Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’habitat en alta Verapaz, Guatemala

 | 
Marie-Charlotte Arnauld

Chapitre 3. La reconnaissance. Essai de typologie des sites

Texte intégral

I. Modalités de la reconnaissance (Opération I)

1En raison du temps limité dont nous disposions, de la nature du relief et de la végétation, il était pratiquement impossible d’effectuer une reconnaissance intensive de toute la zone de recherche qui couvre environ 665 km2. Une méthode d’échantillonnage statistique n’était pas non plus applicable à cette zone, dont les milieux sont topographiquement très contrastés, spatialement dispersés, et chacun de faible superficie. Les sites localisés lors des recherches antérieures (A.L. Smith 1955 principalement) sont situés pour la plupart dans les dépressions et les vallées. Ces espaces plats sont, ou ont été des terroirs agricoles riches (voir chap. 1, pédologie), et des axes de communication dans la sierra, tous fortement peuplés depuis au moins la Conquête. C’est là que, en bonne logique, doivent se trouver les noeuds du réseau de l’habitat préhispanique, c’est-à-dire les “centres”. L’objectif était donc de reconnaître intensivement les fonds plats et leurs abords, de façon à y repérer tous les centres, grands, moyens et petits.

2Ce faisant, on négligeait d’une part un certain nombre de vestiges d’habitat domestique (sites de quelques petits monticules, concentrations de matériel en surface), les sites en grottes et sans doute d’autres types morphologiques ; et d’autre part l’habitat en montagne (collines karstiques du nord, chaînes du centre et du sud). Quant à l’habitat domestique, nous avons pris soin, quand les conditions locales s’y prêtaient, de repérer les moindres traces d’occupation : au total près de 40 % des sites localisés relèvent du type “habitat domestique”, par opposition aux types “centres”. Mais ceci ne signifie pas que, à ce niveau, la reconnaissance des secteurs plats ait été exhaustive.

3En ce qui concerne l’habitat de montagne, le relief vigoureux et très serré de la sierra et du karst interdit que se soit constitué en son sein un véritable réseau de centres, sauf éventuellement dans des circonstances telles que la population régionale ait eu à y chercher refuge. C’est ce qui a pu se produire au Postclassique récent, période localement assez troublée (voir chap. 2) ; mais les centres moyens et grands datés de cette période en Alta Verapaz sont connus de la population actuelle (voir Sapper 1895 ; et Dieseldorff 1926-33) ; quoiqu’il en soit ces centres ne sont jamais éloignés des secteurs plats.

4En pratique, durant 75 jours non consécutifs, nous avons reconnu de façon intensive par cheminements à pied les dépressions, les fonds plats et les quelques terrasses des vallées (carte h.-t.), ainsi que leurs abords, versants, sommets, points de passage des chemins, petites dépressions annexes... dans une frange de 1 à 3 km ; nous avons ainsi localisé 48 sites. Simultanément, nous avons effectué quelques parcours dans des quebradas des massifs du centre (5 sites localisés), dans les vallées encaissées des ríos Cahabón (section nord-est, hors-zone), Polochic et Panimá à l’est de la zone, du Río Chixoy à l’ouest et du Río Carchelá-Quililá au sud (au total 8 sites, et Pueblo Viejo-Chixoy que nous excluons du corpus puisqu’il a été décrit et fouillé par A. Ichon 1979a). Les quelques parcours, faits dans les collines karstiques et dans les montagnes de la zone n’ont donné aucun site. Nous avons parfois eu recours à des informateurs locaux, avec des résultats mitigés. Au total nous avons repéré 61 sites.

5Les alentours immédiats de chaque site dans un rayon de 0,5 à 2 km ont été soigneusement parcourus de façon à déterminer l’étendue des vestiges, en particulier l’existence ou l’absence d’une zone d’habitat domestique annexe, et à reconnaître le milieu local. Une fiche descriptive a été remplie pour le site et ses alentours (modèle utilisé par Becquelin et Baudez dans la vallée de Toniná au Chiapas, 1979). Nous n’avons pas donné de désignations de code aux sites de façon à ne pas compliquer le repérage postérieur par d’autres chercheurs. Pour presque tous les sites de plus de deux monticules, un plan à l’échelle 1/1000 a été levé au moyen d’une boussole Brunton et d’un mètre-ruban (30 m). Les orientations et les hauteurs ont été calculées pour toutes les structures. Le graphisme choisi est traditionnellement utilisé en archéologie maya ; dans le cas présent le double contour indique que le monticule a plus de 1,50 m de hauteur ; lorsque la zone d’habitat d’un site comporte plus de 12 monticules et est bien différenciée du centre, on représente les structures de cette zone résidentielle en grisé, avec un contour au trait seulement si les limites ou les murs de la structure sont bien visibles et nets.

