Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’habitat en alta Verapaz, Guatemala

 | 
Marie-Charlotte Arnauld

Chapitre 7. Habitat, société et échanges au classique récent

Texte intégral

Introduction : le Classique ancien

1Le Classique ancien en Alta Verapaz occidentale est très mal connu et ne mérite que quelques remarques préliminaires. La définition de l’aspect céramique Cobán 1 du complexe classique Cobán est provisoire.

2Trois composantes Cobán 1 ont été décelées au cours de cette recherche : à Sulín, à Canxul et à Unión Barrios (fig. 8 ; tabl. 16) ; seul ce dernier site ne paraît pas occupé postérieurement. Par ailleurs, Smith a trouvé des tessons dits Tzakol à Chichén, à Chicuxab, à Santa Elena – Santa Cruz et à Valparaiso. A proximité de la zone de recherche, la composante Chamá 2 est la seule bien définie à notre connaissance. Avec un total de sept sites la zone ne paraît pas plus peuplée que durant la période précédente.

3Le changement culturel du Protoclassique au Classique ancien dont témoigne la céramique semble plus net que dans d’autres régions des Hautes Terres (par exemple, pour la région voisine de Cotzal, Adams considère que le complexe protoclassique Tuban s’étend au Classique ancien, 1972). Si Carchá et Cobán 1 sont correctement définis, le passage d’un complexe hérité du Préclassique récent à un complexe classique semble s’être fait sans la transition que constitue ailleurs l’horizon protoclassique. Le changement est net au niveau typologique, mais cependant moins net au niveau modal. Quant à l’architecture, on note un passage graduel du mode de construction aux revêtements de stuc ou d’argile à celui des parements de pierres, le premier étant encore utilisé au Classique ancien à Sulín (str. 3-4). L’occupation tend aussi à se modifier puisque les sites préclassiques-protoclassiques situés sur des buttes ou des terrasses sont abandonnés (Carchá-Calvario, Sakajút gr. A, Chicán, Pansalché, Pasmolón) ; les établissements classiques anciens sont installés dans les fonds des dépressions et des vallées (Chicuxab, Santa Elena – Santa Cruz, Canxul, Sulín, Unión Barrios). Mais à Chichén, qui est le centre recteur au Classique récent, une occupation classique ancienne n’est pas clairement attestée (Smith 1949 : 230 ; A.L. Smith 1955 : 60). On ne sait donc pas quel est l’établissement qui a remplacé Carchá-Calvario, centre prééminent au Protoclassique.

4Les sites du secteur sud présentent de nettes affinités céramiques avec les Hautes Terres, en particulier avec Kaminaljuyú et avec les régions de la Sierra de Chuacús. Les relations de l’Alta Verapaz avec Kaminaljuyú et sa vallée seraient intéressantes à explorer car Brown a trouvé une certaine abondance de céramique des Hautes Terres du nord à Frutal, un site classique moyen proche de Kaminaljuyú (1977). Or à Sulín (str. 3), les dépôts spéciaux qui comportent des galets, la jarre B-318-17 à décor anthropomorphe (fig. 169a, 200), les bols Chichicaste Brun-Noir de la cache 5 (fig. 148ac) et le type Chipilin Rouge donnent lieu à des comparaisons spécifiques avec des éléments du Classique ancien ou moyen de Kaminaljuyú. Mais ni la céramique ni l’architecture de Sulín et des autres composantes Cobán 1 ne manifestent de traits “téotihuacanoïdes”.

5Quant aux relations avec la Sierra de Chuacús, on peut relever à titre de premiers indices les similitudes entre la céramique culinaire de Cobán 1 et celles de Zacualpa et de la vallée moyenne du Río Motagua, entre les bols Chichicaste à bord rouge de Sulín et ceux fort semblables du complexe Lato du Motagua. Les monticules funéraires, caractéristiques de cette dernière région sont probablement présents en Alta Verapaz dès le Classique ancien (Chamá 2 ; str. 3 de Sulín).

6Du Classique ancien au Classique récent, la céramique témoigne d’une très nette continuité culturelle (aspects 1 et 2 du complexe Cobán) ; en particulier, fort peu de changements marquent la céramique culinaire d’un aspect à l’autre, ce qui implique que les mêmes populations ont occupé la région et qu’aucune incursion étrangère d’importance ne s’est produite au cours de la période classique. Ceci est conforme aux données linguistiques, c’est-à-dire à l’absence de diversifications internes durables du pokom et du kekchi avant le Postclassique, et aux nettes affinités entre les deux langues qui attestent des relations de voisinage pendant une longue période.

7Dans les recherches faites en Alta Verapaz, les vestiges témoignant d’une occupation du Classique ancien sont apparus très rares, ce qui est étonnant même en tenant compte des lacunes certaines de l’échantillonnage (il en est de même dans la vallée du Río Negro-Chixoy, Ichon 1979c : 43-45). Cette anomalie pourrait signifier que la croissance démographique régionale a été faible jusqu’au début du Classique récent (l’éruption très violente du volcan Ilopango du Salvador, datée de 250 ap. J.C. environ, aurait-elle eu des conséquences néfastes jusqu’en Verapaz ? Sheets 1979) ; ou bien que la structure de l’habitat était à l’époque très atomisée et dispersée, laissant donc peu de vestiges ; ou encore que l’aspect céramique Cobán 1 se distingue en réalité si peu de Cobán 2 que la plupart des sites classiques récents auraient été fondés au Classique ancien (c’est du moins le cas de Sulín).

I. Habitat et société au Classique récent

Les sites classiques récents

8Des 35 sites datés dont on dispose, 24 étaient occupés au Classique récent, dont 7 ont certainement été fondés antérieurement (fig. 8 ; tabl. 16). Même si un problème d’échantillonnage affecte l’image de l’occupation, c’est probablement bien au Classique récent que la zone a atteint la densité de population la plus forte depuis le peuplement initial. Ceci étant dit, nous ne sommes pas en mesure de faire la moindre évaluation démographique ; il faudrait pour cela mettre en oeuvre un programme de fouilles extrêmement intensives dans la région.

9Les composantes Cobán 2 se classent d’après la typologie fonctionnelle des sites de la façon suivante (fig. 8) :

  • 8 sites d’habitat domestique (type A. Valparaiso est ici inclus car on n’a pas de trace d’une occupation dans le centre, groupe 2),

  • 1 lieu de culte isolé (type B. Pichirico),

  • 6 centres sans zone d’habitat (type C) localisés dans le secteur nord,

  • 4 centres avec zone d’habitat (type D) localisés dans le secteur sud (à l’exclusion de Unión Barrios qui est classique ancien),

  • 2 centres recteurs (type E), Chichén au nord et Salto au sud,

  • 3 sites de fonction indéterminée : l’aspect de Kanihaab est inconnu mais la présence de tablettes de céramique moulées tend à indiquer que des spécialistes occupaient ou desservaient cet établissement (Butler Arch. U.M.) ; Carchá-Calvario était peut-être encore occupé puisque Butler y a trouvé en surface des tessons classiques récents ; Xutjá 1 était certainement occupé ; mais ces deux dernières composantes ne comportent pas de constructions importantes.

