Version classiqueVersion mobile

Les Chichimèques

 | 
François Loubet-Rodríguez

Chapitre III. L’archéologie, pour la connaissance de l’homme

Texte intégral

1• La nomenclature des sites

2• La caractérisation archéologique des différents complexes et faciès culturels

3• La séquence chronologique

4• Les Chichimèques. Quelques recoupements entre archéologie et ethnohistoire

LA NOMENCLATURE DES SITES

5Entre le moment de leur enregistrement sur le terrain et celui du classement des assemblages Ethiques dans leur contexte de fouille, les sites ont fait l’objet eux aussi d’un classement progressif. Les informations données par leur aspect de surface se sont enrichies d’éléments précis qui nous permettent de mieux comprendre leurs origines culturelles et leurs fonctions, du moins à titre d’hypothèse.

6Pendant la reconnaissance et la fouille, les critères descriptifs établissant la typologie morphologique des sites reposaient sur leur topographie et sur les associations de vestiges trouvés en surface. Les quatre définitions obtenues ont été utilisées pendant toute la phase descriptive:

  • champs de lithique,

  • champs de lithique et de céramique,

  • grottes et abris rocheux,

  • sites à monticules.

7Après la classification des vestiges, nous disposons donc d’informations nouvelles concernant la fonction éventuelle des sites. Cela nous amène à établir une tentative de découpage à l’intérieur de chaque type morphologique:

  • site d’habitat,

  • site de passage,

  • site d’occupation spécialisée.

8Un site d’habitat, dans cette Région, pourrait se définir comme étant un lieu où un groupe humain a développé l’ensemble de ses activités quotidiennes, dans des conditions de stabilité locale. Cette installation peut être durable tout au long de l’année, ou cyclique en fonction des saisons ou même d’événements particuliers. L’épaisseur des dépôts archéologiques (vérifiée par sondage ponctuel ou par fouille) présente une succession d’au moins deux niveaux anthropiques, avec des vestiges représentant des activités diverses: déchets culinaires, foyers, chaîne complète de fabrication du lithique –depuis le nucléus jusqu’au biface– matériel de mouture, etc.

9Parmi les sites d’habitat de la Région, les plus durables ont laissé des traces architecturales –sites à monticules– d’autres des concentrations de vestiges mobiliers, parfois très nombreux et probablement associés à des habitations en matériaux périssables, d’autres fois moins nombreux et constituant éventuellement les restes d’un habitat précaire, sous forme de huttes de branchages. Quelques grottes et abris naturels ont également servi d’habitat.

10Par site de passage, il faut entendre une concentration de vestiges archéologiques répartis sur un seul niveau. Dans la plupart des cas, seule une partie de la chaîne de fabrication du lithique y est représentée. L’épaisseur du niveau anthropique étant très faible, la superposition des témoins de l’activité développée est presque nulle. Ces sites pourraient être le résultat d’une halte temporaire sur le parcours d’un groupe de nomades.

11Le site d’occupation spécialisée pourrait se définir comme étant un lieu choisi pour y exercer une ou plusieurs activité(s) particulière(s). notable(s). Les activités de subsistance y sont peu représentées. Il s’agit soit de mines pour l’extraction de matière première lithique, de colorants ou de métaux, soit d’ateliers de fabrication ou même de parois et de rochers peints ou gravés, dans des lieux qui n’ont pas été habités.

12Les définitions proposées seraient inapplicables si elles n’étaient complétées par l’information essentielle qu’apporte l’étude du matériel recueilli dans les sites. Son importance numérique, absolue et relative, la prédominance ou la simple présence de certaines catégories et leurs représentations statistiques, font apparaître des assemblages différents. En s’ajoutant à l’ensemble des observations de terrain et aux définitions précédentes, ils donnent un découpage culturel de la Région, en complexes et faciès.

13“Complexe” est pris dans le sens d’un ensemble de traits archéologiques qui, par leurs affinités, créent des groupements culturels de sites dans la Région. Ces traits concernent principalement, ici, la forme de l’habitat, son emplacement topographique, la nature et la quantité des vestiges Ethiques et les datations par le radiocarbone. Leurs groupements semblent correspondre à des habitudes culturelles particulières dont il faut tenir compte au niveau de la définition de chaque complexe.

LA CARACTERISATION ARCHEOLOGIQUE DES DIFFERENTS COMPLEXES ET FACIES CULTURELS

LE COMPLEXE CHASSEUR-COLLECTEUR

14Il est représenté par des sites de passage, d’habitat temporaire et d’occupation spécialisée. Ce sont généralement des grottes et des abris, des champs de lithique et des ateliers de taille de la pierre.

15Les champs de lithique peuvent être assez éloignés des sources d’eau, comme c’est le cas dans la partie centrale de la zone IV, par exemple (cf. figure 97). Les autres sites sont à proximité ou à quelques heures de marche des ruisseaux temporaires et des sources permanentes. Une préférence marquée apparaît pour les falaises, les flancs et sommets de montagnes, les situations topographiques dominantes en général.

16Les vestiges sont en majorité ou exclusivement Ethiques, sous forme d’éclats sommairement taillés, utilisés puis abandonnés sur place, de bifaces inachevés ou brisés, d’os travaillés et de peintures rupestres (cf. figure 101). Dans les sites de passage, ils sont peu nombreux et surtout représentés par des éclats de façonnage indiquant que l’on mettait à profit une halte pour tailler quelques bifaces dont la fragilité et l’utilisation quotidienne devaient exiger des remplacements constants.

17Les sites d’habitat temporaire sont, ou bien saisonniers pour l’exploitation d’une ressource particulière du milieu naturel, ou occasionnels pour des rencontres entre clans par exemple, comme cela s’est produit pendant la guerre de résistance à l’Espagnol (cf. P.W. Powell 1977, pp. 244-247). Le nombre de vestiges Ethiques est toujours très grand, indiquant une activité constante de taille de la pierre.

18Ce complexe couvre un grand laps de temps avec des variations qui restent à définir, entre 1000 av. J.-C. et 1700 ap. J.-C. Un exemple caractéristique pourrait être celui du site IV 7, “Les Fours-à-Chaux” (Las Caleras) qui répond aux particularités suivantes:

Type de site:

ateliers de taille et habitats temporaires sur un sommet de montagne (cf. annexe A-6). Ruisseaux temporaires et réservoirs naturels (ollas) aux alentours. 5 000 m2. Forêt de chênes sur cendres volcaniques consolidées et coulées d’ignimbrites.

Chronologie:

par association avec d’autres sites datés présentant les mêmes formes de pointes bifaces, celui-ci pourrait avoir été occupé entre le début de notre ère et le VIIIe siècle ap. J.-C.

Surface:

champ de lithique avec nucléus, déchets de débitage et de façonnage bifacial, pointes de flèches bifaces et outils sur éclat, en concentrations sur des terrasses d’érosion.
Matériel de surface: 59% de débitage et 28%de façonnage bifacial: intervalle C.C.

Fouilles:

profondeur maximale des dépôts: 50 cm; 3 niveaux anthropiques (cf. annexe A-37).

Particularités:

lithique abondant, 826 pièces/m3. Absence totale de céramique, de pierres à moudre, de déchets culinaires, d’os ou de coquillages travaillés. Un peu de charbon dispersé.

Image 1000000000000391000004A569078625EA40B4EA.jpg

Figure 101 - Quelques éléments du complexe Chasseur-Collecteur et de ses différents faciès: figurine anthropomorphe en os (échelle 3/4), couteau biface (échelle 1/2), peinture rupestre, main en négatif (échelle 1/4), pointe de flèche biface et racloir à coloquintes (échelle 1 x 1).

LE COMPLEXE VALLE DE SAN LUIS

19Il a laissé des vestiges sous la forme de champs de céramique et de lithique, indiquant un habitat durable. Les sites sont toujours situés en bordure de cours d’eau, sur les terrasses alluviales, de préférence au niveau de confluents ou de méandres. Le choix constant de cette forme d’emplacement paraît indiquer un mode de vie plutôt sédentaire avec horticulture éventuelle sur berges inondées.

20Les restes de foyers sont nombreux, mais les indications de structures sont rares, représentées dans le meilleur des cas par quelques lignes de pierres marquant des bases d’habitation, probablement de cabanes en bois. Il est courant de trouver ces sites, à l’heure actuelle, dans des bois de mezquites, arbres qui poussent dans les parties les plus humides des cours d’eau temporaires.

21Les populations représentant ce complexe sont comparables à celles étudiées par B. Braniff à Villa de Reyes, S.L.P. (1975). Leurs figurines, d’influence mésoaméricaine, ont des caractères particuliers comme la nudité systématique et le tatouage (cf. figure 102). Elles pratiquaient la culture du maïs mais aussi, simultanément, la chasse au moyen et petit gibier et la collecte. La durée de ce complexe s’étend, pour le moment, des environs de 800 ap. J.-C. à 1200 ap. J.-C.

22Le site II 13, “Le Point-d’Eau’’ (El Aguaje), est particulièrement représentatif de ce complexe:

Type de site:

habitat durable en bordure de rivière, dans un méandre. 1 500 m2. Bois de mezquites sur terrasse alluviale.

Chronologie:

1245 ± 64 (INAH 134) pour les niveaux récents qui sont les seuls datés. Dans le site voisin, II 26, les niveaux représentant le même complexe vont jusqu’à 853 ± 69 (INAH 135).

Surface:

champ de lithique et de céramique, en concentration bien délimitée {cf. annexe A-10). Dans la partie située au sud de la concentration se trouvent des rochers à cupules.

Fouilles:

profondeur maximale 100 cm; 3 niveaux anthropiques (cf. annexe A-37).

Particularités:

lithique abondant, 837 pièces/m3, représenté en majorité par des déchets de débitage, entre 78,67% et 89.16%; intervalle V.S.L.;
céramique polychrome;
pierre à moudre: dalles de rhyolite;
os naturels: assez peu nombreux, essentiellement de cervidés, avec quelques restes de tortues d’eau et de lapins. Pas d’os travaillé, mais des spatules en os et des perles en coquillage dans le site II 26 voisin.

Image 10000000000003E7000004CB6E765E1891B94657.jpg

Figure 102 - Quelques éléments caractéristiques du complexe Valle de San Luis: figurine en céramique (échelle 3/4), vase polychrome (cf. O. Cabrera Ipiña 1968, sans échelle) et meule-dalle (échelle 1/10).

LE COMPLEXE RIO VERDE

23Il est constitué de sites d’habitat durable reconnaissables aux vestiges monumentaux, bases de temples et de maisons individuelles formant des monticules appelés actuellement cues. Leur emplacement en bordure de grandes plaines et de vallées fermées est dû aux vastes surfaces de terre nécessaires aux activités agricoles intensives comme en Mésoamérique. Les maisons et les temples étaient construits soit en dur, soit en clayonnage recouvert de torchis, type de construction qui est encore traditionnel dans certains endroits reculés de la Région. Les figurines laissées par ces populations portent des vêtements élaborés {cf. figure 103) mais aussi des tatouages comparables à ceux des figurines du complexe Valle de San Luis. L’archéologie du bassin de Río Verde a été décrite par D.P. Heldman (1971) et D. Michelet (1980).

24A part un matériel céramique très varié qui constitue la quasi-totalité de leurs vestiges, ces populations utilisaient essentiellement, pour leur assemblage lithique, des lames prismatiques en obsidienne venant de Mésoamérique. Elles taillaient aussi quelques rares grattoirs et pointes de flèches bifaciales (cf. annexe A-37).

25Ce complexe s’étend du 1er au XIe siècle de notre ère. Le site III 27, “Le Verger-du-Portefaix” (La Huerta del Cargador) en est assez typique:

Type de site:

habitat durable en bordure de plaine, avec des restes de marécages résultant de l’assèchement progressif d’un ancien lac; 5 hectares. Fourré de piémont et épineux sur sédiments lacustres.

Chronologie:

le niveau le plus ancien a été daté de 936 ± 85 ap. J.-C. (INAH 281).

Surface:

monticules d’habitation (cf. annexe A-l 1)

Fouilles:

profondeur maximale au pied des monticules: 50 cm; 2 niveaux anthropiques (cf. annexe A-37).

Image 10000000000003C00000048C8D04FBB73066AC00.jpg

Figure 103 - Quelques éléments caractéristiques du complexe Río Verde: figurine en céramique (échelle 3/4), maquette de temple en céramique (échelle 3/4), vase à décor incise et repoussé (échelle 1/2), lame prismatique en obsidienne (échelle 3/4).

Particularités:

la céramique constitue la presque totalité du matériel recueilli;
le lithique est très rare (28 pièces/m3), constitué de quelques déchets de débitage, lames prismatiques (30%, intervalle R.V.) et très peu de pointes de flèches;
aucune pierre à moudre n’a été trouvée en fouilles, mais celles des sites voisins et similaires sont caractéristiques du complexe: rectangulaires et soigneusement abrasées sur les bords et les faces, elles s’utilisent avec les molettes longues en forme de fuseau. L’ensemble est typiquement mésoaméricain;
os naturel: quelques rares esquilles d’os de cervidés, dont il arrivait que l’on fasse des poinçons, comme c’est le cas en III 30;
coquillage: beaucoup de coquilles d’huîtres d’eau douce locales, dont certaines étaient, en III 30, travaillées en pendeloques.

26A ces trois complexes représentant les principales cultures ayant laissé des vestiges caractérisés par l’étude, s’ajoutent trois “faciès” qui sont le résultat de leurs mélanges technologiques, culturels et éventuellement génétiques, après plusieurs siècles de voisinage.

27Le terme de faciès est pris dans le sens d’aspect particulier à l’intérieur d’un complexe. Il peut être dû à la présence d’éléments étrangers à la définition du complexe. Le faciès fait donc référence à la genèse de ces éléments intrusifs, sans tenir compte de sa chronologie. Dans le cadre restreint de cette définition, un faciès correspond à l’intervention d’un complexe à l’intérieur d’un autre.

28Les seuls faciès identifiés dans cette étude concernent la présence d’éléments des complexes Valle de San Luis et Rio Verde dans le complexe Chasseur-Collecteur. En réalité les influences se sont exercées dans toutes les directions, mais c’est surtout au niveau du complexe Chasseur-Collecteur qu’elles sont visibles.

