaux notables de la région ; droits aussi de la propriété commune, des terres de la ville et des terres appartenant aux habitants de différents quartiers, peut-être même de la propriété privée.

8Le contenu géographique a été fixé pour situer les lieux dans l’espace, pour montrer, dans la réalité physique, la localisation des terres comme propriété privée et commune.

9Le contenu économique permet de déterminer l’exacte étendue des terres appartenant aux nobles ou à la communauté toute entière. Tous ces aspects ne font ensemble que transcrire dans un document à trois niveaux, les droits à la propriété de la terre que les Indiens avaient à défendre devant les tribunaux espagnols de Mexico, à l’époque coloniale. Le résultat en est ce manuscrit établi pour servir de preuve légale écrite des droits des Indiens, juridiquement valable pour être présenté dans les nombreux litiges où leurs droits étaient en danger.

CONTENU GEOGRAPHIQUE

NOTE SUR L’HIDALGO, PACHUCA, ZEMPOALA

10Notre étude, au tout début, se voulait exclusivement théorique ; nous avions envisagé de travailler seulement sur le Codex de Zempoala pour essayer de construire une méthode d’analyse applicable au groupe Techialoyan. Le séjour sur le terrain, quoique très intéressant, devait être l’objet d’une seconde étape de la recherche, réalisable plus tard, en dehors de cet ouvrage. Cependant, ayant eu l’occasion de travailler sur le terrain à deux reprises, nous avons essayé de confirmer sur les lieux, les données géographique de notre Codex.

11Il est nécessaire de préciser que nous ne prétendons pas faire ici une présentation géographique, ni une reconstitution géographique-historique de la région comprise dans les données du Codex.

12Quelques notes et une courte présentation tendent à faire une très sommaire localisation, d’abord de l’Etat d’Hidalgo dans la république mexicaine (PL 79), ensuite du “Municipio” et de la région de Zempoala dans l’ancien “Distrito” de Pachuca (PL 80), et finalement du “Municipio” de Zempoala dans l’Etat d’Hidalgo actuel ; par la suite nous présentons la confrontation des données géographiques-économiques du Codex avec la réalité, issue des renseignements trouvés dans les différentes sources écrites de diverses époques et par ceux obtenus sur les lieux. C’est le développement du second point qui forme le but de ce chapitre.

13L’Etat d’Hidalgo (Estado de Hidalgo) est l’un des trente-deux Etats (dont un “Territorio” et un “Distrito”) qui constituent la république mexicaine. Il est situé au sud du Tropique du Cancer ; entre 19o 30’et 21o 30’de latitude nord et 98o et 100o de latitude ouest. Ses limites sont : au nord, l’Etat de San Luis Potosí ; au sud, les Etats de Mexico et de Tlaxcala ; à l’est, ceux de Veracruz et de Puebla ; et à l’ouest, celui de Querétaro (PL 79 A). Il occupe une superficie de 20 870 kilomètres carrés, sur la partie orientale (mesa) de l’Anahuac ; la Sierra Madre Oriental le traverse à l’est. C’est un Etat minier de premier ordre. L’agriculture est d’une grande importance dans son économie. La nature sablonneuse des terres de certaines régions désertiques telle qu’Apam est très favorable à la culture du maguey à “pulque”, dont la fabrication est l’une des industries très particulières de l’Etat.

14Un décret daté du 15 janvier 1869 a élevé cette région au rang d’Etat nommé Hidalgo de Soto. De 1869 à 1917 il fut divisé en quatorze “Distritos”. Depuis 1917 il groupe quatre-vingt-deux “Municipios” dont Zempoala.

15Le “Municipio” de Zempoala est situé entre 19o 30’ – 20o nord et 98o 30’ – 98o 45’ouest. Ses limites sont les “Municipios” de Epazoyucan, Singuilucan, Tlanalapan, Tepeapulco, Pachuca et Tezontepec, ainsi que l’Etat de Mexico. C’est une région plate et désertique, au climat froid où l’on cultive le maguey à “pulque” et où l’on fabrique le “pulque” en abondance dans les nombreuses installations appelées “Tinacales”. Le village de Zempoala, chef-lieu “Cabecera” du “Municipio” du même nom, se trouve à 2 532 mètres au-dessus du niveau de la mer. Jusqu’en 1917 le village faisait partie de l'ancien “Distrito” de Pachuca (PL 80).

ELEMENTS GEOGRAPHIQUES DU GODEX. TOPONYMIE

16Les éléments pictographiques de notre Codex sont constitués par des toponymes. Les noms de lieu sont pictographiques ou en caractères latins ; ils comprennent des noms traditionnels, des noms chrétiens, utilisés pour désigner des villages, des lieux et des quartiers.

TOPONYMES TRADITIONNELS

Pictographies

17Le Codex de Zempoala comporte trente-quatre noms de lieu. Le tlacuilo a utilisé des pictographies “phonétiques” pour cinq de ces noms : Tzinquilocantepetl, Metepec, Iczotitlan, Nopallan, Tlaxomulco (Fo 1v, Fo 6v, Fo 7r, Fo 9r, Fo 15r), que nous expliquerons en détail dans le chapitre : “Glyphes et paysage phonétique”.

Texte

18Nous trouvons dans les notes en caractères latins des manuscrits Techialoyan des noms ou des appellations qui sont appliqués à des lieux, habités ou non. Ces mots peuvent signifier :

  • La description de la qualité physique des terrains : plaine, bois, montagne, cours d’eau, canaux, etc., et dans ce cas, il s’agit plutôt de descriptions topographiques.

  • Les noms des plantes qui poussent naturellement sur les lieux ou qui sont cultivées ou soignées par les Indiens. Du nom de la plante dérivent les mots qui s’appliquent aux terrains, à la colline, etc.

  • Les localisations de constructions importantes de la ville (civiles ou religieuses), telles que le Tecpancalli – palais, le Teocalli – temple, le Tzaqualli – monticule à degrés, etc.

  • Les localisations des terrains qui sont attachés à la juridiction de la ville ou de ses habitants deviennent alors l’appellation donnée au terrain.

19Quand dans les quatre cas ci-dessus énoncés, ces mots sont-ils réellement des toponymes ? Les appellations données à un certain moment, à force d’être employées pour désigner des lieux, ont été adoptées par l’usage qui les a transformées en véritables toponymes.

