Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’habitat en alta Verapaz, Guatemala

 | 
Marie-Charlotte Arnauld

Conclusion générale

Texte intégral

1Si plusieurs champs et moments de l’évolution culturelle de l’Alta Verapaz occidentale ont été explorés au cours de cette recherche, la séquence culturelle régionale n’est pas pour autant établie. Tel n’était pas à proprement parler notre projet, mais le souci d’ébaucher au moins les grandes lignes de l’évolution culturelle transparaît dans la façon dont est présentée la partie synthétique de cet exposé selon les divisions chronologiques. Pour élaborer une véritable séquence culturelle, il eût fallu au moins disposer d’une séquence chronologique plus précise que ne l’est notre séquence céramique. Dans une recherche exploratoire aux moyens limités, les problèmes de l’habitat demandent une tactique de fouilles assez économique qui n’est pas la mieux adaptée à l’objectif chronologique.

2En ce qui concerne l’occupation préclassique, une première contribution de ce travail est la découverte d’un dépôt de céramique du Préclassique ancien-moyen à Sulín, qui vient s’ajouter à d’autres témoignages de l’occupation ancienne de la région. Mais l’affiliation des complexes préclassiques anciens (ou moyens) de Verapaz à ceux du Chiapas, de la côte pacifique du Salvador, voire du Petén, reste à préciser. Les vestiges datés du Préclassique récent et du Protoclassique indiquent que le peuplement régional est devenu plus dense ; mais il est prématuré d’affirmer que l’archéologie confirme l’hypothèse linguistique des migrations kekchi et pokom en Alta Verapaz à cette époque. Le complexe céramique Carchá est daté du Protoclassique parce qu’il comporte quelques marqueurs de la période, mais il suggère plutôt une persistance de traditions préclassiques au détriment de “l’horizon protoclassique”, qui ne semble pas avoir diffusé dans la région. L’échantillon Carchá est cependant assez insuffisant. Quant à l’habitat, la recherche permet d’ébaucher un réseau de centres cérémoniels petits, avec un habitat domestique apparemment dispersé. Postérieurement, au Classique ancien, l’occupation régionale apparaît anormalement faible : tant dans la présente recherche que dans d’autres antérieures, l’habitat et la céramique de la période sont très difficiles à cerner.

3Le réseau de sites classiques récents dont on dispose est par contre relativement dense, et donc sans doute assez significatif. La région est alors très peuplée, les traces d’une occupation classique récente étant omniprésentes. Le complexe Cobán 2 est aussi le mieux défini. On est parvenu à reconstituer dans ses grandes lignes l’organisation socio-culturelle de la zone, en mettant en relief les variations qui l’affectent dans l’espace depuis le versant karstique au nord jusqu’au bassin de Salamá au sud. Les conclusions peuvent être résumées en deux hypothèses principales: d’une part, les centres secondaires ont joué un rôle effectif dans l’intégration des communautés qui leur étaient associées, et dans l’organisation des modes de subsistance; d’autre part, un degré moyen de hiérarchie et de centralisation sociales a été atteint dans le secteur nord autour du grand centre de Chichén, tandis qu’une organisation plus centralisée et plus complexe s’est développée tout à fait au sud autour de Salto; les communautés des vallées intermédiaires auraient été transitionnelles et plus ou moins autonomes.

4Nous avons donné beaucoup d’importance au facteur écologique, en analysant l’inscription du réseau d’habitat dans les milieux physiques. Mais il est évident qu’une véritable étude écologique de ces milieux resterait à faire si l’on tenait à préciser la nature des modes d’exploitation anciens et récents. De plus, les deux hypothèses sont trop synchroniques dans la mesure où l’origine et les modes de croissance des grands centres et des élites sociales ne sont pour ainsi dire pas contrôlés ; l’élaboration des séquences culturelles de Chichén et de Salto dépassait certainement le cadre de la recherche.

