Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’habitat en alta Verapaz, Guatemala

 | 
Marie-Charlotte Arnauld

Annexes

Annexe III. Description des objets divers : figurines, objets lithiques

Texte intégral

Tableau 17 : Objets divers, inventaire (obsidienne exclue)

Tableau 17 : Objets divers, inventaire (obsidienne exclue)

Tableau 17 (suite) : Objets divers, inventaire (obsidienne exclue)

Tableau 17 (suite) : Objets divers, inventaire (obsidienne exclue)

Tableau 18 : Objets divers, distribution par périodes chronologiques (obsidienne exclue)

Tableau 18 : Objets divers, distribution par périodes chronologiques (obsidienne exclue)

Tableau 19 : Objets de jade, inventaire détaillé

Tableau 19 : Objets de jade, inventaire détaillé

Tableau 20 : Obsidienne, distribution par sites

Tableau 20 : Obsidienne, distribution par sites

Note : Les chiffres qui figurent sous les noms de sites indiquent le nombre d’unités de fouille d’où provient l’obsidienne. CS = collection de surface

Tableau 21 : Obsidienne, inventaire détaillé (éclats et lames fragmentaires exclus)

Tableau 21 : Obsidienne, inventaire détaillé (éclats et lames fragmentaires exclus)

Remarque concernant l’identification des objets

1A chaque objet, autre que ceux d’obsidienne, est attribuée une lettre désignant la catégorie à laquelle appartient l’objet, accompagnée du numéro du lot dont il provient en fouille, et d’un numéro d’inventaire au sein de la catégorie. Les catégories qui ont été définies en cours de fouille (selon des critères pratiques de commodité) sont les suivantes :

2C : figurines de terre cuite

3E : meules

4E : mollettes et pierres sphériques

5F : objets de jade

6H : autres objets lithiques (taillés et polis)

Abréviations utilisées dans la description

7MN : Museo Nacional de Arqueología y Etnología de Guatemala.

8L. : longueur ; l. : largeur ; Ep. : épaisseur ; Diam. : diamètre.

9max. : maximum ; min. : minimum.

I. Figurines (Terre cuite) (tabl. 17 et 18)

  • 1 Le numéro 1 n’a pas été attribué.

10C-121-2 (fig. 215b)1

11Fragment de figurine creuse : partie avant de la coiffure, à trois mèches de cheveux gonflées, figurées par des traits parallèles. Probablement moulée. Pâte rouge ; surface érodée. 5,1 x 4,5 cm ; Ep. : 0,9 à 1,2 cm.

12C-121-3 (fig. 112d)

13Fragment de figurine creuse probablement moulée ; tête d’animal aux yeux globuleux, au museau proéminent, large et aplati, à l’extrémité portant sur la partie supérieure deux pastilles appliquées figurant les narines ; trace d’une oreille. Pâte rouge ; surface érodée avec les traces d’un engobe blanc. 3,3 x 2,5 x 3,2 cm.

14Comparaison spécifique : Motagua moyen (MN Q7 90-5), Classique récent.

15C-125-4 (fig. 215e)

16Fragment partiellement évidé de figurine modelée (ou fragment appartenant à un récipient ?) : visage humain dont les yeux sont figurés par des pastilles ovales appliquées et incisées ; nez proéminent et droit ; un ornement d’oreille conservé, fait d’une pastille appliquée perforée au centre. Facture grossière. Pâte orange ; traces d’un engobe rouge. 6,4 x 4,4 x 3 cm.

17C-129-5 (fig. 112c)

18Fragment d’une figurine pleine probablement moulée mais très érodée : un personnage, ou peut-être un singe, apparaît sur un fond dont la partie supérieure est un peu recourbée au-dessus de la tête ; la face arrière de ce fond est de profil convexe et de section arrondie ; le front du visage est proéminent, les yeux sont enfoncés, la mâchoire est large ; on devine les bras et les mains posées sur le ventre proéminent. Pâte grise. 8,5 x 4,5 x 4,2 cm.

19C-131-6 (fig. 112a).

20Fragment d’une figurine creuse modelée : tête d’oiseau à long bec dont l’extrémité supérieure proéminente est recourbée vers le bas, ainsi que l’extrémité inférieure ; au-dessus de l’oeil, crête à deux pointes verticales, et devant cette crête sur le bec une protubérance ; détails figurés par des traits incisés ; au niveau du cou, sorte de collerette (brisée). Pâte orange et grise ; quelques traces d’un engobe rouge sombre. 13 x 3,2 x 0,5 cm.

21Remarque : comparer le profil de cette tête d’oiseau (qui évoque le zopilote, mais avec un bec de toucan) avec celui des têtes moulées des supports du bol B-296-20 (fig. 173).

22C-133-7 (fig. 112b)

23Figurine-sifflet creuse représentant un animal à carapace, probablement l’armadillo des Basses Terres, dont il manque la tête ; figuration d’écailles sur la carapace et collerette décorée de traits rayonnants autour du cou ; de part et d’autre du cou cette collerette est perforée de 2 orifices (0,4 cm de diamètre) ; les pattes sont repliées sous le ventre, la queue est proéminente. Pâte rouge ; surface érodée, restes d’un engobe blanc. 9,3 x 5,5 x 0,5 cm.

24C-164-8 (fig. 111a, 214d)

25Fragment d’une figurine pleine très érodée : une main tenant un objet long marqué de traits longitudinaux, probablement un épi de maïs. Pâte brun clair. L. : 7 cm.

26C-349-9 (fig. 112e)

27Fragment de figurine creuse probablement moulée : tête de chien ou de félin à oreilles rondes assez grandes ; les yeux sont entourés de rides ; le museau est brisé ; un collier, ou corde, est figuré autour du cou. Pâte beige ; traces d’engobe rouge. 3,9 x 3,7 x 1,5 cm.

28Comparaison spécifique : Altar de Sacrificios (Willey 1973 : fig. 9c, 14d) têtes de chien avec détails identiques, creuses, moulées, Orange Fin (fin Classique récent).

29C-10 (fig. 112f)

30Fragment de figurine partiellement évidée, probablement modelée, ou bien moulée avec ajout de détails par application : tête de chien ou de félin au museau proéminent et larges oreilles ; les yeux, les sourcils, les crocs, les lèvres, la truffe, les ornements d’oreille ronds sont soigneusement rendus pat application de pastilles ou bandes. Pâte beige ; surface noircie.

31C-345-11

32Petit fragment creux figurant probablement un avant-bras, avec un bracelet indiqué par deux incisions. Erodé. L. : 6,8 cm.

Figurines, commentaires

  • 2 Neuf figurines seulement ont été trouvées en fouille, car C-10 a été achetée.