6Des 61 sites localisés, 12 avaient déjà été reportés, dont 4 seulement ont été décrits et publiés formellement : Chichén, Valparaiso et Chicán (alors appelé Chinchilla) par A.L. Smith (1955), et Sakajút par Sedat et Sharer (1972). Les 8 autres sites sont Papá (Dieseldorff 1926-33), Carchá-Potrero et Carchá-Calvario (Butler Arch. U.M.), Chajcar (Adams 1965, 1967), Chajsel (Wauchope 1970), Chicoyoú, Patal et Unión Barrios (Fichier de sites de l’Instituto de Antropología e Historia de Guatemala).

7D’autre part 6 sites publiés ou reportés de façon détaillée n’ont pas été reconnus, les uns étant détruits, d’autres difficilement accessibles : Chipoc, Chicuxab, Santa Elena-Santa Cruz, Samac (Smith 1952 ; A.L. Smith 1955), Kanihaab (Butler Arch. U.M.) et Xalijá (E. Haeserijn, comm. pers. 1975).

8Le corpus comprend donc 67 sites au total.

II. Typologie des sites

9Quand elles font suite à des reconnaissances sans fouilles ou avec des fouilles limitées, les classifications de sites mayas sont généralement frustrantes, et leurs résultats sont souvent controversés (Bullard 1960 ; Sanders 1960 ; Hammond 19755 ; sur ce thème voir Becquelin 1973, Ashmore 1981 : 12). Il est pourtant impossible d’en faire l’économie car comment traiter autrement l’énorme corpus de sites mayas non fouillés qui est en train de se former ? Dans la présente recherche, la classification fonctionnelle des sites avait d’abord une valeur opératoire, en ce sens qu’elle a dirigé la sélection des sites à fouiller. Elle a en plus une valeur cognitive, développée en liaison avec d’autres données dans les analyses des réseaux et systèmes d’habitat régionaux (chap. 6, 7 et 8) ; c’est-à-dire qu’elle rend plus explicites certaines des normes dont dépendent ces analyses.

10La classification a consisté à produire des types fonctionnels de sites sur la base de critères morphologiques. Il est bien évident que sans fouilles, les diverses fonctions des établissements ne peuvent pas être spécifiées au-delà de la dichotomie domestique/spécialisée. On se borne tout au plus à construire une hiérarchie fonctionnelle, constituée d’une série de types allant idéalement de l’établissement à fonction unique à l’établissement complexe de fonctions multiples (voir Ashmore 1981).

11Les éléments observés qui composent un établissement, ou site, sont dans le cas présent essentiellement des structures (bâtiments ou constructions) et des concentrations de matériel de surface, à l’air libre, parfois en grottes. Signalons d’emblée que le matériel de surface est rare dans notre zone en raison de l’étendue des pâturages dans les secteurs plats. Fonctionnellement, ces éléments observés sont “domestiques” ou “spécialisés” (“spécialpurpose”feature, Willey et Shimkin 1973 : 493), c’est-à-dire grosso modo privés ou publics – mais nous classons les “résidences nobles” dans les éléments spécialisés car elles témoignent d’une fonction d’ordre politique. Les critères de distinction relèvent

  1. du principe d’abondance : les structures les plus nombreuses dans la zone, donc domestiques, sont les monticules avec peu ou pas de trace de construction de pierres, de dimensions inférieures à 10 x 5 x 0,50 m, agencés de façon peu ou pas normative ;

  2. de la nature du matériel associé en surface (dont sculptures) ;

  3. du degré d’élaboration de l’architecture visible hors-fouilles.

12Dans les sites de la zone, les structures spécialisées sont principalement la structure pyramidale, en principe de base carrée, de plus de 2,50 m de haut, les structures rectangulaires longues de 20 m et plus, les structures carrées petites, dites “autels”, les terrains de jeu de balle.

