Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’habitat en alta Verapaz, Guatemala

 | 
Marie-Charlotte Arnauld

Chapitre 8. Le postclassique : archéologie et ethnohistoire

Texte intégral

I. Rupture ou continuité culturelle au Postclassique ancien

1Les données dont on dispose sont fragiles, en raison de la difficulté qu’il y a à cerner la période au niveau de la céramique. Il semble que la zone ait été toujours aussi peuplée puisqu’on peut assigner 18 à 20 sites au Postclassique ancien, contre 24 datés sûrement du Classique récent (fig. 9 tabl. 16). La principale question qui se pose est celle de la continuité culturelle puisque l’ensemble des recherches faites dans l’aire maya indique que la période a été marquée par d’importants bouleversements. Les plus graves ont commencé à la fin du Classique dans les Basses Terres.

2Une première incursion de groupes "mexicanisés” en provenance des zones Chenes-Río Bec du Yucatán a lieu à Seibal aux alentours de 850 (phase Bayal), tandis que Altar de Sacrificios est sur le déclin (Boca, aspect final) (Adams 1971, 1973 ; Sabloff 1973, 1975). Les arrivants sont porteurs d’une céramique à pâte fine, Orange Fin et Gris Fin des groupes Y et Z. La deuxième incursion se produit à Altar de Sacrificios (Jimba) et met fin aux développements tardifs de Seibal (900-950). Les envahisseurs viendraient du Tabasco et Thompson les identifie aux Chontals et Putuns (1970 : chap. 1 ; mais voir le commentaire de Adams 1973). Le complexe Jimba comporte encore de la céramique fine des groupes Y et Z, mais aussi du groupe X plus tardif (associé aux Toltèques ; Smith 1958 ; Adams 1971 : 664) ; il n’y a pas de céramique plombée.

  • 1 Cette présentation trop brève du problème de la fin du Classique récent au Petén laisse croire que (...)

3Vers 950-1000, le Petén semble en grande partie dépeuplé. Selon Adams, de petits groupes porteurs de céramique plombée originaires des Hautes Terres occupent alors quelques centres abandonnés des ríos Pasión et Usumacinta1 .

4Dans les Hautes Terres du Guatemala, il n’y a pas de preuve d’incursions en provenance du Mexique au Classique récent et au Postclassique ancien. Cependant, des changements culturels et des influences dites “mexicaines” sont évidents : les centres défensifs situés sur les hauteurs apparaissent dès la fin du Classique récent ; il en est de même des éléments architecturaux “mexicains” ; dans la céramique les traditions de polychromie positive et de peinture négative disparaissent (mais pas à Chamá) et les marqueurs du Postclassique ancien sont l’Orange Fin, le Tohil Plombé, les encensoirs de “style mixtèque”, les supports zoomorphes.

5Fox propose une double hypothèse qui a le mérite d’intégrer toutes ces données et d’autres encore, mais en les interprétant de façon peut-être trop spécifique (1980). Tout d’abord, des centres des vallées supérieures du Río Negro et du Río Motagua auraient été colonisés par des groupes “mexicanisés” de la côte du golfe du Mexique, culturellement affiliés à la région Puuc de Yucatán. Cette colonisation serait à relier à la première incursion dans les sites du Río Pasión, et aurait eu pour objectif de contrôler certaines ressources stratégiques des Hautes Terres du Guatemala (sel, jade, obsidienne, etc. ; pour l’expansion Puuc de la fin du Classique récent, voir aussi Ball 1974). Puis au Postclassique ancien, les mêmes centres et d’autres situés à proximité auraient constitué des “avant-postes” commerciaux pour les Putuns-Chontals de la côte du golfe, alliés aux “Toltèques” de Chichén Itza (voir aussi Webb 1973 : 399-400).

6A l’encontre de bouleversements généralisés dans les Hautes Terres, il faut noter que la région de Nebaj-Cotzal proche de l’Alta Verapaz ne manifeste pas de changements culturels ni d’influences mexicaines (Becquelin 1969 : 121-122; Adams 1972: 5); que d’après Carmack les traits culturels mexicains les plus distinctifs (“toltèques”) sont en fait absents au Postclassique ancien dans les Hautes Terres (1968); que certains traits étrangers présents proviennent probablement d’Amérique Centrale plutôt que du Mexique (voir par exemple à Samac en Alta Verapaz, Smith 1952: commentaire fig. 26); enfin que plusieurs complexes postclassiques anciens des Hautes Terres démontrent une forte continuité avec le Classique récent, en particulier dans les Hautes Terres du nord (Becquelin 1969; Adams 1972).

7En ce qui concerne maintenant l’Alta Verapaz occidentale, il faut tout d’abord rappeler que la division de la langue pokom en pokomam et pokomchi daterait du Postclassique ancien et serait peut-être due à des mouvements de population (incursions, déplacements) précédant puis accompagnant l’expansion quiché-cakchiquel. Les linguistes ne relèvent par contre pas de division interne du kekchi, ce qui ne signifie pas nécessairement que l’Alta Verapaz kekchi n’ait pas subi le contrecoup de l’effondrement de la civilisation des Basses Terres et des incursions des groupes “mexicanisés” dans les zones du Pasión et de l’Usumacinta. Rien n’interdit de penser que les groupes des Hautes Terres qui, selon Adams, ont eux-mêmes fait des incursions dans les sites abandonnés de ces zones, étaient en fait des Kekchis d’Alta Verapaz. Ces seules données suggèrent à priori que la conjoncture était instable aux confins de la Verapaz.