20Dans nos manuscrits, il est difficile d’affirmer que ces mots pris isolément sont de véritables toponymes. Une telle affirmation devrait s’appuyer sur une confrontation de la réalité. Nous avons fait à ce propos une comparaison très détaillée sur place afin d’étudier les noms qui ont été conservés sans changement, ceux qui ont été transformés ou traduits en espagnol ou simplement disparus. Ceci fait l’objet de notre enquête sur le terrain comparable à celle entreprise en 1930 par Schmieder et de nos jours à celle du groupe de Wisconsin (Note 65). Cette enquête est complétée par un examen des documents contemporains ou postérieurs au Codex concernant les propriétés des terres du village. Ces documents se rencontrent surtout dans les volumineux dossiers de litiges de terres, établis de tous temps au Mexique. Dans plusieurs cas précis, le texte même des manuscrits Techialoyan donne la solution :

21altepetl – ville ou ueyaltepetl – grande ville qui suit ce que l’on suppose être un nom de lieu, permet de savoir qu’il s’agit d’un village, d’une ville.

22tlaxilacalli- quartier, “el barrio”, peut aussi suggérer que le mot qui précède est appliqué à un lieu par les habitants mêmes de la ville.

23–tlaca – les gens de..., originaires de..., qui traite de l’origine, de la provenance des hommes, est appliqué à la suite du nom, permettant de considérer le nom comme un toponyme.

24nis motenehua – ceci s’appelle.... nous précisent que les mots qui suivent sont utilisés pour désigner des lieux, par les habitants de la région eux-mêmes, qu’ils sont donc des toponymes.

25Le nom indien suivi ou précédé du nom d’un saint ou de celui de la Vierge peut aussi nous indiquer que le mot indien était un nom de lieu ancien qui a été conservé.

26Le dessin, aussi, peut nous apporter des renseignements. Si une église a été dessinée, nous pouvons supposer que le texte qui l’accompagne se réfère à un lieu habité ; l’église peut être à la fois une construction réelle, et une represéntation symbolique, placée là pour marquer l’introduction du nom chrétien. Les mots, dans ce cas, seraient aussi des toponymes.

27Mc Afee dans ses traductions anglaises des manuscrits Techialoyan traduit tous les mots, même ceux qui étaient sans conteste des noms de lieu. Nous pensons qu’il est intéressant de connaître la signification et les racines de ces toponymes. Il nous paraît néanmoins exagéré de substituer systématiquement à ces noms leur traduction quelle qu’en soit la langue. Aussi, les avons-nous conservés sous leur forme originale dans la traduction en espagnol et en nahuatl, car nous croyons que ce sont des toponymes ou des mots en train de devenir toponymiques.

28Nous avons établi une liste alphabétique des vingt-deux toponymes traditionnels inscrits dans les notes, et fait l’analyse de la composition des vocables, en donnant la traduction de chaque élément, sans la traduction globale du mot que nous évitons toujours, puisqu’elle nous paraît illogique.

Liste alphabétique des toponymes traditionnels

Cempoala

voir Zempoala.

1. Coatitlan

coati, coiuitl – serpent, jumeau (aussi déformation de quauitl – arbre)
tlan – avec, près de, à, entre
itlan – près de lui.

2. Coaxicaltepec

coatl, couatl – serpent, jumeau (aussi déformation de quauitl – arbre ou de quauhtli – aigle)
xicalli – calebasse, vase en bois (aussi quauxicalli – vase en bois) tepetl – mont, montagne
altepetl – ville, localité
–c– dans, de, en.

3. lczotitlan

icçotl, icxotl – palmier
icçotla – lieu planté de palmiers
tlan – avec, près de, à, entre
itlan – près de lui.

4. Metepec

metl – maguey, agave ou aloès d’Amérique
tepetl – mont, montagne
altepetl – ville, localité
-c – dans, de, en.

5. Nopalan

nopalli – nopal, figuier de Barbarie
tlan – avec, près de, à, entre.

6. Poyautla

poyaui, p. opoyauh – s’éclaircir, devenir légers les nuages
tla – sert à marquer l’abondance.

7. Tecaxtitlan

tecaxitl – auge, vase en pierre (de tetl – pierre et caxitl – vase, écuelle)
tlan – avec, près de, à, entre
Ulan – près de lui.

8. Tecocomulco

tetl – pierre
cocomoltic – accidenté, plein de fondrières
-co – dans, en, de.

9. Tecpancalco

tecpancalli – demeure royale, habitation de grand seigneur, palais
-co – dans, en, de.

10. Tecpilco

tecpanpilli – noble, gentilhomme, seigneur
-co – dans, en, de.

11. Tepantepetl

tepantli – mur, séparation, barrière
tepetl – mont, montagne
altepetl – ville, localité.

12. Tepechichilco

tepetl – mont, montagne
chichiltic – rouge, vermeil
–co – dans, en, de.

13. Tepemaxalco

tepetl – mont, montagne
maxaltic – divisé, bifurqué
–co – dans, en, de.

14.Tepotzotlan

tepotzotli – bossu, contrefait
tlan – avec, près de, à, entre.

15. Tetlistaca

tetl – pierre
iztac – blanc
can – où, lieu où.

16. Tlalxomulco

tlalli – terre
xomulli, xumulli – coin
–co – dans, en, de.

17. Tlamapan

tlamaitl – côté d’une chose
pan – sur.

18. Tochintla

tochtli – lapin, pl. totochtin
tla –
sert à marquer l’abondance.

19. Tzaqualan

tzaqualli – tour en forme de monticule
(c)an – lieu où, où.

20. Tzinquilocantepetl

tzintli – au pied, à la base
quilitl – verdure, herbe comestible, légume frais
tepetl – mont, montagne
can – lieu où, où.

21. Aalian

xalli – sable, pierre qui se met en poudre
tlan – avec, près de.

— Xotenpatepetl

voir Tepantepetl.

22. Zempoala

cempoalli, adjectif numéral pour compter les êtres animés, les objets plats, minces.
Deuxième ordre d’unité : vingt, le compte entier des doigts
tlan – avec, près de, à, entre.

TOPONYMES CHRETIENS

29Nous trouvons dès le début de la période coloniale un certain nombre de noms chrétiens du Christ, des Apôtres, des Archanges, des Saints ou de la Vierge etc., en espagnol, employés pour donner de nouveaux noms à des villages ou à des quartiers. Dans les manuscrits pictographiques du XVIe siècle nous avons pu identifier des noms de saints en espagnol, exprimés par des éléments de l’écriture traditionnelle (Note 66). Ici, dans ce Codex,nous n’avons pas trouvé ce cas de transcription. Les noms chrétiens accompagnent l’ancien nom indien du lieu et parfois même, ils le remplacent complètement. D’autres fois, de nouveaux quartiers ou de nouveaux villages sont créés et les noms qu’ils reçoivent sont chrétiens, et exprimés en espagnol. Au début, les noms espagnols sont déformés par les Indiens auxquels manquaient certains sons de l’espagnol ; ils les prononçaient en les “aztéquisant”, en leur donnant une allure “nahuatl”. Malgré l’époque tardive des Codices Techialoyan, les tlacuilo ou les “scribes” qui notèrent les textes en caractères latins suivaient de très près les déformations des mots chrétiens du début de la période coloniale. Ils agissaient comme des gens qui ne connaissaient pas ou mal l’espagnol, ou qui se voulaient très conservateurs, très indiens.

