Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’habitat en alta Verapaz, Guatemala

 | 
Marie-Charlotte Arnauld

Chapitre 5. La séquence céramique et les complexes céramiques

Texte intégral

I. Le matériel et les modalités de l’analyse

1La céramique provenant d’une unité de fouille, sondage ou tranchée, ou d’une collection de surface, forme une “collection” : le total des 37 110 tessons retenus après élimination des plus petits fragments est ainsi divisé en 64 collections (voir tabl. 22, annexe IV). Chaque collection est elle-même divisée en lots, correspondant aux niveaux stratigraphiques et aux sections des unités de fouille, au total 441 lots. Près de 110 lots contiennent chacun plus de 90 tessons, les autres moins. Sur l’ensemble des lots la proportion de tessons érodés varie de 0,5 à 80 %, et celle des tessons résiduels inclassables (panses de jarres par exemple) de 10 à 40 %. Les fréquences typologiques sont calculées sur les totaux de tessons classés.

2Les lots les plus “mélanges ou les moins abondants ayant été écartés, un total de 31 831 tessons a été étudié (tabl. 22). De ce total, 11 457 tessons sont érodés ou résiduels (près de 36 %). La définition des complexes céramiques repose donc sur 20 374 tessons ainsi répartis :

  • 19 212 tessons classés et comptés par types

  • 1 026 tessons classés en présence-absence par types

  • 84 tessons “spéciaux”

  • 52 fragments d’encensoirs (hors-types d’encensoirs).

3L’étude de la céramique a été réalisée avec la collaboration de P. Carot. Nous avons utilisé le système en usage dans l’aire maya, c’est-à-dire la classification par “type-variété” (Smith, Willey et Gifford 1960 ; Smith et Gifford 1965 ; Baudez 1967 ; Sabloff et Smith 1969), système appliqué par Becquelin (1969) et par Adams (s.d.) à la céramique provenant de la région de Nebaj-Cotzal proche de notre zone. Mais nous n’avons établi qu’une seule variété par type (non nommée) en raison de la faible quantité de tessons formant chaque type, du manque de références comparatives au niveau inter-régional (les typologies par type-variété ne sont pas nombreuses pour les Hautes Terres du Guatemala), et aussi en raison de la conservation médiocre du matériel, surtout les surfaces, enfin pour éviter de créer une multitude de catégories locales.

4L’objectif de la typologie était en effet d’ordre temporel, en vue d’établir une chronologie, et non pas fonctionnel ou spatial. Dans le processus pratique de classification, nous avons fait en sorte que la variation spatiale interne de chaque type puisse être appréciée et contrôlée, de façon à limiter les distorsions dues à ce facteur. Mais quelques types sont indéniablement locaux (voir tabl. 27, annexe IV). Le facteur fonctionnel a moins joué, encore que les attributs relevant des formes, assez bien connues grâce au matériel provenant des décharges, aient été retenus comme critères de classification, du moins pour les types simples (voir la charte des critères utilisés, tabl. 23, annexe IV).

5Nous avons établi et nommés 52 types (nom espagnol non accentué, et un ou deux termes descriptifs). Dix types additionnels peu représentés sont considérés comme “Potentiels” et sont ainsi désignés, avec un ou deux termes descriptifs. La description typologique figure à l’annexe IV. Un échantillon de chaque type a été déposé au Museo Nacional de Arqueología y Etnología de Guatemala.

Tableau 6 : Distribution des formes de récipients dans les types céramiques

Tableau 6 : Distribution des formes de récipients dans les types céramiques

6D’autre part, on a tenté d’opérer un classement provisoire des 62 types en “groupes” et “classes” (ces dernières correspondant aux wares, ou “familles” ; voir tabl. 24 et 25, annexe IV ; Smith et Gifford 1965 ; Parsons 1967 ; Sabloff et Smith 1969) :

  • 7 groupes incluant au total 25 types qui sont chacun définis par un assez grand nombre d’attributs ; il s’agit des types fins décorés ; les types pas ou peu décorés, “domestiques”, se prêtent mal à ces regroupements.

  • 13 “classes” incluant 51 types regroupés sur la base d’attributs techniques (tabl. 25) ; ces classes pourraient être en partie redéfinies au moyen d’une analyse des pâtes plus précise que la nôtre (voir Rice 1976 : 541 ; Ball 1977 : 662).

7Les groupes et les classes tendent à faciliter les comparaisons inter-régionales, et éventuellement favorisent la coordination de différentes typologies régionales.

8En cours de classification typologique nous avons distribué les fragments témoins des formes en 27 catégories de formes, identifiées chacune par une lettre majuscule (voir fig. 124, annexe IV) : 11 formes de jarres, 11 bols, plats et vases, 3 comals, 1 grand bol ou bassin, et 1 “pot-canard”. Etant donné que ce classement visait à retracer une évolution chronologique, les attributs discriminatoires retenus relèvent de certains détails de morphologie ayant varié dans le temps (par exemple le profil du bord pour les jarres, discriminant les catégories A1, A2... Bl, B2..., entre autres attributs) plutôt que du profil fonctionnel. Plusieurs de ces catégories, qui sont donc définies par un petit nombre d’attributs chacune, ont été traitées comme des modes et incluses dans la séquence modale.

9La distribution des formes par types est donnée au tabl. 6 ci-joint. Ce tableau permet d’isoler grossièrement deux ensembles fonctionnels :

  1. types de fonction culinaire ou domestique : jarres, grands bols et bassins, comals et “pots-canards” (pour ce terme, voir le type Nama Modelé à l’annexe IV) ; les types sont peu décorés ;

  2. types “de service” : bols, plats, et vases ; types monochromes à décor fréquent, types dichromes, trichromes... ; et peut-être types de fonction “cérémonielle” : cylindres, pseudo-cylindres, bols ouverts concaves, bols de profil composite 2 et bols hémisphériques, à l’exclusion des autres formes, toutes portant des décors élaborés.

10Nous préférons garder les types de service et les types cérémoniels regroupés en un ensemble, dit “fin et décoré”, car la distinction service/cérémoniel est hypothétiqué.

11Par contre les deux types d’encensoirs établis et les 52 fragments d’encensoirs additionnels appartiennent à un ensemble certainement cérémoniel, défini par des formes, des traitements de surface et des décors tout à fait spécifiques. Plusieurs poteries du type Barbasco Encensoir ont été trouvées en contexte rituel dans la str. 3 de Sulín. Mais il est vrai que des poteries domestiques ont aussi servi d’encensoirs comme les jarres Matapalo Poreux des sép. 7 et 8 de Sulín (str. 3, Sulín), ce qui tend à indiquer que nos classements fonctionnels ont une valeur plus opératoire que cognitive.

12Enfin, la typologie a été complétée d’une analyse modale faite par lots (permettant le comptage des modes par niveaux de fouille). Au total 76 modes ont été établis et comptés, dont quelques-uns seulement sont en fait des attributs de définition des types (Ball 1977 : 663) (pour les deux complexes tardifs seulement). L’analyse modale a permis l’élaboration d’une séquence modale qui souligne les tendances de la sériation typologique (voir infra). Elle a aussi donné lieu à de multiples comparaisons inter-régionales.

II. La séquence typologique

13Parce qu’aucune unité de fouille n’a donné de stratigraphie couvrant toute la durée de l’occupation régionale, il a fallu construire la séquence chronologique, d’une part en ordonnant les lots céramiques par sériation graphique des fréquences typologiques, d’autre part en comparant les ensembles de types stratigraphiquement associés avec les complexes déjà datés de régions voisines.

14En fait la seule étude des associations de types en stratigraphie, grâce en particulier au matériel homogène des décharges céramiques, permettait d’obtenir une définition grossière des différents complexes céramiques. Mais la sériation graphique donnait le même résultat selon une méthode plus rigoureuse ; et elle fournissait l’ordre temporel relatif des complexes.

15Cet ordre temporel, ainsi que la définition typologique des complexes, ont été contrôlés au moyen des comparaisons inter-régionales. Ce sont aussi ces comparaisons qui ont fourni les datations absolues, puisque nous n’avons pu faire aucune datation au radiocarbone. Il est bien évident que les séquences chronologiques de Butler pour Chamá (1940b) et de R.E. Smith pour la région de Cobán (1949, 1952) constituaient nos cadres de référence privilégiés (voir au début de ce volume la présentation des cadres de référence).

16La présente section II de ce chapitre est consacrée aux résultats de la sériation graphique des fréquences typologiques, la section III aux résultats de la séquence modale. La section IV porte sur les comparaisons inter-régionales pour les principaux éléments de chaque complexe établi.

17Les fréquences typologiques ordonnées des lots sériés sont présentées aux tableaux 8 et 9 (ci-joints), avec la distribution typologique en chiffres absolus (la sériation graphique n’est pas reproduite). Il n’a été possible d’obtenir un ordre cohérent des lots qu’en séparant en deux tableaux (et à l’origine en deux sériations) les lots provenant du secteur sud, vallée de Tactic incluse, de ceux du secteur nord de la zone de recherche, ceci en raison de variations spatiales évidentes (voir plus avant sur ce point). Ces variations ne sont cependant pas telles que le matériel régional soit culturellement hétérogène, auquel cas la sériation eût été impraticable, ou bien praticable mais sans signification chronologique. Au niveau temporel maintenant, la céramique n’indique aucun phénomène de rupture culturelle déterminant tout au long de l’occupation régionale, phénomène qui aurait aussi interdit la pratique de la sériation. Enfin, trois autres conditions importantes pour la valeur chronologique de la sériation ont été respectées autant que possible : les contextes stratigraphiques des niveaux sériés sont contrôlés et ces niveaux sont censés représenter des durées d’occupation équivalentes (tabl. 7 ci-joint) ; la quantité de tessons par lot sérié est suffisante (tabl. 7) ; les types sériés sont définis par des attributs variant dans le temps et sont suffisamment abondants. Une condition n’a pas été respectée : que les lots proviennent de contextes fonctionnels équivalents, contextes dont les sondages, pour la plupart, ne permettent pas de juger (au sujet de ces conditions voir Phillips, Ford et Griffin 1951 ; Rouse 1967 ; Dunnel 1970 ; Cowgill 1972).

  • 1 Une unité désigne un seul lot, ou deux ou trois lots regroupés ; elle est identifiée par le ou les (...)

18Pour le secteur sud, la séquence a été établie au moyen de 38 unités-lots1 qui totalisent 5 085 tessons répartis en 24 types. Pour le secteur nord, elle comporte 24 unités-lots totalisant 5 562 tessons répartis en 22 types. Vingt types sont communs. Les deux types exclusifs du secteur nord sont Caoba Rouge Noirci et Cebada Poreux, qui remplacent Mostaza Rouge sur Naturel dans plusieurs sites du secteur nord. Les quatre types du secteur sud sont Cidra Rouge sur Naturel – qui est une variante de Mostaza tout à fait au sud –, Membrillo Fin, Linaza Grossier et Lima Brun Incisé, types du complexe Samac de l’extrémité sud de la zone. Les deux tableaux ont d’autre part en commun les lots définissant les complexes Carchá et Chicán, lots qui proviennent de quatre sites tous proches de la vallée de Tactic, c’est-à-dire de la frontière des deux secteurs.

