Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’habitat en alta Verapaz, Guatemala

 | 
Marie-Charlotte Arnauld

Annexes

Annexe I. Fiches descriptives des sites archéologiques

Texte intégral

1On trouvera dans cette annexe les fiches descriptives des 50 sites localisés en 1974 et 1975 qui n’ont jamais été signalés auparavant. On y ajoute les fiches de 9 sites déjà connus mais dont les descriptions ne sont pas publiées, c’est-à-dire 7 sites que nous avons visités, et 2 sites que nous n’avons pas pu localiser. Enfin les descriptions publiées par A.L. Smith (1955) pour Chicán-Chinchilla, Chichén et Valparaíso sont ici complétées. Les sites que nous ne décrivons pas sont ceux dont les descriptions ont été publiées, et que nous n’avons pas reconnus, à l’exception de Sakajút que nous avons visité ; il s’agit de Chajcar (Schellhas 1895 ; Adams 1965, 1967), Chipoc et Samac (disparus ; Smith 1952), Chicuxab et Santa Elena-Santa Cruz (disparus ; A.L. Smith 1955), Sakajút (Sedat et Sharer 1972).

2La composition des fiches est la suivante :

  1. Localisation précise avec référence à la carte au 1/50 000 de l’Instituto Geográfico Nacional (n° de la feuille ou hoja, et coordonnées du site selon le quadrillage de Mercator). Type d’emplacement et altitude (éventuellement caractère stratégique de l’emplacement et autres particularités notables). Modifications (parties du site détruites, perturbées, masquées...).

  2. Type de site (typologie fonctionnelle présentée au chap. 3). Superficie. Description des vestiges : agencement et morphologie des structures avec leurs hauteurs. Mode de construction, architecture.

  3. Mention des travaux effectués en 1974 et 1975 (collection de surface et ou bien fouilles).

  4. Travaux antérieurs à cette recherche et références (I.D.A.E.H. pour Instituto de Antropología e Historia de Guatemala).

3• Datation, basée sur l’analyse de la céramique (voir tabl. 16) sauf autre indication.

4• Remarques

5L’ordre dans lequel sont présentées les fiches est alphabétique (noms des sites).

AGUACATE

  1. Massif de Tzalam au sud de Tactic, au bord (rive nord) du Río Quililá, à moins d’1 km à l’est de Santa Rita (hoja 2161 IV ; 785-1687). Au confluent de plusieurs quebradas encaissées, sur un promontoire en pente douce que contourne le río. Altitude : 1 200 m. Un hameau de quelques maisons occupe le site. Largeur du promontoire occupé : 10 m.

  2. Type A, habitat. Quelques terrasses à murs de soutènement faits de gros blocs équarris. Des traces de terrasses sont aussi visibles sur la rive plate du río.

6• Remarque : on a relevé au passage un monticule au bord du chemin, à Santa Rita qui est un emplacement plus intéressant qu’Aguacate, au carrefour de deux chemins importants et au confluent de deux ríos.

LA CANDELARIA

  1. Dans les collines karstiques au nord-est de Cobán, hameau situé tout près de la finca Sepoc, à 1 heure de marche au sud-ouest de Chimox (hoja 2162 I ; 798-799/1716-1717). Informateur : Jacinto Vaides de Chimox. Dépression très exiguë encadrée de collines coniques escarpées, et parsemée d’éperons rocheux assez élevés. L’un d’eux est le Tzultenamit (cerro del pueblo). Altitude : 1 300 m.

  2. Type B, lieu de culte isolé. Vaides nous a montré un alignement de pierres situé sous un surplomb au premier tiers du versant sud du Tzultenamit. Il a fouillé une sépulture accompagnée de 2 figurines représentant un homme et une femme (environ 30 cm de hauteur) ainsi que le moule, objets qu’il a remis à E. Dieseldorff (voir Dieseldorff 1926 : fig. 24). Céramique de surface assez abondante sur le flanc est, ainsi que dans le fond de la dépression.

  3. En 1974, petite collection de surface.

7• Remarque : Vaides signale aussi un alignement de pierres au sommet de la colline appelée Kaua Santiago à Chimox, une grotte et beaucoup de céramique en surface à proximité de sa propre maison à Chimox.

CANXUL (fig. 24)

  1. Dans la vallée supérieure du Cahabón, rive droite, au pied d’une cascade (sources du Cahabón), à 200 m à l’est de la route N5 Guatemala-Cobán, au nord-ouest de la finca Patal (maison) (hoja 2161 IV ; 792-1691). Le site se trouve à la base du versant est de la vallée, sur un terre-plein en pente faible. Altitude : 1 560 m. Terrain fertile. Fouilles clandestines sur les str. 1 à 4.

  2. Type D, centre avec zone d’habitat. A mi-pente du terre-plein, une terrasse rectangulaire artificielle (1,80 m) supporte deux plates-formes longues (str. 5 et 6 : 0,50 m) et une autre au centre (str. 4 : 1,60 m). Plus au nord sur une deuxième terrasse (1,60 m) se trouvent un petit monticule (str. 8 : 0,40 m) et un monticule élevé (str. 7 : 2,50 m). Trois monticules situés au pied de la première terrasse, dont la str. 2 (1 m), ne se conforment pas à l’agencement orthogonal général. Il en est de même des 15 ou 17 structures éparpillées sur la pente au sud-ouest de la terrasse. Elles sont de forme peu nette, et basses (20-30 cm) sauf la str. 9 (1 m). Elles paraissent groupées deux par deux. Beaucoup de pierres calcaires éparses et quelques lignes de pierres témoignent de soutènements de la première terrasse.

  3. En 1975 : une collection de surface et trois sondages.

8• Datation : Classique ancien et Postclassique ancien.

CARCHA-CALVARIO (fig. 23)

9Butler appelle ce site Calvario, ou Torres (nom du propriétaire en 1939).

101. Dans la dépression de San Pedro Carchá, au sud de la route, site visible depuis le cimetière (calvario), au bord duquel il se trouve (hoja 2162 III ; 788-1712). Il s’étend sur deux terrasses hautes d’environ 50-60 m, qui dominent la dépression. Carchá-Potrero est visible au nord. Altitude : 1 320-1 340 m. La str. 1 a servi de carrière. Une partie du site est masquée par le cimetière et une plantation de café.

112. Type D, centre avec zone d’habitat. 8 ha. On peut distinguer deux groupes distants d’environ 250 m. Le groupe 1 comporte une plaza avec une pyramide à l’est (str. 2 : 9-10 m), une autre à l’ouest (str. 1 : 6,40 m) elle-même placée sur une longue terrasse rectangulaire en partie artificielle (10 m environ), et enfin deux monticules petits au nord et au sud (str. 3 et 4 : 1,50-2 m). La str. 5 est juxtaposée à la str. 2 (str. 5 : 2,50 m). Les autres monticules du groupe ne se conforment pas à la disposition orthogonale (moins de 1 m). En raison de la disposition des str. 1, 2 et 8 à 10, le groupe 1 semble aligné selon un azimut nord-est/sud-ouest. Quant au groupe 2, on discerne des traces de plates-formes sans organisation apparente (moins de 2 m). La str. 1 à 35 m de longueur.

124. Butler a fouillé le site en 1939 (Arch. U.M.) :

13• “Monticule B”-str. 3 : tranchées à la base au nord et à l’ouest, dégagement des murs de soutènement (?) faits de pierres équarries portant des traces de “plâtre” et de mortier ; escalier du côté nord ; de ce côté, une fosse de 2 m de profondeur, au pied de l’escalier, antérieure aux murs ; sur le monticule, vestiges des murs de la superstructure qui devaient être la base de cloisons de matériaux périssables ; sol d’argile cuite rose.

14Le sol de la place était dallé de grandes pierres.

15•Céramique (str. 3) : tessons épais, engobés orange et polis (heavy orange), principalement dans la fosse ; il s’agirait de tessons Sierra Red d’après les descriptions de Butler (voir Smith 1955b I : 119, 121).

16•“Terrasse du monticule A”-str. 1 : deux tranchées aux bords supérieurs nord et est. Murs de soutènement de pierres équarries et de galets, probablement stuqués. Au rebord est, une fosse couverte d’argile cuite. Sur le flanc nord, deux murs formant un degré ; un mur antérieur stuqué témoigne d’une première étape de construction ; mais selon Butler, la construction la plus ancienne était sans murs, seulement revêtue de mortier.

17• “Monticule A”-str. 1 : deux tranchées à la base et au sommet du flanc est, et un sondage au sommet. Sur le flanc est, deux escaliers superposés dont le plus ancien stuqué ; au sommet, traces de maçonnerie (moderne ?) visibles avant fouilles ; fouille du remblai. Au pied du flanc est, peut-être une cache de céramique et de fragments de stalactites.

18•Céramique (str. 1) : en surface, céramique que Butler compare à celle de Kanihaab et qui serait postclassique ancienne ou classique récente ; au niveau 3 des fouilles, tessons heavy orange, et tessons noirs polis incisés, ainsi que des “figurines archaïques” modelées (en surface les figurines sont moulées). Absence de céramique plombée.

19Un bord de tecomate a été trouvé en surface sur le site (Sharer, comm. pers.).

20Autres références : fichier I.D.A.E.H. ; Sapper 1895 : Taf. 8 ; Shook s.d. : 279, 15-16.

21• Datation : Préclassique moyen (?), Préclassique récent et Protoclassique, Classique ancien (?), Classique récent.

CARCHA-POTRERO (fig. 15)

22Butler appelle ce site Potrero, ou Valentín Morales (propriétaire en 1939).

231. Dans la dépression de San Pedro Carchá, en bordure du village au nord-est. La str. 3 est visible depuis le premier pont à l’entrée du village et depuis Carchá-Calvario (hoja 2162 III ; 788-1713). Le site se trouve sur une petite butte qui domine la dépression. Altitude : 1 300 m. Une tranchée limitant une propriété traverse la str. 3.