8En deuxième lieu, certains changements sont manifestes dans la structure de l’habitat de l’Alta Verapaz occidentale (fig. 8 et 9), bien qu’à ce niveau les données méritent d’être confirmées. Environ le tiers des établissements classiques a été abandonné, surtout dans le secteur nord, bien que Chichén soit encore occupé. Dans le secteur sud, on sait que Sulín a été abandonné au cours de la période ; une sépulture a été violée dans la str. 3 du centre (sép. 4). A Salto, le centre du groupe 3 de la partie ouest du site fonctionnait encore (S1 sur la str. 2, seule structure du gr. 3 datée ; fig. 35) ; la position défensive de ce centre, sa morphologie en acropole, sa structure pyramidale centrale à quatre escaliers et son terrain de jeu de balle déprimé et fermé le différencient nettement des autres centres classiques en plaza de Salto et tendent à confirmer la datation postclassique ancienne (voir Fox 1980). Mais dans l’ensemble ces données sont insuffisantes à démontrer que de réels bouleversements ont eu lieu dans la zone : il n’y a apparemment pas eu de mouvement des fonds plats vers les hauteurs, sauf donc peut-être à Salto Ouest, et la zone ne s’est pas dépeuplée. Quant à l’architecture de type mexicain, les données ne sont pas précises à cet égard.

9En troisième lieu, la céramique postclassique ancienne de la zone manifeste une forte continuité avec celle du Classique récent, en particulier à travers les types domestiques ; même les types décorés, pour la plupart, ne disparaissent pas brutalement (il en est de même en Chamá 5). Ces données, si de nouvelles recherches les confirment, seront sans doute les plus significatives d’une relative stabilité culturelle dans la zone.

10Parmi les apports nouveaux, qui sont quantitativement très faibles, des innovations techniques dans la fabrication de la céramique domestique semblent provenir de Baja Verapaz, et le Tohil Plombé ainsi que les décors zoomorphes et anthropomorphes moulés ou appliqués (bols tripodes, encensoirs) témoignent d’influences des Hautes Terres. Mais l’Orange Fin, la forme du vase piriforme, certains encensoirs, et des techniques de décor par altération de surface bien représentées à Chajcar, ont pénétré le nord de l’Alta Verapaz dès la fin du Classique récent par le Río Chixoy.

11C’est en effet le long de la vallée moyenne du Chixoy que les poteries Orange Fin apparaissent les moins rares. Certaines, de Kixpek, ont été importées de Piedras Negras (Matson 1960 : 37 ; Rands et Smith 1965 : 135 ; Adams 1971 : 50). Cette distribution indique-t-elle que des incursions ont eu lieu en Alta Verapaz vers 900-1000 ? ou témoigne-t-elle seulement d’échanges avec des groupes “mexicanisés” installés dans la région du Pasión et de l’Usumacinta ? On sait que des incursions ont eu lieu jusqu’à Chinajá, non loin de Salinas de los Nueve Cerros (fig. 4), en raison de la présence dans ce site d’un captif sculpté, “Faciès B non classique”, avec une date du 10e cycle (Dillon 1978). Mais Chinajá est encore à 60 km au nord de Cobán.

12En résumé, du côté sud de la zone se seraient produits des déplacements de population, concomitants de la division linguistique pokomam-pokomchi (Kaufman 1976 : 111 ; Fox 1980) ; le complexe Samac comporte bien des innovations techniques provenant de Baja Verapaz, mais l’échantillon de tessons dont on dispose ne permet pas déjuger s’il est intrusif ; on note par ailleurs de probables changements de morphologie dans la partie la plus facile à défendre du grand site de Salto. Du côté nord, certains traits céramiques nouveaux suggèrent qu’il y a eu des échanges entre la zone du Pasión et de l’Usumacinta et l’Alta Verapaz occidentale, peut-être sous la forme d’incursions ou d’infiltrations de groupes des deux régions ; mais quel a été l’impact durable au Postclassique ancien de ces échanges et incursions en Alta Verapaz ? Il semble bien que les changements se soient produits seulement aux confins sud-ouest et nord de la zone de recherche, et que localement, la continuité culturelle du Classique au Postclassique ait été assez peu affectée. C’est pourtant dans la perspective des changements culturels qu’il faudrait poursuivre la recherche car lors du Postclassique récent, une véritable réorientation culturelle est manifeste par rapport à ce que l’on sait du Classique récent.

II. La conjoncture historique et culturelle au Postclassique récent

13Sous le titre de conjoncture historique et culturelle, on entend traiter de la localisation territoriale des ethnies en Verapaz, et des relations qu’elles entretenaient les unes avec les autres. La démarche consiste à replacer la distribution spatiale et la morphologie des sites postclassiques récents dans le cadre des données ethnohistoriques analysées au chapitre 2.

