Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’habitat en alta Verapaz, Guatemala

 | 
Marie-Charlotte Arnauld

Chapitre 1. Les milieux physiques de l’Alta Verapaz occidentale

Texte intégral

I. Le relief, la géologie et la pédologie

  • 1 Cette référence sera donnée par la suite sous la forme : Viana 1955. Il s’agit de la Relation de 15 (...)

“Toda esta tierra es montaña sembrada de montes y serranías muy ásperas y entanto grado que en toda ella no se hallara un llano de media legua en espacio para poderse en él asentar un pueblo" (Viana, Gallego et Cadena 1955: 19)1.

1Les chaînes d’Alta Verapaz appartiennent du point de vue tectonique et géologique à la “structure des Antilles” ou “Old Antillia” (West 1964a, 19646). Cette structure est géologiquement l’aire la plus ancienne d’Amérique Centrale : déformée dès le Précambrien, elle a subi sa plus grande activité tectonique au Mésozoïque (West 1964a). Les chaînes calcaires débutent au nord-ouest de l’Amérique Centrale par le plateau de San Cristóbal au Chiapas (Mexique), se prolongent par la chaîne des Cuchumatanes du Guatemala occidental puis par les chaînes d’Alta Verapaz au Guatemala oriental, et se terminent sous la mer des Caraïbes par le Cayman Ridge (West et Augelli 1966).

2La profonde coupure du Río Chixoy orientée nord-sud sépare transversalement les Cuchumatanes de la Sierra d’Alta Verapaz. Longitudinalement l’ensemble est très faillé et découpé de longues dépressions dont, en Alta Verapaz, celle du Río Polochic qui fait suite à la vallée ouest-est du Río Negro-Chixoy (fig. 4). Dans la zone qui nous intéresse, le relief vigoureux est, de plus, compartimenté par des vallées fluviales secondaires, dont certaines correspondent à des failles, et par des dépressions dans le secteur karstique. Les communications sont relativement aisées dans le sens nord-sud (vallées des ríos Cahabón et Matanzas) et dans le sens est-ouest (vallées des ríos Polochic, Cahabón et Negro-Chixoy ; fig. 5 et carte h.-t.).

3On peut définir dans la zone trois secteurs topographiques, qui correspondent assez bien aux milieux physiques distingués sur la carte de la fig. 6.

  1. Le secteur nord, de Cobán à Tactic (carte h.-t.) est caractérisé par un relief de collines enserrant des dépressions. Il s’agit du versant nord des chaînes d’Alta Verapaz (milieu 2b, fig. 6), composé de plis anticlinaux parallèles d’orientation est-ouest, et de cuestas faillées (West 1964a). L’altitude est de 1 500 m dans la vallée de Tactic, de 1 200 m à Cobán et de 300 m à 25 km plus au nord, à l’orée des Basses Terres. Les formations du karst tropical sont bien développées localement : kegelkarst, ou relief de collines coniques serrées (fig. 11a), dolines, pertes, grottes et gouffres (localement appelés siguanes) (Termer 1932 ; West 1964a ; Dreux s.d. : 16). Le processus karstique est aussi en partie responsable de la formation des dépressions (Sorre 1928) ; elles ont de 1 à 20 km2 de superficie, sont de fond plat et profondes de 100 à 300 m environ. Le secteur est drainé par le Río Cahabón et ses affluents.

  2. Le secteur central, de Tactic à Unión Barrios, comprend les massifs montagneux découpés de vallées encaissées. Les anticlinaux vigoureux s’élèvent ici à plus de 2 000 m d’altitude (fig. 11b, 12a). Les vallées principales découpent la sierra en massifs, nommés Xucaneb (2 648 m), Tzalam, Repollal et Quisís, au sein desquels s’inscrivent aussi des quebradas. Les vallées sont profondes de 500 à 1 000 m, ont moins de 2 km de largeur et comportent très peu de terrasses sur les versants. Le secteur est drainé par les ríos Cahabón et Polochic.