13La classification des sites est basée sur les critères de

  1. la présence/absence respective, le nombre et l’agencement des éléments domestiques et des éléments spécialisés au sein du site ;

  2. la superficie totale du site ;

  3. la qualité de l’architecture de l’ensemble du site (si elle est visible).

14Le tableau 2 ci-joint présente la classification effectuée. Le terme fonctionnel “centre” équivaut à l’appellation traditionnelle de “centre cérémoniel” (étudiée par Becker 1971) et à celles, plus à la mode, de centre “civico-cérémoniel” ou “centre organisationnel” (Ashmore 1981). Le terme de “centre recteur” (repris de Ichon et Grignon 1981 : 9) a peut-être moins de connotations territoriales équivoques que “centre régional”, du moins à ce niveau de l’analyse.

15Cette classification met en relief une hiérarchie d’établissements, allant de ceux qui furent le lieu d’interactions socio-économiques circonscrites localement et temporellement (habitat domestique, lieu de culte isolé), à ceux au sein desquels les interactions ont été plus complexes et plus déterminantes pour le système socio-économique (centres secondaires de types C et D, et centres recteurs).

Tableau 2 : Charte résumant la typologie fonctionnelle des sites

Tableau 2 : Charte résumant la typologie fonctionnelle des sites

Notes : 1. Calculé pour 11 sites
2. Calculé pour 1 site

16Il y a évidemment des réserves à faire sur cette typologie : des vestiges ont disparu et la reconnaissance n’est pas exhaustive, au moins au niveau de l’habitat domestique ; la typologie postule une corrélation entre la forme visible des éléments et leur fonction qui n’est pas contrôlée. Il est probable que la complexité de la structure de l’habitat régional est sous-estimée.

Tableau 3 : Liste des sites par types fonctionnels (carte h.-t., du nord au sud et d’est en ouest)

TYPE A

Al

Chipoc
Xutjá 2
Tactic 1
Tactic 2
Chamaoj

A2

Concepción
Xucaneb 3
Panzinic
San Juliáp
La Presa

A3

Chicuxab (ALS 55 : fig. 1356)
Xucaneb 2
Suquinay
Ciruelo

A4

Chajcar
Chajsel
Papá
Chilax
Escuela Chichén
Xucaneb 1
La Cumbre
Chejel
Purulhá
Zompopero
Aguacate
Cerro Verde
Niño Perdido 3
Zacualpita

TYPE B

B1

Chicoyou
Xalijá

B2

La Candelaria
Samac
El Jute
Niño Perdido 2
Pichirico (fig. 14)
Monterico

TYPE C

Cl

Kanihaab
Carchá-Potrero (fig. 15)
Sakajút (Sedat Sharer 72 : fig. 2)
Sisbal
Santa Elena – Santa Cruz (ALS 55 : fig.
135a et Sapper 1895 : Taf. 4-10)
Chicanoj
Chijoú (fig. 16)
Las Conchas (fig. 17)
San Pablo (fig. 18)
Pansalché (fig. 20)
Najkitob (fig. 20)
Pasmolón (fig. 21)
Niño Perdido 1

C2

Xutjá 1 (fig. 22)
Chiacal

TYPE D

Dl

Chitazul
Union Barrios (fig. 28)

D2

Carchá-Calvario (fig. 23)
Valparaiso (fig. 19)
Guaxpac (fig. 37)
Canxul (fig. 24)
Patal (fig. 25)
Mocohán (fig. 26)
Sulín (fig. 27)
Las Flautas (fig. 29, 30, 31)
Laurel (fig. 32)

TYPE E

Chichén (fig. 33 ; ALS 55 : fig. 39,134)
Chicobán (fig. 40)
Raxquix
Chicán (fig. 37, 38, 39 ; ALS 55 : fig. 136)
Salto (fig. 34, 35, 36)

Note : ALS 55 = A.L. Smith 1955.

Description synthétique des types de sites1

  • 1 Les fiches descriptives des sites figurent à l’annexe I.

17Le type A, habitat domestique, présente une assez grande diversité morphologique (tabl. 2) qui résulte sans doute en partie d’états de conservation inégaux. Les sites les mieux conservés sont agencés soit en patio – 3 ou 4 structures de mêmes dimensions entourant une petite place – soit sans ordre apparent. Lorsque les structures sont assez distantes les unes des autres, on peut être en présence d’une zone d’habitat groupé dont une partie des éléments a pu disparaître.

