Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’habitat en alta Verapaz, Guatemala

 | 
Marie-Charlotte Arnauld

Chapitre 6. Le peuplement et l’occupation au préclassique et au protoclassique

Texte intégral

I. Préclassique ancien et moyen

1Dans les années récentes, la plupart des chercheurs attribuent un rôle minime aux cultures les plus anciennes des Hautes Terres du Chiapas et surtout du Guatemala dans le peuplement et le développement culturel des Basses Terres mayas (Culbert 1965 ; Becquelin 1969 ; Puleston et Puleston 1971 ; Adams 1972). Il est généralement admis que l’origine la plus plausible de la culture maya préclassique du Petén est à situer sur la côte du golfe du Mexique (Sabloff 1975 ; Adams 1977) ; mais la découverte d’une occupation antérieure au Préclassique au Belize va sans doute modifier les données de la question (Hammond et al. 1979 ; MacNeish, Wilkerson et Nelken-Terner 1980). Bien qu’elle ait perdu de son actualité, la question des contacts entre le Petén et les Hautes Terres du Guatemala au Préclassique ancien-moyen est loin d’être résolue.

2Un des arguments qui était avancé à l’encontre de migrations préclassiques du sud vers les Basses Terres est la faiblesse de l’occupation ancienne dans les Hautes Terres du Guatemala. Mais des recherches récentes infirment cet argument (voir la reconnaissance de Brown dans le Quiché par exemple, 1980). En Verapaz, la découverte d’une occupation préclassique ancienne ou moyenne remonte à une dizaine d’années, tant dans les sites de San Jerónimo (en Baja Verapaz) que dans celui de Sakajút (en Alta Verapaz, notre zone de recherche) (Sedat et Sharer 1972, 1973). La céramique de ces sites, non encore publiée à notre connaissance, est reliée aux complexes Ocos de la côte pacifique, Kal de Chalchuapa au Salvador, et peut-être aussi à Xe de Seibal (ibid. ; Sabloff 1975 : 230 ; Willey 1977b : 400). Sedat et Sharer ont proposé l’hypothèse selon laquelle des interactions précoces entre le Petén et les centres culturels les plus anciens des Hautes Terres, incluant des mouvements de population et un commerce de jade et d’obsidienne, auraient stimulé le développement initial de la civilisation du Petén (1972 : 29-30 ; 1973 : 15 ; Sedat et Sharer appuient aussi leur hypothèse sur le fait que les complexes Colos et Kal de Chalchuapa seraient reliés aux complexes les plus anciens du Petén, voir Sharer et Gifford 1970 ; Adams 1971 : 154-155 ; Sabloff 1975 : 230). Willey et Lowe semblaient récemment assez partisans de migrations vers le Petén en provenance des Hautes Terres du Guatemala et du Salvador (Willey 1977b : 386, 401).

3Quelle était en fait l’occupation en Verapaz au Préclassique moyen, voire ancien ? Sept sites au moins sont connus à San Jerónimo, dont deux comportent des complexes architecturaux. Plus au nord, Los Encuentros (Ichon 1979a), Sulín (cette recherche) et Sakajút étaient alors occupés. Des découvertes sporadiques de matériel préclassique moyen ont été faites autour de Cobán, de San Cristóbal, de San Pedro Carchá, et tout à fait au nord à Salinas de los Nueve Cerros (Butler Arch. U.M. ; Rands et Rands 1965 : fig. 8 ; Adams 1966 : 8 ; Adams, comm. pers. ; Sharer, comm. pers. 197 (j). Apparemment tous les milieux physiques de la Verapaz étaient peu ou prou occupés. De plus, des sépultures et des édifices relativement élaborés sont associés à cette occupation à San Jerónimo et à Los Encuentros, ainsi que deux monuments sculptés à San Jerónimo (Sedat et Sharer 1973).