  3. A l’extrémité sud commencent les croupes plus lourdes du versant nord de la Sierra de Chuacús. Cette sierra appartient à l’ensemble des cordillères primitives, métamorphiques, qui bordent au sud les chaînes calcaires (Usselmann 1979). Nous n’avons reconnu que la vallée du Río Matanzas (ou Las Flautas) dont les dernières terrasses méridionales surplombent le bassin de San-Jerónimo-Salamá, situé à 500 m en contrebas.

4Au point de vue géologique, des couches de plus en plus jeunes, toutes orientées est-ouest, se succèdent depuis le sud jusqu’au nord :

  • extremité sud, Sierra de Chuacús : roches paléozoïques métamorphisées au Tertiaire (gneiss, phyllades, intrusions de granite et de serpentine ; Sapper 1958 ; West 1964a ; Douzant, comm. pers.)

  • secteur central, hauts reliefs de Xucaneb et de Repollal : formations paléozoïques et mésozoïques de Santa Rosa et de Tactic (grés, conglomérats, schistes bitumeux, intrusions de roches cristallines) (Sorre 1928 ; McBirney 1963)

  • secteur nord, kegelkarst : formations mésozoïques de Cobán, puis vers le nord, de Campur, en couches calcaires puissantes (voir Vinson 1962).

5Le fond des dépressions et de la vallée de Tactic porte des dépôts de cendres volcaniques, cependant moins épais que ceux des bassins de Baja Verapaz (Sapper 1901,1958).

6Quelques ressources minérales ont pu être connues et exploitées anciennement : or et plomb des vallées du Polochic et de Tactic, jaspe de la vallée moyenne du Río Chixoy, argent de Carchá, cristal de roche, mica, serpentine et granite de l’extrémité sud (voir Feldman 1971 : Tabl. 28).

7Quant aux sols de la zone (voir Simmons, Tarano et Pinto 1959 ; et Stevens 1964), le substratum calcaire et le relief accentué déterminent dans les montagnes du centre et sur les collines du nord les séries Chixoy et Tamahú, dont les sols trop drainés, menacés par l’érosion, sont moyennement à peu fertiles. Par contre, dans les dépressions à fond plat, le substratum calcaire et les dépôts de cendres volcaniques ont permis la formation des sols profonds et fertiles des séries Carchá, Amay et Cobán, mais ils sont actuellement épuisés, sans doute à la suite d’une exploitation ancienne. Vers le sud de la zone, on trouve plusieurs séries de sols médiocres (catégories C, D, E de Simmons), développés sur serpentine, sur matériaux sédimentaires et métamorphiques, toujours en reliefs inclinés. Enfin les fonds de vallées comportent des sols alluviaux trop mal drainés non cultivables, mais aussi quelques parcelles de sols Carchá et Cobán à la base des versants.

8A regarder la distribution des sols fertiles (catégorie A, séries Carchá et Cobán entre autres) dans les régions voisines, la zone d’Alta Verapaz occidentale n’est pas défavorisée. De plus, le climat humide rend l’exploitation des secteurs plats plus facile que celle des bassins de Baja Verapaz, dont les dépôts de cendres sont pourtant plus épais (Usselmann 1979).

II. Le climat, la végétation et la faune

“Su temple [de la provincia de Verapaz] es en la mayor parte de ella caliente y lo demas casi templado, que es a donde estan situados los pueblos y la mayor parte o casi toda la gente que hay en ellos. Sus campos, montes y valles estan siempre verdes y floridos... Llueve en ella día y noche y nunca cesan las aguas en todo el año. En el mes de marzo y abril suele haber menos, aunque en esto no tiene dia seguro. En su celaje es obscura triste y parda por los continuas nieblas y nublados que la cubran.” (Viana 1955: 19)

9Comme le soulignaient les dominicains dans ce texte, le climat des montagnes d’Alta Verapaz est un des plus humides du pays car la Sierra, étant située sur le versant atlantique des Hautes Terres, reçoit les masses d’air humide des alizés du nord-est. La saison des pluies, qui s’étend en principe de mai à novembre, n’est pas bien définie et il pleut de façon intermittente pendant l’hiver : on compte plus de 200 jours de pluie par an. La moyenne pluviométrique annuelle est de 2 300 à 3 800 mm dans le secteur nord (850-1 300 m d’altitude), de 2 000 à 1 000 mm du secteur central au secteur sud (1 600 m d’altitude moyenne) (Sorre 1928 ; Simmons et al. 1959 ; Obiols del Cid 1966 ; Dreux s.d.) Le minimum mensuel est de 100 mm en mars-avril et le maximum de 300 mm en août-septembre. Dans le secteur nord de la zone, l’abondance des précipitations et le taux hygrométrique très élevé toute l’année constituent un handicap pour la culture et la conservation du maïs.