33Compte tenu du fait que la tradition des figurines (moulées) est au Classique beaucoup plus importante en Alta Verapaz que dans le reste des Hautes Terres (Rands 1965 : 156 ; Rands et Rands 1965 : 556), il est étonnant que seulement 9 figurines2 aient été trouvées au cours des fouilles de 1974- 1975. Les figurines d’Alta Verapaz publiées manifestent de nettes influences des Basses Terres ; Rands et Rands les étudient en fait dans leur article consacré aux figurines des Basses Terres (1965).

II. Pierre polie

Outils de mouture et de broyage

1. Meules (metates)

346 fragments de meules rectangulaires à angles arrondis ou angulaires, à base convexe (sauf E- 168-2, base plate), et surface concave. Matériaux :

  • pierre volcanique : E-143-1

  • schiste : E-168-2

  • andésite : E-299-3

  • granité : E-303-4, E-339-5, E-344-6

35Epaisseur : 1,6 à 4,5 cm.

36Une meule entière E-351-7 de grès (?), rectangulaire, de base convexe, surface concave, bords longs relevés de 3,5 cm, extrémités angulaires ; traces de piquetage de fabrication visibles. 57 x 33,8 x 7 cm.

37Meules, comparaisons les meules à base convexe sont beaucoup plus caractéristiques du Petén et de Copán que des Hautes Terres (Baudez et Becquelin 1973 : 379). Il y a cependant quelques meules à base convexe dans la région du Motagua moyen (Smith et Kidder 1943 : fig. 35c).

2. Molettes (manos)

3810 fragments et 1 exemplaire entier (e-289-10) de molettes quadrangulaires, de section ovaloïde, polies par l’usure sur 2 faces (sauf 2 ex.). Quelques-unes conservent des traces de fabrication par piquetage. Matériaux :

  • pierre volcanique : e-137-2, e-143-3, e-341-12

  • grès : e-168-4, e-210-5, e-246-7, e-251-8, e-384-13

  • granité : e-278-9

  • grain fin (?) : e-301-11

  • serpentinite jaune : e-289-10

39Epaisseur : 3 à 5,9 cm. Dimensions de e-289-10 : 14 x 9 x 6 cm.

3. Mortiers

40H-33-5 (fig. 113b) est un fragment de pierre ronde à pôles très aplatis, à dépressions bipolaires ne se rejoignant pas. Granite. Diam. : 8 cm ; Ep. max. : 4,6 cm ; Ep. min. : 2 cm.

41H-83-6 est un fragment de forme circulaire irrégulière, très usé, percé au fond de la dépression centrale. Serpentinite jaune. Diam. : 12,4 cm.

42Mortiers, commentaires et comparaisons le fragment H-33-5 pourrait être une “pierre perforée” non finie (ring-stone ou doughnut stone) plutôt qu’un mortier (voir des exemples à Zaculeú, Woodbury et Trik 1953 : 224, fig. 279a ; un exemple cependant classé comme mortier à Uaxactún, Kidder 1947 : 35 fig. 21a6, mais de 3,5 cm de diam.).

Pierres sphériques

43e-24-1 (fig. 113a) est à pôles aplatis par l’usure ; traces de piquetage ; pierre grise à grain fin, dureté 4.5. Diam. max. : 10,8 cm. Diam. min. : 8,1 cm.

44e-233-6 est de serpentinite jaune, de diam. : 8 cm.

45Des pierres sphériques sont signalées à Zaculeú (Woodbury et Trik 1953 : 224), dans la région du Rio Motagua moyen (Smith et Kidder 1943 : 168) et dans le Petén à Altar de Sacrificios (Willey 1973 : 138, fig. 121e, 124), à Uaxactún (Kidder 1947 : fig. 78de), à Copán (Longyear 1952 : 105). Elles ont de 3 à 15 cm de diamètre (sauf à Zaculeú où quelques-unes sont plus grosses) et sont en général sub-sphériques. Elles auraient servi (selon leur dureté et le degré de l’usure) de polissoir, de marteau, d’outil à piqueter, à abraser ou à broyer. Une pierre sphérique du Río Motagua est de jade ; plusieurs de Zaculeú ont été trouvées dans des sépultures et dans des caches. Les exemplaires e-24-1 et e-233-6 sont associés le premier à une cache (Salto SI, cache 1) le second indirectement à une sépulture (Pasmolón SI, sép. 3) ; dans la cache 4 de Sulín (T2), une pierre sphérique apparemment naturelle était présente.

Haches (tabl. 17 et 18) (étudiées par P. Carot)

46H-24-4 (fig. 114c) : tranchant à biseau double symétrique et fil convexe symétrique ; bords à axes convergents vers le talon, rectilignes ; talon arrondi ; surface très polie ; traces d’usure sur les faces et les bords ; serpentine vert foncé (dureté 6 à 7) ; L. : 18,5 cm ; l. max. : 8 cm ; l. min. : 4,5 cm ; Ep. max. : 2,7 cm.

47H-231-13 (fig. 114e) : bout proximal ; bords à axes à peine convergents vers le talon ; talon arrondi ; serpentine ; L. : 5 cm ; l. max. : 3,6 cm ; l. min. : 3,2 cm ; Ep. : 1,8 cm.

48H-254-15 (fig. 114b) : fragment à bords parallèles rectilignes ; serpentine ; L. : 3,7 cm ; l. : 2,3 cm. H-334-22 : fragment du tranchant, à biseau double symétrique et fil convexe ; très poli ; serpentine noire.

49H-387-23 (fig. 114g) : bout proximal à bords légèrement convergents vers le talon, rectilignes ; talon arrondi ; serpentine ; L. : 3,2 cm ; l. max. : 2,2 cm ; l. min. : 1,6 cm ; Ep. : 1,4 cm.

50H-406-24 (fig. 114f) : hache petite à bords parallèles rectilignes ; tranchant à biseau double symétrique et fil convexe ; talon arrondi ; traces d’usure sur le talon et sur l’un des flancs (partie proximale) ; serpentine ; L. : 3,9 cm ; l. : 3,1 cm ; Ep. : (au talon) 1,7 cm.

51H-27 (fig. 114d) : bords convergents vers le talon, rectilignes ; tranchant à biseau double symétrique et fil convexe symétrique ; talon arrondi ; traces d’usure au talon et sur l’un des flancs (moitié proximale) ; serpentine ; L. : 11 cm ; l. max. : 5,6 cm ; l. min. : 3,2 cm ; Ep. max. : 3,4 cm.

52H-28 (fig. 114a) : bords parallèles rectilignes ; tranchant à biseau double symétrique et fil dissymétrique convexe ; talon arrondi : serpentine très polie ; L. : 8,1 cm ; l. : 1,9 cm ; Ep. max. : 1,6 cm.