18Les sites du type B sont considérés comme ayant été le lieu d’un culte ponctuel et spécifique, peut-être en liaison parfois avec des lieux naturels révérés. Les grottes, où on trouve de la céramique et quelquefois des murs, sont presque toujours des lieux rituels (Carot 1982). Les centres (C, D, E) de Chichén, Santa Elena-Santa Cruz, San Pablo, Guaxpac, Pasmolón, Canxul et Zompopero se trouvent à proximité d’une grotte ; nous n’avons reconnu que celle de Zompopero, un lieu de culte actuel. D’autres sites de type B sont des sépultures isolées : Samac comportait une sépulture en chambre voûtée trouvée au Sommet d’une colline (Smith 1952 : fig. 26) ; à La Candelaria (et tout près à Chimox), un ancien assistant de fouilles de Dieseldorff nous a signalé plusieurs sommets de collines et les pentes d’éperons rocheux où il a trouvé des sépultures. Enfin, quatre sites de type B ne comportent qu’une structure : grande plate-forme de 1 à 2 m de hauteur (2 sites), structure pyramidale de 3 m de hauteur (1 site) et un terrain de jeu de balle à extrémités fermées du type “Transition postclassique” (Taladoire, comm. pers 1976) sans aucune association (1 site, fig. 14). Dans les quatre cas, l’appareil de pierres est mal conservé mais visible.

19Le type C, centres, se caractérise par un agencement géométrique assez strict de toutes les structures, qui sont spécialisées. A l’exception de Chiacal dont les deux structures se font face, et de Xutjá 1 dont les trois structures pyramidales sont alignées (voir n° de fig. au tabl. 3), l’agencement typique est celui de la plaza, disposition orthogonale des structures formant une place intérieure, avec ou sans patio annexe. L’orientation de la plaza est variable : 0-5° nord-nord-est (magnétique), 10-20° NNE, ou 20-50° NNO. Chaque site inclut deux à trois de ces éléments : “autel” carré, structure rectangulaire moyenne, structure longue (9 sites), structure pyramidale de 2,50 à, 5,50 m de haut (5 sites), terrain de jeu de balle (2 sites : extrémités ouvertes à Sakajút gr. B, extrémités fermées du type “Transition postclassique” à San Pablo). Un appareil de pierres sélectionnées, parfois à face externe parée, a été observé dans la plupart des sites, tandis que les revêtements de “stuc” paraissent rares (2 sites). Des vestiges architecturaux (escaliers, degrés, moulures...) sont conservés dans au moins 5 sites. Il n’y a pas de zone d’habitat autour de ces centres, ce qui n’exclut pas pourtant la présence éventuelle de constructions de service ou de “résidences nobles” dans le centre.

20Les sites du type D, centres avec zone d’habitat, se caractérisent au contraire par la juxtaposition d’un secteur spécialisé généralement agencé en plaza, et d’un secteur résidentiel de structures domestiques. Ces dernières ne sont pas disposées de façon ordonnée, à l’exception de quelques patios. Les orientations des plazas varient de 5-7° à 30-40° NNE, sauf Carchá-Calvario orienté à 25° NNO. La distance de la plus éloignée des structures domestiques à la plaza peut être de 500 m, voire 1 km, mais le rayon est généralement inférieur. Il existe des sites à deux composantes situées de part et d’autre d’un cours d’eau, comme Patal et Canxul, et Las Flautas (Durazno-Las Vegas : ce site est le plus grand des sites D, avec plus de 100 structures sur environ 12 ha de superficie) ; dans ces cas, les deux composantes incluent une plaza et une zone résidentielle.

21En général la zone résidentielle comprend approximativement les trois quarts des structures du site, c’est-à-dire les monticules les plus petits, avec parfois une ou deux structures plus grandes (1,50 m de hauteur maximale). La plaza est composée de plates-formes moyennes ou longues, d’une ou deux structures pyramidales (3 à 10 m de hauteur), et rarement d’une structure composite ou d’un terrain de jeu de balle (à extrémités ouvertes à Unión Barrios ; à extrémités fermées de “Transition postclassique” à Laurel). L’architecture et l’appareil sont généralement médiocres.