10Le climat d’Alta Verapaz est classé dans la catégorie “Mesothermal Highland” (West et Augelli 1966 ; voir aussi Obiols del Cid 1966 ; et Vivo Escoto 1964). Du nord au sud du département, il varie du type tropical humide au type tempéré humide en fonction de l’altitude ascendante. Le second type intéresse la zone de recherche, dite de tierra templada : l’hiver est doux et l’été peu chaud, la variation annuelle des températures étant de 15 à 23°. Au-dessous de 2 000 m, le gel est possible en décembre-janvier et, au-dessus de 2 000 m, de novembre à février.

11Comme le relief et le climat, la végétation exprime le caractère transitionnel de l’Alta Verapaz. On trouve en effet une succession altitudinale comportant la forêt tropicale humide de plaine, au-dessous de 800-1 000 m (soit à la périphérie nord et est de notre zone), puis la forêt caducifoliée humide d’altitude, entre 1 000 et 1 600-1 800 m, caractérisée par le liquidambar, Liquidambar styraciflua L., et, au-dessus de 1 600-1 800 m jusqu’à 2 500 m environ, la forêt aciculifoliée caractérisée par des pins, Pinus pseudostrobus Lindl., et Pinus oocarpa Schiede.

12A l’étage intermédiaire, celui qui nous intéresse ici, on trouve, en plus des liquidambars :

  • de grands chênes de l’espèce Quercus sapotaefolia Liebm.,

  • des lauracées dont l’avocatier, Persea schiedeana Nees,

  • des aulnes, Alnus arguta (Schlecht.) Spach,

  • des érables ou arces, Acer negundo var. mexicanum (D C.) Standl. & Steyerm,

  • des noyers, Juglans guatemalensis Manning (du côté de Tamahú),

  • des ingas, Inga micheliana Harms, ombrageant les plantations de café,

  • des taxixcos, Perymenium turckheimii.

13Les fougères arborescentes, comme le xute, Alsophila armata, sont communes, ainsi que les lichens, broméliacées, orchidées et autres épiphytes (Sorre 1928 ; Sapper 1929 ; Selis Lope 1931, West 1964b ; West et Augelli 1966).

14D’après les descriptions laissées par les dominicains (Viana 1955 : 19) et par Tovilla (1960 ; livre 1 chap.8), il semble que cette forêt ait été encore assez étendue à l’époque coloniale. Actuellement elle a en grande partie disparu, remplacée par des bois clairsemés de pins et des bosquets de liquidambars et de lauracées dans les dépressions et les vallées (fig. 12a). Il reste des lambeaux de forêt d’altitude seulement sur les sommets qui dominent la vallée de Tactic, dans les massifs de Xucaneb et de Repollal, le long du Río Panimá, et entre Purulhá et Unión Barrios (carte h.-t.).

15A l’extrémité sud de la zone, des forêts de pins et de chênes, Quercus spp., apparaissent, remplaçant les liquidambars, avec d’abondants épiphytes (fig. 12b). Les arbustes épineux (chaparral) et les agaves et cactacées (matorral) ne commencent qu’à des altitudes inférieures, hors de la zone, au sud et à l’ouest.

16La flore d’Alta Verapaz, qui est une des plus variées d’Amérique Centrale, abonde en espèces utilisées traditionnellement pour leurs propriétés médicinales, tinctoriales et autres. Parmi celles qui ont été exploitées et exportées par les Européens jusqu’au XIXe siècle, on peut citer :

  • la salsepareille ou zarzaparrilla, Smilax sp.,

  • le roucou, appelé achiote ou arnato, Bixa orellana L.,

  • l’indigo ou añil, Indigofera suffruticosa Mill.