19Les deux sériations ont permis la définition (partielle) et la mise en séquence de trois complexes : Carchá, Cobán et Chicán. Parce que ces sériations ont été assez aisées à réaliser, et que les conditions de validité ci-dessus mentionnées ont été autant que possible respectées, la séquence obtenue est chronologique ; secondairement elle valide la typologie effectuée. Ceci étant dit, en raison surtout du fait que les lots qualifiés pour la sériation sont trop peu nombreux, les graphiques ne figurent pas la nature des transitions entre les complexes ; ils ne prouvent pas non plus l’existence de l’aspect 1 de Cobán (Classique ancien) et du complexe Samac (Postclassique ancien). En ce sens, les résultats des sériations sont limités, et il est impossible de pousser les interprétations très avant.

20Carchá est défini par les sept unités inférieures (tabl. 8 et 9) ; il comporte un type monochrome décoré (Bledo Noir Incisé) et deux types monochromes domestiques (Berro Rouge Sombre sur Naturel, Borayo Orange). Quatre types du complexe Cobán de faibles fréquences apparaissent dans ces unités.

Cobán est défini en séquence-sud par 20 unités intermédiaires, et en séquence-nord par 7 unités (jusqu’à Tactic 2 CS exclu). Il comprend :
• 8 types domestiques (Mostaza Rouge sur Naturel, Caoba Rouge Noirci, Cidra Rouge sur Naturel, Cebada Poreux, Chatillas Lissé, Celidonia Crème, Nama Modelé, China Blanc) ;
• 6 types monochromes incisés (Chichicaste Brun-Noir, Chipilin Rouge, Culantro Orange, Mozote Crème, Chucho Gris Incisé, Clavel Orange sur Crème). Matapalo Poreux est représenté de façon discontinue.

21La division de Cobán en deux aspects 1 et 2 apparaît seulement en séquence sud entre les niveaux Canxul S2 N7 et Salto S2 N7, manifestée surtout par des changements de fréquence des types Mostaza et Chipilin. Ces changements ne sont pourtant pas aussi nets que le fait de la continuité à travers toutes les unités Cobán, en particulier dans les fréquences de Chatillas. C’est pourquoi la sériation ne prouve pas la subdivision de Cobán (voir infra).

22Le complexe Samac est à peine représenté par deux unités dans les deux tableaux (Tactic 2 et Salto-Sl NI au sud ; Tactic 2 et Chichén-S1 N1-N2 au nord), ainsi que par quatre types domestiques (Matapalo Poreux, Membrillo Fin, Jabilla Grossier, Linaza Grossier) et par un type incisé (Lima Brun Incisé). L’apparition.de ces types (sauf Matapalo, présent dans les niveaux inférieurs) est contemporaine d’une persistance des types les plus importants du complexe Cobán et d’une apparition de types du complexe Chicán. Mais les sériations sont insuffisantes à démontrer que cette transition Cobán-Samac-Chicán est réelle (voir infra).

Tableau 10 : Distribution des types Cobán dans les niveaux incluant Chipilin Rouge

Tableau 10 : Distribution des types Cobán dans les niveaux incluant Chipilin Rouge

Note : quelques lots de Valparaiso-S1 et Canxul-S2 sont omis parce qu’ils sont répétitifs.

Tableau 11 : Distribution typologique dans les niveaux où les complexes Cobán, Samac et Chicán sont associés

Tableau 11 : Distribution typologique dans les niveaux où les complexes Cobán, Samac et Chicán sont associés

Notes : (X) tessons peut-être modernes
encadré = décharge Xutjá 1 – S1 et concentrations Chicán – T9 ajoutées pour comparaison.

23Le complexe Chicán est défini par les 8 unités supérieures et comporte trois types simples domestiques (Manzana Strié, Malva Gris Naturel, Mango Rouge Naturel) et un type monochrome domestique (Mamey Rouge). Matapalo et Mostaza se maintiennent : leur persistance s’explique en partie par des mélanges dans les remblais puisque des tessons Borayo et Berro d’une occupation Carchá sont présents, et en partie par le fait de la continuité culturelle qui affecte la céramique domestique régionale (pour les lots du site de Chicán voir au chap. 4, pp. 68 et 72).

24Il faut revenir sur la division Cobán 1/Cobán 2 car elle n’est pas nette dans la séquence-sud. Ce qui confirme pourtant l’existence d’un aspect ancien est la présence de Chipilin Rouge, un type qui, sans être largement distribué dans la zone, n’est pas localisé spatialement et que l’on date par comparaisons du Classique ancien exclusivement (alors que les autres types du complexe Cobán sont classiques, ou seulement classiques récents). Nous avons sérié les présences de tous les types pour la majorité des lots incluant Chipilin (tabl. 10 ; a l’exception des niveaux supérieurs de Sulín T2-T3 ou la présence de Chipilin est attribuable surtout à des mélanges en remblais et déblais). Il en ressort de façon assez cohérente que Chipilin Rouge est associé aux trois types du complexe Cobán les plus populaires et les plus persistants, alors que les autres types du complexe Cobán ne sont pas ou peu représentés (Cobán comporte 30 types au total ; hormis les types du complexe Carchá présents dans les lots de Valparaiso Sl et Matapalo Poreux, les autres complexes ne sont pas représentés dans les lots sériés). L’hypothèse est donc que Cobán 1 est l’aspect ancien, typologiquement peu diversifié, du complexe Cobán. Mais la continuité entre Cobán 1 et Cobán 2 est nette.

25Quant au complexe Samac, lui aussi fort peu manifeste dans les séquences-sud et -nord, le problème est plus complexe car aucun des types qu’il comporte n’est vraiment un “marqueur” connu du Postclassique ancien. Cependant, certains des lots sériés au niveau de Samac (Sulín-T2 N1, Salto-S1 NI) sont associés à quelques tessons ou poteries caractéristiques de la période, ou de la transition Classique récent-Postclassique ancien (poteries B-296-20 et B-318-18 associées stratigraphiquement à l’occupation du sol 1 de Sulín-T2 N1, trouvées dans les sép. 7 et 8, voir fig. 201, 202 ; un tesson réminiscent du Tohil Plombé, Spécial n° 32b, en Salto-Sl Nl). Mais les types du complexe Samac et les tessons ou poteries “diagnostiques” étant peu abondants et mal distribués, c’est ailleurs qu’il faut chercher la preuve de l’existence de ce complexe Samac. Le fait remarquable est que les tessons Samac sont toujours associés à quelques types des complexes Cobán et Chicán. Cette association est très fréquente dans la zone puisqu’elle se manifeste dans au moins 15 lots provenant de 9 sites différents (tabl. 11 ci-joint). Elle peut évidemment être le résultat de mélanges puisque tous ces lots ou presque sont superficiels ; mais il faudrait alors admettre que 9 sites ont été réoccupés au Postclassique récent (Chicán) sur des vestiges datant du Classique récent (Cobán 2) après un hiatus au Postclassique ancien (Samac). Cela est impossible car Dieseldorff, Butler et Smith ont trouvé beaucoup de traces d’une occupation postclassique ancienne dans la zone. L’hypothèse alternative est que l’association de céramique Cobán et Chicán représente bien une occupation postclassique ancienne, au cours de laquelle se manifeste faiblement et sporadiquement un complexe exclusif de la période, nommé Samac. Le complexe Samac définit moins bien la phase postclassique ancienne que la transition, sans doute graduelle, du complexe Cobán au complexe Chicán. En Alta Verapaz, les recherches antérieures à la nôtre indiquent que Samac n’est bien représenté que par des poteries trouvées dans des dépôts spéciaux (voir ce chap. section IV).

26Une dernière remarque est à faire concernant la nette variation spatiale des types qui a été remarquée lors de la classification et de la construction des sériations. Cette variation semble se limiter – d’après nos données – au complexe Cobán, et se manifeste surtout dans le sous-complexe domestique. C’est ainsi que Cidra est une variante de Mostaza dans les sites de la périphérie sud, à Salto surtout ; que Caoba et Cebada sont beaucoup plus représentés que Mostaza dans le secteur nord, un fait confirmé par la céramique de Chipoc (Smith 1952 ; voir section IV). Dans la vallée de Tactic et au sud, Mostaza est de loin le type de jarres dominant. Mais à Chichén et à Valparaiso (fig. 8), on a noté une nette alternance en fréquence de Mostaza, Caoba et Cebada d’un sondage à l’autre et même dans un seul sondage (Chichén-S2, -S3, Valparaiso-S2 ; tabl. 9) ; or les fréquences équivalentes de Chatillas Lissé, type domestique populaire dans toute la zone, n’indiquent pas de variation temporelle significative. On a donc là l’indice d’un commerce de céramique domestique, ou bien de l’alternance d’habitants utilisant des types différents, ceci dans des sites proches de la vallée de Tactic qui constitue la limite entre les secteurs nord et sud.

27La distribution spatiale de la céramique fine décorée est beaucoup plus difficile à mettre en relief car les fréquences, minimes en général, ne sont pas probantes. En présence-absence, il apparaît du moins assez clairement que les types les moins bien distribués sont ceux du groupe Mozote engobés crème ou gris et incisés (voir tabl. 24, annexe IV) : s’ils sont présents dans tous les sites à composante Cobán 2 du secteur nord (surtout à Chipoc), ils sont rarement et faiblement représentés dans les sites du secteur sud ; ils sont en particulier totalement absents de la décharge très abondante et diversifiée de Chamaoj dans la vallée de Tactic (tabl. 27, annexe IV). Deux types dichromes, Girasol Rouge sur Orange et Eneldo Rouge sur Crème, sont par contre relativement bien distribués à Chamaoj et dans les sites du secteur sud, mais sont très rarement présents dans les sites du nord. Enfin il semble que les types engobés orange (groupe Culantro et classe orange polie) soient un peu mieux distribués au sud qu’au nord (tabl. 24 et 27). Mais ce ne sont là que des indices. Si le facteur temporel d’une éventuelle variation des types décorés au cours du Classique récent (Cobán 2), et le facteur fonctionnel des structures fouillées pouvaient être contrôlés, il est probable qu’une analyse des fréquences sur un échantillon plus abondant se révèlerait plus significative de cette différenciation spatiale.

III. La séquence modale (tabl. 12)

28La sériation modale a été construite en suivant l’ordre donné par la sériation typologique (voir Baudez et Becquelin 1973 : 105-106 ; Rouse 1967 : 167 ; LeBlanc 1975 ; Ball 1977 : 663). Cette sériation est moins précise que les deux sériations typologiques pour les raisons suivantes : il s’agit des présences-absences des modes ; les lots des secteurs sud et nord ont été regroupés en un seul tableau ; des lots provenant de remblais ont été ajoutés (mais seuls les lots totalisant plus de 4 ou 5 modes ont été inclus, ce qui éliminait N1 de Valparaiso-Sl, et les niveaux de Sulín-T2 dont tous les modes n’ont pas pu être comptés). Presque tous les sites ayant fourni de la céramique sont représentés (collections de surface petites ou trop mélangées exclues : Candelaria, Chajsel et Las Conchas au nord, Panzinic et Zompopero au sud).

29Une sériation préliminaire effectuée au moyen des 76 modes établis a permis d’en éliminer 22, soit qu’ils n’apparaissent pas assez distribués, soit au contraire qu’ils se manifestent tout au long de la séquence. Ce sont donc 54 modes qui constituent la séquence (voir liste ci-après).

Modes éliminés, non significatifs

    • 2 Les profils des catégories de formes sont présentés à la fig. 124, annexe IV.

    Bol ouvert de forme M, à parois rectilignes2. Tous complexes.

  • Bol ouvert de forme L, en calotte. Tous complexes.

  • Bord de jarre évasé large de 2,5 cm et plus. Carchá, Cobán, Samac, mais rare.