242. Type C, centre. 1,6 ha. Les flancs de la butte semblent avoir été régularisés. Au sommet, la plaza comporte 4 ou 6 structures (moins de 0,50 m) et une pyramide située du côté ouest (6-7 m). Les autres monticules, petits et bas, ne se conforment pas à la disposition orthogonale.

254. Butler a fouillé ce site en 1939 (Arch. U.M.) : plusieurs sondages sur la pyramide (str. 3) et autour ; vestiges d’un mur de pierres au sommet ; trois degrés sur les flancs est et nord ; Butler précise qu’une chapelle située au sommet de la structure a été détruite vers 1900.

26Céramique : principalement des bols brun-rouge à moulure, des tessons polychromes, des tessons incisés, dont certains témoignent d’importations de Chamá (Chamá 3-4) ; quelques tessons heavy orange sont aussi présents.

27• Datation (selon Butler) : Préclassique ? ; Classique récent.

CERRO VERDE

28(Nom du sommet dominant la vallée à l’est)

  1. Dans la vallée de Unión Barrios, rive droite du cours d’eau, à environ 500 m au sud-est du village (hoja 2161 I ; 801-1680). En fond de vallée, à la base du Cerro Verde. Altitude : 1 650 m.

  2. Type A, habitat. Petit groupe de 4 monticules (0,40 m) formant un sitio ; la base d’un mur est visible. Non loin de là sur le versant, un monticule plus grand a été repéré (15 x 10 x 1 m).

CHAMAOJ

  1. Dans la vallée de Tactic, près de Tactic à l’est, sur la piste de Chiacal à 500 m après le pont de la sortie de Tactic (hoja 2161 IV ; 783-1695). Le site se trouve à la base de la pente du versant sud de la vallée. Altitude : 1 560 m.

  2. Type A, habitat domestique. 900 m2 au moins. Il s’agit d’un vaste dépôt de céramique s’étendant à faible profondeur en plusieurs secteurs.

  3. En 1975 : une collection de surface près d’une fouille clandestine, et un sondage dans le même secteur.

29• Datation : Classique récent.

CHAJSEL

  1. Dans la vallée moyenne du Cahabón entre Cobán et Carchá, finca Chajsel (sur la rive droite) ; le site est au bord du río, sur la rive gauche (hoja 2162 III ; 785-1713). Le site se trouve sur une pente abrupte. Altitude : 1 300 m.

  2. Type A, habitat domestique. Environ 8 plates-formes aux murs de soutènement faits de gros blocs calcaires.

  3. En 1975 : une collection “de surface” faite alors que l’habitant du lieu égalisait la terrasse de sa maison. Les dépôts semblent avoir plus d’1 m de profondeur et la céramique est abondante.

  4. Butler a fait une collection de surface à “Chajsal” en 1939 : céramique classique (Arch. U.M.). Wauchope signale un tesson postclassique récent dans une collection effectuée sur le site par Adams (1970 : 204).

30• Datation : Classique récent, Postclassique.

CHEJEL (h us-zone)

  1. Sur le versant sud escarpé de la chaîne qui borde la vallée de Tucurú (du côté sud) ; au bord de la piste Purulhá-Sulín-Pansal, 6 km après Pansal (hoja 2161 I ; 1689-812). Le site se trouve sur un replat perché sur le versant. Altitude : 900 m.

  2. Type A, habitat domestique. Près d’une chapelle, plusieurs plates-formes et des terrasses paraissent groupées. L’ensemble n’est pas net.

CHIACAL

  1. Dans la dépression de Chiacal adjacente à la vallée de Tactic au sud-ouest ; au bord du chemin Tactic-Chiacal, 50 m après l’école (hoja 2161 IV ; 780-1695). Le site se trouve dans le fond de la dépression. Altitude : 1 460 m. Des monticules peuvent être masqués ou avoir été détruits car l’habitat actuel est dense.

  2. Type C, centre. Deux monticules de même orientation se font face à 45 m de distance (3 m, 1,60 m). Des pierres, des fragments de torchis et des tessons sont épars tout autour.

  3. En 1975 : une collection de surface.

31Datation : Postclassique ancien.

CHICAN (CHINCHILLA) (fig. 37 à 39, 88, 89, 100)

32A.L. Smith a appelé ce site Chinchilla du nom du propriétaire à l’époque (1955 : 62). Le hameau local s’appelle Chicán, ou Xontal, ou Chontal. C’est le nom de Chicán qui figure sur la carte.

  1. Sur le versant nord de la vallée de Tactic, à 2 km est de Tactic, et à 500 m du hameau de Guaxpac (hoja 2161 IV ; 787-1695). Le site s’étend sur plusieurs promontoires à sommet plat qui dominent la vallée de quelques dizaines de mètres, et sur les terrasses les plus basses qui bordent le Cahabón. L’emplacement est potentiellement défensif, et la position est stratégique au carrefour de trois vallées, avec visibilité sur deux d’entre elles. Altitude : 1 450-1 500 m. Des plates-formes sont masquées par le hameau moderne. La str. 1 du groupe A est détruite entièrement.

  2. Type E, centre recteur. 14 ha. Les groupes A et B ont été décrits par A.L. Smith qui en donne un plan ; nous avons repris ce plan mais avons légèrement modifié les dimensions des structures du gr. A, et l’orientation de celles du gr. B. Nous avons repéré 9 structures supplémentaires qui forment le gr. C, à l’est du gr. B, sur une terrasse basse (leurs hauteurs sont de moins d’l m). Il y a aussi un certain nombre de traces de terrasses domestiques sur la pente sud-est autour du gr. C, sur la pente au nord du gr. B et probablement aussi sur la pente à l’ouest du gr. A. Enfin, il y a une structure apparemment isolée sur le versant au-dessus du gr. A (ces vestiges ne figurent pas sur le plan d’ensemble du site, fig. 38).
    A environ 500 m à l’est se trouve le site de Guaxpac qui occupe l’interfluve séparant les vallées de Tactic et du Polochic. Sur la pente ouest qui donne sur la vallée de Tactic, c’est-à dire regardant Chicán, de nombreuses terrasses domestiques groupées sont visibles. Il est possible que Guaxpac ait été une zone d’habitation dépendant de Chicán.

  3. En 1975 : une collection de surface sur le gr. A, ainsi que quatre sondages et six tranchées ; dans le gr. B, trois sondages.

  4. Le site a été visité par Kidder en 1938 et par Smith en 1948 ou 1949 (A.L. Smith 1955 : 62-63, fig. 41a, 136). R.E. Smith y a trouvé deux tessons préclassiques (1949 : 230). Mais l’architecture a été considérée comme datant du Postclassique. Un fragment d’encensoir à décor moulé, postclassique récent, a été trouvé par Kidder (1954 : fig. 3h ; Wauchope 1970 : 205). Une petite quantité de tessons postclassiques récents provenant d’une fouille récente faite par l’I.D.A.E.H. est déposée au Museo (Alta Verapaz 51-1, A-42). Le site est aussi signalé sous le nom de Tactic par Cruz (1917) qui le compare aux sites protohistoriques des Hautes Terres.

33• Datation : Postclassique récent ; les promontoires des gr. A et B ont été occupés aussi au Préclassique récent-Protoclassique.

CHICANOJ

  1. A l’entrée ouest de la dépression de Chilax, sur le chemin Chichén-Chilax, trois quarts d’heure de marche de Chichén, sur la dernière terrasse du versant sud de la dépression qui domine à peine le fond (hoja 2162 III ; 785-1702). Altitude : 1 440 m.

  2. Type C, centre. 0,25 ha. Environ 5 structures sont disposées autour d’une petite place, au centre de laquelle se trouvent deux monticules (2 m de hauteur maximum). Le site est masqué par des fourrés épais.

CHICHEN (fig. 33)

  1. A la base du versant nord de la dépression de Chichén (finca Chichén ; propriétaire, C. Hempstead) ; à une heure de marche depuis San Juan Chamelco ou une demi-heure depuis Xutjá (voir Xutjá 1) (hoja 2162 III ; 783-1702). Altitude : 1 420 m. Des fouilles clandestines ont endommagé les str. 2 et 3 ; une sculpture, disparue, a été trouvée dans la str. 3 (information du régisseur). La plaza B est occupée actuellement par des maisons.

  2. Type E, centre recteur. 6-7 ha. Le site est décrit par A.L. Smith. Nous n’y ajoutons que la str. 23, petit monticule bas situé à l’ouest de la str. 1, sur le bord d’une haute terrasse qui est probablement en grande partie artificielle, d’après le sondage effectué (S3). Nous avons aussi repéré deux ou trois plates-formes petites et très basses près du site au sud et à l’est.
    Quant aux monuments : sur la dalle centrale du parement du mur en talus ouest du terrain de jeu de balle ouest (str. 1), est encore visible un bas-relief représentant le profil d’un oiseau, et une stèle lisse se trouve près de la str. 11 (2,50 x 0,52 x 0,45 m) (A.L. Smith 1955 : 61, fig. 38) ; nous avons trouvé une autre stèle lisse couchée entre les str. 14 et 16 du terrain est (2,70 x 0,70 x 0,30 m).

  3. En 1975 : une collection de surface à proximité du terrain est ; trois sondages.

  4. A.L. Smith a effectué une tranchée dans l’allée du terrain ouest, une autre dans la str. 1, et un puits sur la str. 3 qui a donné de la céramique “Chicanel et Tohil” (A.L. Smith 1955 : 60, fig. 38, 39, 134 ; R.E. Smith 1949 : 230). Sapper signale que des fouilles ont été faites par Léger, consul de Belgique (1895 : 18). Hirtzel publie des objets obtenus et déposés par Léger au Musée de Gand, “provenant de Cobán”, c’est-à-dire en fait de Chichén (1925 : 668-672) : des colliers de perles d’une pierre de nature non spécifiée, et 120 objets de céramique, dont des figurines représentant la divinité du soleil, des chiens, des personnages, ainsi que des tablettes moulées ou incisées probablement comme celles trouvées par Butler à Kanihaab. Les pièces les plus intéressantes sont 7 vases cylindriques à couvercle (dits “urnes funéraires” de moins de 15 cm de haut.): 3 couvercles sont ornés d’une tête humaine appliquée, de profil typiquement maya, les 4 autres de têtes zoomorphes; des bandes de glyphes ou motifs glyphiques incisés et excisés ornent le bord ; les cylindres eux-mêmes sont décorés de motifs incisés disposés en un ou deux panneaux ; le motif du cordon tressé à deux brins revient à 4 reprises; Hirtzel dit que les couvercles sont polychromés et que certaines de ces pièces ont “une espèce de lustre métallique”. Il y a enfin trois vases cylindriques incisés et excisés, dont deux à figures humaines, dont le style rappelle celui de Chajcar.

