Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’habitat en alta Verapaz, Guatemala

 | 
Marie-Charlotte Arnauld

Annexes

Annexe IV. Description de la céramique

Texte intégral

Index des types céramiques dans l’ordre de présentation

Tableau 22 : Comptes des collections céramiques

Tableau 22 : Comptes des collections céramiques

Tableau 23 : Subdivision hiérarchique des critères utilisés pour la définition des types

Tableau 23 : Subdivision hiérarchique des critères utilisés pour la définition des types

• Ces 2 types comprennent aussi des monochromes.
50 types inclus ; non inclus : ENCENSOIRS ET POTENTIELS.

Tableau 24 : Essai de classification des types en groupes et classes

Tableau 24 : Essai de classification des types en groupes et classes

Tableau 25 : Attributs de définition des classes.

Tableau 25 : Attributs de définition des classes.

Tableau 26 : Inventaire détaillé des poteries cataloguées

Tableau 26 : Inventaire détaillé des poteries cataloguées

Notes : DECH. – décharge
P. = parois

Tableau 27 : Distribution spatiale des types (par sites)

Tableau 27 : Distribution spatiale des types (par sites)

I. Méthode de description et conventions de présentation

1La description est basée sur la totalité des collections classées ; il a donc été tenu compte de tous les tessons constituant l’échantillon du type à décrire, sauf dans quelques cas signalés.

2Les noms espagnols des types sont ceux d’espèces végétales communes en Alta Verapaz. Font exception les types ou groupes largement signalés et connus sous un nom établi (Tohil, Micacé, Forteresse et Utatlan), un type de Cotzal-Chajcar nommé Nama, tout à fait identique au nôtre (Adams s.d.), et un type probablement moderne nommé Rabinal parce qu’actuellement fabriqué dans cette localité.

3Le mode de description et la terminologie sont empruntés aux publications suivantes : en premier lieu Becquelin 1969, Baudez et Becquelin 1973, Becquelin et Baudez 1979 ; d’autre part Balfet 1966 et Sabloff 1975. Quelques précisions doivent cependant être données quant à certaines modalités de la description et de la présentation.

Composition de la fiche descriptive d’un type

  • Illustrations

  • Echantillonnage

  • Complexe

  • Groupe et classe (s’il y a lieu)

  • Critères de définition

  • Pâte

  • Surface (traitement de)

  • Décoration

  • Formes

  • Provenance (spécifiée pour les types très localisés ; pour les autres voir le tableau 27)

  • Variations locales (s’il y a lieu)

  • Remarques (s’il y a lieu)

  • Comparaisons (inter-régionales)

Pâte

  • 1 Quartz, mica, pierre ponce et feldspath ont été identifiés avec l’aide de géologues de l’Instituto (...)

4Un échantillon de tessons a été observé à la loupe binoculaire pour chaque type. On note la nature1 des “inclusions” (éléments supposés non plastiques, de préférence au terme “dégraissant”), et la texture, dite compacte ou friable selon l’aspect de la pâte et celui de la fracture fraîche, dite fine, moyenne à grossière selon les dimensions des particules, et surtout des inclusions :

  • Fine : diamètre < 0,25 mm

  • Moyenne : diamètre de 0,25 à 0,5 mm

  • Grossière : diamètre >0,5 mm

  • Les différents matériaux des inclusions sont énoncés en commençant par le plus abondant.

  • La dureté a été évaluée en fonction de la texture et de la résistance à la cassure (compte tenu de l’épaisseur des parois).

Traitement de surface

5On a considéré qu’un tesson n’est engobé que lorsque la couleur de sa surface supposée engobée est nettement différente de celle de la pâte. Lorsque la différence de couleur est minime mais que l’aspect de la surface suggère qu’elle a été enduite, on propose l’existence d’un “bain”. Quand ni engobe ni bain ne sont mentionnés, la surface est supposée non engobée. La couleur de la surface et de ses variations est indiquée, avec pour la couleur considérée comme diagnostique, le code de référence Munsell (édition 1973).

Décoration

6Pour l’incision, on ne note que la largeur du sillon, la profondeur étant très rarement supérieure à 1 mm (alors spécifiée) et la section très rarement autre que triangulaire, soit en V. On indique d’autre part si l’incision a été exécutée avant ou après le passage de l’engobe (pré- ou post-engobe) ; sauf rares cas spécifiés de gravure, l’incision a été faite avant la cuisson.

Formes

7Chaque forme attestée est tout d’abord définie au moyen des attributs du profil les plus distinctifs, et, s’il y a lieu, identifiée par le code désignant celle des catégories qui lui correspond (catégories décrites ci-après, section II, fig. 124). Puis on note le nombre de tessons attestant la forme, et les illustrations ; enfin les éléments de la forme sont décrits et, s’il y a lieu, les dimensions sont données.

  • Col de jarre : considéré comme existant s’il y a une inflexion marquée par rapport au corps sur plus de 2 cm de hauteur. Col court : 2 à 4 cm. Col moyen : 4 à 6 cm. Col haut : 6 à 10 cm. “Col convergent” : de parois convergentes.

  • Bord : l’inclinaison (“évasé”, “rentrant”, “redressé à la verticale”) est donnée par rapport à l’axe du haut de la paroi du corps ; si le bord est dans l’axe de la paroi, ou s’il prolonge sans inflexion la courbe de celle-ci, il est “non infléchi” et ce point n’est en général pas explicité. De même si le bord est “direct” (“non modifié”, c’est-à-dire ni aminci, ni épaissi), ce point n’est pas précisé.

  • Anses de jarres : très généralement 2 anses verticales sur un même récipient (sauf cas autres spécifiés). Les abréviations S. et P. désignent la section et le profil de l’anse.

  • Dimensions (abréviation : Dim.) :

    • D-ouverture, D-fond... etc. = diamètre (à l’ouverture, calculé lèvre comprise).

    • D-anse = diamètre, épaisseur de l’anse comprise, épaisseur de la paroi non comprise.

    • Ep-paroi, Ep-bord... = épaisseur.

    • Ht = hauteur du récipient ; Ht-col = hauteur du col.

    • l. = largeur.

    • L. = longueur (pour les tenons, épaisseur de la paroi comprise).

Comparaisons

8L’abréviation MN désigne le Museo Nacional de Arqueología y Etnología de Guatemala ; le code qui suit indique l’emplacement de l’élément comparé dans la réserve.

9Les comparaisons sont données dans l’ordre géographique en commençant par les éléments provenant de Verapaz ou de régions limitrophes. Elles portent sur une relation au niveau typologique, ou bien sur une relation au niveau de plusieurs modes. Si un seul mode de notre type est impliqué, celui-ci est désigné et l’élément comparé est mentionné en regard.

Illustrations

10On est prié de se reporter à la note en sous-titre qui précède la fig. 123.

Poteries cataloguées

  • 2 P. Carot doit être remerciée pour ce travail.
    A noter que la jarre B 296 19 de la sép. 7 de Sulín n’ (...)

11Il s’agit des poteries trouvées en fouille intactes ou conservées au moins aux deux tiers, et des poteries reconstituées entièrement ou partiellement (au moins aux deux tiers) à partir de fragments trouvés en fouille2. Ces récipients déposés au Museo sont chacun identifiés par la lettre B (désignant la catégorie “poteries”), le numéro du lot de provenance et un numéro d’inventaire. On trouvera au tableau 26 l’inventaire des poteries avec leurs affiliation typologique, contexte, forme, illustrations et provenance.

II. Les catégories de formes

12La classification par formes a pour but de mettre en relief les récipients les plus fréquemment fabriqués et utilisés à travers le temps, et secondairement à travers l’espace régional. En ce sens les formes définies doivent permettre de retracer une évolution chronologique.

13Il ne s’agit donc pas seulement des quelques formes qui ont pu être restaurées intégralement, mais des formes les mieux représentées quantitativement dans les collections. Pour plusieurs d’entre elles, une partie seulement du profil est connue (la partie supérieure), et le nombre de traits diagnostiques est restreint.

14On trouvera la distribution des formes par types au tabl. 6. La distribution chronologique de 18 des 27 formes établies dans les niveaux de la séquence sériée (et niveaux assimilés) figure au tabl. 12 (voir le numéro de mode assigné à chacune des 18 formes dans la description ci-après). Les formes sont illustrées à la fig. 124.

A) Jarres (fig. 124 a)

15Profils Al A2 A3 : bord épaissi angulaire à l’intérieur, et évasé.

  • Al : sans col. 2 ou 4 anses (attachées) à la lèvre. D-ouverture : 14 à 22 cm.

  • A2 : col court à moyen, Ht : 2 à 4 cm, convergent. 2 anses à la lèvre ou au col. D. : 14 à 22 cm.

  • A3 : sans col ou col moyen, Ht : 0 à 6 cm, vertical. 4 anses à la lèvre, au col ou à la panse. D. : 8 à 12 cm.

16Profils B1 B2 B3 : bord épaissi, non infléchi mais en B2 et B3 peut être redressé ou évasé. Sans col, ou très court et convergent.

  • B1 : bord épaissi à l’intérieur. Sans col. Sans anses. D. : 12 à 24 cm.

  • B2 : bord épaissi à l’intérieur. 2 anses à 2 cm sous la lèvre. D. : 12 à 22 cm.

  • B3 : bord épaissi à l’extérieur. 2 anses à 2 cm sous la lèvre. D. : 14 à 22 cm.

17Profil C : bord épaissi angulaire ou continu à l’intérieur, et évasé.

18Col moyen à haut, Ht : 3 à 8 cm, vertical ou tendant à être évasé. 2 anses au col, ou à la panse. D. : 10 à 14 cm et 19 à 24 cm.

19Profil D : bord épaissi, non infléchi. Col moyen vertical, Ht : 3 à 5 cm. 2 anses à la lèvre ou au col. D. : 12 à 22 cm.

20Profils E1 E2 E3 : bord direct, non infléchi ou évasé. Col moyen à haut, Ht : 4 à 10 cm. 2 tenons ou anses petites à la panse. D. : 18 à 32 cm.

  • El : col vertical.

  • E2 : col évasé.

  • E3 : col convergent.

21Variation chronologique

22(Voir tabl. 12. Numéros de modes : A1/12 ; A2/14 ; A3/7 ; B1/3 ; B2/37 ; B3/29 ; C/10 ; D/25 ; E1/48 ; E2/50).

23L’évolution se fait essentiellement des jarres sans col ou à col court convergent à peine discernable, aux jarres à col moyen, puis à col haut, vertical. Le bord, d’abord épaissi angulaire et évasé, donne lieu à des façonnages divers au Classique récent, puis devient plus simple au Postclassique récent (direct, non infléchi) et médiocrement façonné.

Variation spatiale

24Au Classique récent, les jarres A2 et B3 sont caractéristiques du secteur sud, les jarres B2 et D le sont du secteur nord. Les jarres C sont omniprésentes.

25Comparaisons

26Voir la rubrique Comparaisons des types suivants : pour A1 et A2, Mostaza Rouge sur Naturel. Pour A3, Berro Rouge Sombre sur Naturel. Pour B1, Bacche Simple. Pour C, Caoba Rouge Noirci. Pour D, Cebada Poreux. Pour E, Malva Gris Naturel.

B) Bols (Plats), formes anciennes (fig. 124b)

Profils

3. Les bols K sont "fermés" ou "à orifice restreint" (inclinaison des parois), ou de bord rentrant (inclinaison du bord). Cette forme a été définie de façon imprécise en raison des dimensions réduites des fragments qui l’attestent.

27Dimensions : très variables.

28Distribution spatiale : pas de configuration discernée.

29Distribution chronologique

30(Numéros de modes pour le tabl. 12 : G 5 ; K 15)

31Comparaisons

32Pour les bols G, voir la rubrique Comparaisons de Anona Rouge Spéculair

33Décors

34Formes parfois décorées : cannelures, incision de motifs simples, pastillage.

C) Bols (plats, vases) formes tardives (fig. 124c)

Profils

Corps

Parois

Bord

N

Profil simple

Parallèles rectilignes

O

Profil simple

Divergentes proches de la verticale. Rectilignes ou concaves

Epaissi

P

Profil simple

En demi-sphère

Evasé ou redressé ou non infléchi

Q

Profil simple

Parallèles convexes

Redressé ou non infléchi

R

Profil simple ou composite
Liaison angulaire

Inf. : en calotte
Sup. : divergentes concaves

Direct non inf. ou épaissi angulaire

S

Profil simple

Divergentes concaves
Epaisseur ≤ 0,7 cm

Direct ou épaissi

1. Selon que la liaison angulaire est basale ou médiane.

35Dimensions : variables.

36Distribution spatiale : la forme R (bol à angle) est caractéristique du secteur nord.

37Distribution chronologique

38(Numéros de modes pour le tabl. 12 : N/31 ; R/46 ; S/36). Toutes ces formes datent du Classique récent. Les formes R et S se maintiennent au Postclassique ancien.

39Comparaisons

40A l’exception du bol R, ces formes sont très répandues dans l’aire maya au Classique récent ("vase cylindrique" N, “pseudo-cylindrique” O, barrel-shaped Q, “bol” ou “plat concave" S. “bol hémisphérique” P, ce dernier apparaissant aussi au Classique ancien, voir Spécial n° 10). Pour la forme R, voir la rubrique Comparaisons du type Nitro Blanc Incisé.

41Décors

42Formes très fréquemment décorées.

43P.R. S : incision à motifs relativement complexes : peinture négative.

44N.O. Q : incision + cannelures + pastillage ; polychromie ; polychromie + incision : incision.

D) Autres formes (fig. 124D)

1) U : “Pot-canard”

  • Forme d’un pot grossièrement cylindrique, mal façonné ; utilisé posé à l’envers ; une anse petite attachée verticalement à la liaison fond-paroi et au bas de la paroi. Hauteur estimée : 20 cm ; D-ouverture : 9-15 cm ; Ep-parois : 0,6-1,6 cm ; Ep-fond : jusqu’à 6 cm.

  • Très répandue dans toute la zone.

  • Existe au Classique ancien mais est surtout populaire au Classique récent et disparaît au Postclassique ancien.

  • Comparaisons : voir Nama Modelé.

  • Décor : impressions digitales sur le fond à l’extérieur.

2) V : Grand bol ou bassin

  • Fond plat. Parois divergentes rectilignes ou convexes ; plus rarement parallèles ou convergentes. Bord épaissi à l’extérieur sur plus de 3 cm de hauteur. Fréquemment 2 anses verticales petites at tachées sous le bord.
    D-ouverture > 20, jusqu’à plus de 50 cm
    Ht > 10 cm, jusqu’à 20 cm.
    Ep-bord et parois : 0,5-2 cm.

  • Très répandue dans toute la zone.

  • Mode n° 13 : forme présente dès le Protoclassique jusqu’au Postclassique ancien.

  • Comparaisons : voir Chatillas Lissé.

  • Finition de surface : lissage excellent à l’intérieur ; finition très médiocre à l’extérieur.

3) Comal

45Plat à fond plat ou convexe, de grand diamètre (généralement supérieur à 40 cm), de “parois” peu hautes (1 à 7 cm) donc assimilées au “bord”. Bord d’inclinaison et profil variables, mais fréquemment épaissi. Liaison fond-bord angulaire ou en ressaut ou arrondie.

46On distingue :

  • Les comals W de moins de 2 cm de hauteur, trouvés seulement à Salto du Classique récent, à Las Flautas du Postclassique, et à Pansalché du Postclassique récent (mode n° 33).

  • Les comals X de 2 à 3 cm de hauteur, principalement présents à Salto. Mode n° 34 : Classique récent, Postclassique.

  • Les comals Y-Z de 3 à 7 cm de hauteur (probablement deux sous-classes à distinguer encore, selon le critère des dimensions, mais les fragments disponibles sont trop réduits). Très répandus dans la zone. Apparaissent au Classique ancien et sont populaires au Classique récent (mode n° 23). Pour comparaisons, voir Chatillas Lissé et Cebada Poreux. Un trait rarement associé est une paire d’anses horizontales attachées à la lèvre (mode n° 20, Protoclassique et Classique ancien). Deux autres traits moins rares sont les “décors” de cannelures digitales sur le fond intérieur (mode n° 21, Protoclassique et Classique ancien, voir Mostaza Rouge sur Naturel) ou de bandes rouges sur le fond intérieur (à Sulín, Classique, voir Mostaza).

47Tous les comals sont très bien finis à l’intérieur ; le fond extérieur est généralement rugueux, “granuleux”, le récipient ayant été façonné dans une dépression du sol remplie de sable.

III. Description typologique

Céramique du Préclassique ancien-moyen

Bacche simple (fig. 126)

48Echantillonnage : 56 tessons.

49Complexe : non défini.

50Critères : tecomate, soit jarre globulaire sans col. Surface extérieure lissée.

Pâte

  • Inclusions : quartz, pierre ponce, mica, particules oranges.

  • Texture : moyenne, friable, lâche ; fracture irrégulière.

  • Couleur : orange, brun, gris, noir ; zone centrale fréquemment noire.

Surface

51Surface extérieure bien à très bien lissée. Surface intérieure moins bien lissée. Couleur : rouge à brun pâle, ou beige. Variante : surface extérieure engobée orange (2 ex.).

Décoration

  1. Lèvre engobée rouge, polie : 15 ex. environ.

  2. Ponctuation : 5 ex. (fig. 126d). Semis de points espacés effectués avec une pointe en repoussant vers le bas l’argile plastique ; couvrant la surface extérieure. Sur 1 ex. le même décor a été réalisé avec un très petit coquillage.

Forme

52Jarre B1 globulaire sans col (tecomate), à bord épaissi à l’intérieur : 56 ex. (fig. 126a-d). Haut de panse convexe convergent, d’une inclinaison proche de l’horizontale. Bord épaissi progressivement. La liaison intérieure du bord à la lèvre est parfois angulaire (fig. 126a), parfois marquée par un bourrelet petit (fig. 126b). Lèvre aplatie ou arrondie.

53D-ouverture : 12 à 24 cm ; Ep-parois : 0,5 à 1 cm ; Ep-bord : 1,4 à 2,1 cm.

Comparaisons

  • Pour la forme : Couchas Red Unburnished et Victoria Coarse, complexe Ocos de la Victoria (Coe 1961 fig. 14 à 16). Mais les tecomates à bord épaissi sont plus caractéristiques du complexe Conchas postérieur (fig. 24gik) (voir aussi MN 83 C7 et C8). De Salinas et La Victoria, Suchiate Brushed, complexes Jocotal et Conchas 1 (Coe et Flannery 1967 : 30, fig. 13ef). Enfin tecomates du complexe Chiapa I de Chiapa de Corzo (Lowe et Mason 1965 : fig. 6 haut-droite).

  • Pour le décor : Suchiate Brushed, stick ponctuation (réf. citée) ; voir aussi random stick impression des tecomates Ocos de La Victoria (Coe 1961 : 60).

Anona rouge spéculaire (fig. 125 et 206f)

54Echantillonnage : 69 tessons.
Complexe : non défini.
Classe : épaisse polie.
Critères : engobe légèrement poli, non érodé, de couleur rouge sombre à particules brillantes. Incision large pré-engobe. Bol ouvert épais à bord très épaissi ou doublé.

Pâte

55Identique à celle de Bacche Simple.

Surface

56Engobe général, ou bien seulement à l’extérieur, rarement à l’intérieur seulement ; surface non engobée bien lissée ; surface engobée bien finie, probablement polie, certains tessons conservant un léger brillant ; érosion faible. Couleur de l’engobe : rouge sombre hématite (10R 3/3 3/4 4/6), rarement rouge-brun ; particules brillantes très nombreuses donnant aux surfaces un aspect scintillant caractéristique. Couleur des parties non engobées : orange-beige ; brun ; parfois gris foncé, bien lissé à l’intérieur.

Décoration

  1. Incision large : 17 ex. (fig. 125aefg ; fig. 206f). Traits horizontaux, rarement verticaux ou obliques, sur la paroi extérieure ; pré-engobe ; l. du trait : 1,5 à 5 mm.

  2. Cannelure digitale (fig. 125j) : décor assez fréquent ; cannelure peu marquée sous la lèvre à l’extérieur.

  3. Autres : contour extérieur de la lèvre ondulé (1 ex. ; fig. 125i). Face extérieure du bord épaissi creusée d’une petite dépression (1 ex. ; fig. 125h).

Formes

  1. Bols G ouverts à bord épais (fig. 125a-e) : forme la plus fréquente. Parois concaves ou rectilignes. Bord très épaissi ou doublé à l’extérieur sur moins de 2 cm de hauteur. Lèvre arrondie. D-ouverture : 16 à 18 cm et 26 à 40 cm ; Ep-parois : 0,7 à 1 cm ; Ep-bord : 1,2 à 1,7 cm.

  2. Bols L en calotte (fig. 125f) : forme rare. Fond convexe de liaison angulaire aux parois (1 ex.). Bord évasé à l’horizontale (l. : 1,2 cm) à lèvre amincie (1 ex.). D-fond : 20,4 cm ; Ep-parois : 0,6 à 0,9 cm.

  3. Bols à bord vertical ou très légèrement rentrant : 4 ex. (fig. 125hij). Parois rectilignes ou convexes, proches de la verticale. Bord épaissi ou double à l’extérieur. Lèvre arrondie. D-ouverture : 16 cm (1 ex.) ; Ep-parois : 0,7 à 1 cm ; Ep-bord : 1,1 à 2,5 cm.

  4. Bol K globulaire : 1 ex. (fig. 125g). Lèvre arrondie. Ep-paroi : 0,9 cm.

  5. Bol F de profil composite : 1 ex. (fig. 125k). Partie inférieure rectiligne divergente, partie supérieure concave divergente ; liaison extérieure angulaire peu marquée. Bord épaissi. Lèvre arrondie. D-ouverture : 17 cm ; Ep-paroi : 0,5 cm ; Ep-bord : 0,9 cm.

  6. Jarre à col cylindrique (?) : 1 ex. Col de parois rectilignes. Bord à peine épaissi. Lèvre aplatie. Ep-paroi : 0,8 cm ; Ht-col : 5,2 cm.

Remarque

57Pour le processus de formation du type, voir les remarques au type Chipilin Rouge. Selon M. Carr (Département de Géologie, Université de Rutgers), l’engobe rouge sombre d’Anona contient bien de l’hématite spéculaire.

Provenance

5842 des 69 tessons Anona proviennent des niveaux inférieurs du sondage S6 de Sulín, où ils sont associés aux types Bacche Simple, Utatlan Dichrome Incisé et Potentiel Gris-Noir.

Comparaisons

  • La Victoria : Ocos Specular Red, complexe Ocos (Coe 1961 : 51-52, fig. 19a-c, 18a-g ; MN 83 C2 C9).

  • Izapa : Tustlan Red, complexe correspondant à Ocos (Ekholm 1969 : 25, fig. 18be-h) ; mais Tustlan Red n’est pas spéculaire ; d’Izapa encore, Ocos Specular Red (réf. citée p. 35, fig.25b) Ocos.

  • Pour les bols G à bord très épaissi : complexes Mirador II, III et V de El Mirador (Peterson 1963 : fig. 11a-c ; fig. 45 ; fig. 67) ; complexe Chiapa I de Chiapa de Corzo (Lowe et Mason 1965 : fig. 6) ; aussi présents au Préclassique à Izapa (Ekholm 1969 : fig. 18, 25, 30, 34j, 35a-i).

Utatlan dichrome incise

59Echantillonnage : 1 tesson.
Complexe : non défini.
Classe : épaisse polie.
Critères : surface extérieure de couleur rouge et noire en zones délimitées par des traits incisés.

Pâte

60Identique à celle d’Anona Rouge Spéculaire.

Surface

61A l’intérieur, engobe ou bain de couleur gris sombre, bien lissé. A l’extérieur : larges bandes verticales alternativement engobées en rouge, et engobées (?) en gris sombre comme à l’intérieur. La couleur rouge est semblable à celle d’Anona. Bonne finition.

Décoration

62Traits verticaux incisés limitant les bandes.

Forme

63Bol à bord à peine évasé, et épaissi. Lèvre aplatie.

Provenance

64Sulín S6 N4.

Comparaison

65• Utatlan Ware, établi à Zacualpa (Lothrop 1936 : 21, fig. 16 ; Wauchope 1948 : 116, fig. 35 ab) ; daté de la fin du Préclassique moyen (Rands et Smith 1965 : 119).

Potentiel gris-noir

66Echantillonnage : 4 tessons.
Complexe : non défini.
Classe : épaisse polie.
Critères : surface de couleur gris-noir. Bol ouvert de parois et bord épais.

Pâte

67Identique à celle d’Anona Rouge Spéculaire.

Surface

68Surface intérieure et extérieure engobée ou seulement enduite d’un bain, très bien lissée, peut-être polie. Couleur : gris-noir assez uniforme, semblable à celle du tesson Utatlan et à celle de certaines parties de tessons Anona.

Forme

69Bols G de parois rectilignes divergentes épaisses, et de bord épaissi à l’extérieur : 4 ex. La lèvre est arrondie (3 ex.) ou aplatie (1 ex.). Ep-parois : 0,7 à 0,9 cm ; Ep-bord : 1,2 cm (voir fig. 125 ce d’Anona).

Provenance

70Sulín S6 N4.

Comparaisons

71• Côte pacifique : affinités modales avec Smudged Black, complexe Mirador II du Préclassique moyen, de El Mirador (Peterson 1963 : 8, fig. 9gh) ; avec Pampas Black and White, complexe Cuadros, de Salinas (Coe et Flannery 1967 : 33, fig. 15d-g) ; le même type est présent à Izapa (Ekholm 1969 : 39, fig. 30). Un critère de ces types est que la couleur du bord est beaucoup plus claire que celle des parois (ce n’est cependant pas général, voir Coe et Flannery 1967 : 35) ; les tessons de Sulín ne présentent pas cet attribut.

Complexe Carchá

Bledo noir incise (fig. 127)

72Echantillonnage : 55 tessons, dont les 12 fragments du récipient B-161-7 partiellement reconstitué. 42 tessons représentent le type dans les séquences sériées.
Complexe : Carchá.
Classe : épaisse polie.
Critères : engobe général noir, légèrement poli. Incision large pré-engobe. Bol ouvert épais.

Pâte

  • Inclusions : quartz, mica, particules grises et noires.

  • Texture : moyenne à grossière, peu compacte ; fracture irrégulière.

  • Couleur : jaune-orange (7.5YR 7/6), parfois noir ; zone centrale gris à noir.

Surface

73Engobe général légèrement poli : traces horizontales de polissoir visibles ; mais les tessons vraiment brillants sont rares. Couleur noire, avec parfois des variations de noir à gris sur un même tesson.

Décoration

74Incision large, traits horizontaux (fig. 127a-c, ef) : sur le bord à l’intérieur 1 ou 2 traits (3 ex.) ; sur le bord et sur la paroi à l’extérieur, 1 ou 2 traits (2 ex.) ; sur la lèvre (1 ex.). Pré-engobe (l-sillon : 1 à 6 mm).

Formes

  1. Bols G ouverts à parois et bord épais (fig. 127a-d,) : forme la plus fréquente ; bol B-161-7. Fond convexe. Sur le bol B-161-7, une rainure horizontale à la liaison intérieure fond-parois, et 4 supports mammiformes creux ; trace de support creux aussi sur 1 tesson (fig. 127b). Parois rectilignes ou concaves ; sur le bol B-161-7, très léger ressaut arrondi à mi-hauteur à l’extérieur. Bord non infléchi, ou légèrement redressé (1 ex. fig. 127d), direct ou épaissi à l’extérieur. Lèvre arrondie, aplatie, ou en biseau vers l’extérieur. D-ouverture : 26,5 à 33 cm ; Ep-parois : 0,6 à 0,8 cm ; Ep-bord : 0,8 à 1,1 cm ; Ht-bol B-161-7 : 9,6 cm ; supports, D. : 4,6 cm, Ht : 4,9

  2. Autres formes

    1. Bol à bord évasé : 1 ex. Lèvre amincie. Ep-parois : 0,5 cm.

    2. Bol à parois convexes convergentes et bord redressé légèrement évasé : 1 ex. (fig. 127e). Bord épaissi à l’intérieur et à l’extérieur. Lèvre arrondie. D-ouverture : 20 cm ; Ep-parois : 0,2-0,3 cm ; Ep-bord : 0,9 cm.

    3. Bol à bord vertical : 1 ex. (fig. 127f). Bord fortement épaissi à l’extérieur. Lèvre aplatie décorée d’un trait incisé. Ep-parois : 0,4-0,5 cm ; Ep-bord : 1,3 cm.

    4. Paroi avec ressaut en retrait arrondi peu marqué, à l’extérieur : 1 ex.

Provenance

7535 des 55 tessons Bledo proviennent de la décharge en fosse trouvée au fond de SI à Valparaiso (y compris le bol B-161-7).

Comparaisons

  • Baja Verapaz : El Portón (MN 49-4 G4).

  • Verapaz : MN F-22, poteries n° 1014 et 1016 (notées Chamá 1-2).

  • Alta Verapaz : Chamá 1 (Butler 1940b : fig. 21 ci) ; coll. Dieseldorff MN 94 : 2 W1.

  • Zacualpa : item 7 (Wauchope 1975 : fig. 32b) complexe Balám 1.

  • Salcajá : MN K21 poterie n° 5657 (et Lothrop 1936 : fig. 90, 91, 96).

  • Quiché : MN H 1-7 poterie n° 7951.

  • Bilbao : Yucales group, (Parsons 1967 : fig. 36cf) complexe Ilusiones.

  • Basses Terres : Seibal, Polvero Black (Sabloff 1975 : fig. 167d-g et fig. 170c) Late Cantutse. Holmul, formes des types Aguacate Orange et Guacamallo Red on Orange, complexe Holmul IA (Willey et Gifford 1961 : fig. 2d-e).

  • Le tesson à lèvre incisée trouvé à Xutjá 1 est à relier à Victoria Black, complexe Conchas 1 ou 2, de La Victoria (MN 83 A1 ; Coe 1961 : 32, fig. 30c). Cette comparaison le daterait du Préclassique moyen ou récent, alors que les autres comparaisons applicables à Bledo renvoient au Préclassique récent ou Protoclassique.

Borayo orange (fig. 129, 130, 206d, 207h)

76Echantillonnage : 784 tessons, dont les quelques fragments de la jarre B-161-8, partiellement reconstituée. 566 tessons représentent le type dans les séquences sériées.
Complexe : Carchá.
Classe : orange épaisse.
Critères : pâte fine à moyenne compacte. Engobe orange légèrement poli. Jarre sans col, jarre à col vertical, grand bol, bol ouvert épais.

Pâte

77Inclusions : quartz, pierre ponce, un peu de mica, particules noires.

  • Texture : fine à moyenne, compacte, homogène, de fracture franche et nette, les tessons rendent au choc un son assez clair.

  • Couleur : brun, beige, orange, rose ; zone centrale parfois noire.

Surface

78Engobe général sur les bols, général ou seulement à l’intérieur sur les grands bols ou bassins, à l’extérieur et à l’intérieur du col (l’engobe ayant coulé) sur les jarres ; ou encore sur les jarres, en zone, c’est-à-dire sur le bord intérieur, parfois sur le col extérieur, et en bandes larges (au moins 3 cm) obliques ou horizontales sur la panse.

79Engobe légèrement poli, avec traces de polissoir dur, mais l’érosion est fréquente ; les tessons à engobe épais et vraiment brillant sont rares. Couleur de l’engobe : orange (2.5YR 5/6 5/8 4/6 4/8 3/4. 10R 6/8 4/6 4/8 3/4), orange à rouge, orange à brun ; taches noires et grises sur le bas des panses.

80Parties non engobées : à l’intérieur, surface raclée avec traces de fibres (jarres) ; à l’extérieur, surface moyennement lissée ; couleur : beige, brun, et noir sur le bas des panses de jarres.

Décoration

  1. Incision : 14 ex. (fig. 129a ; 130cd, 206d). 1 à 4 traits horizontaux parallèles sur le bord intérieur (4 ex.), sur les parois de bols de part et d’autre du ressaut ou sur les panses de jarres (7 ex.), sur le bord extérieur de bols (2 ex.), sur la lèvre aplatie (1 ex.). Incision généralement large (2 à 6 mm), bien exécutée, pré-engobe.

  2. Application de boutons ou protubérances : 10 ex. (fig. 129ag, 207h). Boutons ou pastilles incisées sur parois, ou bord de bols (2 ex.), sur lèvre de bol (1 ex.), et sur panse (1 ex.). 2 protubérances ou bourrelets, appliqués sur la panse de la jarre B-161-8 (fig. 129a) au niveau de l’épaulement, servant à faciliter la préhension. Mêmes bourrelets appliqués sur panse de jarre (3 ex.), mêmes décorés d’incisions longitudinales (2 ex.).

  3. Cannelures : 5 ex. (fig. 129g, 130b). Horizontales parallèles sur bord ou paroi extérieur (3 ex.), courbes sur fond intérieur d’écuelles ou comals (2 ex.) ; dans ce dernier cas seules les cannelures sont engobées, ou conservent l’engobe.

  4. Peinture : outre les bandes oranges sur les panses de jarres, peinture rouge sur la lèvre d’un bol (1 ex.), sur le bord intérieur (2 ex.), sur les facettes et en bande au-dessus des facettes (bols à ressaut facetté ; 2 ex.).

Formes

  1. Jarres C à col vertical moyen-haut et bord évasé : 22 ex. et la jarre B-161-8 (fig. 129a-f). Panse globulaire et fond peut-être convexe. Col vertical ou de parois légèrement divergentes, fréquemment souligné à la base (ou au milieu ou au bord) de moulures, renflements ou simples nervures, à l’horizontale. Bord évasé, parfois à l’horizontale, épaissi à l’intérieur ; très rarement épaissi à l’extérieur (2 ex.). Lèvre arrondie ou amincie.
    Anses (1 seul ex.) attachée à la lèvre (S. elliptique, P. dissymétrique ; D. : 3,2 cm ; corde : 4 cm). D’après la jarre B-161-8 (fig. 129a), les jarres C seraient généralement dénuées d’anses. D-ouverture : 11,5 à 14 cm ; Ht-col : 3 à 6 cm, l-bord : 1 ; 2 à 4 cm ; Ep-bord : 0,6 à 1,4 cm. ; Ht estimée de la jarre B-161-8 : 34-38 cm.

  2. Jarres Al à col équivalent au bord évasé (sans col) : 11 ex. (fig. 129g-h). Haut de panse de parois convergentes rectilignes ou concaves. Bord épaissi angulaire à l’intérieur. Lèvre arrondie. 4 anses (2 ex.) attachées à la lèvre et au haut de panse (S. elliptique, P. dissymétrique ; D. : 5,2 cm ; corde estimée : 7,1 cm ; l. : 3,5-3,7 cm ; Ep. : 0,8-1,3 cm). D-ouverture : 14 à 22,4 cm ; l-bord : 1,5 à 2,5 cm.

  3. Jarres A2 de col moyen convergent et bord évasé : 1 ex. (fig. 129i). Bord épaissi angulaire à l’intérieur. Lèvre arrondie. Anses (S. elliptique, P. dissymétrique) attachées à la lèvre (D. : 5,5 cm ; corde : 6,5 cm ; l. : 3,4 cm ; Ep. : 1-1,4 cm). Ht-col : 6-7 cm ; l-bord : 2,4 cm.

  4. Petites jarres A3 : 5 ex. (fig. 129jkl). Col vertical ou de parois divergentes. Bord non infléchi ou évasé, parfois épaissi angulaire à l’intérieur. Lèvre arrondie ou amincie. 4 anses (S. elliptique, P. dissymétrique) attachées à la lèvre (2 ex. D. : 2,2 cm ; corde : 4,8 cm ; l. : 1,5-2 cm).
    D-ouverture : 10-12 cm ; Ht-col : 4 à 6 cm ; D.max. panse : 14 cm environ.

  5. Fragments d’anses de jarre : 11 ex. Profil semi-circulaire ou dissymétrique. Section elliptique. D. : 2 à 4,5 cm ; corde : 2 à 7,4 cm.

  6. Grands bols ou bassins V : 14 ex. (fig. 130a). Parois divergentes rectilignes. Bord non infléchi, ou redressé à la verticale (1 ex.), parfois un peu épaissi à l’extérieur sur au moins 3-4 cm de hauteur. Lèvre arrondie ou amincie. D-ouverture : 28 à 46 cm ; Ep-parois : 0,7 à 1 cm ; Ep-bord : 0,8 à 1,5 cm.

  7. Bols

    1. Bols (K ?) à bord rentrant ou seulement incurvé : 4 ex. Bord épaissi à l’extérieur, angulaire (1 ex.). Lèvre amincie ou aplatie. D-ouverture : 10 à 16 cm ; Ep-parois : 0,5 cm.

    2. Bols L en calotte : 3 ex. (fig. 130c). Bord évasé (1 ex.) ou redressé à la verticale (1 ex.). Lèvre arrondie. 2 exemplaires sont engobés de rouge, l’un à la lèvre, l’autre au bord. D-ouverture : 20-21 cm ; Ep-parois : 0,4 à 0,9 cm.

    3. Bols G ouverts épais à bord très évasé : 3 ex. (fig. 130d). Parois divergentes concaves. Bord évasé presque à l’horizontale. Lèvre arrondie. D-ouverture : 30 à 40 cm ; Ep-parois : 0,9 à 1 cm (2 exemplaires sont décorés de traits incisés sur la face intérieure du bord).

    4. Bols ou plats F de profil composite : 3 ex. (fig. 130b). Partie inférieure en calotte, partie supérieure de parois divergentes concaves ou rectilignes. La liaison est angulaire (1 ex.) ou en ressaut en retrait arrondi (2 ex.). Bord non infléchi, ou légèrement évasé (1 ex.) Lèvre arrondie, ou amincie, ou aplatie. D-ouverture : 26-28 cm (1 ex.) ; Ep-parois : 0,8 à 1,1 cm. Décor de traits incisés, et pour 1 ex. de boutons appliqués à la lèvre.

    5. Bols ou plats à ressaut à facettes : 2 ex. (fig. 130e). 1 fragment de paroi et fond : liaison paroi-fond en ressaut facetté, et probablement à la liaison paroi-bord un ressaut angulaire ; parois concaves ; fond convexe. 1 fragment de plat : parois concaves divergentes, fond probablement convexe ; liaison paroi-fond en ressaut facetté ; bord épaissi à l’extérieur ; lèvre aplatie. Dim. du 2ème fragment : D-ouverture : 26 cm ; Ht estimée : 7,4 cm ; Ep-parois : 0,7 cm ; Ep- bord : 1,2 cm. Les facettes sont de forme ovaloïde, de profil plan (et non pas concave) et leurs arêtes sont arrondies (L. : 4 à 7 cm ; l. : 0,7 à 1,3 cm).

  1. Comals (ou écuelles) : 3 ex. 2 fragments de fonds plats décorés de cannelures à l’intérieur. 1 fragment doté d’une anse de profil semi-circulaire, de section circulaire, attachée au bord.

Variations locales

81Valparaiso (Sl) et Chicán (majorité des unités de fouilles) : pâte la plus compacte et la plus dure, en particulier pour la catégorie des jarres à Valparaiso.

82Xutjá 1 : engobe orange à rouge-brun.

83Canxul : tessons très érodés.

Remarques

84Borayo Orange pourrait comprendre deux variétés, plus particulièrement nettes à Valparaiso : a) les jarres de pâte compacte et assez dure, engobées sur toute la surface extérieure ou en zones, relativement bien polies ; b) les grands bols, bols et plats engobés le plus souvent complètement, de parois plus épaisses que les panses de jarres, de pâte moins compacte. Dans les niveaux sériés de SI de Valparaiso, la fréquence des deux variétés s’établit ainsi (sur le total de tessons de chaque lot) :

a)

b)

N1

8,3 %

15 %

N4-N5

22,5 %

32,5 %

N6

28 %

27 %

N7-N8

49 %

23 %

Décharge.

64 %

8 %

Comparaisons

  • Cambote (Huehuetenango) : Red Ware Bowls (MN 70-7 K77, K78). Préclassique récent-Classique ancien.

  • Chukumuk (Quiché) : jarres engobées orange en zones (MN El 96 88-5) et bols composites incisés (E 196 88-6), Préclassique, Protoclassique, Classique ancien.

  • El Paraiso-Chuva (Quetzaltenango) : bols oranges (MN 84-85 N4-N5), Protoclassique.
    Ce sont là les meilleures comparaisons, valables au niveau typologique. D’autre part :

  • Verapaz : El Portón-Salamá, bols et bassins épais (MN 49-4 G4, 49-6 G6, 49-8), Préclassique. Sakajút, tessons peints en rouge sur orange (Sedat et Sharer 1972) Préclassique. Chichén (MN 50-9 A23) et Chipoc (Smith 1952 : fig. 20gjk ; MN 53-10).

  • Cotzal : Joncab ou Concab Brown-Orange (Adams s.d.), Tuban.

  • Zacualpa : bols en calotte (Wauchope 1975 : 89, fig. 38i), bols ouverts (MN 59-8 E 155), jarres sans col ou à col court (réf. Citée : 89, fig. 38n ; Wauchope 1948 : 107, fig. 26ab), et bols composites, à bord rentrant (Wauchope 1948 : 114, fig. 32), Balám 1.

  • Kaminaljuyú ; tessons engobés orange (MN 37 A4, 35A, 35A4 Cl 13, 34-9 C13, 35-5 C14), Miraflores, Aurora, Esperanza. Aussi types 200-201 : Villanueva Polished Orange et Portales Zinc Orange (Wetherington 1973 : 48).

  • Basses Terres : Sierra Red

  • (Smith 1955b : fig. 16c-2, 3, 6 et fig. 16d-7), Chicanel.

  • Pour les tessons facettés (provenant de Chicán) : El Mirador, Préclassique récent (Peterson 1963 : 16) ; Kaminaljuyú, Préclassique (Wetherington 1973 : 48, 54, 55) ; Chalchuapa, Préclassique moyen-récent (Sharer 1968 : 219, 228, fig. 23e 4-7) ; Los Naranjos, Préclassique moyen (Baudez et Becquelin 1973 : 113).

  • Pour l’incision sur le bord intérieur. Préclassique récent, Protoclassique à La Victoria (Coe 1961 : 76, fig. 32, fig. 36s), à Los Naranjos (Baudez et Becquelin 1973 : 111), à Chiapa de Corzo (Lowe et Mason 1965 : fig. 7, Préclassique moyen) ; aussi à Carchá-Calvario (Butler Arch. U.M.) et à Chipoc (Smith 1952 : fig. 20j k).

Berro rouge sombre sur naturel (fig. 128)

85Echantillonnage : 185 tessons dont une petite jarre B-161-6, trouvée presque complète. 118 tessons représentent le type dans les séquences sériées.
Complexe : Carchá.
Classe : rouge.
Critères : pâte fine à moyenne assez compacte. Engobe rouge sombre en bandes, mat ; jarre sans col à bord très évasé, petite jarre à 4 anses.

Pâte

  • Inclusions : quartz, pierre ponce, mica et particules noires.

  • Texture : fine à moyenne, rarement grossière ; assez compacte, mais moins que Borayo Orange, et plus que Mostaza Rouge Sombre sur Naturel ; rend au choc un son clair.

  • Couleur : beige, brun, rose ; zone centrale gris-noir.

Surface

86Surface extérieure moyennement lissée, surface intérieure médiocrement finie. Engobe en bandes (l. : 0,5 à 2 cm) horizontales parallèles sur le bord intérieur, parfois sur le col (ou bord extérieur), sur la panse. Les anses sont complètement engobées. Engobe mince, mat, assez érodé, de couleur rouge sombre (10R 3/6). Couleur brun, chamois, brun-gris-noir, tachée, pour les parties non engobées. Variante : les petites jarres sont barbouillées dans leur partie supérieure d’un engobe rouge noirci.

