Version classiqueVersion mobile

Les Chichimèques

 | 
François Loubet-Rodríguez

Introduction

Texte intégral

1• Le problème archéologique du San Luis Potosí et sa méthode d’approche

2• La mise au point progressive, au cours de travaux antérieurs, du système utilisé pour l’étude des vestiges lithiques

3• Les grandes lignes de ce système

4• Le bilan global

LE PROBLEME ARCHEOLOGIQUE DU SAN LUIS POTOSI ET SA METHODE D’APPROCHE

5Chichimèques est le nom commun, parmi nous-mêmes Espagnols et parmi les Indiens chrétiens, pour [désigner] des Indiens infidèles et barbares qui, n’ayant pas de demeure fixe vont courant d’un côté à l’autre, ne sachant rien des richesses, délices, ni contrats de cohabitation humaine. Juan de Torquemada, tome III, livre 21, p. 602.

6Il ne fallut pas moins de quarante ans d’une guerre acharnée aux Espagnols de Cortés, pour réduire les populations de chasseurs-collecteurs chichimèques du nord du Mexique. Les plus combatifs d’entre eux, d’après les mêmes chroniques coloniales, avaient pour territoire le Tunal Grande, dans l’actuel Etat du San Luis Potosí (carte 1).

7Les Chichimèques n’ont jamais ignoré l’existence du monde agricole et urbain de la Mésoamérique, qui se trouvait au sud de leurs terres. Des incursions de populations mésoaméricaines avaient eu lieu, à différentes époques, abandonnant sur leur passage des vestiges architecturaux et mobiliers.

8Mésoaméricains et Chichimèques employaient la pierre taillée et (rarement) polie pour la fabrication d’outils et d’armes. Mais, après un certain temps de cohabitation avec des agriculteurs installés sur leurs terres, les Chichimèques ont commencé à avoir également de la céramique. Ce type d’industrie peut se trouver, mélangé au lithique, aussi bien dans les grottes que dans les sites de plein air.

9Visible en surface, ce mélange de vestiges constitue à la fois un atout pour l’étude des relations entre chasseurs-collecteurs et agriculteurs et un handicap pour définir leurs technologies particulières, en vue du classement des sites. Avant de rechercher leurs éventuelles relations, il était nécessaire de délimiter, d’abord, les caractéristiques propres à chaque complexe culturel, à travers le temps, puis de comparer entre eux les complexes contemporains.

Carte 1 - L’Etat du San Luis Potosí et sa position géographique dans les territoires de chasse-collecte du XVIe siècle, selon les chroniques coloniales.

10Cette double approche, diachronique et synchronique, de phénomènes d’identité et de contacts culturels, entre populations aux modes de vie supposés différents, a constitué l’essentiel du programme de recherches archéologiques dans cette région, considérée comme marginale, entre les cultures des déserts du nord et celles de la Mésoamérique.

11Comment les différencier ? Au niveau du lithique, qui constitue la grande majorité du matériel rencontré, on ne disposait d’aucune classification de référence. Il a fallu partir de la base, c’est-à-dire tout décrire, tout étudier en détail pour obtenir, à partir de la totalité du corpus (un peu plus de 260 000 pièces classées), les éléments de base nécessaires. Après les avoir replacés dans leur contexte de ramassage ou de fouilles, on pourrait connaître probablement les assemblages particuliers de chacune des cultures, leur évolution chronologique, grâce aux datations de radiocarbone, les catégories lithiques propres à telle culture, à telle époque, etc. C’est-à-dire mettre sur pied un premier schéma général des industries lithiques existant dans la région et attribuables à des groupes culturels particuliers, ainsi définis.

12Sur quelles bases descriptives ? Tous ceux qui s’intéressent au lithique américain ne peuvent pas ignorer les principes fondamentaux longuement mis au point par la préhistoire européenne. Mais, en dehors de ces acquis universels, l’originalité de chaque situation archéologique demeure, au Mexique notamment. Adopter, ici, les découpages technochronologiques du Vieux Continent aboutirait à affubler un guerrier Maya d’une peau d’ours et d’un gourdin, au vu de ses bifaces, par exemple. De toute évidence, il faut s’adapter à une nouvelle réalité. Qu’auraient fait les Chichimèques, chasseurs-collecteurs du San Luis Potosí, ou bien les Mayas du Yucatán, des gros grattoirs carénés à fine retouche linéaire distale si communs dans le Paléolithique européen ? La taille des plus gros animaux dont ils auraient pu nettoyer les peaux dépasse à peine, chez eux, celle d’une chèvre européenne (cf. L. Starker 1972). On trouve par contre, ce qui est plus logique, quelques gros grattoirs denticulés pour travailler le bois.