53Haches montrées par le propriétaire de la partie nord de Las Flautas Est :

54Fig. 115ab (2 haches) : tranchant à fil convexe symétrique ; bords à axes convergents vers le talon, rectilignes ; talon arrondi ; pierre brune à grain épais pour l’une, serpentine très polie pour l’autre. L. : 12,5 et 7 cm ; l. min. : 3 et 1,7 cm ; l. max. : 5 et 3 cm.

55Fig. 115cde (3 haches) : tranchant à fil rectiligne ou très légèrement convexe ; bords à axes convergents vers le talon, rectilignes ; talon arrondi ; serpentine très polie.

Fig. 115c

L. : 5,4 cm ;

l. max. : 3 cm ;

l. min. : 2,4 cm

Fig. 115d

L. : 5 cm ;

l. max. : 2,6 cm ;

l. min. : 1,6 cm

Fig. 115e

L. : 4,4 cm ;

l. max. : 2,9 cm ;

l. min. : 1,6 cm

56Fig. 115f : gouge à bords à axes parallèles convexes, tranchant à fil rectiligne, talon arrondi ; cannelure triangulaire sur l’une des faces à partir du tranchant (L. : 1,2 cm) ; serpentine très polie. L. : 9,5 cm ; l. max. : 2 cm ; l. min. : 0,9 cm.

57Comparaisons spécifiques : outil appelé “gouge” illustré par Foshag (1957 : fig. 5e) ; aussi signalé à Zaculeú (Woodbury et Trik 1953 : 259, fig. 149) du Classique récent, “à section concavo-convexe”, de même largeur (2,2-1,5 cm). Voir aussi Coe (1965 : 600) pour des outils semblables des Basses Terres, dont deux entiers (9 et 17 cm de longueur) trouvés près du lac Flores (Kidder 1947 : 38, Pl. 40c), et plusieurs à Piedras Negras.

Haches, commentaires et comparaisons

58Ces haches sont caractéristiques des Hautes Terres et des Basses Terres par leur forme trapézoïdale. Les deux plus grandes, provenant de Salto et de Las Flautas (L. : 18,5 cm et 12,5 cm) et les plus petites, de Las Flautas (L. : 4,4 cm, 5 cm, 5,4 cm) sont en dimensions assez rares dans les Hautes Terres et plus fréquentes dans les Basses Terres (Kidder 1947 ; Woodbury 1965 ; Willey 1973 : 130).

Parure : “jade” (tabl. 19)

59Tous les objets sont bien polis, sauf mention autre.

  1. Perles rondes : F-254-14 (fig. 116e) E-266-21 (fig. 116j) F-296-24 à 35 (fig. 117l)
    Total : 14 perles.

60Subsphériques ou sphériques ; seules F-254-14 et F-266-21 sont régulières ; perforation simple ; muscovite, albite jadéitique. Diam. inférieur à 1 cm, sauf F-266-21: Diam. max. : 3,6 cm ; min. : 2,5 cm.

  1. Perles triangulaires F-254-12 (fig. 116i) F-296-36 à 38 (fig. 117l)
    Total : 4 perles

61Irrégulières de section triangulaire, à arêtes arrondies ; 0,6 0,8 x 0,2-0,4 cm ; sauf F-254-12 qui est une plaque triangulaire percée à un angle, 2 x 1,5 x 0,2 cm ; muscovite.

  1. Perles tubulaires : F-254-4 à 7 (fig. 117g-j) F-265-20 (fig. 117d) F-296-39 à 41 (fig. 117l) F-337-44 (fig. 117f) Total : 9 perles

62De parois rectilignes (4 ex.), de parois convexes (5 ex.) ; extrémités aplaties sauf F-254-4 à 7, légèrement convexes ; perforation longitudinale, simple (3 ex.), bipolaire (6 ex.) ; une dont la paroi a été percée ; dimensions de la plus petite : 0,7 x 0,5 cm ; de la plus grande : 5,1 x 1,1 cm. Albite jadéitique (4 ex.), muscovite (4 ex.), jadéite (1 ex.).

  1. Perles parallélépipédiques : F-254-8 (fig. 117a) F-254-9 (fig. 117c) F-254-16 (fig. 1176) F-254-17 (fig. 1166) F-296-42 (fig. 117l) Total : 5 perles

63De parois rectilignes (1 ex.), de parois convexes (4 ex.) ; d’extrémités aplaties ou convexes ; d’arêtes angulaires ou arrondies ; perforation longitudinale simple ou bipolaire, sauf F-254-17 de perforation transversale bipolaire. F-254-8 est gravée de 2 traits parallèles à chaque extrémité (incision large de 1 mm, profonde de 0,5 mm). Dimensions de la plus petite : 1,4 x 0,9 cm ; de la plus grande : 3,8 × 1,3 cm. Muscovite, sauf F-254-8 de pierre beige jaspée de vert (?).

  1. Perle rectangulaire : F-254-3 (fig. 116d)

64Plaque aux angles arrondis ; perforation transversale ; 1 x 1 x 0,5 cm. Albite.

  1. Perles en disque : F-254-11 (fig. 116f) F-263-19 (fig. 116g) F-288-23 (fig. 116h) Total : 3 perles

65F-254-11 est circulaire, à bord arrondi, à perforation simple un peu décentrée ; 3,6 × 0,6 cm ; muscovite. F-263-19 est presque carrée, côtés convexes, angles arrondis, faces un peu convexes, perforation centrale unipolaire ; 2,4 × 0,7 cm ; jadéite diopside. F-288-23 est un fragment de disque à une face gravée d’un trait circulaire irrégulier ; arêtes arrondies ; 1,9 × 0,3 cm ; jadéite.

  1. Perle ou pendentif à figuration de visage : F-254-1 (fig. 117m)
    De forme allongée irrégulière, à section polygonale à 4 faces inégales ; arêtes arrondies ; faces convexes ou aplaties ; perforation transversale au haut du visage, simple, à orifice large. Visage humain (?) figuré sur les 2 faces les plus grandes ; yeux figurés par incisions circulaires, le nez par l’arête des deux faces, la bouche par une incision profonde aux deux extrémités recourbées vers le bas ; sous la bouche une petite incision circulaire. Albite. Hauteur : 2,2 cm ; l. max. : 1,3 cm.
    Comparaisons spécifiques : de Nebaj plusieurs exemples (Smith et Kidder 1951 : 44, fig. 53a, 89, 90 ; Becquelin 1969 : 95) ; aussi de Zaculeú (Woodbury et Trik 1953 : 256, fig. 280j, 281, 282gh) ; de Zacualpa (Lothrop 1936 : fig. 61c) ; du Motagua moyen (Smith et Kidder 1943 : 54a) ; de Kaminaljuyú, un exemplaire est quelque peu comparable (Kidder, Jennings et Shook 1946 : fig. 149e) ; de Chipal, un exemplaire très comparable (Butler Arch. U.M.). Ces objets sont en général de jade et datent du Postclassique ; mais des exemplaires de Zaculeú et ceux de Kaminaljuyú sont du Classique ancien ; celui du Motagua serait Classique récent.