Distribution spatiale des grands centres de Verapaz

14Les sites datés du Postclassique récent sont au nombre de 6 seulement dans la zone de recherche, et de 3 (centres majeurs) à proximité de la zone (Alta et Baja Verapaz ; fig. 10, tabl. 16). De ces 9 sites, 4 ont été fouillés (Chichén, Chicán, Pansalché et Pueblo Viejo-Chixoy, ce dernier par Ichon, 1979a).

15A comparer la fig. 10 aux fig. 9 et 8 des périodes précédentes, la zone paraît dépeuplée au Postclassique récent. C’est probablement inexact dans la mesure où les montagnes ont été très peu reconnues ; les données historiques indiquent que la période était troublée et il est logique qu’une partie de la population se soit dispersée dans les secteurs montagneux. De plus, on sait que les dominicains n’ont pas trouvé le Tezulutlán (Alta Verapaz) dépeuplé en 1544. Ce qui apparaît assez certain est que le réseau de l’habitat du Postclassique récent est différent de celui du Classique récent, et même du Postclassique ancien. Il n’y a plus de centres secondaires dans les fonds des dépressions et des vallées ; parmi les centres classiques, seuls Chichén et Kanihaab sont encore occupés (ainsi que le site d’habitat de Chajsel). Les nouveaux centres sont situés sur les hauteurs.

16L’aspect et l’importance fonctionnelle de Chichén sont inconnus au plan archéologique ; seule la présence de céramique du complexe Chicán atteste que le site était encore occupé (Smith 1949 : 230 ; cette recherche, S2 N1). Il s’agissait sans doute d’un centre kekchi important car Chichén est mentionné dans un document ancien vu par Escobar (1841 : 423), selon lequel des gens de Chichén ont peuplé la fondation dominicaine de Cobán. De plus le premier (et unique) gouverneur kekchi de Verapaz, Juan Matalbatz, était de San Juan Chamelco, fondation qui est à une heure de marche de Chichén ; la Relation de 1574 précise que les Kekchis qui ont peuplé Chamelco ont été déplacés d’un lieu montagneux, c’est-à-dire probablement des alentours de Chichén (Viana 1955 : 24).

17Chicán est l’autre grand centre de la zone au Postclassique récent. Il se trouve en territoire pokomchi (dialecte oriental), dans la vallée de Tactic. Son emplacement est remarquablement stratégique car le site commande les trois grandes vallées qui donnent accès à l’Alta Verapaz orientale à l’est, au Río Chixoy et au Quiché à l’ouest, et à la Baja Verapaz au sud. Vis-à-vis des autres centres majeurs de la région, Chicán se situe presque à l’intersection des axes que forment Pueblo Viejo-Chixoy et Chicobán d’une part, et Chichén et Pachalúm d’autre part. Or tous ces centres se trouvent proches (Chichén est à l’emplacement même) d’établissements classiques récents abandonnés, alors que Chicán est une fondation faite en un lieu dénué de centre plus ancien (comparer les fig. 8 et 10 ; pour la vallée du Polochic où se trouve Chicobán, voir la reconnaissance de A.L. Smith, 1955).

18La localisation stratégique de Chicán dans la vallée de Tactic n’est pas fortuite. Elle signifie que la distribution spatiale des populations a changé, et que l’axe principal suivant lequel s’établissaient les relations entre entités socio-politiques n’est plus orienté nord-sud (axe classique Chichén-Salto), mais est-ouest (ríos Polochic et Chixoy). Plusieurs données archéologiques et ethnohistoriques appuient cette hypothèse et la précisent.

191. Les vallées du secteur sud (au sud de Chicán) étaient dépeuplées. L’ancienne voie qui relie Salamá à Tactic ne passait pas par ces vallées mais directement par la montagne à l’ouest. Nous n’avons pas obtenu un seul lot de céramique Chicán “pur” dans ces vallées. Aucun centre n’est visible sur les versants. Des toutes premières fondations dominicaines, une seule est située dans une des vallées sud, c’est Patal, qui a été abandonné dès avant 1574 (seul cas d’échec dans la zone). Les actuels villages pokomchis de Mocohán et de Purulhá sont assez récents car les documents coloniaux ne les mentionnent pas. Plus au sud, Unión Barrios et Matanzas sont des fondations métisses du XIXe siècle. De Purulhá à Matanzas, on voit actuellement de grandes étendues de forêt d’altitude, alors que l’occupation humaine ancienne les a fait disparaître ailleurs dans la zone. A côté d’Unión Barrios, il y a un lieu-dit Hacienda Vieja où se trouvait une grande propriété espagnole, dont la présence prouve que les dominicains n’ont jamais inclus les vallées sud dans leur province, et qu’elles n’étaient donc pas peuplées.

20Au débouché sud des vallées sur le bassin de Salamá se trouve le grand centre de Pachalúm, peu éloigné de l’établissement classique de Salto, mais beaucoup plus difficilement accessible car il est perché en hauteur. Il s’agirait d’un poste avancé de surveillance des accès au bassin de Salamá et aux vallées d’Alta Verapaz, établi soit par les Pokomchis du nord, soit par les Quichés de Salamá et de Rabinal.