13On doit donc tenir compte de tout cela. Une autre méthode d’approche est nécessaire, tout en tirant profit de tout ce qui peut être utilisable de la préhistoire du Vieux Continent au niveau descriptif.

LA MISE AU POINT PROGRESSIVE, AU COURS DE TRAVAUX ANTERIEURS, DU SYSTEME UTILISE POUR L’ETUDE DES VESTIGES LITHIQUES

14Le problème de la classification du lithique mexicain s’est immédiatement posé dès mon premier contact avec ce matériel en 1975. Depuis lors, je n’ai cessé de rechercher le moyen d’obtenir un système descriptif formalisé, constitué de définitions morphologiques, de critères technologiques et de modèles fonctionnels. L’ensemble obtenu, avec toutes ses imperfections, s’inspire à la fois de la préhistoire de l’Ancien Monde (Europe, Afrique, Asie...), de méthodes appliquées par certains chercheurs américanistes et d’expériences personnelles. C’est dire qu’il est absolument empirique, tout en n’échappant pas, comme c’est inévitable aujourd’hui, à des réflexions théoriques qui restent en arrière-plan.

15Ce système, qui va être expliqué en détail dans le chapitre 2, et qui est appliqué, dans le chapitre 3, au programme particulier de San Luis Potosí, dérive de trois expériences successives sur du matériel lithique mexicain : au Cerro de Silva (extrême sud-ouest de l’Etat du San Luis Potosí), à Guanajuato (Etat du même nom) et à Toniná (Etat du Chiapas).

LE CERRO DE SILVA

16Fouillé par J. Lesage en 1965-66, ce fut ma première étude de matériel lithique mexicain (1975-76). Les différences avec les objets que j’avais été habitué à classer en Europe et en Afrique équatoriale, étaient évidentes. On pouvait trouver ici, sur un même niveau, des haches polies côtoyant ce que l’on pouvait assimiler à peu près à du Clactonien, et des pointes bifaces rappelant le Néolithique ; pour comble, la plupart des éclats utilisés ne présentaient guère, le plus souvent, de retouche volontaire, uniquement des microécaillures, des stries d’abrasion, des tranchants polis, etc. En outre, les formes de ces éclats étaient extrêmement variables, de même que leurs dimensions.

17Devant l’absence de niveaux datés, il a fallu essayer d’obtenir au moins une catégorie de pièces aux formes répétitives et, éventuellement, datables dans le futur, à partir d’autres fouilles. Tout l’effort a porté sur les bifaces, pointes de projectiles et couteaux (1979). La méthode mise au point pour leur étude est reprise ici, avec seulement quelques adaptations.

GUANAJUATO

18On avait affaire, ici (1977-78) à un mélange de populations différentes, dont on savait uniquement que certaines avaient surtout de la céramique et un peu de lithique, les autres ayant surtout du lithique et un peu de céramique. Là encore, on ne disposait d’aucune chronologie préalable, même relative. Des ateliers de taille pouvaient être rencontrés, par exemple, sur des restes de pyramides, avec les mélanges de matériel que cela suppose, en surface. Or la grande majorité du matériel provenait surtout de ramassages de surface : la zone devant être inondée incessamment, nous n’avions pu faire que quelques sondages témoins.

19Contrairement au cas du Cerro de Silva, les bifaces étaient extrêmement rares. Les éclats, par contre, étaient nombreux et se prêtaient bien à une étude morphologique détaillée.

20Un système de calcul des dimensions relatives et de repères géométriques simples pour identifier les silhouettes vues en plan, a fourni des groupements d’objets auxquels correspondaient, chose qui restait à interpréter, les emplacements des sites en fond de vallée et sur les sommets. La corrélation statistique de l’échantillon de surface et de celui de fouille, sur une échelle de valeurs comprenant les dimensions relatives (en classes) combinées aux caractères technologiques (en catégories) a montré l’existence de trois traditions de taille (1980). L’une d’elles semble être tout à fait locale, une autre ressemble à ce qui a été signalé plus au nord, au San Luis Potosí et au Coahuila, la dernière à ce que l’on connaît dans la vallée de México. Le système de calcul direct des dimensions relatives est ici repris et amélioré.