34• Datation : les tessons “Chicanel” des Smith que nous avons vus au Museo appartiennent au type Borayo Orange du complexe Carchá. On date donc la première occupation connue du site du Protoclassique plutôt que du Préclassique récent. Le site a été occupé jusqu’à la Conquête (mais à notre connaissance, aucun matériel du Classique ancien n’a été décrit ou déposé au Museo).

CHICOBAN (TUZUILPEC) (fig. 40) (hors-zone)

  1. Sur le versant nord de la vallée du Río Polochic, au-dessus de Tucurú au nord-est (par le chemin Tucurú-Chicobán) (hoja 2161 I ; 811-1693). Sur le sommet plat et les pentes assez accentuées d’un promontoire du versant nord, dont il est séparé par une quebrada : il domine la vallée de 250 m environ ; la visibilité sur la vallée est excellente ; le promontoire de Raxquix est visible à l’est. Emplacement potentiellement défensif. Pas de point d’eau au sommet. Altitude : 640 m. La chapelle est sur la str. 1 et des maisons occupent des structures de la partie ouest. La partie de l’est est masquée par une plantation de café.

  2. Type E, centre recteur. 4 ha au moins. Les irrégularités du terrain sont aménagées en deux vastes terrasses : celle de l’est (7-8 m) qui supporte deux autres terrasses plus petites (str. 18 et 19 basses) ; celle de l’ouest (8 à 13 m sur son flanc est) où se trouvent une grande plate-forme rectangulaire (2 m) supportant les str. 3, 4 et 5 (0,30 m ; 1,60 m ; 1 m) ; à côté s’étend une grande place bordée de deux plates-formes longues (str. 1 et 2 : 1,60 m). Les str. 4 et 5 de la plate-forme rectangulaire ressemblent à un petit complexe de “palais” entourant une cour centrale. Il en est de même des str. 7, 8 et 9 (1 m à 4 m) qui se trouvent à l’extrémité ouest de la terrasse ouest. Au-delà, plus à l’ouest, on a discerné un système d’au moins trois terrasses en gradins supportant les str. 10 à 14 (1 m ; 0,30 m ; 0,50 m ; 2 m ; 0,50 m). Le flanc de la terrasse ouest est aussi aménagé en terrasses mais plus petites ; on y trouve les str. 15, 16 et 17 (1 m). On ne note aucune structure pyramidale ; pour la plupart, les structures relevées sont des plates-formes étroites, longues de plus de 15 m ; la str. 2 à 50 m de longueur et la str. 1, 38 m. D’assez nombreuses petites terrasses d’habitation sont dispersées sur les flancs sud-ouest, ouest et nord-ouest du promontoire (non relevées sur le plan). Toutes les structures et les terrasses conservent des vestiges de murs. La maçonnerie est de petites dalles de schiste appareillées et stuquées. Des murs de superstructures sont visibles sur les str. 4, 8 et 13. Le flanc sud de la str. 2 (ici haute de 4 m) conserve les traces de ses murs en gradins ; sa façade nord présente nettement une série de 4 escaliers divisés par des alfardas, peut-être en talud tablero.

35• Datation : l’emplacement facile à défendre, les plates-formes longues, l’état de conservation et l’architecture démontrent qu’il s’agit d’un site postclassique récent.

36• Remarque : des informateurs habitant Chicobán signalent l’existence d’autres sites du même type à Guaxac (hoja 2161 I ; 808-1696) et à Raxquix (814-1692).

CHICOYOU

371. Finca Chicoyou à environ 1 km au nord-ouest de Cobán et environ 200 m à l’est de la base militaire de Chicoyoguito (hoja 2162 III ; 780-1713). Fond de la dépression de Cobán. Altitude : 1 320 m.

382. Type B, lieu de culte isolé. Une grotte, située à 300 m à l’est de la maison de la finca, contient des tessons en abondance. A côté se trouve une deuxième grotte (ou gouffre).

394. Référence : fichier des sites de l’I.D.A.E.H.

CHIJOU (fig. 16)

  1. A l’extrémité est de la dépression de Santa Cruz, sur le chemin Santa Cruz-Chichén qui passe par la finca Xutjá, à 20 mn de marche de la maison (hoja 2162 III ; 781-1702 ; le hameau de Chijoú est à plus de 1 km au sud-est du lieu où la carte le situe). Sur un terre-plein de quelques mètres de hauteur situé contre les collines qui ferment la dépression à l’est. Altitude : 1 350 m.

  2. Type C, centre. 0,6 ha. Cinq structures sont disposées autour d’une place, dont une structure pyramidale du côté est (str. 1 : 7 m ; str. 3 : 1,50 m ; str. 4 : 2 m ; str. 5 : 1 m ; str. 6 : très basse). Au milieu se trouve un monticule presque carré (str. 2 : 2 m). La str. 1 se trouve sur une plate-forme dont les murs ouest sont encore visibles (1,50 m).
    Des pierres sont éparses au sommet de la str. 1 et sur ses flancs, ainsi que sur la str. 2.

  3. En 1975 : une collection de surface et un sondage.

40• Datation : Classique récent et Postclassique ancien.

CHILAX

  1. Versant sud de la dépression de Chilax, sur une des terrasses de la base, à l’endroit où débouche le chemin venant de Xucaneb (hoja 2162 III ; 787-1701). Altitude : 1 420 m.

  2. Type A, habitat. On a discerné des traces de terrasses artificielles sur les flancs ouest et sud de la terrasse ; le sommet plat couvert d’une végétation dense n’a pas été inspecté.

Chitazul (hors-zone)

  1. Le hameau et le site de San José Chitazul se trouvent au bord même du Río Chixoy (rive droite), à environ 1 heure de marche au sud de San Joaquín (sud-est de San Cristóbal Verapaz ; hoja 2161 IV ; 771-1693). Sur une terrasse basse, plate, au bord du fleuve, la seule qui existe le long de ce fleuve très encaissé entre San Joaquín au nord et Pueblo Viejo-Chixoy au sud. Altitude : 700 m.

  2. Type D, centre avec zone d’habitat. Nous avons repéré assez rapidement 8 ou 10 structures faites de gros galets, dont une seule est assez élevée (2 à 3 m). Il y a probablement aussi des terrasses sur la pente à l’est.

CIRUELO

  1. Dans la vallée supérieure du Río Cahabón, approximativement au km 165 de la route N5 Guatemala-Cobán, à 100 m au nord-est (hoja 2161 I ; 796-797/1686). Sur une basse terrasse fluviale dans le fond de la vallée. Altitude : 1 500 m.

  2. Type A, habitat. 0,1 ha. Trois monticules hauts d’environ 1 m, sont disposés sur trois côtés d’une place petite, ou cour.

CONCEPCION

  1. Au rebord est de la dépression de San Juan Chamelco, à environ 1 km au sud-est du village. Le hameau est entouré de collines espacées, sauf au nord-ouest (hoja 2162 III ; 788-1706). Sur le sommet de deux collines ou éperons rocheux de petites dimensions, situées dans la dépression. Altitude : 1 400 m.

  2. Type A, habitat. Un monticule isolé sur un éperon rocheux (à environ 1 km au sud-ouest du centre du hameau). Un monticule d’environ 1 m de haut. sur un autre éperon (immédiatement au sud des bâtiments marquant le centre du hameau); il y a peut-être deux autres monticules sur le même éperon.

EL JUTE

  1. Au fond d’une quebrada perpendiculaire à celle du Río Sulín (au nord), au nord-est de Purulhá, au bord d’une cascade près du chemin de la finca Sulín à la finca El Jute (hoja 2161 I ; 798-1688). Au bord même du río. Altitude : 1 600 m.

  2. Type B, lieu de culte isolé (?). Un monticule d’environ 2 m de hauteur.

ESCUELA CHICHEN

  1. Dans la dépression de Chichén, face au site de Chichén (rive gauche du río) près de l’école (hoja 2162 III ; 783-1701). Sur le fond plat. Altitude : 1 400 m.

  2. Type A, habitat. Deux ou trois monticules petits et bas sont groupés. Ce site appartient probablement à celui de Chichén (distant de 400 m environ).

GUAXPAC (fig. 37)

  1. Sur les collines qui ferment la vallée de Tactic à son extrémité est : dans l’aldea Guaxpac, autour de la chapelle et sur le dernier promontoire oriental qui domine la vallée du Polochic (hoja 2161 IV ; 787-790/1695). Sur les sommets plats de collines aux pentes raides dominant les vallées de Tactic, du Cahabón et du Polochic. Altitude : 1 520 m environ. Potentiellement défensif. Des monticules ont pu être détruits ou masqués par les maisons du hameau actuel.

  2. Type D, centre avec zone d’habitat. On distingue trois groupes principaux échelonnés sur près de 2 km de long. Le groupe 1 (ouest) comporte environ 20 terrasses d’habitation dispersées sur les pentes ouest, nord-ouest et sud-ouest, à quelques mètres sous le hameau de cette pente on voit bien Chicán et toute la vallée de Tactic ; les terrasses ont jusqu’à 1 m de hauteur du côté de la pente, environ 6 à 10 m de largeur, et sont espacées de 10 à 30 m. Le groupe 2 se trouve au sommet du promontoire ouest, à l’est de la chapelle : on voit un petit monticule (0,30 m) et à 80 m environ plus à l’est, un autre plus grand (1 m ; 12 m x 10 m) ; la chapelle se trouve probablement à l’emplacement d’autres vestiges ; il y a aussi deux ou trois terrasses sur la pente nord de ce même promontoire. Le groupe 3 est sur le sommet du dernier promontoire à l’est ; c’est une plaza de quatre monticules, probablement du type plateforme longue (1 à 2 m de haut.) ; ils portent des pierres éparses. Il y a enfin des monticules petits et bas et des traces de terrasses sur le flanc est qui domine la vallée du Polochic, et dans la petite dépression située au nord du promontoire.

