Version classiqueVersion mobile

Codex de Zempoala

 | 
Joaquín Galarza

Introduction

Approche des manuscrits Techialoyan

Texte intégral

Approche des manuscrits Techialoyan

1Les spécialistes groupent sous le nom général de Techialoyan, un certain nombre de manuscrits mexicains qui, par leur aspect extérieur, se distinguent de l’ensemble des manuscrits traditionnels. Des particularités caractéristiques les isolent du reste. En général, ils se présentent sous quatre formes :

  • livre,

  • tableau,

  • carte,

  • rouleau.

  • 1 Gómez de Orozco, F. El códice de San Antonio Techialoyan..., 1933.
  • 2 Barlow, R. H. The Techialoyan codices..., 1943.

2Leur nom est celui du village de San Antonio Techialoyan d’où provient le premier manuscrit étudié en détail1. R.H. Barlow qui s’est intéressé à ces manuscrits, les a ainsi baptisés et leur a affecté des lettres majuscules qui suivent le nom général2. Certains d’entre eux se trouvent encore dans leurs villages d’origine ; mais la plupart sont gardés dans des institutions mexicaines ou étrangères des Etats-Unis ou d’Europe. Ils ont fait partie des preuves légales dans les dossiers de litiges de terres, accompagnés d’autres manuscrits en nahuatl et en espagnol. Certains sont encore ainsi conservés ; d’autres ont été séparés du reste des documents du dossier.

  • 3 Robertson, Donald et Martha. Catalog of Techialoyan manuscripts... 1975.

3D’autres spécialistes que Barlow se sont penchés, à des époques différentes, sur ces manuscrits ; Gómez de Orozco, Schmieder, Mc Afee, Robertson, Harvey, Horcasitas, etc. Les manuscrits Techialoyan ont posé des problèmes et suscité des discussions quant à leur support, leurs auteurs, leur datation, leur authenticité... Mais notre intention n’est pas de réaliser ici une présentation générale de l’ensemble de ces manuscrits. D. Robertson l’a fait d’une façon détaillée et précise dans son étude sur les Techialoyan qui vient de paraître dans les derniers volumes du Handbook of Middle American Indians3.

4Comment sommes-nous arrivé à nous occuper des manuscrits Techialoyan ? Dès le début de notre recherche, lors de nos incursions dans les archives et les bibliothèques, nous avions rencontré fréquemment des manuscrits Techialoyan originaux. A cette époque nous n’avions pas encore aperçu leur importance, car ils semblaient éloignés de nos préoccupations. Notre premier contact direct a eu lieu pendant le Congrès des Américanistes à Mexico, en 1962. C’est là que nous avons entendu les premières discussions, assez vives, sur la “fausseté” des Techialoyan, par certains membres du Gremio (Cline, Harvey, Nicholson, etc.). Au cours de notre visite à la Newberry Library, en 1963, nous avons pu consulter les premiers originaux et les examiner en détail. C’est dans le courant de la même année que nous avons connu les travaux de Harvey et de ses disciples qui se trouvaient au Mexique et qui analysaient le contenu géographique du Codex de Huixquilucan (Techialoyan 724), sur le terrain même.

  • 4 Galarza, J. A preliminary check-list... 1966.

5Au Congrès des Américanistes en Espagne, en 1964, nous avons fait la connaissance de D. Robertson et nous avons participé avec lui aux discussions, en dehors du Congrès, entre les divers membres du Gremio, à propos justement des manuscrits que nous avions étudiés à Chicago (les Codices de Zempoala et de Tepotzotlan), en vue du catalogue des manuscrits mexicains, que nous avions commencé à la Newberry Library4. Certains aspects avaient attiré notre attention, notamment le support, le style des dessins et des lettres.

6Après le Congrès d’Espagne, répondant à une invitation de Robertson, nous nous sommes rendu à la Nouvelle Orléans où nous avons connu les manuscrits de Xonacatlan et de Coacalco conservés à la Tulane University. Là, Donald et Martha Robertson ont mis à notre disposition les dossiers et les fichiers qu’ils avaient réunis sur les Techialoyan, et cela dans le but d’établir un catalogue complet du groupe, permettant leur étude du point de vue de l’histoire de l’art. Deux nouveaux séjours nous ont permis d’examiner en détail les deux manuscrits et de mesurer leur importance dans la compréhension de nombreux aspects des manuscrits traditionnels plus anciens. L’encouragement que nous avons trouvé chez les Robertson au cours de réunions de travail et de conversations nous a poussé à entreprendre une étude approfondie des deux manuscrits de Tulane et de ceux de la Newberry Library. Ce travail avec les Robertson s’est poursuivi non seulement au Département de l’Art de l’Université, mais aussi chez eux, dans leur bureau personnel. De notre côté nous avons pu les aider dans leur recherche sur l’identification des noms de lieu principaux contenus dans le texte nahuatl des Codices Techialoyan. C’est ainsi que nous avons trouvé et précisé notre premier sujet, celui du rapport direct entre le texte et les dessins qui transcrivent les noms de lieu (la toponymie Techialoyan). Ce problème passionnant nous a décidé à continuer, à des fins comparatives, l’identification des noms de lieu contenus dans tous les autres manuscrits accessibles. Nous avons essayé alors de connaître tous les Techialoyan originaux existants et recensés dans le futur catalogue des Robertson. Nous avons suivi, grâce à ce document, un itinéraire Techialoyan, en Europe (Angleterre, Allemagne, France) et en Amérique (Etats-Unis, Mexique). Il est à signaler que nous avions déja eu l’occasion d’examiner toutes les reproductions photographiques des dossiers des Robertson, qui seront déposés plus tard à la bibliothèque de la Tulane University.

7Nous avions projeté d’abord de faire une étude de la toponymie contenue dans les manuscrits Techialoyan. Mais au fur et à mesure que nous examinions ces documents, de nombreux problèmes dignes d’intérêt surgissaient. Très vite nous nous sommes aperçu qu’il était impossible de résoudre ces problèmes et même d’entreprendre une recherche scientifique en ce domaine sans l’élaboration d’une méthode précise. Puisque les Robertson préparaient le catalogue et la présentation générale des Techialoyan, la nécessité de la méthode se faisait plus, urgente. Une fois cette méthode établie, nous pourrions avoir le loisir de commencer des recherches sur des problèmes particuliers ou généraux.

8Robertson, dans son travail, fait le point sur les études de ces manuscrits ; ce qui nous permet de renvoyer le lecteur à ce catalogue et au texte de présentation qui l’accompagne : tous deux étant des références indispensables. Dans cette introduction générale nous ne traiterons que des points dont le développement nous paraît nécessaire à la compréhension de notre démarche et à l’étude du Codex de Zempoala. Trois points méritent d’être analysés :

  • le support (papier et reliure),

  • les auteurs (tlacuilo et “scribe”),

  • l’authenticité de ces manuscrits (dates) ; la présentation matérielle des manuscrits est un premier sujet d’étonnement quand on examine ces documents dont le mélange heureux des dessins et des textes fait penser à une association réussie d’un peintre et d’un “scribe”. L’authenticité nécessite un examen avant la présentation même de notre méthode, car celle-ci suppose que ce qui a été jugé comme “faux” par divers chercheurs et spécialistes, ne l’est guère.

SUPPORT

  • 5 Schwede, R. Ein weiterer Beitrag... 1916.
    Lenz, H.
    Las fibras y las plantas... 1949.

9Le papier et la reliure : Dans les manuscrits Techialoyan, le papier est indigène, fait de fibres végétales. D’analyses faites à plusieurs reprises5, il résulte que des fibres d’amatl (écorces obtenues d’un arbre du genre Ficus) ont été utilisées. Ils possèdent en commun avec la plupart des manuscrits traditionnels du XVIe siècle et avec les manuscrits précolombiens, la matière première.

10Quant à la technique de fabrication, elle paraît en grande partie différente. Elle débute de la même façon : par le “battage”, l’écrasement de l’écorce à coups répétés, jusqu’à ce que les fibres brutes adhèrent entre elles (Pl. 85). Les procédés diffèrent en ce qui concerne la finition. Dans les manuscrits autres que les Techialoyan, le papier était soumis à un lissage des surfaces, puis apprêté pour rendre l’écriture plus facile. Dans les Techialoyan, le papier semble avoir été laissé brut, tel qu’il a été obtenu de la première opération. Il est rugueux, ses fibres sont visibles à l’oeil nu et sensibles au toucher. Leur couleur, beige, nous apparaît naturelle comme si elles n’avaient jamais subi de traitement pour devenir blanches.

11La qualité du papier est la même pour tous les manuscrits Techialoyan, ce qui nous fait penser à une origine commune, ou à un commun accord pour le façonner. Les fabricants se trouvaient peut-être quelque part en zone otomi, où cette technique de fabrication survit encore de nos jours. D’ailleurs, la zone otomi coïncide en partie avec celle des villages où l’on trouve des manuscrits Techialoyan.

12Le format des feuilles varie selon le manuscrit. Elles sont formées de divers morceaux qui mesurent entre 11,5 et 12 cm par 27 et 27,5 cm, obtenus directement par l’écrasement de différentes couches de fibres. Elles ont des bords irréguliers car elles n’ont été ni rognées ni découpées – pour cette raison, leurs dimensions varient parfois d’un centimètre.

13Les couches sont écartées sur toute la longueur des rectangles ainsi formés, puis introduites entre celles du rectangle suivant, et ainsi de suite, jusqu’à l’obtention du format désiré (Pl. 85). La partie où les couches sont superposées est alors écrasée à son tour, pour obtenir leur adhérence. Elle est visible et forme des épaisseurs qui devaient gêner autant le tlacuilo que le “scribe”. Dans les manuscrits antérieurs, non Techialoyan, pré et post-colombiens, ces jointures sont plus difficiles à déceler car le traitement postérieur des feuilles adoucissait les surfaces.

14La volonté des auteurs des manuscrits Techialoyan de type “livre” de suivre les techniques européennes de reliure apparaît avec évidence dans tous les détails de leur fabrication : confection de grandes feuilles destinées à être pliées pour former des cahiers, superposition de ceux-ci, couture les réunissant pour donner un “livre”, première page réservée en sorte de couverture. Même si l’application de ces techniques n’est que maladroite et rudimentaire, il est certain que les auteurs y avaient eu accès et qu’ils voulaient les utiliser. Ceci rejoint une hypothèse que nous avons plusieurs fois émise : les manuscrits Techialoyan étaient conçus afin d’exposer des thèmes sur un support à la fois européen et indigène.

AUTEURS

15Les manuscrits mixtes du XVIe siècle composés de dessins et de texte en caractères latins étaient, pour la plupart, réalisés en deux temps ; les pictographies ou dessins étaient faits d’abord, les notes ajoutées par la suite.

16Dans les manuscrits Techialoyan, comme dans les manuscrits pictographiques du XVIe siècle, le réalisateur principal est un dessinateur traditionnel, le tlacuilo (de tlacuiloa - écrire, peindre). Les gloses ou les notes en caractères latins viennent après, ajoutées parfois par le tlacuilo lui-même. Dans la presque majorité des cas, ces notes semblent être fixées par une autre personne que nous avons appelée, dans notre étude, le “scribe”, pour le différencier du précédent.

