Version classiqueVersion mobile

Les Chichimèques

 | 
François Loubet-Rodríguez

Chapitre 1. Les travaux de terrain

Texte intégral

1• Les données principales du programme archéologique au San Luis Potosí (S.L.P.)

2• La région étudiée (Région)

3• La reconnaissance archéologique

4• Les fouilles

5• Le bilan global des travaux de terrain

LES DONNEES PRINCIPALES DU PROGRAMME ARCHEOLOGIQUE AU SAN LUIS POTOSI (S.L.P.)

6A part le territoire, il ne reste plus grand chose dans le San Luis Potosí moderne qui puisse rappeler son passé préhispanique : le nom même de l’Etat (et de sa capitale) est totalement étranger aux populations qui y vécurent pendant des millénaires. Il est constitué de deux références particulières, San Luis, en l’honneur du Saint Patron de don Luis de Velasco vice-roi de la Nouvelle Espagne, et Potosí, du quechua bolivien poc-tosi, la montagne qui gronde, parce que l’on espérait y trouver autant d’argent que dans les mines de Potosí en Bolivie.

7Dans le sud-ouest de l’Etat, la région du programme (Région) s’inscrit dans un cercle d’un peu moins de 100 km de diamètre (cf. carte 2), limité par la capitale d’Etat à l’ouest, la municipalité de Guadalcázar au nord, la ville de Río Verde à l’est et la limite avec l’Etat voisin du Guanajuato, au sud.

8Les délimitations géographiques traditionnelles (cf. carte 3) tiennent compte des grandes entités écologiques, qui avaient leur importance dans la répartition du territoire aux temps préhispaniques. D’ouest en est, le Zacatal — de zacate, graminées : l’endroit aux graminées — et le Panino Ixtlero — de panino, endroit où l’on trouve en abondance, et ixtle, la fibre de yucca — constituent toute la partie nord de l’Etat ; le Tunal Grande — de tuna, figue de Barbarie : la grande zone de figues de Barbarie — et la cuenca du Río Verde — le bassin du Río Verde — occupent à eux seuls environ les deux moitiés de la Région ; la Sierra Madre orientale établit une coupure entre les hauts plateaux et la Huasteca côtière qui se prolonge au niveau de la mer, dans l’Etat de Veracruz, jusqu’au littoral du Golfe du Mexique.

Image 10000000000003A10000037C521D74143034D8DE.jpg

Carte 2 - L’Etat du San Luis Potosí (S.L.P.) avec les délimitations de la “Région” du programme.

9Après la conquête de la vallée de México, les Espagnols commencèrent immédiatement à s’intéresser aux territoires du nord, riches en minerai d’or et d’argent. La guerre de colonisation contre les différentes tribus de chasseurs-collecteurs qui occupaient tout le territoire jusqu’à la limite est de la Sierra Madre orientale où commençait le domaine huastèque, dura de 1550 à 1590. Dans la Région concernée ici, selon les chroniques du XVIe siècle, se trouvaient différentes tribus dont on conserve les noms hispanisés (cf. carte 4) et qui avaient, chacune, sa propre langue (Alcorta y Pedraza 1941).

Image 10000000000002A80000027F6E5DF43A8B9F253F.jpg

Carte 3 - Les délimitations géographiques traditionnelles dans l’Etat du San Luis Potosí (S.L.P.) (cf. aussi O. Cabrera Ipiña 1968).

Image 10000000000002A0000002797195DC1DCD15E578.jpg

Carte 4 - Les tribus chichimèques et leurs territoires respectifs, au XVIe siècle ap. J.-C., d’après les chroniques coloniales (cf. O. Cabrera Ipiüa 1968).