Les réseaux de l’habitat à l’échelon de la zone

10On tentera de démontrer que l’habitat s’organise en deux réseaux distincts, l’un s’inscrivant dans le secteur nord, l’autre dans le secteur sud.

1. Localisations des établissements1

  • 1 La localisation d’un établissement est entendue au sens de position spatiale au sein de la zone ent (...)

11Tous les centres se trouvent distribués le long de chemins anciens, distribution qui résulte en partie du mode de reconnaissance pratiqué. Mais la localisation des centres recteurs, Chichén et Salto, est nettement stratégique car ils sont situés sur des voies de passage importantes, chacun au contact de deux environnements physiques différents (comparer les positions de ces sites sur les fig. 8 et 6).

12Pourtant le lieu le plus stratégique de la région est la vallée de Tactic, prolongée à l’ouest par la dépression de Valparaiso, puisque les chemins menant en Baja Verapaz, aux vallées des ríos Chixoy, Polochic et Cahabón, et vers les Basses Terres, se croisent près de Tactic, et qu’on se trouve là à proximité de trois milieux physiques assez distincts (fig. 6, milieux 1a, 2b et 3). Or il n’y a aucun centre le long de cette vallée (sauf Guaxpac, centre petit de type D non daté, dont l’emplacement est typique du Postclassique récent ; c’est probablement une dépendance de Chicán). Cette absence locale de centres au Classique doit avoir une signification, car au Protoclassique il y avait là trois établissements, au Postclassique récent le centre recteur de Chicán, et à l’époque coloniale le village important de Tactic, qui est de plus un lieu de pèlerinage (fig. 7 et 10). On en déduit que, au Classique récent, la vallée constituait un secteur neutre, pas nécessairement dépeuplé puisqu’on y a trouvé le site d’habitat de Chamaoj, mais une sorte de no man’s land séparant différentes entités territoriales.

13La distribution régionale des centres révèle d’autre part deux tendances opposées : dans le secteur sud, c’est-à-dire au sud de la vallée de Tactic, les centres s’échelonnent linéairement, et le plus grand centre, Salto, est à la périphérie sud, au verrou qui ferme la dernière vallée fluviale ; dans le secteur nord, il y a un agrégat de sites autour de Chichén (Voir aussi les sites non datés sur la carte h.-t.). Ce dernier, qui est le centre majeur, est situé au milieu du réseau naturel des dépressions.

14Les topographies différentes des deux secteurs peuvent bien entendu expliquer ces tendances, mais pas totalement car les variations dans la distribution régionale des centres depuis le Protoclassique jusqu’à nos jours démontrent que la contrainte du milieu est relative, et que des facteurs culturels et historiques ont joué leur rôle. En ce sens, le contraste entre les réseaux de centres au nord et au sud indique, dans une certaine mesure, l’existence de deux entités différentes.

2. Composition interne des établissements

15La distinction spatiale mise en relief dans la typologie des sites acquiert ici sa portée (chap. 3, fin de section II) : les centres sans zone d’habitat sont caractéristiques du secteur nord ; les centres à zone d’habitat le sont du secteur sud. Le facteur topographique ne rend pas compte de cette différence puisque les dépressions sont aussi favorables à un habitat groupé que les vallées le sont à un habitat dispersé. Par contre, il est évident que les formes de l’habitat sont en relation avec les modes d’exploitation du milieu, donc en dernière analyse, en relation avec une conception socio-économique du milieu physique. Que l’habitat soit groupé au sud et dispersé au nord a une signification culturelle.

3. Données culturelles, linguistiques et physiques

16L’analyse de l’habitat n’est pas la seule à indiquer l’existence de deux réseaux, c’est-à-dire probablement de deux entités (sociales ? ethniques ?) différemment organisées.

17La distribution spatiale des sous-complexes culinaire et décoré de Cobán 2 a été longuement discutée au chapitre 5 (voir fig. 1). Les sites du secteur sud présentent une céramique culinaire et deux types décorés très nettement affiliés à la céramique de la Sierra de Chuacús ; on y trouve des imitations de quelques éléments de l’horizon Tepeu 1-2 (et Chamá 3). La céramique culinaire du secteur nord n’est que partiellement affiliée à celle du secteur sud ; la céramique décorée est largement dérivée de l’horizon Tepeu 1-2 et de Chamá 3-4. A Chichén et à Valparaiso, c’est-à-dire en bordure de la vallée de Tactic, les types domestiques du nord et du sud alternent.

18La céramique culinaire est généralement un bon indicateur de l’étroitesse des relations inter-régionales, voire de l’appartenance des producteurs des sous-complexes envisagés à une même entité ethnique ou culturelle (Sharer et Gifford 1970 : 457). Que les populations de la Sierra de Chuacús et du sud de l’Alta Verapaz occidentale aient été étroitement apparentées est donc plausible, et de plus assez en accord avec les données linguistiques. Par rapport à ce secteur sud, le secteur nord d’Alta Verapaz constituerait, dans l’hypothèse la plus prudente un réseau d’échange différemment orienté, et dans l’hypothèse la plus large une autre entité ethnique. On pense évidemment aux Kekchis pour le secteur nord et aux Pokoms pour le secteur sud.

19Ajoutons que Butler a observé des différences nettes dans la céramique distribuée à Cobán et Carchá d’une part, à Tactic et au sud d’autre part. Tous les éléments culturels directement dérivés des Basses Terres, dont on traitera plus avant, proviennent du secteur nord seulement. Enfin, pour en revenir aux relations du secteur sud avec la Sierra de Chuacús, il ne faut pas négliger le caractère transitionnel du site de Salto ; Sedat le juge caractéristique de la vallée de Salamá (comm. pers. 1974) mais, outre sa céramique domestique, il a aussi plus d’un trait que l’on retrouve dans les sites du Motagua moyen :

  • terrain de jeu de balle de Salto Est, du type “fermé A” ;

  • monticule funéraire contenant des sépultures (Salto Ouest, gr. 1, str. 1) ;

  • couloir d’entrée aux chambres funéraires (str. 1, ciste dégagée en S2, avec grandes dalles en fausse voûte, vide) ;

  • fragment de jade déposé dans la bouche du défunt (S2, sép. 1) ;

  • monuments lisses, hauts et étroits (plantés dans le sol 2 en S2) ;

  • zones d’habitat environnantes très denses.

  • 2 C’est un argument à manier prudemment étant donné les bouleversements historiques et culturels qu’o (...)

20Actuellement c’est entre Tactic et Santa Cruz que passe la ligne est-ouest qui sépare les Kekchis au nord des Pokomchis au sud. Il en était de même au XVIe siècle. On ne peut pas affirmer que la situation soit restée inchangée du Classique récent à la Conquête. Cela paraît cependant plausible quand on sait que la langue kekchi est marquée d’influences chols des Basses Terres, au nord, alors que le pokom est plus proche des langues du quichéen des Hautes Terres, au sud et à l’ouest. Ces affinités sont aussi en accord, grossièrement, avec les relations inter-régionales du complexe Cobán 2 pour les secteurs nord et sud. De plus on notera que les Pokomchis préfèrent actuellement l’habitat groupé, ou semi-groupé, alors que les Kekchis vivent dispersés2.