LE FACIES RIO VERDE DU COMPLEXE CHASSEUR-COLLECTEUR

29Il est représenté par des sites d’habitat durable et d’habitat épisodique, grottes, abris ou sites à monticules. L’emplacement en bordure de rivière, ou à proximité, est systématique, à l’opposé de la tendance à s’installer dans les endroits d’accès difficile, remarquée précédemment dans le complexe C.C. Les vestiges sont en très grande majorité Ethiques, avec quelques lames prismatiques et aussi un peu de céramique. La situation en bord de cours d’eau suggère des pratiques agricoles.

30Ce faciès se situe entre les Ville et XVIIIe siècles ap. J.-C. Il se poursuit donc bien au-delà du départ des sédentaires de Río Verde au XIIe siècle. Le site V 28 le représente assez bien:

Type de site:

habitat durable dans une grotte et un abri adjacent, à proximité de la rivière Bagres (cf. annexe A-7), dont le débit est presque permanent. Fourré de piémont sur massif calcaire à lapiés.

Chronologie:

premières occupations à partir de 56 ap. J.-C. ± 61 (1NAH 146) avec un passage vers 720 ± 60 ap. J.-C. (GIF 5882) montrant l’apogée des relations avec Río Verde, puis une date finale très tardive de 1770 ± 42 ap. J.-C. (INAH 144).

Surface:

un peu de matériel lithique et des peintures rouges sur les parois de l’abri.

Fouilles:

(cf. annexes A-19 à A-23 comprise). Maximum de profondeur atteint: 195 cm; 4 niveaux anthropiques (cf. annexe A-37).

Particularités:

lithique assez peu représenté en densité (177 pièces/m3) mais recueilli en bon nombre grâce à l’épaisseur des dépôts. Les déchets de façonnage sont nombreux-intervalle C.C.-de même que les petites pointes de flèches et les lames prismatiques; les pierres à moudre sont des meules-dalles et des molettes-galets; des mottes de colorant jaune et rouge ont été recueillies;
céramique nombreuse pour un site de chasseurs-collecteurs;
os naturel abondant dans tous les niveaux, représenté surtout par du cervidé, ainsi que des petits carnassiers (félins), rongeurs, reptiles et oiseaux;
végétaux: graines de granjeno (Celtis pallida) dont on mangeait l’enveloppe sucrée, fragments de coeur d’agave (Agave lecheguilla), glands de Querais spp, etc;
os travaillé: pointes à vannerie, spatules à racler les peaux, os perforés, os sculptés anthropomorphes et zoomorphes, grande aiguille, retouchoirs à bifaces;
bois de cerf: percuteur, chasse-lame, retouchoir;
coquillage: marin, avec perforations et incrustations de turquoise, perles, pendeloques;
cuivre: un grelot incomplet;
sépulture: un individu âgé d’environ 50 ans, un autre plus jeune —12 ans environ-enterrés dans la même fosse. Les détails sont donnés à la fin de ce chapitre.

LE FACIES VALLE DE SAN LUIS DU COMPLEXE CHASSEUR-COLLECTEUR

31Des grottes, des abris, des champs de lithique et de céramique sont caractéristiques de ce faciès qui est constitué de sites d’habitat. Leur emplacement topographique est très variable; bien que la plupart soient en bordure de rivière, certains peuvent occuper des sommets. Les vestiges, abondants, sont essentiellement constitués de lithique avec un peu de céramique associée. Comme pour les sites typiques du complexe Valle de San Luis, la prédominance des éclats de débitage reflète une activité lithique intense. Par ailleurs la présence de dépôts profonds, de céramique et l’emplacement préférentiel en bordure de rivière suggèrent un mode de vie sédentaire (ou semi-sédentaire) et des pratiques agricoles. Le site I 39, “La Grotte-du-Fourré’’-A (Cueva del Matorral-A.) représente assez bien ce faciès:

Type de site:

habitat durable dans une ancienne mine d’extraction de colorant rouge, près du sommet de la “Montagne-à-Ocre-Rouge” (Cerro El Almagre). Le site est voisin de l’atelier de taille I 29 et contient beaucoup de matière première provenant de ce dernier. Fourré de piémont et cactées sur sol volcanique tertiaire (cf. annexe A-9).

Chronologie:

par association avec les sites voisins datés (I 40 et 141), tout à fait comparables, les premières occupations se situeraient vers le VIIe siècle après J.-C. La dernière datation, très tardive est de 1408 ± 63 ap. J.-C. (INAH 275).

Surface:

quelques pièces de lithique taillé et des molettes-galets.

Fouilles:

profondeur maximale: 80 cm; 4 niveaux anthropiques ont été retrouvés (cf. annexes A-16, A-17 et A-37).

Particularités:

lithique très abondant-2 049 pièces/m3 -en majorité des éclats de débitage-73,26% et 87,43%-rappelant l’intervalle V.S.L., des pointes de flèches caractéristiques du complexe C.C., des meules-dalles et des molettes-galets;
céramique: quelques tessons et un vase entier;
os naturel: de cervidé surtout, avec quelques restes de rongeurs, reptiles et oiseaux. Les activités de chasse et de prédation sont bien représentées;
os travaillé: plusieurs spatules à racler les peaux, en os humains. Deux poinçons à vannerie en os de cervidé;
coquillage: perles tubulaires courtes, pendeloques et fragments indéterminés. Les perforations montrent la connaissance du perçoir à archer;
sépulture: un individu d’environ 45 ans, de sexe féminin, avec offrandes de céramique et d’os. Des restes de sépultures dérangées, dont trois enfants en très bas âge.

LE FACIES VALLE DE SAN LUIS-RIO VERDE DU COMPLEXE CHASSEUR-COLLECTEUR

32Il est représenté par quelques sites en bordure de cours d’eau, souvent aux confluents, indiquant un habitat durable. Ce sont des abris rocheux et des champs de lithique et de céramique. La pratique de l’agriculture ou de l’horticulture sur berges inondées est très probable. Les vestiges lithiques sont nombreux, la céramique est peu représentée mais son appartenance aux complexes Valle de San Luis et Río Verde est claire. Dans les zones I et IL les sites de ce faciès contiennent beaucoup de lithique-entre 1 075 pièces/m3 et 1 241 pièces/m3— alors que ce matériel apparaît en nombre nettement inférieur dans la zone IV —entre 32 pièces/m3 et 102 pièces/m3—. Cela indique des différences régionales dues à la dominance du complexe le plus proche.

33Le site I 9, “Abri-de-la-Falaise-au-Hibou” (.Abrigo de la Peña del Tecolote) est le site le plus représentatif de ce faciès:

Type de site:

habitat durable sous abri rocheux, au confluent de deux rivières. 150 m2. Fourré de piémont sur volcanisme andésitique tertiaire.

Chronologie:

entre 686 ± 89 ap. J.-C. (INAH 133) et 1271 ± 67 ap. J.-C. (INAH 132).

Surface:

utilisée actuellement pour le parcage des animaux et pour conserver à l’abri la canne de maïs séchée. Des tessons et un peu de lithique dans le premier niveau perturbé par les animaux.

Fouilles:

70 cm de profondeur au maximum; 4 niveaux anthropiques (cf. annexe A-37).

Particularités:

lithique en grande quantité –1 241 pièces/m3-avec beaucoup d’éclats de façonnage-intervalle C.C.– et de petites flèches bifaces; quelques meules-dalles et molettes-galets;
céramique des complexes V.S.L. et R.V.
os naturel: de cervidés, surtout, en assez petit nombre. Aucun travaillé. Peu de vestiges d’activités de chasse et de prédation;
coquillage: bivalves nacrés, polis, petits coquillages marins percés et perles montrant l’utilisation du perçoir à archer.

EN RESUME

34Trois complexes culturels principaux et trois faciès témoignant de leurs contacts et mélanges respectifs ressortent de l’étude des vestiges lithiques, dans leurs contextes de découverte. La nomenclature de classification progressive des sites est proposée dans la figure 104.

35Le complexe Río Verde est celui qui se distingue le plus des autres par ses traits typiquement mésoaméricains. Les gens qui le représentent sont totalement étrangers aux anciennes traditions de la Région. Ils s’y sont installés avec leurs technologies lithiques propres, leurs graines de mais, de courges et de haricots, leurs schémas sociaux et leurs rites particuliers. Le voisinage avec les populations locales et celles de la Huasteca à l’est (cf. carte 3) finira par leur conférer une certaine identité régionale, mais les liens avec la Mésoamérique demeurent. Celle-ci continue, par exemple, de les fournir en lames prismatiques sous forme de produits finis.

36Beaucoup plus ambigu, le complexe Valle de San Luis n’est ni tout à fait nomade, ni tout à fait mésoaméricain. Comme à Río Verde, ceux qui le représentent pratiquent l’agriculture, mais ils n’ont que très peu de lames prismatiques. Toute leur technologie lithique, depuis les pierres à moudre jusqu’aux pointes de flèches, les rapproche des chasseurs-collecteurs. Leurs débris culinaires montrent une dépendance vis-à-vis de l’agriculture (cf. B. Braniff 1975) mais aussi de la chasse-collecte et de la prédation des petits animaux.

37La nouveauté apparaît surtout dans le complexe Chasseur-Collecteur. Les chasseurs-collecteurs chichimèques étaient plus sensibles qu’on ne le pensait aux nouveautés apportées par leurs voisins du sud. La pratique de la déformation crânienne en imitation des agriculteurs, avait été mise en évidence précédemment (cf. C. Serrano et R.M. Ramos sous presse), grâce aux travaux de J. Lesage (1965) dans l’Etat du San Luis Potosí. Après l'installation des populations à céramique, l’habitat des chasseurs-collecteurs se diversifie, pouvant même aller jusqu’à la construction de monticules d’habitation. Dans ses différents faciès V.S.L. et R.V., ce complexe choisit de préférence des rives inondables pour ses installations, indiquant des pratiques agricoles ou horticoles. Des métissages apparaissent au niveau des individus trouvés dans les sépultures.

Image 10000000000003DC000003E35AB353AF7AF4701C.jpg

Figure 104 - Nomenclature utilisée dans la classification des sites.

LA SEQUENCE CHRONOLOGIQUE

38Dans la mesure où cette recherche a essentiellement porté sur l’identification des contacts entre groupes culturels régionaux, d’un point de vue diachronique et synchronique le découpage chronologique qui en résulte tient compte surtout de la tranche temporelle pendant laquelle ces phénomènes se sont développés, avec un impact visible au niveau de l’évolution technologique des assemblages lithiques locaux. Dans la chronologie relative du Mexique, les horizons considérés correspondent surtout au Classique, au Postclassique et à la période coloniale. La présentation des variations morphologiques détaillées dans chacun des assemblages lithiques particuliers, selon les complexes, devra faire l’objet d’une future publication, avec l’étude de l’évolution stylistique du matériel céramique de D. Michelet. La séquence chronologique locale proposée ici repose donc sur une sériation du matériel lithique (cf. fig 99 et 100, pour les résultats principaux). Les observations concernant les coefficients de densité, la forme et la situation topographique des sites et les datations de trente niveaux stratigraphiques par le radiocarbone ont permis de mieux en préciser le découpage.

Image 100000000000037A000003DC2EB60DE35FE9143F.jpg

39Les niveaux stratigraphiques les plus représentatifs de chacune de ces phases sont les suivants:

Image 10000000000003A2000002768F67A2A48A319EEB.jpg

40Certaines datations absolues, en contradiction avec le matériel observé, ont été rejetées après vérification, en donnant d’autres fractions de l’échantillon recueilli à dater aux deux laboratoires. Il s’agit de:

41V 28 abr. niv. 4 GIF 5883 1700 ±60 ap. J.-C. V 28 abr. niv. 5 GIF 5884 1290 ± 80 ap. J.-C.

42II 26 A niv. 3 INAH 136 6194 ± 126 av. J.-C. (non pertinente)

43Une première approche globale de l’évolution régionale est présentée ci-dessous, sous la réserve des modifications qui pourront être apportées par la suite des travaux, avec les principales caractéristiques de chacune des phases au niveau du matériel lithique, de la forme de l’habitat et des modes de vie reconnus.

44LA PERIODE VENADITO (1000 av. J.-C. — 200 ap. J.-C.) a été subdivisée en deux phases:

45Venadito I (1000 — 100 av. J.-C.), correspond à la phase d’occupation la plus ancienne observée dans la Région. Ici apparaissent les meules sur dalles naturelles de rhyolite, les couteaux de forme foliacée (Ab) et en amande (Ad) ainsi que les armatures de projectiles de taille moyenne et à pédoncule nettement différencié (familles E,F et G, en particulier les variantes El d, E2e et Glc, en tenant compte du fait que certaines sont sans doute bien antérieures à cette phase). Les vestiges lithiques et osseux sont assez nombreux, de même que les sites, qui appartiennent tous au complexe Chasseur-Collecteur. Ce sont des abris rocheux et des campements de plein-air situés surtout dans la zone II, à proximité de l’Arroyo Venadito dont cette période a repris le nom, tels les sites II 22, II 24, II 26 et II 27. L’exploitation des ressources spontanées de cet environnement subdésertique, d’après la petite taille des sites, semble avoir été le lot de cellules familiales comportant entre six et huit personnes, ce qui rappelle un peu le système des microbands décrit par R.S. McNeish et al., pour les phases correspondant à la culture du désert dans la Vallée de Tehuacan (cf. R.S. MacNeish et al. 1967). Le milieu écologique du centre-sud du San Luis Potosí, au cours de Venadito I, devait être sensiblement comparable à ce que l’on peut observer actuellement (cf. F. Rodriguez et H. Puig 1983). L’essentiel des protéines animales (étude du Departamento de Prehistoria de l’INAH sur le matériel zoologique recueilli en fouilles) était fourni par la chasse-prédation de petites espèces de sélection r, ce qui semble avoir été une pratique commune aux cultures du désert du nord du Mexique, auxquelles se rattachent clairement les chasseurs-collecteurs de cette phase.