4Non seulement la Verapaz était substantiellement occupée, mais elle offrait aussi, dans les Hautes Terres du nord du Guatemala, les meilleures voies de passage vers les Basses Terres (voir Adams 1978). Ce point est important car toutes les hypothèses qui mettent en jeu les relations entre le Petén et la Verapaz, tant au Préclassique qu’au Classique et même postérieurement, postulent l’existence d’une voie par la Verapaz. Il y a évidemment la vallée moyenne du Río Chixoy (fig. 4) mais dans sa partie qui borde l’Alta Verapaz occidentale, elle est très encaissée. Or on sait que les vallées et les dépressions incluses dans notre zone de recherche ont été très empruntées par le passé. L’itinéraire le mieux connu passe par Salamá, San Jerónimo, Santa Rosa, Patal, Tactic, Santa Cruz, Cobán ou Carchá (fig. 4 et 5). De Cobán et Carchá, une voie orientale suit le Río Cahabón jusqu’à Cahabón d’où on rejoint le Belize; une voie centrale relie Cobán aux affluents du Río Pasión par Chisec ou Sebol; une voie occidentale rejoint le Río Chixoy vers Chamá; les deux dernières voies comportent une bonne partie de navigation (Escobar 1841 ; Morelet 1871 ; Perigny 1911 ; Delgado 1932 ; Viana 1955 ; R.N. Adams 1965 ; Mayers 1966 ; Saint-Lu 1968 ; Thompson 1970 ; Feldamn 1971, 1978 ; Adams 1978 ; Hammond 1978 ; il s’agit d’itinéraires utilisés à l’époque préhispanique et postérieurement). On peut calculer 11 jours de marche depuis Kaminaljuyú jusqu’à l’orée des Basses Terres par le camino real de Salamá-Cobán ; de Kaminaljuyú à Tikal par la Verapaz, il faut un strict minimum de 20 jours (Sedat et Sharer 1972 : 29 ; Adams 1978 : 28-29). C’est la voie la plus courte, par rapport à celle du Río Motagua par exemple.

  • 1 Analyse par spectrométrie de masse (atomic emission spectrometry) effectuée sous la direction de M. (...)

5La voie de Verapaz est de plus stratégique pour l’obtention depuis le Petén et le Belize, de quatre ressources importantes : les plumes de quetzal d’Alta Verapaz ; le sel de Salinas de los Nueve Cerros et de Sacapulas ; le jade et autres pierres semi-dures de Baja Verapaz et de la vallée du Río Motagua ; enfin l’obsidienne de El Chayal et de Jilotepeque (fig. 3 et 4). Il semble que l’obsidienne trouvée au Petén en contexte préclassique provienne de ces deux gisements (Graham et al. 1972 ; Nelson et al. Asaro et al. 1978). Un fragment provenant de Sulín-S6 a été analysé : il serait originaire de El Chayal (Villiers-Fisher 1979)1.

6En définitive, aucune des données n’est probante en soi. Les relations céramiques inter-régionales seront certainement les plus concluantes quand le matériel de San Jerónimo, de Sakajút, de Los Encuentros et de Salinas de los Nueve Cerros aura été publié. La céramique de Sulín-S6 ne fait que confirmer – provisoirement – la relation de la Verapaz avec la côte pacifique et le Chiapas, ce qui appuierait l’hypothèse de Lowe selon laquelle une population mixe-zoque (non maya) originaire du Chiapas aurait occupé la Verapaz (1977 : 209-210). Il n’y a pas lieu pour autant d’écarter l’hypothèse de Sedat et de Sharer. La qualité de l’occupation ancienne en Verapaz, l’existence localement de voies naturelles stratégiques et d’anciens itinéraires connus, et la proximité relative de sources et gisements de produits importants, rendent tout à fait plausible l’idée d’interactions culturelles précoces entre la Verapaz et le Petén. Que ces interactions aient stimulé le développement de la civilisation maya des Basses Terres est un problème d’un autre niveau de complexité.