212. La vallée du Río Polochic (à l’est de Chicán) était très peuplée. Un lieu-dit Tezulutlán, situé près de la fondation dominicaine de Tucurú, était la capitale pokomchi à l’arrivée des dominicains (Viana 1955 ; Saint-Lu 1968 : 51). Outre Chicobán, deux autres grands centres très probablement tardifs sont connus près de Tucurú (Guaxac et Raxquix, d’après des informateurs locaux habitant sur le site de Chicobán). Les trois sites sont situés en position défensive sur de hauts promontoires. D’après les données linguistiques et ethnohistoriques (chap. 2, sections I et II), il est très probable qu’au moins une partie du peuplement tardif de la vallée du Polochic a pour origine les vallées sud dépeuplées et les confins ouest de la zone. En effet, le mouvement se serait effectué sous la poussée de Pokoms de Baja Verapaz, eux-mêmes chassés par les Quichés-Rabinaleb ; ces Pokoms se sont installés à l’ouest près du Río Chixoy, depuis San Cristóbal jusqu’à Chamá au nord (fig. 5), délogeant des Pokoms installés là anciennement (et peut-être aussi des Kekchis dans la zone de Chamá).

22Les immigrants parlaient le dialecte actuel du pokomchi occidental, encore parlé à San Cristóbal et aux alentours ; les Pokoms de Tactic et de Tucurú parlaient et parlent encore le pokomchi oriental. D’après le Título Cagcoh de San Cristóbal, les gens de Tactic étaient les alliés de ceux de Tucurú contre ceux de San Cristóbal, ce que l’on peut raisonnablement traduire ainsi : Chicán était allié à Chicobán contre le centre (inconnu) des gens de Cagcoh (future fondation de San Cristóbal). Chicán est effectivement en position de défendre la vallée du Polochic contre des incursions provenant des alentours de San Cristóbal ; le petit centre de Najkitob, d’où l’on voit Chicán, domine fort bien la dépression de Valparaiso qui relie celle de San Cristóbal à la vallée de Tactic : c’était un poste de surveillance soit pour ceux de Chicán, soit pour ceux de Cagcoh.

233. Les ennemis des Pokomchis orientaux des vallées de Tactic et du Polochic étaient les Pokomchis occidentaux (futur San Cristóbal), ainsi que les Quichés-Rabinaleb de Baja Verapaz.

24Le Título Cagcoh mentionne les conflits qui ont opposé les Pokomchis de Tactic et Tucurú aux Pokomchis de San Cristóbal. Aucun centre postclassique récent n’est connu aux alentours de San Cristóbal, sauf celui de Las Pacayas (Sapper 1895) que nous n’avons pas localisé. Pueblo Viejo-Chixoy (groupe G uniquement) est situé sur l’autre rive du Chixoy ; c’est un centre qui n’a pas été achevé à la suite d’un temps d’occupation bref (Ichon 1979a) ; il s’agissait certainement d’un poste de garnison de frontière établi par les Quichés-Rabinaleb et non pas par les Pokomchis (Ichon, cité dans Fox 1981 : tabl. 1).

25Les Quichés-Rabinaleb se trouvaient là en effet au point oriental le plus avancé de leur expansion territoriale : durant le Postclassique récent, ils ont occupé progressivement tous les bassins de Baja Verapaz jusqu’au Río Chixoy et au Río Carchelá-Quililá (au confluent desquels se trouve précisément Pueblo Viejo). Les seuls centres importants que l’on puisse leur attribuer avec certitude à ce stade de l’analyse sont Cahyup et Chuitinamit, près de Rabinal, qu’ils occupaient au moins depuis 1450 (début de la dernière phase de l’expansion de l’Etat quiché d’Utatlán). On suppose que d’autres centres comparables se trouvent près de Salamá. Pachalúm était probablement aussi quiché (voir infra, p. 126).

26Résumons : au sud et au sud-ouest de la zone se trouvent les Quichés Rabinaleb, plus ou moins menaçants, et au nord les Kekchis. Entre les deux ethnies, les Pokomchis peuplent une étroite bande est-ouest allant du Río Polochic au Río Chixoy, et sont séparés des Quichés par le no man’s land que sont les vallées sud dépeuplées et les montagnes Tzalam et Quisís. Dans la mesure où les Pokomchis sont divisés en deux entités hostiles, occidentale et orientale, et où les Quichés menacent au sud et à l’ouest, Chicán se trouve être le point le plus stratégique de la zone. Non seulement ce centre est en position défensive – comme tous les centres mentionnés –, mais la séquence architecturale de son groupe principal indique qu’un incendie et un abandon des structures se sont produits au cours de son histoire. Il est clair que la conjoncture était très instable dans la zone.