30Le résultat de cette attitude est l’expression des mots tels qu’ils auraient été déformés tout au début de la période coloniale par de maladroites transpositions ou transcriptions plus ou moins phonétiques dues aux Indiens parlant le nahuatl. Nous les avons réunis sous forme de tableau (Tabl. 28). Ceci nous paraît d’une grande utilité pour tous ceux qui veulent étudier les manuscrits mexicains pictographiques du XVIe siècle. Ces “transcriptions” aident à détecter l’équivalence phonétique des signes nés de l’acculturation dans l’écriture pictographique conservée jusqu’au XVIIIe siècle. Ces signes ont été construits ou crées sur la base de mots déformés de l’espagnol par le nahuatl comme ceux du Codex Santa Anita Zacatlalmanco, du Codex San Andrés, du Codex Procès de Cuautitlan etc. (Note 67.)

31Nous avons trouvé dans le Codex de Zempoala seize de ces noms toponymiques déformés de l’espagnol en nahuatl. Comme il s’agit de noms de saints, ils sont précédés du mot “San”, “Santa”, “Santo”, qui est traduit par xa, xan, xate, xata, xato, (le x” = sh) en nahuatl. Parmi ces seize noms, trois seulement ont reçu le suffixe –tzin du nahuatl classique (suffixe révérentiel) : “San Antonio” (xanatoniotzin), “Santa Maria” (xatemaliatzin), et “Concepción” (coxepxiotzin) (Fo 6r, Fo 11 r).

32Le “scribe” a transcrit dans ces notes en caractères latins tous les noms de lieu (terrains, lieux habités, quartiers, villages (?)), en nahuatl et en espagnol (Liste et Tabl. 24 – 25). Nous supposons que les mots en nahuatl correspondent aux noms de lieu donnés par les Indiens, sans doute avant la Conquête. Certains se sont enrichis de noms de saints chrétiens en espagnol ; d’autres sont restés exclusivement indiens. Nous appellerons traditionnels ceux qui se sont conservés sans mélange d’influence chrétienne, soit parce qu’ils n’ont pas reçu de nouveaux noms chrétiens, soit parce qu’ils ont été préférés aux autres. Ils sont au nombre de treize, et parmi eux se trouvent les noms de la ville de Zempoala et de deux quartiers “barrios” (Fo 7r, Fo 14v). Les autres se répartissent entre noms de lieux habités et noms de terrains. On peut comprendre que les terrains aient gardé leurs noms d’origine, soit parce que les prêtres se seraient astreints à donner des noms chrétiens d’abord aux lieux importants, soit parce que la force de l’habitude d’appeler certains lieux par leurs noms en nahuatl ait aidé à les sauvegarder ; ce serait le cas des deux quartiers et peut-être aussi celui du nom de la ville.

33Nous avons groupé ces noms de lieu sous forme de tableaux (Tabl. 24 à 30) dans lesquels ils sont considérés sous différents aspects :

  • (Tabl. 24 et 25), ordre de leur présentation dans le Codex ;

  • (Tabl. 26 et 27), éléments traditionnels, chrétiens, et rapports avec d’autres éléments du Codex ;

  • (Tabl. 28), transcription ;

  • (Tabl. 29 et 30), application à des quartiers de la ville.

34Les noms chrétiens sont au nombre de dix-huit. Il s’agit des noms d’apôtres, d’archanges, de la Vierge, représentés : Saint Barthélémy, Saint Jean, Saint Marc (qui est cité deux fois), Saint Jacques le Majeur et Saint Thomas. Les Archanges sont Saint Gabriel et Saint Michel (qui se trouve cité deux fois) ; la Vierge est nommée Sainte Marie ou l’immaculée Conception. Comme saintes, nous trouvons Sainte Claire et Sainte Monique. Les saints cités sont Saint Augustin, Saint Antoine, Saint François et Saint Laurent. Deux fêtes ont donné leurs noms à des lieux de Zempoala : celle de la Sainte Croix et celle de la Toussaint. Cette dernière, non mentionnée dans le Codex, a été rajoutée au nom indien pour l’église de Zempoala. Nous les avons réunis sous forme de tableau (Tabl. 26).

35Trois des saints paraissent avoir fait l’objet d’une certaine préférence (Fo 7v, Fo 8v, Fo 9v) car le “scribe” dans le texte nahuatl fait précéder leurs noms de la formule : Notre père bien-aimé (Fo 7v, Fo 9v). Ceci pour Saint Michel et Saint Thomas. Quant à Saint François, le “scribe” a noté : “Le patron de ce lieu est notre père bien-aimé” (Fo 8v). Par contre, le nom chrétien Toussaint “Todos Santos” de l’église principale de Zempoala n’a pas été inscrit. Etait-il difficile pour les Indiens de savoir quel était le nom le plus important, parmi les saints de cette église, ou cette fête ne leur évoquait-elle rien ? Nous l’ignorons (Note 67bis).

36Ce qui nous paraît nouveau dans les manuscrits Techialoyan en prenant comme exemple le Codex de Zempoala, et en le comparant avec les manuscrits pictographiques mexicains traditionnels du XVIe siècle, c’est le fait que les toponymes sont utilisés comme un moyen d’expression. Ces noms traditionnels et chrétiens fixés dans notre manuscrit, par la pictographie et par les notes en caractères latins, ne sont pas uniquement des noms d’églises et de lieux existants aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ils dépassent le simple rôle de rendre compte de la réalité. Ils paraissent s’unir aux autres éléments dessinés (pictographiques) et écrits du Codex pour symboliser et exprimer indirectement les thèmes principaux contenus dans le manuscrit et qui se réfèrent à l’agriculture, aux bornes, aux comptes des terres. Ils constituent un moyen de fixer le cadastre des terres de Zempoala et la distribution de la propriété de ces terres (Tabl. 27).

37Dans le chapitre sur le contenu thématique, nous avons cherché les rapports entre les noms de lieu et les éléments de notre Codex qui concernent les terres, puis nous avons dressé un tableau comparatif de la toponymie et de ces éléments se rapportant aux terres tels que l’agriculture, les limites, les comptes de terres.

QUARTIERS

38L’idée de quartier est exprimée dans les pictographies par le dessin de plusieurs maisons à rez-de-chaussée et toit à terrasse dont l’une d’entre elles serait l’équivalent phonétique des deux dernières syllabes du mot : tlaxilacalli, qui veut dire quartier. Dans les notes en caractères latins, le “scribe” a fixé les noms des quartiers de Zempoala pour expliquer que certains lieux dans le Codex avaient le droit de recevoir cette appellation, et a fait suivre le nom du lieu du mot tlaxilacalli.

