Version classiqueVersion mobile

Les Chichimèques

 | 
François Loubet-Rodríguez

Chapitre II. La méthode de classification du lithique et ses résultats techniques

Texte intégral

1• La terminologie générale et la nomenclature adoptées

2• La méthode de classification

3• Le bilan technique

LA TERMINOLOGIE GENERALE ET LA NOMENCLATURE ADOPTEES

4Avant de procéder à l’étude des objets, il a fallu

  • choisir une démarche descriptive ;

  • en établir les critères ;

  • décider des moyens qui seraient utilisés pour aboutir à un tri logique de l’ensemble du matériel.

5Les deux premières étapes ont amené à réfléchir sur les questions de terminologie, la troisième à mettre au point une nomenclature applicable à la classification finale.

6La terminologie est, en quelque sorte, l’alphabet qui permet de tenir le journal d’une étude, au fur et à mesure de sa progression. La terminologie lithique (“préhistorique”, dit-on parfois) a commencé à se créer, en Europe, dès le milieu du XIXe siècle (cf. M. Brézillon 1977, pp. 57-67), en empruntant tour à tour à la géologie, à l’histoire des techniques, à l’ethnologie, etc. Depuis le congrès de Liège en 1921, elle fait partie du programme de la plupart des congrès de préhistoire et d’archéologie en général. Mais, en dehors de ces communications ponctuelles, trop peu d’ouvrages lui sont consacrés (M. Brézillon op. cit., P. Plumet, A. Laming-Emperaire et al. 1979, J. Tixier, M. L. Inizan, H. Roche 1980, F. Bordes 1981, etc.).

7La question est évidemment complexe, puisque la terminologie englobe à peu près tout, depuis la description morphologique de l’objet, jusqu’à l’hypothèse de son placement dans un ensemble culturel donné. Entre ces deux extrêmes, elle rend possible en particulier la description des matières premières, des techniques de fabrication, des techniques d’utilisation et de l’empreinte particulière laissée par la société ou l’individu sur un objet considéré. Elle est donc, tour à tour, technologique, morphologique, fonctionnelle et stylistique. Il n’est peut-être pas superflu de faire une brève mise au point sur chacun de ces aspects.

LA TERMINOLOGIE TECHNOLOGIQUE

8Elle s’attache, pourrait-on dire, à décrire la chaîne de fabrication de l’objet. Elle étudie le geste qui le produit et qui en détermine la forme.

9Les anciennes techniques de taille de la pierre sont assez bien connues de nos jours, grâce aux expérimentations auxquelles se sont livrés plusieurs archéologues qui en ont fait une spécialité dans certains cas (D. Crabtree, J. Tixier, F. Bordes, J.E. Clark, etc.). Ces reproductions de gestes et les objets qui en résultent offrent des points de référence indispensables dans l’approche descriptive des vestiges archéologiques. Sans prétendre les voir tous, je voudrais en résumer certains, de façon à mieux situer les interprétations qui seront présentées, pour le programme du San Luis Potosí, à la fin de ce chapitre.

Image 10000000000001C600000122AF0DA1327FEB1005.jpg

Figure 17 - Percussion directe dure sur nucléus à plateforme et éclat de débitage.

10La percussion directe dure est connue pour être la technique la plus simple, puisqu’elle consiste à tailler une pierre en la percutant directement avec une autre, de dureté moindre, égale ou supérieure (cf. figure 17). Le percuteur peut être un galet naturel de forme globulaire ou très plat (cf. J. Flenniken 1978, J Tixier et al. 1980, etc.), un bloc de pierre taillée ou polie (cf. J. Chavaillon 1979), ou même un simple éclat à bords tranchants (cf. J.B. Sollberger 1978). Il est possible également, sans utiliser de percuteur, de tailler un nucléus en le frappant directement sur une autre pierre posée sur le sol, c’est-à-dire sur une enclume. En dehors de la taille de nucléus et d’éclats de débitage, la percussion dure sert notamment à façonner des pièces bifaciales (cf. figure 18) ou à retoucher des bords naturels d’éclats pour les aménager en outils. Dans le cas des bifaces, les objets obtenus par cette technique sont généralement assez épais, avec des éclats de façonnage de formes très variables.

Image 100000000000032200000153F7157D30FEA46FF7.jpg

Figure 18 - Percussion directe dure, éclat de façonnage et biface obtenus.

11La percussion directe douce s’utilise surtout pour le façonnage d’outils bifaces ou sur éclat, et plus rarement pour le débitage de nucléus. Le percuteur employé, qui donne son nom à la technique, peut être en bois résistant comme le buis en Europe, le mezquite dans le nord du Mexique, en bois de cerf ou de renne, en os, etc. On obtient ainsi des pièces bifaciales plus minces que celles fabriquées par percussion directe dure, avec des éclats de façonnage plus allongés (cf. figure 19).

12On considère souvent la percussion douce comme étant la dernière étape, celle de la finition, d’objets ébauchés d’abord au percuteur dur. Ceci revient à considérer une chaîne opératoire particulière, par “étapes’ (cf. J. Nichols 1978), que certains réfutent radicalement (cf. N.W. Patterson 1978), n’y voyant qu’une coupure arbitraire. Il est vrai qu’un bon artisan peut fabriquer un biface très mince en n’utilisant jamais autre chose que le percuteur de pierre. Mais cela dépend beaucoup de la qualité du matériau taillé et de la forme du percuteur. On ne peut donc guère le généraliser. Le percuteur tendre présente les avantages, par sa longueur, d’offrir plus de possibilités d’angles d’attaque et de vitesse de percussion pour le façonnage bifacial et. par sa nature, de pouvoir moduler la force appliquée à l’objet taillé.

Image 100000000000034100000152026E1A7FEF7D94A5.jpg

Figure 19 - Percussion directe douce, éclat de façonnage et biface obtenus.

13La percussion indirecte est une des techniques destinées précisément à contrôler au mieux les effets de la percussion, de façon à obtenir des enlèvements aussi semblables que possible sur le biface ou sur le nucléus travaillé. Elle fait intervenir un ciseau ou “chasselame”, qui transmet le choc du percuteur jusqu’au point précis de l’objet où l’on désire faire sauter un éclat. Cette technique, appliquée sur un nucléus à plate-forme, permet d’en extraire des éclats laminaires et des lames longues, aux formes bien contrôlées (cf. figure 20).

14Elle peut servir également à la retouche bifaciale (cf. figure 21). Une des nombreuses autres formes de percussion indirecte consiste à retoucher un bord d’éclat en le posant sur un bloc enclume et en le percutant doucement à l’aide d’un galet ou d’un bâton, pour faire sauter des éclats sur la partie que l’on dirige au contact de l’enclume.

15La pression directe a recours à un retouchoir, objet pointu ou aplati, en bois de cerf, en os ou en bois très dur, qui transmet la force exercée sur une surface réduite et bien localisée. Cette technique présente plusieurs variantes, selon que la force est produite par le poignet, l’épaule ou l’abdomen.

16La pression directe manuelle façonne, par retouches marginales précises, des bifaces et des éclats à bords finement travaillés (cf. figure 22). Elle donne généralement des déchets de façonnage plats et minces, avec, au niveau où s’est exercée la force, une surface de talon extrêmement réduite et sans ébréchures.

17La pression directe pectorale (cf. figure 23) et abdominale (cf. figure 24), en produisant une force beaucoup plus grande que la pression manuelle, détache de longs éclats de l’objet travaillé grâce à une pointe en os fixée au bout de la béquille. Il semble que la pression directe pectorale ait servi à la fabrication “à la chaîne” de lames d’obsidienne en Mésoamérique (cf. D. Cabtree 1968 et J. Tixier et al. 1980) à partir de nucléus à longues facettes très régulières. La pression directe abdominale selon J. Clark (1982) aurait été plus appropriée. Elle serait par ailleurs la plus conforme aux observations de certains témoins espagnols, pendant la Conquête.

Image 10000000000001D70000018E760D92D10BE96544.jpg

Figure 20 - Percussion indirecte sur nucléus à plate-forme et lame obtenue.

Image 100000000000018A000001686B5B216B6284BB32.jpg

Figure 21 - Percussion indirecte pour la fabrication de bifaces.

18La pression indirecte est assez mal connue. La technique dite “du façonnage par levier”, (lever flaking), (cf. figure 25) a été mise au point par J.B. Sollberger (1978) pour essayer de reconstituer des retouches couvrantes aussi régulières que celles de couteaux égyptiens, par exemple. Elle illustre assez bien tout un courant actuel qui tente de reconstituer les techniques très élaborées mises au point par certains populations.

Image 10000000000002A700000135D2631FE578A2E792.jpg

Figure 22 - Taille par pression directe d’une pointe biface : déchet de façonnage et objet terminé.

Image 10000000000001D000000242F9169AFCD745E44E.jpg

Figure 23 - Pression directe pectorale. (cf. aussi D. Crabtree 1982),

Image 10000000000002870000019B95AE4A600AA76697.jpg

Figure 24 - Pression directe abdominale. (cf. aussi J.C. Clark 1982).

Image 10000000000002F60000021AC5BDA4080F4B4FB1.jpg

Figure 25 - Pression indirecte “par levier”, pour le façonnage de bifaces (cf. aussi J.B. Sollberger 1978).

19L’usure par perforation. Les techniques de perforation ont été suggérées par des observations à la loupe binoculaire (1 x 60) assez détaillées (cf. L. Mirambell 1968) pour le Mexique ancien. Au niveau des traces laissées par la technique utilisée et permettant de la reconstituer, les études de clichés pris au microscope électronique à balayage ont apporté des informations d’une très grande précision (cf. A.J. Gwinett & L. Gorelick, 1978-1981). Grâce à ces références, les stigmates et la forme de l’outil qui les produit peuvent enfin être associés pour les cas étudiés. La perforation simple, à l’aide d’un perçoir en pierre tenu à la main, donne aux parois travaillées un aspect échelonné et une forme conique ou biconique irrégulière (cf. figure 26a). La perforation à l’archet laisse sur les parois des striures concentriques très fines et régulières. Le perçoir à pompe, qui est une variante de celui à archet, donne des résultats très comparables. Ces techniques sont considérées comme étant les plus répandues au Mexique. Pour ce matériel les observations ont été faites à la loupe binoculaire, au grossissement 1 x 70.

20Les quelques moyens techniques présentés, auxquels il sera fait référence par la suite, sont les plus couramment utilisés pour les reconstitutions de taille de la pierre, à l’heure actuelle. Certains termes employés pour les décrire ont été définis par différents auteurs (cf. annexe A-28). Dans certains cas, les stigmates laissés par la technique de taille peuvent la révéler si la description morphologique est suffisamment précise.

Image 100000000000036A000002647477413493976DD0.jpg

Figure 26 - Usure par perforation : a) au perçoir à main ; b) au perçoir à archet.

LA TERMINOLOGIE MORPHOLOGIQUE

21Les attributs formels d’un objet lithique, qu’il soit naturel, taillé ou poli, sont le résultat des différents états qu’il a connus depuis son origine. La description de ces attributs repose sur la terminologie morphologique, grâce à laquelle on peut reconstituer l’histoire de l’objet.

22De même qu’un galet brisé présente quelquefois les indices d’une origine tectonique antérieure à sa formation dans un contexte alluvial, l’éclat de taille ou le biface font, eux aussi, partie d’un cycle naturel de transformation de la matière. L’énergie humaine s’ajoute simplement, dans ce cas, aux autres énergies naturelles dont l’objet est issu. Dès lors, une étude détaillée de ses caractéristiques formelles doit s’intéresser aux différents états de son histoire : état de

sa matière première

son abandon

sa préparation

sa trouvaille

sa fabrication

son transport

son utilisation

son nettoyage

son réaménagement

son stockage

23Au moment d’être observé, l’objet a souvent connu les différents états mentionnés, parfois même davantage.

24La matière première. Son identification minéralogique, par une étude de lames minces ou de diffraction X confiée à un laboratoire de minéralogie, aboutit à une liste simplifiée définissant les caractéristiques principales de chaque catégorie de matière première. Sa dureté, quand elle n’a pas été déterminée au scléromètre par le laboratoire, peut faire l’objet d’une approximation en utilisant simplement l’échelle de Mohs (cf. figure 27).