  • 6 Robertson, D. The Techialoyan codex of Tepotzotlan... 1960, p. 129.

17L’unité ou la similitude de style, de dessin, et d’écriture, ont fait penser que les manuscrits Techialoyan ont été exécutés par la même main. Mais vu le nombre de villages producteurs et détenteurs de ces manuscrits, une telle hypothèse nous paraît peu probante. Nous pensons plutôt à l’existence d’un groupe ou d’une école de tlacuilo et de “scribes”, qui ont réalisé leur travail avec une uniformité voulue, fondée non seulement sur la connaissance d’une même technique du dessin et de l’écriture européenne, mais aussi sur un accord commun. Ils se seraient réunis pour décider du genre de documents qu’il fallait produire, du papier devant être employé, du style qu’ils voulaient adopter, du contenu thématique, etc. Peut-être faisaient-ils circuler une sorte de “cahier de modèles”, hypothèse que rien ne prouve encore, mais qui nous semble intéressante. Parfois, le “scribe” d’un manuscrit Techialoyan et son tlacuilo ne font qu’un. Tout au moins la signature et le nom de la fin de certains documents6 appartiennent à une seule personne, qui signe elle-même Tlacuylo. Mais dessinateur et calligraphe, tlacuilo et “scribe” ne sont pas toujours identifiés dans le texte “long” des manuscrits Techialoyan et nous restons ici dans les suppositions. En ce qui concerne le manuscrit de Zempoala, l’absence du texte “long” nous empêche de savoir le nom de l’un et de l’autre.

18Le tlacuilo des Techialoyan nous apparaît comme à mi-chemin entre le tlacuilo traditionnel et le peintre ou illustrateur européen, même s’il emploie mal ses nouvelles connaissances et si ses peintures sont naïves ou imparfaites.

19Le “scribe” pouvait être un nahuatlato (de nahuatl –langue mexicaine et tlatoa– parler), quelqu’un qui parlait le nahuatl ; ou encore un dessinateur de lettres qui ne faisait que copier un texte préparé à l’avance qu’il distribuait au fur et à mesure dans les pages. Ceci est un point qui mérite d’être étudié et développé et, espérons-nous, éclairci par la suite grâce aux analyses détaillées des autres manuscrits Techialoyan.

20Parmi les réalisateurs des manuscrits Techialoyan, il faut compter aussi les notables du village (le Conseil des Anciens) qui fournissaient sans doute les données du contenu thématique du Codex. En effet, les détails contenus dans ces manuscrits doivent avoir été donnés par des gens connaissant à fond les problèmes des groupes indigènes et leurs traditions. Pour nous, ce sont eux qui ont dicté les thèmes des manuscrits aux deux réalisateurs artistiques, le tlacuilo et le “scribe”.

21Si l’on compare un Codex du groupe avec d’autres manuscrits Techialoyan, on peut voir que certaines scènes se répètent ; des dessins similaires se trouvent dans d’autres Codices, comme par exemple ceux de Huixquilucan, Xonacatlan, Totolapan, Cuajimalpa. Ce sont entre autres les scènes qui représentent :

  • l’arrivée des Espagnols, “Conquistadores” habillés de leurs armures,

  • la généalogie d’un personnage important (de la ville ?),

  • l’Hôtel de Ville,

  • l’image du saint protecteur de la ville “Santo Patróno”,

  • une scène de baptêmes, etc.

  • 7 Codex de Xonacatlan (Techialoyan 723), Latin American Library, Tulane University.

22Ces pages sont communes à plusieurs de ces manuscrits Techialoyan ; Robertson en déduit que les différents manuscrits ont eu un modèle commun dont ils se seraient tous inspirés. Nous ne faisons qu’évoquer ici ce problème car Robertson prépare une étude détaillée, prenant comme base le Codex de Xonacatlan qui est l’un des manuscrits Techialoyan les plus complets7. En attendant ses résultats, nous croyons que, s’il est possible d’affirmer l’existence d’un accord entre les villages intéressés afin de produire des “preuves” écrites, associées aux pictographies, plus ou moins légales, sous la forme des Techialoyan, il est par contre pour le moment très difficile de montrer “scientifiquement” l’existence du modèle commun des pictographies et des textes, pour la simple raison que des données nous manquent. Nous pensons qu’il faut tout d’abord faire avancer l’étude approfondie des autres manuscrits Techialoyan et de beaucoup d’autres sources pictographiques encore inconnues pour le moment. En soi, l’hypothèse paraît séduisante bien qu’il ne faille la considérer que comme une supposition confirmée.

  • 8 Codex de Coacalco (Tech. 743), Latin American Library, Tulane University.

23La seule parenté que nous ayons pu découvrir jusqu’à présent dans les manuscrits Techialoyan provient du Codex de Coacalco8. Plusieurs pages de certains manuscrits tels que ceux de Cuajimalpa, Xonacatlan, Huixquilucan, etc. ont des ressemblances avec ce Codex. Ce manuscrit a-t-il servi de modèle à plusieurs Techialoyan, ou un autre manuscrit a-t-il été le modèle commun aux manuscrits Techialoyan et à celui de Coacalco ? Nous ne saurions le dire encore. Il est indubitable qu’une inspiration commune a produit certaines des pages de ces manuscrits.

24Le manuscrit de Coacalco, par la technique du dessin, est lui aussi tardif (XVIIe-XVIIIe siècle ?). Il est encore inédit et est conservé dans la Bibliothèque latino-américaine de la “Tulane University” à la Nouvelle Orléans. Il n’a encore été ni étudié scientifiquement ni observé en détail. Il possède en commun avec les manuscrits Techialoyan certains éléments historiques et certaines pictographies. Parmi les pages d’inspiration commune, il s’en trouve surtout deux qui possèdent une liste pictographique de noms de lieu, un arbre généalogique, “nopal” et la maison principale (Hôtel de Ville ?) ainsi que la représentation d’un chef indien civilisé (Aztèque).

25Les pages du Codex de Coacalco et celles des manuscrits Techialoyan équivalentes dans les pictographies, diffèrent soit dans certaines interprétations, soit dans les textes mêmes.

26Une étude comparative de ces deux Codices reste à faire. Seule une analyse détaillée peut nous donner des repères pour une conclusion. La nécessité d’un tel travail étant reconnue, nous nous permettons de laisser cette recherche hors du champ analysé ici, quitte à y revenir plus tard.

AUTHENTICITE

  • 9 Gómez de Orozco, F. La pintura indoeuropea... 1948.
  • 10 Barlow, R. H. The Techialoyan codices...1943.
  • 11 Robertson, D. Mexican manuscript painting... 1959, p. 190 à 195.
  • 12 Robertson, D. Mexican manuscript painting... 1959, p. 194-195.
  • 13 Robertson, D. The Techialoyan codex of Tepotzotlan... 1960.
  • 14 Handbook of Middle American Indians... 1964-19.

27Les manuscrits Techialoyan étaient jugés jusqu’à ces dernières années comme des faux. Certains chercheurs qui ne les connaissent nue d’une manière superficielle, les jugent encore ainsi. Cela vient en grande partie du fait que des spécialistes, tels que Gómez de Orozco9 et Barlow 10les ont considérés comme faisant partie de la production indigène du XVIe siècle mexicain. Partant de cette idée, les comparaisons avec les manuscrits traditionnels confirment la présomption de fausseté, car les différences entre les uns et les autres sont énormes. En effet, le peu d’effort consacré à l’étude de ces manuscrits devait induire en erreur. Robertson les a inclus dans son étude sur les manuscrits pictographiques du XVIe siècle et les compare avec les autres de même époque, en faisant remarquer les différences qui existent sur certains aspects11. Dans cette étude, Robertson, frappé par la distance qui les sépare de la tradition, en arrive à émettre l’opinion que ces manuscrits ont été faits au XVIIIe siècle12; et même que ces documents sont des “forgeries”, des contrefaçons, idée qu’il soutient dans son étude du Codex Techialoyan X13. Depuis, l’auteur est revenu sur ce point de vue14.

28L’idée de l’inauthenticité de ces manuscrits était encore renforcée par les dates exprimées dans le texte. Traduites, ces dates ne paraissent pas correspondre à la réalité historique. D’une part, elles correspondent au XVIe siècle et d’autre part, d’après ce que nous savons d’autres sources, les événements mentionnés dans les textes ne peuvent s’appliquer aux personnages historiques auxquels ils sont attribués. Ainsi, par exemple, il s’agit fréquemment de Don Antonio de Mendoza, premier vice-roi de la Nouvelle Espagne, qui arriva à Mexico en 1535, alors que le texte le cite plusieurs fois lors d’événements qui se produisirent quelques années auparavant.

29La rédaction même du texte qui introduit ces dates peut donner lieu, si on ne lui consacre qu’une lecture trop rapide et superficielle, à une interprétation faussant complètement le sens du manuscrit.

  • 15 Codex Aubin 1576... 1963.
  • 16 Chimalpahin... – Anales... 1889.

30Si par exemple la rédaction dit au début : Axcan Xihuitl, maintenant, ici, en cette année, et que la date est une année du XVIe siècle, on en conclut que le manuscrit est fait au XVIe siècle et que l’année même exprimée dans le texte est celle du manuscrit. Or, cette formule est employée dans les annales historiques traditionnelles pour l’introduction de chaque date. Nous retrouvons la même formule d’introduction dans les manuscrits traditionnels et en caractères latins du XVIe siècle, tels que le Codex Aubin 157615 et les Annales de Chimalpahin16. Dans nos manuscrits, cette formule indique seulement le début d’une longue relation de faits qui commencent à cette date. C’est cette année qui comptait pour les Indiens, et en conséquence elle était fixée au début à une place importante du récit pour la mettre en valeur. Le temps écoulé depuis n’est plus compté dans les Techialoyan ; il n’est plus signalé par des chiffres mais seulement par les dessins et par le contenu même du Codex puisqu’il ne s’agit pas de faire de l’histoire.

  • 17 Codex Santa Anita Zacatlalmanco... 1962.

31Nous en voyons une illustration dans certains manuscrits de type traditionnel. Dans le Codex de Santa Anita Zacatlalmanco, par exemple, deux dates sont importantes pour le village : 1535 et 1554. Ce sont celles de l’arrivée de deux fonctionnaires, l’un espagnol, l’autre indien, venus reconnaître les droits de propriété sur les terres du village. Elles sont consignées dans les pictographies et dans les notes de manière évidente. Elles permettraient à première vue, de conclure que le document date de ce temps. En fait, seule l’étude détaillée du manuscrit, fondée sur la succession des personnages, permet d’arriver jusqu’à l’époque où fut établi le document et de le dater ainsi du début du XVIIe siècle (1602 - 1603)17.

32C’est un mode de penser indien.