5L’unité culturelle et l’intégration de la zone paraissent en définitive moindres au Classique récent que ce qu’on pouvait attendre en abordant une telle région. Il est vrai que l’interprétation spatiale des discordances manifestées par le matériel (en particulier céramique) et par l’habitat peut être affectée par des problèmes d’échantillonnage. Mais malgré tout, l’ensemble d’informations et de données d’ordres divers est assez cohérent pour démontrer la division de la zone en deux entités sociales ou ethniques au nord et au sud, orientées différemment vers les régions voisines. Si cette relative absence d’intégration socio-culturelle n’a pas facilité les analyses de base, sa définition est un des résultats les plus-importants de cette recherche : elle concrétise la notion de région frontalière, ou transitionnelle, souvent appliqué à l’Alta Verapaz parce qu’elle est située entre les Hautes Terres et les Basses Terres. De plus, le fait d’apprécier le degré d’intégration et d’organisation sociales en Alta Verapaz permet d’approcher la question des échanges avec le Petén dans une perspective relativement nouvelle. Mais il faudra certainement d’autres travaux pour en évaluer la portée. On retiendra du moins l’hypothèse d’un système d’échanges à caractère essentiellement élitiste, dans lequel Chichén et Salto ont joué un rôle important de relais entre la Sierra de Chuacús et les Basses Terres.

6Les résultats obtenus quant à l’habitat postclassique sont plus limités. La région semble être restée très peuplée au Postclassique ancien, mais l’habitat est mal connu car la céramique en usage à l’époque, apparemment très transitionnelle entre celles des complexes antérieur et postérieur, rend les datations de sites assez difficiles. Au Postclassique récent la zone s’est certainement dépeuplée dans le secteur sud ; il est aussi probable que les unités d’habitat étaient dispersées largement hors des secteurs plats, ce qui ne facilite pas la détection des sites. En dépit de cette difficulté, le recours à l’ethnohistoire s’est révélé positif parce que les noeuds du réseau archéologique, les centres régionaux, sont assez bien connus. Il est ainsi possible de cerner la structure ethnique et politique au plan régional, c’est-à-dire les déplacements puis la répartition territoriale des clans kekchis et pokomchis en Alta Verapaz, vis-à-vis de leurs ennemis rabinaleb et quichés qui occupaient la Baja Verapaz. D’autre part l’archéologie tend à confirmer l’image ethnohistorique d’une société fortement hiérarchisée et centralisée, ayant évolué sous la pression des Quichés-Cakchiquels alors en pleine expansion territoriale, et peut-être aussi sous leur influence. Mais à ce niveau les données archéologiques méritent d’être complétées.

7Nos reconnaissances des secteurs de Tucurú et de San Cristóbal ont été trop brèves : il y a là des centres protohistoriques certainement importants. Une méthode qui s’est révélée fructueuse dans la vallée de Tactic consiste à reconnaître de façon intensive les alentours des grands centres, en particulier les promontoires et sommets stratégiques, afin de reconstituer les réseaux de centres secondaires qui sont censés, avec le centre recteur, correspondre au territoire clanique. De plus, des fouilles intensives sont nécessaires dans les grands centres car la connaissance précise de leurs séquences architecturales peut avoir, comme à Chicán, une portée historique non négligeable. Cette connaissance est aussi indispensable pour mener les analyses comparatives entre morphologies et architectures des centres régionaux postclassiques récents des Hautes Terres.

8Avec l’appui des documents ethnohistoriques, les reconnaissances, les fouilles et les analyses comparatives devraient permettre de démêler l’écheveau complexe des relations politiques, culturelles ou ethniques entre les différents groupes qui peuplaient les Hautes Terres. Cette méthode que nous avons tenté d’appliquer mène à la conclusion que les Kekchis et les Pokomchis d’Alta Verapaz occidentale étaient indépendants de l’Etat quiché aux XVe et XVIe siècles, mais qu’ils maintenaient des relations avec des communautés dispersées dans les Hautes Terres centrales, rompant donc l’isolement dans lequel l’expansion quichée aurait pu les bloquer. C’est en fait seulement à partir de l’instauration du monopole dominicain sur la Verapaz que la région s’est trouvée véritablement isolée en marge des Hautes Terres, et ceci jusqu’au XXe siècle.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search