25La forme de sa fracture (anguleuse, conchoïdale, irrégulière...), ses réactions physiques (à la chaleur, au froid) et chimiques (à l’eau, au feu) sont autant d’informations qui peuvent avoir contribué à sa sélection par l’homme, pour des motifs particuliers. Le choix peut être dû à l’utilisation prévue, aux techniques de taille ou bien à des critères esthétiques, culturels, etc. Dans ce contexte, la provenance géographique du matériau, quand elle peut être retrouvée, constitue une information de première importance.

Image 100000000000019E00000170EB2D2A1CC35671BD.jpg

Figure 27 - Echelle de Mohs pour la dureté relative des minéraux.

26La préparation tient compte des propriétés générales de la matière première dont l’utilisateur avait une connaissance empirique.

27Au cours de l’étude morphologique, certaines anomalies peuvent indiquer, par exemple, un éventuel traitement par chauffage (cf. D. Cabtree et R.B. Butler 1964) pour affiner la cristallisation d’origine, par l’eau (cf. F. Hibben 1978, L.W. Patterson et J.B. Sollberger 1979) pour augmenter l’homogénéité, afin de faciliter le travail de taille ou de pression. Les résultats sur la matière première commencent à être connus, grâce à quelques expérimentations bien contrôlées (cf. M.L. Inizan, H. Roche, J. Tixier 1975). Des cupules de chauffage, des craquelures de surface sont souvent attribuées à un traitement thermique. Elles peuvent être dues aussi à la proximité d’un foyer dans le contexte de fouille. Des enlèvements longs et rasants sur une matière première très poreuse qui ne donnerait jamais de tels résultats dans des conditions naturelles peuvent amener à considérer l’hypothèse d’un traitement par l’eau. Des analyses microchimiques assez simples peuvent aussi apporter des informations de grand intérêt (cf. S. Semeonov 1964).

28La fabrication laisse des stigmates que l’on commence à connaître avec assez de précision, grâce aux reconstitutions de techniques de taille qui sont à la portée de ceux qui peuvent y consacrer un peu de temps et d’effort. La terminologie descriptive, dans ce domaine, a commencé à se former dès la dernière moitié du XIXe siècle (cf. M. Brézillon 1977, p. 57). Ce fait vaut la peine d’être rappelé. Au cours des dernières décennies, un choix progressif des termes les plus appropriés a conduit au modèle que l’on peut considérer comme universel, appliqué avec quelques variantes par la plupart des “lithiciens” actuels (cf figures 28 à 30). Parmi eux, une tendance nouvelle de caractérisation extrêmement fine de certaines variables technologiques a donné d’ores et déjà des résultats très intéressants (cf. par exemple, B. Bradley 1978, pour les distances entre angles d’éclatement et de chasse ; E.N. Wilmsen 1968, pp. 985-986 pour les dimensions de plates-formes...). Le “risque” de voir cette forme de recherche sombrer dans l’“archéographie” est certainement négligeable. La connaissance détaillée des traces de fabrication et la mise au point d’une terminologie encore plus précise sont, au contraire, très souhaitables. Les recherches de F. Bordes pour les formes obtenues par le débitage Levallois (1980), celles de M. L. Inizan et J. Tixier pour les éclats outrepassés (1978), ne peuvent qu’enrichir le vocabulaire descriptif (cf. annexe A-28).

29L’utilisation est certainement l’aspect morphologique le moins bien connu, faute d’expériences suffisamment illustrées pour être prises comme références descriptives. De ce fait, les confusions de vocabulaire y sont nombreuses. Les mots “retouche d’utilisation” et “usage” sont particulièrement imprécis. Si la microécaillure (microflaking cf. R. Tringham et al. 1974) est une forme donnée par l’utilisation qui se rapproche assez de celle de la retouche de fabrication, il n’en est pas de même pour l’abrasion, la striure, le lustre (cf. D. Crabtree et E L. Davis 1968, L. Mirambell 1964) etc. auxquels le terme de “retouche d’utilisation” convient mal, à mon avis. Seul le terme de “trace” (de microécaillure, d’abrasion, etc.) a été retenu pour l’étude qui va suivre.

30Le terme “usage” peut être pris aussi bien dans le sens d’“usure” due à l’utilisation que de “coutume” particulière. Ici la confusion est encore plus grande. C’est, sans doute, le mot “usure” qui convient le mieux.

Image 100000000000031A000003709DB97E5916BB9CA4.jpg

Figure 28 - Terminologie descriptive de l’éclat.

Image 100000000000028B000001BE0099DC724BD2BBB1.jpg

31Comment s’entendre sur la reconstitution de l’histoire d’un objet si l’on ne dispose pas, au départ, de termes définis avec exactitude et possédant un sens suffisamment restreint ? Au niveau de l’utilisation plus qu’ailleurs probablement, la terminologie descriptive peut favoriser la finesse de l’observation. De bonnes références terminologiques permettent non seulement de décrire mais aussi de déceler des traces qui correspondent à des modèles préétablis (patterns) d’utilisation. A partir de cela, la différence avec les stigmates de taille pourra être plus claire de façon à éviter les typologies résultant d’une confusion entre fabrication et utilisation, signalées de plus en plus souvent depuis quelques années (cf. C.F. Baudez 1982, p. 960, pour la typologie des molettes en zone maya ; I. Zeiler

Image 1000000000000343000001C8B0E98ADDD682247A.jpg

Figure 30 - Terminologie descriptive du biface.

3265 1980 pour la typologie des burins magdaléniens en Europe, etc.).

33La modification est visible à la fois au niveau de l’objet et des déchets qui en résultent quand ils sont encore en place. Elle peut apparaître sous la forme d’un réaffûtage ou ravivage pour un bord utile, ou d’une transformation complète de la morphologie de la pièce. Dans certains cas, un bon nombre de pièces identiques à différents stades de réaffûtage, trouvées avec leurs déchets, permet une estimation de la durée de l’objet dans des conditions d’utilisation particulières (cf. G. Frison 1968). La transformation est plus difficile à déceler sur les pièces unifaciales que sur les bifaces, où une pointe de flèche modifiée en perçoir, après brisure, est assez vite reconnue.

34L’abandon. Un accident de taille ou d’utilisation, une usure excessive, un oubli ou un manque d’intérêt amènent parfois à l’abandon d’un objet. Sa forme et son contexte de fouille sont autant d’informations sur toute une partie de son histoire. Le cas des accidents de taille au niveau d’une imperfection du matériau travaillé est assez courant.

35Un grand nombre de fragments proximaux de pointes de flèches, dans un site d’habitat ou de refuge, avec une absence totale des parties distales correspondantes, peut avoir une signification économique. Après la chasse ou le combat, les hampes dont seule l’armature s’était brisée devaient être récupérées chaque fois que possible. Contrairement à la pointe de pierre qui peut être reproduite en quelques minutes, la hampe nécessite un travail de préparation et de fabrication beaucoup plus long. En les ramenant sur le site d’habitat, on ôtait la partie proximale de l’armature cassée, pour en fixer une neuve. Cette pratique courante a été mise en évidence dans le site 34, zone I, du programme San Luis Potosí.

36Si l’on ajoute à cela les cassures fraîches dues à un accident de fouille ou de transport, des irrégularités de patine résultant d’un lavage excessif, des usures provoquées par des manipulations dans des conditions de stockage précaires (l’obsidienne y est très sensible), on allongera davantage la liste des stigmates décrivant, cette fois, l’histoire récente de l’objet.

37Dans son moindre détail morphologique, il peut contenir une information importante concernant l’habileté, l’activité, le mode de vie, l’époque, la personnalité de ses fabricants-utilisateurs... et de ses découvreurs modernes.

LA NOMENCLATURE DE CLASSIFICATION

38L’ensemble des données technologiques, morphologiques, fonctionnelles et stylistiques rassemblées sous une terminologie aussi précise que possible, vise un but essentiel dans l’optique actuelle : isoler les facteurs permettant d’établir, après leur description, des relations prévisibles de cause à effet. Ces relations prévisibles entre la forme de la pièce et la technique de taille employée, ou bien entre la forme et les traces d’utilisation, amènent à considérer les séries de critères établissant des séparations, des définitions abstraites qui donneront la classification.

Image 1000000000000193000000E764F57222EEC8CE74.jpg

Figure 31 - La nomenclature générale (c/. aussi A. Garcia Cook 1967).

39La nomenclature utilisée ici pour effectuer ces coupures indispensables à l’approche anthropologique, s’inspire de celles qui sont le plus volontiers utilisées au Mexique (c/. figure 31). Assez largement inspirée des travaux de S. Semeonov (1964...) et de G.B. Korobkova (1965, 1972...) elle présente surtout l’intérêt de rendre claire la relation entre la forme de l’objet et sa fonction, en insistant beaucoup il est vrai sur cette dernière (cf. figure 32).

40Quelques adaptations ont été apportées à ce niveau en supprimant notamment des imimprécisions : fonction “spécifique” pour la catégorie, forme “générique” pour la famille, forme “spécifique” pour le type, par exemple. L’importance donnée par l’école marxiste à la fonction (pour l’interprétation des modes de production), a été conservée dans l’ensemble, surtout par commodité au niveau des comparaisons avec d’autres assemblages lithiques mexicains (J.L. Lorenzo 1965, A. García Cook 1967, R.S. MacNeish et A. Nelken Temer 1967, B. Brannif et A.M. Crespo 1975, Kuniaki Ohi 1975, R. García Moll 1977, C. Niederberger Betton 1976 etc.). Quoiqu’il en soit, cette nomenclature reste très proche de celle utilisée en Europe.

41En ce qui concerne, à présent, la classification, la notion de “type” stylistique, “diagnostique” d’une particularité “chronologico-culturelle”, pour aussi répandue qu’elle soit en Europe, me paraît tout à fait inapplicable au Mexique, pour deux raisons :

Image 100000000000029000000213D35CD4B477704B62.jpg

Figure 32 - La nomenclature fonctionnelle des catégories.

  • D’abord parce qu’elle ne paraît guère souhaitable telle qu’elle est. Au lieu d’organiser, de regrouper, elle disperse et particularise (cf. M. Brézillon 1977, p. 16) favorisant ainsi un foisonnement de types particuliers dont le bien-fondé n’est pas toujours clair. La typologie des pointes de flèches de Texas, aux Etats-Unis, est un véritable monument dédié à cette formule presque “esthétique” de classification (D.A. Suhm et A. Krieger 1954). Ce travail imposant et parfaitement documenté d’ailleurs, est difficile à utiliser comme référence, du fait que les critères définissant chaque type sont variables, non hiérarchisés, volatiles. Reste le nom du type : l’expérience de classification des pointes du Cerro de Silva en 1979 a démontré qu’à un type morphologique unique il était possible de raccorder trois types stylistiques différents de pointes de flèches du Texas, chacun d’entre eux représentant des tranches chronologiques variées. Avec une base typologique plus descriptive, ces inconvénients peuvent être évités.

  • La deuxième raison qui m’incline à ne pas conserver la typologie stylistique est qu’elle fait référence à un découpage chronologique qui n’a pas son équivalent en Amérique, celui du Paléolithique, Mésolithique et Néolithique européens.

42La question de l’importance à accorder en priorité au style ou à la fonction (cf. F. Bordes 1967 et S. Semeonov 1970) ne sera pas abordée. Comme J. Sackett (1973), il me semble préférable de considérer l’objet Ethique comme une combinaison d’éléments d’égale importance.

43Avec toutes ses lacunes, la nomenclature proposée tente de conserver un certain équilibre en donnant une valeur à peu près comparable à chacun des principaux aspects de l’étude Ethique.

LA METHODE DE CLASSIFICATION

44Pour éviter d’avoir à décrire les stigmates dus au transport, lavage et conditionnement du matériel, un soin tout particulier a été accordé à ces derniers. Le lavage s’est fait par flottation dans des passoires en plastique à trous de 2 mm plongées dans des bacs remplis d’eau. Les objets ont donc été nettoyés avec un minimum de manipulations, en conservant intacts les plus petits éclats récupérés en fouilles.