39Parfois le mot tlaxilacalli se trouve entre deux noms de lieu, il est alors difficile de savoir auquel des deux il se rattache. Nous avons choisi de prendre celui qui le précède, car dans ce manuscrit, ainsi que dans d’autres du même groupe, quand un nom de lieu se trouve isolé, le mot tlaxilacalli le suit immédiatement (Fo 6r, Fo 11r, Fo 11v, etc.).

40Le “scribe” a enregistré douze quartiers ou “barrios” ; ils sont notés de différentes façons. Deux ont conservé leurs noms indiens sans qu’il s’y ajoute de noms de saints. Ici, la tradition l’a peut-être emporté sur les nouveaux noms : ce sont les quartiers de Metepec (Fo 7r) et de Tepechichilco (Fo 14v). Trois autres ont gardé leurs noms indiens précédés du nom chrétien, c’est le cas des quartiers de San Mateo Tlaxomulco (Fo 15r), de Santa Cruz Tlamapan (Fo 4v), et de San Bartolomé Xalan (Fo 12r) ; tradition et nouvelle foi sont réunies dans ces toponymes. Six quartiers ne possèdent que des noms chrétiens, ce sont : San Agustín (Fo 12v), San Antonio (Fo 6r), San Gabriel (Fo 14r), San Marcos (Fo 10r), Santa Clara (Fo 11v) et Santa María Concepción (Fo 11r). Il s’agit peut-être de quartiers nouveaux, à moins que l’appellation chrétienne n’y ait supplanté le nom traditionnel. Enfin, un seul quartier ne porte pas de nom, par une erreur du “scribe” (Fo 5r) ou parce qu’il s’agit d’un quartier dont le nom a été mentionné auparavant ? Nous l’ignorons.

Méthode

41Nous avons réuni les noms des quartiers dans deux tableaux : l’un dans l’ordre de présentation dans le Codex (Tabl. 29), l’autre en tenant compte de leur nom traditionnel, chrétien ou double (Tabl. 30). Les noms des différents quartiers de Zempoala ont été regroupés dans une planche. Il s’agit d’un diagramme dans lequel nous avons placé au centre, le nom de la ville de Zempoala et ceux des quartiers qui sont visiblement restés inchangés. Rattachés à Zempoala, nous avons placé les trois quartiers qui, tout en ayant reçu un nom chrétien en espagnol, ont gardé leurs appellations indiennes. Tout autour, encadrant les quartiers antérieurs on trouvera les six quartiers qui ont perdu leurs noms traditionnels en nahuatl (à moins que ce ne soit de nouveaux quartiers), pour ne garder que leurs noms chrétiens en espagnol (Pl. 102 A).

LIMITES

42Nous avons déjà vu, en étudiant les deux comptes de terres tenus tout au long du Codex, que son but principal est l’enregistrement des terres dépendantes de la ville de Zempoala, sous forme d’une sorte de cadastre en pictographies et en caractères latins. Nous aurons l’occasion de le vérifier en étudiant d’autres aspects de ce manuscrit.

43Les manuscrits Techialoyan ont été appelés par les auteurs indiens eux-mêmes altepeamatl – les livres de la ville (de altepetl – ville et amatl – papier, livre) et tlalamatl – les livres de terres (de tlalli – terre et amatl – papier, livre), ce qui prouve l’importance de la délimitation des terres dans ce groupe de manuscrits (Note 68). Le tlacuilo a indiqué les limites des champs cultivés en dessinant les éléments qui les constituent, qu’il s’agisse d’accidents géographiques naturels ou de plantes cultivées à cet usage.

44Dans le Codex de Zempoala on trouve deux collines servant de limites (Fo 1v). Plus fréquemment, des arbres ou d’autres plantes ont été utilisés au milieu des champs de magueys pour que ces repères ou “bornes” attirent l’oeil. Les magueys eux-mêmes délimitent certains terrains quand ils ont été plantés volontairement en bordure des champs, coutume ancienne qui est encore en vigueur dans le Mexique contemporain pour séparer les terres et marquer la propriété individuelle ou collective.

45Le tlacuilo fournit un certain nombre de renseignements qui, pour nous, ont un rapport direct avec la délimitation des terres. Pour ce faire, il représente des arbres ou des plantes qui devaient être très visibles au milieu des champs de maguey : nopales (Fo 6r, Fo 7r, Fo 8r, Fo 8v, Fo 13r), palmiers – yczotl (Fo 7r, Fo 8v, Fo 14v), d’autres arbres aussi dont l’espèce n’est pas identifiée, mais dont la taille dépassait celle des magueys (Fo lv, Fo 6v, Fo 14v). Ailleurs, il se sert des magueys pour indiquer les bornes végétales, en les multipliant, parfois disposés d’une façon particulière : deux magueys (Fo 9v, Fo 10r), quatre magueys en ligne (Fo 15v), cinq magueys en équerre (Fo 15r).

46Exception faite des magueys qui correspondent phonétiquement à la première syllabe me– et à la racine de meyotoc – semé, planté de magueys, les autres représentations de magueys nous paraissent pouvoir être considérées aussi comme des marques, des bornes végétales, que les Indiens ont mis en terre à cet effet.

47D’après les dessins de notre Codex, nous avons reconstitué dans un tableau, les bornes végétales des terres de Zempoala ; nous avons réuni les pictographies que nous croyons en rapport avec ce sujet et avons construit une suite pictographique dans l’ordre de parution dans le manuscrit que nous avons appelé “Limites et pictographie” (Pl. 85 A).

48Le “scribe” du Codex de Zempoala n’a pas toujours eu le soin, peut-être faute d’espace, de parler des limites ou de définir les “bornes” parmi les plantes que le tlacuilo avait dessinées. En général, le “scribe” donne la préférence aux mesures de terrains et à leur culture principale. Il omet d’inscrire certains renseignements et quand le tlacuilo fait des dessins qui, à notre avis, indiquent une délimitation ou des bornes végétales, le “scribe” ne les a pas toujours consignées dans son texte. D’autres fois, son texte ne correspond pas directement aux dessins du tlacuilo dans la même page. Mais malgré ces lacunes, le “scribe” inscrit plusieurs fois des indications sur les limites des champs, d’une façon plus ou moins précise : la plus directe étant d’écrire dans le texte le mot nenemicoaxochtli qui veut dire les limites sont ici établies (de nenemi – aller et coaxochtli pour quaxochtli – les limites, les bornes).

