Version classiqueVersion mobile

Les Chichimèques

 | 
François Loubet-Rodríguez

Conclusion

Texte intégral

1• Rappel du thème traité

2• Bilan de la méthode

3• Bilan culturel

RAPPEL DU THEME TRAITE

4Contrairement à la Mésoamérique qui fait l’objet de recherches nombreuses et approfondies depuis plus d’un siècle, les terres chichimèques du nord du Mexique ont été très peu étudiées. Quand elles l’ont été, l’intérêt des recherches s’est surtout orienté vers des populations sédentaires comme celles de Casas Grandes dans le Chihuahua (cf. C.C. Di Peso et al. 1974) et des Laguneros du Coahuila (cf. G. Aveleyra et al. 1956). Or chacun sait, grâce aux écrits historiques laissés par la colonisation espagnole, que les populations chichimèques étaient avant tout nomades, en particulier dans l’aire géographique du Tunal Grande.

5En dehors des chroniques coloniales, très peu d’informations avaient pu être obtenues dans ce secteur de l’Etat du San Luis Potosí. Pour les populations avec céramique, nous disposions des résultats des travaux de B. Braniff (1961, 1975) et R.M. Crespo-Oviedo (1976) à Villa de Reyes et de D.P. Heldman (1971) et D. Michelet (1984) à Río Verde, partie située à l’est du Tunal. Pour les sites sans céramique, la seule étude approfondie connue, bien qu’elle n’ait pas été publiée est celle de J. Lesage (1965).

6Cette situation laissait subsister quatre points d’interrogation importants :

  1. L’éventail chronologique avant, pendant et après la colonisation mésoaméricaine.

  2. L’extension territoriale des cultures en place, dans le cadre régional considéré

  3. Les éventuelles relations de ces cultures entre elles, dans la mesure où la typologie céramique suggère l’existence de contacts.

  4. La valeur des chroniques coloniales en l’absence d’informations archéologiques à leur comparer.

7Le programme de recherche choisi, visait à caractériser l’ensemble des populations ayant laissé des vestiges archéologiques, sur un éventail de datation par le radiocarbone aussi large que possible, et à tenter de mettre en évidence leurs interférences technologiques selon les époques, en particulier pour le lithique.

BILAN DE LA METHODE

8Considérée comme un moyen pour obtenir une description uniforme du matériel, la méthode utilisée repose avec certaines adaptations sur des définitions, une terminologie et une nomenclature inspirées de la préhistoire européenne et de l’archéologie mexicaine. Une importance à peu près égale a été donnée à la morphologie, à la technique d’obtention et à la fonction des objets étudiés. La classification qui en a résulté a servi de base pour la comparaison de différents sites entre eux, afin de rechercher leurs degrés d’affinité. Cette phase du travail a été largement facilitée par les fiches descriptives et les coefficients de densité de lithique au m3 fouillé, dont les données quantitatives ont permis de proposer une caractérisation statistique de plusieurs assemblages lithiques. Ajoutées aux données qualitatives enregistrées, elles ont essayé de mettre en évidence l’existence de technologies particulières liées à des complexes culturels définis comme :

  • Complexe Chasseur-Collecteur.

  • Complexe Valle de San Luis,

  • Complexe Río Verde.

9Grâce aux datations par le radiocarbone et aux comparaisons stratigraphiques, la durée et la forme d’habitat de ces complexes ont pu être proposées.

10Les mélanges au niveau des assemblages lithiques paraissent révéler l’existence de relations entre ces trois complexes, ce que la céramique a confirmé par la suite, ainsi que la forme de l’habitat. Pour désigner ces nouvelles particularités, dominées par les caractéristiques du complexe Chasseur-Collecteur, trois faciès ont été proposés :

  • Faciès Valle de San Luis.

  • Faciès Río Verde.

  • Faciès Valle de San Luis-Río Verde.

11Complexes et faciès sont définis statistiquement à partir des fréquences relatives de treize catégories d’objets lithiques et de l’intervalle de variation de la catégorie diagnostique d’un complexe.