17Pour la plupart, les plantes étaient collectées à moins de 1 000 m d’altitude à proximité de notre zone (Rossignon 1861 cité dans Selis Lope 1931 ; Morelet 1871 ; Pineda 1924-1925 ; Cevallos 1935-1936 ; Vasquez 1942 ; Velasco 1952 ; Viana 1955 ; Scholes et Adams 1960 ; Feldman 1971 ; MacLeod 1973 ; King 1974). Signalons aussi que Selis Lope (1931) et Dieseldorff (1939) ont publié deux listes des principales plantes médicinales d’Alta Verapaz, dont certaines étaient utilisées pour leurs propriétés hallucinogènes.

18D’autres espèces sont employées à des fins diverses, par exemple :

  • le xute, Alsophila armata, bois de construction imputrescible,

  • le taxixco, bois de construction très dur,

  • l’arrayan, qui donne une sorte de cire à bougies,

  • le liquidambar, à résine odoriférante longtemps exportée en Espagne,

  • le copal, Protium copal (Schlecht. & Cham.) Engler, à résine servant d’encens,

  • le barbasco, Serjania sp., poison utilisé pour la pêche,

  • le jaboncillo, Sapindus saponaria L., dont on tire une sorte de savon (Sapper 1897, 1904 ; Selis Lope 1931 ; Feldman 1971).

  • 2 Nous remercions G. Stresser-Péan pour les multiples informations communiquées concernant la faune a (...)

19La faune d’Alta Verapaz n’est pas très différente de celle des Hautes Terres du nord du Guatemala (voir Becquelin 1969 : 15-16 ; ainsi que Selis Lope 1931 ; Viana 1955 ; anonyme 1973 ; informateur locaux)2. Parmi les mammifères on trouve localement :

  • la sarigue opossum ou tacuazin, Didelphis marsupialis,

  • le tatou ou armadillo, Dasypus novemcinctus,

  • le lapin, Sylvilagus floridanus,

  • l’écureuil, Sciurus yucatanensis et Sciurus deppei,

  • le coyote, Canis latrans,

  • le renard, Urocyon cinereoargenteus,

  • le raton laveur ou mapache, Procyon lotor,

  • la belette, Mustela frenata,

  • le puma ou león, Felis concolor,

  • le peccari à collier, Tayassu tajacu,

  • le cerf de Virginie, Odocoileus virginianus.

On peut signaler la présence, dans les terres moyennes du nord, d’espèces de terre chaude :

  • le singe hurleur appelé saraguato, Alouatta villosa,

  • le singe araignée, soit le mono ou mico, Ateles geoffroyi,

  • le fourmilier tamandua, ou hormiguero, Tamandua tetradactyla,

  • le paca, appelé tepescuintle, Agouti paca,

  • l’agouti, Dasyprocta punctata,

  • le coati, ou pizote, Nasua narica,

  • l’ocelot ou tigrillo, Felis pardalis,

  • le gato de monte, probablement le margay, Felis wiedii,

  • le jaguar appelé tigre, Felis onca,

  • le tapir, Tapirus bairdii,

  • le peccari à lèvres blanches, Tayassu pécari,

  • le cerf mazama, Mazama americana.

20Quant aux oiseaux, les forêts humides d’altitude abritent des pénélopes, Penelope purpurascens, ainsi que des ortalides, généralement appelées chachalacas, Ortalis sp., des tinamous appelés perdices, Tinamus major. On y trouve aussi diverses espèces de cailles et de pigeons, des toucans appelés pitos reales, Pteroglossus torquatus, des aras ou guacamayos, des perroquets, des colibris, etc.

21Le quetzal aux longues plumes vertes, Pharomachrus mocinno, est l’oiseau le plus célèbre d’Alta Verapaz. La chasse en était précisément réglementée à l’époque préhispanique (Feldman 1971, 1978) car ses plumes étaient très recherchées.

22Enfin l’Alta Verapaz était un important producteur de miel et de cire (abeilles du genre Meliponc, ou en partie du genre Trigona, probablement domestiquées).