41• Remarque : le site est stratégique car il domine trois vallées et se trouve sur l’ancien chemin de Tactic à Cobán-Carchá par Xucaneb. Très voisin de Chicán, il pourrait être une des zones résidentielles de ce site, et un poste de contrôle de la vallée du Polochic non visible depuis Chicán.

KANIHAAB (Caniab ou Olchan)

42Nous n’avons pas localisé ce site, reconnu par Butler.

431. Sur une des collines qui ferment à l’est la dépression de San Pedro Carchá ; colline ou cerro appelée aussi Cagua Olchan, un lieu de culte kekchi actuel, lieu-dit Caniab (hoja 2162 III ; 789-1712). Sur un sommet ou sur le haut d’une pente. Altitude : 1 300 m.

442. Type C, centre. Butler mentionne un “autel”, une superstructure longue à plusieurs pièces et des terrasses autour. L’appareil sans mortier est de bonne qualité : les pierres sont taillées sur leur face externe.

454. Il ne semble pas que Butler ait fait des fouilles. Mais elle a recueilli du matériel en surface et exploité des fouilles clandestines antérieures à sa visite. Concernant la céramique, elle mentionne des tessons Chamá 4 (peinture négative en noir et blanc), des tessons postclassiques anciens (champlevé blanc sur rouge, soit un équivalent de Jamaica Dichrome brisé de l’Orange Fin imprimé, moulé, gravé, des supports zoomorphes, et en surface des tessons à bande blanche sur fond rouge, c’est-à-dire le Forteresse Blanc sur Rouge du Postclassique récent. Il y avait aussi de nombreux fragments de tablettes d’argile moulées, et elle a trouvé une cache d’obsidienne : deux grands éclats laminaires, une pointe à pédoncule, deux lames à encoches (entre autres).

46* Datation : selon Butler, fin du Classique récent et Postclassique.

LA CUMBRE

  1. Au sommet du versant nord de la vallée de Tactic, près du chemin direct de Tactic à la dépression du Xucaneb (hoja 2162 III ; 785-786/1697). Sur un replat assez vaste en haut du versant, sous le sommet dit La Cumbre. Altitude : environ 1 900 m.

  2. Type A, habitat. On a discerné plusieurs terrasses qui paraissent artificielles, étagées au bord du replat, à mi-chemin entre le col de La Cumbre (vers Xucaneb) et la descente vers Tactic.

  • 1 La localisation de la “montaña Xucaneb” sur la carte est fausse : le sommet culminant à 2 648 m est (...)

47• Remarque : il y a des vestiges d’occupation au sommet de ce versant ; outre La Cumbre, nous avons vu un probable site de petits monticules au col de Manantial situé sur le flanc ouest du Cerro Xucaneb (ou Rocjá1, hoja 2162 III) vers 2 000 m d’altitude.

LA PRESA

  1. A Purulhá, au bord du Río Sulín-Panimá (rive droite) à quelques mètres de son confluent avec le Rio La Cruz (hoja 2161 I ; 798-1686). Dans le fond de la vallée. Altitude : 1 550 m.

  2. Type A, habitat. Plutôt que des monticules, on a noté des irrégularités du terrain qui ne paraissent pas naturelles. Ce site assez peu net nous a été signalé par un informateur qui nous a montré par ailleurs le site de Sulín.

LAS CONCHAS (fig. 17)

  1. Dans la dépression de Santa Cruz, dans la finca Las Conchas, à 500 m au sud de la maison, à 100 m sur le chemin Santa Cruz-Chichén (hoja 2162 III ; 779-1702). Le lieu-dit s’appelle Cayu ou Cayup. Sur le fond plat, approximativement au milieu de la dépression. Altitude : 1 400 m.

  2. Type C, centre. 0,5 ha. Il y a 6 structures dont l’agencement en plaza est atypique ; on peut considérer qu’elles forment deux places petites et contiguës : str. I, 2 et 3 (3 m ; 3 m ; 1,50 m) et str. 4, 5 et 6 (1 m ; 1 m ; 1,40 m). Des pierres sont éparses, particulièrement abondantes sur la str. 4 ; des vestiges de murs sont visibles sur la str. 6.

  3. En 1975 : une collection de surface sur le site et dans une excavation très superficielle faite par l’habitant près du site.

48• Datation : Classique récent.

LAS FLAUTAS (fig. 29, 30, 31)

49Las Flautas est le nom du río qui coule entre les deux parties du site (aussi appelé Río Matanzas). La partie est s’appelle (Plan de) Durazno et la partie ouest se trouve dans la finca Las Vegas.

  1. Dans la vallée de Matanzas, au km 146 de la route N5 de Guatemala à Cobán qui traverse le site (hoja 2161 II ; 802-803/1674). Sur deux terrasses plates entre lesquelles s’encaisse le río, et sur les pentes douces qui les surplombent. Altitude : 1 500-1 520 m. La terrasse de Durazno est plus fertile que les environs. La construction de la route a détruit une partie des monticules de Durazno. D’autres sont peut-être masqués par les cultures.

    • 2 L’habitant dit que deux monticules assez hauts ont été détruits.

    Type D, centre avec zone d’habitat. Plus de 12 ha. Las Flautas Ouest (Las Vegas) comporte une plaza de 7 ou 8 structures (str. 1 à 8) dont une est pseudo-pyramidale (str. 1 : 3,50 m de haut.) et une autre s’apparente aux plates-formes longues (str. 4, ou str. 3-4 : 1 m) ; les autres monticules sont plus petits (moins d’1 m). Des vestiges de pierres sélectionnées (gneiss et quartz) sont visibles ; des dalles de gneiss étroites et longues rappelant les monuments de Salto Ouest émergent de la surface de quelques-uns des monticules. Au nord-ouest de la plaza, sur la pente douce sont groupés environ 22 monticules et terrasses domestiques de dimensions moyennes (moins d’1 m à 1 m) ; une seule structure est élevée (str. 20 : 2 m) ; on discerne plusieurs groupements de deux monticules.
    Las Flautas Est (Durazno) ne comporte pas de plaza mais les str. 1 à 5 de la partie située à l’est de la route et les str. 1 et 8 à 11 de la partie ouest constituaient peut-être un centre avec d’autres monticules maintenant disparus2: ces structures sont à peu près toutes orientées de la même façon, contrairement aux autres monticules ; ce sont les seules qui conservent les traces d’un appareil (pierres de gneiss non sélectionnées) et il y a plusieurs dalles taillées sur la str. 10 ; enfin ces structures sont les plus hautes (à l’est, str. 1 : 3 m ; str. 2 et 3 : 1,50 m ; à l’ouest, str. 1 : 3 m ; str. 8 et 10 : 2,50 à 3 m). Les monticules et terrasses de la zone d’habitat environnent le centre sur la terrasse même et aussi sur le bas des pentes. Les vestiges sont particulièrement denses au sud-est sur un terre-plein encadré de deux ruisseaux. Là, les structures sont si rapprochées qu’il est difficile de discerner des groupements ; les sitios des str. 41, 42, 43 et 50, 51 sont cependant nets parce que les monticules sont plus élevés que les autres (environ 1 m) ; ce sont les seuls à conserver des vestiges de murs. La zone d’habitat est certainement plus clairsemée au nord-ouest (secteur défriché) ainsi qu’à mi-pente à l’est (bosquet clairsemé) ; mais on ne connaît pas la densité des vestiges à l’ouest (canne à sucre et broussailles). Au total, on a relevé à Durazno près de 70 monticules. Avec Las Vegas, le site comporte environ 100 structures.

  2. En 1975, on a effectué deux collections de surface à Durazno (près des str. 1 et 21). Sur la partie centrale de Durazno labourée en avril 1975, peu de tessons sont apparus, mais il y avait plusieurs fragments de petits mortiers de pierre, ou de pierres sphériques perforées (doughnut stones ?). On a aussi effectué trois sondages à Las Vegas.

50• Datation : Classique récent et Postclassique ancien.

51• Remarque : un des deux propriétaires de Durazno dit qu’une sculpture représentant une tête d’homme a été trouvée sur le site. L’autre propriétaire nous a montré plusieurs outils de pierre trouvés sur le site : 5 haches et 1 outil cylindrique (décrits à l’annexe III, fig. 115). L’habitant de Las Vegas nous a montré 7 haches et 1 pointe de silex provenant des alentours des str. 14 ou 17 (à environ 60 cm). Nous avons acquis 2 haches (H-27, H-28, fig. 114ad) et la pointe de silex (H-26, fig. 121c).

LAUREL (fig. 32) (hors-zone)

  1. Dans le vallon du Río San Isidro, à l’est de Matanzas : 20 mn en voiture par la piste de Chilasco, puis 10 mn de marche par le chemin de San Isidro à droite, à environ 30 m à droite du chemin (localisation approximative : hoja 2161 II ; 807/1672-1671). Sur une terrasse au pied de laquelle s’encaisse le Río San Isidro (rive droite). Altitude : environ 1 600 m. Le site semble avoir servi de carrière de pierres.