46Venadito II (100 av. J.-C. — 200 ap. J.-C.), dans ses grandes lignes, ne diffère pas radicalement de la phase précédente, dans la mesure où elle est exclusivement représentée par des vestiges de chasseurs-collecteurs appartenant à la culture du désert, surtout dans la zone V et un peu dans la zone III. Le matériel est toujours peu abondant mais une grande variété de formes de pointes de projectiles marque cette phase, notamment dans les familles de formes E, F et G. Les formes à pédoncule évasé deviennent plus nombreuses (E2b, E2c...) ainsi que les pointes à bords denticulés. C’est au cours de cette phase que semblent se produire les premiers contacts avec les agriculteurs, visibles à la présence de fragments de lames prismatiques en obsidienne, notamment.

47LA PERIODE HUERTA (200-1200 ap. J.-C.) a été subdivisée en quatre phases.

48Elle représente un laps de temps pendant lequel chasseurs-collecteurs et agriculteurs vont cohabiter dans le centre-sud du San Luis Potosí.

49Huerta I (200 — 550 ap. J.-C.) se distingue nettement de la phase précédente par l’apparition de meules rectangulaires mésoaméricaines, de nombreuses lames prismatiques en obsidienne et de tessons céramiques du complexe Río Verde (cf. D. Michelet 1980). Au niveau des assemblages Ethiques les complexes Río Verde et Chasseur-Collecteur demeurent parfaitement individualisés. Le complexe Chasseur-Collecteur poursuit une évolution déjà observée au niveau des pointes de projectiles, aux formes de plus en plus variées avec une multiplication des types à encoche basale (famille D), tandis que le complexe Río Verde se caractérise par son outillage Mesoaméricain de lames prismatiques à usages multiples, auquel s’ajoutent quelques rares pointes de projectiles des familles E et G. Synchroniquement Huerta I correspond à la phase Pasadita (250 — 500 ap. J.-C.) du bassin de Río Verde (cf. D. Michelet 1984 p. 47) et à la phase San Juan (200 — 600 ap. J.-C.) définie par B. Braniff (1975) pour le sud-ouest du San Luis Potosí. Dans la Région, les sites de la phase Huerta I se multiplient, du fait des installations sédentaires dans la zone III qui est la plus proche du Bassin de Río Verde. Le site 27, La Huerta del Cargador est le plus typique de ce complexe; il donne son nom à cette phase et aux trois suivantes, dans la mesure où l’installation de ces petits hameaux d’agriculteurs va avoir un impact important sur l’ensemble des populations occupant déjà la Région.

50Huerta II (550 — 700 ap. J.-C.) voit l’arrivée des groupes appartenant au complexe Valle de San Luis, qui fixent leurs petits ranchos agricoles à proximité des cours d’eau. Ici apparaissent les grands couteaux bifaces, de forme F1f et G1 b, associés à ce complexe, tandis que le nombre d’éclats retouchés, en matériaux locaux courants —surtout de la rhyolite— augmente sensiblement sans qu’il soit possible de discerner des différences claires avec ceux que produit le complexe Chasseur-Collecteur. Ceci correspond assez bien à ce que remarquait B. Braniff (1975 p. 84) sur l’utilisation des roches locales, dont la rhyolite, par les sédentaires du sud-ouest du San Luis Potosí, pendant ce qu’elle a défini comme la phase San Luis (600-900 ap. J.-C.), qui correspond ici à la fin de Huerta II et au début de Huerta III. L’augmentation des lames prismatiques en obsidienne du complexe Río Verde s’accompagne d’une extension territoriale croissante de celui-ci, en particulier vers les zones III et IV, où se multiplient les villages à monticules d’habitation.

51Dans le bassin de Río Verde, D. Michelet place la phase Río Verde A (500 — 700 ap. J.-C.) qui coincide avec celle-ci et représente une première expansion territoriale importante de ce que j’appelle ici le complexe Río Verde. Pendant ce temps les chasseurs-collecteurs continuent de montrer une nette préférence pour les campements de plein-air, en utilisant très peu les abris rocheux.

52Huerta III (700-1000 ap. J.-C.), couvre un laps de temps qui représente le point culminant des interférences entre les complexes Río Verde et Chasseur-Collecteur. Il faut toutefois signaler que ce phénomène touche surtout la zone V, où l’on trouve à la fois des sites à monticules et des grottes, attribuables tous, au complexe Chasseur-Collecteur. Ailleurs, ces contacts vont inclure aussi le complexe Valle de San Luis, dont on retrouve les restes céramiques associés à de grandes quantités d’éclats de débitage de matières premières locales. Céramiques Valle de San Luis et Río Verde vont se retrouver peu à peu dans les abris rocheux, cette fois plus nombreux qu’au cours de la phase précédente, du complexe Chasseur-Collecteur. L’activité de taille du lithique continue de croître dans toute la Région, à l’exception de la zone III colonisée par Río Verde. Les lames prismatiques en obsidienne, caractéristiques de ce dernier complexe, sont diffusées vers toutes les zones, dans des proportions variables. Les outils lithiques se multiplient dans les sites de chasseurs-collecteurs, ainsi que les déchets culinaires. A la fin de Huerta III, les sites à monticules du complexe Río Verde sont abandonnés.

53Huerta IV (1000-1200 ap. J.-C.) voit une multiplication nouvelle des vestiges lithiques dans les zones I et II, où se développe le maximum d’interactions entre les complexes Chasseur-Collecteur et Valle de San Luis, avec des campements de chasseurs-collecteurs s’installant en bordure des cours d’eau, à proximité des hameaux du Valle de San Luis. Comparativement, dans le sud-ouest de l’Etat, B. Braniff situe entre 600 ap. J.-C. et 900 ap. J.-C. sa phase San Luis, qui correspond à l’extension maxima du complexe représenté ici sous le même nom, avec les mêmes caractéristiques lithiques et céramiques. Il me parait plus vraisemblable de situer l’apogée de ces groupes porteurs de céramique, avec leur plus grande extension territoriale, pendant les XIe et XIIe siècles D.N.E. et même jusqu’au début du XIIIe siècle, comme le montrent les datations absolues des sites II 13 et IV 37.

54La zone III est désertée, tandis que la zone IV, la plus au nord, est occupée par les campements de plein air des chasseurs-collecteurs. Dans la zone V, la vallée du Río Bagres, les groupes de chasseurs-collecteurs dont les liens avec Río Verde étaient très forts pendant la phase Huerta III, vont connaître un développement local assez particulier (cf. ce chapitre, “Territoire et habitat’’) en pratiquant à la fois l’horticulture et la chasse collecte. A la fin de Huerta IV, les sites d’habitat permanent en bordure de cours d’eau du complexe Valle de San Luis sont abandonnés à leur tour.

55LA PERIODE TUNAL GRANDE (1200 — 1800 ap. J.-C.) est la dernière période régionale au cours de laquelle le complexe Chasseur-Collecteur occupe de nouveau, à lui seul, l’ensemble de la région. Elle est divisée en deux phases séparées par la Guerre Chichimèque (1548-1589, cf. N. Percheron 1982) qui va provoquer des bouleversements historiques que l’on connaît.

56Tunal Grande I (1200 — 1550 ap. J.-C.) représente sans doute la phase de développement maximum, démographique et culturel, du complexe Chasseur-Collecteur. On retrouve ses sites disséminés dans toute la Région sous deux formes: des concentrations Ethiques de plein air dans le nord (zones III et IV) et des grottes à dépôts bien stratifiés dans le sud (zones I, II et V). Au niveau du Ethique, on remarque une multiplication croissante du nombre des pointes de flèches, qui ont définitivement évolué vers les formes à encoches signalées précédemment (D1, D2, E2h, E2l, etc.), avec la diminution en dimensions qui les particularise (cf. annexe 35). Malgré l’absence de chronologie, même relative, pour les états situés plus au nord, le complexe Chasseur-Collecteur du San Luis Potosí montre de claires affinités avec les chasseurs-collecteurs du Chihuahua, du Coahuila et du Nuevo León (cf. fig. 105), par la forme et les dimensions réduites des armatures de flèches et des petits racloirs à encoches, en particulier (cf. L. Aveleyra et al. 1956, Leticia González, 1981). A la fin de cette phase commence la Guerre Chichimèque, pendant laquelle les Espagnols vont coloniser la Région.

57Tunal Grande II (1550 — 1800 ap. J.-C.), représente la dernière phase, historique cette fois, pendant laquelle on peut encore observer le complexe Chasseur-Collecteur. Les sites bien reconnaissables sont rares: quelques grottes d’accès difficile dans des vallées isolées et sur les sommets de la sierra, au sud du Tunal Grande et du bassin de Río Verde (cf. carte 3). A ces sites, il faut ajouter des trouvailles isolées d’objets Ethiques en surface, dans l’ensemble de la Région. Technologiquement, le matériel n’a pas beaucoup changé. Il se compose en majorité de grandes quantités de petites armatures de flèches bifaciales avec leurs déchets de fabrication. Le déclin du complexe Chasseur-Collecteur, dont font état les chroniques coloniales, se terminera par sa disparition totale vers la fin du XVIIIe siècle D.N.E. A cette époque, six datations C14 attestent encore l’occupation du site 28 de la zone V par un petit groupe de chasseurs-collecteurs qui taillait toujours la pierre de façon traditionnelle.

58Malgré ces bouleversements, la tradition chichimèque aura montré une résistance exceptionnelle. Héritée de plusieurs millénaires d’adaptation au milieu naturel ambiant, elle subsiste bien après le départ des sédentaires et résistera encore sous la domination espagnole, jusqu à l’aube du XIXe siècle. Comment expliquer cela sans supposer des valeurs culturelles profondément enracinées que ni le modèle mésoaméricain ni le métissage n’ont réussi à changer dans leur substance?

59Quelles peuvent être ces valeurs culturelles? Dans quelle mesure l’archéologie, en s’appuyant sur l’ethnohistoire d’un point de vue critique, peut-elle apporter des informations sur le sujet?

Image 10000000000003F6000004FB4B83694227EB7005.jpg

Carte 7 - Schéma des principales étapes évolutives des Complexes et Faciès techno-culturels dans le centre-sud de l’Etat de S.L.P.

LES CHICHIMEQUES. QUELQUES RECOUPEMENTS ENTRE ARCHEOLOGIE ET ETHNOHISTOIRE

60Les Chichimèques sont les plus anciens habitants de la Région, ceux qui ont laissé le plus grand nombre de vestiges lithiques qui permettent de les différencier des autres peuples venus, à certains moments, occuper les mêmes terres.

TERRITOIRE ET HABITAT DES CHICHIMEQUES CHASSEURS-COLLECTEURS DU S.L.P.

61Rappelons d’abord que les Espagnols du milieu du XVIe siècle appelaient Chichimèques toutes les populations de chasseurs-collecteurs du nord du Mexique (cf. carte 1 et P.W. Powell 1977, pp. 243-244). Leur domaine représentait donc une superficie comparable à celle de la Mésoamérique. Les fouilles archéologiques en différents endroits de cette aire gigantesque de chasse-collecte ont montré le bien-fondé de cette information coloniale pour le sud-ouest des Etats-Unis (Californie, Colorado, Utah, Arizona, Nouveau-Mexique, Texas), le nord du Plateau Central mexicain et les terres arides du nord-ouest (Basses-Californies nord et sud, Sonora, Chihuahua, Durango, Coahuila, Zacatecas, San Luis Potosí, Nuevo León et nord de Guanajuato). La figure 105 permet d’en visualiser le territoire.

Image 10000000000003C60000028628F2ED6000C80862.jpg

Figure 105 - L’aire de chasse-collecte au nord de la Mésoamérique (milieu du XVIe siècle) dans les Etats actuels du Mexique et des Etats-Unis.

62A l’intérieur de cette aire immense et presque au contact de la Mésoamérique, le Tunal Grande du San Luis Potosí et du Zacatecas (cf. carte 3) était considéré comme la partie la plus riche en ressources biotiques spontanées de toutes les terres chichimèques. L’abondance des figuiers de Barbarie producteurs de tunas et des légumineuses comme le mezquite dont on tirait une farine appelée, en nahuatl, le mezquitamal, justifiait sans doute ce point de vue. Selon Gonzalo de las Casas (1571), le Tunal Grande était férocement défendu par ses occupants, les Guachichiles, non seulement contre les Mésoaméricains mais encore contre les Chichimèques voisins. Il affirme que les Guamares, Chichimèques du nord du Guanajuato, n’arrivent pas à la limite de la rivière Panuco car ils se font attaquer par les Guachichiles (Gonzalo de las Casas, cf. Alcorta et Pedraza 1941, p. 588). A propos de ces derniers, il ajoute la terre qu’ils occupent est très vaste et ils sont, de ce fait, les plus nombreux parmi les Chichimèques –et ceux qui ont causé les plus grands maux-[...]. Ces Guachichiles se répartissent sur plusieurs territoires qui ne sont pas tous connus, si grands sont leurs domaines (ibid., p. 589).

63C’est probablement après avoir réalisé que ces populations avaient une certaine organisation d’ensemble pour se défendre contre les attaques extérieures que les Espagnols ont commencé à parler de la “Nation chichimèque”. Ce terme semble être cependant en contradiction avec l’affirmation simultanée de guerres constantes entre tribus, chacune défendant son propre territoire contre les autres. Le cas précis de San Luis Potosí peut nous éclairer sur cette apparente contradiction entre nation et pluralité tribale.

64Dans la région étudiée, le complexe Chasseur-Collecteur présente deux aspects principaux: le nord et l’ouest sont les seules parties où il apparaît dans sa forme simple (cf. figures 94-97), alors qu’à l’est-il n’apparaît que sous la forme de faciès Río Verde (cf. figures 96-98). Cette dichotomie entre le Tunal Grande –nord et ouest– et la sierra –est– restera sensible, comme nous le verrons, à d’autres niveaux. Or, si nous revenons sur la carte 4 qui représente les répartitions observées par les Espagnols, au XVIe siècle, nous constatons la présence de Guachichiles et Copuces dans le Tunal Grande, qui étaient des chasseurs-collecteurs purs et de Macolias, Mascorros et Pames, chasseurs-collecteurs dont on nous a dit qu’ils pratiquaient l’agriculture (cf. W. Jiménez Moreno 1977, p. 67) dans la sierra. Nous pouvons dire, par conséquent, que la répartition régionale présentée par l’ethnohistoire semble compatible avec les résultats archéologiques, pour des sites essentiellement datés entre 200 av. J.-C. et 1770 an. J.-C.