  • Moulure horizontale simple sur col ou panse de jarre. Carchá, Cobán et peut-être Samac, mais rare.

  • Cordon appliqué décoré d’incisions, sur col ou panse de jarre. Tous complexes, mais rare.

  • Engobe rouge à l’hématite spéculaire. Il n’est sûrement attesté que pour Anona Rouge Spéculaire du Préclassique ancien (M. Carr, comm. pers. 1977). Mais Chipilin Rouge (Cobán 1) et Gladiola Rouge (Cobán 2) peuvent être caractérisés par un engobe de même nature.

Modes non retenus, significatifs

  • Jarre de forme E3 de parois convergentes au col. Chicán (Malva Gris Naturel, Manzana Strié, Mamey Rouge).

  • Col de jarre à parois convexes ou col renflé. Cobán 1 principalement (Mostaza Rouge sur Naturel à Canxul).

  • Anse de section circulaire. Carchá principalement (Berro Rouge Sombre sur Naturel, Mostaza, Mango Rouge Naturel).

  • Bol de forme Q cylindrique à parois convexes. Cobán 2 (Nopal Trichrome, Chichicaste Brun-Noir).

  • Bol de forme P, hémisphérique. Cobán 2 (Nopal, Chichicaste, Clavel Orange sur Crème, Escobilla Orange-Brun, Culantro Orange, Mozote Crème).

  • Bol de forme O, ou pseudo-cylindre. Cobán 2 (Nopal, Chichicaste, Guapinol Dichrome Incisé, Nispero Trichrome Incisé, Hollin Trichrome).

  • Bol de forme F, de profil composite 1. Carchá, Cobán (Borayo Orange, Mostaza, Chichicaste, Chipilin Rouge, Clavel, Nopal). Se manifeste aussi en Anona Rouge Spéculaire du Préclassique ancien.

  • Bord de bol (ou plat) très épaissi sur une faible hauteur (moins de 2 cm). Préclassique ancien-moyen, Carchá, Cobán 1 (Anona, Potentiel Gris-Noir, Bledo Noir Incisé, Chipilin Rouge).

  • Rebord labial. Deux exemplaires : un tesson spécial n° 17 et un tesson Chipilin.

  • Ressaut à facettes. Carchá (Borayo, 2 ex.).

  • Rebord basal. Deux tessons spéciaux n° 2 en contexte Carchá.

  • Supports pleins de bols. Cobán (Chipilin, Chichicaste, Mostaza, Chatillas, Escobilla).

  • Supports creux cylindriques. Cobán (Mostaza, 2 ex.).

  • Supports mammiformes. Carchá (Bledo, pièce B-161-7).

  • Moulure de bol décorée. Cobán 2 (Chichicaste, Nopal, 5 ex.).

  • Décor en champlevé. Cobán 2 (Escobilla-, tessons spéciaux n° 10 et 11 ; 1 tesson érodé ; au total 4 ex.).

Modes constituant la séquence

  1. Bord évasé à l’horizontale. Préclassique ancien-moyen, Carchá, Cobán 1.
    (Chipilin ou Anona, Chipilin, Berro, Borayo, Mostaza, Chichicaste).

  2. Engobe Rouge “Morocco” (code Munsell : 10R 3/3, 3/4, 3/6, 4/6). Préclassique ancien-moyen, Carchá, Cobán 1. (Anona, Berro, Chipilin, Chichicaste et parfois en Mostaza, Eneldo Rouge sur Crème, Girasol Rouge sur Orange et Gladiola Rouge).

  3. Jarres de forme B1, ou tecomates. Préclassique ancien-moyen.
    (Bacche Simple).

  4. Incision large pré-engobe sur bord ou paroi extérieure de bol ou jarre, généralement en lignes horizontales. Préclassique ancien-moyen, Carchá. Rare en Cobán.
    (Anona, Borayo, Bledo, Chipilin, Mostaza, Chichicaste, Escobilla, Mozote, Guarumo Brun, Cardosanto Orange).

  5. Bol ouvert de forme G, de parois épaisses. Préclassique ancien-moyen, Carchá.
    (Anona, Potentiel Gris-Noir, Bledo, Borayo, Chipilin, rare en Mostaza).

  6. Double bande horizontale rouge de part et d’autre du bord (jarres). Carchá. (Berro et 1 ex. en Mostaza).

  7. Jarre petite de forme A3. Carchá. (Berro, Borayo, rare en Mostaza).

  8. Lignes horizontales incisées sur le bord intérieur. Carchá. (Bledo, Borayo).

  9. Anses verticales attachées à la lèvre (formes de jarres A principalement). Carchá, Cobán 1. Sporadique en Cobán 2. (Berro, Borayo, Mostaza, Chatillas, Matapalo).

  10. Jarre de forme C, à col vertical et bord épaissi à l’intérieur. Carchá, Cobán ; peu fréquent en Chicán. (Borayo, Berro, Mostaza, Cidra Rouge sur Naturel, Caoba Rouge Noirci, Chatillas, China Blanc, Mamey Rouge, Rabinal Orange, Malva).

  11. Ressaut sur paroi de bol. Carchá, Cobán 1 ; mais se maintient, quelque peu en Cobán 2.
    (Borayo, Mostaza, Chichicaste, Mozote, Hinojo Négatif, Girasol Rouge sur Orange, Eneldo Rouge sur Crème).

  12. Jarre de forme A1 : col court ou très court et bord évasé épaissi à l’intérieur. Carchá et Cobán 1 principalement. (Berro, Borayo, Mostaza, Matapalo).

  13. Grand bol ou bassin (forme V). Carchá, Cobán et se poursuit de façon sporadique en Chicán. (Borayo, Mostaza, Chipilin, Chatillas, Celidonia Crème, Chichicaste, Malva, Micacé).

  14. Jarre de forme A2 : col de parois convergentes, bord épaissi à l’intérieur. Carchá, Cobán ; Samac ; est exceptionnel en Chicán. (Berro, Borayo, Mostaza, Jabilla Grossier, Malva, Mango Rouge Naturel, Micacé).

  15. Bol de forme K : globulaire ou pseudo-globulaire (grands bols ou bassins de forme V non inclus). Carchá, Cobán principalement. (Anona, Borayo, Mostaza, Cidra, Chichicaste, Mozote, Cardosanto, Eneldo, Girasol, Nopal, Olola Orange, Manzana Strié).

  16. Bol à moulure horizontale (médiane, latérale ou basale). Assez rare en Carchá. Cobán 1 et 2. (Borayo, Mostaza, Chipilin, Chichicaste, Chatillas, Mozote, Girasol, Nopal).

  17. Décor incisé sur lèvre. Carchá ; est rare en Cobán. (Borayo, Bledo, Chipilin, Escobilla, Chichicaste).

  18. Anse verticale attachée à moins de 2 cm sous la lèvre (jarre).
    Cobán essentiellement. (Mostaza, Chatillas, China, Mamey, Malva).

  19. Décor de cannelures ; horizontales, verticales ou combinées.
    Carchá et Cobán ; rare dans les autres. (Borayo, Mostaza, Chipilin, Chichicaste, Culantro, Escobilla, Clavel, Eneldo, Nopal, Forteresse Blanc sur Rouge).

  20. Comal ou écuelle à anse attachée à la lèvre. Cobán essentiellement.
    (Borayo, Mostaza et 12 ex. érodés provenant des niveaux inférieurs de Canxul-S2).

  21. Cannelures digitales sur fond intérieur de comal. Carchá, Cobán 1. (Borayo, Mostaza).

  22. Base annulaire. Carchá et Cobán. (Chipilin, Mostaza, Chatillas, Chichicaste, Nopal, Flinojo). Comal de forme Y-Z : bord redressé de 3 à 7 cm. Cobán essentiellement.
    (Mostaza, Chatillas, Celidonia, Cebada Poreux, Mango, Micacé).

  23. Bord épaissi de comal. Cobán. (Mostaza, Chatillas, Celidonia, Cebada, Micacé).

  24. Jarre de forme D : de col vertical moyen et bord épaissi sans inflexion.
    Cobán 2. (Berro, Borayo, Mostaza, Cidra, Cebada, Mango, Malva).

  25. Pastilles appliquées sur col ou panse de jarre : décorées de 2 ou 3 impressions digitales dans les sites du sud, de 2 ou 3 incisions horizontales dans les sites du nord. Cobán essentiellement. (Borayo, Mostaza, Cidra, Caoba, Chatillas, Cebada).

  26. Motifs rectilinéaires incisés (post-engobe), généralement sur bols.
    Cobán. (Mostaza, Chipilin, Chichicaste, China, Nitro Blanc Incisé, Mozote, Chucho Gris Incisé, Culantro, Cardosanto, Escobilla, Girasol, Clavel, Guapinol, Laurel Rouge sur Gris-Noir).

  27. Pastillage (et légères protubérances) sur paroi de bol. Cobán : il est peu représenté en raison de l’échantillonnage. (Mostaza, Chatillas, Chichicaste, Culantro, Cardosanto, Escobilla, Nopal).

  28. Jarre de forme B3 à col très court, bord épaissi à l’extérieur.
    Cobán 2 essentiellement. (Berro, Mostaza, Chatillas).

  29. Motifs curvilinéaires incisés (post-engobe). Cobán 2. (Mostaza (1 ex.), Chichicaste, Lima Brun Incisé, Nispero Trichrome Incisé, Hinojo, Chucho, Mozote, China, Culantro, Cardosanto, Escobilla, Clavel, Girasol, Guapinol).

  30. Vase ou bol de forme cylindrique : forme N. Cobán 2. (Guapinol, Coralillo Orange Mat, Nopal, Eneldo, Clavel, Escobilla, Culantro, Chucho, Chichicaste, Potentiel Rouge sur Naturel Incisé).

  31. Impressions tubulaires, généralement en semis. Cobán 2. (Clavel, Mozote, Nispero, Chichicaste, Cebada).

  32. Comal de forme W à bord peu redressé de 2 cm ou moins.
    Est plus fréquent à Salto en Cobán 2 ; faiblement représenté en Cobán 2, Samac et Chicán. (Mostaza, Jabilla, Matapalo).

  33. Comal de forme X à bord redressé de 2 à 3 cm. Cobán 2 et Chicán ; rare en Samac.
    (Mostaza, Chatillas, Cebada, Jabilla, Matapalo, Micacé).

  34. Motifs pseudo-glyphiques incisés, en bande généralement (post-engobe). Faiblement représenté en Cobán 2. (Guapinol et 3 tessons spéciaux).

  35. Bol ouvert de forme S, de parois concaves. Cobán 2 et Samac.
    (Clavel, Escobilla, Cardosanto, Nitro, Mozote, Chichicaste, Jamaica Dichrome Incisé, Potentiel Rouge sur Orange Incisé, Potentiel Rouge Moulé).

  36. Jarre de forme B2, à col court et de bord épaissi à l’intérieur. Cobán 2.
    (Berro, Mostaza, Cidra, Chatillas).

  37. Support creux, rond, ovoïde ou tronconique. Cobán 2. (Chichicaste, Mostaza, Nitro, Mozote, Hinojo, Nopal, Girasol, Eneldo, Lima).

  38. Peinture négative. Cobán 2. (Escobilla, Hinojo, et 5 tessons spéciaux).

  39. Incision large, ou excision post-engobe. Cobán 2. (Mostaza (1 ex.), Clavel, Escobilla, Cardosanto, Nispero, Chichicaste).