II. Préclassique récent et Protoclassique

7Il est impossible de traiter séparément de ces deux périodes car elles sont mal distinguées au plan céramique. Le complexe Carchá est daté par quelques rares “marqueurs” du Protoclassique mais une bonne partie du matériel désigne le Préclassique récent (voir chap. précédent ; Sedat et Sharer, comm. pers. 1975, 1976 ; voir pour les Hautes Terres du nord Rands et Smith 1965 : 117). Smith signale des tessons Chicanel pour plusieurs sites d’Alta Verapaz (1949), tessons que Adams date du Protoclassique (1967), alors que Sedat et Sharer les placent sans équivoque au Préclassique récent (comm. pers. 1975). La datation de certaines pièces de Chamá et de la Flojera (Rio Chixoy) n’est pas plus claire (voir Butler 1940 : fig. 21g ; Rands et Smith 1965 : 113, 121, fig. 14d).

  • 2 Pour les différents sens du concept de “Protoclassique” Voir Willey 1977a : 146-147, 1977b : 391. N (...)

8Dans l’état actuel des connaissances, la continuité semble nette entre le Préclassique récent et le Protoclassique2, et sur ce point la céramique d’Alta Verapaz n’est pas unique dans les Hautes Terres. Par contre dans les Basses Terres, les complexes protoclassiques héritent moins du Préclassique récent qu’ils n’annoncent le Classique ancien (Smith et Gifford 1965 : 515 ; Adams 1971 : 156 ; Pring 1977). La pseudo-rupture instituée par le Protoclassique dans les Basses Terres, qui marque la naissance de la “civilisation classique”, a amené une fois de plus les chercheurs à faire appel à des processus divers de diffusion. Le cas le mieux fondé en ce sens est celui du site de Barton Ramie où le complexe protoclassique Floral Park est considéré comme intrusif et significatif d’un apport de population (Smith et Gifford 1965 : 517). Un des foyers d’origine retenu serait à nouveau les Hautes Terres du sud. Effectivement, les relations typologiques et modales établies entre Caynac de Chalchuapa (200 av. J.-C. – 200 ap. J.-C.) et Floral Park ont cette fois-ci convaincu la plupart des chercheurs (Sharer et Gifford 1970 ; Adams 1971 : 156-157 ; 1972 ; Pring 1977 : 150 ; Willey 1977 b : 391, 404).

9L’Alta Verapaz est stratégiquement située entre les Hautes Terres du sud et les Basses Terres ; elle est occupée depuis le Préclassique ancien par des groupes dont la participation à un réseau d’échanges nord-sud est au mieux plausible. C’est logiquement dans cette région que l’on devrait trouver des développements protoclassiques transitionnels entre ceux du Salvador (Chalchuapa) et ceux du Petén. Or, on l’a vu au chapitre précédent, le complexe Carchá ainsi que Chamá 1 et les collections d’Alta Verapaz présentent fort peu de fossiles directeurs de l’horizon protoclassique, et n’ont que peu de relations avec le Petén, a moins de tenir compte de la céramique Chicanel trouvée à Roknimá (près de Chamá) et à Carchá-Calvario (types Flor Cream et Sierra Red, R.E. Smith 1955 b : 119, 121, 124 ; Adams 1971 : 120 ; voir aussi Rands et Smith 1965 : 117, 119). Le complexe Carchá, ainsi que Chamá 1, a par contre des affinités assez nettes avec la céramique préclassique récente de Kaminaljuyú et des Hautes Terres occidentales. La situation est à peu près similaire pour le complexe Tuban de la région voisine de Cotzal (Adams 1967, 1972). Il paraît exclu que la voie de Verapaz ait été le canal des différents processus de diffusion de l’horizon protoclassique vers le Petén et le Belize. Selon Pring (1977), une meilleure possibilité est la vallée du Río Motagua et le lac Izabal.