10Les Chichimèques, puisque c’est le nom générique que donnaient les Aztèques à ces tribus (en nahuatl selon les versions, chichi-mecatl “chiens libres, sans laisse ou file de chiens”), sont probablement les descendants les plus directs, culturellement, des chasseurs de mégafaune de la fin de la glaciation de Wisconsin (cf. J.L. Lorenzo 1975). A mesure que les grandes espèces chassées disparaissaient, du fait de la désertification progressive qui asséchait les lacs et transformait les pâturages, ces populations s’adaptèrent à des modes de vie basés sur la chasse au petit gibier et la collecte des végétaux sauvages. Leur évolution, réalisée sur plusieurs milliers d’années, entre 10 000 av. J.-C. et 6 000 av. J.-C. aurait amené les habitants des zones arides, dont fait partie San Luis Potosí, à créer ce que l’on a appelé les Cultures du Désert (cf J.D. Jennings et E. Norbec 1955).

11Dans ce panorama général beaucoup de données sont encore à vérifier et à préciser. Pour la période concernant la chasse aux grands animaux (mastodontes, équidés, etc.), des fouilles à Cedral, dans le nord de l’Etat du San Luis Potosí (carte 2), ont mis en évidence ce qui est actuellement considéré comme étant l’occupation humaine la plus ancienne du Mexique, vers 30 000 av. J.-C., datée par le radiocarbone (c/. J.L. Lorenzo et L. Mirambell 1981). Pour les périodes plus récentes, les vides chronologiques sont considérables. Des études stylistiques de vestiges céramiques ont démontré la présence de populations mésoaméricaines dans la Région entre les 1er et XIIe siècles ap. J.-C. (J. Lesage 1965, B. Braniff 1975, A.M. Crespo 1976, D. Michelet 1980, notamment). Un nouveau vide chronologique apparaît, entre le XIIe siècle ap. J.-C. et l’arrivée des Espagnols au XVIe siècle, car les informations que l’on possède à partir des témoignages de la Conquête couvrent la deuxième moitié du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle (cf Fray B. de Sahagún, Fray J. de Mendieta, J. de Torquemada, etc.).

12Ces “sources historiques” ont suivi la colonisation des territoires à métaux précieux, or et argent dont les Chichimèques connaissaient, semble-t-il, l’existence, mais qu’ils semblaient dédaigner, préférant, selon les Espagnols, courir sans cesse après leur maigre nourriture.

13Les témoignages de la Conquête, conservés dans les archives régionales et nationales mexicaines ainsi que dans celles de Séville, en Espagne, ont fait l’objet d’études ethnohistoriques détaillées qui, en l’absence de fouilles archéologiques, sont de véritables mines d’informations (P. Kirchhoff 1954, W. Jiménez Moreno 1977, P.W. Powell 1977, N. Percheron 1981, notamment). Personne ne peut en attendre, bien sûr, une objectivité exemplaire, sachant que ces rapports étaient quelquefois destinés à obtenir plus d’argent et plus d’indulgence de la part de la Couronne espagnole, dans la lutte contre les indigènes. Mais ces documents sont les seuls points de références auxquels l’archéologie puisse comparer ses propres données, fut-ce en apportant la contradiction aux interprétations de l’ethnohistoire.

14Qui donc étaient ces chasseurs-collecteurs, où vivaient-ils, de quelle façon, quelles étaient vraiment leurs relations avec les autres peuples voisins ? Du fait qu’ils utilisaient le lithique beaucoup plus que les agriculteurs, leur importance dans cette étude risque de paraître exagérée par rapport à ces derniers. Il faut préciser, néanmoins, qu’aucun choix préalable n’est intervenu au niveau de la prospection et de l'enregistrement des sites. Tous ceux qui ont été reconnus ont eu droit à une étude aussi complète que possible, sans aucune sélection selon l’industrie la mieux représentée.

LA REGION ETUDIEE

15La surface à étudier a été sélectionnée au départ, en fonction d'un à priori simple, s’il existait partout des chasseurs-collecteurs avec une installation d’agriculteurs autour de Río Verde et une autre autour de San Luis Potosí, il devait être possible de trouver des situations culturelles complexes entre les deux pôles agricoles. Dans la région comprise entre ceux-ci on devait pouvoir trouver des nomades et la partie de ‘'rayonnement” territorial de chacune des cultures agraires, voire même des marges communes (sortes d’“interfaces” selon le terme à la mode) aux différentes cultures présentes.