65En acceptant cette hypothèse que rien ne permet encore de rejeter, une nouvelle question surgit: si le Tunal Grande, au nord et à l’ouest de la Région, était occupé par les Guachichiles à l’époque de la guerre contre les Espagnols, qu’en est-il de leur implantation territoriale? Est-elle visible au niveau des sites étudiés et comment?

66Selon Alonso de León (1649), cité par N. Percheron (1982, p. 18), l’organisation territoriale de chaque tribu se faisait à partir de clans ou rancherías d’environ cent personnes. A part le site d’Electra fouillé par B. Braniff (1975), plus à l’ouest, aucun des sites du complexe Chasseur-Collecteur reconnus dans ce programme n’est suffisamment grand pour avoir abrité cent personnes, ce qui correspondrait à un petit village. Faut-il en déduire que ces clans pouvaient être subdivisés à leur tour en petits groupes plus ou moins éloignés les uns des autres, comme c’est encore le cas dans certaines rancherías actuelles? Voilà qui ne contredirait pas, en attendant, la situation archéologique observée. L’on rencontre par ailleurs des sortes d’agglutinements de sites Chasseur-Collecteur dans les zones comprises dans le Tunal Grande (cf. figures 94-97). Mais ce phénomène peut être dû à la forme de couloir adoptée par notre système de reconnaissance. Il faudrait surtout retenir la constatation des dimensions réduites des sites de chasseurs-collecteurs qui, à l’exception de deux ateliers de taille, représentent des surfaces inférieures à 50 m2. L’existence de petits groupes autonomes, constitués probablement de familles nucléaires, entretenant des relations équilibrées par le système des familles élargies est, pour le moment, la plus envisageable.

67Les concentrations de vestiges vont tout à fait dans ce sens. Il est très rare de trouver sur un site du complexe Chasseur-Collecteur plus de deux blocs à moudre dans le même niveau d’occupation ou de passage. Or, par simple logique, ces objets sont précisément ceux que Ton déplace le moins. Il n’est pas même nécessaire de les cacher au voisinage du site pour les retrouver au passage suivant: les dalles naturelles de rhyolite sont présentes partout, elles ne nécessitent aucun aménagement spécial et il ne serait venu à l’idée de personne de les voler.

68Ces vestiges lithiques et ceux des autres catégories étudiées correspondent, pour cette partie du Tunal Grande, à des occupations par des groupes limités à une famille nucléaire chacun, c’est-à-dire de moins de dix personnes.

69Dans la partie de la sierra, les sites Chasseur-Collecteur du faciès Río Verde sont un peu plus grands, avec un nombre de blocs à moudre pouvant aller jusqu’à quatre par niveau. Une certaine différence subsiste donc entre ces deux parties de la Région, le Tunal Grande et la sierra.

70Quelle forme de couverture du territoire peut-on voir à partir de ces petits groupes et de leurs vestiges dans le Tunal Grande?

71En reprenant Alonso de León sur le thème de l’habitat chichimèque, N. Percheron (1982, p. 18) ajoute que les mêmes vivant dans des grottes l’hiver, faisaient des cabanes sur les lieux de cueillette en été. Les cabanes, qu’Alonso de León décrit comme étant de forme conique avec une petite entrée, apparaissent dans le “Mapa de San Miguel”, carte datant de 1 580 qui explique les chemins tracés par la pénétration espagnole dans le Tunal Grande (cf. N. Percheron op. cit.). Des huttes, faites d’herbe et de branchages (cf. figure 106) y sont représentées de façon isolée, jamais organisée.

72Cette forme d’habitat était tout à fait courante parmi les descendants des Chichimèques du nord au siècle dernier, tels les Seris du désert du Sonora (cf. W.J. McGee 1898, planches IX et X), les Havasupaïs (cf. R.B. Hassrick 1974, p. 94) et les Papagos du désert de l’Arizona, par exemple (cf. figure 107).

Image 100000000000012E0000013FD0281EF59C5B783D.jpg

Figure 106 - Hutte du Tunal Grande (cf. N. Percheron 1982, p. 34).

73Elle peut correspondre à ce que l’on a classé dans la Région comme champs de lithique, sans qu’il ne subsiste de traces matérielles de la précaire construction.

74Les grottes et abris rocheux ont été également occupés par les Chichimèques du Tunal Grande, bien que cela ne se soit pas fait de façon systématique ni même comparable partout. Là encore, la dichotomie entre Tunal Grande et sierra réapparaît. Dans cette dernière les grottes ont été habitées longtemps, laissant des dépôts profonds (cf. annexes A-13 à A-23) qui, par leur nature, indiquent un habitat durable, sédentaire ou semi-nomade. Dans le Tunal, les épaisseurs de dépôts sont nettement moins grandes, avec aussi moins de diversité dans les vestiges matériels, sans compter les grottes qui ne conservent aucune trace de passage. Cela semble indiquer une utilisation des grottes comme abris épisodiques, sur un parcours de chasse-collecte dans le Tunal (cf. figure 108).

Image 1000000000000261000001A4D477E994B6F80988.jpg

Figure 107 - Hutte en herbe et branchage des Papagos de l’Arizona à la fin du XIXe siècle (photo : Smithsonian Institution).

Image 1000000000000133000000C4F976E835AB09F6B8.jpg

Figure 108 - Illustration du Codex Florentino-Chap. 29montrant un Chichimèque couché dans une grotte puis reprenant sa marche.

75La différence entre le degré de nomadisme ou de sédentarité parmi les Chichimèques du Tunal et ceux de la sierra est encore une fois sensible. Cela provient-il d’une façon différente de couvrir leurs territoires? Il faut d’abord constater que les territoires eux-mêmes sont différents. En contrebas par rapport au Plateau Central, la sierra est situé à une altitude inférieure (cf. carte 6), avec davantage d’humidité, de grands reliefs couverts de forêts basses de chênes, pins, yuccas, etc. et de cours d’eau plus durables que ceux du Tunal. En creusant un trou dans leur lit apparemment sec, en fait souterrain pendant la saison sèche, on peut disposer d’eau en permanence. Cela est beaucoup plus rare dans le Tunal, mais Ton y trouve, en les connaissant, des points d’eau (sources artésiennes et thermales) disséminés un peu partout.

76Faut-il en conclure que les Chichimèques du Tunal connaissaient une forme de “nomadisme contraint” (tethered nomadism), comme le propose W.W. Taylor (1964) pour le nord du Coahuila? Selon cet auteur, l’emplacement des sites chichimèques relevait d’une sélection en fonction d’un élément essentiel : l’eau. Chaque source possible étant utilisable seulement par quelques groupes, il définit à partir de cela une forme de nomadisme attaché à l’endroit où des droits sur l’eau ont été reconnus (W.W. Taylor op. cit., p. 199). Cette contrainte expliquerait le fait que les installations chichimèques du Coahuila auraient été limitées aux embouchures de canyons sur la frange de fourré de piémont qui fait la jonction entre la montagne et la plaine.

77Or, W.W. Taylor signale que le piémont, ou monte, est aussi l’endroit privilégié pour la collecte des végétaux et la prédation des petits animaux. On pourrait penser, de ce fait, que ces populations, présentées comme nomades, avaient trouvé la solution idéale pour avoir à la fois de la nourriture et de l’eau sans beaucoup se déplacer.

78Mais pourquoi l’eau, plus que la nourriture, aurait-elle été le facteur déterminant dans la manière de couvrir le territoire?

79L’eau représente moins de poids à transporter que celui des produits de la cueillette, tels les fruits de cactées par exemple, dont la faible valeur nutritive doit être compensée par une consommation en grandes quantités. Il faut signaler un fait non négligeable: les Chichimèques pouvaient transporter de l’eau sans problème majeur.

80En effet, les coloquintes obtenues en quelques semaines à partir de graines plantées pendant la saison des pluies sont d’excellents réservoirs à liquide encore appréciés de nos jours. Leurs traces archéologiques et celles des petits racloirs à encoches utilisés pour leur fabrication, existent (cf. figure 59 et Aveleyra et al. 1956). Des paniers imperméabilisés avec des résines pour contenir des liquides ont été également retrouvés (cf. W.W. Taylor lui-même 1972, p. 175 et Aveleyra et al., op. cit.). Ils servaient à récupérer le jus des figues de Barbarie broyées, le colonche, et celui des cœurs d’agave évidé, le pulque, selon les sources historiques qui ne manquaient pas de s’extasier sur la qualité et la finesse de ces récipients. Les façons d’obtenir et de conserver du liquide étaient nombreuses (cf. W.J. McGee 1898, p. 349) chez ces populations qui, par ailleurs, avaient développé au cours des millénaires une endurance peu commune, d’après les mêmes témoins coloniaux.

81Par conséquent, la proximité des sources d’eau est une notion qui n’est peut-être pas essentielle dans la manière de couvrir le territoire, dans la Région tout au moins. Il suffit de voir, par exemple, les sites I 1, I 5 de la zone I, qui sont des grottes contenant des sources d’eau permanentes qui en feraient de merveilleux sites d’habitat; or elles ne contiennent que quelques rares vestiges de passage, alors qu’elles se trouvent, par ailleurs, dans un excellent terrain de collecte. D’un autre côté, la notion de l’exploitation d’un seul milieu écologique, comme le fourré de piémont, alors que d’autres sont également favorables à la cueillette, à la prédation et à la chasse, ne parait pas forcément déterminante.

82Faut-il voir alors une forme de “vagabondage cyclique” (cyclic wandering), comme J.D. Jennings et E. Norbeck (1955) le proposent pour l’ensemble des “traditions du désert” de l’Amérique du Nord? Voilà qui correspondrait assez bien à l’affirmation d’Alonso de León, citée plus haut, selon laquelle les Guachichiles du Tunal vivaient dans des grottes l’hiver et sur les lieux de cueillette en été. Mais les lieux de cueillette ne sont guère éloignés des grottes et si une forme de nomadisme cyclique avait existé à cet endroit, les stations répétées chaque hiver auraient laissé des épaisseurs de dépôts bien plus grandes que celles que l’on peut observer, sans oublier le tait que certaines grottes n’ont aucune trace d’occupation ni de passage.

83Dans ce cas, quels peuvent être les facteurs prioritaires intervenant dans la façon de couvrir le territoire et dans sa répartition?

84Il est peu concevable que cette répartition ait pu être anarchique: pour des raisons de survie, étant donné le degré élevé de dépendance vis-à-vis du milieu naturel à exploiter et la nécessité, par ailleurs, de pouvoir disposer de ces réserves avec une certaine sécurité; pour des raisons de logique, aussi, dans la mesure où plus de sept millénaires de connaissance du territoire permettent une sélection des endroits, selon des critères qui peuvent être aussi bien alimentaires (eau. nourriture) que culturels (hallucinogènes et colorants, par exemple, dont il faut bien parler aussi). Il est possible que le temps et les relations entre individus et groupes aient été des facteurs plus déterminants dans la forme de nomadisme que le milieu lui-même.

85Le temps et les relations sociales sont créateurs de traditions et l’on peut penser que celles-ci devaient avoir une grande importance dans la répartition des territoires et dans la façon de les exploiter. Le nomadisme des Guachichiles et Copuces du Tunal Grande reposait probablement sur des partages traditionnels de terres, ce qui expliquerait les réactions immédiates et brutales en cas de violation des limites, soit par des Espagnols, soit par d’autres Chichimèques;

86Ces Chichimèques ont entre eux des guerres civiles très sanglantes et des inimitiés mortelles, aussi bien nouvelles qu’anciennes, héritées directement de leurs ancêtres et qui peuvent être dues à des raisons mineures parce que les uns pénétrèrent dans les terres des autres, soit pour chasser, soit pour y cueillir un fruit quelconque. (Mendietta, cf. W. Jiménez Moreno 1977, p. 5 1).

87Ce qui est présenté comme une “raison mineure” n’est peut-être pas à considérer comme telle. D’un autre côté, il faudrait penser que ces populations surveillaient leurs territoires respectifs tout en les exploitant. Leur forme de nomadisation peut avoir été basée sur des sortes de parcours traditionnels, propres à chaque groupe nucléaire, compte tenu de leur appartenance à tel clan de telle tribu. Ce système de surveillance constante et d’insécurité due à la difficulté même de mener à bien cette tâche, justifieraient en partie les méthodes d’intimidation des Chichimèques, qui pouvaient aller jusqu’à l’héroïsme suicidaire:

88C’est leur façon de combattre avec arc et flèches, nus [...] et si par hasard ils portent quelque vêtement, ils s’en défont à cet effet. (Gil González Dávila cité par W. Jiménez Moreno 1977, p. 55).

89La coutume de se peindre en rouge, de pratiquer l’attaque par surprise en poussant des hurlements et même la réputation bien établie des atrocités dont étaient victimes leurs prisonniers, tout cela constitue non point “des actes inhérents à la sauvagerie”, comme on a pu le dire, mais éventuellement une méthode de protection des territoires de chacun.

90Au niveau archéologique, la nomadisation sur parcours traditionnels permettant à chaque groupe de couvrir son propre territoire, peut expliquer le fait que l’on trouve des sites dans n’importe quelle partie de celui-ci, avec une prédilection pour les situations dominantes quand il fallait s’arrêter pendant quelque temps. L’existence de tels parcours expliquerait aussi le fait que quelques grottes seulement aient été occupées et qu’elles contiennent aussi peu de dépôts en général.

91Les coalitions chichimèques pendant la guerre de résistance à l’Espagnol, qui les faisait apparaître comme une véritable “nation”, deviendraient dès lors plus compréhensibles. Le contrôle des terres existant déjà au niveau du groupe était élargi par des pactes entre clans et entre tribus, toujours dans le but d’une défense plus efficace du territoire de chacun. L’ethnohistoire nous dit, par ailleurs, que les chefs de guerre étaient désignés pour certaines périodes, puis reprenaient ensuite leur place de chasseurs-guerriers sans doute dans leurs petits groupes respectifs et souvent antagonistes en temps normal (cf. P.W. Powell 1977, p. 57).