  40. Moulure horizontale échancrée sur bol. Cobán 2. (Mostaza, Girasol, Culantro, Chichicaste, Nopal).

  41. Chevron incisé en bande sur bord extérieur de bol. Faiblement représenté en Cobán 2.
    (Chichicaste, Olola, et 1 tesson spécial).

  42. Inclusions de feldspath dans la pâte. Samac et Chicán. (Jabilla, Malva, Mango, Mamey).

  43. Tenon sur jarre. Chicán. (Matapalo, Mamey, Malva, Mango).

  44. Pâte compacte, dure, de couleur grise. Samac et Chicán. (Membrillo Fin, Malva, Mamey, Forteresse).

  45. Bol de forme R à angle latéral ou basal et bord modifié (composite 2). Cobán 2 et Samac. (Nitro, Hinojo, Mozote, Chucho, Olola, Lima).

  46. Surface extérieure striée. Chicán. (Manzana strié et un fragment d’encensoir).

  47. Jarre de forme El à col vertical moyen à haut et bord non modifié. Samac et Chicán principalement. (Mostaza, Cebada, Chatillas, Membrillo, Matapalo, Malva, Mango, Mamey, Manzana).

  48. Motif d’entrelacs incisé ou excisé sur bord extérieur de bol.
    Samac ; faiblement représenté en raison de l’échantillonnage mais retenu parce qu’il s’agit d’un des rares marqueurs du Postclassique ancien pour la zone.
    (Jamaica, Potentiel Rouge sur Orange Incisé).

  49. Jarre de forme E2 à col moyen à haut de parois divergentes et à bord non modifié.
    Samac et Chicán principalement. (Mostaza, Caoba, Matapalo, Jabilla, Mango, Malva, Mamey).

  50. Pâte très grossière. Samac principalement. (Jabilla, Linaza Grossier, Micacé).

  51. Supports moulés (anthropomorphes ou zoomorphes). Samac ; faiblement représenté en raison de l’échantillonnage mais retenu parce que c’est un des rares marqueurs du Postclassique ancien pour la zone. (Jamaica, Potentiel Rouge Moulé, Potentiel Rouge sur Orange Incisé et 1 tesson spécial).

  52. Pâte très fine. Trouvés, sauf 1, en contexte Samac ou Chicán.
    (Membrillo Fin, bien que la pâte ne soit pas vraiment très fine, et 5 tessons spéciaux).

  53. Impressions textiles. Samac et Chicán. (Potentiel Imprimé et 1 tesson Matapalo).

Analyse de la séquence modale (tabl. 12)

30Le tableau obtenu est plus complet que la séquence typologique puisque la céramique du Préclassique ancien-moyen de Sulín – pour laquelle nous n’avons pas établi de complexe – est représentée par 5 modes et 3 lots de Sulín-S6 (en bas, gauche). De plus, entre les lots Carchá de Valparaiso-Sl et de Pasmolón-Sl, et les lots Cobán supérieurs, la continuité semble plus manifeste que dans la séquence typologique : la plupart des modes Carchá se distribuent aussi en Cobán, sauf les modes 1 à 8 (gauche) ; à l’inverse les modes 15 à 26 (droite) sont plus fréquents en Cobán qu’en Carchá.

31Le passage de Cobán 1 en Cobán 2 paraît ici plus marqué, avec l’apparition de 9 nouveaux modes pour Cobán 2 dans les lots inférieurs de Salto-S2 et de Chichén-S2. Ceci dit, ces modes définissent moins bien Cobán 2 que la plupart des modes 10 à 26, qui sont aussi bien distribués en Cobán 1.

Tableau 12 : Distribution des modes dans les niveaux de la séquence typologique et assimilés

Tableau 12 : Distribution des modes dans les niveaux de la séquence typologique et assimilés

D : décharge
CS : surface
ABC : section
de sondage

32La transition Cobán-Chicán (de Tactic 2 à Canxul CS) est aussi mieux figurée que dans les sériations typologiques grâce à l’inclusion ici des lots analysés en présences-absences typologiques (tabl. 11) : les tendances nettes sont l’affaiblissement des modes 10, 23, 24, 26, 29 et 30, tous très importants en Cobán 2, la persistance des modes 13 et 14 qui sont parmi les modes les plus anciens, et l’apparition puis l’ubiquité des modes 45 et 48, importants en Chicán. Samac n’est lui-même représenté que par 5 modes exclusifs (49 à 53). Ce complexe n’est donc pas mieux cerné au niveau modal qu’au niveau typologique. Le complexe Chicán est par contre clairement défini par les modes 43 à 45, 47, 48 et 54 ; des modes Carchá et Cobán sont aussi présents car les sites de Pansalché et de Chicán ont été occupés au Préclassique-Protoclassique (de même pour Xutjá 1 au niveau de Cobán 2).

33D’autre part, à la hauteur des lots Cobán 2 (au centre), on note fort peu de changement depuis les lots inférieurs (Salto-S2, Chichén-S2) jusqu’aux lots supérieurs (Chijoú-Sl Nl). La sériation exprime ici peut-être une certaine continuité culturelle, mais l’ordre des lots, de provenances spatiales distantes, est assez aléatoire et sa signification chronologique est donc incertaine. Le jeu du facteur spatial est manifesté par des vides : les moulures sur bol (16, 41), les bases annulaires (22), le pastillage (28), l’incision rectiligne (27) et les jarres A2 (14) et B3 (29) sont mieux distribués dans les lots du sud que dans ceux du nord. L’inverse s’applique aux bols R à angle (46), à l’incision curviligne (30) et à la peinture négative (39) ; on retrouve dans la distribution de ces modes au nord celle du groupe Mozote. Mais là encore, le phénomène est-il avant tout spatial, ou au moins en partie chronologique ? (voir supra). On tentera d’aborder ce problème, concernant les types décorés, par le biais des comparaisons inter-régionales.

34Enfin sur l’ensemble du tableau, il faut souligner la remarquable persistance des modes 10, 13, 14 et 23 (sauf en Chicán) qui relèvent tous des formes domestiques: ils attestent une indéniable continuité culturelle jusqu’au Postclassique récent (exclu), et il n’est pas étonnant dans ces conditions que le complexe Cobán soit très difficile à subdiviser selon les trois périodes traditionnelles du Classique ancien (Cobán 1), du Classique récent (Cobán 2) et du Postclassique ancien (aspect Cobán tardif ? et Samac).

IV. Les complexes céramiques, caractéristiques et comparaisons inter-régionales

35On ne mentionnera ici que les éléments principaux des complexes (importants par leur fréquence ou par leur qualité de fossile-directeur chronologique), ainsi que les comparaisons les plus significatives auxquelles ils donnent lieu. Les références bibliographiques figurent à la fin de la fiche descriptive de chaque type (annexe IV). La charte chronologique des Hautes Terres (et de quelques sites du Petén) est présentée au tabl. 15 (après la conclusion générale).

La céramique du Préclassique ancien-moyen

  • 3 Pour les catégories de formes, le lecteur est prié de se reporter au tabl. 6 (ce chapitre) et à la (...)

36Il s’agit de 130 tessons provenant de Sulín. Le type Anona Rouge Spéculaire, aux bols ouverts (G)3 de bords épais, est directement comparable au type Ocos Red Specular de la côte pacifique. Il est aussi comparable au Arevalo Red de Kaminaljuyú (Sharer, comm. pers. au vu de tessons Anona). Les tecomates de Bacche Simple provenant de Sulín, dont certains sont décorés par ponctuation ou au moyen d’un coquillage, renvoient par le décor à ceux d’Ocos, et par la forme à ceux de Suchiate Brushed du Préclassique moyen (Jocotal, Conchas, côte pacifique) et aussi à d’autres du Préclassique ancien de Chiapa de Corzo (Chiapas). L’Utatlan Dichrome Incisé, à peine représenté à Sulín, est très répandu dans les Hautes Terres au Préclassique (en particulier en Baja Verapaz, Ichon comm. pers.). Les tessons du type Potentiel Gris-Noir ont des affinités modales (forme et surface) avec Pampas Black and White de la côte pacifique et avec Smudged Black de Mirador au Chiapas.

37Signalons que Ocos Red Specular, des tecomates et des tessons noirs à bord blanc ont été trouvés dans des sites de San Jerónimo près de notre zone et à Sakajút dans la zone même. Par contre plusieurs des modes anciens recensés dans ces sites sont absents à Sulín (rocker-stamping, cordons décorés sur jarres, décor peint en resist, peinture noire fugitive ; Sedat et Sharer 1972, 1973). Il est probable que la céramique de Sulín est un peu postérieure à l’“Horizon Ocos” (Lowe 1971).

Le complexe Carchá

38Il comprend 1 024 tessons provenant en majorité de Pasmolón (Sl) et de Valparaiso (S1), classés en trois types. L’engobe orange de Borayo Orange et l’engobe noir de Bledo Noir Incisé sont légèrement polis. Celui de Berro Rouge Sombre sur Naturel est par contre mat, et le plus souvent en zones. Les formes de Borayo et de Berro sont les jarres A1 à col presque inexistant et à bord évasé, les jarres A3 plus petites, à 2 ou 4 anses, de section circulaire (mode exclusif de Carchá) ou elliptique, attachées à la lèvre ; les jarres à col moyen convergent A2 (c’est-à-dire de parois convergentes) ou vertical (C) sont peut-être moins fréquentes, de même que les grands bols ou bassins (V). Les jarres Berro présentent une double bande rouge de part et d’autre du bord, parfois un cordon incisé appliqué au col. Les jarres Borayo, ainsi que les bols de ce type, sont parfois incisées de lignes larges (pré-engobe), et portent parfois des boutons appliqués.

39Les bols Bledo et Borayo sont ouverts (c’est-à-dire de parois divergentes), de parois épaisses, de bord épaissi (forme G). Les profils composites et les bols “fermés” (K) paraissent moins fréquents. Il y a quelques profils à ressaut. L’incision rectiligne constitue le décor dominant, sur la lèvre, plus souvent sur la paroi. Quelques exemplaires de comals sont cannelés au doigt à l’intérieur. Enfin, des modes préclassiques récents comme le ressaut à facettes, le rebord labial, le bord évasé à l’horizontale, sont très rares. Il en est de même du mode protoclassique des supports creux mammiformes (Bledo), et des bols à moulure, à base annulaire, et enfin du rebord basal (pour ce dernier, deux exemplaires, polychromes, Spéciaux n° 2).

  • 4 Pour toutes références concernant les poteries entières, le lecteur est prié de se reporter au tabl (...)

40Borayo Orange n’est pas un type “lustré” spécifiquement comparable aux types orange du Protoclassique du Petén (groupes Aguacate et Aguila par exemple) ; il en est de même de Bledo Noir Incisé (vis-à-vis de Polvero Black, Petén), bien que le bol tétrapode B-161-7 à supports mammiformes4 soit comparable à des poteries Chamá 1 protoclassiques, Il y a des affinités, mais notre échantillon réduit ne permet pas de les considérer comme déterminantes. Il est par contre possible que Borayo, qui est représenté en dehors de nos fouilles par quelques tessons provenant de Chipoc et de Chichén, soit apparenté aux bols heavy orange trouvés par Butler à Carchá-Calvario, tessons que R.E. Smith assimile au Sierra Red du Préclassique récent (Petén ; 1955b). Certains décors de tessons provenant de Chicán et de Xutjá 1 (nos fouilles, ressaut facetté, incision sur le bord évasé) sont indéniablement du Préclassique récent, voire moyen.