  2. Type D, centre avec zone d’habitat. 0,6 ha au moins. La plaza principale du site est constituée par les str. 1 à 6, à proximité du terrain de jeu de balle fermé, situé au pied de la terrasse qui supporte la plaza (str. 1 : 2,30 m à 4 m ; str. 2 : 1,80 m ; str. 3 : 1,50 à 2,20 m ; str. 4 : 2 à 3,30 m ; str. 5 : 1,60 m ; str. 6 : 3 m). Ce sont des plates-formes rectangulaires moyennes, mais la str. 4 comporte une partie plus élevée. L’allée du terrain, à extrémités assez petites, est légèrement plus basse que le sol alentour ; des murs ferment les extrémités ; les vestiges des banquettes sont à peine visibles ; les structures latérales sont hautes de 2 m environ. Il s’agit d’un terrain fermé du type Transition postclassique (Taladoire, comm. pers.). Il y a par ailleurs une deuxième place à peu près aussi grande que la première, environnée de plates-formes longues moins élevées (str. 12 à 14 ; 1 m à 1,50 m). Entre les deux plazas, se trouvent trois monticules, dont la str. 7 haute de 3,50 m. Sur la plupart des monticules des vestiges de murs sont visibles. A proximité immédiate, il n’y a que les monticules 16 et 17 au nord ; mais à 5 mn de marche du site (vers le nord, à droite du chemin), on a repéré sur la pente plusieurs monticules et traces de terrasses, assez peu nets ou très bouleversés. Il y a par contre un monticule isolé très net d’environ 1,50 m de hauteur, situé sur une terrasse comme celle du site, à environ 500 m au nord-nord-ouest. De l’autre côté du río, en face du site, nous n’avons rien repéré, en dépit d’une information indiquant l’existence d’autres monticules.

52• Datation : Classique récent et/ou Postclassique ancien en raison du type de terrain de jeu de balle, de la disposition orthogonale et de l’emplacement sur une terrasse dans un vallon.

MOCOHAN (fig. 26)

  1. Dans la vallée supérieure du Río Cahabón, à 2 km environ à l’ouest de Purulhá, approximativement au km 167 de la route N5 Guatemala-Cobán (hoja 2161 IV ; 795-1687). Au fond de la vallée. Altitude : 1 560 m.

  2. Type D, centre avec zone d’habitat. 2,4 ha. La plaza centrale est située sur un terre-plein bas au bord même du río ; elle comporte au moins 4 plates-formes moyennes disposées orthogonalement (str. 1 à 4, 1,50 m) ; plusieurs autres monticules plus petits orientés différemment sont disposés tout autour. Des pierres sont éparses sur la str. 4, qui a été abîmée par des fouilles clandestines. Il y a d’autre part une zone d’habitat d’une vingtaine de monticules au sud sur un autre terre-plein séparé du centre par des marécages. Les monticules sont petits et bas (moins de 0,50 m), généralement groupés par deux ; on note, comme à Canxul, une disposition linéaire qui semble suivre les courbes de niveau.

MONTERICO (hors-zone)

  1. Finca Monterico, sur le versant nord du ravin du Río San Isidro, à l’est de Matanzas, à 15 mn en voiture depuis la RN 5 par la piste de Chilasco (localisation approximative : hoja 2161 II ; 804- 806/1672-1673). Sur le versant d’un ravin. Altitude : environ 1 560 m.

  2. Type B, lieu de culte isolé (?). Un monticule couvert de pierres de gneiss et de quartz (6 m X 6 m X 1 m).

NAJKITOB (ou Najquitob) (fig. 20) (hors-zone)

  1. Sur le sommet qui domine les dépressions de Valparaiso et Chiacal-Panzinic ; par la piste Tactic-Najkitob, à 200 m à droite au sommet (hoja 2161 IV ; 777-1695). Sur le sommet plat d’un versant qui surplombe les dépressions de plus de 200 m ; toutes les vallées et dépressions alentour sont visibles, en particulier l’accès à Valparaiso et à Tactic. Altitude : 1 680 m. Le site a servi de carrière de pierres. C’est aussi actuellement un lieu de culte.

  2. Type C, centre. 0,2 ha. Trois plates-formes longues forment les trois côtés d’une place (str. 1, 2 et 3 ; 1 m à 1,50m) ; un monticule plus petit est en retrait. Les murs de soutènement de pierres calcaires et de gneiss sont visibles ; ceux de la str. 1 sont décorés d’une moulure ; il n’y a pas de traces de stuc.

53• Datation : Postclassique récent en raison de l’emplacement très dominant, des plates-formes longues et de la disposition identique à celle de Pansalché.

NIÑO PERDIDO 1

  1. Dans la vallée du Río Matanzas, dans le cimetière du hameau, au km 149 de la RN5 Guatemala-Cobán (hoja 2161 II ; 803-1676). Sur un terre-plein situé dans la vallée même. Altitude : 1 540 m. Le cimetière moderne a sans doute bouleversé une partie du site.

  2. Type C, centre. 0,24 ha. On peut concevoir que des 4 structures, 3 forment une place ouverte d’un côté (str. 1, 3 et 4 ; 0,30 m ; 0,20 m ; 4 m) et que la quatrième est au milieu de la place (str. 2 ; 0,20 m). La str. 4 est une plateforme longue et la str. 2 centrale a les dimensions d’un “autel” ; cette dernière conserve un vestige de mur de schiste.

NIÑO PERDIDO 2

  1. Dans la vallée de Matanzas, à l’ouest de la RN5 Guatemala-Cobán au km 148, à 500 m au sud-sud-ouest de Niño Perdido 1 environ (hoja 2161 II ; 803-1676). A la base du versant ouest de la vallée. Altitude : 1 540 m.

  2. Type B, lieu de culte isolé (?). Une structure pyramidale de 2,50 à 3 m de hauteur (20 X 15 m). Il y a peut-être aussi une plate-forme basse à 20 m à l’est.

NIÑO PERDIDO 3

  1. Entre Niño Perdido 1 et Niño Perdido 2. Sur un terre-plein dans la vallée. Altitude : 1 520 m environ.

  2. Type A, habitat. On a discerné 4 terrasses domestiques.

54• Remarque : en supposant que beaucoup de structures ont disparu on peut concevoir que les trois sites de Niño Perdido ne formaient qu’un seul grand site comparable à Las Flautas.

PANSALCHE (fig. 20)

  1. Sur le versant sud de la vallée de Tactic, à 1 200 m à vol d’oiseau de la chapelle de Chi Ixim à l’ouest (chemin de Pansalché ; hoja 2161 IV ; 783-1694). Sur un promontoire à sommet plat et pentes assez raides du versant sud ; l’emplacement est dominant (environ 100 m au-dessus de la vallée) et potentiellement défensif ; l’entrée ouest de la vallée est bien visible. Altitude : 1 580 m.

  2. Type C, centre. 0,2 ha. La disposition orthogonale des 3 plates-formes longues et du quatrième monticule plus petit est la même qu’à Najkitob (str. 1 : 1 m ; str. 2 : 0,80 m ; str. 3 : 0,60 m ; str. 4 : très basse). Les str. 1 et 2 conservent des vestiges de murs de pierres calcaires sélectionnées ; des fragments de stuc jonchent le sol.

  3. En 1975, une collection de surface sur la str. 3 et au nord ; deux sondages.

55• Datation : le promontoire a été occupé au Protoclassique. Le site est postclassique récent.

PANZINIC

  1. Dans la dépression de Chiacal-Panzinic, à 5 km ouest de Tactic, (hoja 2161 IV ; 779-1694). Dans le fond de la dépression. Altitude : 1 460 m. Les cultures peuvent masquer une partie du site.

  2. Type A, habitat. Un monticule apparemment isolé (environ 10 m x 8 m x 0,80 m) ; il a été fouillé sur un côté et des blocs de torchis sont visibles dans l’excavation.

  3. En 1975 : une collection de surface de quelques tessons.

PAPA

561. Au-dessus de la dépression de Chajaneb-Chamelco, à l’est, près de la chapelle et de l’école de Papá (hoja 2162 III ; 792-1707). Sur un promontoire dominant de 200 m la dépression. L’emplacement est potentiellement défensif. Altitude : 1 000 m. Le site a certainement été perturbé par les constructions de la chapelle et du hameau actuel. Dieseldorff y a fait des fouilles.

572. Type A, habitat (?). 1 ha environ. L’éminence rocheuse qui occupe la partie sud du sommet du promontoire ne semble pas avoir été aménagée (nous n’avons pas été au sommet), mais il y a une assez grande terrasse à sa base (haute de 3 m), qui conserve un fragment de mur bien appareillé. Elle supporte la str. 1 assez détruite (1,50 m). Sur le replat au nord, on discerne des traces de grandes terrasses et trois monticules (hauteurs inférieures à 1 m). Des vestiges de murs de pierres sont visibles.

584. Sapper dit que Dieseldorff a fouillé à Papá et que du matériel a aussi été trouvé dans une grotte à proximité (1895 : 18). Dieseldorff illustre un bol hémisphérique incisé et excisé de motifs complexes trouvé à Papa (1933 : fig. 83-86).

59• Datation : le bol trouvé par Dieseldorff date du début du Classique récent.

PASMOLON (fig. 21)

  1. Dans la vallée supérieure du Río Cahabón, en face du hameau, au bord de la RN5 Guatemala-Cobán, à 10 km au sud-est de Tactic (hoja 2161 IV ; 790-1691). Sur un promontoire à sommet plat et pentes assez accentuées dominant le fond de la vallée de 30 m environ. L’emplacement est dominant mais pas réellement défensif. Altitude : 1 580 m. La str. 1 a été éventrée.

  2. Type C, centre. 0,8 ha. Trois plates-formes assez longues (str. 3, 4, 5 : 1,50 à 2 m) et une structure pyramidale (str. 1 : près de 6 m) bordent la place sur les 4 côtés. Au centre il y a un monticule très petit à peine visible (str. 2). Il y a très peu de pierres éparses sur le site. Le remblai de la str. 1 est de terre ; on a noté des traces de stuc au sommet.

  3. En 1975 : un sondage a été effectué.

60• Datation : Protoclassique.

PATAL (fig. 25)

  1. Dans la vallée supérieure du Río Cahabón, à 11 km au sud-est de Tactic, à 800 m au sud de la maison de la finca Patal, et à 150 m à l’est de la RN5 (hoja 2161 IV ; 791-1690). Dans le fond de la vallée en bordure des zones marécageuses. Altitude : 1 550 m. Le groupe 1 a certainement été perturbé par des constructions d’époque coloniale (en particulier la chapelle, maintenant ruinée, sur la str. 1) et par des fouilles clandestines. Dieseldorff y a fait des fouilles.