92Ainsi donc, les données de l’ethnohistoire peuvent être mieux comprises et discutées en tenant compte des informations apportées par l’archéologie. Dans le cas des Chichimèques du Tunal Grande, nous aboutissons à l’hypothèse qu’il pouvait exister parmi eux un sens de la propriété extrêmement développé, lié à la nécessité de survie sociale et alimentaire dans leur milieu culturel et écologique.

93Cela suppose des traditions également très tenaces, ce qui au niveau technologique, par exemple, apparaît dans l’utilisation des meules-dalles et des molettes-galets depuis le premier millénaire av. J.-C. jusqu’au XVIIIe siècle ap. J.-C. Les seuls objets Ethiques connaissant des variations notables sont les pointes de flèches, les autres restant très stables.

LES ACTIVITES DE FABRICATION

94Ce secteur du mode de vie chichimèque nous donne un bon nombre d’information grâce aux recoupements que l’on peut faire entre l’archéologie, l’ethnohistoire et l’analogie ethnologique utilisée avec toutes les précautions qui s’imposent.

95La pierre et les fibres végétales et animales constituent les matières premières les plus employées par les Chichimèques. Selon W.W. Taylor, les fibres végétales tressées sont l’industrie la mieux représentée parmi les Laguneros du Coahuila (1972, p. 175). Les conditions climatiques n’ont pas permis d’en retrouver des traces à San Luis Potosí, mais les outils en os utilisés pour cette activité existent.

96Il s’agit essentiellement de fibres d’agaves, d'Agave lecheguilla en particulier, dont on tirait de fines cordelettes que l’on utilisait pour la confection de paniers, filets, couvertures mortuaires, cordes d’arcs, etc. L’on fabriquait aussi des sandales qui facilitaient la marche notamment dans les steppes à cactées et les fourrés épineux. Un grand nombre de pièces archéologiques de ce genre, en excellent état de conservation, a été retrouvé dans le sud-ouest des Etats-Unis et dans le Coahuila (cf. Aveleyra et al. 1956, I. Johnson 1977). Le tressage de fibres végétales a l’avantage de peser très peu et de pouvoir être fait pendant les marches; il n’est pas rare de voir encore de nos jours à Tierra Nueva, S.L.P. (zone II) des femmes portant leur bébé sur le dos et tressant des fibres destinées à la confection de chapeaux, tout en marchant.

97Des vestiges archéologiques de fourrures tressées et de peaux travaillées ont été retrouvés, toujours dans le Coahuila, confirmant également les informations coloniales. On les portait sous forme de capes (cf. figure 118), enroulés dans les cheveux, etc.

98Le travail du bois est souvent lié à l’utilisation de la pierre. Or cette dernière constitue la quasi-totalité des objets recueillis chez les chasseurs-collecteurs de cette étude. Elle est presque toujours taillée, assez rarement polie.

99Les éclats bruts, à peine retouchés, donnent l’outillage courant; rapidement taillés sur place, par percussion directe, ils fournissent des tranchants vifs utilisés pour couper, creuser, racler et, avec un minimum d’aménagement, scier, percer, buriner, etc. Ils sont faits à partir de roches que l’on peut trouver sur place à n’importe quel moment. Ils sont donc abandonnés après usage, car ils constituent un poids inutile à transporter (cf. planches 1 à 4).

100Au contraire, les objets nécessitant le choix de matériaux de très bonne qualité et un travail de préparation plus fin sont soigneusement conservés. Ce sont, à l’exception des couteaux bifaces, des pièces de petite taille, racloirs spécialisés et pointes de flèches. Les couteaux bifaces indiquent une excellente connaissance des matières premières et des techniques de taille (cf. planche 5). Ils sont en fine rhyolite vitreuse, en silex ou en obsidienne, généralement très minces et d’une excellente facture (cf. figure 75). On les taille probablement par percussion directe douce, au bois de cerf (on les finit par pression) et à la pointe en os. Ils sont ensuite montés sur un manche en bois creusé et maintenus en place avec des résines (cf. figure 76). Ils correspondent tout à fait à ceux que décrivent les chroniques de la Conquête (cf. N. Percheron 1982, p. 42), qui ajoutent qu’ils sont portés dans un étui de peau attaché au bras.

101Les flèches font partie des biens les plus précieux. Elles sont utilisées comme objets pour sceller des amitiés, déclarer une guerre et même pour obtenir une femme d’un groupe différent! (Cf. N. Percheron 1982, p. 41). La flèche est difficile à fabriquer: sa hampe doit être légère et droite, équilibrée et adaptée à la longueur du bras qui tient l’arc; son armature doit être fine et solide; le choix de matériaux Ethiques colorés indique une recherche esthétique. Cela est visible également au niveau des formes, où la volonté de régularité et de symétrie est très nette (cf. planches 6 à 8). Elles se ressemblent beaucoup dans toute l’aire chichimèque, par leurs formes, leurs dimensions réduites et la finesse du travail par pression qui les caractérisent (cf. figure 109). Elles sont tellement petites, au Postclassique, qu’elles traversent sans difficulté les cottes de maille des Espagnols, ce qui oblige très vite ces derniers à porter des armures de cuir matelassé de coton (cf. Herrera y Tordecillas cité par P.W. Powell 1977. p. 357), qui s’avèrent plus efficaces.

102On monte ces armatures sur des flèches à double hampe, retrouvées en parfait état dans les fouilles du Coahuila (cf. Aveleyra et al. 1956), mesurant les deux tiers de la longueur de l’arc, c’est-à-dire, comme nous le verrons plus avant, environ 55 cm, ce qui correspond tout à fait aux observations des chroniqueurs (cf. P.W. Powell 1977, p. 62). La baguette sur laquelle est fixée l’armature de pierre est en bois dur. Elle est elle-même attachée à la hampe principale, en bois léger et résistant, du roseau de préférence portant un empennage radial à son extrémité proximale. Les très rares flèches fabriquées par les Tarahumaras de nos jours conservent encore cette technique bien que leurs armatures soient métalliques (cf. figure 110). Parfois même la baguette distale est simplement apointée et durcie au feu, sans addition d’armature. Les hampes conservées dans le sud-ouest des Etat-Unis sont par ailleurs décorées de motifs géométriques qui signalent leur auteur (cf. S. Peckham 1965, figure 4).

Image 1000000000000265000000B54DF9B046B6A69FE7.jpg

Figure 109 - Pointes de flèches du S.O. des Etats-Unis (cf. S. Peckham 1965).

Image 10000000000002CC0000026E81CC4AA8B6F19FD6.jpg

Figure 110 - Flèches des Tarahumaras (nord-ouest du Mexique). CEMCA.

103Les flèches obtenues sont à la fois souples, pour résister à la force de torsion produite par l’envoi, légères pour aller loin, précises par l’équilibre de leurs différents composants et pénétrantes grâce à la finesse et à la dureté de leurs pointes. Les flèches en aluminium que l’on utilise actuellement pour le tir à l’arc combinent toutes ces caractéristiques, avec la seule différence d’une amélioration des matériaux employés.

104L’arc lui-même est fait, d’après Mendietta (p. 722), “à dimension d’homme”, ce qui donne environ 170 cm d’après l’étude anthropométrique (C. Serrano et R.M. Ramos, sous presse). Les personnages reproduits dans le Mapa de San Miguel portent des arcs longs qui semblent correspondre à cette description (cf. figure 111). Mendizabal, de même que Orozco et Jiménez, cités par P.W. Powell (op. cit. p. 62) offrent la même information. L’ensemble des descriptions, les dessins du Mapa de San Miguel, et les arcs utilisés encore au siècle dernier par les descendants des Chichimèques, indiquent l’utilisation de la forme classique à section lenticulaire ou semi-circulaire (cf. figure 112). Faute de connaître 1 arc composite qui allie la puissance à des dimensions réduites, 1 on obtenait des performances plus qu’honorables en gagnant sur la longueur de l’arc:

105Il est arrivé qu’ils tirent sur un cheval sur lequel était monté un soldat, en pleine bataille, qu’ils touchent le premier à la tête, protégée par une forte cuirasse, la flèche traversant l’armure et la tête de l’animal pour s’enfoncer dans son poitrail, chose qui, certainement, si elle n’était établie de façon aussi sûre (sic) parait incroyable... (cf. Vargas tome I, pp. 21-22).

Image 10000000000001E40000013E922AE503F0C9D057.jpg

Figure 111 - Guerrier Chichimèque armé de son arc et portant un carquois. Mapa de San Miguel (cf. N. Percheron 1982, p. 24).

106L’arc constitue sans nul dome, l’instrument le plus perfectionné produit par la technologie chichimèque. Dans le Coahuila, il est fait à partir d’une racine de mezquite, ce qui montre déjà sa difficulté d’obtention (cf. W.W. Taylor 1972, p. 174). Son séchage et sa préparation progressive sont très longs, comme l’indiquent les témoignages des Yahis de Californie, au siècle dernier. Arlegui (pp. 57-58) affirme que les Chichimèques l’utilisent depuis leurs plus petite enfance, ce qui explique d’autant mieux leur extraordinaires qualités d’archers dont tous les chroniqueurs font mention.

Image 10000000000003AC000002CEF7BD2377CC7B66F9.jpg

Figure 112 - Arc tarahumara moderne a à section semi-circulaire et le detail de son montage (CEMCA) b Arc, carquois et flèches séris de la fin du XIXe siècle (cf. W J. McGee 1898), avec le détail des encoches servant de mire c.

Image 1000000000000445000001E0F7A55A913FCA5CC9.jpg

Figure 113 - Position de 1 archer Seri (cf W.J. McGee 1898). Noter l’envoi tertiaires. Exemples d’envois b et c.

107Pour le priver de l’usage de son arme si redoutable, Pedro de Ahumada, pendant la guerre contre les Chichimèques, faisait mutiler le pouce et soit l’index, soit le majeur de la main tenant la corde, à chaque guerrier prisonnier (cf. “Relación de San Martin” 1585, citée par P.W. Powell 1977, p. 249). On peut en déduire provisoirement que les Chichimèques pratiquaient probablement l’envoi secondaire (cf. figure 113), tels les Seris du Sonora si l’on en croit les documents du XIXe siècle.

108Les sources historiques font aussi mention de carquois en peau de rongeur et d’un brassard de protection, logiquement porté sur l’avant-bras qui tient l’arc.

109Elles rendent compte, par ailleurs, d’une arme de jet utilisée pour la chasse appelée “bâton courbe” (palo arqueado, cf. N. Percheron 1982, p. 45), dont la description ressemble beaucoup aux “bâtons à lapin” (rabbit stick) de l’Arizona. Les fouilles de White Dog Cave en Arizona ont permis de récupérer des objets de ce genre mesurant un peu plus de 60 cm de long (cf. C.A. Amsden 1949, p. 73).

110Parmi les outils les plus courants, ceux utilisés pour le raclage des coloquintes sont très particuliers aux Chichimèques (cf. figures 60 et 61). Bien que les sources historiques n’en fassent jamais mention, leur utilisation semble avoir été intensive car ils sont très nombreux. Les perçoirs, d’après leurs formes et les traces de fabrication laissées sur le coquillage, l’os et la pierre tendre travaillés, sont utilisés selon le système de l’archer (cf. figure 26), démontrant une technologie évoluée.

111Les pointes burinantes sont nombreuses; elles permettent la fabrication d’objets en os tels poinçons, spatules, aiguilles, etc. (cf. figure 114).

Image 10000000000003810000021D36D5FD42922AD674.jpg

Figure 114 - Instruments en os: 1,2,3, spatules à racler les peaux; 4,5,6, poinçons à vannerie; 7,8, aiguilles. Bois de cervidé: 9, chasse-lame à pointe; 10-13, retouchons (les manches ont disparu). (Echelle 1/2).

Image 10000000000001C3000001A0034106502BCFC816.jpg

Figure 115 - Chasse-lame en bois de cervidé (A) et spatules en os à racler les peaux (C,B) du sud-ouest américain (d’après F. Barnett 1973).

112Cet outillage en os et en bois de cervidé est bien représenté au San Luis Potosí, mais aussi dans toute l’aire chichimèque, où il indique des constantes technologiques remarquables (cf. figure I 15). Les offrandes d’objets en os sont systématiques dans les sépultures du complexe Chasseur-Collecteur. au San Luis Potosí. Elles sont constituées d’os longs humains ou de cervidés.

113Il est difficile de parler ici de technique de fabrication pour les pierres à moudre, dont la forme dépend essentiellement de l’utilisation. Elles sont cependant intéressantes par leur uniformité dans toute l’aire chichimèque où l’on pratiquait la nomadisation. Nous avons vu que les meules-dalles et les molettes-galets en rhyolite et andésite étaient ramassées sur place et utilisées telles quelles. Mais il faut mentionner aussi les grandes cupules sur roches, dont l’utilisation n’a pas été élucidée (cf. figure 116). Certaines cupules traversent le rocher et pénètrent dans le sol. Contrairement aux marmites dues à l’érosion sélective ou dynamique, leurs parois sont parfaitement linéaires et polies. Les pilons ovales, par leur forme et leurs dimensions, conviennent tout à fait au broyage de végétaux ou de colorants minéraux, par exemple, dans ces “mortiers” (cf. figure 49 et planche 10).

Image 1000000000000263000002596BCCA6A3F9B22A06.jpg

Figure 116 - Rocher à cupules, plan et coupes.

114Bien que les rochers à cupules soient assez nombreux dans le San Luis Potosí ils ne constituent pas un phénomène régional, puisqu’on en rencontre disséminés un peu partout dans l’aire chichimèque jusqu’en Arizona (cf. figure 117). Leurs formes et leurs dimensions sont très stables, ce qui semble indiquer qu’elles sont bien adaptées à une utilisation que l’on ignore encore.

115Les Chichimèques disposent donc de techniques de fabrication très variées et efficaces concernant la pierre et les fibres animales et végétales. Les objets les plus soignés et les plus évolués sont, généralement, ceux que l’on porte avec soi.

Image 10000000000003320000020661FCAEE3044C59D6.jpg

Figure 117 - Rocher à cupules profondes: a) sur le site II 36, à San Luis Potosí; b) dans un site de chasseurs-collecteurs de l’Arizona (cf. F. Barnett 1973).