49Ces notes se trouvent dans plusieurs pages du manuscrit (Fo lv, Fo 12r, Fo 15v, Fo 16r) et elles coïncident parfois avec les pictographies que le tlacuilo a fixées. Page (Fo lv), elles correspondent à un trait, deux collines placées à gauche de la page et deux arbres dessinés à droite. Page (Fo 15v), le tlacuilo a dessiné quatre magueys en ligne droite, ce qui, comme nous l’avons déja signalé, était inutile, car une seule représentation est la transcription phonétique de la syllabe me–, pour le mot meyotoc ; pour cette expression, le tlacuilo a souvent utilisé un maguey isolé. Pour les autres cas de notre Codex, le texte n’a pas de rapport direct dans la même page avec les dessins du tlacuilo.

50Le “scribe” a aussi employé necoccampa (de necoc ou necoccampa qui veut dire de deux côtés), qu’il applique aux magueys et qui paraît indiquer l’existence de limites. Quand il dit “planté de deux côtés”, il semble définir une façon de cultiver les magueys qui sert à d’autres fins que la seule exploitation de la plante ; et il est possible que ce mot s’applique aux lignes de magueys plantés en bordure des terrains pour les délimiter. Ils forment aussi des vrais murs végétaux employés traditionnellement au Mexique comme actuellement. Le mot necoccampa a été inscrit deux fois par le “scribe” (Fo 7v, Fo 16v) sans qu’il corresponde à aucune représentation pictographique, dans la même page. Dans le texte “long” d’autres manuscrits du groupe Techialoyan (Note 69), nous trouvons des descriptions assez détaillées de la délimitation des terrains. Chaque “scribe” nous a laissé, dans une suite plus ou moins logique, la définition des limites des terres de son village ou de sa ville. Dans le Codex de Zempoala, ces renseignements nous manquent. Si le “scribe” ne les a pas fixés de cette façon ou qu’il l’a fait dans un texte égaré, ou séparé aujourd’hui de l’ensemble des feuilles du manuscrit, les éléments de cette définition des limites se trouvent distribués, ici et là, dans les pages du manuscrit sous forme de pictographies, et de petites notes courtes en caractères latins.

51D’après les notes du manuscrit, nous avons aussi reconstitué dans un graphique, la suite des noms de lieu du Codex de Zempoala en rapport avec les bornes, dans l’ordre de leur parution dans le manuscrit. Ceci est le tableau que nous avons appelé “Limites et Toponymie” (Pl. 86).

52A partir de ces éléments qui correspondent à ceux qui ont été employés dans le “texte long” qui fait défaut, nous pouvons tenter de prendre la place du “scribe et de reconstituer, du moins en grande partie, la façon dont les limites des terres de Zempoala avaient été établies :

53“Elles commencent à Tzinquilocantepetl. Les limites ont été fixées au pied des montagnes par deux arbres. D’ici, elles s’étendent vers le quartier de San Antonio où elles ont été bornées par un nopal ; elles continuent vers Metepec où elles sont figurées par deux arbres. De là, les limites s’échelonnent vers lezotitlan, dans le quartier de Metepec, où un nopal et deux palmiers les ont déterminées. De là, elles s’étendent vers San Miguel où deux lignes de magueys les marquent, puis à Tepotzotlan un nopal les fixe au pied de la montagne. A San Francisco un nopal et un palmier les délimitent, et à San Mateo, deux lignes de magueys les contiennent. Allant jusqu’à Santa Cruz Tecocomulco où les deux lignes de magueys qui les tracent voisinent de très près avec les limites du quartier de San Mateo, elles passent le quartier de Santa Clara où un arbre les situe, et arrivent à San Bartolomé Xalan. Après San Lorenzo Tzaqualan et Coaxicaltepec où elles ont été précisées par un nopal, c’est au quartier de San Gabriel que le point de repère suivant est un arbre. Dans le quartier de Tepechichilco elles sont signalées au moyen d’un arbre et d’un palmier, dans celui du quartier de San Mateo Tlaxomulco, cinq magueys en équerre en sont l’empreinte déterminante. Elles repartent vers Santo Tomás où elles ont été matérialisées par des magueys plantés en ligne droite ; puis, sortant de Santa Monica Tochintla, elles débouchent à Santa Maria Tecaxtitlan où les limites ont été établies et fixées par des magueys plantés de deux côtés.”

54Ce texte “idéal” des limites de Zempoala dont les données dessinées et écrites s’étendent tout au long du Codex n’est pas très éloigné de ceux conservés dans d’autres manuscrits du même groupe Techialoyan et rédigés par différents “scribes” (Note 70). On retrouve des textes analogues dans les documents concernant la terre, même à l’époque actuelle (en espagnol, et sans pictographie) et dans les manuscrits traditionnels tardifs (Note 71).

Méthode

55Nous avons réuni dans deux planches et deux tableaux (Pl. 85 A, 86 ; Tabl. 16 et 17) les données des pictographies et des notes relatives aux limites (bornes végétales). Dans la première planche appelée Limites et Pictographie sont groupés les éléments pictographiques ayant trait aux limites des terres de Zempoala ; nous avons dessiné, dans l’ordre de leur parution dans le Codex tous les éléments pictographiques végétaux qui semblent exprimer le contenu thématique des limites des terres. Comme on peut le constater d’après cette planche, ces limites sont toujours végétales, mis à part deux exceptions (Fo 1v, Fo 8r).

56Dans la deuxième planche nommée Limites et Toponymie (PL 86) nous avons établi un schéma des noms de lieu, qui sont cités dans le Codex, noms relatifs aux limites des terres. Ces toponymes ont été rangés d’après l’ordre de leur parution dans le Codex.

57Dans le premier tableau nommé Limites des Terres, Rapports pictographies-notes-toponymie (Tabl. 16) nous avons réuni les données fournies par les pictographies et par les notes, dans l’ordre de leur parution dans le manuscrit. Nous avons placé dans la première colonne les pictographies désignant les limites des terres ; dans la seconde, les mots qui, dans les notes en caractères latins, parlent des limites ; dans la troisième, les toponymes associés aux limites des terres ; et, dans la quatrième, le numéro des pages du Codex.

58Le second tableau (Tabl. 17) est un tableau général des limites de terres. Un “X” figure dans la colonne du nopal (première), du maguey (seconde), des arbres (troisième), des palmiers (quatrième), des monts (cinquième), des lignes (sixième), chaque fois que ces pictographies servent à préciser des limites de terres. Les notes concernant les limites sont aussi mentionnées dans la septième colonne. Dans la huitième colonne suit la numérotation des pages du Codex.

SEJOUR SUR LE TERRAIN

59Notre séjour sur le terrain s’est effectué en deux étapes. Tout d’abord, nous avons entrepris des recherches dans les archives telles que l’Archivo General de la Nación (A.G.N.), de Mexico D.F., l’Archivo del Departamento de Asuntos Agrarios y Colonización, de México D.F. et de Pachuca, Hidalgo, et dans des documents conservés à la Presidencia Municipal de Zempoala, Hidalgo.