Morphologie des centres régionaux (Verapaz et Zone Pokomam)

27Plusieurs études récentes ont mis en relief une corrélation directe entre les morphologies des centres postclassiques récents et les affiliations “ethniques” de ceux qui les ont construits et occupés (Carmack et Fox 1975 ; Carmak, Fox et Stewart 1975 ; Fox 1978 : 6 ; 1980 ; 1981 ; Ichon et al. 1980). Dans la mesure où elle s’appuie sur les documents ethnohistoriques cette approche est certainement prometteuse. Mais elle peut donner des résultats discutables en raison, nous semble-t-il, de l’ambiguïté qui marque le concept d’affiliation ethnique ; car on risque là de confondre des réalités linguistiques, politiques et culturelles (voir le commentaire de Weeks et Campbell à l’article de Fox 1981, p. 339, et la réponse de Fox, p. 341). Nous tenterons cependant quelques comparaisons morphologiques de centres, sans autre objectif que de confirmer et de compléter les résultats de l’analyse exposée précédemment. On comparera d’abord entre eux les centres majeurs d’Alta Verapaz dont on peut affirmer qu’ils ont été construits par les Pokomchis : Chicán, Chicobán, Las Tinajas, Pueblo Viejo-Polochic, et Pachalúm (fig. 38, 39, 40 ; A.L. Smith 1955 : fig. 132, 133, 127b). Puis on étendra la comparaison à d’autres centres des Hautes Terres (fig. 4 et 5) : les uns voisins de l’Alta Verapaz pokomchi, Pueblo Viejo-Chixoy, Chuitinamit, Cahyup et Cauinal (Ichon 1979a : fig. 4 ; A.L. Smith 1955 : fig. 98, 109 ; Ichon et al. 1980) ; les autres lointains, mais censés avoir été habités par des Pokomams (entre autres groupes), Jilotepeque Viejo (Mixco Viejo) et Chinautla Viejo (Lehmann 1968 ; Carmack et Fox 1975).

28En ce qui concerne tout d’abord la distribution des traits mexicains dans l’architecture (voir chap. 4 p. 74 ; A.L. Smith 1955 : tabl. 2), les centres pokomchis d’Alta Verapaz, sauf Pachalúm, sont ceux qui en manifestent le moins, vis-à-vis par exemple des sites de Rabinal (Cahyup et Chuitinamit). La diffusion des traits mexicains en Verapaz, forte à Rabinal, faible en Alta Verapaz, est certainement à relier à l’avancée des Quichés-Cakchiquels jusqu’au Río Carchelá au sud-ouest de notre zone (fig. 5). A Chicán, l’absence d’alfardas en talud-tablero (constr. 3-3 ; ce n’est pas prouvé pour la constr. 3-2) est particulièrement significative : les alfardas en talud simple seraient caractéristiques des Pokoms et des Akahals (Fox 1981 : 330).

29Quant à l’agencement et aux types de structures des centres pokomchis d’Alta Verapaz, les similitudes sont très nettes entre les cinq sites si on les compare sur la base de trois traits principaux (traits A, B, C, tabl. 13).

Tableau 13 : Comparaison morphologique des centres pokomchis d’Alta Verapaz

Tableau 13 : Comparaison morphologique des centres pokomchis d’Alta Verapaz

Note : Pour Las Tinajas et Pueblo Viejo-Polochic, voir les descriptions de A.L. Smith (1955) et de Fox (1981 note 20). Ils sont situés en Alta Verapaz orientale près du lac Izabal (fig. 4).

30Les centres pokomchis d’Alta Verapaz, donc indépendants des Quichés-Cakchiquels, se définissent par un temple central (trait A), entouré sur 2 ou 3 côtés de structures longues (B), le tout orienté selon les points cardinaux (C). Un quatrième trait pourrait se révéler pertinent, c’est l’ouverture du temple vers l’ouest, vérifiée dans les sites où cette structure était en bon état (Chicán, Pachalúm et Las Tinajas). Les cinq centres sont dénués de terrain de jeu de balle, de structure ronde et de temples doubles ou jumeaux, qui sont des éléments très souvent présents dans les sites quichés ou assimilés. Il faut noter la similitude remarquable entre Chicán et Pachalúm (voir fig. 39 et A.L. Smith 1955 : fig. 1276) : Pachalúm ne peut être qu’un avant-poste pokomchi surveillant le bassin de Salamá ; mais étant donné son “architecture mexicaine”, il a dû être conquis et remanié par les Rabinaleb ou les Quichés. L’absence d’un temple central à Chicobán est anormale : on suppose que la construction du centre n’a jamais été terminée.

31Les trois traits A, B, C, que nous considérons donc comme typiques des centres pokomchis d’Alta Verapaz, sont inégalement distribués dans les centres des Hautes Terres que nous avons retenus (tabl. 14). Ils ne sont pas représentés à Pueblo Viejo-Chixoy groupe G, ce qui est logique puisqu’il s’agissait d’une garnison quiché ou rabinaleb. Mais ils sont relativement bien distribués dans un ou deux groupes de sites qui sont d’affiliations diverses (voir Carmack et Fox 1975 ; Ichon et al. 1980 ; Fox 1981 : tabl. 1), quoique tous reliés à l’Etat quiché-cakchiquel : Chuitinamit, Cahyup, Cauinal. Jilotepeque Viejo (Mixco Viejo) et Chinautla Viejo.