10La Verapaz était pourtant assez peuplée: en plus des huit sites que nous avons répertoriés pour la période dans la zone de recherche (voir infra), au moins quatre sites sont connus au nord de l’Alta Verapaz, un à l’ouest et un au sud à San Jerónimo (Baja Verapaz) : Chamá, Ghichún, Roknimá, La Flojera, Los Encuentros, El Portón (Smith 1949; Rands et Smith 1965 : 119 ; Adams 1971 : 120 ; Sedat et Sharer 1972 : 25-28 ; 1973 : 4-5 ; Ichon 1979a). Les deux plus grands sites par le volume de leurs constructions sont Carchá-Calvario (fig. 23) situé à l’orée des terres moyennes, et El Portón près de San Jerónimo au pied de la Sierra de Chuacús. Tous deux sont localisés sur le camino real qui relie les Hautes Terres au Petén, et en bordure de milieux physiques divers. C’est de Carchá-Calvario que provient la plus grande quantité en Alta Verapaz – de céramique Chicanel. Enfin, si la présence d’obsidienne peut être un indicateur d’échanges, il faut signaler que l’obsidienne est abondante en contextes protoclassiques dans la zone ; un échantillon analysé proviendrait de El Chayal (9 fragments ; un seul aurait été extrait de Jilotepeque ; Villiers-Fisher 1979). On a aussi trouvé du quartz, du mica, sans doute importés de Baja Verapaz, et un outil de silex, certainement importé du Belize (tabl. 18, annexe III) ; le silex est rare dans les Hautes Terres avant la période classique (Coe 1965 : 595, 597 ; Thompson 1970 : 146).

11Les données sont insuffisantes mais enfin elles n’interdisent pas de penser à priori que la Verapaz était en relation avec les Basses Terres au Préclassique récent et au Protoclassique. Puisque les données céramiques sont négatives en ce qui concerne le Protoclassique, il faut admettre soit que l’échantillonnage céramique est insuffisant et que l’horizon protoclassique s’étend en fait à la Verapaz, soit que des facteurs culturels non apparents dans les données céramiques ont empêché la formation, ou la persistance, de réseaux d’échanges entre la Verapaz, les Basses Terres et le Salvador.

  • 3 La région d’origine immédiate des Kekchis et des Pokoms serait celle d’Aguacatán et d’Uspantán (Kau (...)

12C’est en relation avec la deuxième possibilité que les données linguistiques méritent d’être rappelées. Les groupes parlant le kekchi sont censés avoir pénétré en Alta Verapaz depuis les Hautes Terres occidentales à partir de 600 av. J.-C., donc dès le Préclassique moyen. Ces groupes peuvent être les responsables de l’extension de l’occupation régionale – du moins apparente à ce stade des connaissances – du Préclassique moyen au Préclassique récent. Les Pokoms sont aussi entrés en Verapaz depuis les mêmes régions à partir de 200 av. J.-C. au Préclassique récent. Or les affinités du complexe Carchá avec la céramique préclassique récente des Hautes Terres occidentales, si elles ne prouvent rien, sont malgré tout en accord avec l’hypothèse linguistique3. Dans ces conditions, la persistance en Carchá des traditions préclassiques jusqu’au début du Classique ancien, et la faiblesse concomitante de l’horizon protoclassique, pourraient s’expliquer par le fait que les Kekchis et les Pokoms ont quitté leurs régions d’origine avant que celles-ci ne soient marquées par l’horizon protoclassique. Celui-ci ne semble d’ailleurs bien présent qu’au Quiché central (Ichon 1979c : 43-45 ; comm. pers. au sujet de la vallée du Río Negro-Chixoy où la céramique protoclassique est rare). L’arrivée des immigrants en Verapaz aurait pu aussi perturber localement des réseaux d’échanges anciens. Ceci étant dit, les corrélations de données céramiques et linguistiques pour des périodes aussi anciennes sont très difficiles à interpréter.

13Il faudrait tout d’abord effectuer des recherches plus poussées que la nôtre pour déceler les indices probants d’un apport de population en Verapaz vers la fin du Préclassique, non seulement dans l’évolution de la céramique, mais aussi dans celle de la structure de l’habitat. Nous ne disposons pour la zone de recherche que d’un réseau certainement incomplet de huit sites datés (fig. 7 ; tabl. 16) ; trois de ces sites, Chicán, Pansalché et Santa Elena – Santa Cruz, sont de fonction et d’aspect indéterminés. Les autres étaient probablement de petits centres.