41La référence au Préclassique récent est constante quand on compare les éléments du complexe Carchá à la céramique des Hautes Terres. Par exemple, Berro renvoie au Cachil Red-on-Buff de San Jerónimo et au Arenal Matte (ou Providencia Purple Painted) de Kaminaljuyú. Bledo appartient à la tradition du noir poli, préclassique récente mais aussi protoclassique, de Salcajá-Momostenango (voir Rands et Smith 1965 : 119-121). Borayo est typologiquement affilié aux céramiques oranges des régions de Huehuetenango, Quetzaltenango et Cotzal (Préclassique récent-Protoclassique) ; il est modalement affilié à la céramique orange des complexes Balám 1 de Zacualpa, Miraflores de Kaminaljuyú, et même Crucero de la côte pacifique (mêmes périodes ; modes des formes de bols et de jarres, décor incisé simple).

42Quelques modes Carchá trouvent leurs répliques dans des complexes préclassiques récents-protoclassiques : petite jarre A3 (Nebaj, Zaculeú, ici forme du Classique ancien), jarre à col très court (Zacualpa), ressaut (largement distribué dans les Hautes Terres). Enfin, les deux tessons polychromes à rebord basal trouvés en contexte Carchá à Pasmolón datent par contre du Protoclassique ou du Classique ancien.

43En résumé, le complexe Carchá entretient des relations typologiques avec la céramique des Hautes Terres, plus particulièrement avec les Hautes Terres de l’ouest, avec Kaminaljuyú, et aussi sans doute avec la Baja Verapaz (San Jerónimo ; Los Encuentros, Ichon, comm. pers.). Des relations modales existent avec Zacualpa (Quiché oriental).

44Le complexe paraît devoir être daté de la période dite Protoclassique en raison de la présence de supports mammiformes à Valparaiso (Sl) et des deux tessons polychromes à rebord basal à Pasmolón (S1). Mais les éléments de l’“horizon protoclassique” sont presque tous absents de Carchá, et les comparaisons renvoient constamment à des complexes “préclassiques récents-protoclassiques” (Rands et Smith 1965 : 117 ; ces auteurs constatent le même phénomène pour les Hautes Terres du nord ; Arnauld 1982). Carchá n’est défini que sur la base d’environ 1 000 tessons, donc toute conclusion est hypothétique. Il semble que ce complexe se caractérise par la rétention jusqu’au début du Classique ancien d’éléments préclassiques récents, et par une très faible participation à l’horizon protoclassique des Hautes Terres et des Basses Terres mayas. En d’autres termes, Carchá représente peut-être une situation de retard et de marginalité.

Complexe Cobán, aspect 1

45La définition du complexe Cobán repose sur 14 360 tessons, dont nous assignons environ 1 000 tessons à l’aspect 1. Cobán 1 est défini de façon provisoire (voir supra p. 86 ; tabl. 10) par le type monochrome Chipilin Rouge, associé en stratigraphie aux types Mostaza Rouge sur Naturel, Chatillas Lissé et Chichicaste Brun-Noir. Ces trois derniers sont les types Cobán les plus populaires et les plus persistants jusqu’au Postclassique ancien inclus. De plus, cinq types Cobán 2 semblent apparaître sporadiquement dans les niveaux Cobán 1 (Celidonia Crème, China Blanc et Nama Modelé, types domestiques ; Culantro Orange et Coralillo Orange Mat, types fins).

46Bien qu’aucun des types Carchá ne persiste apparemment en Cobán 1, les deux complexes sont reliés au niveau modal (tabl. 12). C’est ainsi que les jarres Mostaza (Cobán) à engobe rouge en zone dérivent nettement des jarres Berro et Borayo (Carchá). Chichicaste peut aussi être considéré comme l’héritier de Bledo Noir Incisé. Par contre Chatillas Lissé constitue une nouveauté classique, type dont la popularité semble avoir cru rapidement ; s’agissant d’un type dont les formes exclusives sont le grand bol ou bassin, et le comal, peut-être cette popularité reflète-t-elle un changement dans le mode d’alimentation au début du Classique. Quant à Chipilin Rouge, son origine en Carchá est mal connue puisque sa fréquence est très faible dans les niveaux Carchá de Pasmolón et de Valparaiso ; pourtant à Sulín du moins, ce type semble dériver de Anona Rouge Spéculaire du Préclassique ancien-moyen et de l’Utatlan Dichrome Incisé (par la couleur de l’engobe et la forme des bols épais G). Puisqu’il existe en Chipilin une variante rouge-orangé, il y a peut-être entre Chipilin et Borayo Orange (Carchá) une parenté que l’échantillon trop limité et l’état de beaucoup des surfaces ne nous ont pas permis de mettre en valeur.

47Chipilin Rouge est en majorité engobé rouge sombre ; il est légèrement poli et lustré. L’engobe contient peut-être de l’hématite spéculaire. La forme la plus fréquente est celle du bol ouvert (G) à parois épaisses et bord épaissi, de fond plat. Les autres bols sont de parois plus minces, divergentes rectilignes ou convexes (M, L) à base annulaire, ou tripodes à supports pleins. On retrouve ces bols M et L en Chichicaste, mais souvent avec une moulure basale ou un ressaut. Les décors (peu fréquents en Chipilin) consistent en incisions rectilignes simples, en cannelures, en pastillage, ou encore pour Chichicaste en une bande rouge polie peinte sur le bord extérieur.

48Pour les jarres Mostaza Rouge sur Naturel, les modes spécifiques de Cobán 1 semblent être le col très court (forme A1), ou moyen convergent (A2) ou moyen vertical (C ; modes hérités de Carchá), ainsi qu’un col vertical renflé, l’application de pastilles, ou bien d’un cordon incisé sur le col. Les comals Cobán 1 sont de bord redressé épaissi (formes Y et Z, aussi Cobán 2), présentent des cannelures digitales sur le fond intérieur et sont munis de deux anses horizontales à la lèvre. Les grands bols Chatillas Lissé ne varient pas de Cobán 1 en Cobán 2 (voir infra). Les cylindres grossiers à une seule anse verticale attachée à la base – que l’on utilisait posés à l’envers – c’est-à-dire les “pots-canards” du type Nama Modelé, apparaissent en Cobán 1. Des encensoirs à cordons appliqués, et d’autres à protubérances coniques (Barbasco Encensoir) font aussi partie de l’aspect 1.

49A l’exception de Chamá 2, dont les bols smoked s’apparentent aux bols Chichicaste Brun-Noir bien qu’ils présentent un vrai rebord au lieu d’une moulure, la céramique d’Alta Verapaz étudiée au Museo de Guatemala ne comporte que très peu d’éléments du Classique ancien. On a remarqué un bol brun-noir à ressaut et base annulaire comparable à la poterie B-325-22 de Sulín (cache 5). Le matériel du Petén donne lieu à quelques rares comparaisons modales, là encore seulement pour les profils des bols Chichicaste – à l’exception marquante du rebord basal, absent en Alta Verapaz, sauf à Chamá –. Chichicaste n’a pas la surface glossy de Balanza Black.

50Les comparaisons sont plus aisées avec les complexes des Hautes Terres. Les profils des bols Chichicaste, ainsi que la surface brun-noir, sont très répandus au Classique ancien ; les comparaisons les plus spécifiques portent sur la poterie B-325-22 de Sulín et sur les bols en calotte à bord engobé rouge, qu’on retrouve dans les complexes classiques anciens de Zaculeú, Zacualpa, Kaminaljuyú et, surtout pour le bol à bord rouge, dans la vallée moyenne du Río Motagua. Chipilin Rouge est apparenté modalement à une céramique rouge sombre, parfois engobée à l’hématite spéculaire (Bilbao, côte pacifique, Río Motagua), qui est assez répandue dans les Hautes Terres et sur la côte pacifique au Protoclassique et au Classique ancien; la relation paraît même typologique avec Champul Marroon-on-Orange de Cotzal, Red-on-Buff de Zaculeú, le groupe Patulul-Perdido de Bilbao, et Red-with-Reserved-Orange du Río Motagua bien que Chipilin soit moins élaboré en traitement de surface.

51Les jarres rouges à col très court et les grands bols et bassins (Mostaza et Chatillas) existent dès le Classique ancien à Zacualpa et dans la vallée du Río Motagua. Pour la même période, des comals à cannelures sont reportés à Kaminaljuyú, à Zaculeú et vers Nebaj-Cotzal. Les pots-canards sont bien représentés à Zacualpa et à Cotzal. Enfin les encensoirs à protubérances sont très répandus dès le Classique ancien.

52En définitive, les comparaisons les plus nombreuses et les plus spécifiques s’établissent avec les complexes Balám de Zacualpa et Lato de la vallée moyenne du Río Motagua ; viennent ensuite les complexes classiques anciens de Nebaj-Cotzal, Zaculeú et Kaminaljuyú. Il faut rappeler que les lots Cobán I proviennent tous du secteur sud (Canxul, Sulín, Unión Barrios) : la faiblesse des relations céramiques avec Chamá et le Petén est peut-être le résultat de notre méconnaissance de Cobán 1 dans le secteur nord.

53Ceci étant dit, même avec les complexes des Hautes Terres, les comparaisons typologiques sont difficiles à établir. Il semble donc que Cobán 1 soit fortement “provincial”. Notre échantillon, restreint il est vrai, pas plus que la céramique d’Alta Verapaz vue au Museo, ne comporte de céramique dichrome, de peinture négative, ni les formes caractéristiques du florero, du pot à verseur et du cylindre tripode, ni enfin les bols à rebord basal (complexe Chamá 2 excepté). D’une façon générale l’occupation classique ancienne paraît faible en Alta Verapaz, de même qu’en Baja Verapaz (Ichon 1979c ; Ichon et Grignon 1981) ; à moins que, contrairement à notre hypothèse d’un aspect Cobán 1 basée sur la présence du Chipilin Rouge, les céramiques régionales du Classique ancien et du Classique récent soient impossibles à distinguer, auquel cas beaucoup des sites assignés seulement au Classique récent auraient en fait été occupés dès le Classique ancien. Cette hypothèse paraît cependant devoir être infirmée par la présence dans les sites datés Cobán 2 d’une céramique décorée qui n’est pas apparue dans la région avant le Classique récent.

Complexe Cobán, aspect 2

54Cobán 2 comporte environ 13 360 tessons (14 360 dont on déduit environ 1 000 tessons Cobán 1).

551. L’ensemble ou sous-complexe domestique se subdivise en cinq types de jarres, chacun étant relativement localisé dans la zone ; Mostaza Rouge sur Naturel et Cidra Rouge sur Naturel dans le secteur sud, à engobe rouge mat souvent en zone ; Caoba Rouge Noirci à engobe barbouillé sur tout l’extérieur, Cebada Poreux à surface lissée et China Blanc à engobe blanc sale barbouillé, tous trois du secteur nord (mais China est aussi assez bien distribué au sud). Il y a de plus trois types de bassins et cornais : Chatillas Lissé dont les surfaces intérieures de couleur crème-rose paraissent enduites d’un bain, type très populaire dans toute la zone, Celidonia Crème dont les comals engobés en crème-brun et polis sont caractéristiques de Sulín, et Espuela Rouge sur Beige, un type de grands bols de forme différente de ceux de Chatillas, décorés d’une bande rouge à la lèvre, présent seulement à la périphérie sud.