Décoration

  1. Peinture (fig. 128d) : bandes rouges sur bord, ou col, et panse ; motif floral simple en rouge sur panse (1 ex.).

  2. Cordons appliqués incisés de traits verticaux ou de petites dépressions ovales contiguës : 3 ex. Situés au milieu du col, appliqués à l’horizontale.

  3. Pastilles appliquées : 2 ex. Situées sur le col ou sur la paroi. Une est incisée de 2 traits croisés.

Formes

  1. Jarre A1 sans col à bord très évasé : 14 ex. (fig. 128ab). Haut de panse convergent (45° environ). Bord large, très évasé, (1 ex. évasé à l’horizontale), épaissi angulaire à l’intérieur. Lèvre arrondie. 2 (ou 4 ?) anses de section elliptique attachées à la lèvre (2 ex.). D-ouverture : 14 à 22 cm ; l-bord : 1,5 à 3,3 cm.

  2. Jarres A2 à col court ou moyen convergent, et bord évasé : 6 ex. (fig. 128c-g). Col de parois concaves. Bord épaissi angulaire à l’intérieur (sauf 1 ex., fig. 128g). Lèvre amincie. 2 (ou 4) petites anses de section circulaire attachées au col (1 ex.). D-ouverture : 14 cm ; Ht- col : 2 à 4 cm environ.

  3. Jarres C à col vertical : 5 ex. (fig. 128h). Col de parois rectilignes. Bord épaissi, non infléchi ; évasé à l’horizontale, à peine évasé, angulaire à l’intérieur dans 2 cas. Lèvre aplatie ou arrondie. D-ouverture : 14 à 20 cm (2 ex.) ; Ht-col : 3 cm minimum (1 ex.) ; Ep-bord : 0,9 cm ; l-bord : 2,9 à 3,2 cm (2 ex.)

  4. Petites jarres A3 : 4 ex. (fig. 128i j) dont la jarre B-161-6. Panse globulaire ou légèrement piriforme ; fond convexe. Lèvre arrondie ou amincie. 4 anses petites de section elliptique attachées à la lèvre et au haut de panse. D-ouverture : 8-12 cm ; Ht estimée : 7 à 14 cm ; D-panse : 9,5-12 cm.

  5. Jarres B3 sans col : 2 ex. Haut de panse de parois convergentes rectilignes (45° environ). Bord épaissi en bourrelet de section triangulaire à l’extérieur. Lèvre aplatie.

87Eléments additionnels : 17 fragments d’anses dont 12 sont de section circulaire, un trait quasiment exclusif de Berro. D. : 4,3 cm ; corde : 6,5 à 8 cm ; Ep. : 1,4 à 2,4 cm (2 ex.).

Provenance

88158 des 185 tessons proviennent de Valparaiso (S1).

Comparaisons

  • Verapaz : El Portón (MN 49-4 G4). Chichén (MN 50-9 A33).

  • Kaminaljuyú : Arenal Matte (type 061) : Purple Painted Variety (Wetherington 1973 : 46), Providencia, Las Charchas (?). Et tessons Miraflores (MN 35-10 C20 ; 36-2. Mt. D 4-5).

  • Pour les petites jarres A3 : Chamá, complexes Chamá 1,2 (Butler 1940 : fig. 21e) ; Zaculeú, Atzan (Woodbury et Trik 1953 : fig. 241m) ; Nebaj, Classique (Smith et Kidder 1951 : fig. T4c-f ; et MN H6-3829) ; Salinas, Crucero (Coe et Flannery 1967 : Mareas Coarse Red ; Coe 1961 : fig. 24h).

  • Pour les cordons incisés sur jarres : Zacualpa (Wauchope 1975 : fig. 111) tous complexes.

Complexe Cobán

Mostaza rouge sur naturel (fig. 131 à 135, 207a-g, 212d)

89Echantillonnage : 4 674 tessons, dont 1 967 tessons sont inclus dans les séquences sériées.
Complexe : Cobán.
Groupe potentiel : Mostaza.
Classe : rouge.
Critères : pâte moyenne à grossière, friable. Engobe rouge, mince, faiblement lissé, fréquemment érodé.

90La description de la pâte et des traitement et aspect de la surface a été établie à partir de l’échantillon de Chamaoj (1 011 tessons).

Pâte

  • Inclusions : quartz, pierre ponce, mica, particules noires.

  • Texture : moyenne, parfois grossière, rarement fine. Moyennement compacte à friable. Fracture irrégulière.

  • Couleur : orange, beige, brun, noir ; parfois variation sur un même tesson.

Surface

91Lissage avant engobage et sur les parties non engobées : moyen à l’extérieur et très médiocre à l’intérieur des jarres ; assez bon sur toute la surface des autres formes sauf le fond extérieur.

92Engobe mince, mat, facilement érodé, moyennement lissé mais non barbouillé. Emplacement de l’engobe : a) jarres, bord intérieur et tout l’extérieur, ou bien bord intérieur et bandes horizontales ou obliques sur la panse, ou bien bord seulement, ou bien encore lèvre seulement.

93b) bols et grands bols ou bassins, sur l’intérieur, ou bien sur l’extérieur, ou bien sur les deux surfaces (sauf fond extérieur), ou bien encore sur le bord seulement.

94c) comals, sur l’intérieur, lèvre comprise. Couleur de l’engobe : rouge pâle (10R 6/8 5/8 5/6), rouge (10R 4/8 4/4 4/6), rouge sombre (10R 3/6) ; rouge-orange (2.5YR 5/8 5/6). Couleur des parties non engobées : beige, crème, saumon.

Décoration

  1. Sur jarres, pastilles appliquées à 2 ou 3 impressions digitales 77 ex. (fig. 131e, 132g, 207d-g). Placées juste sous la lèvre, ou sur le col, ou sur le haut de panse ; probablement pas plus de 2 pastilles symétriques sur un même récipient. A 2 impressions disposées verticalement ou à 3 impressions disposées en triangle, figurant peut-être un visage (fig. 131e). Dim-pastilles : 2,2 x 1,5 cm à 4,5 x 4 cm.

  2. Sur jarres, pastilles appliquées à 1, 2, 3 ou 4 traits horizontaux parallèles incisés : 34 ex. (fig. 131b, 132h, 133ab, 207a-c). Placées comme les pastilles imprimées. Dim-pastilles : 1,3 x 0,7 cm à 3 x 2,4 cm.

  3. Sur jarres, cordons incisés : 15 ex. (fig. 131 di). Un cordon horizontal appliqué au col ou au haut de panse ; incisé d’encoches contiguës, de petites dépressions ou de traits verticaux.

  4. Sur jarres, bols et cornais, cannelures : 36 ex. Une cannelure digitale horizontale sous la lèvre à l’extérieur (16 ex., jarres B3). Une cannelure identique sur le bord intérieur (7 ex., bols ou plats). Deux cannelures identiques peu marquées sur le bord extérieur (1 ex., bol). Cannelures digitales courbes sur le fond intérieur de comals (11 ex., fig. 134m, 212d. Voir formes des comals ci-après).

  5. Sur jarres et bols, incision : 19 ex. Incision fine : motifs rectilinéaires ou curvilinéaires grossièrement exécutés sur l’extérieur, post-engobe (6 ex. l-sillon : 0,5 à 3 mm). Treillis : sur le bord extérieur de bol, pré-engobe (2 ex. l-sillon : 1,5 mm). Incision large : traits horizontaux ou obliques ou courbes, parallèles, sur l’extérieur de bols, pré ou post-engobe (11 ex. l-sillon : 2 à 7 mm).

  6. Sur jarres et bols, pastilles ou protubérances : 11 ex. Application ou modelage. Isolées ou disposées en rangée horizontale, sur col de jarre ou sur bord ou paroi extérieure de bol (D-pastilles-protubérances : 0,6 à 1,4 cm).

  7. Ponctuation : 2 ex. (fig. 135d). Semis de grosses ponctuations en zone limitée par des traits incisés (en bande, 1 ex., en triangle, 1 ex.)

  8. Peinture : outre les nombreux ex. décorés de bandes rouges sur le bord et la panse, 1 ex. de col de jarre décoré d’une bande rouge en zig-zag (fig. 133f).

  9. Rebord de bol échancré d’encoches contiguës : 1 ex.

Formes : Jarres

    • 3 Exemplaires de Sulín non comptés.

    Jarres B3 à col convergent très court ou sans col et à bord épaissi à l’extérieur : 226 ex.3 (fig. 132e-i). Haut de panses de parois convergentes, rectilignes ou concaves (col difficile à identifier). Bord soit non infléchi épaissi de section arrondie (73 ex. voir Résiduels fig. 192d) ; soit évasé, fortement épaissi de section triangulaire (153 ex. fig. 132e-i). Pour la 1ère catégorie : D-ouverture : 14 à 16 cm ; Ep-bord : 0,9 à 2 cm. Pour la 2ème catégorie : D-ouverture : 14 à 22 cm ; Ep-bord : 1 à 3 cm. Deux anses (S. elliptique. P. semi-circulaire, ou dissymétrique) attachées à moins de 2 cm sous la lèvre et au haut de panse (D. : 3,6 à 5,3 cm ; corde : 6,4 à 9,5 cm ; l. : 2,4 à 4,8 cm ; Ep. : 0,9 à 1,5 cm). Engobe généralement sur le bord et en bandes sur la panse. Décor : la 1ère catégorie en est dénuée ; la 2ème est décorée de pastilles imprimées ou incisées. La première catégorie est caractéristique de Chamaoj.

  1. Jarres C à col vertical et à bord évasé : 194 ex. (fig. 131 d-k). Col de parois rectilignes, concaves ou convexes. On a assimilé à cette forme C des ex. Mostaza à col de parois divergentes (fig. 131j). Le col est parfois épaissi à l’extérieur, en particulier quand il est convexe. Parfois aussi, la base du col est marquée d’une moulure arrondie horizontale (environ 6 ex. de Sulín et 20 de Chamaoj) ; la panse est plus rarement dotée d’une même moulure ; l-moulure : 1 à 1,5 cm). Bord évasé, rarement évasé à l’horizontale (3 ex.), rarement sans inflexion (1 ex.) ; épaissi angulaire à l’intérieur, parfois épaissi à l’extérieur.
    Deux anses attachées au col ou à moins de 3 cm sous la lèvre, et au haut de panse (S. elliptique. P. semi-circulaire ou dissymétrique) ; mais les fragments dotés d’anses sont très peu nombreux et il est probable que cette forme de jarre était dénuée d’anses, ou qu’elles étaient attachées à la panse. D-ouverture : 10 à 24 cm ; Ht-col : 3 à 8 cm ; Ep-parois : 0,4 à 0,9 cm. Engobe généralement sur tout l’extérieur et le bord intérieur. Décor : pastilles imprimées ou incisées sous la lèvre ; cordons incisés sur le col.

    • 4 Idem
    • 5 Idem

    Jarres A2 à col court ou moyen convergent et bord évasé : 43 ex.4 (fig. 131c). Col de parois concaves. Bord épaissi angulaire à l’intérieur. Lèvre arrondie ou amincie, rarement aplatie. Deux anses attachées juste sous la lèvre et à l’épaulement (S. elliptique. P. semi-circulaire ; D. : 4,8 à 6,6 cm ; corde : 7 à 10 cm ; Ep. : 1,2 à 1,4 cm). D-ouverture : 14 à 22 cm ; Ht-col : 2-4 cm environ ; Ep-parois : 0,4 à 0,6 cm. Engobe généralement sur le bord intérieur, sur les anses et en bandes sur la panse. Décor : pastilles imprimées sur le bord.
    Fragments de bords de jarres A1 ou A2 : 42 ex.5. Bords trop petits pour évaluer l’existence d’un col.

  2. Jarres B2 à col court convergent ou sans col, et à bord épaissi à l’intérieur : environ 35 ex. (fig. 132a-d). Haut de panses de parois convergentes plus ou moins concaves (col difficile à identifier). Lèvre arrondie. Deux anses attachées à moins de 2 cm sous la lèvre et au haut de panse (S. elliptique, P. dissymétrique ; D. : 3,7 à 5,1 cm ; corde : 11,7 à 13 cm ; l. : 4,1 à 5,5 cm ; Ep. : 1,2 à 1,7 cm). D-ouverture : 12 à 22 cm ; Ep-parois : 0,4 à 0,8 cm ; Ep-bord : 1 à 1,5 cm. Engobe : sur la lèvre et en bandes sur la panse. Décor : pastilles incisées appliquées sous la lèvre. Forme caractéristique de Chichén.

    • 6 Idem

    Jarres A1 sans col à bord évasé : 32 ex.6 (fig. 131ab). Haut de panse de parois convergentes rectilignes ou concaves. Bord épaissi angulaire à l’intérieur. Lèvre arrondie ou amincie. Deux anses attachées à la lèvre ou juste sous la lèvre, et au haut de panse (S. elliptique ou circulaire ; D. : 2,4 cm, pour 1 ex. ; l. : 1,6 cm pour 1 ex.). D-ouverture : 14 à 22 cm, rarement plus ; Ep-parois : 0,4 à 0,7 cm. Engobe : généralement sur le bord intérieur seulement ; décor : pastilles.

  3. Jarres D à col vertical moyen et bord épaissi : 20 ex. (fig. 133a-c). Col de parois rectilignes ou convexes ou concaves. Bord épaissi, parfois doublé, à l’intérieur ou à l’extérieur ou sur les deux faces. Deux anses attachées à moins de 2 cm sous la lèvre et au haut de panse (S. elliptique, P. dissymétrique ; D. : 4,2 à 6,2 cm ; corde : 9,6 à 11,2 cm ; l. : 2,8 à 3,7 cm ; Ep. : 1,1 à 1,5 cm). D-ouverture : 8 à 19 cm ; Ht-col : 3 à 5 cm. Engobe : sur la lèvre, parfois sur l’anse, et en bandes sur la panse. Décor : pastilles incisées appliquées au bord.

  4. Jarres E à col moyen ou haut vertical ou évasé : 13 ex. (fig. 133d-f). Col de parois concaves ou rectilignes. Bord généralement non infléchi, direct. Lèvre arrondie ou amincie ou aplatie. Anse : 1 seul ex. ; attachée à 3 cm sous la lèvre. D-ouverture : 16 à 32 cm ; Ht-col : 4 à 8 cm. Engobe : soit sur les deux faces du col, soit seulement sur le bord intérieur. Décor : pastilles imprimées, 1 ex. ; motif en rouge, 1 ex. Forme rare, représentée dans les sites occupés au Postclassique.

  5. Petites jarres A3 : 9 ex. Haut de panse de parois convergentes convexes ou rectilignes. Panse piriforme. Col très court ou inexistant. Bord évasé un peu épaissi. Lèvre arrondie ou amincie. Deux (ou quatre) petites anses attachées juste sous la lèvre et au haut de panse. D-ouverture : 7 à 16 cm ; D-panse : environ 12-14 cm (2 ex.). Engobe : tout l’extérieur. Décor : aucun. Un ex. atypique (fig. 131l) : col haut de 4 cm, convergent, épaissi à l’extérieur ; engobe en bandes horizontales sur le bord extérieur.

95Non identifiés : 53 fragments petits de bords.

96Eléments additionnels : 158 fragments d’anses, S. elliptique, sauf 2 de S. circulaire. Environ 80 % sont engobées. Quelques-unes sont cannelées.

97D. : 6 à 8 cm ; corde : 15 cm et plus ; l. : 4 à 5 cm ; Ep. : 2 à 3 cm.

Formes : Comals

  1. Comals Y-Z de 3 à 7 cm de hauteur : 77 ex. (fig. 134a-c). Fond plat ou convexe. Liaison fond-bord continue, parfois en ressaut à l’extérieur, rarement épaissie. Bord évasé mais proche de la verticale, épaissi. Lèvre arrondie ou amincie, parfois aplatie. Quelques ex. sont dotés de 2 (?) anses horizontales attachées à la lèvre (P. semi-circulaire ; D. : 4 cm ; corde : 8 cm ; Ep. : 1 à 1,5 cm ; pour 2 ex.). La forme est généralement dénuée d’anses. D-ouverture : 40 à 50 cm ; Ep-bord : 0,8 à 1,4 cm ; Ep-fond : 0,5 à 0,7 cm. Les comals à anses proviennent de contextes Carchá et Cobán 1.

  2. Comals X de 2 à 3 cm de hauteur : 24 ex. (fig. 134d-g). Fond convexe ou plat. Liaison fond-bord continue ou bien angulaire avec un ressaut peu marqué à l’extérieur (trait spécifique de Salto). Bord évasé à 45° environ et épaissi. Lèvre arrondie, parfois aplatie. D-ouverture : au minimum 40 cm ; Ep-bord : 1 à 1,5 cm ; Ep-fond : 0,5 à 1 cm.

  3. Comals W de moins de 2 cm de hauteur : 8 ex. (fig. 134h-k). Fond convexe ou plat. Bord évasé épaissi. Lèvre arrondie ou aplatie (1 ex.). Deux ex. ont 2 (?) anses horizontales attachées à la lèvre (P. semi-circulaire ; D. : 2,1 cm ; corde : 5,9 cm pour 1 ex.). D-ouverture : 44 cm (1 ex.) ; Ep-bord ; 0,9 à 1,4 cm ; Ep-fond : 0,4 à 0,6 cm. Forme caractéristique de Salto. Engobe sur les comals sur l’intérieur, lèvre comprise. A Sulín les fonds sont décorés de bandes rouges peintes en spirales sur la surface lissée (fig. 134dl). D’autre part, 11 ex. trouvés en contextes Carchá et Cobán 1 présentent des cannelures digitales en spirale sur le fond intérieur, engobées en rouge (l. : 1 cm ; profondeur : 0,1 cm) (fig. 134m ; 212d) ; deux de ces fragments sont des comals hauts de plus de 3 cm ; à anses à la lèvre. Les cannelures pouvaient empêcher l’aliment de trop adhérer au fond pendant la cuisson.

Formes : Grands bols ou bassins V

98104 ex. (fig. 135a-c). Fond plat. Liaison fond-paroi continue ou angulaire à l’extérieur, épaissie. Parois divergentes, en général rectilignes. Bord fréquemment épaissi sur l’une ou l’autre face et sur une assez grande hauteur. D-ouverture : 20 à 46 cm, le plus fréquemment 26 à 30 cm ; Ep-bord : 0,7 à 1,6 cm ; Ep-parois : 0,5 à 1 cm ; Ht estimée : 10 à 20 cm. Engobe sur l’intérieur ; mais 33 ex. de Sulín n’ont que la lèvre engobée, l’intérieur étant très bien lissé.

Formes : bols et plats

  1. Bols L en calotte : 43 ex. Bord non infléchi ni modifié, rarement évasé épaissi. Lèvre arrondie ou amincie. Moulure latérale ou basale (14 ex.) ; rebord latéral échancré (1 ex. ; Ep. : 1,4 cm ; Ht : 1,2 cm) ; ressaut en retrait (1 ex.). D-ouverture : 12 à 32 cm (8 ex.) ; Ep-parois et bord : 0,5 à 0,9 cm. Engobe : généralement sur l’intérieur ou l’extérieur ; décor : incision ou cannelures, mais très rare.

  2. Bols M ouverts de parois rectilignes : 38 ex. (fig. 135e-h). Bord épaissi, non infléchi ou parfois un peu évasé. Lèvre arrondie ou amincie, rarement aplatie ou en biseau. Moulure latérale arrondie (2 ex.) ; ressaut en retrait (2 ex.). D-ouverture : 12 à 30 cm en général ; Ep-parois : 0,4 à 0,7 cm. Engobe : comme bols L. Décor : cannelures sur bord, 1 ex.

  3. Bols G ouverts de parois rectilignes ou concaves épaisses : 23 ex. Bord direct ou parfois épaissi à l’extérieur. Lèvre arrondie ou aplatie. D-ouverture : 22 à 32 cm ; Ep-parois : 0,7 à 1 cm. Engobe : comme bols LM. Forme assez caractéristique de Sulín, probablement dérivée des bols G Chipilin Rouge.

  4. Bols K à bord rentrant ou de parois convergentes : 12 ex. (fig. 135d). Parois rectilignes ou convexes. Lèvre arrondie ou amincie. D-ouverture : 12, et 18 à 30 cm ; Ep-parois : 0,7 à 1,1 cm. Engobe : comme bols LM. Décor : treillis incisé 2 ex., incision 1 ex., protubérances 3 ex.

  5. Bols F de profil composite : 4 ex. (fig. 135i). Liaison des deux parties du corps angulaire (2 ex.), ou en ressaut en retrait (1 ex.), ou en moulure arrondie (1 ex.). Engobe : général. Décor : incision sur la partie supérieure, 2 ex.
    Non identifiés : 72 fragments petits de bords de bols L, M ou G. D-ouverture : 12 à 26 cm. ; Ep-bord et parois : 0,4 à 0,7 cm, rarement 0,7 à 1,2 cm. Engobe : sur l’extérieur ou l’intérieur, ou seulement sur la lèvre et/ou le bord. Décor : cannelures 2 ex., treillis incisé 1 ex., incision curviligne 1 ex.

  6. Eléments additionnels et fragments de fonds (bols et plats) :

    1. Supports ronds creux : 8 ex. Perforés de 1 ou 2 orifices. D. max. : 3,7 cm., 1 ex. Engobés ou non engobés.

    2. Supports pleins : 2 ex. l’un conique, l’autre tronconique, fragmentaires.

    3. Supports cylindriques creux : 2 ex. D. : 4 cm (1 ex.).

    4. Supports creux à épaulement : 2 ex. (fig. 135k). Deux orifices non terminés figurent les yeux d’une tête d’animal. D. max. : 2,2 cm ; Ht : 6,3 cm. Engobés.

    5. Bases annulaires : 5 ex. Ht : 1 à 1,5 cm.

    6. Fonds : 22 ex. Plats ou convexes. Ressaut en retrait à la liaison fond-paroi, 1 ex. (fig. 135j).

Variations locales

99Bien que l’amplitude de la variation interne de Mostaza soit assez restreinte, la pâte, la surface et les formes de jarres et comals varient suffisamment pour suggérer que le type était fabriqué dans un assez grand nombre d’ateliers ou foyers domestiques dispersés.

100Secteur nord : jarres D et B2 ; pastilles incisées.

101Secteur sud : jarres A2 et B3 ; pastilles imprimées.

102Xutjá 1 : engobe épais.

103Chijoú : variété rouge-brun difficile à distinguer de Chichicaste Brun-Noir.

104Chicán : engobe très bien lissé.

105Chamaoj : pâtes bien compactes. Jarres B3 à bord épaissi arrondi.

106Sulín : une partie du type a un engobe légèrement poli difficile à distinguer de celui de Chipilin Rouge ; l’autre partie a un engobe au contraire un peu barbouillé.

107Salto et Las Flautas : plus grande amplitude dans la variation de texture ; minorité de pâtes compactes fines. Engobe bien lissé. Comals W et X.

Remarques

108Mostaza est le type le plus abondamment représenté dans les sites occupés au Classique. De Mostaza à Borayo Orange (Carchá) et à Chipilin Rouge (Cobán 1), il existe des catégories transitionnelles qui ont rendu difficile la formation du premier type. Pâte et couleur différencient Mostaza de Borayo mais la classification est certainement incorrecte pour la collection de Canxul S2 en raison de l’érosion. Formes, aspect et couleur de la surface différencient assez bien Mostaza de Chipilin, encore que des jarres à engobe légèrement poli en bandes (Sulín) puissent être classées dans l’un ou l’autre type ; on a choisi d’exclure toutes les formes de jarres de Chipilin.

109D’autre part, Mostaza pourrait être subdivisé : a) variété (ou type si Mostaza devait être considéré comme un groupe) à engobe sur une ou deux faces ; b) variété à engobe zoné sur naturel. L’érosion et les dimensions des fragments ne permettent cependant pas de quantifier cette subdivision. A noter aussi que les grands bols engobés seulement sur la lèvre et très bien lissés à l’intérieur auraient pu être classés en Chatillas Lissé.

Comparaisons

  • Verapaz : Chipoc, grands bols et comals (Smith 1952 : fig. 7, 8) Classique récent. Santa Cruz-Santa Elena (MN 51-4 A29, 51-5 A28 et A31). Salamá (MN 49-5 G6, 49-6, 49-8).

  • Zacualpa : jarres A1 ou A2 et C (Wauchope 1975 : fig. 68a-c, i-n, 83e, 84rtx, 106, 110 ; MN E169 61-2, E174 61-11) Balam 2-Pokom ; comals à bandes rouges (réf. Citée : 87, 128, 130) Balám-Pokom ; grands bols (réf. citée : 217 ; Wauchope 1948 : 131 ; MN 62-6 E179) Balám, Pokom, Tohil.

  • Motagua moyen : jarres (MN Q7 89-7 89-8 89-9 ; Smith et Kidder 1943 : 137, fig. 17) Lato-Magdalena ; comals (fig. 21dg ; formes de Salto et Sulín) Lato-Magdalena.

  • Paraíso-Chuva (Quetzaltenango) : bols (MN 84 85 N4 N5).

  • Zaculeú : Streaky Red-Brown (Woodbury et Trik 1953 : fig. 90fg) Atzan-Xinabahul.

  • Cotzal : Chachal Brown-Black : Chachal Variety (Adams s.d.) Cotzal.

  • Nebaj : Bisan Brun-Rouge (Becquelin 1969 : 154, fig. 51- 1a-e) Batz.

  • Copán : jarres et grands bols (Longyear 1952 : fig. 30, 36) Classique.

  • Pour les cordons incisés sur jarres, voir comparaisons de Berro Rouge Sombre sur Naturel.

  • Pour les pastilles appliquées sur jarres : Zacualpa (Wauchope 1948 : 105-106 ; 1975 : 171, 183, fig. 124) Pokom. Motagua moyen (MN Q7 89-8 89-9 ; Smith et Kidder 1943 : fig. 19d). Nebaj (Smith et Kidder 1951 : fig. 85b). Salamá (MN 49-5 49-6 49-8).

Variation chronologique

110Grâce aux comparaisons, à la séquence modale et aux contextes stratigraphiques, on peut isoler quelques traits de Mostaza à attribuer les uns à l’aspect Cobán 1 c’est-à-dire au Classique ancien, les autres au Postclassique ancien :

  1. Classique ancien : treillis incisé (2 ex.) ; incision linéaire pré-engobe (7 ex.) ; cannelures digitales sur fond de comal (11 ex.) ; ponctuation en zone délimitée (2 ex.) ; jarres A1 et A3 ; bols K peut-être ; bols G ; supports pleins, supports creux à épaulement.

  2. Postclassique ancien : jarres E ; comals W et X (encore qu’ils semblent apparaître en contexte Cobán à Salto).

Cidra rouge sur naturel (fig. 136)

111Echantillonnage : 107 tessons, dont 83 figurent dans la séquence-sud sériée.
Complexe : Cobán 2.
(Groupe potentiel : Mostaza).
Classe : rouge.
Critères : pâte fine à moyenne, assez compacte, beige. Engobe très érodé rouge, en zone, sur surface brune. Jarre à col court évasé.

Pâte

  • Inclusions : quartz, mica, pierre ponce.

  • Texture : fine à moyenne, assez compacte, de fracture assez franche.

  • Couleur : beige-jaune, beige-rose ; zone centrale parfois gris-noir.

Surface

112Beaucoup plus érodée que celle des tessons associés du type Mostaza Rouge sur Naturel par exemple. Il reste des plaques de la surface extérieure : lissage, ou bain, de couleur brun clair. On discerne quelques traces d’un engobe rouge sur le col, le bord et parfois la panse.

Décoration

113Pastilles appliquées, à trois impressions digitales : 1 ex. (fig. 136b).

Formes

  1. Jarres à col court évasé ou sans col : 14 ex (fig. 136a). Haut de panse de parois convergentes rectilignes. Liaison col-panse épaissie à l’intérieur. Lèvre amincie ou arrondie. D-ouverture : 14 à 24 cm ; Ht-col : 2 à 3,5 cm ; Ep-parois : 0,5 à 0,8 cm.

  2. Autres jarres

    1. Jarres B2 à col court convergent : 2 ex (fig. 136c). Col de parois concaves, légèrement épaissi à l’intérieur. Lèvre aplatie ou en biseau vers l’extérieur. D-ouverture : 13,5-14, cm ; Ht-col : 3 à 4 cm.

    2. Jarres D à col vertical haut : 2 ex (fig. 136b). Haut de panse de parois concaves convergentes. Col épaissi à l’intérieur. Bord aminci. Lèvre en biseau vers l’intérieur. D-ouverture : 18 à 22 cm ; Ht-col : 6 cm. (décor : pastilles imprimées, 1 ex).

    3. Jarre à col haut évasé et bord épaissi : 1 ex. Col de parois concaves. Bord légèrement évasé. Lèvre arrondie. D-ouverture : 10 cm ; Ht-col : 4 cm.

114Eléments additionnels : 16 fragments d’anses et anses entières, attachées de part et d’autre du point d’inflexion de la panse, ou juste au-dessus. (D. : 4,5 à 4 cm ; corde : 6,4 à 9,6 cm ; Ep. : 1,4 à 1,7 cm ; l. : 2,3 à 2,5 cm). Section elliptique ou ovaloïde. Profil dissymétrique. Une anse cannelée.

Autre forme

115Bol K de parois convexes convergentes (1 ex). Bord évasé, à liaison angulaire avec les parois. Lèvre arrondie. D-ouverture : 24 cm ; Ep-parois : 0,5 cm.

Provenance

116Les 107 tessons proviennent de Salto. Cidra est l’équivalent local de Mostaza Rouge sur Naturel, qu’il ne remplace cependant pas totalement.

Comparaisons

117Zacualpa : jarres à col évasé (Wauchope 1975 : fig. 107, 108) (Balám)-Pokom-Tohil.

Caoba rouge noirci (fig. 137)

118Echantillonnage : 721 tessons, dont 467 en séquence-nord sériée.
Complexe : Cobán 2.
Groupe potentiel : Mostaza.
Classe : rouge.
Critères : pâte grossière, friable, orange ou brune. Engobe rouge taché barbouillé. Jarre à col moyen ou haut.

Pâte

  • Inclusions : quartz, pierre ponce, un peu de mica, particules noires et rouge sombre.

  • Texture : grossière, friable, de fracture irrégulière.

  • Couleur : beige, orange, brun, brun foncé, noir ; variation sur un même tesson fréquente.

Surface

119Surface extérieure assez mal lissée, intérieure rugueuse, sauf le col traité comme l’extérieur. Engobe mince, fréquemment un peu érodé, barbouillé, mat, couvrant mal les irrégularités de la surface, non lissé. Il s’étend sur les deux faces du col et peut-être sur la panse, mais celle-ci est très noircie. De couleur rouge sombre, très tachée de noir (10R 4/6).

Décoration

120Pastilles incisées de plusieurs traits horizontaux, appliquées sur la panse (4 ex ; Dim. : 1,2 x 1,7 à 1,8 × 1,8 cm).

Formes

  1. Jarres C à col vertical ou évasé moyen à haut, et à bord évasé épaissi : 78 ex (fig. 137a-c). 2 catégories : a) haut de panse de parois convergentes concaves ; col de parois verticales ou à peine divergentes, concaves ; bord à peine évasé, épaissi, lèvre arrondie ou amincie. D-ouverture : 19 à 24 cm ; Ht-col : 8 à 10 cm. b) haut de panse de parois convergentes, rectilignes ou concaves ; col de parois divergentes concaves ; bord évasé, épaissi angulaire ou non angulaire à l’intérieur. Lèvre amincie ou arrondie. La liaison col-panse assez abrupte peut être angulaire et épaissie à l’intérieur. D-ouverture : 20 cm (15 cm, 1 ex.) ; Ht-col : 4,5 à 5,7 cm. Ep-parois a) et b) : 0,4 à 0,6 cm. La catégorie b) est la moins représentée.

  2. Jarres E à col évasé haut : 2 ex. Col de parois concaves. Bord non modifié ni infléchi.

121Eléments additionnels ; 18 fragments d’anses attachées de part et d’autre du point d’inflexion de la panse (S. elliptique ; P. symétrique) (D. : 5 à 7 cm ; corde : 14 à 17 cm, au max. 20-25 cm ; l. : 3 à 5,5 cm ; Ep. : 1 à 2 cm). Une anse est cannelée.

Provenance

122656 tessons proviennent de Valparaiso (S2), les 65 autres de sites du secteur nord et de Chicán (4 tessons).

Comparaisons

  • Chipoc : jarres rouges identiques (MN 52-1 A39, 52-2, 52-3 ; Smith 1952 : fig. 4a-c, f-i, km), Classique récent.

  • Chajcar : Chachal Broum-Black : Chachal Variety, dont beaucoup proviennent de Chajcar (Adams s.d.), complexe Cotzal.

  • Pour les jarres C : Zacualpa (Wauchope 1975 : fig. 84rtx) Balám-Pokom ; Motagua (Smith et Kidder 1943 : fig. 17c) Lato.

Cebada poreux (fig. 139)

123Echantillonnage : 542 tessons dont 530 figurent dans la séquence-nord sériée.
Complexe : Cobán 2. Classe : poreuse. Critères : pâte très poreuse et friable, orange-brun à noir. Surface assez bien lissée, beige ou brune. Jarre à col vertical moyen et comal de bord haut.

Pâte

  • Inclusions : en très faible quantité ; quartz, pierre ponce, éléments cristallomorphes blancs (feldspath ?), particules oranges, noires ; parfois résidus blanchâtres dans les cavités.

  • Texture : très poreuse, à très fines cavités réparties de façon dense ; grossière, friable, l’aspect poreux peut être le résultat d’un “lessivage” ou dissolution de certaines inclusions de l’argile par l’eau (utilisation et érosion), entraînant la disparition des autres inclusions non solubles (S. Bonus, comm. Pers ; Adams s.d. : voir Putul Black).

  • Couleur : orange, brun, fréquemment noir.

Surface

124Jarres : surface extérieure moyennement lissée, surface intérieure médiocrement finie avec un matériau fibreux. Comals : surface intérieure aussi bien lissée que l’intérieur des tessons Chatillas Lissé ; extérieur très médiocrement fini. Les surfaces sont très poreuses (cavités de 0,1 à 1 mm de diamètre). Couleur : beige, brun, brun rougeâtre, taché de gris ou noir.

Décoration

125Sur les jarres :

  1. Impressions tubulaires sur la panse : 4 ex. Impressions circulaires isolées (D. : 0,7 cm).

  2. Pastille appliquée sur la panse, incisée de 4 traits verticaux (2,3 x 1 cm) : 1 ex.

Formes

  1. Jarres D à col moyen vertical ou légèrement évasé : 44 ex. (fig. 139a-c). Panse globulaire, au point d’inflexion parfois angulaire. Col de parois concaves. Bord épaissi à l’extérieur, parfois aussi à l’intérieur, de section triangulaire ou arrondie. Lèvre aplatie. 2 anses attachées à la lèvre, et au point d’inflexion ou au haut de la panse (S. elliptique ; P. symétrique ou dissymétrique ; D. : 4 à 5 cm ; corde : 10,3 à 14,1 cm ; Ep. : 1,2 à 1,4 cm ; l. : 3,3 à 5,6 cm). Plus rarement, 2 tenons attachés à la lèvre, horizontaux, de forme triangulaire (L. : 4 cm ; l. : 2,5 à 7 cm), présentant 2 cannelures longitudinales, 1 ex. (fig. 139c). D-ouverture : 12 à 22 cm ; Ht-col : 3 à 5 cm ; Ep-bord : 1,3 à 2 cm ; Ep-parois : 0,4 à 0,7 cm.

  2. Jarre E à col vertical : 1 ex.

  3. Comals Y-Z hauts de 3 à 7 cm : 47 ex. (fig. 139d). Fond plat. Liaison fond-bord fréquemment épaissie en ressaut en retrait arrondi peu marqué, à l’extérieur. Bord assez redressé, épaissi à l’intérieur ou à l’extérieur, ou aminci, ou encore direct. Lèvre arrondie ou amincie. D-ouverture : 42-46 cm au minimum ; Ht : 4,5 à 5,3 cm ; Ep-fond : 0,6 à 0,7 cm ; Ep-bord : 0,5 à 1,2 cm. Un fragment de bord est perforé d’un orifice (D. : 0,7 cm), percé dans l’argile plastique.

  4. Comals X haut de moins de 3 cm : 2 ex. (fig. 139e). Fond plat. Liaison fond-bord épaissie en ressaut en retrait arrondi. Bord fortement évasé, épaissi à l’extérieur en bourrelet. Lèvre arrondie. D-ouverture : 40 cm ; Ht : 2,6 cm.

Provenance

126534 tessons proviennent de Chichén et 8 de Chijoú. Cebada est exclusif du secteur nord.

Remarques

127La facture et les formes différencient nettement Cebada Poreux de Matapalo Poreux. Il est probable qu’une certaine qualité d’argile (médiocre) a été utilisée pour la confection des récipients de ces deux types. Mais c’est seulement dans le secteur nord et au Classique récent que des formes bien spécifiques de jarres et de comals ont été fabriquées soigneusement, alors que les récipients Matapalo, produits dans toute la zone à toutes les périodes – mais plus particulièrement au Postclassique – sont de formes différentes et de facture plus médiocre.

128A noter que les jarres poreuses gardent mieux l’humidité et la fraîcheur de l’aliment conservé.

Comparaisons

  • Céramiques poreuses : à Chuitinamit et Chukumuk (Lothrop 1933 : 30) ; à Chajcar, Putul Black (Adams s.d.) complexe Cotzal.

  • Chichén, Santa Cruz-Santa Elena, Chipoc : jarres et comals de pâte plus ou moins poreuse (MN 50-9 A33, 51-4 A29, 52-6 ; Smith 1952 : fig. 5) Classique récent.

  • Pour les jarres D : Chichén MN C48 50 et 51.

Chatillas lissé (fig. 140, 142, 144,195, 196)

129Echantillonnage : 4 332 tessons dont les fragments des 4 récipients reconstitués B-133-9, B-133-10, B- 133-30, B-133-31 ; et 1 récipient trouvé conservé aux deux tiers, B-26-5. 2 043 tessons figurent dans les séquences sériées. Complexe : Cobán. Groupe potentiel : Chatillas. Classe : beige. Critères : pâte moyenne à grossière, friable, beige. Surface intérieure très bien lissée, surface extérieure médiocrement finie, de couleur beige ou brun pâle. Comal et grand bol ou bassin.

Pâte

  • Inclusions : quartz, pierre ponce, mica, particules oranges, noires.

  • Texture : moyenne à grossière, friable, de fracture irrégulière.

  • Couleur : beige, crème, orange pâle ; zone centrale fréquemment grise à noire.

Surface

130Surface intérieure très bien lissée, douce au toucher ; lissage atteignant parfois un très léger brillant ; traces de lissage horizontales, régulières sur les tessons provenant de localités du secteur sud ; par contre les tessons provenant du secteur nord présentent une surface uniforme peut-être produite au moyen d’un bain ou enduit très liquide passé après lissage.

131Surface extérieure – sauf parfois le bord des cornais – très médiocrement ou non finie ; surplus de pâte du façonnage souvent non raclé. Le fond des comals est rugueux et granuleux, ce qui indique que le récipient a été façonné dans une dépression du sol remplie de sable.

132Couleur : blanc-beige (10YR 8/2 8/3), saumon, orange ou brun très pâle (5YR 7/6 7/8 6/6), gris, brun, ocre rougeâtre ; fréquemment taché de gris.

133A noter que les quelques panses de jarres inclues dans le type semblent engobées, ou enduites d’un bain, de couleur pâle très proche de celle de la pâte ; la finition est cependant moins bonne que celle de la surface intérieure des comals et grands bols.

Décoration

  1. Pastilles appliquées à 2 impressions digitales : 7 ex. Sur le col des jarres.

  2. Figuration d’une face d’animal : 1 ex. 2 impressions tubulaires au-dessus d’une protubérance appliquée, incisée d’un trait horizontal, située à la base du col d’une jarre (Dim. : 3,3 x 2,5 cm).

Formes : Comals

  1. Comals Y-Z hauts de 3 à 7 cm : 529 ex. (fig. 140a-f). Fond convexe. Liaison bord-fond continue ou angulaire, parfois soulignée d’une cannelure digitale à l’intérieur. Bord (paroi) évasé à 30°- 45° (de la verticale), convexe, concave ou rectiligne, fréquemment épaissi à l’intérieur. Les 184 fragments de bords provenant de la décharge de Valparaiso (S2) permettent de reconstituer 8 comals ; leurs diamètres respectifs à l’ouverture sont : 46 cm (1 ex.), 54 cm (2 ex.), 62 cm (3 ex.), 71 cm (2 ex.). Pour les autres échantillons les diamètres les plus fréquents vont de 36 à 50 cm. Ep-fond : 0,5 à 0,7 cm ; Ep-bord : 0,8 à 1,4 cm. 1 fragment de bord est percé d’un orifice bipolaire situé à 1,7 cm sous la lèvre (D. : 0,9 cm).

    • 7 Non compris quelques exemplaires de Sulín.

    Comals X hauts de 2 à 3 cm : 4 ex7 (fig. 140g-h). Fond plat ou convexe. Bord épaissi ou aminci. Lèvre amincie. Sur 1 fragment, un tenon ou appendice triangulaire percé d’un trou, attaché horizontalement à la lèvre. 2 des 4 fragments, provenant de Valparaiso (S2), sont de pâte très blanche qui ne paraît pas locale ; il peut s’agir d’importations ; la forme X est très rare à Cobán.

Formes : Grands bols ou bassins (V)

  1. Grands bols ouverts : 573 ex. grand bol B-26-5 ; bassin B-133-9 ; grand bol B-133-31 ; (fig. 142a-d, f ; 144a-g, j ; 195). Fond plat, rarement convexe ou concave. Parois rectilignes ou convexes (généralement convexes en bas et rectilignes ou concaves en haut). Moulure latérale horizontale, 2 ex. (Ht : 1,1 à 1,5 cm ; Ep. : 0,3 à 0,5 cm). Liaison fond-paroi épaissie à l’intérieur, mal façonnée (Ep. : 0,9 à 2 cm). Bord non infléchi ou très légèrement évasé, épaissi à l’extérieur sur plus de 3 cm de hauteur, parfois mal façonné. Lèvre arrondie, rarement amincie ou aplatie. D-ouverture : 34 à 46 cm (rarement 20-24 cm, 46-57 cm) ; Ht : 10 à 15 cm (rarement 15 à 20 cm) ; Ep-parois : 0,6 à 1,2 cm ; Ep-bord : 1 à 2 cm ; D-fond : 12 à 16 cm (1 ex. 36 cm).
    Les bassins aussi grands que le récipient B-133-9 (fig. 142a) sont rares ; celui-ci présente au bord deux orifices bipolaires espacés de 2,5 cm, disposés horizontalement, situés à 2,5 cm sous la lèvre (D. : 1 cm). Un fragment d’un autre bol comporte un orifice identique au bord. Ces orifices ont servi à réparer les récipients.
    Eléments additionnels :

    1. 2 anses verticales symétriques situées à moins de 5 cm sous la lèvre (D. : 2,3 à 5,6 cm ; corde : 3,5 à 10,2 cm ; Ep. : 0,6 à 2 cm ; l. : 1,5 à 4 cm) (S. elliptique ou circulaire, P. symétrique ou dissymétrique ; mal façonnées) (environ 50 ex.). 1 anse est cannelée.

    2. bases annulaires : 2 ex. (Ht : 1,6 cm ; D. : 15 cm).