Tableau 14 : Comparaison morphologique des centres voisins de l’Alta Verapaz pokomchi, et de centres occupés par des Pokomams

Tableau 14 : Comparaison morphologique des centres voisins de l’Alta Verapaz pokomchi, et de centres occupés par des Pokomams

A1 : un temple central
A2 : temple central double, ou temples jumeaux au centre
B : structures longues sur x côtés de la place
C : orientation cardinale
Note : Les autres groupes de ces sites ne sont pas comparables aux centres pokomchis d’Alta Verapaz sur la base des traits retenus.

32Cette distribution a sans doute des significations assez diverses (voir l’étude récente de Fox 1981, qui aborde le même thème). Les unes sont générales :

  • persistance d’un “modèle pokom” transplanté par les Pokomams depuis la Verapaz jusque dans les Hautes Terres centrales (à Jilotepeque Viejo et à Chinautla Viejo) ; rappelons que les Pokomchis occidentaux de San Cristóbal disaient être les “frères des Chinautecos” (Título Cagcoh, Crespo 1967, passage cité au chap. 2, p. 35) ;

  • traditions communes aux Pokoms et aux Agaab (à Cauinal. Les Agaab sont peut-être apparentés aux Pokoms, Ichon et al. 1980 : 209 ; ils étaient leurs voisins dans la zone du Río Negro-Chixoy).

33Mais d’autres déductions sont plus spécifiques :

  • adoption de traditions pokoms par les Rabinaleb (à Cahyup et à Chuitinamit) ;

  • présence d’enclaves pokoms dans des sites contrôlés par les Quichés-Cakchiquels (tous les sites retenus sauf Pueblo Viejo-Chixoy). Cette hypothèse est tentante pour deux raisons : on sait que les Quichés pratiquaient l’assimilation de groupes vaincus au sein de leurs structures socio-politiques ; la présence dans trois cas du trait A sous la forme A2 (tabl. 14), c’est-à-dire temple central double, ou temples jumeaux au centre, indique précisément que le processus d’assimilation était achevé (selon l’hypothèse de Fox 1981) puisque le culte quiché était adopté parallèlement au culte autochtone traditionnel.

34Il est néanmoins difficile sur des bases empiriques aussi étroites d’adopter la dernière hypothèse au détriment des autres, qui ont sans doute par ailleurs quelque degré de réalité. On se bornera à conclure que dans tous les cas retenus, sauf donc celui du groupe G de Pueblo Viejo-Chixoy, on a affaire à des groupes ethniques, peut-être tous pokoms, ou à des communautés qui étaient ou avaient été en relation avec les Pokomchis d’Alta Verapaz.

35La région n’aurait donc pas été isolée au-delà (nord-est) de la ligne Pueblo Viejo-Chixoy – Pachalúm qui formait la limite orientale de l’Etat quiché, frontière probablement mouvante dans l’espace et dans le temps, donc assez perméable. Ce fait important expliquerait un certain nombre de données ethnohistoriques comme les affaires de mariage entre familles de Cobán, Carchá et Rabinal, les multiples relations diplomatiques exploitées par les dominicains avant leur “entrée” en Verapaz, le réseau commercial des Pokomchis de San Cristóbal Cagcoh par Rabinal et Chinautla, très actif jusqu’à nos jours (Mayers 1966), et même peut-être la vieille tradition à San Jerónimo des mariages avec les Pokomams de Chinautla (Fox comm. pers., qui tient cette information de Sedat).

36De même, on comprend alors mieux comment l’Alta Verapaz occidentale pouvait être un important carrefour commercial au moment de la Conquête (Feldman 1978 : 16). Car, en plus de sa situation stratégique entre les Hautes Terres et les Basses Terres du Petén et du lac Izabal (port atlantique de Nito, voir Thompson 1970 : 132-133 ; Feldman 1978 : 15), la région constituait une entité socio-politique indépendante des Quichés-Cakchiquels, qui maintenait des relations avec des communautés soumises ou assimilées aux Quichés-Cakchiquels. De telles conditions pouvaient en effet attirer les agents d’un commerce inter-régional (voir Feldman 1978).

III La société au Postclassique récent

37L’échantillon de sites occupés au Postclassique récent est restreint et ne reconstitue pas le réseau régional (fig. 10, tabl. 16). Tout au plus, Chicán, Pansalché, Najkitob et peut-être Guaxpac (non daté, fig. 37) formaient le réseau local de la vallée de Tactic.

38On connaît un seul site d’habitat (type A, Chajsel), trois centres secondaires (type C. Pansalché et Najkitob, fig. 20, Kanihaab) et les centres recteurs ou régionaux (type E) que sont Chicán et Chicobán, dotés de zones résidentielles, et Chichén.