22Les sites du type E, centres recteurs, sont de morphologies plus complexes et diverses et il faut tenir compte pour les décrire de critères chronologiques et spatiaux: Chichén et Salto sont des sites construits principalement au Classique récent, l’un dans le secteur nord, l’autre tout à fait au sud de la zone (A.L. Smith 1955; cette recherche); Chicán, Chicobán et très probablement Raxquix présentent une architecture de type postclassique récent, ce que confirme leur emplacement en hauteur (Chicán a aussi été daté par Smith).

23Chichén est un grand établissement entièrement organisé en trois plazas juxtaposées (23 structures sur 7 ha environ ; orientation 15-20° NNE). Les irrégularités du terrain ont été aménagées en terrasses. On y voit une structure pyramidale (10,30 m de hauteur), deux autels, deux terrains de jeu de balle, sept structures longues (30-40 m) et des structures moyennes. La qualité de l’architecture et de la maçonnerie de pierres et dalles taillées est remarquable. Une sculpture et des monuments lisses sont présents.

24Salto manifeste en fait tous ces traits, y compris la présence de sculptures, quoique d’un style très différent : trois plazas de 40 structures au total environ, dont deux plazas orientées à 15-20° NNE, et une à 0-5° NNE (celle du groupe 3 Ouest), mêmes types de structures mais de fréquences différentes, dont aussi deux terrains de jeu de balle, mais fermés. Ceci étant dit, Salto est différent de Chichén en ce que les trois plazas sont très distantes les unes des autres sur la surface d’ensemble du site (21,2 ha), qui s’étend en deux parties de part et d’autre du Río Las Flautas ici très encaissé : une plaza à l’est, deux plazas à l’ouest. Chacune est entourée d’une zone d’habitat extrêmement dense (plus de 180 structures au total), alors que Chichén ne comporte visiblement pas de zone d’habitat. Chaque zone de Salto est elle-même différenciée, tant en ce qui concerne les dimensions des structures (mais toutes moins grandes que celles des plazas), qu’en ce qui concerne les agencements puisque plusieurs patios plus ou moins bien structurés sont présents. Ajoutons que la plaza du groupe 3 Ouest est agencée et orientée différemment des deux autres : il s’agit d’une grande terrasse ou plate-forme (C, voir fig. 35) supportant une seule structure pyramidale (str. 10), à laquelle sont annexés un terrain de jeu de balle déprimé (str. 13 et 14) et une série de terrasses et de structures (str. 1 à 9) disposées en escalier ; cette morphologie “en acropole” est unique dans la zone et l’aménagement ici très important des irrégularités du terrain est évident.

25Enfin, Salto est situé sur deux larges croupes pentues dont l’occidentale est facile à défendre, alors que Chichén est un site de fond de dépression impossible à défendre.

26Chicán, Chicobán et Raxquix sont situés sur de hauts promontoires à flanc de montagne, un emplacement défensif typique du Postclassique récent. Les deux premiers (nous n’avons pas visité Raxquix) comportent 20 à 30 structures organisées en plazas et grands patios, outre un nombre indéterminé de terrasses domestiques sur les pentes environnantes. Le type de structure commun est la plate-forme longue (20 à 50 m). La véritable structure pyramidale est absente, de même que le terrain de jeu de balle. L’architecture, assez bien conservée, est marquée de quelques influences “mexicaines”, dont les rampes ou alfardas qui subdivisent les escaliers des plates-formes longues (voir chap. suivant, fouilles de Chicán) ; la maçonnerie de petites dalles de gneiss et de schiste est de qualité moyenne, parfois revêtue de “stuc”. Les plazas sont orientées selon les points cardinaux.

Comparaisons inter-régionales (Hautes Terres du Guatemala)

27Les sites d’habitat (type A) ne donnent lieu à aucune comparaison spécifique.

