Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’habitat en alta Verapaz, Guatemala

 | 
Marie-Charlotte Arnauld

Chapitre 4. Résultats des opérations de fouilles

Texte intégral

I. Les sondages (Opération II)

Sélection des sites et modalités pratiques de l’opération II

1L’opération des sondages visait avant tout à dater un nombre suffisant de sites permettant d’ébaucher les réseaux de l’habitat régional au Classique récent et au Postclassique récent, puisque la recherche a été centrée sur ces périodes. Secondairement, il s’agissait de fouiller des témoignages de l’occupation préclassique. Ce faisant, on devait obtenir assez de matériel pour tenter de construire une séquence céramique chronologique régionale. En conséquence, ce sont surtout les centres (types de sites C, D, E, voir chap. précédent) qui ont été sélectionnés pour l’opération II: en effet les centres sont les “noeuds” des réseaux de l’habitat régional, ils fournissent plus d’informations diverses et de matériel que les petits sites d’habitat mal conservés, et à priori ce sont des sites d’occupation longue, donc à dépôts profonds, puisqu’ils peuvent logiquement avoir été fondés à l’emplacement d’anciens lieux d’habitat ou de culte isolé (types A et B).

2En pratique la sélection des centres à sonder dépendait de leur statut au sein de la typologie fonctionnelle, de leur localisation spatiale (secteur sud/secteur nord de la zone, voir chap. précédent p. 50) et pour certains, des datations qui leur avaient été assignées lors de recherches antérieures ou bien compte tenu de leur morphologie (voir p. 49). Deux facteurs secondaires d’ordre pratique ont aussi joué, à savoir le bon vouloir des propriétaires des terrains qu’occupent les sites, et les disponibilités locales en main d’oeuvre.

3Au total nous avons fouillé 14 sites au moyen de 38 sondages (voir la carte h.-t. pour la localisation de ces sites) :

  1. Habitat domestique (type A). Un seul site sondé, Chamaoj, dans la vallée de Tactic ; c’est un important dépôt de céramique classique ; un seul sondage et une importante collection de surface.

  2. Centres sans zones d’habitat (type C). Quatre sites : Chijoú et Xutjá 1 dans le secteur nord, Pansalché dans la vallée de Tactic, Pasmolón dans une vallée du sud ; Xutjá 1 est de morphologie préclassique, Pansalché de morphologie postclassique récente ; un à trois sondages dans chaque site.

  3. Centres avec zone d’habitat (type D). Six sites : Valparaiso situé dans une dépression annexe de la vallée de Tactic, et Canxul, Patal, Sulín, Unión Barrios et Las Flautas, tous situés dans les vallées du secteur sud ; Valparaiso avait été daté du Préclassique (Shook s.d.) et Patal du Classique récent-Postclassique ancien (Dieseldorff 1933). Deux à cinq sondages par site.

  4. Centres recteurs (type E). Les trois centres de la zone, c’est-à-dire Chichén au nord (3 sondages) où on espérait trouver confirmation d’une séquence d’occupation longue (A.L. Smith 1955), Salto au sud (2 sondages) que Sedat considère comme un site classique récent très comparable à ceux de Salamá (comm. pers. 1974), et Chicán (Chinchilla) dans la vallée de Tactic (7 sondages) qui est un centre postclassique récent, avec peut-être aussi une occupation préclassique (Smith 1949).

4Des 38 sondages, 18 ont été effectués dans des structures domestiques, et 20 dans des structures spécialisées, ou aux abords (voir la localisation des sondages au sein des sites sur les plans des sites). Les sondages avaient 2 m de côté, sauf cinq de 1,50 m. Dix d’entre eux ont été agrandis de 1 à 2 m. La fouille a procédé par niveaux arbitraires ou naturels selon la stratification, d’une épaisseur de 5 à 30 cm chacun (voir les coupes de 14 sondages aux fig. 41 à 53).

Datation des sites

5Presque tous les sondages ont donné assez de céramique (voir tabl. 22 annexe IV) et une diversité typologique suffisante pour dater les structures fouillées. Les cas médiocres sont ceux de Unión Barrios dont les deux sondages ont été très peu productifs, et de Xutjá 1 ; ici l’un des trois sondages a donné un dépôt de céramique classique récente qui est stratigraphiquement postérieur à l’abandon d’une des trois structures pyramidales ; et les deux autres ont fourni 14 tessons Borayo Orange et Bledo Noir Incisé du Préclassique récent-Protoclassique, la plupart associés à la str. 4 enfouie, dégagée en S3 (voir infra), outre des tessons classiques et postclassiques peu abondants ; enfin en surface on a trouvé un tesson comparé au Verbena Ivory (ou Verbena White) et un tesson comparé au Amatle Purple-on-Cream (Spéciaux n° 17 et 41, annexe IV), deux types préclassiques de Kaminaljuyú.

6Les datations obtenues confirment celles qui avaient été assignées lors de recherches antérieures, ou au vu de la morphologie du site (pour Chichén, Chicán, Patal, Valparaiso, Salto, Pansalché, et probablement pour Xutjá 1). Pour un même site, les résultats des différents sondages et éventuellement de la collection de surface sont cohérents.

7En plus des 14 sites ainsi datés, on dispose de :

  • 6 sites datés uniquement au moyen de collections de surface ; Chajsel et Xutjá 2 dans le secteur nord, Tactic 1 et Tactic 2 dans la vallée de Tactic, tous sites d’habitat domestique (type A) ; ainsi que Las Conchas au nord, Chiacal près de la vallée de Tactic, deux centres de type C ;

  • 5 sites datés au vu de leur morphologie, c’est-à-dire d’une part Pichirico, San Pablo et Laurel dont les terrains de jeu de balle sont du type transitionnel entre le Classique récent et le Postclassique ancien (de même que celui de Salto Est, partie de Salto non sondée); d’autre part Najkitob et Chicobán qui sont nettement des centres postclassiques récents (voir fig. 14, 18, 20, 32, 36, 40); ce sont là des sites de types B, C, et E répartis dans toute la zone;

  • enfin 10 sites datés lors de recherches antérieures : Chajcar, Chipoc, Chicuxab, Papá (type A) ; Samac (type B) ; Kanihaab, Carchá-Potrero, Sakajút, Santa Elena-Santa Cruz (type C) ; Carchá-Calvario (type D) ; tous sont situés dans le secteur nord (voir le tableau chronologique 16 pour les références).

Tableau 4 : Distribution géographique et fonctionnelle des sites datés

Tableau 4 : Distribution géographique et fonctionnelle des sites datés

8Au total l’échantillon de sites datés compte 35 sites, dont la distribution géographique et fonctionnelle est résumée au tableau 4 ci-joint.

Les sondages et la séquence chronologique

9L’opération des sondages a permis de définir

    • 1 Composante, au sens de segment de l’occupation d’un site correspondant à une phase chronologique (“ (...)

    une “composante”1 du Préclassique ancien-moyen (en Sulín-S6)

  • 5 composantes du Protoclassique

  • 3 composantes du Classique ancien

  • 8 composantes du Classique récent

  • 7 composantes du Postclassique ancien

  • 3 composantes du Postclassique récent.

(On ne tient compte ici que des sites sondés au cours de cette recherche ; le tableau 16 présente toutes les composantes obtenues pour les 35 sites datés, par sondages et autres méthodes).

10Probablement toutes les périodes de l’occupation régionale sont donc couvertes. Mais aucun sondage n’a produit plus de deux composantes, car les dépôts correctement stratifiés n’étaient jamais épais ni profonds (en général 2 m au maximum). Il semble que l’occupation des sites ait rarement dépassé deux phases. En conséquence, la séquence chronologique ne peut pas reposer sur des données strictement stratigraphiques, ce pourquoi nous avons dû utiliser une méthode de sériation (chap. 5).

11Un autre résultat est que le matériel céramique obtenu dans les sondages est abondant (28 712 tessons, 77 % de toute la céramique recueillie), bien que le total de tessons par niveau n’ait pas toujours été suffisant pour compenser la quantité de tessons inclassables (voir chap. suivant). Cinq sondages ont donné une décharge céramique (ou dépôt-rebut, comme à Chipoc, Smith 1952), fouillée en fosse ou autre contexte contrôlé ; en comptant les décharges plus modestes de la tranchée 9 de Chicán, ces dépôts ont fourni environ 40 % du matériel sur lequel est basée la définition des complexes céramiques. On décrira brièvement ces éléments.

    • 2 Les descriptions détaillées des sondages sont incluses dans le manuscrit de thèse original. Toutes (...)

    Décharge de Chamaoj-Sl2: pas de structure visible sur l’aire de la concentration de céramique, évaluée selon les dires de l’habitant à 900 m2; en S1, un premier dépôt inclus dans une couche mince couvrant un sol construit, et un deuxième en fosse, tout aussi étalé, sous le sol (fig. 42, 54); une fouille clandestine avait mis au jour des milliers de tessons, dont nous avons conservé une sélection (collection de surface); toute la céramique est techniquement et stylistiquement très homogène, en majeure partie culinaire, mais des types décorés sont présents; les formes sont très bien documentées, la facture est médiocre; il est probable qu’il s’agit du rebut d’un atelier de céramique (total recueilli dans les dépôts: 2 648 tessons); complexe Cobán 2.

  • Décharge de Chichén-S2 : dans l’aire terminale du terrain de jeu de balle est ; fosse creusée dans le sol stérile, scellée par une couche d’argile (fig. 43) ; total recueilli : 1 234 tessons ; Cobán 2.

  • Décharge de Valparaiso-Sl : sur structure spécialisée du groupe 2 (fig. 19) ; en fosse creusée dans le sol stérile, scellée en partie par un sol construit (fig. 50) ; en plus des 302 tessons obtenus, il y avait de l’obsidienne et un fragment de quartz ; complexe Carchá.

  • Décharge de Valparaiso-S2 : sur une structure domestique d’un patio (groupe 5) éloigné du centre (groupe 2) ; en fosse creusée à travers deux strates qui comportent plusieurs sols construits, puis à travers le sol naturel stérile, scellée par un sol construit (fig. 51, 63) ; 2 378 tessons, avec 3 fragments de molettes et meule, des figurines, des pierres, du charbon de bois et de la terre brûlée (restes probables d’un foyer mis au rebut) ; complexe Cobán 2.

  • Décharge de Xutjá 1-S1: au pied d’une des trois pyramides du site; concentration étalée dans une strate couvrant les vestiges de l’escalier de la pyramide, sans contact avec l’escalier, en association stratigraphique avec un mur aussi postérieur à l’escalier (ce dernier n’est pas construit de pierres mais fait d’un remblai stuqué); 1 356 tessons pour la partie fouillée (fig. 52, 64), ainsi que plus de 1 600 éclats d’obsidienne, 14 fragments de lames et 3 nuclei; il s’agit donc probablement d’un rebut d’atelier de taille d’obsidienne (voir étude en annexe III), associé à une décharge de céramique; 20 % des tessons sont finement décorés, une proportion exceptionnellement élevée; rien n’indique qu’il s’agisse d’un dépôt rituel; Cobán 2.

12Enfin il est nécessaire de décrire le sondage S6 de Sulín parce qu’il fournit la preuve d’une occupation du Préclassique ancien-moyen dans ce site.

  • Sulín-S6 : sur la structure domestique 12 du groupe 1 (fig. 27) ; la stratification est des plus simples, les couches étant bien horizontales et nettes :

Niveaux N1, N2, N3 : terre gris-foncé (0,60 m)
N4 : couche d’argile blanche (15cm) interrompue en plusieurs points au bord ouest de S6
N5 : mince couche de terre noire avec traces de charbon
N6 : argile blanche naturelle stérile en fin de niveau (profondeur atteinte : – 1,40 m).

13Sur les 669 tessons obtenus, 135 ont été classés car nous n’avons isolé et compté que les quatre types du Préclassique ancien-moyen (ici PAM), ainsi que les 6 types les plus populaires du complexe Cobán (le restant est Cobán) :

N2 : 1 tesson PAM (Anona Rouge Spéculaire) et 13 tessons Cobán
N2 : 1 PAM (Bacche Simple) et 20 Cobán
N3 : 29 PAM (20 Anona, 9 Bacche) et 26 Cobán
N4 : 21 PAM (11 Anona, 5 Bacche, 1 Utatlán Dichrome Incisé, 4 Potentiel Gris-Noir) et 10 Cobán
N5 : 8 PAM (Anona) et 4 Cobán
N6 : 2 PAM (Anona).

14C’est la couche d’argile blanche (N4) qui témoigne le mieux de l’occupation ancienne, mais comme en tous les points sondés à Sulín (sept unités de fouille), le dépôt n’est pas “pur”. Les fréquences de tessons PAM dans les sept unités sont les suivantes : S1, 1,3 % ; T2-T3, 0,8 % ; S4, 0,4 % ; S5 non classé ; S6, 9,2 % ; S7, 0 % (sur le total de tessons recueillis).