Image 1000000000000354000003397A9091E2A508E3C8.jpg

Carte 5 - La région du programme et les cinq zones de prospection systématique et de fouilles.

Image 1000000000000365000004911976234AA90981A9.jpg

Carte 6 - Croquis des principaux étages géographiques du S.L.P. et données générales de sa physiographie et de son climat.

16Le repère principal choisi pour le découpage est la ligne fictive qui relie la ville de San Luis Potosí à celle de Río Verde ; elle sert de diamètre au cercle qui délimite la région étudiée (cf. cartes 2 et 5). Au sud et au nord de cette ligne, des zones de prospection systématique, représentées par des chiffres romains de I à V, ont été définies, de façon à couvrir les principaux aspects écologiques de cette partie de l’Etat.

17Les aspects géomorphologique et géologique apparaissent en annexe, dans la carte A-l. La nomenclature faisant référence à la reconnaissance et aux fouilles est donnée en annexe également par le tableau A-2 ; les caractéristiques physiographiques et climatiques sont résumées au bas de la carte 6.

LA ZONE I

18Au centre sud de la Région, suit le cours du Rio Santa Maria entre Fracción de Sánchez, à l’ouest, et Las Higueras à l’est (cf. annexe A-3). La vallée est assez étroite. Cultivée à l’heure actuelle grâce à la construction de terrassettes contenues par d’épais murs de soutènement. L’irrigation se fait par pompage, en captant l’eau à plusieurs mètres sous le lit de graviers de la rivière, en saison sèche. Quelques terrasses alluviales sont assez larges pour être cultivées sans aménagements, mais le terrain se prête surtout à l’horticulture sur des surfaces assez réduites. Les populations préhispaniques ne devaient guère s’éloigner de ces terrasses quand elles les cultivaient. La géologie comporte surtout de l’explosif ancien (oligo-miocène) sous forme de rhyolite et d’andésite et un peu de sédimentaire (calcaire et gypse) affleurant entre les coulées volcaniques. La végétation se compose d’arbustes épineux et et de cactées, avec quelques rares pins et chênes sur les sommets les plus élevés (cf. figure 1).

Image 1000000000000218000001ABFB4C116FC0B497CE.jpg

Figure 1 - Vallée de l’Arroyo de la Cañada.

LA ZONE II

19Au centre sud de la Région, suit la vallée du Rio Jofre entre Hacienda Vieja, au nord, et San Rafael, au sud (cf. annexe A-4). Ici la vallée est plus large que dans la zone I, avec de grandes terrasses alluviales favorables à l’agriculture soit de temporal, soit d’irrigation par canaux. Dans le système du temporal, le maïs est semé pendant les premiers jours de la saison des pluies. Il est ensuite arrosé par les précipitations quand elles arrivent, pendant un peu plus d’un mois, puis continue de pousser jusqu’à maturité grâce au peu d’humidité restée dans le sol. Les Mésoaméricains cultivaient ainsi le maïs, la courge et le haricot, tout ensemble. La géologie est comparable à celle de la zone L avec de fines rhyolites qui se prêtent fort bien à la taille unifaciale et bifaciale, ainsi que des calcaires du Crétacé supérieur et des gypses qui contiennent des rognons d’un excellent silex. La végétation est constituée d’épineux et de cactées (cf. figure 2).

Image 100000000000022600000169BA76283E80951217.jpg

Figure 2 - Mesa de Salsipuedes.

LA ZONE III

20Au nord-est de la Région, suit la frange ouest du grand paléolac de Cerritos, entre

Image 10000000000003980000018791E5D162919AC336.jpg

Figure 3 - Le Llano Grande (La Grande Plaine) au nord de Cerritos.

21Guaxcama et l’Arroyo El Voladero (cf. annexe A-5). Cette zone se prête tout à fait à l’agriculture et la présence de plusieurs sites à pyramides indique que les Mésoaméricains de Río Verde avaient su en tirer profit. Les reliefs qui délimitent cet ancien lac, progressivement asséché depuis le Pléistocène final, sont du Crétacé inférieur avec quelques ilôts de Crétacé supérieur dans la partie la plus au nord. Les remblaiements qui forment la Grande Plaine actuelle sont constitués de limons et de gypses. Une abondante végétation de mezquites (Prosopis juliflora) s’y est développée, tandis que les reliefs sont couverts d’un fourré de piémont touffu (cf. figure 3).