60Ensuite un séjour proprement dit sur les lieux mêmes : villages et sites de l’ancien “distrito de Pachuca” et dans l’actuel “Municipio” de Zempoala. Il a été réalisé pendant deux périodes : premiers mois de 1969 et été 1974.

DOCUMENTS

61A Mexico D.F., aux archives centrales du Departamento de Asuntos Agrarios, actuellement dénommé Departamento de la Reforma Agraria (?), nous avons pu étudier les dossiers des terres de la section “Ejidal” se référant à Zempoala, tels que les “expedientes” et les planos ejidales. A l’Archivo General de la Nación nous avons compulsé les fichiers et les index de diverses sections de ces archives qui sont parfaitement mis au point sur fiches et qui constituent d’utiles instruments de travail. Nous avons aussi procédé à l’étude des documents de la section “Tierras” ayant pour objet les litiges de terres et les problèmes des limites du Municipio de Zempoala, Hidalgo. La Mission Archéologique et Ethnologique Française à Mexico a mis à notre disposition les volumes de “censos”, les cartes et les photos aériennes qui couvraient la région de Zempoala.

62A Pachuca, dans les archives régionales du Departamento de Asuntos Agrarios, nous avons consulté les plans d’ensemble des “ejidos” des “Municipios” de Pachuca et de Zempoala ; ces plans, appelés “mosaicos”, se trouvent uniquement dans ce bureau, qui les garde jalousement puisqu'ils ne sont pas centralisés par le bureau principal de Mexico, Nous avons donc étudié les “mosaicos”, les cartes, le dossier des “ejidos” de Zempoala et des régions avoisinantes.

63Dans le village de Zempoala nous n’avons pas trouvé d’archives laïques ou religieuses. A la “Presidencia” nous avons eu accès au rapport et au croquis du “Municipio, faits en 1965 – 1966 (Note 72) et conservés dans le bureau du “Presidente Municipal”. Dans la Oficina Federal de Hacienda, on nous a communiqué le plan des “tinacales” ; et dans le bureau régional, les plans de la nouvelle route Pachuca-Ciudad Sahagún, alors en construction. Le prêtre nous informa que les documents gardés dans l’église étaient très modernes, mais nous ne les avons pas eus en main.

64Pour notre étude des noms de lieux anciens, P. Gehrard nous a très aimablement transmis toutes les données de géographie historique sur Zempoala, qu’il avait pu recueillir, et qui lui ont servi de base pour le chapitre correspondant de son livre de géographie historique mexicaine (Note 73). Nous avons utilisé la Relación Geográfica de Zempoala à des fins comparatives (Note 74). Au début de notre recherche, nous avions pensé faire une étude complète de cette si intéressante “Relación” et dont la carte est un véritable “Lienzo” traditionnel. Mais d’une part, notre étude sur le Codex Techialoyan, devenue trop longue, et de l’autre, l’impossibilité de publier la “carte” originale, nous ont empêché de continuer nos recherches en ce sens. En effet, l’institution américaine qui garde trop jalousement ce document, ne permet pas sa reproduction, tant qu’il ne sera pas publié par ses soins ; et nous attendons avec impatience, depuis 1964 que cette publication soit entreprise (Note 75). Aussi n’avons-nous employé que certaines données fournies par la “Relación Geográfica” et qui nous ont surtout servi pour la comparaison des noms de lieu et des représentations de constructions religieuses existant dans les régions de Zempoala et de Pachuca, au XVIe siècle.

ENQUETE

65Pendant notre séjour dans la région de Zempoala, nous nous étions proposé surtout de vérifier si les données géographiques du Codex étaient réelles et dans quelle mesure la toponymie s’était conservée, dans le cas où les noms de lieu du manuscrit s’avèraient être vrais. Ceci était un point important ; car si les données topographiques du Codex étaient réelles, elles pourraient nous donner un appui pour soutenir notre hypothèse de l’authenticité du manuscrit de Zempoala et des autres manuscrits Techialoyan.

Méthode

66Nous avons constitué notre fichier de toponymie en prenant comme base les noms de lieu contenus dans le Codex ; sur ces fiches nous avons inscrit les noms de lieu anciens et modernes trouvés dans les différentes sources consultées. Ce fichier nous a permis de faire des comparaisons de toponymie à différentes époques (XVIe, XVIIe, XVIIIe, XXe siècles) et de fichier de travail (puisque nous nous sommes servi de fiches dans les archives et sur le terrain) il s’est transformé lentement en fichier de résultats. A partir de données que nous avons enregistrées sur ces fiches, nous avons pu construire des tableaux comparatifs entre notre Codex, les sources anciennes et contemporaines, et les noms de lieu actuels (Tabl 30 A à E).

CONFIRMATION DES DONNEES DU CODEX

67Nos deux séjours sur le terrain nous ont permis de faire non seulement des incursions dans les archives régionales afin d’examiner des documents qu’il n’aurait pas été possible d’étudier ailleurs, mais aussi d’effectuer des parcours de toute la région d’après les renseignements fournis par le Codex. Ces parcours sont traditionnels parce que nous avons suivi village après village, site après site les noms de lieu de deux documents anciens tels que le Codex et le Mapa de la Relación Geográfica de Zempoala. Nous avons eu ainsi l’occasion de rencontrer des notables de différentes régions et de parler avec eux du passé et du présent de leurs villages, car la toponymie faisait surgir d’autres problèmes soit économiques, soit personnels. L’aide que nous avons reçue des habitants du “Municipio” et des chercheurs régionaux nous a été précieuse. Une vieille photo du “Mapa” laissée comme souvenir à l'un de ces chercheurs qui nous avait apporté son concours pendant notre premier séjour à Pachuca, l’avait conduit à effectuer une enquête géographique détaillée assez importante. A notre retour le Dr. J. Ortega nous a communiqué généreusement toutes les données utiles pour l’étude du Codex de Zempoala. Les résultats que nous avons obtenus lui appartiennent autant qu’à nous.

Méthode

68A partir des données de notre enquête, nous avons réalisé deux croquis et cinq tableaux. Le premier croquis se fonde sur celui fait au Mexique en 1965, où nous avons réuni sur une ligne les noms de lieux périphériques (indiqués par le Codex) et qui nous donnent une idée approximative du périmètre de Zempoala à l’époque de l’établissement du Codex (Pl. 80 A).

69Le second croquis s’érige sur celui des “Tinacales” (Note 76) existant dans le Municipio. Nous y avons signalé, également par une ligne, le périmètre de Zempoala à l’époque de l’établissement du Codex nous y avons stipulé aussi les lieux contenus dans notre Codex et dans l’étude de 1965 (Pl. 80 B).