33Pour nous, les manuscrits Techialoyan reflètent ce même mode de pensée. Ils font état d’une date du XVIe siècle, mais on peut réussir à établir leur date réelle, grâce à la présence de certains personnages dont les derniers sont bien postérieurs au XVIe siècle. Cette ambiguïté ne provient pas, comme on a pu le dire, du désir des Indiens de cacher la date exacte du manuscrit, mais bien du fait que leur but était de fixer la date ou les dates importantes pour eux, celles qui définissent ou légalisent leurs titres de propriété. L’importance accordée à la date de rédaction du document lui-même ne ressort que d’une conception européenne, rarement présente ici.

  • 18 Barlow, R.H. Los caciques precortesianos... 1945.
    El reverso del Códice García Granados..., 1945.

34Dans les pictographies de certains Codices Techialoyan, nous trouvons des personnages dont la présence nous conduit jusqu’à la première moitié du XVIIIe siècle. Barlow avait constaté que certains descendants des contemporains de la Conquête (1521) figuraient jusqu’à trois générations, soit presqu’un siècle plus tard, dans l’un des manuscrits Techialoyan : le Codex “García Granados”18. On peut s’étonner qu’il n’ait pas alors, malgré cette constatation, replacé ces Codices dans le XVIIe siècle, mais qu’il ait continué à les attribuer au XVIe.

35Certains des renseignements historiques contenus dans les Codices Techialoyan pourraient également sembler inexacts, ou plus précisément tendancieux. La plupart des personnages qui y sont représentés paraissent descendre des familles nobles de l’empire “chichimèque” d’Acolhuacan, établies ultérieurement à Texcoco.

  • 19 Barlow, R.H. Los caciques precortesianos... 1945.

36Le “scribe” comme le tlacuilo ignore les autres familles. Mais ces documents étaient importants en ce qu’ils étaient présentés comme preuves légales, et le rattachement à la lignée “chichimèque” devait revêtir un grand intérêt que les auteurs se devaient de souligner. De la même façon, le CodexGarcía Granados” contient des données sur les descendants des nobles ayant appartenu, avant la Conquête, à la “triple alliance (Mexico - Texcoco - Tlacopan)19.

37Dans les manuscrits du groupe, les rapports avec Texcoco sont indéniables, bien que la filiation de certains personnages reste à prouver, et que les documents fassent encore défaut. Mais ces problèmes ne peuvent faire l’objet que de suppositions – tant que l’analyse systématique de la totalité des manuscrits Techialoyan n’est pas entreprise.

38Par contre, d’autres données contenues dans les Codices Techialoyan –celles qui concernent les terres du village– nous paraissent tout à fait dignes de foi. La dénomination même : Altepeamatl, Altepetlalli, Tlallamatl – les papiers, les livres du village, des terres du village, les papiers, les livres des terres (de altepetl - ville, village ; amatl - papier, document, livre ; tlalli – terre), nous paraît avoir été choisie par leurs auteurs pour marquer leur “modernisme” et indiquer leur fonction en leur temps. En effet, d’après nous, tel était leur but : “parler” aux habitants des villages intéressés et fournir des données que les fonctionnaires espagnols puissent considérer, consulter et également reconnaître.

39Ensuite, cette filiation se poursuit, dans les manuscrits Techialoyan, tout au long de la période coloniale, à travers la Conquête, le christianisme, l’établissement des “congregaciones”. Nous croyons, avec Gómez de Orozco, cette filiation volontairement avancée par les Indiens, pour mieux revendiquer leurs droits devant l’administration espagnole, ces droits étant fonction de la possession des terres du village. Nous pensons que les auteurs et informateurs, presque toujours les notables du village, avaient intérêt à fournir des éléments exacts et véridiques, qui puissent servir de preuve tant pour les Indiens eux-mêmes que pour les autorités espagnoles. Celles-ci, en effet, avaient auprès de leurs tribunaux des nahuatlato (de nahuatl – langue mexicaine et tlatoa – parler) interprètes de langue nahuatl, qui traduisaient les textes et qui permettaient ainsi de vérifier la véracité de ces données dans les villages ou à Mexico.

  • 20 Schmieder, O. The settlements of the Tzapotec... 1930.
  • 21 Harvey, Herbert. Dept. of Anthropology, University of Wisconsin, Madison.

40L’exactitude des données des manuscrits Techialoyan avait jusqu’à présent pu être prouvée dans deux cas : celui du Codex de Cuajimalpa et celui du Codex de Huixquilucan. Deux chercheurs : Schmieder de l’Université de (’aliforme, et Harvey de l’Université de Wisconsin, aidé de ses étudiants, se sont appliqués à étudier point par point certains des renseignements fournis par chacun de ces deux manuscrits. Ils les ont comparés avec d’autres documents cadastraux de ces villages et avec des manuscrits des Archives Nationales. La première étude a été publiée en partie20 ; la seconde, celle de Harvey et de ses étudiants est en cours et reste encore inédite. Nous avons pu consulter ses résultats provisoires en l’Université de Wisconsin et avons remarqué surtout les relevés comparatifs sur plan21. Comme dans le cas du Codex de Cuajimalpa, beaucoup d’éléments qui se rapportent aux terres des villages (propriétés, limites) ainsi que les noms de lieu, coïncident avec ce que contiennent les cadastres officiels postérieurs en espagnol, ou avec les relevés établis actuellement sur place, par les étudiants eux-mêmes. Malheureusement, l’analyse méthodique et complète des manuscrits a fait défaut à ces deux recherches, laissant ainsi de côté un grand nombre de données apportées soit par les pictographies apportées soit par les pictographies soit par des détails dans les notes.

LES TECHIALOYAN, DOCUMENTS LEGAUX

41Une question s’est posée à nous, dans le cours de notre étude. Existait-il avant la Conquête, un ensemble de documents qui puisse se comparer avec le groupe Techialoyan ? C’est-à-dire, trouvait-on réunis des manuscrits sous des formes aussi variées : “livres”, “cartes”, “rouleaux”, “tableaux” ?

  • 22 Codex. Matrícula de tributos, M.N.A.H., México, D.F.

42Nous savons que les Indiens avaient coutume de fixer, d’après le nombre des habitants, les tributs, les impôts et les corvées que devait chaque village, ainsi que l’étendue des terres à distribuer pour la culture. Il est donc possible de supposer l’existence de registres “cadastres” ou “recensements” qui devaient différer profondément, dans leur forme comme dans leur fonds, de nos manuscrits. Nous ne pouvons malheureusement rien affirmer dans ce domaine. En effet, après l’hécatombe indienne, il ne subsiste comme manuscrit de ce type que le CodexMatrícula de tributos”. Originaire de la région centrale du Mexique, il recense les tributs payés par les villages par les Aztèques à Mexico-Tenochtitlan au temps de Motecuhzoma22.

43Nous ne possèdons pas d’exemple d’Altepe amatl Altepetlali (de altepetl – ville, amatl papier et tlalli – terre) précolombien se rapportant à un seul village.

44Au XVIe siècle, dès le début de la période coloniale, se crée un nouveau type de manuscrits, dont le but est d’être présenté comme preuves légales devant les tribunaux espagnols.

  • 23 Codex Santa Anita Zacatlalmanco...1962.
    Codex Procès de Cuautitlan... 1964.

45A partir de ce siècle, nous commençons à avoir des dossiers appartenant à des villes et à des villages, parfois minuscules, concernant les litiges de terres, les impôts, etc. ; citons par exemple le Codex de Santa Anita Zacatlalmanco, le Procès de Cuautitlan, etc.23.

46Ces documents, joints à d’autres écrits sur papier européen en caractères latins et rédigés en espagnol ou en langues indigènes (principalement en nahuatl), font partie des dossiers, parfois énormes, qu’accumulaient les tribunaux de la Couronne.

47Plus tard, au XVIIe siècle, les manuscrits Techialoyan représentent une nouvelle étape : ils se veulent accessibles à la fois par leur contenu aux indigènes et par leur forme aux Conquérants européens.

48En effet, s’ils ont été conçus et réalisés par les Indiens eux-mêmes, ils répondent, pour nous, à un besoin nouveau, à une pression extérieure. La Couronne, directement, ou par l’intermédiaire des fonctionnaires de la Nouvelle Espagne, contraignit, nous semble-t-il, les Indiens de ce temps à la défense de leurs intérêts, une fois de plus menacés ; c’est cette contrainte qui a motivé la création d’un nouveau mode d’expression.

49De nouveaux besoins, nés à cette époque, les poussèrent à essayer de trouver un moyen d’expression qui appuierait leurs demandes et pourrait être compris par les deux populations. Ces documents devaient avoir la caractéristique d’être reconnus par la justice espagnole comme documents légaux, ou au moins acceptés comme “valables”. L’origine exacte de ces pressions n’est pas encore connue. Certains spécialistes des manuscrits, comme Robertson, Horcasitas, Harvey, ont évoqué devant nous, comme explication, la politique espagnoles ou les nouveaus impôts, et. L’étude scientifique de ces manuscrits étant à ses débuts, nous manquons encore de preuves écrites et contemporaines pour apporter des explications au “mystère” que les manuscrits Techialoyan représentent à certains égards.

50Il est plausible que les autorités espagnoles aient demandé des “preuves”, c’est-à-dire des documents indigènes, pour “réviser” la propriété pré et post-colombienne, communale et privée des Indiens. Les villages ainsi sollicités se seraient rendu compte que, un siècle après la Conquête, ils ne possédaient plus ou qu’ils n’avaient jamais possédé ces “preuves écrites”, susceptibles d’être fournies à la demande des tribunaux espagnols. On peut supposer que les notables de ces villages se seraient alors réunis pour décider de la façon dont ils pourraient obtenir d’abord et faire fixer ensuite les “preuves” exigées. A cette époque, dans ces villages, les tlacuilo traditionnels n’existaient peut-être plus en tant que tels, mais seulement comme dessinateurs ou peintres d’églises ; ils auraient alors décidé de créer un nouveau type de manuscrits mi-indigènes, mi-européens.

51Nous parlons volontairement ici de “création”, non de “falsification” ou de “mystification”. En effet, les documents du XVIe siècle leur étaient encore très aisément accessibles dans les dossiers de litiges ou dans les villages eux-mêmes. Il aurait été facile aux tlacuilo de les copier ou de les imiter et de les produire comme preuves. Or, ils ne l’ont jamais fait ; ils ont toujours préféré “inventer” un nouveau mode d’expression. Sans doute tenaient-ils à fournir des renseignements précis et exacts sur la propriété de la terre ; ils couraient le risque que ces renseignements soient vérifiés et trouvés faux au moment même de la présentation des manuscrits devant les autorités. A ce moment, certains villages possédaient déjà des documents légaux espagnols et les tribunaux de la Couronne s’étaient attachés des nahuatlato. Aussi pour défendre leurs intérêts comme pour poser une requête, fallait-il les fonder sur des données réelles.

52On peut se demander maintenant comment les Indiens ont réussi cette “création”. Nous verrons plus loin, en étudiant le Codex de Zempoala, qu’ils semblent avoir profité des connaissances de certains d’entre eux, instruits dans les techniques et les arts européens, pour former ainsi une nouvelle génération de tlacuilo.