LA ZONE IV

Image 10000000000002300000014DF4A58A6D53182D0A.jpg

Figure 4 - Les environs de Cerro de San Pedro.

22Au nord-ouest de la Région, va de Paso del Aguila à l’est, à Cerro de San Pedro à l’ouest (cf. annexe A-6). Quelques segments de la zone suivent des cours d’eau temporaires (Río Armadillo, Arroyo de San Pedro), les autres sont dans les reliefs et les plateaux arides. Le sol est surtout calcaire, avec du volcanisme aux extrémités est et ouest de la zone. Les bords de cours d’eau sont signalés par la présence de mezquites, les sommets de certains reliefs par du fourré de piémont, le reste par de la steppe à graminées, avec quelques formations d’épineux (cf. figure 4). Seuls les bords de rivière, encore de nos jours, se prêtent à l’agriculture sans aménagements spéciaux, surtout à l’extrémité est de la zone.

LA ZONE V

23Au sud-est de la Région, recouvre la vallée du Río Bagres (“la rivière-aux-poissonschats”, nom dont on verra plus loin l’importance), entre Bagres de Arriba au nord et la limite avec l’Etat du Guanajuato au sud (cf. annexe A-7). Les terrasses alluviales y sont d’ampleur variable mais tout à fait favorables à l’agriculture. Cet enchevêtrement géologique de reliefs volcaniques et de sédiments calcaires est couvert de végétation arbustive et de steppe microphylle (cf. figure 5) sauf sur les plus hauts sommets où l’on trouve encore, par endroits, de véritables forêts de chênes. Du point de vue archéologique, cette zone se prête aussi bien à l’agriculture qu’à la chassecollecte. Comme dans les autres zones, une reconnaissance systématique y a été menée, dont on verra le résumé dans ce qui suit.

Image 100000000000022E000001C01331B8FC35286405.jpg

Figure 5 - La vallée du Río Bagres en aval du Cerro Prieto.

LA RECONNAISSANCE ARCHEOLOGIQUE

24Chacune des cinq zones a été prospectée à pied, par ratissage, sur différentes longueurs et largeurs, selon la topographie :

25Zone I : 20 km sur 0,5 à 2,5 km, en moyenne.

26Zone II : 20 km sur 1 km, en moyenne.

27Zone III : 40 km sur 1 km, en moyenne.

28Zone IV : 30 km sur 0,7 km, en moyenne.

29Zone V : 20 km sur 0,5 km, en moyenne.

30Une première reconnaissance des routes, pistes et chemins muletiers avait été faite pendant les mois d’avril et novembre 1980. La reconnaissance archéologique proprement dite eut lieu pendant les mois de mars, avril et mai 1981.

31Nous disposions au départ d’une couverture complète de cartes à échelle 1/50 000 (topographie, géologie, végétation, potentiel du sol) et de photos aériennes à la même échelle, pour chaque zone.

32Le travail archéologique consistait à ratisser le terrain, de façon systématique. Chaque endroit signalé par la présence de quelques vestiges était soigneusement inspecté, sondé, et dans le cas où il pouvait être retenu comme site, nous procédions à son enregistrement, par le moyen :

  • d’une fiche descriptive (cf. annexe A-8), destinée à faciliter la sélection des sites à fouiller par la suite ;

  • d’un ramassage systématique et/ou sélectif ;

  • de petits sondages (50 x 50 cm) pour tester la profondeur des dépôts ;

  • de plans (et coupes pour les grottes et abris rocheux), métrés, au 1/50 et 1/100 et de relevés topographiques en courbes de niveaux dans certains cas ;

  • de photos noir et blanc et diapositives couleur ;

  • d’une petite enquête locale à propos des crues, des parties inondables, des éventuels changements de la couverture végétale, des minéraux et colorants naturels, des espèces animales, plantes comestibles, etc.