  1. Grands bols de parois verticales ou légèrement convergentes : 58 ex. Bols B-133-10 et 30 (fig. 142e ; 144h ; 196). Cette forme ne diffère de la précédente que par l’orientation des parois. Le bord n’est pas infléchi ou est un peu évasé, ou légèrement redressé quand les parois tendent à être convergentes. D-ouverture : 20 à 32 cm ; Ht : 10 à 14 cm (3 ex.). Un fragment de bord présente deux orifices non terminés espacés de 2 à 2,8 cm sous la lèvre (D. : 0,6 cm).

  2. Grands bols à bord rentrant : 6 ex. (fig. 144i). Parois divergentes rectilignes. Bord épaissi à l’extérieur. D-ouverture : 20 à 36 cm.

Formes : JARRES

  • A col vertical ou à peine évasé, moyen : 14 ex. Col de parois concaves. Bord non infléchi ou à peine évasé, épaissi à l’intérieur. Lèvre aplatie ou arrondie. 2 anses attachées à la lèvre ou à 1-2 cm sous la lèvre, et au haut de panse (S. elliptique, P. dissymétrique ; D. : 4,8 cm ; corde : 9,5 cm ; Z. : 2,3 à 3 cm ; Ep. : 1,6 cm ; pour 2 ex.). D-ouverture : 10 à 12 cm (18 cm, 1 ex.).

  • Jarres E à col vertical moyen ou haut : 3 ex. Le bord n’est pas infléchi ni modifié. D-ouverture : 20 cm (1 ex.).

  • Jarre B3 sans col, à bord épaissi fortement à l’extérieur : 2 ex. D-ouverture : 16 à 18 cm,

  • Non identifiés : 7 fragments de bords de jarres.

  • Eléments additionnels (jarres) : 7 fragments d’anses (l. : 2,3 à 3,5 cm ; Ep. : 1 à 1,3 cm ; 2 ex.).

Formes : Bols

  • Bols M ouverts de parois rectilignes ou concaves : 17 ex. D-ouverture : 14 à 18 cm ; Ep-parois : 0,5 à 0,8 cm.

  • Bols L en calotte : 4 ex. D-ouverture : 16 à 18 cm ; Ep-parois : 0,4 à 0,6 cm.

  • Eléments additionnels :

    1. bases annulaires (10 ex.)

    2. support plein cylindrique bas (1 ex.)

    3. support creux fragmentaire (1 ex.).

Variations locales

134L’amplitude de la variation des pâtes, quoique assez restreinte, suggère que les récipients Chatillas étaient fabriqués dans plusieurs ateliers dispersés ; on note en particulier que les échantillons provenant de Chichén, Chijoú et Xutjá 1 sont de pâte moyenne compacte. De plus, les couleurs (pâte et surface) rouge-brun et ocre dominent à Salto et Chamaoj, alors que le blanc et le beige, le saumon et le gris dominent dans les sites du secteur nord. A Salto, quelques grands bols ou bassins ont pu avoir été engobés en rouge sombre (transition entre Chatillas, et Mostaza ou Cidra Rouge sur Naturel); la surface intérieure d’un assez grand nombre de grands bols et bassins est couverte d’une couche de calcaire blanchâtre de 0,5 mm d’épaisseur; le bord, de ces mêmes formes, est souvent épaissi sur les deux faces; enfin, toujours à Salto, les bassins de grand diamètre (40 cm) et épais (1,2 – 1,4 cm) sont plus abondants qu’ailleurs (fig. 144e-f). A Xutjá 1, la surface intérieure d’environ 30 fragments de comals rappelle le fini des comals Celidonia Crème (engobés). Enfin la forme des comals à parois concaves est exclusive de Valparaiso.

Remarque

135Les comals de la forme Y-Z sont plus hauts que les comals modernes, le fini de surface et les diamètres étant par contre comparables. La question est de savoir si les comals de la période classique servaient à faire cuire les tortillas de maïs – galettes minces – comme les comals modernes. Adams propose que les Mayas classiques cuisaient plutôt la pâte de maïs sous la forme de gâteaux ovales plus épais que la tortilla (dumplings, Adams s.d. : type Cocol Plain).

136Les grands bols et bassins ont à peu près la forme des cuvettes en métal émaillé omniprésentes actuellement sur les marchés et dans les maisons. Les usages sont multiples : lavage, trempage du maïs (nixtamal), préparation d’enduits, plâtres etc., préparation de l’atole de maïs, toilette etc. (voir Sabloff 1975 : 165).

Comparaisons

  • Alta Verapaz : Santa Cruz-Santa Elena (MN 51-4 A29). Chipoc, grands bols, cornais, jarres (MN A39 52-4, 52-7 à 52-9, 53-1 ; Smith 1952 : fig. 6c-f, g-k, fig. 7,8) Classique récent.

  • Zacualpa : bassins et comals (Wauchope 1975 : 87, 130, 175, 187, 200, fig. 76kmn, 118-120) Balám, Pokom (aussi MN 62-11 E-148).

  • Rio Motagua moyen : Coarse Ware Bowls (MN Q7 89-3, 89-4) Lato, Magdalena ; les parois des bols assez minces rappellent celles des grands bols de Salto ; (voir aussi Smith et Kidder 1943 : 139, fig. 20cfd ; comals, réf. citée : fig. 21gd).

Celidonia crème (fig. 141)

137Echantillonnage : 290 tessons dont 71 figurent dans les séquences sériées.
Complexe : Cobán. Groupe potentiel : Chatillas. Classe : beige. Critères : pâte orange-rouge moyenne à grossière, friable. Engobe de couleur crème ou brun clair. Comal.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce, quartz, mica.

  • Texture : moyenne à grossière, friable et lâche.

  • Couleur : orange-rouge.

Surface

138Surface intérieure bien lissée, engobée. Engobe épais, lissé, de mat à très légèrement brillant ; de couleur : crème, brun pâle (7.5YR 7/4 7/6 6/4), brun et brun-gris (7.5YR 5/2 5/4), fréquemment tachée de gris. Surface extérieure non lissée, ayant le rugueux granuleux caractéristique des fonds de comals ; de la couleur de la pâte.

Décoration

139Quelques fragments ont la lèvre engobée en rouge.

Formes

  1. Cornais Y-Z hauts de 3 à 7 cm : 56 ex. (fig. 141ab). Fond convexe. Liaison bord-fond continue. Bord épaissi à l’extérieur. Lèvre amincie ou arrondie. Un fragment d’anse attachée à la lèvre (1 ex.). D-ouverture : 46 cm ; Ep-bords : 0,9 à 1,4 cm.

  2. Grands bols V : 5 ex. Parois convexes divergentes. Bord évasé ou non infléchi. D-ouverture 32 à 36 cm ; Ep-parois : 0,6 à 0,8 cm.

Provenance

140267 des 290 tessons Celidonia proviennent de Sulín.

Espuela rouge sur beige (fig. 143)

141Echantillonnage : 22 tessons. Complexe : Cobán 2. Groupe potentiel : Chatillas.
Classe : beige. Critères : pâte moyenne, friable, beige. Engobe ou bain beige taché sur l’intérieur. Bord engobé en rouge. Bol en calotte à bord évasé.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce, particules noires.

  • Texture : moyenne, lâche, friable.

  • Couleur : beige.

Surface

142Surface intérieure bien lissée, engobée ou enduite d’un bain de même couleur que la pâte : beige (7.5YR 8/4 7/4), taché de brun rougeâtre. Le bord est par contre engobé sur les deux faces, de couleur brun rougeâtre (2.5YR 5/6). Surface extérieure très médiocrement finie.

Forme

143Bols L en calotte à bord évasé : 13 ex. (fig. 143). Fond plat. Liaison fond-parois épaissie et angulaire à l’extérieur. Bord épaissi arrondi à l’extérieur. Lèvre amincie. D-ouverture : 20 à 21,4 cm (30 cm, 1 ex.) ; Ht : 9 cm ; Ep-parois : 0,5 à 0,8 cm.

Provenance

14420 des 22 tessons proviennent de Las Flautas Ouest, et 2 tessons de Salto et de Patal.

Remarque

145Sur la base d’un plus grand échantillon il s’avèrerait peut-être que Espuela Rouge sur Beige n’est qu’une variété locale, soit de Chatillas Lissé, soit de Celidonia Crème.

Nama modèle (fig. 145, 197)

146Echantillonnage : 484 fragments, dont 4 “pots” B-185-23 à 25 et 133-26 presque entiers. 261 tessons représentent le type dans les séquences sériées. Complexe : Cobán. Classe : blanche.
Critères : pâte orange à rose, grossière. Façonnage et finition médiocres, avec fréquemment un engobe blanchâtre barbouillé. “Pots” cylindriques à une anse.

Pâte

  • Inclusions : quartz abondant, pierre ponce, mica, particules noires, oranges. Inclusions fréquemment de plus d’1 mm de diamètre.

  • Texture : grossière, friable, parfois quelque peu compacte, de fracture irrégulière.

  • Couleur : orange pâle, rose, beige, autant dans les zones superficielles que dans la zone centrale.

Surface

147L’intérieur et l’extérieur sont mal finis : aspérités, irrégularités, et à l’intérieur, traces digitales de façonnage ne sont pas masquées. L’extérieur est assez fréquemment enduit d’un engobe épais passé avec un applicateur fibreux ; de couleur blanc sale, barbouillé, mat.

148La surface non engobée est de la couleur de la pâte (2.5YR 6/8, 5YR 7/4 7/6), tachée de brun, noir ou gris.

Décoration (fig. 197c)

149Généralement 2 impressions digitales circulaires ou ovales sur le fond à l’extérieur, situées au rebord du fond, à peu près symétriquement de part et d’autre de l’attache de l’anse ; ou bien placées sur l’attache même de l’anse (D. : 0,8 à 1,6 cm ; profondeur : 0,2 à 0,8 cm). Ce même “décor” a parfois été fait par enlèvement de pâte. 1 ex. présente une cannelure digitale (L. : 5 cm) située entre les deux impressions digitales, le long du plus grand diamètre du fond.

150Ces impressions digitales constituent une version simplifiée de décors qui, sur des “pots” identiques ou comparables provenant du Quiché, figurent la face d’un animal, peut-être d’un canard : d’où le nom de duck-pot, “pot-canard”, donné à ces objets particuliers (De Borhegyi 1952), ou encore de duck-bill covers, “couvercles à bec de canard” (Smith et Kidder 1951).

Forme

151“Pots” U cylindriques à anse : 141 fragments de bords, 89 fragments de fond et anse, 4 pièces fragmentaires B-185-23 à 25, 133-26 (fig. 145, 197). La forme a l’aspect d’un pot, ou d’un bock, mais qui est tout à fait instable posé sur son fond : il est évident qu’il était utilisé posé à l’envers, sur le bord, qui est donc la partie inférieure du “pot”.

152Fond convexe, parfois plat, parfois fortement épaissi (jusqu’à 6,4 cm d’épaisseur, fig. 145d). Liaison fond-parois continue, ou angulaire, ou en ressaut en retrait arrondi ; fréquemment très épaissie. Une seule anse petite attachée à la liaison fond-parois et au bas de la paroi (D. : 2, 6 à 4 cm ; corde : 5 à 8 cm ; l. : 2,5 à 2,8 cm ; Ep. : 1,2 à 1,4 cm) (S. elliptique, P. dissymétrique ou symétrique) ; l’anse ainsi attachée se trouve dans la partie supérieure du “pot” posé à l’envers ; elle est souvent orientée de telle sorte qu’elle n’est effectivement préhensible qu’ainsi placée (fig. 145c.)

153Parois parallèles à divergentes, rectilignes, concaves ou convexes. L’axe des parois n’est probablement pas toujours vertical. Bord non infléchi, parfois un peu évasé ; direct, rarement épaissi. Lèvre aplatie, parfois arrondie. D-ouverture : 9 à 15 cm ; Ht estimée : 20 cm ; Ep-parois : 0,6 à 1,6 cm ; Ep-fond : 0,6 à 6,4 cm ; D-fond : 10 à 12 cm. 2 fragments de bords sont perforés chacun d’un orifice, situés à 4,1 et 4,4 cm de la lèvre (D. : 1,5 à 2 cm).

Remarque

154De Borhegyi a suggéré que ces objets servaient de couvercle d’encensoir (1952, type B) ; ceux auxquels il se réfère sont percés d’un trou près du bord, mais ce n’est pas le cas des pots-canards Nama. Smith et Kidder pensaient qu’ils pouvaient servir à protéger de jeunes plants (19 51) ; là encore l’aération n’est pas assurée si le bord n’est pas percé. Posés à l’envers, ces “pots” constitueraient de bons supports pour les comals à placer au-dessus du foyer : 3 ou 4 forment ensemble un support plus stable que des pierres, et suffisamment solide pour des cornais, mais pas pour des jarres remplies d’aliments. Cette utilisation expliquerait l’orientation oblique de l’axe des parois, inclinées légèrement vers le centre du récipient à supporter. Il reste que les fragments Nama ne sont pas noircis ; mais le noir de fumée peut avoir disparu par érosion.

Comparaisons

  • Alta Verapaz : Chipoc, Santa Cruz – Santa Elena. (De Borhegyi 1952 : fig. 6, 7, 8 ; voir aussi fig. 9, 10, 1 ; Rands et Smith 1965 : fig. 7), Classique récent.

  • Cotzal : Nama Modeled (Adams s.d.) complexe Cotzal.

  • Nebaj : (Becquelin 1969 : 84 ; MN E65 64-3) Classique ancien et récent.

  • Zacualpa : (Wauchope 1948 : 118-119, fig. 37, Pl. 22a-c, f-g ; Wauchope 1975 : 80, 136, fig. 30 de, fig. 56a, fig. 81), complexes Balám 1 et 2, Pokom (aussi Lothrop 1936 : 45, fig. 41).

  • Quiché : (Lothrop 1933 : 29, fig. 11 ; De Borhegyi 1952).

  • Autres références : collection Dieseldorff, MN 95-8 W14 ; Coe 1961 : 69 ; Parsons 1967 : fig. 54e, 77h.

China blanc (fig. 138)

155Echantillonnage : 458 tessons, dont 248 représentent le type dans les séquences sériées. Complexe : Cobán. Classe : blanche. Critères : pâte orange ou beige moyenne à grossière, compacte. Engobe blanchâtre barbouillé. Jarre à col vertical moyen à haut.

Pâte

  • Inclusions : quartz et pierre ponce.

  • Texture : moyenne à grossière, compacte, de fracture irrégulière.

  • Couleur : orange pâle, beige, gris ; environ 20 % des tessons sont de pâte grise à noire. Variations fréquentes sur un fragment.

Surface

156A l’extérieur, lissage médiocre, à l’intérieur, finition très médiocre. Engobe à l’extérieur, peu épais, assez érodé, barbouillé, mat. Couleur de l’engobe : blanc (5YR 8/1) ; sur les tessons à pâte gris-noir, l’engobe est blanc-gris taché de noir. Toute la surface extérieure et l’intérieur du col des jarres sont engobés.

Décoration

157Engobe rouge sur le bord intérieur, et bande engobée blanc, horizontale, sur le col à l’extérieur (1 ex.). Bande rouge sur blanc sur panse (1 ex.). Intérieur blanc et extérieur rouge (1 ex.).

Formes

  1. Jarres C à col vertical moyen à haut : 6 ex. (fig. 138ab). Haut de panse de parois convergentes concaves ou rectilignes. Col de parois concaves, parfois un peu divergentes. Bord épaissi à l’intérieur, non infléchi, parfois évasé. Lèvre arrondie. Anse attachée à moins de 2 cm sous la lèvre et au haut de panse (S. elliptique, P. symétrique). D-ouverture : 10 à 12 cm ; Ht-col 5 à 7 cm ; Ep-parois : 0,5 à 0,6 cm.

  2. Bols M ouverts de parois rectilignes : 4 ex. Bord épaissi. Lèvre arrondie ou aplatie. D-ouverture : 14 à 27 cm.

Variations locales

158Sulín : pâte friable, contenant du mica, de couleur rouge-orange ; surface engobée assez bien lissée ; environ 25 tessons provenant de S1 ont un engobe épais, très blanc, mat.

159Chamaoj : pâte identique à celle des tessons de Sulín ; surface engobée parfois assez bien lissée.

Comparaisons

160Chipoc : Light Salmon Hardware, Grey, Streaky Cream (Smith 1952 : fig. 5i-k, 6c-k ; MN A39 52-4, 52-5).

Barbasco encensoir (fig. 185, 204)

161Enchantillonnage : 50 tessons, et 2 encensoirs partiellement reconstitués, B-294-12, B-258-13.
Complexe : Cobán. Classe : blanche. Critères : pâte moyenne à grossière peu compacte. Bain ou engobe blanc barbouillé. Décoration de pointes appliquées. Bol ouvert de parois rectilignes.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce, mica, quartz.

  • Texture : moyenne à grossière, peu compacte.

  • Couleur : brun, orange, rouge, avec zone centrale noire, parfois entièrement noire.

Surface

162Finition médiocre rappelant celle de Nama Modelé. Surface extérieure fréquemment enduite d’un bain ou engobe barbouillé, mat, assez érodé, de couleur blanc sale ; rarement, deux engobes, blanc et rouge, sont juxtaposés, ou superposés. Surface non engobée de couleur rose, beige ou brune, tachée de gris-noir.

Décoration

  1. Pointes appliquées (fig. 185) : sur tous les fragments de parois et bords, protubérances coniques disposées en plusieurs rangées horizontales, plus ou moins serrées, assez irrégulièrement façonnées (D. max : 1 à 2 cm). 1 ex. est décoré d’une seule rangée de pointes (fig. 185e).

  2. Décors additionnels :

    1. Figuration de visage : 2 ex. (fig. 185b). 2 pastilles appliquées sur le bord extérieur, symétriques par rapport à l’axe du récipient ; 2 ponctuations et un large trait excisé figurent un visage sur chaque pastille (Dim : 4,2 x 3,1 cm et 4,7 x 3,4 cm).

    2. Traits incisés sur la lèvre : 1 ex. (fig. 185a). Traits verticaux incisés depuis le milieu de la lèvre jusqu’au haut du bord extérieur (l. : 1,5 à 2 mm ; profondeur : 1 à 1,5 mm).

    3. Striures irrégulières sur la surface extérieure (1 ex.).

Formes

  1. Bols M ouverts de parois rectilignes (ou concaves) : 13 ex. et les poteries B-294-12, B-258-13 (fig. 185a-d, 204). Fond plat avec ou sans base annulaire ; la base annulaire est située au rebord du fond, en continuité avec la paroi, et est presque toujours proche de la verticale (Ht : 1,3 cm ; Ep. : 1,4 à 2 cm ; pour 3 ex). Liaison parois-fond en ressaut en retrait ou moulure, mal façonnés (2 ex. ; fig. 185c). Bord fréquemment aminci, ou bien direct, et non infléchi, parfois évasé. Lèvre arrondie ou amincie, rarement aplatie. D-ouverture : 12 à 24 cm ; Ht : 7 à 8,2 cm (pour 3 ex. ; base annulaire non comprise) ; Ep-parois : 0,5 à 2 cm. Un bord est ajouré de larges fenêtres rectangulaires (fig. 185 d).

  2. Bols L en calotte : 3 ex. (fig. 185e). Lèvre amincie. D. : 8 à 12 cm ; Ep-parois : 0,6 cm ; Ht. Estimée : 5 cm.

Comparaisons

  • Pour une répartition générale des encensoirs à pointes dans les Hautes Terres, voir Wauchope 1948 : 117 note 132 ; Rands et Smith 1965 : fig. 7.

  • Zaculpa (Wauchope 1975 : 104, 163, fig. 56d-c, 103f) complexes Balám 2, Pokom.

  • Nebaj (Becquelin 1969 : 84 ; Smith et Kidder 1951 : fig. 76f) Classique ancien.

  • Cotzal: Batzal Appliqué (Adams s.d.).

  • Zaculeú (Woodbury et Trik 1953 : 183-185, fig. 241i) Classique et Postclassique.

  • Río Motagua moyen (Smith et Kidder 1943 : 142, fig. 22h, 40a-d ; MN Q7 89-10) complexe Magdalena.

  • Basses Terres : de Seibal, Miseria Appliqué : Variety Unspecified (Sabloff 1975 : 174, fig. 331, 335d), complexe Bayal ; de Altar de Sacrificios, Cedral Appliqué : Cedral Variety (Adams 1971 : 53) complexe Boca.

Chichicaste brun-noir (fig. 146 à 149, 198, 208b-h., j)

163Echantillonnage : 1 100 tessons et deux bols B-325-21 et 22, trouvés presque complets. 438 tessons représentent le type dans les séquences sériées. Complexe : Cobán. Groupe : Chichicaste.
Classe : fine. Critères : pâte fine à moyenne, friable. Surface très légèrement polie, de couleur brun-noir tachée. Bol ouvert à moulure, tripode ou à base annulaire. Bol cylindrique. Bol à ressaut en retrait.

164La description de la pâte et de la surface est basée sur l’échantillon de Chamaoj (243 tessons).

Pâte

  • Inclusions : quartz, ponce, mica, particules noires.

  • Texture : fine à moyenne (sur 243 tessons, 19 sont de pâte vraiment fine) ; friable à peu compacte ; de fracture irrégulière.

  • Couleur : orange, brun, beige, rose, gris, noir ; zone centrale parfois plus sombre.

Surface

165Surface bien lissée sauf l’extérieur du fond. Probable engobe couvrant toute la surface sauf l’extérieur du fond ; il est difficile à discerner ; la couleur a pu être obtenue par enfumage à la cuisson dans un nombre de cas indéterminé. Surface légèrement brillante, probablement polie assez peu érodée.

166Couleur : très variable dans l’échantillon et sur un même fragment ; toujours tachée ou marbrée. Crème (5YR 7/4), brun clair (7.5YR 5/2 5/4 6/4), brun-orange, brun-rouge (2.5YR 4/4 4/6), brun-gris, brun-noir (5YR 4/2 4/3). La variante brun-rouge (25 % de l’échantillon de Chamaoj environ) suggère que la couleur a été obtenue par enfumage d’un engobe rouge ou orange.

Décoration

  1. Peinture additionnelle :

    1. 32 bords sont peints en rouge à l’extérieur sur une hauteur de 0,5 à 3 cm, parfois sur les deux faces ; la surface rouge est polie et brillante.

    2. Plus rarement, toute la partie supérieure des parois est peinte en rouge.

    3. Traînées rouges sur l’intérieur crème (1 ex.).

    4. Bandes horizontales rouge-gris-crème-rouge alternées sur le bord intérieur (1 ex.).

    5. Surface intérieure ou extérieure rouge (5 ex.).

    6. Lèvre rouge (1 ex.).

  2. Incision

    1. Incision fine : 36 ex. (fig. 147 cf, 148d-g, 149a-d, 208h). Motifs curvilinéaires ou rectilinéaires sur la paroi extérieure : simples, floraux ; combinés avec un semis de ponctuation en zone (2 ex.) ; traits parallèles verticaux, horizontaux, obliques ; chevron (2 ex.) ; côtes de melon (1 ex.) ; traits combinés avec des impressions tubulaires (1 ex.) ; motifs curvilinéaires et rectilinéaires combinés (3 ex.) ; treillis (3 ex.). Motifs rectilinéaires sur le bord évasé à l’horizontale (1 ex.) (fig. 149b), sur la lèvre aplatie (1 ex.).
      l.– sillon : 0,5 à 1,5 mm. Généralement post-engobe mais il est difficile d’en juger.

    2. Incision large : 9 ex. Motifs curvilinéaires ou rectilinéaires simples sur la paroi extérieure. l.– sillon : 2 à 4 mm.

    3. Incision et pastillage : 5 ex. (fig. 147f, 149d, 208f-h). Traits horizontaux et rangée horizontale de pastilles appliquées, avec une frise de pseudo-glyphes sur le bord (1 ex.), ou un treillis (1 ex.).

    4. Incision et impressions digitales : 1 ex. En traits et rangée à l’horizontale.

  3. Cannelures : 29 ex. (fig. 147abh, 208be). Généralement verticales, sur la paroi extérieure, bord non compris ; réalisées par excision ou par pression digitale (l : 0,3 à 1 cm ; profondeur : 1 à 2 mm).

  4. Pastilles appliquées, protubérances modelées : 11 ex. (fig. 146hk ; 147g ; 148b, 208dfh). Pastilles : appliquées sur la paroi extérieure, groupées par deux, ou disposées en rangée horizontale. Protubérances : 2 ou 4, très espacées sur la moulure, le ressaut ou le bord. D. : 1 à 3,8 cm ; en relief de 0,3 à 1,5 cm.

  5. Autres décors

    1. moulures échancrées : 9 ex. (voir même décor en Nopal Trichrome) ;

    2. treillis lâche de cannelures peu marquées (ou traits excisés superficiellement) : 1 ex.

Formes

  1. Bols et plats L et M ouverts, à moulure, tripodes ou à base annulaire : 116 ex. (fig. 146a-h). Fond convexe. Parois divergentes convexes, moins fréquemment rectilignes. Moulure latérale ou basale, fréquemment mal façonnée, de section symétrique, angulaire (Ht : 0,5 à 1,6 cm ; Ep. : 0,3 à 0,6 cm) ; moulure parfois échancrée (8 ex.). Bord non infléchi, rarement à peine évasé ; direct, rarement épaissi sur l’une de ses deux faces. Lèvre arrondie ou amincie, rarement aplatie ou en biseau vers l’intérieur.
    Trois supports ; ou base annulaire (voir description à la rubrique “Eléments additionnels”). D-ouverture : 14 à 16 cm et 20 à 24 cm ; Ht estimée : 5 à 10 cm (éléments additionnels non compris) ; Ep-parois : 0,4 à 0,8 cm.
    (Décor : quelques ex. décorés de protubérances sur le bord ou la moulure).

  2. Bols L en calotte : 62 ex. (fig. 146i-m). Fond légèrement convexe et épaissi, doté d’une base annulaire : 1 ex. (Ht : 1,3 cm ; D. : 10,5 cm). Bord généralement redressé à la verticale et épaissi. Lèvre arrondie ou amincie (aplatie 1 ex). D-ouverture : 14 à 24 cm ; Ht estimée : 7 à 8 cm et plus ; Ep-parois : 0,4 à 0,6 cm ; Ep-bord : 0,7 à 0,9 cm.
    (Décor : bord peint en rouge ; autres décors très rares).

  3. Bols ou vases N cylindriques, O pseudo-cylindriques, ou Q de parois convexes parallèles : 30 ex. (fig. 147a-g).

    1. Cylindriques : parois parallèles rectilignes ou à peine concaves.

    2. Pseudo-cylindriques : parois rectilignes divergentes très proches de la verticale. Fond probablement plat. Bord fréquemment épaissi, parfois formant bourrelet à l’extérieur. Lèvre arrondie ou aplatie. D-ouverture : 12 à 20 cm ; Ep-parois : 0,3 à 0,5 cm ; Ep-bords : 0,4 à 0,8 cm. (Décor : généralement ornés de cannelures, pastilles, incisions, combinées ou non).

  1. Plats (M) à moulure : 10 ex. (fig. 147i). Parois très divergentes rectilignes ou à peine concaves. Moulure latérale ou basale, de section symétrique, angulaire ; une moulure est échancrée. Bord épaissi à l’extérieur. Lèvre arrondie ou amincie, ou en biseau vers l’extérieur. Probablement tripodes, ou à base annulaire. D-ouverture : 20 à 36 cm ; Ht estimée : 7 à 10 cm ; Ep-parois : 0,4 à 0,5 cm ; Ep-bord : 0,7 à 0,9 cm. (Décor : parfois la partie supérieure des parois est peinte en rouge).

  2. Bols L en calotte à bord évasé, décorés de cannelures : 10 ex. (fig. 147h). Fond convexe. Bord un peu évasé, parfois légèrement épaissi à l’extérieur. Lèvre arrondie ou amincie. D-ouverture : 18 à 22 cm ; Ht : 8 cm environ ; Ep-parois : 0,4 à 0,6 cm.
    (Décor : cannelures verticales ou horizontales).

  3. Bols M ou L ouverts, à ressaut en retrait angulaire : 6 ex. et le bol B-325-21 (fig. 148a, 149fg, 198a). Fond convexe épaissi. Parois rectilignes. Ressaut à la liaison fond-parois (Ep. : 0,7 à 0,9 cm). Lèvre arrondie. 3 supports creux coniques, percés d’un orifice sur la face intérieure, formant grelot (Ht : 1,4 cm). D-ouverture : 18 à 19 cm ; Ht : 7 cm (sans les supports) ; Ep-parois : 0,4 à 0,5 cm ; Ep-fond : 0,7 cm. (Décor : rarement protubérances sur le ressaut).

  4. Bols F de profil composite à ressaut en retrait arrondi : 5 ex. et le bol B-325-22 (fig. 148 bc ; 198b). Fond convexe épaissi. Partie inférieure en calotte, partie supérieure de parois rectilignes, divergentes ou parallèles. Liaison en ressaut (Ep. : 0,2 à 0,4 cm). Lèvre arrondie. Base annulaire (Ht : 1 cm ; D. : 11,6 cm ; 1 ex.). D-ouverture : 14,16 et 22 cm ; Ht : 6,9 cm (1 ex.) ; Ep-parois : 0,5 à 0,6 cm. (Décor : rarement protubérances sur le ressaut, ou bord peint en rouge).

  5. Autres formes

      • 8 Fragments de bords provenant de Sulín non comptés.

      Bols ou plats S de parois divergentes concaves : 6 ex. Lèvre arrondie. D-ouverture : 20, 22, 28 cm ; Ep-parois : 0,5 à 0,7 cm. Forme caractéristique de Escobilla Orange-Brun ; ces 6 exemplaires présentent le même fini de surface ; aucun décor8.

    1. Bols K à bord rentrant, ou bien de parois convergentes (et bord non infléchi) : 6 ex. (fig. 149c). Lèvre arrondie. Bord direct, ou épaissi (2 ex). D-ouverture : 10 et 16 cm (5 ex.). (Décor : moulure peu marquée à 1 cm sous la lèvre, 1 ex. ; cannelures, 1 ex. ; incision, 2 ex.).

    2. Bol (ou plat) de bord évasé à l’horizontale : 2 ex. (fig. 149b). Parois divergentes (1 ex.) ou verticales (1 ex.). Liaison bord-parois angulaire à l’intérieur (Z. bord : 1,2 et 1,5 cm). D-ouverture : 21 et 26 cm. (Décor : peinture rouge à l’intérieur, 1 ex. ; incision rectiligne sur le bord, 1 ex.).

    3. Grands bols V : 2 ex. Parois rectilignes divergentes. D-ouverture : 34 et 40 cm.

    4. Bol M ouvert tripode à supports pleins : 1 ex. (fig. 149a). Fond convexe épaissi. Parois rectilignes. Lèvre ronde. Trois supports tronconiques pleins (Ht : 1,1 cm ; D. max. : 2,5 cm). D-ouverture : 15,5 cm ; Ht (sans les supports) : 6 cm ; Ep-parois : 0,4-0,5 cm. (Décor : incision grossière).

    5. Jarre à col évasé : 1 ex. Liaison du col et de la panse marquée d’une cannelure peu marquée à l’extérieur. Lèvre amincie. D-ouverture : 15 cm.

167Fragments petits de bords non identifiés : 77 ex.

168Eléments additionnels et fragments de fonds

  1. Supports creux : 49 ex. (fig. 149ef). Ronds ou coniques ou tronconiques (formes difficiles à distinguer) ; 1 (rarement 2) orifice sur la face intérieure ; formant grelot ; attachés à la liaison fond-parois, suivant un axe oblique. Ht : 2,3 à 3,5 cm ; l. max. : 3,3 à 5,1 cm. Un ex. est décoré d’incisions grossières.

  2. Supports pleins : 11 ex. (fig. 149gh). Coniques ou tronconiques. Ht : 1,1 à 3 cm ; D. max. : 2,4 à 4,5 cm.

  3. Bases annulaires : 73 ex. (fig. 149i). L’anneau est oblique par rapport au plan horizontal du fond. Ht : 1 à 1.5 cm ; Ep. : 0,5 à 0,9 cm ; D. : 8 à 12 cm (rarement 14 cm).

  4. Fonds plats et fonds convexes : 20 et 14 ex. (fig. 119j). Fonds plats : liaison fond-parois angulaire à l’extérieur, parfois épaissie à l’intérieur, ou encore liaison en ressaut en retrait (2 ex.). Fonds convexes : liaison arrondie dépression circulaire au centre à l’extérieur (1 ex.). Les fonds convexes sont engobés et bien lissés à l’extérieur.

Variations locales

  • La variante brun-rouge est présente à Xutjá 1 (24 % de l’échantillon) à Chijoú, et à Valparaiso (brun-rouge très sombre).

  • La variante beige-gris pâle est exclusive de Sulín (19,2 % de l’échantillon provenant de T2-T3) ; la surface intérieure est bien lissée, de couleur beige-orange. La forme principale est le bol ou vase pseudo-cylindrique.

  • Les 32 fragments de bords peints en rouge proviennent de Sulín (forme 2).
    Ces variantes mises à part, l’amplitude de la variation dans les pâtes et traitement de surface est très restreinte d’une localité à l’autre. Il est possible que le type ait été fabriqué dans un petit nombre d’ateliers.

Variation chronologique

169D’après la séquence modale et les contextes stratigraphiques, on peut isoler quelques traits Carchá-Cobán 1 : bols à ressaut, bols à bord rentrant ou de parois convergentes ; bols en calotte à bord peint en rouge ; supports pleins ; bords évasés à l’horizontale.

Comparaisons

  • Alta Verapaz : Chamá, Smoked Ware (Butler 1940b : fig. 21 acgj-lno, fig. 22 acklm) Chamá 2.3,4. Santa Cruz – Santa Elena (MN 51-6 A28, A30, A31). Chipoc, Monochromes Buff, Brown, Black (MN 53-9, tessons incisés ; Smith 1952 ; fig. 11 akrq-tv-dd), Classique récent.

  • Cotzal : Zopilote Smudged Black, groupe Chisis, Cuala Red : Cuala Variety (Adams s.d. ; collection MN) ; complexe Cotzal (?).

  • Nebaj : Cambalam Noir, Chemala Rouge Poli (Becquelin 1969 : 151-154, fig. 48-8, 49-6, 50-7), type potentiel (fig. 86-3), complexe Batz ; (voir aussi poteries MN 1124 n° 1083, H18 n° 4862 a et b, E 125a n° 671, 672 ; Classique).

  • Zaculeú : Polished Black, Polished Brown, Rust-Red-basal-flanged bowls (Woodbury et Trick 1953 : 120-124,149; fig. 235k, 241no), complexes Atzan et Chinaq.

  • Rio Motagua moyen : Black-Brown Ware (MN Q7 89-6). Bols brun-noir cannelés (Smith et Kidder 1943 : fig. 28c).

  • Basses Terres : bols tripodes, à base annulaire, à moulure de Balanza Black, à Seibal (Sabloff
    1975 : 107 fig. 206, 209) complexe Junco ; à Altar de Sacrificios (Adams 1971 : 24) complexes Ayn, Veremos. Bols et vases brun-noir cannelés : Silkgrass Fluted, à Altar (Adams 1971 : fig. 35fg. 36c) Ayn, Veremos.

  • Pour les bols en calotte à bord rouge : Zacualpa (Wauchope 1975 : 89, fig.38i) complexe Balám 1. Zaculeú, Polished Black et Polished Brown, complexe Atzan (voir ci-dessus, Zaculeú). Motagua, “bols à base annulaire et bande extérieure Rouge Morocco” (Smith et Kidder 1943 : 172, fig 20ab, 38p) complexe Lato. Kaminaljuyú (Kidder, Jennings et Shook 1946 : 176, 181, fig. 68d) phase Esperanza. Bilbao, Patulul Ware, Perdido Group (Parsons 1967 : fig. 66j) complexe Laguneta.

  • Pour les bols à décor cannelé, voir aussi collection Dieseldorff, MN n° 5068 et 5152.

  • Pour le bol B-325-22 : Zacualpa poterie Z 397a (Wauchope 1975 : 100) Balám 2. Zaculeú (Woodbury et Trik 1953 : fig. 234h) complexe Atzan. Collection Dieseldorff, Alta Verapaz (?) MN K47 n- 5742). Kaminaljuyú, une poterie classique ancienne MN Estante F11, une autre n° 2608 Est. E 20, Esperanza.

Guarumo brun (fig. 151)

170Echantillonnage : 12 tessons.
Complexe : Cobán 2.
Groupe : Chichicaste.
Critères : surface bien lissée, craquelée, assez érodée. Couleur : brun marbré. Jarre petite à col cylindrique.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce, mica et peu de quartz.

  • Texture : moyenne, friable.

  • Couleur : brun-orange à rougeâtre. Parfois zone centrale noire.

Surface

171Surface bien lissée enduite d’un bain ; finement craquelée, généralement assez érodée. Couleur brun-orange à brun-rouge (5YR 5/6, 10R 4/6), marbrée d’orange ou de noir.

Décoration

  • Incision : trait horizontal à la base du col, 1 ex. (Z. du sillon : 3 mm).

  • Peinture : traits horizontaux parallèles noirs sur la panse, 1 ex. (Z. du trait : 2 mm).

Forme

172Jarre à col cylindrique : 3 ex. (fig. 151). Panse probablement piriforme. Liaison col-parois épaissie et angulaire à l’intérieur. Col de parois concaves parallèles ou à peine convergentes. Lèvre aplatie. D-ouverture : 9 à 12 cm ; Ht-col : 7,5 à 8 cm ; Ep-parois : 0,4 cm ; Ep-col : 0,5 cm.

Provenance

173Tous les fragments proviennent de Salto (S2, en association avec l’occupation finale de la str. 1, cérémonielle).

Chipilin rouge (fig. 150, 206bce)

174Echantillonnage : 561 tessons dont 141 figurent dans les séquences sériées.
Complexe : Cobán 1.
Classe : épaisse polie.
Critères : engobe légèrement poli, rouge-orange à rouge sombre, contenant des particules brillantes. Incision large et cannelures fréquentes. Bol ouvert de parois épaisses, de parois minces.

Pâte

175Identique à celle d’Anona Rouge Spéculaire.

Surface

176Surface bien lissée. Engobe épais, peu érodé, légèrement poli, la surface étant légèrement lustrée ; des particules brillantes, moins abondantes que sur les tessons Anona Rouge Spéculaire, rendent la surface légèrement scintillante. L’engobe couvre toute la surface, ou bien l’intérieur ou l’extérieur, le bord étant toujours engobé sur les deux faces. Couleur : rouge, rouge-orange, rouge-brun, rouge très sombre (10R 4/4 4/6 4/8, 2.5YR 3/6). Parties non engobées de la couleur de la pâte : orange, brun.

Décoration

  1. Incision : a) Incision large : environ 16 ex. (fig. 150a, 206c). Incision pré-engobe, en traits horizontaux sur la paroi extérieure (1, 2 ou plus). l. du sillon : 1 à 4 mm. b) Incision fine : 5 ex. Trait horizontal exécuté avant engobage, sur la lèvre (1 ex.) ; motifs curvilinéaires, pré-engobe, sur la paroi extérieure (2 ex.), de même rectilinéaires 2 ex. (fig. 150b).

  2. Cannelures : une cannelure digitale horizontale peu marquée soulignant le bas du bord à l’extérieur : 11 ex. environ (fig. 150e, h, i). 1, 2, 3 (ou plus) cannelures horizontales sur la paroi extérieure, juxtaposées, au rebord arrondi ou angulaire : 11 ex. (fig. 150j, 2066), l. : 1 à 2,2 cm.

  3. Peinture : bande blanche horizontale sur le bord extérieur, 1 ex. Motif floral en rouge sur naturel sur l’intérieur, 1 ex.

Formes

  1. Bols G et grands bols V de parois épaissies : environ 100 ex. (dont 12 grands bols V) (fig. 150a-i). Fond plat ; fond légèrement convexe assez rare. Parois divergentes rectilignes ou concaves. Bord généralement épaissi à l’extérieur sur une hauteur de 1,5 à 4 cm, ou bien direct, rarement aminci. Lèvre arrondie, parfois aplatie ou amincie. Moulure latérale ou médiane : 2 ex. ; moulure presque labiale arrondie : 1 ex. (fig. 206e). D – ouverture : 20 à 34 cm ; Ep – parois : 0,7 à 1,2 cm ; Ep – bords : 0,8 à 1,4 cm.
    (Décor : cannelures, incision large, incision fine).

  2. Bols M ou L ouverts de parois peu épaisses : 37 ex. Fond plat ou convexe. Parois divergentes rectilignes ou convexes. Bord non infléchi, parfois un peu évasé, direct (aminci : 1 ex.). Lèvre arrondie ou amincie. D – ouverture : 14 à 26 cm ; Ep – parois : 0,4 à 0,7 cm.
    (Décor : cannelures assez rares, incision 1 ex., peinture 1 ex.).

Eléments additionnels (bols G, M ou L)

  • Bases annulaires : 4 ex. Ht : 1,1 à 1,2 cm. Bols M ou L.

  • Supports pleins coniques : 2 ex. Ht : 2 à 2,7 cm ; D. max. : 3 cm (fig. 150k). Moulure arrondie à la liaison du support à la paroi, 1 ex.

  • Parois dotées d’une moulure horizontale : 3 ex. (bols M ou L).

  1. Bols F de profil composite : 4 ex. (fig. 150j).

    1. Partie inférieure en calotte, partie supérieure rectiligne divergente ou à la verticale : 3 ex.

    2. Partie inférieure rectiligne divergente, partie supérieure (ou bord) légèrement redressée vers la verticale, liaison continue : 1 ex. (D. : 23 cm). Lèvre ronde ou aplatie.

  1. Jarres (?) Col vertical épaissi, à la lèvre arrondie, 1 ex. (HT. col : 4 cm). Paroi dotée d’une moulure horizontale, 1 ex. Fragment d’anse de section elliptique, 1 ex.

Provenance

177522 tessons proviennent de Sulín. Les 39 autres tessons proviennent de Canxul, Valparaiso, Unión Barrios et Chijoú.

Remarques

178Dans l’étape préliminaire de la classification, les tessons Chipilin et Anona formaient une variante au sein de Mostaza Rouge. Après avoir consulté les collections de D.W. Sedat provenant de San Jerónimo qui contiennent des bols de la forme G engobés rouge sombre, cannelés ou incisés (incision large), nous avons formé le type Chipilin, tout en y incluant encore les tessons Anona. Chipilin et Mostaza se distinguent par la finition de surface, la couleur de l’engobe et les formes (voir Remarques de Mostaza Rouge sur Naturel). Par la suite, une troisième inspection des surfaces et des formes du type Chipilin a conduit à en extraire le type Anona ; cette subdivision a été revue et corrigée après consultation de la collection de La Victoria au Museo, dont les tessons Ocos Specular Red sont apparus très comparables à ceux d’Anona. Il reste certain que la définition relative des deux types Chipilin et Anona n’est pas totalement satisfaisante ; les contextes stratigraphiques généralement médiocres de Sulín n’aident pas à la rendre valide.

Comparaisons

  • Cotzal : Tzicuay Maroon-Orange et Champul Maroon-on-Orange (Adams s. d.; collection MN), complexe Tuban.

  • Tzicuay (Quiché) : poteries des tombes 10 et 25 (Adams s. d. ; MN G4 E121) complexe Tuban, Protoclassique, Classique ancien.

  • Nebaj : poterie de la tombe 3 (str. 3) (MN E125 66-11) Classique.

  • Zaculeú : Red-on-Buff (Woodbury et Trik 1953 : 135, fig. 64,69,70, 238f-j), complexes Atzan et Chinaq.

  • Zacualpa : affinités modales avec les shallow bols (bols peu profonds) et les bols rouges à engobe “micacé” (Wauchope 1975 : 82, 96, 127 ; voir aussi Brown-Black Ware, Wauchope 1948 : 109).

