Version classiqueVersion mobile

Les Chichimèques

 | 
François Loubet-Rodríguez

Annexe

Texte intégral

A-1 Schéma géologique de la région étudiée

Image

A-2 Nomenclature de référence aux sites reconnus et fouillés.

Etat :

San Luis Potosí (ou S.L.P.).

Région :

partie de l’Etat du S.L.P. concernée par ce programme de recherches.

Zone :

chiffre romain ; partie de la Région étudiée en détail (reconnaissance et fouilles).

Site :

chiffre arabe ; partie d’une zone conservant des vestiges de populations préhispaniques, en concentration.

Sondage :

plusieurs lettres majuscules, éventuellement une lettre grecque (a) ; partie du site ayant fait l’objet d’une fouille.

Unité :

une seule lettre majuscule, latine ou grecque ; découpage en plan d’un sondage, de surface invariable, correspondant à un carré de 1 x 1 m. Peut se trouver sous la forme de demi ou de quart d’unité (1 x 0,50 m ou 0,50 x 0,50 m).

Niveau naturel :

lettres minuscules et chiffre arabe (ex. : niv. 3) ; découpage vertical d’un sondage se caractérisant par une matrice de nature pédologique, texture, couleur et homogénéité particulières. Se définit par une matrice supérieure ou inférieure, de caractères différents, dans le même sondage.

Niveau artificiel :

lettres minuscules et mesures en centimètres (ex. : niv. 10-20 cm) ; découpage vertical arbitraire d’un sondage, en couches mesurées en centimètres.

A-3 Zone I. Carte topographique de la vallée du Santa María avec l’emplacement des sites numérotés de 1 à 43

Image

A-4 Zone II. Carte topographique de la vallée du Jofre avec l’emplacement des sites numérotés de 1 à 39

Image

A-5 Zone III. Carte topographique San Cristóbal-Guaxcama avec l’emplacement des sites numérotés de 1 à 37

Image

A-6 Zone IV. Carte topographique Paso del Aguila—San Pedro avec l’emplacement des sites numérotés de 1 à 40

Image

A-7 Zone V. Carte topographique de la vallée du Bagres avec l’emplacement des sites numérotés de 1 à 41

Image

A-8 Fiche d’enregistrement de chaque site découvert pendant la reconnaissance.

Image

A-9 Plan en courbes de niveau de 1 m du sommet du Cerro del Almagre, avec les sites : I 29, atelier de taille ; I 30 à I 42, grottes (relevé : J.-P.C., dessin : F.B.).

Image

A-10 Plan en courbes de niveau de 1 m du site II 13, champ de lithique et de céramique, avec les emplacements des sondages ABCD et EFGH et des rochers à cupules situés à proximité (relevé : J.-P.C., dessin : F.B.)-

Image

A-11 Plan en courbes de niveau de 1 m du site III 30, site à monticules, avec l’emplacement de la fouille A-C ext. (relevé : J.P.C., dessin : F.B.).

Image

A-12 Fiche d’enregistrement des données de fouilles par niveau de chaque unité (dessin : F.R.).

Image

A-13 Exemple de fiche récapitulative de sondage, une fois remplie.

Image

A-14 CONVENTIONS POUR LA REPRESENTATION DES NIVEAUX EN COUPE CODIGO REPRESENTATIVO DE LAS CAPAS EN CORTE

Image

A-15 Site IV 4. Ancienne mine de colorant rouge, avec talus d’habitation extérieur (relevé : F.R., dessin : F.B.).

Image

A-16 Site I 39. Plan de fouille (relevé : D.M./F.R., dessin : F.B.).

Image

A-17 Site I 39. Coupes longitudinale et transversale (relevé : D.M./F.R., dessin : F.B.).

Image

A-18 Site V 28. Plan de fouille de la grotte et de l’abri (relevé : F.R., dessin : F.B.).

Image

A-19 Site V 28. Le niveau 3 supérieur de l’abri, vu en plan, avec les foyers 1 à 7 et la fouille clandestine (relevé : F.R., dessin : F.B.).

Image

A-20 Site V 28. Coupe de la fouille au pied de la paroi peinte de l’abri (relevé : F.R., dessin : F.B.).

Image

A-21 Site V 28. Vue en plan des niveaux 1 et 3 de la grotte, avec les foyers en place (relevé : F.R., dessin : F.B.).

Image

A-22 Site V 28. Vue en coupe des niveaux d’occupation de la grotte, paroi ouest (relevé : F.R., dessin : F.B.).

Image

A-23 Site V 28. Vue en coupe des niveaux d’occupation de la grotte, paroi sud (relevé : F.R., dessin : F.B.).