Autres résultats de l’opération des sondages

15L’opération n’a ni infirmé ni confirmé systématiquement la distinction fonctionnelle entre structures spécialisées et structures domestiques (voir chap. précédent p. 44). Le tableau 5 ci-joint montre tout au plus que les indices retenus sont plutôt négatifs pour les structures dites domestiques (faible distribution des éléments, mode de construction fruste), et plutôt positifs pour les structures spécialisées (meilleure distribution des éléments, mode de construction plus élaboré). La distribution des meules et molettes, autres outils (rares), de l’obsidienne (omniprésente), et des figurines (rares) ne s’est pas révélée significative ; par contre plus de 80 % des fragments d’encensoirs (45/55) viennent de sondages placés sur des structures spécialisées. On note l’absence de sépultures dans les structures domestiques, un trait pourtant typique de l’aire maya, mais cette donnée négative serait à confirmer en multipliant les fouilles.

16Quelques sondages effectués sur des structures spécialisées méritent une description, pour ceux des éléments fouillés les plus pertinents en ce qui concerne l’architecture (modes de construction) et les activités rituelles.

Tableau 5 : Table synoptique des sondages

Tableau 5 : Table synoptique des sondages

Notes : arg. c. : argile cuite arg. bl. : argile blanche
mortier : mélange de chaux, sable ou gravier et parfois argile
obs. verte : obsidienne verte importée d’un gisement mexicain
*: sondages décrits ci-après p. 58
Les caches, sépultures et dépôts de charbon sont décrits à l’annexe II.

1. Architecture

  • Pansalché-S2, str. 1 (fig. 20, 45, 55) : plate-forme à murs de pierres calcaires, à deux degrés sur la façade principale, et un “trottoir” à la base de la façade arrière ; murs stuqués ; sol de la place stuqué ; dépôt de charbon de bois sous le sol au pied du mur à l’extrémité nord de la façade principale ; céramique Chicán ; Postclassique récent.

  • Xutjá 1-S1, str. 1 (fig. 52,64) : base de l’escalier de la pyramide, fait d’un remblai de terre noire revêtu d’une épaisse couche de mortier blanc ; construction identique pour la str. 3 dont le profil de base a pu être observé dans une fouille clandestine ; Préclassique récent.

  • Xutjá 1-S3, str. 4 (fig. 53, 65) : plate-forme totalement enfouie faisant face à la str. 3 ; de petites dimensions (non entièrement dégagée), à deux degrés, au remblai de terre stuqué comme les str. 1 et 3 ; peut-être décorée d’un motif modelé en stuc (fig. 65c). Préclassique récent.

17On retrouve le mode de construction de Xutjá dans la str. 3 et peut-être aussi la str. 1 de Sulín (gr. 1 ; Classique ancien), dans la str. 1 de Carchá-Calvario (état ancien, Butler Arch. U.M.), aussi à Sakajút (gr. A) mais sans revêtement, et dans des sites de San Jerónimo avec un revêtement d’adobe (Sedat et Sharer 1972, 1973). Sauf ceux de Sulín, tous ces exemples datent du Préclassique (voir aussi Kidder, Jennings et Shook 1946 : 17 ; et Smith 1965 : 83).

2. Activités rituelles

  • Salto Ouest-S1, str. 2 (gr. 3) (fig. 47, 58): en N1 sol d’argile cuite; encastré dans ce sol, un grand bol Chatillas Lissé (B-26-5, fig. 142c), et sur le sol la cache 1, incluant trois outils de pierre et 118 projectiles de sarbacane en terre (voir annexes II et III); épars sur le sol, des fragments de deux bols tripodes incisés (Lima Brun Incisé, fig. 170), quatre fragments d’encensoirs, et des blocs de torchis brûlés; la cache se trouvait sur le torchis. Par comparaison avec le petit caisson trouvé en S2 (voir infra), on suppose que le grand bol servait à brûler de l’encens. Céramique Samac, Postclassique ancien.
    Les niveaux inférieurs au sol ont donné de la céramique Cobán 2, Classique récent ; en N5 a été trouvée une construction de pierres dans la paroi de SI (non fouillée), qui ressemble à la ciste funéraire dégagée en S2 (voir infra). Hors fouille, on a noté que les murs de la plate-forme sont maçonnés et stuqués.

  • Salto Ouest-S2, str. 1 (gr. 1) (fig. 48, 49, 59, 60, 62) : le sol de la construction finale est en partie dallé, en partie d’argile cuite (réfection due à un enterrement). Encastré dans le sol se trouvait un petit caisson (47 X 47 cm) de pierres plates qui a servi à brûler de l’encens : en association, fragments d’encensoirs, lames d’obsidienne dont une à coche, et charbon. Plantés dans le sol verticalement (à l’origine), quatre monuments de schiste longs et étroits faisaient face au caisson (n° 2: 1,30 X 0,35 m; n° 3: 1,05 X 0,25 m; n° 4: 2,25 X 0,35 m; le quatrième, n° 5, est brisé; deux portent une figuration grossière de visage, gravée dans la partie large (n° 2 et 3).
    Ces monuments servaient à marquer l’emplacement des sépultures 1 et 2 fouillées sous le sol: sépultures simples (voir annexe II) avec en association un fragment de jade (F-66-01) et peut-être une jarre miniature (B-60-3) pour la sép. 1 ; un vase cylindrique Chucho Gris Incisé (B-69-4, fig. 163a), un bol Olola Orange brisé, un grand éclat laminaire d’obsidienne (fig. 120b) et une lame entière pour la sép. 2.

18Sous la sép. 2 on a dégagé sans la fouiller une construction de pierres qui est apparemment une ciste funéraire. Des trois enterrements seule la sép. 1 date de la construction de la structure finale. Les deux autres sont postérieurs puisque placés dans des fosses intrusives.

19Aux niveaux inférieurs, sous un deuxième sol dallé se trouvait une ciste étroite à toit en fausse voûte, faite de grandes dalles, remplie de terre (fouille non achevée). La cache 2, de deux bols Olola Orange (fig. 152ac), était près de l’entrée de la ciste. La fouille a été interrompue au niveau supérieur de la construction ancienne (-1,60 m ; la str. 1 à 2,50 m de hauteur maximale).

20Céramique Cobán 2, Classique récent ; 5,8 % de fragments d’encensoirs, ce qui est une proportion très élevée.

21La ciste inférieure est assez semblable aux couloirs d’entrée aux tombes des “monticules funéraires” de sites de la vallée moyenne du Río Motagua (Ruz Lhuillier 1968 : 128). La str. 1 de Salto Ouest était probablement réservée au culte funéraire (voir comparaisons concernant la str. 3 de Sulín, ce chapitre).

Résumé des résultats

22L’opération II a permis de dater 14 sites au moyen de 38 sondages, essentiellement des centres de types C, D et E. S’y ajoutent 21 sites, dont 10 datés lors de recherches antérieures, et 11 datés d’après la céramique de surface ou d’après certains de leurs traits morphologiques. Les sites occupés au Préclassique-Protoclassique sont en définitive plus nombreux que les sites datés du Classique ancien (tabl. 16). Mais c’est le réseau régional classique récent et postclassique ancien qui apparaît le mieux connu (fig. 8, 9). Celui du Postclassique récent est par contre à peine ébauché, seuls les plus grands centres étant connus ou presque (tabl. 16 ; fig. 10).

23D’autre part, l’opération a fourni d’assez grandes quantités de céramique (28 712 tessons), et d’obsidienne qui est largement distribuée dans tous les sites (environ 2 000 fragments), ainsi que quelques objets divers (tableaux de l’annexe III). La définition des complexes céramiques et la séquence chronologique reposent en majeure partie sur la céramique provenant de concentrations de tessons et de niveaux stratifiés fouillés dans les sondages.

24A l’exception du sondage fait dans la str. 1 de Salto Ouest (gr. 1) où un ensemble d’éléments témoignant de rituels funéraires a été fouillé très partiellement, l’opération II n’a pas produit beaucoup de données culturelles qualitatives concernant l’architecture et les fonctions spécifiques des structures fouillées. Tous les sondages n’ont pas pu être placés sur les monticules mêmes, et quoiqu’il en soit, ce type de fouille n’est pas favorable au dégagement d’éléments complexes. A ces titres, les tranchées faites à Sulín et à Chicán ont été beaucoup plus intéressantes.

II. Les fouilles de la structure 3 de Sulín (Opération III)

25Les tranchées effectuées à Sulín avaient pour but de déterminer la fonction d’un type de structure présent dans la majorité des centres de la zone, la structure pyramidale. Dans ce site, les conditions locales se prêtaient à des fouilles de longue durée, un sondage effectué dès 1974 indiquait que l’occupation du site fut longue (S1, str. 7 du gr. 1), et enfin le volume modeste de la structure pyramidale du centre (str. 3) permettait d’en fouiller une grande partie.

26Sulín est un site de type D, situé dans un vallon près de Purulhá (secteur sud). Il comporte environ 35 structures visibles dont 4 forment la plaza centrale, les autres étant réparties en plusieurs groupes résidentiels espacés sur une superficie de 6 ha environ (fig. 27, 72). La str. 3 (gr. 1) est située sur le côté ouest de la plaza. Le monticule n’a pas la forme exacte d’une pyramide mais c’est le plus haut de ceux de la plaza (13 X 10 X 2 m ; fig. 66, 73) ; son orientation est de 5-7° NNE. La surface sommitale étant très réduite, un décapage à l’horizontale du sol de la construction n’était pas réalisable. On a donc fait une fouille stratigraphique à la verticale, en deux tranchées (T2, T3) placées sur la moitié sud du monticule, la partie nord paraissant détériorée par une fouille clandestine (fig. 74).

Stratification de la structure 3

27La tranchée transversale T2 a pour dimensions 12 × 2 m, et la tranchée longitudinale T3, 6,50 X 2 m. Leurs subdivisions en sections horizontales et en niveaux à la verticale sont figurées sur les croquis (fig. 66, 68, 71). Le niveau datum général pour le contrôle à la verticale a été établi à 20 cm au-dessus du sommet du monticule.

28La fouille a dégagé quatre constructions superposées, nommées 3-1, 3-2, 3-3, 3-4 ; puis, sous le niveau de la plus ancienne (3-4), on a fouillé des fosses, ainsi que les vestiges d’une hypothétique construction plus ancienne encore, vestiges nommés Etat 5. Le sol stérile (naturel) a été atteint et sondé dans la plupart des sections de T2 et T3.

29Les couches stratigraphiques identifiées sur les croquis (fig. 67, 70a) par des lettres majuscules, peuvent être décrites et interprétées de la façon suivante :

A

Terre végétale brune.

B

Terre brun-gris. Remblai de la constr. 3-1.

C

Terre brun-gris à petites traces blanches. Remblai de la constr. 3-2.

D

Terre brun foncé à traces blanches rares. Remblai de la constr. 3-3.

E

Terre grise à traces jaunes et cailloutis. Fosse de la sép. 6.

F

Argile blanchâtre. Revêtement de la constr. 3-4.

G

Terre grise à petites traces blanches. Remblai de la constr. 3-4.

H

Terre brun foncé sans traces. Remblai (de la constr.?) Etat 5.

I

Terre gris foncé à petites traces blanches. Remblai Etat 5 (?).

J

Terre grise à grosses concrétions sableuses. Remplissage des fosses datant de l’Etat 5.

K

Sable jaune stérile. Naturel.

L

Argile blanche stérile. Naturelle.

Description des constructions 3-1 à 3-4 et de l’Etat 5 (Sulín)

1. Construction 3-1 (fig. 67, 69, 70)

30Il s’agit d’une plate-forme dont les cordons de pierres doubles trouvés aux extrémités des tranchées (murs 1) seraient soit des soutènements, soit les marches d’escaliers : murs de 2 à 3 assises conservées, de pierres calcaires irrégulières, bien ajustées seulement dans le mur est (fig. 75). La plate-forme avait pour dimensions 10-11 X 7,40 m et était orientée à 5-7° NNE. Le remblai est constitué du noyau que forment les constructions antérieures, masquées par la couche B. De la superstructure, il ne reste que des pierres éparses sur le sol 1 de la plate-forme. Le sol 2, d’argile blanche, trouvé en T2-5 sous le mur ouest, est peut-être un vestige de sol extérieur ; si tel est le cas, la dénivellation entre les sols 1 et 2 correspond à la hauteur de la plate-forme, soit 1,15 m.