  1. Lieux de culte isolés (type B). Les lieux de culte en grottes sont fréquents en Alta Verapaz hors de notre zone : Campur, Seamay, Chiatzam, Zabalam, Senahú, Sakalkunte, Rubel Balam, Chamil et Canasec (Sapper 1895 ; Seler 1904, s.d. ; Butler, Arch. U.M. ; Stewart 1941 ; Smith 1958), outre ceux explorés par Carot (1982) au nord du département. Dieseldorff semble en avoir exploré beaucoup (lettre à Butler 1939, Arch. U.M.). Des sépultures isolées ont aussi été relevées en Alta Verapaz: Chicoc, Chimuxán, Chajmaic (Butler Arch. U.M.; Shook s.d., carnet de notes 299 n° 15); il faut sans doute interpréter ce type de sites en relation avec les observations de Las Casas concernant les enterrements de chefs indiens de Verapaz au sommet de cerros (1909: 630) ; les Kekchis de Chamelco prétendent connaître l’emplacement de la sépulture de Juan Matalbatz, gouverneur indien de Verapaz au XVIe siècle, près d’un cerro de Chamil, mais dans une grotte. Dans tout le département, certains sommets font l’objet d’un culte spécifique très important, en particulier Xucaneb près de Tactic (Sapper 1897 ; Burkitt 1902 ; Dieseldorff 1926 : 22 ; Selis Lope 1931 ; Carter 1969 : 72-73 ; Cabarrus 1974 : 11). Le Cerro Xucaneb, habité par la divinité Tzultacah, est le gardien du maïs, mais il a aussi comme les autres cerros sacrés un aspect maléfique associé au “Vieux Dieu” Mam. Une révolte indienne de la fin du XIXe siècle a commencé à Xucaneb (voir Selis Lope 1931, qui en fait un récit intéressant).
    En dehors de l’Alta Verapaz, des lieux de culte isolés ne semblent avoir été repérés qu’en zone ixil (Cuchumatanes, Becquelin 1969 : 194) soit en grottes, soit sous la forme d’un monticule contenant une tombe; et au Quiché central où les “temples isolés”, datant du Postclassique, sont souvent situés chacun sur un sommet (Carmack, Fox et Stewart 1975).

  2. Centre secondaire (type C). Hors de notre zone, sept centres petits et moyens ont été décrits en Alta Verapaz : Las Pacayas, Cakihá (Sapper 1895), Esperancita, Omaxa, Tampomá, Seacal (A.L. Smith 1955 ; Smith 1952 : fig. 25), Xoch (Burkitt 1930). Ils comportent chacun 4 à 10 structures spécialisées agencées en plaza. Les terrains de jeu de balle sont rares : un à Tampomá, site doté par ailleurs de monuments lisses. Dans la zone ixil, les centres à plaza sont différents de ceux d’Alta Verapaz parce que presque toujours agencés en fonction du terrain de jeu de balle ; Adams leur attribue des fonctions rituelles, funéraires et résidentielles pour les “nobles” (1972 : 5). Dans l’ensemble des Hautes Terres, le “site compact” à plaza avec terrain de jeu de balle est très fréquent (De Borhegyi 1965 art. 2 ; A.L. Smith 1955).

  3. Centre secondaire avec zone d’habitat (type D). Il est rare que l’auteur d’une reconnaissance dans les Hautes Terres précise s’il s’est ou non efforcé de repérer l’existence de zones d’habitat autour des centres qu’il a reconnu, sauf dans le cas de grands sites. Des centres à zones d’habitat dense sont cependant connus dans le bassin de Salamá (Tzalcam, Ricketson 1936 ; Sedat, comm. pers.), dans la vallée moyenne et inférieure du Río Motagua (Smith et Kidder 1943 ; Walters 1980a, 1980b ; Schortman 1980) et dans la vallée du Río Négro-Chixoy au nord de la Baja Verapaz (Ichon 1979c).

  4. Centres recteurs (type E). En Alta Verapaz, Chijolóm est un centre classique analogue à Chichén, cependant moins grand, et avec une architecture et un mode de construction encore plus soignés (A.L. Smith 1955 : fig. 35). Raxrujá, au nord du département, était aussi, avant sa destruction partielle récente, un grand centre à plazas d’une excellente construction, doté de monuments lisses (Carot 1976). En Baja Verapaz, dans la vallée du Río Chixoy face à l’Alta Verapaz (fig. 8), Los Encuentros est comparable à Salto par l’importance de ses zones résidentielles et par ses deux plazas juxtaposées avec un terrain de jeu de balle (orientation 18° NNE ; Ichon 1979a).