Image

A-24 Site I 29. Atelier de taille du Cerro del Almagre. Plans et coupes (relevé : F.R., dessin : F.B.)

Image

A-25 Description des matières premières citées dans le texte.

1(Cette description simplifiée résulte d’une identification minéralogique d’échantillons en lames minces demandée à Claude Robin, Université P. et M. Curie, Paris VII, laboratoire de Géodynamique sous-marine de Villefranche-sur-Mer, dont les identifications détaillées suivent).

2ANDESITE
Produite par le volcanisme ancien (tertiaire), cette roche est constituée de feldspath pour 75 % environ, le reste étant très variable (quartz, mica etc.). Sa couleur grise peut prendre des tonalités violettes. Sa fracture est un peu concave et granuleuse. Dureté : 5,5 à 6 dans l’échelle de Mohs ; poids spécifique : 2,80 à 2,85. Utilisée dans la Région pour la fabrication de haches polies.

3BASALTE ALVEOLAIRE
Roche volcanique d’origine plio-quaternaire et quaternaire. Elle contient essentiellement du feldspath et du pyroxène. Sa couleur varie entre le gris-noir et le gris clair. Sa fracture est généralement anguleuse. Dureté : 6 à 6,5 ; poids spécifique : 2,60 à 3,11. Utilisée dans la Région pour les mortiers, meules, pilons et molettes.

4OBSIDIENNE
Verre volcanique plio-quaternaire contenant environ 75 % de quartz. Sa couleur, selon les métaux qu’il contient, peut aller du vert bouteille au noir, opaque ou transparent. Fracture conchoïdale. Dureté : 6 ; poids spécifique : 2,35 à 2,50. L’obsidienne apparaît dans la Région sous la forme de lames prismatiques, éclats divers, pointes de flèches et couteaux bifaces.

5RHYOLITE
Roche volcanique d’origine tertiaire et plio-quaternaire, essentiellement constituée de feldspath et de quartz. Elle apparaît dans la Région sous deux formes : rhyolite à cristaux macroscopiques, couleur gris-violet à ocre, fracture anguleuse, devenant conchoïdale quand les cristaux sont de petite taille ; rhyolite à cristaux microscopiques, couleurs variables, blanc, crème, rose, violet pâle etc., fracture conchoïdale. Dureté : 6 ; poids spécifique : 2,30 à 2,70. Sert dans la Région à la fabrication de pièces sur éclat et de pièces bifaciales.

6JASPE OU SILICE SEDIMENTAIRE
Apparaît sous la forme de croûtes, rognons ou galets, selon les endroits, dans les niveaux géologiques les plus anciens de la Région (paléozoïque et mésozoïque). Cette roche est surtout constituée de quartz (70 %), d’argiles et d’oxydes métalliques. La couleur la plus fréquente, dans la Région, est l’ocre jaune, tacheté de gris-noir et d’incolore, quelquefois avec des nuances de brun-rouge. Fracture conchoïdale mais irrégularités dues à la présence d’alvéoles et d’inclusions calcaires. Dureté : 6,5 à 7 ; poids spécifique : 2,50 à 2,60. Utilisé dans la Région pour la taille d’éclats et d’objets bifaciaux.

7SILICE BLANCHE
Aussi bien d’origine sédimentaire (Crétacé) qu’éruptive (volcanisme tertiaire), apparaît aussi sous la forme de croûtes et de nodules, d’aspect laiteux et translucide. Les noms qui lui sont donnés varient selon les auteurs : calcédoine, opale blanche, silex blanc etc. Presque entièrement constituée de silice (90 à 95 %) avec des quantités minimes d’argiles et de métaux. Fracture conchoïdale. Dureté : 7 ; poids spécifique : 2,57 à 2,67. Sert à la fabrication de pièces très fines comme les racloirs chichimèques et les petites pointes de flèches bifaces.

8Etude d’échantillons de roches provenant de la Région.
(Lames minces. Laboratoire de Géodynamique sous-marine de Villefranche-sur-Mer, Claude Robin).

9FRI RHYOLITE CALCO-ALCALINE
Phénocristaux de quartz et plagioclases (visibles en macroscopie). Fond vitreux montrant une fluidalité, échardes vitreuses compactées et débris de cristaux : bandes de couleurs différentes ± recristallisées ; peuvent être visibles en macroscopie. Il s’agit d’une rhyolite en provenance d’un cortège ignimbritique : “ignimbrite-lave” (roche pyroclastique de haute température ; les éléments, gouttelettes de verre et cristaux, se soudent). Très abondantes dans le San Luis (cf. description Sierra del Manzano, C. Robin 1981, chapitre volcanisme rhyolitique). Dureté du verre ; roches généralement rouges, imperméables, accompagnées de dépôts plus tendres (aériens : tufs). Volcanisme fini-tertiaire depuis le Sonora jusqu’au Guatemala.