  • Motagua : bols tripodes et tétrapodes rouge sur orange (Smith et Kidder 1943 : 156-158, fig. 31, 33, 38a-c, 50cde) complexe Lato.

  • Salcajá (Momostenango) : poteries n° 5910 (MN K14) et 5655 (MN K20) Protoclassique ; relations modales moins nettes avec les poteries rouge sombre sur orange n° 5326, 5646, 5713, 5651, 5286 ; 5438 (MN K26).

  • Kaminaljuyú : tessons rouge sombre de bols ouverts épais de la str. D III 13 (MN 37A8 – C981-H) Aurora ; tessons identiques des str. E III 3 et D45 (MN 37A9, 37A10, C98J C98K, 35-6 C14, 36-2 C21, 36-7 C29), Miraflores.

  • Bilbao : Patulul Ware, Perdido Group (Parsons 1967 : 139) complexe Laguneta.

Gladiola rouge

179Echantillonnage : 29 tessons. Complexe : Cobán 2. Groupe : Culantro.
Critères : pâte fine à moyenne, friable. Engobe rouge scintillant.

Pâte

  • Inclusions : quartz, pierre ponce et un peu de mica.

  • Texture : fine à moyenne, friable.

  • Couleur : beige orangé.

Surface

180Surface extérieure très érodée ; lissage médiocre visible sur 1 ex ; engobe orange conservé sur 1 ex. Surface intérieure bien lissée, engobée, mate, un peu érodée. Couleur de l’engobe : rouge (10R 4/4 4/6). Particules brillantes (mica ?) donnant à l’engobe un aspect scintillant.

Forme

181Bols L en calotte : 2 ex. Lèvre aplatie. D – ouverture : 20 cm (1 ex.) ; Ep – parois : 0,4 à 0,7 cm.

Provenance

182Salto (S1 et S2).

CULANTRO ORANGE

183Echantillonnage : 76 tessons dont 24 figurent dans les séquences sériées. Complexe : Cobán 2.
Groupe : Culantro. Classe : fine.
Critères : pâte fine à moyenne, orange, beige. Engobe orange érodé ; double engobe orange sur crème.

Pâte

  • Inclusions : mica, quartz et pierre ponce.

  • Texture : fine à moyenne, de moyennement compacte à friable.

  • Couleur : orange, beige, gris.

Surface

184Bien lissée. Engobe à l’intérieur et /ou à l’extérieur ; assez érodé, de couleur orange (2.5YR 6/8 ; 5YR 7/8 6/8). Les tessons les plus érodés conservent un engobe orange pâle à crème ; il est possible que tout ou partie du type se caractérise par un double engobe, orange sur crème.

185Surfaces non engobées en orange ou crème : lissées, de la couleur de la pâte, ou brun-noir peut-être engobées.

Décoration

  1. Incision fine : 9 ex. Incision post-engobe ; motifs curvilinéaires, 6 ex. ; rectilinéaires simples, 3 ex. ; sur l’extérieur. l – sillon 0,3 à 1 mm.

  2. Cannelures : 3 ex. Cannelures digitales horizontales ou verticales ou combinées.

  3. Pastillage : 1 ex. Rangée horizontale de pastilles appliquées.

  4. Peinture : 1 ex. Lèvre rouge.

Formes

  1. Bols M de parois rectilignes divergentes : 2 ex. Bord épaissi, 1 ex. ; direct, 1 ex. Lèvre arrondie.

  2. Bols N ou O cylindriques : 2 ex. Fond plat avec liaison aux parois continue épaissie à l’intérieur, 1 ex. (D-fond : 12 cm ; Ep-parois : 0,5 cm ; Ep-liaison : 0,7 cm). Bord épaissi à l’extérieur, 1 ex.

  3. Bol P hémisphérique : 1 ex., à bord redressé à la verticale et lèvre arrondie. D-ouverture : 16 cm ; Ep-parois : 0,4 cm.

  4. Comal (?) : 1 fragment de fond.

  5. Jarres : 15 fragments de panses.

  6. Autre : fragment de paroi doté d’une moulure horizontale échancrée.

Remarque

186Culantro n’est pas un type homogène. Il comprend tous les tessons engobés orange qui n’ont pas pu être classés dans les types oranges Escobilla, Cardosanto, Olola, Coralillo et Clavel, soit parce qu’ils n’en présentent pas tous les critères, soit parce qu’ils sont trop érodés.

Comparaison

187Chipoc : Orange-on-Cream, type 2 (Smith 1952 : fig. 13a-ilmr), Classique récent.

Coralillo orange mat

188Echantillonnage : 40 tessons.
Complexe : Cobán.
Groupe : Culantro.
Classe : fine.
Critères : pâte moyenne et friable, orange, beige. Engobe ou bain orange pâle, mat, sur l’extérieur seulement. Erosion assez forte.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce, quartz, mica.

  • Texture : moyenne, friable.

  • Couleur : orange ou beige.

Surface

189L’intérieur est moyennement lissé ; l’extérieur est bien lissé et engobé ou seulement enduit d’un bain : mince, mat, fréquemment érodé. Couleur de l’engobe ou bain : orange pâle (5YR 7/6 7/8) avec parfois une variation d’orange à beige et gris sur un même tesson. Surface intérieure : couleur de la pâte.

Forme

190Bol ou vase N cylindrique : 3 ex. assez grossièrement façonnés ; lèvre aplatie. Ep-parois : 0,5 à 0,7 cm.

Provenance

19138 des 40 tessons Coralillo proviennent de Sulín, les 2 autres proviennent de Unión Barrios et Chichén.

Olola orange (fig. 152)

192Echantillonnage : 33 tessons et les poteries B-68-1 et B-68-2.
Complexe : Cobán 2. Groupe : Culantro. Classe : fine. Critères : pâte fine et friable, blanche. Engobe orange scintillant sur l’extérieur. Intérieur bien lissé.

Pâte

  • Inclusions : beaucoup de mica, du quartz, très peu de pierre ponce, particules noires, oranges.

  • Texture : généralement assez fine, friable.

  • Couleur : beige, blanc, parfois zone centrale noire.

Surface

193L’intérieur est mieux lissé que l’extérieur où des irrégularités de façonnage sont sensibles. Engobe sur l’extérieur, scintillant en raison de l’abondance du mica ; mais comme l’érosion est assez forte il est probable que cet effet est dû au mica contenu dans la pâte. Certaines parties mieux conservées suggèrent que la surface a pu être légèrement polie. Couleur de l’engobe : orange à orange-rouge (2.5YR 6/8 5/8 ; 5YR 7/8 6/8 ; 10R 6/8 5/8). L’intérieur est de la couleur de la pâte. Engobe général : 4 ex.

Décoration

194Incision : 1 ex., chevron sur la paroi extérieure. l. du sillon : 0,5 mm.

Formes

  1. Bols K de parois convergentes : 6 fragments d’une poterie, et une poterie intacte B-68-1 (fig. 152bc). Fond convexe, épaissi à l’intérieur. Partie inférieure en calotte, partie supérieure de parois rectilignes convergentes, liaison continue. Bord direct ou épaissi à l’intérieur. Lèvre arrondie. D’ouverture : 8,4 et 8,8 cm ; HT : 7 cm ; Ep-paroi : 0,4 cm ; Ep-fond : 0,6 cm ; Ep-bord : 0,6 cm.

  2. Bols L en calotte : 5 ex. et une poterie intacte B-68-2 (fig. 152a). Fond convexe. Bord non infléchi direct, ou évasé et épaissi (1 ex.). Lèvre arrondie ou aplatie, ou amincie (1 ex.). D-ouverture : 14 à 16 cm ; Ht : 6,7 cm (1 ex.) ; Ep-parois : 0,4 à 0,6 cm.

Provenance

195Tous les tessons et les 2 bols proviennent de Salto.

Remarque

196L’examen d’un échantillonnage plus important et moins localisé amènerait peut-être à regrouper Olola Orange, Gladiola Rouge et Coralillo Orange Mat en un seul type.

Hollin trichrome (fig. 153)

197Echantillonnage : 9 tessons. Complexe : Cobán 2. Groupe : Nopal.
Classe : fine. Critères : pâte fine beige. Engobes juxtaposés rouge, orange et blanc, sur l’extérieur. Bol ou vase pseudo-cylindrique.

Pâte

  • Inclusions : mica, particules blanches, noires.

  • Texture : fine, friable.

  • Couleur : beige-rose, gris-brun.

Surface et décoration (fig. 153)

198Intérieur et extérieur bien lissés et polis, légèrement brillants. A l’intérieur, lèvre comprise, engobe orange à brun, un peu taché de brun plus sombre. A l’extérieur, engobe rouge sur le bord, et bandes verticales juxtaposées sur les parois, de couleur blanche et orange en alternance (rouge : 10R 4/4 3/6 ; orange, voir Guapinol Dichrome Incisé).

Forme

199Bol ou vase O pseudo-cylindrique : 1 ex. (fig. 153). Bord légèrement épaissi à l’extérieur. Lèvre arrondie. D-ouverture : 14,2 cm ; Ep-parois : 0,5 cm ; Ep-bord : 0,6 cm.

Provenance

200Les 9 tessons proviennent de Xutjá 1 (S1, décharge).

Nopal trichrome (fig. 154, 155)

201Echantillonnage : 161 tessons. Complexe : Cobán 2. Groupe : Nopal. Classe : fine.
Critères : pâte fine à moyenne beige. Motifs géométriques peints en noir et rouge sur orange. Bol ouvert à moulure, tripode ou à base annulaire. Bol ou vase cylindrique.

Pâte

  • Inclusions : mica, quartz, pierre ponce, particules grises, oranges, blanches.

  • Texture : fine à moyenne, compacte à moyennement compacte, de fracture assez régulière.

  • Couleur : beige, gris, parfois noir.

Surface

202Intérieur et extérieur (sauf fond extérieur) bien lissés, engobés et probablement polis, certaines parties mieux conservées conservant un très léger lustre. Couleur : orange (2.5YR 5/8).

Décoration

  1. Peinture (fig. 154cd, gh, jk ; 155a-d, f) : motifs géométriques simples peints en rouge et noir (rouge : 10YR 4/6) ; noir fréquemment assez érodé. Emplacement : généralement sur l’extérieur des bols ou vases cylindriques, pseudo-cylindriques et de parois convexes parallèles, sur l’intérieur des bols ouverts ; lèvre fréquemment peinte en rouge. Motifs : bandes rouges horizontales et/ou verticales soulignées de traits noirs, ou bandes et traits formant des ovales, cercles et arabesques simples ; mêmes motifs rectilinéaires et curvilinéaires en traits parallèles minces rouges et noirs ; plus rarement, motifs en arêtes de poisson, gros points.

  2. Cannelures et pastilles appliquées ou protubérances modelées : 7 ex. (fig. 154e) 2 ou 3 cannelures parallèles horizontales peu marquées sur le bord extérieur (bols et vases cylindriques), avec quelques protubérances espacées modelées sur une des cannelures, ou bien avec une rangée horizontale des pastilles juxtaposées appliquées sous les cannelures. (D-pastilles et protubérances : 0,5 à 0,8 cm).

Formes

  1. Bols M et L ouverts à moulure : 79 ex. (fig. 154a-d). Fond convexe. Parois rectilignes ou convexes, très rarement concaves. La plupart des grands fragments comportent une moulure latérale ou basale, souvent mal façonnée, plus ou moins marquée (Ht. max. : 0,9 cm ; Ep. max. : 0,6 cm) ; 15 ex. de moulures échancrées de traits verticaux excisés espacés de 1,3 cm en moyenne et larges de 0,2 cm. Bord non infléchi ou à peine évasé, direct ou épaissi à l’extérieur, formant alors un bourrelet sous la lèvre. Lèvre amincie ou arrondie ou en biseau vers l’extérieur. D-ouverture : 16 à 26 cm ; Ep-parois : 0,4 à 0,7 cm.
    Variantes : a) Parois divergentes convexes et bord redressé à la verticale, 2 ex ; la liaison bord-parois est en ressaut peu marqué (1 ex.), ou continue (1 ex.) ; la lèvre est amincie ou aplatie. (Décor à l’extérieur, 1 ex., à l’intérieur, 1 ex.), b) Bord évasé à liaison avec parois angulaire à l’intérieur, en ressaut à l’extérieur, 1 ex. (fig. 155b).
    Eléments additionnels (bols M et L)

    1. Bases annulaires : 16 ex. (fig. 155d). Identiques à celles de Chichicaste Brun-Noir.

    2. Supports ronds creux : 6 ex. (fig. 155f). Mal façonnés, à 1 ou 2 orifices (à 3 orifices, 1 ex.), formant grelot. (Dim., voir supports ronds de Chichicaste Brun-Noir).

  1. Bols ou vases N cylindriques : 27 ex. (fig. 154e-h). Bord direct ou épaissi. Lèvre aplatie, parfois amincie ou arrondie. D-ouverture : 14 à 18 cm ; Ep-parois : 0,4 à 0,6 cm ; Ep-bords : 0,4 à 0,7 cm.

  2. Bols ou vases O pseudo-cylindriques : 7 ex. (fig. 154k, 155c). Fond convexe. Liaison fond-parois épaissie à l’intérieur, angulaire à l’extérieur. Parois rectilignes divergentes proches de la verticale. Bord non infléchi ou un peu évasé, direct ou rarement épaissi à l’extérieur. Lèvre amincie, arrondie ou aplatie. D-ouverture : 14 à 16 cm ; D-fond : 12 cm (1 ex) ; Ep-parois : 0,4 à 0,6.

  3. Bols ou vases Q de parois parallèles convexes : 4 ex. (fig. 154j). Bord non infléchi direct (sauf 1 ex. redressé à la verticale, épaissi). Lèvre amincie ou aplatie. D-ouverture : 14 à 16 cm ; Ep-parois : 0,4 à 0,5 cm.

  4. Autres formes

    1. Bols P hémisphériques : 2 ex. (fig. 154i), en fait difficiles à distinguer de la forme Q. Lèvre arrondie. Ep-parois : 0,6 cm.

    2. Bol K de parois convergentes convexes : 1 ex. Lèvre aplatie. Ep-parois : 0,5 cm. D-ouverture : 14 cm.

    3. Bol probablement de profil composite, 1 ex. (fig. 155a). Partie inférieure divergente convexe ; partie supérieure verticale convexe. Liaison angulaire. Bord épaissi. Lèvre arrondie. D-ouverture : 16 cm ; Ep-parois et bord : 0,3 – 0,7 cm.

203Fonds : 4 fragments de fonds à peine convexes, de liaison avec les parois épaissie à l’intérieur, continue ou angulaire à l’extérieur. D. : 8,4 à 11 cm (fig. 155eg).

Comparaisons

  • Alta Vera Paz : Chipoc, Red-and-Black-on-Orange (Smith 1952 : fig. 19d ; MN 53-6) et Senahú (MN F23 n° 9106).

  • Zacapa : Black, Red-on-Tan (Wauchope 1975 : 132, fig. 77e) complexe Pokom.

  • Basses Terres : groupes Saxche Orange Polychrome et Palmar Orange Polychrome, de Seibal (Sabloff 1975 : 123-127, fig. 239b, e, f, h, j-l ; 240a, 242-245 ; 250ab ; 252 ; 262 ; 263 ; 268b ; 271-274 ; 277ab ; 280b) complexe Tepejilote ; de Altar de Sacrificios (MN 201-9) complexes Pasión-Chixoy ; de Uaxactún (Smith 1955b : fig. 32b, 33, 35b, 36, 37a) complexe Tepeu 1-2.

  • Pour les moulures échancrées, généralement sur bols ou plats polychromes :

    1. Alta Verapaz, Seacal, Classique récent (Smith 1952 : fig. 19a) ; Sachamach et Cahabón (Butler, Arch. U.M.) ; Sehul-Senahú MN F23 poterie n° 9106 ; collection Dieseldorff MN 94-8 W5.

    2. Nebaj, Classique récent (Smith et Kidder 1951 : fig. 82bc).

    3. Zacualpa, Balám-Pokom (Wauchope 1975 : 56).

    4. Basses Terres : Seibal, complexe Tepejilote (Sabloff 1975 : 125, fig. 247, 249) ; Altar de Sacrificios, complexes Chixoy et Pasión (Adams 1971 : fig. 3a-c, 4cd, 38f, 39-43, 49ab) ; Uaxactún, complexé Tepeu 2 (Smith 1955b : fig. 37a). Voir aussi Rands 1961 et Smith et Gifford 1965 : 519.

Eneldo rouge sur crème (fig. 156)

204Echantillonnage : 32 tessons, dont les quelques fragments du bol B-258-15 partiellement reconstitué. Complexe : Cobán 2. Groupe : Nopal. Classe : fine.
Critères : pâte fine à moyenne brune ou grise. Bandes et/ou motifs peints en rouge sur crème.

Pâte

205Inclusions et texture : identiques à celles de Nopal Trichrome.

206Couleur : brun à gris.

Surface

207Intérieur et extérieur bien lissés, engobés, assez érodés. Couleur : crème (7.5YR 7/4). Orange à l’intérieur 1 ex. ; brun-noir à l’intérieur 1 ex.

Décoration

  1. Peinture, généralement : lèvre et bord peints en rouge sur les deux faces ou sur une seule. Rarement : surface extérieure peinte en rouge (4 ex.). Additionnellement : motifs curvilinéaires ou rectilinéaires simples en bandes et/ou traits peints en rouge sur fond crème à l’extérieur ou à l’intérieur, 5 ex. Bandes parallèles et rangée de gros pois à l’intérieur et à l’extérieur, 1 ex. (couleur rouge 10R 5/6 3/6).

  2. Autres décors additionnels.

    1. Incision, 1 ex. : trait horizontal au-dessus de la liaison fond-paroi à l’extérieur ; incision post-engobe.

    2. Cannelures digitales, 1 ex. : horizontales peu marquées sur le bord extérieur.

Formes

  1. Bols L en calotte : 5 ex. Bord non infléchi, ou légèrement rentrant (1 ex.). Lèvre amincie ou arrondie. D-ouverture : 18 à 30 cm.

  2. Bols M ouverts : 1 ex. et le bol B-258-15 (fig. 156). Fond convexe épaissi. Liaison fond-parois angulaire à l’extérieur. Parois divergentes rectilignes. Bord épaissi à l’intérieur (1 ex.), à l’extérieur (1 ex), angulaire à l’intérieur (1 ex.). Lèvre amincie. Trois supports arrondis creux, percés d’un orifice ovale, formant grelot (D. : 3,5 cm ; Ht : 4 cm). D-ouverture : 16 et 21,2 cm ; Ht : 8 cm (supports non compris) ; Ep-parois : 0,6 cm ; Ep-bord : 0,8 cm.

  3. Bol ou vase N cylindrique : 1 ex. Lèvre arrondie. D-ouverture : 18 cm.

  4. Paroi à ressaut en retrait : 1 ex.

Comparaisons

  • Alta Verapaz : collection Dieseldorff MN 94-8 W5, 94-9 W6 et K54 poterie n° 5170.

  • Nebaj : Cotzol rouge sur Beige (Becquelin 1969 : 162, fig. 50-6).

208Les types dichromes sont au Classique récent bien représentés surtout dans les Hautes Terres du nord (Nebaj, Tzicuay, Chipal, Zaculeú, et aussi Cobán ; Rands et Smith 1965 : 133 ; Becquelin 1969 : 93) ; il en existe cependant à Zacualpa : Red-on-Buff, Red on-Tan, Red-on-Cream (Wauchope 1975 : 150, 190, fig. 94, 95) complexes Pokom, Tohil. Mais les motifs sont généralement différents de ceux d’Eneldo.

Girasol rouge sur orange (fig. 157)

209Echantillonnage : 65 tessons. Complexe : Cobán 2. Groupe : Nopal.
Classe : fine. Critères : pâte fine à moyenne, rose-beige, grise. Motifs peints en rouge sur orange. Bol ouvert à moulure.

Pâte

210Identique à celle de Nopal Trichrome mais de couleur rose-beige, brun pâle, gris.

Surface

211Intérieur et extérieur bien lissés, engobés, probablement polis car la surface atteint parfois un léger brillant. Couleur : orange (2.5YR 6/8, 5YR 7/6). Intérieur brun-noir, 1 ex. ; extérieur brun-noir, 1 ex.

Décoration

  1. Peinture (fig. 157). Généralement, 1 ou plusieurs bandes horizontales peintes en rouge sur la lèvre et le bord extérieur ou intérieur. Plus rarement toute la surface extérieure est peinte en rouge. Motifs additionnels : taches rouges à l’intérieur ; traits parallèles obliques à l’intérieur ; rangée de spirales sur le bord intérieur ; trèfle à quatre feuilles sur l’extérieur ; bande et rangée horizontale de points sur l’extérieur.

  2. Autre décor additionnel : incision post-engobe d’ovales disposés en rangée sur la moulure horizontale, 3 ex. (l. du sillon : 0,5 mm).

Formes

  1. Bols L en calotte à moulure : 20 ex. environ (fig. 157a-c). Fond convexe. Moulure latérale ou basale, dont 1 ex. échancrée (Ht : 0,8 à 1 cm ; Ep. : 0,5 à 0,7 cm) ; elle est angulaire, ou aplatie (soit de section trapézoïdale, 2 ex.). Ressaut en retrait arrondi latéral, 1 ex. (fig. 157b). Bord non infléchi, ou rentrant (2 ex.), ou redressé à la verticale (2 ex.). Lèvre arrondie ou amincie. Attache d’un support creux : 1 ex.
    D-ouverture : 15 à 24 cm (28 cm, 1 ex.) ; Ep-parois : 0,3 à 0,7 cm.

  2. Bols M de parois rectilignes divergentes : 8 ex. environ (fig. 157d). Bord non infléchi ou un peu évasé. Lèvre arrondie, aplatie ou en biseau vers l’intérieur. D-ouverture : 15,8 à 24 cm ; Ep-parois : 0,3 à 0,6 cm.

  3. Bol K de parois rectilignes convergentes : 1 ex. Moulure latérale peu marquée. Lèvre amincie. D-ouverture : 15 cm.

212Fond plat : 1 ex. fig. 157e).

213Support creux arrondi : 1 ex. fragmentaire.

Variation locale

2142 tessons de Chijoú sont de pâte fine compacte blanche.

Comparaisons

215Se reporter aux comparaisons de Eneldo Rouge sur Crème.

216Motagua (MN Q7 90-2) ; bols Rouge sur Orange à moulure incisée d’ovales (MN Q7 89-6 ; Smith et Kidder 1943 : fig. 42op).

Mozote crème (fig. 158)

217Echantillonnage : 110 tessons et une poterie B-60-3. 51 tessons en séquences. Complexe : Cobán.
Groupe : Mozote. Classe : fine. Critères : pâte fine à moyenne beige. Engobe général crème érodé. Incision fine.

Pâte

  • Inclusions : quartz, un peu de mica et de pierre ponce, particules noires, rouges.

  • Texture : fine à moyenne, moyennement compacte à friable, de fracture irrégulière.

  • Couleur : blanc, beige à orange ou brun ou rose pâles ; plus rarement orange, rouge-orange
    (10 ex.).

Surface

218Intérieur et extérieur bien lissés, engobés, assez érodés. Couleur : blanc-crème (10YR 8/1 à 8/4, 7/1) taché de gris ou brun pâle. L’intérieur est parfois engobé (?) brun-noir, ou brun, ou gris, ou plus rarement orange, l’extérieur étant engobé crème.

Décoration

219Incision fine : 31 ex. A l’extérieur, sur la paroi ou sur le bord seulement. Post-engobe. Motifs : traits horizontaux parallèles, traits horizontaux et obliques parallèles, treillis en zone ; semis de ponctuations, ou d’impressions tubulaires en zones délimitées par des traits ; frise de cercles délimitée par des traits ; motifs curvilinéaires ou rectilinéaires plus complexes. Les fragments sont souvent trop petits pour que le motif puisse être identifié.

Formes

  1. Bols L et M en calotte, ou de parois divergentes rectilignes : 11 ex. Bord non infléchi, ou évasé (3 ex.), ou rentrant et épaissi à l’extérieur (1 ex.). Lèvre arrondie ou aplatie, rarement en biseau vers l’intérieur. D-ouverture : 18 à 22 cm (5 ex.) ; Ep-parois : 0,3 à 0,5 cm (0,7-0,8 cm, 1 ex.). Fragments de parois divergentes convexes dotées d’une moulure ou d’un ressaut : 6 ex. environ. Moulure latérale ou basale (5 ex.), angulaire (Ht. max. : 0,8 cm ; Ep. max. : 1 cm). Ressaut en retrait angulaire (1 ex.).
    Fragments de fonds plats (2 ex.), convexes (4 ex.).

  2. Bols R de profil composite à angle médian ou basal et bord épaissi à l’intérieur, tripodes : 6 ex. Identiques à la forme R de Nitro Blanc Incisé.

  3. Bols S ouverts de parois concaves : 5 ex. Fond plat. Bord non infléchi ou évasé. Lèvre en biseau vers l’intérieur (2 ex.), arrondie (1 ex.), aplatie (1 ex.). D-ouverture : 14 cm (1 ex.) ; Ep. : 0,3 à 0,4 cm.

  4. Autres formes

    1. Bol de parois convexes parallèles et bord très évasé : 1 ex. Lèvre amincie.

    2. Jarre miniature : 1 ex., B- 60-3 (fig. 158). Fond plat. Liaison fond-panse en ressaut en retrait à l’extérieur. Parois convexes. Bord vertical. Liaison bord-parois en ressaut en retrait peu marqué. Lèvre arrondie. D-ouverture : 7,4 cm ; D-fond : 6,2 cm ; Ht : 5,9 cm ; Ep-parois : 0,4 cm.

Comparaisons

  • Alta Verapaz : Chipoc, relation peu spécifique avec Cinnamon et Incised cream (Smith 1952 : fig. 12). Chicuxab (MN A26 51-1).

  • Cotzal : Ojo de Agua Incised (Adams s.d. ; collection MN).

  • Zacualpa : Cream Ware, Cream and Incised White (Wauchope 1975 : 161, fig. 101 ; Lothrop 1936 : fig. 19, Pl. 6a) Pokom.

  • Motagua (MN Q7 90-3) Lato.

  • Basses Terres : Ojo de Agua Incised, de Altar de Sacrificios (Adams 1971 : fig. 466c) Chixoy.

Hinojo négatif (fig. 159)

220Echantillonnage : 17 tessons. Complexe : Cobán 2. Groupe : Mozote.
Classe : fine. Critères : pâte fine à moyenne, blanc-rose. Engobe général blanc-gris. Motifs en négatif, blanc sur fond noir. Bol de profil composite tripode.

Pâte

221Identique à celle de Mozote (pâte rouge : 2 ex).

Surface

222Modelage souvent imparfait laissant une surface bosselée. Intérieur et extérieur bien lissés, engobés ; l’érosion a probablement effacé la finition. Couleur : blanc-gris, gris pâle (10YR 7/1).

Décoration

  • Peinture négative: en principe, la technique en “réserve” sans doute utilisée au moins pour une partie de Hinojo veut que la surface des motifs à faire apparaître soit enduite d’une substance protectrice (cire ou chaux), puis que toute la surface soit couverte d’un enduit qui prend à la cuisson une couleur plus foncée que l’engobe de base; après enlèvement de la substance protectrice, les motifs apparaissent en clair sur fond foncé (Shepard 1948: 207-210; Smith et Kidder 1951: 66; Becquelin 1969: 66-67). Dans le cas de Hinojo (fig. 159), les motifs sont en blanc-gris sur gris-noir ; mais sur certains exemplaires, le décor en négatif n’a été exécuté que sur une partie de la surface (fig. 159b), l’autre partie gardant la couleur pâle de base. Et en raison de l’érosion, le décor négatif n’est net que sur 6 ex. Il y a peut-être aussi des imitations en peinture positive. Motifs sur la paroi extérieure : bandes et pois, motifs curvilinéaires, rectilinéaires simples. La facture est médiocre.

  • Incision additionnelle : 1 ex. Motifs curvilinéaires et rectilinéaires simples sur la partie supérieure (l. du sillon : 0,5 mm), le décor négatif occupant la partie inférieure.

Formes

  1. Bols R de profil composite à angle médian et bord épaissi à l’intérieur : 4 ex. (fig. 159a). Identique à la forme R de Nitro Blanc Incisé. D-ouverture : 22 et 24,2 cm ; Ep-parois : 0,3 à 0,5 cm ; Ep-bord : 0,6 à 0,7 cm. Fragments de supports ronds creux : 2 ex. (D. max. : 3,6 cm). Fragment de paroi dotée d’un ressaut en retrait : 1 ex. (fig. 159b).

  2. Bols L en calotte : 2 ex. Bord épaissi à l’intérieur (1 ex.). Lèvre arrondie. D-ouverture : 24 cm. Base annulaire : 1 ex. (fig. 159c). Bourrelet petit (Ht : 0,3 cm ; D. : 6,8 cm). Liaison fond-parois convexe épaissie à l’intérieur (Ep-parois : 0,3 cm).

Provenance

22314 tessons proviennent de Valparaíso (S2, décharge) et 3 de Chijoú.

Comparaisons

  • Alta Verapaz : collection Dieseldorff MN 94-8 W5. Chipoc, Brown-to-Black-on-Cream Resist (Smith 1952 : fig. 17 b-e, g-j ; MN 53-7, 53-8) Classique récent. Carchá-Potrero, Sachamach, Chajcar (Butler Arch. U.M.). Chamá et Chipal (Butler 1940b : fig. 22e, j, Pl. VII g-l, i) Chamá 3, Chamá 4, Chipal 1a.

  • Nebaj (Smith et Kidder 1951 : fig. 74s) Classique ancien et récent ; Tunap Négatif (Becquelin 1969 : fig. 47-7,8) Batz.

  • Zaculeú (Woodbury et Trik 1953 : fig. 113) complexes Atzan et Chinaq.

  • Zacualpa (Lothrop 1936 : fig. 8 et 9, PL 5a).

  • Voir aussi Smith 1954 : fig. 2a, et Kidder 1954 : fig. 2ab. A noter qu’il existe une tradition de décoration en négatif des gourdes à Cahabón et Rabinal (Butler Arch. U.M.).

Nitro blanc incisé (fig. 160, 161, 210 ab)

224Echantillonnage : 80 tessons. Complexe : Cobán 2.
Groupe : Mozote. Classe : fine. Critères : pâte fine orange-rouge. Engobe blanc sur l’extérieur. Incision à travers l’engobe. Bol de profil composite tripode. Bol ouvert concave.

Pâte

  • Inclusions : quartz, peu de pierre ponce, particules noires et rouges.

  • Texture : fine, rarement moyenne, friable, de fracture irrégulière.

  • Couleur : orange rougeâtre ; zone centrale parfois grise.

Surface

225Intérieur et extérieur bien lissé. L’extérieur est engobé, et mat probablement en raison de l’érosion. Couleur : blanc (10 YR 8/1 7/1). Fréquemment, traces d’un enduit (?) noir ou brun très foncé, assez brillant. L’intérieur, lèvre comprise, est très bien lissé, voire enduit d’un bain. Couleur brun ou orange foncé (25 YR 5/6 4/6) ; les traces noires sont peu fréquentes.

226Variante : engobe gris pâle à l’extérieur, 12 ex. (non décorés).

Décoration

  1. Incision fine : 20 ex. (fig. 160 bd, 161, 210 ab). Incision post-engobe qui laisse apparaître la pâte rougeâtre (Z. du sillon : 0,8 mm ; profondeur 1 mm). Motifs couvrant presque toute la paroi extérieure, limités par 1 ou 2 traits horizontaux : arabesques, cercles concentriques, croix de Saint André inscrite dans un cercle ovale ou double, série de traits parallèles, treillis, bordure en feston... Ces motifs sont généralement combinés et, à l’exception de possibles éléments de coiffures de plumes ou oiseaux (fig. 160 d, 161), ils apparaissent plus symboliques que véritablement figuratifs.

  2. Peinture additionnelle :

    1. Parties du motif incisé en rouge (1 ex.), en gris (1 ex.).

    2. Semis de pois noirs limité par des traits noirs obliques (1 ex., fig. 161).

  1. Excision : 1 ex. (fig. 160c). Large bande excisée encadrée de traits incisés (excision ou simple grattage de l’engobe).

Formes

  1. Bols R de profil simple ou composite, à angle médian ou basal et bord épaissi à l’intérieur : 4 ex. (fig. 160b). Fond convexe. Partie inférieure en calotte ou de parois divergentes rectilignes. Partie supérieure de parois divergentes concaves. Bord épaissi angulaire à l’intérieur ou bien direct. Lèvre arrondie ou amincie.
    D. : 23 et 24 cm ; Ht estimée : 6 à 9 cm ; Ep-parois : 0,3 à 0,6 cm ; Ep-bord : 0,6 à 0,7 cm. Support creux rond : 1 ex. (D. : 3,5 cm).

  2. Bol ou plat S ouvert de parois concaves et de fond plat : 4 ex. (fig. 160 a). Liaison fond-parois continue et un peu épaissie à l’intérieur. Bord épaissi à l’intérieur. Lèvre arrondie.
    D. : 20 cm ; Ht : 6,2 cm (1 ex.) ; Ep-parois : 0,4 cm ; Ep-bord : 0,6 cm. Fragments de fond plat : 13 ex. (les tessons engobés gris à l’extérieur appartiennent aussi à cette forme).

  3. Jarre à col cylindrique et bec verseur tubulaire : 6 fragments du même récipient (fig. 161). Fond à peine convexe. Liaison fond-paroi épaissie à l’intérieur et angulaire à l’extérieur. Panse de parois divergentes convexes jusqu’au point d’inflexion angulaire placé très haut, puis de parois convergentes convexes. Liaison panse-col formant un replat à bord angulaire. Col de parois concaves, épaissies au milieu. Lèvre aplatie. Le bec-verseur est attaché à la panse au point d’inflexion, orienté obliquement (55° avec la verticale) (L.: 6 cm; l.: 2 à 3,5 cm; Ep.: 0,5 cm). D-ouverture: 16-17 cm; D-max. panse: 18 cm; D-fond: 12 cm; Ht estimée: 17-19 cm; Ht-col estimée: 7,2 cm; Ep-parois: 0,5 à 0,9 cm.

Provenance

22773 tessons proviennent de Valparaíso (S2, décharge) et 7 de Chichén et de Chajsel.

Comparaisons

  • Alta Verapaz : Chipoc, Cream-on-Mikado-Brown Incised, Type b (Smith 1952 : fig. 15 a-f n-jj ; MN 53-3, 53-4) et Cream-and-Black-on-Mikado-Brown Incised, Type a (fig. 14). Chamá, jarre à bec verseur (Dieseldorff 1893 : fig. 7, 8, 10). Collection Dieseldorff MN 94-3 W2, 94-4 W2, et K52 poterie n° 5389, K57 n° 5224, Classique récent.

  • Cotzal : groupe Chum (collection MN).

  • Nebaj : type Potentiel crème incisé (Becquelin 1969 : 161, poterie 9472 fig. 46 Batz).

  • Zaculeú : Incised Light Brown (Woodbury et Trik 1953 : 147-149, fig. 78, 242 a-e) complexe Chinaq.

  • Zacualpa (Lothrop 1936 : fig. 19 et 20).

  • El Baúl : White-over-Rose Ware (Thompson 1948 : 47).

  • Basses Terres : Cream-on-Mikado Brown, de Uaxactún (Smith 1955 b : 8, 34) Tepeu 2 ; Ojo de Agua Incised, de Altar de Sacrificios (Adams 1971 : fig. 46) complexe Chixoy ; Cream Ware, de Piedras Negras (MN X72 21-5) Tepeu 2.

  • Pour la forme R du bol à angle médian ou basal : Chipoc, tripod angle dishes, recurving-sided bowls (Smith 1952 : 225, Tabl. 2 ; MN 53-3) ; Chamá (Butler 1940 : fig. 22 e) Chamá 3 ; collection Dieseldorff MN poterie n° 5389 ; Zacualpa (Lothrop 1936 fig. 8, Pl. 5a).

Guapinol dichrome incisé (fig. 162, 209b)

228Echantillonnage : 24 tessons. Complexe : Cobán 2. Groupe : Mozote. Classe : fine.
Critères : pâte fine beige. Engobe orange poli. Décor peint en blanc et incisé. Bol ou vase cylindrique, pseudo-cylindrique.

Pâte

  • Inclusions : mica, particules blanches, noires.

  • Texture : fine, peu compacte, de fracture irrégulière.

  • Couleur : beige-rose à gris-brun.

Surface

229Intérieur et extérieur bien lissés, engobés, probablement polis mais l’érosion a généralement effacé le brillant. Couleur : à l’extérieur, orange à rouge-brun (5YR 7/6 7/8 à 2.5YR 5/8 6/8) ; à l’intérieur orange à rouge, ou brun-noir rougeâtre (10R 2.5/2).

Décoration

230Peinture et incision (fig. 162, 209 b). Sur l’extérieur, panneaux délimités par des bandes peintes en blanc (5YR 8/ 1) ; dans ces panneaux et sur le bord, ovales peints en blanc. Bandes et ovales soulignés de traits incisés (après peinture) ; motifs géométriques simples incisés dans les ovales. Facture médiocre. l. du sillon : 0,8 à 1,5 mm. Peinture sans incision : 3 fragments.

Formes

  1. Bol ou vase O pseudo-cylindrique : 4 ex. (fig. 162). Fond plat épaissi. Liaison fond-parois épaissie à l’intérieur. Parois rectilignes divergentes proches de la verticale. Bord épaissi. Lèvre aplatie. D-ouverture : 11,7 cm ; Ht : 11 cm ; Ep-parois, -fond et-bord : de 0,3 à 0,7 cm (1 ex.).

  2. Vase ou bol N cylindrique : 4 ex. Lèvre aplatie. D-ouverture : 14 cm ; Ep-parois : 0,3 à 0,7 cm. (3 ex.).

Comparaisons

  • Alta Verapaz : Chipoc, Cream-on-Mikado-Broui Incised, Type b (Smith 1952 : fig. 15 g-m ; MN 53-5) ; collection Dieseldorff MN 94-3 W2 94-5 W3 ; Chicuxab (MN 51-1 A26) Classique récent.

  • Nebaj (MN E125a 67-4) Classique récent.

Chucho gris incisé (fig. 163, 199)

231Echantillonnage : 73 tessons et une poterie B-69-4. 50 tessons représentent le type dans les séquences sériées. Complexe : Cobán 2. Groupe : Mozote. Classe : fine.
Critères : pâte fine à moyenne brun-rose. Engobe de couleur gris taché. Décor incisé. Vase cylindrique, pseudo-cylindrique.

Pâte

  • Inclusions : quartz abondant, mica, un peu de pierre ponce, particules noires, oranges, grises.

  • Texture : fine à moyenne, friable.

  • Couleur : rose, orange, brun pâle, brun ; zone centrale fréquemment grise ou noire.

Surface

232Intérieur et extérieur bien lissés, engobés, d’aspect mat. Couleur : gris (10YR 7/1, 6/1, 4/1) taché, variant de crème à gris-noir sur un même tesson ; la couleur a probablement été obtenue à la cuisson à partir d’un engobe crème. 7 exemplaires combinent un engobe de couleur grise à l’extérieur, orange à l’intérieur (engobe orange ; double engobe orange sur gris-crème ; simple lissage ou bain) ; 2 combinent de même le gris et le rouge sombre.

Décoration

  1. Incision fine : 20 ex. (fig. 163 a, c-i). Incision pré-engobe sur l’extérieur des bols ou vases cylindriques (l. du sillon : 0,8 à 1,5 mm) ; traits horizontaux, verticaux, parallèles, généralement sur le bord et à la base, traits courbes rares ; facture assez médiocre.
    Incision post-engobe sur l’extérieur de bols ou vases cylindriques, et autres bols (Z. du sillon : 0,3 à 0,8 mm) : motifs rectilinéaires simples, motifs curvilinéaires complexes dont certains sont probablement figuratifs ; facture moyenne à excellente.

  2. Peinture additionnelle : 3 ex. Traces d’un enduit noir (fig. 163 c).

  3. Zones grattées (ou non engobées) : 3 ex. zones délimitées par des traits incisés (fig. 163 c).

Formes

  1. Bols ou vases N et O cylindriques, pseudo-cylindriques : 13 ex. et une poterie trouvée intacte B- 69-4 (fig. 163 a-d ; 199). Fond plat. Liaison fond-parois angulaire, épaissie à l’intérieur ou non modifiée. Parois rectilignes. Bord épaissi à l’extérieur formant souvent une bande en saillie large de 1,8 à 2,5 cm (direct, 1 ex.). Lèvre aplatie, rarement arrondie. D-ouverture : 10 à 17 cm (22 et 28 cm, 2 ex.) ; Ht : 12,3 cm (1ex.) ; Ep-parois : 0,3 à 0,5 cm ; Ep-bord : 0,5 à 0,7 cm ; D-fond : 9 à 12 cm au minimum

  2. Bol M ouvert de parois rectilignes : 5 ex. (fig. 163 ef). Lèvre amincie (aplatie 1 ex.). Ep-parois : 0,4 à 0,6 cm.

  3. Autres formes
    Bol F de profil composite : 2 ex. (fig. 163 h). Partie inférieure en calotte, partie supérieure de parois concaves ; liaison angulaire. Il s’agit peut-être de bols de forme R, mais le bord n’est pas conservé.

233Bol L en calotte : 1 ex. D-ouverture : 24 cm.

Variations locales

  • Valparaíso, Chijoú : pâte fine à moyenne ; cylindres à incision pré-engobe.

  • Xutjá 1, Xutjá 2, Chichén : pâte fine, engobe épais légèrement brillant, cylindres et bols d’autres formes à incision post-engobe curvilinéaire.

  • Salto : les deux catégories sont présentes, la pâte est fine et l’engobe est brillant.

Comparaisons

  • Alta Verapaz : Chipoc, Monochromes Gray (Smith 1952 : fig. 11 lmpu, 16) Classique récent ; collection Dieseldorff MN K56 poterie 5433 notée Chamá 3-4 Tepeu 2-3 (poterie publiée par Kidder 1954 : fig. 1 ; le motif a permis de reconstituer celui d’un fragment provenant de Valparaíso, voir fig. 163 d : figuré sur toute la hauteur de la paroi, un singe ou félin debout, pattes avant levées, tête modelée en relief).

  • Nebaj : Calama Gris Fin (Becquelin 1969 : fig. 50-2 a) complexe Batz.

Cardosanto orange (franc) (fig. 164, 209ad)

234Echantillonnage : 62 tessons. Complexe : Cobán 2. Classe : orange polie.
Critères : pâte fine moyennement compacte. Engobe général poli, orange vif.

Pâte

  • Inclusions : quartz, pierre ponce, mica et particules grises.

  • Texture : fine, rarement moyenne, assez compacte et homogène, de fracture assez nette.

  • Couleur : beige, gris, zone centrale fréquemment grise.

Surface

235Intérieur et extérieur bien lissés, engobés, polis, brillants. Engobe épais, assez peu érodé. Couleur : orange vif (2.5YR 6/8, 5/8, 4/8) rarement taché de brun-noir.

Décoration

  1. Peinture : plusieurs exemplaires ont la lèvre peinte en rouge ; bande horizontale rouge au-dessus de la liaison fond-paroi, 2 ex. bande identique au bord extérieur, 1 ex.

  2. Incision, a) Incision large (2 à 5 mm), post-engobe, de motifs curvilinéaires simples en frise sur l’extérieur (2 ex., fig. 164 e, 209a). b) Incision fine (1 à 1,5 mm), post-engobe, de traits horizontaux et obliques (1 ex.), de lignes courbes (1 ex., fig. 164 d).