21En dernier lieu, il faut insister sur les différences physiques autres que topographiques – qui opposent les deux secteurs. Certaines ont probablement eu une influence déterminante sur les modes de subsistance, l’habitat et les structures sociales des deux secteurs. Au nord les sols sont plus fertiles qu’au sud, le climat est plus humide mais les risques de gel sont moindres ; la forêt est moins épaisse ; les dépressions sont moins enclavées que les vallées sud. Le secteur nord dispose des ressources lacustres de la lagune de San Cristóbal, de celles des terres moyennes au nord et à l’est ; le secteur sud par contre a l’exclusivité des roches cristallines dures ; les parcelles de sols fertiles sont peu étendues et dispersées dans les vallées.

22Ce n’est là qu’une esquisse très grossière des contrastes entre les deux environnements. Une recherche écologique démontrerait probablement qu’ils présentent des potentiels et exigent des processus d’adaptation sensiblement différents. Feldman définit pour le Postclassique récent deux “districts symbiotiques” en Verapaz, Rabinal au sud, Cobán au nord ; la “frontière” qui les divise passe exactement entre Santa Cruz (Munchú) et Tactic (Feldman 1971 : fig. 13).

23En résumé, l’analyse de la distribution des sites et un certain nombre d’évidences annexes démontrent qu’il existait dans la zone deux réseaux d’habitat différemment organisés, correspondant à deux entités socio-politiques (ethniques ?), séparées spatialement par “l’espace neutre” de la vallée de Tactic, et la chaîne de Xucaneb qui borde cette vallée au nord.

Le réseau du secteur nord : inférences sociales

24On peut d’emblée poser quelques inférences élémentaires à partir de caractéristiques intrinsèques de la structure de l’habitat du secteur nord (fig. 8). Cet habitat est hiérarchisé puisqu’il comporte le grand centre de Chichén (type E), des centres secondaires (type C) et des sites d’habitat domestique (type A) : en conséquence la société locale devait être hiérarchisée, dominée par une élite que l’on associe aux centres. Des indices d’une culture “élitiste” sont d’ailleurs présents, qu’il s’agisse de la qualité de l’architecture de Chichén, des objets “exotiques” (imités ou importés du Petén, voir infra section II), ou des objets “somptuaires” (jade, vases, tablettes de céramique moulées...). L’habitat est d’autre part différencié, tant dans ses types d’établissements (A, C, E) que dans leur composition interne, car certains centres sont par exemple dotés d’un jeu de balle ou d’une structure pyramidale, d’autres en sont dénués: ceci suppose divers degrés de spécialisation sociale pour la construction des établissements ainsi que pour leur fonctionnement; spécialisation suggérée aussi par l’existence probable d’ateliers artisanaux (obsidienne à Xutjá 1, céramique élaborée de Chipoc, Valparaiso et Xutjá 1). Enfin, l’intégration sociale des communautés du secteur nord est figurée par le réseau étoilé de l’habitat autour de Chichén, et s’exprime indirectement dans une certaine homologie des centres entre eux (emplacements et orientations des plazas, types de structures).

25Si l’on veut pousser plus avant l’analyse, il faut prendre en compte les caractéristiques de l’habitat liées au milieu naturel, car ce sont là en fait les seules données complémentaires dont on dispose, en posant comme préalable que notre connaissance du réseau de l’habitat est suffisamment complète. Ces caractéristiques peuvent se résumer ainsi :

  • Chichén, le centre recteur, est situé dans la plus centrale des dépressions, qui est aussi la plus petite ; il n’y a pas de zone d’habitat associée au centre.

  • Les centres secondaires se trouvent dans les dépressions en bordure des collines environnantes.

  • Les groupes d’habitat sont petits (4 ou 5 monticules), distribués dans les collines et les dépressions (compte tenu ici des sites non datés, carte h.-t.) ; les données de la reconnaissance indiquent que – l’habitat était plus dispersé que groupé.

  • 3 Toutes autres conditions étant favorables, un terroir fertile environné de moins bonnes terres est (...)

26Les sols des dépressions étaient très fertiles, et plus faciles à cultiver que ceux des collines environnantes où les sols sont peu fertiles, menacés par l’érosion, et où la couverture végétale est importante. Il est raisonnable de supposer qu’ils ont été exploités intensivement, des jardins ou même des champs étant mis en culture de façon permanente sans années de jachère. Point n’est besoin de faire appel à l’argument d’une forte pression démographique s’exerçant localement3, bien que tel ait pu être le cas. Rappelons que les sols des dépressions étaient épuisés probablement dès le XVIe siècle. C’est sur les collines environnantes qu’aurait été pratiquée en complément une culture extensive sur brûlis, ainsi que dans les terres chaudes limitrophes du secteur nord. On aurait donc un système de “champ proche-champ éloigné”, dit infield-outfield (voir Reina et Hill 1980, leur étude récente de l’agriculture en Alta Verapaz au XVIe siècle).

27Ce système agricole est compatible avec l’habitat dispersé puisque la résidence de chaque exploitant doit se trouver à proximité immédiate du jardin ou du champ cultivé de façon permanente, et à une distance minimale des parcelles exploitées dans les collines. Il requiert aussi un contrôle efficace de la répartition des champs proches au gré de l’évolution démographique de la population, ainsi qu’une source d’arbitrage des conflits, et une maîtrise des aléas du climat, l’humidité excessive étant un handicap dans le secteur nord (calendrier agricole, actions collectives, magasins collectifs...). Là serait une des clés de la structure sociale hiérarchisée et localement intégrée dont témoignent les centres. La situation des centres, en bordure des dépressions et au pied des collines, est intermédiaire entre les deux “niches” les plus exploitées (pour le contrôle des passages, les transports, et éventuellement la mise en magasins sur place), et elle laisse tout l’espace plat libre pour les cultures.

28Actuellement les méthodes de l’agriculture indienne de subsistance se trouvent affectées par une structure foncière et une législation du travail agricole imposées, et par la très forte pression démographique. Il n’y a aucune raison de penser que le système agricole était aussi désorganisé au Classique récent. Au contraire, il est de plus en plus évident que les Mayas savaient pratiquer une agriculture complexe (voir Watters 1971, et Le Bot 1977 : 378, au sujet des survivances modernes ; Harrison et Turner 1978, pour l’agriculture maya préhispanique ; et voir Boserup 1967 : 104-105, concernant la régression des techniques agricoles dans l’Amérique coloniale).