10FR 2 SPONGOLITHE
(transformée en calcédonite) Spicules d’éponges envahis par de la calcédoine ; la roche devient une calcédonite.

11FR 3 TUF SOUDE IGNIMBRITIQUE
(composition rhyolitique) Fines particules vitreuses soudées (déposées à chaud) ; débris de minéraux non visibles à l’oeil nu, surtout des quartz. Recristallisation du fond vitreux en cours. Cortège des ignimbrites, nature rhyolitique. Roche vitreuse indurée, mais du fait de l’assemblage, ne doit pas avoir la dureté du verre de l’obsidienne. Porosité possible.

12FR 8 TUF SOUDE A FLAMMES
Mêmes caractéristiques que FR 3. Zones ± dévitrifiées et ± imprégnées d’oxydes, ce qui donne des bandes de couleurs différentes. Dureté : celle du verre théoriquement. Cortèges ignimbritiques. Nature : rhyolitique ou dacitique.

13FR 9 OBSIDIENNE (RHYOLITE VITREUSE)
Fond homogène vitreux. Cristaux millimétriques = 5 % ou moins - quartz » feldspaths - fluidalité - échardes de verre plus ou moins sombres. Dureté : celle du verre - pas de vacuoles - non poreux. Lentilles (“semelles”) dans les coulées pyroclastiques ignimbritiques.

Image

14FR 10 BASALTE A HYPERSTHENE
Lave microlitique non porphyrique. Microlites de labrador et bytownite - Olivine réactionnelle - Rares clinopyroxènes - Opaques - Verre.
Microlites et microphénocristaux d’hypersthène. Enclaves de basalte doléritique de même nature (à hypersthène). Ces basaltes à hypersthène sont très rares. Assez riches en silice, ils sont parfois appelés andésites basaltiques.

15FR 11 BASALTE
Lave microlitique à tendance porphyrique. Plagioclases - Olivine - Clinopyroxènes - Rares microlites d’hypersthène. Les mêmes enclaves microdoléritiques à opx supposent que cette lave vient de la même série que FR 10 bien qu’elle soit différente.

16FR 15 SILEX
Nombreux débris organiques : tests de foraminifères, spicules. Silice fibreuse (calcédoine) de néogénèse. Environnement : accident siliceux de diagénèse dans les séries sédimentaires (généralement calcaires, craies).
Patine caractéristique.

17FR 14 SILEX
Si l’origine sédimentaire de FR 15 ne fait aucun doute, ce n’est pas le cas de FR 14 roche sédimentaire de néogénèse mais dont le matériel d’origine peut très bien être volcanique.
Dans les séries sédimentaires, la silice provient des radiolaires et des spicules d’éponges. Or, l’on connaît des rognons de silex dans des dépôts volcano-sédimentaires : cinérites et cendres déposées dans des lacs (ex. de Zacualtipán, cf. C. Robin 1981, p. 45). Dans ce cas, la silice provient du matériel volcanique. Dans FR 14, il n’y a pas de trace de faune. D’autre part, ce silex est microscopiquement identique à celui de Zacualtipán. Il pourrait donc provenir d’un gisement de ce type (mais ce n’est pas une certitude). A noter que dans les niveaux volcano-sédimentaires de Zacualtipán, les silex attirent facilement l’attention et sont faciles à recueillir, dans la mesure où ils se trouvent dans des roches meubles.
Dans la littérature, on ne remarque rien sur ces silex associés à des niveaux volcano-sédimentaires. C’est une exception, mais peut être fréquente dans les lacs pliocènes au Mexique ( ?).

18FR 6 SILEX
Là encore, la même question se pose pour son environnement. Idem FR 14.

19FR 12 OPALE
L’opale constitue le test de certains animaux, donc elle peut se présenter comme un accident siliceux de néogénèse en pays sédimentaire. Pour ma part, je crois que le plus souvent (et surtout au Mexique) son origine est hydrothermale dans un contexte ignimbritique ; j’en ai trouvé des veines (opales bleutées) dans la Sierra del Manzano (San Luis Potosí), de 10 cm d’épaisseur sur plusieurs m de longueur. Cf. aussi le gisement de Magdalena près de Tepic.Peut contenir 6 % d’eau.