45Après le marquage et le stockage en petites boîtes de carton, la classification s’est faite en cinq étapes :

  1. classement des objets en 17 catégories principales, avec fichage par unité et niveau de fouille ;

  2. calcul des coefficients de densité d’objets Ethiques par mètre cube de terre fouillé ;

  3. calibrage par classes de 1 cm d’intervalle des éclats de débitage ;

  4. classification finale par famille et type, fichage individuel de chaque pièce travaillée, avec mesures de proportions, de dimensions absolues, d’angles, convexités, etc.;

  5. comparaison, sur fiche-histogramme, des fréquences par niveau de fouille pour 13 catégories choisies à partir de la classification antérieure.

Image 10000000000002CD000001F210D658321EB7E355.jpg

Figure 33 - Le classement des pièces en catégories par niveau et unité de fouille.

46Chacune de ces phases est présentée ci-après dans ses grandes lignes ; le raisonnement détaillé et certaines fiches-modèles utilisées sont proposés en annexe.

LE CLASSEMENT DES PIECES EN 20 CATEGORIES

47A partir d’une fiche dont le modèle est donné dans l’annexe A-29, 17 catégories d’objets sont classées et comptées à mesure, par niveau et par unité de fouille (cf. figure 33). Le classement se fait en fonction des définitions préalablement établies dans les annexes A-26, 27 et 28. Les avantages de la fiche sont les suivants :

  • Le fichage donne une uniformité à la description des sites, quels que soient leurs sondages.

  • La position des objets dans un sondage peut être vérifiée ou retrouvée à n’importe quel stade de l’étude.

  • La séquence de chaque fouille apparaît directement sur la fiche dans la colonne des niveaux, ce qui est appréciable pour les stratigraphies artificielles par niveaux de 2 ou 3 cm.

  • Les totalisations en bas des colonnes donnent le nombre exact de chaque catégorie d’objet pour chaque niveau, avec une possibilité de vérification des comptages entre la colonne de droite (total par niveaux) et la ligne du bas (total par catégories).

48Dès lors, il est possible de comparer les fréquences de chaque catégorie d’objets entre unités, niveaux, sondages, sites et zones, en reprenant les informations enregistrées.

49Les fiches de catégories conservent ainsi des données qualitatives (classement) et quantitatives (nombre et position stratigraphique des pièces) uniformisées pour tout le matériel étudié.

LE COEFFICIENT DE DENSITE DE LITHIQUE

50Le coefficient de densité de lithique au m3 de terre fouillé (CD) est une mesure de pondération différente du pourcentage. D’une grande simplicité d’utilisation, elle tient compte du nombre d’objets lithiques, d’une ou de plusieurs catégories en fonction du volume de terre dans lequel ils se situent (cf. figure 34).

Image 10000000000002D0000001DE659BDB5FA57B5592.jpg

Figure 34 - Calcul du coefficient de densité lithique.

51Ce coefficient a été observé en tenant compte des autres données de fouilles. Il faut insister sur le fait qu’il n’est qu’une mesure de pondération supplémentaire. Dans le site V 28, par exemple, il montre deux points privilégiés pour la taille du lithique qui se distinguent du reste du site par leurs coefficients de densité nettement plus élevés. Cette mesure est avant tout significative de l’intensité d’une occupation dont la nature et la durée restent à déterminer.

52Quelles que soient la surface et l’épaisseur de terre fouillées, cette donnée rend possible la comparaison des différents sites entre eux, sur la base d’une mesure unique : le mètre cube.

53Par exemple, les pointes bifaces A (cf. annexe A-29) peuvent être comparées quantitativement entre deux sites. Si l’on observe de ce point de vue II 26 ABCD et I 9 EFGH, cela donne :

II 26 ABCD

I 9 EFGH

nombre de pointes bifaces A

5

5

mètres cubes fouillés

5,25

1,1

coefficient de densité de p.b. A

0,95

4,54

54Pour le volume de terre fouillé, II 26 contient finalement très peu de pointes bifaces A, tandis que I 9 en présente un assez bon nombre.

55Un autre exemple : celui des sites I 13 et IV 37, qui ont donné un nombre de vestiges Ethiques assez comparable mais dont les coefficients de densité sont très différents :

I13

IV 37

nombre total d’objets lithiques

320

294

mètres cubes fouillés

0,98

2,44

coefficient de densité

326,53

120,49

56Le coefficient fait donc ressortir des contrastes ou des ressemblances entre sites, dont l’interprétation doit s’appuyer sur d’autres données de fouilles.

57François Bordes (1950, p. 29) proposait un coefficient appelé “indice Levallois”, calculé à partir du cumul des objets représentant cette “technique” dans les différents niveaux d’un même gisement. Bien que le procédé soit différent de celui-ci, l’idée de disposer d’un repère comparatif autre que le simple pourcentage demeure la même.

58Après le classement en 17 catégories et le calcul de leurs coefficients respectifs, l’étude passe au stade de la classification par familles et types morphologiques et de la prise de dimensions par des techniques particulières.

59Les éclats de débitage sont, en général, extrêmement nombreux dans les sites Ethiques. Leurs dimensions absolues donnent aussi des informations intéressantes si elles sont comparées entre les différents sites.

Image 10000000000003F4000001C3B0CB16CF684D58B7.jpg

Figure 35 - Le calibreur de dimensions maximales.

Image 100000000000021F0000018EDA27F266C8B13B25.jpg

Figure 36 - L’utilisation du calibreur en centimètres.

LE CALIBRAGE EN CENTIMETRES DES ECLATS DE DEBITAGE

60Le système utilisé est simple (<cf. figure 35). Il est constitué d’un compas d’épaisseur en continu qui donne des résultats que l’on peut juger bons. Sur huit mille pièces calibrées par ce moyen, puis mesurées ensuite une à une au pied à coulisse, la marge d’erreur constatée est de Tordre de 3,22 %.

61Le calibrage se fait en faisant glisser les pièces présentées dans leur longueur maximale entre les deux règles formant compas, depuis l’intervalle le plus large en direction du plus étroit (cf. figure 36). Quand l’objet est arrêté par les bords du compas, on le laisse descendre verticalement pour le poser dans le caisson à compartiments qui se trouve dessous.

62Chacun des compartiments correspond à un intervalle de classe de dimensions. L’intervalle est défini par la distance entre le bras du compas qui est fixé sur le bord proximal du caisson et le bras articulé, qui est réglable sur deux positions. La première correspond à un intervalle de 1 cm entre les parois successives des compartiments situés au-dessous. La deuxième position donne un intervalle de 0,5 cm pour chaque compartiment. Une fois le compas en place, les séparations des compartiments entre les deux règles forment des trapèzes dont les deux côtés parallèles ont une différence de longueur, l’un par rapport à l’autre, de 1 cm ou de 0,5 cm, selon la position du bras mobile. Cette différence correspond à l’intervalle choisi pour le calibrage des pièces.

63En un peu moins d’une demi-heure on peut calibrer ainsi 2 000 pièces que l’on compte ensuite par compartiment, après ouverture du volet antérieur. Les pièces sont placées dans des sachets par classe de dimension et les résultats sont notés à mesure sur une fiche à colonnes correspondant aux classes enregistrées (0-1 cm, 1-2 cm, etc.). Les épaisseurs maximales peuvent être également calibrées.

64L’instrument est en bois, avec un épais matelassage de mousse de polyester au fond de chaque compartiment, pour y déposer les objets.

65Une fois cette opération terminée, la matière première, la forme générale, la forme du talon et celle du conchoïde sont étudiées en reprenant les pièces par classes de dimensions calibrées, pour chaque provenance particulière, dans les sites choisis.

66En ce qui concerne les éclats utilisés, avec ou sans retouche, et les pièces bifaciales, leur étude sur “fiche d’objet” a tenu compte d’un nombre supérieur de variables ou facteurs descriptifs (cf. annexe A-30) dont la liste était établie à l’avance et codifiée (cf. annexe A-31). Les différentes rubriques de cette liste ont été fixées sur un panneau et conservées sous les yeux pendant toute l’opération de prise de mesures et de description d’attributs qualitatifs.

Image 100000000000016100000168C2E4598588BDCA6A.jpg

Figure 37 - Le mesureur d’angles d’A. L.-Emperaire.

Image 10000000000001CE000001D1486313C88BEA76CD.jpg

Figure 38 - Le mesureur de convexités.

67La prise de mesures fait intervenir trois instruments destinés à la rendre uniforme tout en réduisant les délais nécessaires.

LES MESURES D’ANGLES

68Pour les mesures d’angles d’incidences, de pénétration ou de chasse, j’ai adopté directement le petit instrument proposé par A. Laming-Emperaire (cf. P. Plumet 1979, p. 71) qui est commode précis et facile à reproduire (cf. figure 37). Le fait qu’il donne des mesures par classes de 10° le rend tout à fait compatible avec le système de fichage codifié auquel le mesureur présenté par E.N. Wilmsen (1968, p. 985) se prête moins bien.

LES MESURES DE CONVEXITES

69Elles ont nécessité la mise au point d’un petit instrument qui convient également au système de codification puisqu’il donne des valeurs calculées à partir du rayon de cercle par classes de 1 cm d’intervalle. Le plus petit rayon mesure 1 cm et le plus grand 12 cm.

70Des quarts de cercles représentant ces différents rayons sont découpés dans des carrés de liège d’environ 5 mm d’épaisseur. Leur superposition correspond à des concavités numérotées d’après le rayon de leurs cercles respectifs de 1 à 12 (cf. figure 38). Une fois fixées les unes sur les autres, elles donnent le rayon de courbure de la partie considérée, pour un intervalle de classe de 1 cm. Le mesureur de convexité peut être adapté également à des mesures de courbure par demi-centimètre.

Image 1000000000000177000001C2527565A99203357D.jpg

Figure 39 - Le calibreur de proportions.

MESURES EN MILLIMETRES ET MESURES DE PROPORTIONS

71Un “margeur”, utilisé pour le tirage des photos en laboratoire, a été adapté pour prendre un ensemble de mesures absolues et relatives en moins de 2 minutes par pièce.

72Ce calibreur de proportions comprend une tablette avec équerre latérale fixe et deux réglettes mobiles, perpendiculaires une à une à chacun des côtés de l’équerre (cf. figure 39). Placée dans l’angle formé par celle-ci, une pièce sera cadrée dans ses plus grandes dimensions en amenant les réglettes à son contact (cf. figure 40).

Image 100000000000017A000001A3DF85DF897CE2A065.jpg

Figure 40 - Une pièce lithique posée horizontalement sur le calibreur.

Image 100000000000017F000001A0304B75108313D2ED.jpg

Figure 41 - La même pièce posée verticalement sur le calibreur.

73La lecture des plus grandes dimensions en longueur et largeur se fait directement sur chacun des côtés de l’équerre. Pour avoir l’épaisseur maximale il faut poser la pièce verticalement et abaisser la réglette supérieure. Deux plaquettes fixées sur les réglettes mobiles enserrent la pièce à la manière d’un pied à coulisse (cf figure 41).

74Les dimensions relatives de l’objet sont données directement par des cibles fixées sur la tablette. A chaque lecture de dimension en millimètres sur l’équerre correspond une lecture de dimension relative sur la tablette, au niveau de l’intersection des réglettes du côté de l’objet (cf figure 42). En bref :

    • En posant la pièce sur son revers, ses dimensions en millimètres sont lues sur les côtés de l’équerre et son rapport largeur/longueur à l’intérieur de l’intersection des réglettes.

    • En posant la pièce sur sa base, son épaisseur est lue sur le côté gauche de l’équerre et son rapport épaisseur/largeur à l’intérieur de l’intersection des réglettes.

    • Généralement, les rapports de dimensions se calculent en tenant compte du périmètre de l’objet qui, divisé par une dimension absolue considérée (largeur, épaisseur,...), transforme celle-ci en dimension relative. C’est une opération longue qui peut devenir impraticable quand le nombre de pièces à étudier est élevé.

75Si l’on peut se contenter de proportions calculées par intervalles, il suffit alors de définir ces derniers et de les transposer géométriquement sur des cibles où leur progression arithmétique sera visualisée (c/figure 43).

76A chacun de ces intervalles, dans la solution proposée ici, correspond une valeur indicée de 1 à 7, pour la proportion largeur/longueur (1 : très large, 2-3 : large, 4-5 : étroit, 6-7 : très étroit) et une valeur indicée, de 1 à 7 également, pour la proportion épaisseur/largeur (1 : très épais, 2-3 : épais, 4-5 : mince, 6-7 : très mince).