70Le premier tableau (Tabl. 30 A) se développe sur six colonnes ; dans la première on trouve le numéro d’ordre de la toponymie, dans la seconde le nom de lieu ancien selon 1 ordre de sa parut ion dans le Codex ; dans la troisième, la page du Codex ; dans la quatrième le nom actuel chrétien-traditionnel ; dans la cinquième la catégorie du lieu dans le Municipio de Zempoala ; dans la sixième les noms des autres “Municipios”, en dehors de Zempoala.

71Le second tableau (Tabl. 30 B) se lit sur sept colonnes. Dans la première on indique le numéro d’ordre de la toponymie ; dans la seconde les noms de lieux anciens dans un ordre alphabétique ; dans la troisième on retrouve le numéro d’ordre du premier tableau (Tabl. 30 A) ; nous mentionnons dans la quatrième, la page du C odex ; dans la cinquième, les noms de lieux actuels (chrétiens-traditionnels) ; dans la sixième, la catégorie des lieux dans le Municipio de Zempoala ; et enfin dans la septième les noms des autres “Municipios”.

72Le troisième tableau (Tabl. 30 C) se présente en six colonnes contenant : la première, le numéro d’ordre de la toponymie ; la deuxième les noms actuels dans un ordre alphabétique (traditionnel-chrétien) ; dans la troisième, les noms anciens traditionnels-chrétiens du Codex ; la quatrième, la page du Codex ; la cinquième les noms de lieu trouvés dans la “Relación Geográfica” ; la sixième enfin les noms de lieu des listes de toponymie (1791 – 1792).

73Le quatrième tableau (Tabl. 30 D) se compose également de six colonnes. Il y apparaît en première colonne le numéro d’ordre de la toponymie ; en deuxième, les noms de lieu actuels (chrétiens-traditionnels) dans un ordre alphabétique ; en troisième, les noms anciens (chrétiens-traditionnels) du Codex de Zempoala ; en quatrième, le numéro de la page du Codex ; en cinquième, les noms de lieu de la “Relación Geográfica’ ; en sixième les noms de lieu (chrétiens-traditionnels) des listes de toponymie 1791 – 1792.

74Le cinquième tableau (Tabl. 30 E) est constitué de neuf colonnes. Les quatre premières présentent respectivement ; le numéro d’ordre de la toponymie, les noms de lieu dans l’ordre de leur parution dans le manuscrit, la page du Codex, la correspondance avec les tableaux 24 – 25. Dans la cinquième colonne la lettre “C” en majuscule précise un élément chrétien du nom de lieu. Les sixième, septième et huitième colonnes sont réservées aux constructions religieuses, la lettre “E” en majuscule signale la présence d’une église dans notre Codex, dans la “Relación Geográfica” et dans le “Municipio” actuel. Dans la neuvième colonne figurent les autres “Municipios” où sont actuellement localisés certains lieux du Codex.

RESULTATS

75Le résultat le plus important que nous avons obtenu, est l’identification de la grande majorité des noms de lieu du Codex et leur localisation sur une carte moderne (PL 80 A – B). Cette carte nous permet d’avoir une idée approximative de ce que notre Codex représente géographiquement, en tant que “cadastre”. Elle situe les lieux où les gens de Zempoala possédaient des terres à l’époque de l’établissement du manuscrit ; ces terres devaient être considérées comme inestimables par les habitants de la région, pour qu’ils aient décidé de les fixer sur un registre pictographique.

76Quelques faits rendent la recherche de certains noms plus complexe ; par exemple : un nom traditionnel (tel que Xalla), avant l’arrivée du christianisme désigne une étendue assez considérable de terres ; après la Conquête, plusieurs noms chrétiens (peut-être à cause d’un partage) se référent à cette même étendue (“San Bartolomé, Santa Clara, San Antonio”). Dans les sources nous trouvons tantôt le nom traditionnel appliqué seul, pour indiquer une partie de cette étendue, tantôt le nom chrétien seul pour désigner la fraction d’un grand terrain dont le nom traditionnel n’est pas exprimé. Il arrive aussi que l’on donne un seul nom chrétien à des terrains qui, étant assez grands, comprennent divers lieux ayant plusieurs noms traditionnels.

77Dans certaines sources, telle la “Relación Geográfica”, les noms traditionnels figurent soit par des glyphes, soit par des notes en caractères latins, alors que sur la “carte” des dessins de plusieurs églises montrent qu’il y avait des noms chrétiens attribués aux lieux où ces églises étaient construites. Dans le Codex de Zempoala, certains noms traditionnels ont été omis ; le “scribe” a préféré inscrire les noms chrétiens. C’est grâce à d’autres documents que nous avons pu retrouver les noms doubles (traditionnels-chrétiens).

78Dans les documents actuels, les lieux sont signalés tantôt par leur nom traditionnel, tantôt par leur nom chrétien. Ici, nous avons essayé de donner les deux noms ensemble.

79Quant aux transformations de la toponymie de Zempoala depuis l’époque de l’établissement du Codex jusqu’à nos jours, nous pouvons voir que, de ces doubles noms, parfois, un seul s’est conservé ; l’autre a disparu ou s’emploie rarement dans les documents. Cette conservation n’obéit pas à une règle ; quelquefois c’est le nom traditionnel, à d’autres moments le nom chrétien s’est maintenu par l’usage. Il arrive, il est vrai, de trouver les deux noms ensemble. Certains noms traditionnels, en nahuatl, ont subi de légères transformations mais sont facilement reconnaissables.

80Voici quelques exemples (Tabl. 30 A, numéros de parution)

  • 1) Tzinquilocan est devenu Singuilucan

  • 16) Nopalan, Nopalapan

  • 25) Tecpancalco, Tecpancala

  • 27) Xallan, Jala

  • 29) Tzaqualan, Zacuala

  • 31) Tepemaxalco, Tepemazalco

  • 34) Tlaxomulco, Tlajotnulco

  • 37) Tecaxtitlan, Tecajete

81D’autres noms traditionnels auraient subi des transformations “totales” (?) qui paraissent douteuses, ainsi :

  • 5) Tlamapan serait devenu Tlanalapan (?)

  • 6) Tecpilco, Tepa (?)

  • 30) Coaxicaltepec, Coatepec (?)

82La juridiction de Zempoala ayant beaucoup changé depuis l’établissement du Codex, certains noms de limites n’existent plus maintenant ; d’autres appartiennent actuellement à des “Municipios” différents de Zempoala (Tabl. 30 A, numéros de parution : 1, 5, 12, 15, 16, 18, 19, 33) ; ainsi Tzinquilocantepetl, Santa Cruz Tlamapan, San Miguel Nopalan, etc. D’autres lieux disparus ont pu être localisés par des ruines des villages anciens (Tabl. 30 A, numéros de parution : 25, 26) : tel est le cas de Tecpancalco et de Santa Clara.