31Le sol 1 était de terre battue (ou a été détruit) ; il est marqué par un ensemble d’objets trouvés au même niveau (T2-3 ; fig. 77) :

  • obsidienne : 6 lames entières, 9 lames fragmentaires, 6 éclats et 3 fragments de grand éclats laminaires (fig. 120ad)

  • serpentine : 1 fragment de hache H-254-15

  • lithique : 1 fragment de camahuil (figurine anthropomorphe ; 2 cm de côté)

  • quartz : 2 fragments H-260-30

  • jade (?) : 1 fragment F-254-18

  • céramique : 1 grand fragment d’encensoir modelé figurant un jaguar (encensoir n° 12, fig. 205) ; 12 autres fragments d’encensoirs et des tessons.

32En raison de la présence de lames d’obsidienne, de fragments de matériaux précieux et d’encensoirs, l’ensemble témoigne d’activités rituelles.

33De plus, un grand assemblage de pierres et de dalles formant une enceinte rectangulaire est stratigraphiquement associé aux objets du sol 1 (fig. 76 ; 2,60 X 0,90 m). Il se trouve sur le flanc ouest, le long du petit axe du monticule. Le côté sud est fait de 5 dalles plantées de champ, contre l’une desquelles on a trouvé un bol incomplet Rouge sur Naturel Incisé (type Potentiel, B-254-14, fig. 175). De l’intérieur proviennent les fragments d’un bol tripode incomplet Eneldo Rouge sur Crème (B-258-15 ; fig. 156), un encensoir brisé contenant du charbon, du type Barbasco Encensoir (B- 258-13 ; fig. 185b), et enfin les deux récipients miniatures de la cache 3 (B-254-11, Spéciaux n° 28) qui contenaient au total 17 perles de jade et 3 perles de céramique. La cache 3 est au niveau du sol 1. L’encensoir Barbasco et la cache sont sur le grand axe de l’enceinte. La cache se trouve à l’intersection des axes du monticule.

34L’enceinte de pierres et de dalles, dont la fonction spécifique est inconnue, l’encensoir, la cache de jade et les deux poteries décorées confirment le fait que la constr. 3-1 avait une fonction cérémonielle. Qu’il s’agisse plus précisément d’une structure réservée au culte des morts est assez probable car trois sépultures, et une deuxième cache, sont stratigraphiquement associées à la constr. 3-1 :

  • Sépulture 4 (fig. 67b, 69a) : assemblage grossièrement rectangulaire de pierres contenant quelques ossements, situé dans le remblai B, sans fosse visible, encadré par le mur 1 ouest et l’enceinte de pierres et dalles ; il n’est que partiellement inclus en T2. Associations : une perle de jade F-263- 19, une lame d’obsidienne et près de 200 tessons. Cette sépulture a été profanée.

  • Sépulture 8 (fig. 69cd, 82a) : trouvée au fond d’une fosse (fosse e), qui est bouchée par un tas de pierres interrompant un mur antérieur à la constr. 3-1 (mur 2 ouest) ; la fosse est dans la plate-forme, du côté ouest. Elle est profonde de 1,30 m et affleure au fond l’argile blanche naturelle. La sépulture, qui est secondaire, se trouve à 35 cm au-dessus du fond, près d’un lit de galets (0,70 X 0,40 m) qui est en fait le vestige d’une sépulture datant de l’Etat 5 (voir sép. 9 et 10, infra). Associations : en plus du lit de galets, un vase piriforme Potentiel Trichrome Incisé (B-318-18 ; fig. 176), et sur l’argile naturelle, une jarre à décor anthropomorphe appliqué Matapalo Poreux (B-318-17, fig. 169a) pleine de charbon.

  • Sépulture 7 (fig. 706, 79) : située dans la plate-forme du côté sud, au fond d’une fosse qui s’enfonce dans le revêtement blanc (F) de la constr. 3-4 jusqu’à sa base. C’est aussi une sépulture secondaire. Associations : 4 perles de quartz remarquablement bien taillées et polies (H-296-17 à 20 ; fig. 1116), et 19 perles de jade, toutes mêlées aux ossements, un bol tripode à supports zoomorphes Potentiel Rouge sur Orange Incisé (B-296-20 ; fig. 173), et une jarre Matapalo Poreux (B-296-19) pleine de charbon. La sép. 7 est donc tout à fait analogue à la sép. 8. Le bol B-296-20 est contemporain du vase piriforme B-318-18 (transition Classique récent-Postclassique ancien).

  • Cache 4 : située à l’extérieur de la plate-forme du côté ouest, au même niveau que la base du mur 1 ouest. Il s’agit d’un encensoir brisé du type Barbasco (B-294-12 ; fig. 185a), entouré de fragments non travaillés de muscovite, quartz, mica, obsidienne, et du charbon. Il est bordé par un muret de quatre assises (orienté à 28° NNE) lui-même surmonté d’une pierre sphérique de 25 cm de diamètre. On note ici l’association de quatre matériaux rares et d’une pierre sphérique ; ce dernier type d’objet (?) est aussi présent dans la cache 1 de Salto (S1) et près de la sép. 3 de Pasmolón (SI).

35La céramique recueillie dans les niveaux 1 à 3 de dégagement de la constr. 3-1 et dans les fosses des sép. 7 et 8 est relativement abondante, surtout aux extrémités des tranchées (80 à 500 tessons par mètre carré). Plusieurs des lots ont été sériés, et se placent à la hauteur de la transition Cobán-Samac (voir tabl. 8, chap. 5), ce qui les date de la fin du Classique récent ou du début du Postclassique ancien. Cette datation est confirmée par les poteries B-296-20 et B-318-18. Les niveaux 1 à 3 ont donné 30 fragments d’encensoirs, un total relativement élevé ; près de la moitié provient du sol 1 (T2- 3, N1 N2).

36Ont aussi été trouvés quelques objets divers : 2 fragments de molettes (e-246-7, e-251-8), deux objets de parure de muscovite (F-265-20, F-267-22), une lame à coche et une pointe de flèche d’obsidienne. Ce dernier objet tend à confirmer la datation assez tardive de la constr. 3-1 car les pointes de flèche d’obsidienne sont très rares en contextes classiques.

2. Constructions 3-2, 3-3 et 3-4 (Sulín)

37La découverte des murs 2 et 3 (fig. 67, 69, 70) sous les murs 1 prouve l’existence de deux phases de construction antérieures à la constr. 3-1. Mais que l’on soit en présence de deux nouvelles plates-formes distinctes l’une de l’autre est moins clair. Cependant la céramique, et le fait que la sép. 6 associée à la phase 3-3 ait été profanée, suggèrent qu’il y a eu un hiatus temporel entre les phases 3-2 et 3- 3 ; ceci renforce l’hypothèse de deux constructions 3-2 et 3-3 distinctes.

38De la constr. 3-2 il reste des murs doubles de deux à trois assisses (murs 2) situés tout près du mur 1 du côté ouest, et sous le mur 1 du côté est du monticule, de même orientation et d’un appareil grossier. La plate-forme avait 6,60 m de largeur et au moins 1,50 m de hauteur (au-dessus de la base des murs). Le remblai intérieur est la couche C qui couvre les constructions antérieures.

39De la constr. 3-3 témoignent deux cordons (murs 3) d’une à deux assises de pierres plates assez espacées, situés sous les murs 2, toujours suivant la même orientation. Le sol d’argile blanche extérieur à la plate-forme est conservé (sol 3 ; profondeur sous datum -2,20 m à l’est et à l’ouest en T2). La construction avait 7,40 m de largeur et au moins 1,60 m de hauteur. La couche D qui couvre la constr. 3-4 antérieure en est le remblai interne.

40La sépulture 6 (fig. 67, 69b, 80) est associée à cette constr. 3-3 car la ciste qui l’entoure est postérieure à la plate-forme 3-4, et le déplacement des dalles qui la couvraient est antérieur à la constr. 3-2. La sép. 6 a en effet été profanée. Elle est située dans la plate-forme du côté ouest. La ciste est faite de cordons de pierres grossiers (dimensions minimales en T2 : 1,60 X 0,80 X 0,50 m) et d’une couverture de 5 dalles trouvées basculées sur le côté, sous lesquelles étaient concentrés quelques fragments osseux et 32 dents humaines. Associations : un fragment d’encensoir, un fragment de hache et des tessons. La fosse d’enterrement est visible, ainsi que celle de la réouverture (remblai E, deux faciès supérieur et inférieur ont été distingués en fouille). La fosse d’enterrement a pénétré une autre fosse plus ancienne (fosse f).

41La constr. 3-4 était la mieux conservée de toutes (fig. 67, 70, 78). Il s’agit d’une plate-forme au remblai de terre (G) revêtu d’une couche d’argile blanche compacte (F), d’une épaisseur de 20 à 70 cm, qui conserve les traces d’un revêtement additionnel de stuc à la base, en continuité avec le sol extérieur stuqué (sol 4). Cette argile est de même nature que celle de la couche naturelle stérile (L) ; elle durcit nettement au soleil. Les dimensions de la plate-forme, qui était de forme parallélépipédique à l’origine, seraient de 6 X 4 m, pour une hauteur minimum de 1,70 m (orientation : 5-7° NNE). L’escalier d’accès était situé du côté nord (non fouillé), ou bien a complètement disparu ; ou bien on utilisait des escaliers de bois.

42La sépulture 5 a été trouvée dans le revêtement d’argile blanche, sans trace de fosse de placement (fig. 67b, 69a). Il s’agit probablement d’un dépôt votif réalisé lors de la construction. Il comporte quelques ossements posés sur des galets ovoïdes rouges (peints ?).

43La céramique provenant des niveaux 4, 5 et 6 n’est pas très abondante (60-100 tessons par section), sauf au pied intérieur des murs ouest en T2. Pour la plupart les lots correspondent au remblai de la constr. 3-4 ; mais celui-là n’a pu être vraiment isolé qu’en T3-3 (fig. 71). Les meilleurs de ces lots ont été sériés à la hauteur d’unités Cobán 1 (Classique ancien), tandis que les lots provenant de déblais extérieurs des constr. 3-1 et 3-2 se placent à la hauteur de la transition Cobán 2 – Samac. Les lots correspondant à la sép. 6 (constr. 3-3) se placent en sériation avec les lots du remblai 3-4. Les différences exprimées par la céramique entre les lots des constr. 3-1 et 3-2 d’une part, et les lots des constr. 3-3 et 3-4 d’autre part, provoquant leur écartement en sériation (de Cobán 1 à Cobán 2 – Samac), suggèrent l’hypothèse d’un hiatus dans l’occupation entre les phases de construction 3-3 et 3- 2. C’est peut-être pendant cette période d’“abandon” que la sép. 6 a été profanée.

44L’inclusion de galets dans la sép. 5 (phase 3-4) tend à confirmer la datation classique ancienne de la constr. 3-4 (voir à l’annexe II).

45Les objets divers trouvés dans les niveaux 4, 5 et 6 sont: 8 fragments d’encensoirs, un fragment de meule (E-303-4), 3 fragments de molettes (e-278-9 ; e-289-10 ; e-301-11) et un grand éclat laminaire d’obsidienne; enfin dans des couches associées à la constr. 3-1, un fragment de plaque perforée de serpentine (H-301-21), une perle de jadéite (F-266-21) et un fragment de disque de jadéite (F-288- 23).

3. L’État 5 (Sulín, str. 3)

46En T2, le remblai G de la constr. 3-4 couvre deux strates de remblai distinctes (H et I), directement étendues sur le sable naturel K (fig. 67). En coupe les contours des strates H et I apparaissent très nets, et sur la paroi sud (fig. 67a) la strate H présente un tracé en L inversé qui suggère qu’elle formait là un bloc surélevé. Dans ce bloc est incluse une fosse de terre très noire s’enfonçant dans le sable naturel K (fig. 67a, 69b) ; c’est du moins la seule interprétation à donner de la trace noire très nette qui traverse T2. Il semble donc que les remblais H et I soient les vestiges d’une construction de terre (incluant la fosse noire) qui aurait été presque entièrement “coupée” et rasée pour la phase de construction 3-4. C’est cette construction hypothétique et les fosses associées que l’on nomme l’Etat 5.

47La fosse g se trouve sous la constr. 3-4 et le remblai H (fig. 67, 69c). Profonde de 1 m, large de 1,60 m en T2, elle contient la cache 5, incluse dans le remblai à grosses concrétions sableuses (J). Cette fosse a dû à l’origine être creusée pour un enterrement car on y trouve deux cordons de pierres parallèles distants de 1,40 m qui auraient pu former la base d’une ciste grossière. Mais la seule association – en T2 – consiste en la cache 5, de deux bols Chichicaste Brun-Noir (B-325-21, B-325- 22 ; fig. 148ac) posés sur l’argile naturelle, sous le niveau des cordons et entre eux (fig. 81). Ces bols sont stratigraphiquement les éléments les plus anciens de la str. 3 ; tous deux sont à assigner au Classique ancien.