77De la même façon, en considérant la largeur maximale de l’objet et sa largeur à la base, il est possible de calculer leur rapport. La visualisation, par classes indicées, est obtenue au moyen d’une autre cible (c/. figure 43 partie supérieure droite et figure 44). Posée sur le revers, au contact avec les plaquettes verticales qui limitent l’angle supérieur droit de la tablette, la pièce est orientée selon son axe de percussion. Celui-ci doit être aussi perpendiculaire que possible à la base du calibreur. L’indice du rapport largeur à la base/largeur maximale est lu directement au point de jonction de la base et du bord droit (1 : base très large, 2-3 : large, 4 : étroite, 5 et plus : très étroite).

78Le raisonnement et les définitions mathématiques de chacune de ces valeurs indicées (l/L, é/l, lp/l) apparaissent en détail dans l’annexe A-32.

79Des indices de proportions destinés à définir les lames ont été proposés par A. Leroi Gourhan (1977, p. 250) dans un souci d’harmonisation des critères descriptifs. Ils sont repris sans aucune réserve dans ce système, sous la forme des indices l/L no 6 y 7. G. Laplace (1974, p. 93) cite, de son côté, des “calibres typométriques de Bohmers”, basés sur des proportions largeur/longueur par classes de 1/5 à partir du modèle géométrique du carré. Cela se rapproche assez du système décrit ici. Annette Laming-Emperaire (cf. P. Plumet et al. 1979) proposait, par ailleurs, une cible appelée “abaque”, destinée à donner des mesures de proportions.

80L’idée de A. Leroi-Gourhan est la seule qui soit vraiment intervenue dans la mise au point du calibreur présenté plus haut. C’est en cherchant, après son utilisation, d’éventuelles références sur ce sujet que j’ai pu prendre connaissance de tentatives similaires de systématisation. Quoiqu’il en soit, l’avantage de ces mesures réside dans le fait que, selon les régions, les assemblages et leur chronologie, des modules de proportions peuvent révéler des techniques de taille et des formes d’outillage plus ou moins élaborées.

Image 100000000000037700000200F05154EDF3F6ECF7.jpg

Figure 42 - La pièce posée à plat sur la cible et le point de lecture de ses dimensions relatives ; a) largeur (A’), longueur (B’). Verticalement, b) épaisseur (C’), largeur (B’).

Image 100000000000033000000479F1A6210E0DAE8EDB.jpg

Figure 43 - La cible posée dans le calibreur pour le calcul des proportions des pièces.

81On sait que les constantes qui caractérisent un assemblage, géographiquement et chronologiquement, peuvent exister aussi au niveau des fréquences de certaines catégories de pièces en stratigraphie et parfois même en surface.

FICHE GRAPHIQUE

82Pour observer ces fréquences par catégories d’objet, une fiche-graphique a été mise au point (cf. figure 45). Les 13 catégories qui offrent les plus grandes variations numériques d’un site à l’autre y figurent, sous forme de chiffres dans les colonnes et sous forme de graphe dans la plage supérieure. Pour les niveaux et les totalisations de catégories en bas de fiche, le matériel en obsidienne est dissocié du reste.

83Dans la dernière colonne de droite, les chiffres correspondent aux coefficients de densité d’objets par niveau, sans différenciation de matière première. La visualisation de l’ensemble des coefficients comparés pour la céramique, le lithique divers et l’obsidienne de la fouille complète, apparaît sous forme de trames alternées dans la colonne en haut à droite, en référence à l’échelle de pourcentages opposée.

84La fiche donne les fréquences absolues et relatives des catégories d’objets observés, selon leur position stratigraphique ; elle informe aussi sur la densité de matériel lithique recueilli dans chaque niveau et sur la représentativité comparée de l’obsidienne, de la céramique et du lithique divers.

85Ces fiches-graphiques permettent de comparer les différents sondages d’un même site ou de différents sites entre eux.

86Les rectangles dans la plage quadrillée correspondent, comme cela sera explique a la fin du chapitre, aux intervalles de variation des trois catégories Ethiques qui différencient les sites selon leur appartenance culturelle proposée.

Image 10000000000001480000019E14FBB21C063BBB08.jpg

Figure 44 - Lecture de l’indice de largeur à la base.

Image 10000000000002F00000048AAFAF3A79E897BB9B.jpg

Figure 45 - Exemple de fiche-graphique.

EN RESUME

87Le système est basé sur :

    • un ensemble de caractères mesurés

    • un ensemble de caractères observés

    • un jeu de fiches descriptives.

  1. Les caractères mesurés sont répartis par classes de :

  • mesures absolues (cm)

  • mesures relatives (indices)

  • mesures d’angles

  • mesures de convexité.

  1. Les caractères observés reposent sur une terminologie générale et une nomenclature préétablies, concernant :

  • la matière première

  • la technologie

  • la morphologie

  • la fonction.

  1. Les fiches descriptives qui sont utilisées successivement pendant l’étude sont les suivantes :

  • fiche de 17 categories, par niveau et unité de fouille

  • fiche d’objet, pour la description détaillée de chaque pièce

  • fiche-graphique, représentant les fréquences comparées de 13 catégories de pièces, par niveau fouillé.

88A la fin de la phase descriptive, une vérification des possibilités de taille offertes par les matières premières représentées a été faite, de façon ponctuelle.

LES REPRODUCTIONS DE TAILLE

89Elles sont destinées à étudier quatre aspects particuliers :

  1. comparer les traces d’utilisation portées par des os classés comme retouchoirs, avec celles reproduites expérimentalement par le travail de la pierre sur des instruments modernes comparables ;

  2. calculer la dimension moyenne des déchets de façonnage provenant des pointes de flèches taillées à cet effet, pour savoir à quelles pièces achevées correspondent les éclats de façonnage classés ;

  3. reproduire les formes de certaines pointes de flèches bifaces très petites, pour tenter d’en reconstituer la technologie d’obtention ;

  4. reproduire également certains objets sur éclat pour vérifier les interprétations technologiques suggérées par leurs attributs morphologiques.

90Les informations obtenues sur ces différents points sont proposées à la fin de ce chapitre, avec les résultats de l’étude de l’ensemble du matériel.

LE BILAN TECHNIQUE

    • Classements des objets.

    • Vérification des techniques de taille.

    • Placement chronologique des assemblages lithiques.

    • Définitions de complexes et de faciès culturels.

91Seuls les résultats concernant directement le problème des définitions de groupes culturels et de leurs éventuels contacts seront proposés ici, de façon à rester dans la ligne d’investigation prévue dès le départ. D’autres informations ont été obtenues parallèlement, mais elles sont à la fois trop nombreuses et souvent trop isolées pour être présentées dans le cadre actuel. Elles seront reprises dans un travail ultérieur, avec les compléments de recherche qu’elles suggèrent.

LES RESULTATS TECHNIQUES GENERAUX

92Ils concernent l’ensemble du matériel recueilli pendant le programme, présenté globalement puis séparément pour la reconnaissance et pour les fouilles.

93La figure 46 montre la répartition des différentes classes en quantités absolues par zone étudiée. Les pierres à moudre, percuteurs et objets polis n’y sont pas encore représentés du fait de leur très petit nombre. Les chiffres obtenus sont déformés par la fouille de deux ateliers de taille, dans les zones I et IV. Si l’on fait abstraction de ceux-ci, les ressemblances par zones s’établissent de la façon suivante : [I et II], [IV et V], III isolée.

Image 100000000000037A00000185119B8AC86F6E71D6.jpg

Figure 46 - Tableau récapitulatif du nombre de pièces classées, par classe technologique et zone de provenance, surface et fouilles.

Image 100000000000037B0000016F9B7D753F696D20C2.jpg

Figure 47 - Le matériel de surface. Répartition numérique par classe technologique et zone de provenance, non compris le site I 29.

94Ces groupements sont confirmés par les fréquences des mêmes classes d’objets récoltés exclusivement en surface (cf. figure 47). Les pierres à moudre y sont ajoutées.

95Si l’on observe à présent les résultats donnés par le matériel de fouille (à l’exception des ateliers), l’isolement de la zone III et la ressemblance entre les sites des zones IV et V sont confirmés. Une nouvelle distorsion se produit au niveau de la zone I. Les sites I 39 et I 40 en sont responsables dans la mesure où ils sont en quelque sorte des prolongements de l’atelier I 29 situé à proximité immédiate. Si l’on ne tient pas compte de la grande quantité d’objets produite par ces deux sites, la ressemblance entre les zones I et II demeure confirmée.

96Le regroupement des zones par similitude, au niveau de la typologie des sites (cf. chapitre 1) et des quantités de pièces trouvées en surface, fournit donc le schéma suivant :

    • Zones I et II (sud-ouest de la Région).

    • Zones IV et V (nord et sud-est de la Région).

    • Zones III (est de la Région).

97Si l’on tient compte, encore une fois, de la déformation produite par deux sites de la zone I situés près de l’atelier de taille, les fréquences de treize catégories d’objets trouvés en fouilles (cf. figure 48) font également ressortir les mêmes regroupements : [I et II], [IV et V], III isolée.

    • I et II sont les zones où les sites à lithique dominent, fournissant de ce fait le plus grand nombre de pièces ;

    • IV et V, avec beaucoup de sites à industries mixtes, céramiques et lithiques, contiennent du lithique en quantités appréciables mais inférieures à celles des deux zones précédentes ;

    • III, occupée par des sites à monticules, est de très loin celle où le lithique est le plus rare.

98La classification des pièces donne des informations plus détaillées sur ces premiers regroupements géographiques.

Image 1000000000000379000001D58004A4D4E3B3F1DA.jpg

Figure 48 - Le matériel de fouille. Répartition numérique de 13 catégories d’objet par zone, non compris les ateliers I 29 et IV 7.

LES RESULTATS TECHNIQUES PAR CATEGORIE D’OBJETS

99Pour chacune des 17 catégories considérées au départ, un tableau morphologique général des types reconnus et de leurs fréquences relatives respectives est proposé. Quelques brefs commentaires sur leurs particularités selon les zones y sont ajoutés, les détails techniques de chaque catégorie étant donnés par l'annexe A-33 et leurs fréquences chronologiques par la figure 99.

100Le matériel considéré provient de la reconnaissance et des fouilles.

Molettes et pilons

101Leur presque totalité (89 %) est constituée par des galets arrondis utilisés dans leurs formes naturelles ou bien avec une régularisation de la silhouette, en forme subcirculaire, ovale ou subrectangulaire (cf. figure 49).

    • Les molettes subcirculaires présentent les dimensions les plus stables (cf. figure 50), quelles que soient leurs provenances. Elles existent partout, saut dans la zone III. La régularité de leurs formes et de leurs mesures en centimètres pourraient être dues à ce qu’elles sont “à la dimension” d’une main.

    • Les molettes ovales ont des dimensions stables dans leur largeur (cf. figure 51), là où la main les saisit. Elles existent dans toutes les zones, sauf dans la zone III. Ce sont les plus fréquentes mais beaucoup sont fragmentaires.

    • Les molettes subrectangulaires sont moins régulières que les précédentes au niveau des dimensions (cf. figure 52). On les rencontre également partout, sauf dans la zone III.

    • Les molettes sur galets naturels sont celles dont les dimensions sont les plus variables. Elles n’existent pas dans la zone III, mais on les trouve dans les autres zones.

Image 10000000000003BA0000033D5BC1952D03354CCA.jpg

Figure 49 - Molettes et pilons. Typologie morphologique et fréquences relatives.

Image 10000000000001FC000000B10E76210094B8DDC7.jpg

Figure 50 - Molettes subcirculaires : superposition de silhouettes.

Image 100000000000020D000000F5199B9F571850FD8A.jpg

Figure 51 - Molettes ovales : superposition de silhouettes.

Image 100000000000022100000109DDB47E451111CA9D.jpg

Figure 52 - Molettes subrectangulaires : superposition de silhouettes.

102L’ensemble des molettes courtes (galets subcirculaires, ovales et subrectangulaires) est pour 58 % en andésite, 36 % en basalte et 6 % en rhyolite.

    • Les molettes-fuseaux, dont la section rectangulaire est due à l’usure, sont en basalte et proviennent de la zone III, exclusivement.

