Version classiqueVersion mobile

Les Chichimèques

 | 
François Loubet-Rodríguez

Avant-propos

Texte intégral

“Si les habitants de la Terre de Arnhem n’ont pas réussi à fabriquer la culture, ce n’est pas faute de temps, c’est faute de s’y être appliqués. ”
Marshall Sahlins 1972, p. 59.

1Sur la frontière nord de l’ancienne Mésoamérique, les Espagnols qui viennent de conquérir le domaine aztèque se heurtent à un monde fondamentalement différent et bien plus difficile à soumettre : celui des Chichimèques. Ceux-ci parcourent le Haut Plateau semi-aride entre les deux Sierra Madre par petites bandes plus ou moins autonomes qui pratiquent la chasse et la collecte. Malgré plus de quatre millénaires de voisinage avec les agriculteurs mésoaméricains ils conservent, envers et contre tout, ces particularités essentielles.

2Un tel contraste culturel n’a pas manqué d’attirer l’attention des témoins espagnols, pendant les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. C’est à partir de ces sources écrites que l’ethnohistoire a pu présenter un panorama détaillé des coutumes des chasseurs-collecteurs, telles qu’elles étaient perçues à l’époque. Mais l’archéologie est encore loin d’avoir reconnu à ces populations du nord l’importance qu’elles ont eu dans le Mexique préhispanique. Les quelques études qui leur ont été consacrées à ce jour sont signalées au long de ce travail qui voudrait être une modeste contribution aux recherches archéologiques sur la frontière nord de la Mésoamérique.

3Sur un échantillon géographique restreint (le centre sud du San Luis Potosí") les vestiges matériels de ces groupes frontaliers sont ici présentés et interprétés avec leur évolution à travers le temps. Les données archéologiques sont ensuite confrontées aux informations ethnohistoriques, afin d’observer les recoupements possibles, à différents niveaux de compréhension. Les résultats sont à considérer avant tout comme une base de discussion, méthodologique et interprétative, pour s’approcher de cette catégorie un peu particulière de phénomènes culturels.

4Tout cela découle d’un programme de recherches pluridisciplinaires mené par la Mission Archéologique et Ethnologique Française au Mexique (MAEFM) dans le sud-ouest de l’Etat du San Luis Potosí, entre 1980 et 1983. Financé en grande partie par la sous-direction des Sciences Humaines et Sociales de la DGRCST, dirigée par Philippe Guillemin, le programme a aussi bénéficié des apports financiers de la RCP 633 du CNRS — responsable Pierre Usselmann — et de l'URA 32 du CNRS — responsable Pierre Becquelin, La partie archéologique a été menée en collaboration avec Dominique Michelet, spécialiste des populations mésoaméricaines de Río Verde (S L P). Nicole Percheron était chargée de la recherche ethnohistorique, Pierre Usselmann de la géomorphologie, et Marie-Françoise Passini, de la botanique. Les études zoologique de Ticul Alvarez et Aurelio Ocaña (departamento de Prehistoria, INAH), anthropométrique de Carlos Serrano et Rosa-Mana Ramos (IIA, UNAM), pétrographique de Claude Robin (laboratoire de Géodynamique sous-marine de Villefranche-sur-Mer) et archéométrique de Maria Magdalena de los Ríos (departamento de Prehistoria, INAH) et G. Delibrias (laboratoire de Faibles Radioactivités de Gif-sur-Yvette) sont ici présentées sous certains aspects seulement, l’ensemble devant faire l’objet d’un prochain volume collectif, dans cette même série. A chacun et à chacune, je désire exprimer ici toute ma gratitude et ma profonde sympathie.

5Je voudrais remercier également toutes celles et tous ceux qui, dans leurs domaines respectifs, m’ont aidé à réaliser ce travail :

6José-Luis Lorenzo, directeur en 1979 du Consejo de Arqueología del Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH), a été le premier à voir l’intérêt d’un programme de recherches orienté vers les phénomènes de contacts culturels dans cette partie du San Luis Potosí ; ses encouragements et son appui administratif ont été essentiels dans l’élaboration du projet initial et je le prie de trouver ici l’expression de la vive reconnaissance de la MAEFM et de moi-même. Je remercie également Angel Garcia-Cook, directeur en 1980 du departamento de Monumentos Prehispánicos, Joaquín García Bárcena, directeur au même moment du Consejo de Arqueología del INAH, Patricio et Diana Dávila-Cabrera, délégués régionaux de l’INAH à San Luis Potosí, pour leur collaboration efficace et amicale au niveau administratif. A certains stades de l’étude préparatoire du programme j’ai aussi bénéficié largement de l’aide, sous la forme de prêt de documents et de conseils bibliographiques, de Octaviano Cabrera-Ipiña, Rafael Montejano y Aguiñaga, Isabel Galán et Fernando del Castillo, à San Luis Potosí, ainsi que de Lorena Mirambell (departamento de Prehistoria, INAH) et de Jacques Galinier (CNRS), à Mexico, que je remercie vivement. Pendant les travaux de terrain et de laboratoire, Véronique Darras, Franck Gorin, Florence Hollande, Jean-Marie le Nir, Carmen Martínez Malo, Jacqueline Michelet, Gérald Migeon, Pascal Mongne, Olivier Puaux, Rosaura Quezada et Marie-Madeleine Usselmann, ont fourni des collaborations compétentes et précieuses, auxquelles je tiens à rendre honneur. Je remercie également, pour leur excellent travail comme guides et compagnons de reconnaissance et de fouilles, José Díaz de Las Adjuntas. Lourdes, Ernesto Amador de Bagres et Sabino López, de Tierra Nueva, Pour finir je voudrais remercier très particulièrement, Antoinette Nelken Temer, qui a été un directeur de recherches précis, discret et efficace, dans la présentation de ce travail à l’Université de Paris I, pour l’obtention du titre de docteur de troisième cycle en Préhistoire ; les professeurs José Garanger, Jacques Tixier, Eric Taladoire et Paul Tolstoy, qui ont bien voulu faire partie de mon jury de thèse et me faire bénéficier de leurs suggestions pour l’amélioration du manuscrit ; Dominique Michelet, dont la collaboration a été fondamentale dans l’aboutissement de ce programme de la MAEFM ; Pierre Usselmann, qui en a assuré la bonne marche administrative et financière, tout en participant activement aux travaux de terrain ; Concepción Asuar, qui a aidé à la rédaction de la partie en espagnol, remarquablement typographié le texte et réadapté sa présentation ; Joëlle Gaillac, qui a corrigé les épreuves du texte et qui en a assuré entièrement l’édition avec une minutie et une bonne humeur admirables, Victor Lagarde (photographies) et Françoise Bagot (dessins et formation) qui se sont magistralement chargés de l’illustration qui complète le texte ; et, enfin, Françoise Loula, mon épouse, dont l’aide ne m’a jamais manqué, d’un bout à l’autre de ce travail.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search