48Les fosses c, d, f, (T2-ouest, fig. 67b) et m, n, p (T3, fig. 70a) contiennent toutes un remblai de même nature que celui de la fosse g (remblai J), ce pourquoi on les associe à l’Etat 5 ; seule la fosse m est située sous les remblais H et I (Etat 5). Elles affleurent la couche L d’argile blanche naturelle et ont été creusées dans le sable naturel K, les fosses c et f pénétrant la couche L (fig. 83). Aucune n’a été fouillée intégralement hors des limites de T2 et T3 ; toutes contiennent probablement des dépôts spéciaux car l’une d’entre elles inclut deux sépultures, et la fosse g décrite ci-dessus comprend la cache 5. La fosse d dans laquelle ont été dégagées les sép. 9 et 10 (fig. 69c, 82b) se trouve du côté ouest sous le monticule ; elle a été recoupée par la fosse e de la sép. 8 qui, elle, date de la constr. 3-1 postérieure (voir supra). La fosse d ancienne contenait à l’origine au moins trois lits de galets, situés près du fond, dont un a été réutilisé postérieurement en association avec la sép. 8 tardive. Des deux autres, un seul supporte une sépulture secondaire, sép. 9, avec une lame d’obsidienne brisée et du charbon. La sép. 10, secondaire aussi, est située à 40 cm et à l’ouest du troisième lit de galets. On a trouvé au fond de la fosse un fragment de hache de serpentine noire (H-334-22).

49Enfin les fosses a, b (fig. 67b, 69c ; en T2-6) et les fosses h et k (fig. 67a, 69c ; en T2-1) ne sont pas contemporaines de l’Etat 5 mais plutôt postérieures. Les fosses a et b sont stratigraphiquement à associer à la phase 3-2. La fosse a contenait deux fragments de crâne et d’os long situés dans la paroi nord de T2. La fosse b a donné quelques fragments osseux trouvés à 0,80 m au-dessus du fond, et 6 fragments d’encensoirs dipersés. Quant aux fosses h et k, elles sont scellées par le sol 3 de la constr. 3-3 et datent donc de la phase 3-3, 3-4, ou même 3-5.

50La céramique provenant des niveaux 7 à 11 (voir fig. 68, 71) est peu abondante. Seul N7 (T2 nord, couche H, Etat 5) totalise plus de 100 tessons : il a été sérié en Cobán 1 sous les lots correspondant au remblai de la construction 3-4 (tabl. 8 au chap. suivant) ; il date l’Etat 5 du Classique ancien. Cette datation est confirmée par la sériation des lots groupés de la fosse g (élément stratigraphiquement le plus ancien de la str. 3), par les deux bols Chichicaste Brun-Noir (cache 5), enfin par la présence de galets dans les dépôts spéciaux associés à l’Etat 5 (sép. 9 et 10, fosse d ; voir annexe II).

51Les fragments d’encensoirs sont peu nombreux : 11 dont 6 proviennent de la fosse b tardive (3-2). Un fragment de meule (E-299-3) était posé sur le sol stérile sous le remblai H (Etat 5) en T2 ; il pourrait s’agir d’un dépôt spécial puisque la cache 6 trouvée au pied de la str. 2 (spécialisée et non pas domestique) du groupe 2 de Sulín contient une meule intacte (E-351-7) posée dans une fosse petite (Sulín-S7).

Historique de la structure 3 et interprétations (Sulín)

52A l’origine, plusieurs fosses – au moins sept – ont été creusées dans le sol naturel, dont une contient la cache 5 et deux cordons de pierres, et une autre deux sépultures secondaires (sép. 9 et 10) associées à des lits de galets ; les autres fosses ne sont pas entièrement incluses dans les tranchées ; il est probable qu’elles ont toutes été faites pour le placement de dépôts spéciaux. Une construction de terre dont il ne reste que deux strates de remblai a peut-être été édifiée à l’emplacement de plusieurs des fosses (Etat 5). Après destruction presque totale de cet édifice hypothétique, la plate-forme 3-4 revêtue d’argile blanche stuquée, dénuée de murs, a été construite au même endroit (hauteur minimale : 1,70 m) ; un dépôt votif d’ossements et de galets est alors inclus dans le revêtement (sép. 5) ; au moins deux fosses ont peut-être été creusées devant l’édifice (côté est), à moins qu’elles ne soient postérieures. La première plate-forme comportant des murs de pierres (3-3) a été construite sur l’édifice au revêtement d’argile, qui n’était pas très endommagé (1,60 m de hauteur minimale) ; dans son remblai intérieur (constr. 3-3) une sépulture en ciste grossière (sép. 6) a été placée après la construction. Par la suite, s’est produit probablement un hiatus dans l’occupation de la structure ; la sépulture a été réouverte et profanée. Ces trois premières phases (Etat 5, 3-4 et 3-3) datent du Classique ancien.

53Deux nouvelles plates-formes successives et superposées (3-2 puis 3-1) ont été construites sur le noyau formé par les édifices antérieurs (1,15 à 1,50 m de hauteur environ). Deux fosses creusées à l’extérieur du côté ouest datent de la phase 3-2. A l’intérieur de la plate-forme 3-1, ont été placées une sépulture en ciste (sép. 4), profanée postérieurement, et deux sépultures secondaires en fosses avec des offrandes de poteries, et pour l’une d’entre elles, de perles de jade et de quartz (sép. 7 et 8). Sur la plate-forme 3-1 se trouvait une enceinte rectangulaire de pierres et de dalles, entourant une cache d’objets de jade (cache 3), un encensoir et deux poteries décorées (ces dernières non trouvées in situ) ; à côté, sur le sol de la plate-forme, divers objets d’obsidienne, de serpentine, de quartz, de jade (?) et des fragments d’encensoirs trouvés épars témoignent d’activités rituelles. La superstructure a complètement disparu. Enfin, à l’extérieur du côté ouest se trouvait une cache (n° 4) bordée d’un muret, consistant en un encensoir et en fragments de matériaux précieux (quartz, mica, jade, obsidienne). Les phases 3-2 et 3-1 sont datées de la transition Classique récent-Postclassique ancien.

54Il est clair que toutes ces plates-formes superposées n’avaient pas une fonction domestique mais des fonctions cérémonielles. Les seuls outils domestiques trouvés en T2 et T3 sont sept fragments de meules et molettes, et deux fragments de haches, sans doute apportés dans les remblais. Par contre, sept sépultures et trois caches, dans les seules limites des tranchées, sont associées à quatre des cinq phases de construction ; la fréquence des encensoirs et des objets ou fragments de matériaux de valeur est relativement élevée :

  • 50 fragments d’encensoirs (1,6 % des tessons classés)

  • 10 objets ou fragments de quartz

  • 1 fragment de mica

  • 43 objets ou fragments de jade.

55Des outils d’obsidienne que l’on trouve rarement en fouilles sont aussi présents : 11 lames entières et 4 grands éclats laminaires ; ces types d’objets apparaissent souvent en contexte rituel (voir annexe III, obsidienne).

56Le culte auquel était consacrée la plate-forme la plus récente, et peut-être les édifices antérieurs, était sans doute directement ou indirectement funéraire: les dépôts spéciaux sont concentrés du côté ouest de la structure, elle-même placée du côté ouest de la plaza de Sulín; or c’est à l’ouest que le soleil couchant devient la divinité souterraine; le grand fragment d’encensoir (n° 12, fig. 205) trouvé sur le sol 1 représente le jaguar, divinité associée au monde souterrain et à la nuit (Thompson 1970 : 240, 293: Coe 1973).

57Cependant la str. 3 ne contient (en T2-T3) que sept sépultures, dont seulement deux primaires (sép. 4 et 6, probablement) : il ne s’agit donc pas vraiment d’un “cimetière”. En comparaison, les deux structures de Chajcar fouillées par Dieseldorff en Alta Verapaz occidentale contenaient plus de 12 sépultures (environ 19 individus ; Schellhas 1895). Les monticules A et B de Chamá renfermaient aussi de nombreuses sépultures primaires (Butler 1940b). Et la str. 1 du groupe C résidentiel de Los Encuentros, près du Río Chixoy, était creusée “de fosses irrégulières dont chacune contient un ou plusieurs squelettes plus ou moins complets” (au moins 17 individus ; Ichon 1978 : 6). Enfin la str. 1 d’une des plazas de Salto Ouest (gr. 1) contient certainement plus de sépultures que nous n’avons pu en fouiller dans le sondage S2 (voir ce chap. p. 58). Toutes ces structures, y compris la str. 3 plus modeste de Sulín, étaient certainement dédiées au culte funéraire, mais les pratiques funéraires et le nombre d’individus qui y étaient effectivement enterrés, variaient de l’une à l’autre selon le temps d’occupation du site, et aussi sans doute selon des coutumes locales. On notera que les “structures funéraires” de Sulín, de Salto Ouest et de Los Encuentros sont situées du côté ouest de la plaza ou du groupe.

58Cinq exemples de structures funéraires sont donc connus en Alta Verapaz occidentale, celui de Los Encuentros compris (Baja Verapaz). Ce type d’édifice est cependant mieux connu dans la vallée moyenne du Río Motagua (voir Smith et Kidder 1943). Ruz Lhuillier a constaté que les monticules à enterrements successifs comme ceux de Motagua sont assez rares dans l’aire maya (1968 : 153, 190). Il est possible qu’on soit en présence d’une tradition culturelle qui intéresse la vallée moyenne du Río Motagua, celle du Río Chixoy (de Los Encuentros à Chamá) et l’Alta Verapaz.

59L’occupation longue de la str. 3 de Sulín devrait d’autre part permettre de dégager une séquence culturelle locale divisée en deux phases principales :

  • l’Etat 5 et la constr. 3-4 témoignent pour le Classique ancien d’une architecture sans appareil de pierres, qui rappelle les constructions de terre stuquées du Préclassique (voir Xutjá 1-S1-S3, ce chap. p. 58), et de la pratique des dépôts spéciaux avec galets ;

  • les constr. 3-3, 3-2 et 3-1 témoignent d’un mode de construction avec murs de pierres et de la pratique des sépultures en cistes et des dépôts spéciaux (sans galets) avec offrandes de poteries et de jade.

60Cependant cette deuxième phase culturelle s’étend du Classique ancien (constr. 3-3) au début du Postclassique ancien (constr. 3-1), et est peut-être interrompue par un hiatus dans l’occupation (entre les constr. 3-3 et 3-2). De plus, les indices d’une forte continuité culturelle ne doivent pas être négligés : orientation toujours respectée des édifices superposés, placement privilégié des dépôts spéciaux à l’ouest, sépultures secondaires en fosses et caches avec construction de pierres tant à l’Etat 5 que lors de la phase de construction 3-1.

61Une dernière remarque, avant d’en finir avec les fouilles de la str. 3 de Sulín, concerne la valeur des lots céramiques de T2 et T3 pour la séquence chronologique. La stratification de la str. 3 est très complexe et la fouille a comporté quelques erreurs stratigraphiques : un certain nombre de lots céramiques risquent donc d’être “mélangés”. D’autre part, sur les 3 090 tessons classés (Sulín T2-T3 : 5 500 tessons étudiés), on a isolé 47 tessons du Préclassique ancien-moyen (Anona Rouge Spéculaire et Bacche Simple). La plupart (30) provient des niveaux les plus profonds, indiquant un apport de remblais en provenance de zones du site occupées très anciennement (voir ce chap., Sulín-S6 p. 56). Enfin, la présence de Chipilin Rouge, complexe Cobán 1 classique ancien, jusque dans les niveaux supérieurs Cobán 2 – Samac suggère là encore l’apport de remblais anciens, à moins que Chipilin Rouge soit resté localement “populaire” jusqu’à la fin du Classique (de plus, Chipilin est, à Sulín, difficile à distinguer dans certains cas de Mostaza Rouge sur Naturel, type aussi populaire en Cobán 1 qu’en Cobán 2).

62Les 16 lots sélectionnés pour la sériation (sur 61 lots classés ; 86 lots au total) sont :

  • des lots de déblais des constr. 3-1 et 3-2 (sol 1 ; extrémités de T2)

  • des lots de remblais de l’Etat 5 et de la constr. 3-4

  • des lots provenant de fosses scellées (Etat 5, constr. 3-3, 3-2, 3-1).

63Les poteries trouvées entières, ou reconstituées, confirment les placements chronologiques obtenus par la sériation de ces lots.

64Des sondages effectués à Sulín (S1, S4, S5, S7, voir tabl. 5), aucun n’a donné une stratigraphie susceptible de confirmer la séquence de la str. 3, en raison de perturbations (mais pour S6, voir ce chap. p. 56).