  2. Type D, centre avec zone d’habitat. 4 ha. Le groupe 1 à l’ouest du río, comporte une plaza et des monticules annexes. La str. 1, pseudo-pyramidale (actuellement 3 m de hauteur), la str. 3, plateforme longue composite (1,50 m) et la str. 2 plus petite (moins d’1 m) bordent la place sur trois côtés. Trois plates-formes se trouvent au sud-est de la place (str. 4, 5 et 6 : moins de 1 m). D’autres monticules moins nets et une grande terrasse ont été discernés au nord ; au-delà, le site devait être plus étendu encore, en témoigne une fouille clandestine vaste dans laquelle on a fait une collection “de surface”. Quelques pierres sont éparses et un fragment de mur de pierres sélectionnées est visible sur la str. 9. Il y a d’énormes blocs de calcaire dans la str. 1 éventrée. Le groupe 2 à l’est du río est une zone d’habitat d’une vingtaine de très petits monticules groupés au fond de la vallée. Ils sont pour la plupart groupés par deux.

  3. En 1974 : trois sondages et une collection de surface dans le groupe 1 et à proximité.

  4. Dieseldorff illustre un bol hémisphérique incisé et excisé de motifs complexes provenant de Patal et comparable à celui de Papa (1933 : fig. 83-86). Il illustre aussi de Patal un encensoir tripode ajouré “de style mixtèque” (1933 : fig. 68). Ces pièces sont l’une classique récente, l’autre postclassique ancienne.

61• Datation : Classique récent et Postclassique ancien. Quelques tessons protoclassiques proviennent aussi du groupe 1 (S1).

62• Remarque : Patal a été une fondation dominicaine désertée dès avant 1574. Chipatal en pokomchi signifie “groupe de maisons abandonnées”.

PICHIRICO (fig. 14)

63(Pichirico est le nom du cerro qui domine le site)

  1. Dans la vallée du Río Matanzas-Las Flautas, à 4-5 km au sud du hameau de Unión Barrios, dans la finca Hacienda Vieja au sud-sud-ouest de la RN5 (hoja 2161 II ; 801-802/1678-1677). Dans le fond d’un vallon étroit. Altitude : 1 550 m. Une tranchée a été faite par le propriétaire dans une des structures latérales.

  2. Type B, lieu de culte isolé (?). 0,32 ha. En dépit de plusieurs brèches rayonnantes effectuées dans la végétation très dense sur 30 m de longueur, on n’a pas repéré d’autres monticules que les deux structures latérales d’un terrain de jeu de balle et les constructions qui ferment les extrémités de l’allée. Il y a aussi une terrasse au-dessus du terrain à l’ouest. Mais plus haut, la pente ne présente aucun vestige. Ni les banquettes ni le profil des structures latérales ne sont conservés, mais le terrain étant fermé, à aires terminales réduites, il pourrait appartenir au type de Transition postclassique (Taladoire, comm. pers.). Deux strates blanches sont visibles en coupe dans la tranchée de la str. 1.

64• Datation : d’après le type de terrain, Classique récent et, ou Postclassique ancien.

65• Remarque : un des ouvriers employé au nettoyage du site dit avoir vu tout l’espace plat défriché il y a quelques années et confirme l’absence de monticules autour du terrain de jeu de balle.

PURULHÁ

  1. Dans la vallée de Purulhá, en face du site de Ciruelo, du côté sud et nord du río (hoja 2161 I ; 796- 797/1687-1686). Dans le fond de la vallée. Altitude : 1 560 m.

  2. Type A, habitat. Il y a 3 terrasses domestiques immédiatement à l’est de Ciruelo au sud du río, 2 plates-formes assez grandes sur une terrasse au nord du río (à environ 300 m), et quelques traces peu nettes de terrasses sur la base du versant nord de la vallée.

RAXQUIX (hors-zone)

  1. Dans la vallée du Río Polochic, à environ 5 km à l’est de Tucurú, sur un promontoire du versant nord (hoja 2161 I ; 815-1692). Sur un promontoire dominant, sans doute facile à défendre ; emplacement comparable à celui de Chicobán. Altitude : 500 m.

  2. Probablement type E, centre recteur. On nous a montré Raxquix depuis Chicobán. A cette distance (2-3 km) le sommet plat du promontoire est bien visible mais on ne distingue pas les ruines. Nous donnons foi à l’information des habitants du site de Chicobán qui disent que Raxquix est comparable à ce site.

SALTO (fig. 34 à 36, 57)

661. Sur les promontoires qui ferment l’étroite vallée de Matanzas au sud ; le río s’y encaisse en cascades, et c’est pourquoi on nomme le site Salto. La partie située à l’ouest de la cascade s’appelle Zacualpa, nous la désignons Salto Ouest (tzacualpa: “ville désertée” en nahua, d’après Miles 1957a: 769). La partie est s’appelle (E1) Chupadero (Salto Est). On accède à Chupadero par un chemin qui prend vers le sud-ouest non loin du km 142 de la RN5 Guatemala-Cobán, à 1 800 m au sud du village de Matanza (hoja 2161 II ; 802-803/1670-1671). On accède à Zacualpa par une piste ancienne partant de Matanzas même (801-802/1670-1671. La localisation de Zacualpa sur la carte est inexacte).
Salto Est s’étend au sommet d’un promontoire entouré de quebradas ; les flancs sud et ouest sont très abrupts. Salto Ouest s’étend sur la pente douce d’un autre promontoire, bordé d’abrupts au nord, au sud et à l’est ; cette position est plus dominante, et surtout plus défensive que celle de Salto Est. Le promontoire de Salto Ouest est très visible quand on descend dans le bassin de San Jerónimo par le sud-est.
Le seul point d’eau à fournir toute l’année est la cascade. La pente de Salto Ouest est l’un des rares secteurs à sol fertile des environs (information d’habitants de Matanzas). Le chemin ancien du bassin de San Jerónimo aux vallées d’Alta Verapaz passe par Zacualpa. Altitude : voir les plans.

672. Type E, centre recteur, avec zones d’habitat.
21,2 ha (Salto Est : 11,6 ha ; Salto Ouest : 9,6 ha).

68Salto Est : centre (fig. 36). Une place bordée d’un terrain de jeu de balle, le tout comportant une dizaine de structures. Hauteurs :

  • str. 1 : 0,30 m

  • str. 2 : 2,50 m

  • str. 3 : 1,70 m

  • str. 4 : 1,60-3 m

  • str. 5 : 1,30-2 m

  • str. 6 : 0,30-1 m

  • str. 7 : 0,30-2 m

  • str. 8, 9, 10 : moins de 1 m.

69Salto Est : le terrain (fig. 36). Du type “fermé A”, caractéristique de la vallée moyenne du Río Motagua (Smith 1961 ; Taladoire, comm. pers.). L’allée est déprimée de 1,30 m environ.

70Salto Est : centre, architecture. Appareil de pierres sélectionnées de gneiss, irrégulier, sans mortier. Pas de traces de stuc visibles. Escalier(s) à rampes et superstructure à 2 pièces sur la str. 2. Degrés et escalier à bloc central sur la str. 3. Beaucoup de grandes dalles sur la str. 1.

71Salto Est : centre, monuments (?). Près des str. 2, 4, et 10, trois blocs de granite taillés à surface lisse, brisés (60 x 40 x 15 cm ; 50 x 35 x 12 cm ; 50 x 50 x 18 cm ; forme de tambours).

72Salto Est : groupes résidentiels (fig. 34). Les vestiges domestiques des groupes 1 et 4 sont des terrasses sur pente avec murs de soutènement conservés. Ceux des groupes 2 et 3 sont des monticules sur replat (moins d’1 m de hauteur), aux murs généralement conservés. Sur une structure du groupe 2 il y a un caisson de dalles plantées de champ (70 x 70 cm). Les groupes sont bien distincts les uns des autres. Le groupe 3 a sans doute été relevé incomplètement sur le plan. Les groupements de 2 monticules sont fréquents. Mais 2 sitios de 3 structures sont remarquables dans le groupe 3.

73Salto Ouest : l’ensemble (fig. 35). Tout l’espace en pente douce du promontoire est occupé de façon assez continue. La division en trois groupes 1, 2 et 3 est commode mais assez arbitraire. Cependant on discerne nettement 2 ensembles de structures plus grandes qui forment les deux centres, celui du groupe 1 et celui du groupe 3.

74Salto Ouest : centre du gr. 1 (fig. 35). Une plaza – la seule véritable plaza de Salto Ouest –est située sur la haute terrasse A, et comprend les structures 1 à 5. On y accède par une longue allée nord-sud délimitée par les str. 19 et 20 ; à son extrémité nord se trouve une structure pyramidale (str. 24). Les str. 23, 33, 34, 6 à 9, 14 et 16 étaient probablement associées au centre. Hauteurs (de la façade la plus élevée) :

  • terr. A : 5 m

  • str. 1 : 2,50 m

  • str. 2, 3 : 1,50 m

  • str. 4 : 0,70 m

  • str. 5 : 2 m

  • str. 6, 9 : 0,30-0,60 m

  • str. 7, 8, 19 : 1,50 m

  • str. 14 : 2 m

  • str. 16 : 0,60 m

  • str. 20 : 2,40 m

  • str. 23 : 2,60 m

  • str. 24 : 3,60 m

  • str. 33 : 1,50 m

  • str. 34 : 0,60 m

75Salto Ouest : centre 1, architecture. Appareil identique à celui de Salto Est. Sur le flanc est de la terr. A, cinq gradins. Gradins aussi sur les str. 1, 19, 33 et 34. Un escalier nord sur la str. 1, un escalier est sur la str. 23, trois escaliers saillants sur la str. 24. Traces d’une superstructure de pierres sur les str. 1, 3, 5, 11 et 14. Enfin dalles longues et étroites plantées sur les str. 1 et 16 (il s’agit probablement de monuments, voir infra).

  • 3 Cette sculpture et les monuments 2 et 3 ont été déposés en 1974 chez Valentín Picón, habitant de Ma (...)