116Les autres sont utilisés avec le minimum d’aménagements, abandonnés sur place et repris éventuellement au cours d’un nouveau passage. Les chroniqueurs se sont assez peu penchés sur les techniques des Chichimèques. Sans réfuter leurs observations, l’archéologie les précise et les complète.

Image 1000000000000134000000CCC76BEC765E19625A.jpg

Figure 118 - Un couple de Chichimèques avec un enfant, tels que les représente le Codex Florentino.

LES ACTIVITES DE SUBSISTANCE

117D’après les témoins de la Conquête, il semble qu’une division du travail ait prévalu, selon le sexe, quelle que soit la tribu (cf. W. Jiménez Moreno 1977, p. 57). La femme aurait eu la responsabilité de la collecte, de la prédation des petits animaux, de la préparation de la nourriture, de la fabrication des objets en vannerie, en os et en peau, du transport des charges, de l’éducation des enfants. L’homme aurait fabriqué les objets de pierre et de bois et limité le reste de ses activités à la chasse et à la protection du groupe (cf. figure 118)!

Image 1000000000000200000002439AE2FDAE14BD11D4.jpg

Figure 119 - Femmes Païutes de l’Arizona collectant des graminées sauvages. Fin du XIXe siècle (photo: American Indian/Heye Foundation).

118La collecte est attestée archéologiquement par les graines rencontrées en grand nombre dans les fouilles, à San Luis Potosí et par les paniers du Coahuila et de l’Arizona. Cette forme d’exploitation du milieu naturel existait encore au siècle dernier parmi les Païutes de l’Arizona (cf. figure 119) et les Seris du Sonora. Gonzalo de Las Casas (1571, cf. Alcorta et Pedraza 1941, p. 612) décrit les articles principaux de la collecte et leur utilisation: Leur nourriture consiste en fruits et racines [...] les fruits qu’ils utilisent le plus souvent sont les figues de Barbarie [...] ils mangent aussi le fruit d’un autre arbre que nous appelons mezquite [...] et ils en font même du pain pour le conserver quand la saison est passée [...] l’agave maguey leur est d’une grande aide, y compris comme nourriture; il ne manque jamais et ils en tirent totalement profit [...] ils en font des vêtements [...] en mangent les feuilles et les racines cuites à l’étouffée sous la terre [...] en font du vin [...]; ils ont leurs breuvages [...] celui qu’ils tirent du maguey, d’autres qu’ils font avec les figues de Barbarie, d’autre avec le mezquitl.

119Ces fruits et plantes sauvages existent encore en grandes quantités dans le Tunal Grande de San Luis Potosí: le mezquite (Prosopis juliflora), le maguey (Agave atrovirens), les fruits du granjeno (Celtis pallida), les fruits et les articles de figuiers de Barbarie dont les plus appréciés sont les tunas Cardonas (Opuntia streptacantha), des cactées (Myrtillocactus geometrizans, par exemple) dont les variétés sont inépuisables, sans compter les racines, tomates et piments sauvages, etc. dont H. Puig (1981) a établi des listes floristiques détaillées.

Image 1000000000000138000001CA4F385FCF37698F03.jpg

Figure 120 - Femme Paiüte-Kaybab de l’Arizona broyant des graines sauvages avec une molette ovale sur une meule-dalle. Fin du XIXe siècle (photo: Smithsonian Institution).

Image 10000000000001AA00000128E4A421DE391E2D37.jpg

Figure 121 - Cuisson aux pierres chauffées chez les Sioux de Pennsylvanie, au début du siècle (photo: J. Anderson 1911).

120La préparation des aliments est sommairement décrite par les sources historiques. Elle est archéologiquement attestée par les instruments de mouture dont la ressemblance dans toute l’aire de chassecollecte (cf. figure 105) a déjà été signalée. Les gousses et les graines broyées sont versées à mesure dans le panier qui sert à les récolter, ce qui réduit au minimum les utensiles nécessaires (cf. figure 120). Consommées sous forme de bouillie, elles sont selon les chroniques, cuites dans les mêmes paniers –imperméables– à l’aide de pierres chauffées, comme c’est le cas chez beaucoup de populations qui n’utilisent pas la céramique, sans qu’elles soient forcément Chichimèques. Cette méthode était très répandue chez les Sioux de Pennsylvanie, par exemple (cf. figure 121), qui cuisaient ainsi leurs aliments dans des récipients en peaux de bisons tenus par des piquets de bois.

121Les témoignages archéologiques attestant ce moyen de cuisson chez les Chichimèques de la Région étudiée ne manquent pas.

Image 10000000000001CA000004C6F693CBE3B23143A2.jpg

Figure 122 - Site V 28, fouille A-K. Foyers 2 et 4, avec galets brûlés, apportés de la rivière voisine. Le foyer 4 apparaît aussi sur la photo.

122L’on utilise surtout des galets de rhyolite dont la résistance aux différences de températures est très grande. Leur présence dans un environnement calcaire montre qu’ils sont apportés volontairement, dans le cas du site V 28, par exemple (cf. figure 1 22). Brisés, ils montrent qu’ils ont été brûlés très longtemps ce qui leur confère une couleur brun-rouge inhabituelle, de la surface jusqu’à la partie centrale. Certains conservent une crôute organique à demi-brûlée, résultant de leur utilisation.

123La cuisson par ébullition présente l’avantage de tirer un maximum de profit des calories animales (chairs et moëlle osseuse) et de rendre plus assimilables les farines végétales. Certains Chichimèques du Tunal Grande au contact du complexe V.S.L. utilisent aussi la céramique pour la préparation des aliments.

124La sépulture du site I 39 (cf. figure 7) et son matériel associé confirment l’attribution aux femmes des tâches de collecte de préparation des aliments et de travail des peaux (cf. spatules figure 114,1 et 3), ainsi que l’utilisation et peut-être aussi la fabrication d’éclats sommairement aménagés pour ces activités.

Image 10000000000001EB0000022E4DE877EC89BEBD05.jpg

Figure 123 - Hommes Païutes de l’Arizona armés pour la chasse. Fin du XIXe siècle (photo: American Indian/Heye Foundation).

125D’un autre côté, d’après la sépulture du site V 28 (cf. figure 9) et ses offrandes, la taille de la pierre (,cf. figures 82 et 84) pour l’obtention des instruments de chasse aurait été une spécialité masculine (cf. figure 123).

126La chasse est présentée par Gonzalo de Las Casas (cf. Alcorta et Pedraza 1941, p. 593) comme étant la base de l’alimentation des Chichimèques du Tunal Grande:

127Le plus courant est de s’alimenter de chasse [...] aux lièvres [...] aux cerfs [...] aux oiseaux [...] ils n’épargnent pas même les rats [...] Quelques uns parviennent à attraper du poisson [...] en utilisant leurs flèches [...], avec des pièges, avec des nasses, ou bien en plongeant...

128Les ossements animaux montrent la présence de gibier existant encore dans San Luis Potosí: le cerf ou venado (Odocoileus virginianus et Antilocapra americana), le lièvre ou liebre (Lepus spp.) le lapin ou conejo (Sylvilagus spp.), l’écureuil ou ardilla (Sciurus oculatus sp. aff), le renard ou zorra (Urocyon cinereoargenteus), le coyote (Canis latrans), le lynx ou gato montes (Lynx rufus), le pecari ou jabalí (Pecari tajacu) et les cailles et colins (Callipepla squamosa et Colinus virginianus) pour ne citer que les plus importants (cf. H. Puig 1982). Il est cependant difficile d’affirmer que le gibier constitue l’essentiel de l’alimentation chichimèque. La quantité d’ossements retrouvés en fouille fait plutôt penser à un appoint de nourriture. Cela est surtout valable pour les cervidés, dont les os sont relativement peu nombreux. Les petites espèces de mammifères et d’oiseaux (“sélection r”) sont mieux représentées. Il est certain (cf. D.R. Harris 1977, B. Hayden 1981, K.W. Butzer 1982) que leur faible biomasse est compensée par une reproductivité élevée, une ubiquité et une capture plus facile que dans le cas des grandes espèces. Elles sont ici un élément à peu près constant de la nourriture, si l’on en juge par leurs vestiges archéologiques.

129Cette exploitation du milieu naturel pouvait se faire tout au long de l’année, sans la nécessité absolue de créer des réserves pour l’hiver, dans le Tunal Grande. Pendant l’été et l’automne, les légumineuses et les fruits existent en grandes quantités. En hiver et au printemps, les tubercules, feuilles d’agave et de figuiers de Barbarie ne manquent jamais et constituent un apport de liquide indispensable, puisque ce sont les mois les plus secs de l’année. La prédation et la chasse peuvent avoir lieu en toutes saisons. Et même en acceptant la notion d’une spécialisation sexuelle des travaux, il faut voir que les femmes peuvent également capturer des petites proies pendant la collecte ou la marche (cf. W.J. McGee 1898, p. 262), tandis que les hommes se nourrissent de baies et de fruits pendant la chasse, comme cela se fait couramment dans toutes les sociétés de chasseurs-collecteurs (cf. M. Sahlins 1976, p. 40).

130Ainsi donc les informations de l’ethnohistoire sont, encore une fois, confirmées et précisées par l’archéologie, sans qu’il apparaisse de divergence importante. D’abord surpris par la parfaite adaptation des Chichimèques à leur milieu ambiant, les Espagnols qui veulent absolument les sédentariser pour les faire entrer dans leur circuit de production, en arrivent à conclure que tout le mal avec eux vient précisément de leur régime alimentaire ; il faut :

131... les désaccoutumer deleurs nourritures sauvages car, sans nul doute, ce sont elles qui les abrutissent et les rendent aussi féroces ! (cf. Gonzalo de Las Casas, op. cit.).

132Pour amener sur le chemin de la civilisation ces chasseurs-collecteurs qui possèdent les terres les plus riches en minerais précieux de tout le Mexique, les justifications ne vont pas manquer ; cela ira jusqu’à leur extermination presque totale. On essaiera cependant, jusqu’à notre époque, de sublimer le sort des quelques survivants des Chichimèques du San Luis Potosí :

133... en christianisant l’indien, ils le sortirent de la barbarie ; en lui donnant la langue espagnole, ils l’ennoblirent. Interposés [les prêtres] entre lui et l’estanciero, [...] ils l’aimèrent en somme comme des pères et le préparèrent pour qu’il puisse enfin gagner liberté et patrie (cf. Primo Feliciano Velázquez, éd. 1946-48, p. 422).

QUELQUES PARTICULARITES CULTURELLES DES CHICHIMEQUES

134Pour comparer les informations ethnohistoriques du XVIe siècle à celles de l’archéologie, il convient d’abord de se fixer des limites chronologiques au niveau de cette dernière. Nous tiendrons compte, pour cela, d’une période allant du départ des populations agricoles jusqu’à l’arrivée des Espagnols, c’est-à-dire du XIIe au XVIe siècle ap. J.-C. Archéologiquement, cette période (définie comme Chichimeca IV, pour la Région) concerne exclusivement la chasse-collecte, ce qui équivaut au mode de vie caractéristique de ceux que les Mésoaméricains de langue nahuatl ont appelé les Chichimèques.

135Mais, comme nous l’avons vu précédemment, ce terme est une commodité de langage qui fait ressortir avant tout l’idée d’une différence avec la Mésoamérique. Cela ne doit pas faire oublier une certaine variabilité entre chasseurs-collecteurs, notamment entre ceux du Tunal Grande et ceux de la sierra. Or, nous disposons à présent de données archéologiques pour étayer leurs caractérisations respectives.

136Quelles sont, dans la Région, les caractéristiques culturelles communes au Tunal et à la sierra et leurs particularités respectives ?

137Ce qui fait d’abord la différence entre les deux, et dont nous avons déjà vu quelques aspects, peut être observé brièvement, en attendant d’avoir plus d’information, sous différents angles :

  • L’anthropométrie

  • La technologie

  • Le mode de vie

  • Les rites

  • Les langues

Image 10000000000001E5000002913CACDBFA3AB275FB.jpg

Figure 124 - Chasseurs-colletteurs Seris du Sonora, photographiés par WJ. McGee à la fin du siècle dernier. L’individu de gauche, selon l’auteur de la photo, mesure plus de 1,90 m, celui de droite un peu plus de 1,70 m. (photo : Instituto Nacional Indigenista, Mexico).

Image 10000000000003D80000052B8E8DDE78768C93C3.jpg

Figure 125 - Tibia humain à entailles sur la face postérieure, avec entailles profondes rythmées apparaissant en coupe (échelle 1/2).

138Au niveau anthropométrique (cf. C. Serrano et R.M. Ramos, sous presse) les différences se situent dans la taille des individus, dans la forme générale de leur crâne et dans leur pathologie osseuse. Les populations du Tunal mesurent en moyenne 1,60 m pour les femmes et 1,70 m pour les hommes ; elles sont robustes, nettement dolichocéphales pour la plupart, quelquefois mésocéphales. Leur pathologie osseuse les rapproche des peuples situés plus au nord, dans le Coahuila, par exemple en ce qui concerne certaines infections osseuses du crâne, une usure dentaire prononcée et des lésions ostéoarthritiques sévères chez les individus d’âge mûr. Ces populations chichimèques sont assez bien caractérisées par les sépultures des grottes de la Candelaria et de la Paila, dans le Coahuila, du Cerro de Silva, de Guadalcázar et de Santo Domingo, au San Luis Potosí. Au siècle dernier, les Seris du Sonora, par leur isolement génétique et culturel, avaient conservé certains de ces traits. La description détaillée d’un squelette de la fin du XIXe siècle par Ales Hrdlicka de l’Institut de Pathologie de New York (cf. W.J. McGee 1898, pp. 245-255) et les photographies de plusieurs individus conservant encore, à l’époque, leur mode de vie traditionnel (cf. W.J. McGee op. cit. et figure 124) le confirment. En décrivant les Chichimèques du Tunal Grande, les sources historiques insistent sur leur robustesse et leur taille généralement plus haute que la moyenne mésoaméricaine, quel que soit le sexe (cf. P.W. Powell 1977, p. 84 et p. 246).