29Il n’est cependant pas évident que l’exploitation agricole du secteur nord ait été organisée et contrôlée depuis Chichén, c’est-à-dire au niveau qui était supérieur à celui des communautés régies par les centres secondaires. Chichén est situé dans une dépression exiguë dont la production n’était pas en proportion avec l’importance de l’établissement ; et il n’y a pas eu localement de concentration de population. Il est improbable que Chichén ait été le lieu privilégié d’un pouvoir économique déterminant. Par ailleurs, l’environnement du secteur nord est homogène en ce sens que les communautés des différentes dépressions étaient en mesure d’obtenir grosso modo les mêmes rendements pour les mêmes cultures d’une année à l’autre. En principe, un contrôle central nivelant les différences n’était pas nécessaire. Chaque communauté pouvait vivre en autarcie, en ce qui concerne l’exploitation du milieu local ; mais des spécialisations artisanales et le commerce avec les régions voisines les rendaient peut-être dépendantes les unes des autres.

30Enfin, en faveur d’une autonomie relative des différentes communautés organisées autour des centres secondaires, il faut rappeler une hypothèse que l’on a tenté de développer à la suite de l’étude ethnohistorique de Miles (1957a; voir au chap. 2 section IV): à l’époque classique, les lignages des couches moyennes et basses de la société pokom auraient été plus solidaires et fonctionnellement corporés qu’ils ne paraissaient l’avoir été au Postclassique récent, époque où les structures claniques et l’autorité des lignages nobles dominaient fortement la société. Au Classique récent, la communauté rattachée à un centre secondaire correspondait peut-être à un groupe de parenté dont le chef résidait au centre ; la structure la plus haute du centre était consacrée au culte funéraire des ancêtres (sur ce point, les données résultent des nombreuses fouilles de Dieseldorff et de celle de la str. 3 de Sulín ; on peut aussi rappeler l’observation faite par D.E. Sapper, 1926, de groupes de parenté kekchis habitant autour de l’ermita, lieu funéraire, voir chap. 2 p.40). L’autonomie de chaque communauté aurait eu pour assise la solidarité de la parenté. Cette hypothèse risque cependant d’être impossible à vérifier car la relation entre la structure de l’habitat et la structure de parenté est plus difficile à dégager au plan archéologique (Becquelin 1973) qu’au plan ethnographique dans l’aire maya (voir entre autres les études de Siverts 1969, de Becquelin-Monod et Breton 1973, de Breton 1973, et de Lartigue 1973 : 142).

31Quoi qu’il en soit, les relations que l’on a essayé de mettre en évidence entre l’habitat et le milieu environnant tendent à indiquer que les communautés pouvaient être relativement autonomes, et donc peu soumises à un pouvoir centralisateur émanant de Chichén. Chichén aurait été avant tout un centre d’interactions, car il est situé dans la plus centrale des dépressions. Son architecture élaborée, le volume de sa structure pyramidale, la présence de stèles lisses, de deux sculptures (celle du jeu de balle Est, et celle trouvée dans la str. 3, qui a disparu), ainsi que de deux terrains de jeu de balle et d’autels, enfin la proximité d’une grotte, laissent à penser que le facteur religieux a été prééminent dans sa fondation et dans son développement.

Le réseau du secteur sud : inférences sociales

32Le réseau comporte des centres secondaires (de type D) échelonnés le long des vallées dans les fonds plats, et un centre majeur, Salto (type E) situé sur le verrou montagneux qui sépare la dernière vallée méridionale du bassin de Salamá (fig. 8). A l’exception d’un lieu de culte isolé (Pichirico), ils sont entourés de zones d’habitat, qui apparaissent particulièrement vastes et complexes à Las Flautas et à Salto (fig. 29, 34). On ne peut pas affirmer que tout l’habitat domestique du secteur était regroupé autour des centres car plusieurs sites d’habitats petits, isolés des centres, ont été repérés dans les vallées (sites non datés, carte h.-t.). La tendance au regroupement reste pourtant beaucoup plus nette que dans le secteur nord.

33De façon analogue à la structure de l’habitat du secteur nord, celle du secteur sud témoigne d’une société différenciée et hiérarchisée. Mais l’intégration sociale de toutes les vallées semble moins évidente que pour l’ensemble des dépressions du nord. D’une part, tandis que cet ensemble de dépressions forme une unité physique indéniable dont on peut supposer qu’elle avait valeur socio-culturelle au Classique récent, les vallées sud reconnues ne constituent pas une telle entité puisque des quebradas les prolongent de toutes parts dans les montagnes : la limite occidentale de la zone de recherche correspond à un changement de paysage net, mais la limite orientale est arbitraire (fig. 6). D’autre part, le centre recteur, Salto, n’est pas situé au milieu du secteur comme l’est Chichén, mais à la périphérie non seulement vis-à-vis des vallées mais aussi vis-à-vis du bassin de Salamá. Quelles communautés étaient rattachées à Salto ?

34Salto et le site voisin de Las Flautas (peut-être aussi Laurel) ont pour traits communs l’étendue et la densité de leurs zones résidentielles. Ce sont des traits caractéristiques des sites de la vallée du Río Chixoy (Los Encuentros, Pueblo Viejo-Chixoy, Ichon 1979a, 1979c), des sites de la vallée moyenne du Río Motagua, et enfin plus près de notre zone, des sites classiques du bassin de Salamá-San Jerónimo; il y a de plus une relation évidente entre Salto et la vallée du Motagua au niveau de divers autres traits culturels (voir supra p. 112), et une relation céramique entre ce site et Salamá-San Jerónimo; l’unique sculpture trouvée sur le site est aussi du style de celles de Salamá (fig. 61; Sedat, comm. pers.). Salto et Las Flautas étaient peut-être, à l’origine, des fondations faites par et pour les habitants du bassin de Salamá, à l’orée des vallées d’Alta Verapaz.

35Les centres à habitat groupé situés dans ces vallées, au nord de Las Flautas (voir fig. 8, et carte h.-t.), étaient certainement plus dans l’orbite de Salto que dans celle de Chichén ; en témoignent leur céramique et leur morphologie groupée. Mais il y a malgré tout des différences dans les types domestiques entre Salto et Las Flautas d’une part, et Sulín, Patal et Chamaoj d’autre part (Cidra Rouge sur Naturel et Espuela Rouge sur Beige sont exclusifs des deux premiers sites ; Celidonia Crème et China Blanc sont présents seulement à Sulín, en plus des types de Chamaoj). Il semble de plus que l’occupation de ces vallées soit antérieure au développement de Salto en tant que centre prééminent, Sulín et Pasmolón étant occupés au Préclassique (fig. 7). En définitive il est possible qu’au nord de Las Flautas, les communautés qui s’échelonnent jusqu’à la vallée de Tactic aient été autonomes vis-à-vis de Salto, et qu’elles aient donc formé un ensemble de transition entre l’entité sociale dominée par Chichén au nord et celle de Salto au sud.