III. Les fouilles des structures 3 et 4 de Chicán (Opération III)

65Chicán (Chinchilla) a été daté du Postclassique récent en raison de son architecture visible hors fouille (A.L. Smith 1955). Dans le cadre de la présenté recherche, il était important d’obtenir des données précises sur ce site parce que c’est le plus grand des centres postclassiques récents dans la zone, et que six sites seulement ont été datés de cette période (dans la zone), alors que les données ethnohistoriques sont nombreuses ; en particulier le Título Cagcoh mentionne à plusieurs reprises les gens de la vallée de Tactic, où se trouve précisément Chicán (voir chap. 2, p. 35).

66D’autre part, R.E. Smith a trouvé des tessons préclassiques dans le groupe A (1949 : 231) ; la recherche d’une occupation ancienne constituait donc le deuxième objectif des fouilles. En fait les quelques sondages pratiqués dans les tranchées des structures 3 et 4, et les sept sondages faits en dehors des structures dans les groupes A et B (opération II) n’ont donné que quelques tessons préclassiques ou protoclassiques, et une seule concentration peu importante de tessons de cette époque, probablement in situ (T7, str. 4, voir infra). Les structures datent entièrement du Postclassique récent.

67Les tranchées ont été placées sur des plates-formes rectangulaires longues du groupe A (fig. 38, 39). Ce groupe est la plaza principale du centre (fig. 38) ; la plate-forme longue est un type de structure caractéristique des centres du Postclassique récent. L’architecture des str. 3 et 4 paraissait à première vue mieux conservée que celle des autres structures de la plaza.

68Sur ces structures, nous avons privilégié les fouilles de dégagement à l’horizontale, de façon à étudier l’architecture et les vestiges d’activités sur les sols. Mais des sondages ont été effectués dans les tranchées mêmes afin de préciser les séquences architecturales, qui se sont en définitive révélées au moins aussi complexes, mais plus courtes, qu’à Sulín.

La structure 3 (groupe A) (fig. 84, 85, 89)

69La str. 3 est une plate-forme longue de 42 m et large de 12 m, orientée à 3-5° NNE, haute de 2 à 2,20 m au-dessus du niveau de la place, qu’elle borde sur le côté est. Aucun vestige n’était visible sur la plate-forme mais des éléments maçonnés du profil apparaissaient au milieu du flanc ouest, côté place, là où Smith avait vu en coupe la trace d’un sol “stuqué” (1955 : 63). C’est donc à partir de ce secteur qu’a été placée la tranchée transversale T4 (fig. 90). T4 atteignait le rebord du flanc est, qui se trouve en continuité avec l’abrupt limitant la terrasse du groupe A ; sur ce flanc est, des vestiges de soutènements en gradins sont visibles, que nous n’avons pas fouillés.

70T4 ayant permis de dégager les éléments du flanc ouest sur 2 m de largeur, ces éléments ont été suivis longitudinalement vers le nord et le sud, en T6, tranchée qui s’étendait sur la moitié nord de la structure (la moitié sud se trouve sur un terrain dont le propriétaire n’est pas accomodant). D’autre part, T5 est une petite tranchée transversale creusée dans la plate-forme parallèlement à T4, de façon à comparer la stratification intérieure avec celle mise au jour dans le sondage T4 (67) effectué sur la plate-forme.

71Trois constructions superposées ont été discernées ; pour chacune des deux plus anciennes, l’élément architectural le plus important est un escalier à “rampes” couvrant le flanc ouest (fig. 95). On décrira maintenant les trois constructions, en commençant par la plus récente.

1. Construction 3-1 (Chicán, gr. A ; fig. 84)

72Cette construction est en fait une réutilisation partielle de l’édifice antérieur, probablement après un temps d’abandon de ce dernier. Comme le groupe A est régulièrement mis en culture actuellement (les structures comprises), cette construction finale est très mal conservée. Une des rares modifications ou ajouts datant de l’étape 3-1 dont on ait trace, est une banquette à mur en redent (ou niche, T4 8-10, fig. 91) qui devait se trouver contre le mur arrière de la superstructure. Elle a été construite sur une couche d’argile blanche scellant le sol 1 de la construction 3-2 antérieure, soit résultant de décombres, soit compensant la pente de la plate-forme qui “coulait” vers l’est. D’autre part, on a trouvé à la base du flanc ouest, côté place, un sol extérieur de stuc en pente, qui masque la marche inférieure de l’escalier 3-2 antérieur, elle-même couverte de déblais (fig. 85). Le sol de la plate-forme finale n’est pas conservé. Il semble que la plate-forme antérieure ait été réutilisée à peu près en l’état.

2. Construction 3-2

73Il s’agit de l’édifice le plus important en volume, et le mieux connu pour la str. 3. Ses dimensions sont de 41-42 X 11-12 m, pour 1,60 à 2,30 m de hauteur à la suite de rehaussements successifs.

• Stratigraphie intérieure et sols de la plate-forme (T4 et T5, fig. 84, 85, 98, 99)

74Deux sols ont d’abord été dégagés en T4 : le sol 1 d’argile cuite, rouge, épais de 4 cm, mal conservé, puis sous une couche de remblai rouge-orangé, le sol 2 d’argile blanche très compacte et dure, épais de 4 cm (le sol de stuc vu par Smith). En T4 (67), sous le sol 2, le niveau N3 comporte sur 50 cm d’épaisseur une terre orangée de remblai traversée d’au moins quatre lignes horizontales blanches épaisses de 1 à 4 cm, espacées de 10 à 25 cm, alternant avec des strates sombres. En T5 N1, le même remblai existe mais les lignes horizontales sont moins nettes. Il faut admettre que ces lignes sont d’anciens sols de la plate-forme – que nous n’avons pas numérotés –, témoignant donc de rehaussements successifs. Mais l’architecture du flanc ouest ne présente pas de traces visibles de modifications résultant de ces rehaussements, sans doute parce que le dernier état (3-2), qui correspond bien aux sols supérieurs 1 et 2, les a oblitérées.

75Puis en T4 (67), N4 comporte 70 cm d’épaisseur d’un remblai orange à lentilles sombres, et en fin de niveau, un sol blanc mêlé de charbon, le sol 3. N2 de T5 confirme cette stratification, dont l’existence du sol 3 couvert de charbon. Sous ce sol, en T5 N3, le remblai de terre brune (C) comprend encore du charbon juste soul le sol, et enfin couvre le sable naturel stérile.

76Le sol 3, où l’abondance de charbon suggère qu’un incendie a eu lieu, et le remblai C qui le supporte appartiennent à la plate-forme la plus ancienne (constr. 3-3) ; le sol 3 est en effet en contact avec le mur de soutènement de cette plate-forme ancienne (mur 2).

• Architecture de la plate-forme 3-2 (T4 et T6, fig. 84, 85, 92, 93)

  • 3 Argile blanche, mais aussi verte, rouge, brune ou violette, colorée par des oxydes de minéraux.

77Sur le flanc ouest, la structure est trop érodée pour que le contact entre les éléments du flanc et les sols 1 et 2 soit conservé ; mais la reconstitution du profil total (voir les coupes) rend leur association inéluctable. Le mur de soutènement (mur 1) a été construit en retrait sur le mur antérieur (mur 2, constr. 3-3). Il comporte une corniche dans sa partie supérieure. Il conserve 10 à 12 assises (0,70 m de hauteur maximum) de pierres calcaires et de plaques de schiste sélectionnées, jointes par un mortier d’argile blanche très dure3. Contre ce mur, l’escalier (esc. 1) a été édifié sur un blocage de pierres noyées dans une masse de la même argile durcie. La partie inférieure du blocage masque l’escalier antérieur (esc. 2, constr. 3-3). L’escalier 1 conserve trois à quatre marches inférieures ; il en fallait six pour atteindre le niveau du sol 2, et sept pour le sol 1. Au pied de l’escalier, le sol extérieur était grossièrement dallé de pierres plates.

  • 4 Le profil en talud-tablero est à l’origine un élément architectural typique de Teotihuacán, où il d (...)

78L’escalier 1 est divisé en deux sections (4,25 m et 6,75 m) par trois blocs en talus incliné (3,25 à 3,50 m de largeur chacun) dont le mur de parement en talus s’appuie sur un blocage interne identique à celui de l’escalier. Ces blocs sont des “rampes” (au sens de pan incliné) (fig. 96) communément appelées alfardas dans les études portant sur l’architecture postclassique récente. L’une d’elles est conservée en hauteur jusque sous la corniche du mur 1 (fig. 95 gauche), mais ni la hauteur totale ni le profil ne sont connus pour autant. Les alfardas des structures postclassiques ont généralement un profil en talus surmonté d’un panneau vertical, ou talud-tablero4 (A.L. Smith 1955 : fig. 61, 103-105, 117-120 ; Ichon et al. 1980 : 20 ; Fox 1981) ; si tel était le profil des alfardas de la str. 3 de Chicán, seul le talus est conservé. Mais les alfardas de la constr. 3-3 antérieure sont en talus simple (voir infra).

79Le mur de parement des alfardas est fait d’assises irrégulières de pierres plates maçonnées à l’horizontale. La déclivité du mur est de 60°.

80L’escalier se termine en T6 à la hauteur de T5, limité par une alfarda. Sa longueur totale, alfardas comprises, est de 22,30 m pour une façade de près de 42 m. Au delà vers le sud, les murs 1 et 2 de soutènement superposés sont donc visibles, formant une façade verticale qui présente un panneau en retrait (55 cm de haut.) constitué par le décalage entre les deux murs et la corniche du mur 1 (fig. 85 ; voir pour comparaisons A.L. Smith 1955 : fig. 117-120 ; Ichon et al. 1980 : fig. 20 ; Fox 1981 : fig. 3E). A la base, la façade est bordée d’un “trottoir”, haut de 20 cm et large de 80-85 cm ; c’est apparemment un vestige de l’escalier 2 antérieur, ici démonté.

81Cette interruption de l’escalier au milieu de la façade, que confirme au sud de T6 le profil raide du flanc ouest du monticule, est tout à fait anormale sur une Structure longue postclassique récente. En T5 et T6 il n’y a pas de trace d’un allongement ou raccordement de la plate-forme à une autre plate-forme sud. La seule explication est que l’escalier de la constr. 3-2 n’a jamais été terminé.

82Le flanc est de la plate-forme a été à peine fouillé en T4 (section 11-12, fig. 84) : le mur 1-est forme un soutènement peut-être double, de trois à quatre assises conservées.

• La superstructure 3-2 (Chicán, gr. A)

83On n’a trouvé que des amas d’argile blanche compacte noyant des pierres nombreuses, en superficie, en T4 sections 3-5 et 10-11. Il s’agit des ruines des murs porteurs (réutilisés au moins en partie lors de l’étape finale 3-1), situés aux bords mêmes de la plate-forme. L’édifice aurait donc eu 6 à 7 m de largeur (comme la str. 5 de Pachalúm, dont la situation et l’aspect sont identiques à ceux de la str. 3 de Chicán, A.L. Smith 1955 : fig. 127b). Etant longue de près de 40 m d’après les dimensions du monticule, elle aurait été dotée de sept à neuf portes sur la façade ouest, dont seulement trois donnaient sur l’escalier. Les aménagements intérieurs (banquette ? cloisons ?) ont sans doute été oblitérés par l’étape de construction postérieure.

3. La construction 3-3 (fig. 84, 85)

84Cette plate-forme a été construite sur le sol naturel du promontoire (du moins en T5). Elle est semblable à la constr. 3-2, avec un escalier à alfardas sur la façade ouest, mais elle est plus basse (0,80 à 1 m ; autres dimensions indéterminées ; orientation : 4° NNE).

85Le sol de la plate-forme est le sol 3 d’argile ou de stuc, couvert de charbon, qui témoigne probablement d’une destruction par incendie, peut-être d’une superstructure aux cloisons de torchis car les traces rouges mêlées au charbon sont très abondantes. Les blocs de torchis brûlés trouvés en S13 au pied du monticule à l’extrémité sud pourraient provenir du nettoyage de l’édifice détruit.

86Seule la façade ouest de la plate-forme est connue. Le mur 2 de soutènement est conservé sur toute sa hauteur (10 à 12 assises) ; son contact avec le sol 3 a été mis au jour en T5 (fig. 85). Il est construit comme le mur 1 mais un peu plus soigneusement. L’escalier 2 s’appuie sur un blocage adossé au mur. Il comporte trois à quatre marches. Quatre alfardas en talus incliné de 3 à 3,20 m de longueur, le divisent en trois sections de 3,75 à 4,40 m de longueur (fig. 94, 97). En un point de T6, une alfarda est conservée jusqu’au sommet du mur 2. L’appareil du mur de parement en talus est fait avec soin de pierres petites disposées horizontalement et serrées (déclivité 70°). Les traces d’un revêtement de stuc sont visibles en plusieurs endroits sur l’escalier et les alfardas.