TONINA

21Le problème qui se posait (1979-1980) tenait surtout à la façon dont on a l’habitude de considérer le lithique maya. Le raffinement de cette civilisation semble impliquer une extrême finesse et perfection des instruments lithiques. Or une étude de l’ensemble du lithique récupéré en fouilles indique le mal-fondé de cet à priori. Bien que les lames prismatiques en obsidienne, obtenues par pression contrôlée, soient abondantes, il existe aussi, en tout aussi grand nombre, une industrie sur matériaux locaux (l’obsidienne étant apportée de l’extérieur) extrêmement grossiers et difficiles à tailler comme le quartz à structure cristalline irrégulière et fracture anguleuse, trouvé sous forme de galets. Par ailleurs, d’excellents silex à l’état de larges rognons étaient taillés en bifaces plutôt épais, assez maladroits dans leur silhouette et, somme toute, moins efficaces pour couper que les éclats de quartz.

22Tout l’effort a donc porté sur le quartz, sur la mise en évidence d’éventuelles formes répétitives et, à partir de là des techniques de taille correspondantes. L’étude morphologique était compliquée par l’absence quasi systématique de bulbes de percussion. Par contre, la présence de surfaces roulées et de zones martelées rendait possible la description et permettait de reconstituer, notamment, les dimensions moyennes de galets d’origine. Une véritable économie de la matière première avec deux stratégies de taille assez particulières, ont résulté de cette étude (1982) ; l’ensemble a été vérifié ensuite par des expériences de taille reconstituant les gestes suggérés au niveau des vestiges. Alors que l’obsidienne apparaissait en majorité dans les sites monumentaux, le quartz était très abondant dans les petits sites autour des premiers. Son utilisation par les paysans locaux qui occupaient les petits sites périphériques (sortes de ranchos) est donc envisageable. Ceux-ci pouvaient obtenir, facilement, d’excellents tranchants naturels pour couper, racler, scier, etc., les éclats étant ensuite laissés sur place.

23La description morphologique et la reproduction par expérimentation des gestes de taille suggérées par l’étude ont été conservées dans le programme San Luis Potosí. Des matériaux bruts représentant l’éventail général des pierres trouvées dans la région ont été travaillés avec d’autres matériaux locaux : en percussion directe (galet de basalte, bois dur de mezquite et bois de cerf), en percussion indirecte (bois de cerf) et en pression (os, bois de cerf). Les différentes catégories d’objets reconnus par l’étude ont pu être, ainsi, reproduites avec leurs déchets de taille.

24En résumé, ces travaux antérieurs au Mexique ont permis de tester au moins trois aspects utilisés dans ce qui va suivre : la grille descriptive des pièces bifaciales ; le calibrage des mesures relatives en proportion des éclats ; la description morphologique et l’approche technologique appuyées sur la reproduction des techniques de taille. A partir de cela, la méthode appliquée à l’étude du matériel lithique du programme San Luis Potosí s’organise, schématiquement, de la façon suivante.

LES GRANDES LIGNES DE CE SYSTEME

25La méthode est considérée, au départ, comme un moyen pour obtenir, à partir de données descriptives préalables, des groupements d’objets pouvant avoir des significations culturelles. Pour cela, elle dispose de deux “outils” :

  • La prise de données, sur les objets.

  • Le traitement de ces données.

26La prise de données est sans aucun doute l’opération la plus longue. Selon la quantité d’objets à étudier et la finesse d’analyse souhaitée, cette opération peut facilement devenir interminable. Faire vite et le mieux possible, de préférence en se fixant des marges d’erreurs qui ne gêneront pas le travail du deuxième outil (le traitement), est un idéal, parfois même une condition indispensable, qui a toujours été recherché par tous, dans tous les domaines.