36Si l’habitat groupé du secteur sud est probablement le résultat d’une tradition culturelle propre aux régions de la Sierra de Chuacús, c’est aussi dans une certaine mesure une adaptation au milieu physique local dont les contraintes pesaient fortement sur le système agricole. Les sols peu fertiles et fragiles, le relief accentué, les risques de gelée variables selon l’altitude obligent à disperser les parcelles cultivées la même année sur plusieurs versants, pour minimiser les risques de mauvaise récolte (pratique traditionnelle en Alta Verapaz, Carter 1969) ; des périodes de jachères longues sont indispensables. Le travail collectif est donc fondamental pour les défrichages, les sarclages, le transport des récoltes... L’habitat groupé dans la vallée ou la quebrada permet de réduire les distances aux parcelles dispersées sur les versants, et favorise les formes d’entraide. De plus, c’est au bas des pentes que se trouvent des parcelles plus fertiles (sols de la série Cobán) mais très peu étendues ; les groupements s’opéraient là où la culture intensive de petits enclos domestiques était possible. Il y a effectivement une nette relation spatiale entre les parcelles fertiles – à en juger d’après les cultures qu’elles portent actuellement – et les sites de Guaxpac, Canxul, Panimaquito-Sulín, Las Flautas et Salto Ouest (carte h.-t.).

37D’une façon générale, un type d’habitat donné correspond à une conception à la fois technique et sociale de l’exploitation du milieu environnant local, conception propre aux habitants du lieu ; en ce sens, les aspects écologiques et culturels de la morphologie des sites sont les facettes de la même donnée. C’est ainsi que de l’hypothèse écologique d’une organisation collective du travail agricole dans les centres à habitat groupé des vallées sud, l’expression culturelle peut être le groupement de parenté structurant l’habitat, car actuellement les Kekchis et les Pokomchis se regroupent entre parents pour certains travaux agricoles. Interprétant la morphologie des groupes résidentiels de Los Encuentros, Ichon a aussi proposé l’hypothèse de groupements lignagers (1979a : 13-14) : dans le groupe C ont été fouillées une structure funéraire analogue à la structure funéraire (str. 3) de Sulín, et une grande résidence comparable en dimensions à la str. 1 du centre de Sulín (fig. 27). Un indice qui plaide peut-être en faveur de cette hypothèse est la division interne fréquente des zones résidentielles ou des établissements : le cas est très net à Los Encuentros, de même à Sulín ; Patal et Canxul sont couplés à moins d’1 km de distance ; Las Flautas et Salto sont des établissements doubles (fig. 29 à 31, 34 à 36). Mais dans ces deux derniers sites, comme à Los Encuentros, la structure interne est véritablement complexe : elle se compose de divisions qui équivaudraient peut-être à des groupes hiérarchisés à l’intérieur même de l’établissement.

38Salto a suscité localement une forte concentration de population puisqu’on a relevé 180 structures domestiques sur environ 21,2 ha (environ 850 structures au km2, surface des plazas non déduites). La séquence d’occupation du site étant mal connue, les calculs de population sont prématurés et on s’en tient au fait de la concentration. Or le potentiel agricole des alentours immédiats est médiocre, bien que la parcelle qu’occupe Salto Ouest soit fertile, et le climat est relativement sec. On peut en dire autant de Las Flautas. Ces densités de peuplement s’expliqueraient peut-être mieux aux plans historique et politique ; mais dans tous les cas, il faut admettre l’existence localement de formes d’organisation sociale complexes et contraignantes. Mis à part les résultats des quatre sondages faits dans les centres de Salto Ouest et de Las Flautas Ouest (plus dans ce dernier, un sondage dans une zone résidentielle) dont S2 à Salto démontre la fonction funéraire de la str. 1 du groupe 1, les données dont on dispose relèvent plutôt de la localisation des deux sites : ils sont situés sur une importante voie de communication nord-sud, entre le bassin semi-aride de Salamá et les vallées humides d’Alta Verapaz, et à proximité immédiate de gisements de serpentine, de quartz et de granite. Les données relèvent aussi des relations inter-régionales que plusieurs traits céramiques et morphologiques de Salto suggèrent assez nettement, tant avec le secteur nord de la zone (céramique décorée), qu’avec la Sierra de Chuacús. Ces relations laissent supposer que les habitants de Salto avaient accès au jade du Río Motagua, au jaspe du Río Chixoy et à la chloromélanite peut-être travaillée autour de Salamá (Sedat, comm. pers. 1976).

39En bref, Salto témoigne d’une structure sociale intégrant en un habitat très dense des groupements assez vastes et complexes, susceptibles de mettre en oeuvre des modes centralisés de production artisanale et d’échanges au sein d’un réseau inter-régional vaste. Ceci étant dit, les magasins et les ateliers de Salto et de Las Flautas restent à fouiller. A cet égard, il faut signaler que les habitants actuels de ce dernier site nous ont montré douze haches, une pointe de silex et un outil (gouge) de serpentine noire, trouvés en deux groupes dans les zones résidentielles (annexe III, fig. 114ad, 115, 121c) ; les seuls fragments d’obsidienne verte, d’un gisement mexicain, que nous ayons trouvés dans la zone proviennent de S3 de Las Flautas.

II. Échanges inter-régionaux au Classique récent

40A tout seigneur tout honneur, c’est évidemment aux échanges avec les “cités” mayas des Basses Terres que cette section est consacrée. Toutes les hypothèses qui impliquent plus ou moins directement l’Alta Verapaz ont trait à ces échanges (en particulier Hammond 1975a, 1975b : chap. 8 ; 1978 ; Nelson et al. 1977 ; hypothèses mentionnées plus avant). La présente recherche n’est pas directement orientée vers ce type de problème, mais il est du moins intéressant d’évaluer la question à partir de cette structure socio-territoriale assez compliquée que l’on a tenté de reconstituer pour l’Alta Verapaz occidentale, et qui semble tout à fait caractéristique d’une région frontalière. Une approche préliminaire indispensable à l’étude des questions d’échanges consiste en effet à apprécier les niveaux relatifs d’organisation socio-économique des populations impliquées (Flannery 1968 ; Adams 1974 : 241 ; McVicker 1978 : 177 ; Arnauld 1980c). Dans le cas présent, l’inconnue était l’Alta Verapaz. Rappelons que cette région est la plus stratégique entre les Hautes Terres et les Basses Terres, la voie de Verapaz étant la plus courte (voir chap. précédent p. 106).

41Les objets échangés entre les Hautes Terres et les Basses Terres se classent grossièrement en plusieurs catégories : les “produits somptuaires” (luxury goods, elite-goods, ritual paraphernalia, functional artefacts, Rathje 1971, 1973 ; Tourtellot et Sabloff 1972 : 128) ; les matières premières de valeur (jade, quartz, plumes de quetzal...) ; et les produits agricoles et artisanaux de consommation courante dans les sociétés qui les échangent. On postule que ces différentes catégories, ainsi que l’information culturelle qui leur était associée, circulaient selon des modes d’échanges différents (Tourtellot et Sabloff 1972 ; Webb 1973 ; Renfrew 1975 ; Hammond et al. 1977 : 38).

42Les produits somptuaires constituent dans le cas de l’Alta Verapaz et des Basses Terres, la catégorie la plus intéressante : elle est en partie conservée dans le matériel archéologique, on peut la traiter de façon qualitative plutôt que quantitative (ce qui n’est pas le cas des matières premières), enfin elle est bien représentée en Alta Verapaz sous la forme d’objets importés ou imités de ceux des Basses Terres ; sur ce plan la région est même unique dans les Hautes Terres. L’exemple le plus souvent cité est celui de la céramique polychrome ou incisée de Chamá 3-4. Mais cette céramique est en fait peu distribuée en Alta Verapaz occidentale ; Chamá est un site transitionnel, ou même tout à fait affilié culturellement aux Basses Terres, bien qu’il ne soit pas doté de stèles (Thompson 1970 : 126).