14Les sites sont localisés sur des buttes ou des collines en bordure des secteurs plats. Ils comportent entre autres structures une à trois structures pyramidales de 3 à 10 m de hauteur ; le plan orthogonal est le plus fréquent mais l’agencement linéaire typique du Préclassique caractérise Xutjá 1 (orientation apparemment récurrente : 25°-50° nord-ouest, nord magnétique). Les édifices comportent un remblai de terre qui est revêtu de stuc ou d’un mortier d’argile, mais l’emploi de la pierre est manifeste aussi à Valparaiso, à Pasmolón et à Carchá-Calvario. Dans ce dernier site, les deux modes de construction sont présents en superposition dans la str. 1, le deuxième datant de la deuxième phase de construction (voir ce site, annexe I). Carchá-Calvario (fig. 23) est de loin le site le plus important de la zone, avec deux structures pyramidales se faisant face, l’une de 9-10 m de hauteur, l’autre de 6,40m, cette dernière placée sur une haute terrasse (10 m) probablement en grande partie artificielle ; le sol de la place était dallé.

15Ce réseau de centres modestes coiffé d’un centre nettement plus important tend à indiquer que la société d’Alta Verapaz était hiérarchisée, et sans doute intégrée au niveau régional puisque les centres manifestent un certain nombre de similitudes morphologiques. Il est possible que les plazas aient été habitées car des fosses contenant de la céramique domestique ont été fouillées à proximité des structures principales à Carchá-Calvario (Butler Arch. U.M.), à Valparaiso (gr. 2, SI) et à Pasmolón (S1). La fosse de Valparaiso, trouvée sous la str. 3, contenait aussi des fragments Bledo Noir Incisé dont ceux du bol B-161-7 à supports mammiformes et un fragment de quartz ; un outil de silex (H-132-7, déjà mentionné supra) provient d’un niveau supérieur. Il n’est pas indifférent de constater que les occupants de la str. 3, située en bordure de la plaza, ont pu se procurer du quartz, du silex importé des Basses Terres, et une poterie de l’horizon protoclassique qui est apparemment si peu représenté dans la zone. De même, l’individu enterré au centre même de la place de Pasmolón (Sl, sép. 3) était probablement un membre de l’élite, bien que la sépulture soit simple et sans mobilier. Les sépultures les plus élaborées qui soient connues sont celles de Chamá (Chamá 1), et peut-être aussi celles de El Portón à San Jerónimo.

16En définitive, les données sont très limitées et il est probable que l’on sous-estime le degré de développement culturel de l’Alta Verapaz dans les siècles qui précèdent la période classique. C’est là un axe de recherche qu’il serait nécessaire de suivre, parallèlement au problème non résolu du peuplement kekchi et pokom de la région. Il est possible que dans les fonds plats, les dépôts préclassiques soient très profonds – bien que ce ne soit pas le cas à Sulín – recouverts par une couche d’alluvions, si des inondations ont eu lieu à la suite de l’éruption du volcan Ilopango au IIIe siècle ap. J.-C. (Sheets 1979). Ceci expliquerait le fait que presque tous les sites préclassiques-protoclassiques de la zone aient été trouvés sur des buttes.

Notes

1 Analyse par spectrométrie de masse (atomic emission spectrometry) effectuée sous la direction de M. Carr à l’Université de Rutgers (Etats Unis).

2 Pour les différents sens du concept de “Protoclassique” Voir Willey 1977a : 146-147, 1977b : 391. Nous l’employons ici avant tout dans son acception chronologique (période couvrant les premiers siècles ap. J.-C.), et aussi au sens culturel d’un ensemble de traits céramiques ayant diffusé du Salvador aux Basses Terres (“horizon protoclassique”).

3 La région d’origine immédiate des Kekchis et des Pokoms serait celle d’Aguacatán et d’Uspantán (Kaufman 1976) ; le complexe Carchá donne lieu à des comparaisons spécifiques avec la céramique, des régions de Huehuetenango, Salcajá-Momostenango, Cotzal et Quetzaltenango (fig. 2 et 5).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search