    • Les pilons ovales ont été retrouvés exclusivement dans la zone I, à proximité de sites contenant des rochers à cupules (cf. chapitre 3).

    • Le petit pilon campaniforme provient de la zone IV. Sa forme indique qu’il était utilisé comme broyeur dans un petit mortier.

Meules et mortiers

103La plupart des meules (86 %) sont des dalles de rhyolite rencontrées dans la nature soit sous forme de plaques, soit sous forme de très grands galets plats. Une seule face est usée, en creux (cf. figure 53). Les pièces complètes ont des dimensions très variables (cf. figure 54). Elles n’existent que dans les zones I. II et V.

Image 10000000000003B200000205A299FC12D48414E5.jpg

Figure 53 - Meules dormantes. Typologie morphologique et fréquences relatives.

Image 1000000000000295000001D5F4F9DF8B08B9B444.jpg

Figure 54 - Meules-dalles : superposition de silhouettes.

104Les meules rectangulaires (cf. figure 53) sont en andésite, toutes fragmentaires à bords biseautés. On ne les rencontre que dans la zone III. Leur forme est typiquement mésoaméricaine (cf. A. Nelken Temer 1968), alors que celle des meules-dalles est courante dans les déserts du nord (Aveleyra Arroyo de Anda et al. 1956).

105Les meules rectangulaires, appelés de nos jours huilanches, sont encore utilisées pour broyer le mais, à l’aide de molettes-fuseaux. Les meules-dalles ne sont plus du tout en usage. Elles servaient encore au début du siècle (cf. W. McGee 1980) dans les déserts du Sonora, au nord-ouest du Mexique pour broyer des graines sauvages à l’aide de molettes courtes.

106Les mortiers sont présents partout, sauf dans la zone I. Le type sur gros galet de rhyolite (cf. figure 55) présente des formes très irrégulières. On le rencontre en association avec les pilons campaniformes. Les types ovale et circulaire à supports n’existent que dans la zone III, dans les sites mésoaméricains. Le type ovale est peut-être un vase à fonction particulière mais ses conditions de découverte n’apportent pas d’information sur ce point.

Image 10000000000003AA000001957C541F860B363C2B.jpg

Figure 55 - Mortier. Typologie morphologique et fréquences relatives.

Nucléus

107Les nucléus sont assez répandus dans toutes les zones, quelle que soit leur forme, à l’exception du type polyédrique régulier (cf. figure 56) que l’on ne trouve que dans la zone III. Ceux-ci, toujours en obsidienne, sont très caractéristiques des assemblages Ethiques mésoaméricains (cf. F. Müller 1967) au Mexique. Les nucléus amorphes sont de simples blocs mal dégrossis, des sortes d’ébauches. Le type globulaire à plate-forme, qui est très courant, est surtout approprié à l’extraction d’éclats laminaires. Il est représenté parfois par des spécimens de petite taille, d’environ 4 centimètres de hauteur moyenne, probablement destinés à la fabrication de lames très courtes (cf. microblades, R. Bonnichsen 1978), dont on tire d’excellentes pointes bifaciales. Les deux autres types de nucléus sont surtout adaptés à l’extraction d’éclats courts à talon lisse, dièdre ou irrégulier.

Image 10000000000001D500000206B892540990B5C28E.jpg

Figure 56 - Nucléus. Typologie morphologique et fréquences relatives.

Eclats de débitage et de façonnage

108Ils sont particulièrement nombreux dans les zones I et II (cf. figures 46 et 47), bien représentés dans les zones IV et V très rares dans la zone III.

109Leurs formes sont extrêmement variables mais leurs dimensions obéissent à certains modules, selon qu’ils proviennent d’ateliers ou de sites d’habitat. Ces aspects sont traités en fin de chapitre car ils font directement partie de la classification des sites.

110Les éclats de façonnage suivent la hiérarchie numérique constatée pour l’ensemble du matériel lithique sauf pour les lames prismatiques :

Zone :

I

II

III

IV

V

Eclats de façonnage, n :

5 055

1 645

24 1

406

1 266

111Leur presque totalité est constituée de déchets de fabrication de couteaux bifaciaux, avec des dimensions variant entre 10 mm et 25 mm.

Grattoirs

Image 1000000000000383000004161524EB051D2D5ECD.jpg

Figure 57 - Grattoirs. Typologie morphologique et fréquences relatives.

112Les types morphologiques des grattoirs sont très variés (cf. figure 57), la forme trapézoïdale étant la plus commune (42,5 %). Les parties utiles convexes dominent clairement. A l’exception de quelques types présentant des formes élaborées (éllipsoïdaux, circulaires, semi-circulaires et pédonculés), la grande majorité de ces objets dérive d’éclats épais et courts, à talons larges et lisses, tirés de nucléus à plate-forme. La retouche marginale est généralement restreinte à une partie de bord.

113Dans l’ensemble, ces pièces semblent avoir servi assez peu, si l’on tient compte de rares exemples de réaffûtage observables et de leurs traces d’utilisation peu marquées. Comme beaucoup d’objets sur éclat, ceux-ci devaient être taillés sur place, chaque fois que leur utilisation était nécessaire, puis jetés aussitôt après.

114Cette catégorie de pièces offre une répartition à peu près égale dans toutes les zones sauf, là aussi, dans la zone III, où elle est très peu fréquente.

Racloirs

115Ils constituent les 28 % des pièces sur éclat trouvées en fouilles. Leur catégorie présente la plus grande variété de formes de la classe considérée. Elle est proposée en deux subdivisions.

116La première famille, sans système de fixation, est formée par des types à formes peu répétitives (c/. figure 58) représentée par des éclats à talons lisses, punctiformes, ou grossièrement facettés, tirés de nucléus à plate-forme et de nucléus irréguliers à plan de frappe linéaire. Cette famille offre peu d’exemples de retouche. Le plus souvent les bords sont simplement écaillés par l’utilisation, sur une seule face. Les formes irrégulières sont particulièrement nombreuses (32,5 %). Ce sont des pièces fabriquées sur le moment pour une utilisation passagère puis abandonnées sur place, dans la plupart des cas.

117La deuxième famille, avec système de fixation, est constituée, au contraire, de formes nettement répétitives (cf. figure 59) de fabrication soignée, avec une retouche périphérique complète, obtenue par pression. Leur usure révèle une utilisation prolongée. Cette usure apparaît curieusement sur l’avers des pièces sous forme de lustre (cf. figure 60). Les mêmes objets trouvés encore emmanchés dans la grotte de la Candelaria (Etat du Coahuila, cf. Aveleyra Arroyo de Anda et al. 1956) ont été interprétés comme ayant pu servir à racler l’intérieur des calebasses utilisées comme récipients à eau (guajes). La dimension de l’ouverture du guaje, encore utilisé de nos jours, est nécessairement petite, de façon à pouvoir la fermer avec un bouchon de bois. Ceci justifierait les dimensions réduites de cette famille de racloirs et la longueur des manches sur lesquels on les fixait (cf. figure 61) à l’aide de nerfs et de cordelettes de peau. Il faut voir aussi que l’activité proposée pourrait expliquer la présence du lustre d’usure, si l'avers de l'objet restait en contact constant avec les parois de la calebasse pendant le raclage.

118Contrairement aux autres pièces sur éclat, celles-ci ne se rencontrent que dans les secteurs au nord et à l’ouest de la Région. Elles n’existent ni dans la zone III, ni dans la zone V.

Image 10000000000003800000049FFF8B9B8FF4336BBB.jpg

Figure 58 - Racloirs. Famille sans système de fixation, typologie morphologique et fréquences relatives.

Image 10000000000003890000032EAA906AC3A0B58359.jpg

Figure 59 - Racloirs. Famille avec système de fixation, typologie morphologique et fréquences relatives.

Image 100000000000017400000336880222792092E982.jpg

Figure 60 - Racloir convexe à encoches latérales de fixation et base convexe. Echelle 1 x 1 en haut ; échelle 1 x 5 en bas, où l’on peut voir l’usure sous forme de lustre d’un détail de la partie distale.

Image 100000000000019C0000033A8DE8607255206F7D.jpg

Figure 61 - Racloirs convexes à encoches latérales trouvés avec leurs manches en bois dans un site du Coahuila (d’après Aveleyra Arroyo de Anda et al. 1956).

Couteaux sur éclat

119Ce sont de simples éclats de débitage à un ou deux bords tranchants, dont les formes sont assez comparables à celles des racloirs (cf. figure 62).

120Leur utilisation devait être également très passagère. On les rencontre surtout dans les zones I et II, IV et V. Ils sont très rares dans la zone III (2 pièces seulement).

121Ils sont soit utilisés pour leur tranchant naturel soit retouchés pour donner à la partie active une forme particulière. Les traces d’utilisation sont en forme d’écaillures bifaciales, d’abrasion ou même de polissage, comme on peut le voir dans la figure 63 pour une pièce dont les dimensions sont pourtant très réduites.

Image 100000000000037A000003AED7A2E98C74A2EBD1.jpg

Figure 62 - Couteaux sur éclat. Typologie morphologique et fréquences relatives.

Image 10000000000002C30000030AD7CFABA6AC5ED5F5.jpg

Figure 63 - Couteau sur éclat trapézoïdal rectiligne : échelle 1 x 1 ; détail du bord droit à l’échelle 1 x 7 : usure du tranchant.

Eclats denticulés (scies)

122Les formes de cette catégorie sont particulièrement irrégulières (cf. figure 64) mais la retouche en dents de scie indique un travail de préparation que l'on rencontre rarement dans les catégories précédentes. Les éclats denticulés suivent le schéma général de répartition géographique des autres outils sur éclat, très nombreux dans les zones I et II ; on les rencontre encore assez souvent dans les zones IV et V et plus du tout dans la zone Ill, dont la particularité est ainsi largement confirmée au niveau de la typologie des pièces.

Image 100000000000038E00000381E32D94A590D856A3.jpg

Figure 64 - Eclats denticulés. Typologie morphologique et fréquences relatives.

Eclats laminaires

123Ils sont assez nombreux (16 % des pièces sur éclat), surtout dans la zone I, un peu moins dans les zones II, IV et V et demeurent très rares dans la zone III. Leurs sections sont le plus souvent trapézoïdales à irrégulières. Les talons sont lisses, facettés ou punctiformes.

Lames prismatiques

124C’est ainsi que l’on désigne au Mexique les lames d’obsidienne obtenues par pression (cf figures 23 et 24), à partir de nucléus “linguiformes”, subconiques allongés à extrémité distale un peu aplatie. Leur technologie, qui est également connue dans le Néolithique européen (cf. Robin Torrence 1979) est surtout représentée au Mexique dans l’aire mésoaméricaine. Ces objets y étaient fabriqués industriellement et faisaient partie des produits finis exportés dans d’autres aires comme valeurs négociables.

125Leurs fréquences par zones sont assez édifiantes, dans la Région :

Zones :

I

II

IV

V

Lames prismatiques, % :

11

0

67

0

22

126Contrairement aux autres pièces classées, celles-ci sont largement majoritaires dans la zone III. Le simple fait qu’elles existent dans les zones I et V est une information dont on verra l’intérêt à la fin de ce chapitre.

Image 10000000000003B5000001F101467F489BC153B1.jpg

Figure 65 - Lames prismatiques ; de gauche à droite : exemplaire fragmentaire et variations en longueur/largeur (longueurs fragmentées), variations en épaisseur-largeur, pour les pièces étudiées.

127Leur technologie est assez bien contrôlée, si l’on considère les variations en largeur et épaisseur (c/. figure 65), leurs longueurs étant toujours incomplètes. La section est trapézoïdale dans la majorité des cas, rarement triangulaire. Les tonalités de couleur du matériau vont du gris transparent au noir opaque, un seul exemplaire étant gris-vert. Il semblerait que cette couleur d’obsidienne ait été particulièrement recherchée pendant le Classique moyen et récent (entre 200 ap. J.-C. et 880 ap. J.-C.) dans la vallée de México (cf. M. Spence 1978) ; ce choix a été mis en évidence à Teotihuacán en utilisant des moyens statistiques (cf. M.H. Ruiz Aguilar 1981, p. 142 : test de x2). Les lames prismatiques apparaissent pratiquement dans toutes les publications sur l’archéologie mésoaméricaine.