  2. Perles de forme indéterminée : F-254-2 (fig. 116a) F-254-13 (fig. 116c).
    Arêtes arrondies, perforation simple ; 1,8 × 1,2 cm ; et 1,3 × 0,9 cm ; jadéite, muscovite.

  3. Perles non terminées, non perforées : F-254-10 (fig. 117e) est une plaque rectangulaire ; 2,2 x 1,1 x 0,6 cm ; albite. F-254-15 (fig. 117k) est tubulaire de parois rectilignes ; 1,4 × 0,9 cm ; muscovite. F-267-22 (fig. 116l) est un fragment de plaque rectangulaire épaisse, de section rectangulaire, aux arêtes angulaires et bords rectilignes ; les deux faces larges sont légèrement convergentes ; l’une des deux présente une cannelure longitudinale le long du bord long, attestant que la pièce a été sciée au moyen d’une cordelette (frottée sur de la poudre de jade noir ; Devaux, comm. pers.). L’autre face présente une veine brillante de mica (4 mm de largeur) qui n’a pas été abrasée, et qui est exactement parallèle au bord long. Muscovite. 1,9 x 1,7 x 0,7-0,6 cm.

Perles, commentaires

66On totalise 42 perles de jade et 4 perles de quartz (voir ci-dessous). Toutes sauf une proviennent de Sulín et toutes ont été trouvées dans des structures spécialisées. Du total, 38 proviennent de caches et de sépultures (tabl. 19). La cache 3 et la sép. 7 totalisent respectivement 17 et 19 perles de toutes formes, pour la plupart assez irrégulièrement façonnées. Seules les 4 perles de quartz et environ 6 perles de jade sont d’une bonne facture. De plus la pierre est souvent d’assez médiocre qualité (altérée) et le polissage n’est pas parfait. Il est possible que les objets de jade aient été fabriqués en Verapaz plutôt qu’importés. La muscovite, la jadéite, l’albite et autres pierres vertes dont ils sont faits proviennent toutes de gisements de la vallée du Río Motagua (Devaux, comm. pers.).

  1. Fragments de jade travaillés (tabl. 19)

67F-66-01 (fig. 116k) est triangulaire, à une face plate non polie, et une face convexe polie ; 5,2 x 3,5 x 1,4 cm ; jadéite très altérée sur une face.

68F-254-18 est un petit fragment sans forme, mal poli.

Parure : quartz (tabl. 17 et 18)

69Perles de quartz coniques : H-296-17 à 20 (fig. 1116, 117l) (4 perles dont 1 trouvée fragmentaire, détruite pour l’analyse du matériau).

70Les perles sont identiques : partie inférieure conique, partie médiane décorée d’une cannelure horizontale profonde dont l’arête proéminente est aplatie en biseau, appendice supérieur rectangulaire percé d’un orifice transversal simple. La facture est excellente.

  • 3 Analyse par diffraction aux rayons X par A.A. Bliss (Département de Géologie. Université de Rutgers (...)

71Quartz (cristal de roche)3, parfaitement transparent. L’une des perles présente une petite inclusion rectangulaire de couleur vert pâle. Ht : 1,7 à 2,1 cm ; Diam. : 1,2 à 1,6 cm.

72Comparaisons spécifiques : de Nebaj, des fragments de quartz poli (Becquelin 1969 : 181), des pendentifs (Smith et Kidder 1951 : 44, fig. 53d) ; de Zaculeu, une perle en disque (Woodbury et Trik 1953 : 252) ; de Copán, une perle ronde (Longyear 1952 : 106, fig. 94e).

73Selon Kidder le quartz n’aurait été travaillé qu’à partir du Postclassique (1947 : 52) ; mais la perle de Copán est classique.

74On trouve des cristaux de quartz à proximité de notre zone au sud de Matanzas (Santa Barbara).

Pierre polie : autres objets (tabl. 17 et 18)

75H-15-2 : rondelle de schiste ; 5,2 × 0,6 cm.

76H-170-11 : plaque de schiste percée au centre ; 3,6 × 2,8 cm.

77H-301-21 : fragment de plaque rectangulaire perforée au centre ; serpentine.

78H-24-29 : cylindre de schiste aux extrémités arrondies. Diam. : 1,3 cm ; L. : 5,6 cm.

III. Pierre taillée

Obsidienne

79On a recueilli au total 2 860 pièces. L’analyse et la description ont été faites par P. Carot (tabl. 20 et 21).

1. Produits de préparation

a) Eclats de décorticage

8068 éclats : 2,4 % du total, et 3 % de tous les éclats.

81Dans la décharge de Xutjá 1 : 13 éclats de décorticage (0,8 % des éclats rencontrés). Il s’agit d’éclats ayant conservé des restes de cortex (“éclats à dos naturel”). L. : 1 à 5 cm ; l. : 1 à 4 cm ; Ep. : 0,1 à 2 cm.

b) Eclats de mise en forme (ou de préparation)

822 215 éclats, dont 1 600 proviennent de la décharge de Xutjá 1. Le total comprend 28 % de déchets de débitage, et 72 % d’éclats laminaires petits provenant de la mise en forme des nuclei, ou des pointes bifaciales taillées à partir de grands éclats (Baudez et Becquelin 1973 : 368). Les premiers n’ont pas de forme particulière et sont de mêmes dimensions que les éclats de décorticage. Les éclats de façonnage bifacial sont très fins et petits ; ils proviennent pour la plupart de la décharge de Xutjá 1.

c) Nuclei (fig. 119a)

839 exemplaires, dont 3 entiers. Ils sont de forme conique, de section circulaire ou ovale, à plan de frappe lisse, et à traces d’enlèvements unipolaires (de 9 à 11 traces visibles sur un nucleus, de 0,4 à 1,4 cm de largeur chacune). C’est à partir de ces nuclei que sont extraites les lames prismatiques. Un des fragments a été réaménagé en grattoir par retouches abruptes sur une partie du plan de frappe (fig. 119b ext. droite). Dimensions des nuclei entiers : L. : 4,6 cm, 7 cm, 7 cm ; Diam. : 1,7 cm pour le plus petit.

2. Outils et armes

a) Lames prismatiques non retouchées (fig. 118ab)

84382 fragments et 25 lames entières. La plupart présentent des écaillures (d’utilisation ? voir Becquelin 1969 : 179 ; Baudez et Becquelin 1973 : 371 ; et Hester 1975 : 478). Généralement on distingue bien ces traces de véritables retouches à cause de leur irrégularité, mais cela est parfois difficile. On a noté que les lames trouvées entières présentent presque toutes un tranchant neuf, avec des traces d’utilisation très peu visibles à l’oeil nu.