139Les Chichimèques de la sierra montrent pour leur part des affinités avec la Mésoamérique par leur taille un peu inférieure, en moyenne, à celle des populations du Tunal, leur mésocéphalie généralisée avec une tendance à la brachycéphalie et des lésions ostéoarthritiques moins prononcées. Leurs caractéristiques, dans la Région, sont très proches de celles des agriculteurs de Río Verde (cf. D. Michelet 1980) et il semble que des phénomènes de métissage soient envisageables. Les sources historiques ne donnent pas de description physique de ces populations qui ne devaient guère se différencier, dans leur aspect physique général, des Mésoaméricains.

140En ce qui concerne les différences technologiques reconnaissables au niveau de cette étude, leur principale caractéristique est qu’elles sont rares. En réalité, un seul objet semble indiquer que les Chichimèques de la sierra ont pu avoir un système de comptage. Il s’agit d’un tibia humain provenant de la sépulture du site V 28 (cf. figure 125). Les entailles transversales qui apparaissent sur la face postérieure se présentent sous la forme de sillons très réguliers. Un total de trente-cinq entailles apparaît, avec, à partir de la quatrième supérieure, une incision profonde perforant la paroi de façon rythmée, toutes les trois entailles. L’os a été brisé au niveau de la dernière incision profonde et les deux parties soigneusement déposées l’une à côté de l’autre près du défunt. La surface des entailles est légèrement usée à mi-longueur. Cela est peut-être dû à une éventuelle utilisation comme instrument de “musique”. Les Aztèques possédaient des os de ce genre appelés omichicahuiztli sur lesquels on raclait d’autres os pendant les cérémonies funèbres (cf. V.T. Mendoza 1976). Le système de numération tertiaire rencontré ici reste cependant exceptionnel.

141Bien que l’on trouve aussi des os humains à entailles dans le Tunal Grande (cf. figure 114, no 1), aucune répétition pouvant indiquer une numération quelconque n’a été remarquée. Les chroniques mentionnent des objets de ce genre, interprétés comme étant des trophées, chaque entaille représentant un ennemi tué (cf. N. Percheron 1982. p. 54). Mais il n’y est jamais question de ce qui semble être ici une sorte de système de numération tertiaire. Des os longs incisés sont signalés dans le sud-ouest des Etats-Unis (cf. F. Barnett 1973, p. 57) mais sans qu’il apparaisse jamais d’indications de rythme. Sur le plan technologique, par conséquent, seule la présence de ce type d’objet montre une différence entre les deux parties de la Région.

142Le mode de vie des chasseurs-collecteurs du Tunal tel que le propose l’archéologie est fondé sur le nomadisme, sous la forme de parcours traditionnels. Le groupe représenté par les vestiges étudiés dans chaque site semble avoir été réduit à la cellule familiale comprenant moins de dix personnes. Les restes de sépultures rencontrés au cours de ce programme, de même que ceux qui ont été signalés par les fouilles antérieures dans le Tunal, sont tous très comparables au niveau de leur forme d’enterrement et de leurs quelques offrandes. Il n’indiquent guère de différences sociales marquées. Cela correspond assez bien à ce que les chroniques présentent comme une absence de hiérarchie. Les femmes ont autant d’offrandes funéraires que les hommes et tous sont mis en terre de façon isolée. La notion ethnohistorique d’une société bipolaire où l’homme et la femme ont la même importance pour la survie du groupe n’est donc pas en contradiction avec la situation observée ici. Les sources historiques indiquent un système de résidence matrilocale et de répudiation réciproque et informelle pour le couple pour lequel aucune information nouvelle n’a été obtenue. Quant au choix d’un chef de guerre pour une période très limitée au début de la guerre contre les Espagnols (cf. P.W. Powell 1977, p. 51) pour difficile qu’il soit à vérifier, pourrait s’expliquer par une habitude de l’autonomie chez le chasseur-collecteur.

143Par ailleurs aucun témoignage archéologique n’a été trouvé qui corrobore de façon évidente, au niveau du mode de vie, la cruauté particulière que les chroniques prêtent aux Guachichiles habitant le Tunal Grande.

144La sierra est assez différente du Tunal dans la façon de vivre de ses habitants chasseurs-collecteurs. Les groupes qui l’habitent sont de taille assez grande et ont un type d’habitat sédentaire ou semi-sédentaire ce qui n’est pas encore bien établi. L’existence d’une sépulture d’individu âgé à offrandes très particulières accompagné des restes d’un jeune individu probablement décapité et dont on verra un peu plus loin le détail (cf. figure 130), semble indiquer des différences sociales et contraste avec ce que l’on trouve dans le Tunal. L’offrande de l’individu âgé est constituée de figurines en os, en forme de poisson, de pied humain et de tête humaine, notamment. Il est enterré, contrairement aux Chichimèques du Tunal, hors de la grotte. L’endroit s’appelle “La Montagne-Sombre” (Cerro Prieto). Or voici ce qu’écrit P.F. Vélazquez (édition 1982, pp. 469-470) à propos de L’art du langage pame de Pray Juan Guadalupe Soriano (cf. aussi N. Percheron 1982, p. 61), sur les Chichimèques Pames de la sierra :

145C’étaient des gens dociles, pas du tout guerriers, bien qu’ils eussent quelques Jonaces dans leur voisinage, lesquels sont une nation inconstante et belliqueuse. A Cerro Prieto ou Los Montes (Les Monts) ils vivaient seuls, mais ils ne s’éloignaient guère des barbares [...] tout ce qu’ils aimaient c'était aller par les monts, comme des bêtes sauvages [...] Les femmes, elles, travaillaient [...] de fines petites valises en palme tressée. La nourriture n'allaitpas au-dela du mais grillé [...] et d’herbes comme le ximatec, amacoques, zigará, etc.

Image 1000000000000415000003219A91E9BEB1A44DAD.jpg

Figure 126 - Os travaillé en forme de poisson-chat, provenant de V 28, site du Cerro Prieto, près de la “Rivière-aux Poissons-Chats” (Río Bagres). Offrande de sépulture (échelle 1/2).

Image 100000000000046D000001B56109BC1EE5A3DB52.jpg

Figure 127 - Os travaillé en forme de pied et de tête de personnages ; offrande de la sépulture en V 28 (échelle 1/2).

146Quand quelqu’un mourait, ils sortaient le cadavre de la hutte [...]. Quand à leur religion, ils vénéraient dans l’ancien temps Moteuczuma, mais aussi le soleil et des poupées de pierre ou de bois [...] le père Soriano [...J enleva en 1763 une petite idole en forme de poisson aux Pames de Cerro Prieto, à ceux de Zipatla, une autre en forme de personnage agenouillé et à d’autres plusieurs pierres vertes enfilées comme dans un rosaire. A ces poupées qu'ils appelaient cuddo cajoo, ils vouaient une grande crainte, car ils leur attribuaient le pouvoir d’enlever la vie [...]. Ils appelaient [...] sorciers leurs prêtres et médecins, auxquels ils se confiaient et qu’ils honoraient singulièrement Le supérieur de cette classe s’appelait madai cajoo, grand sorcier...

147Ce petit texte résume assez bien ce que disent les sources historiques des Chichimèques de la sierra. Quand Fray Soriano écrit cela en 1766 et 1767, le site V 28 du Cerro Prieto, où se trouvait la sépulture, était encore habité, selon les datations de radiocarbone. En dehors de la ressemblance toponymique avec l’endroit visité par Fray Soriano qui est due au hasard, Cerro Prieto étant un nom très répandu, les données archéologiques concordent sur les points suivants:

  1. Ils vivaient seuls: effectivement, aucun habitat étranger n’a été décelé (cf. carte, figure 98).

  2. Ils allaient par les monts: la chasse-collecte était toujours pratiquée, ce qui est confirmé par les vestiges.

  3. Les femmes fabriquaient de petites valises en palme tressée: les poinçons à vannerie, dans le site, le révélaient déjà.

  4. La nourriture était constituée de maïs et d’herbes: les vestiges archéologiques concernent uniquement la collecte, qui était peut-être complétée par l’horticulture sur les berges aux alentours.

  5. Les morts n’étaient pas enterrés dans le lieu où l’on vivait mais à côté: la sépulture du Cerro Prieto est située en dehors de la grotte. Ce fait est très important car aussi bien les Chichimèques du Tunal Grande que les sédentaires de Río Verde enterraient leurs morts dans l’habitat même; la fouille de la grotte n’a révélé, par ailleurs, aucune sépulture intérieure.

  6. Dans l'ancien temps, ils vénéraient Moteuczuma: le nom de Moctezuma, souverain Aztèque, est actuellement utilisé dans la Région pour désigner les restes architecturaux du complexe Río Verde, des cues ou montezumas. Les vestiges archéologiques (grelot en cuivre et lames prismatiques, par exemple) montrent les relations du site V 28 jusqu’à la fin, avec la Mésoamérique.

  7. La petite idole en forme de poisson des Pames du Cerro Prieto pouvait ressembler à l’une des cinq sculptures sur os faisant partie de l’offrande de la sépulture (cf. figure 126).

  8. Le personnage sculpté rappelle d’autres objets d’offrande de la même sépulture, représentant des parties de corps humains (cf. figure 127); quant aux pierres vertes, les seules trouvées dans la Région proviennent du Cerro Prieto, site V 28 (cf. figure 79 et 80).

148A moins qu’il ne s’agisse d’un ensemble de coïncidences exceptionnel, l’attribution de la sépulture à un “sorcier-prêtre-médecin” Pame peut être proposée. L’existence de ces cajoos et d’un supérieur appelé madai cajoo tend à indiquer une hiérarchisation parmi ces Chichimèques de la sierra.

149Par ailleurs, l’éventualité d’un sacrifice par décapitation laisserait envisager des pratiques très violentes, comparables à celles que l’on attribue généralement aux Chichimèques du Tunal. Or il semblerait que ces populations aient été plutôt “pacifiques” et 182 qu’elles aient eu de bonnes relations entre elles et avec leurs voisins. On remarquera, en tout cas, que le père Soriano pouvait leur enlever des idoles sans être inquiété alors que le malheureux Fray Bernardo Cossin, prêtre d’origine belge, voulant dire une messe devant les Guachichiles du Tunal, avait été aussitôt criblé de flèches, devenant ainsi, nous dit-on, le premier saint martyr d’Amérique. Certains attribuent d’ailleurs cette mort au fait que les Guachichiles n’avaient aucun rite religieux et que celui de la messe chrétienne les avait effrayés.

150Les rites prennent donc des aspects différents entre le Tunal et la sierra, puisque, dans cette dernière, ils semblent avoir justifié l’existence des cajoos à la fois prêtres et guérisseurs, dont les fonctions sont assez comparables à celles des chamans du sud de la Mésoamérique. Archéologiquement, on remarque la différence entre la coutume pame d’enterrer les morts en dehors de l’habitat et l’habitude chez les Guachichiles de les ensevelir à l’endroit même où l’on vit. Du point de vue ethnohistorique, alors que l’on attribue des idoles aux Pames de la sierra, aucun objet de ce genre n’est jamais mentionné à propos des Guachichiles, dans le Tunal. L’archéologie ne peut que confirmer, jusqu à preuve du contraire, ces informations.

151Par ailleurs, tandis que le vocabulaire pame du XVIIIe siècle a été en partie recueilli et conservé par les missionaires espagnols, aucun langage des tribus du Tunal n’a été signalé comme ayant laissé des traces écrites.

152Les langues, sur lesquelles l’ethnohistoire est seule en mesure de nous informer, auraient pourtant été différentes entre la sierra et le Tunal. Dans ce dernier, Gonzalo de las Casas nous dit qu’au XVIe siècle, le guachichil était la langue commune aux Guaxabanes, Sauzas, Copuces et, bien entendu, Guachichiles (cf G. de las Casas in R. Alcorta et J.F. Pedraza 1941, p. 588). Cette langue guachichil. interprétée à partir de quelques toponymes, serait apparentée, selon W. Jiménez Moreno (1977, p. 83), à la langue apache du sud-ouest des Etats-Unis. La langue pame, elle, existe encore dans l’Etat du San Luis Potosí, dans les communautés indigènes de Santa Maria Acapulco et de Cárdenas, à quelques dizaines de kilomètres à l’est de la région du programme. Elle a été étudiée notamment par Fray Guadalupe Soriano, à la fin du XVIIIsiècle, J. Soustelle (1937) et L. Manrique (1972).

153Après avoir remarqué ces quelques différences entre les habitants du Tunal et ceux de la sierra, à partir de l’étude archéologique et des informations coloniales, il convient d’établir les ressemblances entre eux, car elles existent. Quand Fray Soriano affirme que les Pames ne s’écartent guère des “barbares” c’est-à-dire des chasseurs-collecteurs, il est certain qu’au niveau archéologique, cette relation est visible. D’autre part, le mode de vie des différentes tribus chichimèques présente une sorte de “fonds commun” au niveau

  • de l’aspect physique général

  • d’une technologie comparable

  • de certaines coutumes

  • de certains rites.

154C’est donc précisément dans les domaines où nous avons vu qu’il existe des divergences que l’on peut trouver aussi les points communs.

Image 10000000000002D2000001B8B167138A3497F1AE.jpg

Figure 128 - Motte de colorant jaune faisant partie de l’offrande de la sépulture, dans V 28 (échelle 1 x 1).

155L’aspect physique général est robuste, ce qui est notable sur les squelettes du Tunal et de la sierra, malgré les différences de taille des individus. Les activités de chasse et le parcours constant du territoire pour la collecte jouent probablement un rôle dans cette particularité. Les chroniques y font souvent référence en ajoutant, du reste, comme caractéristiques corporelles essentielles chez tous les Chichimèques: la nudité ou la semi-nudité et les peintures corporelles (cf. P.W. Powell 1977, p. 54, par exemple). En ce qui concerne ces dernières, nous disposons de vestiges archéologiques dans la sierra (cf. figure 128) sous la forme de mottes de colorant jaune extrêmement fin, usées sur plusieurs faces pour en tirer de la poudre, et de colorant rouge sombre granuleux. Cette sorte d'utilisation du colorant en mottes, usées à mesure des besoins, est universellement connue.