33Au cours de cette reconnaissance, 200 sites ont pu être dénombrés, répartis provisoirement en quatre catégories. Les relevés en courbes de niveaux des plus représentatifs sont proposés en annexe. Les catégories sont :

  • Grottes et abris - (cf. annexe A-9 : no 30 à 42).

  • Champs de lithique - (cf. annexe A-9 : n° 29).

  • Champs de lithique et de céramique - (cf. annexe A-10).

  • Sites à monticules (ou plate-forme d’habitation) - (cf. annexe A-11).

34Selon les zones, l’abondance d’une catégorie de site ou son absence est déjà une indication qui peut laisser pressentir la prépondérance de sites d’agriculteurs ou de chasseurs-collecteurs. Par exemple, pour la zone III, la dominance des sites à monticules montre clairement son appartenance à la tradition mésoaméricaine de Río Verde. Les sites se répartissent par zone de la façon suivante :

Zone I :

grottes et abris

25

champs de lithique

12

champs de lithique et de céramique

6

sites à monticules

0

(total

43)

Zone II :

grottes et abris

4

champs de lithique

10

champs de lithique et de céramique

25

sites à monticules

0

(total

39)

Zone III :

grottes et abris

6

champs de lithique

0

champs de lithique et de céramique

4

sites à monticules

27

(total

37)

Zone IV :

grottes et abris

7

champs de lithique

14

champs de lithique et de céramique

18

site à monticules

1

(total

40)

Zone V :

grottes et abris

22

champs de lithique

7

champs de lithique et de céramique

9

sites à monticules

3

(total

41)

35Après étude en laboratoire du matériel recueilli et des données de reconnaissance (état de conservation et potentiel de fouille, notamment) le choix des sites à fouiller, de façon plus ou moins intensive selon leur nature, a été déterminé. Ces sites se distribuent ainsi :

Zone I :

grottes et abris

6

champs de lithique et de céramique

3

Zone II :

grotte

1

champs de lithique et de céramique

2

Zone III :

sites à monticules

2

Zone IV :

grotte

1

champs de lithique et de céramique

5

Zone V :

grottes

2

site à monticules

1

362 Soit 24 sites répartis dans les différents cadrans de la Région et représentant ses principaux aspects écologiques, et pouvait-on espérer, culturels.

LES FOUILLES

37Il serait certainement exagéré de vouloir présenter ici le détail de chacune des fouilles, qui paraîtra dans un prochain volume de synthèse. Je parlerai seulement, aussi brièvement que possible, de la méthode appliquée et de l’aspect général de chacune des quatre catégories de sites mentionnées auparavant.

38Les fouilles ont eu lieu au cours des mois d’octobre et novembre 1981, puis d’avril et mai 1982. Elles ont consisté en tranchées et puits stratigraphiques, à partir d’unités de 1 x 1 m (cf. annexe A-2).

39Ces unités s’organisent en alignements ou en surfaces. Les fouilles ont été systématiquement arrêtées soit à la roche-mère, soit à un niveau vierge de plus de 30 cm de profondeur. Dans le cas des grottes, la roche-mère était soigneusement sondée à cause des éboulements de plafond qui, dans l’une des grottes fouillées, avaient fossilisé un niveau anthropique.

40Le criblage s’est fait de manière uniforme et systématique avec des cribles à maille de 3,5 mm et de 2 mm dans certains cas. Des échantillons de terre et de roches ont été recueillis dans chaque niveau et des bermes laissées en place après la fouille complète du site.

41L’enregistrement des données de fouilles a été uniformisé grace à la mise au point d’une fiche descriptive par unité/niveau de fouille (cf. annexe A-12), qui permet un contrôle progressif et uniforme des travaux, évite les oublis et offre la possibilité de reconstituer au campement, chaque soir, un journal définitif et commode, même pour les niveaux artificiels les plus complexes.

42Un autre avantage qui n’est pas à négliger : la transposition systématique des descriptions de sol en trames conventionnelles, au moment du dessin des fouilles, qui est un gain de temps et de précision très apprécié.