27Un pied à coulisse, une règle et un rapporteur : voilà qui ne permet guère de gagner du temps au niveau de la prise de données quel que soit le moyen de traitement que l’on utilise ensuite. D’énormes progrès sont souhaitables dans ce domaine. J’ai essayé ici de simplifier un peu cette tâche, de réduire le temps passé à prendre des mesures, tout en limitant le degré d’erreur dû aux instruments et en calculant celui-ci. Les instruments eux-mêmes sont faciles à fabriquer soi-même ou à adapter à partir d’objets existant dans le commerce. Ils permettent une lecture directe, avec un minimum de manipulation, des dimensions absolues en millimètres, dimensions relatives sous forme d’indices longueur-largeur, épaisseur-largeur, largeur maximale-largeur à la base, angles actifs et convexités. Ces données sont reportées sur fiche mécanografiée pour chacun des objets décrits.

28Les registres étudiés, qui apparaissent sur la fiche finale, concernent la morphologie, la technologie, la fonction, la chronologie et les associations autres que lithiques.

29La description est fondée sur des variables dont la liste est établie à l’avance, en fonction de ce que l’on voudrait faire ressortir (d’un point de vue réaliste, ce choix s’impose, à moins de disposer de moyens illimités). Chaque variable est définie aussi précisément que possible et ses connexions avec d’autres variables, dans des conditions prévisibles, donnent lieu à des nomenclatures applicables par étapes et se substituant les unes aux autres à mesure de l’étude. Le résultat vise à aboutir à une classification des objets en tenant compte de leurs forme, fabrication, fonction et contexte culturel.

30On dispose pour cela, en résumé :

  • d’un “fonds” descriptif, acquis de la préhistoire européenne et asiatique, avec certaines adaptations ;

  • d’un ensemble de caractères mesurés, de façon uniforme, par des instruments dont on connaît le degré d’erreur (calculé sur un large échantillon) ;

  • d’un ensemble de caractères observés, pris sur une liste-type invariable, établie à l’avance et totalement codifiée pour faciliter son exploitation manuelle ou informatisée ;

  • d’un jeu de fiches suivant les objets étudiés, depuis leur découverte (reconnaissance et fouilles) jusqu’au laboratoire (sélections progressives et classement final) ;

  • d’un échantillonnage de référence des roches représentées dans la région du programme avec leurs identifications géologiques faites à partir de lames minces, et un schéma général écrit de leurs propriétés physiques respectives ;

  • de moyens statistiques simples, pour l’interprétation des résultats techniques ;

  • de moyens de vérification des techniques utilisées pour la fabrication des objets par leurs auteurs, grâce à un approvisionnement en roches locales que l’on va tailler avec des outils en matériaux trouvés dans la région de l’étude, selon les différentes techniques qui sont ressorties de la classification technologique et en vue de vérifier les résultats de celle-ci. Les observations de taille sont conservées par écrit, et les objets sont à leur tour classés avec leurs déchets de taille et rangés dans des boîtes.

LE BILAN GLOBAL

SUR LE PLAN DE LA METHODE EMPLOYEE

31Dans ses limites, elle est applicable de façon systématique d’un bout à l’autre de l’étude. En fonction de ses définitions préalables, elle peut être utilisée sur un même ensemble de matériel par plusieurs personnes différentes, simultanément ou alternativement. Ses résultats peuvent être révisés et modifiés à un moment donné et le système de fichage successif permet de se fixer des étapes et de faire le point à la fin de chacune d’elles pour s’orienter dans les choix à faire d’une étape à l’autre. Une lacune fort ressentie : l’impossibilité matérielle de disposer de références exactes, au niveau des traces d’utilisation, pour les roches régionales. Ceci aurait constitué un programme en soi ; il a donc fallu se contenter de références bibliographiques sur le sujet. Pour éviter autant que possible les interférences avec la matière première, j’ai essentiellement retenu, comme indicative, la situation des traces sur l’objet plutôt que leur forme et leur intensité. A cette exception près, sans omettre tout ce dont l’existence m’a échappé, la méthode s’est avérée commode dans son application et rapide dans ses résultats.

EN CE QUI CONCERNE LES RESULTATS

32Un choix a dû être fait pour ne présenter que ceux qui semblent être les plus pertinents, en fonction de l’orientation générale du programme : caractériser les groupes culturels en place et leurs éventuelles relations à certaines époques, dans le cadre chronologique donné par les datations de radiocarbone et sous réserve de leur validité.