53Voulant rester attachés à la tradition dans le support de leurs documents, ils auraient choisi d’employer une certaine qualité d’amatl plutôt que des feuilles de papier européen, contrairement à ce qu’avaient fait certains Indiens du XVIe siècle. Ils auraient aussi demandé l’aide d’indiens sachant le nahuatl pour rédiger le texte de leurs manuscrits, voulant rester traditionnels également dans la langue, le nahuatl étant la “lingua franca” pour les manuscrits légaux.

54Par contre, pour rendre plus “légaux” leurs documents, ils auraient décidé de s’inspirer de la typographie (bas de casse) utilisée dans les documents officiels de l’époque pour dessiner leurs lettres.

55Ils auraient donc appliqué la technique du dessin européen (effets de perspective, profondeur, volume et mouvement) afin de mieux transmettre leurs idées par la pictographie et mieux défendre ainsi leurs intérêts.

56Dans ces Codices, la technique et l’art européen servent à transmettre les données d’une pensée indigène. Ces documents mixtes, hybrides, métissés, à mi-chemin entre la peinture du XVIIe siècle et l’écriture traditionnelle indigène, nous paraissent donner un exemple du Mexique indien ou plutôt métissé, car l’amalgame final obtenu est indissociable, les éléments européens et indiens y fusionnent comme dans la formation du Mexique “moderne”.

  • 24 Codex. Cuajimalpa, San Pedro (Tech. 703, C).

57Les manuscrits Techialoyan, composés de renseignements donnés par des notables, fonctionnaires ou vieillards indiens, de dessins et de notes faites par le tlacuilo et le “scribe”, faisaient sans doute partie du patrimoine des villages indiens. Ces manuscrits devaient être gardés jalousement dans les villages (ils le sont encore maintenant dans certains cas : à San Pedro Zictepec, ou à San Nicolás Totolapan, par exemple). Ils n’étaient sortis que pour être présentés dans les litiges de terre devant les tribunaux espagnols, accompagnés sûrement d’autres documents. Les manuscrits Petitsch et Kashka, par exemple, conservés à la Société Hispanique de New York ont été acquis, reliés avec d’autres documents qui formaient les dossiers de litiges du village, de même que, à l’Archivo General de la Nación à Mexico le Codex de Cuajimalpa24.

58En étudiant l’ensemble des Codices de ce groupe, un fait apparaît comme très frappant : l’extraordinaire unité de style qui les rapproche. Nous en venons à penser que les Indiens des Hauts Plateaux dans les régions occupées par les Nahuas et les Otomis (les Etats actuels de Hidalgo, Tlaxcala, Mexico et le Distrito Federal) se sont, à un certain moment, réunis pour mettre au point un nouveau mode d’expression répondant aux nouvelles pressions qu’ils subissaient, et aux besoins qui en découlaient. Ils durent se mettre d’accord pour créer un type de documents, ayant ses caractères propres, mais commun aux villages de toute cette région. Peut-être avaient-ils autant décidé de laisser planer le doute sur certaines dates, que de rédiger en nahuatl, ou d’adopter certains modes d’exécution artistique, certain type de papier, etc.

CHOIX DU CORPUS

59Nous avons choisi les manuscrits Techialoyan comme une étape importante dans notre recherche vers la lecture “complète” des manuscrits pictographiques traditionnels. Ce choix s’explique. Ces manuscrits nous semblent très riches de “projection” de la mentalité indienne traditionnelle. Ils sont le produit des Indiens qui possèdent à la fois trois systèmes d’expression : celui de la tradition pictographique, celui du dessin européen et celui de l’écriture en caractères latins. Ces trois “systèmes” ont été combinés et utilisés comme un nouveau moyen d’expression, de communication d’idées, dans lequel la tradition pictographique indigène, la technique européenne du dessin et l’écriture en caractères latins se marient et se complètent parfaitement. Ce qui au premier abord semble contradictoire, ne forme en fait qu’un ensemble cohérent. C’est cette complexité de moyens divers d’expression amalgamés qui nous permet d’analyser et d’étudier la mentalité indigène traditionnelle. L’approche de cette mentalité seule nous aide à comprendre le “système” traditionnel plus complexe, plus ancien, c’est-à-dire les manuscrits du XVIe siècle et les manuscrits précolombiens. Cette démarche, croyons-nous, nous permettra de mieux saisir ces moyens qui sont si différents et que néanmoins les Indiens de langue nahuatl ont pu réunir, afin de créer un nouveau mode d’expression et de transmission de fa pensée. Ce faisant nous pensons retrouver “les lois”, “les conventions” formulées par la pensée indigène, et qui ont produit ce “système”, ce moyen d’expression. Ceci nous amènera à réfléchir sur les éléments du système de “l’écriture” aztèque et nous permettra d’élaborer une méthode d’analyse scientifique et moderne ayant pour objet la compréhension, la lecture des manuscrits indigènes traditionnels.

60Dans les manuscrits Techialoyan le rôle de l’image est difficile à discerner au premier abord, car les dessins sont, au moins en apparence, européens ; les tlacuilo ont utilisé la technique du dessin européen avec une mentalité non européenne. L’expression est indigène en profondeur et non dans sa forme extérieure. L’image est un support chargé d’un contenu transmis. C’est ce contenu que nous devons chercher en premier lieu. Il apparaît alors que l’image et son rôle sont pensés à la manière indigène et non à la manière européenne. Et c’est bien cela qui nous permet de passer à la tradition pictographique plus ancienne.

61L’ensemble du corpus Techialoyan forme un matériau très riche pouvant apporter des éléments de réponse aux problèmes posés par l’ethnologue ou l’historien du Mexique. L’évolution économique d’un village, par exemple, ou la transformation économique et sociale d’une région pourraient être étudiées et éclaircies par certains éléments contenus dans ces manuscrits, une fois que ces éléments ont été eux-mêmes analysés et intégrés dans une étude portant également sur d’autres sources.

62Ces manuscrits peuvent être fructueusement utilisés par des chercheurs se consacrant à des disciplines aussi diverses que la linguistique, l’histoire de l’art, l’ethnologie ou l’histoire.

63Pour l’ethnologue, les manuscrits sont l’expression d’un groupe humain, appartenant aux familles otomi et nahuatl ; géographiquement assez étendu comme groupe et dispersé en un nombre suffisant de villages pour être significatif des Hauts Plateaux mexicains. Ces documents fournissent des données importantes sur la vie dans un village indien colonial : les vêtements hispano-indiens portés par les habitants, les constructions traditionnelles ou nouvelles, les produits agricoles, le régime de la propriété, etc. Leur forme même, la matière utilisée, la reliure, le procédé de fabrication donnent des indications intéressantes sur le processus d’acculturation.

64Pour le linguiste, le langage transcrit directement en caractères latins représente un fonds assez important qui permet d’étudier la grammaire historique du nahuatl, de faire l’analyse des transformations et des influences réciproques de l’espagnol et du nahuatl de l’époque, dans la toponymie et l’anthroponymie, l’étude également du syncrétisme religieux dans la toponymie et les prénoms, dans l’origine de “l’appellido”, le nom indien et espagnol chez les Indiens (Note 22ter).

65Pour l’historien de l’art, les dessins de ces manuscrits peuvent être étudiés du point de vue artistique comme une manifestation mi-indienne mi-européenne. On pourrait parler d’une peinture hispano-indienne coloniale aux techniques et conventions européennes mais réalisées à partir d’une pensée indienne (Note 22quart).

66Pour l’historien, ces manuscrits fournissent des renseignements sur le passé du village depuis son origine jusqu’à l’époque où ils furent établis.

67De plus, la richesse de leur contenu au point de vue historique et techno-économique permettrait de les utiliser comme des documents de base afin de préparer des enquêtes sur le terrain. Notre enquête a démontré que les renseignements fournis par le Codex ici analysé, n’étaient nullement faux, mais se référaient à des données en partie disparues aujourd’hui. Nous pensons que la méfiance avec laquelle sont entourés ces manuscrits doit faire place à une attitude plus juste qui tiendrait ces manuscrits pour des documents dont les renseignements doivent être contrôlés et vérifiés comme le sont tous les documents utilisés par les historiens de tous les pays.

METHODE

BUT DE CE TRAVAIL

68Comme nous l’avons déjà signalé dans les pages précédentes le but de ce travail est de définir, d’élaborer et de rendre opératoire une méthode scientifique de travail ayant pour objet les manuscrits Techialoyan.

69L’élaboration d’une telle méthode fondée sur l’analyse détaillée et systématique de tout le groupe nous paraît urgente et de première nécessité. En effet l’ensemble des études consacrées à ce corpus et on peut dire à tous les manuscrits mexicains, et cela malgré le travail considérable de quelques spécialistes, reste pour le moment fragmentaire et parfois sujet à caution. Fragmentaire car l’analyse n’y est presque jamais complète et s’arrête à l’interprétation de l’image en tant qu’imagé et du texte. La plupart des recherches effectuées jusqu’à présent sur les manuscrits pictographiques mexicains sont orientés vers l’obtention d’éléments historiques, chronologiques ou religieux, permettant “d’illustrer” des travaux de synthèse sur l’histoire, le calendrier ou la religion. Les auteurs de ces travaux suivent des interprétations déjà parues qu’elles soient erronées, incomplètes ou bien dépassées, car ils n’ont pas le temps de chercher une nouvelle lecture des manuscrits eux-mêmes. Et pourtant il nous manque non seulement l’analyse systématique de centaines de manuscrits, mais aussi et surtout la méthode d’analyse qui rendrait possible la lecture même.

70Il est vrai qu’on ne peut accuser ces travaux de manquer de méthode, mais celle qui s’y trouve appliquée est celle de l’iconographie classique qui évidemment ne se fonde pas sur la spécificité des manuscrits mexicains. C’est une méthode qui en son fond reflète la mentalité européenne, la conception européenne de l’image et de l’écrit, leur séparation absolue ou relative, ce qui est dans une certaine mesure leur définition. Nous nous proposons au contraire de montrer que dans les manuscrits mexicains l’image et le texte, la pictographie et le texte sont intimement liés et peuvent être considérés comme inséparables. Rien ne permet de dissocier l’image du texte, parce que l’image n’est pas ce que l’on croit, c’est-à-dire un simple décor, une illustration du texte. L’approche appliquée jusqu’ici aux manuscrits mexicains laisse constamment échapper cette interdépendance de la pictographie et du texte au profit soit de l’image soit du texte ; d’où les études de l’histoire de l’art et les études philologiques du nahuatl. De cette inadéquation de la méthode adoptée à son objet résultent des erreurs et des lacunes considérables qu’on ne pourra éviter qu’en élaborant une autre méthode. Travail difficile et plein d’obstacles car il s’agit d’effectuer un véritable décentrement de l’oeil occidental. Pour nous, et ce travail y reviendra inlassablement, un manuscrit mexicain forme un tout qui échappe à la division européenne dichotomique de l’image indépendante du texte. C’est bien la considération de cette totalité comme unité qui doit fonder une nouvelle méthode d’analyse des manuscrits mexicains.