III. Les plantes cultivées et l’agriculture traditionnelle du maïs

23En plus du maïs, principale culture vivrière, les Indiens cultivent et consomment essentiellement (à l’exclusion des cultigènes introduits par les Européens) le haricot, Phaseolus sp., le piment, Capsicum frutescens L. et Capsicum annuum L. ; la courge, Cucurbita sp., la patate douce, Ipomoea batatas (L.) Poir. ; le manioc doux ou yuca, Manihot dulcis (Gmel.) Pax ; ainsi que quelques légumes dont la chayote, Sechium edule Sw. et des fruits (anone, avocat, mombin ou jocote...) (Montera de Miranda 1954 ; Viana 1955 ; King 1974).

24Une amaryllidée appelée localement maguey, Furcraea tuberosa, était cultivée pour la fibre dont on fait des cordages, commercialisés dans toutes les Hautes Terres (Sapper 1897 ; Mayers 1966).

25D’autre part, il est très probable que les Indiens allaient cultiver d’autres plantes utiles dans les terres chaudes, à moins de 1 000 m d’altitude (Cook 1921 : 315 ; Gates 1932a ; Viana 1955 : 18, 19,21). Outre le maïs de saison sèche, les cultures importantes étaient le cacao et le coton. Le cacao cultivé à plus de 650 m d’altitude (cacao-pataxte, Theobroma bicolor Humb. et Bonpl.) n’est cependant pas la meilleure espèce et la production devait être peu importante. Mais le coton cultivé dans les moyennes vallées du Cahabón et du Polochic était par contre d’excellente qualité et faisait l’objet d’un important commerce, de tributs et d’impôts, avant et après la Conquête (la plupart des documents coloniaux, et d’autres du XIXe siècle, mentionnent ces cultures dont les dominicains ont tiré profit en Alta Verapaz ; voir aussi McBryde 1947, Feldman 1971, 1978, et Hammond 1975a).

26L’agriculture traditionnelle du maïs est bien connue en Alta Verapaz tant par les observations des pratiques actuelles (Mayers 1958 ; Carter 1969), que par celles des chroniqueurs espagnols. Le système actuellement le plus répandu, appelé tlacolol ou barbecho, est celui de la culture sur brûlis après un temps de jachère court (rapport de 3 ans de jachère pour un an de culture ; à Tactic, rapport de 5/4). Le tlacolol est mal adapté aux sols peu fertiles et fragiles (Stevens 1964 : 306 ; Carter 1969 : 11-12) et, à moins que la demande de terres ait été aussi forte qu’actuellement, il n’a pas dû être très répandu à l’époque préhispanique. Le système à jachère longue, dit roza, (rapport 5/1 à 7/1), était en pratique au moment de la Conquête :

“Esta roza o tala de montes nuevos se hace cada dos años porque no se dá más de dos veces el maiz en ellos y pasan más de 10 o 15 años que la tornan a sembrar, y por esta causa les es muy trabajosa la sementera porque han de cortar muchos y gruesos árboles en ella.(Viana 1955 : 21)

27Ce système, qui exige une grande réserve de terres en jachère, est celui que les émigrants kekchis du lac Izabal considéraient récemment comme idéal (Carter 1969 ; ils ont maintenant dû abandonner cette région).

28Enfin, un troisième système a pu être mis en pratique par le passé. Il combinerait la culture avec jachère, sur des champs éloignés de la maison (dans les collines et sur les versants des vallées), et la culture permanente, sur de bonnes terres autour de la maison (fonds plats). Il paraît en effet assez logique de considérer que les sols fertiles des dépressions et de quelques parcelles des fonds de vallées, aient été exploités de façon plus intensive que les sols médiocres des collines et des montagnes. On constate actuellement que ces sols fertiles (dans les dépressions) sont épuisés, et il semble qu’ils l’étaient déjà au XVIe siècle (Viana 1955 : 30). Mais on n’a aucune donnée sur le degré d’intensité de ces cultures sur champs proches, et sur la proportion du total de maïs consommé ainsi produite (voir cependant Reina et Hill 1980 : 78).

29En ce qui concerne maintenant le cycle annuel de la culture avec jachère, il faut distinguer en Alta Verapaz les zones tempérées, au-dessus de 1 000-1 200 m, des zones chaudes, au- dessous de 1 000 m d’altitude. Dans les premières, semailles et récolte se font en saison humide, dans les secondes en saison sèche. Cette alternance, que les Kekchis pratiquaient encore au début du siècle (Cook 1921), pouvait faire de l’Alta Verapaz une région exportatrice de maïs tant vers les Hautes Terres que vers les Basses Terres.