  3. Incision large et pastilles appliquées : traits parallèles sous la lèvre et au bord, et rangée de pastilles juxtaposées, à l’horizontale. 1 ex. (fig. 164 g, 209 d) (l. du sillon : 0,5 – 0,6 cm. ; D-pastilles : 0,5-0,6 cm) ; incision pré-engobe.

Formes

  1. Bols L en calotte : 3 ex. (fig. 164 a-c). 1 bord redressé à la verticale, de lèvre arrondie. 1 bord épaissi à l’intérieur, de lèvre amincie. 1 bord de lèvre arrondie, D-ouverture : 22 cm ; Ep-parois : 0,3 à 0,7 cm.

  2. Bols ouverts M de parois divergentes : 3 ex. (fig. 164 d). Fond convexe. Parois rectilignes épaissies à l’extérieur. Bord épaissi à l’extérieur (1 ex.). Lèvre arrondie. D-ouverture : 23,8 cm ; Ht estimée : 6 cm (2 ex.) ; Ep-parois : 0,5 à 0,7 cm ; Ep-bord : 0,6 cm.

  3. Bols K de parois convergentes : 2 ex. (fig. 164 e). Partie inférieure en calotte, partie supérieure de parois rectilignes convergentes. Bord épaissi à l’intérieur. Lèvre arrondie. D-ouverture : 10 cm ; Ep-parois : 0,3 à 0,5 cm ; Ep-bord : 0,6 cm.

  4. Bols petits ouverts, de fond convexe : 2 ex. (fig. 164 f). Liaison fond-parois angulaire à l’extérieur. Parois rectilignes. Bord épaissi. Lèvre aplatie. D-ouverture : 10 à 11 cm ; Ht estimée : 5 – 6 cm ; Ep-parois : 0,5 cm ; Ep-bord : 0,8 cm.

  5. Bol de parois convexes et bord redressé à la verticale : 1 ex. (fig. 164 g). Il s’agit probablement d’un bol ou vase Q cylindrique de parois convexes parallèles car le décor d’incisions larges (pseudo-cannelures) et de pastilles est généralement associé aux formes cylindriques (voir Chichicaste Brun-Noir et Nopal Trichrome).

236Non identifiés : 7 bords.

237Fonds convexes : 9 ex.

Comparaisons

238• Alta Verapaz : affinités avec des tessons orange (MN 94-5 W3) et une poterie (MN 5779) de la collection Dieseldorff ; de même à Chipoc (Smith 1952 : fig. 13 m ; MN 53-5).

Escobilla orange-brun (fig. 166, 208a, 209 egh)

239Echantillonnage : 61 tessons. Complexe : Cobán 2. Classe : orange polie.
Critères : pâte fine moyennement compacte. Engobe général orange marbré et taché de brun-noir, poli. Incision géométrique large, excision. Plat concave.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce, peu de quartz, très peu de mica.

  • Texture : fine, rarement moyenne, moyennement compacte.

  • Couleur : beige, orange, brun à gris-sombre ; variation fréquente sur un même tesson.

Surface

240Intérieur et extérieur bien lissés engobés, avec traces de polissage, brillants. Engobe épais non érodé. Couleur : orange (2.5YR 6/8) marbré et taché de brun à noir (2.5YR 4/2, 5YR 3/3, 3/2).

Décoration

  1. Incision fine : 11 ex. (fig. 166 g). Sur la paroi extérieure, motifs curvilinéaires complexes en traits larges de 1 mm., soulignés de traits plus fins, inclus dans un ovale incisé (6 ex.) ; motifs géométriques simples en traits larges de 1 mm (5 ex.) ; incision post-engobe.

  2. Incision large : 5 ex. (fig. 166 b-d, 209 g). Sur la paroi extérieure, motifs curvilinéaires ou rectilinéaires géométriques simples, assez mal exécutés, pré-engobe (2 ex.) ou post-engobe (1 ex.) ; motifs rectilinéaires et curvilinéaires plus complexes (pseudo-glyphes), de facture médiocre, post-engobe, en une technique proche de l’excision, 2 ex. l. du sillon : 2 à 5 mm.

Autres décors

  • Combinés avec l’incision fine : probablement peinture négative, ayant produit un décor de fines lignes verticales oranges sur noir, sur la partie inférieure de la paroi, l’incision occupant la partie supérieure, 1 ex. ; larges cannelures verticales peu marquées délimitées au bord par une incision en feston, 1 ex. (fig. 166 f, 208 a) ; peinture rouge au bord extérieur et à la lèvre, motifs géométriques simples incisés et bande verticale excisée (Z. : 0,8 cm), 1 ex.

  • Combiné avec l’incision large : bandes verticales minces peintes en noir sur l’intérieur et motif curvilinéaire simple incisé à l’extérieur, 1 ex. (fig. 166 d).

  • Pastilles appliquées : espacées sur la paroi extérieure, 1 ex.

Formes

  1. Plats S ouverts de parois concaves, tripodes : 23 ex. (fig. 166 a-e). Fond plat ou convexe. Liaison fond-parois parfois angulaire. Lèvre aplatie, arrondie ou amincie (lèvre rainurée, 1 ex. fig. 166 c). D-ouverture : 21 à 24 cm ; Ht : 4,8 cm (sans supports ; 1 ex.) ; Ep-parois : 0,5 à 0,7 cm. Supports tronconiques pleins : 2 ex. (Ht : 1,4 et 2 cm ; D. max : 2,2 cm). Support rectangulaire plat crénelé (fig. 166 e) : 1 ex. (Ht : 2,4 cm ; Ep. : 0,6 – 1,5 cm ; Z. : 1,3 – 3,6 cm) ; il est attaché obliquement au fond.

  2. Bols P hémisphériques (ou L en calotte) : 6 fragments de fonds et parois (fig. 166 g, 209 eh). Fond plat, déprimé (1 ex.), ou convexe (1 ex.). Liaison fond-parois angulaire à l’extérieur (sauf 1 ex., continue et épaissie). La courbure des parois et l’emplacement des motifs incisés suggèrent qu’il s’agit de la forme P.

  3. Vases ou bols N cylindriques : 2 ex. Fond plat incisé à l’extérieur d’un trait circulaire ; liaison fond-parois angulaire à l’extérieur (1 ex.). Bord épaissi à l’extérieur, évasé ; lèvre arrondie (1 ex.). D-ouverture : 14 cm ; Ep-parois : 0,5 à 0,6 cm (Décor du 2 ex. : peinture, incision et excision).

  4. Fragment de fond convexe et parois divergentes à peine convexes : 1 ex. (fig. 166 f).

Comparaisons

  • Alta Verapaz : Chipoc, Orange-on-Cream (Smith 1952 : fig. 13 a-i, lmr ; MN 53-6) Classique récent. Collection Dieseldorff 94-2 W1, 94-3 W2, 94-5 W3.

  • Support plat crénelé dans les Hautes Terres : Ilom (nord de Nebaj) (Termer 1930-1931 : fig. 3).

Nispero trichrome incise (fig. 167, 210de)

241Echantillonnage : 26 tessons. Complexe : Cobán 2. Classe : orange polie.
Critères : pâte fine compacte. Engobe général épais, crème. Engobe additionnel orange à l’intérieur. Peinture additionnelle et incision large. Vase pseudo-cylindrique.

Pâte

  • Inclusions : particules blanches, mica, peu de quartz.

  • Texture : fine, compacte, de fracture nette.

  • Couleur : beige avec zone centrale grise.

Surface

242Intérieur et extérieur bien lissés, engobés, mats. Engobe épais, de couleur crème-beige (7.5 YR 7/4 ; 10YR 8/3 8/4), rarement taché de gris et rose. A l’intérieur : deuxième engobe, de couleur orange (5 YR 7/8).

Décoration

  1. Peinture : généralement deux bandes horizontales parallèles rouges sur le bord intérieur (Z. : 0,4 – 0,5 cm), peintes sur l’engobe orange. Sur l’extérieur, traces de peinture rouge sur des parties du motif incisé.

  2. Incision large avec impressions tubulaires : 15 ex. (fig. 167 b, 210 e). Incision (des parties sont en fait excisées) exécutée après passage de l’engobe crème et avant passage de la peinture rouge (Z. du sillon : 2 à 4 mm, de section dissymétrique). Motifs de volutes et arabesques disposées en bandes obliques larges sur la paroi extérieure ; facture grossière. En combinaison, semis d’impressions exécutées avant passage de l’engobe avec une tige creuse, ou avec une pointe car elles sont irrégulières ; le semis s’étend sur une zone délimitée par 2 traits incisés au bord et au-dessus du fond.

  3. Incision : fine : 4 ex. (fig. 167 a, 210 d). Motifs curvilinéaires complexes, mieux exécutés que l’incision large, post-engobe, sur la paroi extérieure (Z. du sillon : 1 mm).

Forme

243Vases O pseudo-cylindriques : 4 ex. (fig. 167 ab). Fond convexe, liaison fond-parois angulaire. Parois rectilignes divergentes proches de la verticale. Bord épaissi à l’intérieur. Lèvre arrondie. D-ouverture : 13,4 à 16 cm ; D-fond : 12 cm ; Ep-paroi : 0,4 à 0,5 cm ; Ep-bord : 0,6 à 0,8 cm.

Provenance

244Tous les tessons proviennent de Xutjá 1 (S1, décharge).

Comparaisons

245• Alta Verapaz : Chipoc, mode de décor intérieur, Cream-on-Orange (Smith 1952 : fig. 18 bc) ; collection Dieseldorff MN poterie K57 n° 5740, Chamá 3-4, Tepeu 2-3.

Clavel orange sur crème (fig. 165, 209f)

246Echantillonnage : 71 tessons dont 55 figurent dans les séquences sériées. Complexe : Cobán 2.
Classe : orange polie. Critères : pâte fine à moyenne, orange-rouge. Double engobe général orange sur crème, poli. Incision. Bol ouvert de parois rectilignes ou concaves.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce, quartz, particules noires, oranges, mica rare.

  • Texture : fine, à moyenne, friable.

  • Couleur : orange-rouge ; zone centrale parfois grise.

Surface

247Intérieur et extérieur (sauf le fond) bien lissés, engobés, polis. L’épaisseur de l’engobe et la couleur orange très pâle à crème sur les tessons érodés suggèrent qu’il y a un double engobe. Couleur du deuxième engobe : orange (5YR 7/6 7/8 6/6 6/8).

Décoration

  1. Incision fine : 20 ex. Incision post-engobe sur l’extérieur (l. du sillon : 1 mm), en traits horizontaux sur le bord et au-dessus du fond. Parfois combinée avec un semis d’impressions tubulaires, pré-engobe (vases cylindriques, fig. 165 c).

  2. Incision large : 18 ex. (fig. 165 bd, 209f). Incision post-engobe sur l’extérieur (Z. du sillon : 1,5 à 4 mm) en traits horizontaux définissant une large frise de motifs curvilinéaires simples ; ou en traits verticaux espacés de moins de 2 cm, pré-engobe, faisant effet de cannelures (7 ex.). D’autre part 1 exemplaire présente au bord une rangée d’excisions en zones carrées, la couleur rougeâtre de la pâte mise à nu alternant avec l’orange de l’engobe (fig. 165 d).

  3. Cannelures digitales : 2 ex. ; peu marquées et irrégulières, verticales partant de la liaison fond parois.

Formes

  1. Bols M ou S de parois divergentes rectilignes ou concaves : 17 ex. (fig. 165 b). Fond plat. Liaison fond-parois angulaire à l’extérieur, à peine épaissie à l’intérieur. Bord direct ou un peu épaissi. Lèvre amincie ou arrondie. D-ouverture : 20 à 26 cm ; Ep-parois : 0,5 à 0,7 cm. (Décor : incision large).

  2. Bols ou vases N cylindriques : 5 ex. (fig. 165 c). Lèvre arrondie ou aplatie. D. : 12 à 14 cm ; Epmurs : 0,5 à 0,6 cm. (Décor : incision avec impressions tubulaires).

  3. Autres formes

    1. Bol F de profil probablement composite : 1 ex. (fig. 165 a). Partie inférieure rectiligne divergente, partie supérieure divergente concave, liaison angulaire à l’extérieur. Lèvre arrondie.

    2. Bol P hémisphérique : 1 ex. (fig. 165 d, 209 f). Lèvre amincie. D-ouverture : 17 cm ; Ep-parois : 0,5 cm. (Décor : incision et zones excisées).

    3. Fragments de parois en calotte avec fonds convexes : 7 ex. (Décor : cannelures verticales).

Comparaisons

  • Alta Verapaz : Chipoc, affinités avec Orange-on-Cream (Smith 1952 : fig. 13 a-i, lmn) Classique récent.

  • Cotzal : affinités avec groupe Chum, et Ojo de Agua Incised (Adams s.d. ; collection MN) complexe Cotzal.

Grama encensoir (fig. 186, 213b)

248Echantillonnage : 16 tessons. Complexe : Cobán 2. Classe : dure.
Critères : pâte moyenne, compacte, serrée, grise. Finition grossière. Décoration par application d’éléments de formes et dimensions variées.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce et quartz.

  • Texture : moyenne, compacte, serrée, de cassure assez franche.

  • Couleur : gris-bleu, gris-brun, gris-rose. Variation fréquente sur un même tesson.

Surface

249Souvent très érodée. Mal lissée avec un matériau fibreux ; de toucher rugueux. Couleur : même variation, dans le type et sur un même tesson, que pour la pâte.

Décoration

250Application d’éléments, combinaison de l’application, de l’incision et du pastillage.

  1. Appendices longs appliqués perpendiculairement à la paroi :

    1. 1 ex. (section circulaire) à 3 branches pointues (L : 6,9 cm., l : 2,3 cm ; Ep : 1,8 cm).

    2. 1 ex. rectangulaire (section triangulaire) décoré sur une face d’une bande appliquée (Z. : 1,2 cm ; Ep. : 0,6 cm).

    3. 1 ex. en aileron (section elliptique ; L. conservée : 7 cm. ; Ep. : 0,7-1,5 cm) (fig. 213 b).

    4. 1 ex. fragmentaire, en aile, appliqué à une paroi convexe de forte courbure, décoré sur une face de traits incisés sur la surface plastique (Ep. : 0,6 – 1,1 cm) (fig. 186 d).

    5. 1 ex. fragmentaire en forme d’anse (section elliptique) (Z. : 2,3 cm ; Ep. : 1,8 cm). (Voir aussi ci-dessous la forme 1).

  1. • 1 fragment de couvercle ou de boîte décoré de 2 traits parallèles incisés (Z. du sillon : 2 – 3 mm) et d’un élément courbe appliqué dont il reste la trace (fig. 186 c).

    1. 2 fragments de paroi décorés de pastilles appliquées juxtaposées (D. : 2 à 2,2 cm ; Ep. : 0,8 à 1,1 cm) (fig. 186 a).

    2. 1 fragment décoré sur la face extérieure d’un treillis fait de cordons appliqués, délimité par des cordons appliqués (fig. 186 b).

Formes

  1. Récipient ouvert de parois rectilignes : 1 ex. (fig. 186 a). Lèvre aplatie. D-ouverture : 19 cm ; Ht conservée : 9 cm ; Ep-parois : 1 cm. Deux éléments sont appliqués perpendiculairement à la paroi : une aile verticale (très fragmentaire), percée d’un large orifice rond près de la paroi ; et le long de cette aile, une languette recourbée vers la paroi, servant peut-être d’anse. Décor additionnel : grosses pastilles appliquées.

  2. Récipient cylindrique : 1 ex. Lèvre aplatie. D-ouverture : 17 cm. ; Ep-paroi : 0,8 – 1,2 cm.

Provenance

251Salto (S2 et surface).

Remarque

252On admet que les fragments Grama appartiennent à des encensoirs en raison de la fracture grossière du type, et de la décoration inhabituelle, rappelant celle des encensoirs de formes et décors très variés – fréquemment en application – répandus dans les Hautes Terres.

Comparaisons

253Les seules comparaisons réellement spécifiques portent sur des récipients décorés de grosses pastilles, de Zaculeú (Woodbury et Trick 1953 : fig. 259 f-h) toutes phases ; et de Chajul (Nebaj) (Becquelin 1969 : fig. 63-5 ; MN 68-3 E 208 b).

Types potentiels du complexe Cobán

Potentiel rouge grave (fig. 168, 206 a)

254Echantillonnage : 3 tessons.

Pâte

255Fine, friable (2 ex.), moyennement compacte (1 ex.) ; brune ou rouge.

Surface

256Intérieur mal lissé, de couleur brune. Extérieur entièrement ou en partie engobé (bord et lèvre), l’engobe ayant “bavé” vers le bas et vers l’intérieur ; surface mate (2 ex.), légèrement brillante (1 ex.) ; couleur de l’engobe : rouge, rouge-brun.

Décoration

257Gravure post-engobe sur pâte sèche ou cuite, l’engobe s’écaillant de part et d’autre du sillon (Z. : 1 mm). Treillis en zones triangulaires limitées par 1 à 2 traits incisés (fig. 168, 206 a).

Formes

258Bols de profil composite, dont la partie supérieure est convexe convergente : 2 ex. (fig.168, 206 a) ; partie inférieure rectiligne divergente ; liaison angulaire, avec une protubérance ronde peu marquée sur l’angle, modelée ou appliquée ; bord épaissi à l’intérieur, lèvre arrondie. D-ouverture : 30 – 32 cm ; Ep-parois : 0,5 cm ; Ep-bord : 1,5 cm.

259Fragment de paroi convexe : 1 ex.

Provenance

260Les 2 bols composites proviennent de Sulín T2 N7 (contexte Cobán 1) ; le fragment de paroi, de Chichén S2 N2 (Cobán-Chicán).

Comparaisons

261Bols de parois convergentes à treillis gravé du Polished Brown, de El Mirador (Chiapas) (Peterson 1963 : 12, 13, fig. 12j, n) Préclassique récent, Protoclassique. Treillis incisé en zone triangulaire : Zacualpa (Wauchope 1975 : fig. 124 i), Uaxactún (Smith 1955b : 38 – 40).

Potentiel ponctué

262Echantillonnage : 5 tessons.

Pâte

263Grossière à moyenne, friable, beige, brune, orange, variant sur le même tesson.

Surface

264Médiocrement ou moyennement lissée ; assez érodée.

Décoration

265Ponctuations ovales ou triangulaires (Dim. max. : 1 à 5 mm), semées en zones délimitées par un trait incisé (Z. du sillon : 1 à 3 mm) ; sur l’extérieur.

Formes

266Fragments de parois de 0,7 à 0,9 cm d’épaisseur.

Provenance

267Chijoú (SI N3 N4), Chichén (SI N2), Valparaíso (S2, décharge), en contextes Cobán 2.

Remarque

268Ces tessons grossiers sont distincts des quelques tessons Bacche (Préclassique ancien-moyen) et Mostaza Rouge sur Naturel (2 ex. dont un trouvé en contexte Carchá) dont le décor ponctué est plus finement réalisé sur des parois plus minces.

Comparaisons

269Chipoc, tesson dit préclassique (Smith 1952 : fig. 20e). Chamá (Butler 1940 b : fig. 21 Kl) Chamá 2.

Potentiel brun

270Echantillonnage : 7 tessons, à classer dans le groupe ou dans le type Chichicaste.

Pâte

271Fine à moyenne, friable, beige-rose à rouge.

Surface

272Entièrement ou partiellement (intérieur ou extérieur) engobée, probablement polie, légèrement brillante. Couleur : brun (5YR 5/4), uniforme.

Décoration

273Trait incisé à l’horizontale sous la lèvre à l’extérieur : 1 ex.

Forme

2741 bord de bol M ouvert de parois rectilignes (Ep. : 0,7 – 1,1 cm), doté d’un ressaut en retrait arrondi à la liaison fond-parois ; lèvre amincie. 5 fragments de parois épaisses de 0,4 cm ; 1 fragment de paroi épais de 0,7 cm.

Provenance

2751 tesson de Xutjá 1 (S1, décharge) et 6 tessons de Salto (S2). En fait, ce type potentiel pourrait être une variété locale de Salto du type Chichicaste Brun-Noir.

Potentiel chamois (fig. 148hi)

276Echantillonnage : 7 tessons à classer soit dans le groupe ou le type Chichicaste comme on avait d’abord choisi de le faire ; soit dans le groupe Mozote.

Pâte

277Fine, friable, brune.

Surface

278Entièrement engobée et légèrement polie, un peu brillante ; de couleur brun, brun rougeâtre, très uniforme.

Décoration

279a) Incision fine (l-sillon : 1 à 1,5 mm), pré-engobe, sur l’extérieur, en traits rectilignes parallèles, en treillis, en traits courbes (6 ex. fig. 148 h), b) Incision fine et excision : frise d’ovales excisés dans l’argile plastique, délimitée par des doubles traits incisés (1 ex. fig. 148 i).

280Forme

281Bol P hémisphérique (7 ex. fig. 148 h i), de fond convexe, de bord à peine redressé à la verticale, ou évasé, de lèvre aplatie. D-ouverture : 14 et 18 cm ; Ep-parois : 0,5 cm ; Ht estimée : 8 à 9,5 cm.

Provenance

282Chamaoj.

Comparaison

283Motagua Moyen, barrel-shaped fluted bowls (Smith et Kidder 1943 : fig. 28 b) Magdalena.

Complexe Samac

Matapalo poreux (fig. 169, 200)

284Echantillonnage : 1 059 tessons et 2 poteries B-318-17, B-296-19. 419 tessons représentent le type dans les séquences sériées. Complexe : Samac. Classe : poreuse.
Critères : Pâte très poreuse et friable, grise, brune ou rouge. Surface très poreuse mal lissée. Jarres à col moyen ou haut, vertical ou évasé, et comals de bord petit.

Pâte

  • Inclusions : quartz, pierre ponce, mica ; feldspath (à Patal et Chicán) ; traces blanches dans les cavités ; particules rouges, noires, oranges. Inclusions peu nombreuses sauf les traces blanches, très abondantes dans les pâtes rouges.

  • Texture : grossière à moyenne, très friable, très poreuse (voir Cebada Poreux).

  • Couleur : gris-noir, brun-sombre, rouge.

Surface

285Lissage médiocre qui donne un aspect strié. Surface très poreuse (voir Cebada Poreux). Couleur : brun-noir taché de noir, ou rouge taché de noir.

286Impression : d’une natte de fibres végétales sur l’extérieur, 1 ex.

Décoration

287Application anthropomorphe : jarre B-318-17 (fig. 169a, 200). Visage humain figuré sur le col : pastilles appliquées incisées d’un trait horizontal figurant les yeux et la bouche ; élément protubérant appliqué pour le nez, grande pastille ronde appliquée sur le haut de la panse pour la barbe (?) ; deux boutons appliqués et incisés d’un trait circulaire pour les ornements d’oreille ; bande appliquée incisée de traits parallèles obliques joignant ces deux ornements et entourant le visage, pour la coiffure.

Formes

  1. Jarres E1 à col moyen ou haut vertical : 12 ex. et la jarre B-318-17 (fig. 169 a, 200). Fond convexe, ou bien plat. Panse globulaire. Col de parois parallèles, rectilignes ou concaves. Lèvre amincie ou aplatie. D-ouverture : 11,4 à 20 cm ; Ht : 17 cm (1 ex.) ; D-panse : 16,8 cm (1 ex.) ; Ep-parois : O, 8 cm ; Ht-col : 3 à 6 cm.

  2. Jarres E2 à col moyen ou haut évasé : 8 ex. et la jarre B-296-19, trouvée brisée et non restaurée. Panse globulaire. Col de parois divergentes concaves. Bord évasé ou non infléchi. Lèvre arrondie ou aplatie. Deux anses petites attachées au point d’inflexion de la panse, 1 ex. (S. elliptique, P. dissymétrique ; D. : 2,6 cm ; corde : 5.8 cm ; Ep. : 1,3 cm ; l : 2,2 cm) ; deux anses petites (Z. : 1,5 cm) ont aussi été trouvées avec les fragments de la jarre B-296-19. D-ouverture : 12 à 18 cm ; Ht-col : 3 à 5,8 cm ; Ep-parois : 0,6 à 1 cm. Le façonnage de ces jarres E1 et E2 est médiocre.

  3. Autres jarres

288Eléments additionnels : 1 tesson très mal façonné. 1 anse probablement attachée à la panse (S. elliptique, P. dissymétrique ; D. : 5,1 cm ; corde : 6,8 cm).

    1. Jarre A1 sans col : 1 ex. ; haut de panse convergent rectiligne. Bord fortement évasé ; large (2,4 cm). Liaison bord-panse épaissie et angulaire à l’intérieur. Lèvre arrondie. D-ouverture : 16 cm.

    2. Jarre D à col vertical et bord épaissi à l’intérieur : 1 ex.

  1. Bols

    1. M, ouvert de parois rectilignes : 7 ex. ; lèvre arrondie ; moulure labiale arrondie peu marquée (1 ex.) ; D-ouverture : 30 cm (2 ex.).

    2. L, ouvert en calotte : 1 ex. ; lèvre arrondie. D-ouverture : 14 cm.

    3. Support creux : 1 ex. fragmentaire.

  1. Comals W hauts de moins de 2 cm : 5 ex. (fig. 169 bc). Fond convexe. Liaison fond-bord continue, directe ou épaissie. Bord évasé (4 ex.), redressé à la verticale (1 ex.). Lèvre arrondie ou amincie. D-ouverture : 40 cm et plus ; Ep-bord : 0,9 à 1,2 cm. Un récipient de petit diamètre est une écuelle plutôt qu’un comal (D. : 25 cm).

  2. Autres comal

    1. de 2 – 3 cm de hauteur (forme X) : 1 ex. (fig. 169 d), de fond concave, de liaison fond-bord épaissie à l’extérieur, de bord évasé et lèvre amincie. D-ouverture : 30 – 35 cm.

    2. de 9,2 cm de hauteur : 1 ex., de fond plat, de liaison fond-bord épaissie, en ressaut en retrait à l’extérieur, de bord rectiligne presque vertical, de lèvre amincie ; très mal façonné.

Remarque

289(Se reporter à Cebada Poreux).

290Matapalo est “sur-représenté” par rapport aux autres types domestiques puisque les panses de jarres Matapalo sont facilement reconnaissables, ce qui n’est pas le cas de celles des autres types (renvoyées en général dans la catégorie résiduelle).

291L’échantillon Matapalo de Chicán comporte des tessons à pâte gris-brun et des tessons à pâte rouge, c’est-à-dire les couleurs respectives de Malva Gris Naturel et Mango Rouge Naturel ; or quelques tessons de ces deux types sont légèrement poreux. Donc Matapalo à Chicán comporte une proportion indéterminée de tessons Malva et Mango érodés. Ceci n’explique cependant pas pourquoi la catégorie rouge de Matapalo n’existe pas à Pansalché, où Mango est bien représenté.

Comparaisons

  • Chuitinamit (Quiché) : céramique poreuse (Lothrop 1933 : 30) Postclassique.

  • Pour la jarre anthropomorphe B-318-17 : Toliman (côte pacifique) Esperanza Flesh Ware (Shook 1965 : fig. 2 Z) Classique ancien. Kaminaljuyú, “jarres à effigie Tlaloc” (Kidder, Jennings et Shook 1946 : 208, fig. 200 q-r ; MN C13 35-2) Esperanza. Voir aussi De Borhegyi 1950. Bilbao, Esperanza Flesh Color (Parsons 1967 : fig. 50a, Pl. 11 d) Laguneta. Affinités moins spécifiques avec une jarre Tohil de Zacualpa (Wauchope 1948 : 152, fig. 69 d).

Jabilla grossier

292Echantillonnage : 48 tessons, dont 12 figurent dans les séquences sériées. Complexe : Samac.
Classe : grossière. Critères : pâte très grossière, à grosses inclusions de quartz très abondantes. Surface rugueuse.

Pâte

  • Inclusions : quartz, très abondant ; mica ; particules rondes blanchâtres. Toutes les inclusions ont environ 1 mm de diamètre.

  • Texture : grossière, friable.

  • Couleur : beige-rose.

Surface

293Finition probablement exécutée au moyen d’un bain qui ne masque pas totalement les grosses inclusions très denses de la pâte ; celles-ci sont sensibles au toucher et la surface est donc rugueuse. Couleur : celle de la pâte.

Formes

  1. Jarres A2 sans col ou à col court, et bord évasé : 3 ex. Col de parois convergentes très court. Bord épaissi angulaire à l’intérieur. D-ouverture : 36 cm (1 ex.).

  2. Jarres E2 à col évasé : 2 ex. Col court, de liaison à la panse continue. D-ouverture : 24 cm.

  3. Comals W et X de moins de 3 cm de hauteur : 2 ex. Fond plat. Bord presque vertical, très épaissi, ou aminci. Lèvre aplatie. D-ouverture : 44 cm (1 ex).

Comparaisons

294Cahyup : Coarse Ware Jars (MN 49-1, G1, G2).

Linaza grossier

295Echantillonnage : 50 tessons dont 1 figure en séquence-sud sériée. Complexe : Samac.
Classe : grossière. Critères : pâte très grossière, à grosses inclusions de feldspath et quartz très abondantes. Surface rugueuse.

Pâte

  • Inclusions : feldspath (particules blanches opaques cristallomorphes), quartz, mica, un peu de micaschiste, particules oranges ; les inclusions sont très abondantes et ont en moyenne 1 mm de diamètre, certaines ont de 1 à 5 mm de diamètre.

  • Texture : grossière et friable.

  • Couleur : orange à brun-noir avec variation sur un même tesson.

Surface

296Finition très médiocre : les inclusions sont visibles, et sensibles au toucher. Couleur : brun, noir.

Forme

297Panses de jarres, épaisses de 0,7 à 0,9 cm.

Provenance

29847 tessons proviennent de Las Flautas, 1 de Salto et 2 de Chicán. Linaza pourrait ne représenter qu’une variété locale de Jabilla Grossier, qui est plus largement distribué.

Comparaisons

299• Chuitinamit et Cahyup (Baja Verapaz) Coarse Ware Jars (MN 69-3 G3, 49-4 G5).

Lima brun incisé (fig. 170)

300Echantillonnage : 43 tessons dont 39 figurent en séquence-sud sériée. Complexe : Samac.
Groupe : Mozote. Classe : fine. Critères : pâte fine friable, beige. Engobe ou bain de couleur brune, mate. Décor incisé en panneaux. Bol de profil composite à angle ou ressaut, tripode.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce, mica, un peu de quartz.

  • Texture : fine, moyennement compacte à friable.

  • Couleur : beige, crème, parfois orange ou gris ; parfois zone centrale noire.

Surface

301Bien lissée à l’intérieur et à l’extérieur, peut-être engobée, ou plutôt seulement enduite d’un bain. Couleur : brun-chamois (5YR 5/4), brun pâle (7.5YR 6/4), peu différente de celle de la pâte, assez uniforme et mate.

Décoration

302Incision (fig. 170 a b) : sur la partie supérieure de la paroi extérieure, incision (pré-engobe ou bain) très superficielle, fine (Z. du sillon : 0,8 mm), rapidement exécutée en une technique rappelant celle du type Potentiel Chamois. Motifs (sur 2 bols fragmentaires) : panneaux rectangulaires incluant des treillis, arabesques et une figuration très grossière d’animal. Treillis et arabesques en panneaux sont aussi caractéristiques du type Potentiel Chamois.

Forme

303Bol R de profil composite tripode : 13 bords et 3 supports (appartenant à 2 bols au moins, fig. 170 ab). Fond plat. Partie inférieure en calotte, partie supérieure de parois divergentes concaves. Liaison angulaire à l’extérieur ou en ressaut en saillie à l’intérieur. Bord épaissi, angulaire à l’intérieur ou non. Lèvre aplatie ou arrondie. 3 supports creux ronds, à 1 orifice, formant grelot (D-max. : 2 cm ; Ht : 1,8 cm).

304D-ouverture : 15.8 17,8 et 20 cm ; Ht sans supports : 5,9 et 7,8 cm ; Ep-bord : 0,3 à 0,6 cm ; Ep-parois : 0,2 à 0,3 cm.

Provenance

305Tous les tessons sont de Salto (S1 N1 : 39)

Comparaisons

306Décor du type Potentiel Chamois. Forme de Nitro Blanc Incisé (et Cream-on-Mikado-Brown-Incised de Chipoc, voir Nitro Blanc Incisé) ; la complexité du motif est aussi réminiscente de celle de Nitro.

Laurel rouge sur gris-noir (fig. 171)

307Echantillonnage : 17 tessons. Complexe : Samac. Groupe : Chichicaste. Classe : fine. Critères : pâte fine et friable, noire. Peinture rouge sur surface de couleur gris-noir probablement produite par enfumage. Bol en calotte à bord évasé.

Pâte

308Mêmes inclusions et texture que celles de Lima Brun Incisé, mais couleur brune, fréquemment noire. Cuisson probablement réductrice.

Surface

309Façonnage médiocre laissant une surface bosselée, mais bien lissée. L’extérieur est de couleur gris-noir, marbré de beige près du bord ; s’il y a un engobe, il est très difficile à discerner ; la couleur semble avoir été produite par enfumage au cours d’une cuisson réductrice. L’intérieur est de couleur brune (5YR 6/1, 6/4).

Décoration

  1. Peinture : 4 ex. Bande orange ou rouge sur le bord extérieur (l. : 1 – 2 cm) et sur la partie inférieure des parois. L’enduit mince, de couleur uniforme, masque bien les marbrures gris-noir-beige du bord : il semble avoir été passé après la cuisson.

  2. Incision : 1 ex. 3 traits parallèles horizontaux très maladroitement tracés au-dessus de la liaison fond-parois (l. du sillon : 1-1,5 mm).

Forme

310Bols L en calotte à bord évasé : 5 fragments de bords, 3 de fonds, (fig. 171). Fond convexe épaissi. Bord évasé épaissi à l’intérieur. Lèvre arrondie. D-ouverture : 17 cm ; Ht estimée : 7 cm ; Ep-fond : 0,7 cm ; Ep-paroi : 0,45 cm ; Ep-bord : 0,6 cm.

Provenance

31116 tessons proviennent de Salto (S1 N2 : 12) et 1 de Chamaoj.

Jamaica dichrome incisé (fig. 172, 211 fg)

312Echantillonnage : 21 tessons. Complexe : Samac. Classe : orange polie.
Critères : pâte fine assez compacte. Engobe crème-brun. Peinture rouge, incision, moulage. Bol ouvert tripode à supports zoomorphes moulés.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce, mica, quartz.

  • Texture : fine, assez compacte.

  • Couleur : beige, noir.

Surface

313Intérieur et extérieur bien lissés, engobés, légèrement polis. Couleur : crème, orange, brun, brun-noir, taché avec des variations de crème à brun-noir sur un tesson.

Décoration (fig. 172, 211 fg)

  1. Peinture additionnelle : généralement, tout l’extérieur sauf les parties incisées et moulées, et le bord intérieur (sur une hauteur de 0,8 cm) sont peints en rouge, ainsi que certaines parties du décor incisé.

  2. Incision large : généralement, en bande horizontale (3 à 4 cm de Z.) sur l’extérieur comprenant une natte de brins doubles, ou des motifs géométriques combinant des carrés, rectangles et cordons courbes (fig. 172). Certaines parties sont en fait excisées, donnant un effet de champlevé (l. du sillon : 1 à 4 mm) ; facture médiocre. Post-engobe.

  3. Moulage : 1 ex., support figurant un visage d’animal (fragmentaire).

Forme

314Bol S ouvert de parois concaves, tripode : 10 ex. (fig. 172). Fond convexe. Liaison fond-paroi angulaire à l’extérieur. Bord un peu évasé, épaissi à l’extérieur. Lèvre arrondie. Supports creux, moulés zoomorphes (1 ex.). D-ouverture : 20 à 34 cm ; Ht : 5,9 cm (1 ex.) ; Ep-parois et bords : 0,6 à 0,9 cm.

Comparaisons

  • Alta Verapaz : collection Dieseldorff MN 94-9 W6.

  • Zaculeú : Effigy-head Tripod Bowls, en particulier la variété e (Woodbury et Trik 1953 : 155, fig. 81, 245, 269cde) complexe Qankyak et Xinabahu.

  • Zacualpa (Wauchope 1975 : 229, fig. 174c).

  • Chuitinamit (Quiché) : Red-and-White Incised (Dutton et Hobbs 1943 : fig. 60, 61a-d ; MN 88- 1 E-12) Postclassique.

  • Tajumulco : Red-and-Buff-Carved Ware (Dutton et Hobbs 1943 : 97, fig. 89) Postclassique ancien.

  • Pour les supports moulés, anthropomorphes ou zoomorphes : Chamá-Chichún (Butler 1940 : fig. 22p, 24h) Chipal 1b, Chipal 2. Collection Dieseldorff MN 94-9 W6, 94-10 W7. Cotzal, Tuja Red-Brown : Tuja Variety (Adams s.d.) complexes Cotzal et Chajul. Voir aussi Wauchope 1941, Woodbury et Trik 1953 : 158-159, et Becquelin 1969 : 167.

Tohil Plombé

315Echantillonnage : 1 tesson. Complexe : Samac. Tohil Plumbate, établi en tant que groupe (Smith et Gifford 1966 : 168). Critères : pâte très fine grise. Surface légèrement vitrifiée, gris-noir et orange.

Pâte

316Inclusions non visibles à la loupe binoculaire ; texture très fine, compacte, serrée ; couleur gris-noir.

Surface

317Légèrement vitrifiée, brillante, de couleur gris-noir, marbrée d’orange à l’extérieur.

Décoration

318Cannelures parallèles sur l’extérieur.

Forme

319Fragment de paroi (Ep. : 0,5 cm.)

Provenance

320Chichén, surface.

Poteries et fragments Tohil Plombé signalés en Alta Verapaz

  1. A effigie zoomorphe ou anthropomorphe : tapir avec tête humaine dans les mâchoires (Seler 1904 : fig. 23d) ; perroquet, coati, crapaud (réf. citée : fig. 24a), certaines de ces poteries provenant de Samac et Las Pacayas. Visage humain (Rands et Smith 1965 : fig. 18hg ; Dieseldorff 1931 : fig. 32, 33). Autres effigies, du Río Chixoy moyen (Butler 1940 : Pl. IX a-d, j ; voir aussi Shepard 1948 : 127, 128). Personnage casqué, de Chipal (Rands et Smith 1965 : fig. 18c). Enfin, effigies de Samac (Termer 1930-31 : fig. 22).

  2. Autres décors : décor géométrique moulé, de Patal (Dieseldorff 1933, fig. 100, 101, 103). Similaires, du Chixoy moyen (Butler 1940b : fig. 24 b, j). Décor incisé ou excisé, de Samac et de Chajcar (Smith 1952 : fig. 26b ; Butler Arch. U.M.).

MEMBRILLO FIN

321Echantillonnage : 28 tessons, dont 27 représentent le type dans la séquence-sud sériée. Complexe : Samac. Classe : dure. Critères : pâte fine très compacte et dure, rouge et grise.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce, quartz, peu de mica (D.<0,3 mm)

  • Texture : fine, très compacte et serrée, de fracture franche ; les tessons sont difficiles à briser et rendent au choc un son clair aigu.

  • Couleur : rouge pâle à gris, variation fréquente sur un même tesson.

Surface

322Surface probablement lissée, mais très érodée. Couleur : à l’intérieur, beige, à l’extérieur, de la couleur de la pâte. Traces d’un dépôt calcaire, 1 ex.

Formes

  1. Jarre E1 à col vertical : 1 ex. col de parois parallèles concaves. Bord évasé. Lèvre amincie. D-ouverture : 11 cm ; Ht. col : 5 » 4 cm.

  2. Grands bols V : 4 fragments de fonds convexes ; liaison fond-parois continue et épaissie. Parois convexes divergentes très proches de la verticale, ou verticales. D-fond : 24 cm (1 ex.) ; Ep-fond : 0,7 cm ; Ep-parois : 0,8 à 1 cm. Eléments additionnels : 2 fragments d’anses (l. : 2 et 3,5 cm ; Ep. : 1 et 1,2 cm).

Provenance

323Les 28 tessons proviennent de Salto (S1 N1 : 26).

Remarque

324Deux tessons de Salto classés comme fragments d’encensoirs (Samac, n° 10) ont la pâte de Membrillo. Il est possible que les fragments de grands bols Membrillo appartiennent plutôt à des encensoirs.

Types potentiels du complexe Samac

Potentiel rouge sur orange incisé (fig. 173, 201)

325Poterie B-296-20.

Pâte

326Pierre ponce, quartz, et mica ; moyenne peu compacte ; de couleur orange vif.

Surface

327Intérieur et extérieur bien lissés, engobés, très légèrement brillants ; couleur orange pâle (5YR 6/6 5/8) striée de traces rouges.

Décoration

328Peinture rouge (2.5YR 4/8) avec traces de polissage, sur tout l’extérieur sauf les parties incisées et moulées ; motif cruciforme en rouge sur le fond intérieur (Dim. : 5X5 cm).

329Incision : sur la paroi extérieure, bande horizontale (l. : 4 cm) figurant un entrelacs de brins doubles, d’une facture assez médiocre ; incision pré-engobe dans l’argile plastique (Z. du sillon : 1 à 2 mm) ; certaines parties sont excisées (l. : 3 à 10 mm).

330Moulage : partie extérieure des supports figurant une tête d’oiseau à long bec recourbé vers le bas et 2 excroissances entre les yeux.

Forme

331Bol S ouvert de parois concaves. Fond convexe. Liaison fond-parois angulaire à l’extérieur, soulignée à l’intérieur d’une rainure peu marquée. Bord épaissi à l’extérieur. Lèvre amincie. Trois supports de forme conique, creux, percés d’un orifice, formant grelot, placés obliquement (Ht : 7,3 cm ; l. max. : 4 cm).

332D-ouverture : 20 cm ; Ht (sans supports) : 9,5 cm ; Ep-parois : 0,6-0,7 cm. Le bord est percé de 2 orifices placés à l’horizontale, distants de 0,7 cm (D. : 0,4 cm). Ils ont servi à réparer une cassure ancienne.

Provenance

333Sulín, T3, sép. 7

Comparaisons

334Pâte et finition de surface sont très proches de celles de Clavel Orange sur Crème, finition, décoration et forme sont très proches de celles de Jamaica Dichrome Incisé. La poterie a probablement été fabriquée à Sulín ou à proximité.

  • Zaculeú : Effigy-head-Tripod Bowls, variété 4e (Woodbury et Trik 1953 : fig. 81ab), et un bol ouvert concave de même décor peint à l’intérieur (réf. citée : fig. 85), Postclassique ancien.

  • Tajumulco (Dutton et Hobbs 1943 : fig. 80g, 86, 87) Postclassique ancien.

  • Quiché : une poterie nº 7977 (MN H1-6).

335Voir aussi les comparaisons de Jamaica Dichrome Incisé.

Potentiel rouge moulé (fig. 174)

336Poterie B-256-16, trouvée incomplète.

Pâte

337Quartz, mica, pierre ponce ; texture fine, friable ; couleur beige, zone centrale grise.

Surface

338Intérieur lissé, de la couleur de la pâte, beige ; bord intérieur et tout l’extérieur – sauf la partie moulée des supports – bien lissés et engobés, mats ; engobe épais, de couleur rouge uniforme (2.5YR 4/8).

Décoration

339Face extérieure des supports moulée, figurant une tête d’animal (chien ?) (1 support conservé).

Forme

340Bol S ouvert de parois concaves. Fond convexe. Liaison fond-parois angulaire. Bord épaissi à l’extérieur. Lèvre amincie. 3 supports coniques creux, percés d’un orifice, formant grelot (Ht : 5,8 cm ; l. max. : 4,2 cm).