Pointes sur éclat

128Comme les autres pièces sur éclat, à l’exception des lames prismatiques, celles-ci sont très abondantes dans les zones I et II, nombreuses dans les zones IV et V et très rares dans la zone III. Ce sont des objets de forme assez peu variable (c/figure 66). Quelques exemplaires présentent des retouches mais la majorité offre des bords naturels. Les traces d’utilisation sont très diverses et localisées à différents endroits des pièces : écaillures distales, abrasion latérale, etc., semblent indiquer des fonctions multiples.

Image 1000000000000381000001CD597A8F9F89703E13.jpg

Figure 66 - Pointes sur éclat. Typologie morphologique et fréquences relatives.

Perçoirs

129Les plus communs sont des éclats trapézoïdaux à pointe déjetée finement retouchée (cf. figure 68). Leurs fréquences par zone suivent celles de l’ensemble des éclats à l’exception des lames prismatiques, c’est-à-dire qu’ils n’existent pas dans la zone III.

130Certains sont très petits et peuvent avoir été utilisés pour percer des ornements en coquillages. Les traces d’utilisation sont toujours bifaciales, au niveau de la pointe perforante (cf. figure 67).

Image 1000000000000378000002D282037E7A68102B28.jpg

Figure 67 - Perçoir sur éclat amorphe, en obsidienne. Détails de l’avers a et du revers b à l'échelle 1 x 7 et vue d'ensemble c a l’échelle 1 x 1.

Image 1000000000000389000001AA07BB2B95A58CA5DC.jpg

Figure 68 - Perçoirs. Typologie morphologique et fréquences relatives.

Pointes burinantes

131Ces objets suivent la même répartition géographique que les perçoirs et n’existent donc pas dans la zone III. Leurs formes sont assez variées (cf. figure 69) bien que le biseau tranchant soit presque uniformément sur l’avers, dégagé par quelques retouches abruptes le plus souvent. Dans les zones où l’on rencontre cette catégorie d’objets, les fouilles ont montré un travail de l’os, découpé et gravé, assez important. Le biseau présente soit des microécaillures bifaciales (cf. figure 70) soit des traces d’abrasion nettement marquées. Les microécaillures sont souvent difficiles à différencier des retouches.

132Sur cet aspect particulier, les recherches de I.S. Zeiler (1981) montrent que les modifications tertiaires (réaffûtages) risquent fort de créer de fausses typologies. Celle qui est présentée ici reste confinée aux traits morphologiques généraux donnés par les modèles géométriques utilisés pour décrire toutes les catégories de matériel. La plupart de ces pointes burinantes se caractérisent par un tranchant transversal (cf. D. de Sonneville-Bordes et J. Perrot 1956 ; G. Onoratini 1980, etc.), présentant ainsi une grande uniformité au niveau de leur partie active. De façon presque systématique, par ailleurs, l’un des bords de l’éclat a été utilisé comme racloir.

Image 100000000000037D000002E62A78864A92718C34.jpg

Figure 69 - Pointes burinantes : typologie morphologique et fréquences relatives.

Image 100000000000037E000001A9991304C278835640.jpg

Figure 70 - Pointe burinante trapézoïdale à pointe orientée vers le haut. Vue de détail de l’avers, à gauche, à l’échelle 1 x 10 et vue d’ensemble, à droite, à l’échelle 1 x 1.

Pointes de flèche bifaces

Image 1000000000000333000003E9AE6B184B58D78CC9.jpg

Figure 71 - Pointes de flèche bifaces. Typologie morphologique.

Image 1000000000000378000001D4CE63458E5ED51744.jpg

Figure 72 - Pointes de flèche bifaces : fréquences absolues et relatives par famille de forme et zone.

133Elles sont classées à partir de la grille morphologique proposée en 1977 pour le Cerro de Silva (S.L.P.). Les seules modifications apportées concernent les formes denticulées, D2i et E2i, qui n’existaient pas dans la collection du Cerro de Silva. La grille est donc reprise ici avec l’ensemble des types morphologiques (cf. figure 71). Ceux qui ont été trouvés au cours de ce programme sont signalés par un point sous le dessin du type.

134Les fréquences par familles de forme (A, B, C...G) sont données dans la figure 72. Les fréquences par types morphologiques apparaissent dans l’annexe A-34. Les dimensions les plus représentatives, dans la Région, pour chaque famille de forme (moyenne x et écart type o des effectifs réels) sont proposées dans l’annexe A-35.

135Les pointes de flèche bifaces recueillies à Río Verde par D. Michelet (1984 pp. 359-362) appartiennent aux familles de formes E et G essentiellement, les autres étant très peu représentées numériquement ou bien tout à fait absentes. Leurs mesures moyennes sont de 35 mm de long. Dans ce matériel, les pointes bifaces de la zone III se signalent surtout par leur très petit nombre.

Couteaux bifaces

136Leur répartition géographique dans la Région suit celle des pièces sur éclat, a l'exception des lames prismatiques. L’éventail typologique en est assez large (cf figure 73), les formes sans système de fixation étant les mieux représentées quantitativement.

Image 100000000000037C0000049711A951A14CCFC12C.jpg

Figure 73 - Couteaux bifaces. Typologie morphologique et fréquences relatives.

137Les codifications de formes reprennent celles des pointes de flèche bifaces, puisqu’il ne s’agit que de la silhouette générale, sans tenir compte des dimensions. Ces objets sont souvent très soignés et devaient être conservés longtemps, si l’on en juge par l’usure de leurs bords (cf. figure 74) et par les réaffûtages répétés qui l’effacent partiellement par endroits.

138Ce sont des instruments dont la fabrication exige du temps et un matériau d’excellente qualité. Certains pièces de plus de 15 cm mesurent à peine 2 cm de large, après des réaffûtages répétés. Il s’agit donc d’objets de grande valeur pour ceux qui les utilisaient. Ceci est confirmé par le couteau biface trouvé dans la sépulture du site V 28, qui a conservé sa patine et des restes de la peinture rouge-brun qui le décorait par bandes transversales (cf. figure 75). Les Laguneros du Coahuila, au nord de l’Etat du San Luis Potosí, possédaient aux alentours de l’an 1000 ap. J.-C., des couteaux comparables, dont les manches ont été conservés {cf. figure 76), grâce à l’extrême sécheresse des sites fouillés. Une pâte à base de résines servait à unir les deux parties de l’objet.

Image 100000000000031B00000292CF5CEE295DEEB52A.jpg

Figure 74 - Couteau biface de forme Ab (foliacée) à bords réaffûtés et restes de tranchant usé. Vue générale, à gauche à l’échelle 1 x 1, et détail du tranchant usé, à droite à l’échelle 1 x 10.

Image 100000000000038B00000502B7787BB7C7D0DF03.jpg

Figure 75 - Couteau biface cb, faisant partie de l’offrande de la sépulture du site V 28. Restes de décoration peinte et trace de l'emmanchement.

Image 100000000000015F00000545ACF68347A39084A5.jpg

Figure 76 - Couteau de l’Etat du Coahuila (grotte de la Candelaria) ayant conservé son système de fixation et son manche en bois (cf. aussi Aveleyra Arroyo de Anda et al. 1956).

Herminette, maillet, hache

139Ces catégories d’objets n’existent que dans la zone III. Chaque type morphologique est représenté par un seul exemplaire (cf. figure 77). L’étude de C. Vega Sosa (1976) sur cette famille de pièces et sur sa répartition territoriale au Mexique comprend des pièces 108 comparables à celles-ci, exception faite du maillet trapézoïdal à gorges latérales qui n’existe pas dans sa typologie. L’herminette y est classée comme cepillo (rabot) type Cb, le maillet à gorge périphérique comme hacha con garganta type 2.1 et la hache à gorge comme hacha con garganta type 2. Les traces d’utilisation amènent ici à adopter une nomenclature différente. Les esquillements et martellements très marqués sur le tranchant de la pièce rectangulaire la font considérer comme herminette, tandis que la partie distale plane et bien abrasée des deux maillets explique leur interprétation, d’autres objets du même genre étant bien connus dans le centre nord du Mexique, utilisés pour la taille de la pierre de construction et pour l’extraction de minerai.

Image 1000000000000251000001A81FF96664E88C1B6E.jpg

Figure 77 – Herminette, maillet, hache. Typologie morphologique

Image 10000000000002C600000299DF4BD32CB3C0086F.jpg

Figure 78 - Localisation dans le territoire mexicain des types d’herminettes, maillets et haches reconnus dans ce matériel.

140Des formes d’objets comparables ont été signalées au sud et à l’ouest de l’Etat du San Luis Potosí (cf. figure 78) et à proximité de la Région de l’étude. Leur rattachement à la Mésoamérique est très probable. Les pièces présentées sont la propriété, actuellement, d’habitants de Cerritos qui les ont trouvées en labourant des sites à monticules.

Ornements

141Seuls quelques rares exemplaires de cette famille Ethique ont été retrouvés, la plupart des ornements de la Région étant en coquillage ou en os. La perle circulaire {cf. figure 79) est en calcite blanche et provient de la zone I.

142Sa perforation est biconique et semble avoir été faite avec un perçoir simple. Les deux autres objets ont été retrouvés dans la sépulture du site V 28. Le fragment de mosaïque est une plaquette très mince en turquoise.

143En Mésoamérique, cette catégorie de pièce servait à recouvrir des objets rituels ou de luxe, tels les crânes décorés, les manches de couteaux de sacrifice, etc.

144Dans le nord du Mexique et le sud-ouest des Etats-Unis, on utilisait des plaquettes comparables à celles-ci mais moins régulières, plus convexes, pour rehausser des ornements corporels portés en pendentifs. Le petit cabochon ovale ornait un coquillage (cf. figure 80) trouvé sous la mandibule de l’individu adulte enterré en V 28. Ce type d’ornement rappelle beaucoup ce que l’on utilisait à la même époque (début du XIIIe siècle ap. J.-C.) en Arizona (cf. F. Barnett 1973, p. 10).

Image 10000000000001DA0000012E3484AEB12350E20F.jpg

Figure 79 - Ornements en pierre polie.

Image 100000000000034C000001B8A0A419FDBFD9194F.jpg

Figure 80 - Incrustation de turquoise polie dans un coquillage porté en pendentif (offrande de la sépulture du site V 28).

Vérifications des techniques de taille

145Il s’agissait :

  1. de vérifier si les os à pointes plates trouvés dans la sépulture de V 28 pouvaient être interprétés comme retouchoirs ;

  2. de noter les dimensions moyennes des éclats de façonnage obtenus pendant la fabrication des petites pointes bifaces si répandues dans la Région ;

  3. d’essayer de comprendre la technologie utilisée pour la fabrication de ces petites pointes bifaces ;

  4. de reproduire quelques objets sur éclat pour mieux fonder les interprétations technologiques à partir de leurs caractéristiques formelles.

146La figure 81 montre les principaux instruments utilisés pour la taille et quelques résultats typiques :

• percussion directe dure

1 : percuteur en calcédoine

2 : ébauche bifaciale obtenue en obsidienne

• percussion directe douce

3 : percuteur en cœur de mezquite

4 : percuteur en bois de cerf

5 : grattoir en rhyolite obtenu avec ses éclats de façonnage

• pression à la pointe mousse et à la pointe plate, en os, serties sur des manches en bois

6 : pointe mousse

7 : pointe plate

8 : pointe de flèche biface obtenue avec ses éclats de façonnage

• pression à la pointe en bois de cerf fixée sur un manche en os

9 : pointe d’andouiller

10 : grattoir museau obtenu avec pointe burinante en rhyolite flammée et les déchets de façonnage.

Image 10000000000002F50000028ADBBEA22409CAEDAC.jpg

Figure 81 - Percuteurs et retouchoirs utilisés pour la reproduction des formes classées ; quelques formes reproduites avec leurs déchets de taille (cf. légende dans le texte).

Image 10000000000003AD000003F82CC8DE81C1008618.jpg

Figure 82 - Retouchoir pour la taille par pression. a) retouchoir en cubitus de cervidé, trouvé en fouille ; b) retouchoir reconstitué pour l'expérimentation ; c) agrandissement 1 x 3 du retouchoir archéologique montrant les traces d’utilisation sous la forme de stries diagonales ; d) agrandissement 1 x 5 du retouchoir expérimental, après utilisation et réaffûtage, comme cela est visible dans le précédent (a-c) du bord utile ; e) retouchoir en extrémité d andouiller, trouvé en fouille, avec une interprétation de l’emmanchement.