83Parmi les noms de lieu que nous n’avons pas réussi à identifier, certains ont dû être utilisés pour désigner soit de petits terrains, soit des limites anciennes (Tabl. 30 A, numéros de parution : 1, 10, 12, 13, 15, 22). Par example, Poyautla (Fo 10v) (Tabl. 30 A, numéro de parution : 22), nous ne l’avons vu que sur un seul document de 1806, figurant parmi les limites de Zempoala, en tant que “cerrillo’ (Note 77). Parfois ces noms, rattachés à d’autres, plus importants, chrétiens ou traditionnels, auraient disparu, se seraient fondus dans le nom de lieu principal.

84Dans notre fichier, nous avons fait figurer, en tant que toponyme le mot Tepetlitzintla (Fo 8r) ; ce nom ne se retrouve pas dans les sources ; il est possible qu’il s’agisse d’un mot, d’un substantif se référant à un nom de lieu, et qui donnerait la description suivante : “au pied de la montagne” de Tepetl – montagne, et tzintli– avec –tlan – au pied, à la base ; dans ce cas il ne serait pas un topönyme.

85Outre cette recherche à travers les documents, les informateurs des villages du “Municipio” de Zempoala et des “Municipios” voisins nous ont beaucoup aidé tantôt à faire le lien entre les noms chrétiens et des noms traditionnels qui ne se trouvaient pas ensemble dans nos sources écrites, tantôt à confirmer les noms doubles (traditionnels-chrétiens) figurant dans plusieurs manuscrits. C’est oralement aussi que nous avons réussi à retrouver des noms déformés, hispanisés ou remplacés par un diminutif du nom original ; tel est le cas de Santa María Concepción transformé en la Concha et la Conchita. Il est arrivé que, dans la mémoire des plus vieux habitants d’un village, le souvenir de certains noms s’était effacé ; mais des vestiges archéologiques coloniaux ont pu donner la réponse à certaines de nos questions. Ainsi, dans le petit village de Zacuala nous essayions de vérifier le nom chrétien San Lorenzo qui, dans le Codex, et dans d’autres sources, se trouve associé avec le nom précédent ; nous pensions trouver les traces ou les ruines d’une construction religieuse ; or, les vieux notables affirmaient n’avoir jamais eu connaissance de l’existence d’une église dans leur village. Et pourtant un jour, quelqu’un nous a montré deux belles colonnes en pierre volcanique (ayant certainement fait partie d’une façade chrétienne coloniale) et un morceau d’une fontaine baptismale (“fuente de Bautizo”) en marbre blanc, décoré d’une tête de faune formé par plusieurs feuilles d’acanthe (détails qui caractérisent le style renaissant). Ces vestiges avaient été trouvés enfouis dans la propriété de cet homme qui les gardait jalousement. Nous croyons que la chapelle a été détruite il y a longtemps (peut-être au XVIIIe siècle) et que depuis le nom chrétien du lieu s’est effacé de la mémoire des habitants.

CONCLUSIONS

86De la comparaison des données géographiques de notre manuscrit avec la réalité historique (les éléments contenus dans les sources) et les données de la toponymie actuelle, s’impose une remarque générale : la survivance de la plupart des noms de lieu, leur continuité sinon depuis l’époque précolombienne, du moins depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours. Les transformations, les déformations et les changements que nous avons constatés paraissent peu importants.

87Par ailleurs, il s’avère que les données géographiques du Codex sont vraies et se trouvent confirmées. Ce fait vient appuyer notre hypothèse de l’authenticité des manuscrits Techialoyan, entrevue déjà, dans notre travail. S’il en est ainsi on remarque aisément l’utilité de l’étude de ce groupe de manuscrits longtemps tenus pour suspects.

88Il est intéressant de souligner que si l’on prend d’une part les données chronologiques fausses figurant dans les textes en caractères latins contenus dans ces manuscrits (une ou deux par Codex) et certains noms mythiques ou historiques (noms de dieux ou noms de personnages historiques) cités mal à propos ou d’une façon erronée, et d’autre part, les données géographiques et économiques de chaque document, on constate une proportion d’erreurs minime. Ce fait ne peut pas diminuer la valeur réelle et l’intérêt proprement scientifique des Codices. Il n’entre pas dans notre intention de défendre scientifiquement la totalité des manuscrits Techialoyan bien que les ayant examinés un par un. Notre méthode ne nous permet pas d’anticiper ou plutôt de généraliser un résultat ; nous ne pouvons que souligner l’importance, la véracité et la valeur scientifique des données d’un seul Codex, celui de Zempoala. Ultérieurement et par un travail d’équipe nous pensons pouvoir arriver à démontrer l’importance de ce “corpus”. Dans le cas présent, notre étude vient s’ajouter aux travaux de Schmieder et Harvey sur les manuscrits Techialoyan de Cuajimalpa et Huixquilucan (Note 78). Dans ces trois cas, les données géographiques, économiques réelles coïncident avec celles figurant dans les documents pictographiques.

89Nous ne pensons pas que le sujet soit pour le moment épuisé. Plusieurs études de géographie historique restent à faire, en rapport direct avec le contenu géographique de notre Codex, à savoir :

  • l’évolution historique de la toponymie de la région de Zempoala, de l’époque précolombienne à nos jours,

  • le contenu thématique des toponymes, qui pourrait aider à la compréhension de la formation des glyphes et de leurs éléments (description physique des lieux, etc),

  • la reconstitution des cartes de la région, du XVIe au XXe siècle,

  • l’histoire de la transformation économique régionale (agriculture, industrie “pulque-ra”, etc.),

  • l'établissement et les transformations des constructions religieuses, etc.

90D’autres sujets pourraient aussi faire l’objet d’études. Il n’entre pas dans notre but de résoudre tous les problèmes. Nous avons essayé de trouver les moyens nécessaires à une véritable lecture complète du document (thématique, idéographique, phonétique, etc.) ; comme c’était le cas des “Lienzos” (Note 79), toutes les données émanant de cette lecture peuvent ainsi être mises à la disposition des spécialistes, afin que le champ ainsi ouvert soit élargi et approfondi. Nous continuons à croire (et notre participation à divers colloques et congrès ainsi que la lecture de récents travaux publiés par des spécialistes de Codices et d’écritures mésoaméricaines renforcent notre conviction) que dans ce domaine on est encore au stade de la recherche d'une méthode (ou des méthodes) permettant la réalisation d’analyses détaillées de tous les éléments des manuscrits. Il est indispensable d’effectuer la lecture complète de tous ces éléments complexes : écrits, dessinés (comme on veuille bien les appeler, le nom importe peu) et cela avant de se lancer dans les “véritables interprétations” qui par ailleurs proviennent surtout d’autres sources écrites en espagnol. Nous sommes encore très loin des lectures complètes et encore plus des conclusions vraiment scientifiques concernant les “systèmes” d’écriture.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search