39Chicán et Chicobán (on pourrait leur adjoindre Pachalúm) équivalent au tenamit décrit par les documents coloniaux (voir Miles 1957a, 19576), en raison de leur emplacement défensif, de la présence d’édifices publics et de résidences nobles (groupe A de Chicán ; str. 1 à 5 de Chicobán ; fig. 38. 40) et aussi d’une population environnante groupée. Mais ce sont des tenamit assez simples puisqu’ils ne comportent qu’une seule plaza. A Chicán on ne voit pas où pouvait se tenir le marché près de la place principale ; à Chicobán où il n’y a pas de temple, on suppose que la plaza n’a jamais été terminée. Les deux centres n’ont pas de terrain de jeu de balle. Par ailleurs, on note la présence de quelques sitios de 2 ou 3 structures placés à Chicán et à Chicobán entre la plaza et les zones résidentielles : il pourrait s’agir des résidences de “fonctionnaires” subalternes.

40A Chicán, plusieurs édifices publics ou semi-publics du groupe A ont été reconstruits plusieurs fois, ou restaurés et agrandis, probablement lors des successions des dirigeants locaux. Il n’y a apparemment qu’une seule “maison du conseil” (str. 3, à moins que la première construction 4 ait eu cette fonction, voir chap. 4 p. 73) et qu’une seule plaza, ce qui pourrait signifier que la structure clanique représentée à Chicán n’était pas complexe (Fox 1981, note 16). Par contre à Chicobán, les str. 1 et 2 (38 et 50 m de longueur) correspondent à deux maisons du conseil, avec de plus un important complexe peut-être résidentiel situé juste à l’est.

41Quant à Chichén, l’aspect général du site est classique et on ne sait pas si des structures ont été construites au Postclassique récent. De la céramique Chicán provient de la surface du terrain de jeu de balle est (S2).

42La reconnaissance tend à indiquer qu’en dehors des centres régionaux, l’habitat était dispersé, ce que les dominicains ont constaté à leur arrivée. Les centres secondaires sont situés sur des promontoires élevés, donc à distance des meilleurs terroirs, et n’ont pas suscité localement de regroupements de population. Ces traits les distinguent nettement des centres secondaires classiques récents, et par conséquent les modes d’intégration des communautés du Postclassique récent devaient différer de ceux du Classique.

43Ces centres secondaires doivent correspondre au hameau pokom défini par Miles (1957a), qui était appelé quiz a vach tenamit, “en face de la ville”. Effectivement, Pansalché, Najkitob et Guaxpac sont bien visibles depuis Chicán et devaient être des relais militaires et administratifs ; ils sont situés de façon à commander les accès sud, ouest et est de la vallée de Tactic ; ils ne comportent pas de temple mais seulement des plates-formes longues ; Najkitob et Pansalché sont identiques. Il est probable, comme le suggère Miles, que ces centres étaient occupés par des “fonctionnaires”. La relation de ces centres secondaires au centre recteur paraît plus évidente que leur relation avec les communautés agricoles, alors que l’inverse tend à s’appliquer au réseau de l’habitat classique. On a là l’indice d’une forte centralisation socio-politique.

44Il est difficile d’appliquer à ces quelques données archéologiques l’information ethnohistorique concernant la structure de parenté et l’organisation politique des Pokoms. La centralisation dont témoigne apparemment le réseau de sites de la vallée de Tactic corrobore dans une certaine mesure le fait que le pouvoir était monopolisé par les lignages nobles résidant au tenamit, et par les fonctionnaires subalternes résidant dans les hameaux “face au tenamit". Il est certain qu’à une époque où les conflits territoriaux ont été fréquents et assez graves pour entrainer des guerres (Títulos Cagcoh, Chamá et Chamelco), le pouvoir régissant l’exploitation des terroirs devait être centralisé (voir Las Casas 1909 : 622-623) : les communautés de paysans ne pouvaient plus être aussi autonomes qu’à l’époque classique.

45Les structures claniques étaient alors dominantes (Miles 1957a), et il y a lieu de penser que Chichén, Chicán et Chicobán étaient les centres de clans. L’approche de cette question est indirecte : étant donné l’autorité effective des chefs de clans au moment de la Conquête, c’est avec ces chefs que les dominicains ont négocié la réalisation des réductions en 1544 (fondation des villages) ; si on parvient à associer une réduction à un centre précolombien, par les documents ou par une relation de proximité spatiale, on peut en déduire que l’autorité clanique qui a accepté la réduction était sise en ce centre. Les associations entre premières réductions et centres archéologiques peuvent se résumer ainsi (fig. 5) :

  • Cobán est peuplé à partir de Chichén et de Xucaneb (Escobar 1841 : 423). Bien que le site de Chicán se trouve au pied du Cerro Xucaneb, il faut plutôt identifier le Xucaneb du document à San Pablo Xucaneb qui est situé en territoire kekchi (fig.8), où se trouve un site de morphologie classique, et aussi une ermita coloniale.

  • San Juan Chamelco doit être associé spatialement à Chichén.

  • San Pedro Carchá doit être associé politiquement à Chichén : le “seigneur” de Carchá dépendait de Juan Matalbatz (Título Chamelco, Dieseldorff 1904) qui lui-même était à l’origine le cacique de Chamelco, c’est-à-dire de Chichén.