85Les lames ont été obtenues à partir de nuclei coniques ; elles sont étroites, de section triangulaire ou trapézoïdale, à plan de frappe lisse. Une des lames a été détachée en même temps que la pointe du nucleus (fig. 118a, ext. droite, photographiée à l’envers).

86Dimensions des lames entières : L. : 2,7 à 8,8 cm ; l. : 0,6 à 1,3 cm.

87Provenance : voir tabl. 20 et 21. Les contextes stratigraphiques dans lesquels ont été trouvées les lames entières sont les suivants :

Sépultures

2 lames

Caches

3”

sols avec vestiges d’activités cérémonielles

8”

décharges domestiques

5”

remblais-déblais

6”

Surface

1”

88Donc 13 lames proviennent de contextes cérémoniels ou rituels (les sols mentionnés sont ceux des str. 3 de Sulín et str. 1 de Salto Ouest, structures funéraires).

89Pas de variation chronologique notée.

b) Lames prismatiques et éclats laminaires retouchés (fig. 118cd)

90103 ex. tous fragmentaires : environ 20 % du total des lames et fragments de lames prismatiques, et des éclats laminaires. Retouche abrupte ou semi-abrupte, directe ou inverse, sur les deux bords (environ 60 %) ou sur un bord (environ 40 %). Un des éclats laminaires à un bord abattu est utilisable comme grattoir (fig. 118d ext. droite). Pas de variation chronologique notée.

c) Grands éclats laminaires (“macrolames”) (fig. 120)

917 ex. Lames larges et longues, de section triangulaire, à plan de frappe irrégulier sauf une dont le plan est lisse. La retouche est unifaciale sur une, bifaciale sur une autre, directe ou inverse, abrupte ou oblique. Les cinq autres lames ne semblent présenter que des traces d’utilisation sans retouche volontaire.

92Dimensions des trois exemplaires entiers L. : 9 à 14,5 cm ; Ep. max. : 1,5 cm.

93Remarque ces grands éclats laminaires, souvent appelés “macrolames” en Mésoamérique, constituent une forme particulière de débitage.

94Comparaisons voir Kidder et Smith 1943 : fig. 56d, grands éclats non retouchés provenant d’une cache ; Sheets 1975 : 101, “grandes lames” non retouchées ; Hester 1975 : 476, “grandes lames" ; Hester, ainsi que d’autres auteurs consultés (voir Hester 1972), pensent que ces grands éclats étaient débités sur le gisement même.

d) Lames prismatiques et éclats laminaires à coches (fig. 119e)

959 ex. Fragments de lames et d’éclats laminaires à retouches abruptes directes sur les bords, et à coches unilatérales (7 ex.) ou bilatérales (2 ex.).

e) Eclats retouchés (fig. 119b sauf 4e droite)

9636 ex. dont 9 avec cortex ; 1,6 % du total de tous les éclats. Il s’agit d’éclats de décorticage ou de débitage parmi les plus grands, réutilisés en grattoirs. En général, le bord fonctionnel retouché est réduit par rapport à l’ensemble des bords disponibles ; c’est le cas pour les grattoirs unilatéraux (25 ex.) et pour un grattoir sur partie distale. Plus rarement les retouches s’étendent sur presque tous les bords : grattoir discoïdal ou ovale (9 ex.) et grattoir bilatéral (1 ex.). Les retouches sont petites, abruptes à verticales, directes ou inverses ; un exemplaire est à retouches couvrantes irrégulières sur l’avers.

97Dimensions pour 28 ex. : L. : 4 à 7 cm ; l. : 2 à 5 cm ; Ep. : 1 à 2 cm.

f) Pointes de flèche sur lames prismatiques, avec encoches (fig. 119d)

984 ex. Il s’agit de bouts de lames aménagés, retouchés sur les deux faces, par retouches obliques à rasantes. Deux présentent des retouches couvrantes bifaciales. Les pointes sont à bord rectilignes, sauf une dont les bords sont convexes ; la base est simple, rectiligne ou concave ; l’une des pièces est à crans très peu marqués. Les encoches sont bilatérales simples, situées aux deux tiers de la pointe.

99Dimensions : L. : 1,9 à 3,1 cm ; l. max. : 1 à 1,5 cm.

g) Pointes sur lames, de forme foliacée (fig. 119c)

1002 ex. Fragments (base manquante) de probables pointes foliacées, à retouche de plat irrégulière, et fine retouche de bord. Le plus grand fragment est un éclat laminaire aménagé, à pointe décollée.

101Dimensions : L. : 2 à 4,8 cm ; l. max. : 2 à 2,5 cm.

102Tentative de comparaison : Hester 1975 : fig. 7, divers bifaces lancéolés, sub-triangulaires ou en losange de Chinautla-Beleh, Postclassique récent.

3. Obsidienne, commentaires

a) Variation chronologique et contextes fonctionnels

103Les éclats et lames, bien que marqués chacun d’un numéro de lot de provenance, n’ont pas été comptés par lots mais par unités de fouille, ce qui obscurcit les variations chronologiques puisque beaucoup des unités révèlent en fait deux composantes ou plus. Le compte par lots a par contre été effectué pour les nuclei, les lames entières, les grands éclats laminaires, les lames et éclats laminaires à coches, les pointes de flèche à encoches et les pointes foliacées (tabl. 21). La plupart des nuclei sont datés du Classique récent ; les grands éclats laminaires, du Classique récent et du Postclassique ancien ; les lames et éclats laminaires à coches, du Classique et du Postclassique ; les pointes de flèche à encoches et les pointes foliacées sont toutes datées du Postclassique. On a aussi effectué le compte des lames entières par lots, non pas pour mettre en relief une variation chronologique mais pour spécifier les contextes stratigraphiques de ces outils ; on a noté que 13 lames sur 25 proviennent de contextes rituels. Les grands éclats laminaires sont aussi parfois associés à des dépôts spéciaux.

104Il faut signaler deux caches de lames d’obsidienne particulièrement intéressantes trouvées en Verapaz : à Santa Cruz-Santa Elena, trois vases anthropomorphes figurant une femme agenouillée contenaient chacun une lame et les phalanges d’un doigt humain (Seler 1904 : fig. 22, 23) ; à Los Encuentros, plus de 1 700 lames utilisées (Ichon 1979a).

b) Matériau : aspect

105On a distingué visuellement quatre catégories d’obsidienne :

  • obsidienne opaque gris et noir,

  • obsidienne translucide veinée de noir (la plus abondante),

  • obsidienne à veines rouge brun (très rare),

  • obsidienne vitreuse verte (2 lames retouchées de Las Flautas Ouest S3 N1, contexte Samac).

c) Matériau : provenance

106En vue de déterminer le ou les gisements d’origine, 49 échantillons ont été sélectionnés et envoyés au Département de Géologie de l’Université de Rutgers (Etats-Unis).