76Salto Ouest : centre 1, monuments. Il s’agit de dalles longues et très étroites, de gneiss, trouvées sur la str. 1 en relation avec des sépultures (sondage 1 de Salto). Les mon. 2 et 3 (1,30 x 0,35 m ; 1,05 x 0,25 m) étaient plantés dans le sol 2 au-dessus des sép. 1 et 2 (fig. 60), d’environ le quart de leur longueur. Chacun est décoré dans sa partie supérieure élargie d’une figuration simple de visage (2 cupules et une rainure horizontale gravées) regardant l’est. Le mon. 5 était planté près de la sép. 2 mais brisé. Le mon. 4 a été trouvé couché sur le sol 2 au-dessus de la sép. 2 (2,25 x 0,35 x 0,15 m). D’autre part une sculpture a été trouvée sur le flanc sud abrupt du promontoire. De gneiss, elle représente en ronde-bosse un individu aux bras croisés sur la poitrine avec un pagne sous la ceinture (fig. 61 ; 56 x 22 x 13 cm). Elle est érodée ; la tête, les mollets et les pieds manquent3.

77Salto Ouest : centre du groupe 3 (fig. 35). Situé sur la partie médiane du promontoire qui est en terrasses naturelles, facile à défendre. Ce terrain a été aménagé en deux terrasses hautes (A et B), bordées des str. 3 à 9, et étagées au pied (sud) d’une grande plate-forme (C) qui supporte la str. 10, pyramidale. De part et d’autre de la plate-forme C se trouvent une terrasse secondaire occupée par les str. 1 et 2, et un terrain de jeu de balle fermé, profondément déprimé (str. 14 à 16), associé aux str. 17 et 18 pyramidales. De la terrasse B (en bas au sud) à la plate-forme C (en haut au nord), l’ensemble a l’aspect d’une acropole (fig. 35, coupe C-D).

78Hauteurs des structures (des façades les plus élevées) :

  • str. 1 : 2,20 m

  • str. 2 : 1,80 m

  • leur terr. ; 1-2 m

  • terr. A : 6,60 m

  • str. 3 ; 0,20 m

  • str. 4 : 2,10m

  • str. 5 : 3,70 m

  • str. 6 : 1,80 m

  • str. 7 : 5 m

  • str. 8 : 0,40 m

  • str. 9 : 2,10 m

  • plat-f. C : 5,80 m

  • str. 10 : 3,30 m

  • str. 11, 12 : 0,50 m

  • str. 13 : 3,30 m

  • str. 14 : 1,80 m

  • str. 15 : 3,80 m

  • str. 16 : 4 m

  • str. 17 : 8 m

  • str. 18 : 6,40 m

79Le terrain de jeu de balle est fermé, construit dans une dépression naturelle aménagée ; aires terminales irrégulières et petites ; banquettes et profils latéraux non conservés. Terrain probablement de “Transition postclassique” (Taladoire, comm. pers.).

80Salto Ouest : centre 3, architecture. Gradins aux flancs des terr. A et C. Escalier est saillant sur la terr. C. Quatre escaliers sur la str. 10. Dalles au sommet de la str. 18, grandes dalles près de la str. 10 (monuments ? 3,20 x 0,30 x 0,25 m ; 2,10 x 0,30 x 0,25 m), et près de l’angle nord-est de la terr. C. Fragments de stuc et de torchis près des str. 2 et 18.

81Salto Ouest : groupes résidentiels 1, 2 et 3 (fig. 35). Chaque groupe comporte 30 à 40 terrasses domestiques visibles, de 0,20 à 2 m de hauteur côté pente, conservant souvent leurs murs de soutènement. Les sitios de 2 ou 3 structures sont nombreux ; ceux des str. 30 à 33 (gr. 3) et 23 à 25 (gr. 2) sont les plus imposants. 11 y a des fragments de torchis près de la str. 36 (gr. 2) et de la str. 59 (gr. 3).

82On a relevé environ 150 monticules à Salto Ouest (centres compris). Salto Est en comporte au moins 80.

833. En 1975 on a effectué une collection de surface et deux sondages à Salto Ouest (gr. 3 str. 2 ; gr. 1 str. 1).

844. Le site avait été reconnu peu de temps avant notre visite par Sedat (Projet San Jerónimo).

85• Datation : la céramique, les terrains de jeu de balle, la sculpture de Salto Ouest (Sedat, comm. pers.) datent le site du Classique récent et du Postclassique ancien.

86• Remarque concernant les plans : les plans ont été levés en 8 jours dans de bonnes conditions de visibilité, avec un mètre-ruban de 30 m et une boussole Brunton. Les relevés d’ensemble (fig. 34) sont approximatifs.

SANJULIAN

  1. Dans la vallée supérieure du Río Cahabón, au bord de la RN5 Guatemala-Cobán, à 1 km environ au sud de Guaxpac (hoja 2161 IV ; 787-88 / 1694). Sur un terre-plein dans le fond de la vallée ici étroite. Altitude : 1 480 m. La construction de la route a probablement détruit d’autres monticules.

  2. Type A, habitat. Un monticule (9,75 x 7,50 x 0,30 m).

SAN PABLO (Xucaneb) (fig. 18)

  1. A la base du versant est de la dépression de Xucaneb, à 500 m à l’est de la chapelle de San Pablo (hoja 2162 III ; 790-1699). Sur une terrasse de la base du versant. Altitude : 1 720 m environ. Le site est au bord d’un des chemins principaux de Tactic à Carchá.

  2. Type C, centre. 0,56 ha. Sur la terrasse dont les rebords semblent avoir été aménagés, 7 monticules sont disposés autour d’une place, c’est-à-dire 3 sur 3 des côtés et les 4 structures d’un terrain de jeu de balle sur le quatrième côté. Les str. 1 et 2 de la place sont des plates-formes longues (2 m de haut.) ; la str. 4 est un petit monticule bas (0,50 m). Le terrain est fermé, son allée est légèrement déprimée (de 0,30 à 0,50 m) et les extrémités sont de dimensions inégales ; les banquettes sont assez bien conservées, leurs murs étant faits de gros blocs équarris : il reste les deux blocs des angles sud qui sont taillés en biseau, indiquant que le rebord des banquettes devait être en talus ; le profil des structures latérales n’est pas conservé (str. 3 et 6 : 1 m). Le terrain serait du type “Transition postclassique" (Taladoire, comm. pers.). Il est doté à ses extrémités de 2 plates-formes petites (str. 5 et 7 ; 0,30 m et 2 m). De nombreux murs de soutènement sont encore conservés. On a noté un mur de gros blocs taillés sur le côté ouest de la str. 1, et les vestiges de superstructures sur les str. 3 et 6 (0,50 m). Aux alentours on a relevé : quelques monticules bas sur une autre terrasse au sud du ruisseau ; des lignes de pierres sur une autre terrasse à l’ouest du site, celle du cimetière ; des dalles stuquées sans doute anciennes sur deux tombes du cimetière ; enfin deux petits monticules bas dans une aire défrichée près de la chapelle.

87• Datation : Classique récent et, ou Postclassique ancien, d’après l’emplacement, la disposition en plaza, et le type de terrain de jeu de balle.

88• Remarque : un site appelé Xucaneb est mentionné au fichier de l’I.D.A.E.H. et figure sur la carte au 1/50 000 (2162 III) à 2 km à l’ouest du site de San Pablo. A l’emplacement de ce Xucaneb, nous n’avons trouvé que le petit site de Xucaneb 1.

SISBAL

  1. Dans les collines karstiques : à 1500 m au nord de la maison de la finca Chichén (chemin de Cobán), puis à un quart d’heure de marche vers l’ouest (hoja 2162 III ; 782-1703). Sur le sommet plat d’une des collines. Altitude : environ 1 450 m. La str. 2 a été en partie détruite ; d’autres monticules peuvent être masqués par la végétation et les cultures.

  2. Type C, centre. 0,24 ha. On distingue une place entourée d’une plate-forme longue (str. 1 : 1,80 m), d’une structure composite (str. 2 : 1,70-3 m) et deux petits monticules annexes (str. 3 et 4 : moins de 0,50 m).

SULIN (fig. 27, 72)

  1. Dans la vallée du Río Sulín-nord à 2,5 km environ à l’est de la sortie est de Purulhá, au bord de la piste Purulhá-Pansal (hoja 2161 I ; 800-1687). Dans le fond de la vallée étroite, ou vallon. Altitude : 1 580 m. Les sols des vallons d’alentour sont très productifs. L’argile blanche locale est excellente pour les poteries. On fabrique de la chaux à la finca Sulín.

  2. Type D, centre avec zone d’habitat. 6 ha. On distingue 4 groupes : le groupe 1, le plus étendu, comporte le centre environné de plates-formes basses ; les autres groupes sont situés à distance au nord de la piste. Vers le nord, les limites du site sont difficiles à déterminer car il y a plusieurs traces de terrasses dans le vallon de Suquinay.
    Le centre est difficile à distinguer de la zone d’habitat ; on admet cependant qu’il est formé des str. 1 à 4 parce que ce sont les monticules les plus grands et les plus hauts du site (de 1,60 à 2,30 m). La str. 1 est une plate-forme longue composite qui conserve quelques vestiges de la superstructure ; la str. 3 est pseudo-pyramidale. Une dizaine de structures domestiques sont groupées près de la place par 2 ou 3. Il y a encore une douzaine de monticules identiques à la périphérie- du groupe 1.
    Les groupes 2, 3 et 4 forment chacun un sitio de 3 ou 4 structures petites avec, pour les groupes 2 et 3, un monticule plus élevé (str. 2 : 1 m ; str. 1 : 5 m ; environ). Les groupes 3 et 4 sont sur des terrepleins de quelques mètres de hauteur.

  3. En 1974 et 1975 on a effectué 2 tranchées et 4 sondages dans le groupe 1, et un sondage dans le groupe 2.

89• Datation : la première occupation de Sulín remonte au Préclassique ancien-moyen (S6, str. 12) ; le site a été occupé ensuite du Classique ancien au début du Postclassique ancien.