156Seules les façons de se peindre le visage et le corps sont particulières et permettent souvent de différencier les individus selon leurs tribus. Les Guachichiles doivent leur nom, comme cela a été dit précédemment, à leur peintures faciales rouges et au bonnet de cuir rouge porté par les hommes, à la façon des Païutes de l’Arizona (cf. figure 123); ils utilisent aussi le jaune et le noir pour se peindre (cf. W. Jiménez Moreno 1977, p. 56). Certains peintures corporelles encore utilisées par les Seris du Sonora au siècle dernier peuvent être très raffinées (cf. figure 129). Les chroniques déjà citées indiquent également le port d’ornements en os traversant la cloison nasale et de colliers divers en perles de coquillage ou de pierre perforées, ce que les fouilles ont confirmé dans toute la Région.

Image 100000000000017B0000020110D82081B35C0745.jpg

Figure 129 - Les belles peintures corporelles utilisées par les Séris à la fin du siècle dernier (cf. W.J. McGee, planche 24, 1898).
(photo: Instituto Nacional Indigenista, México).

157Des technologies comparables apparaissent, en effet, quelle que soit la zone, parmi ces populations chichimèques du Tunal et de la sierra. On utilise partout le perçoir à archet pour fabriquer les ornements de pierrre et d’os. La pierre elle-même est taillée selon les mêmes techniques de débitage et de façonnage. Les aliments sont broyés avec les mêmes sortes de pierres à moudre et leur cuisson par ébullition utilise les galets de rivière chauffés dans les foyers et déposés dans des récipients en fibres végétales tressées. Même si les Pames possédaient du maïs, ils n’en continuaient pas moins à pratiquer aussi la collecte.

158Les coutumes comparables sont donc évidentes dans le mode de vie. Aussi bien dans la sierra que dans le Tunal, la chasse et la collecte sont la base de l’alimentation traditionnelle. La répartition générale des tâches entre hommes et femmes reste la même dans les deux endroits de la Région. Certaines pratiques de ce genre de vie en étroite relation avec les cycles de la nature doivent aussi être appréhendées sous l’angle des croyances et du rituel religieux.

159Les rites communs aux Chichimèques de toute la Région ont laissé des vestiges que l’ethnohistoire et, pour certains aspects, l’analogie ethnologique utilisée avec précaution, permettent de mieux situer dans leur contexte culturel.

160Pourtant, à propos des Guachichiles, certaines sources historiques considèrent qu’ils n’ont guère de croyances:

161Ils sont peu ou pas du tout portés sur la religion [...] car on ne leur a trouvé aucune sorte d’idole ni de temple, ni quelque autre manière de faire des offrandes [...] Ce qu’il leur arrive de faire ce sont des exclamations en regardant le ciel et quelques étoiles, chose qu’ils font, à ce que l’on croit, [...] pour être épargnés par le tonnerre et les éclairs. (Gonzalo Dávila, cf. W. Jiménez Moreno 1977, p. 57).

Image 1000000000000408000004984A86223CB73EA81C.jpg

Figure 130 - Sépultures chichimèques: de la sierra (agauche), du Tunal Grande (à droite). Noter la décollation possible de l’individu n 2, sur la première. La tête avec l’atlas et l’axis était placée près du corps et un galet plat posé sur celui-ci.

162D’autres sources leur accordent quelques pratiques religieuses :

163Le soleil était chose divine pour eux [...] ils le vénéraient en lui offrant, chaque matin, le sang [celui de la première proie? Le leur?] Et ils eurent cette forme d’adoration tant qu’ils ne se mélangèrent point aux autres nations. (J. de Torquemada, édition 1943, chap. XV, p. 39).

164Les sépultures suffisent à démontrer l’existence de rites chichimèques aussi bien dans le Tunal que dans la sierra. La présence d’offrandes suggère la croyance en une nouvelle existence après la mort. Les défunts sont toujours déposés dans des fosses de forme irrégulière à tendance ovale, en position foetale ou semi-foetale (cf. figure 130), avec des offrandes correspondant à leurs activités avant la mort, la seule exception étant le défunt no 2 de V 28, qui n’a aucune offrande et qui fait peut-être lui-même partie de l’offrande au défunt no 1. Ils sont systématiquement couverts par une meule-dalle de rhyolite, la seule exception à cette règle étant encore une fois l’individu no 2 de la sépulture V 28, sur lequel on a posé un simple galet plat. Quelle que soit la partie de la Région, un élément constant apparaît dans les offrandes mortuaires: l’os humain travaillé en forme d’objet.

165Cela nous amène à réfléchir aux pratiques anthropophagiques relatées par les chroniqueurs qui insistent sur la brutalité particulière qu’elles revêtent dans le Tunal Grande. Les supplices des prisonniers chez les Guachichiles correspondent à un rituel complexe dont les écrits historiques font ressortir les constantes, probablement de façon involontaire. Ce rituel correspond à une sorte de lente escalade dans la cruauté destiné à permettre l’exaltation de valeurs fondamentalement guerrières des hommes et à montrer une férocité totale face à l’ennemi. L’enlèvement d’os longs avant la mise à mort est particulièrement important. Toujours selon les mêmes sources (cf N. Percheron 1982, p. 53), ces os sont conservés par les guerriers guachichiles “comme symboles de leur valeur guerrière”. Le fait qu’ils soient enlevés avant la mort recouvre probablement une notion plus complexe, dans la mesure où on les retrouve ensuite associés aux offrandes destinées au passage à une autre existence.

166Après le repas anthropophagique, les os que l’on ne conserve pas sont séchés, grillés dans les foyers, broyés sur les meules et entièrement consommés après avoir été mélangés à de la farine de mezquite ou à des boissons hallucinogènes à base de peyote (Lophophora williamsii), (cf. N. Percheron op. cit.). Cette information ethnohistorique concorde assez bien avec le fait que l’on ne trouve en fouille que quelques rares fragments d’os humains, précisément dans les foyers et donc à demi brûlés.

167Par ailleurs, les écrits coloniaux affirment que l’anthropophagie concernait également les parents défunts et qu’en particulier, parmi les Chichimèques de la sierra, c’est-à-dire les Pames, on mangeait les cajoos après leur mort, pour assimiler leurs qualités (cf. W. Jiménez Moreno 1977, p. 71). La sépulture de V 28 interdit en tout cas de considérer cet usage comme général.

168En dehors des rites concernant les os, des pratiques mettant en parallèle l’eau et le colorant rouge sont aussi à remarquer dans la Région.

Image 10000000000002A0000004EE06922918A3D4766A.jpg

Figure 131 - Fouille X de V 28. Cache à obsidienne (niv. 1) et tache circulaire peinte en rouge.

169Des peintures rupestres rouges apparaissent de temps à autre, à proximité de sources (cf. J. Lesage 1965) ou de cours d’eau. Leurs représentations iconographiques sont variées: cercles pleins (cf. figure 131), mains en négatif, serpentiformes, animaux indéfinis, chasse au cervidé (cf. J. Lesage op. cit.), personnages schématisés etc.

170Le rouge est une couleur qui revient souvent dans les chroniques qui décrivent l’aspect et la façon de vivre des Chichimèques. En dehors des peintures observables dans tout le sud-ouest de l’Etat du San Luis Potosí (cf. annexe A-41), des offrandes de colorant rouge dans la sépulture attribuée à un cajoo en V 28 et des sites à peintures qui n’ont jamais été habités (cf. figure 132), la couleur rouge revêt aussi une grande importance dans les descriptions historiques de rites guachichiles et pames.

171Chez les Guachichiles, la seule offrande que les chroniques reconnaissent est celle du sang qui serait offert au soleil tous les matins. P.W. Powell (1977, p. 56) ajoute que pour eux :

172...le sang avait une certaine signification rituelle: à la naissance du premier enfant, les parents et amis remplissaient d’incisions le corps du père avec des instruments aiguisés, jusqu’à ce qu’il fût couvert de sang; quelquefois, une cérémonie de paix entre tribus incluait la perforation de l’oreille d’un homme désigné à cet effet, avec un os appointé de façon à se peindre le corps avec son sang.

Image 100000000000037F000001E56905D3F7E258D76B.jpg

Figure 132 - Site en V 8, la “Grotte-à-Ocre-Rouge” (Cueva del Almagre); peintures de mains en négatif; 12 visibles au total sur paroi rocheuse à l’intérieur de la grotte. A gauche, vue générale; à droite, vue rapprochée. Voir aussi la figure 101 pour le relevé d’un motif.

Image 10000000000003D600000467DED065D0D1C07A6C.jpg

Figure 133 - Gravures et cupules sur parois rocheuses: en haut, incisions linéaires dans la grotte du site V 28; en bas, parois à cupules de la grotte 141.

173La couleur rouge est également présente dans la façon de connaître l’avenir: Ils font tirer les femmes avec leurs arcs sur une raquette de figuier de Barbarie, laquelle est remplie à l’intérieur du jus rouge des figues et ils font cela quand ils veulent aller à la guerre, en y lisant leurs augures. (Gil Gonzalez Dávila, cf. W.Jiménez Moreno 1977, p. 57).

174Chez les Pames le rouge est tout aussi important; il est lié aux cérémonies où le cajoo se perce les veines des jambes pour recueillir du sang dont il arrose le maïs avant la récolte (cf. P. Kirchhoff 1943, p. 144) et à l’offrande de colorant rouge (mottes et couteaux peints de la figure 75) dans les sépultures.

175Archéologiquement, dans la Région, la couleur rouge est donc associée à la présence de points d’eau, à des représentations peintes sur rocher et aux rites funéraires, l’ethnohistoire indiquant par ailleurs des relations avec le sang et les augures. Il faut signaler aussi que l’on trouve des mines préhispaniques dans les principales sources de colorant rouge de la Région. Cela nous amène à examiner les aspects du rituel chichimèque liés à la pierre elle-même.

176D’abord, du point de vue archéologique, des incisions et cupules sur rocher ont été relevées dans le Tunal —site I 41 — et dans la sierra —site V 28-chaque fois au voisinage de lieux à colorant rouge. Les incisions sont linéaires et dessinent des formes d’étoiles, des croix en X, des figures rappelant des formes féminines etc. (cf. figure 133 et annexes A-42 et A-43). Les cupules sont plus rares parmi les Chichimèques, elles existent cependant dans le Chihuahua et le Sonora, sous des formes assez comparables à celles trouvées ici en particulier les cercles concentriques. La répétitivité de ce genre de représentation dans divers sites de la Région semble leur conférer un caractère rituel, comparable à celui des peintures. De la même façon, le couteau peint de V 28 indique que la pierre fait l’objet d’attentions particulières.

177L’ethnohistoire et l’ethnologie des Pames et Otomis, descendants des Chichimèques de la sierra, apportent des informations sur ce sujet. Le même Fray Soriano qui avait enlevé leurs “idoles” aux Pames de Cerro Prieto écrit:

178A tous ceux qu’il guérissait et à tous en général le cajoo ordonnait le secret, sous peine de mourir subitement et d’être dévoré par les pierres. (Cf. P.F. Velasquez, éd. 1982, p. 470).

179Les descendants des Pames du XVIIIe siècle conservent des croyances similaires:

180Les pierres ont encore, comme dans l’ancien temps, une grande importance dans la vie indigène; des esprits bénéfiques et maléfiques les habitent et, ainsi, du fait qu’elles sont des êtres vivants, elles doivent s’alimenter. Les indigènes craignent encore énormément les pierres et croient qu’il existe des jours, que l’on ne peut prévoir, où il ne faut absolument pas les toucher; en brisant ce tabou, on attrape le “mal de pierre” ou “piqûre de pierre” [...] qui peut avoir des conséquences fatales. (H. Chemin-Bassler 1977, p. 25).

181Les Otomis, situés immédiatement au sud des Pames, ont gardé eux aussi des croyances concernant la pierre:

182De par leur origine, elles sont porteuses de puissance. Génératrices d’abondance, elles attirent en revanche les germes d’épidémies. A l’image de la terre, elles symbolisent le monde des ancêtres, univers néfaste par excellence. (J. Galinier 1979, p. 446).

183Les Chichimèques vivant en contact permanent avec le minéral montrent probablement l’importance qu’ils lui accordent en y traçant des incisions, des cupules et en le peignant comme ils peignent leur propre corps.

184Ce bref panorama du mode vie et des coutumes des Chichimèques de la Région montre à quel point l’articulation chronologique des données de l’archéologie (XII-XVIe siècles), de l’ethnohistoire (XVI-XVIIIe siècles) et de l’ethnographie (XIX-XXe siècles) peut être profitable. Elle vaut certainement que l’on y consacre, à l’avenir, l’attention qu’un travail essentiellement orienté sur l’industrie Ethique ne peut lui donner. Il ressort surtout, de ces comparaisons, que le complexe Chasseur-Collecteur manifeste une tradition singulièrement persistante. Après plus d’un millénaire de cohabitation avec des groupes mésoaméricains, les chasseurs-collecteurs du Tunal Grande et de la sierra ont certainement changé, mais cela ne s’est pas fait dans le sens de l’imitation de la Mésoamérique sauf de façon superficielle. Que conservent-ils des habitudes de leurs voisins après le départ de ces derniers? la technique de la poterie —mais elle reste extrêmement rare—, un peu de culture du maïs et quelques bribes de rituel mésoaméricain. A côté de cela, la chasse et la collecte subsistent ainsi que la vie sociale en petits groupes, la notion de répartition tribale des terres et même, semble-t-il, les luttes entre clans pour la sauvegarde ou pour l’appropriation de territoires. Par ailleurs, contrairement aux mésoaméricains qui utilisent la javeline, les Chichimèques conservent l’arc et le perfectionnent encore davantage pour en faire un instrument remarquablement puissant et précis.

185En fin de compte, la comparaison des écrits des chroniqueurs espagnols et des résultats de l’archéologie montre des concordances au niveau des observations, non à celui des interprétations. Les écrits historiques de la Région et de l’aire chichimèque en général sont le résultat d’un mélange de préjugés culturels, de convoitise, d’ambition aveugle et de meurtre justifié à la façon des croisades. Mais il serait imprudent de les rejeter pour autant, car ils recèlent aussi une surprenante curiosité pour les individus qu’ils décrivent et une réelle volonté d’information, dans la mesure où les chroniqueurs sont en quelque sorte les journalistes de la Couronne espagnole.

186Indiscutablement, ces témoignages permettent de mieux comprendre certains résultats de l’archéologie. Les différences observées, par exemple, entre le Tunal Grande et la sierra peuvent être mieux cernées par la comparaison avec les documents écrits.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search