43Les poteries importées du Petén en Alta Verapaz sont rares : vases polychromes à Chipoc et à Cahabón (Smith 1952 : 233, fig. 19a). Beaucoup plus fréquentes sont les poteries qui paraissent imitées : vases incisés de Chipoc, vases excisés de Chajcar, décors en négatif (Merwin et Veillant 1932 ; Adams 1971 : 63). Les scènes et les motifs représentés sur ces poteries mériteraient d’être analysés car il semble que des éléments symboliques et mythologiques proviennent des Basses Terres (Seler 1904 ; Spinden 1957 ; Rands et Rands 1959 ; Coe 1973). Des glyphes ou motifs glyphiques, des divinités (jaguar, soleil), des processions de dignitaires ou des réunions sont figurés sur des poteries de Chipoc, des vases, des tablettes et de petits “autels” de céramique moulés provenant de Chajcar, de Kanihaab et d’autres sites (Dieseldorff 1926 : fig. 18, 19 ; Smith 1952 : fig. 15 ; Rands et Rands 1965 : fig. 21 ; Thompson 1970 : 151 ; Adams 1971 : 63). Les tablettes moulées, nombreuses au Museo de Guatemala, évoquent l’iconographie de certaines stèles du Petén (Rands et Rands 1965 : 556).

44Les figurines d’Alta Verapaz sont très affiliées à celles d’Altar de Sacrificios, de Lubaantún et de Pusilhá ; plusieurs ont été importées (Joyce 1927 : PI. XIX ; 1933 ; Rands et Rands 1965 : 556 ; Hammond 1975b : 123 ; 1978 : 24). La sculpture est par contre peu représentée en Alta Verapaz. La dalle sculptée en bas-relief du terrain de jeu de balle de Chichén est dans la même position que les dalles sculptées du terrain de Piedras Negras (Smith 1961).

45Toutes les pièces dont il vient d’être question ont été trouvées (pour la plupart par les colons européens d’Alta Verapaz) dans le secteur nord de la zone et dans la vallée orientale du Cahabón. De la même région, quelques poteries ont été exportées dans le Petén : vases incisés, excisés ou décorés en peinture négative trouvés à Altar de Sacrificios et à Seibal (Adams 1971 : fig. 64e, 57a, 81-85 ; Sabloff 1975 : fig. 283, 284), ainsi que des encensoirs à manche et des encensoirs à protubérances (Adams 1971 : 56, 143). Les groupes Ojo de Agua Incisé et Crème sur Brun Mikado de la zone du Río Pasión et de Uaxactún sont peut-être des imitations de types crèmes incisés d’Alta Verapaz (Smith 1955b : 8 ; Adams 1971, complexe Chixoy).

46La nature des objets et des comparaisons suggère que se sont produits des transferts de poteries, de figurines, mais aussi des échanges de techniques, de styles, de thèmes symboliques et mythologiques, c’est-à-dire des échanges d’information culturelle. Puisque la plupart de ces objets étaient associés au statut social et à l’exercice des fonctions de l’élite autant dans les Basses Terres qu’en Alta Verapaz, il est probable que les modes d’échanges n’impliquaient que les membres de ces élites, et des artisans spécialisés. Un des modes semble avoir été l’envoi de cadeaux, si l’on en juge d’après les scènes de dignitaires discutant de part et d’autre d’un objet, figurées sur plusieurs vases de Chipoc, de Chajcar, de Chamá et aussi de Nebaj (Smith 1952 : 231, fig. 15gi-kp ; Dieseldorff 1926 : Pl. 32, 36, fig. 171, 179, 180 ; Gordon et Mason 1925-28 : Pl. 7, 8 ; Anonyme 1966 : n° 65 ; Gordon et Mason ibid. : Pl. 29, 30). Sur un des vases de Nebaj l’objet central est décoré du chevron caractéristique de Chamá. Les mêmes objets – mais sans le chevron – apparaissent sur deux linteaux de Yaxchilán (Rio Usumacinta, Spinden 1957 : fig. 25, 203).

47Il y a aussi les deux célèbres vases dits de Chamá et de Ratinlixul (Alta Verapaz ; Dieseldorff 19040 ; Förstemann 1904 ; Gordon et Mason : Pl. 2, 52 ; Villacorta 1930 : 333 ; Thompson 1970 : Pl. 3) ; Thompson, Coe et Webb interprètent les scènes qui y sont figurées comme ayant trait au commerce ou à une ambassade avec échanges de cadeaux (1970 : 137 ; 1973 : 13 ; 1973 : 400). Webb estime que les Mayas n’ont jamais distingué le rôle de marchand de celui d’ambassadeur (1973 : 395).

48Enfin, et c’est peut-être le fait le plus significatif, plusieurs des vases exportés d’Alta Verapaz à Altar de Sacrificios ont été trouvés dans des tombes de dignitaires, où ils sont associés à des pièces d’autres provenances (Adams 1971 : 75, 159-160) ; Adams pense qu’un envoyé d’Alta Verapaz a participé à la cérémonie pour laquelle le fameux “vase d’Altar” a été fait (ibid. : fig. 92-94).

49Les échanges de produits somptuaires ont donc certainement mis en contact direct les élites des Basses Terres (zone des ríos Pasión et Usumacinta) et celles d’Alta Verapaz occidentale (secteur nord). C’est logiquement l’élite de Chichén qui était en mesure de participer à ces échanges, et c’est à Chichén que des fouilles étendues devraient révéler la plus grande concentration d’éléments dérivés du Petén. Mais les éléments connus sont suffisamment dispersés dans la région pour qu’on puisse aussi souligner la remarquable réceptivité de toute la société du secteur nord aux influences des Basses Terres.

50Au-delà des échanges de produits somptuaires, on en est réduit aux conjectures sur la base de données limitées. Une première hypothèse concerne les matières premières de valeur (obsidienne exclue, voir infra) : les échanges de produits somptuaires entre les élites auraient permis de maintenir en le régularisant le commerce des matériaux de valeur très demandés par les centres des Basses Terres (pour des hypothèses analogues voir Flannery 1968 : 105 ; Renfrew 1975 : 28 ; Pires-Ferreira et Flannery 1976 : 290). Par implication, la présence de produits somptuaires dérivés des Basses Terres témoignerait d’un commerce de matières premières de valeur.

51Du secteur nord d’Alta Verapaz occidentale, l’élite locale était en mesure d’obtenir et d’exporter du jaspe (vallée moyenne du Chixoy) et des plumes de quetzal (production locale) ; du secteur sud, du mica, du quartz, de la serpentine et des plumes (production locale), ainsi que du jade de la vallée moyenne du Río Motagua, auquel le centre de Salto avait probablement accès en raison de ses étroites relations culturelles avec la population de cette région. A l’exception des plumes et du jaspe, tous ces matériaux et d’autres encore sont représentés en contexte archéologique classique récent en Alta Verapaz, mais les quantités ne sont pas significatives (tabl. 18-19, et liste en fin d’annexe III).