341D-ouverture : 21,5 cm ; Ht (sans supports) : 8 cm ; Ep-parois : 0,6 cm ; Ep-bord : 0,8 cm.

Provenance

342Sulín, T2, N1.

Comparaisons

  • Nebaj : poterie d’un type Potentiel Tziquin ; type San Antonio Moulé (Becquelin 1969 : fig. 54-6, 90-2-4) complexe Tzikin.

  • Zaculeú : Effigy-head Tripod Bowls, variété 4a Red-and-Buff (Woodbury et Trik 1953 : fig. 81d fig. 245a) complexe Qankyak.

  • Zacualpa (Wauchope 1975 : fig. 176d). Voir aussi les comparaisons de Jamaica Dichrome Incisé

Potentiel rouge sur naturel incisé (fig. 175)

3431 poterie B-254-14 trouvée incomplète.

Pâte

344Quartz, pierre ponce, mica ; texture fine, friable ; couleur beige.

Surface

345Intérieur et extérieur bien lissés, de la couleur de la pâte, c’est-à-dire beige (7.5YR 6/4). Engobe barbouillé en bandes horizontales larges (1,5 à 2 cm) sur le bord intérieur et extérieur et au-dessus de la liaison fond-parois, de couleur rouge (2.5YR 3/6).

Décoration

346Incision fine (Z. sillon : 1 à 1,5 mm) de facture médiocre, exécutée dans l’argile plastique ; grecques en large frise, entre les deux bandes rouges.

Forme

347Bol N cylindrique. Fond concave. Parois légèrement convexes. Haut de parois progressivement épaissi. Lèvre amincie. D-ouverture : 15,5 cm ; Ht : 10,6 cm ; Ep-parois : 0,5-0,7 cm.

Provenance

348Sulín, T2, NI (sol 1, en bordure du grand assemblage de dalles).

Comparaisons

349Affinités possibles avec un bol incisé du Río Motagua moyen (Smith et Kidder 1943 : fig. 49h) Lato ou Magdalena.

Potentiel trichrome incisé (fig. 176, 202)

3501 poterie B-318-18, trouvée intacte.

Pâte

351Quartz, pierre ponce, mica, texture moyenne, assez compacte ; couleur beige, zone centrale noire.

Surface

352Intérieur assez érodé. Extérieur bien lissé, engobé, poli, un peu brillant ou lustré. Engobes juxtaposés de 3 couleurs : noir-gris, rouge à rouge-brun (2.5YR 4/6 3/6) et orange à orange-brun (5YR 5/6 4/6).

Décoration

353Bandes noires peintes sur l’engobe orange encadrant le motif incisé. Incision : pré-engobe, fine (Z. du sillon : 1 à 2 mm, de section rectangulaire), figurant une série de grecques escalonnées en frise de 5 cm de largeur, sur la moitié supérieure de la paroi extérieure ; les parties de la grecque sont engobées en 3 couleurs, dont la disposition varie d’une grecque à l’autre.

Forme

354Vase piriforme. Fond convexe. Parois convergentes, convexes sur le tiers inférieur du corps, rectilignes sur les deux tiers supérieurs. Bord épaissi à l’extérieur, en bande de 1,2 cm de hauteur. Lèvre arrondie. Pied de parois divergentes concaves. Liaison pied-parois marquée par un ressaut très atténué. D-ouverture : 6,1 cm ; D. max. du corps : 7,6 cm ; D. max. du pied : 7,4 cm ; Ht totale : 13,3 cm ; Ht pied : 2,1 cm ; Ep-parois : 0,5 cm ; Ep-bord : 0,7 cm.

Provenance

355Sulín T2 sép. 8.

Comparaisons

  • Alta Verapaz, collection Dieseldorff poteries n° 5193, 5935, 5732 (MN K62) Tepeu 3-Seacal.

  • Chamá-Chipal (Butler 19406 : fig. 22o) Chipal 1a ou 1b.

  • Nebaj, voir Becquelin, 1969 : 87, 88, fig. 92 1-2, Postclassique ancien.

  • Zacualpa (Wauchope 1975 : fig. 175) complexe Tohil.

Complexe Chicán

Manzana strie

356Echantillonnage : 195 tessons dont 68 figurent dans les séquences sériées. Complexe : Cobán.
Groupe potentiel : Malva. Classe : dure. Critères : pâte moyenne, compacte, grise. Surface extérieure striée irrégulièrement. Jarre à col vertical moyen ou haut.

Pâte

  • Inclusions : quartz, pierre ponce, rarement feldspath.

  • Texture : moyenne, assez compacte et serrée, de fracture nette ; mais environ 40 fragments d’une jarre sont de pâte un peu moins compacte.

  • Couleur : gris à gris-brun ; parfois rose ou orange ; variations sur un même tesson.

Surface

357Intérieur moyennement ou médiocrement lissé. Extérieur marqué de stries verticales ou obliques qui se croisent parfois, irrégulières ; ce sont les traces de finition exécutée avec un matériau fibreux sur la surface plastique ; quand les stries sont assez régulières, elles sont espacées de 2-3 mm ; le point d’inflexion de la panse est parfois strié horizontalement. Couleur : gris-beige taché de gris-noir.

Formes

  1. Jarres E1 à col vertical moyen à haut : 17 ex. Col de parois concaves ou rectilignes. Bord non infléchi ou évasé. Lèvre arrondie, ou aplatie avec un petit bourrelet de pâte débordant à l’extérieur. D-ouverture : 20 à 24 cm ; Ht-col : 5 cm (1 ex.).

  2. Jarre E3 à col de parois convergentes concaves : 1 ex. Bord évasé. Lèvre amincie. D-ouverture : 24 cm.
    Eléments additionnels : 1 fragment d’anse attachée à la base du col et à la panse.

  3. Bols (K) en calotte à bord rentrant : 2 ex. Lèvre arrondie.

Comparaisons

  • Chicán, tessons striés (MN 51-1 A42).

  • Zacualpa, tessons striés régulièrement (Wauchope 1948 : 130) complexe Tohil.

  • Cotzal : Xim Plain. Xim Variety, surface striée (Adams s.d. ; collection MN) complexe Chajul.

Malva gris naturel (fig. 177)

358Echantillonnage : 1 244 tessons, dont les fragments d’une jarre B-409-29 partiellement reconstituée.
553 tessons figurent dans les séquences sériées. Complexne : Chicán.
Groupe potentiel : Malva. Classe : dure. Critères : pâte fine à moyenne, compacte, dure, de couleur gris-beige. Surface mal lissée, gris taché. Jarre à col vertical moyen ou haut, à 2 anses petites ou 2 tenons.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce et autres particules blanches dont certaines sont probablement du feldspath ; très peu de quartz et de mica ; quelques particules brunes, oranges.

  • Texture : fine à moyenne, compacte, serrée, de fracture nette ; les tessons rendent au choc un son assez clair et sont difficiles à casser (dureté maximum de 3-4 pour quelques tessons de Salto). Une proportion de tessons variable selon les localités est de pâte moyenne à grossière, moins compacte.

  • Couleur : gris à beige, variation fréquente sur un même tesson ; parfois rose, orange pâle, brun ou noir.

Surface

359Moyennement lissée ou très grossièrement finie ; traces de finition avec un matériau fibreux parfois visibles. Couleur : gris-beige taché de gris foncé et de noir.

Décoration (?)

360Un fragment de paroi incisé sur l’intérieur de 2 traits parallèles rectilignes recoupés par un trait perpendiculaire (l. du sillon : 1 mm ; Dim. fragment : 4,5 × 3,2 cm).

Formes

  1. Jarres E1 à col vertical moyen à haut : 69 ex. (fig. 177 cd). Panse probablement ovoïde. Col de parois concaves ou rectilignes. Bord non infléchi direct, rarement évasé, rarement épaissi en bourrelet à l’extérieur (2 ex.). Lèvre amincie, ou aplatie avec parfois un bourrelet de surplus de pâte débordant à l’extérieur. Attache d’anse ou de tenon à 2-3 cm sous la lèvre, 1 ex. D-ouverture : 12 à 30 cm (en moyenne 20-24 cm) ; Ht-col : 3,5 à 10 cm ; Ep-parois : 0,5 à 0,8 cm.

  2. Jarres E2 à col évasé : 3 ex. (fig. 177 e). Panse probablement globulaire. Col de parois concaves. Bord évasé ou non infléchi, direct ou épaissi en bourrelet à l’extérieur (1 ex.). Lèvre arrondie ou amincie. D-ouverture : 20 à 24 cm ; Ht-col : 4,5 cm (1 ex.).

  3. Jarres E3 à col moyen de parois convergentes : 1 ex. et la jarre B-409-29 (fig. 177 ab). Fond plat. Panse globulaire. Col de parois concaves. Lèvre arrondie. Deux tenons rectangulaires (S. elliptique) à extrémité arrondie, attachés au point d’inflexion de la panse perpendiculairement à la paroi (l. : 7 cm à l’attache, 5,3 à l’extrémité ; Ep. : 2,1 – 3,7 cm ; L. : 3,4 et 4,4 cm). D-ouverture : 26 et 34,4 cm ; D.max. panse : 45 cm (1 ex.) ; Ht-col : 4 cm ; Ht conservée : 18 cm ; Ep-parois : 1 à 1,2 cm.

  4. Autres jarres

    1. C, à col vertical et bord évasé épaissi à l’intérieur, 1 ex. ; lèvre aplatie ; D-ouverture : 34 cm ; Ht-col : 3 cm.

    2. D, à col vertical et bord épaissi sur les deux faces : 1 ex. ; lèvre aplatie : Ht-col : 2,6 cm ; Ep-bord : 1,2 cm.

361
Eléments additionnels

    1. Tenons, 20 ex. De forme rectangulaire ou triangulaire ou trapézoïdale (S. elliptique) ; extrémité plus ou moins large que l’attache. Attachés perpendiculairement à la paroi. L. : 3,1 à 3,8 cm ; l. et Ep. à l’attache : 3,3 à 5,1 cm. 2,2 à 4.2 cm : à l’extrémité : 3,3 à 6,3 cm, 1,7 à 2,2 cm (pour 13 ex.)

    2. Anses, 12 ex. La plupart petites, attachées à l’épaulement ou au point d’inflexion (S. elliptique, P. dissymétrique ou symétrique). D. : 2,3 à 4 cm ; corde : 2,6 à 5 cm ; Ep. : 0,6 à 1,5 cm ;
      l : 2.3 à 3.5 cm (pour 10 ex.) Non identifiés : 5 bords dont 2 ex. très évasés (D. : 18 cm) ; 1 ex. peu évasé très épaissi à lèvre aplatie de parois presque verticales (D. : 12 cm, probablement de “pot” cylindrique) ; 1 ex. évasé à lèvre arrondie (D. : 22 cm).

  1. Bols

    1. Bols M ouverts de parois rectilignes : 6 ex. Parois rectilignes fortement divergentes. Moulure médiane. 1 ex. Lèvre amincie, ou arrondie. D-ouverture : 24 à 32 cm ; Ep-parois : 0,7 cm.

    2. Grands bols V : 4 ex. Parois rectilignes divergentes. Bord direct, ou épaissi à l’extérieur (1 ex.). Lèvre arrondie. D-ouverture : 40-46 cm (2 ex.) ; Ep-bord : 0,8 cm (1 ex.). L’intérieur est mieux lissé.

    3. Petits bols ou petites écuelles : 3 ex. De parois très divergentes et de lèvre arrondie. D-ouverture : 9 cm (1 ex.)

    4. Bols L en calotte : 2 ex. Lèvre arrondie. D-ouverture : 22 cm environ.

362Toutes les formes sont mal façonnées.

Variations locales et chronologiques

363A Pansalché, 24 % des tessons Malva sont de pâte moyennement compacte.

364A Las Flautas, Canxul, Chijou et Chichén (S1). Les tessons Malva provenant de contextes Samac, ou Cobá-Samac-Chicán mélangés, présentent une assez grande variation dans la texture : de fine à grossière, de compacte à peu compacte.

365Les tessons Malva qui attestent des formes caractéristiques de Cobán (jarres C et D, grands bols V) proviennent de Chijoú. Chichén (S1) et Tactic 2. En contextes Samac ou Cobán-Chicán. Malva aurait donc perpétué au Postclassique ancien quelques traits du Classique récent, traits qui disparaissent au Postclassique récent.

Comparaisons

  • Chicán : tessons identiques (MN 51-1, A42b).

  • Zaculeú : pâte et forme des jarres Cinnamon (Woodbury et Trik 1953 : 174, fig. 249) complexe Xinabahul.

  • Cotzal : Xim Plain : Xim Variety, ou Xemonte Plain (Adams, s.d. ; collection MN) complexe Chajul.

  • Pour les jarres E : Cotzal, jarres Tuja Red-Brown : Tuja Variety et Xim Plain : Xim Variety (Adams s.d., coll. MN) complexe Chajul. Nebaj, jarres Bipana Rouge, Basuchil Beige, Jolom Brun (Becquelin 1969 : fig. 57-5d, – 9ab). Zacualpa, jarres de transition Pokom-Tohil, et Tohil et Yaqui (Wauchope 1948 : fig. 49, pl. 20j ; 1975 : fig. 141). Mixco Viejo (Navarrete 1962 : fig. 1, 3abd) protohistorique. Hautes Terres en général (Wauchope 1970 : fig. 34 ade, 38, 55, 81).

  • Pour la pâte compacte grise, assez dure : voir Becquelin 1969 : 71, complexe Umul ; Wauchope 1975 : 7, complexe Yaqui ; Chuitinamit (Quiché ; MN 88-3 E12a).

Mango rouge naturel (fig. 178, 203)

366Echantillonnage : 565 tessons dont les fragments d’une jarre B-408-28 partiellement reconstituée. 159 tessons figurent dans les séquences sériées.
Complexe : Chicán. Critères : pâte moyenne à grossière, friable, rouge et noire. Surface médiocrement finie, rouge tachée de noir. Jarre à col vertical moyen ou haut, à 2 anses petites ou 2 tenons.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce et d’autres inclusions blanches (celles dont on voit les traces dans les cavités des tessons érodés poreux ; voir Matapalo Poreux) ; quartz ; particules noires, rouges. Inclusions abondantes.

  • Texture : moyenne à grossière, peu compacte à friable ; 20 tessons environ de Chicán et une petite minorité à Pansalché sont de pâte assez compacte serrée. La pâte devient poreuse à l’érosion.

  • Couleur : rouge avec zone centrale noire.

Surface

367Généralement très mal finie (sauf lorsque la pâte est assez compacte) ; parfois fines stries de finition. Couleur : rouge de la pâte (2.5YR 5/6 5/8 6/8 4/6) taché de noir.

Décoration

368Cordon appliqué horizontalement sur la panse, à petites impressions triangulaires juxtaposées, 1 ex. (de Chichén, S2, décharge, contexte Cobán).

Formes

  1. Jarres E1 à col vertical moyen à haut : 31 ex. et la jarre B-408-28 (fig. 178 ab, 203). Panse ovoïde, fond convexe. Col de parois concaves. Bord non infléchi direct, ou un peu épaissi à l’intérieur (1 ex., B-408-28). Lèvre amincie ou arrondie mal façonnée. 2 tenons mal façonnés, rectangulaires à extrémité arrondie (S. elliptique) attachés perpendiculairement au-dessus du point d’inflexion de la panse (11 cm de la lèvre) (L. : 3,5 cm ; Ep. : 1,5 cm ; l. : 3,5 à l’attache, 4,2 cm à l’extrémité). D-ouverture : 20 à 26 cm (14 cm, 1 ex) ; Ht estimée : 30 cm (1 ex.) ; Ht -col : 4 à 10 cm ; Ep-parois : 0,6 à 0,8 cm.

  2. Autres jarres

    1. E2, à col évasé moyen ou haut : 2 ex. (fig. 178 cd). Col de parois concaves. Bord épaissi en bourrelet à l’extérieur. Lèvre amincie ou arrondie. D-ouverture : 18 et 24 cm ; Ht-col : 4 et 8 cm ; Ep-parois : 0,7 cm.

    2. D, à col vertical et bord épaissi : 1 ex. Identique aux jarres D de Cebada Poreux. D. : 10 cm ; Ep-bord : 1,5 cm.

    3. Al, à bord évasé et épaissi à l’intérieur, sans col : 1 ex. Lèvre arrondie.

    4. A2, à col de parois convergentes et bord évasé épaissi à l’intérieur. 1 ex. (fig. 178 e). Col de parois rectilignes. Bord angulaire à l’intérieur. Lèvre arrondie. D-ouverture : 12 cm.
      Eléments additionnels

    1. Anses, 16 ex. (fragmentaires). S. elliptique sauf 1 circulaire. D. : 2 à 4,4 cm ; corde : 4 à 6,8 cm ; Ep. : 0,6 à 2,4 cm ; l. : 2,5 à 4 cm.

    2. Tenons, 1 ex. à double appendice à l’extrémité (L. : 1,5 cm ; Z. : 2 cm à l’extrémité). Fragment de fond plat : 1 ex. (Ep. : 0,8 cm).

  1. Bols

    1. Grands bols V : 3 ex. Parois presque verticales, un peu convexes. Lèvre aplatie. D-ouverture : 30 cm environ ; Ep-parois : 0,6 cm. La finition de surface rappelle celle de Chatillas Lissé.

    2. Bol M ouvert de parois rectilignes : 1 ex. Parois fortement divergentes. Lèvre amincie. D-ouverture : 34-36 cm.

    3. Base annulaire : 1 ex. (D. : 5,6 cm).

  1. Comals Y-Z de 3 à 7 cm de hauteur : 2 ex. au bord fortement évasé, épaissi, lèvre arrondie. D-ouverture : 28 cm, soit celui d’une écuelle. Et 1 ex. à bord évasé à 45°, de liaison au fond en ressaut en retrait, haut de 4 cm.

369Toutes les formes sont mal façonnées.

Variation chronologique

370Les tessons qui attestent les quelques formes Cobán (jarres D, A1, A2, un comal Y-Z et les bols V) proviennent de contextes Cobán-Samac-Chicán (Chichén S2 et Xutjá 1 S3).

Comparaisons

  • Cotzal : Xim Plain : Xim Variety (Adams s.d. ; collection MN) complexe Cotzal et Chajul.

  • Pour les jarres E, voir comparaisons de Malva Gris Naturel.

Mamey rouge (fig. 179)

371Echantillonnage : 294 tessons dont 138 figurent dans les séquences sériées.
Complexe : Chicán. Classe : rouge dure. Critères : pâte fine, compacte, grise. Engobe rouge. Traces de polissage. Jarre à col vertical moyen à haut.

Pâte

  • Inclusions : pierre ponce et probablement du feldspath, peu de mica ; quelques particules noires, rouges, rarement du quartz.

  • Texture : fine, compacte, serrée, de fracture assez régulière ; les tessons rendent au choc un son clair.

  • Couleur :  blanchâtre, beige, gris, avec fréquemment la zone centrale gris plus sombre.

Surface

372Moyennement lissée, engobée à l’extérieur, rarement à l’intérieur. Engobe mince à épais, présentant des traces horizontales de polissage, légèrement brillant ; le toucher peut-être irrégulier en raison des traces de polissage. Couleur : rouge à rouge sombre (10R 5/8 4/6 3/6), taché de brun.

Décoration

373Excision ou impressions à la lèvre : 3 ex. Lèvre arrondie ou amincie décorée de dépressions juxtaposées formant un festonnage.

Formes

  1. Jarres E1 à col vertical moyen à haut : 14 ex. Col de parois concaves (col court, quelques ex.). Bord évasé. Lèvre amincie ou arrondie. D-ouverture : 16 à 32 cm (engobe : sur l’extérieur, et sur l’intérieur du col).

  2. Autres jarres

    1. E2, à col évasé haut : 2 ex. (fig. 179a). Col de parois concaves. Lèvre arrondie. D-ouverture : 26 cm ; Ht-col : 6,7 à 7 cm (engobe : sur l’extérieur, et sur le bord intérieur).

    2. E3, à col de parois convergentes : 1 ex. Col de parois rectilignes. Bord évasé. Lèvre arrondie. D-ouverture : 8 cm (engobe : extérieur, et intérieur du col).

    3. C, à col vertical et bord épaissi à l’intérieur : 1 ex. Col moyen ou haut. Bord évasé. Lèvre arrondie. D-ouverture : 14 cm.

    4. Jarre (ou grand bol) sans col, à bord évasé : 2 ex. Panse globulaire. Liaison bord-panse angulaire à l’intérieur. Lèvre arrondie ou aplatie. D-ouverture : 26 et 34 cm ; Ep-parois : 0,6-0,7 cm.
      Eléments additionnels

    1. 6 fragments d’anses, probablement attachées de part et d’autre du point d’inflexion de la panse (S. elliptique. l. : 3 à 4,8 cm ; Ep. : 0,7 à 1,4 cm) ; 1 anse est cependant attachée à lèvre ; elle comporte une languette appliquée verticalement au milieu de sa face extérieure (fig. 179 b).

    2. 1 tenon.

  1. Bols

    1. Bols L en calotte : 6 ex. Bord non infléchi ou à peine rentrant. Lèvre amincie ou arrondie. D-ouverture ; 16-24 cm ; Ep-parois : 0,5 cm (1 ex.) (engobe crème à l’intérieur, engobe rouge sur l’extérieur et sur le bord intérieur).

    2. Bols M ouverts de parois rectilignes : 4 ex. Lèvre aplatie ou arrondie. D-ouverture : 18, 20, 32 cm ; Ep. : 0,6 cm (engobe mal lissé général).

374Toutes les formes, sauf les 2 jarres E2, sont mal façonnées.

Variations locales

375Pansalché : quelques tessons de pâte moins compacte ; et 6 tessons engobés rouge à l’extérieur et sur le bord intérieur, engobés et bien lissés de couleur crème, ou brun pâle à l’intérieur ; dont 2 à engobe crème contenant beaucoup de mica scintillant (bols en calotte).

Comparaisons

  • Verapaz : jarres rouges actuellement fabriquées à Chichén. Chichén (MN 50-8 A25) et Valparaíso (MN 51-7 A34) Postclassique récent.

  • Cahyup, Orange-Cinnamon Ware Jars (MN 49-1 G1 G2, 49-2 G2) Postclassique.

  • Nebaj, Bipana Rouge (Becquelin 1969 : 174, fig. 57-4) complexe Umul.

  • Cotzal : Tuja Red-Brown : Tuja Variety (Adams s.d.) complexe Chajul.

  • Zaculeú : Cinnamon (Woodbury et Trik 1953 : 174, fig. 88, 249), Xinabahul Orange-Red (réf. citée : 176, fig. 89, 249 c, 251 ahjm) (Wauchope 1970 : 127) complexe Xinabahul.

  • Chuitinamit (Quiché) : Red Ware (Lothrop 1933 : 90, fig. 57 ; MN 88-3 E 12 a).

  • Iximché (MN 93 B2 S3) et Mixco Viejo, Cerámica Roja Pulida (Navarrete 1962 : 11, 12, fig. 3).

  • Chiapas : Huistan Hard : Huistan Variety (Culbert 1965 : 72).

  • Pour les jarres E, voir comparaisons de Malva Gris Naturel.

Forteresse blanc sur rouge (fig. 211 a-c)

376Echantillonnage : 8 tessons. Complexe : Chicán. Classe : rouge dure. Critères : pâte fine compacte, blanche ou grise. Engobe rouge. Peinture blanche en bandes.

Pâte

377Identique à celle de Mamey Rouge. Variation : pâte rouge (3 ex.)

Surface

378Engobée et finie, de couleur rouge, comme Mamey Rouge.

Décoration

  1. Peinture blanche : bandes parallèles et perpendiculaires (l. : 0,5 à 1 cm) ; la peinture blanche n’est pas lissée et s’écaille sur l’extérieur.

  2. Cannelures : 1 ex. Trois cannelures horizontales sur la paroi extérieure (Z. : 0,5 cm) ; peintes en blanc ; sous les cannelures, bandes blanches.

Forme

379Non attestée. Fragments de parois de bols (Ep. : 0,5 à 0,7 cm).

Comparaisons

  • Chipal : White Line on Red (Butler 1940 b : 265) Chipal 3.

  • Zaculeú (Woodbury et Trik 1953 : 411, fig. 247-248) complexe Xinabahul.

  • Xolpacol (Quiché) (MN 58-4 E187).

  • Mixco Viejo (Navarrete 1962 : 9-10, fig. 1) Postclassique récent.

  • Zacualpa (Wauchope 1948 : 155 156) Postclassique récent.

380Forteresse est très répandu dans les Hautes Terres au Postclassique récent : voir Becquelin 1969 : 173, et Wauchope 1970 : 204, 205 (noter les occurrences à Chajsel et à Cahyup).

Micace

381Echantillonnage : 38 tessons. Complexe : Chicán. Classe : micacée.
Critères : pâte grossière friable. Surface lissée, beige-rose, pailletée de mica et micaschiste

Pâte

382Brièvement observée, apparaît grossière et friable.

Surface

383Médiocrement à bien lissée, pailletée de mica et de particules de micaschiste, donc scintillante. Fond extérieur des comals rugueux.

384Couleur : beige-rose, parfois taché de noir.

385Variation : engobe crème (4 ex.), engobe rouge très érodé (1 ex.).

Formes

  1. Comals X et W de moins de 3 cm de hauteur : forme la plus fréquente. Bord épaissi, évasé, parfois presque vertical.

  2. Grands bols V : 2 ex. Parois concaves parallèles ou à peine divergentes, avec une moulure horizontale peu marquée à moins de 3 cm sous la lèvre. C’est la forme caractéristique des grands bols Miracé actuellement fabriqués à Salamá.

  3. Jarres : 2 ex. Sans col. Bord évasé.

Provenance et remarque

38628 tessons proviennent de Las Flautas Ouest en surface (S3 N1), associés aux tessons Rabinal Orange probablement modernes. Les autres tessons ont aussi été trouvés en surface dans d’autres sites, à proximité d’habitations. Les tessons sont au moins en partie probablement modernes.

Comparaisons

387Le Micacé est actuellement fabriqué en abondance à Salamá, et exporté. Les collections de Cahyup, Chuitinamit (Baja Verapaz) et Mixco Viejo en contiennent beaucoup (voir Navarrete 1962 : 17- 19, fig. 10, 11 ; et Wauchope 1970 : 116) (Cahyup, MN 49-2 G2).

Rabinal orange (fig. 180)

388Echantillonnage : 74 tessons. Complexe : Chicán
Critères : pâte grossière compacte, grise à rouge. Engobe orange légèrement brillant. Incision pré-engobe. Jarre à col évasé et bord épaissi.

Pâte

389N’est comparable à celle d’aucun des types établis ; grossière, compacte, avec des inclusions de quartz, des particules blanches qui ne sont pas de la pierre ponce, des particules grises, noires ; de couleur gris à rouge sur un même tesson.

Surface

390L’intérieur est raclé, les inclusions dures de la pâte ayant laissé des cavités et des stries au cours de la finition. L’extérieur est moyennement lissé, légèrement brillant ; l’engobe contient beaucoup de mica. Couleur : orange (2.5YR 6/8) taché de gris.

Décoration

391Incision large pré-engobe, sur la panse au niveau des anses ; frises d’un trait rectiligne, un trait ondulé et ponctuations.

Forme

392(Fig. 180 ab) : jarre à col court de parois rectilignes divergentes. Bord évasé épaissi à l’intérieur. Lèvre arrondie. D-ouverture : 15 cm. 2 anses probablement appliquées à l’épaulement (S. elliptique, P. dissymétrique) ; elles forment un coude angulaire dans la partie supérieure.

Provenance et remarque

39373 tessons appartenant à la même jarre proviennent de Las Flautas Ouest S1 N1, en association avec du verre et 2 tessons coloniaux ou modernes. Un autre tesson provient de Chiacal, en surface. Tous ces tessons sont probablement modernes.

Comparaisons

  • Rabinal : les jarres actuellement fabriquées sont identiques.

  • Cahyup : tessons identiques, modernes ou anciens (MN 49-1 G1 G2).

Type potentiel du complexe Chicán

Potentiel imprimé (fig. 212a)

394Echantillonnage : 9 tessons. Groupe potentiel : Malva. Classe : dure.

Pâte

395Grossière à moyenne, compacte à peu compacte, de couleur gris, brun ou noir.

Surface

396Médiocrement lissée. A l’intérieur, trace imprimée d’un textile, matériau fibreux naturel, ou natte à brins fins ou larges (Dim. max. : 1,1 x 0,5 cm) selon les tessons. Un seul exemplaire est imprimé à l’extérieur (natte large, fragment de fond plat épais de 1,3 cm, long de 17 cm).

Formes

397Non documentées.

Contextes

398Chicán (7 ex.), Samac (2 ex.).

Comparaisons

399Intérieurs de jarres imprimés de Cahyup, Chuitinamit (Baja Verapaz) et Zaculeú (Kidder 1949 : 14, fig. 4 ; Woodbury et Trik 1953 : 279, fig. 28 gd) Postclassique récent. De même à Tajumulco (Dutton et Hobbs 1943 : 90, fig. 81 a-c) Postclassique ancien. Tessons imprimés de Cobán et Carchá-Potrero (Butler Arch. U.M., n° 10 904). Voir encore Kidder 1950 : 50 fig. 39, et Parsons 1967 : 165, Pl. 23a Classique.

IV. Tessons spéciaux

400Les 84 tessons “spéciaux” présentent chacun plusieurs attributs dont aucun n’est considéré comme un critère de définition, ceci en raison du faible échantillonnage. Ils représentent probablement les uns des types étrangers à la région, les autres des types potentiels locaux, et d’autres enfin des variétés de types locaux établis.

A) Tessons spéciaux trouvés en contexte Carchá (fig. 181)

401N° 1 : de bord évasé à l’horizontale et incisé (fig. 181). 1 ex. de Chicán S10. Pâte friable. Engobe général rouge-brun poli. Bol de parois rectilignes divergentes, au bord incisé sur la face supérieure d’un trait longitudinal et de traits perpendiculaires (incision pré-engobe ; l. du sillon : 1 mm) ; lèvre arrondie et légèrement festonnée par pressions dans la pâte humide.

402N° 2 : fragments de parois de bols à rebord (basal), polychromes (fig. 181). 2 ex. de Pasmolón SI fosse N2. Pâte fine, compacte, rouge vif. Surface très érodée : probable engobe crème ou orange. Décoration : motifs géométriques peints en noir. Forme : profil composite à liaison marquée par un rebord arrondi, supposé basal d’après son orientation (Ht : 1,5 et 1,6 cm ; Ep. : 1,3 et 1,4 cm).

403N° 3 : à décor modelé. 1 ex. de Valparaíso S1 N2. Engobe gris. Motif courbe modelé sur la face extérieure.

B) Tessons spéciaux trouvés en contexte Cobán (fig. 182, 209 c, 210 c)

404(Le contexte est Cobán 2 quand ce point n’est pas spécifié)

405N° 4 : à décor orange sur blanc. 1 ex. de Salto S2. Engobe général blanc. Bande orange, d’un enduit contenant beaucoup de mica, sur la face extérieure (Z. : 1,8 cm). Fond convexe et paroi divergente rectiligne, de liaison angulaire épaissie (Ep-paroi : 0,3 cm).

406N° 5 : à décor négatif noir et blanc. 1 ex. De Sulín T2 N9, Cobán 1. Pâte moyenne compacte brune. Surface engobée blanc crème à l’extérieur, orange à l’intérieur. Motif d’une bande horizontale noire incluant une rangée de pois blancs à l’extérieur. Bol hémisphérique. D. : 18 cm.

407N° 6 : à décor négatif noir et blanc, motif floral (fig. 182, 210 c). Trois fragments d’un même récipient. De Chamaoj S1 N4. Pâte fine compacte beige-gris. Intérieur engobé gris foncé, extérieur engobé crème ; finition excellente, polissage probable. Série de pois autour d’un disque, apparaissant en crème sur fond noir. Bol ou vase pseudo-cylindrique. D. : 17,8 cm ; Ep. : 0,4 à 0,7 cm. Comparaisons : Zacualpa (Wauchope 1975 : fig. 133) Pokom-Tohil. Uaxactún (R.E. Smith 1955 b : fig. 39 a- 7, 62 a-4-5, et aussi 35 13-15) Tepeu 1-2. Altar de Sacrificios (Adams 1971 : fig. 82, N° 58-133) Pasión.

408N° 7 : à décor positif noir sur beige. 1 ex. De Sulín T2 N9, Cobán 1. Pâte fine beige. Surface lissée beige. Bandes horizontales noires, irrégulières (Z. : 0,5 cm). Bol en calotte.

409N° 8 : engobé rouge sombre. 1 ex. de Salto S1 N7. Pâte fine compacte, blanche à zone centrale grise. Surface intérieure lissée, peut-être polie, blanc crème. Surface extérieure engobée rouge sombre. Bord fortement évasé. Ep. : 0,7 cm.

410N° 9 : de pâte compacte grise. 4 ex. de Salto S2 N7. Parois peu épaisses.

411N° 10 : bol hémisphérique à décor en champlevé (fig. 182, 209 c). 1 ex. de Chichén S2 N6. Pâte fine assez compacte. Probable double engobe orange sur crème. Le décor combine l’incision fine superficielle (l. : 0,5 mm ; prof. : 0,2 mm), l’incision fine profonde (l. : 1 mm ; prof. : 0,5 mm), l’excision dégageant en champlevé les grands éléments du motif (prof. : 1 mm). Motifs : sur le bord, frise de “pseudo-glyphes” encadrée de traits horizontaux ; sur la paroi, ovales et volutes avec treillis en zone. Incision et excision post-engobe. Bol hémisphérique à bord épaissi à l’intérieur et lèvre amincie. D. : 15 cm ; Ep. : 0,25 à 0,4 cm. Comparaisons : Alta Verapaz, collection Dieseldorff MN 94-3 W2 ; K52 poterie n° 5215 datée Chamá 3 – Tepeu 1-2 ; et K52 poterie n° 5826 (voir Dieseldorff 1933 : fig. 83- 86, poteries de Patal et Papá). Kaminaljuyú (Kidder, Jennings et Shook 1946 : 183, fig. 68 m, 69 pqt) Esperanza, mais l’excision est oblique.

412N° 11 : à décor en champlevé (fig. 182). 1 ex. de Xutjá 1 S1 décharge. Pâte moyenne, friable, rouge vif. Surface légèrement polie, peut-être engobée, de couleur brun-rougeâtre. Décor combinant l’excision mettant en relief un motif de plumes (?) et l’incision fine qui souligne le motif (Z. du sillon : 1 mm ; prof. de l’excision : 1 mm) ; exécuté dans l’argile plastique.

413N° 12 : décorés d’impressions tubulaires. 5 ex. de Chamaoj, en surface. Surface moyenne lissée, ou enduite d’un bain brun pâle (1 ex.). Impressions en semis, ou en rangée horizontale, sur la paroi extérieure, ou sur la moulure (1 ex.). D-impressions : 0,7 à 1,1 cm. Panses de jarres, bol ouvert (1 ex.). N° 13 : décoré d’impressions tubulaires fines. 1 ex. de Valparaíso S2 N3. Pâte friable rouge. Engobe blanc érodé. Impressions juxtaposées en 4 rangées parallèles formant une bande horizontale ou oblique sur la paroi (l. : 1,5 cm ; D-impressions : 2 mm) ; exécutées avant engobage.

414N° 14 : décorés de motifs glyphiques ou pseudo-glyphiques (fig. 182). 2 ex de Valparaíso S2 décharge. Pâte fine, friable, beige-rose. Surface bien lissée mate. Motifs glyphiques en cartouches ovales (1 ex.), rectangulaires (1 ex.), disposés en frise sur le bord extérieur ; incisés ou gravés dans la-pâte sèche (Z. du sillon : 1 et 2 mm). Bols ouverts de parois concaves, à bord un peu épaissi à l’intérieur. D. : 14 et 18,2 cm ; Ep. : 0,4 à 0,7 cm. Comparaison : Chipoc, Cinnamon Incised (Smith 1952 : fig. 12 o).

415N° 15 : rouge sur naturel, cannelé (fig. 182). 1 ex. de Chamaoj, surface. Intérieur engobé brun-noir. Extérieur en partie lissé, beige, en partie engobé, rouge mat. La partie non engobée est décorée de cannelures minces obliques (incisions juxtaposées larges de 2 mm). Avec le bol B-254-14, type Potentiel Rouge sur Naturel Incisé, ce sont les seuls cas d’engobe rouge en zone avec décor situé dans la partie non engobée.

416N° 16 : col de jarre de profil ondulé. 1 ex. de Sulín S7 N2. Surface bien lissée brune. Fragment de col. 2 concavités et 2 convexités attestées, horizontales.

417N° 17 : bol à rebord labial (fig. 182). 1 ex. de Xutjá 1 S1 décharge. Pâte fine, friable, blanche. Engobe général blanc. Bol ouvert de parois rectilignes épaisses (0,9 cm.), de lèvre arrondie. Le rebord est brisé (Ht : 1,2 cm ; L. conservée : 1,2 cm). Comparaisons : El Portón, Baja Verapaz (MN 49-4 G4). Chiapas, El Mirador (Peterson 1963 : fig. 39) Préclassique récent. Kaminaljuyú, Verbena Ivory (type 120) : Verbena Variety, et Providencia Cream Slipped : Providencia Variety (Wetherington 1973 : 39, 40) Préclassique moyen final. Voir aussi Coe 1961 : 121, Baudez et Becquelin 1973 : 108, mode du rebord labial préclassique moyen et récent. La présence de ce tesson en contexte Cobán est due à un phénomène de re-dépôt dans un site datant du Préclassique et réoccupé au Classique récent.

418N° 18 : support plein à épaulement. 1 ex. de Canxul S2, Cobán 1. Engobe général noir. Support de profil concavo-convexe sur une face, de profil convexe sur l’autre. Orientation non attestée. D. max. : 3 cm ; Ht conservée : 2 cm.

419N° 19 : anse décorée de bandes rouges sur fond blanc. 1 ex. de Chichén S2 décharge. Face inférieure apparemment non engobée, lissée. Face supérieure engobée et décorée (l-bandes : 0,8 cm). Fragment d’anse (S. elliptique ; l. : 3,2 cm ; Ep. : 1 cm).

420N° 20 : anse torsadée : 1 ex. de Chamaoj, surface. Deux boudins torsadés forment l’anse. Fragmentaire.

421N° 21 : écuelle de forme quadrangulaire. 1 ex. de Las Flautas Ouest S1 N4. Surface mal lissée de couleur orange à brun. Fond convexe, liaison à la paroi angulaire. Liaison verticale des parois arrondie et épaissie. Lèvre amincie. Ht : 3 cm ; Ep-fond : 1,5 cm ; Ep-parois : 0,6 à 2,3 cm.

422N° 22 : jarres rouges polies de col vertical. 2 ex. de Canxul S2 N3 et Xutjá 1 S1 décharge. Canxul : pâte assez compacte gris-noir. Engobe poli sur le col à l’extérieur et le bord intérieur. Bord évasé épaissi. Lèvre en biseau vers l’extérieur. Xutjá 1 : pâte friable brune. Engobe bien poli brillant à l’intérieur et extérieur du col. Bord évasé. Lèvre arrondie. Pour les 2 ex., D. : 14 cm ; Ht-col : 5 cm ; Ep-parois et bord : 0,8 à 1,1 cm.

423N° 23 : jarre décorée d’une figuration de visage. 1 ex. de Chijoú S1 N6. Paroi lissée. Protubérance modelée figurant le nez, pastille ovale appliquée incisée figurant la bouche ; partie supérieure brisée.

424N° 24 : à élément appliqué et incisé. 1 ex. de Xutjá 1 S1 N1. Pâte poreuse. Surface mal lissée. Languette ovale incisée d’un trait longitudinal, appliquée obliquement à la paroi. L. : 3,1 cm ; Ep-élément et paroi : 1,8 cm.

C) Tessons spéciaux trouvés en contexte Cobán ou Samac (fig. 183)

425N° 25 : décorés de bandes blanches sur fond brun. 5 ex. de Sulín S1 N1-N2. Pâte grossière friable brune. Surface intérieure engobée brun-noir, extérieure engobée brun-rouge ; 2 ex. sont brillants. Peinture blanche à l’extérieur en bandes horizontales parallèles.

426N° 26 : engobés blanc sur rouge. 9 ex. de Sulín S4 N1-N2. Pâte grossière friable orange. Surface extérieure et bord intérieur engobés rouges et polis, parois intérieures peintes en blanc barbouillé sur l’engobe poli. 1 paroi est incisée de traits courts verticaux parallèles en série. 3 bords de bol ou jarre à parois divergentes concaves. D. : 12 cm. Comparaison : Zaculeu, vase à pied rouge poli peint en blanc (Chalky White) (Woodbury et Trik 1953 : 165) complexe Qankyak.

427N° 27 : décorés de bandes blanches sur fond rouge. 5 ex. de Salto S1 N4 (1), S2 (2). Las Flautas Ouest surface (1) et Xutjá S2 N1 (1). Pâte fine friable rouge à brun. Surface lissée et mate, très érodée rouge ou orange (engobée ou non). Bandes blanches horizontales sur la paroi extérieure, ou intérieure (1 ex.) (l. : bandes 0,3 à 0,5 cm et plus). Bord évasé, 1 ex. ; bol ouvert de parois concaves, 1 ex. Comparaisons : White Line on Red à Chamá (Butler 1940 : 261) Chamá 3 ; et Poi White-on-Red de Cotzal (Adams MN).

428N° 28 : jarres miniatures (fig. 183). 4 ex. de Sulín T2 N1 cache 3 (2 ex., un conservé presque intact catalogué B-254-11), de Sulín T2 N1 (1 ex.), et de Salto S2 N2 (1 ex.). Ceux de Sulín sont à dater du Postclassique ancien, celui de Salto du Classique récent. Dans les 4 cas, le contexte fonctionnel est “cérémoniel”. Pâte friable. Surface bosselée grossièrement finie ; engobe rouge barbouillé et taché de noir sur l’extérieur, 1 ex. ; engobe rouge en larges bandes s’entrecroisant, barbouillé, sur l’extérieur, 1 ex. Fond convexe ou plat. Parois convexes, parallèles ou convergentes. Bord non infléchi ou redressé à la verticale. Façonnage très médiocre. D-ouverture : 4 à 6,8 cm ; Ht : 6 à 8,3 cm ; Ep-parois : 0,3 à 0,9 cm.

429N° 29 : “vaisselle-sabot” (fig. 183). 1 ex. de Canxul S2 N1. Surface très érodée avec traces d’un engobe rouge à l’extérieur. Décor de petits traits verticaux incisés en rangée horizontale à la pointe du sabot. Fragment de la pointe du sabot, épaisse de 2,2 cm (voir n° 35).

430N° 30 : grande anse de comal. 1 ex. de Canxul S2 N2. Engobe rouge. Fragment cylindrique plein, rectiligne, à une extrémité attestée aplatie qui correspond à l’attache au récipient. L. conservée : 9,2 cm ; Ep. : de 1,5 à 3 cm ; l. à l’attache : 3 cm. Comparaisons : Zacualpa (MN E154) Balám ; Bilbao (Parsons 1967 : 106, fig. 49) Laguneta. Il s’agirait d’anses attachées à la lèvre du comal comme sur un panier, en deux points diamétralement opposés de l’ouverture.

431N° 31 : décoré d’une protubérance appliquée et d’une impression tubulaire. 1 ex. de Patal surface. Erodé. Sur une paroi de jarre (Ep. : 1,2 cm.), protubérance ovale (3,3 X 1,5 cm) située au-dessus de deux petits cercles concentriques imprimés.