56Les jarres sont décorées, dans le secteur sud, de bandes peintes en rouge et de pastilles appliquées imprimées au doigt (motif de l’ahau), et dans le secteur nord de pastilles incisées de traits parallèles. Les comals présentent parfois des bandes rouges à l’intérieur. Les pots-canards (Nama Modelé) sont grossièrement imprimés au doigt sur le fond extérieur.

57Les formes de jarres dominantes comportent un col moyen à haut avec un bord épaissi, évasé ou non (formes A2, C, D, B2, B3, voir répartition par types au tabl. 6) ; les anses sont fréquemment attachées juste sous la lèvre et au haut de panse. Les bassins (V) à parois divergentes sont dotés de deux petites anses attachées à la paroi. Les comals sont de bord bien redressé (Y, Z) (pour toutes les formes voir fig. 124).

582. Comparaisons portant sur la céramique domestique Cobán 2

59Le complexe de Chipoc (Classique récent, Alta Verapaz, Smith 1952) comprend essentiellement les types Caoba, Cebada, China, Chatillas et Nama, c’est-à-dire les types de jarres du secteur nord, le type de bassins omniprésent et les pots-canards ; les jarres Mostaza sont peu représentées. Hors de Chipoc, la céramique domestique d’Alta Verapaz est inconnue. Dans les Hautes Terres maintenant, les jarres rouges à col moyen-haut sont répandues, mais les relations les plus spécifiques s’établissent au niveau des traitements de surface, des formes et même du décor par pastillage (Mostaza) avec la céramique de Zacualpa (Pokom, Pokom-Tohil), de Salamá (vue au Museo) et de la vallée moyenne du Río Motagua (zone appelée ci-après “Motagua”). Les jarres Cidra du sud de la zone sont quasiment identiques à celles de Zacualpa. Smith avait d’ailleurs établi les mêmes parallèles entre Chipoc et Zacualpa ; mais ils nous paraissent encore beaucoup plus nets pour les types du secteur sud. De plus, les grands bols, bassins et comals de Mostaza et Chatillas donnent lieu aux mêmes comparaisons (Chatillas Lissé est aussi présent en Baja Verapaz dans la vallée du Río Chixoy, Ichon, comm. pers.). Enfin, les pots-canards sont répandus autour de Nebaj-Cotzal, à Zacualpa et dans le Quiché central.

603. Le sous-complexe fin décoré Cobán 2, auquel on adjoint ici les encensoirs, comporte 21 types (5 seulement ont été sériés, tabl. 8 et 9) :

  • Groupe Chichicaste : Chichicaste Brun-Noir et Guarumo Brun, monochromes.

  • Groupe Culantro, monochrome : Culantro Orange, Coralillo Orange Mat, Gladiola Rouge et Olola Orange (ces deux derniers localisés à l’extrême sud).

  • Classe orange polie, dont les types sont incisés, ou peints et incisés sur fond orange : Cardosanto Orange Franc, Escobilla Orange-Brun, Nispero Trichrome Incisé, Clavel Orange sur Crème (double engobe).

  • Groupe. Nopal, dichrome ou trichrome sur fond orange ou crème : Nopal Trichrome (trois couleurs, fond inclus), Hollin Trichrome, Eneldo Rouge sur Crème, Girasol Rouge sur Orange.

  • Groupe Mozote, à décor incisé, ou peint en négatif sur fond crème-blanc-gris : Nitro Blanc Incisé, Mozote Crème, Guapinol Dichrome Incisé, Chucho Gris Incisé, Hinojo Négatif.

  • Encensoirs : récipients à protubérances appliquées, Barbasco Encensoir, et récipients à applications de formes diverses, Grama Encensoir, type localisé à l’extrême sud (Salto) ; il y a aussi quelques bols à manche latéral (plein), parfois décorés par altération de surface.

61La diversité typologique de la céramique décorée Cobán 2 est un fait remarquable, les combinaisons des formes et des techniques de décoration étant de fait nombreuses.

62L’engobe couvre le plus souvent l’intérieur et l’extérieur et ne paraît bien poli que dans la classe orange polie. Une combinaison assez fréquente est la couleur crème-gris à l’extérieur, et orange à l’intérieur. D’autre part la couleur varie souvent en continu de rouge à brun-noir ou brun-crème (bols Mostaza et bols Chichicaste). Les décors incluent, et parfois combinent sur un même récipient l’incision curviligne, rarement très élaborée sauf dans le groupe Mozote, les cannelures, le pastillage, et la peinture de motifs géométriques simples. Les principales associations décors-formes sont les suivantes :

  • incision fine : bols en calotte (M), bols hémisphériques (P) (rares), cylindres (N) ; incision de motifs complexes : bols ouverts concaves (S), bols tripodes à angle médian ou basal (R) ;

  • cannelures : cylindres et pseudo-cylindres (Q O, N), bols en calotte à bord évasé ; cannelures, pastillage et parfois incision sur des bols en calotte ;

  • motifs peints sur fond orange ou crème : bols et plats ouverts (M, L) à moulure, parfois échancrée, cylindres (N) ;

  • peinture négative en gris-noir et blanc (mode peu distribué) : bols tripodes à angle (R).

63Ce développement des décors en relation avec une diversité de formes ne fait cependant pas disparaître les bols à moulure, tripodes mais aussi à base annulaire, qui représentent un héritage classique ancien important (Chichicaste Brun-Noir, Mozote Crème, groupe Nopal ; pour ce dernier la surface intérieure est peinte de motifs simples). Cette forme n’est jamais associée à des décors élaborés. Ceux-là sont assez exclusifs des formes cylindriques (peinture avec ou sans altération de surface, Nispero Trichrome Incisé, Hollin Trichrome, Nopal Trichrome), des bols ouverts concaves (incision, classe orange polie), et des bols tripodes à angle (incision, Nitro Blanc incisé, Mozote Crème). Ces décors et ces formes n’ont pu apparaître en Alta Verapaz qu’au Classique récent.

644. Comparaisons portant sur la céramique fine décorée (Cobán 2)

65Le matériel de Chipoc donne lieu à une multitude de comparaisons typologiques et modales qu’il serait fastidieux de répéter ici (voir annexe IV, en fin des fiches descriptives des types). En bref, Chipoc et Cobán 2 partagent un assez grand nombre de types (représentant ensemble 48,4 % des tessons fins décorés de Chipoc), essentiellement les types engobés en brun-noir, en gris ou en crème et incisés, et les types peints en rouge et noir sur orange. D’autres types entretiennent des relations modales (34,2 % des tessons de Chipoc) : différentes combinaisons d’engobes juxtaposés ou superposés à l’intérieur et à l’extérieur des récipients. Par contre, les types dichromes et trichromes les plus élaborés de Chipoc, pour la plupart décorés en négatif (resist), sont absents de Cobán 2, ainsi que les décors par altération de surface les plus complexes (par les motifs et les techniques). A l’inverse, des types monochromes oranges de Cobán 2 (Coralillo Orange Mat, Cardosanto Orange, Gladiola Rouge, Culantro Orange, Olola Orange), ainsi que Girasol Rouge sur Orange et Eneldo Rouge sur Crème, sont absents de Chipoc.

66Les éléments dominants à Chipoc sont assez bien représentés dans la céramique Cobán 2 du secteur nord de la zone. Ils sont mal distribués ou absents dans le secteur sud. A l’inverse, les éléments importants dans le secteur sud paraissent un peu moins bien distribués au nord (voir supra pp. 87, 93). Schématiquement :

  • 5 Collections de Valparaiso-S2, Chichén-S3, Las Conchas, Xutjá 2 et Chijou-Sl
  • 6 Décharge de Chamaoj, lots supérieurs de Sulín-T2-T3 et -S7.

Chipoc-secteur nord5

Chamaoj-secteur sud6

Cylindres

Cylindres

Bols tripodes à rebord-moulure ou à angle basal

Bols tripodes ou à base annulaire à moulure, parfois échancrée

Engobés brun-noir, gris crème, orange

Engobés brun-noir orange

Décorés par incision complexe ou en peinture négative

Décorés par incision simple ou en peinture positive

67Les collections qui font exception à cette distribution sont celles de Salto-S2 où Mozote Crème est anormalement abondant dans ce site périphérique du secteur sud, et de la décharge classique récente de Xutjá 1 (secteur nord) où presque tous les types et les modes Cobán 2 sont présents (voir tabl. 12). Le contexte fonctionnel pourrait expliquer ces exceptions : Salto est un centre recteur bien localisé pour contrôler les échanges, dans lequel des spécialistes ont pu imiter la céramique élaborée de Chipoc (voir le cylindre Chucho Gris Incisé B-69-4 ; fig. 163a, trouvé dans la sép. 2, S2) ; et la décharge de Xutjá 1 est associée au rebut d’un atelier de taille d’obsidienne, contexte fonctionnel probablement favorable aux échanges.

68Chipoc est daté Tepeu 2 par la présence en abondance de Crème sur Brun Mikado (Smith 1952 : 222, 223, tabl. 1). La céramique Cobán 2 de Chamaoj doit être assignée à Tepeu 1-2 en raison de la relation typologique qui unit Nopal Trichrome aux groupes Saxche et Palmar Oranges Polychromes (Petén), et en raison de la présence de moulures échancrées dans ce type. Dans ces conditions, il semble difficile d’écarter chronologiquement Chipoc de Chamaoj, et la céramique qui leur est respectivement associée dans les secteurs nord et sud ; les collections du secteur sud incluent cependant quelques modes classiques anciens (bols à ressaut, bases annulaires, supports pleins, incision rectiligne). La distribution inégale de certains modes remarquée dans la séquence modale (voir supra p. 93) ne serait donc pas le résultat du facteur temporel, mais d’un facteur spatial. L’hypothèse que nous proposons est que des mécanismes de diffusion différents ont joué depuis Chamá et le Petén en direction du secteur nord et du secteur sud: les techniques et les motifs les plus complexes ont stimulé le développement d’une céramique élaborée dans le secteur nord (voir Smith 1952 ; et une lettre de Butler à Brainerd 1954, Arch. U.M.) ; tandis que seuls les éléments les plus simples de la tradition polychrome ont atteint le secteur sud, où ils se sont juxtaposés aux éléments d’une tradition classique ancienne persistante (Nopal Trichrome; modes classiques anciens signalés ci-dessus). Contrairement à ce que constatait Smith (1956 : 8 ; Rands et Smith 1965 : 133), l’influence du Petén, et de Chamá, s’est donc exercée malgré tout au sud de Cobán, mais de façon sélective et atténuée.

69Outre celle de Chamá, Mary Butler a étudié la céramique classique de San Pedro Carchá et la collection de Dieseldorff (en 1939). Ses conclusions tendent à confirmer l’hypothèse proposée ci-dessus : la céramique polychrome à figures humaines, ou incisée en champlevé, directement imitée de Chamá 3-4, existe à Cobán, à Carchá, à Chajcar et jusqu’à Tactic et Tucurú, mais elle est peu distribuée au sud de Tactic ; Butler ajoute qu’au sud de Tactic, et même au nord, la céramique présente des caractéristiques locales, et des relations anciennes avec le Quiché (rapport synthétique concernant la céramique de Chamá, de Carchá et la collection Dieseldorff, Arch. U.M.).