147Le retouchoir en cubitus de cervidé (cf. figure 82 a et b) montre des striures distales diagonales qui, observées à la loupe binoculaire, au grossissement 1 x 70, présentent des formes de sillons en V. Les striures obtenues sur le même retouchoir fait d’un cubitus de cervidé actuel sont très comparables à celles-ci, en forme, dimension et direction (cf. figure 82 c). L’expérience a révélé l’intérêt de cette forme de retouchoir pour le travail de petites pièces bifaciales. La surface agissante, plus facile à aiguiser pendant le travail que celle des pointes mousses, est encore plus réduite que sur celles-ci. La finesse des éclats de façonnage, surtout quand il s’agit de former des encoches ou des denticules, en est augmentée. Quatre retouchoirs semblables ont été retrouvés dans la même offrande.

148L’extrémité d’andouiller (c/. figure 82 d) semble être plus résistante que l’os et très efficace pour le travail de grandes pièces sur éclat et bifaciales. Quatre objets de ce type se trouvaient dans le site V 28.

149En ce qui concerne la dimension des éclats de façonnage résultant de la fabrication des petites pointes bifaces, on constate qu’elle varie entre 1 et 5 mm, avec une moyenne de 3 mm. Les déchets de façonnage trouvés en fouille, qui mesurent entre 10 et 25 mm proviennent sans doute de grandes flèches et de couteaux bifaces. Pour retrouver les déchets de façonnage des petites pointes il aurait fallu utiliser un crible de moins de 3 mm de maille, le lavage par flottation sur place étant pratiquement impossible à réaliser dans cette Région.

150La fabrication de ces petites pointes si nombreuses dans le matériel classé, a montré par ailleurs l’utilité d’un support à rainure pour maintenir en place l’ébauche pendant le travail (cf. figure 83).

151Les sept fragments de bois de cerf travaillés, trouvés dans l’offrande de la sépulture en V 28 (cf. exemplaire de la figure 84 a) et interprétés comme chasse-lames ont été également reproduits sur bois de cerf actuel et utilisés pour la fabrication d’éclats longs en percussion indirecte, avec des résultats satisfaisants. Les rainures transversales légères qui apparaissent dans la moitié distale de l’objet archéologique existent également sur le chasse-lame expérimental, après utilisation. Elles sont données par la corniche du nucléus, qu’elles heurtent au passage après avoir détaché l’éclat.

Image 10000000000001400000017CEA580CAEF7FC1DD1.jpg

Figure 83 - Le support à rainure destiné à maintenir la pièce en place pendant le travail par pression.

Image 10000000000003A7000002B1F4A3B70930E08B45.jpg

Figure 84 - Chasse-lame en bois de cervidé a et percuteur fait dans le même matériau b provenant de l’offrande de sépulture en V 28 (échelle 1 x 2).

152L’utilisation, enfin, du percuteur en bois de cervidé, tel celui retrouvé dans l’offrande de sépulture, toujours en V 28 (cf figure 84 b) est commode pour le façonnage des grandes pièces sur éclat et bifaciales ; sa forme est classique.

153Au niveau technologique, l’utilisation de la percussion directe dure, de la percussion directe douce, de la percussion indirecte et de la pression au bois de cerf et à la pointe plate en os semble pouvoir être confirmée par les expérimentations de taille pour la zone V, et étendue à l’ensemble de la Région à l’exception de la zone III.

CLASSEMENTS DES SITES

154Le classement des sites repose, d’abord, sur la définition de 3 assemblages Ethiques principaux, grâce aux coefficients de densité, à la comparaison de 13 catégories Ethiques puis des 3 catégories les plus discriminantes parmi celles-ci, dans chacun des niveaux fouillés.

155Dans une deuxième étape, à cette définition d’assemblages principaux sont venues s’ajouter les informations données par les matières premières, la présence de céramique, les quantités de déchets osseux, la forme du site et sa situation topographique.

Les coefficients de densité

156Ils sont proposés en détail dans l’annexe A-36. Des variations assez sensibles apparaissent dans certains sondages entre les niveaux les plus profonds et les niveaux supérieurs. Ces variations se réalisent, de façon presque systématique, par un accroissement des coefficients de densité dans les niveaux d’occupation préhispanique les plus récents, datés par le C14 entre 800 et 1500 ap. J.-C.

157Par ailleurs, les coefficients de densité par site font ressortir les groupements ci-après :

Coefficient de densité

Type du site

Zone

3 169

Grotte

I

2 185

Grotte

I

2 049

Grotte

I

1 982

Champ de lithique et céramique

II

1 241

Grotte

I

1 075

Grotte

I

826

Champ de lithique

IV

817

Champ de lithique et céramique

II

633

Grotte

I

568

Grotte

V

526

Grotte

IV

344

Champ de lithique et céramique

IV

177

Grotte

V

102

Champ de lithique et céramique

IV

73

Champ de lithique et céramique

IV

32

Champ de lithique et céramique

IV

28

Site à monticule

III

12

Site à monticule

III

158Les sites où le lithique est le plus abondant se trouvent dans les zones I et II (entre 3 169 et 633 pièces/m3). Ceux où il est le moins représenté sont dans la zone III (entre 28 et 12 pièces/m3). Les variations des coefficients observées sont très grandes dans les autres zones, IV et V (entre 826 et 73 pièces par m3), le lithique y étant bien moins nombreux que dans les zones I et II.

159Voilà qui confirme, une fois de plus, les groupements par zones donnés par la typologie des sites, par les quantités absolues de lithique recueilli et par la typologie morphologique des objets classés.

Zones I et II

Zones IV et V

Zone III

Grottes et champs de lithique

Grottes, champs de lithique et céramique

Sites à monticules

Coefficients de densité élevés

Coefficients de densité moyens

Coefficients de densité très bas

Dominance des éclats de débitage et de façonnage bifacial

Dominance des éclats de débitage et de façonnage bifacial

Dominance des lames prismatiques

160La cohérence de ces résultats, obtenus par des approches différentes, laisse donc entrevoir des variations dans l’occupation préhispanique de ces trois groupes de zones. Du point de vue de la typologie lithique, les catégories : éclats de débitage, éclats de façonnage bifacial et lames de type prismatique ressortent nettement parmi les éléments qui établissent les différences.

Les fréquences des treize catégories lithiques

161Les fréquences absolues des treize catégories lithiques observées (cf. annexe A-37) sont transposées sur fiches-graphiques et leurs fréquences relatives sont reportées sur la plage quadrillée destinée à cet effet.

162A partir de cela, la comparaison entre les trois catégories lithiques (éclats de débitage, éclats de façonnage bifacial et lames de type prismatique) peut se faire, en quatre étapes :

  1. extraire de la liste A-37, pour chaque niveau de chaque site, les pourcentages de chacune des trois catégories à observer ;

  2. rassembler les fréquences relatives de ces catégories par types de site ressortant dans les groupements de zones :

  • grottes et champs de lithique,

  • champs de lithique et de céramique,

  • champs de lithique avec présence de céramique à décor rouge et noir,

  • sites à monticules ;

  1. calculer les moyenne (x) et écart-type (a) de chaque catégorie, pour chaque groupement, en considérant que leurs distributions sont aléatoires et obéissent à la loi Normale ;

  2. calculer l’intervalle x ± s de chacune des catégories par groupements.

163Les résultats détaillés de ces différents calculs sont proposés dans l’annexe A-38.

164POUR LES ECLATS DE DEBITAGE les sites définis comme champs de lithique et de céramique qui se trouvent en bordure de rivière dans les zones I et II présentent, nettement, la moyenne la plus élevée et l’écart-type le plus réduit :

Image 100000000000000F00000010C5E6417DED676532.jpg1 = 83,93

s1 = 4,14

Leur intervalle 80,1 < Image 100000000000000F00000010C5E6417DED676532.jpg1 < 87,76 peut servir à caractériser ces sites au niveau des éclats de débitage. Du point de vue de la céramique (D. Michelet), la dominance des tessons à peinture noire et rouge, ou Valle de San Luis, confirme la singularité de ce groupe de sites.

165LES ECLATS DE FAÇONNAGE BIFACIAL sont plus abondants dans les sites sans céramique que dans tous les autres, avec la moyenne la plus élevée et un écart-type assez large :

Image 100000000000000F00000010C5E6417DED676532.jpg2 = 24,55

s2 = 10,79

Dès lors, tous les sites (ou niveaux de sites) sans céramique peuvent être définis par l’intervalle 14,56 < Image 100000000000000F00000010C5E6417DED676532.jpg2 < 34,54 correspondant aux fréquences de leurs éclats de façonnage.

166L’écart-type demeure cependant assez grand.

167LES LAMES PRISMATIQUES définissent par leurs fréquences les sites à monticules avec des paramètres statistiques de loin supérieurs à ceux constatés dans les autres types de sites :

Image 100000000000000F00000010C5E6417DED676532.jpg3 = 20,74

s3 = 10,63

168L’assemblage lithique des sites à monticules peut être défini par :

10,11 < Image 100000000000000F00000010C5E6417DED676532.jpg3 < 31,37

169La figure 85 fait ressortir ces particularités avec des subdivisions supplémentaires pour les groupements de sites.

Sites

Eclats de débitage

Eclats de façonnage bifacial

Lames prismatiques

. Grottes et champs de lithique sans céramique

-58,50 <x <72,80

14,56 <x <34,54

-0,01 <x <0,09

. Grottes et champs de lithique avec céramique Zones I et II, en bordure de rivière

-70,95 <x <92,65

3,66 <x <22,22

-0,07 <x<0,33

Zones IV en bordure de rivière

-58,37 <x <73,85

11,48 <x <28 ;48

-0,55 <x<1,23

Autres

-51,85 <x <57,33

7,37 <x<19,55

0

. Champs de lithique et de céramique V.S.L.*

-80,10 <x <87,76

4,05 <x <11,19

0

. Sites à monticules

-60,08 <x <77,54

-1,85 <x<7,27

10,11 <x <31,37

* Valle de San Luis
Figure 85 - Eclats de débitage, éclats de façonnage bifacial et lames prismatiques : intervalle x ± s par groupement de sites.

Les trois catégories discriminantes

En reportant les trois repères Image 100000000000000F00000010C5E6417DED676532.jpg± s, Image 100000000000000F00000010C5E6417DED676532.jpg2 ± s, Image 100000000000000F00000010C5E6417DED676532.jpg3 ± s, sous la forme de rectangles sur la plage quadrillée des fiches-graphiques, nous pouvons visualiser directement l’appartenance des différents niveaux à l’un des groupements obtenus par sélections successives : type de site, quantités absolues de lithique, coefficients de densités, fréquences par catégories morphologiques d’objets et paramètres statistiques x et s des trois catégories discriminantes.

170L’appartenance de chaque niveau de site à l’un des trois groupements principaux est lue directement sur la fiche-graphique, ses fréquences passant inévitablement par l’un des trois repères ou intervalles (rectangles) x ± s. Les fiches des sites les plus représentatifs des groupements observés précédemment sont proposées en annexe A-39.

171Par ces trois références, nous pouvons définir trois assemblages lithiques principaux.

172a - LES ECLATS DE FAÇONNAGE BIFACIAL, en pourcentage par rapport à l’ensemble du matériel lithique correspondent à l’intervalle 14,56 <x<34,54 :

  • dans un site sans céramique, l’assemblage considéré correspond alors à ce que l’on peut appeler le “complexe Chasseur-Collecteur” ou complexe C.C. (cf. figure 86) ;

  • dans un site avec céramique, la référence s’annule. Il faut chercher dans les deux autres intervalles.

Image 10000000000002E8000002BA821F729D409B54DB.jpg

Figure 86 - Fréquences typiques d’un site du complexe Chasseur-Collecteur.

173b - LES ECLATS DE DEBITAGE, en pourcentage par rapport à l’ensemble du matériel lithique, correspondent à l’intervalle 80,1 <x <87,76 :

  • dans un site avec céramique, où le pourcentage de lames prismatiques est inférieur à 5 %, l’assemblage fait partie dans ce cas de ce que l’on peut nommer le “complexe Valle de San Luis” ou complexe V.S.L. (cf. figure 87) ;

  • dans un site sans céramique ou contenant plus de 5 % de lames prismatiques, la référence s’annule. Il faut dans ce cas observer les deux autres intervalles.