71Ce qui évidemment se trouve placé au centre de ce débat c’est le problème très controversé de l’écriture, du “système” d’écriture. Le “système” d’écriture aztèque est un complexe et curieux mélange d’expression picturale mêlée à la transcription phonétique des mots de la langue. Comme tel il reste encore à être cherché dans son ensemble. Dans notre recherche nous n’abordons ce problème que de biais car notre propos n’est pas de discourir sur “le système d’écriture mexicaine”, sujet fort intéressant mais qui exige un préalable nécessaire, l’élaboration d’un instrument scientifique de travail. Il n’en reste pas moins vrai que notre recherche tend à poser le problème de l’écriture au moment même où elle affirme l’interdépendance du texte et de l’image.

  • 25 Voir : Galarza, J., dans : Bibliographie.

72Cette visée méthodologique de notre travail ne devrait pas faire songer à un exposé très général sur l’instrument en question, dont on n’aurait plus qu’à chercher les applications. C’est plutôt par le chemin inverse que nous abordons le problème. Nous prenons un manuscrit bien défini (ici le Codex de Zempoala) et comme nous avons fait déjà dans nos autres travaux25, nous procédons à son étude systématique. C’est à travers cette étude qu’une démarche, qu’une méthode se trouve ainsi déterminée. Les quelques propositions, les diverses lignes de force que nous dégageons ici sont donc tirées d’un travail effectif concret, d’une connaissance approfondie de l’objet. Elles dirigent notre travail parce qu’elles sont dégagées de l’objet même. C’est pourquoi on peut dire que cette méthode n’est pas un ensemble de règles rigides identiquement applicables partout. Au sens fort du mot elle est une démarche qui s’approfondit, se modifie par rapport à son objet, parce que cet objet lui-même est toujours un manuscrit particulier qui pose des problèmes particuliers. La méthode doit être considérée comme étant au service du manuscrit étudié et non une application mécanique qui se sert du manuscrit. Elle n’est donc pas un corps définitivement constitué et ne peut l’être que quand tout un groupe de chercheurs et de spécialistes s’attelle à la tâche et étudie le groupe Techialoyan. On en est encore bien loin.

PROPOSITIONS SUR LA METHODE

73L’analyse d’un manuscrit mexicain exige au préalable la prise en considération de tous les éléments du manuscrit ; d’où la nécessité de sa description aussi précise et aussi minutieuse que possible. La matière dont est faite le manuscrit, la manière dont celui-ci est fabriqué peuvent nous fournir des renseignements parfois très précieux sur les intentions des auteurs du manuscrit et aussi sur la mentalité indigène. Cela intervient au niveau de l’analyse du style dont nous parlerons plus loin. Il s’agit à un premier niveau de rechercher à répertorier tous les éléments du manuscrit afin de préparer sa lecture.

74L’une des principales difficultés de la lecture des manuscrits pictographiques est que chaque page est un véritable “tableau graphique” où entrent en composition des pictographies, des glyphes, des signes phonétiques que nous appelons éléments. Il y a donc plusieurs éléments déjà complexes en eux-mêmes parce que polyvalents. On peut parler ainsi d’une polyvalence des éléments. En effet un élément de la page, disons un pictogramme, ne joue pas une seule fonction, n’a pas une seule valeur mais plusieurs. La lecture doit déterminer ou plutôt doit prendre en considération toutes ses fonctions.

75Un tableau, une page d’un manuscrit mixte est composé, en gros, de deux séries d’éléments : le texte nahuatl transcrit en caractères latins et les pictographies, les “images”, La lecture du texte nahuatl, en soi, est relativement aisée, dans la mesure où c’est un texte plus ou moins complet. Mais cette lecture doit être liée à celle de l’autre série, c’est-à-dire les pictographies. L’écriture, sa forme, son style peuvent poser un certain nombre de problèmes, mais l’essentiel est ailleurs.

76C’est la lecture des pictographies qui est la plus difficile. Il faut d’abord décrire les éléments combinés, les analyser séparément afin de dégager leur fonction et leur signification, car ces pictographies sont des éléments porteurs de thèmes et ne se réduisent pas à une fonction représentative.

77Les “images” peuvent avoir plusieurs fonctions différentes, liées l’une à l’autre et jamais seules. Ainsi une pictographie peut exprimer des éléments phonétiques du langage et apparaît donc comme un phonème imagé. Mais cette même pictographie peut avoir une valeur réaliste, c’est-à-dire qu’elle represente un fait historiquement, géographiquement déterminé. Mais une pictographie peut aussi symboliser dans la mesure où elle exprime et objective une idée.

78Elle possède encore une valeur plastique qui fonde l’analyse stylistique. Et enfin elle peut avoir aussi une valeur de signe.

79La lecture des pictographies se trouve devant la nécessité de lire ces “images” d’abord individuellement, de déterminer leur contenu, ensuite de les lire d’une manière synthétique, c’est-à-dire les unes en relation avec les autres et avec le texte. Ce qui pose naturellement le problème du sens de la lecture des pictographies.

80Que déclenche ce sens de lecture ? Où commence et finit le mot, la phrase, le paragraphe ? Quels sont les éléments abrégés, économisés de l’écriture et comment savoir les lire ? Quelles sont les conventions ? Dans les associations de signes phonétiques et de dessins, comment s’opère le passage des uns aux autres ? Comment s’articulent les signes de l’écriture traditionnelle et les pictographies ? Questions difficiles qui posent des problèmes méthodologiques évidents et dont la solution est à trouver. Elles supposent cependant que la page obéit à des règles et n’est pas un chaos”, un produitprimitif. Le tlacuilo connaissait certainement tout cela et devait transmettre les liens qui unissent signes phonétiques et dessins afin de créer des “textes” cohérents. On voit bien que le sens de lecture à l’intérieur des “glyphes” et des “glyphes” entre eux et avec les dessins et le texte forme la clef de voûte de toute analyse. Le sens de lecture doit être retrouvé Car il est ce fil conducteur qui nous mène d’un élément à un autre permettant de reconstituer mot par mot, phrase par phrase, l’ensemble des “textes”.

81L’analyse du Codex de Zempoala montrera plus loin que la page obéit à d’autres règles que celles de la page occidentale. Le sens de lecture y est indiqué par des moyens graphiques, par la disposition des éléments dans l’espace, par la superposition des plans, etc. Ce qui évidemment implique une autre conception de l’espace en général et de l’espace pictural en particulier. Il faut se dégager des habitudes et des évidences qui sont les conventions mêmes du lecteur européen, afin d’accéder à un autre espace fait de positions. C’est bien une convention qui règle la position d’un élément dans l’espace de la page et c’est bien de cette convention qu’il faudra dégager le sens impliqué. Car dans les manuscrits mexicains le sens de lecture est indiqué par le scribe-dessinateur dans chaque page et dans l’ensemble du document. Il n’est pas nécessaire de formaliser cette convention pour s’apercevoir qu’elle instaure un ordre.

82Tout cela peut choquer le spécialiste occidental qui généralement se trouve devant des “systèmes d’écriture” analogues au sien. Mais tout cela n’en forme pas moins la spécificité des manuscrits Techialoyan, “système” complexe d’expression d’art et de graphisme.

83Dans notre chapitre “Sens de Lecture” nous essayons de tracer les lignes générales permettant de fixer ce sens de lecture. Notre Codex, par ailleurs, peut nous aider à mieux comprendre et mieux connaître le mécanisme du fonctionnement des manuscrits traditionnels plus anciens, car de la relative simplicité de l’unité de chaque page se dégagent des faits qui, combinés, peuvent expliquer les lois graphiques qui règlent l’ensemble et qui devaient être familières aux lecteurs des Codices. Les Techialoyan où le nombre des dessins dans chaque page est relativement restreint nous paraissent un point de départ privilégié pour la recherche de ces “lois” graphiques.

84Dans tous les cas, il s’agit de partir du principe que dans les manuscrits pictographiques traditionnels (antérieurs au XVIIe siècle) et même ceux du groupe Techialoyan, tous les éléments qui y figurent comptent directement ou indirectement et forment un “système”. Chaque élément a une signification, une importance pour l’étude et la connaissance de l’ensemble. Il s’agit donc de faire une analyse systématique où tous les éléments sont utiles. Aucun ne figure dans la page comme simple décor au sens traditionnel occidental, bien qu’il ne faille jamais oublier la fonction réaliste et plastique de l’élément. Autrement dit le plastique est inséparable du phonétique. La polyvalence de l’élement forme sa richesse où chaque valeur complète l’autre et ne s’oppose pas. Chaque page est un tout parce que chaque page est une unité mixte. Les manuscrits Techialoyan représentent un véritable compromis entre la peinture “naïve” et l’écriture indigène. Ces deux données, malgré l’apparence, ne se contredisent pas, mais se complètent.

85Si tout compte pour l’analyse, il devient nécessaire d’étudier le manuscrit original et non une quelconque édition ou reproduction dans laquelle couleurs et dessins sont souvent faussés et où souvent les notes en caractères latins sont peu lisibles.

86Chaque page du manuscrit est considérée comme un document. L’analyse part d’un élément à l’autre, au texte et vice versa. Sur ce point il y a un incessant travail entre les éléments de la page. Cette interprétation des éléments, de tous les éléments de la page entraîne dans l’exposé de la recherche des répétitions inévitables. Mais il faudra tenir comme un principe le fait que la lecture trouve son fondement dans la totalité de la page.

87Prenons par exemple le problème de l’espace. Regardons la façon dont les dessins et les notes ont été distribués, la manière dont la page a été conçue, tentons de voir comment “la mise en page” a été réalisée ; en somme essayons de lire la page d’une manière formelle. En ce qui concerne les pictographies, voyons comment le tlacuilo les a disposées dans une sorte de “perspective” gauche destinée à leur donner de l’importance. L’ordre des dessins, leur grandeur, leurs dimensions, leur place sont en rapport déterminé avec la signification. Il est non seulement intéressant, mais il est nécessaire d’étudier chaque détail de l’exécution des pictographies, leur forme et leurs couleurs, car tout contribue à l’éclaircissement de la signification de la page.

88L’analyse de chaque page comme document individuel n’est pas une fin en soi, car les résultats ainsi obtenus doivent être confrontés, comparés avec ceux des autres pages et avec l’analyse d’autres manuscrits du groupe.

LES DEUX MOMENTS DE L’ANALYSE

89L’analyse se développe en deux moments complémentaires. Elle vise d’abord des thèmes du manuscrit et ensuite son style. Précisons d’avance que ces deux moments sont intimement liés. L’analyse stylistique des pictographies est aussi importante pour la détermination de la signification que l’analyse thématique. Si, comme nous l’avons dit, nous nous trouvons devant un “système” d’expression composé de deux séries, cette composition est tournée vers la communication d’une signification.

90En tant que document le manuscrit est l’objet d’une double analyse : une analyse qui part des éléments dessinés et écrits pour dégager le contenu thématique dont ces éléments sont chargés. On va du dessin à sa signification ayant toujours en vue la polyvalence de chaque élément. Sous des rubriques générales comme anthroponymie, toponymie, etc., nous divisons les éléments selon leurs caractéristiques profondes, ce qui permet de les répertorier, de fixer le contenu thématique, l’objet du manuscrit et d’esquisser le cadre où s’inscrit ce contenu.