  • 4 Affinités avec Chipoc et Chamá 3 : Smith et Kidder 1943 : 148-149, 173-175, fig. 23g et 27a à compa (...)

52Les produits somptuaires dérivés des Basses Terres sont nombreux et divers dans le secteur nord de la zone, mais apparemment absents dans le secteur sud, en particulier dans le centre recteur de Salto (deux structures spécialisées des plazas y ont été sondées). Par contre, la céramique décorée de Salto a des affinités avec celle de Chipoc (secteur nord ; Mozote Crème, un vase Chucho Gris Incisé) ; il en est de même dans les sites du bassin de Salamá (Sedat, comm. pers. 1976), et dans les sites de la vallée moyenne du Río Motagua4. Cette distribution dessine donc une chaîne de relais nord-sud : du Petén à Chamá, où la céramique est sans conteste la plus affiliée à l’horizon Tepeu des Basses Terres, de Chamá au secteur nord de Chipoc-Chichén, puis à la zone sud de Salto-Salamá, jusqu’à la vallée du Motagua (fig. 1 au chap. 5 p. 100). Si notre hypothèse est exacte, les matériaux de valeur ont été acheminés des Hautes Terres aux centres des Basses Terres le long de cette chaîne, Chamá, Chichén et Salto étant logiquement les points de contrôle principaux qui nous soient connus.

53Une recherche récente, effectuée à San Agustín Acasaguastlán près de gisements de jade, démontre que la céramique polychrome importée localement de plusieurs régions éloignées – dont celle de “Chamá-Petén” – se trouve associée aux résidences de l’élite qui contrôlait les ateliers de jade et d’obsidienne, résidences et ateliers spatialement groupés (Walters 1980b : 114, 116). L’auteur parvient à la même conclusion que la nôtre concernant le mode d’acheminement du jade depuis les ateliers jusque dans toute la Mésoamérique, c’est-à-dire au moyen de relais (1980a : 6, 18 ; mais il n’explicite pas l’hypothèse ni les arguments).

  • 5 La valeur de l’obsidienne par rapport à celle du jade a fait l’objet d’une discussion préliminaire (...)

54Le cas de l’obsidienne nous paraît devoir être envisagé à part car ce matériau avait plus de valeur dans les Basses Terres que dans les Hautes Terres5. Dans les centres du Petén il était utilisé moins couramment que le silex (Sidrys 1976 : 457-460 ; Michels 1976 : 117 ; Moholy Nagy 1976 : 93, 101, 103, mais l’obsidienne est bien distribuée dans le centre de Tikal). Dans notre zone d’Alta Verapaz, l’obsidienne est abondamment distribuée alors que le silex est rare (tabl. 18, 20, 21, annexe III). Sidrys a calculé, à partir du rapport masse d’obsidienne/volume fouillé, que les grands centres du Petén importaient au Classique récent cinq à six fois plus d’obsidienne que les centres moyens (1976 : tabl. 1, 2) : rapport maximal de 15,3 à Tikal, rapports minimaux de 0,5 et 1,1 pour Altar et Seibal. Pour des sites de notre zone occupés au Classique récent et au Postclassique ancien, nous obtenons des rapports de 10 à 19 pour Chijoú, Sulín et Las Flautas, et des rapports inférieurs pour Chichén et Salto. L’obsidienne provient de El Chayal (18 échantillons trouvés en contexte Cobán ; Villiers-Fisher 1979) et de Jilotepeque (1 échantillon, Cobán 2).

55Ces deux gisements ne sont pas très éloignés de l’Alta Verapaz (fig. 3). Le transport de nuclei et de grands éclats ne pose pas de problèmes difficiles, hormis celui du poids. Les gisements auraient été accessibles grâce à l’existence de relais de distribution fonctionnant pour les Mayas des Hautes Terres du nord (entre autres groupes) : Frutal et Azacualpilla près de El Chayal (hypothèses de Brown 1977 ; et de Michels 1976 : 116, 117), ateliers de taille de San Agustín Acasaguastlán (Walters 1980a, 1980b). Dans ces conditions il est possible que le système d’obtention ait consisté en des échanges réciproques entre communautés, sans organisation de caractère élitiste (pour des hypothèses analogues concernant l’obsidienne voir Rathje 1971 : 276 ; Pires-Ferreira et Flannery 1976 : 288).

56Or de l’Alta Verapaz aux centres de Seibal et Altar qui sont peu éloignés et accessibles par des voies fluviales, la quantité d’obsidienne trouvée en fouilles baisse considérablement. Tikal, centre plus éloigné, en importait beaucoup plus. La centralisation des modes d’importation et le caractère quasi somptuaire de l’obsidienne dans les Basses Terres expliqueraient ce paradoxe : il est probable que Altar et Seibal obtenaient les faibles quantités d’obsidienne qui leur étaient nécessaires plus facilement par le réseau interne du Petén –contrôlé par Tikal – que par les réseaux atomisés d’Alta Verapaz. Certains auteurs ont suggéré que l’obsidienne de El Chayal atteignait les Basses Terres par les vallées d’Alta Verapaz (Hammond 1975a ; Nelson et al. 1977), mais les structures sociales et la faible valeur de l’obsidienne dans cette région indiquent plutôt que les réseaux commerciaux des Hautes Terres et des Basses Terres s’y articulaient difficilement. La jonction se faisait sans doute mieux dans la vallée du Río Motagua grâce à la présence d’un centre comme Quiriguá, dont l’élite semble avoir contrôlé l’importation d’obsidienne des Hautes Terres, et dont les liens privilégiés avec Tikal sont attestés (Sheets 1977 ; Jones et Sharer 1980).

57De façon analogue au cas de l’obsidienne, les échanges de produits de faible valeur (denrées agricoles, produits artisanaux d’usage courant) sont difficiles à envisager pour la Verapaz et les Basses Terres, du moins en tant que commerce à grande échelle. Pour des raisons qui tiennent à la nature du contraste physique entre ces deux régions, et aux différences de niveaux d’organisation socio-économique entre les deux sociétés, la fameuse “symbiose” entre Hautes Terres et Basses Terres ne paraît pas évidente (Sanders et Price 1968 ; Thompson 1970 : chap. 5 ; Hammond 1975b : chap. 8).

58Parce que le contraste physique n’est pas brutal mais très progressif de l’Alta Verapaz occidentale jusqu’aux Basses Terres au travers des vallées orientales et des terres moyennes, il n’y avait sans doute pas en Alta Verapaz une demande importante des productions du Petén. Il est vrai pourtant qu’il existe dans les dictionnaires pokoms du XVIe siècle des termes chols des Basses Terres pour des cultigènes de terre chaude (Feldman 1978 : 14). Il est aussi possible que l’Alta Verapaz ait importé du cacao du Belize (Hammond 1975b) puisque le cacao produit localement est de mauvaise qualité ; mais le cacao était une denrée de valeur.