30La Relation dominicaine de 1574 décrit ainsi les opérations requises pour la culture du maïs en Alta Verapaz :

“Siembrase dos veces en el año, una en abril y cogese en octubre, esta es la mayor sementera que hacen y en los montes grandes que talan y queman, y esto se ha de hacer dentro de veinte dias que es el verano que llaman, porque si por falta de sol se déjà de quemar, aunque se siembre no grana, y tambien se crian muchos ratones que lo destruyen. Esta roza o tala de montes nuevos se hace cada dos años porque no se dá más de dos veces el maíz en ellos y pasan más de 10 o 15 años que la tornan a sembrar, y por esta causa les es muy trabajosa la sementera porque han de cortar muchos y gruesos árboles en ella.
Otra sementera hacen en noviembre en las tierras bajas y orillas de rios, cogese en mayo. Esta es pequeña y de poca cantidad porfalta de las tierras que piden ser humedas para ser buenas... El maíz se sahuma para que así se conserve, ponese sobre unas barbacoas y debajo de ellas se da fuego por 10 o 15 dias, y lo que no se ahuma es dañoso para hacer pan de ello, y tambien le entra a 2 o 3 meses el gorgojo. Para conservarlo por todo el año lo meten debajo de tierra en unos hoyos o silos. En tierra caliente no se conserva mas de 4 meses. En los pueblos altos se tiene casi medio año sin dañarse y no mas.” (Viana 1955 : 21-22)

31Il faut préciser que “les terres basses et les rives des ríos” dont parle Viana pour les semailles de saison sèche doivent être les terres chaudes au-dessous de 1 000 m, plutôt que les fonds plats des dépressions et vallées en terre tempérée, car il dit qu’elles sont trop sèches, ce qui est vrai des terres chaudes en saison sèche mais inapplicable aux dépressions et vallées, qui restent humides même en saison “sèche”. Viana souligne bien le handicap que constitue le climat trop humide pour les brûlis et pour la conservation des récoltes dans la zone tempérée (Cook le signale aussi pour les semailles, 1921 : 315).

32La pratique, confirmée par Viana et par Carter plus récemment (1969), qui consiste à faire plusieurs milpas dans des milieux différents, est une caractéristique importante de l’agriculture traditionnelle en Alta Verapaz. D’autres solutions compensatoires ont dû être mises en oeuvre pour réduire les risques de mauvaise récolte, comme par exemple le fait de complanter maïs et haricots (Carter 1969 ; une espèce de haricot contrôle la croissance des mauvaises herbes). L’agriculture traditionnelle était probablement plus complexe qu’on a tendance à le penser. L’habitude actuelle des travaux collectifs sur la milpa, regroupant généralement les parents, s’est maintenue en dépit des changements intervenus dans la structure foncière depuis le XVIe siècle. Elle a sans doute son origine dans des modes d’organisation précolombiens.

33Nous avons tenté de quantifier les rendements et la surface minimale nécessaire à une famille pour le système actuel du tlacolol. Les rendements annuels par cuerda ou tarea (l/16e de manzana qui vaut 1,12 ha en Alta Verapaz) sont de 25-50 livres à 100 livres selon les sols et les années de culture, la première année étant la meilleure (sources : informateurs locaux, anonyme 1973, Cabarrus 1974).

34Deux manzanas cultivées, d’une production totale de 2 000-3 000 livres par an, suffisent strictement à la consommation d’une famille moyenne (voir pour comparaison Wauchope 1948 : 49 ; Becquelin 1969 : 26 ; Carter 1969 : 138). Pour ces deux manzanas cultivées, deux au moins doivent rester en jachère. Donc quatre manzanas, ou 4,48 ha, constituent la superficie minimale nécessaire à la subsistance d’une famille. Mais dans le système de la roza (rapport jachère/culture 5/1 à 7/1), la superficie minimale serait de 12 à 16 manzanas, avec des rendements un peu meilleurs que ceux de la nulpa de Uacolol.