87Nous n’avons pas fouillé le sol extérieur au pied de l’escalier, sauf en T4. En ce point, c’est-à-dire au milieu de la façade dans la longueur du monticule, se trouvait un dépôt de charbon (deux autres dépôts identiques ont été fouillés, l’un à la base de la str. 1 de Sulín gr. 1 en S4 ; l’autre à la base ; de la str. 1 de Pansalché, en S2 ; ces deux structures sont aussi des plates-formes longues ; la seconde est datée du Postclassique récent).

4. Céramique et autres objets en T4, T5 et T6 (str. 3, Chicán, gr. A)

88Tous les lots obtenus sont très peu abondants. La céramique appartient en grande majorité au complexe Chicán, postclassique récent. Trois des types domestiques Cobán sont aussi représentés, probablement parce qu’ils persistent jusqu’au Postclassique récent, ainsi que deux types Carchá qui témoignent d’apports de remblais en provenance de zones occupées au Préclassique récent-Protoclassique. Parmi les tessons Chicán, il y a un seul tesson Forteresse Blanc sur Rouge (T5 N3) ; parmi les tessons Carchá, deux tessons Borayo Orange à ressaut facetté (T6, T5 N2) semblables à ceux trouvés par Smith à Chicán (1949 : 231). La distribution des trois complexes est la suivante :

  • En T4, 103 tessons classés sur 123 ; Carchá : 3. Cobán : 15. Chicán : 85.

  • En T5, 67 tessons classés sur 91 ; Carchá : 4. Cobán : 25. Chicán : 38.

  • En T6, 138 tessons classés sur 173 ; Carchá : 11. Cobán : 35. Chicán : 92.

89L’obsidienne est présente dans tous les lots ; une pointe de flèche et une lame à coche ont été trouvées (T6 ; T5 N3).

Historique de la structure 3 et interprétations (Chicán, gr. A)

90On peut résumer ainsi les grandes lignes, de la séquence architecturale :

  • Constr. 3-3 (la plus ancienne) : plate-forme probablement stuquée, d’une hauteur de 0,80 – 1 m, dotée d’un grand escalier à quatre alfardas en talus simple sur la façade ouest ; on ne sait pas si l’escalier couvrait toute la longueur de la façade ; superstructure probablement de matériaux périssables, qui a été incendiée.

  • Constr. 3-2: on ne connaît que l’état final qui succède à une série de reconstructions dont il ne reste que les traces de sols superposés dans le remblai intérieur; plate-forme non stuquée, haute de 2,30 m, large de 11-12 m et longue de 41-42 m, dotée sur la moitié nord de la façade donnant sur la place d’un large escalier à trois alfardas dont seul un talus incliné est conservé (panneau vertical, ou tablero, détruit ou inexistant); superstructure probablement maçonnée (d’après la masse et la nature des décombres); édifice finalement abandonné et ruiné partiellement.

  • Constr. 3-1 : réutilisation de la plate-forme 3-2, peut-être de la superstructure qui aurait été en partie reconstruite, une banquette a été ajoutée contre le mur arrière.

91Les trois édifices sont construits de la même façon et avaient probablement le même aspect, sinon les mêmes dimensions ; la séquence architecturale s’étend tout au plus sur la phase postclassique récente (300 ans, en principe : 1250-1540) et témoigne d’une forte continuité culturelle. On note que les réfections de sols ont été nombreuses sur la plate-forme (au moins six).

92Quant à la fonction de ces édifices, les fouilles n’ont pas fourni d’autre indice que le type d’architecture, qui est très commun pour les structures longues du Postclassique récent (Hautes Terres du Guatemala et du Chiapas). Ces structures, situées comme la str. 3 de Chicán au bord de la place principale, sont d’après les documents ethnohistoriques des édifices administratifs, dits tecpan ou “maison du conseil” où se traitaient les affaires du clan, ou bien encore, “maison des célibataires” où habitaient les jeunes instruits par les prêtres (A.L. Smith 1955 : 71 ; 1965 : 87 ; Miles 1957a : 768 ; Carmack et al. 1975 : 65, 71 ; Ichon 1975 : 81-82 ; Fox 1981 note 16). Les deux anomalies architecturales que présente la str. 3 sont d’une part l’interruption de l’escalier récent au milieu de la façade donnant sur la place, d’autre part le profil en talud sans tablero des alfardas de la plate-forme la plus ancienne ; pour la plate-forme récente (3-2), l’existence d’un profil en talud-tablero n’est pas prouvée.

La structure 4 (groupe A) (fig. 86, 87, 100)

93La structure 4, adossée au flanc de la montagne du côté nord de la place, est la plus grande et la plus haute du groupe A (43 X 23,50 m ; 3 et 6 m de hauteur au-dessus de la place). Elle comprend deux parties : str. 4-ouest (21 X 12,50 m au sommet ; 5-6 m de hauteur), str. 4-est (15,50 X 14 m au sommet ; 3-4 m de hauteur). Aucun vestige n’était visible au sommet, mais des restes de murs ou d’escaliers étaient apparents sur les flancs sud et est. On a choisi de dégager les flancs sud et est de la str. 4-ouest, en procédant au moyen d’une tranchée transversale T7 placée le long du petit axe (nord-sud), d’une tranchée T9, parallèle à T7 établie le long de la façade est, c’est-à-dire à la jonction des str. 4-ouest, et 4-est, enfin de T8, tranchée longitudinale couvrant la partie supérieure du flanc sud, où les vestiges sont apparents.

94Les fouilles permettent de distinguer trois étapes principales : une construction 4-1 récente dont très peu d’éléments sont conservés ; une construction 4-2, la plus monumentale ; enfin une construction 4-3, plus petite. Cette dernière a été modifiée sur sa façade est, et agrandie au sud et à l’ouest lors de l’étape postérieure 4-2.

95On décrira d’abord les résultats des fouilles stratigraphiques opérées en T7 au sommet de la plate-forme, dans les sondages T7 (24) et T7 (57) :

1. Structure 4-ouest : stratigraphie intérieure et murs associés (fig. 86)

96Au sommet de la plate-forme on a d’abord dégagé en T7 un sol dallé (sol 1) fait grossièrement de pierres plates espacées ; il est en contact avec un mur double, mur 1, d’une seule assise de pierres assez grandes, et en contact aussi avec un deuxième mur parallèle situé à 2,60 m plus au nord, mur 2, d’une seule assise conservée. Ces trois éléments superficiels sont les témoins de la constr. 4-1, la plus tardive. Au nord du mur 2, le sol 1 est plus élevé qu’au sud (+ 25 cm) et repose sur une couche d’argile bleutée. Tout à fait au sud (mètre 9 de T7), il couvre une plaque circulaire d’argile cuite rouge (0,60 m de diamètre ; 5 à 10 cm d’épaisseur). Cette plaque est le vestige, soit d’un sol antérieur (à assigner à l’étape 4-2), soit d’une “cuvette” à offrandes rituelles (Ichon et al. 1980 : 41). Puisque la plaque n’est pas concave comme une cuvette, et que toute la couche au même niveau est rouge en T7, la première hypothèse est plausible.

97Le mur 3 et le mur 4, parallèles aux murs 1 et 2, se trouvent juste sous le mur 2 ; ils sont antérieurs (4-2). Le mur 3 (fig. 101) semble être une banquette, faite d’un blocage de pierres avec face sud parée de six assises conservées (40 cm de haut.), maçonnées d’une argile multicolore en couches épaisses ; elle s’appuie contre le mur 4 dont elle est solidaire en construction. Etant donné que le sol 1 dallé affleure sa troisième assise inférieure, cette banquette a dû être réutilisée lors de l’étape 4-1. C’est à la base et au contact de la banquette qu’a été trouvé le sol 2 d’argile blanche compacte, épais de 4-6 cm, à 20 cm environ sous le sol 1 dallé. Ce sol 2 est bien conservé en T7 jusqu’au bord sud de la plate-forme (fig. 1045), mais n’existe pas au nord des murs 3 et 4. Ces trois éléments, sol 2, mur 3 (banquette) et mur 4 appartiennent à la constr. 4-2.

98Le mur 4 a sa face régulière du côté nord ; ses six assises conservées sont déversées vers le sud, formant un talus peu marqué, et sont masquées par une masse de décombres, pierres noyées dans l’argile (couche b ; fig. 102). Ces décombres proviennent de la destruction du mur lui-même, destruction stratigraphiquement antérieure au sol 1 dallé, donc à la constr. 4-1. En d’autres termes, les décombres de la constr. 4-2 n’ont pas été enlevés lors de l’étape 4-1 au nord du mur 4, ce pourquoi le sol 1 dallé est plus élevé que le même sol au sud du mur 4 ; là, les décombres ont dû être nettoyés afin de faire de la place pour la nouvelle construction.

99Sous les murs 3 et 4 et le sol 2 de la constr. 4-2, on trouve en T7 (24) et T7 (57) des éléments antérieurs datant de la constr. 4-3.

  • En T7 (57), au sud des murs, la stratification comporte sous le sol 2 une couche de terre orange(e) puis deux sols d’argile blanche compacte de 2 cm d’épaisseur, espacés de 10 cm, nommés sol 3 (sol 3 refait une fois). Ce sol est antérieur à la banquette (mur 3) ; il est bien conservé jusqu’au bord sud de la plate-forme en T7.

  • En T7 (24), au nord des murs, on a dégagé sous le mur 4 un autre mur, mur 5, de même orientation mais décalé de 10 cm et non solidaire en construction du mur 4 ; il est de plus mieux construit et stuqué (fig. 102, 103). Ce mur 5 est entièrement conservé sur une hauteur d’environ 1,10 m et comprend deux corps décalés de 20 cm, tous deux stuqués (face nord). Il est associé au niveau de la jonction des deux corps à deux lignes blanches superposées (espacées de 8 cm) qui forment le sol 3 refait une fois, sol équivalent en profondeur au sol 3 de T7 (57). Ce sol est couvert, et en partie détruit par les décombres du mur 4. Au même niveau, un dépôt spécial d’un ossement et de charbon a été trouvé contre le mur 5 (sép. 11).

  • En T7 (24) sous le sol 3, il y a une couche de terre jaune (c) et, en fin de niveau, une strate de 2 à 8 cm d’épaisseur de gros fragments de charbon de bois et de torchis, strate désignée sol 4, qui est en contact avec la base du mur 5.

  • En T7 (57) sous le sol 3, on trouve la même stratification, mais le sol 4 ne comporte là que du charbon, sans torchis. Ce sol témoigne d’une destruction par incendie de la constr. 4-3, dont les cloisons de torchis se sont apparemment effondrées surtout du côté nord, vers l’extérieur en T7 (24).

  • Enfin en T7 (24) sous le sol 4, a été fouillée une couche de sable jaune (d) comportant une concentration de tessons située à l’aplomb de la base du mur 5 : il s’agit de la partie supérieure d’une jarre très érodée, dont la forme est caractéristique du complexe Carchá (fig. 193c). On a peut-être là un dépôt in situ de l’occupation préclassique-protoclassique de Chicán, car en T4 (57) au même niveau on ne retrouve pas la même couche de sable, mais une terre brune (g) dont les tessons sont du complexe Chicán.

100Le sol stérile probablement naturel a été atteint vers – 1,50 m en T7 (24), et à – 2 m en T7 (57) sous la surface du monticule.

101On résumera la séquence de construction ainsi :

  • Etape ancienne. Sur le sol naturel en pente forte vers le sud, remblayé, a été construite la superstructure 4-3, dont on connaît le sol 4 trouvé de part et d’autre du mur 5 stuqué ; ce mur était porteur et non pas de soutènement ; il devait être surmonté d’une cloison de torchis qui a été incendiée et est tombée du côté nord. Après remblaiement de la couche de charbon couvrant le sol, la superstructure a été partiellement reconstruite ; le nouveau sol est le sol 3 (refait une fois).

  • Etape intermédiaire. Il s’agit de la superstructure 4-2, dont on connaît les murs 3 et 4 construits sur le mur 5 antérieur, et le sol intérieur, sol 2. C’est le mur 4 qui est le nouveau mur porteur, le mur 5 devenant le soutènement du remblai intérieur. Le mur 3 est une banquette intérieure (0,75 m de largeur). Le sol 2 intérieur a peut-être été refait en argile cuite (plaque rouge trouvée sous le sol 1 en T7-sud). Quant au sol extérieur nord, il semble que le sol 3 de l’étape précédente ait été réutilisé. Cette superstructure 4-2 a finalement été abandonnée et est tombée en ruines, du moins son mur nord : décombres en T7 (24).