59Quant à exporter au Petén du maïs et des haricots (de saison humide), le transport était trop coûteux et difficile pour que les centres des Basses Terres y aient recouru régulièrement. Le maïs d’Alta Verapaz se conserve mal en saison humide.

60On connaît des exemples tardifs (XVIe-XIXe siècles) d’échanges réguliers de productions artisanales aux confins de l’Alta Verapaz et du Belize (Thompson 1970 : 135 ; Feldman 1978 : 4 ; Hammond 1978). Mais au Classique récent, des centres du Petén plus éloignés à ceux d’Alta Verapaz, la distance géographique et culturelle et l’inégalité des capacités d’organisation et de spécialisation de l’artisanat nous semblent trop importantes : un objet au départ commun devenait à l’arrivée une curiosité “exotique” à assimiler aux produits somptuaires. C’est ce qui s’est peut-être produit pour les haches fabriquées dans les Hautes Terres et exportées au Petén (Coe 1965 : 600). Cependant, les meules et molettes ont fait l’objet d’une exportation plus importante puisque celles qui sont faites de pierre volcanique sont fréquentes à Lubaantún (Belize ; Coe 1965 : 599), ainsi que dans la région du Río Pasión ; les meules du Petén sont de base convexe, celles d’Alta Verapaz aussi, alors que celles des Hautes Terres sont de fond plat (Baudez et Becquelin 1973 : 379) ; il est possible qu’en Alta Verapaz on ait fabriqué des meules pour l’exportation dans les Basses Terres. Voilà un exemple d’objet qui avait strictement la même valeur et le même usage courant dans les deux régions.

61En définitive, il semble logique que des échanges de denrées et produits de consommation courante n’aient été importants qu’à faible distance, c’est-à-dire dans les terres moyennes et aux abords, et pour des objets dont la fonction utilitaire et symbolique ne pouvait pas varier d’une société à l’autre.

Conclusion sur les échanges

62Il ressort de cette analyse exploratoire que les échanges entre le Petén et les Hautes Terres par l’intermédiaire des sociétés d’Alta Verapaz occidentale auraient été assez malaisés à mener, sauf peut-être ceux qui ne mettaient en jeu que les élites : la zone étudiée constituait une “marche”, un ensemble de petites entités socio-politiques juxtaposées, dotées de réseaux d’échanges fonctionnant de façon variable selon les produits. Une telle situation ne pouvait pas favoriser l’articulation efficace des systèmes d’échanges propres aux Hautes Terres et aux Basses Terres. Peut-être les échanges d’objets somptuaires entre élites représentaient un effort de part et d’autre pour aider à la formation de centres de contrôle et de relais jalonnant l’étendue des régions frontalières ; les centres de Chamá Chichén et Salto étaient sans doute les mieux placés à cet égard. En définitive, la question ainsi envisagée sous l’angle socio-culturel amène à penser que d’autres voies naturelles, même moins directes, étaient en réalité plus intéressantes pour les sociétés fortement organisées des grands centres du Petén, en particulier la vallée du Río Motagua.

Conclusions : les sociétés d’Alta Verapaz occidentale au Classique récent

63En dépit du fait que l’ensemble de la zone de recherche est caractérisé par une indéniable unité culturelle, les groupes ou sociétés qui la peuplaient n’ont pas réalisé leur intégration socio-politique régionale. La vallée de Tactic a constitué la ligne de division spatiale entre deux entités différemment organisées. Celle du secteur nord était tournée vers les terres moyennes et les Basses Terres du nord et de l’est, d’où elle a reçu des influences manifestes, sinon très déterminantes. Ceci peut être en accord, au niveau linguistique, avec le fait que la langue kekchi est marquée d’influences originaires des Basses Terres. La société du secteur sud appartenait probablement à un grand ensemble culturel ou ethnique s’étendant sur les versants nord et sud de la Sierra de Chuacús. Les données linguistiques suggèrent qu’il s’agissait de Pokoms, du moins en Baja Verapaz. On remarquera d’ailleurs que la frontière séparant les deux entités nord et sud n’est pas éloignée de l’actuelle limite départementale entre Alta et Baja Verapaz (carte h.-t.).

64Au nord, Chichén aurait été un important foyer d’interactions entre les communautés locales, plutôt que le coeur d’une structure réellement centralisée. Au sud par contre, les grands établissements de Salto et de Las Flautas témoignent d’une structure socio-économique complexe et fortement organisée ; leur vocation aurait été artisanale et commerciale. Sauf peut-être dans le cas de ces deux établissements, l’unité sociale la mieux articulée semble avoir été le groupe de foyers domestiques peut-être solidarisés par des liens de parenté et associé spatialement à un centre secondaire ; ce centre était toujours localisé sur les meilleures terres.

65Les échanges entre les deux secteurs ont été probablement réguliers et soutenus, mais les données écologiques trop générales dont on dispose ne permettent pas de comprendre de quelle façon les modes de subsistance des deux secteurs se complétaient effectivement. Les échanges de toute la zone avec la Sierra de Chuacús et les Hautes Terres – dont nous n’avons traité qu’indirectement – auraient été importants et même essentiels en ce qui concerne le sel (de Sacapulas), l’obsidienne, le jade, la céramique domestique et sans doute des productions de terre chaude. Quant au commerce avec les centres des Basses Terres, nous avons tenté de développer l’hypothèse selon laquelle les différences de structures socio-économiques entre les deux régions rendaient malaisés des échanges réguliers et diversifiés. Les mieux organisés auraient été restreints à des productions de même valeur et de même usage au plan culturel dans les deux sociétés, et auraient mis en jeu avant tout les élites sociales.

Notes

1 La localisation d’un établissement est entendue au sens de position spatiale au sein de la zone entière. L’emplacement précise sa situation dans son environnement physique local.

2 C’est un argument à manier prudemment étant donné les bouleversements historiques et culturels qu’ont subis les deux groupes du Classique récent au XXe siècle, surtout aux XIXe et XXe siècles à cause de la création des grandes fincas en territoire kekchi.

3 Toutes autres conditions étant favorables, un terroir fertile environné de moins bonnes terres est exploité de façon intensive. Voir des études récentes de la Division Agricole Conjointe CEPAL FAO concernant l’agriculture traditionnelle en Amérique Latine, 1980, Santiago du Chili.

4 Affinités avec Chipoc et Chamá 3 : Smith et Kidder 1943 : 148-149, 173-175, fig. 23g et 27a à comparer aux fig. 14f et 13m de Chipoc, Smith 1952 : Walters signale la présence à San Agustín Acasaguastlán de types importés de la région de “Chamá-Petén” sans autre précision (1980a : 6). Mêmes affinités avec Chipoc et Chamá, ou plutôt dans ce cas importations, pour la céramique de Zacualpa (Quiché oriental) : Lothrop 1936 : 33, fig. 8, 9, 19. 20, PI. 4-7.

5 La valeur de l’obsidienne par rapport à celle du jade a fait l’objet d’une discussion préliminaire par Hammond et al., 1977 : 38-39.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search