28En Baja Verapaz près de San Jerónimo (fig. 10), Pachalúm est un centre postclassique récent identique à Chicán (gr. A) par les types de structures, le plan et l’orientation de sa plaza principale (A.L. Smith 1955 : fig. 127b). A l’extrémité orientale de l’Alta Verapaz, Las Tinajas est aussi un centre postclassique récent assez semblable à Chicán (ib id. fig. 130, 132). Notons que Sapper a signalé l’existence de sites fortifiés en Alta Verapaz à Xaltenamit (Campur), Las Pacayas (San Cristóbal) et à Chimsaquín (Tucurú) (1895 : 13-14).

Critères chronologiques de classification des centres (Types C, D, E)

29Les types C, D, E sont basés sur des attributs morphologiques et fonctionnels supposés à priori invariables dans le temps. Mais d’autres attributs, que des comparaisons inter-régionales permettent d’isoler, varient dans le temps : il s’agit surtout de l’emplacement du site, de certains types de structures, et peut-être de l’orientation des agencements.

30Les critères du site, préclassique généralement retenus dans les Hautes Terres sont l’emplacement en fond de vallée, les structures pyramidales élevées et l’agencement linéaire (De Borhegyi 1965b ; Smith 1965 : fig. 7b gauche ; Shook 1971 ; Becquelin, comm. pers. pour le Chiapas). Dans notre zone, Xutjá 1 est sur ces bases un site typiquement préclassique (fig. 22). Carchá-Calvario (fig. 23) et Sakajút (gr. A, Sedat et Sharer 1972 : fig. 2), que l’on sait dater du Préclassique grâce aux fouilles de Butler et de Sedat, comportent bien des pyramides mais ils sont situés sur des buttes et agencés en plaza. Nous avons daté du Protoclassique Valparaiso et Pasmolón (fig. 19, 21), deux sites placés sur des buttes et agencés en plaza, dont seulement le deuxième comporte une haute pyramide. Au moins dans le cas de Sakajút-gr. A, qui remonte au Préclassique ancien-moyen, l’agencement en plaza paraît très précoce en Alta Verapaz. On note qu’à l’exception de Valparaiso, ces sites sont orientés à 25-50° NO, azimut rarement relevé dans les autres sites de la zone.

31Les critères qui définissent le site postclassique récent son plus nombreux ; emplacement défensif, présence de plates-formes longues, d’un terrain de jeu de balle fermé, de substructures de temples simples ou doubles, absence de véritable pyramide, architecture de type “mexicain” et, pour les grands centres, zones résidentielles denses (A.L. Smith 1955 ; De Borhegyi 1965b ; Adams 1961 pour le Chiapas où ce type de site apparaît au Classique récent ; Carmack, Fox et Stewart 1975 ; Fox 1980). Ces critères définissent Chicán et Chicobán, bien qu’ils soient dénués de jeu de balle et le second de substructure de temple (fig. 38, 40). Trois centres secondaires de type C, Najkitob, Pansalché (fig. 20) et Kanihaab, doivent être rapprochés du modèle postclassique récent en raison de leur emplacement défensif, de leurs plates-formes longues et de leur architecture “mexicaine”. Najkitob et Pansalché sont parfaitement identiques ; ils sont de plus orientés tous deux comme Chicán et Chicobán, selon les points cardinaux.

32Pour les périodes qui s’étendent du Préclassique au Postclassique récent, les critères exclusifs ne sont pas spécifiques et nous sommes donc encore loin de pouvoir construire une séquence chronologique complète basée sur les formes de l’habitat régional. Le seul indice concerne l’évolution des plans et profils des terrains de jeu de balle (voir Taladoire 1981). Mais les terrains sont rares et mal conservés dans notre zone. Fox a aussi retracé une évolution morphologique des grands centres du Classique récent, du Classique final (Epiclassique) et du Postclassique ancien (1980), mais elle ne nous paraît pas applicable à nos données; on note tout au plus qu’à Salto, le centre du groupe 3 Ouest (fig. 35) n’est pas conforme aux normes des plazas classiques du même site et de la région (voir supra, p. 48); or un sondage (Salto-Sl) effectué dans ce groupe indique une occupation finale du Postclassique ancien, datation en accord avec l’aspect d’acropole que présente ce groupe, sa pyramide centrale à quatre escaliers et son terrain de jeu de balle en I déprimé (voir Fox 1980). Mais c’est plutôt à Los Encuentros (Río Chixoy) que les critères de l’habitat épiclassique semblent pouvoir être définis (Ichon 1979a : 25-26 ; comm. pers.).