33Pour la première fois dans la Région les objets recueillis et datés (certains niveaux ayant été datés par deux laboratoires à la fois pour obtenir des recoupements) à partir des restes de foyers associés, permettent de couvrir plus de 2 500 ans d’archéologie locale. Sous réserve des indispensables modifications ultérieures, le classement du matériel lithique peut caractériser les cultures présentes. Les recoupements faits avec les résultats de l’étude céramique (D. Michelet) sont cohérents en ce qui concerne les populations ayant utilisé les deux industries.

34Par ailleurs, une caractérisation des ateliers de taille et des sites Ethiques de campement ou de passage (cf définitions chapitre 3) à partir des paramètres statistiques des dimensions de déchets de taille a pu être tentée. Les autres sites se regroupent en trois complexes et trois faciès à partir de leur matériel lithique. Trois données essentielles interviennent dans ces regroupements : un coefficient de densité d’objets Ethiques par mètre cube de terre fouillée ; l’existence, en quantité relative, de certaines matières premières représentant des technologies tout à fait spéciales ; les graphiques de distribution de treize catégories d’instruments pour chaque niveau de site.

35A partir de cela, des modèles statistiques de références sont proposés qui caractérisent les assemblages lithiques propres à chaque complexe et/ou faciès reconnu. Ces modèles permettent le rattachement d’un site à un complexe donné, par exemple, d’après le matériel lithique provenant de sa surface ou d’un petit sondage ponctuel.

36En ce qui concerne les peintures rupestres, connues depuis très longtemps dans l’Etat, la découverte d’une sépulture associée à celles-ci propose une position chronologique tout en les plaçant dans un contexte culturel particulier. Si l’on en juge par l’ensemble des offrandes de la sépulture, leurs auteurs auraient eu un statut social tout à fait spécial.

37Des contacts ont été mis en évidence entre les différents complexes reconnus, créant de ce fait leurs différents faciès dûs à d’apparentes transformations dans les modes de subsistance, les relations entre Mésoaméricains et Chichimèques s’étalant, en effet, sur plus d’un millénaire. Les premiers résultats de l’étude anthropométrique (C. Serrano) indiquent par ailleurs de possibles métissages. Pour créer des liens pacifiques entre voisins, les alliances par échanges de femmes étaient très communes dans le Mexique ancien comme dans d’autres parties du monde. C’est la raison pour laquelle il semble inconcevable de continuer à croire que ces populations menaient des existences parallèles.

38En outre, des variations importantes dans le degré et la nature du nomadisme pratiqué dans la Région ont été décelées. Actuellement elles sont encore difficiles à cerner et une nouvelle série de fouilles sera nécessaire. Pour l’instant, je serais porté à croire que le qualificatif de “nomade” n’est pas toujours approprié vis-à-vis de chasseurs-collecteurs.

39Sur un plan plus général, l’existence d’un “fonds” culturel commun aux habitants préhispaniques des aires arides et semi-arides, depuis l’Arizona nord-américain jusqu’à l’Etat mexicain du San Luis Potosí, semble s’affirmer, quelles que soient les diversités observables à l’échelle régionale. Ces diversités existent aussi en Mésoamérique, sans en masquer pour autant l’unité d’ensemble. Cela dit, s’il faut parler de frontière entre Chichimèques et Mésoaméricains, gageons que celle-ci devait être au moins aussi perméable que celle qui sépare actuellement le Mexique et les Etats-Unis.

40Que dire, enfin, des chroniques du XVIe siècle quand elles sont confrontées aux données de l’archéologie ? Sur bien des aspects il ne fait pas de doute que les informations se recoupent ; dans cette région particulière du Mexique les rares données historiques disponibles sont d’une importance inestimable pour la recherche archéologique. Mais des contradictions non négligeables existent. Certes, il n’était pas nécessaire d’entreprendre cette étude pour contredire les affirmations des chroniqueurs selon lesquelles les Chichimèques auraient été de véritables bêtes sauvages ne sachant rien des “contrats de cohabitation humaine”. Cela ne fut jamais l’objectif principal recherché ici. Mais il est bon que l’archéologie puisse apporter des arguments contradictoires sur ce sujet. Souhaitons, pour le moins, que les héritiers de ces populations finissent par réaliser qu’elles furent pratiquement exterminées et radicalement dépouillées de leurs valeurs ancestrales en vertu de la loi du plus fort.

Table des illustrations

Légende Carte 1 - L’Etat du San Luis Potosí et sa position géographique dans les territoires de chasse-collecte du XVIe siècle, selon les chroniques coloniales.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/5488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search