43Chaque site a été sondé à deux endroits différents au moins pour pouvoir disposer de plusieurs recoupements stratigraphiques. A la fin de chaque sondage, les informations recueillies sur les fiches unité/niveau de fouille sont aussitôt résumées sur une fiche récapitulative de sondage (cf. annexe A-13).

BILAN GLOBAL DES TRAVAUX DE TERRAIN

44Malgré l’extension de la Région, un échantillonnage assez large, et que l’on espère représentatif, des sites qu’elle contient a été obtenu, soit en ordre dégressif :

Grottes et abris

65

Champs de lithique et de céramique

62

Champs de lithique

42

Sites à monticules

34

45Parmi ceux-ci, ont été fouillés :

Grottes et abris

10

Champs de lithique

9

Champs de lithique et de céramique

2

Sites à monticules

3

46Il apparaît, d’emblée, que les plus grandes concentrations de sites se font en bordure de cours d’eau ou à quelques heures de marche de ceux-ci (cf. annexes A-3-4-5-6-7). Ces sites sont très variés, aussi bien par leurs emplacements topographiques que par les vestiges qu’ils conservent. Autant les agriculteurs que les chasseurs-collecteurs avaient bien des raisons de s’arrêter de temps à autre ou de s’installer définitivement en bordure des cours d’eau. Pour l’eau elle-même, d’abord, mais aussi pour les grottes que l’on trouve souvent au niveau des anciens cours de ces rivières, pour les terrasses cultivables et parce que, dans ces paysages accidentés, les cours d’eau sont des voies de passage assez commodes.

47Pour donner une idée générale des différentes catégories de sites fouillés, des plans et coupes sont proposés en annexe, dont la lecture pourra se faire à partir de la légende contenue dans l’annexe A-14. Un résumé de l’aspect de chacune des quatre catégories de sites fouillés est donné ci-dessous, avec les datations de radiocarbone chaque fois qu’elles sont disponibles.

GROTTES ET ABRIS

48Certaines grottes ont été creusées artificiellement dans des massifs volcaniques dont la roche contient du colorant rouge. C’est le cas de IV 4 (cf. annexe A-15) dont le talus est constitué par les déblais de roche cassée et par les déchets culinaires et de taille des outils des individus qui l’exploitèrent entre 1138 ± 150 ap. J.-C. (INAH 140) et 1550 ± 80 ap. J.-C. (GIF 5889). Le matériel recueilli dans le sondage était très abondant et comprenait même quelques tessons de céramique.

49I 39 est aussi une ancienne mine de colorant rouge, mais le site a été habité après que la mine eut été désaffectée (cf figure 6 et annexes A-16-17). Son emplacement sur les pentes de la Montagne-a-Ocre-Rouge ou Cerro del Almagre (cf. annexe A-9), à proximité de l’atelier de taille I 29, peut suggérer une exploitation simultanée de l’ocre rouge et de la rhyolite rose locale par les occupants de ce site. Les objets lithiques travaillés trouvés en fouille sont faits d’une rhyolite tout à fait comparable à celle de I 29.

50La découverte d’une sépulture au centre de la grotte permet de se faire une idée précise de l’aspect de ses habitants (cf. figure 7). L’étude anthropométrique indique qu’il s’agit d’une femme d’environ 45 ans. Au niveau du sacrum, les fragments de calotte crânienne de petit enfant (cf. figure 7) pourraient provenir d’une sépulture antérieure dérangée. Des ossements de très jeunes enfants ont été trouvés disséminés et souvent brûlés dans plusieurs unités de fouille. Une sépulture de nouveau-né a été dégagée dans le carré B 2. Les sépultures seront traitées en détail dans le chapitre 3, pour leurs inférences culturelles.

51Une autre grotte, naturelle cette fois, avec un abri adjacent a été fouillée au pied du Cerro Prieto (la Montagne-Sombre) massif calcaire contenant de nombreuses grottes et galeries d’origine karstique (cf. figure 8). L’abri et la grotte ont fait l’objet de fouilles

Image 10000000000001BA0000019240874A3AA74B3502.jpg

Figure 6 - Entrée de l’ancienne mine de colorant rouge I 39.