Critères géographiques de classification des centres (Types C, D, E)

33L’habitat régional peut manifester des différences culturelles dont la distribution dans l’espace doit être repérable. A l’intérieur de la zone de recherche, l’échantillon de sites dont on dispose est trop limité pour permettre ce type d’analyse, et on peut de plus penser à priori que cette zone était homogène culturellement. Pourtant on a souligné combien Chichén au nord, et Salto au sud, sont des établissements différents, principalement en raison de la présence à Salto de grandes zones résidentielles denses qui sont absentes à Chichén. Or le même critère de différenciation joue au sein des centres secondaires puisque les centres de type C, sans habitat, sont localisés dans le secteur nord, et les centres de type D, avec zones d’habitat, le sont dans le secteur sud (la limite des deux secteurs étant la vallée de Tactic, carte h.-t.). Si on ne tient compte que des sites datés, on retrouve la même distribution pour le Classique récent et le Postclassique ancien (fig. 8 et 9).

34Peut-on affirmer que l’habitat était dispersé dans le secteur nord, et groupé dans le secteur sud ? Ou bien la distribution apparente n’est-elle qu’un artefact de la reconnaissance et de destructions différentielles ? Nous optons pour la première possibilité car, d’une part la méthode de reconnaissance visait explicitement à repérer les plates-formes domestiques aux alentours immédiats des sites dans tous les secteurs plats; d’autre part l’impression que les cultures auraient été plus destructrices dans les dépressions du nord (où un habitat groupé n’est pas visible) que dans les vallées du sud se révèle fausse sur le terrain, et de plus est assez arbitraire compte tenu du peu que l’on sait des pratiques agricoles anciennes et récentes dans la zone. Ceci étant dit, l’option ainsi faite n’est qu’une hypothèse, et seul un programme intensif de sondages autour des centres du secteur nord pourrait la confirmer.

35On rappelera qu’actuellement l’habitat est dispersé de même dans le secteur nord (territoire kekchi), et qu’il est groupé dans le secteur sud (pokomchi et métis ; voir chap. 1 section IV). De plus, on a mentionné dans le présent chapitre que les seules régions des Hautes Terres où un habitat fortement groupé est connu pour la période préhispanique sont la Baja Verapaz (Salamá, vallée du Río Chixoy) et la vallée du Río Motagua, régions qui entourent précisément le secteur sud de notre zone (fig. 4). Il paraît probable que des affinités et des traditions culturelles puissent expliquer la morphologie groupée de l’habitat dans le secteur sud, au moins autant que des facteurs écologiques.

Résumé des résultats

36La reconnaissance a porté essentiellement sur les secteurs plats et leurs abords. Au total, 61 sites ont été reconnus, dont 57 non publiés ou non décrits antérieurement.

37Une typologie fonctionnelle de ces sites, plus 6 sites non reconnus mais publiés antérieurement, a permis de les ordonner en une série hiérarchisée de 5 types, sur la base de critères morphologiques. Les comparaisons inter-régionales tendent à confirmer l’interprétation fonctionnelle de ces types, laissée assez imprécise en l’absence de données résultant de fouilles. On insiste plus sur la hiérarchie socialement significative qui résulte de la typologie que sur les caractéristiques fonctionnelles intrinsèques de chaque type.

38Au plan chronologique, l’échantillon de sites est trop restreint pour mettre en relief une variation dans la hiérarchie et dans les morphologies des sites. On parvient tout au plus à établir pour une douzaine de centres deux catégories, Préclassique et Postclassique récent, grâce aux comparaisons inter-régionales.

39Enfin une variation morphologique des centres a été observée dans l’espace régional : les centres dénués de zones résidentielles semblent typiques du secteur nord karstique, les centres à zones résidentielles groupées le seraient du secteur sud des vallées et montagnes. Les comparaisons avec l’habitat ancien des régions méridionales voisines, et avec l’habitat moderne de l’Alta Verapaz occidentale suggèrent que, outre les contrastes du milieu physique, un facteur culturel pourrait expliquer cette variation.

Notes

1 Les fiches descriptives des sites figurent à l’annexe I.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Charte résumant la typologie fonctionnelle des sites
Légende Notes : 1. Calculé pour 11 sites2. Calculé pour 1 site
URL http://books.openedition.org/cemca/docannexe/image/4911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search