D) Tessons trouvés en contexte Samac (ou Cobán-Chicán)

432N° 32 : de pâte très fine (fig. 184, 211 de). 5 ex. De Canxul surface (2 ex.), de Las Flautas Ouest S3 N1, de Salto S1 N1 et Salto S2 N1 (ce dernier en contexte Cobán). Pâte très fine et compacte, de fracture nette ; inclusions invisibles ; les tessons rendent au choc un son aigu ; couleur gris à rose (4 ex.), rouge-brun (1 ex.). Traitement et aspect de la surface :

433Formes : tessons a) bord un peu redressé et aminci d’un vase cylindrique de parois à peine convexes convergentes (D. non attesté). Tesson d) base annulaire équivalente à un cordon de section rectangulaire haut de 5 mm et large de 7 mm ; parois du récipient rectiligne très divergentes (Ep. : 0,4 cm). Décoration : le vase cylindrique a) est décoré sur l’extérieur d’un treillis incisé inclus dans un panneau rectangulaire ; incision exécutée dans l’argile plastique (Z. du sillon : 0,5 à 1 mm). Le fragment de paroi b) est décoré d’une pastille ronde de section semi-circulaire incisée d’un trait horizontal, appliquée sur une bande horizontale (l. : 1,1 cm) légèrement mise en relief par excision de pâte de part et d’autre.

434Comparaisons : tous sauf le tesson d) sont réminiscents du Tohil Plombé (voir Woodbury et Trik 1953 : 165 ; et Dutton et Hobbs 1943 : fig. 77 g). Mais la variation de couleur, plutôt orange que gris-vert, l’absence de vitrification nette et la pâte évoquent aussi l’Orange Fin, quoique de façon lointaine.

435Liste des poteries et tessons Orange Fin trouvés en Alta Verapaz

  • Seler 1904 : 104-105 fig. 22e, 1 vase piriforme et 1 bol de Santa Cruz-Santa Elena.

  • Butler 1940b : 261, 264, fig. 24 cgi. Pl. IX h, du Chixoy moyen (Kixpek). Chipal 1a-1b-2 (Becquelin 1969 : 86).

  • Shepard 1948 : 128, 2 poteries de Charriá.

  • Butler (Arch. U.M.) : un bol de Chajcar et des tessons moulés, imprimés ou gravés (probablement Orange Fin) de Kanihaab.

  • Smith 1958 : poterie de Seamay.

  • Rands 1964 : Orange Fin Y de Kixpek.

  • Rands et Smith 1965 : 135. Types Cedro Gadrooned, Pabellon Modeled-Carved, Pocboc Gouged Incised (groupes Altar et Silho) à Kixpek ; réf. citée : fig. 19 a, vase à pied du groupe Silho, de Uaxac Canal.

  • Ichon 1979 a : Orange Fin à Los Encuentros.

436 33 : de pâte fine-moyenne très compacte. 9 ex. De Chijoú S1 N11 (8 ex.), de Sulín S1 N3 (1 ex. contexte douteux). Pâte : de fracture nette ; inclusions de quartz et mica abondantes, couleur orange, rose, beige ; les tessons rendent au choc un son aigu. Surface enduite d’un bain, de toucher “granuleux”, beige ou rose ; noircie de fumée (1 ex.). Un ex. est décoré de gros pois peints en blanc (D. : 2 cm). Jarres à bord évasé cannelé horizontalement sur la face supérieure (1 ex.) à col évasé et bord épaissi, et anses attachées à la lèvre (2 ex.). D. : 10, 14 et 23 cm ; Ht-col : 5,5 cm ; l-bord : 2,1 cm. Le fragment décoré est probablement moderne (fabriqué à Salamá ?).

437N° 34 : support moulé anthropomorphe (fig. 212 e). 1 ex. de Tactic 2. Support, plutôt qu’extrémité de manche d’encensoir, car la partie supérieure est fermée, plate et lissée (fond du récipient). Support creux figurant un visage grimaçant, percé d’un orifice derrière une oreille. Dim. : 3,8 X 3,8 cm.

438N° 35 : “vaisselle-sabot” (fig. 184, 212 c). 1 ex. de Salto S1 NI. Pâte de Membrillo Fin. Surface lissée brun pâle à l’extérieur. Partie supérieure du sabot décorée d’un cordon appliqué incisé en chevron (l cordon : 1,6 cm ; Ep. : 1,8 cm) ; parties latérales décorées de 3 cannelures verticales (l. : 0,5 cm ; prof. : 0,3 cm). Comparaisons : voir Dixon 1963 et Becquelin 1969 : 69.

439N° 36 : appendice de préhension. 1 ex. de Chichén S1 N2. Languette rectangulaire (4,5 X 1,7 cm ; Ep. : 0,5 cm) présentant un orifice non terminé à l’extrémité ; appliquée perpendiculairement à une paroi convexe.

E) Tessons trouvés en contexte Chicán

440N° 37 : anse torsadée. 1 ex. de Pansalché S1 N2. Engobée rouge. 3 boudins torsadés. Ep. totale : 1,2 cm.

441N° 38 : lèvre festonnée. 1 ex. de Pansalché, surface. Surface érodée. Echancrures ou festons réalisés par excision ou pression, irréguliers, à la lèvre d’une jarre, de bord évasé à l’horizontale.

F) Tessons trouvés en contexte indéterminé

442N° 39 : à décor négatif. 1 ex. de Chajsel, surface. Pâte fine friable rouge. Surface intérieure et bord extérieur lissés (et engobés ?) rouge-brun, brillants ; surface extérieure engobée blanc mat. Décor : bandes blanches sur fond noir, à l’horizontale sur le bord extérieur ; un trait horizontal incisé (post-engobe) au bord. Bol à bord vertical épaissi en bande sur 2,3 cm de hauteur. D. : 18 cm. Comparaisons : ce tesson combine les attributs de Nitro Blanc Incisé et Hinojo Négatif.

443N° 40 : décoré d’impressions tubulaires. 1 ex. de Chajsel, surface. Pâte très grossière poreuse, brune. Surface très mal finie. Paroi décorée d’un cordon appliqué imprimé de 2 rangées de cercles petits.

444N° 41 : à décor rouge sur engobe gris. 1 ex. de Xutjá 1 surface. Pâte fine compacte gris-brun. Engobe général gris crème, épais, poli. Décor peint en rouge sur le bord intérieur : ovales en rangée horizontale. Bol en calotte, à lèvre en biseau vers l’intérieur. D. : 14 cm ; Ep-parois : 0,7 cm. Comparaisons : Kaminaljuyú, Amatle Purple-on-Cream (types 182-183, Wetherington 1973 : 59) Préclassique moyen. La Victoria, Conchas Fine Red-on-Cream (Coe 1961 : 81, 82, fig. 36 g) Conchas 2.

445N° 42 : motif foliaire gravé. 1 ex. de Sulín (déblais). Engobe général gris mat. Motif mal exécuté, probablement sur l’argile sèche ou cuite, sur l’intérieur. Fond épais (1 cm) d’un récipient de grandes dimensions. Comparaison : pour le motif, Chipoc (Smith 1952 : fig. 20 h).

446N° 43 : à bande rouge sur crème. 1 ex. Zompopero, surface. Pâte moyenne compacte. Décor rouge sur engobe crème à l’extérieur (l-bande : 0,8 cm).

V. Fragments d’encensoirs

447Des fragments (52) ont été regroupés dans la catégorie fonctionnelle des encensoirs en raison de leur pâte et traitement de surface de médiocre qualité, et de leur décor inhabituel. Le décor est le principal attribut décrit. Les formes sont en général difficiles à identifier.

A) Fragments trouvés en contexte Carchá

448 1 : à décor de cordons appliqués. 4 ex. de Pasmolón SI. Cordons de section triangulaire (Z. : 1,1 cm ; Ep. : 0,6 cm) parallèles verticaux. (Ep-parois : 0,7 à 0,9 cm) (Voir fragments n° 4).

B) Fragments trouvés en contexte Cobán (fig 187, 213 d)

449N° 2 : encensoirs à manche plein (fig. 213 d). 8 ex. de Salto S1 N4 (3), S2 N1 N2 N7 (4), et de Las Flautas Ouest S1 (1). Surface des manches lissée, de l’intérieur du récipient érodée. Décor : 1 ex. à extrémité modelée et incisée figurant une main à 4 doigts avec un bracelet orné de ponctuations au poignet (fig. 213 d). 1 ex. orné d’une bande appliquée transversalement (bracelet ? Z. : 1 cm ; Ep. : 0,3 cm). 1 ex. orné d’une protubérance ronde à l’extrémité (Dim. : 1X1 cm). Forme : les manches sont rectilignes, de section circulaire, épaissis à l’attache au récipient (L. conservée : 6,4 à 11 cm ; Ep. : 2 à 4,5 cm). Le récipient est en calotte, le manche étant attaché perpendiculairement à quelques mm sous la lèvre (2 ex.). Comparaisons spécifiques : manches à extrémité en forme de main de Zacualpa (Wauchope 1975 : 225, fig. 168 d) Tohil, et de Altar de Sacrificios, type Bocut Modeled Ladle Censer (Adams 1971 : 56) Pasión.

450N° 3 : ajouré. 1 ex. de Xutjá 1 S1 décharge. Fragment percé d’un “jour” (forme non attestée) dont le bord est décoré de deux cordons appliqués accolés ; l’un est incisé de tirets (Z. : 2 cm ; Ep. : 1 cm). Ep-paroi : 0,8 cm.

451N° 4 : décorés d’éléments appliqués.

  1. Cordons (fig. 187), 4 ex. de Sulín N1 N3 N8 N9 (Cobán 1,3 ex. ; Cobán 2-Samac, 1 ex.). Cordons de section triangulaire, parallèles ou à peine convergents, verticaux ou à peine obliques. Le fragment illustré pourrait appartenir à un couvercle concavo-convexe percé d’un orifice ou centre (D-ouverture : 19,8 cm ; Ep-bord : 1,8 cm ; Ep-paroi : 0,9 cm).

  2. Elément rectangulaire, 1 ex. de Salto S2 N7. Appliqué perpendiculairement à la paroi (Dim. : 3 × 2,5 cm).

  3. Elément circulaire, 1 ex. de Salto S2 N7. De section triangulaire aplatie, appliqué à plat (Ep. : 1 cm).

452N° 5 : fragments de forme indéterminée. 2 de Salto S1 N4. Surface lissée brune, avec traces d’une bande peinte en blanc (forme : 1 fragment réminiscent du fragment Grama, fig. 186 b ; 1 fragment de pied ?).

C) Fragments trouvés en contexte Cobán ou Samac (fig 188, 213e)

453N° 6 : encensoirs à manche plein.

  1. 1 ex. à décor peint de Sulín T2 N2 (fig. 188). Surface du manche mal lissée, rouge ; surface du récipient mal lissée à l’extérieur, rouge, engobée orange et blanc à l’intérieur ; engobe très mince, qui masque les taches dues à la cuisson. Décor sur l’intérieur du récipient : gros pois rouges sur l’engobe blanc ; décor à l’extrémité du manche recourbée vers le haut : protubérances pointues modelées ou appliquées. Récipient en calotte (D. : 23 cm ; Ht estimée : 6,5 cm ; Ep-parois : 0,8 à 1 cm), doté d’un manche rectiligne de section circulaire, progressivement aminci vers l’extrémité, attaché juste sous la lèvre perpendiculairement à l’axe (L. : 17 cm ; Ep. : 2,8 à 4,5 cm). Comparaisons spécifiques : décor de bandes blanches sur même forme, du Motagua moyen (MN Q7 89-10) Magdalena ; décor peint et extrémité du manche en tête d’oiseau, de Kaminaljuyú (Kidder Jennings et Shook 1946 : fig. 201 a) Esperanza.

  2. 1 ex. modelé et incisé, de Salto surface (fig. 188). A l’attache du manche est figurée une main agrippant la lèvre du récipient. Comparaison spécifique : Zacualpa (Wauchope 1975 : fig. 82 b) Balám-Pokom.

  3. 1 ex. non décoré, de Salto surface. Pour b) et c) : forme identique à a). L. conservée des manches : 5 et 12,8 cm ; Ep-manches : 2 à 4,5 cm.

454N° 7 : décorés d’impressions digitales. 3 ex. de Sulín T2 N3 N6 (fig. 213 e). Engobe rouge sauf sur la partie décorée, barbouillée de blanc. Rangées verticales d’impressions digitales se chevauchant, exécutées sur une mince pellicule d’argile plastique ajoutée à la surface ; décor limité par un trait incisé (1 ex.). Un bord de bol de parois rectilignes très divergentes, lèvre en biseau vers l’intérieur. Ep-paroi : 0,8 à 1,4 cm.

455N° 8 : décorés d’éléments appliqués.

  1. 1 ex. à décor peint de Sulín T2 N2. Engobes érodés rouge et blanc à l’extérieur, minces et barbouillés, et peinture orange sur blanc. Traces d’éléments appliqués sur l’extérieur. Bol ouvert à bord évasé et épaissi, lèvre en biseau (Ep-paroi : 1,2 cm).

  2. 1 ex. érodé, de Salto surface. Cordon (l. : 0,8 cm ; Ep. : 0,5 cm) appliqué à l’horizontale sur une paroi dotée d’un rebord arrondi (Ht : 1 cm ; Ep. : 1,2 cm). Ep-paroi : 0,7 à 1 cm.

456N° 9 : à aile verticale (?). 2 ex. de Las Flautas S1 N1 et N3. Fragments de parois très épais (min. : 1,5 cm) qui ont pu appartenir à de grands récipients cylindriques. Trace d’un élément probablement assez proéminent, épais de 2 cm, appliqué verticalement sur toute la hauteur.

D) Fragments trouvés en contexte Samac (ou Cobán-Chicán)

457N° 10 : à décor en relief. 2 ex. de Salto S1 NI. Pâte et surface du type Membrillo Fin. Décor : 1 ex. très érodé, modelé et excisé ; un autre ex. (fig. 189, 213 f) décoré de deux cordons larges appliqués figurant les bras croisés sur la poitrine d’un personnage dont la tête manque : doigts et probablement collier sont figurés par des incisions profondes ; ce fragment appartient à un grand récipient de parois rectilignes divergentes presque verticales de fond convexe (D-fond : 25,4 cm ; Ht conservée : 11 cm ; Ep-parois : 0,7-1 cm).

458N° 11 : décorés d’éléments appliqués.

  1. 1 ex. à cordons incisés de Salto S1 N1 (fig. 189). Traces d’engobe rouge à l’extérieur. 2 cordons appliqués sur la paroi extérieure, dont un incisé de traits obliques. Bol à bord rentrant. D. : 10,2 cm.

  2. 1 ex. à figuration zoomorphe de Las Flautas Ouest SR N1 (fig. 213 g). Animal (grenouille ?) couché sur le ventre, appliqué et modelé sur la paroi ; détails rendus en incision large. Facture médiocre. Dim. : 8,3 x 6 cm ; Ep-paroi : 1,1 cm.

459N° 12 : élément zoomorphe appliqué (fig. 205). 1 ex. de Sulín T2 NI (sol. 1). Pâte moyenne, assez compacte, orange et grise. Surface très mal lissée, légèrement striée par endroits, de couleur rose-brun pâle ; traces de peinture blanche et rouge, mince, barbouillée.

460L’élément est creux, fermé à sa partie supérieure qui est modelée (tête), ouvert par percement de la surface d’application qui forme la base horizontale de la partie inférieure cylindrique (corps). Il était appliqué verticalement. La partie supérieure figure une tête de félin ou canin et la partie inférieure, un corps humain disproportionné par rapport à la tête, en position assise. La face arrière est plane.

461L’ensemble est modelé. Les détails sont figurés par application: élément de coiffure plan (brisé) auquel est attaché un anneau vertical de préhension; épais sourcils en arabesques et paupières inférieures également proéminentes; yeux globuleux; gueule largement ouverte, langue pendante, babines retroussées, crocs; 2 grands ornements d’oreille annulaires superposés (oreilles brisées); bras et cuisses (brisés) dégagés du corps, le coude reposant sur le genou; bracelet; bande horizontale appliquée au bas du cylindre, figurant peut-être la ceinture; sur la face arrière, queue verticale recourbée à son extrémité (brisée), et au-dessus, cordon appliqué formant un carré. D’aspect “grotesque” et de facture grossière.

462L’élément a probablement été appliqué sur un couvercle ; la surface d’application a été percée, ainsi probablement que celle du couvercle, immédiatement après l’application, alors que l’argile était encore plastique. La fumée de l’encens brûlé dans le récipient sortait par l’orifice, puis par la gueule ouverte. Ht : 18,2 cm ; l-tête (sans ornements d’oreille) : 9 cm ; D-corps cylindrique : 6,6 cm ; Ep-parois : 0,6 à 1,6 cm.

463Comparaisons: éléments zoomorphes grotesques appliqués verticalement sur des couvercles d’encensoirs, d’Alta Verapaz (MN F20 71-21; Dieseldorff 1933: fig. 130-131, Pl. 50); du Quiché, période classique (MN n° 4330), de Zaculeú (Kidder, Jennings et Shook 1946: fig. 192 b) Classique ou Postclassique; de Kaminaljuyú (réf. citée: fig. 201 i, 207 g) Esperanza; de provenance inconnue (MN A-C 85, D1 – 12 n° AC-39).

464Couvercle d’encensoir modelé zoomorphe, avec anneau de préhension et cordons appliqués entourant les yeux, de Chimuxan (Alta Verapaz ; Kidder et Samayoa Chichilla 1959 : fig. 86) Postclassique.

465Encensoirs à éléments zoomorphes grotesques appliqués, de Seibal, type Pedregal Modeled, complexe Tepejilote (Sabloff 1975 : 114, fig. 219, 220, 222) ; à noter encore ici les cordons entourant les yeux et les boules appliquées aux commissures des lèvres.

466Ces figurations de Seibal sont comparées à des encensoirs de Palenque représentant le dieu Jaguar n° 7 (Rands et Rands 1959 : fig. 7, 8, 9). D’après Spinden (1957 : 18 fig. 1) et Thompson (1970 : 292), les cordons, entourant les yeux, qui se croisent en 8 au-dessus du nez constituent un élément caractéristique de la représentation du dieu Jaguar, de même que les larges oreilles et les boules appliquées entre les yeux et aux lèvres. Le fragment n° 12 comporte les cordons autour des yeux – l’anneau de préhension pouvant tenir lieu du motif en 8 –, certainement les larges oreilles, et les boules (crocs) aux lèvres.

467N° 13 : à rebord et décor appliqué. 1 ex. de Sulín T2 N1 (sol 1). Traces d’engobe blanc. Fragment de paroi de profil composite, à liaison en rebord angulaire, lui-même décoré, ainsi que la paroi, d’éléments appliqués dont il ne reste que la trace. Rebord : Ht : 1 cm ; Ep. : 2 cm.

468N° 14 : à décor incisé à l’intérieur (fig. 189). 1 ex. de Tactic 2, surface. Motifs curvilinéaires et rectilinéaires incisés dans l’argile plastique (l. du sillon : 1 à 2 mm ; de section rectangulaire ; prof. : 1,5 mm) sur le fond et le bas des parois à l’intérieur d’un récipient ouvert de fond plat, de parois rectilignes et de lèvre aplatie. D-estimé : 17 cm ; Ht estimée : 6,5 cm ; Ep-parois : 1 cm. Il peut s’agir d’un encensoir à manche.

E) Fragments trouvés en contexte Chicán (fig. 191).

469N° 15 : encensoirs à manche.

  1. 3 ex. de Chicán T6 et T7-sud N1, et Pansalché surface. Fragments de manches cylindriques dont 2 sont creux et 1 plein. D. : 4 à 4,2 cm.

  2. 1 ex. à décor moulé sur l’extérieur du récipient, de Pansalché S2 (fig. 191). Traces d’engobe blanc à l’extérieur. Motifs géométriques disposés en bandes horizontales parallèles. Ep-parois : 0,7-0,8 cm. Comparaisons : le décor est tout à fait caractéristique des encensoirs à manche postclassiques récents des Hautes Terres ; voir Kidder 1954 : fig. 3h ; Rands et Smith 1965 : fig. 21g ; Becquelin 1969 : 71, 176 ; et Wauchope 1970 : 152, 158.

F) Fragments trouvés en contextes Samac et Chicán (fig. 190, 212 b)

470N° 16 : décorés de cordons appliqués à impressions digitales (fig. 190, 212 b). 6 ex. de Chicán S13 (2), de Salto S1 N1, Salto S2 N2, Sulín T2 N1 et Canxul S1 N1. Cordon (section elliptique) ou bande (l. : 1 à 2,7 cm ; E. : 0,2 à 0,6 cm) appliqués à l’horizontale sur la paroi ou au bord, décorés d’impressions juxtaposées grossièrement imprimées. 2 bords évasés de récipients ouverts, de parois concaves, de lèvre aplatie ou arrondie. D. : 24-26 cm (1 ex.). Ep-parois : 0,6 à 1,1 cm. Comparaisons : Motagua moyen (Smith et Kidder 1943 : fig. 22 b) ; Los Naranjos (Honduras ; Baudez et Becquelin 1973 : fig. 128).

G) Fragment trouvé en contexte indéterminé

471N° 17 (encensoir à manche) à décor imprimé (fig. 191. 1 ex.), de Chajsel surface (contextes Cobán, Samac, Chicán). Surface extérieure à peine régularisée, rouge ; surface intérieure lissée, peut-être engobée, brun-noir. Motifs curvilinéaires simples imprimés, sur le fond et le bas de parois à l’extérieur. Récipient de parois rectilignes très divergentes, au bord et lèvre amincis. Comparaisons : encensoirs à manche postclassiques récents de même décor imprimé de Nebaj (Becquelin 1969 : fig. 57 – 10 a), de Mixco Viejo (Navarrete 1961 : fig. 9 d), de Chuitinamit (Quiché, MN E-12 88-1), de Gotzal (coll. MN) et de Chicuxab (MN 51-1 A26).

VI. Catégories des tessons résiduels et érodés

A) Tessons résiduels (fig. 192, 207 i)

472La catégorie comprend 6 058 tessons, principalement des panses de jarres, mais aussi des parois de bols, ainsi que des fragments attestant plusieurs formes de jarres (provenant en grande partie des collections de Chamaoj et Chicán) ; aucun ne présente plusieurs attributs diagnostiques combinés. Les pâtes sont de texture grossière ou moyenne, friable, de couleur beige, orange ou brun ou noir, et contiennent du quartz, de la pierre ponce et du mica (rarement du feldspath). Les surfaces sont médiocrement finies ou lissées, sauf parfois l’intérieur de bols qui est mieux lissé ; la couleur varie de beige à brun, brun-rouge, et à noir ; elle n’est pas uniforme mais tachée de gris ou de noir. Les formes de la collection de Chicán sont mal façonnées (jarres E). Environ 50 fragments de jarres (de Chamaoj) sont décorés d’une pastille ovale appliquée, à 2 ou 3 impressions digitales (fig 207 i) ; d’après un grand fragment, 4 ou 5 de ces pastilles auraient été espacées à l’horizontale tout autour de l’ouverture (fig. 192 f). Et 5 fragments de jarres sont décorés d’une pastille incisée de traits horizontaux (Chamaoj).

Formes

  1. Fragments trouvés en contexte Carchá (tous de Valparaíso S1)

    1. Petites jarres A3 de col court et bord évasé : 2 ex. dotés de 2 ou 4 anses petites attachées à la lèvre. D-ouverture : 11-12 cm.

    2. Bol M ouvert de parois rectilignes : 1 ex.

    3. Bols à bord vertical épaissi à l’intérieur : 2 ex. D-ouverture : 30 cm ; Ep-bord : 1 cm.

    4. Pied de parois rectilignes divergentes, supportant un fond plat : 1 ex. D. max. : 4,5 cm ; Ht : 1,3 cm.

  1. Fragments trouvés en contexte Cobán

    1. Jarres A2 de col court ou moyen et bord évasé : 144 ex. (dont 140 ex. de Chamaoj, collection de surface) (fig. 192 a-c). Col de parois concaves convergentes, la partie supérieure pouvant être presque verticale. Bord épaissi angulaire à l’intérieur. Lèvre arrondie ou amincie. 2 anses attachées à moins de 3 cm sous la lèvre et à l’épaulement (D. : 3,7 à 6 cm ; corde : 6,2 à 11 cm ; l. : 1,9 à 3,1 cm ; Ep. : 1 à 1,3 cm, pour 29 ex.). D-ouverture : 12 à 18 cm ; Ht-col : 3 à 6 cm ; Ep-parois : 0,5 à 0,7 cm ; Ep-bords : 0,7 à 1,1 cm.

    2. Jarres B3 à bord épaissi à l’extérieur à col court ou sans col : 26 ex. (dont 23 de Chamaoj) (fig. 192 de). Se différencient des jarres A2 par le bord épaissi en bourrelet arrondi (17 ex.), ou bien de section triangulaire. Mêmes anses et dimensions (sauf col).

    3. Jarres C et D à col moyen vertical : 7 ex. (dont 3 de Chamaoj). Bord évasé épaissi à l’intérieur (C) ou non infléchi épaissi à l’intérieur (D). Anses attachées à la lèvre et à l’épaulement. D-ouverture : 7 à 20 cm ; Ht-col : 3 à 5,5 cm.

    4. Petites jarres A3 : 3 ex. (de Chamaoj).

    5. Jarre B2 sans col à bord épaissi à l’intérieur : 1 ex. (de Chamaoj ; fig. 192 f). D-ouverture : 12 cm.

    6. Grand Bol V : 1 ex. (Chamaoj). D-ouverture : 20 cm ; Ep-parois : 1,2 cm.

    7. Ecuelles : 2 ex. (Chamaoj ; fig. 192 g). Fond plat, parois divergentes convexes, lèvre aplatie. Façonnage médiocre, traces d’un engobe blanc sale. D-ouverture : 16 cm ; Ep-parois : 0,7 cm.

    8. Comals : 4 ex. Liaison fond-bord angulaire ou arrondie. Anse horizontale attachée à la lèvre (S. circulaire) 1 ex. D-ouverture : 36, 40 cm (2 ex.) ; Ht : 2 cm, 2,3 cm (2 ex. de Salto)

    9. Bols M ouverts de parois rectilignes : 9 ex. Bord non infléchi ou évasé (1 ex.), direct ou épaissi. D-ouverture : 8 à 13 cm ; Ep-parois : 0,7 à 0,8 cm.

    10. Bol K de parois convergentes : 1 ex. Bord épaissi. D-ouverture : 13 cm ; Ep-parois et bord : 0,7 à 0,9 cm.

    11. Fragments de bords non identifiés : 20 ex. (19 de Chamaoj).

    12. Fragments d’anses : 30 ex. (en majorité de Chamaoj).

  1. Fragments trouvés en contexte Cobán-Chicán ou Samac (Patal, Chiacal et Sulín)

    1. Jarres B2 sans col à bord épaissi à l’intérieur : 2 ex.

    2. Petite jarre A3 : 1 ex.

    3. Comal : 1 ex. (Ht non attestée).

    4. Bol M ouvert de parois rectilignes : 1 ex.

    5. Bol à ressaut basal en retrait : 1 ex.

    6. Supports : 3 ex. Cylindrique plein (Ht : 1,8 cm). Rectangulaire plein. Tronconique creux (Ht : 4 cm).

    7. Fragments de bords non identifiés : 41 ex. (de Sulín T2, T3).

  1. Fragments trouvés en contexte Chicán

    1. Jarres E1 à col vertical moyen ou haut : 22 ex. (dont 20 de Chicán). Col de parois rectilignes ou concaves. Bord non infléchi ou évasé, direct ou parfois épaissi en bourrelet à l’extérieur sur 2 à 3 cm de hauteur. D-ouverture : 18 à 30 cm ; Ht-col : 3,5 cm et plus.

    2. Jarres E2 et E3 à col évasé ou de parois convergentes : 2 ex. (Chicán ; fig. 192 h). Bord évasé, épaissi en bourrelet à l’extérieur (1 ex.). D-ouverture : 26 et 30,2 cm.

    3. Comal : 1 ex. (Chicán). Bord épaissi presque vertical.

    4. Ecuelle : 1 ex.

    5. Gobelet : 1 ex., fragment de fond plat (D. : 6 cm), très mal façonné.

    6. Bols M ouverts de parois rectilignes : 12 ex. (de Chicán). Bord épaissi à l’extérieur. D-ouverture : 20 à 32 cm.

    7. Anse : 1 ex. fragmentaire.

    8. Tenons : 3 ex. (Chicán) fragmentaires.

    9. Fragments non identifiés : 2 ex. (Chicán).

Remarque

473Une analyse des pourcentages de la catégorie résiduelle sur les totaux des collections suggère qu’il existe trois classes de collections :

  1. Moins de 10 % de résiduels : collections de Patal, Salto, Canxul, Pasmolón, Valparaíso-S2. Ces collections comprennent une forte proportion de tessons érodés (40 à 60 %), ou dans le cas de Valparaíso, une forte proportion de Caoba Rouge Noirci qui inclut les panses de jarres. Les érodés et Caoba restreignent la proportion de résiduels.

  2. De 10 à 20 % de résiduels : collections de Las Flautas Ouest, Xutjá 1, Chijoú, Chichén, Pansalché, Chicán, et Valparaíso-Sl. Ces collections, sauf Pansalché et Chicán, comprennent une forte proportion de types à jarres engobées en zone (de 10 à 47 %), dont beaucoup de fragments sont classés en résiduels.

  3. De 30 à 50 % de résiduels : collections de Chamaoj et Sulín. Dans ces cas c’est peut-être l’abondance des jarres engobées en zone et l’importance des collections qui grossissent la catégorie des résiduels.

474Il n’en reste pas moins probable, à en juger d’après ces deux dernières collections et celles de Chicán et de Pansalché, qu’il y a bien un type simple à définir d’après les critères suivants : pâte moyenne à grossière friable, surface médiocrement finie, décoration de pastilles appliquées (mode exclusif du complexe Cobán), jarres de formes A2 et B3 (Cobán) et E (Chicán). Dans la mesure où il est impossible d’exclure de ce type les panses appartenant à des jarres engobées en zone et où le type ainsi défini varie probablement fort peu dans le temps, il n’a pas été jugé prudent ni utile de l’établir.

B) Tessons érodés (fig. 193, 208i)

475La catégorie comprend 5 399 tessons dont la surface est totalement érodée, ou dont l’engobe discerné est trop érodé pour constituer un critère de classification (généralement parce que la couleur ou les couleurs ne sont pas identifiables). Quelques-uns des tessons présentent 1 ou 2 modes qu’il est nécessaire de mentionner, ne serait-ce que parce qu’ils ont été pris en compte dans l’analyse modale.

Décoration

  1. Tessons trouvés en contexte Carchá

    1. Incision : treillis sur le bord extérieur d’un bol (1 ex.). 2 ou 3 traits horizontaux exécutés en incision large sur le bord intérieur d’un bol ou plat de parois très divergentes (2 ex.). Traits horizontaux sur le bord intérieur (1 ex.) extérieur (1 ex.) de jarres.

    2. Cannelure : 1 cannelure horizontale sur le bord extérieur (1 ex.).

    3. Pastille appliquée incisée d’un trait horizontal (1 ex.) sur jarre.

  1. Tessons trouvés en contexte Cobán

    1. Incision : motifs curvilinéaires ou rectilinéaires simples sur bols ouverts de parois rectilignes ou concaves (15 ex.). Treillis (1 ex.).

    2. Pastillage : 13 ex. Pastilles groupées par 2 ou 3, ou en rangée horizontale (fig. 193a).

    3. Pastillage, incision et excision (1 ex.) (fig. 193b, 208i) : traits horizontaux exécutés en incision large, rangée horizontale de pastilles et un motif de treillis et de courbes exécuté en incision et excision (champlevé) ; bol ouvert de parois proches de la verticale.

    4. Cannelures : 1 ou 2 cannelures digitales horizontales ou verticales, ou combinées, sur bols, ouverts de parois convexes ou rectilignes (8 ex.). Cannelure digitale en spirale sur fond intérieur de comal ou écuelle (2 ex.).

    5. Pastilles appliquées sur col ou panse de jarres, à impressions digitales ou traits incisés (24 ex.).

    6. Cordons incisés appliqués sur jarres (4 ex.).

    7. Décor anthropomorphe (?) simple sur col de jarre (1 ex.). 3 pastilles appliquées, dont 2 ponctuées et 1 incisée (D. : 2 cm).

    8. Impressions tubulaires sur bol ouvert de parois rectilignes, en semis (2 ex.).

  1. Tessons trouvés en contexte Cobán ou Samac

    1. Ponctuations en zone (3 ex.) : semis délimité par un trait incisé.

    2. Incision : traits rectilignes ou courbes exécutés en incision fine (14 ex.).

    3. Pastillage : en rangée horizontale (3 ex.).

Formes

  1. Fragment trouvé en contexte préclassique ancien-moyen (Sulín, S6) Tecomate (jarre B1) : 1 ex.

  2. Fragments trouvés en contexte Carchá

    1. Tecomate (jarre Bl) : 1 ex.

    2. Jarres A1 sans col à bord évasé épaissi à l’intérieur : 9 ex. (D. : 12 à 16 cm).

    3. Jarres A2 à col court ou moyen de parois convergentes et à bord évasé épaissi : 2 ex.

    4. Jarres A1 ou A2 : 4 ex.

    5. Jarres C et D à col vertical et bord évasé épaissi : 2 ex.

    6. Comal de plus de 3 cm de hauteur : 1 ex.

    7. Support plein : 1 ex. fragmentaire.

    8. Bases annulaires : 3 ex.

  1. Fragments trouvés en contexte Cobán

    1. Jarres A1 ou A2 : 20 ex. (de Canxul S2, Cobán 1).

    2. Jarres A2 : 6 ex. (5 de Canxul S2, Cobán 1, dont 1 avec anses attachées à la lèvre).

    3. Jarres B2 et B3 à col court de parois convergentes, ou sans col, et bord épaissi : 2 ex.

    4. Jarres C : 7 ex. (fig. 193d).

    5. Jarre E : 1 ex.

    6. Bols M ouverts de parois rectilignes : 12 ex. (décor : incision, pastillage, ponctuation).

    7. Bols L en calotte : 30 ex. (dont 18 de Chamaoj, pour la plupart dotés d’une moulure latérale).

    8. Bols N cylindriques : 5 ex. (décor : incision, pastillage, cannelures).

    9. Bols K à bord rentrant : 2 ex.

    10. Grands bols V : 4 ex.

    11. Comals : de plus de 3 cm de hauteur, 25 ex. (dont 24 de Canxul, Cobán 1, fig. 193g). De moins de 3 cm de hauteur, 2 ex. (de Salto, S2).

    12. Anses de comal (?) : 11 ex. (dont 10 de Canxul S2, contexte Cobán 1, fig. 193ef). Attachées à la lèvre à l’horizontale.

    13. Supports pleins : 4 ex. (de Canxul S2).

    14. Support creux rond : 1 ex.

    15. Bases annulaires : 7 ex.

  1. Fragments trouvés en contexte Cobán-Chicán ou Samac

    1. Jarres A2 : 7 ex., de Patal, à large bord évasé.

    2. Jarres Al : 2 ex., dont 1 doté d’une anse attachée à la lèvre.

    3. Jarres B2 et B3 : 5 ex.

    4. Jarres E : 2 ex.

    5. Bols M ouverts : 2 ex

    6. Bols L ouverts : 2 ex.

    7. Grands bols V : 5 ex. (tous de Patal).

    8. Cornais de plus de 3 cm de hauteur : 2 ex. (Patal).

  1. Fragments trouvés en contexte Chicán (Chicán T7 (24) N4)

    1. Fragments d’une jarre A1 (fig. 193c), qui semble décorée de nervures fines en relief sur la panse ; anse attachée à la lèvre ; cette forme et la pâte orangée compacte sont caractéristiques du complexe Carchá. Aucun tesson Chicán n’est associé ; la stratigraphie suggère qu’elle a été déposée antérieurement aux occupations Chicán de la str. 4-ouest.

  1. Fragments trouvés en contexte douteux

    1. Teçomates (jarres B1) : 2 ex.

    2. Jarres B3 : 2 ex.

    3. Jarres C : 2 ex.

    4. Bol M ouvert : 1 ex.

    5. Base annulaire : 1 ex.

    6. Cornais de plus de 3 cm de hauteur : 4 ex.

    7. Anses de comal (?) : 2 ex.

VII. Objets de céramique (autres que figurines)

476Cette catégorie comprend des “objets” autres que des récipients (encensoirs, bols, jarres, etc.) et que des figurines. On leur a assimilé des fragments dont l’appartenance est douteuse (“objets”, ou figurines, ou récipients). Les seuls attributs distinctifs seront décrits (généralement technique de fabrication, forme, décor).

A) Fragments modèles

477N° 1 : figuration d’un oeil en modelage et incision (fig. 214f). 1 ex. de Valparaíso S2 N1. Fragmentaire (4,2 x 2,2 cm). Contexte Cobán 2.

478N° 2 : visage humain, fragmentaire. 1 ex. de Valparaíso S2 décharge. Traces d’engobe rouge. Oeil et nez grossièrement façonnés. Dim-fragment : 6 × 4 cm ; Ep. : 0,4-0,9 cm. Cobán 2.

479N° 3 : figuration d’un oeil en modelage et incision (fig. 194, 214c). 1 ex. de Salto S1 NI. Dim-fragment : 8,8 × 5,5 cm. Samac.

480N° 4 : figuration de plumes (?) (fig. 194, 214b). 1 ex. de Chajsel, surface. Modelage et excision. Probable élément de coiffure. Dim-fragment : 5,4 × 5,3 cm. Cobán-Samac-Chicán.

481N° 5 : visage humain, fragmentaire. 1 ex. de Union Barrios S2 N1. Engobe rouge et blanc. Nez modelé et appliqué. Dim-fragment 4,4 x 4,4 cm ; Ep-paroi : 1 cm. Cobán 1.

482N° 6 : visage humain modelé, avec éléments appliqués et incisés (fig. 215f). 1 ex. de Las Flautas Ouest S2 N1. Modelage sur une paroi (ou plaque). Applications : yeux, ornements d’oreilles et chevelure. Incisions : cheveux, barbe, bouche. Ponctuation : yeux. Dim-visage : 6,3 x 5,5 cm ; Ep. : 2 cm. Cobán-Samac.

B) Fragment moulé

483N° 7 : figuration d’un oeil (?) (fig. 213c). 1 ex. de Chajsel, surface Cobán-Samac-Chicán. Une arabesque (sourcil ?) et une volute, bordées d’un treillis. La surface non moulée est plane. Dim-fragment : 4 x 3,7 cm ; Ep. : 1,5 cm.

C) Parure

484N° 8 : pendentif (fig. 215a). 1 ex. fragmentaire de Valparaíso S2, décharge, Cobán 2. Traces d’engobe rouge sombre et blanc. Visage humain de “faciès maya”, au nez proéminent entre les yeux et légèrement busqué ; yeux presque fermés ; lèvres charnues entrouvertes ; sur la tempe, bande verticale incisée figurant les cheveux. Modelage et incision. Orifice bipolaire percé au milieu du front. Dim. : 5,7 × 4,9 cm ; Ep. : 0,9 – 1,2 cm.

485N° 9 : pendentif (fig. 194, 215c). 1 ex. fragmentaire de Chichén S2 N3, Cobán 2. Visage humain aux yeux en amande entrouverts, nez brisé, bouche très érodée, sourire esquissé. Probablement modelé. Dim. : 4 x 3,8 cm ; Ep. : 0,5 – 1,5 cm.

486N° 10 : perles (fig. 214g)

  1. 1 en plaque rectangulaire, de Sulín T2 N1 cache 3, Samac ; percée d’un orifice à une des extrémités. L. : 1,2 cm ; Z. : 0,7 cm ; Ep. : 0,2 cm.

  2. 1 subsphérique à pôles aplatis, de Sulín T2 N1 cache 3 ; L. : 0,5 cm ; D. : 1 cm.

  3. 1 en disque, de Sulín T2 N1 cache 3 ; perforé d’un orifice unipolaire au centre et incisé d’un trait circulaire sur une des 2 faces. D. : 2 cm ; Ep. : 0,2 cm.

  4. 1 en disque, de Canxul S2 N10, contexte Cobán 1 ; percé d’un orifice non centré. D. : 2,7 cm ; Ep. : 0,5 cm.

D) Autres objets et fragments

487N° 11 : brûle-parfum (fig. 194, 214a). 1 ex. de Valparaíso S2, décharge Cobán 2. Objet de forme ovoïde, se composant d’une partie inférieure, ou récipient, supportée par un pied plein (brisé), et d’une partie supérieure pointue, ou couvercle. Ressaut angulaire à mi-hauteur des parois du récipient ; extrémité pointue renflée du couvercle. Lèvres des 2 parties aplaties coïncidant parfaitement. Le couvercle est entaillé verticalement de 2 fentes symétriques (L. : 2,8 cm), qui coïncident parfaitement avec 2 petites fentes verticales entaillant la lèvre du récipient (L. : 0,3 mm). Ht conservée : 7,3 cm ; D. max. : 3,9 cm ; Ep-parois : 0,3 – 0,4 cm. L’objet a dû être façonné sur une matrice (pierre ovoïde) ; les lèvres et les fentes ont alors été coupées dans l’argile plastique.

488N° 12 : pilon (fig. 2147z). 1 ex. de Valparaíso S2, décharge, Cobán 2. Engobe orange. Objet long, plein, de section ovale, décoré de 3 ponctuations disposées en triangle figurant un visage à l’une des 2 extrémités sur une des faces longitudinales planes. La face transversale de l’extrémité opposée est usée (base du pilon). L. : 8 cm ; l. : 3 cm ; Ep. : 2,1 cm. Utilisation : pilon pour cosmétiques ou pigments (ou jouet).

489N° 13 : blocs cylindriques. 2 ex. de Valparaíso S2, décharge, Cobán 2. Pâte et surface identiques à celles de Nama Modelé. Cylindres pleins grossièrement façonnés dont une des 2 extrémités va en s’élargissant ; une seule extrémité attestée : plate, de liaison aux parois arrondie. L. conservée : 14 et 11,2 cm ; D. : 10 à 12,7 cm. Utilisation : probablement supports de récipients comme les “pots” Nama Modelé, dont le fond est parfois très épais.

  • 9 Cependant les projectiles de sarbacane sont faits en principe d’argile crue.

490N° 14 : boulettes. 118 ex. de Salto S1 N1 cache 1, Samac. Bien façonnées et lissées. De couleur brune, tachée de rouge pâle (traces de cuisson). D. : 1,1 à 1,6 cm. Utilisation : boulettes à placer dans les supports de bols formant grelot, ou bien projectiles de sarbacane. La première hypothèse est à écarter car les boulettes sont trop grandes. La deuxième est plausible car les boulettes sont associées dans la cache 1 à des outils (voir annexe II). Le diamètre des ouvertures d’une sarbacane utilisée actuellement à Chajul (Cuchumatanes) est de 1,2 – 1,3 cm (vue en 1976)9.

491N° 15 : éléments appliqués (ornements d’oreille) (fig. 213a). 4 ex. de Sulín T2 N2 N3 N4 N6, contexte Samac-Cobán. Traces d’engobe rouge. Anneaux appliqués sur des parois, avec élément central (brisé, 2 ex.). D. : 2,8 à 4,7 cm ; Ep. : 1,2 à 2,4 cm.

492N° 16 : disque. 1 ex. de Salto S2 N2, Cobán-Samac. Une face est rugueuse comme un fond extérieur de comal ; l’autre face est lissée. D. : 10 cm ; Ep. : 0,4 cm. Utilisation : couvercle de jarre (Adams 1971 : 78).