Image 10000000000002ED000002BA1A79E06D7A2A0A95.jpg

Figure 87 - Fréquences typiques d’un site du complexe Valle de San Luis.

174c- LES LAMES PRISMATIQUES, en pourcentage par rapport à l’ensemble du matériel lithique, entrent dans l’intervalle 10,11 <x <31,37 :

  • dans un site avec céramique, l’assemblage se rattache alors à ce que l’on peut appeler le “complexe Río Verde” ou complexe R.V. (c/. figure 88) ;

  • dans un site sans céramique, la référence s’annule.

Image 10000000000002E6000002B6965120497273A7C4.jpg

Figure 88 - Fréquences typiques d’un site du complexe Río Verde.

Image 10000000000002E8000002BB35F446FDD2FF936D.jpg

Figure 89 - Fréquences d’un site du complexe Chasseur-Collecteur, faciès Valle de San Luis.

Image 10000000000002E4000002BA4E3B3F61CD5D5B7C.jpg

Figure 90 - Fréquences du complexe Chasseur-Collecteur, faciès Río Verde.

Image 10000000000002EA0000048ADEAB540F45E6A0A9.jpg

Figure 91 - Fréquences du complexe Chasseur-Collecteur, faciès Río Verde, pour un abri sous roche.

Image 10000000000002E5000002BE68D5348B083248D3.jpg

Figure 92 - Fréquences du complexe Chasseur-Collecteur, faciès Río Verde, pour un site à monticules.

175La limite de 5 % pour les lames prismatiques correspond à la moyenne calculée entre les fréquences, pour cette catégorie/type d’objets, entre les sites à monticules et les sites sans monticules.

176Cela dit, une fois que l’intervalle de l’un des trois complexes a été indiqué par les fréquences lithiques d’une fouille, une “tendance” peut se manifester en direction d’un autre intervalle. Ceci peut être interprété comme le résultat d’un contact avec un autre complexe et retenu sous le nom de “faciès”.

177La céramique, qui dans ce cas constitue un moyen de recoupement inappréciable, a confirmé cette interprétation pour chacun des cas de ce genre.

  • Par exemple, la fouille de la grotte I 39 montre des fréquences par niveaux qui rattachent les niveaux 1 et 2 au complexe Chasseur-Collecteur, avec tendance vers l’intervalle Valle de San Luis. Le niveau 3 est directement dans ce dernier (cf. figure 89). Bien qu’il s’agisse d’une grotte, il convient donc de la classer dans le complexe Chasseur-Collecteur, faciès Valle de San Luis. Ceci est tout à fait confirmé par la présence de tessons V.S.L. et d’une offrande de céramique dans une sépulture du niveau 3.

  • Un exemple, pris parmi plusieurs cas identiques, montre que la simple présence de lames prismatiques peut justifier l’attribution à un faciès Río Verde. Les fréquences de la fouille QT de la grotte V 28 la rattachent tout à fait au complexe Chasseur-Collecteur (cf. figure 90). Or la présence de 0,38 % de lames prismatiques (10 pièces) dans le niveau 3 (cf. annexe A-37) laisse supposer une relation avec le complexe Río Verde. Cela est confirmé par la présence d’une bonne quantité de céramique avec des types classiquement Río Verde.

  • Un autre exemple peut montrer des mélanges entre les trois complexes. Le site I 9 est un abri dont les fréquences lithiques indiquent l’appartenance au complexe Chasseur-Collecteur, avec des pourcentages d’éclats de façonnage très bas malgré tout, à la limite inférieure de l’intervalle (cf. figure 91). Le nombre important d’éclats de débitage (plus de 50 % du total des pièces) est cependant significatif du complexe Valle de San Luis. A part cela, la présence de lames prismatiques (entre 0,21 % et 0,59 %) indique une relation avec le complexe Río Verde. La céramique confirme non seulement ce dernier point mais contient aussi des tessons Valle de San Luis, ce qui explique les fréquences à la limite inférieure de l’intervalle Chasseur-Collecteur. Le site sera donc classé dans le complexe Chasseur-Collecteur, faciès Río Verde et Valle de San Luis.

  • Un dernier exemple montre comment les résultats du lithique peuvent aider à expliquer ceux qui concernent la céramique. V 18 est un site à monticules, avec de la céramique Río Verde. Elle y est cependant beaucoup moins abondante que dans les autres sites appartenant à ce complexe. Or, les monticules en eux-mêmes pourraient suffire à attribuer le site au complexe Río Verde, puisqu’ils sont une expression unique de celui-ci dans la Région.

178Cependant, si l’on regarde les fréquences des catégories lithiques (le niveau 1, labouré, y est supprimé) le site sera automatiquement classé dans le complexe Chasseur-Collecteur ! (cf. figure 92). La présence de 11 % de lames prismatiques le rattache, simplement, au complexe Río Verde ! (cf. annexe A-37). Cela explique donc la très faible représentativité de la céramique. D’autres données comme la présence de molettes ovales par exemple, confirment l’appartenance au complexe Chasseur-Collecteur faciès Río Verde.

179Ces quelques exemples résument l’application des intervalles des trois catégories établissant des différences au niveau des assemblages, en tenant compte des types de sites. La classification obtenue, pour l’ensemble des sites relevés dans chacune des cinq zones, repose donc sur le type de site et les fréquences du matériel lithique recueilli pendant les ramassages de surface. Le recoupement avec l’étude céramique ne fait ressortir aucune contradiction au niveau de ce classement. Les cartes de zones avec les sites classés sont proposées à la fin de ce chapitre (cf. figure 94 à 98).

180Reste à résoudre le problème des sites I 29 et IV 7, considérés à première vue comme des ateliers de taille. Peut-on justifier, au niveau de leurs assemblages, cette interprétation fondée sur une impression ?

Les ateliers de taille

Image 100000000000037B0000022647231C861446C21C.jpg

Figure 93 - Fréquences en pourcentage des dimensions maximales calibrées en centimètres des sites I 41, V 28, I 29 et IV 7, avec leurs moyennes et écarts-types par distribution.

181Les sites I 29 et IV 7 présentent la particularité d’être situés sur des affleurements naturels de rhyolites vitreuses dont la qualité est excellente pour la taille par percussion et par pression. Le matériel trouvé sur place a été débité à partir de la même roche en place, mais cela est également vrai des grottes I 39, I 40 et I 41. Dans ces derniers sites, l’occupation comme habitat est prouvée par la présence de foyers, restes culinaires, sépultures, pierres à moudre, etc. Les nucléus fabriqués à l’extérieur des grottes étaient apportés et taillés sur place. De véritables provisions de nucléus ont été retrouvées en I 39.

182Contrairement à ces grottes, les deux premiers sites de plein air, ne présentent pas de restes de foyers ni de déchets culinaires notables. On peut donc penser qu’il s’agissait de sites spécialisés dans la taille de la pierre plutôt que de sites d’habitat.

183Existe-t-il des différences, autres que qualitatives, reconnaissables entre un atelier de taille et un site d’habitat de chasseurs-collecteurs ?

184Au niveau des fréquences des catégories Ethiques la réponse ne peut être positive (cf. annexe A-37). Ce sont des sites appartenant au complexe Chasseur-Collecteur. La catégorie de pièces la plus abondante est celle des éclats de débitage. On peut admettre comme hypothèse que l’activité de débitage n’est pas forcément la même sur un site d’habitat et sur un atelier. Les résultats de cette éventuelle différence doivent pouvoir apparaître au niveau, quantifiable, des dimensions des éclats de débitage par exemple.

185A partir de cette hypothèse, nous pouvons comparer ces deux sites interprétés comme ateliers à deux autres sites interprétés comme habitats de chasseurs-collecteurs : I 29 et IV 7, I 41 et V 28.

186Un total de 8 000 éclats de débitage pris au hasard (2 000 pour chaque site), a été étudié par calibrage de leur longueur maximale en classes de 1 en 1 cm. Les effectifs obtenus, transformés en pourcentages, sont donnés par la figure 93.

187La première constatation qui s’impose concerne les moyennes et écarts-types très comparables, des sites I 29 et IV 7.

Les pièces ayant été recueillies de façon absolument systématique, sans aucun choix, pendant les fouilles, un calcul des coefficients de corrélation R = Image 100000000000004000000026ED1AE7FA506A4285.jpga été fait, de façon à comparer les sites I 29 et IV 7 entre eux, puis I 41 et V 28, en supposant une corrélation linéaire, sur la base des classes d’effectifs données par la figure 93.

188● Pour 129 = x et IV 7 = y, R1, = 0,940682554

189● Pour 141 = x et V 28 = y, R2 = 0,9703649738

190Très proche de 1, ce résultat confirme la ressemblance entre I 29 et IV 7, d’une part, I 41 et V 28, d’autre part, pour l’aspect considéré.

191Dès que l’on sépare ces sites pour les comparer par couples différents, les coefficients de corrélation obtenus descendent au-dessous de 0,90 :

I 29 et V 28 : R3 = 0,6839312014

IV 7 et V 28 : R5 = 0,881 1 121052

I 29 et I 41 : R4 = 0,6679212675

IV 7 et I 41 : R6 = 0,8763607577

192La différence observée empiriquement entre les champs de lithique classés comme ateliers et ceux classés comme sites d’habitat est donc confirmée au niveau statistique par la longueur maximale de leurs déchets de taille. On peut dire toutefois qu’elle n’est pas très marquée, même si elle est plus significative que l’étude morphologique détaillée qui n’indique aucune différence véritable.

En résumé

193Les éclats de débitage, éclats de façonnage bifacial et lames prismatiques ont fourni des références qui, combinées au type de site et à son matériel céramique et osseux, permettent de classer les sites des cinq zones étudiées dans trois complexes et trois faciès différents :

    • complexe Chasseur-Collecteur

    • complexe Valle de San Luis (agricole)

    • complexe Río Verde (agricole)

    • complexe Chasseur-Collecteur, faciès Valle de San Luis

    • complexe Chasseur-Collecteur, faciès Río Verde

    • complexe Chasseur-Collecteur, faciès V.S.L.-R.V.

194Parmi les sites classés dans le complexe Chasseur-Collecteur, I 29 et IV 7 sont proposés comme ateliers de taille, compte tenu des dimensions absolues de leurs éclats de débitage respectifs et de leur aspect général ; les autres sites ont été considérés comme sites d’habitat, sous réserve de modifications ultérieures à partir d’un échantillonnage plus grand.

195Par ailleurs, l’existence de lames prismatiques en obsidienne témoigne de l’occupation et de la présence du complexe Rio Verde dans la Région (cf. annexe A-40).

196Les dates de radiocarbone permettent enfin de replacer les assemblages lithiques utilisés par ces différents complexes dans leur contexte chronologique (cf. figure 99 et figure 100).

197Tout cela permet donc de proposer une reconstitution de l’évolution des complexes culturels et de leurs contacts, entre 1000 av. J.-C. et 1700 ap. J.-C. environ, dans le cadre de la Région.

Image 1000000000000687000008A4F156EBFD91F73A6B.jpg

Figure 94 - Classification des sites de la zone I en fonction de leurs vestiges lithiques.

Image 10000000000003A800000474E7BDD3BAD3A7C2A5.jpg

Figure 95 - Classification des sites de la zone II, en fonction de leurs vestiges lithiques.

Image 100000000000036A000004E8DBA8EFF3F6CA4195.jpg

Figure 96 - Classification des sites de la zone III, en fonction de leurs vestiges lithiques.

Image 10000000000003860000054E0976004525E463A4.jpg

Figure 97 - Classification des sites de la zone IV, en fonction de leurs vestiges lithiques.

Image 1000000000000378000003FDEDB1911AB831CF20.jpg

Figure 98 - Classification des sites de la zone V, en fonction de leurs vestiges lithiques.

Image 1000000000000576000003C2FE0B4CC2AD8C809D.jpg

Figure 99 - Outils sur éclat: fréquences relatives de chaque catégorie d’objets, dans les niveaux datés.

Image 10000000000005B9000003C231D151694678FD5E.jpg

Image 10000000000005AB000003622401A6237C74A97E.jpg

Figure 100 - Chronologie lithique de la Région.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search