Image 10000000000001E8000001953AFB8335DE4418EE.jpg

Figure 7 - I 39, dégagement de la sépulture.

52(cf. plan général annexe A-18 et 20). Sept foyers (annexe A-19) et une sépulture avec offrandes (cf figure 9) permettent d’avoir enfin du matériel associé aux peintures pariétales. La sépulture se trouvait prise entre les racines d’un grand arbre. Dans la même fosse, les restes d’un individu plus jeune, sans offrande, avaient été déposés près de la tête de l’individu adulte. L’étude anthropométrique propose un âge d’environ 50 ans pour l’adulte, de sexe masculin, 12 ans pour l’individu jeune, de sexe probablement féminin (communication C. Serrano). La sépulture elle-même a été datée de 1260 ± 80 ap. J.-C. (GIF 5881) ; elle est présentée en détail dans le chapitre 3.

Image 10000000000003750000023A9A8274B5502B266D.jpg

Figure 8 - Le site V 28, au pied du Cerro Prieto.

Image 10000000000001F3000001B4E28CCFC9B91FAE58.jpg

Figure 9 - La sépulture principale de V 28.

Image 10000000000001E7000001E6479C4F46EC8477E7.jpg

Figure 10 - V 28. La fouille de l’intérieur de la grotte, avec la berme en T 5 E.

53L’offrande était constituée d’instruments en os et en corne pour tailler la pierre, d’un couteau biface peint en rouge, de coquillages marins à incrustations de turquoise, d’os sculptés, de mottes de colorant rouge, etc. Ce colorant est d’aspect comparable à celui utilisé pour les peintures pariétales. La fouille de la grotte (cf. figure 10) a révélé par ailleurs la présence de gravures géométriques (étoiles, X, etc.) au niveau des parois dégagées. Des foyers ont été retrouvés à l’intérieur de la grotte (cf. annexes A-21, 22, 23) ; des informations inattendues et nombreuses ainsi qu’une série de datations C14 (certaines ayant été croisées entre GIF et México) ont dérivé de ces fouilles. Les dates appartiennent toutes à l’ère chrétienne et se répartissent de la manière suivante, en ordre décroissant :

Image 10000000000001680000012E1824AD880BC10E07.jpg

54Les datations croisées donnent des résultats assez satisfaisants. L’ensemble indique une première occupation au cours du Ier siècle ap. J.-C. et un abandon vers la fin du XVIIIe siècle ap. J.-C. Il semble que les habitants de la grotte n’aient jamais procédé au raclage du sol, ce qui donne une superposition de niveaux bien conservés. Il leur a fallu abandonner les lieux au niveau 2 supérieur, le plafond se trouvant par endroits à moins d’un mètre au-dessus du niveau du sol. A des époques récentes, la grotte a été fermée par un mur de pierres (cf. annexe A-22) et des chèvres parquées à l’intérieur.

Image 10000000000001E6000001A86C5CBB5D98C1664D.jpg

Figure 11 - Site I 29, atelier de taille : vue générale.

Image 10000000000001E8000001E3EB4E7A97796D6994.jpg

Figure 12 - Site I 29, atelier de taille : détail.

CHAMPS DE LITHIQUE

55Parmi les sites fouillés appartenant à cette catégorie se trouve I 29 (cf. figures 11 et 12), atelier de taille d’une belle qualité de rhyolite vitreuse, au sommet de la Montagne-à-Ocre-Rouge (cf. annexe A-9, site I 29). La fouille a montré une épaisseur de déchets de taille de 50 cm en moyenne, répartis dans l’ensemble de l’atelier. Dans un couloir de 40 m, traversant l’atelier dans sa plus grande longueur, six unités ont été fouillées, pour obtenir un échantillonnage.