Notes : L’échantillonnage couvre 13 sites de la zone, de Unión Barrios au sud à Chajsel au nord (carte h.-t.).
L’échantillonnage constitue 1,7 % de toute l’obsidienne recueillie.
L’analyse (spectrométrie de masse) a été effectuée par K. Villiers-Fisher (1979) sous la direction de M. Carr.

107D’autre part, on sait que l’obsidienne verte peut provenir de gisements mexicains (Pachuca-Cerro de Las Navajas ; Bail et Rovner 1972 : 42 ; Sheets 1975a : 100). L’obsidienne verte apparaît assez peu fréquemment dans les Hautes Terres du Guatemala, et généralement en contexte postclassique ancien (Ashmore et Sharer, comm. pers.). C’est le cas des deux lames trouvées à Las Flautas Ouest (S3).

d) Remarques concernant l’importation et la fabrication en Alta Verapaz

108La faible proportion d’éclats de décorticage (moins de 3 % du total ; moins de 1 % à Xutjá 1) suggère que l’obsidienne était importée sous forme de blocs déjà préparés. Les grands éclats laminaires sont aussi apparemment très peu nombreux ; il est généralement admis que ces grands éclats étaient fabriqués sur place au gisement. Ce sont donc ces grands éclats laminaires et des nuclei préformés qui devaient être importés en Alta Verapaz.

109Le stade de fabrication suivant incluait le façonnage des grands éclats laminaires, ou macrolames, en unifaces ou en bifaces, et le façonnage final des nuclei prismatiques ; le dernier stade consistait à détacher les lames des nuclei. Parallèlement, des lames, des éclats laminaires petits et moyens, dont peut-être des prélames de façonnage des nuclei prismatiques, et même certains nuclei épuisés, pouvaient être retouchés en pointes et en grattoirs. Ces processus étaient effectués dans chaque foyer, ou bien plutôt dans des ateliers spécialisés.

110Un atelier existait peut-être à Xutjá 1 au Classique récent (au pied de la str. 1 ruinée, sondage S1, fig. 52, 64) : la décharge, fouillée sur plus de 1 m2 mais non épuisée, épaisse de 20-25 cm, a fourni 1613 éclats, 14 lames et 3 nuclei (outre 1 356 tessons). Les éclats sont laminaires, petits, et résultent probablement d’une activité de taille bifaciale, peut-être à partir du façonnage de macrolames importées (entre autres processus). Le petit nombre de lames prismatiques trouvées dans la décharge indique d’autre part que si des lames étaient débitées sur place à partir de nuclei prismatiques, elles étaient en grande majorité utilisées ailleurs, donc sans doute distribuées. Mais on n’a pas trace de la mise en forme des nuclei prismatiques à partir de nuclei préformés importés, puisque les prélames sont très rares dans cette décharge, du moins dans la partie fouillée.

111Dans les autres collections, on trouve très peu de nuclei prismatiques et une forte proportion de lames par rapport aux éclats (30 à 70 % environ du total lames-éclats). Ces derniers sont pour la plupart des déchets plutôt que des éclats laminaires de mise en forme. Hors de l’hypothétique atelier de Xutjá 1, il n’y aurait donc pas eu d’activité de façonnage bifacial mais avant tout une utilisation de lames prismatiques. Ceci étant dit, les collections par site représentent chacune une durée beaucoup plus longue que celle de la décharge de Xutjá 1 (tous les niveaux groupés de un à trois sondages, contre un seul niveau à Xutjá 1) ; la comparaison quantitative n’a en ce sens qu’une valeur limitée.

  • 4 Nous remercions F. Rodriguez, chercheur du CEMCA (México), dont les commentaires et les critiques c (...)

112En résumé, et toutes réserves faites sur la fonction exacte de la décharge de Xutjá 1 et sur les comparaisons quantitatives, il est possible que ; 1) l’obsidienne ait été importée en Alta Verapaz sous forme de macrolames et de nuclei préformés (voire de nuclei prismatiques) ; 2) tous les processus ultérieurs de débitage et de façonnage aient été effectués sur place dans des ateliers spécialisés, y compris celui du débitage des lames prismatiques à partir des nuclei; il est en effet improbable que des non spécialistes aient maîtrisé cette technique délicate ; 3) les lames et autres outils aient été distribués depuis les ateliers dans les communautés, où ils étaient éventuellement retouchés selon les besoins (analyses consultées : Kiddér 1947 : 10 ; Graham et Heizer 1968 ; Hester 1972, 1975 ; Baudez et Becquelin 1973 : 370-378 ; Willey 1973 : 208 ; Sheets 1975a, 1975b ; et communication personnelle de F. Rodriguez 19834).

  • 5 L’inférence serait plus valide ou plus nuancée si le calcul des rapports pouvait être fait par péri (...)

113Une dernière remarque peut être faite concernant les proportions de lames et d’éclats retouchés : environ 20 % de lames retouchées sur le total des lames, et moins de 2 % d’éclats retouchés sur le total des éclats. Ces proportions faibles suggèrent que l’obsidienne était localement un matériau de grande distribution qu’il n’était pas indispensable d’économiser en retouchant les éclats, ou les lames utilisées5 ; Hester (1975) mentionne le cas de la collection de Tres Zapotes (Mexique) où, par exemple, le processus de rajeunissement des nuclei était très important, particularité liée au fait que les gisements d’obsidienne étaient peu accessibles depuis le site.

Silex (tabl. 17 et 18)

114H-132-7 (fig. 121 d) : fragment de pointe ; retouches irrégulières bifaciales ; silex blond. L. : 2,8 cm ; l. : 2,5 cm ; Ep. : 1,5 cm.

115H-26 (fig. 121c) : pointe foliacée à pédoncule. Pointe : à bords convergents convexes. Corps : à bords très légèrement convergents vers le bas. Pédoncule : à bords légèrement divergents. Le bout est convexe ; les crans sont obtus et arrondis ; retouches bifaciales couvrantes et rasantes sur l’avers, assez régulières et grandes (supérieures à 2 cm) ; couvrantes, irrégulières et moyennes sur le revers ; abruptes à verticales sur les bords.

116Silex blond. L. : 10,4 cm ; Z. : max. 4,4 cm ; Ep. au centre : 0,8 cm ; Ep. au bord : 0,6 cm. Pédoncule : l. : 2,6 cm aux crans, et 1,6 cm de hauteur.

Silex, commentaires

117Il n’y a pas de gisements de silex dans les Hautes Terres (voir cependant Feldman 1971). Il est probable que le silex était importé des Basses Terres. Très peu d’objets de silex antérieurs au Classique ont été trouvés dans les Hautes Terres (Coe 1965 : 595, 597) ; le fragment trouvé à Valparaiso en contexte protoclassique est donc remarquable.