91Une deuxième analyse est faite de ce même contenu, comme document se référant à une réalité. Ce qui déclenche une enquête sur les lieux et contribue à l’authentification du document. Dans notre recherche sur le Codex de Zempoala, nous avons consacré un chapitre entier à cette confrontation des données géographiques fournies par le manuscrit et des données réelles. Il est évident qu’on peut utiliser les données du manuscrit comme base d’une recherche historique, économique ou sociologique, etc.

92L’analyse thématique a une très grande importance dans le déroulement de la recherche, mais doit être complétée par une analyse stylistique des pictographies. Ici aussi nous partons de la page et nous analysons ses éléments : forme, couleur, exécution, technique. L’analyse stylistique des pictographies permet de déceler des tensions qui jouent à l’intérieur d’un manuscrit apparemment homogène. Ainsi l’on étudiera les éléments pictographiques dans la perspective traditionnelle, avec ses effets du dessin indien employés par le dessinateur et dans la perspective de la technique européenne importée d’Espagne avec ses effets nouveaux mais adaptés par l’artiste indien. On voit bien que l’analyse stylistique, si elle met momentanément entre parenthèses lé contenu thématique, pour étudier la manière dont le contenu s’exprime, elle ouvre un champ très vaste, celui de l’assimilation, de l’adaptation des modes d’expression importés et leur utilisation comme nouveau moyen d’expression graphique. L’étude de la technique du dessin, indépendamment des contenus mêmes des pictographies contribue à l’étude de la mentalité indigène et à celle des moyens d’expression.

ANALYSE ET FICHES

93Les fiches forment l’aspect le plus important du travail. Un soin particulier doit veiller à leur préparation. En fait tout le travail s’élabore à travers ces fiches et l’exposé ici forme une transcription des résultats obtenus par cet instrument que sont les fiches.

  • 26 Galarza, J. Fichier glyphique. Codex Mendoza... (inédit et en cours).

94Dans notre travail sur le Codex Mendoza26, nous avons abordé le problème du fichier. Ici le fichier est sensiblement différent car nous utilisons plusieurs genres de fiches individuelles : des fiches d’analyse de contenu et des fiches de résultats.

95Trois séries de fiches concernent l’analyse du contenu des pictographies et deux autres résument les résultats obtenus. L’ensemble peut être lu dans des planches et des tableaux.

96Le but de la réalisation matérielle de notre méthode est de pouvoir obtenir une publication des résultats d’une façon tellement souple qu’elle permettrait de séparer les feuilles de l'analyse, de la traduction intercalée. Nous aimerions dans l’idéal voir le manuscrit sous forme de feuilles détachées accompagnées d’un album de planches, chacune devenant une “fiche” de travail. Ainsi, on pourrait d’abord réunir tous les éléments des pictographies (la reproduction de la page originale incluse) et du texte, des tableaux, etc. ; ensuite, comparer les feuilles d’autres manuscrits du groupe Techialoyan qui auraient été étudiés suivant la même méthode.

EDITION

97Toute la recherche effectuée sur un manuscrit prépare son édition. Dans le cas précis du Codex de Zempoala l’édition idéale devrait être faite sur des “fiches”. Pour les pictographies les pages du Codex seraient publiées séparément en reproduction photographique, ainsi que les calques de chaque page avec la traduction intercalée à sa place originale dans les pictographies, et les schémas des éléments pictographiques avec leur contenu.

98Quant aux notes, la publication des résultats page par page accompagnerait la paléographie et les traductions (ici anglaise et française) avec notes et commentaires.

99L’analyse des pictographies et des notes en caractères latins, accompagnées de leurs comparaisons, serait aussi publiée page par page. Chaque groupe de feuilles deviendrait ainsi une série de “fiches” de travail, qui serviraient à former la base de comparaison individuelle avec d’autres manuscrits du groupe.

CODEX DE ZEMPOALA

CHOIX DU CODEX

100Parmi les manuscrits Techialoyan nous avons opté pour le Codex de Zempoala. Ce choix s’explique premièrement par la facilité d’accès à ce document. La Bibliothèque Newberry de Chicago nous a donné l’occasion de le consulter dès 1963 ; elle nous a offert les moyens d’accès (“grant-in-aid”) et a permis les reproductions photographiques nécessaires à notre recherche. Notre travail n’aurait pu être réalisé sans ces appuis.

  • 27 Voir : Chap. Ed. de Quaritch.

101Une seconde raison a motivé notre préférence. En effet le Codex de Zempoala est le premier manuscrit du groupe publié en couleur en 1890. Mais l’édition de libraire, tirée à un nombre limité d’exemplaires est devenue depuis très rare (Ed. Quaritch). Il faut ici souligner que le manuscrit original n’a jamais été accessible par une reproduction photographique fidèle au document. L’édition en question a été faite par un procédé traditionnel qui est la lithographie ; il est évident que les risques de manques ou d’erreurs sont grands et ils n’ont pas été évités, surtout dans le texte ; les manques faussent la lecture et l’interprétation du manuscrit27.

  • 28 Voir : Chap. Trad. de Mc Afee. p. 136
  • 29 Voir : Bibliographie, sous : Codex. Zempoala. Trad. anglaise.
  • 30 Idem.

102Cette édition de Quaritch a servi de base à une traduction anglaise qui contient également des fautes en grande partie dues aux défauts de l’édition28. Mc Afee (1949) a publié29 la traduction des notes de notre manuscrit dans un article du périodique Tlalocan30 ; soulignons qu’il n’y a pas tenu compte des pictographies. Restait donc l’étude directe de l’original et la traduction des notes avec celles des pictographies : base de toute étude des manuscrits pictographiques “mixtes”.

  • 31 Voir : Bibliographie, sous : Zempoala. Relación geográfica.

103Une dernière raison justifie notre choix : l’existence pour la même ville d’un manuscrit pictographique du XVIe siècle, issu de la tradition indienne et fait pour accompagner la “Relación Geográfica” de Zempoala31. Nous pensons que par la suite les données de ce manuscrit pourront être mises en rapport avec celles contenues dans le nôtre. Les deux documents, une fois analysés, et tous leurs éléments mis en valeur, formeraient une base très riche pour une étude techno-économique et historique. En ce sens l’étude du manuscrit de Zempoala revêt une importance particulière dans cette recherche. Elle est un premier pas vers la connaissance de la ville de Zempoala et de sa région. La richesse de son contenu thématique, ses références à l’agriculture et aux terres forment un exemple typique de manuscrit nécessaire à l’étude du passé.

  • 32 Voir : Chap. Séjour sur le terrain, p. 90

104Ce manuscrit est un document, comme le sont les autres manuscrits Techialoyan. Le caractère tendancieux de certains renseignements historiques, leurs dates erronées doivent être rendus à leur juste valeur. Nous avons fait une analyse systématique et détaillée des documents. Nous avons confronté les données du manuscrit avec d’autres documents et surtout avec les resultats d’une enquête menée sur le terrain32. Le manuscrit est, à notre avis, un produit de nouveau besoins et modes d’expression indigènes. Il est à placer dans son époque, comme les autres manuscrits Techialoyan, c’est-à-dire de la première moitié du XVIIe siècle jusqu’au XVIIIe. Il est une nouvelle technique indigène au service de nouvelles idées motrices.

ORIGINE ET PROVENANCE

  • 33 Butler, R. A bibliographical check list... 1941.

105L’original est conservé à la Newberry Library de Chicago et fait partie de la collection Edward E. Ayer, qui l’a donné à cette institution en 1911. Cardé dans la salle réservée à la collection Ayer, il fait aujourd’hui partie du département appelé Special Collections. Il a fait l’objet de deux enregistrements sous le nom de Codex Cempoallan, à la page 187 du catalogue de Mrs. Butler, avec le numéro 1472 dans la Section Indian Languages, et sous le numéro 84 de la Section Nahuatl, dans le volume 2 de l’ouvrage : Indian Linguistics in the E.E. Ayer Collection33.

  • 34 Robertson, Donald et Martha. Catalog of Techialoyan manuscripts... 1975.

106Dans la classification de Barlow le Codex de Zempoala porte le sigle Techialoyan E. Dans la nouvelle classification du catalogue de Donald et Martha Robertson, il porte le numéro 70534.

107Ce manuscrit, comme la plupart des documents indiens, devait faire partie du patrimoine du village qui l’a produit. A ce titre, gardé par les notables de Zempoala, il ne pouvait sortir que dans des circonstances exceptionnelles, notamment en cas de litiges.

108On peut se poser la question : comment ce document a quitté le village, surtout quand on songe aux soins dont il était l’objet, surtout gardé jalousement ? On pense qu’il appartenait à un dossier de réclamations au sujet d’un litige de terres, et par la suite est resté quelque temps dans un volume déposé aux Archives nationales de l’Etat d’Hidalgo ou de Mexico. C’est de là qu’il aurait été retiré pour être offert à un collectionneur ; il aurait ainsi fini par tomber entre les mains de Brasseur de Bourbourg.

  • 35 Brasseur de Bourbourg, Ch. E. Bibliothèque mexico-guatémalienne... 1871, p. 95 et 173-174.

109Dans sa Bibliothèque Mexico-guatemalienne éditée à Paris en 1871, Brasseur de Bourbourg l’inclut à la page 95 sous le titre “Manuscrit Mexicain original”35.

  • 36 Pinart, A. L. Catalogue de livres rares... 1883.

110Acquis par A.L. Pinart, il réapparaît à la vente de la collection d’Alph.L. Pinart - Brasseur de Bourbourg, du 28 janvier au 5 février 1884, à Paris. Dans le Catalogue de livres rares et précieux... édité à Paris en 1883, le Codex, toujours sous titre de Manuscrit Mexicain original, se trouve au numéro 582, aux pages 95 - 96. Par les notes manuscrites dans la marge droite, nous savons qu’il a été acheté par Bernard Quaritch, pour la somme de deux mille sept cents francs36.

  • 37 Quaritch, B. Catalogue of books... 1886.

111Il figure dans le Catalogue of books on the history, geography and of the philology of America, Australia, Asia, Africa... édité par Bernard Quaritch, pour les livres offerts à la vente qui se déroula de juin 1885 jusqu’à octobre 1886. Dans ce catalogue imprimé à Londres en 1885 et 1886 (appelé aussi Bernard Quaritch general catalogue) le Codex de Zempoala est compris dans la section mexicaine, sous-section a, “Aztec painted records”, sous le numéro 29.040, aux pages 2896 - 2897. Il est offert au prix de cinq cents “sterling pounds”37.

112Nous ne savons pas si E.E. Ayer acheta le manuscrit à cette époque ou s’il connut un autre intermédiaire.

113La notice de Brasseur de Bourbourg, réemployée par l’éditeur du catalogue Pinart - Brasseur de Bourbourg ne réapparaît plus dans celui de Quaritch, où nous trouvons une courte description de chacune des pages.