46Chichén était donc certainement le centre de la structure clanique des Kekchis du secteur nord de notre zone. Juan Matalbatz, gouverneur kekchi de la province de Verapaz, était le chef avec qui les dominicains ont négocié les trois réductions en 1544.

  • Tactic et Patal doivent être associés spatialement à Chicán.

  • Tucurú doit être associé spatialement à Chicobán.

47Point important, ce sont là les seules réductions réussies en 1545, c’est-à-dire un an seulement après l’arrivée des religieux. Elles concernent les Kekchis soumis à l’autorité de Matalbatz à Chichén, et les Pokomchis orientaux dirigés par les chefs de Chicán et de Chicobán. Il serait possible de prouver l’occupation en 1544 de Chichén (Escobar 1841) et de Chicobán (ermita coloniale sur la str. 1), mais pas de Chicán (l’ermita est à 600 m à Guaxpac).

48C’est quelques années plus tard, après le règlement de litiges territoriaux et la rédaction de titres que les dominicains ont pu fonder les deux villages de Santa Cruz et de San Cristóbal Cagcoh chez les Pokomchis occidentaux, et enfin Tamahú chez les Pokomchis orientaux (1560 environ). Postérieurement, la relation entre la structure de l’habitat préhispanique et le peuplement des réductions s’estompe complètement car les regroupements initiaux se dépeuplant peu à peu, les religieux ont été chercher des groupes de plus en plus éloignés. En outre, l’autorité clanique s’est affaiblie à la fin du XVIe siècle après la mort de Matalbatz, qui a eu pour successeur un gouverneur laïc espagnol.

Conclusion

49L’équilibre socio-politique instauré au Classique récent en Alta Verapaz occidentale s’est trouvé rompu au Postclassique par suite des modifications qui ont affecté la distribution régionale des entités sociales (ou ethniques) et leurs rapports de force. La nouvelle situation exigeait que des actions concertées efficaces puissent être menées par des groupements assez larges, que ce soit sur les plans militaire, agricole ou commercial. Un contrôle centralisé des terroirs et des interactions entre les segments sociaux serait devenu nécessaire. Se serait développée une structure de clans organisée autour de lignages nobles qui résidaient dans des centres défensifs, administratifs et religieux ayant dans leur dépendance directe des centres secondaires. Un tel processus de centralisation et de renforcement des institutions est caractéristique des périodes de crise (voir Webster 1975 ; Peebles et Kus 1977 : 433 ; Fox 1981).

50Une hypothèse alternative est que le processus centralisateur trouvant son expression dans le clan était en fait déjà à l’oeuvre dans les sociétés classiques, et plus particulièrement au sud de la zone où l’établissement de Salto préfigure par son emplacement et la densité de ses zones résidentielles les grands centres postclassiques récents. Les bouleversements qui ont eu lieu au Postclassique n’auraient fait qu’accélérer ce processus. Cette deuxième hypothèse n’est cependant pas en accord avec celle de Miles, qui discerne une véritable rupture dans l’évolution sociale des Pokoms (1957a : 778), rupture à situer au Postclassique ancien ou au début du Postclassique récent.

51Le principal défaut de l’application de l’ethnohistoire à l’archéologie telle qu’on l’a tentée dans ce chapitre réside évidemment dans le fait que les données archéologiques sont trop limitées. En ce sens cette tentative ne fait qu’explorer un champ de recherche. Néanmoins, plusieurs données archéologiques se sont révélées très significatives : le réseau spatial des centres recteurs, la morphologie et l’emplacement des centres secondaires, l’architecture et la séquence de construction du groupe A de Chicán trouvent leur sens dans le cadre de la conjoncture historique de la période, avant et pendant la pacification dominicaine ; il est possible d’attribuer chaque centre à une entité ethnique, et même clanique. Bien entendu, il est probable que la structure ethnique et politique de l’Alta Verapaz occidentale était moins complexe que celle des régions des Hautes Terres soumises aux Quichés-Cakchiquels. En ce sens, et en raison de la richesse des documents coloniaux, l’Alta Verapaz constitue un domaine de recherche unique.

Notes

1 Cette présentation trop brève du problème de la fin du Classique récent au Petén laisse croire que les invasions en provenance du Mexique sont seules responsables de l’effondrement. La question est en fait beaucoup plus complexe mais on ne retient ici que les éléments pertinents en ce qui concerne l’Alta Verapaz.

Table des illustrations

Titre Tableau 13 : Comparaison morphologique des centres pokomchis d’Alta Verapaz
Légende Note : Pour Las Tinajas et Pueblo Viejo-Polochic, voir les descriptions de A.L. Smith (1955) et de Fox (1981 note 20). Ils sont situés en Alta Verapaz orientale près du lac Izabal (fig. 4).
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4926/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 14 : Comparaison morphologique des centres voisins de l’Alta Verapaz pokomchi, et de centres occupés par des Pokomams
Légende A1 : un temple centralA2 : temple central double, ou temples jumeaux au centreB : structures longues sur x côtés de la placeC : orientation cardinaleNote : Les autres groupes de ces sites ne sont pas comparables aux centres pokomchis d’Alta Verapaz sur la base des traits retenus.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4926/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search