20FR 13 et 14, CALCEDONITE
Silice fibreuse de néogénèse cristallisée à partir de concrétions (nodules microscopiques) d’oxydes (fer probablement) qui correspondent aux zones couleur rouille de la roche. Origine : même problème - l’échantillon ne présente pas de restes de faune ni le moindre débris de calcite. Selon Lucas, Cros et Lang, la calcédoine est la manière d’être la plus courante des silices secondaires sédimentaires” ; mais dans ce cas de nombreux débris sont encore calcaires (meulières). Pour Roubault : “origine secondaire et formation de basse température dans les cavités de roches volcaniques”.

21FR 5 et FR 7 RADIOLARITÊ ET RADIOLARITE LITÉE (FR 7)
Il s’agit là de roches très compactées - les tests des radiolaires ont presque disparu. Environnement sédimentaire métamorphisé.

22FR 16 QUARTZ
Bien reconnaissable à son “éclat gras”. Dureté 7. Peut provenir de veines de recristallisation en pays sédimentaire, volcanique, ou d’une zone granitique, gneissique etc.

A-26 Les familles de formes de pointes de flèches et leurs critères de définition (dessin : F.B.).

Image

A-27 Situation des traces d’utilisation sur les objets taillés et polis : essai d’interprétation (dessin : F.B.).

23La résistance → s’exerce toujours dans la direction opposée à celle de la force appliquée → Les modifications sur l’outil se produisent au niveau du point de tension des deux forces.

24Les formes de modification sont variables ; elles dépendent à la fois de la dureté de l’outil, de celle du matériau travaillé, du travail effectué et du nombre de répétitions de l’action (cf. R. Tringham et al. 1974).

Image

25Usure plane/coupe : rabots et grattoirs. La tension se produit sur l’avers du biseau, créant ainsi des modifications surtout visibles sur le revers (écaillures, polissage, lustrage...).

26Coupe-usure : a) Racloirs.
La tension s’applique sur le revers du biseau et produit des modifications sur l’avers (écaillures, surtout).

Image

27b) Couteaux, scies, laminaires, lames, burins (coupe linéaire).
La tension se fait sur les deux faces du biseau, simultanément, ce qui donne des modifications sur l’avers et sur le revers et une suppression progressive du tranchant (écaillures, abrasion, polissage, lustrage...).

Image

28Usure circulaire : perçoirs.
La tension se produit, selon le sens de la rotation, soit de façon alterne sur chaque face, a, si elle suit un mouvement unidirectionnel, soit de façon bifaciale, b, si le mouvement est bidirectionnel. Dans le premier cas, les modifications sont alternes, tandis que dans l’autre cas elles sont bifaciales, avec, toujours, un émoussage de la pointe distale (écaillures, abrasion, polissage).

Image

29Percussion : a) Haches, pointes de flèches, marteaux.
La tension s’exerce sur toute la partie agissante, produisant des modifications sur l’ensemble de celle-ci (écrasements en étoiles, écaillures fines ou grandes, cassure).

Image

30b) Herminette.
Ici, la tension se fait surtout sur le revers, ce qui donne des modifications plus importantes sur l’avers, avec un écrasement progressif du biseau actif (écaillures, écrasements, cassure).

31(Les interprétations proposées indiquent seulement une tendance générale).

A-28 Définitions morphologiques des principales catégories d’objets classés.

32AXE DE PERCUSSION
“Ligne qui continue la direction du point de percussion”, D. de Sonneville Bordes 1960.

33BIFACE ; BIFACIAL
“Biface” insiste sur le caractère morphologique : “le caractère de la taille sur les deux faces est très net et très important au moins au point de vue morphologique. Tous les instruments qui ont en commun ce caractère méritent donc un nom spécial. Celui de “biface” paraît convenable car il est bref, facile, indique ce qu’il veut signifier et rien d’autre”, A. Vayson de Pradenne 1920, p. 466.
“Bifacial” se rapporte plutôt à la technique de fabrication, mais les deux termes sont utilisés indifféremment. Cf. M. Brézillon 1977, pp. 149-163 et J. Tixier et al. 1980, p. 75.

34BURIN
Dans le matériel concerné ici, le terme se rapporte à n’importe quelle forme d’éclat présentant une partie aménagée en pointe dont les bords convergents se terminent par un biseau. Cf. aussi : M. Brézillon 1977, pp. 165-191. G. Laplace 1964, p. 22.

35COUTEAU SUR ECLAT
“Le couteau est tout simplement la cassure fraîche et vive de toute pierre à éclat tranchant”, G. de Mortillet 1883, p. 506. Dans le cas présent, cette définition se combine aux traces d’utilisation (cf. A-27). Cf. aussi M. Brézillon 1977, pp. 198-199.

36ECLAT AMORPHE
Ici, éclat de forme géométrique irrégulière, dont l’axe de percussion et le conchoïde ne sont pas nettement visibles.