  • Etape finale. Une nouvelle superstructure 4-1 de construction plus grossière a été édifiée à l’emplacement des précédentes ; il en reste les bases des murs nord et sud (murs 1 et 2), et le sol dallé (sol 1). La banquette intérieure a été réutilisée.

102On décrira maintenant les constr. 4-3 puis 4-2, plates-formes et superstructures (fouilles de T7 sur le flanc sud, T8 flanc sud, et T9 flanc est). De la constr. 4-1 on ne sait rien de plus que ce qui vient d’être décrit ; elle réutilisait apparemment toute la plate-forme 4-2 ouest, qui devait être moins ruinée que la superstructure.

2. La construction 4-3 (fig. 86, 87)

103La plate-forme 4-3 était plus petite que la plate-forme actuelle, qui résulte de l’agrandissement opéré lors de l’étape 4-2 (voir infra). Son contour externe supérieur a été dégagé en T8 au sud, en T9 à l’est, et au moyen d’un petit sondage à l’angle nord-ouest (mur 7 partout conservé, en contact avec le sol 3 de l’étape 4-3 en T7) : les dimensions au sommet sont 16,75 X 8,70 m ; elle dominait la place de 4,50 m environ et est orientée selon les points cardinaux.

104Le mur de soutènement est le mur 7, qui comporte deux corps décalés sur la façade sud, progressivement réalignés le long de la façade est. Il est stuqué aux angles. Sur le flanc sud, il ne soutient que le haut de la plate-forme sur seulement 1,50 m de hauteur (22 assises ; en T7). Du côté sud toujours (fig. 104), un large escalier est adossé contre le mur, construit sur un remblai de terre ; seules les sept marches supérieures sont conservées. Plus bas, un sondage fait en T7 (section 14-16) n’a pas révélé de soutènement dans le remblai de la plate-forme, ce qui explique la disparition de l’escalier. Mais plus bas encore (section 16-18) il reste une rangée de dalles taillées (60 X 30 cm en moyenne) et au même niveau, un mur de soutènement de huit assises conservées (mur 8, 65 cm de haut.) ; enfin à 30 cm plus bas, une rangée de pierres. D’après la reconstitution du profil complet de l’escalier (fig. 86 coupe), ces trois éléments inférieurs formaient un palier.

105L’escalier sud était stuqué mais il semble que le revêtement, dont il reste peu de traces, ait été enlevé lors de l’étape postérieure ; en effet l’escalier a été réutilisé, mais la plate-forme postérieure 4-2 n’était pas stuquée. L’escalier ne comportait pas d’alfardas mais est limité à 40 cm de l’angle sud-est supérieur de la plate-forme, et à 80 cm de l’angle sud-ouest, par des murs dont le revêtement de stuc est en continuité avec celui du mur 7 de soutènement formant les angles (fig. 105). Il formait un bloc saillant large de 15,50 m qui couvrait presque toute la façade sud.

106Sur le flanc est (T9, fig. 87), il ne reste plus qu’un fragment du mur de limite de ce que l’on pense avoir été l’escalier est d’accès à la plate-forme 4-est. Ce fragment est stuqué en continuité avec le revêtement du mur 7, visible à l’angle sud-est de la plate-forme. Tout l’escalier est, qui semble avoir été symétrique de l’escalier sud, donc large, a été démonté lors de l’étape postérieure 4-2. Par contre le mur 7 de soutènement a été conservé (6-10 assises, 40-50 cm de haut.).

107Un autre fragment de mur, mur 16, a été trouvé au nord en T9 sous le niveau de l’escalier 4-2 (fig. 107b ; 7-8 assises, 50-60 cm de haut.). Il s’agit peut-être d’un vestige de l’escalier démonté. La stratification associée à ce mur 16 confirme la destruction par incendie de la superstructure 4-3 :

  • deux sols d’argile blanche (3 et 4) couvrant le mur 16 ;

  • une couche (c) de terre pleine de charbon avec des fragments de torchis brûlés, qui masque la façade du mur 16 sur toute sa hauteur ;

  • un sol blanc (argile ou stuc, sol 5) en contact avec la base du mur 16 ;

  • sous le mur 16, en un petit secteur, une fosse de terre brune (d) avec des fragments d’os (chien ?), une dent, une trentaine de fragments de lames d’obsidienne et des traces de charbon ; la fouille a été trop limitée mais il s’agit peut-être d’un dépôt spécial ;

  • sable stérile à 20 cm sous la base du mur 16.

108Le deuxième résultat de cette fouille stratigraphique, outre donc la couche (c) témoignant de l’incendie, est la découverte du sol 5 datant de l’étape 4-3 initiale, et correspondant au sol 4 trouvé en T7 sur le sommet de la plate-forme 4-ouest. Le sol 5 est le sol de la plate-forme 4-est. La différence de niveau entre les sols 4 (T7) et 5 (T9) est de 0,80 m, ce qui donne la hauteur approximative de la plateforme 4-ouest au-dessus de son annexe 4-est lors de l’étape 4-3.

109En résumé la plate-forme 4-3 était délimitée dans sa partie supérieure par un mur de soutènement (mur 7) stuqué dans ses parties non masquées par les escaliers du flanc sud et du flanc est (c’est-à-dire aux angles). Ces escaliers, aussi stuqués, formaient de larges blocs saillants, dénués d’alfardas. Quant à la superstructure, on en connaît le mur porteur nord (mur 5 en T7), stuqué, et probablement surmonté d’une cloison de torchis. Les trois autres murs porteurs, détruits lors de l’étape postérieure, devaient se trouver en bordure de la plate-forme (c’est généralement le cas des superstructures tardives, A.L. Smith 1955 : 74). La façade sud pouvait être percée de trois ou quatre portes (sur une longueur d’environ 16 m, la plate-forme mesurant 16,75 m) ; sur la façade est il n’y avait la place que pour une porte centrale. Après la destruction par incendie de la superstructure, la reconstruction, ou réfection, a été effectuée sur un nouveau sol rehaussé (du sol 4 au sol 3 en T7, et peut-être du sol 5 au sol 4 en T9).

3. La construction 4-2 (fig. 86, 87)

110De la nouvelle superstructure (postérieure à la réfection de l’étape 4-3, et entièrement nouvelle) on connaît le sol intérieur, sol 2 blanc surélevé de 15-20 cm par rapport au sol 3 antérieur, ainsi que le mur porteur nord en talus, mur 4 construit sur le mur 5 antérieur, et une probable banquette intérieure (mur 3) longeant ce mur nord. Le mur porteur sud correspond aux cordons de pierres trouvés en T7 et en T8, murs 6 et 11. Le premier est en contact avec le sol 2 en T7 et, comme le mur porteur nord, il a été construit presque sur le mur antérieur (mur 7). Du mur porteur est, il reste les fragments 6 et 15 (en T9), eux aussi construits sur le mur 7 antérieur ; ces murs 6 et 15 sont apparemment en talus incliné comme le mur porteur nord (mur 4 ; les bases des murs des superstructures postclassiques sont souvent larges et en talus, A.L. Smith 1955 : 73-74). La superstructure a pour dimensions 15,75 X 7,85 m. Elle était stuquée (traces sur les murs 6 et 15 au sud et à l’est). Ses murs porteurs sont situés au bord même de la plate-forme des côtés est et sud, mais pas des côtés ouest et nord où la plate-forme a été agrandie par rapport à celle de l’étape antérieure, peut-être pour recevoir une construction annexe disparue, ou jamais édifiée. En définitive la superstructure 4-2 devait avoir à peu près les mêmes dimensions que la superstructure 4-3, avec le même nombre de portes à l’est et au sud. Mais il est possible qu’elle ait été entièrement maçonnée car le volume des décombres du mur porteur nord est important.

111Quant à la plate-forme 4-2, elle représente un agrandissement très important de la plate-forme antérieure (de 16,75 X 8,70 m à 23 X 13,50 m au sommet), pour un rehaussement minime (de 4,50 à 5 m au-dessus de la place, de 0,80 à 1,30 m au-dessus de la plate-forme 4-est). De l’agrandissement à l’ouest témoignent trois murs de soutènement, 12, 13 et 14 (T8 ouest ; 6 à 8 assises conservées chacun) qui buttent contre le mur 7 et l’escalier de la plate-forme 4-3 (fig. 105). Ils ne sont pas stuqués comme le mur 7 et l’escalier. Plus bas, on a retrouvé deux marches de l’escalier prolongé vers l’ouest. On trouve les éléments symétriques à l’angle est : mur de soutènement non stuqué (mur 9) adossé au mur 7 antérieur, et prolongation de l’escalier. Mais l’agrandissement à l’est ne dépasse pas 0,75 m alors qu’il est de 6,50 m à l’ouest (au sommet). La plate-forme 4-2 n’était pas stuquée.

112La façade est de la plate-forme antérieure a été modifiée puisque tout l’escalier initial a été démonté (voir supra). En place a été construit un mur de soutènement, mur 9, adossé au soutènement antérieur (mur 7, fig. 106). Ce mur 9 est d’un appareil plus régulier que tous les autres murs de la constr. 4-2 (16 à 18 assises de pierres minces ; 60-80 cm de haut.). Il est doté à la base, c’est-à-dire sur la plate-forme annexe 4-est, d’un “trottoir” de deux assises, haut de 12 cm (appelé mur 10). Un nouvel escalier étroit (2 m environ) est encastré dans le système de contention, tout près de l’angle nord-est de la superstructure 4-2 (probablement cinq marches ; fig. 87 coupe, 107a). Si on admet que l’escalier antérieur couvrait bien toute la façade est, ce nouvel escalier réduisait le passage entre les deux parties de la str. 4.

113La stratification associée à l’escalier et au mur 9 est la suivante (T9, section 0-4, fig. 87) :

  • décombres (30 à 60 cm d’épaisseur) sur l’escalier et contre le mur (couche a) ;

  • sol 1 fait d’une couche (b) de 10-12 cm d’épaisseur d’argile cuite rose, masquant la marche inférieure de l’escalier, et supportant deux concentrations de tessons A et B (fig. 106a, 107a, 108) ;

  • sol 2 identique masquant le trottoir du mur 9, supportant une concentration de tessons C, avec des traces et des fragments de charbon concentrés, et deux foyers (n° 1 et 2 ; fig. 106a, 109) ; les sols 1 et 2 sont postérieurs à la construction de la plate-forme 4-2, ce qui n’exclut pas cependant qu’ils aient été faits et occupés durant l’étape 4-2 ; mais ils peuvent aussi dater de l’étape finale ;

  • immédiatement sous le sol 2, deux sols d’argile blanche superposés, sol 3 et sol 4 (de 4 à 10 cm d’épaisseur chacun) ; le contact de ces sols avec l’escalier et le mur 9 est très mal conservé mais les profondeurs relatives de ces éléments permettent de les considérer comme contemporains. La superposition serrée des sols 1 à 4 tend à prouver que tous appartiennent à l’étape 4-2. Si ceci est exact, on n’a en T9 c’est-à-dire sur la plate-forme 4-est, aucune trace d’une réoccupation de l’étape finale 4-1. (Sous les sols 3 et 4, la stratification correspond à l’étape 4-3 ancienne, voir supra).

114Le foyer 1, circulaire (90 cm de diamètre) est fait de sept pierres irrégulières dont deux superposées, et quelques-unes sans doute déplacées ; le sol est très rouge, il y a des fragments de charbon concentrés près des pierres et dispersés autour. Le foyer 2, d’environ 50 cm de diamètre, est fait de trois pierres irrégulières, dont une brûlée ; elles ont été un peu déplacées ; l’argile du sol est très rouge et il y a un peu de charbon, et deux fragments d’épis de maïs carbonisés (fig. 122).

115La concentration de tessons A compte 192 tessons (classés) dont 37 fragments d’une jarre Manzana Strié, et 116 tessons d’une ou deux jarres Mango Rouge sur Naturel. La concentration B totalise 151 tessons, dont 68 tessons de la jarre Malva Gris Naturel B-409-29 partiellement reconstituée (fig. 177a). La concentration C compte 99 tessons, dont 39 tessons de la jarre Mango Rouge Naturel B-408-28 partiellement reconstituée (fig. 178a). Un autre lot provenant de la surface du sol 2 a donné 47 tessons, des mêmes types. Toute cette céramique est du complexe Chicán, avec deux tessons Forteresse, mais 4 tessons Mostaza Rouge sur Naturel, Cobán, sont aussi présents, ce qui prouve bien que ce type était toujours fabriqué au Postclassique récent. Toutes les jarres ont manifestement été écrasées in situ par les décombres (fig. 110). Il est peu probable que ces vestiges témoignent d’activités autres que domestiques. Vers la fin de l’étape 4-2, la plate-forme 4-est a donc servi d’annexe domestique pour l’édifice 4-ouest. C’est du moins une hypothèse, car les foyers et les jarres, curieusement placés jusqu’au pied de l’escalier, pourraient aussi bien être les restes d’activités tout à fait circonstancielles et tardives, avec ou sans relation avec la fonction primaire de la str. 4-est.