IV. L’habitat moderne (fig. 13)

35L’habitat actuel, bien que marqué par les réalisations coloniales et le développement du latifundio au XIXe siècle, donne une image des modes d’occupation du milieu par les Kekchis et les Pokomchis.

36Les chefs-lieux des sept municipes d’Alta Verapaz occidentale sont les principaux villages de notre zone, avec ceux de Purulhá et San Jerónimo (Baja Verapaz ; voir carte h.-t.). Mais plus de 80 % des Indiens vivent en dehors de ces villages. Les densités de population par municipes sont élevées dans la zone, par exemple 264 habitants/km2 pour Chamelco, moins élevées sur la frange nord, 79 pour Carchá dont le municipe est très étendu dans les terres moyennes (anonyme 1973). Les villages ont été fondés par les dominicains au XVIe siècle dans les dépressions et les vallées : ils sont de morphologie groupée et de plan quadrillé. Le territoire municipal comprend par ailleurs des aldeas (30 à 100 maisons environ) dont dépendent des caseríos ou parajes de quelques maisons.

37La morphologie des aldeas et caseríos semble dépendre avant tout du relief (source consultée : cartes au 1/50 000 de l’Instituto Geográfico Nacional). Au sud d’une ligne est-ouest passant le long du versant nord de la vallée de Tactic, donc dans le secteur des vallées et quebradas en montagne, l’habitat est assez groupé : les aldeas sont faciles à distinguer des caseríos. Au nord de cette ligne, c’est-à-dire dans le secteur des dépressions et des collines karstiques, l’habitat est très dispersé en continu de l’aldea au caserío. Enfin il est intermédiaire, avec aldeas et caseríos linéaires, dans les vallées orientales (ríos Polochic et Panimá) et dans les quebradas associées.

38La ligne de partage est-ouest correspond assez exactement à celle des secteurs topographiques nord et central, mais elle délimite aussi le territoire des Kekchis au nord et celui des Pokomchis au sud, tandis que les deux groupes cohabitent dans les vallées orientales. En fait les traditions propres à chacun des deux groupes pourraient avoir autant d’incidence sur la morphologie de l’habitat que le relief : les Kekchis tendent à vivre dispersés, les Pokomchis sont relativement groupés. On note cependant quelques regroupements assez lâches chez les Kekchis aux abords des grandes propriétés dans certaines dépressions.

Conclusion

39Les premiers chroniqueurs espagnols se sont plu à insister sur le caractère inhospitalier et déshérité de la Verapaz (voir Saint-Lu 1968 : 403-404, notes 110 à 115) car ils cherchaient à rehausser les mérites des dominicains. Par la suite, les colons belges, français et allemands qui se sont approprié les meilleures terres et la main d’oeuvre indienne, ont laissé quelques descriptions assez positives (Morelet et Rossignon, cités dans Selis Lope 1931). En fait, tant que notre connaissance des modes préhispaniques de mise en valeur ne dépassera pas le stade des quelques hypothèses proposées dans ce chapitre, il est assez vain de porter un jugement général sur le potentiel régional. Concrètement, on se bornera à noter que, parmi les denrées les plus recherchées à l’époque préhispanique, la région fournit les plumes de quetzal, le miel et la cire, les plantes médicinales narcotiques etc., et quelques roches semi-dures. Mais il n’y a pas de source de sel, qu’il fallait aller chercher au nord, à Satinas de los Nueve Cerros, ou à l’ouest, à Sacapulas (fig. 5). Les plus proches gisements de jade se trouvent dans la vallée moyenne du Motagua, et ceux d’obsidienne à San Martín Jilotepeque et à El Chayal (fig. 3). Ces deux matériaux, le premier de grande valeur, le deuxième très nécessaire, requéraient l’existence de systèmes d’échanges entre l’Alta Verapaz et les Hautes Terres, alors que la proximité des terres moyennes rendait moins cruciale l’importation des prodhttps://meet.google.com/​cug-gwye-gypuits du Petén.

Notes

1 Cette référence sera donnée par la suite sous la forme : Viana 1955. Il s’agit de la Relation de 1574 rédigée par les dominicains qui s’installèrent en Verapaz en 1544.

2 Nous remercions G. Stresser-Péan pour les multiples informations communiquées concernant la faune ainsi que la flore.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1986

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search