DESCRIPTION

114C’est un document pictographique mixte du groupe Techialoyan. Comme tous ceux du groupe, il est dessiné sur d’épaisses feuilles de papier indigène de fibres végétales.

115Dans le Codex de Zempoala, les rectangles d’origine ont été unis quatre par quatre pour former de grandes feuilles mesurant 27 - 27,5 sur 45 - 46 cm. Chaque feuille est pliée en deux et forme ainsi deux feuillets de 22,5 - 23 sur 27,5 cm.

116Ces deux feuillets (quatre pages) forment un “cahier” qui correspond à une réplique de la reliure européenne ; ces cahiers superposés et unis forment un “livre”, réplique d’un livre fait en Europe. Les cahiers de notre manuscrit ont été percés à cinq endroits sur le bord, du côté de la pliure, à distances inégales, puis réunis entre eux par des cordonnets faits en fibres végétales “mecatillos” (de mecatl – corde). Le même cordonnet servait peut-être à faire la couture et à passer et repasser d’une extrémité à l’autre des cahiers, former les anneaux, les renforcer et les unir entre eux (Pl. 85). Le “livre” ainsi composé contient sept cahiers de deux feuilles (quatre pages), complets, c’est-à-dire sept feuilles de papier indigène pliées en deux, plus deux demi-feuilles détériorées et séparées de l’ensemble. En ce qui concerne la fabrication du papier, chaque feuille semble être formée par trois morceaux collés sur une double épaisseur, c’est-à-dire qu’il a fallu au moins deux couches de fibres pour faire une feuille. Sur la première page, isolée, on peut compter jusqu'à six couches très minces de fibres.

117Le Codex est conservé dans un cartonnage en trois pièces : un dos et deux plats, en chagrin et toile granitée, en deux teintes de grenat, dont celle du dos est la plus foncée. L’intérieur est recouvert d’un papier marbré (à la cuve ?) au fond gris, avec du bleu et du rouge. Sur les plats, entre le cuir et la toile, deux filets à froid. Ce cartonnage mesure 30 sur 24,5 cm. Le titre, sur le dos, est doré et placé entre deux petits fers, et libellé comme suit : Ancien titre de propriété mexicain MS. A I intérieur du premier plat, deux ex-libris imprimés :

  • Ex Collectione Americana Domini Brasseur de Bourbourg, sur papier blanc (8 sur 8 cm),

  • Alph. Pinart, Sol Oriens discutat umbras, Série E. 2, no 5, sur papier mauve (6,5 sur 9 cm) ; au crayon deux numéros : 58 et 582.

118Le Codex dans son cartonnage amovible est gardé dans un emboîtage fait de carton et de toile grenat de 33,5 sur 27,5 cm. Le titre suivant, doré, au dos : Codex Cempoallan. A l'intérieur du plat droit l’étiquette de la Collection Ayer Aztec ° ° 84, et au crayon sur le plat, la note : MS. 1472.

119A l’intérieur, une note dactylographiée reproduisant un commentaire de E. Seler et une notice, peut-être faite lors d’une exposition.

120Sur la demande de M Ayer, E. Seler examina au début du siècle le Codex de Zempoala. De son rapport à la Bibliothèque Newberry, il resta une notice dactylographiée, ajoutée à l’original et rédigée comme suit :

CODEX CEMPOALLAN

“This is not a chronicle, but a village book (Altepe-amatl), in which are recorded the names, the extent, and the boundaries of the districts belonging to the village Cempoallan, together with the names and the portraits of founders of the village and chieftains owning it. Such books appear to have been made everywhere in the country at the time when the viceroy, Antonio de Mendoza, regulated the legal conditions of the Indians and determined the plot of land that should belong to the property of the village; a goodly number of such books have been preserved, for they represented the documents which guaranteed to the Indians their landed property. Everywhere they were drawn almost alike on a coarse fibrous native paper.”
E. Seler

121Une notice d’exposition (1962) à la Newberry Library accompagne aussi le manuscrit :

“Spain discovered unexpected talents in her savages. Here is the village book of Cempoallan, Vera Cruz, Mexico. It was written between 1535 and 1550 in the Nahuatl language, but in latin characters.”

  • 38 Seler, E. Gesammelte... 1902-1923.

122Ces deux notices jointes au document original prêtent à confusion. En effet, E. Seler, bien que grand spécialiste du Mexique et dont les travaux sont absolument nécessaires à toute recherche mexicaniste38, dans ce court rapport peut nous induire en erreur. Si, d’une part, il nous donne des renseignements corrects quant au genre et au contenu du manuscrit (il dit que ce n’est pas une chronique mais un “livre” de village dans lequel sont inscrits les noms, l’extension et les limites des quartiers appartenant au village de Zempoala, avec les noms et portraits de ses fondateurs, de ses chefs ; il affirme que le document fait partie de ces “livres” qui se ressemblent beaucoup dans le dessin et le papier indigène en fibres grossières et qu’on les conserve, car ils sont des documents qui protègent les Indiens en leur “garantissant” la propriété de la terre), d’autre part il explique que ces manuscrits ont été faits un peu partout au Mexique à l’époque du vice-roi D. Antonio de Mendoza, qui règla les conditions légales des Indiens et détermina les terres qui devaient être la propriété des villages. Ici on voit qu’il fixe leur date au XVIe siècle.

  • 39 Voir : Bibliographie, sous : Codex Zempoala. Ed. anglaise.

123La notice d’exposition, inspirée sans doute des explications de Quaritch39, situe le village de Zempoala à Veracruz et date le manuscrit entre 1535 et 1550.

124Les deux notices, celle du début du siècle et celle de 1962 nous font revenir en arrière et datent le manuscrit d’au moins un siècle avant sa réalisation.

RECENSEMENT, NUMEROTATION

  • 40 Galarza, J. Lienzos... 1972, p. 27.

125Il ne nous a pas paru nécessaire d’établir une numérotation des pictographies du Codex de Zempoala, comme cela a été fait pour les “Lienzos”40. En effet, la variété des pictographies n’est pas très importante ni les éléments de chaque page nombreux. Quoique nous ayions considéré que le contenu de chaque page formait un ensemble (et en ce sens nous avons traité chaque page comme un document complet), en réalité une page représente, ce que nous avons appelé dans les “Lienzos” un “groupe”. Donc, nous avons cru suffisant de laisser un numéro pour chaque groupe, ce qui correspondait à celui de chaque page (la page est appelée folio et recto/verso) c’est-à-dire que la numérotation normale d’un livre servait à localiser le groupe, ce qui nous permettait de le considérer à la fois séparément et dans l’ensemble du “livre”. A l’intérieur de chaque page il nous a paru suffisant (puisque les pictographies se réduisent, à quelques exceptions près, aux personnages, aux plantes, aux constructions et aux cercles) de montrer l’emplacement de chacune d’elles afin de les trouver aisément. Les notes en caractères latins aussi peuvent être facilement situées grâce à la mention de la page. Ainsi la pagination a été effectuée comme suit : de Fo 1r – lv à Fo 16r – 16v et, la numérotation, indiquée par des chiffres arabes, de 1 à 16, qui correspondent aux feuilles ; c’est pour cela qu’ils suivent l’abréviation “Fo” ; comme ces feuilles ont été dessinées recto et verso, nous avons pris les pages d’après cet ordre, leurs chiffres précédant les lettres “r” et “v” ; c’est ainsi qu’à la première feuille correspondent les pages 1r et 1v, à la seconde 2r et 2v, etc.

126Quant aux rapports entre les notes et les pictographies, cette numérotation nous a paru satisfaisante. Il n’a pas été nécessaire d’établir ici, comme il en fut pour les “Lienzos”, un schéma général qui montre la correspondance entre les notes en caractères latins et les pictographies. Les phrases du texte nahuatl se réfèrent, en général, aux pictographies de la page ou elles sont inscrites. Parfois il existe des décalages entre certaines phrases et les pictographies correspondantes ; en d’autres cas, les phrases qui sont en rapport avec les comptes de terres se trouvent sur des pages différentes.

APERÇU DE NOTRE OUVRAGE

127Cet ouvrage se trouve divisé en deux grandes sections ou en deux volumes. Le projet initial ne prévoyait que des fiches indépendantes plutôt que les pages reliées d’un livre. La mobilité et la souplesse de leur consultation étaient notre principal souci. Ce projet s’est légèrement modifié avec la nécessité de 1 exposé qui constitue la première section du travail. Les fiches, les planches et les tableaux sont groupés dans l’album qui accompagne cet exposé. Cette division n’est pas essentielle car les continuels renvois du texte aux planches, aux tableaux et aux fiches relient 1 album au texte. C’est pourquoi texte et album composent les deux aspects d’un même travail.

128L’exposé se développe en cinq phases :

129– Dans la première nous analysons le contenu thématique des pictographies, nous en dégageons les thèmes et les sujets que nous pensons être à l’origine du manuscrit. Ces thèmes sont fixés à partir de la délimitation des principaux éléments combinés dans les pages du manuscrit.

130– La seconde reprend ce contenu thématique, notamment les données géographiques du Codex de Zempoala et les confronte à la réalité : d’où l’enquête sur le terrain qui vient renforcer l’authenticité du manuscrit.

131– La troisième est consacrée à l’étude du style des pictographies. Le dessin est considéré du point de vue de sa réalisation artistique, de la technique et des moyens mis en oeuvre. Il s’achève par la reconstitution du sens de lecture des pictographies.

132– Dans la quatrième c’est le texte nahuatl en caractères latins qui est analysé. On en dégage son contenu thématique, les mots-clés, et l’on étudie son style.

133C’est ensuite que nous présentons en les commentant les diverses traductions qui ont été données du texte nahuatl et nous en proposons deux nouvelles traductions françaises faites par nous-même.

134– Dans la dernière partie, en guise de conclusions, nous avons étudié des problèmes laissés jusque là sous-jacents : ainsi on lira une analyse des glyphes et du paysage phonétique, celle des rapports du symbolisme et de la réalité suivies de l’analyse des fonctions phonétique et plastique des pictographies.

135La deuxième section de cette recherche, c’est-à-dire l’album, comprend des planches, des tableaux et des fiches, nécessaires surtout en recherches. L’utilisation rapide, individuelle et groupée de chacune de ces pages nous a conduit vers l’impression sous forme d’album.

136Il comprend des planches (fiches graphiques) dont les feuilles sont numérotées de 1 à 105, et s’ordonne comme suit : d’abord une série de seize planches qui reproduisent photographiquement le Codex (deux pages du manuscrit par page). Viennent ensuite les diagrammes dessinés de chaque page du Codex avec la première traduction française intercalée entre les dessins. Suivent les diagrammes de la mise en page des éléments pictographiques avec l’analyse de leur contenu thématique : chaque diagramme est suivi de deux autres qui renferment l’un, la conception de l’ensemble, la mise en page et l’analyse du contenu thématique des mots-clés ; l’autre, l’analyse du style des éléments pictographiques, avec l’indication du sens de lecture. Toutes ces planches sont reproduites ensuite ensemble sur d’autres planches chacune contenant seize planches du Codex.

137Le contenu géographique a été représenté sous forme de diagrammes et tableaux, de cartes et croquis.