12Selon leur mode de vie, les populations qui ont vécu dans la Région ont laissé des vestiges lithiques différents soit dans leur forme, soit dans leurs quantités. La catégorie diagnostique est celle qui permet de différencier le mieux chaque complexe par rapport à un autre. Il ne s’agit en aucun cas de “fossiles directeurs” mais de variations en quantité des treize catégories uniformément enregistrées ; trois d’entre elles sont particulièrement sensibles à la forme du site, à sa situation topographique, à l’absence ou à la présence de céramique et à l’épaisseur des dépôts ; il s’agit des déchets de débitage, déchets de façonnage et lames prismatiques.

13Enfin l’expérimentation des techniques de taille existant dans la Région visait surtout à vérifier l’interprétation des objets en bois de cerf et en os comme outils de taille de la pierre. Parmi eux, le retouchoir plat en biseau est un instrument efficace et assez original.

14L’étude des traces d’utilisation, à partir de références bibliographiques, a amené tout naturellement à observer aussi les objets fabriqués avec la pierre taillée. Il en ressort notamment que le Ethique est loin d’avoir constitué l’activité principale des chasseurs-collecteurs. Le travail des fibres animales et végétales occupait une place très importante, même s’il n’en reste plus guère de trace dans les sites étudiés.

15L’avantage principal de la méthode de classement, réside dans la possiblité de pouvoir la réviser totalement ou partiellement en reprenant les fiches d’enregistrement. Dans le cas présent et sous réserve de modifications futures, on peut dire que le Ethique caractérise les populations en place, y compris celles qui possèdent surtout de la céramique.

16La relation de l’objet avec l’individu qui l’a fabriqué fait intervenir des phénomènes dont on sait qu’ils échappent à l’analyse des vestiges et à l’expérimentation. Ici, des tentatives d’explication ont considérablement bénéficié d’écrits historiques régionaux qu’une approche critique, documentée par l’étude antérieure, permet de préciser.

BILAN CULTUREL

17Les quelques résultats obtenus sont loin de combler toutes les lacunes que l’on avait notées au départ. Ils donnent tout au plus un cadre général dont la valeur devra être mise à l’épreuve par d’autres fouilles, plus limitées géographiquement, dans la Région.

18Conformément au projet initial, les principaux complexes culturels en place ont pu être définis chronologiquement et technologiquement, avec une première approche de leur forme d’habitat. La structure de celui-ci ne peut être envisagée avec précision du fait de la forme en couloirs des axes étudiés. L’échantillonnage obtenu sur 203 sites donne toutefois, une idée de l’occupation préhispanique dans les principaux cadres écologiques régionaux. Les 24 sites fouillés ont été choisis pour leur représentativité par rapport à l’échantillon total et pour leur état de conservation. Répartis entre la frange sud du Tunal Grande et le bassin de Río Verde, ils montrent plusieurs évidences de contacts entre les habitants de ces secteurs géographiques, notamment dans le Tunal lui-même et dans la sierra à l’ouest de Río Verde.

19Chronologiquement, le complexe Chasseur-Collecteur (complexe C.C.) est le premier à exister dans la Région. Ses représentants, après l’époque des chasseurs de mégafaune du Pleistocène, se sont progressivement adaptés à la lente désertification qui commence aux alentours de 8000 av. J.-C., et entraîne la disparition du grand gibier. Ils vivent de l’exploitation de la steppe à légumineuses et du fourré épineux, tout en chassant les petites espèces animales à cycle de reproduction rapide qui abondent dans leur environnement semi-aride. Leurs sites se rencontrent partout dans la Région. Cette période, qui va de 1000 av. J.-C. à 200 ap. J.-C., a été appelée Venadito, avec ses phases I et II.