118Les pointes de silex à pédoncule évasé sont aussi assez rares, au moins dans l’aire maya, et généralement tardives (Kidder 1947 : 9 ; Coe 1965 ; Willey 1973 : 161). Quatre exemplaires sont signalés à Zaculeú où elles datent du Postclassique (Woodbury et Trik 1953 : fig. 124), un non daté à Zacualpa (Wauchope 1948 : pl. 24j), et plusieurs à Tajumulco, donc du Postclassique ancien (Dutton et Hobbs 1943 : fig. 25a).

Schiste (tabl. 17 et 18)

119H-9-1 (fig. 121a) : plaque rectangulaire à quatre encoches bilatérales ; un des petits côtés est un tranchant très usé et émoussé, à biseau simple, et fil convexe dissymétrique. Attaché à un manche au moyen de cordelettes passées dans les encoches, cet objet pouvait servir de racloir grossier. Schiste gris. L. : 10 cm ; Z. : 3,7 cm ; Ep. max. : 0,9 cm.

120H-20-3 : petit fragment de plaque à une encoche.

IV PIERRE : AUTRES OBJETS (Tabl. 17 et 18)

121H-135-9 (fig. 111c) (schiste) : galet ovale, très plat, gravé sur les deux faces de traits s’entrecroisant ; sillon de la gravure : très superficiel, de 0,2 à 0,3 mm de largeur. Schiste vert (?). 7 x 4,6 x 0,7 cm Quartz (cristal de roche) (fig. 121b)

122H-161-10, H-294-16, H-429-25, H-260-30, H-297-31 (total de huit fragments). Cinq sont des fragments de quartz non travaillés, plus ou moins translucides ; trois sont des cristaux naturels à facettes, fragmentaires. 2,6 à 3 cm × 0,6 à 1,6 cm.

123Remarque et comparaisons : on note que quatre fragments proviennent d’une cache, et deux, du sol 1 de la constr. 3-1 de Sulín, associés à des vestiges d’activités cérémonielles. Des cristaux ou fragments de quartz, travaillés ou non, ont été trouvés dans des sépultures ou des caches à Zaculeú, à (Nebaj), dans la vallée du Motagua et à Copán (Woodbury et Trik 1953 : 231 ; Smith et Kidder 1943 : 164 ; 1951 : 44 ; Longyear 1952 : 107 ; voir aussi Lothrop 1936 : fig. 63b et Kidder 1947 : 52). Mica

124H-134-8, H-222-12, H-241-14, H-297-32 (total de quatre fragments). Fragments de plaquettes très minces, de moins de 2 cm de côté.

125Comparaison : feuilles de mica dans la plupart des tombes Esperanza de Kaminaljuyú (Kidder, Jennings et Shook 1946 : 144).

126F-297-43 (tabl. 19) (“jade”) : petit fragment non travaillé. Muscovite, 4,8 x 4,2 x 1 cm.

V. Objets divers publiés provenant d’Alta Verapaz

127L’inventaire qui suit ne comprend pas les figurines car pour cette catégorie, la seule liste des occurrences et des références est très longue et ne présenterait pas d’intérêt en l’absence d’une classification qui dépasse les limites de cette recherche.

128Haches : de pierre verte, à Chipal, Postclassique récent (Butler 1940b).

  • 6 Le nom Chixoy désigne ici les sites proches du Rio Chixoy fouillés par Burkitt.

129Jade : à Chajcar, Chamá, Tampoma et Chixoy6, Classique et Postclassique (Schellhas 1895 ; Smith 1949 ; Butler 1940b).

130Plaques de pyrite : à Chajcar, Chixoy, Chamá et Tampoma, Classique et Postclassique (Dieseldorff 1893 ; Schellhas 1895 ; Butler 1939, 1940b ; Smith 1949).

131Lames ou pointes de silex : à Campur (grotte), Chiatzam, Las Pacayas et Chixoy (Seler 1904 ; Butler 1940b).

132Quartz : à Campur (grotte) et à Chamá (Seler 1904 ; Butler Arch. U.M.).

133Mica : à Chamá (Butler 1940b).

134Turquoise : mosaïque à Chipal, Postclassique récent (Butler 1940b).

135Cuivre : parures et grelots à Chajcar, Chixoy, Chipai, Postclassique récent (Schellhas 1895 ; Butler 1940b).

136Or : feuille à Ulpan, feuilles et rubans à Chipal, disque “en repoussé” à Chimuxan ; Postclassique récent pour les objets de Chipai (Schellhas 1895 ; Butler 1940b, Arch. U.M.).

137Os : alène à Chajcar, tubes gravés dans un site du Chixoy et objets analogues à Los Encuentros, perles à Seacal, Classique récent (Schellhas 1895 ; Butler 1940b ; Ichon 1979a ; Smith 1952).

138Coquillage : anneau à Chamá, parure à Chipal, Classique récent, Postclassique récent (Dieseldorff 1893 ; Butler 1940b).

Objets divers fig. 111 à 122

139Les dessins présentés à la fig. 111 ont été faits grandeur nature par Yves Baudouin.

140Les clichés des objets ont été effectués par Jean-Pierre Courau, et les tirages par Victor Lagarde.

Fig. 111 – Objets divers a) C-164-8. figurine de terre cuite b) H-296-17 et -18. deux perles de quartz c) H-135-9, galet de schiste

Fig. 112 – Figurines de terre cuite a) C-131-6 ; b) C-133-7 ; c) C-129-5 ; d) C-121-3 ; e) C-349-9 ; f) C-10

Fig. 112 – Figurines de terre cuite a) C-131-6 ; b) C-133-7 ; c) C-129-5 ; d) C-121-3 ; e) C-349-9 ; f) C-10

Fig. 113 – Pierre polie, pierre sphérique et mortier a) e-24-1 ; b) H-33-5

Fig. 113 – Pierre polie, pierre sphérique et mortier a) e-24-1 ; b) H-33-5

Fig. 114 – Pierre polie, haches trouvées en fouille (1975) ou achetées a) H-28 b) H-254-15 ; c) H-24-4 ; d) H-27 ; e) H-231-13 ; f) H-406-24 ; g) H-387-23

Fig. 114 – Pierre polie, haches trouvées en fouille (1975) ou achetées a) H-28 b) H-254-15 ; c) H-24-4 ; d) H-27 ; e) H-231-13 ; f) H-406-24 ; g) H-387-23

Fig. 115 – Pierre polie, haches de Las Flautas Est trouvées par le propriétaire du terrain (longueur de a : 12,5 cm)

Fig. 115 – Pierre polie, haches de Las Flautas Est trouvées par le propriétaire du terrain (longueur de a : 12,5 cm)

Fig. 116 – Pierre polie, parures et autres objets de jade a à f) F-254-2,-17,-13,-3,-14,-11 ; g) F-263-19 ; h) F-288-23 ; i) F-254-12 ; j) F-266-21 ; k) F-66-01 ; l) F-267-22.