37ECLAT DE DEBITAGE
Ici, éclat ne présentant pas de trace d’utilisation reconnaissable, de forme non répétitive. Cf. aussi J. Tixier 1963, p. 33.

38ECLAT DE FAÇONNAGE BIFACIAL
Ici, éclat très mince –quand il n’est pas outre-passé, cf. J. Tixier et al. 1980, p. 95– caractéristique par son conchoïde à peine prononcé, son talon filiforme, en pastille ou punctiforme et son avers à facettes planes. Cf. aussi A. Leroi-Gourhan 1964, p. 15.

39ECLAT IRREGULIER
Ici, éclat dont l’axe de percussion et le talon sont visibles, mais dont la silhouette ne se rapproche d’aucune forme géométrique simple (cf. annexe A-31).

40GRATTOIR
Ici, éclat présentant une retouche unifaciale sur tout ou partie de sa périphérie, déterminant un angle d’attaque d’au moins 40° par rapport à son revers. Cf. aussi G. Laplace 1964, p. 33.

41LAME PRISMATIQUE
Ici, éclat long en obsidienne (indices 6 et 7) et mince (indice 7) de forme nettement répétitive et de section mésiale triangulaire ou trapézoïdale, obtenu à partir d’un nucléus linguiforme.

42LAMINAIRE
Ici, éclat de forme assez répétitive, d’indices 6 et 7 pour la longueur et pour l’épaisseur.

43MODULE
Ici, le volume géométrique simple (parallélépipède) dans lequel s’inscrivent les proportions d’un objet de pierre, sans tenir compte de ses dimensions réelles. Le module correspond donc à la combinaison d’un indice de largeur/longueur et d’un indice d’épaisseur/largeur (cf. annexe A-32). Cf aussi modules de largeur de A. Leroi-Gourhan 1977, p. 250.

44MULTIPLE
Ici, tout objet classé dans deux ou plus de deux catégories fonctionnelles à la fois.

45NUCLEUS
“Toute masse de matière première débitée prend caractère de nucléus”, A. Leroi-Gourhan 1964, p. 9.

46PERCOIR
“Eclat ou lame présentant une pointe droite, déjetée ou incurvée, nettement dégagée par retouches bilatérales, parfois alternes, à épaulement simple ou double”, D. de Sonneville-Bordes et J. Perrot 1955, p. 78. Cf. aussi M. Brézillon 1977, pp. 280-282

47POINTE SUR ECLAT
Ici, éclat de forme triangulaire et subtriangulaire à bords convergents vers l’extrémité distale. Peut-être axé ou déjeté. Cf. aussi “pointes du 1er genre et du 2e genre”, A. Vayson de Pradenne 1920, p. 463.

48RACLOIR
Ici, éclat à retouche unifaciale linéaire sur tout ou partie de sa périphérie, présentant un angle utile de moins de 40° par rapport à son revers. Cf. aussi F. Bordes 1961, p. 25 et M. Brézillon 1977, pp. 347-357.

49RETOUCHER
“C’est aménager, sculpter, transformer en outil un produit de débitage”, J. Tixier 1963, p. 45.

50SCIE
Ici, éclat de forme variable dont tout ou partie de la périphérie présente au moins trois denticules obtenus par retouche unifaciale ou bifaciale.

A-29 Fiche d’enregistrement des catégories lithiques classées par unité/niveau de fouille. 17 catégories sont représentées, l’une d’elles (pointes bifaces) subdivisée en 4 familles de formes (de 16 à 19) (dessin : F.R.). ETUDE DES VESTIGES LITHIQUES.

Image

A-30 Fiche d’objet. Les rubriques 1 à 14 correspondent aux descriptions codifiées de l’annexe suivante (A-31). Les rubriques 15 à 19 : celle qui correspond à l’objet est cochée. Sous la rubrique 12, l’espace conservé sert à une notation supplémentaire valable pour quelques objets seulement (la mesure de convexité, par exemple). L’espace blanc sur la partie gauche de la fiche permet de faire un croquis ou un dessin de l’objet à une échelle donnée (dessin : F.R.).

Image

A-31 Descripteurs codifiés pour la fiche d’objet.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

A-32 Définition des indices de proportions

Image

Fig. a

51a) Quelle que soit la pièce à étudier, si l’on considère seulement ses dimensions maximales en longueur, largeur et épaisseur, cela revient à observer le parallélépipède rectangle dans lequel elle s’inscrit (Fig. a).

Image

Fig. b

52b) A partir de cela, on peut étudier les variations des dimensions maximales de la pièce en tenant compte simplement du parallélépipède théorique dans lequel elle s’inscrit (Fig. b).