SUQUINAY

  1. Dans le vallon de Suquinay au nord de la vallée du Río Sulín à 10 mn de marche depuis le site de Sulín par le chemin de Suquinay, à droite (hoja 2161 I ; 800-1687). Sur une terrasse basse dans le fond du vallon. Altitude : environ 1 600 m.

  2. Type A, habitat. Deux ou trois plates-formes de 1 m de hauteur environ sont disposées autour d’une petite place. Il y a aussi des traces de terrasses domestiques aux alentours, et entre Suquinay et Sulín.

TACTIC 1

  1. Sur le versant sud de la vallée de Tactic, à quelques minutes de marche au sud-ouest du village (hoja 2161 IV ; 784-1695). Altitude : environ 1 460 m,

  2. Type A, habitat. Abondance moyenne de tessons dispersés en surface hors de toute zone actuellement habitée.

  3. En 1975 : collection de surface.

90• Datation : Postclassique ancien.

TACTIC 2

  1. Dans le village de Tactic, près d’une maison située tout à fait au pied du versant sud de la vallée, plusieurs rues à l’ouest du chemin de Chi Ixim (hoja 2161 IV ; 784-1695). Altitude : environ 1 440 m.

  2. Type A, habitat. Dépôt de tessons que nous avons exploité rapidement à la fin de la saison de 1975.

91• Datation : Postclassique ancien.

UNION BARRIOS (fig. 28)

  1. Dans la vallée de Unión Barrios où le Río Matanzas prend sa source (ou Las Flautas), à 1,5 km au nord de l’école du village et à 200 m à l’est de la RN5 (hoja 2161 I ; 800-1682). Sur une terrasse à sommet plat du fond de la vallée, proche du versant ouest. Altitude : 1 560 m. Il semble qu’il y ait des tombes récentes (?) sur le site.

  2. Type D, centre avec zone d’habitat. 1 ha. Le site comporte un ensemble groupé de 13 plates-formes qui paraissent disposées autour d’un espace libre ; elles semblent être de dimensions très inégales (str. 1 à 5, les plus proches de la “place”, hautes de 1 m à 1,50 m ; les autres de moins d’1 m). Immédiatement à l’est se trouve un terrain de jeu de balle ouvert (str. 14 et 15 : 1,60 et 1,80 m) en mauvais état de conservation ; il est peut-être doté de deux structures axiales très petites aux extrémités de l’allée (str. 13 et 16 : 0,30 m). On a aussi relevé 4 ou 5 petits monticules et terrasses au bord et sur la pente sud-est de la terrasse.

  3. En 1974 : deux sondages.

92• Datation : probablement Classique ancien.

93• Remarque : un site nommé Unión Barrios figure au fichier de l’I.D.A.E.H., signalé par Sapper.

VALPARAISO (fig. 19)

  1. Dans la dépression de Valparaíso (hoja 2161 IV-2162 III ; 776-1697). Les groupes 1 et 2 sont chacun sur une terrasse peu élevée dans le fond de la dépression ; les groupes 3, 4 et 5 sont sur des promontoires du versant sud. Altitude : 1 420-1 480 m. Des fouilles anciennes ont perturbé des monticules du groupe 2. Les groupes 3, 4 et 5 ne représentent que la partie conservée d’un habitat qui semble avoir été dense sur tout le versant sud.

  2. Type D, centre avec zone d’habitat. Gr. 1 : 0,4 ha. Gr. 2 : 0,9 ha. Le site de Valparaíso visité par Smith est le groupe 2. Mais le croquis publié est inexact. Le groupe 2 est certainement le véritable centre cérémoniel de la dépression. C’est une plaza de 5 structures, dont une plate-forme longue en L avec à son angle une structure pyramidale actuellement assez détruite (str. 1 : 3,20 m), une autre plate-forme longue composite (str. 3 : 1-3 m), 2 plates-formes adjacentes (str. 4 et 5 : 2 m) et au milieu un grand monticule maintenant informe (str. 2 : moins d’1 m). A proximité immédiate, on n’a relevé que 2 petits monticules, dont la str. 6. Des vestiges de murs de pierres sont visibles sur la str. 1. Le groupe 1 se trouve à 400 m à l’ouest : 5 monticules petits dont il est difficile de déterminer l’orientation, semblent former une place, avec la plus petite structure au milieu ; un sixième monticule se trouve juste au nord (str. 3, la plus haute : 1 m). Les 3 autres groupes comportent chacun 5 ou 6 terrasses ou plates-formes domestiques ; dans les groupes 4 et 5, elles sont organisées en sitios.

  3. En 1974 et 1975 nous avons fait une collection de surface sur le groupe 3, et deux sondages dans le groupe 2 et le groupe 5. Le propriétaire de la finca Valparaíso nous a montré des supports zoomorphes (Postclassique ancien) et une figurine (probablement classique) qui proviennent du site.

  4. Site visité par A.L. Smith (1955 : 62, fig. 135c) et R.E. Smith qui y a trouvé de la céramique classique (“Tzakol et Chipoc”) et beaucoup de tessons probablement postclassiques (1949). Shook a aussi vu le site et y a trouvé des tessons préclassiques (s.d. Carnet de notes n° 279 : 17 ; comm. pers.).

94• Datation : le groupe 2 est protoclassique, mais toute la dépression a été occupée postérieurement jusqu’au Postclassique récent.

XALIJA

95Site non visité.

  1. Un Cerro Xalijá et un hameau du même nom figurent sur la carte au pied (nord) du Cerro Xucaneb (appelé Rocjá) (hoja 2162 III ; 792-1700).

  2. Type B, lieu de culte isolé. De la céramique ancienne a été trouvée dans la grotte de Xalijá.

96• Informateur : E. Haeserijn de San Juan Chamelco (1974). Xalijá est certainement une des grottes de Xucaneb qui sont actuellement des lieux de culte kekchis très importants. Sapper dit que du matériel archéologique a été trouvé dans la grotte de Xucaneb (1895 : 18). Les indiens ne mènent pas volontiers les étrangers à ces grottes.

XUCANEB 1

  1. Dans la dépression de Xucaneb, près de l’école du hameau de Xucaneb, à peu près à l’emplacement du site archéologique de Xucaneb signalé sur la carte (hoja 2162 III ; 788-1699). Sur la pente sud d’une colline basse située dans le fond de la dépression au pied du versant nord. Altitude : 1 540 m.

  2. Type A, habitat. Quatre terrasses domestiques étagées sur la pente.

XUCANEB 2

  1. Dans la dépression de Xucaneb à 500 m au sud de Xucaneb 1 (à vol d’oiseau). Sur une terrasse ou un replat à la base du versant sud. Altitude : 1 580 m.

  2. Type A, habitat. Trois plates-formes sont disposées, autour d’une petite place ou cour (10-12 X 4-6 X 0,50 m). Elles conservent des vestiges de murs de soutènement.

XUCANEB 3

  1. Sur le versant sud de la dépression au bord du chemin de Tactic à San Pablo Xucaneb (par Manantial). Sur un replat réduit du versant. Altitude : entre 1 700 et 1 800 m.

  2. Type A, habitat. Un monticule d’environ 1,50 m de hauteur, avec des murs de soutènement visibles.

XUTJA 1 (fig. 22, 64a)

  1. Dans la dépression de Santa Cruz, à 10 mn de marche au sud-ouest de la maison de la finca Xutjá (hoja 2162 III ; 781-1702). Dans le fond de la dépression. Altitude : 1 400 m. Le propriétaire a fait quelques fouilles.

  2. Type C, centre. 0,4 ha. Trois structures pyramidales sont alignées (str. 1 : 5 m ; str. 2 : 3,40 m ; str. 3 : 3,50 m). Une quatrième structure totalement enfouie a été partiellement dégagée au pied de la str. 3 du côté ouest (en S3). Les structures sont toutes faites d’un remblai de terre revêtu d’une couche de mortier blanc ; leurs flancs comportent des degrés.

  3. En 1975 : trois sondages et une collection de surface.

97• Datation : Préclassique récent, Protoclassique. Le site a été réoccupé au Classique récent et peut-être au Postclassique.

XUTJA 2

  1. Dans la dépression de Santa Cruz, à 500 m ou moins de 10 mn de marche au sud de Xutjá 1. Sur la pente d’un terre-plein dans le fond de la dépression. Altitude : 1 400 m.

  2. Type A, habitat. Tessons éparpillés en surface.

  3. En 1975, une collection de surface.

98• Datation : Classique récent.

ZACUALPITA

  1. Sur le versant sud du promontoire de Zacualpa (le site de Salto Ouest) ; Zacualpita est visible depuis le groupe 1. Sur un replat du versant abrupt, au-dessus du Río Matanzas. Altitude : entre 1 300m et 1 400 m.

  2. Type A, habitat (?). Nous n’avons vu le site que depuis Salto Ouest (à 500 m environ). Il y a 4 ou 5 monticules qui paraissent peu élevés et agencés irrégulièrement.

ZOMPOPERO

  1. Sur le versant nord de la vallée du Río Quililá, à l’extrémité ouest du hameau de Cola del Mico, au sud de Tactic (4 heures de marche) (hoja 2161 IV ; 787-1687). Sur une terrasse haute à la base du versant nord, non loin de la grotte de Saquicuch (lieu de culte quiché). Altitude : 1 300 m.

  2. Type A, habitat. 0,2 ha. Trois monticules sont disposés le long du bord est de la terrasse (str. 1 : 2 m ; str. 2 : 1,40 m ; str. 3 : 0,50 m). Il y a des vestiges de murs de pierres grossiers sur la str. 1. On a relevé deux monticules au-delà de la terrasse de Zompopero, à quelques dizaines de mètres à l’ouest.

  3. En 1974 : une collection de surface de quelques tessons.

Notes

1 La localisation de la “montaña Xucaneb” sur la carte est fausse : le sommet culminant à 2 648 m est Xucaneb et non pas Rocjá.

2 L’habitant dit que deux monticules assez hauts ont été détruits.

3 Cette sculpture et les monuments 2 et 3 ont été déposés en 1974 chez Valentín Picón, habitant de Matanzas, propriétaire du groupe 1 de Salto Ouest (Zacualpa)

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search