70Nous avons vu la partie de la collection Dieseldorff déposée au Museo, ainsi que la céramique recueillie par Smith (1949, 1952) en Alta Verapaz en dehors de Chipoc: tous les types du groupe Mozote y sont bien représentés, ainsi que Nispero Trichrome Incisé et Nopal Trichrome, types tous caractéristiques du secteur nord (Nopal est aussi distribué au sud); par contre les types engobés oranges et les types dichromes Eneldo et Girasol paraissent difficiles à isoler, ou sont absents ; ces types sont plutôt bien distribués dans le secteur sud. Comme on pouvait s’y attendre, les collections proviennent du secteur nord (mais toutes les provenances ne sont pas spécifiées au Museo).

71En dehors de Chamá, les influences proviennent du Petén, plus particulièrement de la zone des ríos Pasión et Usumacinta : affinités modales de Nitro Blanc Incisé, Mozote Crème et Clavel Orange sur Crème avec Ojo de Agua Incised de Altar de Sacrificios; de même pour Chichicaste Brun-Noir vis-à- vis de Zopilote Smudged Black et Silkgrass Fluted (Altar) ; relation typologique entre Nopal Trichrome et les groupes Saxche et Palmar de Seibal et de Altar (motifs simples en noir et rouge sur orange, et formes); similitudes entre les encensoirs à manche de Seibal et de Altar et ceux d’Alta Verapaz (Adams 1971: 56; voir aussi Rands 1961, Rands et Rands 1959, pour des encensoirs de Palenque comparés à des exemplaires d’Alta Verapaz).

72D’autre part, comme le signale Butler dans son rapport non publié, il y a certainement eu aussi une diffusion d’éléments en provenance des Hautes Terres. En premier lieu, Chichicaste Brun-Noir partage des formes et des décors avec des types monochromes noirs, rouges et bruns de Zaculeú, de Nebaj et de Cotzal, c’est-à-dire des Hautes Terres du nord; de la même région, des types crèmes ou gris incisés sont comparables au groupe Mozote de Cobán 2; par contre, les décors peints en négatif de Nebaj et de Zaculeú sont assez différents de ceux de Hinojo Négatif, bien qu’ils aient des affinités avec ceux de Chamá et de Chipoc (Becquelin 1969: 86); enfin les types oranges de Cobán 2 semblent comparables au groupe Chum de Cotzal.

73En second lieu, Girasol Rouge sur Orange et Eneldo Rouge sur Crème, types surtout distribués dans le secteur sud, sont réminiscents des types dichromes de Zacualpa et du Motagua, mais aussi de Nebaj et de Zaculeú. La céramique incisée de couleur brun-noir, crème ou gris et les décors négatifs sont rares à Zacualpa et dans la zone du Motagua, où les exemplaires connus semblent être des importations d’Alta Verapaz.

74En résumé, il semble qu’au niveau de la céramique fine décorée, l’Alta Verapaz occidentale ait entretenu des relations privilégiées avec les Basses Terres, et avec la partie nord des Hautes Terres qui était elle-même assez réceptive aux influences en provenance du Petén. Apparemment seuls Eneldo et Girasol, deux types dichromes à motifs simples, attestent une diffusion en provenance de la Sierra de Chuacús (Zacualpa, vallée du Motagua), si l’on ne tient pas compte des éléments hérités du Classique ancien et dérivés de traditions bien implantées dans les Hautes Terres. En définitive l’influence du Petén a été déterminante, du moins dans le secteur nord de la zone.

755. Aspect Cobán 2 : conclusions

76Il est remarquable de constater que le sous-complexe domestique de Cobán 2 entretient des relations très spécifiques avec la céramique domestique de la Sierra de Chuacús (Salamá, Zacualpa, Motagua), des relations générales avec les Hautes Terres du nord, et aucune relation avec les Basses Terres, tandis que le sous-complexe fin décoré a été comparé positivement à la céramique des Basses Terres, ainsi que des Hautes Terres du nord, et comparé négativement à celle de la Sierra de Chuacús (à deux exceptions près). Les relations sont inverses géographiquement. De plus, on a noté que les comparaisons portant sur la céramique domestique de la Sierra de Chuacús sont plus nettes pour le secteur sud de notre zone que pour le secteur nord; au niveau de la céramique décorée les influences du Petén sont marquées surtout dans le secteur nord (fig. 1 ci-jointe).

Fig. 1 : Relations céramiques inter-régionales de l’Alta Verapaz occidentale au Classique récent.

Fig. 1 : Relations céramiques inter-régionales de l’Alta Verapaz occidentale au Classique récent.

1 Valparaiso
2 Xutjá 1
3 Chichén
4 Chamaoj

77La céramique décorée de Cobán 2 et de Chipoc peut faire partie de l’horizon Tepeu 1-2 dans la mesure où plusieurs des “marqueurs” de cet horizon y sont représentés : groupes Saxche et Palmar Polychromes, bols tripodes à moulure basale, bols tripodes polychromes, cylindres à fond plat, Ojo de Agua Incised (Willey, Culbert et Adams 1967 : 305-307). De plus, la peinture négative, les types incisés engobés crème, gris ou brun-noir, les bols tripodes à angle basal et les motifs symboliques complexes relient Cobán 2 et Chipoc à Chamá 3-4. Mais il est vrai que la plupart des relations susdites sont modales plutôt que typologiques ; la céramique d’Alta Verapaz est “périphérique” par rapport à celle du Petén (ibid.–. 300).

78D’autre part, le sous-complexe domestique Cobán 2 (moins nettement Chipoc) participerait à une sphère céramique s’étendant aux versants nord et sud de la Sierra de Chuacús, incluant peut-être la Baja Verapaz puisque Chatillas Lissé, et au moins les décors de pastilles appliquées des jarres Mostaza, y sont présents en nombre (Ichon, comm. pers.). Les comparaisons sont généralement typologiques.

Le complexe Samac

79Il s’agit d’un complexe provisoire basé sur 1 271 tessons, dont plus de 1 000 appartiennent à Matapalo Poreux, un type fort ancien dans la zone mais populaire seulement durant le Postclassique (tabl. 8 et 9). Dans les niveaux où il est présent, Samac est toujours associé aux types du complexe Cobán 2 les plus importants au Classique récent, et à des types du complexe Chican. Outre Matapalo Poreux, il comporte deux types domestiques à pâte grossière d’une nature bien différente des pâtes du complexe Cobán (Jabilla Grossier, Linaza Grossier), un type à pâte assez fine tout aussi différent techniquement des types Cobán (Membrillo Fin), un type monochrome de facture grossière, apparemment dérivé de Chichicaste Brun-Noir (Laurel Rouge sur Gris-Noir), et un type monochrome incisé dont les motifs et la forme du bol tripode à angle en font l’héritier du groupe Mozote de Cobán 2 (Lima Brun Incisé).

80De plus, Jamaica Dichrome Incisé regroupe les quelques rares tessons de bols à supports moulés zoomorphes, et Tohil Plombé est représenté par un seul tesson (de Chichén, en surface). Quatre poteries provenant des niveaux supérieurs de la str. 3 de Sulín constituent des types potentiels (B-318- 18, B-296-20, B-254-14, B-256-16 ; voir tabl. 26, annexe IV).

81A l’exception de Jamaica et des poteries B-318-18 et B-296-20, les types sont de facture grossière et les décors incisés (Lima) ou peints (Laurel) sont médiocrement exécutés. Les jarres (Matapalo, Jabilla, Linaza, Membrillo) présentent un profil différent de celui des jarres Cobán : col haut, bord non modifié (El, E2). Les comals ont un bord moins redressé que celui des comals Cobán (W, X) ; les grands bols sont rares (mais cette forme, ainsi que les jarres et comals de profils classiques persiste hors de Samac en Mostaza Rouge sur Naturel et en Chatillas Lissé principalement). Quant aux autres formes, les principales innovations de Samac sont le vase piriforme (B-318-18), le bol tripode à supports zoomorphes (B-296-20, B-256-16, et type Jamaica) et les vaisselles-sabots, toutes formes rares. Un nouveau décor consiste en un motif de tresse ou de grecque incisé en une bande horizontale (bols Jamaica, et B-296-20, B-318-18).

82La céramique postclassique ancienne d’Alta Verapaz a donné lieu à plusieurs subdivisions (voir Butler 19406 : tabl. III ; 1959 ; Rands et Smith 1965 : 137 note ; Becquelin 1969 : 86). En définitive, Chamá 5 serait contemporain de Chipai 1b et de Chipal 2, et postérieur à Chipal la, Seacal et Chajcar qui eux dateraient du Classique final. C’est la transition du Classique récent au Postclassique ancien qui reste très difficile à cerner au niveau céramique : par exemple, quand les supports zoomorphes, le Tohil Plombé (Plumbate) et l’Orange Fin apparaissent-ils en Alta Verapaz ? Une tombe de Chamá, datée Chamá 5, contient du cuivre, des poteries Plumbate et Orange Fin, des bols tripodes à décor peint en négatif, dont deux à supports zoomorphes, des bols rouges à supports zoomorphes, des cylindres décorés d’applications, des jarres peintes en rouge sur brun à haut col (Shepard 1948 : 128). Il y a là une remarquable combinaison d’éléments du Classique final (Orange Fin, décor négatif, peut-être les poteries engobées en rouge) et d’éléments traditionnellement placés au Postclassique ancien (Tohil Plombé, supports zoomorphes).

83Samac comporte plusieurs des modes représentés dans cette tombe : supports zoomorphes, engobe rouge, jarres à haut col, peinture rouge sur gris-noir, Tohil Plombé. L’association dans le niveau 1 de Salto-Sl d’un tesson réminiscent de Tohil (Spécial n° 32b) et de bols Lima Brun Incisé dérivés du groupe Mozote de Cobán 2, est analogue à l’association dans la tombe Chamá 5 de Tohil et de bols à décor négatif et à supports zoomorphes. Les héritages du Classique récent sont bien présents.

84Les jarres piriformes (B-318-18), dont la distribution se limite dans les Hautes Terres à la région de Cotzal-Chipal (à notre connaissance), les manches d’encensoirs à extrémité zoomorphe ou anthropomorphe qui sont nombreux dans la collection Dieseldorff du Museo, les encensoirs à application zoomorphe comme le fragment figurant un jaguar trouvé sur la str. 3 de Sulín (Encensoir n° 12), sont datés de la fin du Classique récent ou du Postclassique ancien (Chipal la ou 1b). Le fragment d’encensoir n° 12 est même tout à fait comparable à des encensoirs classiques récents de Palenque, et surtout à ceux du type Pedregal Modeled de Seibal (Tepejilote, Classique récent).

85Par contre les comparaisons qui désignent nettement le Postclassique ancien portent sur les bols à supports zoomorphes, à décor de tresse incisée, B-296-20, B-256-16 et du type Jamaica (bols de Chuitinamit-Sololá, Zaculeú et Tajumulco).

  • 7 Seler dit pourtant que la collection Dieseldorff du Musée de Berlin comporte beaucoup de tessons Pl (...)

86La faible distribution de Tohil Plombé en Alta Verapaz7, ainsi que de l’Orange Fin, ne facilite pas la définition et la datation de la transition Classique-Postclassique (voir listes jointes aux descriptions de Tohil Plombé et des Spéciaux n° 32, annexe IV). Certaines jarres Tohil à effigie semblent de style “mexicain” (sites de Chipal et de Samac). L’Orange Fin est mieux distribué le long du Río Chixoy moyen, où les groupes Altar (Y) et Silho (X) sont représentés, généralement associés à Tohil Plombé dans des sépultures. De Chajcar, les vases à figures humaines rendues par altération de surface (Dieseldorff 1926-33) sont comparables à des types Orange Fin de la zone des ríos Pasión et Usumacinta, bien qu’ils ne soient pas de pâte Orange Fin. Il y a là l’indice d’un remarquable développement dans la céramique (très probablement funéraire) au Classique final.