Image

Fig. c

53c) Si ces variations se font sur deux axes orthonormés de même échelle dont les directions invariables représentent deux bords du parallélépipède, elles suivront, si les pièces étudiées ont des proportions semblables, une progression arithmétique (Fig. c).

Image

Fig. d

d) Deux diagonales formées par deux ou plusieurs variations différentes délimitent une surface qui joue le rôle d’un intervalle de classe. Ce dernier comprend toutes les valeurs possibles des intersections de perpendiculaires à Image et Image, entre leurs deux valeurs extrêmes représentées par les diagonales (Fig. d).

54L’intervalle ainsi défini peut être représenté par un indice de largeur/longueur, si l’objet est vu en plan ; d’épaisseur/largeur, s’il est vu de profil.

55Indices de proportions : largeur/longueur

56l = largeur maximale

57L = longueur maximale

581 - L est représenté sur la pièce par l’endroit où se situe la plus grande longueur parallèle à l’axe de percussion.

592 - l est représenté par l’endroit où se trouve la plus grande largeur, perpendiculaire à l’axe de percussion.

3 - Le revers de la pièce est posé sur le calibreur, le talon –quand il est encore visible– étant aussi tangent que possible à Image.

4 - Le bord gauche de la pièce est amené au contact de Image.

5 - Les mesures sont prises à l’intersection des tangentes à la plus grande longueur et à la plus grande largeur de la pièce, tangentes qui sont aussi parallèles à Image et à Image.

606 - Les variations du rapport largeur/longueur (l/L) sont considérées comme significatives quand elles sont d’au moins 10 %. Les groupes de variations définis par des intervalles de 10 %, 20 %, 30 % etc., constituent des classes. A chacune de ces dernières correspond une valeur indicée, de 1 à 7.

617 - On choisit comme repère géométrique de base le carré, qui constitue un point d’équilibre dans la mesure où son rapport l/L = 1.

62On considère ce rapport comme étant la valeur “moyenne” qui va permettre de définir les valeurs indicées (Fig. e).

Image

Fig. e

Image

Fig. f

638 - Une variation de 10 % de part et d’autre de cette valeur moyenne nous donne le rapport :

Image

64soit deux classes de dimensions relatives correspondant à la dimension large (Fig.f).

Image

Fig. g

659 - “Très large” comprend toutes les possibilités de l/L supérieur à 1,1. (Fig. g).

Image

Fig. h

6610 - “Etroit” correspond à deux classes indicées et “très étroit” regroupe tous les cas où l/L est inférieur à 0,5 (Fig. h).

67Indices de proportions : épaisseur/largeur

68E = épaisseur maximale

69l = largeur maximale

701 – E se situe à l’endroit de la plus grande épaisseur, sur la pièce.

2 - L’objet est posé verticalement, la base au contact du calibreur, un bord tangent Image.

3 - Les mesures sont prises à l’intersection des perpendiculaires à Image et à Image, tangentes aux pointes de plus grande épaisseur et de plus grande largeur des pièces.

714 - Quand elles sont d’au moins 10 %, les variations de E / l sont considérées comme significatives. Comme dans les rapports//L, les classes de variations sont constituées par un ou plusieurs groupes d’intervalles de 10 %. A chaque classe correspond une valeur indicée de 1 à 7.

Image

Fig. i

725 - Comme point de départ pour définir les classes d’épaisseur, on prend la moyenne arithmétique E = 0,5 par rapport à l = 1.

73E/ l = 0,5, soit E = 50 % de l (Fig.i).

Image

Fig. j

746 - 10 % de variation de chaque côté de cette valeur “moyenne” nous donnent :

Image

75soit deux classes correspondant à “épais” (Fig.j).

Image

Fig. k

767 - “Très épais” regroupe toutes les valeurs de E/l supérieur à 0,6 (Fig. k).

778 - “Mince” correspond à deux indices et “très mince” à E/l inférieur à 0,2 (Fig. l).

Image

Fig. l

78Les différentes combinaisons des indices largeur/longueur apparaissent ci-dessous :

Image

79Indices de proportions : largeur à la base/largeur maximale

Image

801 - Les dimensions considérées sont la largeur à la base lb et la largeur maximale lm.

812 - L’objet est posé sur le revers de telle sorte que son bord droit soit tangent au bord droit du calibreur (A) et que son extrémité distale touche le bord distal du calibreur (B). La lecture se fait en x.

823 - La comparaison des dimensions observées considère le modèle géométrique du carré, où lm = lb = 1.