4. Céramique et autres objets en T7, T8 et T9 (str. 4 Chicán gr. A)

116Hormis ceux des sols 1 et 2 de T9 (décrits ci-dessus), les lots céramiques totalisent presque tous moins de 100 tessons. Les rares tessons trouvés en T8 n’ont pas été conservés. La céramique est homogène à tous les niveaux de la fouille, le complexe Chicán dominant largement. Dans les lots de T7, la fréquence maximale de Mostaza Rouge sur Naturel (Cobán) n’est que de 9 % (sur le total classé) et celle de Borayo Orange (Carchá) de 7 %. En T9 où aucun remblai n’a été fouillé, le complexe Carchá n’est pas représenté, et la fréquence moyenne de Mostaza est de 1 %. Le seul lot dénué de tessons Chicán est celui de N4 en T7 (24), sous le mur 5 de la constr. 4-3 initiale : 34 tessons érodés d’une jarre de forme Carchá, 1 tesson Mostaza et 1 tesson Matapalo Poreux. Il s’agit peut-être du seul dépôt préclassique-protoclassique trouvé in situ à Chicán.

117Un seul fragment d’encensoir provient du flanc sud. Une pointe foliacée, une pointe de flèche d’obsidienne, et une hache de serpentine (H-406-24) ont été trouvées en N1 de T9. Une autre pointe foliacée d’obsidienne provient de N5 en T9.

Historique de la structure 4 et interprétations (Chicán, gr. A)

118On résumera les grands traits de la séquence architecturale de la str. 4-ouest :

  • Construction 4-3 (la plus ancienne) : plate-forme stuquée de dimensions 16,75 X 8,70 m au sommet, haute de 4,50 m au-dessus de la place, dotée de larges escaliers sans alfardas sur les flancs est et sud ; superstructure partiellement maçonnée et stuquée, partiellement de matériaux périssables, détruite par un incendie et reconstruite.

  • Construction 4-2 : plate-forme agrandie à l’ouest de 6,50 m (au sommet), rehaussée de moins d’1 m, non stuquée, avec un grand escalier sans alfardas sur le flanc sud, et un escalier étroit d’accès à la plateforme 4-est annexe ; superstructure de mêmes dimensions que l’édifice antérieur 4-3, mais en fièrement maçonnée et stuquée ; abandonnée et tombée en ruines, au moins au nord.

  • Construction 4-1 : plate-forme antérieure réutilisée ; superstructure de construction médiocre, mais de même orientation et peut-être de même fonction que l’édifice antérieur puisque la banquette intérieure semble avoir été réutilisée.

119Quant à la str. 4-est, tout ce l’on en sait par la fouille limitée de T9 est que son sol a été refait et rehaussé cinq fois en relation avec les étapes 4-3 et 4-2.

120Cette séquence est probablement une simplification de l’histoire réelle de la str. 4-ouest : entre l’incendie de la superstructure 4-3 et l’état final de l’édifice 4-2, la série des reconstructions ou réfections est imparfaitement connue. Il en est de même, on l’a vu, pour les épisodes 3-3 et 3-2 de la str. 3.

121On en sait cependant assez pour constater que cette séquence est remarquablement continue, comme celle de la str. 3 : les orientations, les conceptions d’ensemble et les modes de construction ne varient pas ou très peu d’une étape à l’autre. Là encore, le laps d’occupation est court et la continuité culturelle évidente. Mais la qualité de la construction est moins bonne lors de l’étape finale.

122Ceci dit, les fonctions de ces édifices ont pu varier ; la superstructure 4-2 ouest, la plus monumentale sur sa plate-forme agrandie, aurait pu être une “résidence noble” reliée par un petit escalier à une annexe domestique, la plate-forme 4-est, alors que les constructions antérieures 4-3 ouest et 4-3 est, reliées par un large escalier, pouvaient former ensemble une structure longue – d’environ 43 m, soit la même longueur que la str. 3, ce qui n’est certainement pas fortuit –, c’est-à-dire une “maison du conseil’’. Encore faudrait-il connaître la séquence de construction de la str. 4-est. Compte tenu des documents ethnohistoriques (Miles 1957a, 1957b ; Las Casas 1909), l’hypothèse la plus plausible est que cette str. 4 était la résidence des dignitaires du centre, parce qu’elle est placée en bordure de la place face au temple (str. 1 ; fig. 38) et que la plate-forme est la plus haute de celles de la plaza. La présence d’une banquette intérieure dans la superstructure 4-2, et les vestiges domestiques trouvés sur la plate-forme 4-est annexe tendent à confirmer cette hypothèse, sans pour autant la démontrer.

Tentative de synthèse historique pour le groupe A de Chicán

123Les séquences architecturales des str. 3 et 4-ouest sont assez semblables. On peut les coordonner ainsi :

Etape I .

Constr. 3-3 et 4-3 : édifices stuqués, partiellement construits en matériaux périssables, incendiés.

Etape II

Postérieurement, série de reconstructions ou réfections, agrandissements et rehaussements (réfections des sols fréquentes en particulier), dont les constr. 3-2 et 4-2 représentent l’état final le plus monumental : plates-formes non stuquées, superstructures entièrement maçonnées (à en juger du moins d’après les décombres) et stuquées, dont les sols les plus récents ne sont plus d’argile blanche ou de stuc, mais d’argile cuite rouge ; édifices abandonnés et tombés partiellement en ruines.

Etape III.

Constr. 3-1 et 4-1 : réutilisation partielle des édifices antérieurs, avec des reconstructions de médiocre qualité.

124La céramique et le type d’architecture n’interdisent pas de postuler que les deux séquences soient contemporaines et que les principaux épisodes aient eu lieu simultanément.

125Or, ce que Kidder a vu de la str. 1 (gr. A) avant sa destruction lors de fouilles clandestines en 1939-40, concorde avec une partie de la séquence que l’on vient de proposer. Kidder décrit deux superstructures superposées, chacune d’une seule pièce ; dans les deux cas il s’agit d’un temple (Kidder cité par A.L. Smith 1955 : 63 ; fig. 41). Le plus ancien, doté de trois portes du côté ouest, semble devoir être assigné à notre étape II au vu des détails suivants : maçonnerie de pierres de schiste avec mortier d’argile brune ou rouge, base des murs en talus, revêtement de stuc, sol de stuc, banquette intérieure avec un redent au milieu ; les montants des portes et la façade ouest étaient peints d’une “fresque” (rouge, jaune et noir sur vert). Ce temple est trop bien construit et décoré pour appartenir aux étapes I ou III.

126Le temple postérieur daterait de l’étape I finale car Kidder dit que son mode de construction était très médiocre (grosses dalles maçonnées d’argile) ; de plus il couvrait la chambre antérieure qui était “pleine de pierres” (rock), remplissage résultant selon Kidder soit de l’effondrement du toit du premier édifice, soit d’un remblai pour la construction du deuxième. Les deux explications sont conciliables car sur la str. 4-ouest, les décombres du mur nord ont servi de remblai pour le sol final (étapes 4-2 et 4-1). Il n’est pas impossible que le temple récent ait été construit sur les ruines de l’ancien, séquence correspondant à nos étapes II et I.

  • 5 Ceci ne prouve pas que le site ait été abandonné au moment de la Conquête car il n’y a certainement (...)

127Si la séquence que nous postulons pour les str. 1, 3 et 4 est bien correcte dans ses grandes lignes, elle témoigne d’événements spécifiques au plan historique qui ont affecté les occupants du groupe A de Chicán. A moins qu’ils n’aient été fortuits, ce qui est toujours possible, l’incendie des str. 3 et 4, et plus tard l’abandon des str. 1, 3 et 4 signifient au moins que les dirigeants locaux ont subi de sérieux revers. D’autre part, la série de reconstructions et réfections qui séparent l’incendie de l’abandon est probablement le témoignage de la succession au pouvoir des chefs du centre. Las Casas précise en effet que la coutume en Verapaz voulait que l’on construisît sa maison à chaque nouveau “seigneur” après son élection (1909 : 620-621 ; coutume analogue chez les Quichés-Cakchiquels, voir Guillemin 1977 : 233-234). Cette observation concerne la str. 4 puisqu’il s’agit sans doute d’une “résidence noble”, mais apparemment à Chicán, la maison du conseil (str. 3) a aussi subi plusieurs réfections. Enfin la dernière étape (I) suggère une réoccupation du site par des individus moins puissants, ou en tous cas moins soucieux des apparences prestigieuses en architecture, ou moins habiles, mais qui connaissaient les conceptions architecturales locales. En aucun moment des séquences des str. 3 et 4, n’apparaissent des indices d’une intrusion étrangère (pas même celle des Espagnols puisqu’il n’y a pas de céramique coloniale sur le groupe A5).

128Même les traces d’influences “mexicaines”, véhiculées par l’expansion des Quichés-Cakchiquels, ne sont pas très nombreuses dans le groupe A : on constate la présence d’un temple central, de murs porteurs en talus, et peut-être – mais ce n’est pas prouvé – d’alfardas en talud-tablero (uniquement pour la constr. 3-2 ; les alfardas de la constr. 3-3 sont en talus simple ; les constr. 4 n’ont pas d’alfardas). Il n’y a ni temple double, ni autels apparemment, ni terrain de jeu de balle, ni structure ronde, ni pyramide à escalier double (voir A.L. Smith 1955 : Tabl. 2 ; Fox 1981). En comparaison, Chicobán, centre postclassique récent de la vallée du Polochic qui n’est pas éloigné de Chicán (fig. 10), comporte au moins une structure longue dont les alfardas sont en talud-tablero (voir annexe I), mais n’a même pas de temple central, ni d’autres structures “mexicaines”. Pachalúm, centre contemporain situé en Baja Verapaz non loin de Chicán, présente plus de traits mexicains que Chicán et Chicobán (A.L. Smith 1955 : Tabl. 2). Enfin les deux grands centres de Rabinal (Baja Verapaz), Cahyup et Chuitinamit, sont parmi les sites des Hautes Terres les plus typiques de l’influence “mexicaine” (ibid.) Que Chicán ait été conquis et occupé durablement par les Quichés-Cakchiquels est tout à fait exclu.

129L’histoire de Chicán semble avoir été assez mouvementée, mais les conflits ou événements historiques dans lesquels le centre a été impliqué paraissent avoir été de portée régionale (Alta Verapaz), plutôt qu’inter-régionale. On est évidemment tenté de penser que ces conflits hypothétiques sont ceux que relate le Título Cagcoh, entre les Pokomchis orientaux de Tactic, c’est-à-dire sans doute de Chicán, et les Pokomchis occidentaux de San Cristóbal Cagcoh Verapaz (voir chap. 2 p. 35). Mais ce type de corrélation entre l’ethnohistoire et l’archéologie est impossible à prouver.

130Quoiqu’il en soit, l’intermède des reconstructions du groupe A qui sépare les épisodes de l’incendie et de l’abandon et correspond peut-être à la succession d’une série de dirigeants locaux, peut fort bien avoir couvert l’essentiel de la période d’occupation du groupe A. Dans ce cas l’histoire du centre n’aurait pas été si mouvementée.

Notes

1 Composante, au sens de segment de l’occupation d’un site correspondant à une phase chronologique (“comportent”, Willey et Phillips 1958).

2 Les descriptions détaillées des sondages sont incluses dans le manuscrit de thèse original. Toutes les informations pertinentes sont résumées dans le présent chapitre.

3 Argile blanche, mais aussi verte, rouge, brune ou violette, colorée par des oxydes de minéraux.

4 Le profil en talud-tablero est à l’origine un élément architectural typique de Teotihuacán, où il date du Classique ancien.

5 Ceci ne prouve pas que le site ait été abandonné au moment de la Conquête car il n’y a certainement pas eu de céramique “coloniale” en Verapaz avant le XVIIe siècle.

Table des illustrations

Titre Tableau 4 : Distribution géographique et fonctionnelle des sites datés
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4914/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 5 : Table synoptique des sondages
Légende Notes : arg. c. : argile cuite arg. bl. : argile blanchemortier : mélange de chaux, sable ou gravier et parfois argileobs. verte : obsidienne verte importée d’un gisement mexicain*: sondages décrits ci-après p. 58Les caches, sépultures et dépôts de charbon sont décrits à l’annexe II.
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4914/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search