87Laissant de côté le problème chronologique que nous ne sommes pas en mesure de résoudre, on peut du moins constater que la céramique “postclassique ancienne” d’Alta Verapaz semble se situer au confluent d’influences provenant du nord par le Río Chixoy (Orange Fin, vases de Chajcar, encensoirs, vases piriformes), et des Hautes Terres au sud et à l’ouest (bols à supports zoomorphes). Les relations avec les Hautes Terres sont confirmées par le fait que les classes poreuse et grossière du complexe Samac, avec pour cette dernière l’apport de nouveaux dégraissants, sont comparables à une céramique postclassique de Chuitinamit (Sololá), de Zacualpa, et surtout de Cahyup et de Chuitinamit en Baja Verapaz (Rabinal) ; dans ces deux derniers sites, les types Linaza Grossier et Jabilla Grossier (Samac) nous semblent présents. Or il faut rappeler que le complexe Samac est surtout bien représenté à Salto, situé à la périphérie sud de la zone, en Baja Verapaz. Enfin, les jarres E à haut col et bord non modifié (Samac) sont bien caractéristiques de nombreuses collections postclassiques des Hautes Terres (Museo).

88Ce sont ces comparaisons reliant les céramiques domestiques de Baja Verapaz et d’Alta Verapaz qui nous semblent en définitive les plus prometteuses : la recherche mériterait d’être poussée en ce sens car on devrait pouvoir démontrer que les relations classiques avec la Sierra de Chuacús se sont intensifiées au Postclassique ancien. Quant au problème chronologique, il ne semble pouvoir être résolu que grâce à de nouvelles fouilles d’un grand nombre de dépôts spéciaux, car c’est dans le mobilier des sépultures que l’on peut trouver trace des innovations les plus caractéristiques du Classique final et du Postclassique ancien.

Le complexe Chicán

89Chicán est défini sur la base de 2 427 tessons (Matapalo Poreux non compté, bien que présent dans les niveaux Chicán). La diversité typologique est minime. Malva Gris Naturel et Mango Rouge Naturel sont les deux types principaux de jarres domestiques, de forme E, dénuées de décor; la pâte grise compacte et assez dure de Malva représente une autre innovation technique du Postclassique, qui apparaît avec des variations dans la texture dès l’époque du complexe Samac; les tessons Malva de pâte réellement dure proviennent de la périphérie sud, à Salto (en niveau Samac), site où d’autres essais réussis de fabrication d’une céramique dure remontent au Classique récent (Grama Encensoir) et au Postclassique ancien (Membrillo Fin). Comme on le suggère pour Samac, les innovations techniques du Postclassique semblent provenir de Baja Verapaz.

90Mango est par contre de pâte friable et lâche qui devient poreuse à l’érosion, ce qui n’est le cas d’aucun type classique. Manzana Strié se distingue de Mango surtout par la surface striée des jarres. Mamey Rouge est encore un type domestique de pâte compacte, mais il est engobé et grossièrement poli (ce type est encore actuellement fabriqué à Chichén). Une caractéristique des jarres de ces quatre types est la dimension petite des anses attachées à la panse, souvent remplacées par des tenons pleins. Les comals et les grands bols paraissent curieusement rares.

91Le Micacé est à peine représenté dans les lots des sites de Chicán et de Pansalché ; il est plus abondant au sud à Las Flautas, mais les tessons peuvent être modernes puisque les bassins et comals Micacé de Salamá sont importés actuellement en Alta Verapaz. Rabinal Orange, trouvé en association avec le Micacé de Las Flautas, est probablement aussi moderne (en S3 N1). Enfin Forteresse Blanc sur Rouge est représenté par quelques fragments provenant de Chicán et de Pansalché.

92Les collections d’Alta Verapaz vues au Museo comportent la plupart des éléments Chicán. Malva, Mango et Manzana sont des types locaux car ils n’ont que des affinités générales avec Xim Plain de Cotzal, Cinnamon de Zaculeú (pour Malva) et avec des tessons striés de Zacualpa (pour Manzana) (complexes postclassiques récents). Mais on note l’apparition d’une pâte dure comme celle de Malva dans la céramique postclassique récente du Quiché, de Zacualpa et de Nebaj. Les types Mamey Rouge et Forteresse indiquent que l’Alta Verapaz participait à l’“horizon” des types postclassiques récents engobés rouge : Rouge Poli de Mixco Viejo, Bipana Rouge de Nebaj, Tuja Red-Brown de Cotzal, Xinabahul de Zaculéu, Huistan Hard du Chiapas central, et Forteresse dans toutes les Hautes Terres ; les relations sont typologiques.

93La quasi-absence de Micacé est significative d’une rupture des relations avec la Baja Verapaz et la Sierra de Chuacús, lieu de fabrication ancien et actuel de cette céramique (Navarrete 1962). L’absence de Chinautla Polychrome, répandu en Baja Verapaz et au Quiché, confirme ce fait. Même Forteresse est rare en Alta Verapaz (8 tessons dans le complexe Chicán).

94L’échantillon de tessons Chicán n’est pas important mais, parce qu’il provient en grande majorité du centre important de Chicán et d’une de ses dépendances, Pansalché, les présences-absences de types importés ou imités peuvent être considérées comme valides et significatives. Si l’on excepte la présence de Mamey Rouge (294 tessons), qui est typologiquement relié à plusieurs types dispersés dans les Hautes Terres, la nature du complexe Chicán indique que l’Alta Verapaz était isolée des régions voisines.

Conclusion générale concernant la datation des complexes et les comparaisons inter-régionales

95L’ensemble des comparaisons permet de placer les complexes d’Alta Verapaz occidentale relativement aux complexes et phases de la chronologie des Hautes Terres et du Petén (tabl. 1. et 15). Ce faisant, nous ne construisons pas une séquence de phases culturelles locales, mais nous situons les complexes établis dans le cadre généralement admis pour les Hautes Terres. Les dates absolues assignées aux complexes peuvent se révéler, dans une certaine marge, arbitraires pour l’Alta Verapaz.

96Les comparaisons suggèrent d’autre part que jusqu’au Postclassique récent les relations de l’Alta Verapaz avec les Hautes Terres du Guatemala ont été déterminantes. L’influence des Basses Terres n’a affecté que la céramique décorée du Classique récent, à moins qu’elle n’ait commencé à se faire sentir dès le Classique ancien dans le secteur nord de la zone ; mais les données dont on dispose sont plutôt négatives sur ce point. On résumera schématiquement les résultats de l’analyse comparative :

  1. Préclassique ancien-moyen : relations de la région avec la côte pacifique, Kaminaljuyú et le Chiapas (Chiapa de Corzo, Mirador) ;

  2. Carchá, Préclassique récent (?)– Protoclassique : relations spécifiques du secteur sud avec les Hautes Terres de l’ouest et du sud, mais probablement retard et marginalité ; dans le secteur nord, on sait seulement que de la céramique Chicanel du Petén est présente à Carchá-Calvario ;

  3. Cobán 1, Classique ancien : relations spécifiques du secteur sud avec Kaminaljuyú et la Sierra de Chuacús, mais probablement provincialisme et faible occupation ; données très limitées pour le secteur nord (recherches antérieures à la nôtre) ;

  4. Cobán 2, Classique récent : pour le sous-complexe domestique, nettes relations du secteur sud avec la Sierra de Chuacús, moins nettes pour le secteur nord ; pour le sous-complexe fin décoré, nettes influences diversifiées des Basses Terres dans le secteur nord, atténuées et sélectives dans le secteur sud ;

  5. Samac, Postclassique ancien (et Classique final ?) : relations de l’Alta Verapaz avec les Basses Terres ou bien le Mexique, par le canal du Río Chixoy (mais mal datées) ; et relations avec les Hautes Terres, en particulier avec la Baja Verapaz ;

  6. Chicán, Postclassique récent : relatif isolement vis-à-vis de la Baja Verapaz et des Hautes Terres.

97Nous avons donné beaucoup de place à l’analyse comparative de la céramique dans ce chapitre, ce qui ne se justifie pas nécessairement dans une recherche centrée sur l’habitat. Il était pourtant indispensable d’expliciter, au moins sur la base des données céramiques, en quoi précisément l’Alta Verapaz occidentale a été une région de transition entre les Hautes Terres et les Basses Terres mayas. Il se trouve que seule la céramique du Classique récent est assez abondante et diversifiée pour donner une image concrète de la division de la région en deux secteurs nord et sud, secteurs tous deux effectivement en contact (au niveau de la céramique) avec les cultures des Hautes Terres et des Basses Terres, mais chacun de façon bien différente. Pour les périodes antérieures, cette division n’est pas attestée, et pour les périodes postérieures il y a lieu de penser que si elle existait, elle ne s’exprime plus aussi nettement dans la céramique. Telles, sont les données fondamentales nécessaires à la compréhension des réseaux de l’habitat des différentes périodes, auxquels sont consacrés les chapitres suivants.

Notes

1 Une unité désigne un seul lot, ou deux ou trois lots regroupés ; elle est identifiée par le ou les niveaux dont ils proviennent.

2 Les profils des catégories de formes sont présentés à la fig. 124, annexe IV.

3 Pour les catégories de formes, le lecteur est prié de se reporter au tabl. 6 (ce chapitre) et à la fig. 124, annexe IV.

4 Pour toutes références concernant les poteries entières, le lecteur est prié de se reporter au tabl. 26 à l’annexe IV.

5 Collections de Valparaiso-S2, Chichén-S3, Las Conchas, Xutjá 2 et Chijou-Sl

6 Décharge de Chamaoj, lots supérieurs de Sulín-T2-T3 et -S7.

7 Seler dit pourtant que la collection Dieseldorff du Musée de Berlin comporte beaucoup de tessons Plumbate et quelques poteries (1904).

Table des illustrations

Titre Tableau 6 : Distribution des formes de récipients dans les types céramiques
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4917/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Cobán est défini en séquence-sud par 20 unités intermédiaires, et en séquence-nord par 7 unités (jusqu’à Tactic 2 CS exclu). Il comprend :• 8 types domestiques (Mostaza Rouge sur Naturel, Caoba Rouge Noirci, Cidra Rouge sur Naturel, Cebada Poreux, Chatillas Lissé, Celidonia Crème, Nama Modelé, China Blanc) ;• 6 types monochromes incisés (Chichicaste Brun-Noir, Chipilin Rouge, Culantro Orange, Mozote Crème, Chucho Gris Incisé, Clavel Orange sur Crème). Matapalo Poreux est représenté de façon discontinue.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4917/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 10 : Distribution des types Cobán dans les niveaux incluant Chipilin Rouge
Légende Note : quelques lots de Valparaiso-S1 et Canxul-S2 sont omis parce qu’ils sont répétitifs.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4917/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 11 : Distribution typologique dans les niveaux où les complexes Cobán, Samac et Chicán sont associés
Légende Notes : (X) tessons peut-être modernesencadré = décharge Xutjá 1 – S1 et concentrations Chicán – T9 ajoutées pour comparaison.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4917/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 12 : Distribution des modes dans les niveaux de la séquence typologique et assimilés
Légende D : déchargeCS : surfaceABC : sectionde sondage
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4917/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 1 : Relations céramiques inter-régionales de l’Alta Verapaz occidentale au Classique récent.
Légende 1 Valparaiso2 Xutjá 13 Chichén4 Chamaoj
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4917/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search