56La pierre taillée correspond à la roche-mère, débitée sur place, à partir de gros rochers isolés. La couleur rose de la roche provient de la présence d’oxyde ferrique, que l’on rencontre sous forme de concentrations dues aux infiltrations d’eau pendant la saison des pluies. Cet oxyde apparaît alors sous forme de poudre très fine, dans les creux des rochers, constituant la base du colorant minéral rouge-orangé appelé almagre. L’association de vestiges lithiques aux sites contenant ce genre de colorant est absolument systématique dans la Région.

CHAMPS DE LITHIQUE ET DE CERAMIQUE

57De tous les sites fouillés, ce sont ceux qui posent le plus de problèmes au niveau du choix de l’emplacement des fouilles. Ils se présentent sous la forme de concentrations de matériel de surface (cf. annexe A-10) assez variables dans leur répartition, à peu de distance des bords de cours d’eau. Le site II 26 est tout à fait réprésentatif de cette catégorie. Les sondages à deux endroits du site n’ont pas montré de restes clairement définis d’habitations. Celles-ci pouvaient être faites de matériaux périssables. Les niveaux reconnus contiennent beaucoup de vestiges céramiques et Ethiques, répartis sur des profondeurs assez faibles, d’environ 50 cm en moyenne. Les foyers rencontrés sont isolés un peu partout sur les sites (cf. figure 14).

58Il arrive aussi que l’on trouve dans les niveaux inférieurs de ces gisements, des foyers associés à des vestiges uniquement Ethiques et osseux, sans céramique. C’est le cas, par exemple du site II 26 (cf. figures 14 à 16). Pour les niveaux avec céramique, les datations obtenues par le radiocarbone appartiennent toutes à l’ère chrétienne :

1245 ± 64 ap. J.-C. (INAH 134)
930 ± 80 ap. J.-C. (GIF 5887)
853 ± 69 ap. J.-C. (INAH 135)

59Ceci permet de situer l’occupation de ces sites, dont la céramique appartient surtout au complexe Valle de San Luis (cf B. Braniff 1977), entre les IXe et XIIIe siècles ap. J.-C., ce qui corrobore assez bien les interprétations des céramologues (cf. B. Braniff op. cit., D. Michelet 1980).

60Les niveaux purement Ethiques correspondant aux occupations les plus anciennes sont tous datés d’avant l’ère chrétienne par le radiocarbone, dans le site II 26, certains échantillons ayant donné des datations croisées entre GIF et México :

Image 10000000000001BA000001831FFEAC5FFEC44462.jpg

Figure 13 - Site II13, sondage E-H, niveaux 1 à 4.

Image 10000000000001D3000001865CF5A64459AA85D4.jpg

Figure 14 - Site II 26, sondage A-C 1 avec foyer en A, niveau 3.

61700 ± 67 av. J.-C. (INAH 137) croisées-[709 ± 100 av. J.-C. (INAH) 138 970 ± 90 av. J.-C. (GIF 5888) Près d’un millénaire et demi sépare ces deux groupes de datations, ce qui semble montrer qu’il s’agit bien de deux occupations différentes au même endroit, en bordure de cours d’eau. Comme on le verra dans le chapitre 3, les vestiges permettent de mieux comprendre de tels intervalles chronologiques.

Image 10000000000001AB000001A7D4626BB2F88DD6C6.jpg

Figure 15 - Site II 26, sondage E-I, niveaux 1 à 4.

Image 10000000000001A1000001A5025B53A5601716CF.jpg

Figure 16 - Site II 26, sondage E-I, vue rapprochée du foyer dans H, niveau 3.

SITES A MONTICULES

62Les sondages de sites de cette catégorie, ont tenté de récupérer tous les vestiges possibles. Les témoins céramiques, en particulier, étaient déjà connus (cf. D. Michelet 1980), avec des datations de radiocarbone allant du IIIe au VIe siècles ap. J.-C. Il s’agissait, donc, de bien définir les assemblages lithiques de cette catégorie de sites, pour les comparer à ceux des autres sites.

63La méthode appliquée à l’ensemble des vestiges lithiques de toutes les catégories de site constitue le chapitre qui suit. Elle y est expliquée en détail, afin que l’on puisse savoir sur quelles bases reposent les interprétations qui en résultent.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search