Fig. 116 – Pierre polie, parures et autres objets de jade a à f) F-254-2,-17,-13,-3,-14,-11 ; g) F-263-19 ; h) F-288-23 ; i) F-254-12 ; j) F-266-21 ; k) F-66-01 ; l) F-267-22.

Fig. 117 – Pierre polie, parures de jade et de quartz a à c) F-254-8,-16,-9 ; d) F-265-20 ; e) F-254-10 ; f) F-337-44 ; g à j) F-254-4 à 7 ; k) F-254-15 ; l) F-296-24 à -42 (jade) et H-296-17 à 20 (quartz) ; m) F-254-1

Fig. 117 – Pierre polie, parures de jade et de quartz a à c) F-254-8,-16,-9 ; d) F-265-20 ; e) F-254-10 ; f) F-337-44 ; g à j) F-254-4 à 7 ; k) F-254-15 ; l) F-296-24 à -42 (jade) et H-296-17 à 20 (quartz) ; m) F-254-1

Fig. 118 – Pierre taillée, obsidienne, lames et éclats laminaires a et b) lames non retouchées ; c et d) lames et éclats retouchés (d, extrême droite, hauteur : 5,5 cm)

Fig. 118 – Pierre taillée, obsidienne, lames et éclats laminaires a et b) lames non retouchées ; c et d) lames et éclats retouchés (d, extrême droite, hauteur : 5,5 cm)

Fig. 119 – Pierre taillée, obsidienne, divers a) nuclei ; b) éclats retouchés, 4e droite : nucleus retouché ; c) pointes foliacées ; d) pointes de flèches à encoches ; e) lames et éclats laminaires à coches (a, extrême droite, hauteur : 4 cm)

Fig. 119 – Pierre taillée, obsidienne, divers a) nuclei ; b) éclats retouchés, 4e droite : nucleus retouché ; c) pointes foliacées ; d) pointes de flèches à encoches ; e) lames et éclats laminaires à coches (a, extrême droite, hauteur : 4 cm)

Fig. 120 – Pierre taillée, obsidienne, grands éclats laminaires a et d) sol 1, str. 3, Sulín ; b) sép. 2, Salto S2 ; c) remblai str. 3, Sulín.

Fig. 120 – Pierre taillée, obsidienne, grands éclats laminaires a et d) sol 1, str. 3, Sulín ; b) sép. 2, Salto S2 ; c) remblai str. 3, Sulín.

Fig. 121 – Pierre taillée, outils de schiste et de silex. Autres objets : quartz a) H-9-1 ; b) H-429-25 ; c) H-26 ; d) H-132-7.

Fig. 121 – Pierre taillée, outils de schiste et de silex. Autres objets : quartz a) H-9-1 ; b) H-429-25 ; c) H-26 ; d) H-132-7.

Fig. 122 – Fragments de coeurs d’épis de maïs carbonisés (Chicán, str. 4-est, sols 1 et 2)

Fig. 122 – Fragments de coeurs d’épis de maïs carbonisés (Chicán, str. 4-est, sols 1 et 2)

Notes

1 Le numéro 1 n’a pas été attribué.

2 Neuf figurines seulement ont été trouvées en fouille, car C-10 a été achetée.

3 Analyse par diffraction aux rayons X par A.A. Bliss (Département de Géologie. Université de Rutgers) que nous remercions.

4 Nous remercions F. Rodriguez, chercheur du CEMCA (México), dont les commentaires et les critiques concernant l’analyse de l’obsidienne ont été précieux.

5 L’inférence serait plus valide ou plus nuancée si le calcul des rapports pouvait être fait par périodes chronologiques.

6 Le nom Chixoy désigne ici les sites proches du Rio Chixoy fouillés par Burkitt.

Table des illustrations

Titre Tableau 17 : Objets divers, inventaire (obsidienne exclue)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 17 (suite) : Objets divers, inventaire (obsidienne exclue)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 18 : Objets divers, distribution par périodes chronologiques (obsidienne exclue)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 19 : Objets de jade, inventaire détaillé
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 20 : Obsidienne, distribution par sites
Légende Note : Les chiffres qui figurent sous les noms de sites indiquent le nombre d’unités de fouille d’où provient l’obsidienne. CS = collection de surface
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 21 : Obsidienne, inventaire détaillé (éclats et lames fragmentaires exclus)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Notes : L’échantillonnage couvre 13 sites de la zone, de Unión Barrios au sud à Chajsel au nord (carte h.-t.).L’échantillonnage constitue 1,7 % de toute l’obsidienne recueillie.L’analyse (spectrométrie de masse) a été effectuée par K. Villiers-Fisher (1979) sous la direction de M. Carr.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 112 – Figurines de terre cuite a) C-131-6 ; b) C-133-7 ; c) C-129-5 ; d) C-121-3 ; e) C-349-9 ; f) C-10
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 113 – Pierre polie, pierre sphérique et mortier a) e-24-1 ; b) H-33-5
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 114 – Pierre polie, haches trouvées en fouille (1975) ou achetées a) H-28 b) H-254-15 ; c) H-24-4 ; d) H-27 ; e) H-231-13 ; f) H-406-24 ; g) H-387-23
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 115 – Pierre polie, haches de Las Flautas Est trouvées par le propriétaire du terrain (longueur de a : 12,5 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 116 – Pierre polie, parures et autres objets de jade a à f) F-254-2,-17,-13,-3,-14,-11 ; g) F-263-19 ; h) F-288-23 ; i) F-254-12 ; j) F-266-21 ; k) F-66-01 ; l) F-267-22.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 117 – Pierre polie, parures de jade et de quartz a à c) F-254-8,-16,-9 ; d) F-265-20 ; e) F-254-10 ; f) F-337-44 ; g à j) F-254-4 à 7 ; k) F-254-15 ; l) F-296-24 à -42 (jade) et H-296-17 à 20 (quartz) ; m) F-254-1
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 118 – Pierre taillée, obsidienne, lames et éclats laminaires a et b) lames non retouchées ; c et d) lames et éclats retouchés (d, extrême droite, hauteur : 5,5 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 119 – Pierre taillée, obsidienne, divers a) nuclei ; b) éclats retouchés, 4e droite : nucleus retouché ; c) pointes foliacées ; d) pointes de flèches à encoches ; e) lames et éclats laminaires à coches (a, extrême droite, hauteur : 4 cm)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 120 – Pierre taillée, obsidienne, grands éclats laminaires a et d) sol 1, str. 3, Sulín ; b) sép. 2, Salto S2 ; c) remblai str. 3, Sulín.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 121 – Pierre taillée, outils de schiste et de silex. Autres objets : quartz a) H-9-1 ; b) H-429-25 ; c) H-26 ; d) H-132-7.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 122 – Fragments de coeurs d’épis de maïs carbonisés (Chicán, str. 4-est, sols 1 et 2)
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4941/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search