834 - Les variations de lb par rapport à lm, comptées par intervalles de 10 %, établissent les indices suivants :

Image

84A-33 Les principales constantes morphologiques des pièces sur éclat : résumé (dessin : F.R.).

85Les fiches d’objets ont été enregistrées sur disque souple à l’aide d’un micro-ordinateur Apple II et traitées avec un programme P.F.S. Ce programme était le seul disponible et a dû être utilisé malgré sa lenteur au moment du traitement des données.

86Seules quelques constantes générales au niveau morphologique sont ici proposées pour tenter de faire ressortir les formes les plus nettement répétitives rencontrées dans cette famille de matériel. La comparaison se base sur les fréquences en % des catégories dont on observe les classes de dimensions absolues, de dimensions relatives, d’angles d’incidence et de convexité. L’on tient compte du nombre de classes contenant au moins 50 % des effectifs de chaque catégorie d’objets. Plus le nombre de classes contenant une majorité de pièces est réduit, plus la répétitivité des formes est grande.

87Dimensions absolues : longueur.

Image

881 - racloirs chichimèques classe 3 : 80 %

892 - perçoirs classe 2 : 50 %

903 - racloirs classes 2 et 3 : 79 %

914 - burins classes 2 et 3 : 63 %

925 - laminaires classes 4 et 5 : 59 %

936 - grattoirs classes 3, 4 et 5 : 60 %

94En fait seuls les grattoirs chichimèques (à système de fixation) présentent une longueur nettement répétitive, entre 21 mm et 30 mm. Les perçoirs sont les objets les plus petits de cet ensemble, entre 11 mm et 20 mm. Les racloirs et les burins sont très comparables, avec des longueurs maximales allant de 11 mm à 31 mm, ce qui demeure malgré tout assez petit. La différence apparaît surtout avec les laminaires qui sont un peu plus grands que les autres objets, entre 31 mm et 50 mm. Les grattoirs sont les plus variables de tous les objets sur éclat du point de vue de leurs longueurs.

95Dans l’ensemble toutes ces pièces sont de dimensions plutôt réduites, surtout comprises entre 11 mm et 50 mm.

96Dimensions absolues : épaisseur.

Image

971 - racloirs chichimèques classe 1 : 90 %

982 - perçoirs classe 1 : 60 %

993 - racloirs classe 1 : 50 %

1004 - laminaires classes 1 et 2 : 77 %

1015 - burins classes 1 et 2 : 71 %

1026 - grattoirs classes 2 et 3 : 59 %

103Là encore les racloirs chichimèques sont les plus répétitifs, avec moins de 5 mm d’épaisseur pour la presque totalité des échantillons. Les perçoirs et racloirs font en majorité moins de 5 mm d’épaisseur, alors que les laminaires et les burins présentent des épaisseurs moyennes comprises entre 5 mm et 10 mm. Les grattoirs se singularisent par une épaisseur généralement plus grande, entre 10 mm et 15 mm, ce qui correspond à la résistance nécessitée par leur utilisation.

104La grande majorité des outils sur éclat présente une épaisseur moyenne comprise entre 0,5 mm et 20 mm. Si l’on considère que leur longueur moyenne va de 11 mm à 50 mm, l’aspect général plutôt réduit de cet outillage se fait manifeste.

105Angle d’incidence.

Image

1061 - racloirs chichimèques classes 17 et 18 : 80 %

1072 - burins classes 18 et 19 : 61 %

1083 - grattoirs classes 18 et 19 : 59 %

1094 - racloirs classes 16, 17 et 18 : 62 %

110Les racloirs chichimèques sont les plus spécialisés, avec des angles d’incidence compris dans leur presque totalité entre 50° et 70°. Burins et grattoirs présentent des angles actifs un peu supérieurs à ces derniers, entre 60° et 80°. Les racloirs sont plus variables, avec des angles souvent inférieurs à ceux des autres objets, entre 40° et 70°.

111Angle de pénétration.

Image

112La seule catégorie d’objets sur éclat où l’on peut les observer est celle des perçoirs. Leurs angles de pénétration sont assez variables ; ils présentent deux groupements, l’un entre 10° et 40°, l’autre entre 60° et 90°, chacun contenant 50 % des effectifs.

113Convexité.

Image

1141 - racloirs chichimèques classe 1 : 90 %

1152 - racloirs classes 1 et 2 : 66 %

1163 - grattoirs classes 1 et 2 : 57 %

117Les racloirs à système de fixation demeurent les plus répétitifs, leur rayon de convexité étant, pour leur presque totalité, inférieur à 1 cm. Pour les racloirs et grattoirs la variation est plus grande. Parmi les différents types représentés, ceux à museau sont les plus stables dans leurs convexités, comprises entre 1 cm et 2 cm.