20Les sites de la période suivante, Huerta (I, II, III et IV) (200 ap. J.-C. à 1200 ap. J.-C.) sont plus nombreux. Le complexe Chasseur-Collecteur n’est plus le seul : à partir du 1er siècle ap. J.-C., le complexe Río Verde apparaît, puis autour du Ville siècle, le complexe Valle de San Luis. Le complexe Río Verde correspond à une percée de la Mésoamérique vers le nord, peut-être due à une relative stabilisation du régime des pluies favorable à l’agriculture de temporal, mais aucune preuve archéologique ne l’a démontré. Les populations du complexe R.V. possèdent une économie fondée sur l’agriculture (cf. D.P. Heldman 1971, D. Michelet 1984). Elles sont tout à fait sédentaires, produisent d’excellentes poteries et vivent dans des villages situés en bordure de grandes plaines marécageuses ou de bassins fermés, dans les endroits les plus humides de la Région. Leurs habitations sont construites sur des pyramides tronquées, les cues ou cuecillos, et leurs vestiges Ethiques sont surtout constitués de lames prismatiques en obsidienne qui ont été le plus souvent apportées de Mésoamérique sous la forme d’objets finis.

21Le complexe Valle de San Luis n’est pas aussi clairement mésoaméricain. Sa poterie est loin d’être aussi variée que celle du complexe précédent et ses figurines sont un mélange de traits mésoaméricains et de caractéristiques spécifiques, propres au complexe V.S.L. Son lithique ressemble beaucoup à celui du complexe Chasseur-Collecteur, typologiquement et quantitativement, et les restes culinaires observés montrent une pratique évidente de la collecte et de la chasse aux petits animaux. Ces dernières populations s’installent de préférence en bordure de cours d’eau temporaires, à proximité des confluents et sur des berges susceptibles d’être inondées pendant la saison des pluies. Les traces laissées par leurs habitations sont rares, du fait qu’elles devaient être faites de matériaux périssables et de plain-pied. Sans trop donner dans le diffusionisme, on pourrait émettre l’hypothèse que le complexe V.S.L. soit une manifestation presque spontanée du Tunal Grande correspondant à la découverte, par des populations locales, des techniques de poterie et de culture du mais. Leur assemblage lithique demeure, dans les grandes lignes, celui des chasseurs-collecteurs et l’observation des dépôts stratigraphiques permet d’envisager un mode de vie reposant sur l’agriculture pendant la saison des pluies mais aussi sur une intense activité de chasse-collecte.

22Ces deux complexes, R.V. et V.S.L., partant l’un du bassin de Río Verde, l’autre de la plaine de l’actuelle ville de San Luis Potosí, s’étendent géographiquement en direction l’un de l’autre au cours de la phase Huerta III (700 à 1000 ap. J.-C.) et leurs mélanges avec le complexe Chasseur-Collecteur, dans la frange qui les sépare (cf. carte no 7) se traduit par une multiplication, au nord et à l’ouest de la Région, des sites présentant les caractéristiques du complexe C.C. ainsi que des traits attribuables aux autres complexes, soit séparément, soit simultanément. Ces sites appartiennent aux faciès Río Verde et Valle de San Luis du complexe Chasseur-Collecteur, ce qui montre bien que ces populations ne vivaient pas en simples voisins qui s’observaient sans se mêler. A cette époque, la frontière nord de la Mésoamérique n’a donc pas connu que des affrontements. A la fin de la phase Huerta IV (1000-1200 ap. J.-C.), un nouveau changement se produit.

23Les sites d’agriculteurs sont abandonnés au cours de la période suivante, Tunal Grande, pendant la phase Tunal Grande I (1200-1550 ap. J.-C.). Ils ne seront à nouveau occupés qu’après l’installation des missions espagnoles, vers la fin du XVIe siècle. Les chasseurs-collecteurs restent les seuls maîtres de la Région entre le XIIIe et le XVIe siècle. Leurs pointes de flèches ont évolué vers des formes géométriques simples avec encoches de fixation et leurs dimensions très réduites sont probablement liées à l’invention de la flèche à double hampe et à l’amélioration de l’arc chichimèque plutôt qu’à la taille du gibier chassé. Il suffit de voir combien ces pointes de flèches étaient efficaces contre le bétail des Espagnols et pendant la guerre. Par ailleurs, quel que soit l’arc utilisé, les armatures légères, petites et minces, donnent un meilleur équilibre à la flèche, diminuent la vibration de la hampe pendant l’envoi et ont une course bien plus longue. Les descriptions qu’en ont laissées les chroniqueurs correspondent assez bien aux vestiges matériels retrouvés.