138Des planches ont été réservées aux éléments pictographiques : personnages, constructions, cercles. Une planche est consacrée au support (papier et reliure).

139D’autres planches ont été destinées aux glyphes et au paysage phonétique, à l’agriculture, à la toponymie des quartiers de Zempoala, au contenu thématique du Codex : les terres de Zempoala.

140Un ensemble de tableaux numérotés de 1 à 35 suit les pages du manuscrit et rend visuels et systématiques le contenu des pictographies et des notes, les éléments de l’agriculture, les limites des terres, etc.

141Dans les fiches on en trouvera deux types : celles d’analyse et celles des résultats.

FICHES D’ANALYSE

142Dans cette catégorie une partie des fiches est réservée aux pictographies et l’autre au texte.

143Pour les pictographies nous avons établi trois séries de fiches représentant chacune une page du Codex :

  • Dans la première série figurent les schémas des dessins de chaque page afin d’étudier les éléments qui les forment et leurs proportions dans la page. Ces schémas ont été effectués sur des fiches de bibliothèque de format international (7,5 sur 12 cm). Nous les reproduisons dans notre étude, réunies sur deux planches (Pl. 81 et 83). Le format choisi nous offre le maximum de souplesse dans leur maniement et rend plus rapides les comparaisons.

  • Dans une deuxième série nous envisageons la distribution des éléments divers de la page (considérée par moitié, tiers, quart, etc.) c’est-à-dire la composition de la page, l’équilibre recherché des notes et des dessins. Nous avons reproduit ces fiches dans leur ensemble sur deux planches qui font suite à celles formées par les fiches individuelles des dessins (Pl. 82 et 84). Ceci pour étudier si le dessinateur avait prévu une réserve d’espace pour les notes et pour voir la distribution des éléments (dessins-texte) dans la page, en considérant leur interdépendance dans la composition.

  • Dans la troisième série nous fixons l’analyse du style et de la technique du dessin essayant de trouver les nouveaux effets de volume, espace, etc. qui n’existaient pas dans les manuscrits traditionnels. Par là nous pouvons déceler plus facilement l’influence du dessin européen dans l’élaboration des pictographies. Nous avons reproduit les fiches de cette série sous forme de planches (PL 48 à 78 suivies d’un “B”, 94 et 94 A) et leurs résultats dans deux tableaux (Tabl. 23 C, 23 Cbis).

144Pour les notes on trouvera deux séries de fiches :

  • Dans la première série, une fiche par page a été établie pour contenir la paléographie du texte, le découpage des mots, la traduction anglaise de Mc Afee et nos deux traductions françaises. Ceci permet d’une part d’avoir sous le regard les notes de chaque page et de chercher les rapports entre les éléments de pictographie et les éléments du texte en caractères latins ; d’autre part, de les considérer individuellement avec la reproduction photographique de chaque page. Ces fiches ont été réalisées sur des feuilles (de 21 sur 27 cm). Nous les reproduisons en début des pages dans la partie consacrée aux notes en caractères latins. Le texte étant intimement associé aux images, chaque page du manuscrit est considérée quant au texte, dans l’ordre suivant :

  • paléographie et découpage des mots (Galarza),

  • traduction anglaise (Mc Afee),

  • première et deuxième traductions françaises (Galarza),

  • commentaires de la traduction anglaise, d’après les points qui nous semblent les plus importants,

  • notes à la traduction française.

  • Une autre série de fiches naît au fur et à mesure que se développe l’étude comparative des notes et des pictographies. Elle met en regard le contenu thématique dégagé des éléments pictographiques et des notes (mots-clés). Ceci est fait afin de chercher les rapports directs entre pictographies et texte et de rendre leur consultation plus rapide. Ces fiches sont reproduites sous forme de tableaux comparatifs et de planches (Tabl. 1 à 7) (Pl. 93 à 93 C).

FICHES DES RESULTATS

145Une première série de fiches a été réalisée avec les résultats de l’analyse pictographique qui nous conduisent à l’établissement d’un sens de lecture de chaque page (notes et pictographies). Ces fiches sont reproduites réunies dans cinq planches (Pl. 97 à 99 B) et séparément (PL 48 à 78 suivies d’un “B”).

146Une série partielle de fiches, au nombre de seize a été montée afin de reconstituer l’ordre logique des pictographiques, tels que la perspective européenne aurait pu les concevoir. Ces fiches ont été reproduites dans une planche (PL 84 A).

147On voit bien que toute cette partie de notre travail présente un aspect technique et son utilisation est celle d’un instrument de travail en groupe. Les différents participants du groupe pourraient “jouer” avec ces fiches, les combiner, les juxtaposer, etc. Toutes les planches qui forment l’expression graphique et schématique de notre travail sont conçues de manière à ce que leur juxtaposition permette de voir des correspondances et des différences. Les tableaux des résultats obtenus sont autant de fiches de comparaison.

MODE D’UTILISATION

148Comment se servir de notre ouvrage pour étudier un autre manuscrit du groupe ? C’est un problème essentiel puisqu’il s’agit d’appliquer une méthode.

149Supposons que plusieurs personnes se réunissent pour analyser un manuscrit Techialoyan. Il faudrait commencer par une comparaison visuelle des photos de notre Codex reproduites ici. Si une ou plusieurs pages sont identiques ou similaires, il faut alors se reporter aux index des planches, des tableaux, des fiches graphiques, etc. de notre Codex et rassembler tout ce qui est commun aux deux manuscrits. Une fois l’ensemble des fiches d’analyse et des résultats réuni, on peut commencer l’analyse comparative de la page du nouveau document. En suivant ainsi les modèles déja établis il est possible d’extraire les données du manuscrit à étudier : contenu thématique, style, sens de lecture, etc.

150Prenons par exemple le folio lv, nous aurons l’ensemble des pages correspondantes :

  • aux pictographies : Pl. 1, Pl. 17 (traduction intercalée dans les dessins), Pl. 48 - 48A (contenu thématique des éléments pictographiques et des notes), Pl. 48B (style et sens de lecture) ;

  • aux notes en caractères latins : (fiches) qui correspondent à la paléographie, aux traductions anglaise et françaises et aux commentaires des traductions.

151Ces éléments pourraient être rassemblés quand il serait question d’étudier cette page et de la comparer à ses homologues dans d’autres documents ; il serait alors aisé de procéder à l’étude de la page d’un manuscrit et de la comparer avec celle d’un autre manuscrit Techialoyan ou associé, comme celui de Coacalco.

152Si les pages ne sont pas identiques (dans l’ensemble ou dans la totalité) il est possible de faire l’analyse comparative des éléments pictographiques et des mots-clés du texte. En regardant l’ensemble des photos du Codex de Zempoala, on peut remarquer les ressemblances des différents éléments des deux Codices. La comparaison des analyses devient ainsi plus rapide ; pour les pages identiques ou pour les séries des éléments égaux, il n’est pas nécessaire d’établir de nouvelles fiches d’analyse, telles qu’elles ont été conçues pour notre Codex. Il suffira de noter les résultats et de faire des renvois aux fiches existantes. Ce qui est intéressant à relever ce sont les différences, les éléments nouveaux, les “pages” entières qui ne figurent pas dans notre manuscrit, mais qui apparaissent dans les autres Techialoyan. Au fur et à mesure que de nouvelles fiches d’analyse sont établies, elles viendraient rejoindre celles du Codex de Zempoala, afin de former un “corpus” de plus en plus riche des données Techialoyan ; ce qui permettrait de connaître l’ensemble des manuscrits en profondeur et en détail, d’une manière systématique ; d’où la possibilité de procéder à l’examen complet de tout le groupe Techialoyan.

153Le cadre d’un séminaire offre le champ idéal à un tel travail. Il y aurait un étudiant du nahuatl, un autre de l’histoire de l’art, un ethnologue, un historien, etc. L’analyse individuelle de chaque page serait ainsi plus rapide. On procéderait de manière analogue pour les tableaux, les diagrammes, les planches, etc. des résultats d’ensemble et des résultats partiels du Codex de Zempoala et d’autres manuscrits Techialoyan.

Notes

1 Gómez de Orozco, F. El códice de San Antonio Techialoyan..., 1933.

2 Barlow, R. H. The Techialoyan codices..., 1943.

3 Robertson, Donald et Martha. Catalog of Techialoyan manuscripts... 1975.

4 Galarza, J. A preliminary check-list... 1966.

5 Schwede, R. Ein weiterer Beitrag... 1916.
Lenz, H.
Las fibras y las plantas... 1949.

6 Robertson, D. The Techialoyan codex of Tepotzotlan... 1960, p. 129.

7 Codex de Xonacatlan (Techialoyan 723), Latin American Library, Tulane University.

8 Codex de Coacalco (Tech. 743), Latin American Library, Tulane University.

9 Gómez de Orozco, F. La pintura indoeuropea... 1948.

10 Barlow, R. H. The Techialoyan codices...1943.

11 Robertson, D. Mexican manuscript painting... 1959, p. 190 à 195.

12 Robertson, D. Mexican manuscript painting... 1959, p. 194-195.

13 Robertson, D. The Techialoyan codex of Tepotzotlan... 1960.

14 Handbook of Middle American Indians... 1964-19.

15 Codex Aubin 1576... 1963.

16 Chimalpahin... – Anales... 1889.

17 Codex Santa Anita Zacatlalmanco... 1962.

18 Barlow, R.H. Los caciques precortesianos... 1945.
El reverso del Códice García Granados..., 1945.

19 Barlow, R.H. Los caciques precortesianos... 1945.

20 Schmieder, O. The settlements of the Tzapotec... 1930.

21 Harvey, Herbert. Dept. of Anthropology, University of Wisconsin, Madison.

22 Codex. Matrícula de tributos, M.N.A.H., México, D.F.

23 Codex Santa Anita Zacatlalmanco...1962.
Codex Procès de Cuautitlan... 1964.

24 Codex. Cuajimalpa, San Pedro (Tech. 703, C).

25 Voir : Galarza, J., dans : Bibliographie.

26 Galarza, J. Fichier glyphique. Codex Mendoza... (inédit et en cours).

27 Voir : Chap. Ed. de Quaritch.

28 Voir : Chap. Trad. de Mc Afee. p. 136

29 Voir : Bibliographie, sous : Codex. Zempoala. Trad. anglaise.

30 Idem.

31 Voir : Bibliographie, sous : Zempoala. Relación geográfica.

32 Voir : Chap. Séjour sur le terrain, p. 90

33 Butler, R. A bibliographical check list... 1941.

34 Robertson, Donald et Martha. Catalog of Techialoyan manuscripts... 1975.

35 Brasseur de Bourbourg, Ch. E. Bibliothèque mexico-guatémalienne... 1871, p. 95 et 173-174.

36 Pinart, A. L. Catalogue de livres rares... 1883.

37 Quaritch, B. Catalogue of books... 1886.

38 Seler, E. Gesammelte... 1902-1923.

39 Voir : Bibliographie, sous : Codex Zempoala. Ed. anglaise.

40 Galarza, J. Lienzos... 1972, p. 27.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search