118Dimensions relatives : largeur/longueur (//L).

Image

1191 - racloirs chichimèques classe 4 : 70 %

1202 - laminaires classes 5 et 6 : 96 %

1213 - perçoirs classes 5 et 6 : 70 %

1224 - burins classes 4 et 5 : 55 %

1235 - grattoirs classes 3 et 4 : 54 %

1246 - racloirs classes 2, 3 et 4 : 67 %

125La variation des racloirs chichimèques est encore une fois la plus petite, la plupart se retrouvant dans la classe étroits (4). Laminaires, perçoirs et burins sont étroits à très étroits (4-5-6). La plus grande variation apparaît dans les grattoirs et racloirs, qui sont le plus souvent larges à étroits (2-3-4).

126Dimensions relatives : épaisseur/largeur (E/l).

Image

1271 - grattoirs classe 4 : 51 %

1282 - racloirs chichimèques classe 5 : 50 %

1293 - racloirs classes 5 et 6 : 72 %

1304 - laminaires classes 3 et 4 : 55 %

1315 - burins classes 5 et 6 : 55 %

1326 - perçoirs classes 2, 3 et 4 : 60 %

133Grattoirs et racloirs chichimèques sont les plus stables dans leurs rapports d’épaisseur et se situent dans la classe mince (4-5), les pièces épaisses étant assez rares dans l’ensemble de ce matériel. Racloirs, laminaires, perçoirs et burins ne correspondent à aucun module d’épaisseur particulier.

A-34 Fréquences de pointes de flèches bifaces par type morphologique

Image

Image

A-35 Moyenne des dimensions de chaque famille de formes

Image

Image

A-36 Coefficients de densité de lithique pour chacun des niveaux fouillés dans les sites de la Région.

Image

A-37 Fréquences absolues (n) et relatives ( %) des catégories choisies pour différencier les sites par niveaux. Ordre suivi : nom du site, fouille, no de niveau.

Image

Image

Image

Image

Image

134A-38 Eclats de débitage, éclats de façonnage et lames prismatiques, fréquence par groupements typologiques de sites.

135Les principales catégories d’objets, traduites en % par niveau de sondage, ont été comparées une à une pour chacun des sites fouillés. Selon le type de site (grotte, champs de lithique, champs de lithique et céramique, monticules d’habitation), des groupements sont apparus au niveau de 3 catégories de pièces :

  • les éclats de débitage
  • les éclats de façonnage bifacial
  • les lames prismatiques

136On donnera les résultats obtenus uniquement pour ces trois catégories d’objets lithiques, les dix autres catégories ne montrant pas de constantes numériques. Les découpages entre groupes statistiques sont plus cohérents, du point de vue culturel, quand on ajoute au type de site la présence ou l’absence d’un des deux grands types céramiques directement observables sur place, soit deux données qualitatives de plus.

137ECLATS DE DEBITAGE

Image

Image

Image

Image

Image

Image

A-39 Fiches-histogrammes des sites : I 9 (EFG), I 39 (AE, FGHI), II 13 (ABCD, EFGH), II 26 (E-I), III 27 (ABCD), IV 7 (ABCD), V 18 (ABC), V 28 (AK-QT).

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

A-40 Les trois catégories diagnostiques et leurs fréquences absolues par site de chaque zone ; tot. = total ; déb. = éclats de débitage ; faç. = éclats de façonnage bifacial ; lam. pris. = lames prismatiques.

Image

A-41 La répartition des sites à peintures rupestres signalés dans l’Etat du San Luis Potosí.

Image

1381 - Santa Teresa, Mezquitic

1392 - Agua Prieta, Mezquitic

1403 - Peñascos Colorados, Ahuahulco

1414 - Puerto de Duques, Ahuahulco

1425 - Santa Genoveva, Villa de Arriaga

1436 - Monteiuma, Villa de Arriaga

1447 - Cueva Santa, Villa de Arriaga

1458 - El Peyote, Villa de Hidalgo

1469 - Cueva de los Indios, Guadalcázar

14710 - Piedra de la Colmena, Bagres, R.V.

14811 - Piedra del Higuerón, Bagres, R.V.

14912 - Roca de los Capulines Sur, Bagres, R.V.

15013 - Cueva del Almagre, Bagres R.V.

A-42 Les gravures de part et d’autre de l’entrée de la grotte, dans le site V 28 (relevé : F.R., dessin : F.B.).

Image

A-43 Incisions et cupules sur rocher des sites V 28 (en haut) et I 41 (en bas) (relevé : F.R., dessin : F.B.).

Image

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search