24Tout au long de l’étude, un bon nombre de recoupements a été remarqué entre les témoignages historiques et les données archéologiques, malgré quelques divergences. Au XVIe siècle, les chasseurs-collecteurs chichimèques du San Luis Potosí sont effectivement nomades dans le Tunal et plutôt sédentaires dans la sierra. Ils entretiennent entre eux des relations constantes, au moins jusqu’au XVIIIe siècle. Pour cette dernière phase, Tunal Grande II (1550-1800 ap. J.-C.) l’archéologie dispose grâce à l’ethnohistoire, de renseignements détaillés et même d’un vocabulaire correspondant à la langue parlée par certaines populations. Ainsi, par exemple, les objets en os retrouvés dans la sépulture du Cerro Prieto correspondent assez bien à ceux que décrit Fray Guadalupe Soriano, en les attribuant à des prêtres-guérisseurs Pames vivant dans la sierra, les cajoos.

25Dans le Tunal, les vestiges archéologiques coïncident avec ceux que peuvent avoir laissés les Guachichiles décrits par les chroniques coloniales.

26Malgré les variations remarquées d’une tribu à l’autre, un fonds commun existe effectivement. Au niveau technologique, il déborde très largement la Région pour englober tout le centre-nord du Mexique et le sud-ouest des Etats-Unis.

27Il serait inutile d’insister sur le caractère totalement artificiel de la frontière actuelle avec les Etats-Unis par rapport aux anciens territoires indigènes. C’est ainsi qu’en 1853, par exemple, le Traité de la Mesilla coupait en deux parties la tribu Papago, l’une restant dans le Sonora mexicain et l’autre dans l’Arizona américain.

28Habitués à une grande autonomie, à un genre de vie bien adapté à leur environnement naturel et à des valeurs traditionnelles plusieurs fois millénaires, les petits groupes chichimèques étaient très mal préparés à l’asservissement que voulaient leur imposer les Espagnols. Même les Pames, qui pratiquaient un peu d’agriculture, opposèrent une résistance très longue et plus ou moins passive à la colonisation. Les Guachichiles, beaucoup plus violents semble-t-il, s’échappaient sans cesse des fermes où l’on essayait de les fixer en leur donnant quelques têtes de bétail. Ils rejetaient radicalement le travail de la terre.

29La grande majorité des Chichimèques n’avait le choix qu’entre l’esclavage et l’extermination. Vers 1580, une jeune femme Chichimèque était payée 100 pesos-or sur le marché aux esclaves de Mexico. La vente de prisonniers par l’armée espagnole (cf. P.W. Powell 1977, p. 119) était un négoce important, tacitement accepté par la Couronne espagnole qui pouvait ainsi, probablement, continuer à avoir des soldats dans le nord du Mexique en leur donnant des soldes minimes. A propos de ces esclaves Chichimèques, Cárdenas (cf. W. Jiménez Moreno 1977, p. 52) écrivait au XVIe siècle :

Ils sont tellement terrifiants que les chevaux eux-mêmes tremblent devant eux et les fuient. Mais [...] autant ils sont vaillants, forts, durs et sains sur leurs terres [...] autant ils deviennent misérables, abattus et maladifs en tombant sous notre pouvoir et en vivant dans le bien, en s'élevant comme des êtres humains.

30Afin de les éloigner le plus possible de leurs terres natales, sans possibilité de retour, le trafic d’esclaves se faisait par un système de revente en chaîne en direction de la ville de México. Cette déportation produisit une véritable hécatombe, soit par épidémies, soit par inadaptation profonde. Ceux qui étaient restés sur place, dans l’actuel Etat du San Luis Potosí virent diminuer peu à peu leurs meilleurs territoires de chasse-collecte et furent amenés à disparaître ou à entrer dans le système d’exploitation coloniale, comme péons. Les quelques Pames et “Chichimecas” (dont on ignore les tribus d’origine) qui ont survécu à l’extermination sont restés, depuis le XVIe siècle, la main d’œuvre à bon marché qui continue de se louer aux riches propriétaires terriens.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search