493N° 17 : candelero (fig. 194). 1 ex. de Sulín T2 N4, Cobán – Samac. Surface érodée. Petit récipient de parois convexes convergentes et fond convexe, mal façonné. Ht : 3 cm ; D. : 3,4 cm ; Ep. : 0,5 – 0,6 cm. Comparaison : Los Naranjos (Baudez et Becquelin 1973 : 343).

494N° 18 : à décor appliqué et incisé (fig. 194, 214e). 1 ex. de Chajsel, surface, contexte Cobán-Samac-Chicán. Fragment de paroi légèrement convexe décorée d’un cordon appliqué et de traits incisés parallèles. Ep. : 1,3 cm.

Rectificatif

495Les comparaisons dont la liste suit sont tirées de quatre publications postérieures à la rédaction de l’annexe IV du présent volume. Il s’agit de :

  • The Prehistory of Chalchuapa, El Salvador. Volume 3 : “Pottery and Conclusions”, par R.J. Sharer. University of Pennsylvania Press, Philadelphie, trois volumes (1978). Abréviation : S. 1978.

  • “The ceramics of Kaminaljuyu, Guatemala”, par R.K. Wetherington ; Monograph Series on Kaminaljuyu. The Pennsylvania State University Press, University Park (1978). Abréviation : W. 1978.

  • Archéologie de sauvetage dans la vallée du Río Chixoy 4-Los Encuentros, par A. Ichon et M.P. Hatch. Editorial Piedra Santa, Guatemala (1982). Abréviation : I.H. 1982.

  • “Archaeological investigations in the Salama Valley, Baja Verapaz, Guatemala”, par D.W. Sedat et R.J. Sharer, University Museum Monographs, Philadelphie, The University Museum (sous presse). Abréviations : S.S. sp. Salamá : vallée de Salamá.

496Dans l’annexe IV les références aux typologies céramiques de Chalchuapa et de Kaminaljuyú renvoient aux manuscrits originaux des publications ci-dessus mentionnées (Sharer 1968 ; Wetherington 1973).

497TYPE BACCHE SIMPLE (complexe non défini, Préclassique ancien-moyen). Groupe Beleju (Buff) de Salamá, Préclassique ancien et moyen (S.S. sp). Tecomates du ware Beige non poli de Los Encuentros, Préclassique ancien (I.H. 1982 : 106-109).

498TYPE ANONA ROUGE SPÉCULAIRE (complexe non défini, Préclassique ancien-moyen). Type Sachaj Red : variété Sachaj (engobe complet), variété Xeul (intérieur non engobé) et variété Pacux (extérieur non engobé), et type Xum Grooved : variétés Xum et Papur (incision pré-engobe), du groupe Sachaj de Salamá, Préclassique ancien (S.S. sp.).

499TYPE UTATLAN DICHROME INCISÉ (complexe non défini, Préclassique ancien-moyen). L’unique tesson trouvé en S1 de Sulín n’est pas tout à fait caractéristique de l’Utatlan (absence de peinture noire graphite à l’extérieur ; simple peinture rouge 10R 3/4 sur bain gris complet). On le relierait plutôt au type Payaque Zoned-Red : variété Payaque du groupe Sachaj de Salamá, dont un exemplaire est incisé avant engobage (S.S. sp.), bien que les formes soient différentes, ainsi qu’au groupe Turbala (Smudged) de Salamá. Les deux groupes sont datés du Préclassique ancien et moyen. Ce tesson préfigure cependant l’Utatlan Dichrome Incisé.

500TYPE POTENTIEL GRIS-NOIR (complexe non défini, Préclassique ancien-moyen). Type Turbala Smudged : variété Turbala, groupe Turbala de Salamá, Préclassique ancien et moyen (S.S. sp.). TYPE BLEDO NOIR INCISÉ (complexe Carchá, Préclassique final, Protoclassique). Ce type peut appartenir au groupe Pinos (brun-noir) du Préclassique récent et final, défini à Chalchuapa (S. 1978 : 36-38) et présent à Salamá (S.S. sp.) ; de ce groupe, le type Jorgia Coarse-Incised de Chalchuapa et Salamá est comparable à Bledo bien que le décor de ce dernier ait été incisé avant l’engobage. La même comparaison s’applique au ware Brun-Noir à incisions moyennes ou profondes de Los Encuentros (I.H. 1982 : 125-127), et au Verbena Black-Brown Coarse-Incised de Kaminaljuyú (W. 1978 : 62), tous deux datés du Préclassique récent et final.

501TYPE BORAYO ORANGE (complexe Carchá, Préclassique final, protoclassique). Nous avons proposé de former deux variétés au sein de Borayo Orange : variété a) des jarres et variété b) des bols et plats ; cette distinction semble confirmée par l’évolution de fréquence en S1 de Valparaíso. Cependant une révision récente de l’échantillon Borayo au Musée de Guatemala en 1983 indique qu’il vaudrait mieux distinguer, à l’intérieur du “groupe” Borayo, plusieurs types selon les critères de traitement de surface et de décoration, voire de pâte (cette remarque vaudrait d’ailleurs aussi pour Anona Rouge Spéculaire et pour Mostaza Rouge sur Naturel). Ce sont à ces types potentiels que l’on applique quelques comparaisons complémentaires.

  1. Type Borayo Orange simple, à engobe mince fréquemment érodé, jarres et bols : type Chopen Orange, variété Salama, du groupe Chopen de Salamá, Préclassique récent ; ce groupe est relié au groupe Olocuitla de Chalchuapa (S.S. sp. ; S. 1978 : 35-36).

  2. Type Borayo Orange simple, à engobe lustré, jarres et bols, probablement de pâte très compacte : type Chopen Orange, variété Chopen, de Salamá, Préclassique moyen-récent (S.S. sp.) ; ware Orange Lustré de Los Encuentros, Préclassique (I.H. 1982 : 113-116) ; types Villanueva Polished Orange et Portales Zinc Orange du ware Canales Orange de Kaminaljuyú, Préclassique moyen-récent (W. 1978 : 75-76).

  3. Type Borayo Orange Incisé, avant engobage, jarres et bols : type Mojon Grooved-Incised, variétés Mojon et Rumpan, du groupe Chopen de Salamá, Préclassique moyen-récent et récent (S.S. sp.) ; décorations 2 et 3 du ware Orange Lustré de Los Encuentros (I.H. 1982 : 116). D’autre part le mode du rebord facetté (2 ex., fig. 130e) est daté à Chalchuapa du Préclassique récent (S. 1978 : 98, modes B28, B30) ; il figure dans la variété Salama du type Chopen Orange de Salamá (S.S. sp.).

502TYPE BERRO ROUGE SOMBRE SUR NATUREL (complexe Carchá, Préclassique final, Protoclassique)

503Groupe Cachil (Red-on-Buff) de Salamá, Préclassique moyen, récent et final (S.S. sp.). Ware Corinthian Daub de Los Encuentros, Préclassique (I.H. 1982 : 99, fig. 67, 68, 80). Type Arenal Matte : variété Purple Painted, du ware Belarde Buff Paste de Kaminaljuyú, Préclassique moyen et phases postérieures (W. 1978 : 74).

504TYPE MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL (complexe Cobán, Classique)

505Formes E et F du ware Corinthian Daub de Los Encuentros, qui persiste au Classique (I.H. 1982 : 105, fig. 69b-g, i).

506TYPE CHATILLAS LISSÉ (complexe Cobán, Classique)

507Ware Chixoy Fruste de Los Encuentros, ainsi que le ware Apricot Paste, Classique récent (I.H. 1982 : 138-139, fig. 73ef, 77jq, 85).

508TYPE CHICHICASTE BRUN-NOIR (complexe Cobán, Classique)

509Wares Brun-Noir à incisions moyennes ou profondes, Préclassique et Classique, Ruano, Brun-Rouge Foncé et Río Negro Brun-Noir, Classique, de Los Encuentros (I.H. 1982 : 125-127, 142, 144).

510TYPE CHIPILIN ROUGE (complexe Cobán aspect 1, Classique ancien)

511Type Arenal Red : variété polie, du ware Villalobos Red, phase Aurora (début du Classique ancien) de Kaminaljuyú. Wetherington (1978 : 80) signale l’existence d’une variété à l’engobe très poli et légèrement micacé, dite “specular hématite red ware” (type 271), qui apparaît en phase Arevalo au Préclassique ancien puis disparaît. On retrouve là une situation identique à la succession dans le site de Sulín de Anona Rouge Spéculaire (Préclassique ancien-moyen) et de Chipilin Rouge (Classique ancien), deux types qu’il a été difficile de distinguer en cours de classification.

512On peut enfin signaler la présence à Los Encuentros en phase “épiclassique” de poteries Tohil Plombé (I.H. 1982 : 167, fig. 96), de bols rouges polis à supports zoomorphes semblables à la poterie Rouge Moulé B-256-16 (fig. 174 ; I.H. 1982 : 167, fig. 94bc), et de vases piriformes rouges polis comparables par la forme au vase Trichrome Incisé B-318-18 (fig. 176 ; I.H. 1982 : 167, fig. 94ad). Ces deux dernières comparaisons confirment le caractère épiclassique, ou classique final, de la dernière occupation de la structure 3 à Sulín.

Récipients céramiques fig. 124 à 215

513Les dessins ont été faits grandeur nature par Yves Baudoin, sauf un petit nombre fait par Fauteur (fig. 127b-d ; 128b, e, f ; 129c, d, k, l ; 134j, k ; 135e-h ; 140f, h ; 144e, f ; 147f ; 148d-g ; 1496 ; 154d, g, h, k ; 155d ; 157e ; 163e-h ; 182 n° 11 ; 184 n° 32). L’échelle de reproduction est indiquée sur chaque figure.

514Les tessons décorés le sont généralement sur la surface extérieure. Si le décor est situé à l’intérieur, ceci est précisé en légende.

515Les clichés ont été effectués par Jean-Pierre Courau, et les tirages par Victor Lagarde. En l’absence d’une échelle, une des dimensions du récipient photographié est indiquée en légende (diamètre ou hauteur).

516Pour la provenance des poteries cataloguées, le lecteur est prié de se reporter au tableau 26 (annexe IV).

Fig. 123 – Méthode d’indication des couleurs dans les illustrations

Fig. 123 – Méthode d’indication des couleurs dans les illustrations

Fig. 124a – Catégories de formes, profils caractéristiques : JARRES

Fig. 124a – Catégories de formes, profils caractéristiques : JARRES

Fig. 124b – Catégories de formes, profils caractéristiques : BOLS (PLATS) formes anciennes

Fig. 124b – Catégories de formes, profils caractéristiques : BOLS (PLATS) formes anciennes

L) Bol en calotte
K) Bol de parois convergentes
G) Bol (plat) à bord épaissi
M) Bol ouvert de parois rectilignes
F) Bol (plat) de
profil composite

Fig. 124c – Catégories de formes, profils caractéristiques : BOLS (PLATS) ET VASES, formes tardives (classiques)

Fig. 124c – Catégories de formes, profils caractéristiques : BOLS (PLATS) ET VASES, formes tardives (classiques)

R) Bol à angle (profil composite)
P) Bol hémisphérique
O) Bol (vase) pseudo-cylindrique
S) Bol ouvert concave
Q) Bol de parois parallèles convexes
N) Bol (vase) cylindrique

Fig. 124d Catégories de tonnes, profils caracteristiques : AUTRES FORMES

Fig. 124d Catégories de tonnes, profils caracteristiques : AUTRES FORMES

V) Grand bol (bassin)
W-X-Y-Z) Comals U) "Pot-canard"

Fig. 125 – ANONA ROUGE SPECULAIRE Préclassique ancien-moyen

Fig. 125 – ANONA ROUGE SPECULAIRE Préclassique ancien-moyen

Fig. 126 – BACCHE SIMPLE Préclassique ancien-moyen

Fig. 126 – BACCHE SIMPLE Préclassique ancien-moyen

Fig. 127 – BLEDO NOIR INCISE. Complexe Carchá.

Fig. 127 – BLEDO NOIR INCISE. Complexe Carchá.

a) poterie B-161-7

Fig. 128 – BERRO ROUGE SOMBRE SUR NATUREL. Complexe Carchá.

Fig. 128 – BERRO ROUGE SOMBRE SUR NATUREL. Complexe Carchá.

d) décor à l’intérieur
i) poterie B-161-6

Fig. 129 – BORAYO ORANGE, jarres. Complexe Carchá.

Fig. 129 – BORAYO ORANGE, jarres. Complexe Carchá.

poterie B-161-8

Bg. 130. BORAYO ORANGE, bols. Complexe Carchá.

Bg. 130. BORAYO ORANGE, bols. Complexe Carchá.

décor à l’intérieur

Fig. 131 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, jarres. Complexe Cobán.

Fig. 131 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, jarres. Complexe Cobán.

Fig. 132 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, jarres (suite). Complexe Cobán.

Fig. 132 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, jarres (suite). Complexe Cobán.

Fig. 133 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, jarres (fin). Complexe Cobán.

Fig. 133 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, jarres (fin). Complexe Cobán.

Fig. 134 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, comals. Complexe Cobán. d) l) m) décor à l’intérieur

Fig. 134 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, comals. Complexe Cobán. d) l) m) décor à l’intérieur

Fig. 135 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, bols. Complexe Cobán.

Fig. 135 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, bols. Complexe Cobán.

Fig. 136 – CIDRA ROUGE SUR NATUREL. Complexe Cobán 2.

Fig. 136 – CIDRA ROUGE SUR NATUREL. Complexe Cobán 2.

Fig. 137 – CAOBA ROUGE NOIRCI. Complexe Cobán 2.

Fig. 137 – CAOBA ROUGE NOIRCI. Complexe Cobán 2.

Fig. 138 – CHINA BLANC. Complexe Cobán.

Fig. 138 – CHINA BLANC. Complexe Cobán.

Fig. 139 – CEBADA POREUX. Complexe Cobán 2.

Fig. 139 – CEBADA POREUX. Complexe Cobán 2.

Fig. 139 (suite) – CEBADA POREUX, comals. Complexe Cobán 2.

Fig. 139 (suite) – CEBADA POREUX, comals. Complexe Cobán 2.

Fig. 140 – CHATILLAS LISSE, comals. Complexe Cobán.

Fig. 140 – CHATILLAS LISSE, comals. Complexe Cobán.

Fig. 141 – CELIDONIA CREME, comals. Complexe Cobán.

Fig. 141 – CELIDONIA CREME, comals. Complexe Cobán.

Fig. 142 – CHATILLAS LISSE, grands bols et bassins. Complexe Cobán. a) B : 133-9 ; c) B-26-5 e) R-133-10

Fig. 142 – CHATILLAS LISSE, grands bols et bassins. Complexe Cobán. a) B : 133-9 ; c) B-26-5 e) R-133-10

Fig. 143 – ESPUELA ROUGE SUR BEIGE. Complexe Cobán 2.

Fig. 143 – ESPUELA ROUGE SUR BEIGE. Complexe Cobán 2.

Fig. 144 – CHATILLAS LISSE, grands bols. Complexe Cobán.

Fig. 144 – CHATILLAS LISSE, grands bols. Complexe Cobán.

Fig. 145 – NAMA MODELE. Complexe Cobán.

Fig. 145 – NAMA MODELE. Complexe Cobán.

a) B-133-26 ;
c) B-185-23 ;
b) B-185-25 ;

Fig. 146 – CHICHICASTE BRUN-NOIR. Complexe Cobán.

Fig. 146 – CHICHICASTE BRUN-NOIR. Complexe Cobán.

a) et m) fragments

Fig. 147 – CHICHICASTE BRUN-NOIR (suite). Complexe Cobán.

Fig. 147 – CHICHICASTE BRUN-NOIR (suite). Complexe Cobán.

Fig. 148a-g – CHICHICASTE BRUN-NOIR (suite). Complexe Cobán.

Fig. 148a-g – CHICHICASTE BRUN-NOIR (suite). Complexe Cobán.

a) B-325-21 ; c) B-325-22

Fig. 148hi – POTENTIEL CHAMOI. Complexe Cobán.

Fig. 148hi – POTENTIEL CHAMOI. Complexe Cobán.

Fig. 149 – CHICHICASTE BRUN-NOIR (fin). Complexe Cobán.

Fig. 149 – CHICHICASTE BRUN-NOIR (fin). Complexe Cobán.

a) fragment ; b) décor à l’intérieur

Fig. 150 – CHIPILIN ROUGE. Complexe Cobán 1.

Fig. 150 – CHIPILIN ROUGE. Complexe Cobán 1.

c) décor à l’intérieur

Fig. 151 –GUARUMO BRUN.

Fig. 151 –GUARUMO BRUN.

Complexe Cobán 2.

Fig. 152 – O LO LA ORANGE. Complexe Cobán 2.

Fig. 152 – O LO LA ORANGE. Complexe Cobán 2.

a) B-68-2 ; c) B-68-1

Fig. 153 – HOLLIN TRICHROME. Complexe Cobán 2.

Fig. 153 – HOLLIN TRICHROME. Complexe Cobán 2.

Fig. 154 – NOPAL TRICHROME. Complexe Cobán 2.

Fig. 154 – NOPAL TRICHROME. Complexe Cobán 2.

a) à d) décor à l’intérieur

Fig. 155 – NOPAL TRICHROME (suite). Complexe Cobán 2.

Fig. 155 – NOPAL TRICHROME (suite). Complexe Cobán 2.

d) e) f) décor à l’intérieur

Fig. 156 – ENELDO ROUGE SUR CREME. Complexe Cobán 2.

Fig. 156 – ENELDO ROUGE SUR CREME. Complexe Cobán 2.

Poterie B-258-15

Fig. 157 GIRASOL ROUGE SUR ORANGE. Complexe Cobán 2.

Fig. 157 GIRASOL ROUGE SUR ORANGE. Complexe Cobán 2.

b) décor à l’intérieur

Fig. 158 – MOZOTE CREME. Complexe Cobán.

Fig. 158 – MOZOTE CREME. Complexe Cobán.

Poterie B-60-3.

Fig. 159 – HINOJO NEGATIF. Complexe Cobán 2.

Fig. 159 – HINOJO NEGATIF. Complexe Cobán 2.

Fig. 160 – NITRO BLANC INCISE. Complexe Cobán 2.

Fig. 160 – NITRO BLANC INCISE. Complexe Cobán 2.

Fig. 161 – NITRO BLANC INCISE (suite). Complexe Cobán 2.

Fig. 161 – NITRO BLANC INCISE (suite). Complexe Cobán 2.

a) reconstitution à partir des fragments b) et c)

Fig. 162 – GUAPINOL DICHROME INCISE. Complexe Cobán 2.

Fig. 162 – GUAPINOL DICHROME INCISE. Complexe Cobán 2.

Fig. 163 – CHUCHO GRIS INCISE. Complexe Cobán 2.

Fig. 163 – CHUCHO GRIS INCISE. Complexe Cobán 2.

a) poterie B-69-4

Fig. 164 – CARDOSANTO ORANGE (FRANC). Complexe Cobán 2.

Fig. 164 – CARDOSANTO ORANGE (FRANC). Complexe Cobán 2.

Fig. 165 – CLAVEL ORANGE SUR CREME. Complexe Cobán 2.

Fig. 165 – CLAVEL ORANGE SUR CREME. Complexe Cobán 2.

Fig. 166 – ESCOBILLA ORANGE-BRUN. Complexe Cobán 2.

Fig. 166 – ESCOBILLA ORANGE-BRUN. Complexe Cobán 2.

Fig. 167 – NISPERO TRICHROME INCISE. Complexe Cobán 2.

Fig. 167 – NISPERO TRICHROME INCISE. Complexe Cobán 2.

Fig. 168 — POTENTIEL ROUGE GRAVE Complexe Cobán 1.

Fig. 168 — POTENTIEL ROUGE GRAVE Complexe Cobán 1.

Fig. 169 – MATAPALO POREUX. Complexe Samac.

Fig. 169 – MATAPALO POREUX. Complexe Samac.

a) B-318-17, poterie trouvée en contexte Samac.

Fig. 170 –LIMA BRUN INCISE.

Fig. 170 –LIMA BRUN INCISE.

Complexe Samac.

Fig. 171 –LAUREL ROUGE SUR GRIS-NOIR

Fig. 171 –LAUREL ROUGE SUR GRIS-NOIR

Complexe Samac.

Fig. 172 – JAMAICA DICHROME INCISE Complexe Samac.

Fig. 172 – JAMAICA DICHROME INCISE Complexe Samac.

Fig. 173 – POTENTIEL ROUGE SUR ORANGE INCISE. Complexe Samac. Poterie B-296-20.

Fig. 173 – POTENTIEL ROUGE SUR ORANGE INCISE. Complexe Samac. Poterie B-296-20.

Fig. 174 – POTENTIEL ROUGE MOULE. Complexe Samac. Poterie B-256-16.

Fig. 174 – POTENTIEL ROUGE MOULE. Complexe Samac. Poterie B-256-16.

Fig. 175 – POTENTIEL ROUGE SUR NATUREL INCISE. Complexe Samac. Poterie B-254-14.

Fig. 175 – POTENTIEL ROUGE SUR NATUREL INCISE. Complexe Samac. Poterie B-254-14.

Fig. 176 – POTENTIEL TRICHROME INCISE. Complexe Samac. Poterie B-318-18

Fig. 176 – POTENTIEL TRICHROME INCISE. Complexe Samac. Poterie B-318-18

Fig. 177 – MALVA GRIS NATUREL. Complexe Chicán.

Fig. 177 – MALVA GRIS NATUREL. Complexe Chicán.

poterie B-409-29

Fig. 178 – MANGO ROUGE NATUREL. Complexe Chicán.

Fig. 178 – MANGO ROUGE NATUREL. Complexe Chicán.

poterie B-408-28

Fig. 179 – MAMEY ROUGE. Complexe Chicán.

Fig. 179 – MAMEY ROUGE. Complexe Chicán.

Fig. 180 – RABINAL ORANGE. Complexe Chicán (ou moderne).

Fig. 180 – RABINAL ORANGE. Complexe Chicán (ou moderne).

Fig. 181 – Tessons spéciaux n° 1 et 2. Contexte Carchá. Nº 1 : décor à l’intérieur

Fig. 181 – Tessons spéciaux n° 1 et 2. Contexte Carchá. Nº 1 : décor à l’intérieur

Fig. 182 – Tessons spéciaux n° 6, 10, 11, 14, 15, 17. Contexte Cobán.

Fig. 182 – Tessons spéciaux n° 6, 10, 11, 14, 15, 17. Contexte Cobán.

Fig. 183 – Tessons spéciaux n° 28 et 29. Contexte Cobán-Samac. N° 28 : poterie B-254-11

Fig. 183 – Tessons spéciaux n° 28 et 29. Contexte Cobán-Samac. N° 28 : poterie B-254-11

Fig. 184 – Tessons spéciaux n° 32 et 35. Contexte Samac.

Fig. 184 – Tessons spéciaux n° 32 et 35. Contexte Samac.

Fig. 185 – BARBASCO ENCENSOIR. Complexe Cobán.

Fig. 185 – BARBASCO ENCENSOIR. Complexe Cobán.

a) B-294-12 ; b) B-258-13

Fig. 186 – GRAMA ENCENSOIR. Complexe Cobán 2.

Fig. 186 – GRAMA ENCENSOIR. Complexe Cobán 2.

Fig. 187 – Fragment d’encensoir n° 4. Complexe Cobán 1.

Fig. 187 – Fragment d’encensoir n° 4. Complexe Cobán 1.

Fig. 188 – Fragment d’encensoir n° 6. Complexe Cobán ou Samac.

Fig. 188 – Fragment d’encensoir n° 6. Complexe Cobán ou Samac.

Fig. 189 – Fragments d’encensoirs n° 10, lia et 14. Complexe Samac.

Fig. 189 – Fragments d’encensoirs n° 10, lia et 14. Complexe Samac.

Fig. 190 – Fragment d’encensoir n° 16. Complexe Samac ou Complexe Samac ou Chicán.

Fig. 190 – Fragment d’encensoir n° 16. Complexe Samac ou Complexe Samac ou Chicán.

Fig. 191 – Fragments d’encensoirs n° 15 et 17.

Fig. 191 – Fragments d’encensoirs n° 15 et 17.

N° 15 : complexe Chicán ; n° 17 : contexte indéterminé

Fig. 192 Tessons résiduels.

Fig. 192 Tessons résiduels.

a) à f) contexte Cobán ; h) contexte Chicán.

Fig. 193 – Tessons érodés.

Fig. 193 – Tessons érodés.

Contexte Cobán, sauf c) complexe Carchá.

Fig. 194 – Objets et fragments divers de céramique

Fig. 194 – Objets et fragments divers de céramique

Fig. 195 –CHATILLAS LISSÉ

Fig. 195 –CHATILLAS LISSÉ

Fig. 195a – B-133-9 (diamètre-ouverture : 57 cm)

Fig. 195b – B-26-5 (diamètre-ouverture : 38 cm)

Fig. 196 – CHATILLAS LISSÉ. B-133-10 (diamètre-ouverture : 25 cm)

Fig. 196 – CHATILLAS LISSÉ. B-133-10 (diamètre-ouverture : 25 cm)

Fig. 197 –NAMA MODELÉ

Fig. 197 –NAMA MODELÉ

Fig. 197a – B-185-23 (hauteur : 11,3 cm)

Fig. 197b – B-185-25 (hauteur : 16,4 cm)

Fig. 197c – B-185-24 (hauteur : 12 cm)

Fig. 198 –CHICHJCASTE BRUN-NOIR

Fig. 198 –CHICHJCASTE BRUN-NOIR

Fig. 198a – B-325-21 (diamètre-ouverture : 18,9 cm)

Fig. 198b – B-325-22 (diamètre ouverture : 21,4 cm)

Fig. 199 – CHUCHO GRIS INCISÉ. B-69-4 (diamètre-ouverture : 10,4 cm)

Fig. 199 – CHUCHO GRIS INCISÉ. B-69-4 (diamètre-ouverture : 10,4 cm)

Fig. 200 – MA IAPALO POREUX. B-318-17 (diamètre-ouverture : 11,6 cm)

Fig. 200 – MA IAPALO POREUX. B-318-17 (diamètre-ouverture : 11,6 cm)

Fig. 201 – POTENTIEL ROUGE SUR ORANGE INCISÉ. B-296-20 (diamètre-ouverture : 20 cm)

Fig. 201 – POTENTIEL ROUGE SUR ORANGE INCISÉ. B-296-20 (diamètre-ouverture : 20 cm)

Fig. 202 – POTENTIEL TRICHROME INCISÉ. B-318-18 (diamètre-ouverture : 6,2 cm)

Fig. 202 – POTENTIEL TRICHROME INCISÉ. B-318-18 (diamètre-ouverture : 6,2 cm)

Fig. 203 – MANGO ROUGE NATUREL. B-408-28 (diamètre-ouverture : 24 cm)

Fig. 203 – MANGO ROUGE NATUREL. B-408-28 (diamètre-ouverture : 24 cm)

Fig. 204 – BARBASCO ENCENSOIR. B-294-12 (diamètre-ouverture : 13,5 cm)

Fig. 204 – BARBASCO ENCENSOIR. B-294-12 (diamètre-ouverture : 13,5 cm)

Fig. 205 — Fragment d’encensoir n° 12, élément zoomorphe appliqué (hauteur : 18,2 cm)

Fig. 205 — Fragment d’encensoir n° 12, élément zoomorphe appliqué (hauteur : 18,2 cm)

Fig. 206 – Tessons du Préclassique et du Classique ancien a) Potentiel Rouge Gravé ; b, c, e) Chipilin Rouge ; d) Borayo Orange ; f) Anona rouge Spéculaire

Fig. 206 – Tessons du Préclassique et du Classique ancien a) Potentiel Rouge Gravé ; b, c, e) Chipilin Rouge ; d) Borayo Orange ; f) Anona rouge Spéculaire

Fig. 207 – Tessons de jarres décorés de pastilles (Carchá, Cobán) a à g) Mostaza rouge sur Naturel ; h) Borayo Orange ; i) Résiduels

Fig. 207 – Tessons de jarres décorés de pastilles (Carchá, Cobán) a à g) Mostaza rouge sur Naturel ; h) Borayo Orange ; i) Résiduels

Fig. 208 – Tessons décorés de cannelures, pastilles et motifs incisés (Cobán) a) Escobilla Orange-Brun ; b à h, j) Chichicaste Brun-Noir ; i) Erodés

Fig. 208 – Tessons décorés de cannelures, pastilles et motifs incisés (Cobán) a) Escobilla Orange-Brun ; b à h, j) Chichicaste Brun-Noir ; i) Erodés

Fig. 209 – Tessons incisés, excisés (Cobán) a, d) Cardosanto Orange ; b) Guapïnol Dichrome Incisé ; c) Spécial n° 10 ; e, g, h) Escobilla Orange-Brun ; f) Clavel Orange sur Crème

Fig. 209 – Tessons incisés, excisés (Cobán) a, d) Cardosanto Orange ; b) Guapïnol Dichrome Incisé ; c) Spécial n° 10 ; e, g, h) Escobilla Orange-Brun ; f) Clavel Orange sur Crème

Fig. 210 – Tessons incisés, tesson à décor négatif (Cobán) a et b) Nitro Blanc Incis ; c) Spécial nº 6 ; d et e) Nispero Trichrome Incisé

Fig. 210 – Tessons incisés, tesson à décor négatif (Cobán) a et b) Nitro Blanc Incis ; c) Spécial nº 6 ; d et e) Nispero Trichrome Incisé

Fig. 211 – Tessons du Postclassique a à c) Forteresse Blanc sur Rouge ; d et e) Spéciaux nº 32 ; f et g) Jamaica Dichrome Incisé

Fig. 211 – Tessons du Postclassique a à c) Forteresse Blanc sur Rouge ; d et e) Spéciaux nº 32 ; f et g) Jamaica Dichrome Incisé

Fig. 212 – Décors divers a) Potentiel Imprimé ; b) Encensoir nº 16 ; c) Spécial nº 35 ; d) comal Mostaza rouge sur Naturel ; e) Spécial nº 34 (a à c, et e : Postclassique ; d : Classique)

Fig. 212 – Décors divers a) Potentiel Imprimé ; b) Encensoir nº 16 ; c) Spécial nº 35 ; d) comal Mostaza rouge sur Naturel ; e) Spécial nº 34 (a à c, et e : Postclassique ; d : Classique)

Fig. 213 – Fragments divers a et c) Objets nº 15 et 7 ; b) Grama Encensoir-, d à g) Encensoirs nº 2, 7, 10, 11b (Cobán-Samac)

Fig. 213 – Fragments divers a et c) Objets nº 15 et 7 ; b) Grama Encensoir-, d à g) Encensoirs nº 2, 7, 10, 11b (Cobán-Samac)

Fig. 214 – Fragments divers a) Objet de céramique nº 11 ; b) Objet nº 4 ; c) Objet nº 3 ; e) Objet nº 18 ; f) Objet nº 1 ; g) Objet nº 10 ; h) Objet nº 12 ; d) figurine C-164-8

Fig. 214 – Fragments divers a) Objet de céramique nº 11 ; b) Objet nº 4 ; c) Objet nº 3 ; e) Objet nº 18 ; f) Objet nº 1 ; g) Objet nº 10 ; h) Objet nº 12 ; d) figurine C-164-8

Fig. 215 – Fragments divers a) Objet de céramique nº 8 ; c) Objet nº 9 ; d) Objet nº 5 ; f) Objet nº 6 ; b) figurine C-121-2 ; e) figurine C-125-4

Fig. 215 – Fragments divers a) Objet de céramique nº 8 ; c) Objet nº 9 ; d) Objet nº 5 ; f) Objet nº 6 ; b) figurine C-121-2 ; e) figurine C-125-4

Notes

1 Quartz, mica, pierre ponce et feldspath ont été identifiés avec l’aide de géologues de l’Instituto Geográfico Nacional (Guatemala) et du Département de Géologie de l’Université de Rutgers (Etats Unis).

2 P. Carot doit être remerciée pour ce travail.
A noter que la jarre B 296 19 de la sép. 7 de Sulín n’a pas pu être conservée intacte ni restaurée après sa mise au jour et qu’elle a cependant été cataloguée.

3 Exemplaires de Sulín non comptés.

4 Idem

5 Idem

6 Idem

7 Non compris quelques exemplaires de Sulín.

8 Fragments de bords provenant de Sulín non comptés.

9 Cependant les projectiles de sarbacane sont faits en principe d’argile crue.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 22 : Comptes des collections céramiques
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 23 : Subdivision hiérarchique des critères utilisés pour la définition des types
Légende • Ces 2 types comprennent aussi des monochromes.50 types inclus ; non inclus : ENCENSOIRS ET POTENTIELS.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 24 : Essai de classification des types en groupes et classes
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 25 : Attributs de définition des classes.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 26 : Inventaire détaillé des poteries cataloguées
Légende Notes : DECH. – déchargeP. = parois
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 27 : Distribution spatiale des types (par sites)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende 3. Les bols K sont "fermés" ou "à orifice restreint" (inclinaison des parois), ou de bord rentrant (inclinaison du bord). Cette forme a été définie de façon imprécise en raison des dimensions réduites des fragments qui l’attestent.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 123 – Méthode d’indication des couleurs dans les illustrations
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 124a – Catégories de formes, profils caractéristiques : JARRES
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 124b – Catégories de formes, profils caractéristiques : BOLS (PLATS) formes anciennes
Légende L) Bol en calotteK) Bol de parois convergentesG) Bol (plat) à bord épaissiM) Bol ouvert de parois rectilignesF) Bol (plat) deprofil composite
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 124c – Catégories de formes, profils caractéristiques : BOLS (PLATS) ET VASES, formes tardives (classiques)
Légende R) Bol à angle (profil composite)P) Bol hémisphériqueO) Bol (vase) pseudo-cylindriqueS) Bol ouvert concaveQ) Bol de parois parallèles convexesN) Bol (vase) cylindrique
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 124d Catégories de tonnes, profils caracteristiques : AUTRES FORMES
Légende V) Grand bol (bassin)W-X-Y-Z) Comals U) "Pot-canard"
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 125 – ANONA ROUGE SPECULAIRE Préclassique ancien-moyen
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 126 – BACCHE SIMPLE Préclassique ancien-moyen
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 127 – BLEDO NOIR INCISE. Complexe Carchá.
Légende a) poterie B-161-7
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 128 – BERRO ROUGE SOMBRE SUR NATUREL. Complexe Carchá.
Légende d) décor à l’intérieuri) poterie B-161-6
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 129 – BORAYO ORANGE, jarres. Complexe Carchá.
Légende poterie B-161-8
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Bg. 130. BORAYO ORANGE, bols. Complexe Carchá.
Légende décor à l’intérieur
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 131 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, jarres. Complexe Cobán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 132 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, jarres (suite). Complexe Cobán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 133 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, jarres (fin). Complexe Cobán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 134 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, comals. Complexe Cobán. d) l) m) décor à l’intérieur
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 135 – MOSTAZA ROUGE SUR NATUREL, bols. Complexe Cobán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 136 – CIDRA ROUGE SUR NATUREL. Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 137 – CAOBA ROUGE NOIRCI. Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 138 – CHINA BLANC. Complexe Cobán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 139 – CEBADA POREUX. Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 139 (suite) – CEBADA POREUX, comals. Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 140 – CHATILLAS LISSE, comals. Complexe Cobán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 141 – CELIDONIA CREME, comals. Complexe Cobán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 142 – CHATILLAS LISSE, grands bols et bassins. Complexe Cobán. a) B : 133-9 ; c) B-26-5 e) R-133-10
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 143 – ESPUELA ROUGE SUR BEIGE. Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 144 – CHATILLAS LISSE, grands bols. Complexe Cobán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 145 – NAMA MODELE. Complexe Cobán.
Légende a) B-133-26 ;c) B-185-23 ;b) B-185-25 ;
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 146 – CHICHICASTE BRUN-NOIR. Complexe Cobán.
Légende a) et m) fragments
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 147 – CHICHICASTE BRUN-NOIR (suite). Complexe Cobán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 148a-g – CHICHICASTE BRUN-NOIR (suite). Complexe Cobán.
Légende a) B-325-21 ; c) B-325-22
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 148hi – POTENTIEL CHAMOI. Complexe Cobán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 149 – CHICHICASTE BRUN-NOIR (fin). Complexe Cobán.
Légende a) fragment ; b) décor à l’intérieur
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 150 – CHIPILIN ROUGE. Complexe Cobán 1.
Légende c) décor à l’intérieur
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 151 –GUARUMO BRUN.
Légende Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 152 – O LO LA ORANGE. Complexe Cobán 2.
Légende a) B-68-2 ; c) B-68-1
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 153 – HOLLIN TRICHROME. Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 154 – NOPAL TRICHROME. Complexe Cobán 2.
Légende a) à d) décor à l’intérieur
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 155 – NOPAL TRICHROME (suite). Complexe Cobán 2.
Légende d) e) f) décor à l’intérieur
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 156 – ENELDO ROUGE SUR CREME. Complexe Cobán 2.
Légende Poterie B-258-15
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 157 GIRASOL ROUGE SUR ORANGE. Complexe Cobán 2.
Légende b) décor à l’intérieur
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 158 – MOZOTE CREME. Complexe Cobán.
Légende Poterie B-60-3.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 159 – HINOJO NEGATIF. Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 160 – NITRO BLANC INCISE. Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 161 – NITRO BLANC INCISE (suite). Complexe Cobán 2.
Légende a) reconstitution à partir des fragments b) et c)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 162 – GUAPINOL DICHROME INCISE. Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 163 – CHUCHO GRIS INCISE. Complexe Cobán 2.
Légende a) poterie B-69-4
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 164 – CARDOSANTO ORANGE (FRANC). Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 165 – CLAVEL ORANGE SUR CREME. Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 166 – ESCOBILLA ORANGE-BRUN. Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 167 – NISPERO TRICHROME INCISE. Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 168 — POTENTIEL ROUGE GRAVE Complexe Cobán 1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 169 – MATAPALO POREUX. Complexe Samac.
Légende a) B-318-17, poterie trouvée en contexte Samac.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 170 –LIMA BRUN INCISE.
Légende Complexe Samac.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 171 –LAUREL ROUGE SUR GRIS-NOIR
Légende Complexe Samac.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 172 – JAMAICA DICHROME INCISE Complexe Samac.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 173 – POTENTIEL ROUGE SUR ORANGE INCISE. Complexe Samac. Poterie B-296-20.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 174 – POTENTIEL ROUGE MOULE. Complexe Samac. Poterie B-256-16.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 175 – POTENTIEL ROUGE SUR NATUREL INCISE. Complexe Samac. Poterie B-254-14.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 176 – POTENTIEL TRICHROME INCISE. Complexe Samac. Poterie B-318-18
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 177 – MALVA GRIS NATUREL. Complexe Chicán.
Légende poterie B-409-29
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 178 – MANGO ROUGE NATUREL. Complexe Chicán.
Légende poterie B-408-28
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 179 – MAMEY ROUGE. Complexe Chicán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 180 – RABINAL ORANGE. Complexe Chicán (ou moderne).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 181 – Tessons spéciaux n° 1 et 2. Contexte Carchá. Nº 1 : décor à l’intérieur
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 182 – Tessons spéciaux n° 6, 10, 11, 14, 15, 17. Contexte Cobán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 183 – Tessons spéciaux n° 28 et 29. Contexte Cobán-Samac. N° 28 : poterie B-254-11
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 184 – Tessons spéciaux n° 32 et 35. Contexte Samac.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 185 – BARBASCO ENCENSOIR. Complexe Cobán.
Légende a) B-294-12 ; b) B-258-13
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 186 – GRAMA ENCENSOIR. Complexe Cobán 2.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 187 – Fragment d’encensoir n° 4. Complexe Cobán 1.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 188 – Fragment d’encensoir n° 6. Complexe Cobán ou Samac.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 189 – Fragments d’encensoirs n° 10, lia et 14. Complexe Samac.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 190 – Fragment d’encensoir n° 16. Complexe Samac ou Complexe Samac ou Chicán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 191 – Fragments d’encensoirs n° 15 et 17.
Légende N° 15 : complexe Chicán ; n° 17 : contexte indéterminé
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 192 Tessons résiduels.
Légende a) à f) contexte Cobán ; h) contexte Chicán.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 193 – Tessons érodés.
Légende Contexte Cobán, sauf c) complexe Carchá.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 194 – Objets et fragments divers de céramique
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 195 –CHATILLAS LISSÉ
Légende Fig. 195a – B-133-9 (diamètre-ouverture : 57 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 195b – B-26-5 (diamètre-ouverture : 38 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 196 – CHATILLAS LISSÉ. B-133-10 (diamètre-ouverture : 25 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 197 –NAMA MODELÉ
Légende Fig. 197a – B-185-23 (hauteur : 11,3 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 197b – B-185-25 (hauteur : 16,4 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 197c – B-185-24 (hauteur : 12 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 198 –CHICHJCASTE BRUN-NOIR
Légende Fig. 198a – B-325-21 (diamètre-ouverture : 18,9 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 198b – B-325-22 (diamètre ouverture : 21,4 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 199 – CHUCHO GRIS INCISÉ. B-69-4 (diamètre-ouverture : 10,4 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 200 – MA IAPALO POREUX. B-318-17 (diamètre-ouverture : 11,6 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 201 – POTENTIEL ROUGE SUR ORANGE INCISÉ. B-296-20 (diamètre-ouverture : 20 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 202 – POTENTIEL TRICHROME INCISÉ. B-318-18 (diamètre-ouverture : 6,2 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 203 – MANGO ROUGE NATUREL. B-408-28 (diamètre-ouverture : 24 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 204 – BARBASCO ENCENSOIR. B-294-12 (diamètre-ouverture : 13,5 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 205 — Fragment d’encensoir n° 12, élément zoomorphe appliqué (hauteur : 18,2 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 206 – Tessons du Préclassique et du Classique ancien a) Potentiel Rouge Gravé ; b, c, e) Chipilin Rouge ; d) Borayo Orange ; f) Anona rouge Spéculaire
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 207 – Tessons de jarres décorés de pastilles (Carchá, Cobán) a à g) Mostaza rouge sur Naturel ; h) Borayo Orange ; i) Résiduels
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 208 – Tessons décorés de cannelures, pastilles et motifs incisés (Cobán) a) Escobilla Orange-Brun ; b à h, j) Chichicaste Brun-Noir ; i) Erodés
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 209 – Tessons incisés, excisés (Cobán) a, d) Cardosanto Orange ; b) Guapïnol Dichrome Incisé ; c) Spécial n° 10 ; e, g, h) Escobilla Orange-Brun ; f) Clavel Orange sur Crème
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 210 – Tessons incisés, tesson à décor négatif (Cobán) a et b) Nitro Blanc Incis ; c) Spécial nº 6 ; d et e) Nispero Trichrome Incisé
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 211 – Tessons du Postclassique a à c) Forteresse Blanc sur Rouge ; d et e) Spéciaux nº 32 ; f et g) Jamaica Dichrome Incisé
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 212 – Décors divers a) Potentiel Imprimé ; b) Encensoir nº 16 ; c) Spécial nº 35 ; d) comal Mostaza rouge sur Naturel ; e) Spécial nº 34 (a à c, et e : Postclassique ; d : Classique)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 213 – Fragments divers a et c) Objets nº 15 et 7 ; b) Grama Encensoir-, d à g) Encensoirs nº 2, 7, 10, 11b (Cobán-Samac)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 214 – Fragments divers a) Objet de céramique nº 11 ; b) Objet nº 4 ; c) Objet nº 3 ; e) Objet nº 18 ; f) Objet nº 1 ; g) Objet nº 10 ; h) Objet nº 12 ; d) figurine C-164-8
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 215 – Fragments divers a) Objet de céramique nº 8 ; c) Objet nº 9 ; d) Objet nº 5 ; f) Objet nº 6 ; b) figurine C-121-2 ; e) figurine C-125-4
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4944/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search